Vous êtes sur la page 1sur 2

Jean Feller

Théorie de l'information et perception esthétique d'Abraham


Moles
In: Communication et langages. N°16, 1972. p. 119.

Citer ce document / Cite this document :

Feller Jean. Théorie de l'information et perception esthétique d'Abraham Moles. In: Communication et langages. N°16, 1972. p.
119.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1972_num_16_1_3974
Les livres 119

Le lecteur de Communication et Langages lèlement : le point de vue sémantique et le


en aura un aperçu avec la couverture du point de vue esthétique : « Nous sommes
présent numéro de cette revue. F.R. » conduits à mettre en évidence dans l'en-
» semble des messages l'existence de deux
1. Consulter sur ce sujet Marcillayry Caroline H. » points de vue sur le message, correspon-
Symmetry : Aspects of M.C. Escher's periodic dra » dant à deux types d'information — point
wings (Ûtrecht, A. Oosthoek's Vigeversmaatschap- » de vue sémantique, logique, structuré,
pij N.V., 1965).
2. Voir l'article : « L'œil intelligent », in revue » énonçable, traduisible, préparant des
Psychologie (n° 34, nov. 1972). » actions — point de vue esthétique, intra-
» duisible préparant des états... La recon-
» naissance de ces deux aspects, leur carac-
» térisation et leur étude, est l'une des
Abraham Moles » bases de la théorie informationnelle de la
» perception esthétique. »
Voilà qui serait très satisfaisant si l'e
THEORIE DE L'INFORMATION ET nsemble du livre ne donnait l'impression que
PERCEPTION ESTHETIQUE pour l'auteur, même s'il ne l'affirme pas
clairement, le second terme doit, en fin de
Denoël Gonthier, 45 F. compte, être ramené au premier. On pourr
ait établir une sorte de contrepoint entre
Abraham Moles est un spécialiste de la démonstrations et affirmations, contrepoint
théorie de l'information élargie aux sciences qui n'est ni opposition ni contradiction,
humaines. Il est, dans une certaine mesure, mais l'origine d'une certaine perplexité pour
un des créateurs de cette science de la com le lecteur. Abraham Moles déclare que
munication qui s'est hissée aux premiers l'étude de la communication intersubjective
rangs de la connaissance, sinon par sa « rétablit l'oeuvre d'art à sa valeur de créa-
rigueur théorique et ses résultats pratiques, » trice des sensations, donc de moteur de
du moins par l'intérêt justifié, bien que » la société et non d'épiphénomène social »
désordonné, qu'elle suscite généralement. et aussi que la science de la communicat
L'ouvrage qu'il vient de publier a pour but ion « veut retrouver sous l'émotion poé-
d'appliquer la théorie de l'information à la » tique les structures générales de la per-
perception esthétique : le titre du livre en » ception sensorielle ». Mais il parle en
donne l'objet. Dans les premiers chapitres, même temps de la « tâche future des ingé-
» nieurs
il présente la théorie de l'information, l'ex de cet ouvrage, en émotion », ce qui, lié au contexte
plique, d'ailleurs avec une grande clarté. remarquable par ailleurs, ne
Puis il en expose les développements pra rmation laisse pas d'être inquiétant, malgré l'affi
tiques avant de passer aux cas particuliers qui le clôt : « L'homme est la condi
tion même de connaissance de ce monde
de l'art, de la musique, de la poésie, et ce au lieu de s'en éliminer asymptotique-
qu'il appelle les messages multiples, c'est- ment comme tendait à le faire croire la
à-dire ceux qui utilisent plusieurs canaux, science au xixe siècle, qui voyait dans une
mettant en cause plusieurs dimensions de immense thermodynamique, conçue par
la perception pour parvenir à l'individu- un être omniscient, la description ultime
(opéra, cinéma, télévision, dessin animé, de l'univers. »
etc.). Il est impossible de résumer cet
ouvrage riche, touffu, plein de prolonge Mais que cet ouvrage soit inquiétant ou pas,
ments,d'idées, de résonances s'éparpillant il n'en reste pas moins qu'en lisant Abra
dans toutes les directions. Schématique- ham Moles chaque lecteur a l'impression
ment, ce travail qui, déclare l'auteur, se qu'il devient plus intelligent.
présente comme une thèse, c'est-à-dire un J.F.
point de vue, repose sur deux idées essent Jean Cazeneuve
ielles : d'abord, sur la constatation qu'il y
a une matérialité de la communication, UNE SOCIETE DE L'UBIQUITE
mesurable, répondant à des lois qu'on peut
étudier puis appliquer et qui devra être à Ed. Denoël, 1972, 35 F.
l'origine d'une esthétique nouvelle, par oppos
ition à l'étude idéelle à quoi se résumait
l'esthétique classique ; en second- lieu, la —
Le faut-il
livre que le publie
rappelerJean
? —Cazeneuve,
le meilleurquipeut-
est
perception esthétique engage deux notions être des sociologues français intéressés au
complémentaires qui se développent problème de la communication de masse