Vous êtes sur la page 1sur 18

Comité Marocain de Mécanique des Soles et de Géotechnique (CMMSG).

JOURNEE DU 27 JUIN 2013

Les malfaçons des fondations et leur traitement

Thème : Réception des fondations profondes au Maroc, présentation de cas,


(FELLAHI/LPEE)

Résumé.

Le maitre d’ouvrage se trouve souvent en face d’un choix ardu ; d’une part, il veut se
garantir le bon fonctionnement de son ouvrage et d’autre part, il veuille à
l’optimisation du coût des contrôles, pour le proportionner au coût des fondations.

Pour les ouvrages d’art, le contrôle complet et systématique des fondations


profondes peut coûter relativement cher.

L’exposé sera consacré à une présentation des techniques de contrôle des pieux
forés utilisés au Maroc avec une focalisation sur la méthode par transparence. Il
traitera également des cas particuliers pour mettre en relief, différents types de
singularités et les solutions envisageables.

D’une façon générale, les malfaçons pouvant, affecter un pieu exécuté en place, se
traduisent, soit par un mauvais contact avec le sol de fondation, soit par des
hétérogénéités dans le fût ou au niveau de la tête.

Les essais de contrôle ont justement pour objet de détecter ces malfaçons, de les
situer et de donner des indications à même de permettre à l’auteur du projet de
préconiser des mesures correctives.

1
Comité Marocain de Mécanique des Soles et de Géotechnique (CMMSG).

JOURNEE DU 27 JUIN 2013

Les malfaçons des fondations et leur traitement

Thème : Réception des fondations profondes au Maroc, présentation de cas,


(FELLAHI/LPEE)

Le contrôle des pieux en phase finale est un point d’arrêt. Ce contrôle est
généralement réalisé par l’une des trois techniques qui seront rappelées ci-dessous
et ce selon les conditions d’utilisation de chacune d’elles.

L'entreprise de construction ne peut avoir le droit de commencer les phases


d'exécution des travaux suivantes que lorsque les résultats du contrôle de l'intégrité
des pieux sont connus et jugés satisfaisants par le maître d'œuvre.

Le contrôle par carottage mécanique n’est généralement pas systématique, il est


notamment envisagé quand l’auscultation révèle un contact douteux ou en cas
d'incident pendant le bétonnage.

Le carottage est souvent réalisé à partir de tubes de gros diamètres (102/114),


spécialement mis en place pour cette opération.

L'extrémité inférieure de ce tube est arrêtée à 50 cm environ au-dessus du fond de


forage. Ce tube est également utilisé pour l'auscultation sonique.

I-/-Les techniques d’auscultation :

I.1-/-L'auscultation sonique en transparence.

La méthode « par transparence » ou « par carottage sonique », est régie par la


norme NF P 94-160-1.
Elle permet de suivre les variations de la qualité du béton sur toute la hauteur du
pieu, et de localiser les défauts éventuels. Cette méthode est donc qualitative.
L'auscultation sonique en transparence consiste à :
— émettre une vibration ultrasonore dans un tube de réservation plein d'eau ;
— la capter au même niveau, dans un autre tube également rempli d'eau, après
passage dans le béton;
— mesurer le temps de parcours et l'amplitude des premières oscillations captées.
L'opération est répétée à une fréquence élevée et à des niveaux suffisamment
rapprochés pour que l'enregistrement des mesures puisse être considéré comme
continu sur toute la hauteur du pieu.
Néanmoins, en plan, la mesure n'intéresse que la partie centrale du fût, comprise
entre les tubes de réservation. C'est pourquoi, il n'est pas exclu qu'un défaut situé
sur le bord du pieu, (mauvais enrobage des armatures par exemple) passe inaperçu.

2
Les résultats des mesures sont donnés sous forme de graphique comportant deux
courbes en fonction de la profondeur :
— la courbe de temps de propagation des ondes,
— la courbe de variation des amplitudes des ondes captées.
Chaque anomalie décelée est caractérisée par une diminution brutale de l'amplitude
et une augmentation du temps de parcours.

Des tubes d’auscultation sont préalablement fixés aux cages d’armature, avant
l’étape du coulage de béton. En fonction du diamètre du pieu (en dessous ou au-
dessus de 120 cm), trois ou quatre tubes sont disposés sur son pourtour. La
technique consiste à faire passer une sonde émettrice et une sonde réceptrice dans
les tubes d’auscultation, deux à deux.

