Vous êtes sur la page 1sur 100

INNOVATIONS... MONTAGES F IABLES...

É TUDES D
DÉÉTAILL
TAILLÉÉES... ASSISTANCE LECTEUR

www.electroniquemagazine.com

n°142 PRINTEMPS 2018


Ampli Hi-Fi
2 x 200 W À MOSFET
Chambre d’écho digitale

Comment ponter
un amplificateur

Enregistreur vocal
avec PIC et EEPROM - 2

Télécommande infrarouge
4 canaux
Cours MPLAB X - 2
CAO KiCad EDA - 2

CONTRÔLEUR RandA :
pour moteur DC Connectons
RaspberryPi
et Arduino
L 13270 - 142 - F: 8,30 € - RD
N° 142 Mars 2018

France 8,30€
8,30 - BEL/LUX : 8.80€ - PORT : 8.80€ - DOM/S : 8.30€ - NC/S : 990 CFP – POL/S : 1300 CFP – CAN : 12.70$ CAD

142_01_Couv.indd 1 11/02/2018 09:13:00


Sommaire
ARTICLES
04 AUDIO
AMPLIFICATEUR HI-FI 200 W À MOSFET
Numéro 142 Nous vous présentons dans cet article un amplificateur
Hi-Fi très haut de gamme qui pourra sonoriser correcte-
Printemps 2018 ment des pièces volumineuses sans la moindre distor-
sion. Il dispose d’une protection contre les surintensités
et d’un système anti-bump (anti-cloc) qui se produit dans
100 pages les haut-parleurs à la mise sous tension de l’amplificateur.
Ses étages finaux, dotés de 4 transistors MOSFET chacun,
sont capables de développer plus de 2 x 200 Weff sous
une charge de 4 Ω et 2 x 120 Weff sous 8 Ω.

19 AUDIO
CHAMBRE D’ECHO DIGITALE

Cette chambre d’écho digitale, basée sur un circuit


intégré Holtek qui réalise une ligne à retard numérique,
accepte les signaux provenant d’un microphone. Elle est
aussi dotée d’une entrée au niveau ligne. Elle dispose
d’une sortie au niveau ligne permettant de piloter une
table de mixage ou un amplificateur et d’une sortie HP.
Elle permet les réglages du niveau d’entrée, du volume
de sortie, du temps d’écho et du retour.

26 INFORMATIQUE
RANDA CONNECTONS RASPBERRYPI
AVEC ARDUINO

« RandA » est une carte de développement qui permet


de créer une passerelle entre le monde du RaspberryPi
et le monde d’Arduino. Elle vous permet de tirer le meil-
leur parti de la puissance matérielle et informatique du
RaspberryPi avec les nombreuses cartes et applications
disponibles sur Arduino. Première partie.

37 MICROCONTRÔLEUR
ENREGISTREUR VOCAL AVEC PIC &
EEPROM - DEUXIÈME PARTIE
Dans le précédent numéro, nous vous avons présenté
deux modules d’enregistrement et de reproduction de
messages vocaux réalisés à l’aide d’un microcontrôleur
PIC pouvant remplacer avantageusement les circuits
ISD. Dans cette seconde partie, nous allons décrire le
module le plus performant ainsi qu’une carte de déve-
loppement afin de tester ce dernier.

Les typons des circuits imprimés et les programmes lorsqu’ils sont libres de droits sont téléchargeables

2 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_02_Sommaire.indd 2 14/02/2018 13:27:16


51 COURS
COURS MPLAB X IDE
DEUXIÈME PARTIE
L’EDITO PRINTEMPS 2018
Dans cette seconde partie du cours, nous continuons
notre voyage pour découvrir MPLABX IDE, le nouvel envi-
Chères lectrices et lecteurs, en ce début ronnement de développement intégré produit et distribué
d’année 2018, la Rédaction a répondu par Microchip. Nous allons nous concentrer sur les micro-
aux attentes d’un grand nombre d’entre contrôleurs de la famille PIC32 qui sera la plate-forme
matérielle principale de ce cours, et plus particulièrement
vous qui désiraient un montage ampli-
sur les périphériques de base.
ficateur de forte puissance et de très
haute qualité pour des applications de
sonorisation.

Pour arriver à un tel niveau de puissance,


67 CAO

nous avons décidé de réaliser un ampli-


APPRENEZ À MAÎTRISER KICAD EDA
ficateur MOSFET en version stéréo qui DEUXIÈME PARTIE
conviendra parfaitement aux particuliers
et un montage additionnel permettant
Dans cette seconde partie, nous poursuivons la descrip-
une utilisation en pont d’une manière tion du logiciel de CAO Open Source KiCad, qui vous per-
particulière. D’autre part, nous décrivons met de couvrir l’ensemble du cycle de développement
une chambre d’écho numérique qui trou- d’une carte électronique. Nous allons étudier l’éditeur de
vera sa place dans une sonorisation en schéma « Eeschema » qui est intégré dans la suite KiCad,
ainsi que l’éditeur de composants.
plein air.

Cependant, nous n’oublions les adaptes


du RaspberryPi et d’Arduino en décrivant
une passerelle nommée « RandA » per-
mettant de tirer le meilleur parti de la
80 AUDIO
COMMENT PONTER UN AMPLIFICATEUR
puissance matérielle et informatique du
RaspberryPi avec les nombreuses cartes En connectant un simple circuit déphaseur entre deux
et applications disponibles sur Arduino. amplificateurs, il est possible d’augmenter considérable-
ment la puissance de sortie. Ce circuit peut être appliqué
à n’importe quel amplificateur audio, donc aussi à l’am-
Nous continuons nos cours très détail- plificateur MOSFET 200 W décrit dans ce même numéro.
lés avec près de 30 pages concernant Dans ce montage, chaque sortie des amplificateurs pilote
la programmation en C des PIC32 et la directement le haut-parleur, sans qu’aucune fraction du
réalisation de circuits imprimés à l’aide signal de sortie soit réinjectée dans le circuit en pont.
du logiciel Open Source KiCad.

Pour compléter, nous décrivons la suite de


l’enregistreur vocal à PIC qui remplace les 86 ROBOTIQUE
montages à base de circuits ISD et deux CONTRÔLEUR POUR MOTEUR DC
petits montages qui raviront les hobbyistes
Ce circuit de commande, contrôlé par des signaux
avec un contrôleur pour moteur et un sys-
logiques, permet de modifier la vitesse et le sens de rota-
tème de télécommande IR insensible aux tion des moteurs à courant continu de type pas à pas
ondes Wi-Fi, GSM, Bluetooth, etc. ou de type à balais. Les sorties disposent de LED qui
indiquent le sens de rotation. Notre projet est un circuit
La Rédaction de contrôle ou driver polyvalent convenant aussi bien aux
moteurs pas à pas qu’aux moteurs à balais à courant
continu.

92 TÉLÉCOMMANDE
TÉLÉCOMMANDE
INFRAROUGE
4 CANAUX

Dans cet article nous vous proposons de réaliser une


télécommande à infrarouge comportant 4 canaux équi-
pés de sorties logiques permettant ainsi le fonctionne-
ment avec des systèmes à microcontrôleurs. Associée à
une carte additionnelle dotée de relais, elle peut gérer
des dispositifs de puissance.

à l’adresse www.electroniquemagazine.com dans le sommaire de la revue 142 et à l’onglet « Télécharger ».

ELECTRONIQUE magazine - n°142 3

142_02_Sommaire.indd 3 14/02/2018 13:27:26


AUDIO

A
ujourd’hui, nous sommes entourés d’enceintes
amplifiées, de minichaînes Hi-fi compactes qui de Davide Scullino
distillent de nombreux watts dans un encombre-
ment réduit (trop beau pour être vrai ...) et donc réalisées
avec des solutions économiques intégrées fonctionnant
en classe D ou pire en classe T. Ces équipements n’ont
de Hi-Fi que leur appellation commerciale.

C’est pour cette raison que nous vous proposons un


amplificateur fournissant des watts « vrais » pour les
audiophiles. Comme ce genre de produit se fait de plus
en plus rare dans le commerce, nous avons pensez à
ceux d’entre vous qui veulent le construire par leurs
propres moyens.

Il s’agit d’un étage amplificateur de puissance stéréo-


phonique robuste et puissant et qui peut être facile-
ment relié à n’importe quel préamplificateur ou table
de mixage. La caractéristique principale de cet ampli-
ficateur est qu’il produit un son chaleureux et fidèle
grâce à ses transistors MOSFET de puissance, qui
se rapproche de celui des amplificateurs à lampes.

Vous tirerez tout son potentiel en le combinant avec


un préamplificateur à lampe et une platine vinyle
dont la commercialisation fait son retour ou encore
avec un lecteur de CD de qualité. Il faudra éviter les
fichiers MP3.

Si vous disposez uniquement d’un smartphone ayant


la capacité de lire les fichiers audio haute définition,
utilisez les fichiers FLAC 24 bits en versions 96 kHz
et 192 kHz. La version 24 bits/192 kHz propose la
meilleure qualité possible.

Contrairement au MP3, qui élimine une partie du


contenu pour réduire la taille des fichiers, le for-
mat FLAC est sans perte et fonctionne comme un
fichier zip en informatique. Il est décompressé « à la Nous vous présentons dans cet article un
volée » pendant la lecture et délivre avec exactitude
toutes les données présentes lors de la compression.
amplificateur Hi-Fi très haut de gamme d’une
Apple propose son propre format sans perte, l’Apple puissance de 200 Weff par canal sous 4 Ω, qui
Lossless (ALAC), il fonctionne comme un format FLAC pourra sonoriser correctement des pièces
mais est compatible seulement avec iTunes.
volumineuses sans la moindre distorsion. Il
Vous pouvez également copier vos CD (une copie pri- dispose d’une protection contre les surinten-
vée uniquement) sous la forme de fichiers non com-
pressés, c’est-à-dire que vous copiez directement les
sités et d’un système anti-bump (anti-cloc)
données présentes sur le disque. Les ordinateurs qui se produit dans les haut-parleurs à la
fonctionnant sous Windows stockent ces fichiers mise sous tension de l’amplificateur.
sous l’extension WAV (Waveform Audio File Format).
L’un des inconvénients du stockage des fichiers WAV
est qu’ils occupent beaucoup plus d’espace mémoire
que les fichiers FLAC.

Après un bref rappel concernant la qualité de la source


audio, revenons à notre amplificateur. Il dispose de
deux étages finaux dotés de 4 transistors MOSFET
chacun, capables de développer plus de 2 x 200 Weff
sous une charge de 4 Ω et 2 x 120 Weff sous 8 Ω.

4 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 4 08/02/2018 15:05:14


AUDIO

Sa bande passante étendue et son taux de distor-


sion harmonique très faible en font un amplificateur
haute-fidélité.

Sa puissance imposante lui permettra de sonoriser


n’importe quelle pièce même avec des enceintes à
faible rendement (moins de 90 dB/W/m). Le terme
« dB/W/m » veut dire dans notre cas une pression
acoustique de 90 décibels à une puissance électrique
de 1 W et à une distance de 1 m (face à l’enceinte).

Etudions le schéma électrique de l’amplificateur dont


l’étage de puissance fonctionne en classe AB. Nous
avons choisi des transistors MOSFET pour l’étage
final, car par rapport aux transistors bipolaires, ils
permettent d’obtenir un facteur d’amortissement
plus élevé, c’est-à-dire la capacité de l’amplificateur
à amortir les débattements et donc les oscillations
provoquées par les haut-parleurs des graves. Plus le
facteur d’amortissement est grand, plus l’amplifica-
teur est performant pour un taux de contre-réaction
donné.

Le schéma électrique

La configuration adoptée pour cet amplificateur est


caractéristique d’un montage haute-fidélité. Il dispose
d’un circuit de protection contre les surintensités et
les courts-circuits en sortie et d’un circuit anti-cloc
dont le contact du relais relie les haut-parleurs à la
sortie de l’amplificateur quelques secondes après la
mise sous tension.

Commençons par le schéma de la section audio, le


signal provenant du préamplificateur arrive sur un
premier étage qui est un amplificateur différentiel,
ce dernier pilote un second étage différentiel qui
commande à son tour un amplificateur de signal
qui se comporte comme un générateur de courant
constant. Ce dernier fonctionne comme un driver pour
l’étage final de puissance, composé de deux paires de
MOSFET complémentaires : IRF640 (canal N) pour la
section positive et IRF9640 (canal P) pour la section
négative.

La configuration en cascade des étages différen-


tiels que nous utilisons pour l’étage d’entrée et pour
l’étage de préamplification est une caractéristique
des amplificateurs opérationnels. Cette configuration
procure un gain très élevé, nécessaire pour appliquer
une contre-réaction et obtenir une amplification
linéaire du signal.

Amplificateur Hi-fi En effet à partir d’un signal d’entrée de faible ampli-


tude nous devons produire une tension de sortie
d’amplitude élevée et la plus stable possible, en

200 W à MOSFET dépit de la contre-réaction élevée due au taux de


réjection du mode commun (CMRR pour Common
Mode Rejection Ratio).

ELECTRONIQUE magazine - n°142 5

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 5 08/02/2018 15:05:49


AUDIO

Schéma électrique de l’amplificateur Hi-Fi à MOSFET.

Le premier étage dif férentiel est Les collecteurs des transistors T1 et T2 au signal d’entrée de l’amplificateur
constitué par les transistors T1 et T2 pilotent respectivement les bases des (IN). Par contre, le signal présent sur
qui sont des PNP et dont les émet- transistors T5 et T4, qui constituent le le collecteur de T5 est en phase avec
teurs sont polarisés par la résistance deuxième étage différentiel et sont le signal d’entrée.
R2, reliée au positif de l’alimentation. de type NPN. Les émetteurs des tran-
Les résistances R4 et R5 constituent sistors T4 et T5 sont polarisés par la La situation sur le collecteur de T4 est
des résistances de charge pour T1 et résistance R6 reliée au négatif de la toujours opposée, c’est-à-dire que le
T2 et sont reliées au négatif de l’ali- tension d’alimentation. signal présent sur le collecteur est tou-
mentation. jours en opposition de phase par rap-
Les condensateurs C5 et C6, disposés port au signal d’entrée. Le transistor T4
Le signal audio, provenant du préampli- entre les collecteurs et les bases de T4 pilote l’étage driver supérieur (celui de
ficateur, passe à travers le condensa- et T5, permettent de limiter la bande la demi-onde positive) qui est constitué
teur C1 qui bloque toute composante passante de l’étage différentiel dans par le transistor T3 (PNP).
continue pour atteindre la base de T1. le haut du spectre afin d’éviter toute
La résistance R1 polarise la base de auto-oscillation de l’amplificateur. Le Ce dernier fonctionne comme un géné-
T1 et stabilise l’impédance d’entrée de signal présent sur le collecteur de T1 rateur de courant constant avec une
l’amplificateur. est en opposition de phase par rapport résistance d’émetteur R9 (qui limite

6 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 6 08/02/2018 15:05:57


AUDIO

le courant émetteur-collecteur de T3) avec un potentiel de grille identique à transistor T10 (NPN) une fraction de
reliée au positif de l’alimentation, la l’autre, une chute de tension plus impor- la chute de tension qui se produit aux
base de T3 est polarisée par la chute tante apparait aux bornes de sa résis- bornes de R20 et qui dépend du cou-
de tension introduite par D1 et R7. tance de source car le courant qui la tra- rant de source de T8.
verse est plus important, cela implique
Le collecteur de T3 fournit le signal une réduction de la tension VGS du tran- Conformément à la loi d’Ohm, nous
de commande de la paire des tran- sistor et donc du courant de drain. Ainsi, avons : ΔV = R20 * Id
sistors MOSFET de puissance T6 et un rééquilibrage des courants s’effectue
T8 (canal N). Ces derniers amplifient dans les deux branches. où Id est le courant de drain de T8, qui
la demi-onde positive. Ils sont montés dans un MOSFET est équivalent à celui
en parallèle et se partagent le courant Jusqu’à présent, nous avons étudié la de la source.
délivré au haut-parleur lors d’une demi- partie correspondant à la demi-onde
onde positive. positive, c’est-à-dire celle reliée au Théoriquement, si l’étage de puissance
positif de l’alimentation. est bien équilibré, Id est égal à la moi-
Les grilles (gate) des deux transistors tié du courant circulant dans le haut-
MOSFET de puissance sont comman- Nous allons maintenant nous attarder parleur lors d’une demi-onde positive.
dées, en parallèle, chacune avec sa sur la partie de la demi-onde négative,
propre résistance (R13 et R14). celle reliée au négatif de l’alimentation. Comme R20 a une valeur de 0,18 Ω et
Elle débute avec l’étage constitué par compte tenu du rapport du diviseur de
Notez que la grille n’absorbe théori- le transistor T5 qui est piloté par T1. tension formé par R22 et R23, le tran-
quement pas de courant, il s’agit d’une sistor T10 deviendra conducteur lorsque
commande en tension. Les résistances Le collecteur de T5 fournit un signal aux le courant dans R20 dépassera 3,88 A.
permettent de limiter les transitoires grilles des MOSFET T7 et T9 à travers
car la grille d’un MOSFET est par nature les résistances R12 et R17 montées en En effet le rapport du diviseur de ten-
capacitive. Les pics de tensions sont parallèle et de la même manière que sion est :
ainsi lissés. celles de T6 et T8 (R13 et R14).
R23 / (R22 + R23) = 820 / (820 + 100)
De même, avec la capacité de la grille, Sur la partie négative, nous trouvons = 0,89.
chaque résistance forme un filtre RC aussi les résistances de sources (R19
passe-bas qui sert à limiter la bande et R21) qui équilibrent le fonctionne- Avec Id = 3,88 A, la chute de tension aux
passante de l’amplificateur aux hautes ment des MOSFET de puissance qui, bornes de R20 vaut Id * R20 = 3,88 *
fréquences afin d’éviter des phéno- cette fois, sont de type canal P. 0,18 = 0,7 V. Donc sur la base de T10,
mènes d’auto-oscillations qui défor- pour Id= 3,88 A, nous obtenons une ten-
meraient le signal ou même pourraient Le fonctionnement de la partie demi- sion égale à : 0,7 V * 0,89 = 0,62 V. T10
détruire les enceintes acoustiques, car onde négative de l’amplificateur est devient alors conducteur.
le phénomène est auto-entretenu. identique à celui décrit pour la section
positive, de sorte que les mêmes consi- Lorsque le courant de drain du MOSFET
Les drains des MOSFET sont connec- dérations s’appliquent, sauf que les T8 atteint le courant Id, cela veut dire
tés ensemble à la branche positive de tensions et les courants sont opposés. que le même courant circule dans le
l’alimentation, alors que leurs sources MOSFET T6, et donc le courant dans la
fournissent chacune un courant à la Aux bornes de l’une des résistances charge (HP) vaut 7,76 A. Dans de telles
sortie de l’amplificateur à travers une sources des MOSFET (T8 pour la demi- conditions, le transistor T10 commence
résistance (R18 pour T6 et R20 pour onde positive et T9 pour la demi-onde à conduire et fait circuler, par l’inter-
T8) afin de minimiser les différences de négative), nous avons ajouté un circuit médiaire de son collecteur, un courant
transconductance entre des MOSFET qui fait office de capteur de courant et provenant de l’alimentation « +V » qui
de même type, car cela pourrait causer constitue donc l’étage de protection traverse la résistance R26 et la LED
une mauvaise répartition du courant contre les surcharges en sortie. interne de l’optocoupleur U2. Ainsi, ce
dans les transistors MOSFET. denier active le circuit de protection.
Nous mesurons seulement le courant
NB : La transconductance aussi appe- sur l’un des 2 MOSFET, car nous sup- Notez que nous avons utilisé des opto-
lée pente, pour un transistor bipolaire, posons que les courants des drains des coupleurs pour isoler galvaniquement
un transistor à effet de champ, un tube MOSFET d’une branche sont similaires. le circuit amplificateur du circuit de
à vide ou un amplificateur opération- protection qui commande le relais de
nel, est le rapport entre la variation Le fonctionnement de l’étage de protec- la charge (HP).
du courant de sortie et la variation de tion contre les surcharges est simple
la tension d’entrée. Elle s’exprime en et nous le décrivons pour la section Lorsque le courant de collecteur de
ampères/volt. supérieure, c’est-à-dire celle relative à T10 est suffisant pour allumer la LED
la demi-onde positive. Le diviseur de interne de l’optocoupleur, le transis-
Avec ces résistances (R18 et R20), si tension constitué par les résistances tor interne de U2 entre en saturation
un MOSFET fournit un courant supérieur R22 et R23 applique sur la base du et se met à conduire.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 7

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 7 08/02/2018 15:05:57


AUDIO

Cela implique que la broche 5 de U2 se


trouve à un niveau logique bas (proche Caractéristiques techniques de l’amplificateur MOSFET
de la masse) et donc la broche 1 de la
porte NAND U3a se trouve à 0. Son état Puissance de sortie efficace sous 4 Ω à 1 kHz : 220 WRMS
de sortie dépend du niveau logique de Puissance de sortie efficace sous 8 Ω à 1 kHz : 120 WRMS
sa broche 2. La sortie de U3a est reliée Bande passante à -3 dB : de 10 Hz à 50 000 Hz
à la broche 9 de U3c, qui avec U3d for- Impédance d’entrée : 45 kΩ
ment un multivibrateur bistable dont Sensibilité d’entrée à la puissance maximale sous 8 Ω : 910 mVeff
la sortie est située sur la broche 10 du Sensibilité d’entrée à la puissance maximale sous 4 Ω : 830 mVeff
circuit intégré U3c. Tension d’alimentation : ± 56 VDC
Courant consommé par canal à 8 Ω : 3,9 A
Le multivibrateur sert à déclencher le Courant consommé par canal à 4 Ω : 7,1 A
relais et à déconnecter définitivement
le haut-parleur lors d’une surcharge.
Le niveau logique 0 sur la broche 8 base à travers R30 et R31 (R31 se
Pour réinitialiser le circuit, il faut maintient à un niveau haut la sortie trouve à la masse).
éteindre et allumer de nouveau l’am- de U3c, et par conséquent la broche
plificateur, le réseau constitué par R32 12 de U3d et la broche 2 de U3a, dont Le collecteur du transistor PNP ali-
et C9 introduit une temporisation avant la sortie de cette dernière est forcée mente alors la bobine du relais RL1,
d’enclencher le relais, ce circuit est un à un niveau haut et reste dans cette dont le contact connecte la sortie de
anti-cloc efficace. Son fonctionnement situation tant que la broche 5 de l’op- l’amplificateur au haut-parleur (ou
s’explique de la manière suivante. tocoupleur se trouve à un niveau haut, enceinte). La LED LD1, connectée
c’est-à-dire aussi longtemps que l’opto- en parallèle avec la bobine du relais,
Considérons que nous mettons sous coupleur est au repos (non conducteur). s’allume lorsque la connexion avec le
tension l’amplificateur, le condensa- haut-parleur est établie.
teur C9 est initialement déchargé. Les Par conséquent, la broche 9 de U3c
broches 8 et 13 de U3c se trouvent à se trouve à un niveau haut et le Le délai avec lequel le contact du
un niveau logique 0 et donc U3d a sa monostable reste dans une condition relais se colle par rapport à la mise
sortie forcée à un niveau logique 0, ce d’équilibre qui ne peut pas être modi- sous tension de l’amplificateur dépend
qui bloque le transistor T12. Le relais fiée jusqu’à ce que le condensateur de la constante de temps déterminée
se trouve alors au repos. C9 soit assez chargé à travers R32 par R32 et C9. Le retard est d’environ
pour amener les broches 8 et 13 à 1,5 secondes. La diode D3 permet de
un niveau haut, alors que l’état logique décharger rapidement C9 lorsque l’ali-
des sorties de U3d et U3a dépendent mentation est coupée.
de l’état de leurs autres entrées.
Maintenant, examinons ce qui se pro-
Une fois le condensateur C9 chargé, duit lorsque le courant absorbé par le
la broche 13 de U3d se trouve à un haut-parleur est tel qu’il entraine une
niveau logique haut comme la broche chute de tension aux bornes de R20
12, de sorte que la sortie de U3d supérieure à celle nécessaire pour
passe à un niveau bas qui faire conduire le transistor T10.
sature le transistor T12,
car elle polarise la Dans ce cas, le collecteur de T10 ali-
mente la diode de l’optocoupleur et sa
sortie passe à un niveau logique 0 (à
la masse), forçant ainsi la sortie de
U3a à un niveau haut qui déclenche
le bistable.

La sor tie de U3c est por tée à un


niveau logique 0 et provoque le chan-
gement d’état de la broche 11 à un
niveau haut, ce qui bloque le transis-
tor T12 et relâche le contact de RL1.
La LED s’éteint pour confirmer que la
haut-parleur n’est plus relié à la sortie
de l’amplificateur.

Ici, un seul étage de puissance est fixé au radiateur En plus de la LED LD1 montée en
à l’aide d’une équerre en aluminium. parallèle avec la bobine du relais et

8 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 8 08/02/2018 15:06:00


AUDIO

qui est polarisée par la résistance de


limitation de courant R33, se trouve la
diode D2 en parallèle avec la bobine
afin d’éviter toute surtension inverse
produite à chaque coupure de courant
qui pourrait détruire T12.

Complétons la description de l’étage


de protection en disant que la partie
relative à la demi-onde négative (opto-
coupleur U1) fonctionne de manière
similaire, mais avec une polarité
inversée. En outre, T11 commande
l’optocoupleur U1 qui est séparé phy- À l’arrière du coffret en aluminium, nous avons disposé un dissipateur en le
couplant avec de la pâte de silicone. Sur la partie inférieure, vous apercevez
siquement de U2. Ainsi, ces deux opto- respectivement de gauche à droite, la prise secteur VDE et le fusible sur le
coupleurs fonctionnent en parallèle au primaire du transformateur, les fiches bananes des HP et les prises RCA pour
niveaux des sorties et forment une sorte le signal d’entrée.
de porte logique « OR » opto-isolée.
Ce réseau permet d’éviter des phé- signal et le fonctionnement du réseau
Notez la présence des condensateurs nomènes d’oscillations et donc d’as- de contre-réaction réalisé par R11, R3
C7 et C8, ces derniers limitent le fonc- surer la stabilité de l’amplificateur en et C4, servant à maintenir en continu
tionnement du circuit à des fréquences diminuant l’aspect inductif d’un haut- un gain unitaire et dans la gamme des
audio élevées afin d’éviter des phéno- parleur pour les hautes fréquences. Il fréquences audio une amplification en
mènes d’oscillations. permet de compenser partiellement tension du signal d’entrée d’environ 34
les variations de l’impédance d’un fois (pour 500 mVeff nous obtenons en
Pour conclure sur le fonctionnement du haut-parleur, notamment en fonction sortie 17 Veff).
circuit de protection, en cas de fonc- de la longueur et de la qualité du câble
tionnement sur des charges de 4 Ω à avec lequel le haut-parleur est relié à Supposons qu’à l’entrée de l’amplifi-
la puissance maximale, il se peut que l’amplificateur. cateur nous appliquons un signal sinu-
des fréquences basses déclenchent soïdal. Lors d’une demi-onde positive,
l’étage de protection en déconnectant L’impédance de la cellule de Bouche- l’amplitude du signal augmente ce
l’enceinte acoustique. Dans ce cas, rot diminue lorsque la fréquence aug- qui réduit la polarisation de la base
vous devez réduire la valeur des résis- mente, ce qui a pour effet de contrecar- de T1 (par rapport à sa polarisation au
tances R18, R19, R20 et R21 à 0,15 Ω rer l’augmentation de l’impédance de repos). Le signal sur le collecteur de
et vérifier ce qui se passe. À la limite, la charge (HP) de l’amplificateur. T1 devient négatif et avec lui la tension
vous pouvez descendre jusqu’à 0,1 Ω. appliquée sur la base de T5, dont le
La cellule sert également à compen- potentiel de collecteur augmente. Cela
Revenons maintenant à l’étage de sor- ser la rotation de phase (une sorte implique que la tension appliquée sur
tie, les signaux des deux demi-ondes de circuit de correction) induite par la les grilles de T7 et T9 croît, ce qui a ten-
positive et négative arrivent sur le présence du filtre à l’intérieur d’une dance à bloquer les MOSFET.
nœud commun à C7, C8, R23 et R24 enceinte acoustique.
pour former un signal sinusoïdal com- La situation de T8 et T10 est opposée,
plet qui, à travers la self L1 montée en Certaines enceintes acoustiques sont car la diminution du courant d’émetteur
série avec le contact du relais, atteint dotées de filtre de deuxième et troi- de T5, provoquée par l’abaissement de
le haut-parleur. sième ordre et qui ont donc un com- la polarisation de la base, augmente
portement difficilement prévisible sur la chute de tension aux bornes de
La self L1 sert à protéger les bobines l’ensemble du spectre du signal audio R6. Ainsi, T4 a tendance à conduire
mobiles des haut-parleurs de l’en- amplifié et peuvent donc provoquer davantage (parce que sa tension Vbe
ceinte acoustique contre les harmo- un dysfonctionnement de la cellule de augmente) donc le potentiel de son col-
niques de hautes fréquences qui pour- Boucherot. lecteur diminue.
raient endommager les haut-parleurs
des médiums et des tweeters, bien Si vous constatez que l’amplificateur Cette condition augmente légèrement le
que les enceintes compor tent en se met à osciller, modifiez la valeur du courant de collecteur du transistor T3,
interne des filtres passe-haut pour condensateur Cx sans dépasser 220 nF, et donc cela provoque une augmenta-
éviter ce problème. essayez aussi de réduire légèrement Rx tion de la chute de tension aux bornes
sans descendre en dessous de 6,8 Ω. de R10. Ainsi, l’augmentation du poten-
En parallèle avec la sortie de l’ampli- Sinon ne montez pas la cellule Rx/Cx. tiel du collecteur de T5 entraîne une
fi cateur et en amont de la self L1 se diminution du courant circulant dans la
trouve un réseau Rx/Cx appelé cellule Analysons maintenant le comporte- branche construite autour du générateur
de Boucherot. ment de l’amplificateur en présence du T3 et des résistances R15 et R16.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 9

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 9 08/02/2018 15:06:02


AUDIO

Plan de montage de l’amplificateur MOSFET

Circuit imprimé d’un canal de l’amplificateur MOSFET à l’échelle 1 : 1 côté soudures.

Liste des composants R23.... 820 Ω D1 ...... 1N4002


de l’amplificateur R24 .... 820 Ω D2 ...... 1N4002
MOSFET R25.... 100 Ω D3 ...... 1N4148
R26.... 6,8 kΩ
R27 .... 6,8 kΩ T1 ...... MPSA92
R1 ...... 47 kΩ R28.... 22 kΩ T2 ...... MPSA92
R2 ...... 47 kΩ R29.... 820 Ω T3 ...... MPSA92
R3 ...... 1 kΩ R30.... 47 kΩ T4 ...... MPSA42
R4 ...... 3,9 kΩ R31 .... 15 kΩ T5 ...... MPSA42
R5 ...... 3,9 kΩ R32.... 150 kΩ T6 ...... IRF640
R6 ...... 100 Ω R33.... 1 kΩ T7 ...... IRF9640
R7 ...... 100 Ω Rx ...... 10 Ω 2W (voir texte) T8 ...... IRF640
R8 ...... 12 kΩ 1W T9 ...... IRF9640
R9 ...... 100 Ω C1 ...... 22 µF/35 V électrolytique T10 .... MPSA42
R10 .... 47 Ω C2 ...... 47 pF céramique T11 .... MPSA92
R11 .... 33 kΩ C3 ...... 6,8 nF/100 V polyester pas T12 .... BC557
R12.... 100 Ω de 10mm
R13.... 100 Ω C4 ...... 47 µF/35 V électrolytique U1 ...... 4N25
R14 .... 100 Ω C5 ...... 33 pF céramique U2 ...... 4N25
R15.... 100 Ω C6 ...... 33 pF céramique U3 ...... CD4093
R16 .... trimmer 220 Ω C7 ...... 470 nF/50 V polyester
R17 .... 100 Ω C8 ...... 470 nF/50 V polyester RL1 .... FTR-H1CA012V
R18.... 0,18 Ω 4W C9 ...... 47 µF/63 V électrolytique
R19.... 0,18 Ω 4W C10 .... 100 µF/63 V électrolytique LD1 .... LED 5 mm rouge
R20.... 0,18 Ω 4W C11 .... 100 µF/63 V électrolytique L1 ...... inductance (voir texte)
R21 .... 0,18 Ω 4W Cx....... 100 nF/100 V polyester
R22.... 100 Ω pas de 10 mm (voir texte)

10 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 10 08/02/2018 15:06:05


AUDIO

Plan de câblage des composants d’un canal de l’amplificateur MOSFET.

Divers

Support circuit intégré 2 x 3


broches (x2)
Support circuit intégré 2 x 7
broches
Kit de montage mica + rondelle
isolante pour TO220 (x 4)
Dissipateur : ABL Components
référence Radiospares : 903-3074
référence fabricant 163AB1500B

Equerre de fixation : utiliser une


cornière en aluminium brut
30 x 30 mm, longueur 1 m
à couper (Castorama, ou
autre)

NB : tous les transistors, le relais


RL1 et le dissipateur sont
disponibles à la vente sur
http://fr.rs-online.com.
Photo du circuit imprimé d’un canal de l’amplificateur. Les tran-
sistors MOSFET sont fixés avec des isolants sur l’équerre en
aluminium.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 11

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 11 08/02/2018 15:06:11


AUDIO

Le potentiel des grilles de T8 et T10 Nous constatons qu’une fraction du T7 et T9, et donc la tension de sortie a
augmente, et les MOSFET conduisent signal de sortie est prélevée et ache- tendance à augmenter.
de plus en plus, augmentant ainsi la minée à travers la résistance R11 à la
tension de sortie. Le signal de sortie base du transistor T2, qui fait partie Notez que ce qui vient d’être décrit est
de l’amplificateur étant en phase avec du premier étage d’entrée différentiel. le fonctionnement en présence d’un
le signal d’entrée. signal compris dans la bande passante
Supposons que nous soyons dans le de l’amplificateur. Nous supposons que
Une fois que le maximum (pic) du cas d’une demi-onde positive, l’ampli- la fréquence est telle que la réactance
signal sinusoïdal appliqué à l’entrée tude du signal réinjecté sur la base capacitive de C4 est plus petite que la
est dépassé, la tension d’entrée com- de T2 est proportionnelle au facteur valeur de la résistance R3.
mence à diminuer et la base de T1 est de contre-réaction β égal à :
de plus en plus polarisée, de sorte que Par contre, en régime continu le conden-
le courant de collecteur de T1 aug- β = R3 + R11 / R3 sateur C4 se comporte comme un circuit
mente ainsi que la chute de tension aux ouvert, la tension de sortie atteignant la
extrémités de la résistance R4. Cette portion de signal réinjectée sur base de T2 détermine un taux de contre-
la base de T2 reste en phase avec le réaction égal à 1, condition qui stabilise
Le collecteur de T5 voit son potentiel signal de sortie, de sorte que lorsque parfaitement le point de repos et évite
diminuer, cela entraîne une diminution la tension sur le haut-parleur aug- ainsi toute dérive thermique.
du potentiel des grilles des MOSFET T7 mente, le potentiel sur la base de T2
et T9. Par conséquent, le potentiel du augmente. Cela a pour effet de réduire Le courant de repos de l’amplificateur
collecteur T4 augmente car le courant la tension émetteur-base du transis- dépend essentiellement de la position
d’émetteur de T5 est plus important et tor T2 (PNP), et par conséquent son du trimmer R16, puisque la somme des
fait chuter la tension VBE de ce dernier. courant de collecteur et son courant résistances R15 et R16 détermine la
d’émetteur. différence de potentiel entre les grilles
Dans ces conditions, T3 diminue sa de T6/T8 et T7/T9. R16 règle donc la
propre tension base-émetteur et donc Puisque R2 est traversée par la somme polarisation au repos de l’étage de
son potentiel de collecteur baisse, des courants des émetteurs de T1 et puissance et par conséquent le cou-
de sorte que les MOSFET T6 et T8 T2, la diminution du courant d’émet- rant de repos de l’amplificateur.
réduisent leur courant de drain. Lorsque teur de T2 produit une augmentation
le signal sinusoïdal d’entrée passe par de la tension d’émetteur des deux tran- La polarisation de l’étage de puissance
le point zéro, la tension de sortie de sistors, et donc fait croître la tension est le facteur déterminant pour une
l’amplificateur est nulle. VBE de T1. Cela provoque une conduc- parfaite reproduction du signal ampli-
tion plus importante de T1 qui entraîne fié, car il agit sur la distorsion de croi-
Pour la demi-onde négative du signal une augmentation du courant de col- sement inhérente à la classe AB.
d’entrée, la situation est inversée. En lecteur et donc une chute de tension
effet, T1 commence à conduire de plus plus importante aux bornes de R4. En fait, tous les autres étages (les 2
en plus ainsi que le transistor T4, de étages différentiels ainsi que celui
sorte que le potentiel appliqué aux grilles Ainsi la base de T4 est polarisée davan- de T3) de l’amplificateur fonctionnent
des MOSFET T7 et T9 diminue davantage tage, donc le potentiel de son collecteur en classe A (ils amplifient le signal en
et provoque ainsi une augmentation du diminue (NPN), de sorte que la tension entier), tandis que l’étage de puissance
courant de drain de ces MOSFET. VGS des MOSFET T6 et T8 diminue et composé des MOSFET fonctionne de
celle des MOSFET T7 et T9 augmente. manière complémentaire sur une seule
Dans le même temps, le potentiel du Il en résulte que la tension de sortie a alternance du signal, cela correspond à
collecteur de T4 diminue de plus en tendance à diminuer. un fonctionnement en classe B.
plus et donc le potentiel des grilles des
MOSFET de la branche positive diminue Concernant le fonctionnement de la Le courant de repos doit être réglé
jusqu’à ce que T6 et T8 soient bloqués. contre-réaction pour une demi-onde de façon à maintenir une polarisation
négative, le discours est similaire. Sup- des grilles des MOSFET minimale pour
Dans ce cas, la tension de sortie de posons que le signal de sortie soit une qu’à l’intersection entre les deux demi-
l’amplificateur est négative car elle est demi-onde négative, cela entraîne une ondes (c’est-à-dire lorsque le MOSFET
générée par la conduction des MOS- diminution du potentiel de la base de T2 de la section positive est bloqué et
FET de la branche négative T7 et T9. et donc une augmentation du courant celui de la section négative devient
Lorsque le signal d’entrée redevient d’émetteur de celui-ci. passant) le signal varie de manière
positif, la situation redevient identique à fluide et continue.
celle décrite pour la demi-onde positive. Donc, globalement cela implique une
Le cycle se répète ainsi tant qu’un signal diminution du potentiel des émetteurs En augmentant la valeur résistive du
d’entrée est appliqué. de T1 et T2, T1 est alors moins polarisé trimmer R16, à courant de collecteur
et le collecteur de T4 voit sa tension constant de T4, cela fait augmenter
Examinons maintenant le fonctionne- augmenter. Il en résulte une polarisation la tension V GS des MOSFET et donc
ment de la contre-réaction. plus grande de T6 et T8 par rapport à ceux-ci absorbent plus de courant au

12 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 12 08/02/2018 15:06:12


AUDIO

Calcul du dissipateur
Dans le cas de notre amplificateur et en général pour les amplificateurs fonctionnant en AB, lors du dimensionnement du
dissipateur thermique de l’étage final nous devons tenir compte de la puissance à dissiper et de la température ambiante
maximale dans laquelle le circuit fonctionnera.

La puissance dissipée d’un amplificateur fonctionnant en classe AB est d’environ 40 % de la puissance fournie en sortie,
donc pour 200 Weff fournis en sortie la puissance dissipée sera de 80 W pour un canal. À noter qu’un canal consommera
280 W au niveau de l’alimentation (puissance de sortie + puissance dissipée). Supposons que la température ambiante
maximale atteigne 40 °C, ce qui s’est produit cet été dans le sud de la France. À partir de ces valeurs, nous obtenons la
résistance thermique globale « θja » entre la jonction du semi-conducteur et l’environnement (c’est-à-dire entre la jonction
et le milieu ambiant). La résistance thermique du dissipateur « θha » (c’est-à-dire entre le dissipateur et le milieu ambiant)
est égale à la différence entre « θja », « θjc » (résistance thermique entre la jonction et le boîtier du composant) et « θch »
(résistance thermique entre le boîtier du composant et le dissipateur).

Nous obtenons : θha = θja - θjc – θch

Cette formule correspond à la différence de la température maximale entre la jonction du semi-conducteur, la température
ambiante autorisée et la puissance à dissiper. En supposant qu’un étage final dissipe 40 W (donc les 2 dissipent 80 W) à
la puissance maximale et que nous utilisons un seul dissipateur pour les 2 étages de puissance, nous obtenons :

θja = 110 °C / 80 W = 1,375 °C/W

en fixant une température maximale de la jonction d’un MOSFET à 110 °C. En réalité, la température maximale de fonction-
nement de la jonction est de 150 °C. Cependant, il faut garder une certaine marge, donc nous fixons la limite à 110 °C.

