Vous êtes sur la page 1sur 66

SÉCURITÉ

de l'exploitation sur le
réseau ferré
national français
Rapport annuel 2012

MISSIONS DE GESTIONNAIRE
D'INFRASTRUCTURE DÉLÉGUÉ

Document propriété de la SNCF


Sommaire

1 - PERFORMANCES DE SÉCURITÉ 1

1.1 La situation d'ensemble éclairée par les indicateurs


de sécurité 1
1.2 La situation d'ensemble éclairée par les audits 1
1.2.1 La qualité de mise en œuvre des procédures 1
1.2.2 La qualité du management 1
1.2.3 La qualité de conception des processus 2

2 - LA DIMENSION GESTIONNAIRE D'INFRASTRUCTURE DÉLÉGUÉ (GID) 2

2.1 L'agrément du GID 2


2.2 La prise en compte des Entreprises Ferroviaires 2

3 - LE GESTIONNAIRE D'INFRASTRUCTURE DÉLÉGUÉ 3

3.1 Les activités d'exploitation et de


maintenance de l'infrastructure 3
3.1.1 Le constat 3
3.1.2 Les évolutions d'organisation 5
3.1.3 Le management de la sécurité 5
3.1.4 L'amélioration des prescriptions et de leur
mise en œuvre : la documentation correspondante 8
3.1.5 L'outil de production 9
3.1.6 La démarche sûreté à l'Infrastructure 12
3.2 Les activités de l'ingénierie de l'infrastructure 13
3.2.1 Les évolutions et les actions concernant
les organisations et les métiers 13
3.2.2 L'amélioration des prescriptions et de leur
mise en œuvre : la documentation correspondante 13
3.2.3 La production 13
ANNEXE 1 - CONTEXTE DE L’EXERCICE 17
ANNEXE 2 - INDICATEURS sécurité et ÉVÈNEMENTS
SÉCURITÉ EN 2012 19
ANNEXE 3 - SYSTÈMES GLOBAUX 29
ANNEXE 4 - SITUATION DU RÉSEAU 31
ANNEXE 5 - LES INVESTISSEMENTS INFRASTRUCTURE ET SYSTÈME
RéALISÉS EN 2012 37
ANNEXE 6 - LA DÉMARCHE SÛRETé À L'INFRASTRUCTURE 41
ANNEXE 7 - ÉVOLUTIONS DES PRINCIPAUX DOCUMENTS ÉLABORÉS
PAR LE GID 45
ANNEXE 8 - LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS 49
ANNEXE 9 - LES DÉMARCHES DE MISE EN QUALITÉ 53
ANNEXE 10 - FORMATIONS 55
ANNEXE 11 - MAINTENANCE DE L'INFRASTRUCTURE : ÉVOLUTIONS
DES MÉTIERS ET DE L'OUTIL DE PRODUCTION 57
1 Performances de est de 3,75 en 2012 alors qu’il était de 3,6 en
2011, hors résultats observés dans les deux
sécurité Etablissements Industriels Equipement (EIV)
visités en 2012, qui relèvent d’une activité non
comparable. Sur les 27 établissements Infra
Les résultats globaux sont indiqués dans Maintenance et Travaux visités, 16 ont été
le document DS-CM-2013EG « éléments évalués proches ou assez proches de l’objectif
généraux ». fixé par l’entreprise. Aucun n’a été évalué très
éloigné de l’objectif. On note que les résultats
L'annexe 1 reprend les données utiles à la des Infralog sont globalement sensiblement
définition du contexte de l'exercice. meilleurs que ceux des Infrapôles.

Ce bilan marque la poursuite de la fragilité


1.1 La situation d'ensemble de plusieurs domaines, en particulier de
éclairée par les indicateurs de l’organisation des travaux (à la fois dans la
sécurité qualité des documents d’organisation et dans
leur mise en œuvre), de la sécurité du personnel
Les principaux indicateurs font l'objet de (PS9E, contrats Infrapôle/Infralog et coactivité)
l'annexe 2. et de la maintenance Voie.

Les éventuelles évolutions de périmètre et le • les audits réalisés dans onze Établissements
détail de certains indicateurs sont précisés au Infra Circulation mettent en évidence des
paragraphe 3.1.1 ci-après. écarts comparables à ceux détectés en 2011.
Le nombre moyen d’anomalies partielles
1.2 La situation d'ensemble constaté dans ces établissements est de 2,7
en 2012 alors qu’il était de 3,0 en 2011. Elles
éclairée par les audits
concernent essentiellement les domaines
Les principes de cotation sont rappelés dans des « installations de sécurité et installations
le document DS-CM-2013EG « éléments sensibles » (en particulier mesures à prendre
généraux ». vis-à-vis des circulations de catégorie A et
mesures à prendre pour assurer le maintien
1.2.1 La qualité de mise en œuvre des du bon contact roue/rail sur les zones peu
procédures circulées), de la « sécurité du personnel »
intervenant en zone dangereuse (graissage
Au cours de l’année 2012, la Direction des
des aiguilles, surveillance et remplacement
Audits de Sécurité a poursuivi la réalisation des
des cartouches de détonateurs) et celui des
audits des Établissements Infra Maintenance
« travaux sur les voies et des trains de travaux
et Travaux et des Établissements Infra
» (chronologie des opérations, mesures
Circulation dans leur configuration mise en
incomplètes).
place en 2010, ainsi que des audits concernant
les Territoires de Production Infrastructure, les
centres et pôles régionaux ingénierie, ... 1.2.2 La qualité du management
La qualité du mangement a été évaluée
On observe que : acceptable dans 78% des établissements Infra
• le niveau constaté dans les Établissements Maintenance et Travaux visités en 2012. Ce
Infra Maintenance et Travaux s’est légèrement résultat, un peu en retrait, confirme néanmoins
érodé : le nombre moyen d’anomalies la tendance favorable observée en 2011
partielles constaté dans ces établissements (100% en 2011, 69%. en 2010, 86% en 2009,

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 1
67% en 2008 et 63% en 2007). Cependant, si 2.1 L'agrément du GID
aucun établissement n’a été évalué insuffisant,
aucun établissement n’a, non plus, été évalué L’année 2012 a été consacrée à la réécriture du
satisfaisant. système de gestion de la sécurité (SGS) de SNCF
La quasi-totalité des établissements Infra en tant que GID en vue d’obtenir de l’EPSF le
Circulation visités a été évaluée acceptable, seul renouvellement de notre agrément de sécurité
un établissement ayant été apprécié moyen. pour la période 2013-2018. En cohérence avec
Les composantes du management qui le SGS précédent et l’objectif de mise en œuvre
apparaissent les plus sensibles restent la veille et d’un GI Unifié, SNCF et RFF ont rédigé un SGS
le contrôle et la documentation. commun minimisant autant que possible les
parties spécifiques à chaque EPIC.
1.2.3 La qualité de conception
Ce nouveau SGS intègre bien sûr également la
des processus mise en œuvre du règlement européen 2009/352
Au niveau national, les processus suivants ont sur les méthodes communes de sécurité.
fait l’objet d’un audit dit « de conception » pour
ce qui concerne plus particulièrement le GID : Le SGS a été adressé par RFF à l’EPSF le 25
octobre 2012. Après quelques échanges et
• La conception et l’utilisation des sillons sur les compléments, le SGS a été approuvé sans
lignes à voie unique exploitées sous le régime réserve par l’EPSF le 14 février 2013.
du Règlement S4A,
• La prise en compte de la sécurité dans le mode
« secteur chantier » sur les lignes fermées pour 2.2 La prise en compte des
travaux, Entreprises Ferroviaires
• Le bouclage des audits de 2008 et 2010 sur
Depuis le 31 Mars 2006, date de l’ouverture
les procédures de communication sol-bord et
l’usage de la téléphonie mobile par les agents totale du marché Fret en France, de nouvelles
de conduite, entreprises ferroviaires (EF) sont apparues dans
• La circulation des trains nécessaires à SNCF le paysage national. A fin 2012, vingt-quatre
Infra. entreprises, autres que SNCF, ont obtenu les
autorisations nécessaires pour circuler sur le
Ces audits, restitués aux directions réseau ferré national (licence et certificat de
commanditaires, ont contribué à la définition sécurité) dont trois concernant le transport
de leurs propres programmes d'actions sécurité de voyageurs. En 2012, les Etablissements
(au delà bien entendu des éventuelles mesures Infrastructure Circulation (EIC) ont organisé 230
ponctuelles immédiates). Les plans d’actions les visites de sites (270 en 2011).
plus importants sont repris, le cas échéant, dans
les chapitres relatifs à chaque métier. Dans le cadre de l’animation du réseau ces
Correspondants Régionaux Nouveaux Entrants
(CRNE), le Guichet Unique Infra (GU Infra) a
2L
 a dimension réalisé :

Gestionnaire • Un séminaire des CRNE en avril,


• Une journée d’intégration des nouveaux CRNE
d'Infrastructure en octobre,
• Environ 70 visites en EIC ou sur site.
Délégué (GID)
Une démarche de recensement des capacités

2 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
sur voies de service (VS) est également menée à non vérification d’itinéraire,
la demande de RFF, afin : itinéraire modifié sous mouvement.
• D’identifier les EF attributaires de capacités sur Transports Exceptionnels (TE),
VS à titre permanent, Défaut de Mesures de Protection (DMP).
• De facturer aux EF, les capacités réellement
utilisées, Le nombre total de dysfonctionnements
• D’optimiser la répartition des capacités sur VS. enregistrés en 2012 s’élève à 273 à périmètre
constant, soit une légère augmentation
par rapport au total de l’année 2011 (242).

3 Le gestionnaire Cependant compte tenu de l’apparition d’un


nouvel indicateur en 2011, le nombre total de
d'infrastructure dysfonctionnements relevés en 2012 est de 280,
contre 256 en 2011 (incidents et quasi-incidents).
délégué A périmètre constant de 2009 (sans indicateur
TE, DMP et autre), on observe une légère
augmentation du nombre de dysfonctionnements
Les paragraphes qui suivent n'abordent que (176 contre 164 en 2011).
les éléments significatifs ou qui ont évolué en
2012. Les autres points sont développés dans Parmi les faits marquants de l’année 2012, on
les annexes. peut retenir le défaut de mesure de protection
d’une équipe de graissage (Lyon-Vaise, le 07/07),
l’accord d’une DFV à voie libre malgré la présence
3.1 L  es activités d'exploitation d’une circulation commerciale (Marquise, le
et de maintenance de 22/02) l’organisation d’un mouvement à contre-
l'infrastructure voie sans protection et sans tracer d’itinéraire
(Coutras, le 04/01) ainsi que la délivrance de
3.1.1 Le constat deux autorisations de franchissement de signal
Des précisions sont apportées à l'annexe 2. sans avoir effectué les vérifications préalables
nécessaires (Molsheim, le 23/05 et Turenne, le
ƒƒL’incidentologie Exploitation 03/08).
Les indicateurs mesurés et analysés recensent les
incidents (événements sécurité caractérisés par ƒƒL’incidentologie Infra Maintenance et
l’existence de conséquences sur les personnes, Travaux
les installations ou le matériel) et les quasi- 620 incidents ont été enregistrés en 2012
incidents (événements sécurité n’ayant pas eu montrant une légère amélioration par rapport
de conséquence) qui se sont produits au cours à 2011 qui avait recensé 628 évènements (à
de l’année et qui ont pour origine la fonction périmètre constant).
exploitation de l’infrastructure.
Le nombre global d’incidents d’origine
Les dysfonctionnements sont enregistrés selon signalisation en 2012 est en hausse par rapport
les indicateurs suivants : à celui de 2011. La tendance à l’augmentation
réception intempestive sur voie occupée, du nombre de ces incidents depuis 4 ans se
engagement intempestif d’une voie protégée, confirme.
pénétration irrégulière en canton occupé,
expédition sans ordre écrit prévu, Le nombre global d’incidents d’origine voie en
autorisation de franchissement sans vérification 2012 est inférieur à celui de 2011 malgré les
préalable. conditions météorologiques très défavorables

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 3
en 2012 par rapport à 2011 avec une période En ce qui concerne les incidents graves
de grand froid entre le 1er et 10 février ainsi signalisation partiellement maîtrisables,
qu’une période de canicule du 17 au 24 août. l’augmentation constatée depuis 4 ans se
La comparaison avec les années 2009 et 2008 confirme avec un nombre plus important
n'est pas significative du fait d'un changement d’incidents liés aux intempéries (24 en 2012
important de périmètre au 1er janvier 2010 pour 10 en 2011) notamment du fait des
apportant une plus grande exhaustivité du périodes de grand froid de début février et de
recensement des incidents normes voie en canicule d’août. Par contre, pour la première
valeur de ralentissement et d'arrêt. fois depuis 3 ans, on constate une amélioration
Le nombre d’évènements liés aux erreurs de de la malveillance (-7 en 2012 par rapport à
procédures en 2012 est en légère diminution 2011) mais le niveau de gravité des évènements
par rapport à celui de l’année 2011 avec reste préoccupant avec de véritables sabotages
notamment une baisse des engagements de sur les installations ferroviaires. Le nombre
gabarit avec heurt. Mais on constate néanmoins d’incidents indéterminés en 2012 est en nette
une augmentation d’évènements dont la cause amélioration par rapport à 2011 (-18).
principale est en lien avec l’organisation et la
réalisation des chantiers comme par exemple ••Voie
les procédures S11. Le nombre d’évènements en 2012 d’origine
Voie/OA/OT confirme la tendance à la baisse
••Signalisation constatée en 2011 avec 120 incidents recensés
356 incidents d’origine signalisation toutes pour 157 en 2011 et 167 en 2010 et ce, malgré
causes confondues (Infra Maintenance et une année particulièrement touchée par les
Travaux et autres) ont été enregistrés en 2012 conditions météorologiques très défavorables
(321 en 2011 et 316 en 2010). en février et en août.

