Vous êtes sur la page 1sur 56

Transfert de Chaleur 

Nomenclature iv

Introduction aux transferts de chaleur


1. Introduction 1
2. Définitions 1
2.1 Champ de température 1
2.2 Gradient de température 1
2.3 Flux de thermique et densité de flux thermique 1
2.4. Stockage d’énergie 2
2.5. Production d’énergie thermique 2
2.6. Régimes thermiques 2
2.6.1 Régime permanent 2
2.6.2. Régime périodique établi : 2
2.6.3. Régime transitoire. 2
2.6.4. Régime variable. 2
3. Mode de transferts 2
3.1 Conduction 2
3.2 Rayonnement 2
3.3 Convection 2
4. Bilan thermique 2
5. Méthode d'analyse d'un problème de transfert de chaleur 3

Equations de Conduction de la chaleur


1. Loi de Fourier généralisée 4
2. Équation de diffusion de la chaleur 4
2.1 L’équation thermique en coordonnées cartésien 4
2.2 L’équation thermique en coordonnées cylindriques 5
2.3 L’équation thermique en coordonnées cylindriques sphériques 5
2.4 Conditions aux limites 6
2.4.1Conditions aux limites isothermes 6
2.4.2 Conditions aux limites à flux constant 6
2.4.3 Echanges radiatifs sur une paroi 6
2.4.4 Condition de passage entre 2 solides 7

Conduction unidirectionnelle en régime permanent


1. Introduction 8
2. Mur plan inerte (sans source de chaleur interne) 8
3. Mur plan avec source de chaleur interne 9

Table des Matières Page i


Transfert de Chaleur 

4. Conduction radiale dans un cylindre creux 9


4.1 -Tube simple 9
4.2 –Tubes concentriques : Cas d’isolation thermique d’un cylindre 10
4.3--Barre ou tube cylindrique avec production de chaleur 11
5. Mur composite 11
6. Les barres ou " ailettes " 11
6.1. Mise en équation 12
6.2. Ailettes à section uniforme (rectangulaire ou circulaire) 12
6.3. Ailettes à section rectangulaire non uniforme (profils triangulaire ou parabolique) 13
6.4. Ailette de révolution d’épaisseur uniforme 14
6.5. Ailette en forme d’épine conique 14

Conduction bidirectionnelle en régime permanent


1. Introduction 15
2. Méthode analytique 15
3. Méthode numérique. 16
3.1 - Principe de la méthode 16
3.1.1. Discrétisation de la fonction T(x, y) 18
3.1.2. Conditions aux limites 19
3.1.2.1. Convection sur la surface 20
3.1.2.2. Convection dans un coin intérieur 20
3.1.2.3. Convection sur un coin extérieur 21

Transfert de chaleur par rayonnement


1-INTRODUCTION 24
2-1 Grandeurs relatives aux surfaces émettant un rayonnement 24
2-1-1. Flux d’une source : 25
2-1-2. Emittance d’une source 25
2-1-3. Intensité d’une source dans une direction Ox 25
2-1-4 Luminance d’une source dans une direction Ox 25

2.1.5 Loi de Lambert 26

2.1.6. Relation entre émittance et luminance dans le cas d’une émission diffuse 26
2-2 Grandeurs relatives aux surfaces recevant un rayonnement 27

2.2.1 Eclairement 27
2-3 Récapitulation des principales définitions 27
3. Lois de rayonnement thermique : cas du corps noir 27
3.1 Loi de PLANCK 28
3.2. Lois de WIEN 28
3.2.1. 1ièr Loi de WIEN ou lois du déplacement 28

Table des Matières Page ii


Transfert de Chaleur 
ème
3.2.2. 2 Loi de WIEN 29
3.3. Loi de STEFAN-BOLTZMANN 29
4. Rayonnement des corps réels 29
4.1. Notion de corps gris 29
4.2. Loi de KIRCHHOFF 30
5. Calcul des échanges de chaleur par rayonnement. 31
5.1 Echanges par rayonnement entre deux surfaces noires opaques, séparées par un milieu
parfaitement transparent. 31
5.2. Les facteurs de forme 32
5.2.1. Calcule des facteurs de forme 32
5.2.1.1. Relation d’addition 32
5.2.1.2. Cas d’une enceinte (surface fermée) 32
5.2.1.3. Facteurs de forme pour deux surfaces en " influence totale " 32
5.3 Représentation des échanges radiatifs entre surfaces noires par analogie électrique 33
5.4 Echanges par rayonnement entre deux surfaces grises opaques séparées par un milieu
parfaitement transparent. 33
6. Rayonnement de corps partiellement transparents 34
6.1 Les gaz comme récepteurs de rayonnement 35
6.2 Les gaz comme émetteurs de rayonnement 35
6.3 Application : Echanges par rayonnement entre deux surfaces grises opaques séparées par un
milieu semi-transparent. 35
6.3.1. Echange entre une paroi et un gaz 35
6.3.1.1. Paroi noire: 35
6.3.1.2. Paroi grise (εp): 35
6.3.2. Echange entre deux parois parallèles infinies séparées par un gaz 35
6.3.2.1. Deux parois noires: 35
3.3.2.2. Deux parois grises et gaz gris: (On suppose αg = εg) 36

Annexes
A.1 : PROPRIETES PHYSIQUES DE CERTAINS CORPS 38
A.2 : PROPRIETES PHYSIQUES DE L’AIR ET DE L’EAU 39
A.3 : VALEUR DU COEFFICIENT DE FORME DE CONDUCTION 40
A.4 : EFFICACITE DES AILETTES 41
A.5 : EMISSIVITE DE CERTAINS CORPS 42
A.6 : FRACTION D’ENERGIE F0-λT RAYONNEE PAR UN CORPS NOIR ENTRE 0 ET λ 43
A.7 : FACTEURS DE FORME GEOMETRIQUE DE RAYONNEMENT 44
A.8 : EMISSIVITE DU CO2 ET DE LA VAPEUR D’EAU 47
A.9 : CORRELATIONS POUR LE CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSFERT EN CONVECTION FORCEE
49
A.10 : CORRELATIONS POUR LE CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSFERT EN CONVECTION
NATURELLE 50

Table des Matières Page iii


 
Transfert de chaleur

NOMENCLATURE

Lettres normales Lettres grecques

a Diffusivité thermique α Coefficient d’absorption du rayonnement

c Capacité calorifique β Coefficient de dilatation cubique

D Diamètre ε Emissivité

e Epaisseur φ Densité de flux de chaleur

E Effusivité thermique Flux de chaleur

f Facteur de forme de rayonnement λ Longueur d’onde

h Coefficient de transfert de chaleur par µ Viscosité dynamique


convection
ν Viscosité cinématique
J Radiosité
η Rendement ou efficacité
L Longueur, Luminance
Ω Angle solide
M Emittance
ρ Coefficient de réflexion du rayonnement
Q Quantité de chaleur
σ Constante de Stephan-Boltzmann
qc Débit calorifique
τ Coefficient de transmission du rayonnement
r,R Rayon
θ différence de température
Rt Résistance thermique

S Surface

t Temps

T Température

u Vitesse

V Volume

x Variable d’espace

y Variable d’espace

z Variable d’espace

Annexes Page iv
Transfert de Chaleur 

Introduction aux transferts de chaleur

1. Introduction
Lorsque deux systèmes sont à des températures différentes le système le plus chaud cède de la chaleur au plus froid.
La thermodynamique prévoie la quantité totale d’énergie échanger entre les deux systèmes et la thermique (ou
thermocinétique) décrit quantitativement (dans l’espace et dans le temps) l’évolution des grandeurs caractéristiques des
systèmes, en particulier la température, entre l’état d’équilibre initial et l’état d’équilibre final.

2. Définitions
2.1 Champ de température
Les transferts d’énergie sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le temps de la température : T = f
(x,y,z,t). La valeur instantanée de la température en tous points de l’espace est un scalaire appelé champ de température.
2.2 Gradient de température
Si l’on réunit tous les points de l’espace qui ont la même température, on obtient une surface dite surface isotherme.
La variation de température par unité de longueur est maximale le long de la normale à la surface isotherme. Cette variation est
caractérisée par le gradient de température :

→ → ∂T
grad (T ) = n
∂n

Avec : n vecteur unitaire de la normale
∂T
dérivée de la température le long de la normale.
∂n
2.3 Flux de thermique et densité de flux thermique
Considérons une petite surface dS centrée sur un point M. Le flux thermique élémentaire dΦ traversant cette surface
→ → → →
s’écrit : dφ = ϕ M N M dS où N M est la normale unitaire et ϕM le vecteur densité de flux thermique au point M (Fig. 1.1).

dS

NM
M

ϕM

Fig. 1.1
dφ → →
= ϕ M N M : Densité de flux thermique (W/m2).
dS
→ →
dφ sera positif si ϕ M et N M sont orientés dans le même sens et négatif dans le cas contraire.
→ →
Le flux thermique total traversant S est : φ = ∫∫ ϕ M N M dS
S
2.4. Stockage d’énergie
Le stockage d’énergie dans un corps correspond à une augmentation de son énergie interne au cours du temps d’où (à
∂T
pression constante) : φ St = ρ .V .C.
∂t
Avec : Φst Flux de chaleur stocké (W)
ρ Masse volumique (kg m-3)

INTRODUCTION AUX TRANSFERTS DE CHALEUR Page 1


Transfert de Chaleur 

V Volume (m3)
C Chaleur massique (J kg-1 °C-1)
T Température (°C)
t Temps (s)
2.5. Production d’énergie thermique
Elle intervient lorsqu’une autre forme d’énergie (chimique, électrique, mécanique, nucléaire) est convertie en énergie
thermique. Nous pouvons l’écrire sous la forme : φ p = ∫∫∫ q.dV
V
Avec : Φp Flux d’énergie thermique générée (W)
q Densité volumique d’énergie générée (W m-3)
V Volume (m3)
2.6. Régimes thermiques
2.6.1 Régime permanent : la température en tout point du milieu (système) est indépendante du temps.
2.6.2. Régime périodique établi : la température, en tout point, effectue des oscillations périodiques
indépendantes de la température initiale
2.6.3. Régime transitoire qui correspondent à l’évolution d’un système d’un état initial vers un état
final provoquée par un changement à l’instant initial des sources; le champ de température
T(M,t) dépend du champ de température initial T(M,0) et du temps.
2.6.4. Régime variable pour lesquels les sources évoluent constamment, le champ de
température T(M,t) dépend des valeurs instantanées des sources et des évolutions antérieures.