Étant donné que le radiateur comporte 4 transistors, chacun nécessite une « θja » quatre fois plus grande, soit 5,5 °C/W.
Avec un seul dissipateur, le montage mécanique des MOSFET doit être effectué en insérant une feuille isolante de mica avec
de la graisse de silicone, ce qui entraîne une résistance thermique d›environ 1 °C/W pour un boîtier TO-220, comme ceux
des IRF640 et 9640. Notez que la « θjc » mentionnée par le fabricant est d’environ 1° C/W, nous obtenons une « θha » de :

Θha = 5,5 - 1 - 1 = 3,5 °C/W

Cela correspond à la résistance thermique du dissipateur pour un seul MOSFET, mais comme nous utilisons un seul
dissipateur de grande taille avec des isolants en mica pour chaque transistor, le dissipateur doit avoir une résistance
thermique 4 fois plus petite, soit 0,875 °C/W, dans le cas d’une puissance maximale à 4 Ω. En prenant un dissipateur
de dimensions 150 x 250 x 40 mm ayant une résistance thermique de 0,14 °C/W, cela nous laisse une marge pour
un fonctionnement en toute sécurité des MOSFET.

repos (cela réduit la distorsion de croi- Cela n’est pas nécessaire avec des Un transistor bipolaire a un coefficient
sement à des valeurs infinitésimales). MOSFET, car à l’inverse des transis- de température négatif, lorsque la jonc-
tors bipolaires, ils ont un coefficient tion collecteur-émetteur s’échauffe cela
Si par contre VGS diminue, cela entraîne de température positif. provoque l’augmentation du courant
une diminution du courant circulant du collecteur, ce qui entraîne une aug-
dans les MOSFET au repos. Cependant La jonction d’un transistor MOSFET mentation encore plus importante de
la distorsion de croisement sera plus se comporte comme une résistance la température de la jonction jusqu’à
importante, et peu à forte puissance semi-conductrice. Si la température l’autodestruction du transistor.
déformer le signal de sortie. augmente, sa résistance croit (cela
est dû au phénomène d’agitation ther-
Nous expliquerons comment ajuster mique). Donc si le courant de repos L’alimentation
R16 lorsque nous aborderons la réali- de l’étage fi nal tend à augmenter, la
sation pratique. chaleur dissipée par la jonction aug- Nous venons de décrire le fonctionne-
mente, et par conséquent la tempé- ment de l’amplificateur, nous allons
Notez que, contrairement à d’autres rature au niveau de la jonction. Il en maintenant aborder l’étage d’alimen-
amplificateurs (notamment ceux dont résulte que la résistance de cette der- tation. Il s’agit d’une alimentation
l’étage de puissance dispose de tran- nière augmente ce qui fait diminuer symétrique non régulée, comme cela
sistors bipolaires), il n’y a pas de stabi- automatique le courant circulant dans est habituel pour les amplificateurs de
lisation thermique de la polarisation. la jonction. puissance.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 13

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 13 08/02/2018 15:06:12


AUDIO

Schéma de câblage de l’amplificateur

LAMP - + + - LAMP

1N4148 15kΩ 15kΩ 1N4148

AP AP
IN L IN R

TRIMMER TRIMMER
47kΩ 47kΩ

IRF640 IRF640 IRF9640 IRF9640 IRF640 IRF640 IRF9640 IRF9640

T6 T8 T9 T7 T6 T8 T9 T7

R20 R21 R20 R21

R18 R18
R14 R26 R17 R14 R26 R17
R3 R11 R13 R3 R11 R13
C8 C8
R25 R24 R27 RL1 R25 R24 R27 RL1
R23 R22 R19 R23 R22 R19
T10 T11 T10 T11

R12 R12
R10 R15 R10 R15
C4 C4
C7 R16 C7 R16
D2 D2
R8 U2 U1 R8 U2 U1
R28 R29 LD1 R28 R29 LD1
T3 R6 T3 R6
T4 T5 T4 T5
C3 C6 C3 C6
C11 U3 R33 C11 U3 R33
Rx R9 D1 R7 R2 C5 L1 Rx R9 D1 R7 R2 C5 L1

R5 R5
Cx Cx
T2 T2
R4 C9 T12 R4 C9 T12
R32 R30 R32 R30
R1 R1
T1 T1
-V +V GND/0V AP- IN D3 +12V AP+ -V +V GND/0V AP- IN D3 +12V AP+
R31 R31
- S C1
C2 C10 - S C1
C2 C10

AC/L +Vo
-V

0V

+V

AC/DC
LD1

Transformateur
R1

230 VCA - 40/40 VCA


AC/N -Vo
FUS1
FUS2

40 V~

40 V~
C2
C4

PT1

FUSE
ON/OFF

~ ~
Le module convertisseur AC/DC transforme le 220 V en 12 V. Concernant les
C1
C3

~
~

0V

VU-mètres, le 12 V alimente les ampoules à l’aide de contacts extérieurs, tandis


que le signal prélevé de l’amplificateur passe par une diode 1N4148 en série avec
une résistance de 15 kΩ qui elle-même est connectée à l’une des extrémités du
trimmer de 47 kΩ. Le point milieu du trimmer est relié au microampèremètre du
VU-mètre, l’autre extrémité étant à la masse.

Elle se compose d’un transformateur Nous avons soudé directement en paral- Ainsi l’alimentation fournira ± 56 VDC
torique avec un point milieu dont le lèle sur les broches des condensateurs à vide, c’est-à-dire une tension posi-
secondaire développe 2 x 40 V. électrolytes (sous le circuit imprimé) des tive de 56 VDC par rapport à la masse
condensateurs de 100 nF pour filtrer les notée « + V » et une tension négative
Les extrémités des enroulements du parasites provenant du réseau ou des de – 56 VDC par rapport à la masse
transformateur sont reliées à un pont connexions. notée « - V ».
de diode de type « pont de Graetz ».
Le point milieu du transformateur En sortie des condensateurs de fil- Sur la branche positive de l’alimen-
constitue la masse de référence. En trage, nous trouvons une tension tation (« + V »), nous prélevons une
sortie du pont de diode, deux conden- symétrique théorique qui vaut 1,4 partie de la tension pour fournir une
sateurs électrolytes de haute capacité (√2) fois la tension de sortie d’un tension stabilisée de 12 VDC afin
(6800 µF chacun) sont connectés en enroulement secondaire du transfor- d’alimenter l’étage de protection de
parallèle pour former une capacité mateur, soit 40 * 1,4 = 56 VDC pour l’amplificateur. Nous avons deux pos-
équivalente à 13600 µF pour chaque chaque demi-alimentation (elles sont sibilités pour délivrer cette tension de
demi-alimentation. de signe opposé). 12 VDC :

14 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 14 08/02/2018 15:06:13


AUDIO

1. soit utiliser une diode Zener de 12


V /1W et une résistance de 820 Le câblage des vu-mètres
Ω /1W ;
2. soit utiliser un convertisseur AC/DC Pour la réalisation du prototype de l’amplifi cateur, nous avons utilisé deux
de 12 V/20 W (solution adoptée). VU-mètres analogiques (un par canal), rappelant le style vintage de la haute-fi-
délité des années 70. L’avantage d’un VU-mètre analogique (à aiguille) par
Notez la présence d’un fusible rapide rapport à un afficheur numérique est sa très faible inertie permettant de visua-
de 10 A en série sur chaque demi-ali- liser les pics du signal audio. Les VU-mètres sont rétroéclairés à l’aide d’am-
mentation. poules à incandescence intégrées. En amont des VU-mètres se trouve un circuit
constitué de 3 composants. Ils doivent être câblés en fil volant. Le circuit se
compose d’une résistance de 15 kΩ en série avec une diode 1N4148 suivie
Réalisation pratique d’un trimmer de 47 kΩ.

La construction de cet amplificateur La diode redresse seulement une demi-


haut de gamme est à la portée de tous, onde du signal de sortie de l’amplifi-
car il nécessite que des composants tra- cateur pour le rendre unidirectionnel.
versant. Les circuits imprimés sont de Nous obtenons ainsi des impulsions
type simple face. Cependant, il faut prê- dont les amplitudes sont proportion-
ter une attention particulière et être soi- nelles au signal de sortie envoyé aux
gneux tout au long de la construction, haut-parleurs. Le trimmer permet de
car certains composants sont coûteux régler l’amplitude du signal afin d’éta-
et que la moindre erreur peut être fatale lonner la sensibilité du VU-mètre.
à cause des tensions mises en jeu.
Le circuit représenté ci-après doit être
Une fois les circuits imprimés gravés réalisé en double exemplaire pour
et percés, commencez par souder les chaque canal. Vous devez connecter
composants ayant un profil bas, c’est respectivement les points « AP+ » et
à dire les résistances 1/4 W et les « AP- » du circuit à ceux de l’amplifica-
diodes en respectant l’orientation de teur (après la self L1 sur le schéma de
leurs bagues. l’amplificateur). La résistance de 15 kΩ
1/4W protège le VU-mètre dans le cas
Concernant les résistances, afin d’évi- où le point milieu du trimmer se situe
ter toute erreur, utilisez un multimètre vers la cathode de la diode.
et mesurez leurs valeurs ohmiques
avant de les souder. C’est un pro-
cessus plus long mais plus sûr car la
moindre erreur au niveau du circuit de N’oubliez pas de souder les ponts en Répétez l’opération pour les autres tran-
polarisation entrainerait la destruction utilisant des morceaux de pattes de sistors, et ensuite présentez l’équerre
des MOSFET. composants. Un est situé vers R18 et en correspondance avec les trous sur
l’autre vers C10. Soudez la LED LD1 le circuit imprimé où viennent souder
Continuez en soudant le trimmer, les en respectant l’orientation, le méplat les MOSFET.
condensateurs non polarisés, les tran- se trouve face à R29.
sistors en boitier TO-92 (les petits en Eventuellement, ajustez la position des
forme de demi-lune). Vérifiez leur orien- Maintenant vous devez fixer les tran- transistors puis serrez les vis de fixa-
tation à l’aide du plan de câblage avant sistors MOSFET sur l’équerre qui tion. Ensuite soudez les MOSFET. Il ne
de les souder, ensuite souder les sup- aura été au préalable coupé et per- vous restera plus qu’à visser l’équerre
ports des optocoupleurs et du 4093. cée correctement. Evitez de toucher sur le dissipateur. Soudez le relais RL1.
les pattes des MOSFET, utilisez de la
Soudez ensuite les résistances de mousse électrostatique pour enlever La self L1 doit être fabriquée par vos
puissance R18 à R21, elles doivent toute charge électrique sur vos doigts soins, il s’agit d’une self à air de dia-
être surélevées de 5 mm par rapport qui pourrait endommager les MOSFET. mètre 6 mm. Procurez-vous un objet
à la surface du circuit imprimé afin de (crayon ou stylo) de diamètre 6 mm,
permettre l’évacuation de la chaleur Pliez délicatement les transistors de bobinez une quinzaine de spires join-
produite pendant le fonctionnement. sorte que leurs pattes forment un tives de fil de cuivre émaillé de dia-
angle de 90 ° avec l’équerre. Insérez mètre de 1,2 mm. Retirez l’objet et
Soudez les condensateurs électroly- le kit de fi xation contenant la feuille grattez les extrémités de l’enroulement
tiques (polarisés) en respectant l’orien- de mica et la rondelle isolante pour pour permettre à la soudure d’adhérer.
tation (le moins est indiqué sur le boî- boîtier TO220, serrez légèrement la
tier et le plus correspond à la patte la vis de façon à pouvoir manœuvrer le Une fois la self L1 soudée, insérez
plus longue). transistor. dans leurs supports respectifs les

ELECTRONIQUE magazine - n°142 15

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 15 08/02/2018 15:06:16


AUDIO

Ci-contre, l’amplificateur câblé et


monté dans un boîtier en alumi-
nium d’épaisseur 1,5 mm, le pan-
neau arrière a été découpé pour
fixer l’ensemble « circuit imprimé +
radiateur ». À côté, vous pouvez voir
le convertisseur 220 V/12 V utilisé
pour alimenter les ampoules des
VU-mètres et l’étage de protection de
chaque canal de l’amplificateur. Le
convertisseur est disponible auprès
de la société COMELEC (comelec.fr).

optocoupleurs et le 4093 en faisant Si vous utilisez des feuilles de mica Assurez-vous que tous les composants
attention à l’orientation. Les repères pour l’isolation (qui sont transpa- sont au bon endroit et correctement
en « U » des circuits sont tous orientés rentes), vous devez appliquer de la montés. Cette étape de vérification
vers le relais RL1. graisse de silicone des deux côtés. Si est essentielle car vous ne devez pas
vous utilisez des feuilles de téflon (de oublier que le circuit est alimenté avec
Pour l’instant, ne soudez pas Rx et couleur grise), vous n’avez pas besoin une tension globale supérieure à 100 V
Cx, car l’amplificateur est en cours de de silicone, car ce matériau adhère aux (compte tenu de la différence de poten-
test. Vissez l’équerre sur le dissipateur aspérités présentes à la surface de tiel entre les bornes « + V » et « - V »)
en appliquant de la graisse de silicone l’aluminium assurant une conduction et que cette tension peut rapidement
pour assurer un transfert thermique thermique avec la partie métallique des détruire des composants voire exploser
optimal entre cette dernière et le radia- transistors. les condensateurs de filtrage de l’ali-
teur. Vous pouvez aussi fi xer directe- mentation s’ils sont soudés à l’envers.
ment les MOSFET sur le dissipateur en Vérifiez l’assemblage de l’ensemble
vous passant de l’équerre, selon votre en vous assurant qu’il n’y a pas de Pour notre prototype, nous avons
convenance. courts-circuits au niveau du câblage du assemblé une version stéréo de l’am-
transformateur, des circuits imprimés, plificateur en l’alimentant avec un
Quelle que soit votre solution adoptée, du convertisseur ou des composants transformateur toroïdal et une alimen-
n’oubliez pas d’isoler la partie métal- proches des VU-mètres. tation composée de 4 condensateurs
lique des MOSFET du dissipateur au
moyen des kits d’isolement appropriés
en mica, avec la rondelle isolante et les
vis et écrous 3MA. Cela est crucial, car
la partie métallique des MOSFET est
connectée électriquement en interne
aux drains qui eux-mêmes sont reliés
directement aux lignes d’alimenta-
tions. Cela provoquerait un court-circuit
au niveau de l’alimentation avec des
conséquences désastreuses.

Soyez vigilants, testez à l’aide d’un mul-


timètre, positionné sur le symbole de la
diode (continuité), l’isolation des drains Schéma électrique de
l’alimentation.
avec le radiateur et l’équerre éventuel-
lement. Le multimètre doit indiquer une
résistance infinie, il ne doit pas biper.

16 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 16 08/02/2018 15:06:22


AUDIO

Plan de montage de l’alimentation Liste des composants de


l’alimentation

R1 68 kΩ
*C1 6800 µF/63 V électrolytique pas de 12,5 mm
*C2 6800 µF/63 V électrolytique pas de 12,5 mm
*C3 6800 µF/63 V électrolytique pas de 12,5 mm
*C4 6800 µF/63 V électrolytique pas de 12,5 mm
C5 100 nF/250 V côté soudures en parallèle à C1
C6 100 nF/250 V côté soudures en parallèle à C2
C7 100 nF/250 V côté soudures en parallèle à C3
C8 100 nF/250 V côté soudures en parallèle à C4

*PT1 pont de diodes 400V/25A


LD1 LED 5 mm rouge
FUS1 fusible 8 A
FUS2 fusible 8 A

Divers

porte fusible pour circuit imprimé (x 2)


transformateur toroïdal 2 x 40 V / 625 VA (dans le
cas de 2 alimentations séparées prendre 2
transformateurs de 2 x 40 V / 300 VA)
Vis 20 mm M4
Ecrou M4
Dissipateur pour pont de diode

*Code commande Radiospares C1 à C4 : 739-


5386
*Code commande Radiospares PT1 : 629-6156
Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté soudures de l’alimentation.

Photo de l’un de nos prototypes de l’alimenta-


tion. Notez que les condensateurs de 100 nF (C5
à C8) sont soudés directement sur les broches
des condensateurs électrolytiques côté soudures
Plan de câblage des composants de l’alimentation. (sous le circuit).

ELECTRONIQUE magazine - n°142 17

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 17 08/02/2018 15:06:27


AUDIO

de 6800 µF (en parallèle sur chaque


branche) et un pont de diode dont les
caractéristiques sont : 200 V/25A.

Si votre budget le permet, vous pouvez


alimenter un seul canal avec un seul
transformateur de même type (mais
en 2 x 40 V / 300 VA) et une seule
alimentation. Il vous faudra donc 2
transformateurs et 2 circuits d’alimen-
tation séparées. Vous obtiendrez ainsi
une séparation totale des canaux et À noter que lors du premier test de Si vous disposez d’un générateur BF et
donc une très faible diaphonie avec l’amplificateur (une fois l’alimentation d’un oscilloscope, vous pouvez effectuer
des graves renforcés, que peu d’appa- validée), alimentez un seul canal à la un réglage plus précis du courant de
reils du commerce atteignent. fois afin de situer les éventuels pro- repos. Réglez le générateur BF sur une
blèmes et limiter les dégâts possibles. forme d’onde sinusoïdale de fréquence
Pour alimenter les ampoules des VU- Car si vous constatez un problème sur 1 kHz. Eteignez le générateur, reliez la
mètres et l’étage de protection des 2 un canal, il se peut que le même soit sortie de ce dernier à l’entrée « IN » de
canaux, nous avons utilisé un conver- présent sur l’autre canal. l’amplificateur et reliez en sortie de l’am-
tisseur MeanWell 12 V / 20W. Dans le plificateur une résistance de 100 Ω/2 W.
cas d’une double alimentation séparée Si possible réglez l’amplitude du géné-
utilisez 2 convertisseurs de ce type. L’étalonnage rateur BF au minimum.

Ainsi, une fois que vous avez vérifié que Le réglage du courant de repos permet Si vous ne pouvez pas régler l’ampli-
tout est en ordre, vous allez tester en pre- d’ajuster la polarisation minimale de tude, il faudra intercaler un potentio-
mier l’alimentation. Pour cela, ne reliez l’étage de puissance, afin que la distor- mètre entre la sortie du générateur et
pas les points « + V » et « - V » de l’alimen- sion de croisement soit nulle. Vous pou- l’entrée de l’amplificateur.
tation à ceux de l’amplificateur. vez le faire de deux façons : la première
est basée sur le réglage d’une valeur du Ajustez le générateur pour obtenir une
Ne reliez pas non plus le convertisseur courant de repos en l’absence de signal amplitude de 100 à 300 mVeff, puis
ou le circuit équivalent à l’étage de et la seconde à l’aide d’un oscilloscope. vérifiez la forme du signal en sortie
protection de l’amplificateur. Le but est avec l’oscilloscope. Si vous remarquez
de tester les tensions d’alimentation Dans le premier cas, insérez en série un palier près du passage à zéro de la
à vide avant de relier l’amplificateur, en avec l’alimentation positive (+V) un sinusoïde, manœuvre délicatement
cas de dysfonctionnement vous éviterez multimètre calibré en courant continu R16 de manière à obtenir une onde
des problèmes. sur 200 mA. Le fil rouge du multimètre sinusoïdale parfaite, la déformation
(+) doit être relié au « +V » de l’alimen- doit disparaître.
Mettez sous tension, vous devez obtenir tation et le fil noir du multimètre (-) au
à vide pour « + V » environ + 63 V, le « +V » de l’amplificateur. Avec l’oscilloscope, vous pouvez égale-
moins du multimètre étant relié au point ment vérifier l’apparition d’oscillations
milieu du transformateur qui correspond Court-circuitez l’entrée BF de l’amplifica- à l’écran sous la forme d’un signal
à la masse de l’alimentation. teur (signal IN) puis mettez sous tension. plus ou moins grand superposé à celui
Utilisez un petit tournevis plat de préfé- du générateur, mais à une fréquence
Pour « - V » vous devez avoir – 63 V. rence en plastique. Tournez lentement le beaucoup plus élevée. Typiquement
Ces valeurs sont tout à fait correctes trimer R16 dans un sens ou dans l’autre autour du mégahertz. Dans ce cas,
car l’alimentation fonctionne à vide. jusqu’à ce que le multimètre affiche une éteignez l’amplificateur, et montez le
Si vous n’avez pas ces tensions, coupez valeur comprise entre 50 mA et 60 mA. réseau Rx/Cx puis vérifiez de nouveau
le courant et recherchez le problème. si l’oscillation a disparu.
Si tout est correct, testez le 12 V de NB : si vous constatez qu’à la mise
l’étage de protection selon la solution sous tension le multimètre affiche une Notez qu’un phénomène d’auto-oscil-
que vous avez adopté. intensité supérieure à 200 mA, arrêtez lation peut être détecté sans oscillos-
immédiatement. Il doit y avoir certaine- cope, si l’amplificateur au repos sans
Avant d’alimenter l’amplificateur, met- ment un court-circuit dans l’étage final ou signal se met à chauffer excessivement,
tez le trimmer R16 du réglage du les MOSFET sont inversés. cela signifie la présence d’auto-oscilla-
courant de repos à mi-course. Cela tions. Dans ce cas, éteignez immédia-
devrait théoriquement régler un cou- À ce stade, si tout est correct, lais- tement et montez le réseau Rx/Cx. Si
rant de repos de l’amplificateur suffi- sez l’amplificateur allumé pendant 5 tout vous semble correct, mettez hors
sant pour effectuer les premiers tests. minutes et retouchez la position de tension et débranchez vos instruments
Cela n’est pas dangereux pour l’inté- R16 si le courant a varié en dehors des de mesure, votre amplificateur est par-
grité de l’amplificateur. limites ci-dessus. faitement réglé.

18 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_04_Amplificateur Hi-fi 200 W à MOSFET.indd 18 08/02/2018 15:06:28


AUDIO

CHAMBRE D’ECHO
DIGITALE
Cette chambre d’écho digitale,
basée sur un circuit intégré Holtek
qui réalise une ligne à retard
numérique, accepte les signaux
provenant d’un microphone.
Elle est aussi dotée d’une entrée au
niveau ligne. Elle dispose d’une sortie
au niveau ligne permettant de piloter
une table de mixage ou un amplificateur
et d’une sortie HP.

de Boris Landoni

S
avez-vous ce qu’est un écho ? Si vous visitez une L’électronique analogique a permis de reproduire cet effet en
grotte ou essayez de crier dans un canyon, vous per- l’appliquant aux bandes sonores des films et des documen-
cevrez un écho qui correspond au retour des sons taires, mais aussi et surtout pour la musique lorsqu’elle est
émis dans diverses directions. Les sons sont réfléchis avec jouée en studio et en direct.
une intensité différente et un certain retard en raison du
temps de propagation. Ce n’est pas un hasard si l’un des effets les plus couramment
utilisés est l’écho. Au début, la musique était enregistrée sur
Plus précisément, l’écho
écho est un phénomène acoustique de une bande magnétique à l’aide de 2 têtes. La première tête
réflexion du son.. Ce nom provient de la nymphe éponyme de placée en amont reproduisait le son, tandis que la seconde
la mythologie grecque, censée incarner ce phénomène. Il peut tête disposée plus loin introduisait un effet d’écho.
être simulé en utilisant un dispositif nommé chambre d’écho.
Ainsi, en faisant varier la vitesse de défilement de la bande,
Un écho acoustique correspond donc au retour d’une onde la durée de l’écho était modifié. Ce système a été utilisé pen-
sonore réfléchie par une discontinuité rencontrée lors dant quelques décennies, puis remplacé par des montages
de sa propagation. L’onde ainsi réfléchie revient au point à transistors analogiques.
d’émission avec une amplitude différente du signal initial et
avec un délai (retard) qui dépend du temps mis pour effectuer Aujourd’hui, des processeurs audio numériques permettent
l’aller et le retour entre l’émetteur et la discontinuité. de reproduire l’effet d’écho et bien plus encore.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 19

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 19 08/02/2018 15:14:07


AUDIO

Il s’agit des circuits DSP pour « Digi- polarisé C14 qui est indispensable pour
tal Signal Processor » ou « proces- bloquer toute composante continue.
seur de signal numérique » ou encore
« traitement numérique du signal ». Le gain en tension de l’étage d’entrée
dans la bande passante vaut :
Dans cet article, nous vous proposons
un effet d’écho très simple et peu coû- (R8 + R9) / R9
teux, mais qui est très efficace.
soit un gain d’environ 3 fois.
Il peut être utilisé avec un microphone,
par exemple la voix d’un chanteur ou Le signal audio ainsi amplifié par IC2a
pour créer des effets spéciaux lors est disponible sur la sortie (entre la Figure 1 : brochage du circuit intégré
d’une représentation grâce à son broche 1 et la masse). Le signal tra- HT8972.
entrée ligne (signal musical). verse alors le condensateur pola-
risé C15 (qui bloque la composante
Pour notre projet, nous avons choisi un continue due au fonctionnement en du signal d’entrée afin d’obtenir un
circuit intégré de la fi rme « Holtek », mono-tension de IC2a) pour le diriger second signal retardé par rapport à
spécialisée et reconnue pour fabriquer vers le cavalier SK5. l’original. Les deux composantes audio
ce type de composant dédié au sont ensuite mélangées de manière à
traitement du son, y compris pour les Notez que la résistance R9 a un doser, par l’intermédiaire du potentio-
synthétiseurs. Analysons maintenant condensateur en série pour empê- mètre RV3, la profondeur de l’effet
le schéma électrique afin de découvrir cher IC2a d’amplifi er la composante d’écho (définit le retard de l’arrivée du
le fonctionnement du circuit. continue provenant de la polarisation son de l’écho).
du diviseur de tension formé par R5
et R6. Examinons comment cela est réalisé
Schéma électrique dans le circuit. Le retard est obtenu
Le cavalier SK5 permet de sélec- grâce à une mémoire dans laquelle
Le montage est conçu pour la voix, il tionner la source du signal d’entrée, sont écrites les données provenant du
est équipé d’une capsule micropho- c’est-à-dire soit provenant du micro- signal audio échantillonné et converti
nique électret MC1. Cette dernière phone (pont fermé vers C15) ou pro- par un convertisseur interne A/N au cir-
est reliée à l’entrée d’un étage préam- venant de l’entrée ligne appliquée au cuit HT8972.
plificateur constitué par l’amplificateur point SK4 (Line In).
opérationnel IC2a. Ensuite les données sont lues avec un
Le signal sélectionné est appliqué retard variable qui dépend de la fré-
Rien ne vous interdit de ne pas mon- sur le potentiomètre RV1 qui règle le quence à laquelle le VCO interne les
ter la capsule et de connecter entre niveau du signal et agit comme une envoie à la logique de contrôle, afin de
la broche positive de C14 et la masse commande de volume. RV1 ajuste reconvertir les données en un signal
une prise jack 6,35 mm pour insérer l’amplitude de la sensibilité d’entrée analogique dirigé vers la sortie de IC1.
le câble provenant d’un microphone du circuit intégré IC1 (HT8972), qui est
classique (dans ce cas, il ne faut pas le cœur du montage. Ce dernier est Le circuit intégré IC1 prélève une partie
monter la résistance R1). chargé de créer l’effet d’écho. du signal de sortie du dernier amplifi-
cateur opérationnel interne (celui piloté
Comme nous l’avons expliqué briève- Le fonctionnement du HT8972 est par le démodulateur et le signal retardé
ment, le circuit dispose d’une entrée basé sur le principe de la ligne à retard, provenant de la logique) pour la diriger
ligne afin d’appliquer l’effet d’écho à c’est-à-dire sur le décalage temporel vers l’entrée du premier filtre passe-bas
des signaux musicaux ne provenant
pas d’un microphone.
Caractéristiques techniques :
L’étage d’entrée constitué par l’amplifi-
cateur opérationnel IC2a (LM358) est Tension d’alimentation : 9 VDC ;
configuré en amplificateur non-inver- Courant absorbé avec un haut-parleur : 400 mA ;
seur et est alimenté en mono tension Courant absorbé sur la sortie ligne : 50 mA ;
(une seule alimentation), de sorte que Contrôle du niveau d’entrée, du volume de sortie, du temps d’écho et du retour ;
le diviseur de tension formé par les Sensibilité de l’entrée ligne : 500 mVeff ;
résistances R5 et R6 polarise l’entrée Temps de retard de l’écho : de 80 ms à 200 ms ;
non-inverseuse à la moitié de la ten- Distorsion THD : de 0,2 à 0,7 % ;
sion d’alimentation. Bruit en l’absence de signal (pondéré A) : -85 dBV ;
Sortie ligne et haut-parleur ;
Le signal d’entrée provenant du micro- Puissance de sortie sur HP : 500 mW (8 Ω à 10 % THD).
phone passe à travers le condensateur

20 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 20 08/02/2018 15:14:07


AUDIO

(LPF1) formé par le réseau R16, C12


(filtre passe-bas) et le condensateur C19
(découplage) ainsi que RV3, R17 et C17.

La bande passante, c’est-à-dire la


fréquence limite supérieure que peut
reproduire le HT8972, dépend de la
fréquence d’échantillonnage et est
limitée par le filtre passe-bas de l’entrée
(LPF1) à une valeur telle qu’elle ne
dépasse pas le taux d’échantillonnage
du signal traité par l’effet.

Notez que la valeur de la résistance


totale entre la broche 6 et la masse
influe sur le temps de retard maximal
(et donc sur la longueur et la profon-
deur de l’écho), mais aussi sur la fidé-
lité du son sortant du HT8972 et sur la
fréquence de l’oscillateur.

Si nous modifions les valeurs des com-


posants (R2 et RV2), plus la valeur
résistive est élevée (ceci s’applique
également au réglage du curseur du
potentiomètre) plus l’écho dure mais
le son perd en qualité.

Lorsque la fréquence de fonction-


nement du VCO diminue, le taux de
conversion A/D diminue aussi et donc
la distorsion harmonique augmente.

Cela peut être constaté en regardant le


Tableau 1, extrait de la documentation
technique de Holtek, où les principales
valeurs résistives (Rosc) admissibles par
le circuit sont reportées ainsi que les
fréquences correspondantes (fosc), la
durée de l’écho (Td) et la distorsion
harmonique introduite dans le signal
prélevé en sortie du composant.

Dans le circuit, la composante BF pro-


venant du potentiomètre de volume est
appliquée, à travers le condensateur de
découplage C16, à la première cellule Schéma électrique de la chambre d’écho digitale.
de filtrage constituée par R4, R12,
C7 et l’entrée inverseuse « LPF1_IN » et un condensateur externe (C9) afin converti en numérique. L’unité de
(broche 16) de l’amplificateur opéra- de limiter la bande passante supé- contrôle du HT8972 mémorise le signal
tionnel interne. rieure. La fréquence de coupure supé- numérisé, puis l’extrait avec un certain
rieure de LPF1 est déterminée par les retard qui dépend du potentiomètre
La sortie de ce dernier est connectée valeurs de R4 et C7. RV2. Ce dernier détermine le retard en
à un comparateur interne qui compare modifiant la fréquence de fonctionne-
le signal filtré reçu en entrée avec Le signal soumis à l’effet est prélevé ment du VCO.
celui prélevé sur la première sortie de sur la sortie du filtre actif « LPF1_IN »
la logique de retard, déjà traitée par (broche 15) pour être mélangé à une Notez que la logique de contrôle four-
le premier amplificateur interne dont fraction de la contre-réaction. Le nit deux signaux numériques en sortie,
les broches 10 (entrée) et 9 (sortie) signal est ensuite filtré et comparé « DO0 » et « DO1 ». Le premier est uti-
sont reliées par une résistance interne par le comparateur interne afin d’être lisé par le comparateur, tandis que le

ELECTRONIQUE magazine - n°142 21

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 21 08/02/2018 15:14:17


AUDIO

Le circuit intégré d’écho

Le circuit HT8972 est un processeur qui


produit les effets d’écho et de surround. Il
a été conçu pour différents types de sys-
tèmes audio allant de la télévision au home
cinéma, au karaoké, aux petits instruments
de musique et aux jouets.

Comme le montre le schéma synoptique de


la figure A, le HT8972 est doté en interne
d’un étage de préamplification du signal
d’entrée, d’un VCO (Voltage Control Oscillator,
Schéma synoptique du
c’est-à-dire un oscillateur générant un signal circuit HT8972.
dont la fréquence est fonction de la tension
de commande appliquée), d’une SRAM (RAM
statique) de 40 ko, d’un convertisseur A/D et d’un convertisseur D/A, ainsi que d’une logique de contrôle du temps de retard.

La mémoire SRAM intégrée de 40 ko permet de générer l’effet de retard et de contrôler la valeur du temps d’écho grâce à la
résistance connectée aux broches du VCO. La taille de la mémoire permet une bonne fidélité du son. En ce qui concerne le
VCO, il s’agit d’un bloc intégré qui simplifie grandement le montage et facilite la variation du temps de retard. La résistance
de contrôle doit être connectée entre la broche 6 et la masse. En utilisant une résistance variable dans la plage des valeurs
autorisées, il est possible de modifier le retard et donc la profondeur de l’écho.

second est converti et envoyé à l’am- condensateur de découplage C18 et la Lorsque les broches 1 et 8 ne sont pas
plificateur opérationnel constituant le résistance de limitation R15. Le poten- connectées, une résistance interne
deuxième étage amplificateur, c’est-à- tiomètre RV4 permet le réglage du (1,35 kΩ) fixe le gain à 20 fois (26 dB).
dire « OP2 ». volume aussi bien sur la sortie ligne
(cavalier SK6 vers SK2 = sortie « LINE Si un condensateur est inséré entre les
Entre l’entrée inverseuse et la sortie OUT ») que sur la sortie amplifiée broches 1 à 8, en parallèle avec la résis-
de ce dernier se trouve un conden- (cavalier SK6 vers SK3 = sortie HP). tance interne de 1,35 kΩ, le gain passe
sateur de fi ltrage qui sert à éliminer à 200 fois (46 dB). Si une résistance est
le bruit de la conversion et donc à Dans le premier cas, le signal de sortie placée en série avec le condensateur,
nettoyer le signal BF. Ce dernier est peut être prélevé à partir de la sortie le gain peut être réglé sur une valeur
ensuite encore filtré à l’intérieur du « LINE OUT ». Il est identique à celui dis- comprise entre 20 et 200.
circuit par le filtre passe-bas de sortie ponible entre le point milieu du poten-
(LPF2) constitué par le réseau passif tiomètre RV4 et la masse. Comme nous insérons uniquement le
R14 et C10. condensateur C22 entre les broches 1
Dans le second cas, le signal présent et 8, le gain en tension vaut 200.
L’entrée du second filtre passe-bas sur le point milieu du potentiomètre
est située sur la broche 13 et reçoit le RV4 attaque un amplificateur de puis- Cela signifie qu’un signal de 5 mVeff
signal à travers R13 qui, conjointement sance de type LM386N. il s’agit d’un appliqué à l’entrée (broche 2) produira
avec le condensateur C6, détermine la amplificateur monolithique qui peut en sortie HP un signal de 1 Veff.
fréquence de coupure supérieure du fournir jusqu’à 1 W sous 8 Ω.
filtre actif. Puisque nous désirons limiter la puis-
Dans notre cas, nous avons limité la sance de sortie à 500 mWRMS sous 8 Ω,
Le signal de sortie du deuxième filtre puissance à 500 mW, ce qui est plus cela correspond à une tension en sortie
actif est sommé avec le signal de que suffisant pour des applications de 2 V. Avec un gain de 200, il faut donc
l’étage d’entrée, cette somme est dans des instruments de musique ou à l’entrée un signal ayant une tension
déterminée par le potentiomètre RV3, des jeux. de 100 mVeff.
qui permet le réglage de la rétroaction,
c’est-à-dire l’intensité de l’écho, qui Le gain de l’amplificateur LM386N Le réseau R/C formé par R18 et C13,
est sensiblement le niveau du signal dépend de la résistance connectée connecté en parallèle entre la broche
d’écho par rapport à l’original. entre les broches 1 et 8. Cette résis- 6 de sortie et la masse, constitue une
tance vient en parallèle sur la résis- cellule de Boucherot. Elle sert à stabi-
La sortie du signal mixé, comportant tance interne de contre-réaction de liser le fonctionnement de IC3, notam-
la composante audio avec l’écho, est 1,35 kΩ accessible par lesdites bro- ment en compensant la rotation de
reliée au potentiomètre RV4 à travers le ches de l’amplificateur. phase et l’impédance du haut-parleur

22 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 22 08/02/2018 15:14:18


AUDIO

Le circuit HT8972 accepte des tensions d’alimentation comprises entre


4,5 VDC et 5,5 VDC. Le gain en tension global entre l’entrée et la sortie
du circuit, sous une charge de 47 kΩ est d’environ 2 dB, soit un peu
plus de 1,2 fois. La tension de sortie maximale du HT8972 (avec une
distorsion harmonique THD de 10 %) est généralement de 1,5 V, ainsi
la tension à l’entrée du composant ne doit pas dépasser 1,2 Veff.

En ce qui concerne le bruit en sortie en l’absence de signal, intrin-


sèque pour ce type de circuit, il est typiquement de -85 dBV et le taux
de réjection de l’alimentation (PSRR - Power Supply Rejection Ratio)
à 5 V pour un signal de 100 Hz (voix) d’une amplitude de 0,1 Vrms est
généralement de - 30 dB. L’alimentation doit être filtrée et stabilisée
afin de réduire les perturbations qui pourraient affecter le signal traité Figure B : configuration des deux modes de
fonctionnement possibles.
par le circuit HT8972.

Le circuit HT8972 peut fonctionner selon deux modes, c’est-à-dire selon la manière dont il est configuré, deux effets diffé-
rents peuvent être obtenus. La figure B ci-contre montre la configuration des blocs internes. Nous nous apercevons que pour
le mode « écho » (la configuration proposée dans cet article), une boucle de contre-réaction doit être réalisée du signal de
sortie vers l’entrée du premier filtre passe-bas, produisant ainsi l’effet d’écho. Pour le mode « surround », le signal de sortie
est prélevé au niveau de la sortie du second filtre passe bas, sans aucune contre-réaction.

En fait, le signal d’écho comprend un retour périodique qui s’affaiblit à chaque fois, tandis que l’effet « surround » doit produire
un son qui se déplace dans l’espace environnant.

qui varie en fonction de la fréquence inversions de polarité. Ensuite, elle est Réalisation pratique
du signal. Cela permet d’empêcher tout filtrée par le condensateur C24 pour
phénomène d’auto-oscillation. atteindre l’interrupteur ON/OFF SW1. Nous venons d’étudier le fonctionne-
ment de cette chambre d’écho, nous
Le haut-parleur est couplé à la sortie En fermant ce dernier, le reste du cir- allons maintenant passer à sa réali-
de l’amplificateur à l’aide du conden- cuit reçoit directement la tension d’ali- sation pratique. Il s’agit d’un projet à
sateur électrolytique C23, qui laisse mentation, en particulier l’amplificateur la portée de tous, et pas seulement
passer la composante BF du signal IC3, l’étage d’entrée du microphone et réservé à un public « professionnel ».
(partie « alternative » du signal) tout l’amplificateur opérationnel IC2.
en bloquant la composante continue Le circuit est facilement réalisable car
en sortie qui est due à la tension de Par contre le circuit intégré IC1 fonc- il s’agit d’un circuit imprimé simple
polarisation du LM386. tionne avec une tension stabilisée de 5 face et qu’il est constitué de compo-
VDC qui est fournie par le régulateur de sants traditionnels traversant (et non
L’ensemble du montage est alimenté tension simple formé par la diode zener pas de composants montés en surface
par une tension continue stabilisée ZD1, la résistance de limitation R10 et ou CMS).
comprise entre 8,5 VDC et 12 VDC, le condensateur de filtrage C1.
par exemple avec une batterie ou une Il suffit d’un fer à souder de 25 W/30 W
alimentation stabilisée. La tension est Ce simple régulateur permet d’obtenir avec une pointe de 1 mm pour des sou-
appliquée au bornier SK1 et traverse une tension de 5,1 VDC qui correspond dures propres. Utilisez de la soudure de
la diode de protection (D1) contre les à la tension de la diode Zener. 0,5 à 1 mm de diamètre.

Tableau 1 : corrélation entre la fréquence de fonctionnement de l’oscillateur, le temps de retard et la distorsion harmonique
en fonction de la résistance du VCO. Notez qu’une diminution de la résistance produit une augmentation de la fréquence et
donc une réduction de la distorsion harmonique, car cela est dû au fait que l’augmentation de la fréquence d’échantillonnage
augmente le rapport signal/bruit. Par contre, la durée et la profondeur de l’écho sont réduites.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 23

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 23 08/02/2018 15:14:21


AUDIO

Plan de montage de la chambre d’écho

Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté soudures de la chambre Plan de câblage des composants de la chambre d’écho.
d’écho.

Liste des composants


de la chambre d’écho
R1 ...... 10 kΩ
R2 ...... 10 kΩ
R3 ...... 10 kΩ
R4 ...... 10 kΩ
R5 ...... 100 kΩ
R6 ...... 100 kΩ
R7 ...... 100 kΩ
R8 ...... 1 kΩ
R9 ...... 560 Ω
R10 .... 330 Ω
R11 .... 4,7 kΩ
R12.... 4,7 kΩ
R13.... 4,7 kΩ
R14 .... 4,7 kΩ
R15.... 4,7 kΩ Photo de l’un de nos prototypes de la chambre d’écho.
R16 .... 3,3 kΩ
R17 .... 2,7 kΩ
R18.... 10 Ω C17 .... 10 µF/35 V électrolytique IC1 ..... HT8972
C18 .... 10 µF/35 V électrolytique IC2 ..... LM358
C1 ...... 100 nF céramique C19 .... 10 µF/35 V électrolytique IC3 ..... LM386
C2 ...... 100 nF céramique C20 .... 10 µF/35 V électrolytique
C3 ...... 100 nF céramique C21 .... 47 µF/35 V électrolytique MIC1.. capsule microphonique
C4 ...... 100 nF céramique C22 .... 10 µF/35 V électrolytique
C5 ...... 39 pF céramique C23 .... 100 µF /16 V électrolytique Divers
C6 ...... 560 pF céramique C24 .... 100 µF /16 V électrolytique
C7 ...... 1 nF céramique Support circuit intégré 2 x 8
C8 ...... 6,8 nF céramique ZD1 .... zener 5,1V/400mW broches
C9 ...... 6,8 nF céramique D1 ...... 1N4007 Support circuit intégré 2 x 4
C10 .... 6,8 nF céramique broches (x 2)
C11 .... 6,8 nF céramique RV1 .... trimmer 22 kΩ mono-tour
C12 .... 33 nF céramique RV2 .... trimmer 22 kΩ mono-tour Barrette mâle 3 pôles (x2)
C13 .... 47 nF céramique RV3 .... trimmer 47 kΩ mono-tour
C14 .... 1 µF/50 V électrolytique RV4 .... trimmer 10 kΩ mono-tour Cavalier (x2)
C15 .... 10 µF/35 V électrolytique SW1 ... interrupteur à glissière Borniers 2 pôles (x4)
C16 .... 10 µF/35 V électrolytique coudé à 90°

24 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 24 08/02/2018 15:14:26


AUDIO

Connexions de la chambre d’écho digitale. Si vous choisissez la


sortie ligne pour piloter un amplificateur (ou une table de mixage,
etc.), ne reliez pas le haut-parleur. Sur l’entrée ligne vous pouvez
appliquer un signal de l’ordre de 500 mVeff (LINE IN). Si vous Volume
utilisez un microphone externe, ne soudez pas R1.
Line IN Amplificateur
Câblage

Alimentation

+
Mic Level

- Delay
Figure 2 : brochage de la
capsule microphonique ; Haut-parleur
l’électrode négative est
reliée électriquement au Feedback
boîtier.

Comme d’habitude, téléchargez le Poursuivez en soudant l’interrupteur Mettez sous tension, le montage doit
typon du circuit imprimé sur notre à glissière ON/OFF. Il doit être coudé fonctionner immédiatement car le cir-
site www.electroniquemagazine.com à 90°, ensuite soudez les cavaliers cuit ne nécessite pas d’étalonnage.
(dans le sommaire détaillé de la revue). (INPUT MIC/LINE, OUTPUT LINEOUT/
SPK). N’oubliez pas de les configurer Positionnez les cavaliers selon votre
Procédez à la gravure du circuit avant d’effectuer les tests. configuration, c’est-à-dire sélection-
imprimé et ensuite effectuez le perçage nez la source d’entrée et la source
des trous des composants. Soudez ensuite la capsule micropho- de sortie, comme illustré en figure 3.
nique, attention à l’orientation, repor-
Commencez par souder les compo- tez-vous au dessin de la figure 2. Dans la pratique, si vous voulez uti-
sants ayant un profil bas, c’est-à-dire liser le microphone, positionnez le
les résistances et les diodes (veillez Le positif du microphone vient du côté cavalier SK5 (MIC/LINE INPUT) sur le
à les orienter correctement selon le de RV1, le négatif est relié électrique- négatif de C15.
plan de câblage ci-contre). ment au boîtier de la capsule. Pour ter-
miner, soudez les borniers. Si vous utilisez une source audio externe
Continuez en soudant les condensa- connectez-la sur l’entrée ligne, position-
teurs non polarisés, les supports des Avant d’effectuer les tests, vérifiez que nez alors le cavalier SK5 (MIC/ LINE
circuits intégrés, et les potentiomètres. tous les composants sont à leur place INPUT) vers C18, c’est-à-dire en corres-
respective, notamment les résistances pondance avec l’entrée SK4 (LINE IN).
Ensuite, soudez les condensateurs (risques de confusion dans les valeurs).
polarisés en respectant leur polarité. Pour sélectionner le type de sortie,
Leurs pattes négatives sont indiquées Vérifiez attentivement qu’il n’y ait pas vous devez utiliser le cavalier SK6
sur leurs boîtiers. de courts-circuits entre les broches (OUTPUT SEL). Si vous positionnez le
des circuits intégrés. cavalier sur « Line », vous devez ampli-
La patte la plus longue étant le posi- fier le signal avec un amplificateur
tif du condensateur. Reportez-vous Procurez-vous une alimentation de 9 VDC externe ou l’envoyer à un dispositif de
au plan de câblage pour l’orientation ou 12 VDC, connectez-la au bornier en traitement du son.
correcte de chacun des condensateurs. respectant la polarité.
Si vous désirez utiliser un petit haut-
parleur, positionnez le cavalier sur
« spk ». Le LM386N est utilisé alors
comme amplificateur interne.

