Vous êtes sur la page 1sur 5

Turbine

energieplus-lesite.be/techniques/cogeneration9/turbine/

April 6,
2016

Auteur : D. Darimont – ICEDD


Notes :

mise en page – 1er passage, Sylvie 05.04.2016 (liens, mise page,


Antidote).

Définition et principe
Une turbine est une machine tournante qui récupère l’énergie cinétique d’un fluide pour
mettre en mouvement l’arbre de transmission.

La turbine est constituée :


1/5
D’une partie mobile comprenant un arbre sur lequel sont fixées les roues à aubes
du compresseur et de la turbine.
D’une partie fixe couramment appelée « carter de la turbine » et dans lequel on
retrouve les chambres de combustion, les déflecteurs pour correctement diriger le
fluide sur les aubes de la turbine.

La turbine montée sur l’arbre de transmission est mise en rotation par la force exercée
sur le fluide (liquide, gaz) sur les aubes. Cette action engendre une diminution de la
pression du fluide ou détente. Dans le cas de la cogénération, l’arbre est couplé à un
alternateur pour la production d’électricité.
La turbine est une machine qui nécessite un fonctionnement idéalement en continu. Ce
type d’équipement présente, entre autres comme avantage, de demander moins
d’entretien que les moteurs.

La turbine à vapeur
Une turbine à vapeur utilise, comme son nom l’indique, la vapeur comme fluide de
propulsion. Elle est produite, par exemple, à partir d’une chaudière ou disponible en
sortie d’un processus industriel. La vapeur produite à haute pression est injectée à
l’entrée de la turbine. À ce niveau, elle subit une série de détente au travers de plusieurs
étages de roue à aubes, en générant l’énergie mécanique nécessaire à mettre l’arbre en
rotation.

Turbine à Vapeur (source : General


Electric).

Le schéma ci-dessous montre une


turbine vapeur alimentée par une
chaudière. La chaleur résiduelle
comprise dans la vapeur basse
pression (BP) et dans les quelques
pourcents de condensats non
récupérés par la chaudière
vapeur, peut servir à alimenter un
système de chauffage (principe de
récupération de la chaleur fatale).

2/5
La turbine vapeur conviendra particulièrement bien pour des puissances pouvant aller
de 10 MWé à 50 MWé.
Elle nécessite un grand débit de vapeur d’entrée.

La turbine à gaz

Turbine à gaz (source Siemens).

La turbine à gaz fonctionne sur le principe de la détente d’un fluide gazeux dans une
turbine issu de la combustion d’un mélange d’air comprimé au niveau du compresseur et
de gaz dans une chambre dite « de combustion ». C’est le principe du réacteur d’avion !
3/5
La partie mobile est composée d’un arbre sur lequel sont montés le compresseur et la
turbine. La partie fixe, quant à elle, accueille principalement la chambre de combustion.
Les gaz en sortie de turbine possèdent un niveau d’énergie suffisant qui peut être
exploité dans une chaudière de post combustion en produisant de la vapeur.

La gamme de puissances électriques des turbines à gaz est large. Le rendement


électrique des turbines gaz est lié à la qualité de l’alternateur. Un ordre de grandeur
courant de rendement électrique est de l’ordre de 20 à 25 %.
Le rendement thermique, lui, peut être amélioré par la qualité de l’échangeur,
l’exploitation des différentes sources de chaleur, la qualité de la combustion, etc. Un
ordre de grandeur de rendement thermique se situe entre 55 et 70 % (avec
postcombustion).

La micro-turbine à gaz
La micro-turbine à gaz est la petite sœur de la turbine à gaz. Cependant, elle délivre de
plus petites puissances (à partir de 25 kWé).

Microturbine 30 kW é – Capstone.

La micro-turbine est souvent pourvue


d’un échangeur complémentaire pour
préchauffer l’air comprimé de la chambre
de combustion. Enfin, la micro-turbine
domestique existe sur certains marchés.

4/5
Principe de la turbine.

Le module sur la cogénération à été réalisé par l’ICEDD, Institut de Conseil et d’Etudes en
Développement Durable asbl – © ICEDD – icedd@icedd.be

5/5