3. Mode de transferts
Il existe trois modes essentiels de transferts de chaleur : la conduction, le rayonnement et la convection.
3.1 Conduction
Le transfert de la chaleur résulte de :
- l'agitation moléculaire (pour gaz et liquides),
- les vibrations des réseaux cristallins (dans les solides non-conducteurs),
- le déplacement d'électrons libres (dans les métaux conducteurs).
Le transfert de chaleur par conduction se fait sans aucun mouvement macroscopique de la matière.
Exemple : propagation de la chaleur le long d’une barre métallique dont une extrémité est soumise à l’action d’une
flamme.
3.2 Rayonnement
La chaleur passe d'un corps à haute température vers un corps à basse température sous forme d'un rayonnement
électromagnétique (photon); les deux corps devant être dans un milieu transparent (comme l'air ou le vide).
Pas de déplacement de la matière, pas de contact entre les objets ou milieux qui échangent l’énergie; transport
d’énergie (même dans le vide) sous forme d’ondes électromagnétiques.
3.3 convection
Transport d’énergie avec le déplacement de la matière (écoulement de fluides gazeux ou liquides).

4. Bilan thermique
Il faut tout d’abord définir un système (S) par ses limites dans l’espace et il faut ensuite établir l’inventaire des
différents flux de chaleur qui influent sur l’état du système et qui peuvent être :

(S)

Φe
ΦP
ΦSt ΦS

Φst flux de chaleur stocké dans le système (S)


Φp flux de chaleur produit dans le système (S)
Φe flux de chaleur entrant dans le système (S)
Φs flux de chaleur sortant dans le système (S)

On applique alors le 1er principe de la thermodynamique pour établir le bilan d’énergie du système (S) :
φ e + φ P = φ S + φ St

Production + Echanges = Stockage

INTRODUCTION AUX TRANSFERTS DE CHALEUR Page 2


Transfert de Chaleur 

5. Méthode d'analyse d'un problème de transfert de chaleur


En général, le problème consiste d'abord à obtenir la variation spatiale et/ou temporelle de la température
T(x,y,z,t)
Pour calculer ensuite les flux de chaleur échangés.

Voici un schéma de méthodologie de travail

Qu'est-ce qu'on connaît ? (Comprendre l'énoncé)


Qu'est-ce qu'on veut trouver ? (Comprendre la question)
Faire un schéma (Identifier les modes et les lieux du transfert de chaleur)
Faire des hypothèses simplificatrices et définir le volume de contrôle
Faire le bilan de chaleur, poser les conditions frontières puis résoudre
Discuter la solution obtenue

INTRODUCTION AUX TRANSFERTS DE CHALEUR Page 3


Transfert de Chaleur

Equations de Conduction de la chaleur

1. Loi de Fourier généralisée


Pour un champ de température tridimensionnel T(x,y,z) dans un milieu isotrope, la loi de Fourier s'exprime sous forme
→ →
vectorielle: ϕ = −λ grad (T ) = −λ∇T

Avec : ϕ densité de flux de chaleur [W/m2 ]
λ conductivité thermique du milieu [W/(m.K) ou W/(m.°C)]
∇ Opérateur gradient
Les valeurs de la conductivité thermique (λ) varient de 10-2 à 103 (W/ m.K )
En général : λgaz < λ liquide < λsolide non-conducteur < λ solide conducteur
λ peut varier avec la température et avec la pression (pour les gaz, λ augmente si P augmente)

Conductivité thermique ( W/m.K )


2. Équation de diffusion de la chaleur
2.1 L’équation thermique en coordonnées cartésien
Dans les problèmes de conduction le but est de trouver le profil de température dans un système pour certaines conditions
frontières imposées aux surfaces qui le délimitent. Soit à déterminer un champ de température T(x,y,z) dans un milieu isotrope,
sources d’une génération de chaleur q (W/m3).
Soit un volume élémentaire de contrôle dV siège d’une production interne d’énergie thermique q limité par une surface S
à travers la quelle il échange de la chaleur avec l’extérieur :

La chaleur générée à l’intérieur de dV est : ∆x∆y∆z q


∂T
L’énergie accumulée dans dV est : ∆x∆y∆z ρ C p
∂t
L’énergie échangée avec l’extérieur est :

On trouve finalement :
⎛ ∂T ⎞ ∂⎛⎜ λ ∂T ⎞⎟ ⎛ ∂T ⎞
∂⎜ λ ⎟ ⎜ ∂y ⎟ ∂⎜ λ ⎟
⎝ ∂x ⎠ + ⎝ ⎠ + ⎝ ∂z ⎠ + q = ρ C ∂T
∂x ∂y ∂z ∂t
p

Cette équation différentielle est :


- du 2e ordre par rapport à x, y et z

Equations de Conduction de la chaleur Page 4


Transfert de Chaleur
- du 1er ordre par rapport à t
Pour résoudre l’équation, il faut donc:
2 conditions frontières sur x
2 conditions frontières sur y
2 conditions frontières sur z
1 condition sur le temps t

2.2 L’équation thermique en coordonnées cylindriques

⎛ ∂T ⎞ ⎛ ∂T ⎞ ∂T ⎞
∂ ⎜ λr ⎟ ∂⎜⎜ λ ⎟⎟ ∂⎛⎜ λ ⎟
1 ⎝ ∂r ⎠ 1 ⎝ ∂φ ⎠ + ⎝ ∂z ⎠ + q = ρ C ∂T
+ 2
∂r ∂φ ∂z ∂t
p
r r
2.3 L’équation thermique en coordonnées cylindriques sphériques

⎛ ∂T ⎞ ⎛ ∂T ⎞ ⎛ ∂T ⎞
∂ ⎜ λr 2 ⎟ ∂⎜⎜ λ ⎟⎟ ∂⎜ λ sin θ ⎟
1 ⎝ ∂r ⎠
+ 2
1 ⎝ ∂φ ⎠ + 1 ⎝ ∂θ ⎠
+ q = ρ Cp
∂T
r 2
∂r r sin 2 θ ∂φ r sin θ
2
∂θ ∂t
Dans le cas de matériau isotrope λ=Cst, l’équation thermique devient :
∂T
λ∇ 2T + q = ρ C p
∂t

q ρ C p ∂T
∇ 2T + − =0
λ λ ∂t

q 1 ∂T
∇ 2T + − =0
λ a ∂t
- ∇ désigne l’opérateur Laplacien.
2

- a (en m2s-1) désigne la diffusivité thermique du solide.

Equations de Conduction de la chaleur Page 5


Transfert de Chaleur
Le tableau ci-dessous donne les valeurs comparées de λ et a pour quelques corps. Il est intéressant de comparer le fer
et l'air qui ont des λ totalement dissemblables mais une diffusivité thermique a presque égale. On retiendra que la conductivité
thermique λ est l'aptitude à transmettre un flux sous l'effet d'une différence de température tandis que la diffusivité thermique a
est l'aptitude à égaler plus ou moins vite dans le temps les différences de température présentes dans le corps étudié.

Matériau λ (Wm-1K-1) a (m2s-1)


Fer 73 20 10-6
Pierre 2.8 1.4 10-6
Verre 0.8 0.4 10-6
Eau 0.6 0.1410-6
air 0.026 22 10-6

2.4 Conditions aux limites


Les conditions aux limites sont nécessaires pour résoudre l’équation différentielle de conduction. Ces conditions
peuvent être de trois types :

2.4.1Conditions aux limites isothermes


La température de la frontière est imposée. Elle peut dépendre du temps. Le cas le plus simple est T=T0=Cste sur toute
la frontière.

2.4.2 Conditions aux limites à flux constant



Une densité de flux de chaleur ϕ est imposée sur la frontière. Cette condition, de part la loi de Fourier, impose donc la valeur
∂T ϕ →
du gradient de température à la frontière du corps considéré ( = − 0 ) où n est la normale à la frontière. La réalisation
∂n λ
expérimentale d'un flux imposé peut se faire par exemple au moyen de résistances électriques (effet Joule). Un cas particulier
∂T
de flux imposé est ϕ 0 = 0 : cela signifie que la paroi est isolée thermiquement =0
∂n p

(a) (b)
Réalisation expérimental d’une condition aux limites : a (isotherme) b(flux constant).

Lorsqu'une paroi échange de la chaleur par convection avec l'extérieur, la densité de flux qu'elle échange est proportionnelle à
la différence de température entre la paroi et le milieu fluide extérieur, multipliée par un coefficient d'échange h en W.m-2.K-1
qui tient compte des différentes propriétés physiques et cinématiques du fluide léchant la paroi :
ϕ = h(T paroi − T fluide )
En tout point de la frontière, ce flux étant fourni par conduction au travers du solide étudier, on en déduit le gradient de T à
cette frontière :
∂T
−λ = h(T paroi − T fluide )
∂n paroi

2.4.3 Echanges radiatifs sur une paroi


Le rayonnement d'une paroi peut être un mode d'échange à prendre en compte, surtout si sa température est élevée (supérieure
à 100 degrés environ). Comme on le verra, le flux qu'une paroi à la température TP échange par rayonnement avec le milieu

Equations de Conduction de la chaleur Page 6


Transfert de Chaleur

externe à la température Text vaut : σ (T p4 − Text4 ) où σ est la constante de Stefan-Boltzmann. Dans un tel cas, la condition aux
∂T
limites à la frontière deviendra donc : − λ
∂n
(
= σ T paroi
4
− Text4 )
paroi

2.4.4 Condition de passage entre 2 solides


Si le problème étudié comporte deux milieux (ou plus) on devra écrire une condition aux limites à chaque frontière
entre deux solides en contact. La conservation de la chaleur de part et d'autre de la frontière impose :
∂T1 ∂T2
− λ1 = − λ2
∂n paroi ∂n paroi

Où λ1 etλ2 sont les conductivités thermiques des solides 1 et 2 et T1 et T2

Equations de Conduction de la chaleur Page 7


Transfert de Chaleur

Conduction unidirectionnelle en régime permanent

1. Introduction
Selon la nature des problèmes examinés, l’équation de la chaleur prend des formes différentes.
Dans le cas d’un milieu isotrope en régime permanent, l’équation de la chaleur se réduit alors à:
q
∇ 2T = −
λ

∂ 2 T ∂ 2T ∂ 2T q
+ 2 + 2 =−
∂x 2
∂y ∂z λ

En Thermique, on appelle " mur " un milieu dont les évolutions de température dépendent de la seule
variable cartésienne x (les gradients dans tout plan perpendiculaire à l’axe Ox sont nuls).

2. Mur plan inerte (sans source de chaleur interne)

Un mur simple dans un état thermique stable et sans puissance calorifique (pas de production de chaleur
[q=0]). Le mur est mince, le flux de chaleur est parallèle à la direction x. Les températures des deux côtés sont
différentes. On cherche à calculer le profil de la température et la densité du flux de chaleur.