Vous pouvez relier un haut-parleur de


Figure 3 : position des 0,5 W ou 1 W avec une impédance de
cavaliers en fonction du 8 Ω, respectez la polarité du HP. Dans
choix des entrées et des
sorties. ce cas, éloignez-le du microphone pour
éviter tout retour ou effet de Larsen.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 25

142_19_Chambre d'écho digitale.indd 25 08/02/2018 15:14:27


INFORMATIQUE

R ANDA connectons
RaspberryPi avec Arduino
Première partie de Daniele DENARO

« RandA » est une carte de


développement qui permet de
créer une passerelle entre le monde du
RaspberryPi et le monde d’Arduino. Elle vous
permet de tirer le meilleur parti de la puissance
matérielle et informatique du RaspberryPi avec
les nombreuses cartes et applications disponibles
sur Arduino. Première partie.

L
es univers du RaspberryPi et d’Arduino ont tendance Raspberry est un environnement complet multitâche dis-
à converger de plus en plus pour offrir aux utilisa- posant d’un système d’exploitation professionnel Linux,
teurs une passerelle entre l’énorme potentiel de Linux tandis qu’Arduino est plutôt mono-tâche et prédisposé à
embarqué dans le RaspberryPi et la très grande quantité de gérer de façon « naturelle » des entrées/sorties avec un
cartes et sketchs (programmes) disponibles pour Arduino. environnement de développement très pratique. L’IDE (Inte-
Ces deux univers sont maintenant devenus des stars abso- grated Developement Environment) d’Arduino fonctionne
lues pour les amateurs d’électronique numérique. sur n’importe quel PC et permet de créer des programmes

26 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 26 08/02/2018 15:17:55


INFORMATIQUE

(appelés sketchs) et de les charger


(téléverser) automatiquement dans le Capteurs et actionneurs
Internet analogiques et
microcontrôleur. et multimédia numériques

De plus, Arduino propose une très Commande


grande quantité de cartes d’exten-
sion, développées par l’organisation
Arduino et par des tierces personnes,
afin de satisfaire tout besoin de
connexion d’entrées/sorties avec le
monde extérieur.

La meilleure façon de faire collaborer


les deux mondes est d’exploiter les Commande
caractéristiques spécifiques de cha-
cun d’eux en fonction des différentes
configurations. Par exemple : Figure 1 : utilisations possibles.

• RaspberryPi peut utiliser Arduino


comme un périphérique confi- Etant donné que le RaspberryPi ne L’horloge est gérée par le RaspberryPi
gurable, dans lequel est choisi dispose pas d’une horloge temps réel via le bus I2C. Son utilisation s’effec-
un programme particulier, sur la RTC (Real Time Clock) et d’un bouton tue à l’aide de quelques commandes
base d’une librairie prédéfinie et marche/arrêt, nous avons pensé à sous Linux. Il est également possible
automatiquement chargée dans inclure ces deux éléments dans la de gérer l’horloge via le web, comme
Arduino ; carte « RandA ». nous le verrons dans les prochains
• au contraire, Arduino pourrait articles d’approfondissement.
fonctionner comme un contrôleur En effet, sur le RaspberryPi, l’alimen-
de RaspberryPi, c’est-à-dire qu’il tation s’effectue via le connecteur Enfin, Arduino peut activer le Rasp-
pourrait lancer des commandes micro USB ou à l’aide d’un interrupteur berryPi. En effet, grâce à un déviateur
et dialoguer avec lui. Dans la pra- installé par l’utilisateur. Pour l’éteindre, il est possible de désactiver le circuit
tique, le RaspberryPi deviendrait il faut lancer la commande « shutdown » d’allumage/extinction d’Arduino, qui
une carte esclave d’Arduino très puis débrancher l’alimentation. est donc toujours alimenté.
sophistiquée, lui permettant ainsi
d’accéder à des environnements Pour résoudre cette complexité, nous
complexes tels qu’un réseau, ou avons également prévu deux connec-
le traitement de données com- teurs d’alimentation de 5 V sur la carte,
plexes ou encore l’accès à des un connecteur micro USB supplémen-
applications multimédias. taire et un bornier à vis. Ces connecteurs
alimentent le RaspberryPi et Arduino via
La connexion physique peut être faci- un circuit piloté par des boutons.
lement mise en œuvre via un port USB
ou un port série, étant donné que ces En outre, un programme installé sur
périphériques sont déjà intégrés dans le RaspberryPi détecte l’action sur le
le matériel (hardware). bouton et lance la commande « shut-
down », ensuite l’alimentation est cou-
C’est ce que nous avons réalisé, à pée. Le bouton commande donc l’al-
savoir une carte pour le RaspberryPi lumage et l’extinction du RaspberryPi.
avec un processeur Atmel ATmega Un connecteur à deux broches permet
328 sans port USB, mais avec tous les d’installer le bouton à l’extérieur d’un
autres périphériques d’Arduino Uno, y boîtier.
compris, bien sûr, les connecteurs pour
le montage de la carte. Cependant, nous avons ajouté une
fonction très intéressante. Il est pos-
Le dialogue entre le RaspberryPi et sible d’activer le RaspberryPi et
Arduino s’effectue via le port série. Arduino à des heures programmées
Cette carte, que nous avons appelée grâce à l’horloge RTC que nous avons
« RandA » (Raspberry and Arduino), intégrée. Cette RTC, en plus de fournir
peut s’interfacer avec les dernières l’heure au RaspberryPi même s’il n’est
versions du RaspberryPi, tout en étant pas connecté à Internet, est également
compatible avec les anciens modèles. reliée au circuit d’allumage. Figure 2 : le bouton marche/arrêt.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 27

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 27 08/02/2018 15:17:56


INFORMATIQUE

Puisque la carte « RandA » dispose une interface série dont les deux sont de télécharger des sketchs (compilés)
d’une version d’Arduino basique, dotés. Le lien physique est réalisé via dans Arduino via l’interface web.
sans régulateur de tension et sans le connecteur d’interface du Rasp-
circuit USB, sa consommation est très berryPi, avec lequel « RandA » partage Si le RaspberryPi veut utiliser Arduino,
faible à tel point qu’il est possible de seulement les 20 premières broches. il peut envoyer des commandes ou des
l’alimenter avec des piles ou un pan- données à travers un programme qui
neau solaire. Il ne manque plus que la Le port série est utilisé à la fois pour la utilise le port série du RasperryPi. Il
connexion entre Arduino et le bouton programmation d’Arduino et pour le dia- existe des exemples de programmes
d’alimentation, elle est réalisée à l’aide logue entre ce dernier et le RaspberryPi. en langage C ou Java.
d’une broche de sortie. De plus, le port GPIO du RaspberryPi
gère la réinitialisation d’Arduino. Si par contre, Arduino doit gérer le sys-
De cette façon, Arduino peut fonctionner tème, il faut alors que le RaspberryPi
comme un contrôleur de RaspberryPi et La programmation d’Arduino s’effectue ait un processus en tâche de fond prêt
l’allumer dans le cas où une condition à l’aide d’un script Linux qui active la à détecter l’arrivée de commandes.
particulière est détectée sur ses bro- réinitialisation de manière appropriée.
ches numériques ou analogiques. En effet, dans une carte Arduino clas- Pour ce faire, nous avons été contraints
sique, le téléchargement d’un sketch d’utiliser une broche supplémentaire
Après la mise sous tension, Arduino peut est précédé d’un signal de réinitialisa- du port GPIO du RaspberryPi et une
passer le relais au RaspberryPi pour tion automatique provenant du circuit broche d’Arduino pour gérer ce proces-
gérer une situation particulière en exé- qui gère l’USB, mais sur « RandA » ce sus à cause de l’unique interface de
cutant des commandes spécifiques, ou circuit n’existe pas. communication série disponible.
Arduino peut continuer à gérer l’événe-
ment de sa propre initiative en activant La programmation d’Arduino peut se Dans tous les cas, nous avons préparé
des programmes sur le RaspberryPi. faire localement via l’environnement une librairie Arduino pour :
IDE installé sur le RaspberryPi et
adapté par nos soins ou à distance en • l’envoi de commandes Linux
Comment RaspberryPi et utilisant un IDE modifié sur un PC qui et la réception d’une éventuelle
Arduino dialoguent-ils ? permet de gérer Arduino en réseau en réponse ;
simulant un port distant. • l’ouverture d’un fichier et la lec-
Comme nous l’avons mentionné précé- ture et/ou écriture de ce dernier
demment, la connexion de base entre Enfin, comme nous le verrons dans sur le RaspberryPi.
Arduino et RaspberryPi s’effectue via les prochains articles, il est possible
De plus, des commandes Linux (scripts
et programmes) ont été implémentées
Figure 3 : RandA permet pour gérer l’horloge, l’alarme et l’envoi
l’allumage programmé du
RaspberryPi. de mails.

Le schéma électrique

Examinons maintenant la structure


générale de la carte « RandA » en
nous reportant au schéma électrique.
Comme nous l’avons mentionné
précédemment, la communication
entre le RaspberryPi et le module RTC

Figure 4 : l’environnement
de développement avec le
port distant.

28 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 28 08/02/2018 15:17:56


INFORMATIQUE

Schéma électrique de la carte


de développement RandA.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 29

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 29 08/02/2018 15:17:57


INFORMATIQUE

(DS1339) s’effectue via le bus I2C,


alors que la connexion au circuit du bou-
ton s’effectue via la broche « GPIO24 »
(configurée en entrée).

Arduino est connecté au RaspberryPi


via sa broche « D2 » (configurée en
sortie) et la broche « GPIO22 » (confi-
gurée en entrée). La broche de reset
d’Arduino (configurée en entrée) est
reliée à la broche GPIO23 (configurée
en sortie) du RaspberryPi.

Avec la première connexion, Arduino


peut « attirer l’attention » du Rasp-
berryPi via un processus de scan actif
du port série afin qu’il interagisse avec
Arduino.

La deuxième connexion est néces-


saire à cause de la non présence du Figure 5 : schéma synoptique de la carte de développement « RandA ».
circuit USB qui s’occupe de la gestion
automatique du RESET, en l’associant Ce système « adaptateur de tension de 3 V maintient les données de l’hor-
au signal DTR cela produit la simulation bidirectionnel » a déjà été utilisé dans loge. Le circuit de gestion de la pile est
du port série. d’autres cartes et fonctionne de la incorporé dans le DS1339.
manière suivante.
Enfin, lorsque Arduino est utilisé en L’alarme peut être programmée selon
tant que contrôleur pour activer le Nous nous référons à la ligne SDA. les minutes uniquement, ou selon
RaspberryPi, nous avons connecté le Lorsque la broche 3 du connecteur du les heures et les minutes, ou encore
bouton à la broche D4 configurée en RaspberryPi est à un niveau logique selon les jours (mois ou semaine),
sortie avec une résistance de pull-up. bas (0 V), la source du MOSFET T6 les heures et les minutes. Une fois
(qui est maintenue au repos à 3,3 V à l’alarme programmée, elle doit être
Le schéma synoptique de la carte de l’aide de la résistance de pull-up R19) activée. Lorsque cela se produit, la
développement est illustré en figure se retrouve à un potentiel proche de sortie 7 de U2 (DS1339) passe à un
5, nous allons maintenant étudier en la masse (0 V). niveau haut (5 V) et bloque donc le
détail les sections qui composent la MOSFET T7 (canal P), qui à son tour
carte « RandA ». Par conséquent, le drain de T6 se coupe l’alimentation.
retrouve au même potentiel (le MOS-
FET devient conducteur) et entraîne Lorsque l’alarme se déclenche, la bro-
Le module RTC donc vers le potentiel de masse la che 7 de U2 passe à un niveau logique
broche SDA de U2. bas (0 V) et donc active le MOSFET T7
L’horloge se compose d’un circuit inté- qui alimente alors le circuit.
gré DS1339 qui communique avec le À l’inverse, lorsque la broche 3 du
RaspberryPi via le bus I2C. Pour être RaspberryPi est à un niveau logique Malheureusement, lorsque l’alarme
précis, le DS1339 porte l’adresse haut (3,3 V), le MOSFET est bloqué est désactivée, la broche ne reste pas
esclave « 0xFFD » (slave address) du car le potentiel de la source est égal à une valeur basse constante, mais
protocole I2C. Rappelons que dans le au potentiel de la grille. génère un signal carré avec différentes
protocole I2C, le dernier bit de l’adresse fréquences programmables. Cela nous
varie en fonction du mode (lecture ou Dans ces conditions, la broche SDA de a obligés à insérer un filtre passe-bas
écriture), soit « 0xFFD0 » ou « 0xFFD1 ». U2 (RTC) est maintenue au potentiel sur la broche 7 de U2, de sorte qu’à
« +VR » à travers la résistance R20. la fréquence maximale de 32,765 kHz,
Les deux lignes « SCL » et « SDA » du Le fonctionnement de l’étage relatif au cette sortie génère un signal correspon-
bus I2C, qui s’interfacent avec le Rasp- MOSFET T5 est analogue. dant à un niveau bas constant et donc
berryPi, traversent deux adaptateurs garde T7 conducteur.
de tension bidirectionnels réalisés à Le DS1339 contient une horloge (date
l’aide des MOSFET T6 et T5. et heure) et des alarmes program- Fondamentalement, lorsque le Rasp-
mables, dont une seule est utilisée berryPi est allumé, il désactive l’alarme
En fait, le DS1339 est alimenté en 5 V, par notre programme. Il est alimenté en maintenant l’alimentation, et réini-
tandis que la carte RaspberryPi fonc- avec une tension de 5 V, mais en cas tialise les alarmes en les configurant à
tionne en 3,3 V. de coupure de courant, une pile bouton une valeur nulle (toutes à 0 V).

30 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 30 08/02/2018 15:17:57


INFORMATIQUE

De cette façon, un arrêt ultérieur du


système sera définitif et pour le redé-
marrer, il sera nécessaire de procéder
Kano :
de façon manuelle, sauf si en cours
de fonctionnement une alarme a été un mini PC
programmée de nouveau. En fait, l’ar-
rêt du système se produit en activant basé sur le
l’alarme, ce qui a pour effet de bloquer
le transistor MOSFET T7. RaspberryPi
À ce stade, vous pouvez redémarrer
manuellement en cour t-circuitant
l’alarme à l’aide du circuit marche/
arrêt, ou en attendant que la tempori-
sation se termine si l’alarme a été
réglée.

La gestion logicielle de l’horloge


s’effectue via la librairie « wiringPi »
installée sur le RaspberryPi. Cette Kano est un kit d’ordinateur « Do it toujours bienvenus pour les plus
librairie Open Source, en plus de la yourself » basé sur le RaspberryPi. jeunes.
gestion des broches du connecteur Il a été développé par la société bri-
GPIO du RaspberryPi, implémente tannique Kano et conçu pour aider Le kit comprend :
également le driver pour le bus I2C les personnes de tous âges à assem-
et la librairie en « C ++ » pour l’utili- bler un ordinateur à partir de zéro et • des manuels pour Kano, illustrés
ser. La librairie « pi4j » est également apprendre les compétences de base et intuitifs (en anglais) ;
installée, ce qui permet de piloter les de la programmation. • Kano OS sur la carte mémoire
broches GPIO et le bus I2C en langage SD de 8 Go ;
Java. Nous approfondirons les aspects En fait il s’agit d’un RaspberryPi • un haut-parleur ;
logiciels et programmes dans les pro- auquel a été ajouté une coque, une • un RaspberryPi ;
chains articles. carte SD, un clavier Bluetooth avec • un clavier Combo Kano ;
touchpad intégré et des câbles de • un boîtier spécialement étudié
couleurs. Le système d’exploitation pour Kano ;
Le bloc d’alimentation et le est de type Linux basé sur Debian. • des câbles HDMI et mini USB ;
circuit marche/arrêt Le système d’exploitation est conçu • une alimentation secteur ;
particulièrement pour apprendre • un dongle Wi-Fi.
L’alimentation en 5 V provient du aux plus jeunes et aux moins expé-
connecteur micro USB et peut être rimentés la programmation. Les prix vont de 199 € à 329 € en
fournie par n’importe quelle alimen- fonction du kit, vous trouverez plus
tation standard pour smartphone. Si En plus des logiciels d’apprentis- de renseignements sur le site :
vous désirez que le RaspberryPi et/ou sage, Kano intègre certains jeux, https://kano.me
Arduino alimentent les périphériques
externes, vous devez choisir un modèle
d’alimentation capable de fournir un manière permanente, indépendamment l’interface TTL/USB, notre carte a une
courant de 2 à 3 A. Sinon, dans le cas de l’alarme ou de commandes logiciels. très faible consommation et peut être
contraire, les alimentations standards L’alimentation affecte non seulement utilisée comme un contrôleur pour Ras-
de 1 A sont suffisantes. le RaspberryPi, mais aussi Arduino et pberry en l’allumant et l’éteignant.
toutes les cartes d’extension.
De plus, la carte « RandA » peut être L’allumage et l’extinction peuvent être
alimentée avec une alimentation Cependant, nous avons choisi de obtenus soit en programmant l’alarme,
stabilisée de 5 V, en la reliant au séparer les deux alimentations, afin soit directement via la broche D4 reliée
bornier « 5VIN ». Ce dernier est connecté de permettre à Arduino d’être tou- au bouton d’alimentation. L’allumage
en parallèle avec l’alimentation du jours alimenté si nécessaire. Cela est peut, par conséquent, être soumis
connecteur micro USB, cela est utile rendu possible grâce à l’interrupteur à d’autres événements, tels qu’une
dans le cas où vous auriez besoin d’ali- SW2 qui sépare en amont les deux condition numérique ou analogique sur
menter un périphérique qui ne dispose alimentations. l’une des broches d’Arduino.
pas de prise USB.
Puisque sur « RandA », la structure Il est aussi possible qu’Arduino soit
L’interrupteur général SW1 permet de Arduino est dépourvue du classique connecté à la même source d’ali-
mettre le système sous/hors tension de régulateur linéaire de tension et de mentation que le RaspberryPi et soit

ELECTRONIQUE magazine - n°142 31

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 31 08/02/2018 15:18:03


INFORMATIQUE

soumis aux mêmes conditions de


marche/arrêt. L’une des principales Plan de montage de la carte « RandA »
caractéristiques de « RandA » est
que le circuit électronique permet un
contrôle logiciel de l’allumage et de
l’extinction.

Ce circuit comprend le MOSFET T7


de type canal P qui sert de commuta-
teur (avec une très faible résistance
RDSON), l’alarme du module RTC et U4
(un temporisateur de type 555) qui
fonctionne comme une bascule.

Le transistor T7 est capable de sup-


porter un courant de 3 A et devient
conducteur lorsque sa grille (gate) est
à un niveau bas (du moins tant que Circuit imprimé de la carte « RandA » à l’échelle 1 : 1 côté soudures (face inférieure
la tension ne dépasse pas 2 V), alors dénommée aussi « bottom »).
qu’il est bloqué lorsque sa grille est à
un niveau haut (5 V).

Nous avons déjà parlé de l’alarme,


alors nous allons nous concentrer sur
le circuit U4 qui est utilisé pour gérer
l’alimentation via le bouton (P2), ou
à distance via le connecteur « PUSH »
auquel un bouton externe est relié.

Les LED LD3 et LD4 peuvent égale-


ment être reportées vers l’extérieur en
les reliant aux connecteurs correspon-
dants. La LED LD3 (rouge) signale la
présence de l’alimentation (montage
Circuit imprimé de la carte « RandA » à l’échelle 1 : 1 côté composants (face
sous tension), tandis que LD4 (jaune) supérieure dénommée aussi « top »).
s’allume uniquement pendant la
période de démarrage du RaspberryPi
et s’éteint une fois que l’initialisation R21 ....10 kΩ boîtier 0805
de ce dernier est terminée et qu’il est Liste des composants R22 ....1 kΩ boîtier 0805
prêt à fonctionner. de la carte « RandA » R23 ....4,7 kΩ boîtier 0805
R24 ....470 Ω boîtier 0805
Lorsque le système est éteint et que R1 ......1 MΩ boîtier 0805 R25 ....4,7 kΩ boîtier 0805
R2 ......10 kΩ boîtier 0805 R26 ....10 kΩ boîtier 0805
le bouton P2 est pressé, le trigger du
R3 ......10 kΩ boîtier 0805 C1 ......47 nF céramique boîtier
timer 555 déclenche la bascule et R4 ......4,7 kΩ boîtier 0805 0805
porte la sortie « OUT » (broche 3 de R5 ......47 kΩ boîtier 0805 C2 ......15 pF céramique boîtier
U4) à un niveau haut. Cette condition R6 ......10 kΩ boîtier 0805 0805
logique implique la conduction du tran- R7 ......4,7 kΩ boîtier 0805 C3 ......15 pF céramique boîtier
sistor T8, qui à travers la jonction de R8 ......10 kΩ boîtier 0805 0805
la base de T9 qui se comporte comme R9 ......1 kΩ boîtier 0805 C4 ......100 µF/25V électrolytique
une diode, amène la grille de T7 à un R10 ....4,7 kΩ boîtier 0805 boîtier E
niveau bas. Ce dernier devient alors R11 ....4,7 kΩ boîtier 0805 C5 ......100 nF céramique boîtier
conducteur (passant). R12 ....1 kΩ boîtier 0805 0805
R13 ....470 Ω boîtier 0805 C6 ......100 nF céramique boîtier
R14 ....470 Ω boîtier 0805 0805
Pour éteindre le montage via le bou- R15 ....470 Ω boîtier 0805 C7 ......100 nF céramique boîtier
ton, il est nécessaire de réinitialiser la R16 ....470 Ω boîtier 0805 0805
bascule, c’est le rôle de T9. En effet, R17 ....10 kΩ boîtier 0805 C8 ......100 nF céramique boîtier
si le RaspberryPi, au moyen d’une R18 ....10 kΩ boîtier 0805 0805
commande au démarrage, désactive R19 ....10 kΩ boîtier 0805 C9 ......100 nF céramique boîtier
l’alarme, il porte à un niveau bas la grille R20 ....10 kΩ boîtier 0805 0805
de T7. Alors T9 ne conduit plus et amène

32 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 32 08/02/2018 15:18:03


INFORMATIQUE

à un niveau haut la broche « Threshold »


(6) du circuit intégré U4, cela réinitialise
la bascule.

À ce stade, une nouvelle pression sur le


bouton activera de nouveau la bascule,
qui provoquera également la décharge
du 555. Mais comme le RasberryPi se
trouve sous tension, il peut intercepter
à l’aide d’un processus actif dédié le
signal provenant de la broche GPIO24
qui est reliée à la broche « Discharge »
(7) du circuit 555. Le processus d’ar-
rière-plan lance alors la commande
« shutdown » qui arrête le système. Le
bouton fonctionne donc à la fois pour
l’allumage et l’extinction.
Plan de câblage des composants de la carte « RandA ».
La LED jaune s’allume au démarrage
pour signaler le « démarrage en cours »
du RaspberryPi, mais dès que le sys-
tème a démarré, elle s’éteint automa-
tiquement, signalant que le RaspberryPi
est prêt à accepter une connexion. En
fait, la LED est alimentée par le courant
de collecteur du transistor T9.

Si la carte « RandA » est reliée à une


alimentation externe indépendante, à
l’aide du commutateur SW2, Arduino
peut activer/désactiver directement
le RaspberryPi. En effet, Arduino porte
sa broche D4 à un niveau haut qui pro-
voque la conduction du transistor T10.
Photo de l’un de nos prototypes de la carte « RandA » vue de dessus.
Ce dernier étant branché physiquement
en parallèle avec le bouton.

U1 ...... NE555D P1 ...... microswitch


U2 ...... DS1339U-33+ P2 ...... microswitch Le module Arduino
U3 ...... ATMEGA328P SW1 ... interrupteur à glissière
coudé à 90° Comme nous l’avons déjà mentionné,
D1 ...... GF1M USB.... connecteur micro USB la carte « RandA » présente une version
D2 ...... GF1M
d’Arduino Uno privée de son système
T1 ...... BC817 Divers
T2 ...... BC817 d’alimentation et de son interface
T3 ...... BC817 Bornier 2 pôles USB. Sa programmation doit donc
T4 ...... BC817 Support circuit intégré 2 x 14 s’effectuer via le RaspberryPi ou via le
T5 ...... BSS138 broches réseau. Sur le RaspberryPi est installé
T6 ...... BSS138 Cavalier (x 4) l’IDE Arduino en version Linux, grâce
T7 ...... SPD50P03L G Barrette mâle 2 pôles (x 6) auquel il est possible de programmer
T8 ...... BC817 Barrette mâle 3 pôles (x 3) Arduino et donc de téléverser un sketch
T9 ...... BC817 Barrette femelle 6 pôles (x 1) compilé.
T10 .... BC817 Barrette femelle 8 pôles (x 2)
Barrette femelle 10 pôles (x 1)
L’IDE peut être lancé à partir d’une
LD1 .... LED verte boîtier 0805 Barrette mâle/femelle 10 pôles
LD2 .... LED rouge (boîtier 0805 (x 2) console Linux distante avec le proto-
LD3 .... LED verte boîtier 0805 Support de pile pour CR2032 cole SSH, mais comme il s’agit d’un
LD4 .... LED jaune boîtier 0805 Pile CR2032 environnement graphique, la console
Entretoise M/F 10 mm (x 2) doit également pouvoir gérer un ser-
Q1 ...... quartz 16 MHz (C7S) Entretoise F/F 10 mm (x7) veur « Xwindow ». Sinon, vous devez
Q2.......quartz 32,768 kHz Vis 3 MA 6 mm (x 14) connecter un clavier et un écran au
RaspberryPi.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 33

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 33 08/02/2018 15:18:06


INFORMATIQUE

Cependant, il existe une autre pos-


sibilité de programmer Arduino avec
un accès distant. Il faut utiliser l’IDE
Arduino en version PC, et le modifi er
pour gérer un port série distant. Une
fois l’IDE lancé sur le PC, il permet de
voir n’importe quel Arduino distant et
pris en charge par un RaspberryPi.

Pour obtenir cela, il était nécessaire


d’installer un logiciel sur le RaspberryPi
qui communique avec l’IDE et gère le
port série connecté à Arduino. C’est
une sorte d’émulation d’un port acces-
sible depuis l’IDE ouvert sur le PC qui
est connecté au réseau local.

Puisque « RandA » utilise une connexion


série directe avec le RaspberryPi, il est
nécessaire d’avoir la possibilité d’acti-
ver la réinitialisation via une broche du
RaspberryPi. En effet, dans un Arduino
classique, la réinitialisation logicielle
Figure 6 : session de MobaXterm.
est effectuée par le circuit d’interface
USB qui est manquant dans « RandA ».
De cette façon, Arduino peut contrôler De plus, nous avons voulu respecter le
Le circuit d’interface USB qui simule le RaspberryPi. Et vice versa, le Ras- format du RaspberryPi. De cette façon,
une connexion série, transforme le pberryPi peut installer sur Arduino, « RandA » et RaspberryPi forment un
signal « DTR » en une impulsion de grâce à des commandes, un sketch système très compact, en gardant la
réinitialisation. Nous pouvons obtenir le compilé et stocké sur son système de possibilité d’utiliser des cartes d’exten-
même résultat sur « RandA » en utilisant fichier (« file system »). sion Arduino.
la broche « GPIO23 » du RaspberryPi.
Une connexion supplémentaire (via un
Même dans le cas d’une connexion cavalier) permet de connecter le bou- Réalisation pratique
entre RaspberryPi et Arduino, nous ton marche/arrêt avec la broche D4
avons rencontré le même problème d’Arduino. Grâce au transistor T10, il La carte de développement « RandA »
d’adaptation de tension que celui que permet ainsi d’allumer et d’éteindre le est réalisée sur un circuit imprimé à
nous avons rencontré avec U2 (RTC). RaspberryPi. double face, la plupart des composants
Les transistors T1, T2, T3, T4 et T10 sont de type CMS. Les typons et les
réalisent cette adaptation des niveaux Les deux transistors T1 et T10 tra- fichiers GERBER du circuit imprimé
des tensions entre Arduino (5 V) et Ras- vaillent en impulsions car ils sont sont téléchargeables gratuitement
pberryPi (3,3 V). saturés à travers des condensateurs. sur notre site web dans le sommaire
détaillé de la revue.
En par ticulier, T1 relie la broche Le reste de la carte « RandA » est un
« GPIO23 » avec celle de « RESET » d’Ar- circuit standard Arduino, avec tous les La carte est disponible sous forme de
duino, tandis que T2 et T3 interfacent connecteurs, quartz, bouton de réini- kit déjà monté, du moins pour la partie
les lignes séries TX(D1) et RX(D0). Le tialisation etc. CMS. Une fois le circuit imprimé fabriqué,
transistor T4, d’autre part, permet à vous devez passer au soudage des com-
Arduino de « demander l’attention » au posants CMS. Pour cela, il est nécessaire
RaspberryPi en utilisant la broche D2 RaspberryPi d’utiliser un fer à souder d’environ 25 W
connectée à la broche « GPIO22 ». et dont la panne doit avoir un diamètre
La carte « RandA » se superpose à celle de 0,2 mm au maximum. De plus, vous
En fait, sur le RaspberryPi est ins- du RaspberryPi à l’aide d’une structure devez utiliser de la soudure pour com-
tallé un processus en arrière-plan qui intermédiaire nécessaire pour enficher posants CMS de 0,5 mm de diamètre.
détecte le changement d’état sur cette la carte sinon, il ne serait pas possible
broche et active un autre processus d’utiliser les 4 trous du RaspberryPi Lors de l’assemblage de la carte, sou-
qui interagit en série avec tout sketch en raison de la nécessité de respecter dez en premier les plus petits compo-
Arduino qui utilise une librairie prévue à la fois le standard des connecteurs sants en commençant par les résis-
pour envoyer des commandes Linux d’extension d’Arduino et le standard tances CMS, les condensateurs CMS,
exécutées par le processus. du connecteur du RaspberryPi. les diodes, les transistors, etc.

34 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 34 08/02/2018 15:18:06


INFORMATIQUE

Vérifiez également l’orientation de


C4, des diodes, des transistors, des
circuits U1 et U2 avant de les souder.

Evitez de faire des ponts de soudures


entre les pattes des composants qui
sont très proches les unes des autres.
Le quartz Q2 doit être soudé à 90°.

Pour le microcontrôleur ATmega328,


nous avons préféré utiliser une version
DIP et un support traditionnel. N’ou-
bliez pas de souder les broches des
cavaliers au pas de 2,54 mm.

Une fois la carte entièrement assem-


blée, insérez une pile CR2032 dans
le support de pile ainsi que le micro-
contrôleur ATmega328 dans le bon
sens. Ce dernier étant déjà programmé
Figure 7 : fenêtre principale du logiciel MobaXterm.
à l’aide du « bootloader » Arduino.

Cela signifie que l’interface graphique Dans tous les cas, nous proposerons
Développer des programmes de Raspbian est correctement affichée des logiciels à installer qui compren-
sur l’ordinateur distant, c’est-à-dire dront à la fois des programmes d’uti-
Arduino peut être programmé soit via un que vous pouvez gérer le RaspberryPi lisation de « RandA », des environne-
IDE installé sur un ordinateur, soit via comme s’il était connecté à un clavier, ments de développement, des librairies
un IDE local (dans un environnement à une souris et à un écran. de gestion du port GPIO du Raspberry
Linux). Mais comment faire pour utiliser et plusieurs exemples.
l’IDE sur le RaspberryPi et, plus généra- Bien qu’il soit possible de lancer le
lement, comment accéder à l’environne- bureau complet, il est préférable, pour Enfin, nous préparons un serveur
ment Linux de manière pratique ? des raisons de performances, d’utiliser Web (avec Tomcat) qui permettra une
l’interface de la console comme base gestion à distance de « RandA » via
RaspberryPi peut être géré en connec- de commande et d’activer des pro- un navigateur pour télécharger dans
tant un clavier, une souris sur l’USB et grammes graphiques uniquement en Arduino un sketch compilé et stocké
un moniteur sur le connecteur HDMI, cas de besoin. dans un dossier du RaspberryPi, pour
mais l’utilisation habituelle du Rasp- gérer l’horloge et l’alarme, pour ouvrir
berryPi s’effectue via le réseau local, ou Par exemple, vous pouvez lancer : une console Arduino ou encore éteindre
via un port Ethernet ou encore par Wi-Fi. • une commande de gestion de le système.
fi chiers (comme l’Explorateur de
Dans ce cas, l’accès s’effectue à l’aide Windows) ;
du protocole SSH, activé automatique- • un éditeur graphique ; Conclusion
ment dans les dernières distributions • un environnement de développe-
du système d’exploitation Raspbian. ment pour C (comme Codeblocks), « RandA » n’est pas seulement une carte
pour Java, ou l’IDE Arduino. Arduino montée sur un RaspberryPi, il
Cependant, au lieu d’utiliser le pro- s’agit d’un système intégré doté d’une
gramme « PuTT Y » qui peut être Les fenêtres « XWINDOW » apparaissent gestion de l’alimentation et d’une hor-
installé sur tous les ordinateurs et automatiquement sur l’ordinateur dis- loge temps réel (RTC) programmable.
que nous avons largement employé tant grâce à « Xserver » qui est intégré
dans les articles consacrés au Ras- dans « MobaXterm ». En fait, ce dernier Cela facilite la mise en œuvre d’applica-
pberryPi, nous vous recommandons permet également d’ouvrir une session tions qui activent ou désactivent le sys-
d’utiliser le logiciel « MobaXterm » qui FTP et plus encore. tème en fonction de conditions externes
est plus puissant et aussi gratuit (voir ou d’une temporisation.
la figure 6). À ce stade, il ne reste plus qu’à
choisir le langage de développement Avec l’ajout d’une batterie tampon
Ce programme permet de réaliser une et l’environnement approprié : soit alimentée par un panneau solaire, et
connexion de type SSH comme celle l’éditeur de script Linux, soit un IDE d’une clé Wi-Fi ou d’un modem GSM,
implémentée avec « PuTTY », mais de pour langage C, ou Java, ou Python, il est possible de créer un système
plus il dispose d’un « Xserver » géré ainsi que l’utilisation de l’IDE Arduino complet et puissant de contrôle et de
automatiquement. locale ou distante. gestion à distance.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 35

142_26_RandA connectons RaspberryPi avec Arduino-1.indd 35 08/02/2018 15:18:06


Module enregistreur vocal SPC01 avec PIC & EEPROM
Module d’enregistrement/lecture de messages vocaux dont les caractéristiques sont similaires à celles d’un circuit ISD. Il est doté d’un
microcontrôleur gérant plusieurs mémoires EEPROM. Le module est fourni avec deux mémoires de type CMS auxquelles il est possible
d’ajouter deux autres mémoires en boîtier DIP qui peuvent facilement insérées. Le SPC01 est particulièrement adapté aux systèmes de
sécurité et d’alarme, il fonctionne en mode autonome mais peut également être programmé à partir d’un PC. Le SPC01 ne dispose pas
Photos non contractuelles, publicité valable pour les mois de parution. Prix exprimés en euros TTC. sauf erreurs typographiques ou omissions

d’une entrée microphone ni d’une sortie haut-parleur. Il doit être intégré dans une chaîne d’amplification conçue pour l’application désirée.
Vous pouvez tester ses caractéristiques et ses modes de fonctionnement grâce à la demoboard sur laquelle vous pouvez insérer le module
SPC01 et commencer à l’utiliser. Cette carte est dotée d’une entrée microphone, d’une entrée ligne, d’une sortie haut-parleur et d’une sortie
ligne. Les DIP switch permettent un réglage simple des différentes fonctions disponibles, y compris l’interface série.

N.B : les deux mémoires en boîtier DIP 24LC1025 sont en option.


Caractéristiques techniques du module SPC01 :
Format d’enregistrement : ADPCM 4 bits ;
Durée d’enregistrement :
- 65 s à 16 ksps / 130 s à 8 ksps (4 mémoires) ;
- 48 s à 16 ksps / 96 s à 8 ksps (3 mémoires) ;
- 32 s à 16 ksps / 64 s à 8 ksps (2 mémoires) ;
80
,
€ 32
Fréquence d’échantillonnage : 16 ksps ou 8 ksps sélectionnable ;
Résolution : 8 bits ;
1
Tension d’entrée : 1,5 Vpp max ;
f . : SPC0
Tension de sortie : 4,5 Vpp max à la tension d’entrée max ; R é
Commandes : lecture (PLAY), pause, stop, enregistrement (REC), saut de piste
(TRACK SKIP) ;
Fonctions : bip fin de piste ; lecture d’une piste en boucle ; lecture en boucle de toutes les pistes ; accès à une piste de manière séquentielle
ou indexée ; suppression de la dernière piste ou suppression totale ; commandes et fonctions via le port série (RS-232) ; LED rouge et verte
de signalisation.

Demoboard pour module SPC01


Cette platine d’évaluation est dédiée au module SPC01, elle permet immédiatement
de tester toutes ses fonctionnalités. Elle dispose d’une entrée microphone, d’une
entrée au niveau ligne, d’une sortie haut-parleur et d’une sortie au niveau ligne. En
plus des entrées logiques pour les boutons de commande du module (PLAY / PAUSE,
STOP, REC, SKIP), elle dispose d’autres entrées qui permettent de configurer le fonctionne-
ment du module au moyen d’un DIP switch ou au moyen de signaux logiques externes. Ces entrées
peuvent éventuellement être utilisées comme un port série (RX/TX) pour commander l’enregistreur à

€ 21,20
distance et aussi pour lire/écrire dans la mémoire EEPROM à partir d’un ordinateur. Deux LED, l’une rouge
et l’autre verte, indiquent l’état de fonctionnement de l’enregistreur vocal.

Réf. : SPC-DK

Chambre d’écho digitale


Ce kit peut être utilisé avec différents systèmes audio tels qu’un karaoké, une table de mixage, ou peut être intégré dans un jouet. Cette
chambre d’écho est dotée d’un circuit intégré Holtek qui réalise une ligne à retard numérique. Elle dispose d’un microphone intégré, mais elle
peut aussi accepter des signaux à un niveau ligne. Elle dispose d’une sortie au niveau ligne permettant d’attaquer une table de mixage ou un
amplificateur et dispose aussi d’une sortie directe pour HP. Réglage du volume, du délai d’écho et du feedback (retour).

Caractéristiques techniques :
Tension d’alimentation : 9 VDC ;
Courant absorbé avec un haut-parleur : 400 mA ;
Courant absorbé sur la sortie ligne : 50 mA ;
Contrôle du niveau d’entrée, du volume de sortie, du temps de l’écho et du retour ;
Sensibilité de l’entrée ligne : 500 mVeff ;
Temps de retard de l’écho : de 80 ms à 200 ms ;
Distorsion THD : de 0,2 à 0,7 % ;

€ 17,
Bruit en l’absence de signal (pondéré A) : -85 dBV ;
Sortie ligne et haut-parleur ;
35
Comelec 03 / 2018

Puissance de sortie sur HP : 500 mW (8 Ω à 10 % THD).


Réf. : MK182

CD 908 - 13720 BELCODÈNE Tél. : 04 42 70 63 90 Fax : 04 42 70 63 95 w w w. c o m e l e c . f r

142_36_Pub_A4_Comelec_EV + Echo.indd 36 14/02/2018 13:00:34


MICROCONTRÔLEUR

Enregistreur vocal
avec PIC & EEPROM
Deuxième partie de Marco LANDONI

Dans le précédent numéro,


nous vous avons présenté deux
modules d’enregistrement et
de reproduction de messages
vocaux réalisés à l’aide d’un
microcontrôleur PIC pouvant
remplacer avantageusement
les circuits ISD. Dans cette
seconde partie, nous allons
décrire le module le plus per-
formant ainsi qu’une carte de
développement afin de tester
ce dernier.

D
ans le précédent numéro 141 d’Electronique et Contrai-
Loisirs Magazine, nous avons décrit notre système rement à
modulaire d’enregistrement et de reproduction de ces puces, nos
messages vocaux, en soulignant le fait que le système com- modules vocaux sont
porte deux modules (un ayant une mémoire plus importante constitués d’un microcontrôleur
et donc plus de messages) à microcontrôleur chargé de et d’une mémoire FLASH modulable.
la conversion du signal audio et du contrôle des adresses
mémoires. Le microcontrôleur échantillonne le signal
audio entrant et stocke les données dans la m é m o i r e ,
L’architecture est basée sur une émulation de la famille des du moins pendant la phase d’enregistrement. Lors de la
circuits intégrés Winbond à synthèse vocale, spécifique- phase de lecture, le PIC lit la mémoire et convertit les données
ment conçue pour mémoriser l’audio directement dans une en un signal audio analogique. La durée du message dépend
mémoire EEPROM. de la capacité de la mémoire présente, le microcontrôleur

ELECTRONIQUE magazine - n°142 37

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 37 08/02/2018 15:21:24


MICROCONTRÔLEUR

Figure 1 : schéma synoptique du module d’enregistrement et de reproduction


Comme nous l’avons mentionné dans
de messages vocaux. l’article précédent, dans cette confi-
guration nous avons deux fréquences
d’échantillonnage : 8 ksps et 16 ksps.
Configuration et EEPROM EEPROM EEPROM EEPROM
sélection des fonctions La première correspond à un temps
I2C BUS d’enregistrement (et donc de repro-
µC duction) plus long avec en contrepar-
tie une qualité de reproduction infé-
8kHz IN Filtre
8kHz OUT rieure. La seconde permet une qualité
ADC PWM Filtre
anti-repliement
passe-bas sonore supérieure avec une durée plus
courte, car elle utilise une plus grande
4kHz IN 4kHz OUT quantité de mémoire.
Filtre ADC PWM Filtre
anti-repliement passe-bas
Le signal analogique est numé-
risé et traité par un microcontrôleur
PIC18F2420, puis ensuite mémorisé
gère la mémoire disponible à l’aide du modules, nous allons décrire dans le en temps réel dans des mémoires
bus I2C en interrogeant de manière détail le module SPC01 qui est le plus EEPROM. Il est possible d’installer un
séquentielle les adresses possibles et performant. Nous décrirons également minimum de 2 mémoires jusqu’à un
en vérifiant les réponses. une carte de démo pour utiliser ce maximum de 4 mémoires afin d’ob-
module. En figure 1, vous pouvez voir le tenir trois durées d’enregistrement/
Après avoir décrit la philosophie du schéma synoptique simplifié du module reproduction différentes.
projet et les schémas synoptiques des SPC01.
Pour une fréquence d’échantillon-
nage de 8 ksps, nous obtenons 65 s
avec 2 mémoires, 98 secondes avec
3 mémoires et jusqu’à 130 s avec 4
mémoires. Avec une fréquence d’échan-
tillonnage de 16 ksps les durées sont
divisées par 2. Les mémoires facul-
tatives sont en boitier DIP et montées
sur des supports, elles sont faciles à
installer.