L'amélioration la plus significative en 2012 On recense un nombre de déformations (7)


concerne les incidents avec cause « erreur inférieur à celui de 2011 (10) et à celui de 2010
personnel Voie et SES » qui sont en (15) malgré la période de canicule du 17 au
diminution de 11 incidents par rapport à 2011. 24 août. A noter que 3 déformations ont été
Cette amélioration est principalement sensible recensées sur le chantier GOP de la ligne RER
au niveau des agents Voie (-16) alors que l’on A entre Neuville-Université et Cergy Préfecture :
constate une légère augmentation des erreurs suite au REX réalisé, des mesures immédiates
d’agents SE (+5). ont été prises sur les chantiers similaires et des
nouvelles directives ont été accompagnées pour
La dégradation la plus forte en 2012 concerne la préparation des chantiers à venir.
le matériel SES avec une augmentation de
32 incidents par rapport à 2011. Les domaines On constate une augmentation du nombre
les plus touchés par cette augmentation sont le de déraillements sur VP en 2012, avec 9
domaine LTV (+21) et le domaine PN (+10). Les déraillements cause V (8 en 2011 et 6 en 2010).
actions concernant la gestion des parcs LTV ont A noter que 2 déraillements sont toujours en
été généralisées et une action de sensibilisation cause indéterminée : Paris Bercy le 7 novembre
des acteurs a été menée lors des opérations de 2012 et Paris St Lazare le 28 octobre 2012. Des
mise en service des LTV. D’autre part, une étude études et expertises complémentaires sont en
de fiabilisation des caisses à piles de crocodile cours par l'Ingénierie et le domaine Matériel
de TIVD a été initiée dés la mi 2012 pour livraison avec notamment des simulations dynamiques
des premiers prototypes d’essai vers la mi-2013. devant permettre de mesurer l’impact des
différents paramètres voie et matériel.

4 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
En ce qui concerne l’enquête sur le déraillement contre 71 en 2011, dont la part la plus significative
de Valence d’Agen survenu en octobre 2011, de l’augmentation est liée aux erreurs de
celle-ci a abouti le 15 novembre 2012. Le procédures S11, S9 et PS9 qui représentent 14
déraillement est du à un affaissement de la évènements de plus qu’en 2011.
file de rail gauche engendrant un défaut de
nivellement transversal long. La superposition Les franchissements de signaux d’arrêt sont
de ces défauts en présence d’un wagon rigide stables avec 29 évènements recensés en 2012
avec un centre de gravité haut a provoqué le (29 en 2011 et 40 en 2010) confirmant ainsi la
délestage de la roue guidante. tendance constatée depuis le début 2011 après
la mise en place d’un plan d’actions spécifiques
Les ruptures d'aiguille (0) sont au niveau de dans ce domaine.
celles de 2011 (0) après avoir recensé deux
évènements en 2010. Les dégagements intempestifs du domaine
fermé sont également stables avec 15
Le nombre de ruptures infranchissables (rails évènements recensés (15 en 2011) alors qu’il y
ou cœurs d’aiguille) en 2012 (28) est stable par en avait eu 17 en 2010.
rapport à 2011 (29) et en baisse par rapport à
2010 (34) et 2009 (33) et ce, malgré la période 3.1.2 Les évolutions d'organisation
de froid intense du 1er au 10 février.
Le nombre d’incidents liés à des normes voie en En 2012, les modifications d’organisation
valeur d’arrêt est en nette diminution en 2012 suivantes ont été étudiées et préparées :
(65 en 2012 contre 96 en 2011). • Transfert des Agences Bâtiments et Energie
(ABE) du périmètre de SNCF-Infra vers celui
Ouvrages d’art, ouvrages en terre (OA, OT) de Gares & Connexions.
• Transfert de la maîtrise d’Ouvrage Mandatée
Le nombre d'incidents sur Ouvrages en Terre en
du périmètre de CSC vers celui d’IG.
2012 (11) est en baisse par rapport à 2011 (16)
Concomitamment, la Direction CSC est
et à 2010 (16).
devenue Direction de la Maintenance du
Réseau (DMR) et la Direction IG est devenue
Comme en 2011, aucun évènement sur Ouvrage
la Direction Projets, Système et Ingénierie
d'Art n’a été recensé en 2012 alors que 2010 et
(PSIG).
2009 avait chacun enregistré 1 évènement.
• Création de l’Établissement Services Télécom
••Procédures et Informatique Ile de France placé sous
La situation des évènements liés aux erreurs l’autorité hiérarchique de DMR-TI.
de procédures en 2012 (144) est en légère Toutes ces réorganisations ont pris effet le 1er
amélioration par rapport à celle de l’année janvier 2013.
2011 (150).

Les engagements de gabarit avec heurt par des


3.1.3 Le management de la sécurité
circulations qui représentaient la part la plus ƒƒActions particulières concernant
significative de la dégradation constatée en l'Exploitation
2011 avec 36 évènements (22 en 2010) sont en Le programme d’animation prévu par le
baisse en 2012 avec 24 évènements. document traitant de l’organisation du
management de la sécurité à la DCF (DC4317)
Par contre, les incidents de chantiers sont en a été mené à bien ; le programme des revues a
légère dégradation en 2012 avec 76 évènements été respecté.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 5
• Revues des EIC au cours de l’automne • les rencontres et partages avec la Direction
permettant de préparer le bilan annuel et des Audits.
l’élaboration du PAS de chaque EIC
• 4 réunions plénières des chefs de pôles À ces instances de niveau national, s’ajoutent
Sécurité des EIC les instances du niveau territorial suivantes :
• 3 réunions des préventeurs locaux • réunions mensuelles des DET Infrapôles et
• 2 réunions dédiées aux animateurs du REX Infralog dans chaque TP
• Séminaire DPI/DCF les 23 et 34 mai 2012. • réunions des pôles QSE des établissements
• 2 réunions des CRNE. dans chaque TP
• réunions spécifiques par domaine (sûreté,
Les rendez-vous planifiés s’ajoutent aux réunions environnement).
mensuelles des DET des EIC où un point sécurité
est réalisé. Afin de réduire les écarts constatés lors de
l’analyse de l’incidentologie et lors des bilans
Les PAS 2012 ont fait l’objet d’une validation en d’évaluation des audits, les démarches suivantes
décembre/janvier par le chef du département ont été mises en œuvre en 2012 :
Sécurité et d’un point d’avancement à mi-PAS ➜➜ Séminaire Sécurité des DET en mars, basé
en juin/juillet par la division Animation Sécurité sur les 4 domaines opérationnels les plus
et Retour d'Expérience (ASRE). affectés lors des audits : Organisation des
travaux, Sécurité du personnel, Coactivité et
Les plans d’actions post audit sont également Maintenance Voie
validés par le département Sécurité à l’issue ➜➜ Séminaire commun des pôles QS des EIC
d’un bouclage réalisé avec les EIC concernés. et Infra M&Tx en mai, centré sur la mise en
Les référentiels traitant de l’organisation du qualité des interfaces lors de la programmation,
management de la sécurité au sein de la DCF l’organisation et la réalisation des travaux
(DC 04317) et des EIC (DC 03030), ainsi que celui ➜➜ Démarche participative et collaborative
consacré aux Méthodes de Sécurité communes intitulée « Produire Chaque Chantier en Toute
(DC 07449) ont été écrits ou modifiés en 2012. Sécurité » (PCTS) initiée en mai par la Direction
Infra mais impliquant tous les partenaires
ƒƒActions particulières concernant l'Infra contribuant à la planification, à la programmation
Maintenance Travaux et à la réalisation des travaux (RFF, EF, Entreprises
Les instances de pilotage propres au siège de travaux, IG,…). Cette démarche a pour objectif
la Direction de la Production Industrielle (DPI) de garantir la sécurité de tous les acteurs dans
mises en œuvre en 2010 et adaptées en 2011 un contexte d’augmentation massive de travaux.
ont été reconduites en 2012, notamment : Elle a été structurée en plusieurs phases :
• les revues sécurité mensuelles • Phase d’écoute de tous les agents
• les revues sûreté / environnement trimestrielles (opérateurs et encadrants) en juin/juillet au
• les revues sécurité du personnel trimestrielles travers d’un questionnaire : 8000 réponses
(sous pilotage d’IRH) sur 40000 questionnaires envoyés.
• les comités mensuels QSE (DPI-SQE +t • Phase de construction collective pour
responsables QSE des TP) appuyés par des identifier les priorités d’actions attendues par
téléconférences opérationnelles avec les CSI les agents et les encadrants au regard des
des TP. dysfonctionnements relevés dans la phase
• les revues semestrielles de chaque TP par DPI- d’écoute : groupes de travail regroupant
SQE 4000 agents
• le séminaire annuel des auditeurs (ASNO et • Phase de partage avec les partenaires
AST) au travers de rencontres d’échanges : 7

6 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
rencontres regroupant les représentants suivis dans le cadre des revues réalisées par les
de RFF, des EF, d’IG, de la MOAD, des R QSE des TP dans chaque établissement.
Entreprises Travaux. Le département DPI-SQE participe aux réunions
• Convention en janvier 2013 destinée à des pôles QSE des établissements organisées
présenter à un panel de 700 agents les par les TP, aux animations nationales DPx et/ou
actions prioritaires concrètes retenues et leur DUP ainsi qu’aux clôtures des formations DUP
calendrier envisagé. sur le management de la sécurité.
➜➜ Plan d’actions « Veille et contrôle » destiné
à améliorer la réalisation et la qualité des ƒƒLes Facteurs Organisationnels et Humains
contrôles de niveau 1 et de niveau 2 au sein des (FOH)
établissements mis en œuvre début 2011 par L’Activité Infra Maintenance et Travaux a réussi
une expérimentation sur 6 établissements. Le ces dernières années à maitriser ses indices
déploiement sur l’ensemble des établissements de fréquence et de gravité. Néanmoins les
a été réalisé en novembre 2012 après un REX évènements tragiques survenus en 2011 et
effectué auprès des établissements pilotes. Une 2012 nous rappellent l’impérieuse nécessité de
directive ainsi qu’un recueil de préconisations ont poursuivre nos efforts sur la maitrise des risques
été élaborés pour faciliter l’accompagnement et majeurs liés à notre activité.
la mise en œuvre dans les établissements, unités
et secteurs. Notre système de management repose sur
D’autres outils ont complété le dispositif comme la connaissance des risques, la formation et
un module de formation de l’encadrement au l’information des agents, pour qu’ils travaillent
contrôle des trains de l’Infra, la refonte complète en préservant leur santé et leur sécurité et dans le
des formations Management de la sécurité des respect des exigences légales et réglementaires.
DPX et des DUP, la mise en place de référents « La dimension Facteurs Organisationnels et
contrôle » pour accompagner la prise de poste Humains centralisée au pôle PFH d’IRH -2RSP
des DPx et assistants d’UP, le dé-ploiement de depuis 2011 a permis de mieux répondre
e-learning et de e-contrôles pour développer aux demandes d’études commanditées par
les compétences des acteurs sécurité ainsi que les établissements rattachés à DPI et à Infra
l’évolution de l’outil PDVe pour l’adapter à ces Industrie (Infrapôles, Infralog et EIV) et aux
nouveautés projets nationaux.