∂ 2T ∂ 2T ∂ 2T q ∂ 2T
L’équation + 2 + 2 =− devient =0 qui a pour solution T(x) = a.x+b
∂x 2
∂y ∂z λ ∂x 2

Conditions aux limites : T(x=0)=T1 ; T(x=e)=T2


Solution :
T2 − T1
- Profile de température est donné par T ( x) = T1 + x
e
∂T T − T2
- Densité du flux de chaleur ϕ = −λ =λ 1
∂x e
λ.S
Le flux de chaleur qui traverse le mur est φ = ϕ .S = (T1 − T2 )
e
⇒ (T1 − T2 ) =
e
φ
λ.S
En électricité, on a la loi d’Ohm : ∆U = R.I
Par analogie, on définit la résistance thermique Rth:

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 8


Transfert de Chaleur

e
∆T = Rthφ ⇒ Rth =
λ.S
Cas avec convection aux surfaces
Les températures de surface ne sont pas connues et les conditions frontières sont :
ϕ x =0 = h1 (T∞1 − T1 ) ⎫

ϕ x =e = h2 (T∞ 2 − T2 )⎭
Les solutions du paragraphe 2 sont valables. Ce qui nous conduit à :

(T1 −T 2 ) = e
φx ⎪
λ .S ⎪
⎪ ⎛ 1 1 ⎞
(T∞1 − T1 ) = 1 φ x ⎬ ⇒ (T∞1 − T∞ 2 ) = φ x ⎜⎜ +
e
+ ⎟⎟
h1 .S ⎪ ⎝ h 1 .S λ .S h 2 .S ⎠

(T∞ 2 − T2 ) = 1 φ x ⎪
h2 .S ⎭
⎛ 1 e 1 ⎞
On fait apparaître la résistance globale du système. Rth = ⎜⎜ + + ⎟⎟
⎝ 1
h .S λ .S h 2 .S ⎠
3. Mur plan avec source de chaleur interne
Un long et mince (épaisseur e) mur en béton est en cours de durcissement par une réaction chimique
(hydratation du ciment). Cette réaction est exothermique (q>0 [W.m-3]). Les deux surfaces extérieures sont
gardées à la température ambiante Tw. On cherche à décrire la variation de la température à l’intérieur pour le
cas stationnaire.

∂ 2 T ∂ 2T ∂ 2T q ∂ 2T q
L’équation + 2 + 2 =− devient =−
∂x 2
∂y ∂z λ ∂x 2
λ
q 2
Après intégration deux fois, on trouve la solution générale : T ( x) = − x + C1 x + C 2

Les conditions aux limites sont : T(x=0)=Tw et T(x=e)=Tw
Solution :
q 2 q.e
- Profile de température : T ( x) = − x + x + TW
2λ 2λ
- Densité de flux de chaleur ϕ en fonction de x est donnée par :
∂T ⎡q q.e ⎤ q.e
ϕ ( x ) = −λ = λ⎢ x − ⎥ = q.x −
∂x ⎣λ 2λ ⎦ 2
4. Conduction radiale dans un cylindre creux
4.1 -Tube simple

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 9


Transfert de Chaleur

Soit un long tube cylindrique circulaire et creux (voir figure). Les températures intérieure et extérieure sont
fixes et connues. Cherchons la distribution de la température dans le cas du régime stationnaire sans production
de chaleur.

On a ∇ 2T = 0
1 ∂ ⎛ ∂T ⎞ 1 ∂ 2T ∂ 2T
Et avec les coordonnées cylindriques : ⎜r ⎟+ + =0
r ∂r ⎝ ∂r ⎠ r 2 ∂θ 2 ∂z 2
1 ∂ ⎛ ∂T ⎞
Les termes en z et θ sont nuls. Donc : ⎜r ⎟=0
r ∂r ⎝ ∂r ⎠
Solution après double intégration : T ( r ) = C1 ln r + C 2
Condition aux limites : T(r =ri)=Ti ; T(r = r0)= T0
r
ln
T − Ti ri
Solution finale : =
T0 − Ti r
ln 0
ri
∂T C 1 T0 − Ti
Densité de flux est donnée par : ϕ radial = −λ = −λ 1 = λ
∂r r r r
ln i
r0
1 T0 − Ti T − Ti
Le flux de chaleur : φ = ϕ radial .S = λ 2π .r.L = 2πλL 0
r r r
ln i ln i
r0 r0
r r
ln i ln i
r0 r0
T0 − Ti = φ . Par analogie électrique, la résistance thermique radiale est : Rthradial =
2πλL 2πλL
4.2 –Tubes concentriques : Cas d’isolation thermique d’un cylindre
C’est le cas du groupement de plusieurs cylindres ou tous simplement l’isolation thermique d’un
cylindre. Dans le cas de deux tubes concentriques de rayons intérieurs et extérieurs respectifs : (r1, r2) et (r2, r3),
la résistance thermique totale entre deux fluides intérieur et extérieur est alors :
R=Ri+R1+ R2+Re

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 10


Transfert de Chaleur

r2 r3
ln ln
r1 r2 1
Avec : R1 = , R2 = , Ri = et
2πλ1 L 2πλ2 L 2πr1 Lhi
1
Re =
2πr3 Lhe
Signalons que le fait d'additionner un isolant sur un tube accroît la résistance thermique du solide, mais
réduit conjointement la résistance de convection extérieure. Il est donc indispensable d’étudier spécialement ce
problème.
Soit un tube de longueur L de conductivité thermique

4.3--Barre ou tube cylindrique avec production de chaleur

Pour la conduction de chaleur dans un tube creux avec production de chaleur. La loi de la propagation de la
chaleur devient :
q
∇ 2T = −
λ
1 ∂ ⎛ ∂T ⎞ 1 ∂ 2T ∂ 2T q
Et avec les coordonnées cylindriques : ⎜r ⎟+ 2 + 2 =−
r ∂r ⎝ ∂r ⎠ r ∂θ 2
∂z λ
1 ∂ ⎛ ∂T ⎞ q
Les termes en z et θ sont nuls. Donc : ⎜r ⎟=−
r ∂r ⎝ ∂r ⎠ λ
2
qr
Solution après double intégration : T (r ) = − + C1 ln r + C 2

Condition aux limites : T(r =ri)=Ti ; T(r = r0)= T0 conduisent :
T0 − Ti q r02 − ri 2
C1 = +
r 4λ r
ln 0 ln 0
ri ri
Ti ln r0 − T0 ln ri q ri 2 ln r0 − r02 ln ri
C2 = +
r 4λ r
ln 0 ln 0
ri ri

T(r) =

∂T (r ) qr λ
Densité de flux ϕ = −λ = − C1
∂t 2 r
5 Mur composite
Si le mur est constitué de n couches juxtaposées d’épaisseurs e1, e2, e3, …en de conductivité λ1, λ2, λ3 ,….
λn. On suppose que le contact entre deux couches est parfait, c’est à dire que l’on admet qu’il n’y a pas de
discontinuité de la température aux interfaces. Il n’y a ni perte ni production de chaleur. On suppose le cas
stationnaire (q est constant !) et avec
(3.15) on trouve :

6 Les barres ou " ailettes "


Quand le transfert thermique entre une surface et un fluide est faible, on place sur celle-la des ailettes
conductrices pour augmenter les échanges.
Ces ailettes qui pénètrent dans le fluide dans une direction Ox sur une profondeur L peuvent être à section
uniforme ou non.
L’approximation dite de la " barre " consiste à dire que le gradient de température est essentiellement dans une
direction Ox c’est à dire que dans une section x = Cste le champ de température est, en première approximation,

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 11


Transfert de Chaleur

uniforme. Toutefois, et contrairement à l’hypothèse de " mur thermique ", on ne néglige pas les échanges de
chaleur dans les directions transversales, on en tient compte par l’intermédiaire d’un coefficient h traduisant les
échanges par convection et rayonnement.
7-1 Mise en équation

Le bilan thermique entre la section x et la section x + dx


conduit à :
⎛ dT ⎞ ⎛ dT ⎞
− λ⎜ ⎟ S(x) = −λ⎜ ⎟ S(x + dx) + hp(x)dx(T − Text )
⎝ dx ⎠ x ⎝ dx ⎠ x+dx

d ⎛ dT ⎞ hp
⎜S ⎟ − (T − Text ) = 0 (Eq-1)
dx ⎝ dx ⎠ λ

S(x) et p(x) sont respectivement la section et le périmètre


en x.
La température extérieure sera prise comme température de
référence soit θ =T-Text

7-2 Ailettes à section uniforme (rectangulaire ou circulaire)

Pour la section rectangulaire,

Pour la section circulaire,

Le système d’équations à résoudre s’écrit :


d 2θ hp 2h 2h
− m 2θ = 0 avec m 2 = = ou
dx 2
λS λe λR

Condition aux limites

- X=0 : θ(0) = T0-Text

- X=L : Il y a plusieurs possibilités de condition frontière à x=L :

a- la température est connue T(x=L)=TL (ailette de longueur finie à température imposée)


dT ⎞
b- le flux est négligeable ⎟ = 0 (ailette de longueur finie et d’extrémité adiabatique)
dx ⎠ x =L
c- si l’ailette est assez longue T(x=L)=Text (ailette semi-infinie)
d- il y a échange par convection ϕ= h(TL-Text) (ailette de longueur finie et d’extrémité libre)

⎛ dθ ⎞
Dans le cas d’une ailette de longueur finie et d’extrémité libre, on a : − λ ⎜ ⎟ = h1θ ( L)
⎝ dx ⎠ L

h1 T ( x) − Text cosh[m( L − x)] + h1* sinh[m( L − x)]


La solution est si h1 = =
*
:
λm T0 − Text cosh[mL] + h1* sinh[mL ]

Le flux de chaleur évacué par l’ailette : est égale au flux de chaleur entrant par conduction dans l’ailette

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 12


Transfert de Chaleur

dθ ⎞ sinh[mL] + h1* cosh[mL]


φ = −λ ⎟ S = (T − T ) hp λ S
cosh[mL] + h1* sinh[mL]
0 ext
dx ⎠ 0
On appelle efficacité d’une ailette le rapport du flux de chaleur évacué par l’ailette au flux de chaleur évacué
sinh[mL] + h1* cosh[mL]
(T0 − Text ) hpλS
cosh[mL] + h1* sinh[mL]
par la surface sans ailette. ε=
hS (T0 − Text )
pλ sinh[mL] + h1* cosh[mL]
ε=
hS cosh[mL] + h1* sinh[mL]

Pour une ailette très longue (semi-infinie), on obtient :


T ( x) − Text dθ ⎞
= exp(− mx ) et le flux de chaleur évacué par l’ailette φ = −λ ⎟ S = (T0 − Text ) hpλS
T0 − Text dx ⎠ 0

L’efficacité : ε=
hS

7-3 Ailettes à section rectangulaire non uniforme (profils triangulaire ou parabolique)

La profondeur des ailettes est égale à l avec L>>2l>>2e


e.x
- Pour l’ailette à profil triangulaire, S ( x ) = l
L
et p ( x ) = 2(e + l ) ≈ 2l
d 2θ dθ 2hL
L’équation (Eq-1) devient x + − θ =0.
dx 2
dx λe
e.x 2
- Pour l’ailette à profil parabolique, S ( x ) = l , et
L2
p( x) = 2(e + l ) ≈ 2l
L’équation (Eq-1) devient
d θ
2
2 dθ 2hL2
+ − θ =0.
dx 2 x dx λex 2
Les conditions aux limites sont identiques pour les deux ailettes à
savoir T(0)=valeur finie ; T(L)=T0 .