Le schéma électrique

Figure 2 : brochage (vue de dessus) du module vocal SPC01. Comme vous l’avez cer tainement
remarqué, le schéma du module enre-
gistreur vocal est pratiquement le
schéma synoptique de la figure 1.

Caractéristiques techniques : Il y a donc le microcontrôleur U1, qui


est le cœur du système, les mémoires
Format d’enregistrement : ADPCM 4 bits ; EEPROM U2, U3, U4 et U5 fonctionnant
Durée d’enregistrement : via le bus I2C (SDA et SCL), et enfin la
- 65 s à 16 ksps / 130 s à 8 ksps (4 mémoires) ;
partie analogique avec un filtre d’an-
- 48 s à 16 ksps / 96 s à 8 ksps (3 mémoires) ;
- 32 s à 16 ksps / 64 s à 8 ksps (2 mémoires) ; ti-repliement (anti-aliasing) réalisé à
Fréquence d’échantillonnage : 16 ksps ou 8 ksps sélectionnable ; l’aide d’amplificateurs opérationnels
Résolution : 8 bits ; contenus dans le circuit U7.
Tension d’entrée : 1,5 Vpp max ;
Tension de sortie : 4,5 Vpp max à la tension d’entrée max ; L’autre amplificateur opérationnel
Commandes : lecture (PLAY), pause, stop, enregistrement (REC), saut de piste double U6 est utilisé pour filtrer le
(TRACK SKIP) ; signal généré par les sorties PWM du
Fonctions : bip fin de piste ; lecture d’une piste en boucle ; lecture en boucle microcontrôleur.
de toutes les pistes ; accès à une piste de manière séquentielle ou indexée ;
suppression de la dernière piste ou suppression totale ; commandes et
fonctions via le port série (RS-232) ; LED rouge et verte de signalisation.
Procédons par ordre et commençons
la description du schéma à partir des
entrées analogiques.

38 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 38 08/02/2018 15:21:25


MICROCONTRÔLEUR

Chaque entrée est reliée à une paire Filtre idéal


fs/2
Figure 3 : pour échantillonner
de filtres actifs passe-bas qui consti- correctement à la fréquence fs,
tuent une cellule du 5ème ordre. La fré- le signal doit avoir une bande
quence de coupure est fixée pour l’en- passante telle que : B < fs/2.
Sinon, nous devons filtrer à la
trée 8 ksps à 3,1 kHz et pour l’entrée fréquence B en éliminant tout
16 ksps à 5,7 kHz. ce qui est au-dessus de fs/2.
B fs f
Dans la pratique les filtres
Bien sûr, vous pouvez vous demander réels ont une pente finie, il est
Filtre réel
alors nécessaire de définir une
pourquoi un tel filtrage a été introduit bande « B’ » pour le filtre passe-
sur le signal d’entrée. La raison est bas afin qu’à la fréquence fs/2
que, comme le formule le théorème Atténuation fs/2 l’atténuation soit suffisante.
d’échantillonnage de Shannon, pour
traiter correctement un signal à une
B’ fs/2 fs f
fréquence d’échantillonnage donnée
« fs », il est nécessaire que ce signal
ait une bande passante « B » inférieure
à fs/2 (appelée fréquence de Nyquist).
1 2
25.00 dB
A: c5_2

Si cette condition n’est pas respec- 0.000 dB


13dB

tée, lors de la reconstruction du


4kHz
signal échantillonné, nous obtenons -25.00 dB

un signal de sortie analogique très


déformé dû à l’effet connu sous le -50.00 dB
nom « d’aliasing ».
-75.00 dB
Dans notre cas, pour échantillonner
correctement le signal à une fré-
-100.0 dB
quence de 8 ksps, il faut limiter la
bande passante du signal à 4 kHz.
-125.0 dB
100.0 Hz 1.000 Hz 10.00 Hz 100.0 Hz
Measurement Cursors
Comme dans la pratique les filtres 1 c5_2 X: 154.39 Y: 10.194
2 c5_2 X: 4.0732k Y: -2.7741
à pente infinie n’existent pas, il est Cursor 2-Cursor 1 X: 3.9188k Y: -12.938

nécessaire de commencer à atténuer le


signal avant les 4 kHz (correspondant Figure 4 : bande passante du fi ltre pour un signal d’entrée à 8 ksps. Comme
à la fréquence de Nyquist) et d’ajuster vous pouvez le voir, l’atténuation à la fréquence critique (4kHz) est d’environ
le fi ltre pour obtenir une atténuation 13 dB. À partir de la fréquence de coupure (3,1 kHz), le signal perd 10 dB dans
suffisante à cette fréquence. une plage de moins d’un kilohertz.

En d’autres termes, le problème de la


distorsion provient du fait que, au-des- 25.00 dB
1 2

A: c10_2
sus de la fréquence de coupure, il
existe encore un signal, qui bien qu’il 0.000 dB
17dB

soit fortement atténué, est échantil-


lonné et provoque des perturbations 8kHz
-25.00 dB
car il se trouve au delà de la fréquence
d’échantillonnage.
-50.00 dB

En utilisant un filtre dont la pente d’at-


ténuation est faible, il est nécessaire -75.00 dB

d’avoir une fréquence de coupure très


basse. Inversement, lorsque la pente -100.0 dB

d’atténuation du filtre est forte, nous


pouvons augmenter la fréquence de -125.0 dB
100.0 Hz 1.000 Hz 10.00 Hz 100.0 Hz
coupure et donc la bande passante Measurement Cursors
1 c10_2 X: 154.39 Y: 10.237
de notre enregistreur. Cela revient à 2 c10_2 X: 8.0238k Y: -6.5508
Cursor 2-Cursor 1 X: 7.8694k Y: -16.788
déplacer la fréquence limite supérieure
proche de la fréquence de Nyquist.
Figure 5 : bande passante du filtre pour un signal d’entrée à 16 ksps. Vous consta-
tez que l’atténuation à la fréquence critique (8 kHz) est d’environ 17 dB. À partir
Avec les filtres insérés dans le circuit, de la fréquence de coupure (5,7 kHz), le signal perd 15 dB dans une plage de
nous pouvons obtenir une atténuation à moins de 2 kHz.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 39

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 39 08/02/2018 15:21:25


MICROCONTRÔLEUR

la fréquence critique d’au moins 13 dB, des amplifi cateurs opérationnels à Si la tension de sortie des amplificateurs
ce qui est suffisant pour notre applica- travers les résistances R10 et R8. Ces opérationnels ne pouvait pas atteindre
tion (voir les figures 4 et 5). derniers sont du type « rail-to-rail » afin l’amplitude de la tension d’alimentation
d’exploiter pleinement la dynamique (5 V), mais seulement 3,5 V à 4 V (ce qui
Comme cette chaîne de filtres est d’entrée des convertisseurs A/D du est le cas avec un classique amplifica-
active, elle fournit un gain total de microcontrôleur. teur opérationnel de type TL082), l ‘ADC
10 dB, ce qui nous permet de limiter n’attendrait jamais la valeur 1023
la tension maximale appliquée aux En effet, ces convertisseurs ont une mais s’arrêterait à des valeurs numé-
entrées à environ 1,5 Vpp. résolution de 10 bits, c’est à dire qu’ils riques comprises entre 700 et 800. Cela
convertissent une tension d’entrée ana- signifierait une perte d’environ 20 % en
Le diviseur de tension constitué par logique de 0 V en une valeur numérique termes de dynamique de conversion.
les résistances R25 et R26 permet « 0 » et une tension d’entrée analogique
de fournir une tension de référence Vdd en une valeur numérique « 1023 » Au lieu de cela, en utilisant des ampli-
permettant de polariser les entrées (Vdd = 5 V dans notre cas). ficateurs opérationnels « rail-to-rail »,

Schéma électrique du module SPC01.

40 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 40 08/02/2018 15:21:26


MICROCONTRÔLEUR

nous pouvons fournir aux entrées ana- Dans les deux cas, nous trouvons un
logiques (broches 2 et 3) des convertis- premier étage constitué d’un filtre
seurs A/D du PIC une tension dont l’ex- passif de type passe-bas (R30, C3 et
cursion va de 0 V à 4,9 V et donc ainsi R31, C30) qui permet d’éliminer
d’ le
utiliser pratiquement toute la plage signal 5 V rectangulaire d’une
dynamique des convertisseurs. En fréquence de 156 kHz pro-
continuant la description de la partie venant de la modu-
analogique, nous arrivons aux sorties lation PWM et d’ex-ex-
des deux périphériques PWM, c’est- traire uniquement la
à-dire les broches 12 et 13 du micro- composante modu-
contrôleur. Dans ce cas également, les lée.. Ce filtre passif est
parcours des signaux sont distincts alors suivi d’un filtre
pour les fréquences d’échantillonnage actif de second ordre
8 ksps et 16 ksps. utilisé comme circuit de

reconstruction du signal
analogique échantillonné.

U n a u t r e b l o c fo n d a m e n t a l d u
schéma est constitué par les bancs
de mémoires U2 à U5. Ce sont des
mémoires EEPROM de type série, pro-
duites par Microchip, et qui utilisent
comme interface de communication
le bus I2C pour « dialoguer » avec le
microcontrôleur.

Les résistances R5 et R6 servent de


résistances de tirage (pull-up) pour
le bus I2C. Comme vous pouvez le
remarquer, une adresse physique est
affectée aux différentes mémoires à
l’aide des broches A0, A1 et A2. Il s’agit
d’une adresse indispensable pour que
le microcontrôleur puisse écrire et lire
les données dans la bonne mémoire à
chaque fois.

Cette adresse permet au micro-


contrôleur de détecter le nombre de
mémoires présentes (le microcontrô-
leur interroge les mémoires une par une
et détermine la quantité de mémoire
disponible en fonction du nombre de
réponses obtenues).

Le bus I2C permet d’adresser ainsi


jusqu’à 8 mémoires (23, l’exposant 3
représente le nombre de broches : A0,
A1 et A2). Dans notre cas, nous avons
relié 4 mémoires via le bus I2C ce qui
permet d’étendre la capacité maximale
à 4 Mbits.

Nous rappelons que le nombre mini-


mum de mémoires est de deux, par
conséquent, pour minimiser la taille
du circuit imprimé, les deux mémoires
de base (U2 et U3) sont de type CMS
montées directement sur le carte.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 41

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 41 08/02/2018 15:21:28


MICROCONTRÔLEUR

Les deux autres mémoires, dont Durée d’enregistrement en fonction des mémoires installées.
l’usage est optionnel (U4 et U5), sont
de type boitier DIP et sont montées sur N° de mémoire Durée en s U2 U3 U4 U5
des supports de circuits intégrés. Elles 2 32/65 X X - -
peuvent être facilement insérées ou 3 48/98 X X X -
retirées du circuit, selon vos besoins. 4 65/130 X X X X

Le périphérique UART interne, dis-


ponible sur les broches 17 et 18 du Toutes les autres broches (21 à 28) permet de ne pas utiliser de résistances
microcontrôleur, est relié aux broches sont utilisées comme entrées digitales externes.
RX et TX du connecteur d’extension, pour commander les fonctions de l’en-
tandis que les LED de signalisation registreur. La possibilité d’activer les Le module nécessite une tension d’ali-
sont connectées aux broches RA2 (4) résistances internes de pull-up sur l’en- mentation stabilisée de 5 VDC, sa
et RA3 (5) configurées en sorties. semble du port B du microcontrôleur consommation est de l’ordre de 50 mA.

Plan de montage du module SPC01

Plan de câblage des composants côté soudures


(bottom) du module SPC01.

Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté soudures


(bottom) du module SPC01.

Ici les composants du module SPC01 soudés


sur la face inférieure (bottom).

Liste des composants R21 .... 33 kΩ 5% boîtier 0805 C3 ...... 4,7 nF céramique boîtier
R22.... 27 kΩ 5% boîtier 0805 0805
du module SPC01
R23.... 150 kΩ 5% boîtier 0805 C4 ...... 47 µF/6,3 V tantale boîtier
R24 .... 100 kΩ 5% boîtier 0805 A
R1 ...... 27 kΩ 5 % boîtier 0805 R25.... 22 kΩ 5% boîtier 0805 C5 ...... 10 µF/6,3 V tantale boîtier
R2 ...... 100 kΩ 5% boîtier 0805 R26.... 22 kΩ 5% boîtier 0805 C
R3 ...... 1 kΩ 5% boîtier 0805 R27 .... 100 kΩ 5% boîtier 0805 C6 ...... 100 nF céramique boîtier
R4 ...... 1 kΩ 5% boîtier 0805 R28.... 56 kΩ 5% boîtier 0805 0805
R5 ...... 1,5 kΩ 5% boîtier 0805 R29.... 56 kΩ 5% boîtier 0805 C7 ...... 10 µF/6,3 V tantale boîtier
R6 ...... 1,5 kΩ 5% boîtier 0805 R30.... 3,3 kΩ 5% boîtier 0805 A
R7 ...... 10 kΩ 5% boîtier 0805 R31 .... 3,3 kΩ 5% boîtier 0805 C8 ...... 1 nF céramique boîtier
R8 ...... 47 kΩ 5% boîtier 0805 R32.... 27 kΩ 5% boîtier 0805 0805
R9 ...... 56 kΩ 5% boîtier 0805 R33.... 27 kΩ 5% boîtier 0805 C9 ...... 100 nF céramique boîtier
R10 .... 47 kΩ 5% boîtier 0805 R34.... 27 kΩ 5% boîtier 0805 0805
R11 .... 22 kΩ 5% boîtier 0805 R35.... 27 kΩ 5% boîtier 0805 C10 .... 100 nF céramique boîtier
R12.... 27 kΩ 5% boîtier 0805 R36.... 2,2 kΩ 5% boîtier 0805 0805
R13.... 47 kΩ 5% boîtier 0805 R37 .... 100 kΩ 5% boîtier 0805 C11 .... 100 nF céramique boîtier
R14 .... 47 kΩ 5% boîtier 0805 R38.... 2,2 kΩ 5% boîtier 0805 0805
R15.... 68 kΩ 5% boîtier 0805 R39.... 47 kΩ 5% boîtier 0805 C12 .... 100 nF céramique boîtier
R16 .... 47 kΩ 5% boîtier 0805 0805
R17 .... 47 kΩ 5% boîtier 0805 C1 ...... 15 pF céramique boîtier C13 .... 1 nF céramique boîtier
R18.... 33 kΩ 5% boîtier 0805 0805 0805
R19.... 150 kΩ 5% boîtier 0805 C2 ...... 15 pF céramique boîtier C14 .... 1 nF céramique boîtier
R20.... 100 kΩ 5% boîtier 0805 0805 0805

42 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 42 08/02/2018 15:21:28


MICROCONTRÔLEUR

Schéma électrique de la Il existe aussi une entrée au niveau Les broches 17 et 18 du module
carte de développement ligne dénommée « LINE IN » pour relier SPC01 constituent les deux sorties
la sortie d’une table de mixage, d’un analogiques qui seront toujours
Cette Demoboard a été conçue pour lecteur CD ou MP3. Les deux signaux actives de manière alternative (8kOUT
fournir au module SPC01 des signaux sont mélangés par les résistances R10 ou 16kOUT).
analogiques d’un niveau approprié afin et R4 et dirigés vers les entrées analo-
de permettre à l’utilisateur de tester giques du module SPC01. Les résistances R13 et R14 per-
toutes les fonctions du module. mettent de prélever et de sommer
Vous pouvez donc choisir d’utiliser soit les 2 signaux, puis de les diriger vers
En effet, en observant le schéma élec- une source microphonique soit une l’étage tampon en tension (buffer de
trique de la Demoboard, vous remar- source préamplifiée ou les deux en tension) constitué par l’amplificateur
querez que le circuit intégré U1b est même temps en laissant le mixage du opérationnel U1a. Ce dernier permet
utilisé comme préamplifi cateur pour signal s’effectuer directement dans la de fournir un signal de sortie à faible
l’entrée microphone (MIC IN). Demoboard. impédance sur la broche « LINE OUT »

Plan de câblage des composants côté composants


(top) du module SPC01.

Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté composants


(top) du module SPC01.

Ici les composants du module SPC01 soudés sur la


face supérieure (top). Vous apercevez les 2 supports
des mémoires.

C15 .... 2,2 nF céramique boîtier C27 .... 100 nF céramique boîtier C39 .... 220 nF céramique boîtier
0805 0805 0805
C16 .... 1 nF céramique boîtier C28 .... 100 nF céramique boîtier
0805 0805 LD1 .... LED rouge boîtier 0805
C17 .... 470 pF céramique boîtier C29 .... 100 nF céramique boîtier LD2 .... LED verte boîtier 0805
0805 0805
C18 .... 2,2 nF céramique boîtier C30 .... 4,7 nF céramique boîtier U1 ...... PIC18F2420 (SOIC28)
0805 0805 U2 ...... 24LC1025-I/SM (SOIC8)
C19 .... 220 nF céramique boîtier C31 .... 2,2 nF céramique boîtier U3 ...... 24LC1025-I/SM (SOIC8)
0805 0805 U4 ...... 24LC1025-I/P (DIP8)
C20 .... 220 nF céramique boîtier C32 .... 1 nF céramique boîtier U5 ...... 24LC1025-I/P (DIP8)
0805 0805 U6 ...... MCP6002 (SOIC8)
C21 .... 100 nF céramique boîtier C33 .... 100 nF céramique boîtier U7 ...... MCP6004 (SOIC14)
0805 0805
C22 .... 1 nF céramique boîtier C34 .... 2,2 nF céramique boîtier Q1 ...... quartz 10 MHz (HC49/4H)
0805 0805
C23 .... 100 nF céramique boîtier C35 .... 1 nF céramique boîtier Divers
0805 0805
C24 .... 1 nF céramique boîtier C36 .... 220 nF céramique boîtier Barrette mâle 12 pôles (x2)
0805 0805
C25 .... 1 nF céramique boîtier C37 .... 1 nF céramique boîtier Support circuit intégré 2 x 4
0805 0805 broches (x2)
C26 .... 2,2 nF céramique boîtier C38 .... 1 nF céramique boîtier
0805 0805

ELECTRONIQUE magazine - n°142 43

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 43 08/02/2018 15:21:29


MICROCONTRÔLEUR

du connecteur et, en même temps, au concepteur d’introduire de grandes Nous avons utilisé ce réglage pour
de piloter l’entrée de l’amplifi cateur capacités de découplage nécessaires effectuer le contrôle du volume, qui
audio U2. pour les amplificateurs alimentés par est obtenu en faisant varier le poten-
une seule tension (mono tension). En tiel appliqué sur cette broche à l’aide
Il s’agit d’un amplificateur audio agissant sur la tension continue appli- du trimmer R17.
TDA7052A produit par NXP Semi- quée à la broche 4 de U2, il est pos-
conductors, il est capable de piloter un sible de faire varier le gain interne de Les signaux analogiques envoyés/reçus
haut-parleur de 1 W. Son étage de sor- l’amplificateur, le TDA7052A dispose au/du module SPC01 sont reportés sur
tie en pont permet de coupler directe- d’une fonction « Voltage Controlled le bus dessiné en haut du schéma à
ment la charge (en continu), ce qui évite Gain ». travers les résistances R9 et R16.

Schéma électrique de la carte de développement pour le module SPC01.

44 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 44 08/02/2018 15:21:30


MICROCONTRÔLEUR

Plan de montage de la Demoboard

Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté soudures Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté composants
(bottom) de la carte de développement pour le (top) de la carte de développement pour le module
module SPC01. SPC01.

Plan de câblage des composants de


la carte de développement pour le
module SPC01.

Photo de l’un de nos prototypes


de la carte de développement
pour le module SPC01.

Liste des composants R12 ... 27 kΩ 5 % boîtier 0805 C9........100 nF céramique boîtier 0805
de la Demoboard R13 ... 47 kΩ 5 % boîtier 0805 C10 .....22 µF/10 V tantale boîtier D
R14.... 47 kΩ 5 % boîtier 0805 C11 .....220 µF/10 V tantale boîtier D
R15 ... 12 kΩ 5 % boîtier 0805
R1 ...... 150 Ω 5 % boîtier 0805 R16.... 10 kΩ 5 % boîtier 0805 U1........MCP6002 (SOIC8)
R2 ...... 100 kΩ 5 % boîtier 0805 R17 .... trimmer monotour 10 kΩ U2........TDA7052A (SOIC8)
R3 ...... 100 kΩ 5 % boîtier 0805 SW1 ....DIP switch 4 contacts
R4 ...... 10 kΩ 5 % boîtier 0805 C1........470 nF céramique boîtier 0805 P1 à P4 micro switch
R5 ...... 100 kΩ 5 % boîtier 0805 C2........220 nF céramique boîtier 0805
R6 ...... 10 kΩ 5 % boîtier 0805 C3........100 nF céramique boîtier 0805 Divers
R7 ...... 100 kΩ 5 % boîtier 0805 C4........100 nF céramique boîtier 0805
R8 ...... 1 kΩ 5 % boîtier 0805 C5........100 nF céramique boîtier 0805 Barrette mâle 2 pôles (x6)
R9 ...... 10 kΩ 5 % boîtier 0805 C6........100 nF céramique boîtier 0805 Barrette mâle 3 pôles
R10.... 10 kΩ 5 % boîtier 0805 C7........470 nF céramique boîtier 0805 Barrette mâle 10 pôles (x2)
R11 ... 1 MΩ 5 % boîtier 0805 C8........100 nF céramique boîtier 0805 Barrette femelle 12 pôles (x2)

ELECTRONIQUE magazine - n°142 45

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 45 08/02/2018 15:21:32


MICROCONTRÔLEUR

Les touches P1 à P4 sont reliées au V


bus, et sont utilisées pour générer les U4
fonctions PLAY/PAUSE, STOP, REC U3
et SKIP. Il n’y a pas de résistance de t

pull-up, car elles sont activées à l’inté- U5


rieur du microcontrôleur. MAX 200ms

Figure 7 : pour faire fonctionner cor-


Le DIP switch à quatre pôles et le rectement les entrées PLAY, SKIP,
cavalier J1 permettent de configurer STOP et REC, il est nécessaire d’ap-
les paramètres de fonctionnement de pliquer une impulsion de niveau bas
d’une durée ne dépassant pas 200 ms.
l’enregistreur.

Enfin, il existe un connecteur pour la Figure 8 : assemblage du module


programmation en circuit ICSP du SPC01 sur la carte de démonstra-
tion et identification des différentes
microcontrôleur et un autre connec-
mémoires (U4 et U5 représentent
teur pour utiliser une interface série les mémoires optionnelles).
externe, par exemple en la reliant à un
convertisseur série/USB.
NB : pour les condensateurs au tan-
tale, la bande blanche indique tou-
Réalisation pratique de la Figure 6 : dans les capsules micro-
jours le positif.
Demoboard phoniques de type électret, la broche
de masse M peut être facilement Enfin, en dernier, vous pouvez sou-
Le module SPC01 et la carte de déve- identifiée car elle est toujours reliée der les connecteurs, les supports
au boîtier métallique.
loppement Demoboard comprennent pour les mémoires (module SPC01),
tous les deux des composants CMS. le DIP switch, le trimmer et les bou-
De nos jours, l’utilisation de compo- des broches très proches les unes tons poussoirs. Il peut être difficile de
sants CMS se répand de plus en plus des autres sans provoquer de bavure reconnaître l’anode de la cathode des
au niveau du hobbyiste. Certains com- d’étain. LED, car elles ne sont pas clairement
posants sont disponibles uniquement indiquées.
en boîtier CMS, les fabricants aban- Notez que le module SPC01 ainsi que
donnant progressivement les boîtiers la Demoboard sont disponibles sous Pour les identifi er, vous pouvez utili-
traditionnels traversant. forme de kits auprès de la société ser une alimentation de 5 V avec une
Comelec (www.comelec.fr). résistance de 560 Ω connectée en
L’assemblage d’un circuit CMS néces- série à une LED (avant de la souder).
site seulement un peu plus de patience Une fois que vous avez fabriqué ou Lorsque la LED s’allume, cela indique
qu’un assemblage traditionnel ainsi que vous vous êtes procuré les circuits que la broche reliée au positif de l’ali-
qu’un fer à souder et de la soudure imprimés, nous vous conseillons de mentation est l’anode de la LED.
pour ce type de composant. Vous devez démarrer l’assemblage par les circuits
manipuler précautionneusement de intégrés. Comme d’habitude, vérifiez Si vous fabriquez également la carte
minuscules composants et souder plusieurs fois avant de souder. de développement, vous devrez choi-
sir le type d’entrée et de sortie à utili-
Nous vous conseillons de placer les ser. Si vous utilisez les entrées/sorties
circuits intégrés avec une goutte de lignes, il est conseillé de réaliser les
colle, puis de souder en diagonale connexions avec du câble blindé. Sou-
(une patte d’un côté et l’autre patte dez le conducteur central aux bornes
du côté opposé le plus « + » et la tresse à la masse du circuit.
éloigné). Pour cela utili-
sez un fer de 25 W avec De la même manière, si vous utilisez
une pointe de 0,2 mm et de un microphone, vous devez le relier à
la soudure pour composant l’aide d’un câble blindé. Le conducteur
CMS. central doit être connecté aux « + » du
circuit imprimé et du transducteur. L’ali-
Ensuite, continuez avec tous mentation du microphone électret est
les composants passifs suivant assurée par le circuit de polarisation
la règle générale qui consiste (R1 et R6) présent sur la Demoboard.
d’abord à souder les composants
ayant un profil plus bas et de conti- Dans le cas où vous souhaitez utili-
nuer avec les composants de plus en ser un haut-parleur pour écouter les
plus imposants. messages, vous devez connecter les

46 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 46 08/02/2018 15:21:34


MICROCONTRÔLEUR

Une voix dans l’obscurité


S’il est vrai que l’alphabet braille a permis aux mal- instructions
voyants de lire, il reste encore beaucoup à faire pour verbales fines
donner une autonomie aux personnes privées de ce jusqu’à ce que
sens le plus important parmi les 5. Comment s’as- la personne
surer que lorsque qu’un malvoyant sort dans la rue, reconnaisse
il s’informe des horaires d’un bus et qu’il puisse lire l’objet. L’ou-
les panneaux ? Ou encore, comment lui permettre til peut aussi
de mettre la veste d’une couleur désirée ou ouvrir la apprendre
bonne bouteille ? Ce ne sont que quelques-unes des à écrire aux
nombreuses difficultés quotidiennes des personnes aveugles dès le
qui ne voient rien ou presque. plus jeune âge.

C’est précisément pour aider un ami aveugle qu’un À l’aide d’un


informaticien et un ingénieur en microélectronique, stylo optique,
Massimo Columbu de Cagliari et Marco Gregnanin il est pos-
de Rome, ont décidé de créer et breveter un appareil sible d’écrire
capable d’assister les personnes malvoyantes. C’est à la main sur
ainsi qu’est né le « SiRecognizer », le premier système le moniteur
portable au monde capable de reconnaître des objets pendant que
solides et plats. Il s’agit d’un ordinateur miniaturisé l’ordinateur
qui utilise une caméra numérique, un scanner, un prononce les
microphone et divers accessoires, qui grâce à un logi- lettres et/ou les mots, même s’ils sont mal écrits.
ciel spécifique, reconnaît tout objet connu, de toutes Le dispositif reconnaît jusqu’à 25 langues, y compris
formes et perspectives, à partir de l’image obtenue le grec ancien, le latin et le russe.
par la caméra ou le scanner, et prononce le nom de
l’objet à l’aide d’une synthèse vocale. Il s’agit donc d’une véritable révolution, non seu-
lement pour les malvoyants mais aussi pour les
« SiRecognizer » peut également distinguer les dyslexiques (la dyslexie est un syndrome classé parmi
couleurs, lire des étiquettes, des notices de les troubles d’apprentissage spécifiques et se mani-
médicaments, des relevés, des factures, des livres feste par la difficulté des personnes atteintes à lire
et des journaux. Il suffit d’un clic sur la caméra et rapidement et correctement à voix haute) qui, grâce
en quelques secondes l’ordinateur donne le nom de à la synthèse vocale, peuvent lire correctement un
l’objet ou lit un texte. S’il ne parvient pas à identifier texte. Le prix de l’ensemble est d’environ 5000 €, le
l’objet, « SiRecognizer » guide la main avec des logiciel seul revient à environ 1000 €.

bornes du HP aux points correspon- indications sur l’utilisation du module bas, et dans le cas où vous ne connec-
dant sur le circuit imprimé, sans tenir SPC01 de manière indépendante. tez pas les boutons poussoirs, le signal
compte de la polarité. de commande doit être de type impul-
Commençons par dire que si vous avez sif avec une durée ne dépassant pas
Vous pouvez utiliser un HP avec une l’intention de vous servir d’une seule des 200 ms.
impédance nominale supérieure à 4 Ω deux entrées analogiques disponibles,
et une puissance d’au moins 1 W. celle qui n’est pas utilisée doit être Toutes les autres entrées (Beep, AL,
connectée à la masse pour éviter que LL, fs et FUNC) peuvent rester à niveau
des interférences ne viennent perturber logique haut ou bas pendant un temps
Utilisation de l’enregistreur le signal enregistré (et donc vous risquez indéfini, elles sont actives à un niveau
de les retrouver à la reproduction). bas.
Le module SPC01 est complètement
indépendant et fonctionne même Quelle que soit l’application envisagée, Si la broche MCLR est reliée à la
sans la carte Demoboard. l’alimentation du circuit doit nécessaire- masse, le microcontrôleur est réini-
ment provenir d’une source stabilisée tialisé et maintenu dans cet état tant
Cependant, pour plus de commodités, capable de délivrer une tension conti- qu’un niveau bas est présent sur la
nous allons expliquer les fonctions de nue d’exactement 5 V. broche MCLR.
l’appareil en supposant que le module
SPC01 soit monté sur la Demoboard. Tout Les entrées des boutons PLAY, STOP, Dans la mémoire de l’enregistreur,
d’abord, nous vous donnons quelques REC et SKIP sont actives à un niveau jusqu’à 64 pistes différentes peuvent

ELECTRONIQUE magazine - n°142 47

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 47 08/02/2018 15:21:37


MICROCONTRÔLEUR

être enregistrées sans limites de


longueur à condition que la capacité
totale d’enregistrement ne soit pas
dépassée.

Chaque nouvelle piste est accolée à


la dernière piste existante. Tout cela
est géré par le microcontrôleur à l’aide
d’une table contenant les pistes mises
en mémoire.

Figure 9 : appuyez sur le bouton REC pour entrer dans le mode enregistrement
La première fois que vous utilisez (à gauche). La LED rouge s’allume et la LED verte clignote. L’enregistrement,
l’enregistreur ou lorsque la configu- signalé par l’allumage fixe de la LED verte, démarre lorsque vous appuyez sur
ration des EEPROM est modifiée, par la touche PLAY (à droite).
exemple lors du passage de deux à
trois mémoires, vous devez suivre une
procédure d’initialisation. Cette der-
nière efface la totalité des pistes exis-
tantes, voir le paragraphe relatif à cette
procédure.

Supposons maintenant que vous uti-


lisiez le module SPC01 monté sur la
Demoboard. Notez que le sens de mon-
tage correct exige que les mémoires
U3, U4 et U5 se trouvent du côté des Figure 10 : le bouton STOP arrête l’enregistrement et les LED s’éteignent. La
boutons comme visible en figure 8. fréquence d’échantillonnage est sélectionnée à l’aide du DIP switch.

Enregistrement

Le mode d’enregistrement peut être


activé sur la Demoboard en appuyant
sur le bouton REC, ou en appliquant
une impulsion logique basse sur la
broche REC du module SPC01. La
LED rouge s’allume, tandis que la
LED verte commence à clignoter
indiquant que le système est en mode
d’enregistrement et en attente d’une
commande de démarrage.
Figure 11 : la lecture est activée à l’aide du bouton PLAY. Si ce dernier est pressé
pendant la lecture, il produit une pause. En appuyant de nouveau, la lecture
L’enregistrement débute dès lors que recommence à l’endroit où elle a été suspendue.
vous appuyez sur le bouton PLAY/
PAUSE (ou en appliquant une impul-
sion logique basse sur la broche PLAY/ La LED verte s’arrête de clignoter et reste Tout nouvel enregistrement est auto-
PAUSE). Dans cette phase, la LED continument allumée. L’enregistrement matiquement positionné après le
verte s’arrête de clignoter et reste ne peut être interrompu qu’en appuyant dernier en mémoire et sauvegardé en
continument allumée indiquant que sur le bouton STOP. tant que nouvelle piste.
l’enregistrement est en cours.
Dans ce cas, tout ce qui a été enregis- Le seul paramètre confi gurable pen-
Si vous appuyez de nouveau sur le tré est sauvegardé, et les LED s’étei- dant l’enregistrement est la fréquence
bouton PLAY/PAUSE, l’appareil entre gnent. L’appareil attend alors une nou- d’échantillonnage. Elle peut être sélec-
en pause et arrête momentanément velle commande. Vous pouvez arrêter tionnée parmi les deux disponibles via
l’enregistrement en cours. Cet état l’enregistrement à tout moment, même la broche « fs ».
est signalé par la LED verte qui recom- pendant une pause.
mence à clignoter. Lorsque cette dernière est à un
Tout ce qui a été enregistré jusqu’à ce niveau logique bas (0), la fréquence
Pour continuer l’enregistrement, appuyez que le bouton STOP soit pressé sera d’échantillonnage est de 8 ksps, et l’en-
de nouveau sur le bouton PLAY/PAUSE. sauvegardé comme une seule piste. trée correspondante sera sélectionnée

48 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 48 08/02/2018 15:21:39


MICROCONTRÔLEUR

(il faut appliquer le signal sur l’entrée


8kIN). À l’inverse, en laissant la broche
déconnectée ou en la reliant à VCC, la
fréquence d’échantillonnage de 16 ksps
sera sélectionnée. Dans ce cas égale-
ment, seule l’entrée correspondante
fonctionnera (il faut appliquer le signal
sur l’entrée 16kIN).

Lecture
Figure 12 : le bouton STOP permet d’arrêter la lecture dans n’importe quelle
condition. En appuyant sur le bouton SKIP, l’enregistreur passe immédiatement
Supposons que nous insérons le cava- à la piste suivante.
lier J1 (broche « FUNC » à la masse)
afin de désactiver l’accès direct aux
pistes. Dans ce cas, la lecture est
effectuée de manière séquentielle et
est activée simplement en appuyant
sur le bouton PLAY/PAUSE. La LED
verte s’allume signalant ainsi la lec-
ture de la piste en cours.

Si nous appuyons de nouveau sur la


même touche pendant la lecture, le
système se met en pause et la LED
verte commence à clignoter. Pour
reprendre la lecture à l’endroit où elle Figure 13 : réglages des fonctions de lecture : fréquence d’échantillonnage, lecture
a été interrompue, il suffit d’appuyer à en boucle d’une piste, lecture en boucle de toutes les pistes et bip de signalisation.
nouveau sur le bouton PLAY/PAUSE.

Par contre, si nous appuyons sur le


bouton STOP pendant la lecture d’une
piste, la lecture est interrompue. À ce
stade, en appuyant sur le bouton PLAY/
PAUSE, la lecture reprend à partir du
début de la piste interrompue.

L’enregistreur est capable de s’arrêter


automatiquement à la fin de chaque
piste. Par conséquent, s’il s’arrête à
la fin d’une piste, il suffit d’appuyer de
Figure 14 : les pistes sont effacées en appuyant sur STOP, puis en appuyant sur
nouveau sur PLAY/PAUSE pour lancer le bouton REC. Un clignotement simultané des LED indique que l’opération est
la lecture au début de la piste suivante terminée. À droite, suppression d’une seule piste, à gauche suppression de toutes
(par rapport à celle qui vient d’être lue). les pistes (initialisation).

En appuyant sur le bouton SKIP pen-


dant la lecture d’une piste, l’enregis- En reliant la broche « LL » à la masse, la jusqu’à la dernière, ensuite l’enregis-
treur passe immédiatement au début lecture en boucle de la piste en cours treur s’arrête automatiquement.
de la suivante (si elle est présente), est activée. Dès que la piste en cours
sinon il revient automatiquement à la de lecture atteint la fin, elle redémarre La connexion des broches « LL » et
première piste. indéfiniment jusqu’à ce que la touche « AL » à la masse active toujours la
STOP soit pressée. lecture en boucle de toutes les pistes
Pendant la lecture, il est possible de mais, contrairement au mode précé-
régler certaines fonctions utiles (voir De la même manière, en connectant la dent, lorsque l’appareil atteint la fin de
la figure 13). En mettant à la masse broche « AL » à la masse, la lecture en la dernière piste présente, il commence
la broche BEEP, nous insérons un boucle de toutes les pistes présentes immédiatement par relire la première
signal sonore (bip de signalisation) à est activée. de manière infinie (en boucle).
la fin de chaque piste. Cela permet, par
exemple, d’indiquer la fin d’un message À partir de la piste en cours de lecture, Dans ces trois cas, il est toujours pos-
ou le début du suivant. toutes les pistes sont lues en séquence sible d’arrêter l’enregistreur à tout

ELECTRONIQUE magazine - n°142 49

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 49 08/02/2018 15:21:41


MICROCONTRÔLEUR

moment en appuyant sur le bouton Effacement des pistes Gardez à l’esprit que la suppression
STOP. De la même manière, les fonctions (totale ou partielle) des pistes n’efface
PAUSE et SKIP sont également actives. Il existe deux façons d’effacer les pas réellement le contenu de toutes les
pistes sauvegardées dans la mémoire mémoires EEPROM, mais modifie seu-
Il est possible de sélectionner la fré- EEPROM. lement la table d’allocation des pistes
quence d’échantillonnage même pen- présentes dans l’une des mémoires
dant la lecture d’une ou des piste(s). La première consiste à supprimer la EEPROM.
dernière piste présente, la seconde C’est pour cette raison que l’opération
Normalement, une piste enregistrée à permet d’effacer complètement toute d’effacement total de la mémoire est
une fréquence d’échantillonnage de 8 la mémoire et donc toutes les pistes. également utilisée comme procédure
ksps doit être lue à la même fréquence. d’initialisation.
Pour supprimer la dernière piste (mode
Cependant, vous pouvez décider de 1) mémorisée, insérez le cavalier J1 Nous arrivons au terme de cette
lire une piste enregistrée à 16 ksps (broche FUNC à un niveau logique zéro) seconde partie.
avec une fréquence de 8 ksps, cela puis assurez-vous que le DIP switch
donne un son plus grave. « AL » est ouvert (« AL » se trouve alors à Dans la prochaine et dernière partie,
un niveau logique haut). nous aborderons les fonctions du port
Si vous effectuez l’inverse, c’est-à-dire série qui sont très similaires pour les
lire une piste enregistrée à 8 kps avec À ce stade, appuyez sur le bouton STOP deux modules SPC01 et SPC02.
une fréquence de 16 ksps, vous obtien- et maintenez-le enfoncé, puis appuyez
drez un son plus aigu. sur le bouton REC. Immédiatement, les Nous décrirons également le fonction-
LED rouges et vertes clignotent un nement du petit module SPC02, dont
Cette caractéristique peut être utilisée moment pour confirmer que la piste vous pouvez apercevoir les prototypes
pour créer des effets sonores simples. a été supprimée. ci-dessous.

En reliant la broche FUNC à un niveau Vous pouvez maintenant décider


logique haut ou en laissant le cavalier de supprimer d’autres pistes ou de
J1 déconnecté, vous activez l’adres- reprendre l’utilisation de l’enregistreur
sage explicite des pistes. Dans ce normalement.
cas, les broches BEEP, fs, LL et AL
sont configurées comme 4 lignes de Si vous souhaitez continuer d’effacer
données (A3 à A0), sur lesquelles vous d’autres pistes, appuyez simplement
pouvez définir le numéro de piste (de 0 sur le bouton STOP puis sur le bouton
à 15) que vous désirez lire lorsque vous REC.
appuyez sur la touche PLAY.
Le clignotement des LED confi rmera
Ainsi, si vous sélectionnez le numéro la réussite de l’opération demandée.
6 (0110), lorsque vous appuyez sur
PLAY, la piste mémorisée à l’emplace- Si vous préférez supprimer toute la
ment numéro 6 sera lue, et 0 (0000) mémoire en une seule fois (mode 2),
correspond à la première piste mémo- vous devez positionner J1 exactement
risée qui sera lue et ainsi de suite. comme pour le mode 1, mais la broche
« AL », plutôt que d’être à un niveau
Si vous essayez de lire une piste qui logique haut, doit être forcée à un
n’est pas en mémoire, la commande niveau bas (DIP switch fermé).
PLAY sera ignorée.
Ensuite, procédez comme ci-dessus,
La configuration des fonctions asso- c’est-à-dire appuyez sur le bouton
ciées au DIP switch (répétition des STOP et maintenez-le enfoncé, puis
pistes, BEEP et fréquence d’échan- appuyez sur le bouton REC. Les LED
tillonnage) est mémorisée lorsque le clignotent un moment pour confirmer
cavalier J1 est retiré. l’opération.

État du cavalier J1 Correspondance du DIP switch

OUVERT Fs LL AL Beep
FERMÉ A0 A1 A2 A2

50 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_37_Enregistreur vocal avec PIC et EEPROM_2 .indd 50 08/02/2018 15:21:43


MPLAB X

de Francesco Ficili et Vincenzo Germano

Cours MPLAB X
Deuxième partie

Dans cette seconde partie du cours, nous continuons notre voyage pour découvrir MPLABX IDE, le
nouvel environnement de développement intégré produit et distribué par Microchip. Nous allons
nous concentrer sur les microcontrôleurs de la famille PIC32 qui sera la plate-forme matérielle
principale de ce cours, et plus particulièrement sur les périphériques de base.

D
ans le cours précédent, nous avons présenté Les microcontrôleurs PIC32
MPLABX IDE, le nouvel environnement de dévelop-
pement lancé par Microchip pour le développement C’est la toute dernière famille de microcontrôleurs de
d’applications embarquées sur ses plateformes 8, 16 et Microchip Technology, elle a été introduite sur le marché en
32 bits, et basé sur l’IDE officiel multiplateforme Oracle novembre 2007. Ces microcontrôleurs puissants sont basés
Netbeans. sur le noyau (core) « MIPS32® M4K™ » 32 bits dont la licence
appartient au fabricant anglais IPcores. Ce noyau fonctionne
Cet environnement remplace MPLAB IDE 8.X, qui a été l’en- à une fréquence de 80 MHz, avec un pipeline à 5 étages et
vironnement de développement officiel de Microchip ces une « ALU » en 32 bits (Unité Arithmétique et Logique). Les
dernières années et qui est maintenant obsolète. Microchip premiers modèles de microcontrôleurs de la famille PIC32
a développé une nouvelle famille de compilateurs nommés étaient compatibles broches à broches avec ceux de la
XC8, XC16 et XC32, qui remplacent les anciens compila- famille PIC24FXXGA0XX, afin de simplifier les migrations. Les
Cours

teurs MPLAB C18, C30 et C32. Dans cette deuxième partie microcontrôleurs PIC32 sont le haut de gamme chez Micro-
du cours, nous allons nous concentrer plus particulièrement chip et intègrent des périphériques hautement complexes
sur les microcontrôleurs PIC32, qui sont le haut de gamme tels qu’un hôte USB (USB Host/OTG/Device), des contrôleurs
des microcontrôleurs chez Microchip. Ethernet, un bus CAN, une RTC intégrée, etc.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 51

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 51 10/02/2018 13:42:11


MPLAB X

Il existe actuellement deux grandes familles de micro-


contrôleurs PIC32 : la famille PIC32MX (la première à être
commercialisée) et la famille PIC32MZ (actuellement la

Cours
plus performante).