Les ondes émises par la sonde traversent le pieu et tout retard dans le signal reçu
traduit une anomalie dans le béton. Cette anomalie peut être une mauvaise mise en
œuvre (phénomène de ségrégation du béton), une rupture du bétonnage entre deux
coulées, ou la présence de sol mélangé au béton. Cette méthode par transparence
est également valable pour l’auscultation des parois moulées et pour les barrettes de
fondation.

La longueur des câbles des sondes est la seule limite de la méthode. Le fond de pieu
peut parfois présenter un problème de contact avec le sol (curage du fond de pieu
insuffisant). Ces anomalies sont généralement visibles avec cette méthode (tubes

3
descendus jusqu’à -0.20 m du fond de pieu environ). En cas d’anomalie, un des
tubes d’auscultation (descendu à -0.50 m du fond de pieu) peut servir de tubage pour
la réalisation d’un carottage de fond de pieu afin de vérifier le contact pieu/sol.

Grâce à la méthode de carottage sonique, on obtient une bonne image de la qualité


des fondations sur l’ensemble de leur profondeur. Elle est obligatoire pour les
ouvrages d’art comme des ponts, qui présentent finalement peu de pieux à contrôler.

La méthode d’auscultation sonique (ou carottage sonique) permet de vérifier la


continuité des fondations profondes : pieux, barrettes, et des parois moulées ou, en
détectant la présence des singularités le long du fût et en pointe. L’homogénéité et la
qualité du béton sont appréciées et les défauts localisés. Le carottage sonique est
une mesure continue le long du pieu du temps de propagation du son entre une
sonde d’émission et une sonde de réception. Les sondes sont descendues dans
deux tubes solidarisés avec les armatures du pieu. Le signal est transmis à l’unité de
mesure, qui le mémorise, le traite, et restitue à l’écran la diagraphie au fur et à
mesure de la remontée des sondes. Les signaux reçus par la sonde de réception
sont modulés et convertis en niveaux de gris. L’image obtenue, que l’on nomme
diagraphie, donne la représentation caractéristique de la zone auscultée du pieu et
de la qualité du béton.

I-2-/-Principe de la méthode.

La méthode consiste à contrôler la continuité du béton entre les tubes en opérant par
transmission sonique (on dit sonique bien que le spectre transmis couvre à la fois le
domaine sonique et le domaine ultra-sonique). En effet, le béton présente de bonnes
caractéristiques de transmission des ondes élastiques et une vitesse de propagation
voisine de 4 000m/s dans un spectre allant jusqu'à 50KHz, alors que les matériaux
étrangers (terre, boue, sable) présentent une vitesse inférieure et un affaiblissement
très supérieur. Dans ces conditions, la présence sur le trajet de l'onde d'un matériau
étranger va perturber à la fois la vitesse de transmission, l'amplitude, et la forme des
signaux reçus.

I-3-/-Forme des signaux utilisés.

Les méthodes de contrôle des métaux par ultrasons utilisent des trains d'ondes
contenant plusieurs dizaines de sinusoïdes. Le spectre utilisé est donc très étroit.
Cette méthode permet un bon rendement des transducteurs, un filtrage à la
réception et l'élimination de certaines résonances de pièces, ainsi que l'obtention
d'une directivité à l'émission et à la réception. On est donc conduit à utiliser des
signaux de forme impulsionnelle, donc à large bande. Ce principe est d'ailleurs
largement utilisé dans les méthodes d'auscultation dynamique classique des bétons.
La bande de fréquence couverte va jusqu'à 100 kHz.
A la réception, la transmission sélective du béton conduit à une légère déformation
du signal; par contre, le passage à travers des matériaux étrangers, apportant un
affaiblissement très important des fréquences élevées, conduit à des signaux très
déformés.

4
I-4-/-Couplage des transducteurs avec le béton.

Ce couplage est réalisé très simplement en remplissant d'eau les conduits de


mesure. L'onde élastique traverse ensuite le tube métallique.

I-5-/-Disposition des sondes.

Les tubes mis en place avant bétonnage doivent atteindre la base du pieu. Ce sont
des tubes métalliques remplis d’eau dont le diamètre intérieur est d’au moins 40mm.
Le nombre de tubes varie avec le diamètre de pieu :
Dans le cas des parois moulées et des barrettes, le nombre de tube est défini selon
les dimensions et la distance entre les tubes doit être comprise entre 0.30m et
1.50m.