Le champ de température et le flux de chaleur évacué de l’ailette à profil triangulaire sont respectivement
⎛ 2hLx ⎞ ⎛ 2hL2 ⎞
⎜ ⎟ ⎜ ⎟
I0 ⎜2 I 1 2
T ( x) − Text λe ⎠⎟ ⎜ λe ⎟⎠
égaux à : = ⎝ et φ = (TL − Text ) hpλS ( L)

TL − Text ⎛ 2hL2 ⎞ ⎛ 2hL2 ⎞

I0 2 ⎟ I0 ⎜2 ⎟
⎜ λ e ⎟ ⎜ λ e ⎟
⎝ ⎠ ⎝ ⎠

où I0 et I1 sont les fonctions de Bessel modifiées de 1ère espèce d’ordre zéro et un et S(L)=e.l (section au point
x=L).

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 13


Transfert de Chaleur


xk x 2m
Rap. : Fonction de Bessel I k ( x ) =
2k
∑ m
m = 0 4 m!(m + k )!

7-4 Ailette de révolution d’épaisseur uniforme


Pour cette ailette S ( x ) = 2π r e et p ( r ) = 2π r .

Le bilan thermique conduit à :


d 2θ 1 dθ 2h
+ − m 2θ = 0 avec m 2 =
dr 2
r dr λe

7-5 Ailette en forme d’épine conique

π R2 x2 π Rx
S ( x) = 2
et p ( x ) = 2
L L
Le bilan thermique conduit à :
2
d 2θ 2 dθ m 2 2hL ⎛R⎞ 2hL
+ − θ = 0 avec m 2 = 1+ ⎜ ⎟ ≈
dx 2
x dx x λR ⎝L⎠ λR

Remarque

Lorsque, pour un système donné, on doit concevoir un système d’ailettes, il conviendra, outre la détermination
du champ de température et du flux de chaleur évacué par une ailette, d’étudier les aspects coût, quantité de
matière ou poids, encombrement, perte de charge, rendement thermique ou nombre d’ailettes que l’on peut fixer
sur la paroi mère, etc.

Conduction unidirectionnelle en régime permanent Page 14


Transfert de chaleur

Conduction bidirectionnelle en régime permanent

1. Introduction
On se limitera dans cette partie aux parois semi-infinies sans production de chaleur et dans un régime
stationnaire. Dans les conditions citées, l’équation de la chaleur se réduit alors à:

∂ 2T ∂ 2T
+ =0 Eq. 1
∂x 2 ∂y 2

On vas résoudre cette équation par deux méthode : - méthode analytique


- méthode numérique
2. Méthode analytique
On peut résoudre l’équation (Eq.1) par la méthode de séparation des variables. On cherche la solution dans
la forme du produit suivant :
T ( x, y ) = X ( x).Y ( y )
L’équation (Eq.1) devient :
d2X d 2Y
Y +X =0
dx 2 dy 2
Et après séparation des variables
1 d 2 X 1 d 2Y
− =
X dx 2 Y dy 2
⎧ d 2Y
⎪ 2 + k' Y = 0
2

⎪ dy
⎨ 2
⎪ d X − k '2 X = 0
⎪⎩ dx 2
Avec k’ une constante.
Les équations ci-dessus sont des équations homogènes et linéaires avec des coefficients constants.
Les solutions analytiques de ces équations sont : X = C1 cos( k ' x) + C 2 sin( k ' x)
Y = C 3 exp(k ' y ) + C 4 exp(− k ' y )
La solution générale est donc le produit des équations
T ( x, y ) = (C1 cos(k ' x) + C 2 sin( k ' x) )(C 3 exp(k ' y ) + C 4 exp(−k ' y ) ) Eq. 2

Exemple 1 :

Pour un cas simple (paroi semi-infinie sans production de chaleur et avec une température constante T0 à la
surface y = 0 (dans un régime stationnaire), les conditions aux limites sont :
T = 0 si x = 0 Condition aux Limites 1
T = 0 si x = L C.L. 2
T = 0 si y = ∞ C.L. 3
T = T0 si y = 0 C.L. 4
L’équation (Eq.2) doit satisfaire aux conditions aux limites 1 – 4.
CL1 ⇒ c’est-à-dire C1 =0.

CL2 ⇒ sin(k'L)= 0 (fonction propre) K'=
L

X ( x) = C 2 sin x
L

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 15


Transfert de chaleur



Ou de façon plus générale : X ( x) = ∑ C n sin x
n =0 L
CL3 ⇒ C3=0
⎛ nπ ⎞
⇒ Y ( y ) = C 4 exp⎜ − y⎟
⎝ L ⎠

⎛ nπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
Donc l’équation (Eq.2) s’écrit : T ( x, y ) = ∑ An exp⎜ − y ⎟ sin ⎜ x⎟ Eq.3
n =0 ⎝ L ⎠ ⎝ L ⎠

⎛ nπ ⎞
Si en tient compte de C.L.4, l’équation (Eq.3) s’écrit : T0 = ∑ An sin ⎜ x⎟
n =0 ⎝ L ⎠
Finalement, il faut déterminer les valeurs de la constante An. Pour ce faire on peut utiliser la procédure de
développement du théorème de Fourier :
On trouve :

4T0
An = n= impaire

La solution pour l’équation (Eq.2) pour la plaque semi-infinie est donc :

4 ⎛ nπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
T = T0 ∑
n =1 nπ
exp⎜ − y ⎟ sin ⎜
⎝ L ⎠ ⎝ L ⎠
x⎟ Eq.4
nimpaire

La figure ci-dessous montre la convergence de l’équation (Eq.4) pour x/L = 0.5 et y/L = 0.1
(n = 1,3,5,7,…35). Pour n> 15, l’équation (Eq.4) devient stable est assez précise.

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 16


Transfert de chaleur

Température relative en fonction de x/L.. Température relative pour x/L = 0.5 en fonction de y/L.
___ y/L = 0.1
___ ___ y/L = 0.5
___ _ ___ _ y/L = 1

Exemple 2 :

Une plaque semi-infinie avec des conditions aux limites suivant :


T = T1 si x = 0 C.L. 1
T = T1 si x = L C.L. 2
T = T1 si y = ∞ C.L. 3
T = f(x) si y = 0 C.L. 4
Par introduction de la fonction θ = T-T1 le problème devient semblable à l’exemple 1.

3. Méthode numérique.
3.1 - Principe de la méthode
Remplacer l’équation différentielle aux dérivées partielles (qu’on ne sait pas résoudre en général)
par un système d’équations linéaire (que l’on pourra résoudre facilement). Plutôt que de chercher
l’expression T(x,y) de la température en tout point du domaine, on va s’intéresser à la détermination des
températures uniquement en des lieux précis du domaine. On discrétise le domaine à l’aide d’un
maillage (voir figure) qui définit des points particuliers, les nœuds où l’on va chercher la température.

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 17


Transfert de chaleur

3.1.1. Discrétisation de la fonction T(x, y)


On remplace les coordonnés (x,y) continu par l’ensemble de points discrets (xi,yk) avec xi=i.∆x et
yk=k.∆y (i et k∈Z). Ce qui entraîne le remplacement de la fonction continue T(x,y) par l’ensemble de point
discrets T(i,k) (pour des raisons de simplicité d’écriture on notera T(i,k) simplement par Ti,k ).
Autour de chaque nœud, on peut définir un volume de contrôle ∆x.∆y de profondeur L.
Y
∆x ∆x

Ti-1,k+1 Ti,k+1 Ti+1,k+1


Yk+1
∆y
Yk
∆y T i - 1, k T i, k Ti+1,k
...

T i - 1, k - 1 T i , k- 1 Ti+1,k-1
Y2

Y1
x
x1 x2 ... xi - 1 xi xi+1 ... x n= L

(i −1) ∆x (i +1) ∆x
i ∆x

On cherche maintenant à exprimer le Laplacien de T(x,y) par les points discrets Ti,k. Pour se faire, on
développe dans un premier temps Ti,k en série de Taylor au voisinage du point xi, en yk (voisinage du point i, en
k) :
∂T 1 2 ∂ ²T 1 ∂ ³T
Ti +1,k = Ti ,k + ∆x + ∆x + ∆x 3 + ϑ (∆x 4 ) (1)
∂x i ,k 2 ∂x ² i ,k 6 ∂x ³ i ,k

∂T 1 2 ∂ ²T 1 ∂ ³T
Ti −1,k = Ti ,k − ∆x + ∆x − ∆x 3 + ϑ (∆x 4 ) ( 2)
∂x i ,k 2 ∂x ² i ,k 6 ∂x ³ i ,k

2 ∂ ²T
(1) + (2) ⇒ Ti +1,k + Ti −1,k = 2 Ti ,k + ∆x + ϑ (∆x 4 )
∂x ² i ,k

∂ ²T Ti +1,k + Ti −1,k − 2 Ti ,k
D’où = + ϑ (∆x 2 ) (3)
∂x ² i ,k ∆x 2

Dont un second temps on développe Ti,k en série de Taylor au voisinage du point yk, en xi (voisinage du
point k, en i) :

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 18


Transfert de chaleur

∂T 1 2 ∂ ²T 1 ∂ ³T
Ti ,k +1 = Ti ,k + ∆y + ∆y + ∆y 3 + ϑ (∆y 4 ) ( 4)
∂y i ,k
2 ∂y ² i ,k
6 ∂y ³ i ,k

∂T 1 2 ∂ ²T 1 ∂ ³T
Ti ,k −1 = Ti ,k − ∆y + ∆y − ∆y 3 + ϑ (∆y 4 ) (5)
∂y i ,k
2 ∂y ² i ,k
6 ∂y ³ i ,k

2 ∂ ²T
(4) + (5) ⇒ Ti ,k +1 + Ti ,k −1 = 2 Ti ,k + ∆y + ϑ (∆y 4 )
∂y ² i ,k

∂ ²T Ti ,k +1 + Ti ,k −1 − 2 Ti ,k
D’où = + ϑ (∆y 2 ) (6)
∂y ² i ,k
∆y 2

(3) + (6) ⇒
∂ ²T ∂ ²T T i + 1, k + T i − 1, k − 2 T i , k T i, k + 1 + T i, k − 1 − 2 T i, k
+ = +
∂x ² i, k ∂y ² i, k ∆x 2 ∆y 2
On choisissant le même pas dans les deux direction ∆x = ∆y :
∂ ²T ∂ ²T Ti +1,k + Ti −1,k − 4 Ti ,k + Ti ,k +1 + Ti ,k −1
+ =
∂x ² i ,k ∂y ² i ,k
∆x 2
On tenant compte du régime stationnaire et inerte :
∂ ²T ∂ ²T Ti +1,k + Ti −1,k − 4 Ti ,k + Ti ,k +1 + Ti ,k −1
+ = =0
∂x ² i ,k ∂y ² i ,k
∆x 2
Finalement : Ti +1,k + Ti −1,k − 4 Ti ,k + Ti ,k +1 + Ti ,k −1 = 0
Pour retrouver la notation habituelle, remplaçant les indices i,k par les parenthèses (i,k) :
T (i + 1, k ) + T (i − 1, k ) − 4 T (i, k ) + T (i, k + 1) + T (i, k − 1) = 0
4 T (i, k ) = T (i + 1, k ) + T (i − 1, k ) + T (i, k + 1) + T (i, k − 1)