Les principales caractéristiques des microcontrôleurs


appartenant à ces deux familles principales sont :

• vitesse d’exécution : 415 DMIPS à 252 Mhz ;


• mémoire FLASH jusqu’à 2 MB, RAM jusqu’à 512 KB ;
• une instruction par cycle d’horloge (DSP) ;
• possibilité d’exécuter le code directement à partir de
la mémoire RAM ;
• contrôleur DMA (accès direct à la mémoire sans utiliser
le noyau) ;
• PPS (Peripheral Pin Select), possibilité de remap-
per les broches du microcontrôleur utilisées par les
périphériques ;
• interface de programmation/débogage JTAG ou Micro-
chip sur 2 fils ;
• supporte l’« Execution Trace » ; Figure 1 : synoptique d’une architecture PIC32MZ.
• Timer, Watchdog, RTCC ;
• High-Speed USB (Host/Dual Role/Device), 10/100 Par exemple, un « Timer » spécifique pour une application
Ethernet (avec MAC intégrée), bus CAN, mTouch ; particulière est le « RTCC » (Real Time Clock Calendar) utilisé
• I²C, SPI, UART, PMP ; pour implémenter des horloges temps réel dans un sys-
• ADC jusqu’à 48 canaux de 12 bits et CCP ; tème. Un autre exemple est le « Timer Watchdog » (chien de
• double précision FPU intégrée afin d’accélérer les per- garde), il est souvent utilisé pour réinitialiser le système à la
formances dans des applications intensives ; suite d’un blocage (ou plantage) du programme.
• moteur de cryptographie (crypto engine).
Une caractéristique très importante des « Timer » est que,
Comme vous pouvez le constater, les périphériques de cette en tant que périphériques matériels, ils peuvent être
famille de microcontrôleurs PIC32 sont extrêmement riches, associés à des événements d’interruptions (interrupt) de
ce qui leur permet de développer des applications embar- différents types.
quées très complexes en utilisant un seul microcontrôleur
et en minimisant les circuits externes. Généralement, il s’agit d’un débordement (overflow) ou
la durée d’une période sauvegardée dans un registre
dénommé « period register »), de sorte qu’ils sont souvent
Le Timer utilisés pour générer des interruptions avec une synchro-
nisation précise (un agenda, par exemple, est basé sur
Analysons maintenant l’un des périphériques de base du une interruption générée par un « Timer »). Nous traiterons
PIC32, il s’agit du périphérique « Timer ». Ce dernier est plus en détail les interruptions (et leur association avec les
essentiellement un périphérique matériel (hardware) « Timer ») dans un paragraphe dédié.
dédié aux tâches de comptage. Comme il est indépen-
dant du processeur, le comptage des « Timer » n’affecte Un microcontrôleur PIC32 dispose de deux types de
pas le temps d’exécution de la CPU, et inversement, un « Timer » à usage général (ces types n’incluent pas le « Watc-
« Timer » hardware effectue un comptage précis qui n’est hdog », qui de par sa nature, ne peut pas être considéré
pas affecté par l’exécution du système. Il existe plusieurs comme un « Timer » à usage général), le « Timer A » et le
types de « Timer ». « Timer B ».

Figure 2 : tableau comparatif entre le « Timer A » et le « Timer B ».

52 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 52 10/02/2018 13:45:41


MPLAB X

Le « Timer A » est un « Timer » de 16 bits qui peut également


être associé à une horloge externe (un oscillateur
secondaire) en mode asynchrone et peut aussi fonctionner
lorsque le microcontrôleur est en mode veille (il est adapté à
l’implémentation d’une RTCC). Il est équipé d’un prédiviseur
(prescaler) à 4 valeurs (1 : 1 ; 1 : 4 ; 1 : 8 ; 1 : 256).

À l’inverse, le « Timer B » ne peut pas fonctionner en


mode asynchrone par rapport au processeur (il fonctionne
avec l’horloge du système ou directement avec l’oscillateur
primaire). Il peut être associé à un second « Timer B » pour
former un compteur 32 bits. Il dispose également d’un
prédiviseur avec des valeurs d’échelles multiples par rap-
port au « Timer A » et peut générer ainsi des événements
de déclenchements spécifi ques (tels que le déclenche-
ment ou trigger d’un ADC pour des applications de capture
de données).

En figure 2, vous pouvez voir un tableau comparatif des deux Figure 3 : schéma synoptique d’un « Timer A ».
types de « Timer ». En règle générale, les PIC32 disposent
d’au moins un « Timer A » (généralement le « Timer 1 ») et
d’un nombre variable (généralement 4) de « Timer B ».

La figure 3 montre le schéma synoptique d’un « Timer A ».


Comme vous pouvez le voir, il est possible d’associer le
« Timer » à l’oscillateur secondaire à basse consommation
(idéal pour faire fonctionner une horloge temps réel lorsque
le système est en mode veille avec une consommation
d’énergie minimale) via le multiplexeur contrôlé par le bit
TCS (Timer Clock Select) du registre « TCON ».

En figure 4 est représenté le schéma synoptique du « Timer


B ». Dans ce cas, il n’est pas possible d’utiliser une source
asynchrone comme dans le cas du « Timer A ». Il est alors
nécessaire d’utiliser l’horloge du périphérique (PBCLK) ou
bien l’oscillateur primaire.

Comme mentionné précédemment, le prédiviseur dispose


d’un grand nombre de possibilités (1 : 1 ; 1 : 2 ; 1 : 4 ;
1 : 8 ; 1 : 32 ; 1 : 64 ; 1 : 256), rendant ainsi le « Timer
B » capable d’atteindre une résolution plus élevée que
Figure 4 : schéma synoptique d’un « Timer B ».
celle du « Timer A ».

valeurs du registre de contrôle du « Timer 2 ». Le code à


Hello World avec le « Timer 2 » écrire est reporté dans le listing 1. À ce stade, à l’intérieur
de la fonction « main », nous confi gurons le registre de
Examinons maintenant un exemple simple d’utilisation contrôle du « Timer 2 » qui se nomme « T2CON ».
d’un « Timer » pour effectuer le comptage avec une cer-
taine précision. Nous faisons le même exercice présenté Ce que nous voulons réaliser avec le programme est le
lors du premier cours, mais cette fois au lieu d’utiliser un clignotement d’une LED à une fréquence de 1 Hz, donc
comptage à la charge de la CPU, nous utilisons un « Timer » avec un intervalle de temps d’une seconde entre chaque
de type B qui est le « Timer 2 ». inversion d’état (toggle). La fréquence de fonctionnement
est de 8 MHz et nous utilisons un prédiviseur égal à 8, le
Cours

Créons un deuxième projet à partir de MPLABX et nom- « Timer » fonctionne alors à 1 MHz c’est-à-dire qu’il exécute
mons-le « Exemple_02 ». Dans le projet, nous créons un un million de comptages par seconde.
fichier C de type « main » et ouvrons le dans l’éditeur. Tout
d’abord, nous devons insérer un ensemble de « define » Par conséquent, une fois le « Timer » configuré, il suffira
(définitions) dont nous avons besoin pour paramétrer les de vérifier quand le registre atteindra la valeur de « TMR_

ELECTRONIQUE magazine - n°142 53

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 53 10/02/2018 13:48:30


MPLAB X

Listing 1 : définitions génériques et Interruption (Interrupt)


configuration des registres de contrôle
du « Timer 2 ». Nous abordons maintenant un sujet un peu plus complexe

Cours
que le précédent, mais qui est l’un des concepts les plus
/* -- defines -- */ importants dans le développement de programmes pour
#define FOREVER 1 des applications embarquées, c’est-à-dire le concept d’in-
#define SYS_CLOCK 8000000 terruption. Tout d’abord, essayons d’expliquer ce qu’est
#define TMR_ON 1
vraiment une interruption, nous le faisons parallèlement à
#define TMR_16_BIT_MODE 0
#define TMR_32_BIT_MODE 1 une situation qui se produit dans le monde réel.
#define TMR_CS_PBCLK 0
#define TMR_PRESCALER_8 3
#define TMR_PRESCALER_VALUE 8 Listing 3 : Hello World avec le « Timer 2 ».
#define TMR_MATCH_VALUE SYS_CLOCK/TMR_
PRESCALER_VALUE) /* boucle sans fin */

while(FOREVER)
{
/* si le TMR dépasse la valeur correspondante
MATCH_VALUE » pour s’assurer qu’une durée d’une */
seconde s’est bien écoulée. Nous configurons donc
« T2CON » avec un prédiviseur de 8 en mode 32 bits pour if (TMR2 > TMR_MATCH_VALUE)
pouvoir compter jusqu’à 1 million et en utilisant l’horloge {
du périphérique comme horloge du « Timer » (T2CONbits. /* efface le Timer */
TCS = TMR_CS_PBCLK). Nous activons ensuite le
périphérique (T2CONbits.ON = TMR_ON), comme indiqué TMR2 = 0;
dans le listing 2.
/* inverse l’état de RD0 */
À ce stade, il n’y a rien d’autre à faire que d’écrire en
PORTDbits.RD0 = ~PORTDbits.RD0;
langage C ce qui est dit dans le langage naturel, c’est-à- }
dire vérifier que le registre du Timer atteigne la valeur de }
« TMR_MATCH_VALUE ». Une fois cette valeur atteinte, il
faut réinitialiser le registre et inverser l’état de la broche
RD0 à l’intérieur d’un cycle infini « while (FOREVER) » (voir
le listing 3). Nous sommes souvent soumis à des situations qui
peuvent être apparentées comme étant des interruptions.
Imaginez-vous en train de lire un livre et, en arrivant à une
Listing 2 : configuration du registre de certaine page, le téléphone sonne !
contrôle T2CON.
À ce stade, vous mettez un repère sur la page du livre, puis
/* configuration du registre ddr */
vous le fermez et vous répondez au téléphone. Une fois
TRISD = 0x0000; l’appel terminé, vous rouvrez le livre sur la page marquée
et recommencez à lire.
/* configure le noyau du PIC32 pour de meilleures per-
formances */ Ce qui se passe à l’intérieur d’un microcontrôleur lorsque
la CPU reçoit une interruption est plus ou moins la même
SYSTEMConfigPerformance(SYS_CLOCK); chose. Lors de l’exécution du programme, si une interrup-
tion se présente, les étapes suivantes sont effectuées
/* configuration du registre T2CON */
dans la CPU :
T2CONbits.ON = TMR_ON;
T2CONbits.TCKPS = TMR_PRESCALER_8; • l’exécution en cours est sauvegardée, en particulier la
T2CONbits.T32 = TMR_32_BIT_MODE; valeur actuelle du « Program Counter » ainsi que toutes
T2CONbits.TCS = TMR_CS_PBCLK; les données nécessaires pour reprendre l’exécution
du processus interrompu. Cette opération est appelée
« sauvegarde du contexte d’exécution » ;
Pour tester le fonctionnement, nous pouvons utiliser le
point d’arrêt (breakpoint) sur l’instruction qui inverse l’état • une table est interrogée, généralement appelée « Inter-
de la broche, ou si vous disposez d’une carte d’expérimen- rupt Vector Table » (table des vecteurs d’interruption).
tation PIC32, vous pouvez vérifi er la fréquence à l’aide Elle contient l’emplacement des fonctions correspon-
d’un oscilloscope. dant aux diverses requêtes d’interruptions possibles. Les

54 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 54 10/02/2018 13:51:54


MPLAB X

requêtes d’interruptions sont appelées « IRQ » (Interrupt Les utilisations des interruptions sont nombreuses, mais
ReQuest), tandis que les fonctions requises sont appe- dans tous les cas elles sont étroitement liées aux périphé-
lées « ISR » (Interrupt Service Routines) ; riques. Pratiquement tous les périphériques d’un micro-
• L’ISR est exécutée par l’appel de la table des vecteurs contrôleur peuvent générer une ou plusieurs interruptions.
d’interruption (Interrupt Vector Table). Cette fonction
est généralement de courte durée, de manière à inter- Le contrôleur d’interruption des microcontrôleurs de la
férer le moins possible avec l’exécution du processus famille des PIC32, dont le schéma de principe est repré-
en cours ; senté en figure 6, est un système complexe qui possède les
• une fois l’exécution de l’ISR terminée, l’interruption caractéristiques suivantes :
est définie comme « accomplie ». Le processeur récu-
père alors le contexte d’exécution avant l’interruption et • jusqu’à 96 sources d’interruption ;
met à jour le « Program Counter » avec l’emplacement • jusqu’à 64 vecteurs d’interruption ;
correct et la restauration de toutes les données néces- • modes mono-vecteur et multi-vecteur ;
saires pour redémarrer l’opération arrêtée. • jusqu’à 5 sources d’interruption externes ;
• 7 niveaux de priorité ;
Le parallèle avec l’exemple précédent est évident. Le lecteur • 4 niveaux de sous-priorité (sub-priority level) ;
du livre correspond au processeur, la lecture du livre est le • possibilité de générer des interruptions à partir du
processus en cours d’exécution, et le repère sur la page software.
du livre permet de sauvegarder le « contexte d’exécution »
(la page du livre où le lecteur s’est arrêté de lire) et l’appel
téléphonique correspond à l’interruption.

Figure 6 : schéma fonctionnel du module d’interruption


d’un PIC32.

La gestion et la configuration des interruptions sont


Figure 5 : vérification du fonctionnement de l’exercice 2. contrôlées par la configuration des registres de contrôles
et d’états.

Les interruptions sont souvent utilisées dans les systèmes Nous examinerons les registres plus en détail lorsque nous
embarqués pour une multitude de situations. Elles peuvent aborderons des exemples pratiques.
servir à gérer des événements asynchrones par rapport au
processus d’exécution, par exemple l’appui sur un bouton Les lecteurs les plus intéressés se réfèreront au manuel
ou l’arrivée de données sur une ligne série. de référence de la famille PIC32MX/MZ sur le site www.
microchip.com.
Cependant, ce n’est pas le seul contexte dans lequel l’in-
terruption peut être utilisée. Par exemple, une autre utili-
sation possible des interruptions en conjonction avec des Hello World avec une interruption
périphériques de type « Timer » permet de générer des
interruptions périodiques : un « Timer » en overflow ou une Examinons maintenant comment nous pouvons réécrire
période correspondant à une milliseconde provoquant une l’exemple que nous avons vu précédemment en utilisant
interruption ; ce genre d’interruption cyclique peut être un traitement d’interruption. Ce que nous voulons faire
utilisé comme signal de synchronisation par le système. c’est encore inverser l’état de la broche RD0 à une fré-
Cours

quence de 1 Hz.
Il est également possible d’utiliser des interruptions pour
gérer des situations d’erreurs particulières (exceptions), Nous allons utiliser également cette fois-ci un « Timer »,
nécessitant ainsi une « ISR » pour gérer une erreur particu- mais au lieu d’accaparer le processeur pour déterminer le
lière qui se produit. nombre de cycles effectués (l’instruction « if » de l’exemple

ELECTRONIQUE magazine - n°142 55

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 55 10/02/2018 13:54:22


MPLAB X

précédent), nous allons nous servir d’une interruption


générée par le « Timer » lui-même et nous allons gérer
Listing 5 : configuration des registres
l’état de la broche dans une « ISR » spéciale.
du « Timer » et de l’interruption.

Cours
/* configuration du registre T2CON */
Nous allons également compliquer un peu l’exercice en
utilisant le « Timer » en mode 16 bits avec le même prédi- T2CONbits.ON = TMR_ON;
viseur que précédemment (3). Donc, nous devons ajouter T2CONbits.TCKPS = TMR_PRESCALER_8;
une opération de comptage supplémentaire pour obtenir la T2CONbits.T32 = TMR_16_BIT_MODE;
fréquence désirée. T2CONbits.TCS = TMR_CS_PBCLK;
PR2 = INT_MATCH_VALUE;

Listing 4 : les « define » pour l’exercice 3. /* configuration du registre d’interruption */

#define CYCLE_PER_SEC 20 IPC2bits.T2IP = T2_INT_PRIO_1;


#define INT_MATCH_VALUE ((SYS_CLOCK/ IPC2bits.T2IS = T2_INT_SUB_PRIO_0;
TMR_ PRESCALER_ IEC0bits.T2IE = T2_INT_ENABLE;
VALUE)/ CYCLE_PER_
SEC) INTEnableSystemMultiVectoredInt();
#define T2_INT_DISABLE 0
#define T2_INT_ENABLE 1
#define T2_INT_PRIO_1 1
#define T2_INT_SUB_PRIO_0 0 À ce stade, la configuration du système est terminée, pas-
#define LED PORTDbits.RD0 sons à l’analyse de l’« ISR » dont le code est reporté au
listing 7.

Créons un nouveau projet sous MPLABX que nous appe- Dans XC32, les « ISR » sont identifiés à l’aide de la macro
lons « MLX_EX_3 » avec un nouveau fichier « main » à « __ISR », qui définit comme paramètre d’entrée le vecteur
l’intérieur. Dans cet exemple, nous avons besoin d’utiliser relatif à l’interruption et la priorité (« iplx », dans ce cas
une fonction de la librairie du périphérique, donc d’abord nous définissons « ipl1 » comme dans la configuration).
nous insérons l’inclusion suivante dans le code :
Après cela, nous pouvons choisir l’identifi ant que nous
#include <plib.h> désirons pour l’« ISR », dans ce cas nous avons choisi
« Timer2InterruptHandler ».
Nous copions les mêmes définitions utilisées dans l’exemple
précédent, en ajoutant celles figurant dans le listing 4. À l’intérieur de l’« ISR », nous définissons une variable
statique de comptage (il est important que la variable soit
Le « Timer 2 » du PIC32 a la capacité de générer une statique, car le comptage doit être maintenu entre une
interruption en cas de correspondance d’une période avec interruption et une autre).
son registre « PR2 ». Nous définissons ensuite le « Timer »
en mode 16 bits et imposons la valeur de « PR2 » grâce au Le corps de la fonction est très simple, à chaque occur-
« define » « INT_MATCH_VALUE » (que nous avons calculé à rence le compteur est incrémenté et le fl ag (drapeau)
50 ms pour une interruption). relatif à l’interruption est remis à zéro (« IFS0bits.T2IF =
0 », cette opération doit être effectuée par le programme
À ce stade, nous devons définir les priorités. Dans notre car le fl ag n’est pas automatiquement remis à zéro pas
cas cela n’a pas d’importance car il n’y a pas d’autre le hardware).
source d’interruption active à ce moment. Nous décidons
alors de défi nir le niveau de priorité à 1 et le niveau de Ensuite, la fonction vérifie si le nombre d’occurrences
sous-priorité à 0. a dépassé le seuil fixé pour réaliser une durée d’une
seconde (if (counter > CYCLE_PER_SEC)). Si cela est véri-
Maintenant, il suffit d’activer simplement la source d’in- fié, alors le comptage (ou compteur) est réinitialisé et l’état
terruption (Timer 2) via le bit « T2IE » du registre « IEC0 ». de la broche RD0 est inversé, puis le cycle recommence
depuis le début.
Nous utilisons la fonction « INTEnableSystemMultiVec-
toredInt » présente dans la librairie du périphérique. Si nous exécutons le code avec le simulateur et que nous
plaçons un point d’arrêt à l’intérieur de l’« ISR », après 50
Maintenant, le périphérique et l’interruption sont correc- ms nous verrons que l’exécution du code saute à l’intérieur
tement configurés. Si tout a été correctement effectué, la de la routine d’interruption, en raison de la correspondance
fonction « main » doit ressembler à celle figurant dans le de la période entre le « Timer » et le registre « PR2 », comme
listing 6. visible en figure 7.

56 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 56 10/02/2018 13:58:05


MPLAB X

Si nous insérons un second point d’arrêt (breakpoint) à l’in-


Listing 6 : la fonction « main ». térieur du « if », alors nous remarquons qu’après 20 occur-
rences, nous entrons dans cette branche d’exécution et
int main(void) l’inversion de l’état de la broche se produit (voir la figure 8).
{
/* configuration du registre ddr */ Nous allons maintenant analyser les périphériques ana-
logiques de base des microcontrôleurs PIC32, tels que le
TRISD = 0x0000; convertisseur analogique/digital et le module PWM.

/* configure le noyau du PIC32 pour de meilleures


performances */

SYSTEMConfigPerformance(SYS_CLOCK);

/* configuration du registre T2CON */

T2CONbits.ON = TMR_ON;
T2CONbits.TCKPS = TMR_PRESCALER_8;
T2CONbits.T32 = TMR_16_BIT_MODE;
T2CONbits.TCS = TMR_CS_PBCLK;
PR2 = INT_MATCH_VALUE;

/* configuration du registre d’interruption */ Figure 8 : point d’arrêt (breakpoint) à l’intérieur du « if ».

IPC2bits.T2IP = T2_INT_PRIO_1;
IPC2bits.T2IS = T2_INT_SUB_PRIO_0;
IEC0bits.T2IE = T2_INT_ENABLE;
Listing 7 : routine d’interruption.
INTEnableSystemMultiVectoredInt();
void __ISR(_TIMER_2_VECTOR, ipl1)
/* boucle sans fin */ Timer2InterruptHandler (void)
{
while(FOREVER) /* interruption du compteur */
{
/* mode d’interruption - ne rien faire */ static unsigned int counter;
}
/* incrémente le compteur */
/* l’exécution ne devrait jamais atteindre cette ligne */
counter++;
return (EXIT_SUCCESS);
} /* réinitialise le flag */

IFS0bits.T2IF = 0;

if (counter >= CYCLE_PER_SEC)


{
/* réinitialise le compteur */

counter = 0;

/* inverse l’état de la broche où la LED est reliée */

LED = ~LED;
Cours

}
}

Figure 7 : point d’arrêt à l’entrée de l’« ISR », 50 ms se


sont écoulées depuis le début de l’exécution.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 57

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 57 10/02/2018 14:00:24


MPLAB X

Émulateurs et débogueurs

Cours
Pour tirer tout le potentiel des microcontrôleurs PIC32,
Microchip commercialise une gamme complète d’émula-
teurs et de débogueurs pour répondre aux exigences les
plus diverses en matière d’outils de développement et de
performances. Le produit d’entrée de gamme pour le débo-
gage est l’outil de développement « PicKit », qui à l’heure
actuelle en est à sa 3ème version (PicKit3). Il s’agit d’un péri-
phérique avec une interface USB qui fonctionne à la fois en
tant que programmateur et que débogueur de base (dans
tous les cas, il peut prendre en charge les points d’arrêt, Figure 11 : ligne des produits Microchip pour l’émula-
la lecture de la mémoire, le Stopwatch, etc.). tion et le débogage.

Le frère aîné du « PicKit » est le programmateur/ Enfin, l’outil de développement haut de gamme proposé
débogueur ICD4 (In-Circuit Debugger) qui en est à sa 4ème par Microchip pour le débogage est le « Real ICE » (In-Cir-
version. Il s’agit d’un périphérique plus performant que le cuit Emulator). Il s’agit d’un outil professionnel qui prend
précédent, et prend en charge un ensemble de fonctions en charge la fonction de trace (permet d’observer des
avancées « Breakpoint/Trigger » de façon plus rapide et informations en différé, sans stopper l’exécution du pro-
plus sécurisée que le « Pickit ». gramme) en plus des fonctions de débogage classiques.

Les périphériques « Input Capture » et de l’événement est enregistrée et l’horloge continue à


« Output Compare » fonctionner normalement (un chronomètre, par contre,
s’arrête lorsque l’heure de l’événement est sauvegardée).
En plus de la gestion classique du « Timer », comme nous Cela est très utile dans des applications de gestion d’une
venons de l’étudier, les microcontrôleurs PIC32 four- fréquence (période) et de mesures d’impulsions.
nissent deux périphériques de base qui améliorent le fonc-
tionnement du « Timer » et qui sont capables de simplifier En référence à la fi gure 12, ce module capture et enre-
différentes applications. gistre la valeur 16 bits ou 32 bits du « Timer » sélectionné
lorsqu’un événement se produit sur la broche « ICx ». Sur
Ils peuvent être employés pour l’enregistrement d’événe- chaque canal, il est possible de choisir entre l’un des deux
ments, la mesure de périodes de temps, de comptages, de « Timer » 16 bits (Timer2 ou Timer3) pour réaliser une
génération d’impulsions et de formes d’ondes périodiques. base de temps, ou les deux « Timer » de 16 bits (Timer2 et
Ce sont les périphériques « Input Capture » et « Output Timer3) pour former un « Timer » de 32 bits.
Compare ».
Pour le « Timer » sélectionné, il est possible d’utiliser une
Lorsque le périphérique « Input Capture » (IC) est utilisé, horloge interne ou externe. L’événement déclenchant la cap-
les registres fonctionnent comme un chronomètre. En ture peut être un front montant ou descendant du signal sur
effet, lorsqu’un événement particulier se produit, l’heure la broche « ICx », avec la possibilité de spécifier le premier
front du signal. De plus, grâce au prédiviseur (prescaler), il
est possible d’avoir le 4ème ou le 6ème front montant du signal
d’entrée comme événement déclencheur.

Le PIC32MX dispose de 5 périphériques « Input Capture »,


chacun contrôlé par un registre particulier « ICxCON », en
combinaison avec un ou deux « Timer » (Timer2 ou Timer3).
Ces modules sont largement utilisés dans des fonctions
temporelles répétitives, mais aussi pour déterminer les
largeurs des impulsions PWM afin d’activer ou de contrôler
un circuit externe après un délai spécifique.

Dans tous les cas, le « Timer » correspondant doit être


suffisamment rapide afin d’avoir une valeur significative avec
Figure 12 : schéma synoptique du périphérique « Input une résolution appropriée et obtenir ainsi une représentation
Capture ». précise de la largeur de l’impulsion.

58 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 58 10/02/2018 14:02:44


MPLAB X

Généralement, une fois que l’une des conditions de cap- Lorsque le périphérique est en mode impulsions continues
ture est vérifiée, le module modifie l’état de ses registres (OCM = 101), le registre « OCxR » est utilisé pour déter-
internes lorsque le contenu du « Timer » correspond à la miner l’instant (par rapport à la valeur de temporisation
valeur désirée, ensuite une interruption est générée. associée) où la broche de sortie est configurée.

Comme le montre la figure 12, il existe également un étage Par contre, le registre « OCxRS » détermine l’instant où la
tampon qui est un « buffer FIFO » (First In First Out) à 4 broche de sortie est réinitialisée.
positions qui permet de configurer la génération de l’in-
terruption après le remplissage de la 1 ère, 2 ème, 3 ème ou
4ème position.

Ensuite, la valeur courante du « Timer » sélectionné est sau-


vegardée dans le « buffer FIFO », pour la récupérer il suffit
de lire le registre « ICxBUF » correspondant.

Dans le cas du périphérique « Output Compare » (OC),


sa fonction est différente. Il est utilisé pour générer
une impulsion unique ou un ensemble d’impulsions en
réponse à des événements temporels sélectionnés. Ce
mode est utilisé pour activer ou contrôler un circuit externe
avec un délai (retard) spécifique.

En référence à la figure 13, pour tous les modes de fonction-


nement, les valeurs mémorisées dans les registres « OCxR »
et/ou « OCxRS » sont comparées à la valeur sélectionnée
Figure 13 : schéma synoptique du périphérique « Output
dans le « Timer ».
Compare »

Dès qu’une correspondance se produit, ce module génère un


événement (interruption) basé sur le mode de fonctionnement
prédéfini. Ses principales caractéristiques sont :

• génération d’interruptions programmables ;


• mode de comparaison simple et double ;
• génération en sortie d’une simple impulsion ou d’im-
pulsions continues ;
• détection d’erreur matérielle PWM et désactivation
automatique de la sortie ;
• sélection programmable de la base de temps : 16 bits
ou 32 bits.

La famille des microcontrôleurs PIC32MX dispose de 5 Figure 14 : signal PWM de référence.


périphériques « OC », qui, comme nous l’avons vu, peuvent
être utilisés dans diverses applications, notamment la
génération d’impulsions uniques, la génération d’impul- Le périphérique PWM
sions continues et la modulation de largeur d’impulsion
PWM (Pulse Width Modulation). Le périphérique « Output Compare » peut être utilisé pour
générer une simple impulsion, un train d’impulsions conti-
Chaque module peut être associé à l’un des deux « Timer » nues ou encore une modulation de largeur d’impulsion
16 bits (Timer2 ou Timer3) ou à un « Timer » 32 bits (obtenu (PWM). Nous pouvons affirmer que la modulation de lar-
par la combinaison des « Timer2 » et « Timer3 ») et possède geur d’impulsion (PWM) est très utile dans de nombreuses
une broche de sortie configurable selon les besoins pour applications et est la plus utilisée des 3.
générer des fronts montants ou descendants.
Le mode utilisé pour générer un signal PWM est une com-
Cours

Il est important de noter que chaque module a un vec- binaison du fonctionnement normal d’un « Timer » et du
teur d’interruption associé et indépendant. La configu- périphérique « Output Compare ».
ration de base de ce périphérique est effectuée à l’aide
du registre « OCxCON » qui permet de choisir le mode de Cette combinaison permet de délivrer un signal PWM en
fonctionnement souhaité. réinitialisant un « Timer » à une valeur spécifique.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 59

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 59 10/02/2018 14:05:35


MPLAB X

Cet aspect sera plus compréhensible dans l’exemple d’uti- Reportez-vous au Tableau 1 pour plus de détails. Pour géné-
lisation d’un signal PWM. Le mode de fonctionnement d’un rer un signal PWM classique, nous devons le configurer à
signal PWM est assez simple, une impulsion est produite « 0x110 », il existe un deuxième mode PWM (0x111), mais

Cours
à intervalles réguliers (T). dans notre cas cela ne nous apporte aucun intérêt.

Elle est typiquement fournie par un « Timer » et son registre Ensuite, nous devons sélectionner le « Timer » avec lequel
de période. La largeur de l’impulsion (Ton) n’est cependant nous allons baser (cadencer) la période du signal PWM, en
pas fixe mais programmable et peut varier entre 0 % et 100 choisissant entre le « Timer2 » et le « Timer3 ».
% de la période du « Timer ».
Dans le cas où nous voulons produire un signal PWM avec
Le rapport entre la largeur de l’impulsion (Ton) et la période une fréquence de 40 kHz et en supposant que l’horloge du
du signal (T) est appelé rapport cyclique (duty-cycle), périphérique soit de 16 MHz, nous réglons le prédiviseur
comme le montre la figure 14. avec un rapport de 1 : 1 pour obtenir 400 cycles.

Ainsi, une sortie PWM est essentiellement constituée par De cette valeur, nous obtenons également la résolution du
une onde carrée avec une période et un cycle de fonctionne- rapport cyclique relative au PWM pour le module « Output
ment spécifique. Compare ».

Les deux valeurs limites du rapport cyclique sont 0 % et 100 En effet, puisque nous avons 400 valeurs de cycles de
% ; la première correspond à un signal nul, tandis que la fonctionnement possibles, nous obtenons une résolution
seconde correspond à un signal de sortie constant. En ce comprise entre 8 et 9 bits, plus de 256 pas (2 8) mais
qui concerne la résolution PWM, elle correspond au loga- moins de 512 pas (29).
rithme binaire qui est le logarithme de base 2 (log2n).
Une fois le « Timer » sélectionné et configuré, et avant
C’est la fonction réciproque de la fonction puissance de d’écrire dans le registre « OCxCON », nous devons d’abord
deux : x → 2x. Le logarithme binaire de x est la puissance à définir la première fois la valeur du rapport cyclique dans
laquelle le nombre 2 doit être élevé pour obtenir la valeur x. les registres « OCxR » et « OCxRS ».

Par exemple, s’il y a 256 impulsions dans le signal PWM, le En mode PWM, les deux registres fonctionnent en configu-
signal PWM a une résolution de 8 bits (256 = 28). ration maître/esclave (master/slave) et une fois le module
PWM démarré, nous pourrons changer le cycle de fonction-
nement en écrivant uniquement dans le registre « OCxRS ».
Exemple d’utilisation du périphérique
PWM Le registre « OCxR » sera mis à jour en copiant une nouvelle
valeur du registre « OCxRS », plus précisément une seule
Nous présentons un exemple pratique de génération d’un valeur au début de chaque nouvelle période afin d’éviter
signal PWM à travers le module « OC » du microcontrôleur les erreurs et d’avoir une période entière (T) pour préparer
PIC32MX. Nous générons un flux continu d’impulsions avec la prochaine valeur du rapport cyclique.
un rapport cyclique que nous paramétrons.
Cette notion sera abordée dans le détail quand nous trai-
Tout ce que nous avons à faire pour initialiser le module terons de l’exemple du gradateur numérique (une LED
« OC » et générer un signal PWM est de définir les 3 bits du pilotée avec un potentiomètre PWM) que nous étudierons
registre « OCM » dans le registre de contrôle « OCxCON ». plus tard.

Tableau 1 : registre de contrôle du périphérique « Output Compare ».

60 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 60 10/02/2018 14:08:08


MPLAB X

Les périphériques analogiques du PIC32 numérique, un processus connu également sous le nom de
« conditionnement » (mise en forme).
En regardant notre environnement, nous comprenons
immédiatement que nous vivons dans un monde Les signaux provenant de capteurs doivent généralement
analogique. Par exemple, les différentes grandeurs phy- être traités avant d’être appliqués au convertisseur ADC. Ce
siques telles que la température, l’humidité, la pression, traitement commence généralement par la mise à l’échelle
mais aussi la tension et le courant sont des grandeurs (scaling) du signal à une valeur de tension correcte.
analogiques.
Avant que le signal n’entre dans le convertisseur ADC, il
Si nous voulons que nos applications électroniques inte- passe à travers un dispositif d’échantillonnage et de main-
ragissent avec le milieu extérieur, nous devons interpréter tien (Sample&Hold – S&H) utile pour lire en temps réel des
les informations analogiques et les convertir en informa- signaux rapides et dont la valeur peut changer entre deux
tions numériques pour que le microcontrôleur puisse les échantillonnages.
traiter et ensuite retranscrire le traitement en une infor-
mation (sortie) analogique. Le « Sample&Hold » est fondamentalement un commutateur
bipolaire à la sortie duquel se trouve un condensateur qui
Le convertisseur analogique/digital (ADC pour « Ana- se charge instantanément à la valeur du signal lorsque
log to Digital Converter ») est l’une des interfaces les l’interrupteur est fermé, maintenant une tension constante
plus importantes avec le milieu extérieur, et la famille pendant le processus de conversion.
des PIC32MX a été conçue pour gérer au mieux ces
informations analogiques. En continuant le long de la chaîne d’acquisition représen-
tée en figure 15, de nombreuses applications peuvent avoir
Un convertisseur analogique/numérique rapide, capable besoin de différents ADC et, pour satisfaire ce besoin, un
d’effectuer 500 000 conversions par seconde, est dispo- multiplexeur analogique (MUX) est normalement positionné
nible sur tous les modèles dotés d’un multiplexeur qui per- à l’entrée du convertisseur. Le « MUX » permet de sélection-
met de gérer plusieurs entrées analogiques rapidement et ner un seul signal à la fois et le diriger vers l’entrée de l’ADC.
avec une haute résolution. Analysons les caractéristiques La sortie du convertisseur est numérique et typiquement en
les plus importantes de ce périphérique de base d’un PIC32. configuration « parallèle ».

Nous pouvons résumer le processus de conversion dans


Le périphérique ADC un microcontrôleur de la manière suivante :

Le convertisseur analogique/digital (ADC) est un périphé- 1. le signal à traiter est appliqué à l’entrée de l’ADC ;
rique qui convertit une tension analogique appliquée sur 2. la conversion commence ;
son entrée en une valeur numérique afin qu’elle puisse 3. il attend que la conversion soit terminée ;
être interprétée et traitée par le microcontrôleur ou tout 4. lecture des données numériques converties.
autre système numérique.

Un ADC peut gérer une tension asymétrique (unipolaire) ou


une tension symétrique.

Figure 15 : synoptique d’un convertisseur


analogique/digital (ADC).

Figure 16 : schéma synoptique d’un module ADC de 10


bits d’un PIC32.

Dans le premier cas, la tension d’entrée appliquée au conver- La conversion démarre en activant le convertisseur qui, en
Cours

tisseur a une seule polarité, tandis que dans le second cas, la fonction de sa vitesse, affecte la durée du processus de
tension est symétrique (à la fois positive et négative). conversion.

La figure 15 montre les différentes phases lors de la lecture À la fin de la conversion, le convertisseur génère une inter-
et de la conversion d’un signal analogique en une valeur ruption afin d’indiquer que la conversion est terminée et que

ELECTRONIQUE magazine - n°142 61

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 61 10/02/2018 14:10:16


MPLAB X

les données converties par l’ADC sont disponibles pour un et que le résultat de 10 bits est converti en l’un des 8 for-
éventuel traitement. En vous référant à la figure 16, vous mats de sortie de 32 bits lorsqu’il est lu dans le tampon.
apercevez le schéma synoptique d’un ADC de 10 bits d’un

Cours
PIC32. En résumant brièvement les caractéristiques de ce module
interne au PIC32, nous avons :
Notez qu’il y a 16 entrées analogiques (16 broches) nom-
mées « AN0 » à « AN15 », plus deux broches qui sont des • conversion avec des registres d’approximations suc-
entrées analogiques permettant d’appliquer des réfé- cessives (SAR - Successive Approximation Register) ;
rences de tensions externes.
• jusqu’à 1 Msps (1 million d’échantillons par seconde
Comme nous l’avons évoqué précédemment, les entrées ou « sample per second ») de vitesse de conversion et
analogiques sont connectées via deux multiplexeurs (MUX) jusqu’à 16 entrées analogiques ;
et peuvent être commutées entre deux blocs d’entrées. De
plus, vous pouvez noter la présence du bloc d’échantillon- • broche d’entrée pour une référence de tension externe ;
nage et de maintien (S & H).
• source de déclenchement sélectionnable pour la
Dans une telle architecture, il existe un registre de contrôle conversion ;
qui spécifie les canaux correspondants aux entrées ana-
logiques utilisées. • modalité sélectionnable du remplissage du buffer ;

Enfin, à partir du synoptique, vous pouvez constater que • fonctionnement en mode veille (Sleep) et en mode
l’ADC est relié à un buffer ou tampon de 16 mots (16 word) inactif (Idle).

Figure 17 : sélectionnez « Window » → « PIC


Memory Views » → « Configuration Bits ».

62 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 62 10/02/2018 14:11:20


MPLAB X

Figure 18 : fenêtre de paramétrage des bits de configuration, en bleu les bits modifiés.

Pour plus de détails sur les caractéristiques et les fonc- sélection appelée « Select Tool » dans laquelle vous devez
tionnalités, reportez-vous à la documentation technique sélectionner votre propre programmateur/débogueur
disponible sur le site officiel de Microchip. (« Hardware Tool »).

Par exemple un programmateur/débogueur ICD4 ou


Gradateur numérique (LED avec un signal PICkit3 pour la programmation de la carte de développe-
PWM via un potentiomètre) ment et non pas le simulateur (Simulator). Le reste de la
création du projet reste inchangée.
Illustrons maintenant un exemple simple de pilotage d’une
LED en utilisant un potentiomètre. Cela nous permet d’in- Créons donc un 4ème projet sous MPLABX, et nommons-le
tégrer les notions présentées dans le cours précédent « MLX_EX_4 ». Dans ce projet, créons un fichier « C » de
ainsi que celles abordées dans ces pages. type « main » et ouvrons-le dans l’éditeur.

Cependant, vous remarquerez une différence par rapport Avant de passer à l’écriture du code, une attention particu-
aux exemples présentés précédemment qui utilisaient le lière doit être accordée au paramétrage ou configuration
simulateur de MPLAB X. du microcontrôleur au moyen des bits de confi guration
(« Configuration Bits »).
Nous allons maintenant tester nos programmes à l’aide
d’une plateforme de développement nommée « Demo- Il s’agit d’un ensemble de bits spéciaux qui ne peuvent
board PIC32 », conçue et réalisée spécialement pour ce être modifi és que pendant la phase de programmation.
cours (mais qui peut servir pour d’autres projets). Elle sera Gardez à l’esprit que la configuration du microcontrôleur
décrite par la suite, mais vous pouvez vous la procurer dès dépend des caractéristiques de ce dernier et peut être dif-
maintenant auprès de la société Comelec, déjà montée férente en fonction du modèle de PIC32 que vous utilisez,
et testée. comme nous le verrons prochainement.

Donc, dans un premier temps, nous allons abandonner Ces bits sont lus pendant la phase de réinitialisation afin
le simulateur et configurer le projet dans MPLABX afin d’activer ou de désactiver certaines caractéristiques maté-
Cours

de reconnaître et d’utiliser la carte de développement rielles du microcontrôleur.


« Demoboard PIC32 ».
Les bits de configuration permettent de contrôler la source
Cela implique une étape supplémentaire dans la créa- de l’horloge, le « Timer Watchdog », la protection de la
tion d’un projet sous MPLABX, elle concerne la fenêtre de mémoire, et plus encore.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 63

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 63 10/02/2018 14:13:11


MPLAB X

Les bits de configuration ne sont pas exécutables, mais ses bits de configuration sont nombreux et ne se para-
vous pouvez les imaginer comme étant des « fusibles » mètrent pas à l’intuition.
situés dans la mémoire du programme.

Cours
Nous vous conseillons de toujours vous référer à la docu-
Pour configurer les bits dans MPLABX, vous devez sélec- mentation technique du microcontrôleur sélectionné, afin
tionner dans le menu principal (Main Toolbar) « Window » d’effectuer des réglages corrects.
→ « PIC Memory Views » → « Configuration Bits ».
De plus, vous remarquerez que MPLABX garde une trace
Une nouvelle fenêtre apparaît dans la zone « Output », en des modifications apportées aux bits de configuration
dessous de l’éditeur (voir la figure 17). Cette fenêtre per- (lignes surlignées en bleu en figure 18).
met de configurer de manière convenable les bits de base
afin que le programme s’exécute correctement. Enfin, le bouton « Generate Source Code to Output » permet
de générer le code source, vous pouvez copier et coller le
Comme vous pouvez le constater en figure 17, le PIC- code généré automatiquement (en fonction des paramètres
32MX795F512L est un microcontrôleur haut de gamme, sélectionnés) directement dans le fichier désiré.

La carte de développement « Demoboard PIC32 »

La platine de développement « Demoboard PIC32 » a été conçue et construite de manière à pouvoir être utilisée comme
kit de démarrage et comme support matériel pour ce cours. Elle dispose de tous les périphériques de base, ainsi que
certains périphériques avancés, qui seront analysés en détail dans la suite de ce cours.

Comme le montre le diagramme


ci-dessous, le cœur de la carte
est le microcontrôleur Microchip
P I C 3 2 M X 7 9 5 F 51 2 L , é qu i p é
de 512 ko de mémoire Flash
et de 128 ko de mémoire RAM
(plus 12 ko de mémoire FLASH
auxiliaire). La carte dispose de
connecteurs de type Ethernet
et USB de manière à servir de
plate-forme de démonstration
pour ce type d’application. La
connexion USB est à la fois de
type périphérique (device) afin
de prendre en charge les classes À gauche, le schéma synoptique et à droite la carte « Demoboard PIC32 » assemblée.
telles que « HID », « CDC » et
« MSB » (ou peut être utilisée
comme bus pour le « Bootloading »), et de type « Host ».