Un plan d’actions Sécurité DPI reprend les En 2012, la politique développement durable fait
actions du niveau DPI et TP en déclinaison partie intégrante de ce système de management
des orientations nationales et des bilans (axe 3 du plan d’actions développement
d’incidentologie et d’audits ; il est suivi de durable).
manière trimestrielle au cours des comités QSE.
Il assure également une continuité des actions Les différentes actions sont précisées à l'annexe
mises en place en 2011 dans le cadre des 8.
précédents plans d’actions comme par exemple
celui spécifique « Franchissement de signaux ƒƒLa qualification sécurité de la production
d’arrêt » (renforcement des connaissances de des établissements
ligne et évolution des modules de formation). La démarche de qualification des EIC a été
Les plans d’action sécurité des Etablissements intégrée dans le plan de charge de la DCF dès
Infra Maintenance et Travaux ne font l’objet d’une sa création et il a été nécessaire de constater
validation par le Directeur du TP correspondant le fonctionnement effectif des différents
que dans les cas spécifiés dans le référentiel organismes avant de lancer le programme de
IN04319. Leurs avancements sont néanmoins qualification des EIC qui a débuté en 2011.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2012GID 7
En 2012, 10 EIC ont été qualifiés par l’évaluateur et graphiques proposés,
ASRE. • Fiabilisation des chiffres issus des différentes
requêtes.
ƒƒLes outils du retour d'expérience (REX) Par ailleurs, conformément à l’objectif qu’elle
En 2012, une étude a été initiée pour développer s’était fixé, la DCF a mis en œuvre la démarche
l’outil INFOHREX pour la saisie des enquêtes d’amélioration de la qualité du REX en 2012.
FOH dans le cadre des incidents de procédures
et des incidents graves signalisation et voie ƒƒLes formations
avec cause erreurs agents. Cet outil s’inspire Les principaux points à retenir pour 2012
de l’outil Ré-Diese utilisé par la DCF et sera en concernent :
expérimentation au 2ème semestre 2013. • La réalisation des audits des centres de
formations agréés de l’Infra par l’EPSF (3 CPFI
La nouvelle version de l'outil REX VA mise au niveau des territoires de production et le
en oeuvre fin 2011 pour renforcer le suivi CNFI).
des incidents Voie/OA/OT a été déployée • La réalisation d’un audit EPSF sur les
dans tous les Infrapôles ; la prise en main a habilitations et la formation continue dans 6
été suivie mensuellement avec les TP pour établissements.
garantir une homogénéité d’utilisation dans les • La mise en œuvre du plan d’action sur les
établissements et une fiabilisation de la saisie mises en pratiques.
des évènements. Cette application « Intranet » • La conception de nouvelles formations liées
nommée REX VA2, communique avec BREHAT à la Veille & Contrôle (refonte des formations
par une passerelle, tout comme REX SIG. management de la sécurité, création d’une
formation au contrôle des Trains de l’Infra).
La mise en production de la version 2.3.1 • La création d’une formation continue sur le
de RéDièse a été effectuée an avril 2012, nouveau S9.
accompagnée d’un support de communication.
Les principales modifications sont liées à Le détail est indiqué à l'annexe 10.
l’actualisation de l’outil en regard de la démarche
qualité et du rectificatif à la DC 1780 afin de 3.1.4 L'amélioration des
conserver une cohérence dans l’évolution du prescriptions et de leur mise
REX de la DCF.
en œuvre : la documentation
La version 2.3.2 a, quant à elle, été mise correspondante
en production en septembre. Cette version ƒƒAdaptation des documents locaux du fait de
comporte quelques aménagements faisant suite l’entrée de nouvelles entreprises ferroviaires
à la mise en application de la version précédente, (EF)
notamment la notion de « Dossier complet ». La parution le 30 novembre 2010 de l’arrêté
relatif à la manœuvre des installations de sécurité
Enfin, en décembre, une nouvelle version de simples et en octobre 2011 du texte RFN IG
l’outil « Statistiques » et de l’outil d’analyse « TR1 A n°4 « Principes d’utilisation des voies de
Query Studio » a été mise en production. Les service », ainsi que sa déclinaison en DC01684
principales modifications apportées sont : le 1er janvier 2012 a entrainé la nécessité de
• Prise en compte de l’indicateur « Autre », créé mettre en conformité et en qualité les consignes
en 2011, Locales d’Exploitation (CLE). Pour aider les EIC
• Accès direct aux données suivant le niveau de dans cette démarche, DCF a mis en place :
la requête (DPx, DUO, Pôle S), • Une trame de CLE S8 « Manœuvres »
• Amélioration de l’ergonomie des histogrammes • Deux trames de CLE S2A n°2 « Établissement

8 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
de pleine ligne – Desserte », dont une pour les 3.1.5.2 Évolutions techniques
sites organisés par blocs Des compléments sont apportés à l'annexe 11.
• Un projet de CLE « Gare »
• Un accompagnement des EIC lors de l’écriture ƒƒDispositifs automatiques d’annonce des
d’une CLE d’un site déterminé trains pour les chantiers équipement
• Une relecture critique systématique des CLE Les dispositifs de type "Autoprowa" sont
devant faire l’objet d’un avis de l’EPSF maintenant couramment utilisés sur différents
Environ 70 CLE ont été adressées à l’EPSF chantiers, essentiellement de régénération. Ils
après expertise par le GU Infra de DCF. Depuis améliorent le niveau de sécurité du personnel
juin 2011, sur un total de 200 installations sur les chantiers.
expertisées, 7 ont été classées complexes par Courant 2012, le développement du dispositif
l’EPSF. portatif d’annonce automatique par radio
(DAPR) utilisé sur d’autres réseaux ferroviaires
En concertation avec les EIC, l’inventaire de européens s’est poursuivi. Une nouvelle
l’ensemble des installations potentiellement homologation technique doit être prononcée par
« simples » actuellement manœuvrées par des l'Ingénierie du fait de l’adaptation du dispositif
opérateurs de la DCF a été réalisé. aux fréquences radio définitives. Celle-ci devrait
intervenir au cours du 1er semestre 2013.
Production des textes de prescription Comme suite à notre sollicitation, le ministère a
Les directions de SNCF Infrastructure ont répondu que l’utilisation du DAPR relevait d’une
poursuivi la refonte ou l’adaptation des textes décision de l’employeur, c’est-à-dire la SNCF.
de prescription pour tenir compte des nouvelles
politiques définies en matière de maintenance ƒƒBarrières défensives
ainsi que du retour d’expérience. Un modèle de barrières défensives a été
L’annexe 7 rappelle les principaux textes développé et homologué en 2012, destiné
élaborés au cours de l’exercice, qu'ils l'aient été à assurer la protection par confinement de
pour les besoins du GID ou pour le compte de certains chantiers et permettant ainsi le port de
RFF. protections auditives passives sur les chantiers
bruyants. Leur utilisation éventuelle est laissée à
3.1.5 L'outil de production l’initiative des établissements.
3.1.5.1 Évolution de la politique de maintenance
ƒƒDomaine voie
L'annexe 11 (point 11.1.2) précise les principales En 2012, une étude sur notre politique de
adaptations des méthodes de maintenance surveillance a été initialisée dans le cadre
mises en application pour atteindre le niveau de d’une vision prospective des évolutions de la
service attendu avec une performance accrue. surveillance envisageables sur un horizon de
Le projet commun SNCF-RFF d’amélioration trois à cinq ans. Elle a été engagée dans un
de la maîtrise du niveau de sécurité de premier temps dans la discipline Voie, et servira
l’infrastructure s’est poursuivi en 2012. De plus, de ligne directrice à l’évolution des référentiels
le travail engagé afin de définir les principes liés à la surveillance pour y intégrer l’arrivée de
de gestion dans le domaine de la maintenance nouveaux engins.
s’est développé pour les spécialités Ouvrages L’étude s’est focalisée sur les lignes classiques,
en Terre (OT), Ouvrages d’Art (OA), Gabarit et bien que certaines méthodes utilisées sur LGV
Voie. Ce travail s’est inscrit dans le cadre plus aient pu être considérées et que certaines
général de réécriture du Système de Gestion préconisations de ce rapport y soient également
de la Sécurité en vue du renouvellement de applicables.
l’agrément de sécurité du GID. Les tournées de surveillance périodiques à pied,

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 9
répétitives, conduisent en effet à des constats toutefois la poursuite de processus pluriannuels.
d’anomalies en nombre souvent limité sur les
voies modernes du RFN. ƒƒDomaine Caténaires
Le travail a consisté en 2012 à expérimenter
Par ailleurs, les difficultés d’obtention des sur plusieurs sites les nouveaux principes de
plages travaux, l’objectif de sécurité pour nos maintenance des structures (Tours – Bordeaux,
agents lors des tournées à pied ou lors du relevé Les Aubrais), des armements (Landas –
des cotes dans les appareils, nous incitent à Valenciennes) et du fil de contact (Vierzon). Les
développer d’autres concepts de surveillance expérimentations ont essentiellement porté
du réseau, notamment automatisée. sur la partie diagnostic (test des méthodes et
prototype d’outil de collecte et projection) et
ƒƒDomaine rail l’exploitation des résultats dans les prototypes
Sur la partie maintenance rail proprement dite, d’outils d’aide à la décision permettant de
les ressources ont été consacrées en grande définir une stratégie de maintenance par axe.
partie au plan d’action « files hautes de courbes » Ces expérimentations ont permis de préparer
visant à supprimer un nombre de défauts qui a le développement industriel des outils et la
cru ces dernières années entraînant un risque retranscription des principes de maintenance
croissant de ruptures graves. Les méthodologies dans de nouveaux référentiels à paraître en
élaborées et mises en place seront intégrées au 2013 et 2014.
référentiel à l’issue d’un Retour d’Expérience
(REX) qui aura permis de les valider. En parallèle, un guide d’émergence a été
Le plan d’action visant à maîtriser les défauts de élaboré. Il doit permettre d’assurer la transition
type 113/213 (fissuration verticale longitudinale entre la politique actuelle et la future politique
de l'intérieur du champignon) lancé en 2011 a en matière de besoins lourds de maintenance
été mené à son terme en 2012. (Renouvellements, Maintenance améliorative,
Sur la partie soudure, le déploiement de la …).
soudure électrique a continué, et un certain
nombre de travaux d’amélioration de la technique ƒƒDomaine Ouvrages d’Art (OA)
de soudure aluminothermique ont été menés SNCF Infra a formulé à RFF une proposition de
tels que la définition de moyens de mesures priorisation des renouvellements des Ponts-Rails
fiables, la qualification des agents chargés (PRA) avec tablier métallique.
des réceptions des soudures, la recherche de
solutions de réparation industrielles, le dépôt ƒƒDomaine Ouvrages en Terre (OT)
d’un brevet. L’année 2012 a été caractérisée par la poursuite
du recensement des OT suite au déploiement
ƒƒDomaine signalisation de la procédure IN00256 « Surveillance des
Les premiers postes SEI 2006 (Ansaldo) et SLOK ouvrages en terre, des drainages et des plates-
2006 (Alstom) ont été mis en service. formes ».
Dans le domaine de l’ERTMS(1) , la liste exhaustive
des référentiels techniques impactés a été ƒƒOutils informatiques
dressée et les modifications correspondantes Le projet GMAO (Gestion de la Maintenance
initialisées en vue de la mise en service en 2013 Assistée par Ordinateur) s’est poursuivi
sur LGV Est Européenne. avec le déploiement sur les sites pilotes des
fonctionnalités des spécialités Signalisation,
ƒƒDomaine Équipements d'Alimentation des EALE, Caténaires. L’année 2013 sera consacrée
Lignes Électrifiées (EALE) à la poursuite du déploiement pour ces
Pas d’évolution en 2012. L'annexe 11 précise spécialités sur le RFN et le début de la réflexion
(1) Le système européen de surveillance du trafic ferroviaire (en anglais, European Rail Traffic Manage-ment System) vise à harmoniser la signalisation
ferroviaire en Europe.