On a donc remplacé l’équation différentielle par une équation linéaire simple à résoudre. Pour chaque
nœud on a une équation. Pour un problème comprenant au totale I*K nœuds, on obtient ainsi un système de I*K
équations linéaires à I*K inconnues (T(i,k)). La résolution du problème se ramène donc à la résolution d’un
système d’équations linéaires.
On note que la température en un point (i,k) est la moyenne des températures des points voisins.
Exemple : voir T.D
3.1.2. Conditions aux limites
Aux frontières du domaine les principales conditions que nous allons rencontrer sont :
• la température constante
• la densité de flux est connue
• échange par convection avec l’environnement.
Affin de faciliter l’obtention des bilans sur chaque nœud du maillage, il est pratique de faire
l’hypothèse que tous les flux rentrent dans la maille. Dans ces conditions, les flux de conduction ont une
expression où l’on peut utiliser les températures extérieures et intérieures à la maille :
TExt −TInt
φEntrant= λ.S
∆x
Pour la convection, le flux s’écrit simplement :
φ Entrant = h.S (TExt − TInt )
Les cas de température sont très simples à expliciter. Nous nous limiterons ici aux échanges convectifs :

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 19


Transfert de chaleur

3.1.2.1. Convection sur la surface

i-1 i
Bilan de chaleur d’une maille autour du
nœud (i,k) :
∑φ
j
j =0
k+1
φ1 = h.L.∆x(T∞ − T (i, k )) ⎫
φ2 ∆x T (i, k + 1) − T (i, k ) ⎪⎪
φ 2 = λ.L.
2 ∆x ⎪

h, T∞ T (i − 1, k ) − T (i, k ) ⎬
φ3 = λ .L.∆x
φ3 ∆x ⎪

k ∆x T (i, k − 1) − T (i, k ) ⎪
φ1 φ 4 = λ.L.
2 ∆x ⎪⎭

φ4
k-1

(2.T (i − 1, k ) + T (i, k + 1) + T (i, k − 1)) + 2 h∆x T∞ − 2( h∆x + 2)T (i, k ) = 0


λ λ
3.1.2.2. Convection dans un coin intérieur
- i-1 i i+1

k+1

φ4
φ3
φ5
k

φ2
φ1
φ6 Bilan de chaleur d’une maille autour du nœud
(i,k) : h, T∞

∑φ
k-1
j =0
j

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 20


Transfert de chaleur

∆x ⎫
φ1 = h.L. (T∞ − T (i, k )) ⎪
2

∆x ⎪
φ2 = h.L. (T∞ − T (i, k ))
2 ⎪
∆x T (i + 1, k ) − T (i, k ) ⎪⎪
φ3 = λ .L.
2 ∆x ⎪
⎬ ⇒
T (i, k + 1) − T (i, k ) ⎪
φ4 = λ .L.∆x
∆x ⎪
T (i − 1, k ) − T (i, k ) ⎪
φ5 = λ .L.∆x ⎪
∆x ⎪
∆x T (i, k − 1) − T (i, k ) ⎪
φ6 = λ .L. ⎪
2 ∆x ⎭
h∆x h∆x
2.[T (i − 1, k ) + T (i, k + 1)] + [T (i + 1, k ) + T (i, k − 1)] + 2 T∞ − 2( + 3)T (i, k ) = 0
λ λ
3.1.2.3. Convection sur un coin extérieur
h, T∞
φ2
k

φ3
φ1
φ4
k-1

i-1 i

Bilan de chaleur d’une maille autour du nœud T(i,k) :


∑φ
j
j =0

∆x ⎫
φ1 = h.L. (T∞ − T (i, k )) ⎪
2

∆x ⎪
φ 2 = h.L. (T∞ − T (i, k ))

2
⎬⇒ [T (i − 1, k ) + T (i, k − 1)] + 2 h∆x T∞ − 2( h∆x + 1)T (i, k ) = 0
∆x T (i − 1, k ) − T (i, k ) ⎪ λ λ
φ3 = λ.L.
2 ∆x ⎪
∆x T (i, k − 1) − T (i, k ) ⎪
φ 4 = λ .L. ⎪
2 ∆x ⎭
Le système d’équations linéaires étant obtenu, on peut le résoudre par :
- une méthode directe : cas de 4 équations (problème de matrice)

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 21


Transfert de chaleur

⎛ a11 a12 a13 a14 ⎞⎛ T1 ⎞ ⎛ f1 ⎞


⎜ ⎟⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎜ a 21 a 22 a 23 a 24 ⎟⎜ T2 ⎟ ⎜ f2 ⎟
⎜a =
a32 a33 a34 ⎟⎜ T3 ⎟ ⎜ f3 ⎟
⎜ 31 ⎟⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎜a
⎝ 41 a 42 a 43 a 44 ⎟⎠⎜⎝ T4 ⎟⎠ ⎜⎝ f 4 ⎟⎠
- une méthode itérative (Gauss-Seidel). Cette dernière est facile à programmer
Exemple : cas d’un système de quatre équations à quatre inconnues.(voir organigramme)
Soit à résoudre :
f1 − a12T2 − a13T3 − a14T4
T1 =
a11
a11T1 + a12T2 + a13T3 + a14T4 = f 1 f 2 − a 21T1 − a 23T3 − a 24T4
T2 =
a 21T1 + a 22T2 + a 23T3 + a 24T4 = f 2 a 22

a31T1 + a32T2 + a33T3 + a34T4 = f 3 f 3 − a31T1 − a32T2 − a34T4
T3 =
a 41T1 + a 42T2 + a 43T3 + a 44T4 = f 4 a33
f 4 − a 41T1 − a 42T2 − a 43T3
T4 =
a 44
On appelle T1(0), T2(0), T3(0) et T4(0) des estimés initiaux des températures.

f 1 − a12T2 (0) − a13T3 (0) − a14T4 (0)


T1 (1) =
a11
f 2 − a 21T1 (1) − a 23T3 (0) − a 24T4 (0)
T2 (1) =
a 22
f 3 − a 31T (1)1 − a 32T2 (1) − a34T4 (0)
T3 (1) =
a33
f 4 − a 41T1 (1) − a 42T2 (1) − a 43T3 (1)
T4 (1) =
a 44
On boucle jusqu’à convergence sur toutes les variables. T j (n − 1) − T j (n) ≤ ε

La convergence n’est pas toujours garantie à mois que a ii ≥ ∑a


j =1, j ≠ i
ij

L’obtention d’une solution ne garantie pas l’exactitude des résultats.

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 22


Transfert de chaleur

Initialisation :
T1(0) = 20
T2(0) = 20
T3(0) = 20
T4(0) = 20

Calcul de Ti(1) :
f − a T (0) − a13T3 (0) − a14T4 (0)
T1 (1) = 1 12 2
a11 T1(0) = T1(1)
f − a21T1 (1) − a23T3 (0) − a24T4 (0) T2(0) = T2(1)
T2 (1) = 2
a22
T3(0) = T3(1)
f 3 − a31T (1)1 − a32T2 (1) − a34T4 (0)
T3 (1) = T4(0) = T4(1)
a33
f 4 − a41T1 (1) − a42T2 (1) − a43T3 (1)
T4 (1) =
a

Teste de convergence
Ti (0) − Ti (1) ≥ 0.05 Oui

Fin

Conduction bidirectionnelle en régime permanent Page 23


Transfert de chaleur  
Transfert de chaleur par rayonnement

1-INTRODUCTION
Tous les corps solides, liquides ou gazeux émettent un rayonnement de nature électromagnétique. Cette
émission d’énergie représente un flux de chaleur émis par le corps considéré. Ce rayonnement est composé de
radiations de longueurs d’ondes différentes (0.1 µm à 100 µm)

Figure 1- le spectre électromagnétique

Le vide et la plupart des gaz simples (O 2 , N 2 , H 2 ) constituent des milieux parfaitement transparents à la
propagation de ce rayonnement. Certains gaz composés (en particulier CO2, H2O CO, CH4 ) sont seulement
partiellement transparents, car la propagation s’accompagne d’une diminution de l’énergie transportée. Certains liquides
et solides (polymères, verres) entrent également dans cette catégorie. Mais la majorité des liquides et solides sont
opaques, car ils arrêtent la propagation de tout rayonnement dès leurs surfaces. Du point de vue de l’émission, on
distingue :
- le rayonnement de corps opaques provenant de leur seule surface
- le rayonnement des corps partiellement transparents qui provient de toute leur masse.

L’émission de rayonnement électromagnétique par des corps réduit ainsi leurs énergies internes. Il s’agit d’un
flux de chaleur émis par le corps considéré.
Un rayonnement incident qui arrive sur un corps opaque avec une énergie φi, est partiellement réfléchi (φr), le
reste est absorbé (φa) au voisinage de l’impact.
On a φi = φr+φa

Figure 2 - Interaction d’un rayonnement thermique et d’un corps opaque

La réflexion peut être diffuse (φr dans toutes les directions), spéculaire (φr dans la direction symétrique de φi),
ou quelconque.

Figure 3 - Divers types de réflexions

Il faut noter, que tout corps en équilibre thermique émet et reçoit en même temps des rayonnements. Il devra
être considéré au moment d’étude à la fois comme émetteur et récepteur.

2. Grandeurs et relations fondamentales attachées aux corps opaques


Il existe deux classifications pour les diverses grandeurs physiques impliquées dans la transmission de
l’énergie par rayonnement :
- Une classification selon la composition du spectre du rayonnement thermique :
Elles sont appelées « totales » ou « énergétiques » lorsqu’elles concernent l’ensemble du spectre du rayonnement
thermique. Elles sont appelées monochromatiques lorsqu’elles concernent une longueur d’ondeλ.

Transfert de chaleur par rayonnement Page 24


Transfert de chaleur  
- Une classification selon la distribution spatiale du rayonnement :
Les grandeurs sont dites hémisphériques lorsqu’elles concernent l’ensemble des directions de l’espace. Elles sont dites
directionnelles lorsqu’elles concernent une direction donnée.