Certaines fondations peu profondes peuvent être équipées d’un tube d’un plus gros
diamètre et plus court que les autres, afin de permettre un forage et une injection en
cas d’anomalie de fond de pieu.
Les tubes peuvent être en acier ordinaire et assemblés par manchonnage. Les tubes
en plastiques ne doivent pas être utilisés pour des raisons de mauvaise adhérence
avec le béton.
Les tubes doivent être dépourvus de saleté à l’intérieur comme du béton ou de la
terre pour ne pas perturber la mesure. Ils doivent être également obstrués à la base
par un solide bouchon afin de retenir l’eau et ne pas risquer de coincer une sonde.

La disposition de base correspond à l'émetteur et le récepteur à la même hauteur et


le trajet des ondes est horizontal. Ce trajet est intercepté normalement par
l'anomalie. Cependant, une coupure horizontale très mince n'est théoriquement pas
détectée car l'émetteur n'est pas ponctuel. Le récepteur lui-même est ponctuel, mais
les signaux peuvent emprunter l'eau du tube sans allongement de parcours
appréciable. Une disposition légèrement oblique permet de détecter une coupure
horizontale.
I-6-/-APPAREILLAGE DE MESURE :

Le matériel utilisé pour les essais est constitué des éléments suivants :
 un ensemble électronique émission/réception,
 une visualisation impression avec câble secteur,
 un treuil muni de son équipement de contrôle de vitesse et son touret et sa
bretelle,
 une sonde d’émission, son touret et sa bretelle,
 une sonde de réception amplifiée,
 un trépied support de treuil.
I-7-/-Disposition des tubes d’auscultation.
Le nombre de tubes à placer dans les pieux et barrettes est choisi en fonction des
dimensions transversales de ces éléments et l’espacement entre tubes doit être
compris entre 0.30 m et 1.50 m.
Les tubes de mesures sont métalliques dont le diamètre intérieur doit être de 40mm.
Les tubes type chauffage filetés au pas du gaz à leur extrémité conviennent
parfaitement. Si le projet prévoit des tubes de carottage en pointe, ceux-ci doivent

5
avoir un diamètre intérieur d’au moins 100mm et également filetés au pas de gaz. Le
raccordement des tubes doivent obligatoirement être par manchons vissés (les
raccordements par soudures sont proscrits).

Les bouchons doivent fermer hermétiquement les tubes à leurs extrémités inférieures
pour éviter toute remontée de sédiments de laitance ou même de béton (Les
bouchons en : bonde de bois emmanchées en force, rondelles métalliques soudées,
mortier, chiffons sont formellement proscrits)

Les systèmes de fixation des tubes au ferraillage doivent être solidaires pour résister
à la poussée du béton sur les tubes lors du bétonnage et suffisamment proches les
uns des autres (environ trois mètres) pour limiter les déformations des tubes tant au
cours de la descente de la cage que pendant le bétonnage.

Les tubes d’auscultation (diamètre 40mm) doivent atteindre la base de la cage


d’armature. Les tubes pour carottage de la pointe doivent s’arrêter à 0.50m de la
base de la cage.

Au dessous de la tête des pieux, non recépés, les tubes de réservation doivent
dépasser d’au moins 0.50m afin de faciliter la mise à niveau des sondes
d’auscultation et d’éviter les chutes de cailloux, de boue ou de béton dans les tubes.
Les tubes doivent être soigneusement nettoyés avant l’intervention pour chasser les
sédiments ou la boue qui aurait pu s’y déposer.

L’âge minimum du béton pour que l’essai soit réalisé dans de bonnes conditions et
de sept jours. Le recépage du pieu ne doit être exécuté avant les mesures.

II-/-La méthode par réflexion et par impédance.