Elle génère des tensions stabilisées de 5 V et 3,3 V à partir d’une alimentation externe ou du connecteur USB. La carte
dispose des principales connexions suivantes :

• thermomètre à semi-conducteur TC72 et connecteur pour carte mémoire SD selon le protocole série SPI ;
• extension du port via un MCP23008 relié à 8 LED, mémoire EEPROM de type 24LC16B via le bus I2C permettant
le développement et le test d’applications de type I2C ;
• microcontrôleur PIC12F1572 relié via le port UART et connecté à 2 poussoirs et 2 LED ;
• deux potentiomètres connectés à deux entrées analogiques ;
• deux LED utilisateur (User1 et User2), directement connectées à deux broches du microcontrôleur principal ;
• afficheur LCD comportant 2 lignes de 16 caractères chacune ;

La carte comporte deux connecteurs de programmation pour les microcontrôleurs, un sous forme de broches à 6 pôles
pour la programmation via un PicKit3 et un connecteur RJ11 pour la programmation via un ICD4. À l’aide d’un com-
mutateur sur la carte, il est possible de choisir lequel des deux microcontrôleurs programmer. Enfin la carte dispose
d’un connecteur d’extension de 2 x 20 broches (40) afin d’accéder à toutes les I/O du PIC32MX.

64 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 64 10/02/2018 14:14:13


MPLAB X

Cela peut être le fichier « main » ou un autre fichier destiné


à la gestion du code par exemple. Listing 9 : lecture et acquisition de la
valeur du potentiomètre.
À ce stade, nous devons simplement écrire le code relatif
à notre exemple de pilotage d’une LED à l’aide d’un
potentiomètre. while ( !mAD1GetIntFlag() )
{
Comme nous avons étudié dans les exemples précédents
la configuration des « Timer » et des interruptions (Inter- // Attend la fin de la première conversion afin qu’il y ait
rupt), nous omettons cette étape car leurs paramètres ne des données valides dans le registre de résultat de l’ADC
changent pas. }

// Lit le résultat de la conversion de « pot » à partir du


Listing 8 : configuration du périphérique buffer inactif
« OC2 ».
pot = ReadADC10(offset);
OC2CON = 0x0000; // Désactive l’OC2 lors de l’ex- mAD1ClearIntFlag();
écution de la configuration }
OC2R = 0x0064; // Initialise le premier registre
de comparaison (Compare register)

OC2RS = 0x0064; // Initialise le second registre Si nous voulons obtenir un signal variable en fonction de la
de comparaison (Compare register) valeur (c’est-à-dire de la position) du potentiomètre, nous
devons acquérir la valeur du potentiomètre à l’aide du
OC2CON = 0x0006; // Configuration du mode convertisseur ADC et le relier au registre.
PWM sans la broche « Fault » activée
Encore une fois, nous devons vérifier la documentation du
OC2CONSET = 0x8000; // Active l’OC2 microcontrôleur afin de vérifier sur quelle broche est relié le
potentiomètre pour pouvoir configurer correctement l’ADC.

Dans notre cas, nous voulons utiliser le potentiomètre


La première des choses à faire est de vérifier le fonctionne- RV1 de la « Demoboard PIC32 », donc nous configurons le
ment des entrées/sorties connectées du microcontrôleur périphérique comme indiqué dans l’exemple de ce cours
de la « Demoboard PIC32 ». et nous lisons la valeur acquise comme indiqué dans le
listing 2.
Dans notre cas nous voulons piloter une LED avec un
signal PWM (identifiée sur la carte comme étant D1), nous Une fois la valeur du potentiomètre mémorisée dans la
devons donc activer et configurer le module « Output Com- variable « pot », il suffit de l’associer au registre « OC2RS »
pare » correspondant. pour compléter ce 4 ème projet pratique et disposer ainsi
d’une LED pilotée avec un signal PWM variable (à l’aide
D’après la documentation technique du microcontrôleur, du potentiomètre).
la LED D1 est reliée au périphérique « OC2 », nous le confi-
gurons selon le listing 1.
Conclusion
Notez qu’il est important de désactiver un périphérique
avant de le configurer, c’est ce que nous faisons avec la Dans cette seconde partie du cours MPLABX, nous
première instruction. Ensuite, comme nous l’avons abordé avons approfondi les notions de « Timer », d’interruption
lors de l’étude du module « Output Compare », nous devons et nous avons abordé quelques périphériques de base
initialiser les registres « OC2R » et « OC2RS » pour la com- des microcontrôleurs PIC32 tels que le convertisseur
paraison des valeurs et la génération du signal PWM. analogique/digital, les modules « Input Capture » et
« Output Compare ».
Avec l’avant dernière instruction, nous configurons le
périphérique à l’aide du registre « OC2CON » pour qu’il Enfin, nous sommes passés à un exemple concret avec le
Cours

fonctionne comme un générateur PWM et nous le réacti- gradateur numérique à LED.


vons pour pouvoir l’utiliser.
Dans le prochain cours, nous continuerons notre périple
La dernière étape pour activer la sortie PWM désirée est en analysant d’autres périphériques du PIC32, comme les
liée au paramétrage du registre « OC2RS ». bus SPI, I2C et UART.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 65

142_51_Cours MPLAB X - 2.indd 65 10/02/2018 14:16:36


Spécial Cours MPLAB - X : Demoboard pour PIC32

Cette demoboard a été conçue et construite pour être utilisée avec le cours MPLAB-X. Elle permet à l’utilisateur de découvrir les caractéris-
tiques du microcontrôleur PIC32MX795F512L (dont elle est équipée) et d’apprendre à programmer en langage C pour la famille des PIC32.
Ce microcontrôleur est équipé de 512 ko de mémoire Flash et de 128 ko de mémoire RAM (plus 12 ko de mémoire FLASH auxiliaire). La carte
Photos non contractuelles, publicité valable pour les mois de parution. Prix exprimés en euros TTC. sauf erreurs typographiques ou omissions

est dotée des périphériques suivants, utiles pour évaluer et tester le microcontrôleur : un thermomètre à semi-conducteur TC72, un slot pour
mémoire SD utilisant le protocole SPI (Serial Peripheral Interface), un bus I2C comprenant un circuit d’extension MCP23008 (ce dernier est
connecté à 8 LED), une mémoire EEPROM de type 24LC16B fonctionnant en I2C, deux potentiomètres connectés à 2 entrées analogiques,
2 LED à usage général (User1 et User2) connectées directement à deux broches du microcontrôleur principal,
un afficheur comportant 2 lignes de 16 caractères pour visualiser les informations, une manette qui peut
être déplacée dans les 4 directions avec un interrupteur, des connecteurs de type Ethernet et USB de
manière à servir de plate-forme de démonstration pour ce type d’application. La connexion USB
est à la fois de type périphérique (device) afin de prendre en charge les classes telles que «
HID », « CDC » et « MSB » (ou peut être utilisée comme bus pour le « Bootloading »), et
de type « Host ».

De plus, la carte dispose d’un second microcontrôleur PIC12F1822 connecté à un


bouton et deux LED et qui est relié via le port UART au microcontrôleur principal
PIC32MX795F512L.
La carte est complétée d’un connecteur d’extension à 24 broches (12 x 2). Pour plus de
facilité, la carte comporte un connecteur de programmation en circuit de type RJ11 pouvant être
relié directement à un programmateur ICD3 de Microchip. De plus, compte tenu de la présence des
deux microcontrôleurs (PIC32 et PIC12), grâce à un sélecteur sur la carte, il est possible de sélectionner
celui à programmer.

Caractéristiques principales de la demoboard PIC32 :


• Vitesse maximale : 80 MHz • Mémoire FLASH programme : 512 ko
• RAM : 128 ko • Mémoire FLASH auxiliaire : 12 ko

€ 98,
• Canaux DMA : 8 • Bus SPI : 4 • Bus I2C : 5
00
• USB : 1 port FS Host/OTG, USB 2.0 OTG
• Convertisseurs A/D : 16 canaux
224M
• Résolution max A/D : 10 bits Réf. ET1
• Module capture : 5 • PWM : 5
• Timer 16 bits : 5 • Port parallèle : PMP16
• Comparateurs : 2
• Oscillateur interne : 8 MHz et 32 kHz
• Nombre broches d’entrées/sorties : 83
• Température de fonctionnement : de - 40 °C à +105 °C

Programmateur/débogueur Microchip MPLAB ICD3

Le MPLAB ICD3 est un programmateur Microchip qui permet également le débogage en circuit des microcontrôleurs PIC et dSPIC (Digital
Signal Processors). Il est équipé d’une interface USB haute vitesse et fournit une tension d’alimentation réglable. Grâce au logiciel fourni, le
programme peut être exécuté en temps réel dans le détail, et débogué. Le firmware interne peut être facilement mis à jour à partir du site web
de Microchip. Il vous permet de sélectionner les variables à monitorer et de définir les points d’arrêt (breakpoint) directement à partir du code
source et d’exécuter les instructions du programme pas à pas. Les ressources du microcontrôleur requises pour le débogage sont minimes et
comprennent l’utilisation de certains registres et une très petite partie de la mémoire programme.

Contenu de la boîte :
• Programmateur/débogueur MPLAB ICD 3 avec LED de signalisation ;
• Câble USB ;
• Câble de programmation pour connecter le MPLAB ICD 3 à la prise RJ11 de la carte cible ;
• CD-ROM avec logiciel IDE MPLAB ;
• Carte de test ICD3.

€ 339,
00
Comelec 03 / 2018

00-IC D3
Réf. K82

CD 908 - 13720 BELCODÈNE Tél. : 04 42 70 63 90 Fax : 04 42 70 63 95 w w w. c o m e l e c . f r

142_66_Pub_A4_Comelec_Demoboard PIC32.indd 66 14/02/2018 13:52:08


CAO

Apprenez
à maîtriser
EDA

Deuxième

partie

de Francesco Ficili et Vincenzo Germano

Dans cette seconde partie, nous poursuivons la description du logiciel de CAO Open Source KiCad, qui
vous permet de couvrir l’ensemble du cycle de développement d’une carte électronique. Nous allons
étudier l’éditeur de schéma « Eeschema » qui est intégré dans la suite KiCad, ainsi que l’éditeur de
composants.

K
iCad est une suite logicielle Open Source de CAO leçons, et qui nous conduira à créer une carte de développe-
électronique ouverte, que vous avez commencé à ment à base de microcontrôleur PIC de la série 18 de chez
découvrir dans la précédente leçon du numéro 141 Microchip.
d’Electronique et Loisirs Magazine, où nous avons présenté
l’environnement.
La saisie de schéma Eeschema
Ce dernier est constitué de plusieurs outils logiciels intégrés
dans une seule interface appelée Project Manager. Nous Dans ce premier paragraphe, nous allons expliquer com-
commençons donc à étudier individuellement dans le détail ment utiliser l’éditeur de schémas de KiCad, qui se nomme
chaque outil constituant la suite logicielle. Comme base de Eeschema. Nous lançons d’abord le Project Manager de
travail principale, nous nous contenterons d’un seul projet KiCad et nous créons un nouveau projet comme expliqué
pratique, que nous poursuivrons tout au long des prochaines dans le cours précédent.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 67

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 67 09/02/2018 08:52:48


CAO

Nous vous rappelons que pour effectuer


cette opération, nous pouvons cliquer
sur le bouton bleu en haut à gauche «
Créer un nouveau projet » (entouré en
rouge sur la figure 1) dans la zone « Pro-
ject bar », ou alors cliquez sur le menu
« Fichiers » → « Nouveau Projet ».

Il est également possible de créer un


projet à partir d’un modèle créé précé-
demment, mais nous n’utiliserons pas Figure 1 : création d’un nouveau projet, cliquez
cette approche pour le moment. sur le bouton entouré en rouge.

Une fois l’option sélectionnée, une


boîte de dialogue s’ouvre en vous
demandant de sélectionner un dos-
sier sur votre disque dur et de nom-
mer le nom du projet. Dans notre cas,
nous avons créé un dossier « Kicad »
dans le dossier « Documents » de notre

COURS
disque dur et nous avons nommé le
projet « Test ».

Vous pouvez choisir un dossier de votre


convenance ainsi qu’un nom de projet
différent du nôtre. Vous devez obtenir
un résultat ressemblant à celui de la
fi gure 1a. À ce stade, nous avons un
nouveau projet KiCad contenant 2
fichiers : « Test.sch » pour le schéma
électrique et « Test.kicad_pcb » pour
le circuit imprimé (ou board). Figure 1a : une fois le nouveau projet créé,
deux fichiers apparaissent automatiquement
dans la zone « Navigation bar ».
Cliquez sur l’icône « Editeur de Sché-
matique », le premier bouton à gauche
(entouré en rouge) de la barre d’outils
(« Tool Bar ») comme visible en figure
2, cela démarre la saisie de schéma
Eeschema (voir la figure 2a).

Notez que vous pouvez aussi cliquer sur


le fichier « Test.sch » situé à gauche dans
la zone « Navigation bar », cela démarre
aussi la saisie de schéma, vous obtenez
le même résultat qu’en figure 2a.

Pour reconnaitre les différentes zones


que nous nommons dans cet article,
reportez-vous à la description de la pre-
mière leçon (voir le numéro 141). À ce
stade, nous avons démarré l’interface
principale d’Eeschema.

En figure 4, vous pouvez visualiser les Figure 2 : pour démarrer la saisie de schéma
différentes zones constituant la saisie Eeschema, cliquez sur le premier bouton à
gauche de la « Tool Bar ».
de schéma. L’interface est constituée
des composants suivants :

• Workspace (espace de travail) : il


correspond à la feuille (zone) de

68 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 68 09/02/2018 08:53:47


CAO

travail dans laquelle le schéma


électrique est dessiné au fur et à
mesure. Eeschema insère automa-
tiquement un cartouche, qui peut
être personnalisé. Un cartouche est
une zone d’information, il comporte
les noms et les valeurs des compo-
sants, le nom du projet, la date de
la dernière modification, etc. ;
Figure 2a : la zone de travail de la saisie
• Tool Bar : c’est la barre d’outils, de schéma Eeschema apparaît.
elle contient les différents objets
qui peuvent être insérés et posi-
tionnés dans la zone de travail
afin de construire le schéma élec-
trique. Par exemple, les lignes, les
bus, les nœuds, les schémas des
composants, etc. ;

• Project Bar (barre du projet) : cette


barre principale permet la gestion
de projet. Elle se situe au-dessus
de la feuille de travail, et égale-
ment sur la partie gauche de la
fenêtre de saisie de schéma. Elle
contient tous les outils qui peuvent
être utilisés dans le développe-
COURS

ment d’un schéma électrique, tels


que l’éditeur de bibliothèques de
composants, l’outil d’annotation,
l’outil de génération de compo-
sants, toutes les options d’affi-
chage et bien plus encore.
Figure 4 : interface principale de
Eeschema
Création d’un schéma
électrique

Nous allons maintenant aborder la


manière d’utiliser les différents com-
posants présents dans Eeschema, afin
de réaliser un schéma électrique.

Pour commencer, nous devons définir


la zone de travail afin d’adapter la taille
de la feuille et insérer les données
dans le cartouche.

Pour cela, sélectionnez l’option À droite dans la partie « Paramètres du Nous allons maintenant insérer des
« Ajustage opt Page » dans le menu Cartouche », nous cliquons sur les 3 composants dans la feuille schématique
« Fichier », une fenêtre s’ouvre sem- flèches pour faire apparaître la date du et voir comment les connecter les uns
blable à celle de la figure 5. jour dans le champ « Date de publica- avec les autres.
tion ». Ensuite dans le champ « Revi-
Dans la section « Page » à gauche, sion » nous entrons « 1.0 » et dans le Nous commençons par un exemple
nous pouvons définir la taille et l’orien- champ « Titre » le mot « Test » (ou autre simple, il s’agit de créer un schéma avec
tation de la feuille en agissant sur les chose selon votre convenance). un régulateur 5 V de la série LM7805.
contrôles « Taille » et « Orientation ».
Nous avons sélectionné pour la taille le En cliquant sur le bouton « OK », en bas Dans un premier temps, nous position-
format A4 et pour l’orientation le type à droite, les paramètres s’inscrivent nons d’abord les composants en ignorant
« paysage ». dans le cartouche. les connexions.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 69

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 69 09/02/2018 08:55:18


CAO

Pour plus de commodités pour le lec-


teur, nous modifions l’arrière-plan de
la feuille de couleur noire en blanc,
afi n de voir plus facilement les com-
posants. Sinon, vous pouvez garder la
couleur noire selon vos goûts.

Pour cela, allez dans le menu « Préfé-


rences » → « Sélection des couleurs ».
Une fenêtre s’ouvre comportant les
dif férents réglages des couleurs
de l’inter face, sur la droite vous
sélectionnez dans « Couleur de fond »
l’option « Blanc », puis cliquez sur
« OK ».

Maintenant dans la « Tool Bar » à


droite, sélectionnez la 3 ème icône en
partant du haut, elle ressemble à un
amplificateur opérationnel avec un

COURS
Figure 5 : réglage de la page.
contour rouge. Cette icône se nomme
« Placer un composant », si vous avez
des difficultés pour trouver une icône,
pointez la souris sur l’icône en question
et son nom apparaît.

Dès lors que vous cliquez sur cette


icône, un petit crayon apparaît avec
une croix sur le pointeur de la souris,
cliquez alors dans un endroit de la
feuille (à l’intérieur du cartouche).

La fenêtre « Sélection Composant »


s’ouvre, tapez directement dans le
champ « Filtre » l’expression « LM7805 »
ou en dessous explorez les librairies
fournies des composants en cherchant
le dossier « regul ».

Cliquez sur la croix qui se trouve devant,


vous déployez l’ensemble des compo-
sants appartenant à cette librairie.

Vous devez obtenir un résultat corres- Figure 6 : fenêtre de sélection des composants.
pondant à la figure 6.

En cliquant sur le bouton « OK », le


régulateur « s’accroche » au curseur de
la souris, vous pouvez ainsi position-
ner le composant où vous voulez dans
le cartouche. En cliquant sur le bou- Figure 8 : insertion du régula-
ton gauche de la souris vous placez le teur LM7805 dans l’espace de
composant à l’endroit où se trouve le travail du schéma.
pointeur de la souris.

De même, par exemple, pour recher-


cher un transistor BC557 dans les
libraires des composants, tapez l’ex-
pression « BC557 » dans le champ Revenons maintenant à notre régula- « OK » vous pouvez déplacer le régula-
« Filtre ». teur LM7805, en cliquant sur le bouton teur dans le cartouche.

70 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 70 09/02/2018 08:56:23


CAO

Placez-le au centre et insérez-le en fai-


sant un clic droit avec la souris, comme
visible en figure 8.

De la même manière, qui a été décrite


Figure 9 : inser tion des
précédemment, placez maintenant condensateurs non polarisés
deux condensateurs non polarisés de dans l’espace de travail du
chaque côté du régulateur. schéma.

Ce type de condensateur se trouve


dans la librairie « device », sélectionnez
le composant « C [Unpolarized capaci-
tor] ». Vous devez obtenir un résultat
semblable à celui de la figure 9.

NB : pour déplacer les condensateurs


(et plus généralement tout type de
composant) afin de les positionner de
manière symétrique par rapport au
régulateur, cliquez sur la flèche (1 ere
icône en haut de la « Tool Bar ») puis
amenez le pointeur de la souris sur
l’un des 2 condensateurs et faites un
clic droit. Une boîte de dialogue s’ouvre
avec plusieurs options. Choisissez l’op-
tion « Déplacer le composant C ? », puis
ajustez sa position. Faites de même
COURS

avec l’autre condensateur.

Maintenant, vous allez insérer les réfé-


rences de tension, c’est-à-dire le positif
de l’alimentation, la tension de sortie
du LM7805 et la masse.

Dans la barre d’outils (« Tool Bar »),


sélectionnez la 4ème icône en partant
du haut, elle ressemble à une masse
juste en dessous de l’icône utilisée
précédemment. L’icône se nomme
« Placer un symbole type power ».

Déplacez la souris dans le cartouche,


Figure 10 : librairie « power » contenant les références de tension. Ici sélection de
vous devez insérer 3 types de référence GND correspondant à la masse.
de tension, la masse (GND), la tension
alimentant le régulateur qui peut être
comprise entre 9 V et 15 V et que nous
appellerons « VDD », et enfin le positif
de la tension de sortie du régulateur
qui est de 5 V et que nous appellerons
« + 5 V ».
Figure 11 : insertion et position-
nement des références de ten-
Une fois la souris positionnée à l’in- sion dans le schéma électrique.
térieur du cartouche, faites un clic
gauche sur le bouton de la souris.
Comme précédemment, la fenêtre
« Sélection Composant » s’ouvre avec
une seule librairie nommée « power ».

Cliquez sur le signe « + » devant le références de tension apparaissent, En figure 10, vous apercevez la sélec-
mot « power », la liste de toutes les cherchez « GND, « VDD » et « + 5 V ». tion de la masse « GND », faites de

ELECTRONIQUE magazine - n°142 71

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 71 09/02/2018 08:57:30


CAO

même pour les autres références de


tension.

Une fois les références de tension


insérées dans le schéma et disposées
convenablement, vous devez obtenir
un résultat identique à celui de la
figure 11.

Remarquez que la tension VDD doit


être du côté de la broche 1 du LM7805
et que le + 5 V doit être du côté de la
broche 3 du régulateur.

La référence « GND » correspond à la


broche 2 du régulateur qui est reliée
à la masse du circuit, cela permet
d’avoir une plus grande clar té du
schéma tout en évitant des erreurs.

COURS
Maintenant que les composants sont Figure 12 : ici la boîte de dialogue « Annotation des composants de la
correctement positionnés, nous pou- schématique », cliquez sur le bouton « Numérotation » pour lancer l’annotation
vons les nommer. Dans KiCad, cette automatique des composants. En haut à droite, le bouton correspondant à cette
fonction est entouré en rouge.
procédure s’appelle « Annotation », il
existe un outil spécial pour l’exécuter
automatiquement.

Pour cela, cliquez sur l’icône située


dans la « Project Bar » en haut vers la
droite, elle se nomme « Annotation des Figure 13 : les composants sur le
schéma sont annotés (nommés) :
composants de la schématique », elle C1, C2 et U1 apparaissent à la
ressemble au symbole d’un amplifica- place de « C? » et « U? » par rap-
teur opérationnel avec « 123 » marqué port à la figure 11.
en dessous.

Une boîte de dialogue s’ouvre avec


plusieurs choix possibles (voir la
fi gure 12). Vous pouvez sélectionner
une série d’options, telles que l’ordre
d’annotation, la conservation ou non
des annotations existantes, etc.

Laissez les réglages par défaut, puis Figure 14 : ici les différents outils d’inter-
connexion disponibles à partir du menu
cliquez sur le bouton « Numérota- « Placer » ou à partir des icônes entourés
tion ». Les composants sur le schéma en rouge dans la « Tool Bar ».
sont alors nommés. Si tout a été fait
correctement, vous devez obtenir un
schéma électrique ressemblant à celui
de la figure 13.

Il est également possible d’effectuer


des annotations manuellement ou de
modifier des annotations existantes,
voire de faire des annotations par-
tielles. Nous aborderons plus tard,
dans les prochaines leçons, l’utilisation
de ces fonctions.

Maintenant que chaque composant est


correctement nommé, nous pouvons

72 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 72 09/02/2018 08:58:26


CAO

passer à l’insertion des connexions


entre ces derniers. Dans KiCad, divers
outils peuvent être utilisés pour insérer
des connexions dans le schéma élec-
trique. Il est possible d’insérer simple-
ment un seul fil, des bus, des jonctions, Figure 15 : schéma électrique
de la partie alimentation de
des éléments de connexions entre des notre projet avec toutes les
fils et des bus, etc. connexions.

En fi gure 14, vous apercevez les dif-


férents outils pouvant être utilisés
pour insérer des connexions dans le
schéma électrique à partir du menu
« Placer ». Vous retrouvez les raccour-
cis pour la plupart de ces commandes
dans la « Tool Bar » (icônes entourées
en rouge à droite de la figure 14).

Sélectionnons l’outil « Placer un fil »


et effectuons les connexions entre les
broches des composants de la manière
suivante :

• connectons la référence VDD à la


broche supérieure du condensateur
C1 et à la broche « VI » de U1 ;
COURS

• relions la référence « + 5 V » à la
broche supérieure du condensateur
C2 et à la broche « VO » de U1 ;

• connectons les broches inférieures


de C1 et C2 et la broche « GND » de
U1 à la référence « GND ».

Pour effectuer les connexions cliquez


sur l’icône « Placer un fil » qui corres- Figure 16 : vous pouvez voir au centre de l’image la fenêtre « Visualisateur de
pond dans la « Tool Bar » au 5ème bouton Librairies », le trait rouge indique l’icône pour y accéder.
en partant du haut. L’icône est repré-
sentée par un trait vert. souris jusqu’à atteindre la broche de jonction existante) afin de continuer la
la référence VDD. La connexion est connexion.
En cliquant dessus et en déplaçant la ainsi créée.
souris dans l’espace de travail, vous N’hésitez pas à vous entrainer en tes-
apercevez un crayon avec une croix qui Si le point d’arrivée ou de départ tant diverses combinaisons de connec-
suit les mouvements de la souris. coïncide avec une ligne existante, tions, afin de prendre en main toutes
Eeschema insérera automatiquement les fonctions disponibles via la souris.
Positionnez le pointeur, par exemple, une jonction.
sur la broche supérieure de C1 puis Si vous effectuez correctement toutes
cliquez une fois sur le bouton gauche Si vous cliquez sur le bouton droit de les connexions, vous devez obtenir un
de la souris. Un trait vert apparaît et la souris lorsque vous être en train de résultat similaire à celui de la figure 15.
se développe en fonction des mouve- relier des composants (fil vert qui se
ments de la souris. déplace), une boîte de dialogue apparaît
vous proposant plusieurs options. Gestion des bibliothèques ou
Reliez alors la broche supérieure de C1 librairies des composants
à la référence VDD, vous remarquerez En cliquant une fois sur le bouton gauche
que Eeschema créé automatiquement de la souris lorsque vous être en train Comme nous l’avons déjà exprimé
les angles. de déplacer le fil vert, vous marquez un dans la première leçon en décrivant
point d’arrêt. Vous pouvez alors repartir le flux de travail (workflow) d’un pro-
Pour terminer la connexion, cliquez à dans une autre direction (par exemple jet KiCad, et comme nous venons de
nouveau sur le bouton gauche de la pour contourner un composant ou une le voir dans l’exemple précédent, l’un

ELECTRONIQUE magazine - n°142 73

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 73 09/02/2018 08:59:45


CAO

des éléments fondamentaux du déve-


loppement d’une carte électronique en
utilisant des outils de CAO est de pou- Figure 17 : brochage
voir disposer d’une riche bibliothèque du PIC12F510.
de composants.

KiCad dispose d’une série de biblio-


thèques de base contenant les com-
posants les plus couramment utilisés
dans un projet électronique. Les biblio-
thèques présentes dans KiCad peuvent
être explorées en sélectionnant l’icône
« Visualisateur de librairies » depuis
la « Project Bar » d’Eeschema (voir la
figure 16). Cette icône est représentée
par un cahier ouvert et une loupe.

Dès que vous cliquez sur cette icône,


une fenêtre nommée « Visualisateur de
Librairies » s’ouvre. Cliquez sur la biblio-

COURS
thèque « regul » dans la colonne de
gauche, ainsi dans la colonne du milieu
apparaît la liste de tous les régulateurs
contenus dans la librairie « regul ».
Figure 18a : sélection de l’icône « Editeur des librairies
schématiques » à partir du gestionnaire de projet.
Cherchez alors « LM7805_TO220 »
et cliquez une fois dessus, dans la
colonne de droite apparaît le symbole
du composant (voir la figure 16).

En plus des librairies de base, KiCad


offre la possibilité d’ajouter des librai-
ries supplémentaires (il existe un ges-
tionnaire de chemin pour charger des
librairies, il se trouve dans le gestion-
naire de projet dans le menu « Préfé-
rences → « Configurer les chemins »).

Il existe aussi des outils permettant de


convertir des librairies d’autres logi- Figure 18 : sélection de l’Editeur de
ciels comme « Eagle » en des librairies librairie à partir de Eeschema.
compatibles avec KiCad.

Cependant, les composants que vous


utiliserez ne seront peut-être pas
tous présents dans les bibliothèques,
ou vous préfèrerez créer vos propres
bibliothèques, par exemple si vous avez
besoin de composants spécifiques pour
une application particulière.

Pour répondre à ces besoins, KiCad (c’est-à-dire leur aspect physique réel) Éditeur de composants
propose également un puissant éditeur sont deux entités distinctes.
de composants, qui peut être utilisé Passons maintenant à l’analyse de
pour générer votre propre bibliothèque Ces dernières sont liées par un outil l’éditeur de composants intégré dans
de composants personnels. supplémentaire appelé « Cvpcb », ainsi Eeschema. Ouvrons le schéma élec-
l’éditeur intégré dans Eeschema est un trique créé précédemment et posi-
Comme nous l’avons évoqué dans la pre- éditeur de schémas, tandis que l’édi- tionnons-nous sur l’espace de travail.
mière partie, dans KiCad les schémas teur intégré dans Pcbnew est un éditeur Imaginons que nous voulons ajouter
des composants et leurs empreintes d’empreintes. un microcontrôleur PIC12F510 au

74 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 74 09/02/2018 09:00:46


CAO

schéma précédemment. Il s’agit d’un


microcontrôleur minuscule mais puis-
sant, dont le brochage est représenté
en figure 17.

Le composant n’est pas disponible


dans les bibliothèques de base de Figure 19 : l’éditeur de librairie de Eeschema.
KiCad, il doit donc être réalisé en utili-
sant l’éditeur de composants intégré.
Pour activer l’éditeur, vous devez sélec-
tionner l’icône « Editeur des librairies
schématiques » soit à partir du gestion-
naire de projet (voir la figure 18a) soit
à partir du schéma sous Eeschema en
cliquant sur l’icône « Editeur de librai-
rie – Créer et éditer les composants ».
La fenêtre « Editeur de composants »
s’ouvre (voir la figure 18).

Pour créer un nouveau composant,


la première des choses à faire est
de sélectionner la bibliothèque à
laquelle doit appartenir le futur com-
posant. Comme il s’agit d’un micro-
contrôleur Microchip, dans la fenêtre
« Editeur de composants » nous allons
Figure 19a : création d’un
sélectionner comme librairie courante nouveau composant.
COURS

la librairie Microchip.

Pour cela cliquons sur « Fichiers » →


« Librairie Courante ». Une fenêtre de
sélection de librairie s’ouvre (voir la
figure 19).

Tapez directement « Microchip » dans le


champ « Filtre » ou faites défiler à l’aide
de la souris la liste des librairies jusqu’à
atteindre celle de « Microchip ».

Sélectionnez la librairie en cliquant une


fois dessus, elle doit être alors surlignée
en bleu, ensuite cliquez sur « OK ».

En haut de la fenêtre « Editeur de com-


posants », vous devez voir apparaître
le chemin de la librairie courante qui
est maintenant la libraire « Microchip ».

Le chemin doit ressembler à cela :


« C:\Program Files\KiCad\share\
kicad\library\microchip.lib », il peut Figure 19b : le PIC12F510 en
cours de création.
être différent en fonction de la confi-
guration de votre ordinateur.

À ce stade, nous devons créer notre


nouveau composant. Dans la fenêtre
« Editeur de composants », cliquez sur
l’icône représentant un amplificateur
opérationnel de couleur rouge (juste La fenêtre de propriétés du composant le texte « PIC12F510 » dans le champ
en dessous du menu « Placer »). apparaît (voir la figure 19a), tapez alors « Nom du Composant ».

ELECTRONIQUE magazine - n°142 75

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 75 09/02/2018 09:01:56


CAO

Cela correspond au nom de notre nou-


veau composant, dans le schéma le PIC
sera référencé à l’aide la lettre « U ».

Par exemple U1 ou U5 selon le nombre


de circuits intégrés présents dans
le montage. La lettre « U » permet de
référencer toutes sortes de circuits
intégrés, par exemple un microcontrô-
leur, un amplificateur opérationnel, une
bascule, etc.

De la même manière, la lettre « R »


permet de référencer toutes les résis-
tances du montage, « C » tous les Figure 20 : ajouts et configu-
condensateurs (non polarisés et pola- rations des pins du composant
risés) et « Q » tous les transistors (bipo- grâce à la fenêtre « Propriétés
des pins ».
laires, MOSFET, etc.).

Ensuite cliquez sur le bouton « OK »,

COURS
vous devez voir au centre de l’écran les
inscriptions « PIC12F510 » et « U ? » qui
normalement se chevauchent. Faites
un clic droit avec la souris sur l’une des
inscriptions, puis sélectionnez le menu
« Déplace Champ » pour déplacer les Figure 21 : le composant
PIC12F510 créé avec toutes
inscriptions afin d’avoir plus de clarté ses broches et prêt à être sau-
dans le schéma. vegardé.

Sélectionnez le rectangle dans le


menu outil (Tool Bar) sur le côté droit
puis dessinez un rectangle si possible
centré, vous devez obtenir un résultat
semblable à celui de la figure 19b. • Nom pin : VDD (c’est le nom de la À la fin, vous devez obtenir quelque
broche 1 selon le constructeur) ; chose de similaire à la figure 21.
Nous allons maintenant ajouter les • Numéro de pin : il s’agit de la bro-
broches (on dit aussi les pins) du che numéro 1 d’après la documen- Notez que pour les pins GP0 à GP5 vous
composant. Nous devons d’abord nous tation ; devez sélectionner comme « Type élec-
référer à la documentation technique • Orientation : choisissez « Droite » trique » la mention « Bidirectionnel »,
du PIC afi n de connaître le brochage car la broche se situe à gauche car il s’agit de broches qui peuvent être
exact, reportons-nous à la figure 17. du rectangle, veuillez noter que le soit des entrées soit des sorties selon
petit cercle sur la « pin » doit se la configuration du programme résidant
Selon la figure 17, la broche 1 du trouver vers l’extérieur et non pas dans le PIC.
PIC12F510 correspond à la broche du côté du rectangle représentant
d’alimentation + 5 V qui se nomme le composant ; Notez aussi que pour déplacer les pins
« VDD ». Dans la fenêtre « Editeur • Type électrique : sélectionnez vous devez sélectionner l’icône repré-
de composants », cliquez sur la 2 ème « Power input » car il s’agit d’une sentée par une flèche dans le menu
icône en partant du haut dans le broche d’alimentation entrante, le outil et amener le pointeur de la sou-
menu outil, elle se nomme « Ajouter PIC reçoit de l’énergie. Dans le cas ris sur la broche (pin) désirée. Ensuite
des pins au composant ». de la sortie d’un régulateur (ou plus faites un clic droit avec la souris, un
généralement d’une alimentation), menu s’ouvre avec plusieurs options.
Le pointeur de la souris se trans- le type électrique serait « Power out- Cliquez sur « Déplace pin », vous pouvez
forme alors en une croix, faites un clic put » car il fournit de l’énergie. aussi tester les autres options.
gauche dans la zone du schéma.
Vous devez obtenir un résultat sem- De même, pour déplacer les textes
La fenêtre « Propriétés des pins » blable à celui de la figure 20, cliquez « PIC12F510 » et « U ? », sélectionnez
s’ouvre (voir la figure 20). Plusieurs ensuite sur le bouton « OK » et à l’aide la flèche dans le menu outil puis faites
champs principaux doivent être rensei- de la souris positionnez correctement la un clic droit sur le texte avec la souris,
gnés, complétez les champs suivants broche 1 comme sur la figure. Répétez un menu s’ouvre. Cliquez sur « Déplace
comme ci-après : l’opération pour les broches restantes. Champ », puis positionnez le texte

76 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 76 09/02/2018 09:04:10


CAO

selon votre convenance en gardant à


l’esprit qu’il ne faut pas positionner le
texte trop éloigné du rectangle car dans
le schéma il pourrait se mélanger avec
les textes des autres composants, ce
qui rendrait le schéma illisible.

À ce stade, le composant est prêt à


être enregistré dans la bibliothèque
actuelle. Pour cela, sélectionnez
le menu « Fichiers » → « Sauver la
Librairie courante ». Une fenêtre
s’ouvre vous indiquant « Inclure
les dernières modifications du
composant », cliquez sur « Oui ». Une
autre fenêtre vous indique alors que
le fichier de la librairie va être modifié, Figure 22 : vérification sous Eeschema
cliquez de nouveau sur « Oui ». de l’existence du PIC12F510 en tant que
composant intégré dans la bibliothèque
Microchip.
Pour vérifier que le composant a bien
été créé et sauvegardé, retournez
dans Eeschema et insérez un nou-
veau composant en sélectionnant la
bibliothèque Micrcohip. Le composant
« PIC12F510 » doit apparaître dans la
liste (voir la figure 22), vous pouvez
l’insérer dans le schéma.
COURS

De cette manière, vous pouvez créer


tous les composants souhaités ainsi
que votre propre bibliothèque person-
nalisée. De nombreux utilisateurs de
KiCad mettent leurs bibliothèques à
disposition sur le site du logiciel, vous
pouvez ainsi puiser dans le travail
d’autres passionnés et apporter votre
contribution en partageant vos librai-
ries, dans la meilleure tradition Open
Source. Vous pouvez trouver des librai-
ries à cette adresse : http://kicad-pcb.
org/libraries/download/.

Notre projet pratique : une


demoboard pour PIC18 -
Conception schématique

Passons maintenant à la présentation


du projet pratique qui nous accom-
pagnera pour le reste du cours. Nous
allons concevoir une carte de déve-
Figure 23 : schéma synoptique de la demoboard.
loppement (demoboard) pour la série
des PIC18F.
Le microcontrôleur choisi est un En plus de l’interface USB, il est prévu
Tout d’abord, nous allons définir les PIC18F4550, il dispose d’une large de relier le microcontrôleur au BUS
spécifications de notre projet, afin gamme de périphériques et est égale- I2C constitué d’une mémoire EEPROM
d’avoir une compréhension claire de ment équipé d’une interface USB, ce 24LC16B, d’un potentiomètre numérique
ce qu’il faut faire. En figure 23, vous qui vous permettra d’expérimenter des MCP4017 (avec la sortie connectée au
pouvez voir le schéma synoptique de applications de connectivité avec un PC canal analogique AN1) et d’un expandeur
la carte de développement. par exemple. MCP23008 qui pilote 8 LED.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 77

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 77 09/02/2018 09:05:15


CAO

Le MCP23008 fournit une extension


des entrées/sorties à usage général
de 8 bits, il est piloté via le bus I2C. Il Figure 24 : schéma électrique de la section MCU.
est prévu également de connecter un
capteur de température SPI TC72. La
carte sera dotée d’une interface RS232
classique pour la communication.

Du côté analogique, il est prévu de


connecter un potentiomètre analo-
gique sur l’entrée AN0, tandis que sur
les entrées numériques, il sera prévu
un clavier à 5 boutons.

Enfin la carte disposera d’un afficheur


LCD de deux lignes de 16 caractères
chacune.

Pour alimenter le microcontrôleur et les


différents périphériques connectés, il

COURS
sera possible d’utiliser soit le port USB
soit un régulateur LDO, le choix s’effec-
tuera à l’aide d’un cavalier.

Passons maintenant à la mise en


œuvre du projet à partir du synoptique.
La première étape, pour la réalisation Figure 25a : sélection d’un composant pour éditer ses propriétés.
du schéma, consiste en la création des
composants qui ne sont pas présents
dans les bibliothèques de base.

Nous décidons donc de créer les com-


posants manquants en utilisant l’édi-
teur de composant d’Eeschema. Nous
allons créer une nouvelle bibliothèque
dans laquelle nous allons intégrer les
composants suivants :

• PIC18F4550 ;
• 24LC16B ;
• MCP4018 ;
• MCP23008 ;
• TC72.

Comme nous venons de décrire l’utili-


sation de l’éditeur de schémas, nous
n’insistons pas sur ce point. Cela vous
fera faire un excellent exercice. Pour le circuit d’oscillation, vous avez « SW_Push - [ Push bouton switch,
donc besoin de 2 condensateurs (« C ») generic, two pin ] » et d’une résistance
Commençons donc à réaliser le et d’un quartz (« Crystal »). située dans la libraire « device » de type
schéma électrique de la carte de déve- « R – [ Resistor ] ».
loppement, en plaçant le microcontrô- Vous trouverez ces composants dans la
leur PIC18F4550 que nous venons de libraire « device ». Les 2 condensateurs Enfin, insérez dans le schéma deux
créer, le circuit d’oscillation consti- sont du type « C - [ Unpolarized capa- autres condensateurs de filtrage du
tué d’un quartz de 4 MHz et de deux citor ] » et le quartz du type « Crystal - [ même type que précédemment. À ce
condensateurs céramiques, le circuit Two pin crystal ] ». stade, vous devriez obtenir un schéma
de reset (réinitialisation) constitué similaire à celui de la figure 24.
d’une résistance et d’un bouton pous- Pour le circuit de reset, vous avez
soir et les condensateurs de filtrage de besoin d’un bouton que vous trouverez Vous devez maintenant attribuer des
l’interface USB. dans la librairie « switches » de type valeurs correctes aux composants, en

78 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 78 09/02/2018 09:06:56


CAO

commençant par les condensateurs du


circuit d’oscillation. Pour cela vous allez
travailler sur le condensateur situé en
bas du schéma (indiqué par le trait
rouge dans la figure 25a). Figure 25 : fenêtre de propriétés du composant.

Dans le menu outil sélectionnez l’icône


en forme de flèche (1ère en haut), puis
amenez le pointeur de la souris au
centre du condensateur. Faites un clic
droit de la souris, une première fenêtre
s’ouvre.

Sélectionnez « Editer Composant », une


deuxième fenêtre apparaît, choisissez
« Editer » (voir la figure 25a).

Dès lors que vous avez cliqué sur « Edi-


ter », la fenêtre de propriétés du com-
posant choisi s’ouvre.

Sélectionnez le nom « Valeur » dans


la zone 1 (voir la figure 25), dans le
« Texte Champ » de la zone 2 apparaît
la lettre « C ». Insérez dans ce champ
la valeur 27 pF.
COURS

Maintenant, sélectionnez le nom


« Référence » dans la zone 1, vous
devez voir dans le « Texte Champ » de
la zone 2 l’inscription « C ? ».

Vous pouvez laisser tel quel le champ


et faire par la suite une annotation
automatique.

Nous préférons annoter manuellement


les composants, donc nous tapons C1.

Attention cependant à ne pas insé-


rer la même référence afin d’éviter
d’avoir par exemple 2 fois « C1 » dans
le schéma.

Vous devez obtenir un schéma sem- Figure 26 : schéma électrique en cours de réalisation de la demoboard, vous
blable à celui de la figure 26 en ayant pouvez voir des connexions et l’annotation des composants.
par tiellement ef fectué quelques
connexions et en ayant inséré des
points de masse (GND) et un point
d’alimentation (+5V). • C4 : 330 nF ; Il est essentiel de passer du temps sur
• U1 : PIC18F4550 ; le chapitre consacré à la création de
Nous avons annoté les composants de • SW1. nouveaux composants. Il est important
la manière suivante, mais vous pouvez de maîtriser parfaitement cette étape
annoter différemment en respectant Nous ne connectons pas encore les afin de pouvoir comprendre la suite du
par contre les valeurs : broches du microcontrôleur, nous le cours.
ferons dans la prochaine leçon.
• R1 : 4,7 k ; Dans la prochaine leçon, nous conti-
• C1 : 27 pF ; Vous devez d’ici là vous entrainer en nuerons la description de l’environne-
• C2 : 27 pF ; exécutant de nouveau les différentes ment d’Eeschema et nous aborderons
• C3 : 100 nF ; étapes que nous venons d’aborder. l’utilisation de Cvpcb.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 79

142_67_Apprenez à maîtriser KiCad EDA_2.indd 79 09/02/2018 09:08:32


AUDIO

COMMENT PONTER
UN AMPLIFICATEUR

de Davide Scullino

En connectant un simple circuit déphaseur


entre deux amplificateurs, il est possible
d’augmenter considérablement la puissance
de sortie. Ce montage peut être appliqué
à n’importe quel amplificateur audio, donc
aussi à l’amplificateur MOSFET 200 W
décrit dans ce même numéro.