2-1 Grandeurs relatives aux surfaces émettant un rayonnement


2-1-1. Flux d’une source :
Désigne la puissance émise par une source dans tout l’espace où elle peut rayonner. Il est noté φ et s’exprime
en Watts.
Si une source est de dimensions faibles par rapport à la distance la séparant du point d’où on l’observe, elle
sera considérée comme ponctuelle, et pourra rayonner dans toutes les directions de l’espace sphérique qui l’entoure,
c’est-à-dire dans un angle solide de 4π stéradian. Si au contraire, la source est de grandes dimensions, un élément dS de
la surface de cette source pourra rayonner dans un espace hémisphérique limité par le plan tangent à la source, soit donc
dans un angle solide de 2π stéradians.

2-1-2. Emittance d’une source



C’est le flux total émis par unité de surface de la source : M =
dS
(
W / m2 )

Figure 4 - Emittance d’une source, en Watt/m2

2-1-3. Intensité d’une source dans une direction Ox


Considérons de nouveau un élément de surface dS d’une source S, et une direction quelconque Ox par rapport
à cet élément dS, l’axe Ox étant repéré par l’angle β qu’il fait avec la normale On à dS.
Considérons également un angle solide élémentaire dΩ entourant la direction Ox. Si le flux de la source dans
tout l’espace hémisphérique où elle rayonne est φ, on notera dφOx la portion de ce flux rayonnée dans l’angle solide dΩ.
dφ Ox
Par définition, on appellera intensité de la source dans la direction Ox la quantité : I Ox = Cette intensité Iox
dΩ
s’exprime en Watt/stéradian ( W/sr).

Figure 4 – intensité de la source dans la direction Ox


2-1-4 Luminance d’une source dans une direction Ox
On définit la luminance Lox d’une source d’aire dS, dans la direction Ox, comme le quotient de l’intensité Iox de
la source dans cette direction, par l’aire apparente dS’ de la source dans la même direction:
I I Ox
L Ox = Ox =
dS′ dS cos β

Transfert de chaleur par rayonnement Page 25


Transfert de chaleur  
En effet, vu de la direction Ox, tout se passe comme si le flux était émis par la surface projetée dS’ = dS cos β. En
introduisant la définition de l’intensité Iox la luminance s’exprime par la relation:
dφOx
d 2φOx
L Ox = dΩ =
dS cos β dΩ dS cos β
La luminance apparaît donc comme la puissance rayonnée par unité d’angle solide entourant la direction Ox, et par
unité de surface projetée perpendiculairement à cette direction. Elle s’exprime en Watt par m2 et par stéradian (
W/(m2.sr) )
Le flux élémentaire émis par un élément de surface dS dans un angle solide dΩ entourant une direction Ox,
inclinée d’un angle β sur la normale à cette surface, a donc pour expression:
d 2φ Ox = L Ox dS cosβ dΩ

2.1.5 Loi de Lambert


Une source obéit à la loi de Lambert si sa luminance est la même dans toutes les directions de l’espace. On
parle alors de source isotrope ou diffuse ou Lambertienne.
Lox=L indépendante de la direction ox. Ce sera le cas de pratiquement toutes les surfaces émissives qui nous
concernent, et pour lesquelles la luminance L ne dépendra que de la température T de la surface.

2.1.6. Relation entre émittance et luminance dans le cas d’une émission diffuse
Le flux émis par une surface élémentaire dS dans un angle solide dΩ entourant une direction ox a pour
expression :
d 2φ Ox = L Ox dS cosβ dΩ
Intégrons cette expression dans le demi-espace de 2π stéradians au-dessus de dS.
dφ = L dS ∫∫∫ cos β dΩ
2π sr

L’émittance M, telle qu’on l’a définie au § 2.1.1, d’une source diffuse est donc donnée par:

M =
dS
= L ∫∫∫ π 2 sr
cos β dΩ

Pour calculer l’intégrale triple ci-dessus, on commence par garder l’angle


β constant:
π
M = L ∫
0
2
cos β ∫∫ dπ Ω
2 sr

L’intégration de l’élément d’angle solide dΩ autour de Oz conduit à la


surface de la couronne sphérique engendrée par la rotation autour de Oz
du segment AH. Cette aire a pour valeur: 2π AH R dβ, c’est-à-dire,
compte-tenu que R=1, 2π sin β dβ

Il vient donc:
π
M = 2π L ∫0
2
cos β sin β dβ

π
= π L ∫
0
2
sin 2 β dβ
c’est-à-dire:

Transfert de chaleur par rayonnement Page 26


Transfert de chaleur 
M=πL
relation entre l’émittance M et la luminance L d’une surface émissive diffuse, dite encore Lambertienne, c’est-à-dire
respectant la Loi de Lambert.
2-2 Grandeurs relatives aux surfaces recevant un rayonnement
Les notions de flux, d’intensité et de luminance s’appliquent aussi bien au rayonnement incident sur une
surface qu’au rayonnement émis par celle-ci. Par contre, la notion d’émittance est remplacée dans le cas d’un
rayonnement incident, par l’éclairement de la surface.
2.2.1 Eclairement

On désigne ainsi le flux total reçu par l’unité de surface réceptrice: E =
dS
L’éclairement E s’exprime en W/m2
C’est donc la densité de flux de chaleur arrivant sur l’unité de surface réceptrice dS, en provenance du demi-espace
visible depuis cette surface.
2-3 Récapitulation des principales définitions

Grandeurs hémisphériques, caractérisant un rayonnement émis dans l’ensemble des directions de l’espace
environnant la source considérée

Grandeur totale, concernant l’ensemble Grandeur monochromatique concernant une


Grandeur du spectre rayonné longueur d’onde unique λ

Flux d’une source Flux total Flux monochromatique


φ en W ⎛ dφ ⎞
φλ = ⎜ ⎟ en W/m
⎝ dλ ⎠ λ

Emittance d’une Emittance totale Emittance monochromatique


source dφ ⎛ dM ⎞ ⎛ d 2φ ⎞
M= en W/m2 Mλ = ⎜ ⎟ = ⎜⎜ ⎟⎟ en W/m3
dS ⎝ dλ ⎠ λ ⎝ dS dλ ⎠ λ
Grandeurs directionnelles, caractérisant un rayonnement émis dans une direction particulière Ox

Intensité totale dans la direction Ox Intensité monochromatique dans la direction Ox


Intensité d’une source dφ ⎛ dI Ox ⎞ ⎛ d 2φ Ox ⎞
I Ox = Ox en W/sr I Ox, λ =⎜ ⎟ = ⎜⎜ ⎟ en W/(m.sr)
dΩ ⎟
⎝ dλ ⎠ λ ⎝ dΩ dλ ⎠ λ
Luminance d’une Luminance totale dans la direction Ox Luminance monochromatique dans la direction Ox
source I Ox d φ Ox 2
⎛ dL Ox ⎞ d 2φ Ox, λ
L Ox = = en L Ox, λ =⎜ ⎟ =
dS cos β dΩ dS cos β ⎝ dλ ⎠ λ dΩ dS cosβ
W/(m2.sr) en W/(m3.sr)

Tableau 1 - Récapitulation des principales définitions

3. Lois de rayonnement thermique : cas du corps noir


Un corps noir est un corps qui absorbera tout rayonnement incident le frappant, sans en réfléchir ni laisser
échapper aucune fraction, et ceci quelques soient les longueurs d’onde et les directions de propagation. De la même
manière, un corps noir sera capable de rayonner dans chaque longueur d’onde le maximum d’énergie calorifique

Transfert de chaleur par rayonnement Page 27


 
Transfert de chaleur

stockable théoriquement dans cette bande de fréquence à un niveau de température T déterminé. Un tel corps,
thermiquement idéal, n’existe pas dans la nature.
Dans tout ce qui suit, les grandeurs relatives au corps noir seront affectées d’un indice supérieur «0». Ainsi, par
exemple, l’émittance monochromatique du corps noir à la longueur d’onde λ sera notée M 0λ
3.1 Loi de PLANCK
Cette loi relie l’émittance monochromatique du corps noir M 0λ , à la longueur d’onde λ et à sa température
absolue T.
0 2 π h C2 λ - 5
Elle s’exprime sous la forme: M λ = hC (Eq. a)
kλT
e - 1
Avec:
C = C0 / n : n l’indice de réfraction du milieu, et C0 = 2,9979 . 108 m/s
• h : est la constante de PLANCK, h = 6,6255.10-34 J.s
• k : est la constante de BOLTZMANN, k = 1,3805.10-23 J/K
Lorsque le rayonnement se propage dans un milieu dont l’indice de réfraction est égal à l’unité, ce qui est le cas en
toute rigueur pour le vide, et pour l’air en première approximation, la loi de PLANCK peut se mettre sous la forme
0
C1 λ - 5
simplifiée suivante, qui est celle qui sera utilisée dans la pratique courante: M λ = C2 (Eq. b)
e λT − 1
C1 et C2 sont deux constantes physiques dont les valeurs sont données, en unités S.I, dans le tableau suivant:
T λ C1 = 2 π h C 20 h C0 M 0λ
C2 =
k
K m 3,741.10-16 W.m2 0,014388 m.K W/m3
K µm 3,741.108 W. µm4/m2 14.388 µm.K W/(m2. µm)
La figure 7 ci-dessous représente les courbes de variation de l’émittance monochromatique d’un corps noir,
calculées à l’aide de la relation (Eq b), pour diverses valeurs de la température absolue de ce corps noir.
Chaque courbe présente pour une certaine abscisse λm un maximum d’autant plus prononcé que la température T est
plus élevée.

Figure 7 - Emittance monochromatique du corps noir

3.2. Lois de WIEN


3.2.1. 1ièr Loi de WIEN ou lois du déplacement
0
L’abscisse λm du maximum de M λ , se déplace vers les courtes longueurs d’onde lorsque la température croît.
C’est ce qu’exprime la « loi du déplacement » de WIEN : λ m T = 2898 µm.K

