Vous êtes sur la page 1sur 7

Démarrage étoile triangle

Le démarrage étoile triangle est très utilisé en électrotechnique pour la mise en marche
des moteurs électriques asynchrones triphasés. On trouve assez facilement des ressources
libres de schémas électriques de démarrage étoile triangle. Mais pourquoi choisir un tel
dispositif ? Cette page vous donne une explication du point de vue électrotechnique et la
démarche mathématique qui conduit à la compréhension du dispositif de démarrage étoile
triangle.
Problème posé
On dispose de trois récepteurs identiques d'impédance Z, d'un facteur de Puissance Cos
phi et d'un réseau triphasé de tension simple V ; de tension composée U.
Ecrire la formule qui donne l'intensité en ligne quant on couple les trois récepteurs en étoile,
puis quant on les couple en triangle.
Etudié le rapport I t r i a n g l e / I é t o i l e .
Ecrire la formule qui donne la puissance en étoile puis en triangle.
Etudié le rapport P t r i a n g l e / P é t o i l e .
Convention d'écriture : un triangle ( ) en indice d'une grandeur signifie que l'on considère
cette grandeur dans le mode de couplage triangle.
Une étoile (Y ou ) en indice d'une grandeur signifie que l'on considère cette grandeur dans
le mode de couplage étoile.
POSITION ÉTOILE
Considérons le schéma suivant où nos trois récepteurs sont couplés (branchés) en étoile :

Intensité en ligne
Nous avons : Intensité en ligne = Intensité récepteur (I L = IZ ) soit :

Puissance en étoile
Calculons :
POSITION TRIANGLE
Considérons le schéma suivant où nos trois récepteurs sont couplés en triangle :

Intensité dans chaque récepteur

Intensité en ligne
Nous savons que :

Puissance en triangle
Calculons :

ÉTUDE DES RAPPORTS


Étude du rapport It r i a n g l e sur Ié t o i l e

Étude du rapport Pt r i a n g l e sur Pé t o i l e

CONCLUSION
Cette propriété est utilisée pour les démarrages des moteurs asynchrones triphasés où au
premier temps les enroulements sont couplés en étoile (In et P 3 fois plus faible) et au
deuxième temps on effectue le couplage triangle .
Il en résulte de la même façon que le couple de démarrage en étoile est trois fois plus faible
qu'en triangle.
CONDITIONS À REMPLIR
 Le couplage triangle doit correspondre à la tension du réseau,
 Le démarrage du moteur doit se faire en deux temps,
 Premier temps : couplage des enroulements en étoile et mise sous tension,
 Deuxième temps : suppression du couplage étoile, immédiatement suivie du couplage
triangle.
ANALYSE DU FONCTIONNEMENT AU DÉMARRAGE
Au démarrage le moteur est couplé en étoile. La tension appliquée sur une phase est réduite,
soit .
L'intensité absorbée (proportionnelle à la tension appliquée) est le 1/3 de celle qu'absorberait
le moteur s'il démarrait directement en triangle. La valeur de la pointe de l'intensité atteint en
général deux fois l'intensité nominale.
Le couple au démarrage (proportionnel au carré de la tension appliquée) et le couple
maximum en étoile sont ramenés au 1/3 des valeurs obtenues en démarrage direct. La valeur du
couple de démarrage atteint en général 0,5 fois le couple nominal.
Coupure (passage étoile triangle) :
Le temps de passage entre les deux couplages doit être très bref.
Couplage triangle :
Un deuxième appel de courant se manifeste ; il est fonction de la durée du couplage étoile
et peut atteindre la valeur de pointe du démarrage direct. Cette pointe de courte durée provient
du fait que les forces électromotrices qui subsistent au stator lors du couplage triangle ne sont
pas en opposition de phase avec les tensions de ligne.
Le couple subit une forte pointe pour retomber rapidement à sa valeur nominale.

COMMANDE AUTOMATIQUE D'UN DÉMARRAGE ÉTOILE TRIANGLE


Exemple d'un schéma du circuit de commande :

La commande est effectuer par des boutons poussoirs momentanés (S1 et S2).
Une impulsion sur le bouton poussoir MARCHE (S2) met la bobine du contacteur étoile (KM1)
sous tension et ferme son contact ; ce dernier alimente KM2 le contacteur de ligne. Le
contact KM2 étant maintenant fermé, il auto alimente la bobine KM2, démarre le cycle de la
temporisation et permet l'auto maintient du contacteur KM1. Nous pouvons noter qu'un
contact de KM1 interdit la mise sous tension de KM3.
Dans cette phase le moteur est couplé en étoile et prend de la vitesse.
La temps préréglé du dispositif de temporisation s'écoule et les contacts de la
temporisation se déclenchent.
La bobine KM1 n'est plus alimentée (le contact NC temporisé KM2 s'ouvre) et de ce fait
autorise l'alimentation de KM3 conjointement avec le contact NO de temporisation KM2.
KM3 s'enclenche et permet au couplage triangle d'être effectif.
Nous pouvons noter qu'un contact de KM3 interdit la mise sous tension de KM1 (ce dispositif
est un ou exclusif appelé verrouillage électrique).
Une impulsion sur le bouton poussoir S1 (BP ARRET) arrête le moteur.
Exemple d'un schéma du circuit de puissance :

Schéma de commande
Légende :

AU= Arrêt Urgence F1= Thermique moteur S1 = Arrêt


S2 = Marche KML-1 = Contact auto-maintien de KML
KML-2 = Contact temporisé au repos KML-3= Contact
KML-1 et KMLY-2 = Sécurité électrique couplage KMLY= Point étoile
KLM < =Couplage triangle

Démarrage Part winding


Le démarrage en part winding ou à enroulements séparés est destiné à des moteurs
spécifiques ayant deux bobinages complètements indépendants électriquement,
chacun câblé en étoile, soit parfaitement identique en puissance 50 % 50 %, soit
deux tiers un tiers 66 % 33 % ne démarrant que l'un après l'autre et formant ainsi
un gros moteur.
Le but de cet artifice est de limiter l'intensité de démarrage d'un compresseur de
forte puissance.
Le démarrage s'effectue dans un premier temps par l'alimentation du premier
bobinage puis après une très courte temporisation (1s maxi) alimentation du
deuxième bobinage.
Comme ces moteurs (bobinages) sont indépendants les câblages sont aussi
indépendants et pour éviter des problèmes il faudra veiller à les câblés de façon
qu'une fois sous tension ils tournent dans le même sens.
Les schémas de câblage des enroulements sont généralement fournis, mais dans le
cas contraire un repérage des 6 bornes sur le bornier du moteur s’impose.
Repérage moteur 50% 50%:
Les résistances des enroulements n°1 entre U1, V1, W1 sont identiques.
Les résistances des enroulements n°2 entre U2, V2, W2 sont identiques.
Les résistances des deux enroulements sont identiques.
Repérage MOTEUR 66% 33%
Les résistances des enroulements n°1(66%) entre U1, V1, W1 sont identiques.
Les résistances des enroulements n°2(33%) entre U2, V2, W2 sont identiques.
Les résistances du premier bobinage U1, V1, W1 sont inférieures au deuxième U2,
V2, W2 (plus un moteur est puissant plus sa résistance est faible)