Vous êtes sur la page 1sur 2

Dissonance cognitive

Le terme désigne la tension qu'une personne ressent lorsqu'un comportement entre en


contradiction avec ses idées ou croyances. Ce concept a été formulé pour la première fois
par le psychologue Leon Festinger dans son ouvrage A theory of cognitive dissonance (1957).

Historiquement, les scientifiques cherchaient à comprendre pourquoi, après un grave


séisme, une communauté dont les voies de communication étaient coupées du reste du
monde faisait circuler des rumeurs annonçant un autre séisme encore plus désastreux.
L'équipe de Festinger posa alors que : l’individu est à la recherche d’un équilibre cognitif qui,
lorsqu’il est rompu, génère un état de tension, lequel motive à son tour l’individu à se
rapprocher d'un univers lui paraissant plus cohérent. Anxieux, sans que cela ne soit a priori
justifié, les membres de la communauté ont alors développé une stratégie visant à justifier
leur anxiété. Ici, donner de l’importance à des rumeurs allant dans le sens de la nouvelle
catastrophe pour rendre l'univers plus "cohérent" en trouvant des explications à son
anxiété.

La théorie est donc la suivante : l’individu est à la recherche d’un équilibre cognitif. Quand
cet équilibre entre attitudes et comportement est rompu, l’individu cherche à rétablir un
univers moins inconfortable, il est alors amené à justifier après coup son comportement, le
plus souvent en ajustant ou rationalisant ses convictions.

Afin de réduire ces dissonances l'individu va donc user de différentes manières :

 Ajouter des éléments permettant de justifier le comportement dissonant (Indiens


après le séisme).
 Réinterpréter les faits pour faire en sorte de garder ses croyances intactes.
 Minimiser l'importance de l'évènement dissonant ou faire comme s'il n'avait pas
existé.
 Modifier l'un des éléments dissonants (changement attitude ou de comportement)

Le concept de dissonance cognitive directement imputable au fait qu'il est plus difficile pour
un individu de corriger des idées dont il est convaincu depuis l'enfance par exemple que
d'apprendre des idées pour lesquelles il ne dispose pas de systèmes de représentation.

QUESTIONS

Objectivement, pensez-vous que 5h d'écran par jour est une consommation excessive
d'écran ? (OUI)

 Combien de temps d'écran passez-vous rien que sur votre téléphone tous les jours ?
(1-2-3-4-5-6-7-8-9-10)
 Regardez-vous des séries et des films le soir chez vous ? Si oui combien de temps ?
(1-2-3-4-5-6-7-8-9-10)
 Combien de temps de travail passez-vous sur votre ordinateur ?
(1-2-3-4-5-6-7-8-9-10)
Résultat supérieur à 5h, Ici on a un exemple évident de dissonance cognitive, nos croyances
nous disent que 5h est beaucoup pourtant nous passons nous même plus de 5h par jour sur
les écrans.

Selon vous l'homéopathie a-t-elle des effets réels contre la maladie ? (NON)

 Avez-vous déjà été traité à l'homéopathie ? (OUI/NON)


 Si oui, vous êtes-vous senti mieux (bien-être) après le traitement ? (OUI/NON)

Ici, aucun effet bénéfique n'a été prouvé dans le cas de l'homéopathie, pour autant le fait de
se traiter et l'argent investi créé un effet placebo. C'est la dissonance cognitive.