Transfert de chaleur par rayonnement Page 28


Transfert de chaleur  
ème
3.2.2. 2 Loi de WIEN
0
Cette loi fournit la valeur du maximum M λm en fonction de T. Elle s’exprime sous la forme suivante:
M 0λm = B T 5
La constante B est donnée dans le tableau suivant:
T λ B M 0λm
K m 1,287.10-5 W/(m3.K5) W/m3
K µm 1,287.10-11 W/(m2. µm .K5) W/(m2. µm)
3.3. Loi de STEFAN-BOLTZMANN
Cette loi fournit l’émittance totale du rayonnement du corps noir dans le vide, en fonction de sa température
absolue. On peut l’établir en intégrant sur l’ensemble du spectre, la relation (Eq a) exprimant la loi de PLANCK.
La loi de STEFAN-BOLTZMANN s’exprime par la relation : M
0
= σ T4
σ est la constante de STEFAN-BOLTZMANN, dont l’expression et la valeur numérique sont données dans le tableau
suivant:
2 π 5 k4 T M0
σ =
15 C 20 h 3
5,67 . 10-8 W/(m2.K4) K W/m2
4. Rayonnement des corps réels
L’évaluation des propriétés émissives des substances réelles se fait par rapport à celles d’un corps noir placé
dans les mêmes conditions de température et de longueur d’onde, à l’aide de coefficients appelés émissivités, totales ou
monochromatiques, hémisphériques ou directionnelles. Ainsi, les émittances totale et monochromatique d’une surface
réelle déterminée, seront fournies par des relations du type :
M = ε M0 et M λ = ε λ M λ0
relations dans lesquelles ε est l’émissivité hémisphérique du corps, et ελ son émissivité monochromatique à la longueur
d’onde λ.
Quant aux luminances L et Lλ du corps, elles seront liées à celles du corps noir par les relations:
0 M λ0
L Ox = ε Ox L0 = ε Ox M π et L Ox, λ = ε 0x, λ π
dans lesquelles εOx est l’émissivité directionnelle totale du corps, et εOx, λ son émissivité directionnelle
monochromatique.
4.1. Notion de corps gris
Hypothèse simplificatrice : toutes les surfaces en présence auront une émissivité indépendante de la direction
d’émission et de la longueur d’onde, tout comme un corps noir, mais à des niveaux d’énergie moindres.
De tels corps pourront alors être qualifiés de gris, et seront caractérisés du point de vue de leurs propriétés
radiatives par les relations suivantes: εOx = εOx,λ = ε = Constante
L’émittance totale d’un corps gris sera alors déduite celle du corps noir donnée par la loi de STEFAN-BOLTZMANN:
M = ε σ T4 en W/m 2
Le tableau suivant donne quelques valeurs d’émissivités ε
Nature de la substance émissivité ε
réfractaire 0,8
peinture réfléchissante 0,3
fer poli 0,15 (à 20°C) à 0,35 (à 900°C)
aluminium poli 0,05
aluminium oxydé 0,15

Transfert de chaleur par rayonnement Page 29


Transfert de chaleur  
4.2. Loi de KIRCHHOFF
Cette loi établit un rapport entre les propriétés émissives et absorbantes d’un corps. Pour la démontrer, on considère un
corps placé dans une enceinte fermée dont les parois possèdent les propriétés d’un corps noir. Tout le système est en
équilibre thermique à une température uniforme T, et le corps considéré n’enregistre donc ni gain ni perte thermique.

Dans ces conditions, un élément de surface dS du corps émet dans un


angle solide élémentaire dΩ entourant une direction Ox inclinée d’un
angle β sur la normale un flux monochromatique :
[d ϕ ]
2
Ox, λ émis = ε Ox, λ L0λ dS cosθ dΩ

Simultanément, la surface dS reçoit dans le même angle solide dΩ, et à la même longueur d’onde λ, unflux émis par
l’enceinte noire qui a pour valeur Lλ dS cosθ dΩ .
0

Le corps considéré en absorbera donc une partie:


[d Φ ]
2
Ox, λ absorbé
=α Ox, λ L0λ dS cosθ dΩ
L’équilibre thermique du corps implique l’égalité des flux émis et absorbé, d’où la relation suivante qui exprime la Loi
de KIRCHHOFF:
ε Ox, λ = α Ox, λ
Dans le cas où les rayonnements émis et reçus par le corps sont parfaitement répartis sur l’ensemble des directions de
l’espace hémisphérique (cas d’une émission et d’un éclairement diffus), la loi de KIRCHHOFF précédente est
également applicable aux propriétés monochromatiques hémisphériques:
ελ = αλ
Il n’est généralement pas possible d’étendre la loi de KIRCHHOFF au rayonnement total émis et absorbé par un corps
quelconque, et donc de considérer que α = ε.
En effet, l’émissivité totale ε(T) d’un corps est définie par la relation:

M(T) ∫ ε λ M 0λ (T) dλ
ε (T) = =
0

M 0 (T) σ T4
Cette fonction ε(T) est une propriété caractéristique du seul corps émetteur, dépendant de son émissivité
monochromatique ελ, et variant avec sa température T. Par contre, le coefficient d’absorption total de ce même corps est
la fraction α absorbée par le corps, sur l’ensemble des longueurs d’ondes incidentes. Si Eλ est l’éclairement
monochromatique tombant sur le corps, on a:
∞ ∞
∫ α λ E λ dλ ∫ α λ E λ dλ
α = 0
∞ =
0

E
∫ E λ dλ
0

Le coefficient d’absorption α dépend donc lui aussi du corps considéré, par l’intermédiaire des αλ, mais aussi de la
composition spectrale Eλ du rayonnement reçu, et donc en définitive de la nature et de la température du corps qui a
émis le rayonnement absorbé.
C’est pourquoi le coefficient d’absorption total α ne saurait être une caractéristique intrinsèque d’un corps, comme l’est
son émissivité totale ε(T).
D’une manière générale, on aura donc: α≠ε
Il y a deux exceptions importantes à cette situation:
Transfert de chaleur par rayonnement Page 30
Transfert de chaleur  
• Le corps noir, défini par les propriétés:
ελ = 1 et αλ = 1 quelque soit λ
Il en résulte immédiatement que:
ε =α
• Les corps gris, définis par la propriété:
ελ = ε quelque soit λ
La relation : ε λ = α λ entraîne donc: αλ = ε quelque soit λ,

C’est-à-dire encore:
ε =α
5. Calcul des échanges de chaleur par rayonnement.
On se limite à étudier certains cas simples pour lesquels le calcul des échanges entre les corps est possible. Une
première approximation consiste a assimilé tous les corps solides rencontrés à des corps gris : La grande difficulté
réside dans la « réduction » d’un cas réel à un cas connu : c’est ce que l’on appelle la modélisation du problème.

5.1 Echanges par rayonnement entre deux surfaces noires opaques, séparées par un milieu
parfaitement transparent.

dS2

dΩ1

dS1
Figure : Echanges par rayonnement entre deux surfaces.
L’équation : d
2
φ1→2 = L dS1 cosβ1 dΩ1→2 .
0
T1 décrit le flux total émis par un élément de surface dS1 d’un corps
noir dans l’angle solide dΩ 1→ 2 (direction D).
dS 2 cosβ 2
Avec : dΩ1→2 =
d2
M 0T1 dS1 cosβ 1 dS 2 cosβ 2
Donc d φ1→2 =
2

π d2
Soit un deuxième corps noir dont l’élément de surface dS2 intercepte le rayonnement émis par dΩ 1→ 2 . Alors Lorsque
le corps numéro 2 est un corps noir, ce flux est totalement absorbé. Simultanément, dS2 (à la température 2 T2 ) émet en
direction de dS1 :
M 0T2 dS1 cosβ1 dS 2 cosβ 2
d φ 2→1 =2

π d2
4 dS1 cosβ 1 dS 2 cosβ 2
Le bilan de l’échange est : d φ12 = d φ1→ 2 - d φ 2→1 = σ T1 − T2
2 2 2 4
( π d2
)
Par intégration, en obtient Le flux total échangé entre S1 et S2 :

Transfert de chaleur par rayonnement Page 31


Transfert de chaleur  
dS1 cosβ1 dS 2 cosβ 2
φ12 = σ (T14 − T24 ) ∫∫
S1S 2 π d2

φ12 = σ (T14 − T24 ) S1 F12 = σ (T14 − T24 ) S 2 F21


dS cosβ1 dS 2 cosβ 2
Avec S1 F12 = S 2 F21 = ∫∫ 1
SS 1 2
π d2
F12 et F21 sont des quantités purement géométriques et sans dimensions
F12 : Facteur de forme sous lequel S1 voit S2
F21 : Facteur de forme sous lequel S2 voit S1
De ce fait, le problème du calcul des échanges se réduit uniquement au calcul de ces facteurs de forme.
5.2. Les facteurs de forme
On définit le facteur de forme Fij par :
dSi cosβ i dS j cosβ j
S i Fij = S j Fji = ∫∫
Si S j π d2
Le facteur de forme Fij est aussi la fraction du flux hémisphérique qui atteint Sj en provenance de Si :
φi→ j
Fi , j =
φi
5.2.1. Calcule des facteurs de forme
5.2.1.1. Relation d’addition
Soit une surface Sj décomposable en deux surfaces (Sj1 et Sj2 ), l’opérateur intégrale étant un opérateur linéaire, on
obtient la relation
S j = S j1 + S j2 ⇒ Fij = Fij1 + Fij2
5.2.1.2. Cas d’une enceinte (surface fermée)
Soit une surface fermée constituée de surfaces noires individuellement isothermes, au nombre de N :

N ∑φ i→ j
φi N

∑ Fi, j =
j=1
j =1

φi
=
φi
=1 ⇒ ∑F
j=1
i, j =1

5.2.1.3. Facteurs de forme pour deux surfaces en " influence totale "
Cas de deux sphères, de deux cylindres très longs, de deux plans infinis parallèles, d’une demi-sphère ou d’un
demi-cylindre très long avec leur plan de base de surface :

Tout le flux émet par 1 est reçus intégralement par 2 (influence totale) : F12 = 1

Transfert de chaleur par rayonnement Page 32


Transfert de chaleur  
S1
S1 F12 = S 2 F21 = S1 ⇒ F21 =
S2
S1
F21 + F22 = 1 ⇒ F22 = 1 −
S2
5.3 Représentation des échanges radiatifs entre surfaces noires par analogie électrique
La relation exprimant le flux net échangé entre deux surfaces noires
φ1, 2 = σ (T14 - T24 ) S1 F12 = (M 10 - M 02 ) S1 F12
D’où :
φ1, 2
(M 0
1 )
- M 02 =
S1 F12

5.4 Echanges par rayonnement entre deux surfaces grises opaques séparées par un milieu
parfaitement transparent.
Ce type de surface, outre le flux radiatif émis, réfléchit une partie du flux radiatif incident (qu’elle reçoit). On
introduit une nouvelle grandeur, appelée radiosité J, constituée du flux émis et du flux réfléchi c’est à dire du flux qui
quitte la surface.