10 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
sur le développement des spécialités Voie, OA réseau français. Ces modélisations seront
et OT. exploitées pour développer de nouveaux
critères de maintenance de la géométrie de la
ƒƒModernisation du parc des engins voie prenant en compte leur interaction avec
d’intervention le véhicule.
Les politiques d’amélioration du parc d’engins • Le projet collaboratif européen « OPEN
de maintenance ont été poursuivies en 2012 ETCS ». L’objectif de ce projet est de
et concernent entre autres : les machines à développer une plateforme de modélisation,
remplacer les traverses ou l’augmentation des développement, test et validation pour la
capacités de levage des draisines. Le schéma mise en œuvre efficace et rentable du système
directeur Engins et outillages a également été ETCS. La méthodologie du projet consiste
réformé pour la période 2012-2020. à décrire de manière formelle ETCS dans
Des précisions sont apportées à l'annexe 11. son environnement (sur-système), poser les
bases de la preuve formelle de sécurité en
identifiant les invariants de sécurité, choisir les
3.1.5.3 Améliorations permises par les
outils et les méthodes les mieux adaptés à la
programmes de recherche et de développement
modélisation, et construire un démonstrateur.
L’innovation et la recherche dans le domaine La SNCF apporte les éléments de description
de la sécurité sont organisées au sein de l’axe du système et du sur-système, ainsi que la
Sécurité Système Ferroviaire animé par la définition des invariants de sécurité associés.
Direction de l’Innovation et de la Recherche. • Le projet sur la résilience des organisations.
Cet axe transverse rassemble environ 70 En partenariat avec la Chaire de sécurité
participants dont une cinquantaine d’experts du industrielle de Mines-Paris Tech, la Direction
réseau d’experts de l’entreprise (SYNAPSES). de la Sécurité et la région PACA développent
Les principaux projets en cours au sein de l’axe un outil de diagnostic de la résilience d'une
sont les suivants : organisation. Après une première série de
• Le projet MAYAS. Il porte sur la tests réalisée en 2011 et début 2012 à la
compréhension  du phénomène de shuntage gare de Marseille St Charles, la démarche
et le développement d’améliorations sur méthodologique complète sera à son tour
l’infrastructure (circuits de voie) et le matériel expérimentée en grandeur réelle sur un autre
(boucles inductives d’aide au shuntage). site en 2013. Si les résultats sont concluants, la
Il constitue la composante recherche de méthodologie pourra être mise à la disposition
l’ensemble des actions que l’entreprise mène des Activités qui souhaiteront l’utiliser d’ici fin
pour diminuer le risque de déshuntage. Les 2013.
travaux sur la compréhension du phénomène
physique permettent de préconiser des Concernant l’axe Maintenance, les domaines
réglages optimisés des boucles inductives suivants font l’objet de programmes de
d’aide au shuntage. Leurs performances seront recherche :
évaluées in situ dans les prochaines phases du • « Capteurs sur traverses danseuses » : la
projet. faisabilité de surveiller par des capteurs
• Le projet exploratoire de l’axe Sécurité autonomes l’évolution des constituants de la
Système. Il permet de développer des voie et la dégradation de sa géométrie a été
méthodes probabilistes en dynamique démontrée.
ferroviaire dans le cadre d’une thèse démarrée • « Comminution » : Pour améliorer la
en octobre 2010. Un modèle probabiliste maintenance de la voie grâce à la prédiction
local de la géométrie de la voie fournit aux de la dégradation des grains de ballast, des
simulations numériques d’interaction véhicule- essais en laboratoire ont été menés afin de
voie des tronçons de voie représentatifs du comprendre ce phénomène complexe.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 11
• « Tenue et diagnostic de la voie ballastée » : en cas de défaut de nivellement de la voie, un
pour optimiser les renouvellements de voie et « blochet » a été mis au point pour soutenir les
de ballast par une connaissance fine de l’état rails provisoirement.
de celui-ci, une méthode d’investigation et
de prédiction de son évolution a été mise au 3.1.6 La démarche sûreté
point. à l'Infrastructure
• Concept « ZEM (zone élémentaire de
maintenance) » issu du LAB Maintenance En mars 2011, le ministre des Transports a décidé
Infra en Zone Dense : la possibilité de recourir la mise en œuvre d’un plan de 40 M€ pour lutter
à une organisation locale spécifique de la contre les vols de métaux au préjudice des
maintenance a été explorée, y compris dans installations du RFN.
l’usage d’outils dédiés d’optimisation de la Dix premiers millions d’euros ont été mandatés
programmation, de prise en compte du trafic par RFF à SNCF dans le cadre du programme
réel et de minimisation des coûts à long terme. SURINF. A ces 10 M€ se sont ajoutés, 3 M€
• Concept « Plug & Play » : pour pouvoir supplémentaires, hors plan ministériel, portant
remplacer rapidement des composants ainsi à 13 M€ les opérations engagées en 2012.
défaillants en cas d’incident, un prototype de En parallèle de la mise en œuvre de ce programme
connecteur (sorte de prise) a été mis au point SURINF, SNCF Infra, RFF et la Direction de la
pour les contrôleurs de verrou d’aiguillage. Sûreté ont travaillé conjointement en 2012 à
• Concept « Surveillance conditionnelle »  : la définition, la consistance et la localisation
afin d’en réduire le coût, une adaptation des opérations qu’il serait le plus pertinent
de la politique de maintenance de certains d’engager au titre des 30 M€ restants du « plan
équipements de signalisation de LGV a été ministériel 40 M€ ».
validée.
• Concept « Surveillance non intrusive » : pour Dans le courant du 2nd semestre 2012, il a en effet
préparer le remplacement des tournées été décidé que ces 30 M€ seraient mandatés par
d’engins de surveillance de la voie par des RFF à la SNCF à hauteur de 15 M€ à engager
relevés sur trains commerciaux, une première en 2013 et 15 M€ en 2014. Cette convention
tournée de ces derniers a été réalisée avec un de mandat, complémentaire à SURINF appelée
équipement spécifique. VOCAPI ne concernera que la sécurisation des
• Concept « Life Cycle Cost local » (coût total câbles en lignes (sécurisation des artères de
de possession) : afin de retenir les meilleures câbles, des sous-stations…) sur les zones les
pratiques internationales, un benchmark plus touchées par les vols de métaux.
européen a été mené et une maquette d’outil
établie. Ces mesures ont été complétées en interne
• Concept « Infra facile à maintenir » : pour SNCF par des conventions avec les forces
pouvoir travailler l’été, jusqu’ici période de police et de gendarmerie concernant la
chaude d’interdiction des interventions sur les surveillance par hélicoptère des installations
rails, un dispositif de prédiction des effets de mais aussi par des renforts d’agents SUGE
la température et d’alerte en fonction du type dédiés à l’Infra. De plus, après les 110 dispositifs
de voie a été expérimenté. d’alarme et de vidéosurveillance type SEZAM
• Concept « Agressivité du matériel » : afin de acquis en 2011, la direction de l’Infra a validé
limiter les ruptures de rails par fissuration grâce une dotation complémentaire en 2012 d’environ
à une intervention au bon moment, un outil de 120 Sézams sur l’ensemble du RFN (artères de
calcul 2D de la propagation des fissures a été câbles, postes…).
réalisé.
• Concept « Maintenance pare-feu » : pour Le détail des mesures prises et des actions
permettre des réparations temporaires rapides menées en 2012 est repris à l'annexe 6.

12 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
3.2 Les activités de l'ingénierie - Risque routier : 57% des agents planifiés ont été
formés.
de l'infrastructure - Risque électrique : 85% des agents planifiés ont
3.2.1 Les évolutions et les actions été formés.
concernant les organisations Les agents non formés cette année ont été
planifiés sur 2013.
et les métiers
3.2.1.1 Les évolutions de l’ingénierie 3.2.2 L'amélioration des prescriptions
Il n’y a pas eu d’évolution de l’Ingénierie en et de leur mise en œuvre :
2012. la documentation correspondante
3.2.1.2 Le management de la sécurité Afin d’avoir une meilleure définition (ce qui
contribue à une amélioration) et mise en œuvre
Les entités suivantes ont été auditées par la des prescriptions, liant RFF en tant que MOA
Direction des Audits de Sécurité (DAS) au sein (définition des besoins) et la SNCF en tant que
des Centres Ingénierie, selon un planning défini MOE (réponse aux besoins du MOA), pour
avec la DAS : que RFF possède un référentiel technique de
- Pôle Régional Ingénierie de Reims conception, un protocole d’accord a été signé
- Centre Ingénierie Manche Nord et les Pôles le 08 juin 2012 (par RFF, IG et la DCF).
Régionaux Ingénierie d’Amiens et Nord Pas-
de-Calais Ce protocole, entre RFF et la SNCF, est titré
- Centre Ingénierie Méditerranée et le Pôle « Élaboration, évolution, mise à disposition et
Régionaux Ingénierie de Montpellier gestion du référentiel technique de conception
prescrit par RFF dans le cadre des projets
Un audit de conception sur la prise en compte d’investissements ».
de la sécurité dans le mode secteur chantier sur
ligne fermé a également était réalisé.
3.2.3 La production
L’habilitation des bureaux d’études OA est La production de l'Ingénierie est essentiel­
effective dans tous les centres. lement réalisée dans le cadre des projets de
Des conventions type par phase AVP, PRO et l’Infrastructure.
REA ont été élaborées en commun avec RFF
pour clarifier les missions sécurité assurée sous 3.2.3.1 Projet de développement
management IG. Les principaux projets de développement de
systèmes auxquels l’Ingénierie a apporté son
3.2.1.3 Le management de la qualité expertise sont :
L’audit de suivi de la certification sur un système
unique pour l'Ingénierie a eu lieu en avril 2011. ƒƒPoursuite des travaux d’homologation du
L’audit de renouvellement a eu lieu en avril 2012 RBC ERTMS ANSALDO sur la LGV EE.

3.2.1.4 La formation aux risques professionnels À la demande de RFF, la direction technique


IGT a lancé un plan d’action en commun
Le bilan des formations liées aux risques
avec ANSALDO pour résoudre les difficultés
professionnels pour 2012 est le suivant :
rencontrées dans l’homologation du RBC
- Risque ferroviaire : 91% des agents planifiés ont
ANSALDO.
été formés.
- Travail en hauteur : 93.6% des agents planifiés
ƒƒMise en œuvre d’ETCS 1 sur les corridors
ont été formés.
Fret.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 13
Pour le compte de RFF, la direction technique - la réouverture au trafic voyageurs de Mulhouse-
IGT assure le suivi du projet ETCS 1 dont la Bantzenheim
première étape est l'installation de deux lignes - le raccordement court de Mulhouse
pilotes situées autour de Thionville. La première - l’augmentation de capacité de Lille Flandres
mise en service est prévue vers 2013. - l’augmentation de capacité de Nice-Breil
- la 3ème voie Antibes-Cagnes
ƒƒLe déploiement du réseau INFRANET s’est - la banalisation de Marseille-Blancarde
poursuivi en 2012. - le contrôle de vitesse par balises de Paris-
Mantes
Une étude de sûreté de fonctionnement (y - les travaux de quais, d’abris du RER B+
compris la sécurité informatique) sur Infranet et - l’évolution du site du TAC de Bercy
PAI pilotée par IGSF, est en cours (Fin prévue en - la remise en service des voies 6 et 7 d’ATM
2013) - l’opération ligne C Castor
- la communication V2-C du RER D+
ƒƒLancement du projet NEXT (Nouvelle - le bouchon de Bordeaux 2ème phase avec les
Exploitation Transilien) sur EOLE : IPCS de Cenon-La Grave
- les phases 2 et 3 du block Sud-Ouest
L’Ingénierie technique de ce projet est constitué - la modernisation des appareils de voie en gare
par un groupement des deux ingénieries RATP et de Limoges
SNCF, travaillant sur un plateau commun à IGT. - la grande halle voyageur de Tours
- le relèvement de vitesse de Brétigny-La
3.2.3.2 Projets de réalisation Menbrolles
- le relèvement de vitesse d’Auray-Hennebon
- le découpage du BAL d’Ancenis-Nantes
L’Ingénierie SNCF a assuré la MOE de
nombreuses études en phase projet pour RFF, Le développement de périurbains :
notam-ment l’accélération de la modernisation - Le périurbain Clermont-Ferrand Vertaison
et de l’informatisation du contrôle commande - Le tram train Ouest Lyonnais.
du réseau français :
- la CCR Perrache Nord
- la CCR SC PLM SUD1 – Gevrey Chagny
- et la création des IPCS Chalon-Macon

Les prestations connexes aux LGV en cours (LGV


EE2, RR, CNM, SEA, BPL) :
- la régénération du poste de Reding
- le relèvement de vitesse et la mise aux normes
pour circulation des TGV RR sur Mulhouse-
Bantzenheim
- la 4ème voie entre Strasbourg et Vendeheim
- la remise du dossier PRO CNM
- la remise de 5 dossiers PRO SEA
- la remise du dossier PRO BPL

La modernisation du réseau classique :


- le relèvement de vitesse Arvant-Aurillac
- l’augmentation de capacité Imphy-Montchanin
- l’ouvrage d’Auxonne sur la Saône

14 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué
DS-CM-2013GID 15
ANNEXE 1 - CONTEXTE DE L’EXERCICE

Les éléments complets sont indiqués à l'annexe 1 du document


CM-DS-2013EG éléments généraux.

Rappel sur la consistance du réseau :

Source (1) 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Lignes en exploitation (km) 30990 30880 30316 30283 30607 30511 30753 30596 30408 30320

Lignes à doubles voies (km) 16133 16135 16131 15869 16460 16415 16692 16708 16851 16910

Lignes à voie unique (km) 14856 14745 14585 14414 14147 14096 14061 13888 13557 13410

Lignes électrifiées (km) 14462 14462 14753 14840 15176 15384 15651 15716 15798 16201

Lignes équipées de la radio sol-


13857 13857 13857 13857 13857 14282 14282 14393 14492 14492
train (km) (2)
Lignes équipées de block
14793 14967 15138 15250 15395 15610 16131 16591 16991 16987
automatique (km)
(1) FCL jusqu'en 2002 ; RESEAU à partir de 2003
(2) y compris GSM-R à partir de 2008

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 17
ANNEXE 2 - I NDICATEURS ET ÉVÈNEMENTS SÉCURITÉ EN 2012

Les éléments globaux sont indiqués à l’annexe 2 du document CM-DS-2012EG éléments généraux.

2.1 Les indicateurs définis à l'arrêté du 19 mars 2012


Les définitions "d'accidents significatifs" et des "types d'accident" sont celles de l'annexe VI de
l'arrêté. Les définitions de "personne grièvement blessée" et "personne tuée" sont celles du
règlement CE n°91/2003.
Les tableaux ci-après reprennent les éléments ne concernant que le GID.
Dans les paragraphes suivants, certains évènements sont repris avec des définitions et périmètres
qui peuvent être différents et qui sont alors précisés.