La méthode « par réflexion » et « par impédance », qui sont régies respectivement


par les normes NF P94-160-2 et NF P94-160-4. On envoie, à l’aide d’un marteau,
une onde dans le pieu et on récupère ensuite cette onde qui revient via un géophone
couplé. La méthode par impédance est un peu plus compliquée lors de l’étape du
traitement du signal, mais le principe reste le même. Ces contrôles se font sur les
pieux de bâtiments de types et de tailles variées. Elles présentent l’avantage d’être
faciles à mettre en œuvre : le seul temps de préparation consiste à rendre propre la
tête de pieu pour pouvoir y coller le capteur du géophone. Dans la pratique, le
décapage de la surface du pieu se fait à l’aide d’une surfaceuse électrique. Le
traitement et l’interprétation des résultats est plus ardue que dans la méthode par
transparence. Des spécialistes sont requis pour analyser les courbes. L’inconvénient
de cette méthode porte sur les hypothèses prises en compte qui ne permettent pas
de définir avec certitude la longueur réelle du pieu. Le fond de pieu et le contact avec
le sol ne peuvent être discernés avec exactitude.

6
Méthode par impédance

Méthode par reflexion

7
Annexe.

Vue de la base d’une cache d’armature de pieu disposant de cinq tubes de


mesure (on montre que les tubes gros diamètre sont arrêtés à 50cm par
rapport à la base de la cage. Les tubes petit diamètre sont descendus jusqu’à
la base.

8
Vue rapprochée montrant la disposition des tubes au fond de la cage
d’armature.

Vue d’un manchon de raccordement.

Vue d’une cage d’armatures disposant de trois tubes de mesures (deux tubes
int40mm et un tube int100mm).

9
LABORATOIRE PUBLIC D'ESSAIS ET D'ETUDES
POLE TECHNIQUE CONSTRUCTION
ADRESSE : KM 7 ROUTE D'EL JADIDA CASABLANCA

10
11
12
13
14
Une partie des pieux suprrimée après détection d’une singularité
systématique près de la tête

Les excavatins effectuées pour confirmer les singularités et couper les pieux en
dessous des singularités.

15
Vue au droit de la singularité après sciage des armatures.

16
Synthèse.

Les domaines d’application en fonction des avantages et des inconvénients

Auscultations Impédance Echoc


sonique mécanique
Pieu préfabriqué X X
Pieu moulé X X
Barrettes X X
Parois moulée X -

Impédance mécanique :
C’est le rapport entre la force appliquée en régime sinusoïdale en un point d’une
structure et la vitesse vibratoire prise par ce point.
On applique sur la tête du pieu et selon son axe une force sinusoïdale d’amplitude F.
La tête du pieu se trouve donc aminée d’un déplacement et d’une vitesse sinusoïdale
dont la fréquence correspond à celle de l’excitation.
La courbe tracé V/F (=admittance mécanique) en fonction de la fréquence.
Les sources d’amortissement sont de deux types :
 Le béton,
 Le sol latéral
Le sol agit par :
 une modification de la souplesse aux basses fréquences (rôle de ressort qui
soutient le pieu),
 une modification de la vitesse de propagation,
 une modification de l’impédance caractéristique en basse fréquence (C0S)
 introduction d’un affaiblissement de propagation important par dissipation
d’énergie dans le sol de la forme e-σL

La condition d’utilisation de la méthode est fonction de l’affaiblissement introduit par


le sol.

Limites et inconvénients de la méthode :


 Elancement faible ne dépasse pas 20
 Ne donne pas un pouvoir porteur du pieu (raison faible force d’excitation 40N)
 Limitation liée à l’affaiblissement de la propagation des ondes (au-delà d’une
certaines valeur les ondes réfléchies sont trop faibles pour créer les ondulations
et l’essai ne concernera que la partie supérieur.
 Les essais sont perturbés par les bruts environnant,
 Nécessite un recépage de la tête du pieu,
 Contact direct avec la tête du pieu (très délicat parfois),
 Interprétation parfois délicate,
 Précision insuffisante (tant sur les anomalies que sur la hauteur),
 Influencé par les sols,

Les avantages :
 Rapide d’utilisation,

17
Auscultation sonique :

Limites et inconvénients de la méthode :


 Ne permet de contrôler la qualité du contact en point (10 à 15cm du fond)
 Prévoir des tubes dans la fondation,
 Distance maximale entre les tubes (limité selon la technologie actuellement on
atteint 2.5m entre tubes)
 Contrôle directe limités aux plans formés par les tubes.
Les avantages.
 Bonne localisation des anomalies tant en profondeur que dans la section des fûts,
 Aucune limitation par rapport aux caractéristiques géométriques de la fondation.
 Interprétation immédiate (sur site),
 Enregistrement en continu sur toute la hauteur du pieu,
 Grande sensibilité,
 N’est pas perturbé par les bruits environnant,
 Cadence importante.

18