6
47J
4
8

ϕe ϕr E

(S)

J = ϕe + ϕ r

Où ϕe = εσT 4

ϕ r = ρE = (1 − α )E = (1 − ε )E (Car corps gris : α=ε)

Cas deux plans infinis parallèles (influence totale) :

Transfert de chaleur par rayonnement Page 33


Transfert de chaleur  
Pour S1 on a : ϕe = ϕ1 = ε1σT14
ϕ r = (1 − ε 1 ) J 2

J2 constitue l’éclairement de S1, J1 constitue l’éclairement de S2 :


J 1 = ϕ1 + J 2 (1 − ε 1 )
J 2 = ϕ 2 + J 1 (1 − ε 2 )
L’expression finale des éclairements est :
ϕ1 + (1 − ε1 )ϕ2
J1 =
1 − (1 − ε1 )(1 − ε 2 )
ϕ + (1 − ε 2 )ϕ1
J2 = 2
1 − (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )
Le flux φ12 s’écrit :
ε 1ε 2
φ12 = S1ϕ12 = S1 ( J 1 − J 2 ) = S1 σ (T14 − T24 )
1 − (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )
φ12 ε 1ε 2
= J1 − J 2 = σ (T14 − T24 )
S 1 − (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )

Avec : S1=S2=S

Exemple :
Cas de deux surfaces grises (de dimensions finies) fermant tout l’espace

Le flux total (en watts) quittant S1 s’écrit :

S1 J 1 = S1ϕ1 + (1 − ε 1 )[F11 S1 J 1 + F21 S 2 J 2 ]


et comme S 2 F21 = S1 F12
J 1 = ϕ1 + (1 − ε 1 )[F11 J 1 + F12 J 2 ]
De même
J 2 = ϕ 2 + (1 − ε 2 )[F21 J 1 + F22 J 2 ]
Le flux échangé entre S1 et S2 s’écrit :

φ12 = S1 F12 J 1 − S 2 F21 J 2 = S1 F12 ( J 1 − J 2 )


On trouve :
φ12 ε 1ε 2
= σ (T14 − T24 )
S1 ⎛ S ⎞ F
1 − ⎜⎜1 − ε 1 1 ⎟⎟(1 − ε 2 ) + ε 1ε 2 11
⎝ S2 ⎠ F12

6. Rayonnement de corps partiellement transparents

Pour ce genre de corps, on doit introduire la transmission τ, le bilan devient


α + ρ +τ =1
Quand un rayonnement φ0 pénètre dans un milieu semi-transparent, il s’éteint progressivement par absorption, entre x et
x + dx il aura perdu un certain pourcentage de sa valeur en x. Si ce pourcentage est proportionnel à dx, on aura :

= − kdx
φ ( x)
et après intégration
φ ( x) = φ 0 e − k x (loi de Beer)
Transfert de chaleur par rayonnement Page 34
Transfert de chaleur  
En fait, le problème peut se décomposer en une somme Σφλ(x) avec un coefficient Kλ pour chaque longueur d’onde :
φ λ ( x ) = φ 0λ e − kλ x

6.1 Les gaz comme récepteurs de rayonnement


Une couche gazeuse d’épaisseur L absorbera donc (à ne pas confondre avec L la luminance):
φ abs = φ 0 − φ L = φ 0 [1 − e − kL ] = φ 0 .α L
α L = 1 − e − kL est donc le coefficient d’absorption de la couche L. Le facteur de transmission sera donc :
τ L = e − kL = 1 − α L
6.2 Les gaz comme émetteurs de rayonnement
L’extension de la loi de Kirchhoff pour les gaz d’épaisseur L s’écrit
ε λL = α λL = 1 − e k λ L
Les gaz ne sont pas des corps gris : ε L ≠ α L . En effet, εL dépend de la température du gaz, alors que αL. dépend de la
température du rayonnement absorbé.

6.3 Application : Echanges par rayonnement entre deux surfaces grises opaques séparées par
un milieu semi-transparent.
Cet exemple est de grande importance pratique puisque c’est le cas de l’échange entre un gaz rayonnant chauds et les
parois du four qui le contient. C’est aussi malheureusement un des plus difficiles et nous nous bornerons à quelques
exemples de résultats à titre indicatif.
6.3.1. Echange entre une paroi et un gaz

Figure : Echange entre une paroi et un gaz


6.3.1.1. Paroi noire:
On écrit que le flux émis par le gaz (εgg calculé à la température Tg) moins le flux absorbé par le gaz (αgp calculé à la
température Tp) est égal au flux échangé avec la paroi:
ϕ gp = σ [ε gg Tg4 − α gp T p4 ]
6.3.1.2. Paroi grise (εp):
ϕ gp = ε gg σTg4 − α gg ρ p ε gg σTg4 − α gp ε pσT p4
ϕ gp = [1 − α gg (1 − ε p )]ε gg σT g4 − α gp ε p σT p4
ϕ pg = ε pσ [T p4 − α gg Tg4 ]
6.3.2. Echange entre deux parois parallèles infinies séparées par un gaz

Figure Parois parallèles séparées par un gaz

6.3.2.1. Deux parois noires:

ϕ1 = σ [ε gg Tg4 + (1 − α g 2 )T24 − T14 ] reçu par P1


ϕ 2 = σ [ε gg Tg4 + (1 − α g1 )T14 − T24 ] reçu par P2
ϕ 3 = σ [2ε gg Tg4 + −α g1T14 − α g 2T24 ] cédé par le gaz

On a bien: ϕg = ϕ1 + ϕ2.

Transfert de chaleur par rayonnement Page 35


Transfert de chaleur  
6.3.2.2. Deux parois grises et gaz gris: (On suppose αg = εg)
Si on pose:
E1 = flux total arrivant sur P1 (éclairement), par unité de surface
J1 = flux total quittant P1 (radiosité)
E2 = flux total arrivant sur P2
J2 = flux total quittant P2
On a:
E1 = (1 − ε g )J 2 + ε g σTg4
J 1 = (1 − ε 1 )E1 + ε 1σT14
E 2 = (1 − ε g )J 1 + ε g σTg4
J 2 = (1 − ε 2 )E 2 + ε 2σT24
Le flux échangé par P1 avec P2 et avec le gaz est: ϕ1 = J1 - E1.
On trouve, en séparant la contribution de T2 et celle de Tg:
ε 2 (1 − ε g )(T14 − T24 ) + ε g [1 + (1 − ε g )(1 − ε 2 )](T14 − Tg4 )
ϕ1 = ε 1σ
1 − (1 − ε g ) (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )
2

Pour Tg = T1 = T2 , on retrouve ϕ1 = 0

Pour Tg = T2 , on a :

ϕ1 =ε σ
[1 − (1 − ε ) (1 − ε )](T
g
2
2 1
4
− T24 )
1 − (1 − ε g ) (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )
1 2

• Pour obtenir ϕ2, il suffit d’intervertir les indices 1 et 2..


ε 1 (1 − ε g )(T24 − T14 ) + ε g [1 + (1 − ε g )(1 − ε 1 )](T24 − Tg4 )
ϕ 2 = ε 2σ
1 − (1 − ε g ) (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )
2

• Le flux échangé par le gaz avec P1 et P2 est ϕg = ϕ1 + ϕ2:

ε 1 [1 + (1 − ε g )(1 − ε 2 )](T14 − Tg4 ) + ε 2 [1 + (1 − ε g )(1 − ε 1 )](T24 − Tg4 )


ϕ g = ε gσ
1 − (1 − ε g ) (1 − ε 1 )(1 − ε 2 )
2

Transfert de chaleur par rayonnement Page 36


Transfert de chaleur

ANNEXES

A.1 : PROPRIETES PHYSIQUES DE CERTAINS CORPS 38

A.2 : PROPRIETES PHYSIQUES DE L’AIR ET DE L’EAU 39

A.3 : VALEUR DU COEFFICIENT DE FORME DE CONDUCTION 40

A.4 : EFFICACITE DES AILETTES 41

A.5 : EMISSIVITE DE CERTAINS CORPS 42

A.6 : FRACTION D’ENERGIE F0-λT RAYONNEE PAR UN CORPS NOIR ENTRE 0 ET λ 43

A.7 : FACTEURS DE FORME GEOMETRIQUE DE RAYONNEMENT 44

A.8 : EMISSIVITE DU CO2 ET DE LA VAPEUR D’EAU 47

A.9 : CORRELATIONS POUR LE CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSFERT EN


CONVECTION FORCEE 49

A.10 : CORRELATIONS POUR LE CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSFERT EN


CONVECTION NATURELLE 50

Annexes Page 37
Transfert de chaleur

A.1 : Propriétés physiques de certains corps

Annexes Page 38
Transfert de chaleur

A.2 : Propriétés physiques de l’air et de l’eau

Annexes Page 39
Transfert de chaleur

A.3 : Valeur du coefficient de forme de conduction

Annexes Page 40
Transfert de chaleur

A.4 : Efficacité des ailettes

Annexes Page 41
Transfert de chaleur

A.5 : Emissivité de certains corps

Annexes Page 42
Transfert de chaleur

A.6 : Fraction d’énergie F0-λT rayonnée par un corps noir entre 0 et λ

Annexes Page 43
Transfert de chaleur

A.7 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

Annexes Page 44
Transfert de chaleur

A.7 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

Annexes Page 45
Transfert de chaleur

A.7 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

Annexes Page 46
Transfert de chaleur

A.8 : Emissivité du CO2 et de la vapeur d’eau

Annexes Page 47
Transfert de chaleur

A.8 : Emissivité du CO2 et de la vapeur d’eau

Annexes Page 48
Transfert de chaleur

A.9 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection forcée

Annexes Page 49
Transfert de chaleur

A.9 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection forcée

Annexes Page 50
Transfert de chaleur

A.10 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection naturelle

Annexes Page 51
Transfert de chaleur 

BIBLIOGRAPHIE

1 Adrian Bejan, Allan D. Kraus, “HEAT TRANSFER HANDBOOK”, John Wiley & Sons, Inc., 2003

2 Annamaneni Peraiah, “An Introduction to Radiative Transfer Methods and applications in astrophysics”,
Cambridge University, 2001

3. Bouvenot A., « Transferts de chaleur », Masson.

4. Carslaw H.S., Jaeger J.C., « Conduction of heat in solids », Second Edition, Oxford University Press, 1959.

5. Chevrier J.-C., « Transfert de chaleur par conduction », Ecole des Mines, Nancy, 1979.

6. Gosse J. , « Guide technique de thermique », Dunod, 1981.

7. Hladik J., « Métrologie des propriétés thermophysiques des matériaux, Masson, 1990.

8. Holman J.P., « Heat transfer », seventh edition, Mac Graw Hill, 1990.

9 Liqiu Wang, · Xuesheng Zhou, Xiaohao Wei, « Heat Conduction Mathematical Models and Analytical
Solutions», Springer, 2007

10 Mayer Kutz, « Heat-Transfer Calculations », McGraw-Hill, 2004

11. Özisik M. N., « Heat conduction », John Wiley & Sons, Inc., 1993.

12 Oleg G. Martynenko Pavel P. Khramtsov, « Free-Convective Heat Transfer », Springer, 2005

13. Philipon A., « Echanges thermiques », Ecole d’Ingénieurs de l’Equipement Rural, Ouagadougou, 1988.

14. Pitts D. R., Sissom L. E., « Theory and problems of heat transfer », Schaum’s Outline Series, 1977.

15. Rohsenow W. M., Hartnett J. P., Ganic E. N., « Handbook of heat transfer fundamentals », Mac Graw
Hill,1985.

16. Sacudura J.-F., « Initiation aux transferts thermiques », Technique et documentation, Lavoisier, 1989.

17. Siegel R., Howell J. R., « Thermal radiation heat transfer », 1992.

18. Sparrow E.M., Cess R.D., « Radiation heat transfer », Mac Graw Hill, 1978.

19. Taine J., Petit J.-P., « Transferts thermiques, cours et données de base », Dunod, 1995.

20. Wong H.Y., « Heat transfer for engineers », Longman, 1977.

BIBLIOGRAPHIE Page 52