Nombre dont
Les accidents significatifs Nombre dont T
BG + T BG
Accidents significatifs et personnes grièvement blessées (BG)
5 2 0 2
et tuées (T) ; par type d’accident
Collisions, y compris avec des obstacles à l’intérieur du gabarit 1 0 0 0
Déraillements 2 0 0 0
Accidents aux passages à niveau, y compris impliquant des piétons 0 0 0 0
Accidents de personnes causés par le matériel roulant en mouvement,
2 2 0 2
hors suicide
Incendies dans le matériel roulant 0 0 0 0
Autres 0 0 0 0

Les 5 accidents significatifs pris en compte :


- L e 4 juillet 2012, le train TEOZ n°3620 assure la relation entre Toulouse-Matabiau et Paris Austerlitz.
Il circule sur la voie 2 et percute, à la vitesse d'environ 30 km/h, un engin caténaire au kilomètre
528+495 qui intervient voie 1 et qui engage le gabarit. Les dommages matériels sont estimés
supérieurs à 150 000 euros.
- Le 10 mars 2012, sur un chantier à Lyon-Guillotière un train de travaux déraille suite à bi-voie résultant
d'un talonnage d'aiguille. Les dommages matériels sont estimés supérieurs à 150 000 euros.
- Le 19 octobre 2012, sur un chantier à Figeac (Bordeaux), une régaleuse déraille suite à un
surécartement de voie. Les dommages matériels sont estimés supérieurs à 150 000 euros.
- Le 8 mars 2012, dans le cadre d'un chantier de renouvellement d'appareils à Toury (Bordeaux), un
agent de maintenance est heurté par le train 3751. L'agent est décédé.
- Le 29 mars 2012, Lors d'une opération de ballastage entre Lyon Part Dieu et Lyon St Clair, un agent
contrôlant l'écoulement du ballast, côté entrevoie, et a été heurté par le train 5774. L'agent est
décédé.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 19
(1)
par train.
Les évènements précurseurs d'accidents Nombre
km x 10-6
Nombre total et relatif (par train-km) de ruptures de rail (2) 28 0,06
Nombre total et relatif (par train-km) de gauchissements de voie 217 0,46
Nombre total et relatif (par train-km) de pannes de signalisation contraires à la
356 0,76
sécurité
Nombre total des franchissements de signaux fermés sans autorisation (par les
29 0,06
trains du GID)
(1) Trafic pris en compte : 469,63 10 6 train.km
(2) Ruptures "infranchissables"

2.2 Autres indicateurs relatifs aux accidents suivis par l’EPSF


Ils concernent principalement les collisions, déraillements et accidents aux PN, sur un périmètre
différent de celui des "accidents significatifs", et sont indiqués dans le document "éléments
généraux".
Concernant les trains du GID :
Collisions de véhicules ferroviaires ou rail-route cause cause cause cause
contre un obstacle, hors PN, sur VP, sur VS si tué Total
intempéries malveillance animaux autre
ou blessé grave ou blessé léger ou dommage
matériel important 0 0 0 0 0

Collisions entre deux véhicules (ferroviaires ou heurt


nez à prise en
rail-route) ; accostage brutal / autre sur VS et Total rattrapage train autre
nez écharpe
domaine fermé : que si tué ou blessé grave ou croiseur
blessé léger 6 0 1 2 1 2

Déraillements de véhicules ferroviaires ou cause cause


rail-route* sur VP ou avec engagement de Total cause voie cause EF indéterminé
exploitation autre
VP
Sur VP ou avec engagement de VP 8 1 3 0 3 1
* y compris après collisions aux PN

2.3 Indicateurs liés aux métiers de l'exploitation ferroviaire


quasi
Source : DCF Total incidents
incidents
Réceptions sur voie occupée 27 1 26
Engagements d'une voie protégée 37 1 36
Pénétrations irrégulières en canton occupé 0 0 0
Expéditions sans ordre écrit prévu 23 0 23
Autorisations de franchissement sans vérification 12 4 8
Non vérifications d'itinéraire 60 52 8
Itinéraire modifié sous mouvement 17 16 1
Transport exceptionnel 3 0 3
Défaut de mesure de protection 94 0 94
Autres 7 0 7

20 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
réceptions sur vOie occupée

Tendance toujours favorable pour cet indicateur. Les dysfonctionnements font l’objet d’actions
managériales, notamment sur les volets organisationnels.

1 seul incident recensé : suite à une erreur dans le tracé de l’itinéraire, un train heurte deux
véhicules en stationnement

ENGAGEMENT D'UNE VOIE PROTÉGÉE

4 EVP sur 37 sont relatives aux procédures de protection du personnel à l’occasion des
opérations de graissage des appareils de voie. 1 concernent la protection d’un conducteur.
Les orientations 2013 tiennent compte de ce constat.

Les évènements relatifs aux protections liées à la traction électrique ne représentent plus
qu’un quart de l’ensemble, contre 55% en 2011.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 21
expédition sans ordre écrit prévu

Malgré l’augmentation constatée en 2012 (23) par rapport à 2011 (11), le nombre d’évènements
reste inférieur à la moyenne annuelle (25). Ces évènements surviennent essentiellement lors
de dérangements de PN (12), d’appareils de voie (3) ou de TVP (1)

AUTORISATION DE FRANCHISSEMENT SANS VÉRIFICATION

La bonne tendance observée ces trois dernières années ne s’est pas confirmée en 2012.

22 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
Les deux indicateurs suivants ont été mis en œuvre en 2008 :

NON VÉRIFICATION D'ITINÉRAIRE ITINÉRAIRE MODIFIÉ SOUS MOUVEMENT

Concernant les NVI, la tendance reste à la stabilité après une forte décrue depuis 2008.
Pour les IMSM, la tendance est favorable.

Les deux indicateurs suivants sont mis en œuvre depuis le 1er janvier 2010 :
➜➜ Transports Exceptionnels : Le volume d’évènements reste non significatif (3 quasi-incidents
et 0 incident).
➜➜ Défauts de Mesures de Protection : La très importante inflation relevée dans cet indicateur
est en partie liée à la prise en charge du sujet par les équipes dirigeantes et notamment la
qualité de détection du contrôle qui a permis la mise au jour de plus de la moitié de ces 94
DMP. En effet, 50 évènements ont été détectés à l’occasion des contrôles de niveau 1 et 2.
Notons que ces DMP ont principalement concerné les procédures suivantes :
• fermeture de voie (S9) : 55
• traction électrique (S11) : 21
• Sécurité du personnel (12)

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 23
2.4 Indicateurs relatifs aux installations
Les définitions indiquées peuvent être différentes de celles du point 2.1 ci-dessus.

UIC UIC UIC UIC


Total LGV
1à4 5à6 7 à 9 AV 7 à 9 SV
Ruptures de rails (ou cœur d'appareil de
28 0 10 5 11 2
voie) (1)
Gauchissements de voie nécessitant la mise
217 1 18 39 159
en place d'un ralentissement de vitesse
Défauts (voie, appareil de voie, gabarit)
65 1 27 16 14 7
entraînant l'arrêt des circulations
(1) Il s'agit de ruptures «infranchissables»

Total signalisation PN
Incidents contraires à la sécurité sur les installations de
356 250 106
signalisation (détails de l'indicateur du point 2.1 ci-dessus)

Total
Incidents graves voies, ouvrages d'art et ouvrages en terre 120
Déraillements sur VP ou l'engageant pour cause équipement 9

Évolution des incidents contraires à la sécurité sur les installations


de signalisation
Nombre d'incidents CONTRAIRES à la sécurité
Total/
Année charge de Erreur agent
Passage à
Signalisation Total maintenance
Niveau
10-6 (1) Voie SES Exploitation
2003 319 84 403 10,06 47 27 11
2004 297 114 411 10,26 29 39 5
2005 244 78 322 8,05 45 42 10
2006 (2)
195 84 279 6,98 46 52 3
2007 194 80 275 6,87 29 40 2
2008 174 103 277 6,93 12 29 4
2009 191 96 287 7,18 21 26 3
2010 220 96 316 7,90 16 28 4
2011 231 90 321 8,03 27 32 5
2012 250 106 356 8,9 11 37 1
(1) La charge de maintenance est déterminée pour représenter la consistance des installations ; sur les 10 dernières années elle est sensiblement
égale à 40 10 6.
(2) En 2006 les extinctions de tableaux indicateurs de vitesse à distance (TIV D) ne sont plus retenues comme incidents graves de signalisation, les
lignes étant équipées de KVB.

24 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
ÉVOLUTION PAR RAPPORT À L'IMPORTANCE DES INSTALLATIONS
(nombre d'incidents contraires à la sécurité par millions d'unité de maintenance)

Déraillements cause équipement, incidents graves voies,


ouvrages en terre ou ouvrages d'art

Nota : la forte augmentation des incidents voie constatée en 2010 résulte principalement du nouveau
mode de suivi mis en place. En 2012 comme en 2011, le nombre d'évènements est en baisse.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 25
Gauchissements de voies

Nombre de gauchissements de voies pour 1 000 km

ANNÉE LGV UIC 1 à 4 UIC 5 et 6 UIC 7 à 9 AV


(avec voyageurs)
2006 0,13 0,85 1,83 5,44
2007 0 0,41 1,64 6,83
2008 0 0,54 2,17 7,57
2009 0 0,68 2,53 5,74
2010 0,09 0,65 1,98 5,5
2011 0.03 0.59 1.99 6.06
2012 0.03 0.61 1.81 11.49
Il s'agit du nombre de gauchissements de voies (pour 1000 km de voie) qui ont atteint une valeur nécessitant la mise en place d'un ralentissement
de vitesse (VR).

Déformations
Les déformations recensées en 2012 (7) sont en baisse par rapport à 2011 (10) et à 2010(15).
Un REX a été mené par CSC et IGEV sur les déformations des 24 et 25 juillet 2012 sur la GOP de
la ligne RER A entre Neuville Université et Cergy-Préfecture et présenté à l’EPSF le 3 octobre 2012.
Ce REX met en avant la nécessité d’affiner les règles de détermination de l’influence du ripage sur
la température des rails sur le chantier et les relevés de températures de fixation des rails.
Les déformations recensées en 2012 se répartissent de la manière suivante :
- 4 sur LRS, dont 3 sur le chantier GOP du RER A
- 1 sur BN avec voyageurs dues à une plateforme avec des attaches en mauvais état.
- 2 sur lignes sans voyageurs, dues à des joints grippés, et un manque de ballast

Ruptures de rails
On constate une hausse des ruptures de rails sur l’ensemble du réseau. En effet en cumul, 335
ruptures ont été recensées en 2012 pour 274 ruptures comptabilisées en 2011.
Cette hausse est en lien direct avec la période de grand froid du 1er au 10 février 2012 (117 ruptures
recensées uniquement sur le mois de février 2012). Elle concerne l’ensemble des groupes 1 à 9 AV
UIC.

26 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué
DS-CM-2012GID 27
ANNEXE 3 - SYSTÈMES GLOBAUX

Les passages à niveau


Comme les trois années précédentes, une opération nationale de communication et d’information
des usagers de la route a été organisée le 5 juillet 2012 sur douze PN du réseau ferré national.
L’objectif était de rappeler les règles à respecter et les risques encourus, et d’inciter à ralentir à
l’approche d’un PN (première cause d’accidents). Chaque conducteur arrêté au PN a reçu un dépliant
sécurité routière. SNCF Infra a participé à cette opération en partenariat avec des représentants des
collectivités territoriales, les forces de l’ordre, la prévention routière et RFF.
SNCF Infra a poursuivi sa participation à l’Instance centrale de coordination de la politique nationale
d’amélioration de la sécurité des passages à niveau, ainsi qu’aux différents groupes de travail relatifs
à la sécurisation des PN.
Un séminaire « PN » réunissant les spécialistes PN des Infrapôles et les représentants de RFF à
l’automne dernier a permis de renforcer la synergie entre les différentes équipes et de partager les
actions menées par chacune d’elles.
L’expérimentation en 2012 du contrôle sanction automatisé sur deux passages à niveau « inscrits au
programme de sécurisation national » (ex « PN préoccupants ») a été approuvée par les services du
Ministère de l’Intérieur. Le déploiement des ces dispositifs a été décidé avec 4 autres passages à
niveau équipés en 2012. Ce déploiement se poursuivra dans les années suivantes, sous couvert des
services de l’Etat (objectif de l’Etat : 60 PN équipés à fin 2013).
Dans le cadre des mesures du plan « Bussereau » relatives à l’automatisation de passages à niveau à
croix de St André, SNCF Infra en collaboration avec IG et RFF ont poursuivi l’expérimentation avec
trois PN désormais équipés en SAL 2 GN (Génération Nouvelle) en région Languedoc Roussillon.
SNCF Infra a également participé à l’expérimentation du franchissement de PN par des personnes
malvoyantes avec un rapport édité par les services des Centres d’études techniques du ministère
en préparation.

ƒƒLes suppressions de passages à niveau


Les opérations de suppression des PN, nécessitant en général la création d’ouvrages de
franchissement dénivelés, font l’objet d’une enveloppe spécifique gérée directement par RFF. En
2012, 40 PN publics pour voitures ont été supprimés, dont 6 par mise en œuvre d’un ouvrage
dénivelé, 2 par déviation routière et 32 par suppression pure et simple.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 29
ANNEXE 4 - SITUATION DU RÉSEAU

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 31
Légende
Block Automatique
Block Manuel
Cantonnement Téléphonique
CAPI
Tram-Train

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 33
canaux des lignes équipées en rst et gsmr
FRANCE EN 2012

Carte RST GSMR 2012


GSM-GFU
GSMR
RST STD
RST STDI
RST TD

19 février 2013

34 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
canaux des lignes équipées en rst et gsmr
ile-de-FRANCE EN 2012

Carte RST GSMR 2012


GSM-GFU
GSMR
RST STD
RST STDI
RST TD

19 février 2013

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 35
ANNEXE 5 - les investissements infrastructures et
système réalisés en 2012
Nota : les investissements concernant les infrastructures réalisés par la SNCF pour le compte de
RFF sont cités pour pouvoir disposer d'une vue d'ensemble.

Investissements de sécurité et investissements liés aux


programmes techniques de sécurité (montants en millions d’euros
(M€))

Passages à niveau (suppression par création d’un ouvrage dénivelé) 12


Amélioration de la sécurité aux PN (hors suppression par création d’un ouvrage
7,2
dénivelé)
Outillage 26,88

Les compléments de sécurité 10,9

Sécurisation des sites de transport de matières dangereuses 1,1

Sûreté de l’Infrastructure 6,1

Dans le poste Outillage sont pris en compte les investissements prévus au schéma directeur du parc
"engins de maintenance" (Cf Annexe 11.2.2).

Autres investissements (régénération du réseau, fusion


d’équipements, etc.).
SNCF, au titre des conventions conclues avec RFF, a pour mission de maintenir le réseau ferré
national. Dans ce cadre, les opérations de régénération ou d’adaptation d’infrastructures intègrent
les progrès décidés en matière de sécurité.