E
n électronique, il existe différentes configurations pour L’avantage de cette configuration est que, pour une même
les amplificateurs de puissance à semi-conducteurs, et tension d’alimentation, l’excursion de la tension de sortie est
parmi celles-ci, le montage en pont est très intéressant. deux fois plus grande que la tension de sortie entre le positif
Il est aussi appelé « bridge », car les étages de puissance se et la masse d’un seul amplificateur, car la charge (HP) reçoit
trouvent structurés comme un « pont en H ». Ce montage est simultanément les deux tensions.
de même type que le circuit de commande d’un moteur pas à
pas avec inversion du sens de rotation. Le principal défaut d’un montage en pont est que le circuit
nécessite deux amplificateurs et un circuit déphaseur pour un
Dans une configuration en pont, nous utilisons deux ampli- seul canal, il est donc plus complexe et plus coûteux à réaliser
ficateurs identiques pilotés avec un signal en opposition qu’un amplificateur classique stéréophonique.
de phase (déphasage de 180°), en reliant le haut-parleur
entre les deux sorties positives des deux amplificateurs. De plus, comme les étages de puissance se trouvent en série
La masse de référence étant commune aux deux circuits. En avec la charge et qu’ils fonctionnent simultanément, ils sont
conséquence, en régime sinusoïdal, lorsque la sortie d’un traversés par le même courant, ce qui implique une dissipa-
amplificateur présente une demi-onde positive, l’autre fournit tion thermique doublée pour un même courant de charge, par
une demi-onde négative, c’est-à-dire déphasée de 180°, et rapport à un amplificateur asymétrique fournissant la même
vice versa. puissance.

80 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_80_Comment ponter un amplificateur.indd 80 14/02/2018 13:46:28


AUDIO

Par exemple, il vaut mieux utiliser un


amplificateur de 2 x 30 W que 4 ampli-
ficateurs de 15 W chacun montés en
pont.

Par contre, le montage en pont a un


avantage considérable, en effet il per-
met d’atteindre de très fortes puis-
sances par rapport à un amplificateur
simple à 2 canaux.

Par exemple, l’amplificateur MOSFET


200 W décrit dans ces pages peut
atteindre une puissance de 400 Weff
sous 8 Ω avec ce circuit en pont. Cette
puissance est difficilement atteignable
pour un amplificateur asymétrique en
raison de la limite technologique des
transistors de puissance (Vce d’au moins
Schéma électrique du circuit déphaseur.
200 V avec des courant d’au moins 15
A) ainsi que celle des condensateurs de
filtrage (4 x 22 000 µF/100 V minimum).
Ces composants sont très couteux. Il en est de même pour les transistors Pour cela nous utilisons un amplifi-
« petits signaux » de l’étage d’entrée de cateur opérationnel en configuration
l’amplificateur qui devraient supporter « inverseur » avec un gain unitaire.
Le projet des tensions élevées (proche de 200 V).
Ce type de transistor est rare et coûteux. En regardant le schéma électrique, nous
Supposons que nous disposions de apercevons un amplificateur opéra-
2 amplificateurs asymétriques et que Pour les autoradios, le montage en pont tionnel fonctionnant en « inverseur »,
nous désirions augmenter la puis- est la configuration préférée si vous vou- c’est-à-dire qu’il déphase de 180° le
sance de sortie avec la même ten- lez éviter l’utilisation d’un convertisseur signal d’entrée appliqué à l’entrée « IN »
sion d’alimentation. Pour cela, nous DC/DC. En effet, la tension à bord d’un (contacts S et GND).
devons utiliser le circuit proposé dans véhicule est de l’ordre de 14 V avec le
ces pages, il permet le montage d’un moteur en marche. Cette tension permet Le signal audio ainsi prélevé, est ajusté
amplificateur en pont en déphasant le d’obtenir avec un amplificateur asymé- au moyen du trimmer R6. Ce dernier
signal d’entrée. trique classique une puissance d’envi- permet de régler le niveau du signal
ron 4,5 Weff sous 4 Ω, alors qu’avec un afin d’adapter l’amplitude de la source
Nous étudierons une application par- montage en pont la puissance attein- BF à la sensibilité de l’amplificateur.
ticulière pour l’amplificateur MOSFET drait 18 Weff sous 4 Ω.
200 W décrit dans cette même revue. Ensuite, le signal atteint directement
Ainsi ce circuit permet d’augmenter la la sortie du montage (c’est-à-dire
puissance de sortie sans augmenter Schéma électrique « OUT2 »). Cette sortie « OUT2 » attaque
la tension d’alimentation, ce qui ne l’un des 2 amplificateurs avec un
doit pas être sous-estimé pour obtenir Nous allons décrire le circuit électro- signal qui est en phase avec la source
une puissance élevée, sinon il faudrait nique qui nous permet de connecter BF. La référence de « OUT2 » étant la
diminuer l’impédance de charge (par deux amplificateurs BF identiques masse commune, c’est-à-dire le 0 V de
exemple fonctionner sous 2 Ω), ce qui afi n de réaliser un montage en pont. l’alimentation.
accentuerait les pertes dans les câbles Le circuit est relativement
de connexion car l’intensité serait très simple, car pour piloter
élevée. l’un des 2 amplificateurs, Caractéristiques techniques
nous utilisons directe-
Si nous voulions fabriquer un ampli- ment le signal d’entrée Tension d’alimentation : de ±35 Vcc à ± 56 Vcc ;
ficateur asymétrique qui devrait four- provenant de la source BF Courant absorbé : 10 mA ;
nir la même puissance sous la même (préamplificateur, table de Amplitude maximale du signal d’entrée : 2 Veff ;
impédance que le montage en pont, mixage, etc.). Amplitude maximale du signal de sortie : 2 Veff ;
nous aurions des difficultés à trouver Gain en tension : - 1 ;
des transistors de puissance adaptés L’autre amplificateur est Impédance d’entrée : 47 kΩ ;
à l’audio pour minimiser la distorsion a t t a qu é p a r l e m ê m e Impédance de sortie : 600 Ω ;
et qui devraient supporter des tensions signal audio, mais qui est Réponse en fréquence : 15 Hz à 30 kHz.
et des courants élevés. déphasé de 180°.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 81

142_80_Comment ponter un amplificateur.indd 81 14/02/2018 13:46:34


AUDIO

Plan de montage du circuit « bridge »

Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 côté soudures du


circuit « bridge ».

Liste des composants


du circuit « bridge » Plan de câblage des composants du circuit « bridge ».

R1 ...... 1,5 kΩ 2W
R2 ...... 1,5 kΩ 2W
R3 ...... 10 kΩ 1/2W
R4 ...... 9,1 kΩ 1/2W
R5 ...... trimmer 1 kΩ monotour
R6 ...... trimmer 47 kΩ monotour
C1 ...... 100 µF/16 V électrolytique
C2 ...... 100 µF/16 V électrolytique
C3 ...... 220 nF/63 V polyester
DZ1 .... zener 12V/0,5 W
DZ2 .... zener 12V/0,5 W
U1 ...... TL071

Divers :
Support circuit intégré 2 x 4 broches
Bornier 2 pôles (x 3)
Bornier 3 pôles Photo de l’un de nos prototypes du circuit « bridge ».

Cependant, une partie du signal audio en tension (Gv) de la configuration est Alors qu’avec le curseur dans le sens
prélevé sur le trimmer R6 atteint l’en- donné par la formule : opposé (vers la broche 6), cela corres-
trée « inverseuse » de l’amplificateur pond à la résistance maximale de R5
opérationnel U1 qui est un TL071, ou Gv = - Rf / Ri insérée dans le circuit. Le gain est alors
mieux sa version à faible bruit TL081. d’environ 10,1.
où « Rf » est la résistance totale insérée
C’est un amplificateur opérationnel entre la sortie et l’entrée « inverseuse », Notez le signe moins dans la formule,
dont les entrées sont à transistors JFET, tandis que « Ri » est la résistance placée cela est dû à l’inversion de l’amplifica-
donc avec une très haute impédance en série avec l’entrée, dans laquelle la tion (entrée du signal sur la broche 2
d’entrée. Il est caractérisé par un très composante correspondant à la position qui est l’entrée inverseuse (-) de U1).
grand gain en boucle ouverte (sans du curseur du trimmer R6 compense
contre-réaction). l’effet du second trimmer R5. La bande passante de notre circuit en
pont est assez large pour ne pas limi-
La contre-réaction est appliquée Puisque ce dernier fait partie de la ter celle des amplificateurs auxquels il
entre la broche (6) de sortie et l’en- résistance « Rf », nous pouvons ajuster sera connecté. Le signal en sortie de
trée « inverseuse ». Il s’agit d’une avec précision le gain de l’étage en le l’amplificateur opérationnel U1 atteint
contre-réaction de topologie « shunt- ramenant à la valeur de 1. Si le trimmer le contact « OUT1 » qui est relié à l’en-
shunt » (prélèvement d’une fraction de R5 est court-circuité en ayant le cur- trée BF du second amplificateur de
la tension et comparaison du courant) seur du côté de R4, le gain en tension puissance. Ce dernier fonctionnera
qui fixe le gain à 1, puisque le gain est d’environ 0,91. alors avec une phase inversée de 180°

82 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_80_Comment ponter un amplificateur.indd 82 14/02/2018 13:46:38


AUDIO

Le doublement de la puissance de sortie !

En utilisant le montage en pont décrit dans ces pages, il est possible de doubler la
puissance de sortie pour une impédance donnée. Par exemple, avec l’amplificateur
MOSFET 200 W, nous pouvons obtenir une puissance de 400 W sous une charge
de 8 Ω. Du point de vu impédance, il ne faut pas descendre en dessous de 8 Ω,
car chaque amplificateur « voit uniquement la moitié » de l’impédance (soit 4 Ω).

Dans le cas d’un fonctionnement en pont de l’amplificateur MOSFET 200 W, le


courant circulant dans le haut-parleur peut atteindre des valeurs élevées si bien
que le circuit de protection entrera en action car il détectera une surcharge. Il faut
diminuer la valeur des résistances reliées aux sources des MOSFET à 0,1 Ω. Les MOSFET utilisés dans l’amplificateur sont
largement dimensionnés et peuvent fournir tout le courant nécessaire pour une puissance de 400 W sous 8 Ω, soit environ
7 Aeff circulant dans la charge. Étant donné qu’un IRF640 peut fournir un courant de drain de 16 A et qu’un IRF9640 peut
fournir un courant de drain de 10 A et qu’il y a 4 MOSFET pour chaque amplificateur, la puissance sera atteinte sans problème.

Bien évidemment, vous pouvez adapter le montage décrit ici à tout amplificateur audio, indépendamment de sa puissance.
Par exemple, vous pouvez l’utiliser avec un amplificateur de 2 x 30 W. Le point important est que l’amplificateur puisse
supporter l’impédance.

Par exemple, si votre amplificateur a les caractéristiques suivantes (données constructeur) : 2 x 100 W sous 4 Ω et 2 x 60 W
sous 8 Ω, en utilisant le montage en pont, vous obtiendrez 200 W sous 8 Ω. Il ne faut pas
connecter des enceintes acoustiques de 4 Ω, car chaque canal de l’amplificateur verrait
une charge de 2 Ω, ce qui n’est pas prévu par le constructeur (risque de destruction).
De même, si votre amplificateur n’est prévu que pour une puissance de 2 x 50 W sous
8 Ω, avec le montage en pont il pourra fournir 100 W sous 16 Ω. Il ne faudra pas relier
des HP de 8 Ω (16 Ω au minimum), car chaque canal de l’amplificateur n’est pas prévu
pour fonctionner en 4 Ω.

Pour le fonctionnement correct du circuit en pont, il faudra prêter une attention parti-
culière à la tension d’alimentation. Comme le circuit est alimenté à partir de la tension
d’alimentation de l’amplificateur et que les résistances de limitation sont dimension-
nées pour des tensions d’au moins ± 35 Vcc, si vous descendez en dessous de ces
valeurs de tension vous devez diminuer la valeur des résistances R1 et R2 à 1,2 kΩ
(toujours avec une puissance de 2 W).

par rapport au premier amplifi cateur Grâce aux résistances de limitation Notez que, nous avons évité de faire
(signal BF direct non déphasé). de courant placées en série avec les passer le signal de sortie des amplifi-
diodes zener, pour un courant de zener cateurs dans le circuit de déphasage.
L’alimentation du circuit en pont est Iz donné, la valeur des résistances En effet, certains montages en pont
dérivée de celle des amplificateurs de calculée permet aux diodes de fixer la déphasent le signal de sortie des
puissance, dans le cas où cette der- tension à ± 12 V (cathode de DZ1 pour amplificateurs au niveaux des HP, cela
nière reste comprise entre ± 35 V et le +12 V et anode de DZ2 pour le -12 peut provoquer des perturbations à
± 56 V. L’alimentation doit être appli- V). Cette tension symétrique de ± 12 V cause des tensions de sorties élevées,
quée au bornier POWER en respectant alimente U1 aux broches 7 (+) et 4 (-). notamment vers les hautes fréquences.
la polarité + V, -V, 0 (le positif, le néga- Elles sont susceptibles de provoquer
tif et la masse de l’alimentation de Pour filtrer les ondulations qui pour- des oscillations. Dans notre mon-
l’amplificateur sélectionné). Attention, raient apparaître sur le ± 12 V, nous tage, chaque sortie des amplificateurs
il faut éviter de faire des bouclages de avons inséré des condensateurs de pilote directement le haut-parleur, sans
masse, elle doit être reliée en un seul filtrage en parallèle sur chaque diode qu’aucune fraction du signal de sortie
point. zener, C1 pour la ligne positive et C2 soit réinjectée dans le circuit en pont.
pour la ligne négative. Ces derniers
La « basse tension » nécessaire au permettent de « nettoyer » les tensions Cependant, en ce qui concerne la
fonctionnement de l’amplificateur opé- alimentant l’AOP. Cela est utile, car des connexion des amplificateurs, rappe-
rationnel U1 provient de deux régula- parasites pourraient être amplifiés par lez-vous qu’il n’est pas nécessaire de
teurs simples constitués par 2 diodes l’étage de puissance qui reçoit le signal respecter la polarité, dans le sens où
zener connectées en parallèle sur BF en opposition de phase, pénalisant le positif du haut-parleur pour avoir
chaque ligne de l’alimentation. ainsi la qualité sonore de l’ensemble. une cohérence de phase doit être relié

ELECTRONIQUE magazine - n°142 83

142_80_Comment ponter un amplificateur.indd 83 14/02/2018 13:46:39


AUDIO

à la sortie positive de l’amplifi cateur En aucun cas, vous ne devez relier le vous montrer comment relier en pont 2
fonctionnant en phase (c’est-à-dire le haut-parleur à la masse. étages de puissance de l’amplificateur
signal non déphasé provenant de la MOSFET 200 W décrit dans ce même
sortie « OUT2 »). numéro.
Réalisation pratique
Par contre le négatif du haut-parleur doit Comme d’habitude vous devez télé-
être relié à la sortie positive de l’ampli- Nous venons d’étudier l’aspect théo- charger le typon du circuit imprimé sur
ficateur fonctionnant en opposition de rique du montage en pont, nous allons notre site www.electroniquemagazine.
phase (c’est-à-dire le signal déphasé de maintenant passer à sa construction. com dans le sommaire détaillé de la
180° provenant de la sortie « OUT1 »). Pour l’aspect pratique, nous allons revue.

Schéma de câblage en pont des deux amplificateurs


Pour réaliser le montage en pont des 2 amplificateurs, connectez le signal d’entrée au circuit en pont, puis reliez les deux
sorties de ce dernier aux entrées des amplificateurs de puissance. Reliez l’une des 2 alimentations au circuit en pont, y
compris la masse. Connectez enfin la sortie HP positive (rouge) de l’amplificateur non déphasé (signal direct) au positif de
l’enceinte acoustique et la sortie HP positive (rouge) de l’amplificateur déphasé de 180° au négatif de l’enceinte acoustique.

+V 0 -V

POWER
R1 R2

U1 DZ1 DZ2

C1 C2
R3 R4
R5 R6 IN
OUT1 OUT2

C3

S GND S GND S GND


AP

IN BF

IRF640 IRF640 IRF9640 IRF9640 IRF640 IRF640 IRF9640 IRF9640

T6 T8 T9 T7 T6 T8 T9 T7

R20 R21 R20 R21

R18 R18
R14 R26 R17 R14 R26 R17
R3 R11 R13 R3 R11 R13
C8 C8
R25 R24 R27 RL1 R25 R24 R27 RL1
R23 R22 R19 R23 R22 R19
T10 T11 T10 T11

R12 R12
R10 R15 R10 R15
C4 C4
C7 R16 C7 R16
D2 D2
R8 U2 U1 R8 U2 U1
R28 R29 LD1 R28 R29 LD1
T3 R6 T3 R6
T4 T5 T4 T5
C3 C6 C3 C6
C11 U3 R33 C11 U3 R33
Rx R9 D1 R7 R2 C5 L1 Rx R9 D1 R7 R2 C5 L1

R5 R5
Cx Cx
T2 T2
R4 C9 T12 R4 C9 T12
R32 R30 R32 R30
R1 R1
T1 T1
-V +V GND/0V AP- IN D3 +12V AP+ -V +V GND/0V AP- IN D3 +12V AP+
R31 R31
- S C1
C2 C10 - S C1
C2 C10

AC/L +Vo
-V

0V

+V

AC/DC
LD1

Transformateur
R1

230 VCA - 40/40 VCA


AC/N -Vo
FUS1
FUS2

40 V~

40 V~
C2
C4

PT1

FUSE
ON/OFF

~ ~
C1
C3

~
~

0V

84 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_80_Comment ponter un amplificateur.indd 84 14/02/2018 13:46:41


AUDIO

Vous pouvez aussi faire une photoco- Une fois le circuit terminé, vous devez et spécifications du constructeur des
pie sur transparent à partir du typon le relier aux 2 amplificateurs. Pour cela, amplificateurs (notamment l’impédance
à l’échelle 1 présent dans l’encadré étant donné que chaque amplificateur minimale). Dans notre cas, nous préle-
intitulé « Plan de montage du circuit a sa propre alimentation, vous devez vons l’alimentation du circuit « bridge »
bridge » (voir plus haut dans l’article). effectuer une seule connexion du bor- de l’alimentation des amplificateurs, il
nier « POWER » à l’alimentation de l’am- se peut que dans votre cas vous deviez
Ensuite vous devez insoler le typon sur plificateur que vous aurez choisi. effectuer des modifications.
une plaque de cuivre photosensible et
enfin graver le circuit avec une solution Reliez le positif, le négatif et le 0 à la Notez que le circuit « bridge » est conçu
de perchlorure de fer. Une fois le circuit masse ainsi que les borniers « OUT1 » pour fonctionner avec des alimenta-
gravé, percez les trous des composants. et « OUT2 » à chaque entrée des deux tions symétriques, que vous trouverez
amplificateurs (l’un ou l’autre, cela n’a dans la grande majorité des amplifica-
Notez que le circuit comporte qu’une pas d’importance). Le bornier « IN » doit teurs à forte puissance. Evitez d’utiliser
seule face et qu’il est relativement facile être connecté à la sortie de la source BF. des amplificateurs dont la puissance
à reproduire. n’est pas identique et dont l’impédance
Bien entendu, il est conseillé d’utiliser de fonctionnement est différente.
Commencez par souder les résistances un câble blindé pour connecter les
½ W et les diodes zener en respectant signaux audio d’entrée et de sortie, en
leur polarité. Ensuite, soudez le support mettant à la masse la tresse de blin- L’étalonnage
de U1 puis les 2 résistances de 2 W. dage du câble en un seul point (évitez
les bouclages de masse) afin d’annuler Une fois le câblage en pont effectué
Continuez avec le condensateur C3 non tout bruit et autres perturbations dans correctement, en ayant relié éventuel-
polarisé et ensuite soudez C1 et C2 en le signal audio. lement une résistance de charge à la
respectant leur polarité. Le « - » est indi- place des enceintes acoustiques (par
qué sur le boîtier du condensateur, le Pour avoir une idée de la façon de exemple connectez en parallèle 4 résis-
« + » étant la patte la plus longue. connecter l’ensemble des ampli- tances de 32 Ω /10 W pour constituer
ficateurs en pont, référez-vous au une charge de 8 Ω/40 W), réglez les
Continuez en soudant les trimmers « schéma de câblage en pont des deux deux trimmers à mi-course.
et les borniers. Insérez enfin le TL071 amplificateurs ».
dans son support, il dispose d’un À l’aide d’un générateur BF relié à
repère en « U », il doit être positionné Notez que nous utilisons deux modules l’entrée « IN », injectez un signal de fré-
vers les borniers nommés « OUT1 » et de puissance MOSFET 200 W décrits quence 1 kHz et dont l’amplitude peut
« OUT2 ». dans ce même numéro. varier de 0 V à 1 Veff (RMS).

Pour plus de facilité, reportez-vous au Ce schéma est général et est valable Avec un millivoltmètre ou un oscillos-
plan de câblage des composants qui se quelle que soit la puissance des ampli- cope (réglez la base de temps sur 1
trouve dans l’encadré intitulé « Plan de ficateurs. Il n’y aura pas de préjudice ms/div et l’amplitude sur 0,5 V/div),
montage du circuit bridge ». tant que vous respecterez les limites vérifiez que sur la sortie « OUT1 » (entre
la broche 6 de U1 et la masse) l’am-
plitude du signal soit égale à celle du
signal entre le point milieu du trimmer
R6 et la masse, c’est-à-dire « OUT2 ».
Si cela n’est pas le cas, manœuvrez le
curseur du trimmer R5 jusqu’à ce que
cette condition soit atteinte.

D’autre part, si vous avez un oscillos-


cope, vous pouvez vérifier que le signal
sur la sortie « OUT1 » est déphasé de
180° par rapport à celui de la sortie
« OUT2 » (signal non déphasé).

Votre montage en pont est maintenant


équilibré de manière optimale. Etei-
gnez, et débranchez les instruments.
Vous pouvez faire des tests d’écoute à
condition d’avoir des enceintes acous-
tiques de grande puissance, sinon
vous risquez de voir des haut-parleurs
traverser votre salon !

ELECTRONIQUE magazine - n°142 85

142_80_Comment ponter un amplificateur.indd 85 14/02/2018 13:46:43


ROBOTIQUE

Ce circuit de commande, contrôlé par des


signaux logiques, permet de modifier la
vitesse et le sens de rotation des moteurs
à courant continu de type pas à pas ou de
type à balais. Les sorties disposent de LED
qui indiquent le sens de rotation.

CONTRÔLEUR
POUR MOTEUR DC
de Boris Landoni

D
epuis quelques années, l’apparition de cartes à
base de microcontrôleurs telles qu’Arduino, Ras-
pberryPi, Microchip, a considérablement simplifié
l’utilisation de moteurs à courant continu dans le domaine
de la robotique, mais aussi dans celui du loisir. L’arrivée de
nombreux produits dans le commerce n’a cessé d’augmenter,
nous nous sommes donc penchés sur le phénomène en vous
proposant ce projet.

Notre projet est un circuit de contrôle ou driver polyvalent sens de rotation,


convenant aussi bien aux moteurs pas à pas qu’aux moteurs en faisant varier
à balais à courant continu. seulement la vitesse de
rotation.
Dans le premier cas, il ne peut gérer qu’un seul moteur en
contrôlant la vitesse et le sens de rotation, tandis que dans La carte de contrôle que nous vous proposons dans cet article
le second cas il peut commander séparément 2 moteurs à est basée sur le double driver en pont L298N
L298N.. Nous avons
balais (brushed) en faisant varier la vitesse et la rotation. Il opté pour la version standard dans un boîtier « Multiwatt » à
peut commander jusqu’à 4 moteurs à balais dans un seul 15 broches.

86 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_86_Contrôleur pour moteur DC.indd 86 08/02/2018 16:55:56


ROBOTIQUE

La carte est dotée de deux borniers


pour connecter deux moteurs à courant Caractéristiques techniques :
continu ou les enroulements d’un
moteur pas à pas bipolaire, plus un Driver : type L298 ;
bornier pour alimenter la logique de Pilotage d’un moteur pas à pas ou jusqu’à 4 moteurs à balais ;
contrôle et l’alimentation des moteurs. Possibilité de régler la vitesse et le sens de rotation ;
Tension d’alimentation des moteurs : de 5 VDC à 30 VDC
Chacune des deux sorties du circuit dri- Courant pour chaque sortie : 2 A
ver peut fournir un courant maximum Tension d’alimentation de la logique de commande : 4,5 VDC à 5,5 VDC
de 2 A, ce qui est suffisant pour piloter Courant consommé par la logique : 36 mA
Température de fonctionnement : de - 25°C à + 130°C
deux moteurs à courant continu de 2 A
chacun ou un moteur pas à pas bipo-
laire consommant 2 A par phase.
moteurs à balais dans un seul sens de Supposons que la broche 6 (« EnA » sur
rotation en utilisant chaque demi pont le diagramme de la figure 1 qui corres-
Schéma électrique distinctement. En utilisant le pont com- pond à « ENABLE ») soit à un niveau
plet, il est possible de gérer le sens de logique 0. Dans ce cas, les bases
Maintenant que nous vous avons donné rotation en appliquant sur les entrées des deux branches du pont sont à un
un aperçu des performances du circuit, « IN » des signaux de commande de niveau logique bas (0) et donc tous les
étudions le schéma électrique qui est niveaux logiques opposés. transistors sont bloqués.
centré autour du driver ST L298N.
Pour mieux comprendre le fonctionne- Les sorties se trouvent dans un état de
Il s’agit d’un double driver en pont en ment de chaque pont, considérons le haute impédance, c’est à dire qu’au-
« H » à transistors bipolaires qui peut premier dont les sorties s’effectuent cun courant ne circule dans les tran-
être entièrement géré à l’aide des bro- sur les broches 2 et 3 (OUT1 et OUT2, sistors et donc au niveau des sorties
ches de contrôle « EN » (ENABLE) et voir la figure 1). OUT1 et OUT2.
« IN » (direction).

Chaque sortie de ce composant est


constituée par un pont de transistors
bipolaires de type NPN. Chaque pont
est formé par 4 transistors répartis en
deux moitiés connectées en symétrie
quasi complémentaire. C’est-à-dire que
le transistor supérieur est relié au posi-
tif via son collecteur et que le transistor
inférieur est relié à la masse via son
émetteur.

La structure du pont est visible en


figure 1. Par conséquent, la sortie s’ef- Figure 1 : le circuit intégré L298, disponible en boîtier « Multiwatt15 » ou en
fectue entre l’émetteur du transistor version CMS « PowerSO20 », dispose d’un double « pont en H » doté de transis-
supérieur et le collecteur du transistor tors bipolaires NPN.
inférieur.

Les bases des transistors sont pilo-


tées de manière indépendante par
des signaux logiques provenant d’une
porte « AND » dont une entrée est
commune et les deux autres entrées
séparées et reliées aux entrées « IN »
du circuit intégré.

L’entrée commune est la broche « EN »


qui active le pont afin qu’il reçoive
les signaux logiques imposés sur les
entrées « IN ».
Figure 2 : Brochage du driver
Cette configuration permet d’exploiter L298N en boîtier « Multiwatt15 ».
le circuit intégré pour contrôler quatre

ELECTRONIQUE magazine - n°142 87

142_86_Contrôleur pour moteur DC.indd 87 08/02/2018 16:55:57


ROBOTIQUE

devons le connecter seulement sur


un demi pont et appliquer un niveau
logique haut sur l’entrée correspon-
dante (dans ce cas, le moteur doit
être connecté soit entre « OUT1 » et la
masse ou « OUT2 » et la masse).

À partir de ce mode de fonctionne-


ment, nous pouvons déduire que pour
contrôler un moteur à balais, c’est-à-
dire le faire tourner dans un sens ou
dans l’autre, nous devons le connec-
ter entre les sorties de l’un des ponts
et appliquer simplement des tensions
inversées sur les entrées de contrôle.

Tandis que pour l’arrêter, il suffit de


mettre les entrées à un niveau logique
bas (0). Dans ce dernier cas, les sorties
du pont court-circuitent les enroule-
ments du moteur, annulant le courant
que le moteur aurait tendance à pro-
duire en tournant à vide, et exerçant
ainsi une action de freinage.

Nous venons d’expliquer le fonction-


Schéma électrique du contrôleur de moteur DC. nement du L298N, nous allons voir
maintenant comment il a été utilisé
dans notre montage. Le circuit intégré
Appliquons maintenant à la broche 6 transistor inférieur en conduction. Si fonctionne en configuration standard,
(« EnA ») un niveau logique haut de 5 V. « IN2 » est mise à un niveau logique sa partie logique de commande est
Les sorties des 4 portes « AND » de ce haut, la sortie « OUT2 » prendra une alimentée avec une tension de 5 VDC
pont vont prendre des conditions qui tension légèrement inférieure à celle (entre la broche 9 et la broche 8 qui
dépendront de l’état des entrées « IN1 » de l’alimentation car le transistor est la masse).
(broche 5) et « IN2 » (broche 7). supérieur sera en conduction et le
transistor inférieur bloqué. L’alimentation de la section puis-
Si nous appliquons sur chacune de sance du driver (la paire de ponts
ces entrées un niveau logique haut, En inversant les états, c’est-à-dire en en H) correspond à la broche « Vs »
le demi pont respectif présentera en laissant « IN1 » à 0 et en plaçant « IN2 » (broche 4), elle doit être connectée
sortie un état logique haut. à 1, « OUT1 » présentera un niveau bas à l’alimentation (VCC sur le schéma
et « OUT2 » prendra une tension légère- électrique).
Par exemple, si nous mettons la bro- ment inférieure à celle de l’alimentation.
che 5 à un niveau logique 1, le tran- Le(s) moteur(s) est (sont) relié(s) aux
sistor supérieur connecté au positif de De ce qui précède, il s’ensuit que la différentes sorties, les diodes per-
l’alimentation se met à conduire et la commande du pont 1 s’effectue selon mettent une protection contre les
sortie (OUT1) aura une tension légère- les indications du Tableau 1. Pour le surtensions produites par les enroule-
ment inférieure à celle de l’alimenta- deuxième pont, les choses sont iden- ments lors des changements d’états.
tion (pertes dans le transistor). tiques, donc ce n’est pas la peine de
les répéter. Notez que la tension VCC est directe-
Par contre, le transistor inférieur, qui ment issue de l’alimentation (filtrée par
est relié à la masse, reste bloqué car la De plus, nous observons que pour le condenseur C3), tandis que l’alimen-
porte reçoit le signal IN1 sur sa broche inverser le sens de rotation d’un tation de la logique de contrôle peut
« complémentaire » (symbole en forme moteur à balais, nous devons le relier être appliquée/retirée en fonction de
de cercle) et donc la sortie de cette entre les sorties « OUT1 » et « OUT2 » la position de l’interrupteur SW1.
porte reste à 0. et appliquer une paire de niveaux
logiques de sens opposés sur les Ce dernier permet d’éteindre complè-
Dans cette condition, si nous lais- entrées « IN1 » et « IN2 ». tement le L298N tout en laissant l’ali-
sons l’entrée « IN2 » à un 0 logique, mentation des transistors de puissance
la moitié du pont respectif (OUT2) a Par contre, pour commander un moteur des ponts qui n’absorbent aucun cou-
son transistor supérieur bloqué et son dans un seul sens de rotation, nous rant (ils restent inactifs).

88 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_86_Contrôleur pour moteur DC.indd 88 08/02/2018 16:55:57


ROBOTIQUE

Pour désactiver le circuit intégré, il suf-


Exemples de connexions Schéma de câblage fit simplement de le priver de l’alimen-
du circuit pour le contrôle
d’un moteur pas à pas tation de sa section logique (broche
bipolaire (ci-contre) ou LVS) tout en maintenant l’alimentation
de deux moteurs à balais
(en-dessous) qui doivent des moteurs.
être chacun connectés à
deux sorties. L’alimentation en 5 V de la logique pro-
vient d’un classique régulateur U2, un
78M05 en boîtier CMS. La tension de
sortie (5 VDC) de ce dernier est filtrée
par C1 qui minimise l’ondulation rési-
duelle, tandis que C2 filtre les impul-
sions dues aux pics de courant des
moteurs. La sortie « VOUT » du régula-
teur atteint l’interrupteur SW1.

Lorsque le contact supérieur de ce


dernier est positionné vers l’extrémité
inférieure (6), l’autre contact est fermé
entre 2 et 3, de sorte que la ligne d’ali-
± 12 V mentation d’entrée VCC alimente l’en-
trée du régulateur U2. Celui-ci fournit
alors 5 VDC sur la sortie « VOUT ».

Lorsque le contact est déplacé vers


l’extrémité supérieure (4), l’autre
contact est fermé entre 1 et 2 et dans
ce cas le régulateur n’est pas alimenté.

Notez qu’il serait possible de déconnec-


ter la section logique du L298N à l’aide
d’un simple interrupteur en coupant
l’alimentation, mais le commutateur
permet de désactiver le régulateur U2
et donc d’alimenter le montage avec
deux tensions différentes : la tension
Ci-dessous, un exemple de câblage VCC pour les moteurs et le 5 V pour
de la carte pour commander 4 la logique.
moteurs à balais dans un seul sens
de rotation. ± 12 V Cela permet de commander à distance
le contrôleur à partir d’une sortie
logique, par exemple une sortie d’un
microcontrôleur reliée à un transistor
BC547.

La ligne 5 V alimente également 2


cavaliers qui permettent d’activer/
désactiver les 2 lignes ENA et ENB. La
LED DS5 est connectée à l’alimentation
5 V par l’intermédiaire de la résistance
R3 qui limite son courant, elle indique
le fonctionnement du L298.

Les sorties des ponts sont reliées


à deux borniers et dotées chacune
d’une paire de LED connectées en
antiparallèle, le courant étant limité
par une seule résistance pour chaque
± 12 V paire de LED (R1 pour L1 et L2 et R2
pour L3 et L4).

ELECTRONIQUE magazine - n°142 89

142_86_Contrôleur pour moteur DC.indd 89 08/02/2018 16:56:01


ROBOTIQUE

Nous obtenons ainsi pour chaque sortie


la condition suivante : lorsque la LED Plan de montage du contrôleur pour moteur DC
rouge est allumée, la sortie fournit une
tension avec une certaine polarité, si la
LED verte est allumée, la sortie fournit
une tension d’une polarité opposée.

Plus précisément, pour le premier étage,


lorsque la sortie « OUT2 » est positive, la
LED verte s’allume, tandis que la LED
rouge indique que la sortie « OUT1 » est
positive par rapport à la sortie « OUT2 ».

En ce qui concerne le second pont, la


LED verte s’allume lorsque la sortie
« OUT4 » est positive par rapport à la
sortie « OUT3 », alors que dans le cas
contraire c’est la LED rouge qui s’allume. Circuit imprimé du contrôleur pour Circuit imprimé du contrôleur pour
moteur DC à l’échelle 1 : 1 côté moteur DC à l’échelle 1 : 1 côté
soudures. composants.
Chaque sortie est équipée de diodes
de protection de type Schottky M7,
elles permettent de limiter les ten-
sions inverses produites par les enrou-
lements du moteur, l’une étant reliée à
l’alimentation positive et l’autre à l’ali-
mentation négative et qui en fonction-
nement normale sont bloquées.

Les diodes Schottky ne conduisent


que si, en raison de la charge induc-
tive des enroulements du moteur, des
tensions inverses apparaissent aux
niveaux des sorties, ce qui se produit
lorsque l’alimentation est déconnectée
ou la polarité inversée.

Par exemple, lorsque la logique de Plan de câblage des composants Photo de l’un de nos prototypes
du contrôleur pour moteur DC. du contrôleur pour moteur DC.
contrôle bloque les transistors du pont,
l’enroulement du moteur a tendance
à générer un phénomène d’auto-in- L3 ......LED 3 mm verte
Liste des composants
duction qui s’oppose à la cause qui L4 ......LED 3 mm rouge
du contrôleur pour
l’a produit (ici l’arrêt de conduction DS5 ....LED 3 mm rouge
moteur DC
des transistors), c’est-à-dire que des U1 ......L298N
tensions inverses de grande amplitude R1 ......3 kΩ U2 ......78M05
commencent à apparaître, à ce moment R2 ......3 kΩ
les diodes entrent en conduction afin R3 ......1 kΩ Divers
d’éliminer les surtensions qui pourraient C1 ......100 µF/16 V électrolytique
détruire les transistors du pont. C2 ......100 nF céramique Dissipateur
C3 ......100 nF céramique Vis 10 mm 3 MA
En ce qui concerne la commande du Bornier 2 pôles (x2)
D1 à D8 diode Schottky M7 Bornier 3 pôles
L298N, nous avons reporté les entrées
L1 ......LED 3 mm rouge Cavalier (x2)
IN1, IN2, IN3 et IN4 vers une barrette à L2 ......LED 3 mm verte Barrette mâle 4 pôles (x2)
4 pôles au pas de 2,54 mm. Commutateur 2 voies

Rappelez-vous que pour effectuer une


commande de type ON/OFF ou avant/ Si vous voulez gérer la vitesse du obtenez l’allumage/extinction du pont
arrière, il suffit de gérer les entrées moteur, vous devez piloter les entrées à une fréquence qui est égale à celle
comme indiqué dans le Tableau 1 en « ENA » et « ENB » avec des signaux du signal PWM. Le rapport cyclique du
plaçant ENA et ENB au 5 V. Fermez sim- de type PWM. En appliquant un signal signal PWM permet d’ajuster la ten-
plement le cavalier correspondant. PWM sur les broches « ENABLE », vous sion moyenne appliquée aux moteurs

90 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_86_Contrôleur pour moteur DC.indd 90 08/02/2018 16:56:05


ROBOTIQUE

et donc le régime de rotation, en main- Tableau 1 - Table de vérité du fonctionnement des ponts du L298 (appliquée au
tenant un couple élevé même à bas premier mais qui s’applique aussi à l’autre, étant entendu que les entrées sont
régime. IN3 et IN4 et les sorties OUT3 et OUT4). Pour les sorties, le 0 logique signifie que
le transistor inférieur relie à la masse la sortie correspondante.
Le sens de rotation est contrôlé par IN1
et IN2 et IN3 et IN4, le pont doit être IN1 IN2 ENA OUT1 OUT2
commandé de la manière suivante : 0 0 0 haute impédance haute impédance
IN1 doit être dans un état logique
1 0 0 haute impédance haute impédance
opposé à celui de IN2 et IN3 dans un
0 1 0 haute impédance haute impédance
état logique opposé à celui de IN4. Les
moteurs doivent être connectés aux 1 1 0 haute impédance haute impédance

bornes OUT1/OUT2 et OUT3/OUT4. 0 0 1 0 0

1 0 1 1 0

0 1 1 0 1
Réalisation pratique
1 1 1 1 1

Le circuit contient un grand nombre de


composants CMS, cependant ils sont
assez espacés pour être soudés par Ensuite, positionnez le régulateur Quelle que soit l’application pour
un amateur disposant d’un fer avec 78M05 sur son emplacement en le laquelle est destiné le circuit, rappe-
une pointe de 0,2 mm de diamètre et centrant correctement. lez-vous que les 2 ampères indiqués
de la soudure pour composants CMS. comme courant maximum pour chaque
Commencez par souder la partie supé- sortie est le courant limite dans le
Il faudra apporter un grand soin à l’as- rieure métallique avec un peu de sou- moteur, même si le moteur peut accep-
semblage. Les seuls composants clas- dure, tout en le maintenant appuyé ter un courant plus important.
siques traversant sont le driver L298N, avec un petit tournevis.
les borniers, le commutateur et les En effet, dans le cas d’un moteur pas
barrettes des entrées de contrôle où Attendez quelques secondes, puis sou- à pas, les sorties sont utilisées deux
viennent s’insérer les cavaliers. dez les deux pattes latérales. par deux, une pour un enroulement et
l’autre pour l’autre enroulement, donc
Le circuit imprimé est de type double Une fois tous les composants CMS le courant alimentant un enroulement à
face, vous pouvez télécharger les soudés, continuez avec les deux ran- travers une sortie « OUT » pénètre dans
typons sur notre site web www.electro- gées de barrettes au pas de 2,54 mm l’autre enroulement et reste limité à 2 A.
niquemagazine.com. dans lesquelles vous insérerez les
cavaliers. C’est la même chose dans le cas où
Notez qu’une version en kit du contrô- deux moteurs à balais sont pilotés
leur pour moteur DC est disponible Complétez le montage avec le cir- avec le contrôle de la vitesse et le
dans le commerce. cuit intégré L298N, qui se positionne sens de rotation. En connectant quatre
verticalement sur un dissipateur de moteurs distincts, le problème ne se
Une fois les circuits imprimés gravés et résistance thermique de 13° C/W. pose pas, car chaque sortie fournit au
percés, commencez par souder les com- maximum 2 A.
posants CMS en utilisant un fer à souder Nous vous conseillons de le visser sur
de 0,2 mm de Ø et de la soudure de 0,5 le radiateur sans bloquer et ensuite Ces considérations sont nécessaires
mm de Ø pour composants CMS. vous le placez et le soudez en atten- pour dimensionner l’alimentation, en
dant quelques secondes entre chaque effet, dans les deux premiers cas, le
Commencez par souder délicatement soudure. Enfi n bloquez la vis de fi xa- circuit intégré peut absorber un maxi-
les résistances, ensuite les conden- tion au radiateur. mum de 4 ampères, alors que dans
sateurs non polarisés. Enfin, soudez le dernier cas, 2 ampères sont néces-
le condensateur polarisé C1 dont le Vérifiez s’il n’y a pas de faux contacts saires pour chaque moteur connecté.
négatif est indiqué sur le boîtier. ou de courts-circuits, le circuit est Les moteurs absorbent alors jusqu’à
prêt à être configuré et utilisé. Placez 8 ampères.
Continuez avec les LED, notez que la les cavaliers selon vos besoins, puis
cathode est marquée avec un trait fin connectez les moteurs. Pour l’alimentation, rappelez-vous que la
de couleur verte, par contre la cathode tension des moteurs ne doit pas dépas-
d’une diode Schottky est repérée par Avant d’appliquer la tension entre la ser 30 VCC. Pour les entrées de contrôle
une bande blanche sur le boîtier. masse et le point VCC, ouvrez l’in- (IN1, IN2, IN3, IN4), vous devez consi-
verseur SW1 de manière à maintenir dérer qu’un niveau logique « 1 » corres-
Pour cela munissez-vous d’une loupe la logique éteinte et ainsi à empê- pond à une tension allant de 4,5 V à
et vérifiez bien la disposition des com- cher une action non désirée du(des) 5,5 V et qu’un « 0 » logique correspond
posants avant de les souder. moteur(s). à une tension allant de 0 V à 0,7 V.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 91

142_86_Contrôleur pour moteur DC.indd 91 08/02/2018 16:56:05


TÉLÉCOMMANDE

Télécommande
infrarouge
4 canaux de Boris Landoni

Dans cet article nous vous proposons de


réaliser une télécommande à infrarouge
comportant 4 canaux équipés de sorties
logiques permettant ainsi le fonctionne-
ment avec des systèmes à microcontrôleurs.
Associée à une carte additionnelle dotée
de relais, elle peut gérer des dispositifs de
puissance.