Investissements liés aux opérations de régénération 2012 en M€

Installation de traction
Voies Ouvrages d’art Signalisation
électrique
1187,2 147,7 70,3 216,6

Les volumes produits en 2012 s’inscrivent dans la dynamique introduite par le plan de rénovation
du réseau avec des augmentations significatives, notamment pour le périmètre voie (+13%).
Les modernisations sont aussi l'occasion d'améliorer la sécurité des circulations, par l'adaptation
des postes d'aiguillages en place ou la mise en œuvre de postes et de systèmes de cantonnement
modernes.
Elles interviennent soit dans le cadre d'opérations liées aux contrats de plan Etat-Région soit dans
le cadre de grosses opérations, comme des fusions de postes et la mise en œuvre de postes
informatiques importants.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 37
Le tableau ci-après reprend les postes mis en service en 2012

Nombre
Région Désignation Nombre de Poste d’Itinéraires
et d’Autorisations
Brunstatt poste 35 (ST) PRS 15
Ecully-La-Demi-Lune poste 2 (LY) PRCI 4
Charbonnières-Les-Bains poste 4 (LY) PRCI 20
Lentilly-Charpennay poste 5 (LY) PRCI 10
Fleurieux-Sur-L'Arbresle poste 6 (LY) PRCI 8
Dardilly-Le-Jubin poste 7 (LY) PRCI 8
Reding poste 85 (ST) SEI2006 140
Lyon Gorge De Loup poste 1 (LY) PIPC2006 31
Tassin poste 3 (LY) PIPC2006 42
Marseille-Chartreux poste 33 (MR) PIPC2006 44
Marseille-Blancarde poste 34 (MR) PIPC2006 56
Bantzenheim poste 27 (ST) PIPC2006 55
Sennecey-Le-Grand poste 6 (DJ) PIPC 20
Tournus poste 7 (DJ) PIPC 17
Uchizy poste 8 (DJ) PIPC 13
Fleurville-Pont-De-Vaux poste 9 (DJ) PIPC 6
Barr poste 41 (ST) PIPC 15

38 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
Récapitulatif pour 2012 des mises en service
de Blocks Automatiques et IPCS

Longueur de
TYPE Section de ligne (Région) ligne équipée en
km
BAL Ligne 470 Auray / Hennebont (RN) 26
BAL VB Ligne 124 Mulhouse-Ville / Bantzenheim (ST) 13
BAPR DV Ligne 760 Imphy / Montchanin (CF/DJ) 119
BAPR VB Ligne 111 Sélestat / Barr (ST) 17
IPCS Ligne 500 Cenon / La Grave-D'Ambares (BD) 10
IPCS Ligne 830 Châlon-Sur-Saône / Macon (DJ) 56
Nombre total de lignes équipées de Block Automatique au 31/12/2012 : 16687 km

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 39
ANNEXE 6 - L A DEMARCHE SÛRETÉ À L'INFRASTRUCTURE

Les axes majeurs sont le pilotage et le management de la sûreté afin


d’assurer la protection des personnes, des données, du savoir-faire de
SNCF Infra ainsi que des sites et des installations du RFN.

Grâce aux mesures mises en place conjointement par RFF, SNCF Infra et la direction Sûreté, les vols
de métaux enregistrent une tendance très nette à la baisse sur l’année 2012 (baisse de 22% des faits
cumulés). Cependant, étant donné la conjoncture actuelle avec un dernier quadrimestre 2012 en
augmentation, ces résultats restent très fragiles et incitent à poursuivre les actions mises en oeuvre.
Les vols portent principalement sur les câbles de mise à la terre et sur les câbles signalisation mais
on constate en 2012 une augmentation des vols de batteries et de connexions inductives le long
des voies.

Les principales démarches et évolutions en 2012 concernent les domaines suivants :


➜➜ La poursuite de la réalisation des opérations de la convention de programme SURINF a permis
de sécuriser en 2012 des sites de stockage, des sous-stations et des postes d'aiguillage déportés
mais également de réaliser les recommandations du BEA-TT pour les Points d'Arrêt Non Gérés
(PANG), suite à l’accident de St Nazaire. Les opérations de ce programme totalisant un budget de
12 M€ ont été réalisées à 90% avec une fin prévue pour 2013.

➜➜ En mars 2011, le ministre des Transports a validé la mise en œuvre d’un plan de lutte contre
les vols de métaux au préjudice des installations du RFN pour un montant de 40 M€. Dix millions
d’euros ont été mandatés par RFF à SNCF par l’intermédiaire d’un avenant n°1 à la convention
SURINF signé en septembre 2011. L’ensemble des opérations de ce nouveau programme a été
engagé avec un taux de réalisation à fin 2012 de 50 %.

En complément de cet avenant n°1 de SURINF, un second avenant de 3 M€, hors plan ministériel 40
M€ a été signé fin décembre 2012 pour apporter des réponses à certaines augmentations des vols
sur des lignes et axes stratégiques.

➜➜ Dans le cadre du plan ministériel 40 M€, RFF avec la collaboration de SNCF Infra, a initié une
nouvelle convention de mandat intitulée VOCAPI d’un montant de 15 M€ dés 2013 (avec prévision
de 15 M€ en 2014). Celle-ci est réservée à la sécurisation des installations en ligne contre les vols
de câbles (enfouissement, remplacement par de l’alu, détection de coupure…) sur les secteurs
géographiques les plus touchés. En 2012, un travail partenarial d’analyse et de partage entre RFF,
SNCF Infra (établissements, TP QSE, DPI SQE, DIR) et la Direction de la Sûreté a permis de définir et
finaliser la consistance et la localisation des opérations les plus pertinentes. Le travail se poursuivra
dans le courant du 1er semestre 2013 pour définir les opérations à retenir sur la tranche VOCAPI
2014.

➜➜ Après l’achat en 2011 de 110 dispositifs d’alarmage et de vidéosurveillance des installations


(SéZAM), SNCF Infra a poursuivi en 2012 avec l’acquisition d’environ 120 équipements

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 41
supplémentaires. Léger, mobile et autonome, avec transmission d’alarme par GSM, et levée de
doute vidéo relié au Centre de Télésurveillance Sûreté de la SUGE, ces dispositifs sont venus
apportés un moyen efficace supplémentaire pour lutter contre les vols de métaux. En 2012, ces
derniers sont à l’origine de 24% des interpellations de voleurs de métaux.

Ce déploiement a été accompagné par la mise en place de personnels SUGE dédiés au diagnostic,
à la mise en œuvre des dispositifs et au renforcement du partenariat avec les agents Infra.

➜➜ L’accord signé en février 2011 entre la SNCF et la Gendarmerie Nationale pour la protection et la
surveillance des zones sensibles du RFN par le survol d’hélicoptères s’est poursuivi en 2012 avec un
certain nombre de sorties en complément des dispositifs au sol. Un travail de fond a été réalisé en
2012 entre le Secrétariat Général SNCF, la Direction de la Sûreté et l’Infra pour renforcer l’efficacité
des missions afin de réaliser un plus grand nombre de flagrants délits. L’analyse de l’évolution des
faits sûreté, la mise en œuvre de cartographies et la prise en compte du caractère stratégique des
installations ont permis de cibler les secteurs qui feront l’objet d’opérations « coup de poing ». Sur
ces secteurs identifiés, le mode opératoire prévoit désormais une complémentarité des différents
dispositifs de lutte contre les vols de métaux et des interventions des différents partenaires : SUGE,
Forces de l’Ordre, Infra.

➜➜ De plus, la sensibilisation des forces de l’ordre à la problématique des vols de métaux s’est
poursuivie en 2012 grâce à un partenariat efficace entre les Directions Zonales SUGE, SNCF Infra et
le Secrétariat Général SNCF. Ce partenariat se traduit par une meilleure connaissance, par les forces
de l’ordre, du fonctionnement des installations ferroviaires ainsi que des conséquences des vols de
métaux sur le RFN (Sécurité, régularité, image…). Cela amène notamment les forces de l’Ordre à
mieux intégrer les secteurs sensibles du RFN dans leurs patrouilles de surveillance ou à multiplier
les actes d’enquête sur les faits de vols de métaux. Parmi les nombreuses actions de rapprochement
menées en 2012 nous pouvons citer :
••la conception par SNCF Infra de documents de vulgarisation du fonctionnement des installations
ferroviaires et de sensibilisation aux conséquences des vols de métaux destinée à être mis en ligne
sur l’INTRANET Gendarmerie et Police.
••les efforts de la Gendarmerie dans la formation de ses techniciens d’investigation criminelle ou
de ses élèves officiers grâce à la préparation en 2012 d’un module « ferroviaire » (vol de câbles,
accident de personne, accident de PN…) obligatoire lancé dès 2013 dans le cursus de formation
••la conception et le financement en 2012 de mallettes « échantillons » contenant un morceau des
principaux câbles du RFN venant en complément du guide d’identification des métaux utilisés à
la SNCF. Ces mallettes ont été remises à l’OCLDI (Office Central de Lutte contre la Délinquance
Itinérante) pour faciliter la tâche des forces de l’ordre. Ces mallettes devraient être déployées en
2013 auprès des Directions Zonales SUGE afin qu’elles puissent les présenter aux forces de l’Ordre
de leurs territoires.

Ce rapprochement avec les Forces de l’Ordre qui s’est intensifié tout au long de 2012 a permis aux
équipes de l’Infra de renforcer leur niveau de professionnalisation dans la gestion de la malveillance
avec une alerte au plus tôt des Forces de l’Ordre suite à la découverte d’un fait, une préservation
des scènes d’infraction afin de permettre les constations et relevés d’indices, un dépôt de plainte
de qualité au plus près de l’acte de commission des faits ou encore le suivi des faits.

(1) Chiffre ajusté pour tenir compte de l’influence de la nouvelle grille d’audit mise en œuvre dans les établissements équipement

42 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
44 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué
DS-CM-2013GID
ANNEXE 7 - É
 VOLUTIONS DES PRINCIPAUX DOCUMENTS
ÉLABORÉS PAR LE GID
ƒƒSuivi de la mise en œuvre de la dématérialisation des collections de textes dans les
Établissements Infrapôle (INFP) et Infralog (INFL) ou assimilés.
La dématérialisation a pour objectif de remplacer en partie les collections papier par des collections
virtuelles. Ces collections sont accessibles par intranet et sont mises à jour automatiquement dans
SYSPRE.

Au 31 décembre 2012, la mise à jour numérique des collections des INFP et INFL est égale à 17%
de la totalité des documents distribués. Cela représente une amélioration de 3 points par rapport
à l’année précédente.

L’année 2013 sera caractérisée par la mise en œuvre du projet "Nomade" sur les sites pilotes
volontaires. Il permettra à des postes isolés ou à des personnes travaillant en dehors du réseau
intranet de ne pas être pénalisés par l'absence du réseau, de manière à pouvoir consulter des
collections sur ordinateur portable et d’avoir des données à jour via une synchronisation sécurisée
avec SYSPRE au préalable.

Pour les EIC, Le texte DC04026 "Dématérialisation des collection de textes des EIC (AN, BFC, PSE et
PP en phase d'expérimentation)" est applicable depuis le 01-02-2013 en phase d'expérimentation
sur 4 EIC pour une durée de 6 mois.

Le retour d’expérience sur cette phase d'expérimentation permettra l’édition d’une nouvelle version
applicable pour l'ensemble des EIC début octobre 2013.

ƒƒRéférentiel des métiers de l’Exploitation


Plusieurs textes métier permettant l'amélioration de processus de sécurité ont été diffusés parmi
lesquels on peut citer :
 DC07429 « Mesures conservatoires à prendre par le SGTC » version 1
 DC01475 « Habilitation des agents aux fonctions de sécurité » version 4
 DC07357 « Principes à faire figurer dans une CLE sur la protection des conducteurs intervenant sur
un train ou une installation » version 1
 DC01500 « Anomalies de la signalisation portée par les trains. Mesures à prendre par les agents-
circulation, aiguilleurs ou gardes » version 2
 DC02598 « Mesures à prendre pour la reconnaissance quotidienne et la circulation des trains
nocturnes sur les lignes à grande vitesse » version 4
 DC01529 « Dispositions spéciales applicables sur certaines lignes à voie unique équipées en
BMVU » version 2
 DC07165 « GSM-GFU ARES : Utilisation par les agents du service gestionnaire du trafic et des
circulations (SGTC) » version 2
 DC07071 « Division référentiels métiers – Guichet unique Infrastructure : Organisation de la division
 Processus d’élaboration des textes réglementaires » version 3
 DC03123 « Mesures à prendre par temps de neige. Mesures à prendre en cas de formation de
givre ou de verglas » version 7
 DC03141 « Accès des entreprises ferroviaires au RFN. Gestion et distribution des documents à

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 45
caractère temporaire » version 4
 DC02386 « Le conseiller à la sécurité de la Direction de la Circulation Ferroviaire pour le transport
des marchandises dangereuses » version 3
 DC03030 « Management de la sécurité de l’exploitation ferroviaire en Etablissement chargé de la
Circulation Ferroviaire (EIC) - Guide de rédaction du document d’application » Version 3
 DC04317 « Management de la sécurité par la DCF » version 3
 DC07449 « Mise en œuvre de la méthode de sécurité commune » version 1

ƒƒRéférentiel de maintenance
Domaine de la voie
Un texte a été modifié en 2012 :
 IN00312 : « Tournée de surveillance sur les lignes classiques ».

Domaine du rail
Plusieurs textes ont été produits ou modifiés en 2012 notamment :
 IN00305 : « Maîtrise des techniques de soudage en voie »
 IN00276 : « Surveillance et entretien des cœurs monoblocs en acier au manganèse pour appareils
de voie »
 IN00027 : « Cahier des prescriptions communes applicables aux marchés de travaux de voie –
Livret 1-12 – Soudures aluminothermiques des rails »

Domaine de la signalisation :
La démarche de réécriture des textes généraux de maintenance, en vue de séparer ce qui relève de
la politique de maintenance de ce qui relève de sa mise en œuvre, s’est poursuivie.
Dans un premier temps cette démarche concerne les référentiels suivants :
 IN00366 « Installations électriques et de signalisation (IES) – Planning annuel de maintenance
préventive (PAM) des installations de signalisation électrique – Particularités Périodicités – Unité
d’œuvre produite (UOP) »
 IN04031 : « Contrôle de vitesse KVB. Révision des cartes d'alimentation de KVB-SN »
 IN07072 : « Révision des relais de voie S3 CV-TH-2.4 et CV-TH-2.8 JEUMONT »
 IN07221 : « Remplacement systématique de relais de signalisation NS1 JEUMONT 1 MODULE
(série RA de 1983) »
 IN07222 : « Révision des blocs émetteur-récepteur de Block Manuel Unifié (vibré) »
 IN07324 : « Révision des relais S2 Alstom de type N1 CL 812 TC2 et 814 TC2 »

Domaine des Équipements d'Alimentation des Lignes Electrifiées (EALE)


La préparation du déploiement de la GMAO et les évolutions, réglementaires et technologiques,
ont entrainé la modification des documents EALE et Énergie suivants :
 IN00369 : « Installations d'énergie électrique des équipements fixes (sauf IFTE). Périodicités de
maintenance »
 IN02432 : « MRE – Maintenance – Codification des organes et appareils EALE »
 IN02435 : « MRE – Maintenance – Gestion des outillages, suivi »

Domaine des caténaires


En 2012, SNCF Infra a livré à RFF une méthodologie de construction de plans de sondages
probabilistes et les rapports sur les expérimentations conduites sur la base de la nouvelle politique
de maintenance.

46 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
Ces expérimentations permettront de préparer le développement industriel des outils et la
retranscription des principes de maintenance dans de nouveaux référentiels à paraître en 2013 et
2014.

Domaine des ouvrages d’art


Néant

Domaine des ouvrages en terre


Néant

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 47
ANNEXE 8 - L A PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

L’année 2012 a été l’occasion de fédérer les travaux réalisés depuis plusieurs années par tous les
services RH de l’INFRA. Ainsi, en 2013 la prévention des risques professionnels intègrera la gestion
des risques, la pénibilité, les FOH, les prescriptions réglementaires et le développement durable.

8.1 La gestion des risques professionnels

Le 19 octobre 2012, l’Infra Maintenance et Travaux a organisé une journée à l’attention de tous les
médecins du travail lors de laquelle ont été évoqués les sujets impactant les établissements : le
travail de nuit, la pénibilité, le risque chimique, …

En 2012, tous les portefeuilles de risque ont été impactés par une volonté forte d’amélioration des
conditions de travail et du respect des exigences en cohérence avec les écarts décelés lors des
audits et des événements accidentogènes.

••Habillement : développement du vêtement multirisque


••Secours : mise en place des moyens de secours sur les chantiers (190 défibrillateurs nomades
déployés)
••Veille règlementaire : identification des exigences légales et règlementaires applicables à la
Branche Infra
••Avis GID : mise en place de la prévention dès la phase conception des projets d'investissements
••Co-activité : maîtrise des risques liés à la co-activité
••Ferroviaire : préparation à la parution du décret SECUFER, amélioration de la perception de
l'annonce des circulations ferroviaires
••Bruit : validation de Protection Individuelle Contre le Bruit (PICB) pour l'Infra, EPI, élaboration du
nouveau Référentiel National EPI (RNE)
••"Produire chaque chantier en toute sécurité" : Accompagnement des établissements, test et dé-
ploiement d’équipements de sécurité destinés à l’Agent Sécurité du Personnel
••Vibrations : amélioration du confort des agents (en particulier ceux de Pont-de-Veyle) lorsqu’ils se
déplacent à bord de leur nouvel Engin de Maintenance Caténaire
••Chimique : réduction de 20% du nombre de produits utilisés d'ici 2014, supprimer les produits
les plus dangereux, renforcer l'aide aux territoires de production (TP) pour la maîtrise du risque
chimique
••Travail en hauteur : fin de la dérogation relative à l’utilisation des échelles au 31/12/2011,
déploiement des équipements mobiles d’intervention caténaire (EMIC) et échelles à plate forme
intégrée (Audinnov)
••Amiante : accompagnement du nouveau décret applicable depuis le 1er juillet 2012
••Électrique : accompagnement de la mise en place de la Norme UTE C18510, se préparer à la
parution du décret SECUFER

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 49
8.2 Les facteurs organisationnels et humains

En 2012, les actions majeures qui ont été menées concernent :


••Développer les REX FH : Proposer des analyses de pratiques (compréhension des écarts prescrit /
réel) : quelques accompagnements réalisés en EALE
••Accompagner des analyses sur les accidents du travail (AT) graves
••Accompagner les établissements (fusion, analyse AT, Risques Psycho-sociaux …) : réalisation
d’études locales (23 dossiers suivis en 2012 pour les Infrapôles et Infralog et 13 études de poste
pour les EIV)
••Accompagner les directions de l'Infra : Lor'axe, Gestion des Stocks Locaux ; accompagner les
questions d'actualité : RPS, Pénibilité
••Faire connaître notre offre de service : présentations à l'encadrement des TP et établissements,
Présidents de CHSCT, RRH, DET (animation par les TP)
••Accompagner des questions de sécurité (IRH) : Compléter les points de vue d'experts par l'analyse
du travail ergonomique, Barrière défensives, Dispositifs d’Annonce Par Radio (DAPR), PICB, CREQ,
mission d'agent sécurité.

8.3 Le développement durable


En 2012, le développement durable est intégré au plus près de la prévention des risques
professionnels. Les actions principales :
••réduction du nombre des accidents non codifiés
••prise en compte du nettoyage des vêtements de travail dans le respect de l’environnement
••recyclage des postes téléphoniques des CREQ pris en compte dès le contrat d’acquisition.

8.4 Concernant la DCF


1 – La veille et le contrôle
••Se tenir informé des évolutions de la réglementation SST et les intégrer dans nos processus
internes de veille
••Évaluer l’impact des modifications de nos référentiels de sécurité du personnel en vue de la
parution du décret Risques Ferroviaires
••Améliorer la qualité des contrôles de N1 et 2
••Définir et suivre de nouveaux indicateurs SST pour mesurer l’appropriation de l’évaluation des
risques professionnels et des risques psycho-sociaux notamment

2 – Mise en qualité de l’évaluation des risques :


••Intégrer la hiérarchisation des risques chimiques sur l’ensemble des unités de travail
••Mettre en qualité l’appui/conseil de la ligne managériale
••Améliorer le processus global du management SST
••Intégrer l’évaluation des risques psycho-sociaux dans l’outil FER

3 – L’accompagnement du changement et du retour d’expérience :


••Réaliser l’accompagnement FH lors d’évolution majeure

50 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
••Mener des études FOH faisant suite au déploiement des nouvelles commandes centralisées du
réseau
••Mener des analyses de situation de travail intégrant le champ des risques psycho-sociaux

••4 – Objectifs de prévention de risques en opérationnel :

••Rechercher en priorité la suppression du risque ferroviaire dans l’ensemble de nos processus de


graissage et de surveillance des détonateurs,
••Appliquer l’évaluation des risques ferroviaires dans l’esprit du futur décret Risque Ferroviaire et du
futur texte RH 922 quand cette suppression du risque n’est pas possible,
••Poursuivre l’évaluation et la maîtrise du risque routier en mettant en oeuvre les partenariats conclu
avec le Centre National des Professions de l’Automobile et de son réseau signataire,
••Faire bénéficier les EIC des éléments de veille et de conseil issus des partenaires signataire de la
Charte Européenne du Risque Routier
••Faire utiliser la technique gestuelle adaptée par nos opérateurs afin de limiter l’accidentologie
notamment lors de la manœuvre des leviers en poste d’aiguillage ; poursuite de l’action PRAP
engagée en 2011,
••Réaliser la production des fiches individuelles d’exposition (FIE) dès l’arrivée de la nouvelle version
FER 4.6 et poursuivre la mise en qualité des données issues de l’application GPTO (gestion des
produits toxiques),
••Améliorer le processus global lié au cycle d’entretien des vêtements de travail de nos opérateurs
production graissage,
••Mettre en place une veille réglementaire SST conforme aux résultats des audits ASP et de la
qualification.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 51
ANNEXE 9 - L ES DÉMARCHES DE MISE EN QUALITÉ

9.1 La qualification sécurité de la production des établissements


Rappel : cette démarche interne à l'entreprise est désormais intégrée dans le dispositif global
d’amélioration de la sécurité et se traduit par la vérification puis l'attestation tous les 4 ans, de
la capacité à produire en sécurité de chaque établissement (conformité de la production et du
management). Elle est décrite dans le référentiel RA0111 "Qualification sécurité des établissements"
et déclinée par type d'établissement.
Prononcée pour une durée maximale de 4 ans, la qualification fait l’objet d’un nouvel examen en
cas de restructuration d’établissement. Une dégradation importante du niveau de sécurité détectée
lors d’un audit national ou régional peut entraîner, selon le cas, une suspension temporaire de la
qualification.
Des "points d'étape", réunissant les directions nationales, la région et l'établissement, permettent
des échanges productifs et une vision commune sur la criticité des constats, sur la pertinence de la
prise en compte des processus à risques, des plans d'actions, ...

Les démarches de qualification et de certification sont suspendues pour les établissements de


l’activité Infra Maintenance et Travaux. Cette décision fait suite à la réécriture de la procédure
RA00111, à l’augmentation de l’incidentologie en 2010 et 2011, au nombre moyen d’anomalies
partielles relevé lors des audits ASNO, ainsi qu'à la notification de plusieurs écarts majeurs par
l’EPSF lors de ses propres audits.

En 2012, 10 EIC ont été qualifiés par l’évaluateur ASRE.

9.2 Autres démarches qualité de l'Activité de l'Infrastructure


ƒƒÉvolution du Plan de Veille Informatisée DCF
PDVI a été amélioré pour en facilité l’usage aux différents utilisateurs :
• Présentation des CR de contrôle
• Traçabilité de la qualité de l’autocontrôle observé par le KN1 et le KN2
• Amélioration des outils d’analyse pour les EIC
• Traçabilité des actions de formation continue

La démarche de mise en qualité des bibliothèques nationales de veille a été poursuivie, tant sur le
contenu que sur l’appropriation de ces bibliothèques par les EIC.

ƒƒAmélioration des analyses Facteurs Humains


Un groupe miroir piloté par la division FH a permis :
• La réalisation d’une plaquette de communication sur la démarche FH
• L’élaboration d’un guide à l’usage des personnels d’encadrement permettant de mettre en œuvre
la démarche d’analyse FH du REX par étapes
• La définition d’une formation pilote à l’analyse FH

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 53
ƒƒÉvolution du dispositif de veille et contrôle à l’Infra M&Tx :
Une mise en qualité de la réalisation et de l’efficacité des contrôles de niveau 1 et de niveau 2 au
sein des établissements a été déployée dans tous les établissements au deuxième semestre 2012
après un REX faisant suite à une expérimentation menée sur 6 établissements pilotes. Une directive
ainsi qu’un recueil de préconisations ont été élaborés pour faciliter l’accompagnement et la mise en
œuvre dans les établissements, unités et secteurs.

D’autres outils ont complété ce nouveau dispositif comme un module de formation de l’encadrement
au contrôle des trains de l’Infra, la refonte complète des formations Management de la sécurité
des DPX et des DUP, la mise en place de référents « contrôle » pour accompagner la prise de
poste des DPx et assistants d’UP, le déploiement de e-learning et de e-contrôles pour développer
les compétences des acteurs sécurité ainsi que l’évolution de l’outil PDVe pour l’adapter à ces
nouveautés

ƒƒLes consignes locales opérationnelles CLO « manœuvres » :


Pour faire suite à un audit EPSF, l’Infra M&Tx a entrepris une démarche de mise en qualité des CLO
« manœuvres ». Après un premier travail de recensement des besoins au sein des établissements,
un suivi périodique est réalisé pour mesurer l’avancement de l’élaboration ou mise à jour des CLO.
A fin 2012, 66% des CLO nécessaires étaient rédigées, regroupant les sites les plus utilisés.