L
orsque nous pensons à une télécommande qui ouvre un
portail, nous avons instinctivement à esprit une qu’il s’agit
d’une télécommande radio.

De nos jours, nous avons associé le concept d’objets connectés


à des commandes à distance par radio (souvent en Bluetooth ou
Wi-Fi), en oubliant qu’une télécommande peut également utiliser

92 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_92_Télécommande infrarouge 4 canaux.indd 92 09/02/2018 09:23:20


TÉLÉCOMMANDE

Schéma électrique
du récepteur de la
télécommande 4
canaux.

d’autres « supports » pour transmettre certaines personnes en raison de projet


des données et des informations. la quantité d’ondes auxquelles nous de télécom-
sommes exposés quotidiennement mande infrarouge,
Par exemple, les ultrasons ont été (smartphone, Wi-Fi, Bluetooth, TNT). car pour les raisons évo-
utilisés dans les premières télécom- quées ci-dessus, il y a des domaines
mandes des téléviseurs des années La seule limite des télécommandes dans lesquels elles sont mieux adap-
70 ou encore les rayons infrarouges qui infrarouges est la portée très réduite par tées que les télécommandes radio.
sont depuis des années les préférés rapport à celle des systèmes radio, mais
des télécommandes pour le verrouil- cela ne pose pas de problème dans des Notre projet est donc une télécom-
lage centralisé des voitures. environnements fermés comme une mande infrarouge codée comportant
maison ou un appartement. 4 canaux et composée d’un émetteur
Même aujourd’hui, beaucoup de voi- compact très fin qui est disponible
tures en sont équipées. N’oublions Il est possible de transmettre sur déjà monté et prêt à l’emploi ainsi que
pas aussi les chaînes Hi-Fi, les clima- quelques mètres, ce qui est plus que d’un récepteur miniaturisé à micro-
tiseurs et autres appareils électro- suffisant. Même pour les voitures elles contrôleur doté de 4 sorties logiques
ménagers qui utilisent la technologie conviennent parfaitement, car elles et d’autant de LED signalant l’état des
infrarouge. peuvent atteindre une distance d’envi- sorties.
ron 10 mètres.
La raison pour laquelle les télécom-
mandes infrarouges sont encore uti- Les différents
lisées actuellement est qu’elles ne montages de télé- Caractéristiques techniques
génèrent pas d’interférences électro- commandes que
magnétiques (ondes radio) comme le nous vous avons • transmission infrarouge avec une porteuse à 38 kHz ;
font les smartphones. Il est donc pos- présentés dans • portée de la transmission de 5 et 8 mètres ;
sible d’en utiliser plusieurs dans un la revue étaient • 4 canaux indépendants ;
même espace restreint sans risque d’in- presque tous de • sorties à des niveaux logiques TTL ou 0/3,3V ;
terférences entres les transmissions. type radiofré- • LED de signalisation d’état de chaque sortie ;
quences, il nous a • mode de sortie impulsionnel (monostable) ;
• courant de sortie 10 mA ;
Il est à noter qu’aujourd’hui il faut semblé nécessaire
• tension d’alimentation de 3,3 VDC à 5 VDC ;
tenir compte de la « pollution » élec- de rééquilibrer la • consommation entre 10 et 40 mA.
tromagnétique, car elle provoque un situation en propo-
sentiment de fatigue, de mal-être chez sant, cette fois, un

ELECTRONIQUE magazine - n°142 93

142_92_Télécommande infrarouge 4 canaux.indd 93 09/02/2018 09:23:23


TÉLÉCOMMANDE

Le capteur infrarouge IR38DM


Pour rendre le circuit récepteur plus compact afin d’être intégré dans différents types de systèmes (fixes et portables), nous
avons utilisé pour le récepteur infrarouge un capteur qui incorpore une photodiode sensible aux infrarouges et équipée d’un
boîtier en plastique coloré qui agit comme un filtre en laissant passer le rayonnement infrarouge et en limitant la propagation
de la lumière visible. Cela permet de discriminer les signaux provenant de l’émetteur.

Le capteur infrarouge IR38DM contient un préamplificateur de signal connecté à la résistance de charge de la photodiode,
un filtre passe-bande de 38 kHz (avec une constante de temps de 600 μs), un com-
parateur et un démodulateur. Le composant IR38DM comporte 3 broches dont la
nomenclature est indiquée dans la figure ci-après.

Voici les principales caractéristiques de l’IR38DM :


• sortie active à un niveau bas (0,2 V) ;
• alimentation : de 3,3 VDC à 5,5 VDC ;
• consommation : 0,6 mA ;
• longueur d’onde : 940 nm ;
• fréquence de fonctionnement : 38 kHz ;
• température de fonctionnement : de -10 °C à 60 °C.

Le choix de générer uniquement des 8 bits disponible dans un boîtier DIP Lorsqu’une sortie du microcontrôleur
niveaux TTL et donc de ne pas intégrer à 8 broches. passe à un niveau logique haut (1), la
dans la carte des actuateurs (relais, jonction « base-collecteur » du transis-
TRIAC, transistor, etc.) a été fait pour Le PIC fonctionne avec son oscilla- tor respectif est polarisée directement
limiter au maximum les dimensions du teur intégré, qui est confi guré par le et le transistor correspondant passe
récepteur afin de le rendre intégrable firmware (programme). en saturation, provoquant le passage
dans d’autres appareils. du courant dans la LED correspondante
L’utilisation de l’oscillateur interne qui s’allume. Par conséquent, chaque
permet de limiter l’encombrement sortie est active à un niveau haut et
Schéma électrique du circuit et d’utiliser les broches dis- avec la LED correspondante allumée.
ponibles uniquement en tant qu’en-
Pour comprendre le fonctionnement trées/sorties. Dans notre télécommande, toutes les
de la télécommande examinons le sorties fonctionnent par défaut en
schéma électrique du récepteur (voir Le PIC fonctionne comme un décodeur mode monostable (mode impulsion-
la figure correspondante). de signaux provenant de l’émetteur. nel) et ne sont modifiables que si vous
adaptez le programme du microcontrô-
Le récepteur est basé sur un micro- Après la réinitialisation due à la mise leur. Cela signifie que chaque sortie du
contrôleur Microchip PIC12F683 de sous tension, les broches du port GPIO, récepteur reste à un niveau haut tant
c’est-à-dire les broches GP1, GP2, GP4 que le bouton respectif de l’émetteur
et GP5, sont configurées en tant que est maintenu enfoncé et que le récep-
sorties pour commander les tran- teur reçoit un signal suffisamment fort
sistors NPN Q1, Q2, Q3 et Q4. pour être décodé.
Ces derniers pilotent les LED
de signalisation du statut Lorsque le bouton est relâché ou que
de chaque sortie. L’état la liaison optique entre l’émetteur et le
des sorties logiques du récepteur est perdue, la sortie repasse
récepteur sont disponibles à un niveau logique bas et le transistor
sur les broches OUT1, correspondant se trouve dans un état
OUT2, OUT3 et OUT4. bloqué, la LED correspondante s’éteint.

Sur les bases et les collecteurs de La dernière broche GPIO du micro-


chaque transistor, une résistance de contrôleur est configurée en entrée
limitation de courant a été placée pour recevoir les données provenant
afin de limiter le courant absorbé par de la sortie (S) du capteur infrarouge
Figure 1 : ici la carte relais permet- chaque LED à 1,8 mA sous 3,3 V et 3,2 IR1. Celle-ci fournit des impulsions TTL
tant de commuter des charges élec- mA sous 5 V (lorsque le récepteur est analogues à celles de la lumière infra-
triques en continu ou en alternatif. alimenté en 5 V). rouge qui frappe la surface du capteur.

94 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_92_Télécommande infrarouge 4 canaux.indd 94 09/02/2018 09:23:25


TÉLÉCOMMANDE

haut correspond à une tension com-


Plan de montage de la télécommande IR à 4 canaux prise entre 1,6 VDC et 5 VDC. Cette
carte relais est donc compatible avec
des systèmes fonctionnant avec une
logique de type CMOS et CMOS HC.

Les 4 entrées de la carte relais sont


toutes opto-isolées, de sorte qu’il est
possible de séparer galvaniquement la
carte du circuit de commande.

Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 Circuit imprimé à l’échelle 1 : 1 Chaque diode émettrice des photo-
côté soudures (face inférieure) du côté composants (face supérieure) coupleurs a son anode (broche 1) reliée
récepteur de la télécommande IR du récepteur de la télécommande à l’entrée respective via une résistance
à 4 canaux. IR à 4 canaux. de limitation de courant et sa cathode
est connectée en commun avec les
cathodes des diodes émettrices des
autres photocoupleurs (broche « COM »
de la carte relais).

Si vous ne désirez pas d’isolation gal-


vanique, vous devez relier ensemble
la broche COM avec la masse (GND).
C’est ce que nous avons fait car nous
n’avions pas besoin d’isolation entre le
circuit de contrôle et la carte relais (voir
Plan de câblage des composants Photo de l’un de nos prototypes du la figure 2).
du récepteur de la télécommande récepteur de la télécommande IR à
IR à 4 canaux. 4 canaux.
Pour chaque relais, une LED de signa-
lisation de l’état est situées sur la
carte.

Liste des composants Q2 ...... SS8050 Fairchild


Chaque LED répète la condition de la
du récepteur de la Q3 ...... SS8050 Fairchild
sortie correspondante du récepteur,
télécommande IR à 4 Q4 ...... SS8050 Fairchild
donc selon la configuration de votre ins-
canaux
H1 ...... LED 3 mm bleue tallation, vous pouvez éviter d’installer
R1 ...... 10 kΩ H2 ...... LED 3 mm bleue les LED du récepteur.
R2 ...... 10 kΩ H3 ...... LED 3 mm bleue
R3 ...... 10 kΩ H4 ...... LED 3 mm bleue Par exemple, si le récepteur se trouve
R4 ...... 10 kΩ à proximité de la carte relais, les LED
R5 ...... 1,5 kΩ IC1 ..... PIC12F683 de cette dernière vous signaleront les
R6 ...... 1,5 kΩ états des relais.
R7 ...... 1,5 kΩ IR1 ..... IR38DM
R8 ...... 1,5 kΩ
Divers
Comment fonctionne
C1 ...... 47 µF/25V électrolytique
C2 ...... 100 nF céramique Support circuit intégré 2 x 4 broches l’ensemble
Q1 ...... SS8050 Fairchild Barrette mâle 6 pôles
Passons maintenant à l’explication du
fonctionnement de la télécommande
infrarouge, qui est très simple.
La carte d’interface à relais Cette carte relais permet de complé-
ter le récepteur en l’équipant de 4 En appuyant sur l’un des 4 boutons
La figure 2 visualise les connexions relais fonctionnant avec des bobines de l’émetteur, le microcontrôleur de ce
du récepteur avec la carte relais (que alimentées en 5 VDC. Chaque relais dernier va générer un code correspon-
vous pouvez vous procurer en visitant peut commuter une charge électrique dant (le codage est indispensable pour
le site web www.comelec.fr), qui peut sous une tension maximale de 240 VAC éviter que le récepteur ne soit affecté
être aussi utilisée avec tout autre et un courant maximal de 10 A. par les émissions d’autres télécom-
système électronique disposant d’au mandes à proximité, celle d’un télévi-
moins 4 sorties compatibles avec des Chaque relais est activé par une entrée seur par exemple) sous la forme d’une
niveaux TTL. logique de commande dont le niveau trame à la fréquence de 38 kHz.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 95

142_92_Télécommande infrarouge 4 canaux.indd 95 09/02/2018 09:23:27


TÉLÉCOMMANDE

nant correctement le méplat vers l’in-


térieur du circuit pour chacune d’elle.

Enfin, soudez le capteur infrarouge IR1


en prêtant attention à son orientation.
Sa partie arrondie (dôme) pointe vers
l’extérieur du circuit imprimé. Aidez-
vous du plan de câblage des compo-
sants.

Terminez en soudant la barrette mâle


servant pour les connexions de l’ali-
mentation et des sorties du micro-
Figure 2 : connexions entre le contrôleur.
récepteur et la carte relais.

Ce dernier, une fois programmé, doit


être inséré dans son support en res-
pectant l’orientation de son détrom-
peur en forme de « U » qui doit se
situer face à IR1.

La trame pilotera donc la LED infra- La portée de la télécommande est Une fois l’assemblage terminé, vérifiez
rouge émettrice, ainsi la télécom- d’environ 5 m à 8 m et l’alimenta- de nouveau si tous les composants
mande génèrera une série d’impul- tion du récepteur est comprise entre sont correctement orientés (du moins
sions infrarouges en répétant la trame. 3,3 VDC et 5 VDC. Vous aurez besoin pour ceux polarisés).
d’une alimentation stabilisée ou d’une
La photodiode intégrée dans le récep- autre source de tension fournissant Le récepteur est prêt à l’usage et ne
teur IR1 détecte la trame, si ce dernier ces valeurs (piles ou batterie). nécessite pas d’apprentissage ou de
est à une distance convenable (moins paramétrage. En fait, le décodage de
de 8 m) et produit sur sa sortie (S) des la trame est contenu dans le firmware
impulsions carrées correspondant à la Réalisation pratique du microcontrôleur.
trame générée par l’émetteur.
Seul le récepteur doit être réalisé, car Pour l’utilisation, notez que le récep-
Le PIC12F683 est normalement en la télécommande est déjà montée. Le teur a besoin d’une alimentation stabi-
attente et dès l’arrivée de la première circuit imprimé du récepteur comporte lisée ou d’une batterie délivrant 5 VDC
impulsion, il analyse les données de la 2 faces. avec un courant maximal de 10 mA.
trame, la mémorise dans sa mémoire
RAM et compare si le code et le format Vous pouvez, télécharger gratuitement L’émetteur fonctionne avec une pile
des données sont ceux attendus. sur notre site dans le sommaire bouton de type CR2025.
détaillé de la revue les typons au
Sinon, il abandonne la procédure, vide format « .pdf » et les fichiers GERBER Pour l’installation, n’oubliez pas que
la RAM et revient en attente afin de pour une fabrication professionnelle. si vous placez le récepteur dans un
détecter de nouvelles données. boîtier ou un équipement existant,
Une fois le circuit gravé et percé, com- vous devez prévoir un trou ou une
Si, au contraire, le codage correspond, mencez par souder les vias. Pour rap- vitre transparente pour que le cap-
il lit l’octet contenant le numéro du pel, un via est un trou métallisé qui teur (son dôme, en particulier) puisse
canal à activer et commande la sortie permet d’établir une liaison électrique détecter l’émission infrarouge émise
GPIO correspondante (CH1 = OUT1, entre la couche de cuivre inférieure par l’émetteur.
CH2 = OUT2 et ainsi de suite). (couche « bottom ») et la couche de
cuivre supérieure (couche « top »). Si vous utilisez les sorties pour contrô-
La LED d’état relative au canal s’al- ler des circuits logiques, vérifiez que la
lume, et la sortie correspondante Ensuite, commencez par souder les tension à laquelle ils fonctionnent ne
passe d’un niveau bas à un niveau composants ayant un profil bas, c’est- dépasse pas celle du récepteur.
haut. à-dire les résistances et le support du
microcontrôleur. Si cela est le cas, mettez une diode
Notez que le codage est fixe et que 1N4148 en série avec chaque sortie
chaque émetteur peut contrôler plu- Continuez avec les condensateurs en du récepteur, l’anode doit être connec-
sieurs récepteurs. Le mode d’activa- faisant attention à la polarité de C1, les tée à chacune des sorties OUT, les
tion des sorties du récepteur répète transistors en respectant là aussi leur cathodes étant reliées aux entrées du
l’état des boutons de l’émetteur. orientation, puis les LED en position- circuit logique à contrôler.

96 ELECTRONIQUE magazine - n°142

142_92_Télécommande infrarouge 4 canaux.indd 96 09/02/2018 09:23:28


ABONNEMENT

OUI, Je m’abonne à A PARTIR DU N° 143 ou supérieur N°


E0142
Ci-joint mon règlement de € correspondant à un abonnement de 4 revues Annuel
Règlement CB directement sur le site www.electroniquemagazine.com rubrique Abonnement
Adresser mon abonnement à :
TARIFS FRANCE
Nom Prénom

Adresse
❏ 4 numéros 30€,00
Code postal Ville TARIFS CEE / EUROPE
Tél. e-mail
❏ 4 numéros 34€,00
Date, le
Signature obligatoire DOM-TOM/HORS CEE OU EUROPE :
CONSULTEZ le site
L'ASSURANCE de ne manquer aucun numéro en recevant votre revue directement www.electroniquemagazine.com
dans votre boîte aux lettres près d'une semaine avant sa sortie en kiosques. rubrique Abonnement

BÉNÉFICIER de 50 % de remise sur les CD-ROM. POUR TOUT CHANGEMENT D ’ ADRESSE ,


N’OUBLIEZ PA S D E N O U S I N D I Q U E R
VOTRE NUMÉRO D ’ ABONNÉ ( INSCRIT
SUR L ’ EMBALLAGE )
Bulletin à retourner à : JMJ – Abo. ELM
B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE – Tél. +334 427 063 96 – Fax +334 427 063 95

Directeur de Publication I M P O R T A N T
Distribution
Rédacteur en chef MLP
Jean Marc MOSCATI 55 Boulevard de la Noirée Reproduction, totale ou partielle, par tous
CD908 38070 Saint-Quentin-Fallavier moyens et sur tous supports, y compris l’in-
13720 Belcodène
ternet, interdite sans accord écrit de l’Editeur.
Hot Line Technique
Direction - Administration +334 427 063 96 non surtaxé Toute utilisation des articles de ce magazine à
JMJ éditions du lundi au vendredi de 16 h à 18 h des fins de notice ou à des fins commerciales
B.P. 20025
est soumise à autorisation écrite de l’Editeur.
13720 LA BOUILLADISSE
Tél. : +334 427 063 96 Web Toute utilisation non autorisée fera l’objet de
www.electroniquemagazine.com poursuites. Les opinions exprimées ainsi que
Secrétariat - Abonnements les articles n’engagent que la responsabilité
Petites-annonces - Ventes E-mail
À la revue de leurs auteurs et ne reflètent pas obliga-
support@electroniquemagazine.com
toirement l’opinion de la rédaction. L’Editeur
Vente au numéro
À la revue JMJ éditions décline toute responsabilité quant à la teneur
Sarl au capital social de 7800 € des annonces de publicités insérées dans le
Publicité RCS MARSEILLE : 421 860 925
À la revue APE 221E magazine et des transactions qui en découlent.
Commission paritaire: 1221 K 79056 L’Editeur se réserve le droit de refuser les
Maquette - Illustration ISSN: 1295-9693 annonces et publicités sans avoir à justifi er
Composition - Photogravure Dépôt légal à parution
JMJ Editions SARL ce refus. Les noms, prénoms et adresses de
EST RÉALISÉ nos abonnés ne sont communi qués qu’aux
Impression EN COLLABORATION AVEC : services internes de la société, ainsi qu’aux
Rotimpres
organismes liés contractuellement pour le
C/ Pla de l’Estany sn
17181 Aiguaviva (Girona) routage. Les informations peuvent faire l’ob-
Espagne jet d’un droit d’accès et de rectification dans
le cadre légal.

ELECTRONIQUE magazine - n°142 97

142_97_ABO_Ours.indd 97 09/02/2018 09:26:23


12 ,30 € * la revue frais de port inclus pour la France Métropolitaine
CEE, les DOM-TOM et autres pays à calculer sur le site www.electroniquemagazine.com

Au sommaire : Réaliser un Au sommaire : Extension GSM/ Au sommaire : La mise en oeuvre Au sommaire : La 3DVERTEX, Au sommaire : élécommande
oscilloscope en kit à faible coût ; Maitrisez GPRS/GPS pour RaspberryPi, réaliser des alimentations de puissance – I - Carte l’imprimante 3D bicolore, plus performante, UHF 500 mW longue portée, nous vous
Arduino, dans cette 2ème partie nous allons une carte d’extension pour RaspberryPi d’extension I2C 64 I/O pour RaspberryPi, plus compacte ; Écoutez la radio avec proposons dans cet article de réaliser un
mettre en pratique des programmes simples, qui permet de contrôler soit le module réalisez une carte d’extension pour RaspberryPi, nous entrons dans le monde de ensemble émetteur/récepteur pouvant
appelés « sketchs » ; Rendons la 3DRAG SIM900 (GSM/GPRS) soit le module RaspberryPi composée de 64 sorties la radiodiffusion en streaming via Internet, en couvrir de grandes distances - Platine de
autonome, cette carte électronique offre SIM908 - Testeur EOBD pour diagnostic sur relais et de 64 entrées numériques - transformant le RaspberryPi soit en récepteur développement pour PIC18F8XXX : nous
la fonctionnalité d’impression autonome, auto : outil de diagnostic pour les unités Réduisons la facture d’électricité ! - Cours radio soit en émetteur pour transmettre vous proposons dans cette série de 3 articles,
grâce à une carte SD ; Thermostat WEB électroniques de contrôle des véhicules - ARDUINO - IV, nous allons étudier la gestion (broadcaster) des signaux audio sur une une platine de développement dédiée à la
pour RaspberryPi avec la carte d’extension Reconnaissance vocale des couleurs au de différents actionneurs et en particulier la adresse IP ; Système d’irrigation autonome famille des microcontrôleurs PIC18F8XXX. -
A/D 16 bits compatible Arduino : deuxième moyen d’un convertisseur couleur/fréquence gestion d’un servomoteur pour modélisme - à énergie solaire ; BREAKOUT BOARD, cartes Cartes de prototypage « BREAKOUT BOARD »
partie ; Contrôle de volume à télécommande directement géré par un microcontrôleur. Carte GSM pour ARDUINO qui vous permettra de prototypage multifonctions. ; Mise en multifonctions - Transformez le RaspberryPi
infrarouge ; Egaliseur de charge pour Fabriquer vos boîtiers avec la 3DRAG. de développer des applications dans le œuvre des alimentations de puissance, en émetteur FM - Imprimante 3D VERTEX - II
batteries Li-Po ; Système Audio Wireless, Décorez un sapin avec une étoile spéciale. monde de la téléphonie mobile - 3DRAG : 2ème partie ; Expérimentation haute - Cours ARDUINO - Cours de programmation
constitué de deux unités, un émetteur Programmez avec Android VI - Cours Arduino imprimez avec du chocolat ! - Programmez tension, un générateur d’arcs électriques. sur iPhone, nous allons installer et
et un récepteur ; Thermomètre digital ; III, étudions la gestion des afficheurs LCD avec Android - VII - Veilleuse LED sur secteur Cours ARDUINO : 5ème partie ; Cours de apprendre à utiliser l’environnement de
Programmez avec Android : cinquième partie. alphanumériques et graphiques Etc... programmation sur iPhone : 1ère partie développement « Xcode »
* 16,31 € pour la revue 127 frais de port inclus pour la France Métropolitaine uniquement (autres pays voir sur le site ou nous consulter).

CD-ROM ENTIÈREMENT IMPRIMABLE

1 7 13
Lisez et
imprimez votre
19
Lisez et
imprimez votre
25
Lisez et
imprimez votre
31
Lisez et
imprimez votre
37
Lisez et
imprimez votre
Lisez et
43
imprimez votre
49
Lisez et
imprimez votre
55
Lisez et
imprimez votre
Lisez et
61
imprimez votre
67
Lisez et
imprimez votre
Lisez et
imprimez votre
Lisez et
imprimez votr
à à revue favorite
à revue favorite
à revue favorite
à à
revue favorite
à
revue favorite revue favorite
à revue favorite
à revue favorite
à revue favorite
à revue favorite
à revue favorite revue favorite

18 24 30 36 42 48 54 60 66 72
sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre

6 12 ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh.
ordinateur PC
ou Macintosh

Tous les mois, retrouvez ELECTRONIQUE


Tous les mois, et
retrouvez Tous les mois, et
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE retrouvez ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
Loisirs magazine retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
retrouvez Tous les mois, retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE et Loisirs ELECTRONIQUE
Tous les mois,etretrouvez
magazine Loisirs magazine
ELECTRONIQUE et retrouvez
Tous les mois, Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE et Loisirs magazine
chez votre marchand de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement. chez votre
de journaux marchand
ou par de journaux
abonnement. chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement. chez votre
de journaux marchand
ou par de journaux
abonnement. chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux ou par
chez votre abonnement.
marchand de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux ou par abonnement.
JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electr onique JMJ/Electr onique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique
B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE B.P . 20025 - 13720 LA BOUILLADISSEBP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
B.P . 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
Tél. : 0820 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820 Tél.
722 820 534 - Fax : 0820 820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820
T é820 722
l. : 0820 820 534 - Fax : 0820 820 722 T é l. : 0820 820 534 - Fax : 0820 820 722 Tél. : 0820 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820
Tél.
820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820 820 722
© http://www.electronique-magazine.com
© http://www.electronique-magazine.com
© ©
http://www.electronique-magazine.com ©
http://www.electronique-magazine.com . ©
http://www.electronique-magazine.com . ©
http://www.electronique-magazine.com http://www.electronique-magazine.com
. © . © © © ©
19 19 ys
. 19 ys
. 19 ys
. 19 ys 19 ys 19 ys 19 ys 19 ys
. 19 ys
. 19 ys
. 19 ys
. s.
email : info@electronique-magazine.com pa
email : info@electronique-magazine.com pa
email : info@electronique-magazine.com
99 pa
email : info@electronique-magazine.com
99 pa 99
email : info@electronique-magazine.co pa 99
email : info@electronique-magazine.co pa
email : info@electronique-magazine.co http://www.electronique-magazine.com
pa http://www.electronique-magazine.com
pa http://www.electronique-magazine.com
pa http://www.electronique-magazine.com
pa 99 http://www.electronique-magazine.com
pa ay
99 99
us
99
us us us -2 us -2 us
99
us
99
us
99 99
us : elecmag@wanadoo.fr us : elecmag@wanadoo.fr-20 us : elecmag@wanadoo.fr sp
-20
0
-20
0 r to
-20
0 r to
-2
00 r to
-2
00 r to 00 r to 00 r to
-20
0 email
r to : elecmag@wanadoo.fr
-20
0 info@electronique-magazine.com
r to
-20
0 email
r to
-20
0 email
r to 05 email.
r to r tou
3- 3-
JM s po
u 3-
JM s po
u 3- u 3- ou 3- ou 3- ou 4-
JMéJ s po
u 4- u 4- u 5-
JMJs pou - JM pou pou
JMJ JMs po JM sp JM sp JM sp JMJs po JMJs po
vés
r véJ éditi r véJ éditi r vé J édit r véJ édi r véJ édi r véJ édi r v é d it vé vé vé véJs édit
é d it
rése rése rése rése ése tions és e tions és e ser éditions ser éditions ser éditions ser io n s ser
ions
Tous droits de reproduction
ons -
Tous droits de reproduction
ons -
Tous droits de reproduction
ions
Tous droits de reproduction
tions
tion r tio n r tio n r
ions
ion ré ion ré ion ré ion ré - Tous d ion ré
- - - Tous dro
its de reproduc
- Tous dro
its de reproduc
- Tous dro
its de reproduc
- Tous d
roits de reproduct
- Tous d
roits de reproduct
- Tous d
roits de reproduct
- Tous d
roits de reproduct roits de reproduct

13 Lisez et
imprimez votre
25 Lisez et
imprimez votre
37 Lisez et
imprimez votre
49 Lisez et
imprimez votre
61 Lisez et
imprimez votre
73 Lisez et
imprimez votre
85 Lisez et
imprimez votre
97 Lisez et
imprimez votre
109 Lisez et
imprimez votre 121 Lisez et
imprimez votre
Lisez et
imprimez votre

1à 12 à
24
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
36
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
48
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
60
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
72
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
84
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
96
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
108
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
120
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
à
132
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
revue favorite
sur votre
ordinateur PC
ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh.

Tous les mois, retrouvez ELECTRONIQUE


Tous les mois, retrouvez
et Loisirs ELECTRONIQUE
magazine
Tous les mois,et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois,et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois,et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois,et Loisirs magazine
retrouvez ELECTRONIQUE
Tous les mois,et
retrouvez Tous les mois,et
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE retrouvez ELECTRONIQUE
Tous les mois,et
Loisirs magazine Loisirs magazine
retrouvez ELECTRONIQUE
Tous les mois,etretrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois,etretrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE et Loisirs magazine
chez votre marchand de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux ou par
chez votre abonnement.
marchand de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement. chez votre
de journaux marchand
ou par de journaux
abonnement. ou par
chez votre abonnement.
marchand de journaux
chez votre
ou parmarchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou parmarchand
abonnement.
de journaux ou par abonnement.
JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique
1, tr. Boyer - 13720 LA BOUILLADISSE
1, tr. Boyer - 13720 LA BOUILLADISSE
1, tr. Boyer - 13720 LA BOUILLADISSE
1, tr. Boyer - 13720 LA BOUILLADISSE
1, tr. Boyer - 13720 LA BOUILLADISSE
B.P 20025 - 13720 La Bouilladisse B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
B.P 20025 - 13720 La Bouilladisse B. P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
B. P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
Tél. : 04 42 62 35 99 - Fax : 04
Tél.
42: 62
04 35
42 36
62 35 99 - Fax : 04Tél.
42 62
: 0435
4236
62 35 99 - Fax : 04Tél.
42 62
: 0435
4236
62 35 99 - Fax : 04Tél.
42 62
: 0435
4236
62 35 99 - Fax : 04 42
Tél.62 35 36820 534 - Fax : 0820
: 0820 Tél.
820: 0820 Tél.
722 820 534 - Fax : 0820 820: 0820
722 820 534 - Fax : 0820 820 722 Tél. : 0820 820 534 T é l. : 0820 820 534 Tél. : 0820 820 534
© © © © © © © © http://www.electronique-magazine.com
. © © ©
19 19
http://www.electronique-magazine.com ys
. 19
http://www.electronique-magazine.com ys
. 19
http://www.electronique-magazine.com ys
. 19
http://www.electronique-magazine.com ys
. 19
http://www.electronique-magazine.com ys
. 20
http://www.electronique-magazine.com ys
. 20
http://www.electronique-magazine.com ys 20 ys
.
http://www.electronique-magazine.com
20 http://www.electronique-magazine.com
20 http://www.electroniquemagazine.com
99 99 pa 99 pa 99 pa 99 pa 99 pa 05 pa 06 pa 07
email : info@electronique-magazine.com pa 09
s.
12
s. .
-20 email : elecwebmas@aol.com
-20 email us: elecwebmas@aol.com-20 email us : elecwebmas@aol.com-20 email us : elecwebmas@aol.com-20 email us : elecwebmas@aol.com-20 email us : elecmag@wanadoo.fr email us : elecmag@wanadoo.fr us - 2 email : info@electronique-magazine.com
us - 2 email : info@electronique-magazine.com
ay - 2 email : info@electroniquemagazine.com
ay ys
0 0 r to 0 r to 0 r to 0 r to 0 r to
-2
0 r to
-2
0 r to 00 r to 01 sp 01 sp pa
3- 3- 3- 3- 3- 5- 06 07 u 9J 2J u 5J u us
JMJ JMJ s po
u
JMJs po
u
JMJs po
u
JMJs po
u
JMJs po
u
JMJs po
u
JMéJs po MJ s pou MJour to MJour to r to
vé vé édi vé édi vé édi vé édi vé édi v édi véé pé pé pou
é d it ser éditions ser t io n s ser t io n s ser tions ser tions ser t io n s ser tions ser ditions - vés ditions - vés ditions - vés
réser réser réser
io n s
- Tous d ion ré - Tous d ion ré - Tous d ion ré - Tous d ion ré - Tous d ion ré - Tous d ion ré - Tous d ion ré - Tous d ion ré Tous dr Tous dr Tous dr
roits de reproduct roits de reproduct roits de reproduct roits de reproduct roits de reproduct roits de reproduct roits de reproduct roits de reproduct oits de reproduction oits de reproduction oits de reproduction

*CD - FRAIS DE PORT INCLUS POUR LA FRANCE METROPOLITAINE (DOM-TOM ET AUTRES PAYS : NOUS CONSULTER).

142_98_Double page_AN_CD.indd 98 13/02/2018 16:34:38


Articles, Revues et CD téléchargeables au format PDF sur Internet Nouveau prix
à partir de la revue N° 135
www.electroniquemagazine.com 13,10 €
LISEZ ET IMPRIMEZ VOTRE REVUE SUR VOTRE ORDINATEUR PC OU MACINTOSH Frais de port inclus pour la
France Métropolitaine

Au sommaire : Cours ARDUINO VII Au sommaire : Émetteur FM Au sommaire : Construisons une Au sommaire : Sustentation Au sommaire : Reconnaissance
Apprendre, à utiliser une carte mémoire de programmable - RASPBERRYPI 2 & 3 magnétique : Suspendre une ampoule faciale avec RaspberryPI, nous allons
tondeuse autonome à l’aide de composants
type « SDCard - Un sapin de Noël caméléon, sans fil pour la maintenir, l’allumer utiliser les fonctionnalités de la librairie
Transformez votre oscilloscope en analyseur de récupérations - Amplificateur 4 W pour sans aucune pile ou câble - Compteur SimpleCV afin de reconnaître les visages
réaliser un gadget de Noël qui prend la couleur
du support sur lequel il repose. - Imprimante de spectre - Alimentation de laboratoire à guitare qui dispose d’un réglage de volume, d’énergie électrique 220 VAC, doté et les autres détails du corps humain
3D VERTEX III, nous allons aborder le montage courant constant - Thermomètre chromatique de tonalité et un système de distorsion. d’un afficheur LCD qui visualise la dans des images - Programmateur
de la tête d’impression. Cartes de prototypage pour liquide - Cours Arduino VIII - Cours de Notification push avec RaspberryPi - Whiff, le consommation instantanée et globale hebdomadaire - Radio FM & lecteur
« BREAKOUT BOARD » multifonctions III - Bras Générateur de bruit blanc et rose - MP3 USB - Enregistreur vocal avec PIC &
programmation sur iPhone 4ème partie, nous purificateur/ ventilateur d’air pour la maison. Vision numérique avec RaspberryPi et
robotisé 5 mouvements, Il s’agit d’un bras EEPROM - 1. Apprenez à maîtriser KiCad
robotisé, capable d’effectuer 5 mouvements allons maintenant approfondir les notions de « Transformez votre oscilloscope en analyseur Caméra Pi - Chargeur pour smartphone EDA – 1 . Effet trémolo pour guitare, un
et de soulever un poids de 100 g en le serrant autorotating - Platine de développement pour de spectre, nous allons aborder la construction intelligent - Imprimante 3D VERTEX, effet qui fait vibrer le son des cordes à
entre ses « doigts » artificiels - Cours de PIC18F8XXX suite - Cartes de prototypage et l’utilisation - Imprimante 3D VERTEX - 5. le logiciel Repetier-Host - Cours travers un système optique original de
programmation sur iPhone – III - nous allons « BREAKOUT BOARD » multifonctions - IV Arduino X - CHIPKIT PI : comment modulation d’amplitude. Cours MPLAB
Variateur de vitesse pour moteur à courant
étudier des patrons de conception aussi rendre le RaspberryPi plus polyvalent X IDE - 1. Étoile de Noël - Boule de Noël
Imprimante 3D VERTEX 5ème partie continu - Cours Arduino 9 ème partie - Cours - Veilleuse à LED universelle - Cours de à changement de couleur, en utilisant la
appelés modèles de conception (en Anglais «
Design Patterns ») Interface USB pour le bras robotisé de programmation sur iPhone 5ème partie programmation sur iPhone – VI technologie « LED Neopixel ».

CD-ROM ENTIÈREMENT IMPRIMABLE


a uté
N o u ve

e
Lisez et
imprimez votre
revue favorite
73
à
79
à
85
Lisez et
imprimez votre
revue favorite
à
91
Lisez et
imprimez votre
revue favorite
à
97
Lisez et
imprimez votre

à
revue favorite
103
Lisez et

à
109
à
115
imprimez votre
revue favorite
à
Lisez et
imprimez votre
revue favorite
Lisez et
imprimez votre
revue favorite
Lisez et
imprimez votre
evue favorite
revue 127 133
Lisez et
imprimez votre
revue favorite
Lisez et
imprimez votre
Lisez et
imprimez votre

78 84 90 96 102 108 114 120 à à


sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre sur votre revue favorite revue favorite

132 138
ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC ordinateur PC sur votre sur votre
ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh. ou Macintosh
Macintosh. ou Macintosh. ordinateur PC ordinateur PC
ou Macintosh. ou Macintosh.
IQUE et Loisirs magazine Tous les mois, retrouvez ELECTRONIQUE
Tous les mois, retrouvez
et LoisirsELECTRONIQUE
Tous
magazine
les mois, retrouvez Tous les mois, retrouvez
et LoisirsELECTRONIQUE
magazine et LoisirsELECTRONIQUE
magazine et LoisirsELECTRONIQUE
Tous les mois, retrouvez magazine
Tous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE
Tous
ous les mois, et
retrouvez
Loisirs magazine
ELECTRONIQUE et Loisirs
Lois magazine
x ou par abonnement. chez votre marchand de journaux
chez votre
ou marchand
par abonnement.
de journaux
chez votre
ou marchand
par abonnement.chez votre
de journaux ou marchand de journaux
par abonnement. ou marchand
chez votre par abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux
chez votre
otre
ou par
marchand
abonnement.
de journaux ou par abonnement.
abonnement
ique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Electronique JMJ/Elec tronique JMJ/Elec tronique JMJ/Electronique Tous les mois, retrouvezTous
ELECTRONIQUE
les mois, retrouvez
et Loisirs
ELECTRONIQUE
magazine et Loisirs magazine
OUILLADISSE BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE chez votre marchand dechez
journaux
votre ou
marchand
par abonnement.
de journaux ou par abonnement.
Tél. : 0820 820 534 - Fax : 0820
Tél. 820
: 0820
722820 534 - Fax : 0820
Tél. 820
: 0820 Tél. 820
722820 534 - Fax : 0820 : 0820
722820 534 - Fax : 0820 820
Tél.722
0820 820 722
s.
© . ©
: 0820 820 534 - Fax : 0820 820 722
© . © ©
T él. : 0820 820 534 Té .l : 0820 820 534
.
Té .l : 0820 820 534
. s.
JMJ/Electronique JMJ/Electronique
magazine.com ay 19 http://www.electronique-magazine.com
© ys 20
http://www.electronique-magazine.com ys ©
http://www.electronique-magazine.com
http://www.electronique-magazine.com ys ys ay
sp
99 20 pa 06 ys
. ©
20 pa 20 http://www.electronique-magazine.com
ys
. 20
08
http://www.electronique-magazine.com
20
09
http://www.electronique-magazine.com
pa 20
11
http://www.electronique-magazine.com
pa p BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
BP 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE
nadoo.fr tou
-20 email : elecmag@wanadoo.fr
06 email u:s elecmag@wanadoo.fr
-2 email p:a elecmag@wanadoo.fr email u:s elecmag@wanadoo.fr
07 emailpa . us us us
us : elecmag@wanadoo.fr email
ays : elecmag@wanadoo.fr email :toelecmag@wanadoo.fr email :toelecmag@wanadoo.fr
07
r 0
4- - r to JM 0 us 07 or to J JM - MJ - - 20 p 2200 r 20 r ur
to Tél. : 0820 820 534 Tél. : 04 42 70 63 96
sp
ou JMJ J é s pou JMJ pour t J é s pou édi our to 09 us 119 ou 12 ou po
er vé é d it rdvitéi sé dr vitéio t
ésiopns - To - oJur to - J vés p - J vés p vés © © s. s.
n rés ions rése ons - Tou er vé ditions - rése ns -
ser v vés p
MJ sM
erJ éd sM
erJ éd s er 20 http://www.electroniquemagazine.com
20 y
http://www.electroniquemagazine.com
pa ay
ductio - Tous droits de reproduction s droits de reproduction rés Tous droits de reproduction Tous d
roits de reproduction ré
us dro
its de reproduction réser
é di t i
on ré itions n ré itions n ré sp
ons -
Tous droits de reproducti - Tous droits de reproductio - Tous droits de reproductio 14 1 5 s
-2 -2 tou tou
01 01 ur ur
5- 7- po po
J MJ JMJ er vés vés
é di t i s s er
ons - c t i o n rééditions c t i o n ré
Tous droits de reprod u - Tous droits de reprod u

CD 6 Numéros 25,61 €* / CD 12 Numéros 45,61 €*


e

50%
de remise pour nos abonnés sur tous nos CD

JMJ EDITIONS - B.P. 20025 - 13720 LA BOUILLADISSE règlement par chèque à l’ordre de JMJ ÉDITIONS et/ou
règlement par Paypal ou CB sur notre site : www.electroniquemagazine.com - Tél. : 04 42 70 63 96

142_98_Double page_AN_CD.indd 99 13/02/2018 16:34:49


3D N T E 3 DV
IMPRIMA XTRUDEUSE
SIMPLE E
ERTEX

€ 701 ,
00
TTC
)
0 ( en kit
Photos non contractuelles, publicité valable pour les mois de parution. Prix exprimés en euros TTC. sauf erreurs typographiques ou omissions

f . K 8 4 0

3DVER TEX
M A N T E
IMPRI OLORE
BIC
L E E X T RUDEUSE
DOUB

€ 752 ,
00
TTC
00DE ( en kit )
Réf. K84

DEUXIÈME extrudeuse
POUR LA 3DVERTEX
*Vendue séparément

Compacte avec boîtier en polycarbonate Volume d’impression maximal :


180 x 200 x 190 mm
Déplacement du plateau d’impression selon l’axe Z

€ Réf.
120, 00
Dimensions externes (L x H x P) :
Déplacement de l’extrudeuse selon les axes X/Y avec une
360 x 380 x 395 mm
buse de 0,35 mm pour fil de 1,75 mm en PLA et ABS TTC
Impression autonome avec panneau de contrôle
Possibilité de monter une K8402
deuxième extrudeuse*
LCD et encodeur
Plateau d’impression BuildTack

NTE 3DRAG
IMPRIMAn KIT
e

€ 515,
00
TTC
GK
Réf. 3DRA

Déplacement du plateau d’impression selon les axes X/Y

Déplacement de l’extrudeuse selon l’axe Z

Volume d’impression maximal : 200 x 200 x 200 mm

Extrudeuse avec buse de 0,5 mm pour fil de 3 mm en PLA et ABS

Plateau chauffant

Avec des kits d’adaptation, offre les possibilités de : Version montée


Comelec 03 / 2018

- fabriquer des circuits imprimés par fraisage


Version
Réf. 3DRAG KM

V1 .2
- imprimer des objets en chocolat TTC
€ 722,00

CD 908 - 13720 BELCODÈNE


Tél : 04 42 70 63 90 Fax : 04 42 70 63 95
Caractéristiques techniques et vente en ligne sur :
www.comelec.fr

142_100_ Pub Comelec 3D.indd 100 15/02/2018 11:01:44