54 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
ANNEXE 10 - FORMATIONS

10.1 Agrément des Centres de Production de Formation


Infrastructure (CPFI)
Rappel : En décembre 2010, l’EPSF a délivré pour une période probatoire de 2 ans, un agrément
aux 3 nouveaux CPFI ; un par Territoire de Production, dont les sièges sont situés, à Saint Pierre des
Corps pour le TP Atlantique, à Paris (9ème) pour le TP Nord Est Normandie et à Lyon pour le TP
Sud Est.
Les audits des CPFI initiés fin 2011 (dans les CPFI Nord Est Normandie et Sud Est), se sont achevés
par celui du CPFI Atlantique début 2012.
Les résultats de ces audits sur la formation ont été très satisfaisants avec une diminution très
significative du nombre d’écarts par rapport aux audits de 2009 et d’autre part, une diminution de
leur gravité. Les agréments ont été renouvelés dans les 3 CPFI.
En ce qui concerne le Centre National de Formation Infrastructure, situé à Nanterre, l’audit a été
réalisé durant l’été 2012. Cet audit a été très positif puisqu’aucun écart n’a été relevé par l’EPSF.
L’agrément du CNFI, modifié en décembre 2010 suite aux dernières réorganisations est prolongé
de trois ans

10.2 Audit EPSF sur habilitation et formation continue en


établissement
En 2012, l’EPSF a réalisé un audit dans 6 établissements dans l’objectif d’évaluer la conformité de
l’application et l’efficacité des dispositions concernant :
• la formation et l’habilitation des opérateurs du GID exerçant des fonctions de sécurité sur le RFN,
• la formation des personnels affectés à des tâches de sécurité.
Cet audit a relevé 2 écarts majeurs et 2 réserves. Le thème de la formation a fait l’objet d’une seule
réserve : « Contrairement à l’article 18 de l’arrêté du 30 juillet 2003 modifié, les agents habilités au
titre de l’arrêté aptitude ne bénéficient pas tous d’une formation continue ». Cela tient non pas au
manque d’actions dans ce domaine mais plutôt au manque de traçabilité.
Cet écart sera réglé début 2013 par la mise à jour de l’IN03838 et la rédaction de trois cahiers
des charges nationaux de formation permettant aux établissements d’assurer la traçabilité de leurs
actions.

10.3 Plan d’actions 2010 « Mise en pratique » article 21 de l’arrêté


aptitude du 30 juillet 2003
Suite aux audits EPSF réalisés en 2009 auprès de 9 CPFI, l’Infra a engagé un plan d’actions sur les
années 2010 à 2012, afin de régler les écarts constatés.
Le processus d’évaluation des mises en pratique a été intégralement mis en conformité pour
l’ensemble des référentiels de formation relevant de l’arrête aptitude. Fin 2012, tous les référentiels
concernés prévoient un contrôle de capacité avant la délivrance d’une attestation de formation.

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 55
10.4 Formations « Veille et Contrôle en Infrapôle et Infralog »
Le projet « Amélioration de l’efficacité de la veille et du contrôle au sein des établissements Infrapôles
et Infralog » piloté par DPI-SQ suite aux constats des ASNO et ASP de fin 2010 comprenait une
action relative à la formation. Afin de développer les compétences de l’encadrement, DPI SQ et
IRH-FC ont travaillé dans deux domaines :
• évolution de la formation existante « management de la sécurité ». La nouvelle version a été mise
en production dans les CPFI et CNFI en 2012,
• création d’une formation au « contrôle des Trains de l’Infra » pour l’encadrement opérationnel
(DU, DPX, Assistants en UP, ATTS, JC). Cette formation a également été déployée en 2012 dans
certaines unités de formation des TP et au CNFI.

10.5 Formation continue relative au nouveau S9


Trois ans après le déploiement du nouveau S9, il s’est avéré nécessaire de prévoir dans l’offre de
formation, un module de maintien des connaissances. Une expérimentation a été réalisée dans
les établissements du TPNEN, sur le principe d’une journée décomposée en deux temps : rappels
théoriques le matin et cas pratiques l’après-midi. Cette formation, réalisée en établissement, ayant
donné satisfaction, un cahier des charges a été rédigé fin 2012 pour généraliser cette formation à
tous les établissements. Ces derniers pourront de plus s’appuyer pour cela sur un outil pédagogique
déployé au cours du premier trimestre 2013 (maquette La Brohinière).

10.5 Actions de la Direction de la Circulation ferroviaire


••Le cahier des charges de formation des dirigeants de proximité (DPx) a été intégralement réécrit.
Cette formation est maintenant opérationnelle et intègre les principes décrits dans les textes de
prescription traitant de la veille et du contrôle au sein de la DCF.
••La formation des assistants MTE est opérationnelle depuis le début de l’année 2012.
••DCF a assuré la formation de l’ensemble des nouveaux administrateurs d’établissement et des
nouveaux dirigeants en pôle Sécurité à l’outil PDVI.

56 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
ANNEXE 11 - MAINTENANCE DE L'INFRASTRUCTURE :
ÉVOLUTIONS DES MÉTIERS ET DE L'OUTIL DE
PRODUCTION

11.1 Évolution des métiers


11.1.1 Management
Les actions de management font l'objet de l'annexe 9.

11.1.2 Évolution des méthodes de maintenance


En complément des éléments cités au paragraphe 3.1.5 :

ƒƒMaintenance de la voie et des abords


SNCF souhaite s’équiper d’engins pour automatiser le contrôle de nos infrastructures. Deux systèmes
sont en cours d’élaboration à court terme :
• L’homologation du « Switch Inspection Measurement » (SIM).
• Le système SURVEILLE.
Le déploiement d’un premier engin a été testé sur le Territoire de Production Sud Est en 2012,
pour une mise en œuvre expérimentale à compter de janvier 2013, et une validation du process à
échéance de l’été 2013.
En 2011, suite à la dégradation du nivellement sur les Voies principales, un plan d’actions a été mis
en place pour améliorer ce domaine et respecter les objectifs de nivellement. 4 domaines ont été
étudiés plus particulièrement :
• le caractère juste et approprié de l’effort de maintenance,
• le choix des zones à traiter,
• l’amélioration de la préparation des chantiers de nivellement,
• le suivi et la qualité de nos engins de nivellement.
Ce plan d’action a porté ses fruits puisqu’à fin 2012, tous les objectifs de Nivellement Longitudinal
(NL) ont été atteints.

ƒƒMaintenance des rails


• Néant

ƒƒMaintenance signalisation
Mise en place des Commandes Centralisées du Réseau (CCR)
L’étude livrée à RFF en 2011 pour présenter les impacts des évolutions liées aux CCR sur les processus
de maintenance par comparaison aux processus de l’organisation actuelle fait l’objet de réflexions
entre RFF et la SNCF, étude en cours en 2012.
Expérimentation SEI 17
Le projet d’expérimentation d’une maintenance prévisionnelle basée sur les nouveaux outils et
méthodes de mesure s’est poursuivi en 2012 sur le Poste SEI n° 17 de la ligne LGV Est Européenne.
Les attendus d’une telle expérimentation sont de valider en opérationnel la pertinence technique

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 57
des procédés de maintenance modifiés, puis d’évaluer les gains opérationnels potentiels. Ce projet
prend pour hypothèse une généralisation des procédés de maintenance et des optimisations
d’organisation de la maintenance (massification d’opérations par regroupement, mise en place de
contributions inter-métier Signalisation Électrique / Signalisation Mécanique / Voie) ayant fait l’objet
de l’expérimentation.

L’évaluation de la pertinence économique du déploiement des principes et outils expérimentés sur


le SEI 17 a été faite en 2012. La généralisation aux autres LGV et une modification de la politique de
maintenance, sont en étude dans le cadre de la démonstration du maintien du niveau de sécurité
en appliquant les principes de la Méthode de Sécurité Commune (MSC).

ƒƒMaintenance caténaire
Connaissance du patrimoine caténaire :
Le déploiement de l’application ARCAT (ARdoise CATénaire) se poursuit sur le terrain au fur et à
mesure de l’arrivée des données patrimoine caténaire dans l’application ARMEN.
Connaissance du patrimoine fils de contact :
L’intégration dans le Système d'Information du logiciel CATALYSE, développé en 2012, par le biais
de l’application TIMON2 CATENAIRE, permet ainsi de disposer sur un serveur unique des mesures
automatiques des caractéristiques des fils de contact.

ƒƒMaintenance EALE
Patrimoine :
Mise en œuvre d’investigations sur la tenue en service :
• des Transformateurs de traction par l’analyse de l’évolution du diélectrique,
• des combinés de mesure à risques,
• des Disjoncteurs à coupure sous gaz SF6 par micro-mesure de la résistance du contact.
Poursuite de la valorisation du patrimoine pour l’application Gestion des Stocks Locaux.

GMAO :
Poursuite du développement de la GMAO en assistant les sites pilotes chargés de l’adaptation de
l’outil aux contraintes des Unités de Production, avec rédaction de référentiel d’appui.

ƒƒMaintenance des ouvrages d’art (OA) et des ouvrages en terre (OT)


Pas d’évolution notable des politiques de maintenance OA/OT en 2012.

11.2 Évolutions de l'outil de production


11.2.1 Dispositifs nouveaux d'annonce des trains pour les chantiers
équipement
Courant 2012, le développement du dispositif portatif d’annonce automatique par radio (DAPR)
utilisé sur d’autres réseaux ferroviaires européens s’est poursuivi.
Une nouvelle homologation technique doit être prononcée par l'Ingénierie du fait de l’adaptation
du dispositif aux fréquences radio définitives. Celle-ci devrait intervenir au cours du 1er semestre
2013. Comme suite à notre sollicitation, le ministère a répondu que l’utilisation du DAPR relevait
d’une décision de l’employeur, c’est-à-dire la SNCF.

58 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
11.2.2 Modernisation du parc des engins d'intervention
Les politiques d’amélioration du parc d’engins de maintenance ont été poursuivies en 2012 et
parmi les actions conduites, on peut citer principalement :
• Une réactivité pour des besoins nouveaux locaux : une bourreuse mixte et un Engin de Maintenance
de la Voie (EMV) pour LN7, une bourreuse pour LN2, un wagon laveur pour Paris Rive Gauche.
• La gestion du remplacement de traverses et des chantiers hors suite : 10 Machines à Remplacer
les Traverses (2012/2013), 29 pelles Rail route de forte puissance (2012/2015).
• L'augmentation des capacités de levage des draisines : 80 grues (2012/2020).
• La réforme du Schéma Directeur Engins et outillage pour la période 2012 à 2020 avec une
démarche collective en associant largement les utilisateurs (représentants des Etablissements…)
mais aussi les représentants des Directions (Achats, CSC…) qui permettra d’améliorer la fiabilité
et la disponibilité des engins et des outillages.
• La prolongation de l’action d’amélioration des conditions de travail dans les centres régionaux
d’entretien des engins de maintenance (CREM) : allongement de fosses de visite, moyens de
levage, moyens d’élévation de personnel.

Mais aussi :
• Le renforcement des contrôles type « MG6 » sur le parc des engins de maintenance Infra comme
pour le parc engins des Entreprises de Travaux (pesées des essieux) mais aussi formation d’acteurs
locaux pour intensifier les contrôles inopinés des engins sur les chantiers. Cette démarche est
également accompagnée d’une Journée de Sensibilisation aux contrôles « MG6 » à destination
des acteurs de la maintenance engins ainsi qu’une présentation aux DET lors de réunions plénières.
• La poursuite de la mise en qualité de la documentation d’organisation de la maintenance et
des documents descriptifs relatifs à la sécurité de l’exploitation ferroviaire et aussi relatifs à la
maintenance liée à la pérennité des engins.
• La mise en application de la documentation sur le Management et contrôle de la Sécurité
d’Exploitation Ferroviaire (SEF) des engins de maintenance de l’Infrastructure (IN07285).
• Le déploiement avec notre partenaire l’EIV BG de la maintenance corrective et préventive de la
radio à bord des engins ainsi que du GSMR avec un pack radio plus ergonome et efficace.
• La réalisation de 7 Missions d’Assistance de CREM centres régionaux de maintenance par l’Atelier
Directeur Quercy Corrèze et DPI EO.
• La poursuite de notre participation à l’écriture avec RFF de la MR3A n°3 et 5 et aux normes
françaises 58001, 58002 et 58003.
• La mise en place au sein de DPI EO d’une cellule Qualité afin de poursuivre et d’accompagner le
lancement de la démarche d’accréditation COFRAQ (ISO 17020) de DPI EO.
• La sensibilisation des :
• Auditeurs ASNO Équipement sur la problématique « Engins de maintenance » ainsi que sur
les évolutions des textes réglementaires.
• Acteurs de la maintenance engins (DU, DPX, Représentants des Pôles d’Appui…) lors des
réunions semestrielles.
• Responsables des pôles QS des Infrapôles et Infralogs des 3 TP (1 réunion / TP) sur les
agréments d’engins et le travail sur les lignes fermées.
• Des membres du Syndicat des Entrepreneurs de Travaux de Voies Ferrées (SETVF) et du
Syndicat des Entreprises de Réseaux et Canalisations Electriques (SERCE) (plusieurs réunions
en 2012).

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 59
Concernant l’audit EPSF sur les LGV :
• La mise en place d’un plan d’action afin de garantir la fiabilité et la disponibilité des lorrys de
tournée de la voie.

60 Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID
Fiche d’identification

Titre Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué

Sécurité de l'exploitation sur le Réseau Ferré


Référentiel
National français
Nature du texte Rapport annuel 2012
Concerne la sécurité de l'exploitation férroviaire Oui

Emetteur Direction de la Sécurité

Référence DS-CM-2013GID

Date d'édition 30-05-2013

Missions de Gestionnaire d'Infrastructure Délégué


DS-CM-2013GID 61
Photos SNCF-MEDIATHEQUE