Vous êtes sur la page 1sur 16

Analyse du module de calcul des pieds de poteaux encastrés par le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis.

Considérons l’assemblage suivant :

1
Aves les paramètres suivants :

2
3
4
Avant de passer aux commentaires, nous présentons ci-après les résultats de calcul du logiciel Robot Structural Analysis.

Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2017

Calcul du Pied de Poteau encastré


Ratio
'Les pieds de poteaux encastrés' de Y.Lescouarc'h (Ed. CTICM) 1,37

GÉNÉRAL
Assemblage N°: 1
Nom de l’assemblage : Pied de poteau encastré
Noeud de la structure: 1
Barres de la structure: 1

GÉOMÉTRIE

POTEAU
Profilé: POTEAU
Barre N°: 1
α= 88,6 [Deg] Angle d'inclinaison
hc = 560 [mm] Hauteur de la section du poteau
bfc = 300 [mm] Largeur de la section du poteau
twc = 16 [mm] Epaisseur de l'âme de la section du poteau
tfc = 30 [mm] Epaisseur de l'aile de la section du poteau
rc = 0 [mm] Rayon de congé de la section du poteau
Ac = 260,00 [cm2] Aire de la section du poteau
Iyc = 143206,67 [cm4] Moment d'inertie de la section du poteau
Matériau: S275JR
σec = 275,00 [MPa] Résistance

PLAQUE PRINCIPALE DU PIED DE POTEAU


lpd = 800 [mm] Longueur
bpd = 560 [mm] Largeur
tpd = 40 [mm] Epaisseur
Matériau: S275JR
σe = 275,00 [MPa] Résistance

PLATINE DE PRESCELLEMENT
lpp = 800 [mm] Longueur
bpp = 560 [mm] Largeur
tpp = 6 [mm] Epaisseur

5
ANCRAGE
Le plan de cisaillement passe par la partie NON FILETÉE du boulon
Classe = 8.8 Classe de tiges d'ancrage
d= 30 [mm] Diamètre du boulon
d0 = 30 [mm] Diamètre des trous pour les tiges d'ancrage
nH = 2 Nombre de colonnes des boulons
nV = 4 Nombre de rangéss des boulons
Ecartement eHi = 680 [mm]
Entraxe eVi = 145;145 [mm]
Dimensions des tiges d'ancrage
L1 = 48 [mm]
L2 = 600 [mm]
L3 = 96 [mm]
Plaque d'ancrage
lap = 100 [mm] Longueur
bap = 100 [mm] Largeur
tap = 10 [mm] Epaisseur
Matériau: S275JR
σe = 275,00 [MPa] Résistance
Platine
lwd = 40 [mm] Longueur
bwd = 48 [mm] Largeur
twd = 10 [mm] Epaisseur

RAIDISSEUR
lr = 120 [mm] Longueur
hs = 250 [mm] Hauteur
ts = 25 [mm] Epaisseur

SEMELLE ISOLÉE
L= 1120 [mm] Longueur de la semelle
B= 1200 [mm] Largeur de la semelle
H= 900 [mm] Hauteur de la semelle

BÉTON
fc28 = 25,00 [MPa] Résistance
σbc = 14,17 [MPa] Résistance
n= 7,00 ratio Acier/Béton

SOUDURES
ap = 15 [mm] Plaque principale du pied de poteau
as = 12 [mm] Raidisseurs

EFFORTS
Cas: Calculs manuels
N= -35610,74 [daN] Effort axial
Qy = 0,00 [daN] Effort tranchant
Qz = 16695,10 [daN] Effort tranchant
My = -65701,59 [daN*m] Moment fléchissant
Mz = 0,00 [daN*m] Moment fléchissant

RÉSULTATS

BÉTON

PLAN XZ

6
dtz = 340 [mm] Distance de la colonne des boulons d'ancrage de l'axe Y
Coefficients d'équation pour la définition de la zone de pression
A= 187 [mm] A=bpd/3
B= 8091,96 [cm2] B=(My/N -0.5*lpd)*bpd
C= 86490,94 [cm3] C=2*n*At*(dtz+My/N)
D= -6400329,33 [cm4] D=-2*n*At*(dtz+0.5*lpd)*(dtz+My/N)
z0 = 228 [mm] Zone comprimée A*z03+B*z02+C*z0+D=0
pmy = 18,35 [MPa] Contrainte due à l'effort axial et au moment My pmy = 2*(My+N*dtz) / [bpd*z0*(dtz + lpd/2 - z0/3)]
Fty = 81572,54 [daN] Effort de traction total dans la ligne des boulons d'ancrage Fty = (My-N*(lpd/2 - z0/3)) / (dtz + lpd/2 - z0/3)

VÉRIFICATION DU BÉTON POUR LA PRESSION DIAMÉTRALE


pm = 18,35 [MPa] Contrainte maxi dans le béton pm = pmy
La valeur du coefficient K est calculée automatiquement
hb = 800 [mm] hb=lpd
bb = 585 [mm] bb=max( 2*(b/2-0.5*(nv-1)*av) +av, bpd )
K = max( 1.1; 1+(3-bpd/bb-lpd/hb) * √[(1-bpd/bb)*(1-lpd/hb)] ) [Lescouarc'h (1.c)]
K= 1,00 Coefficient de zone de pression diamétrale
pm ≤ K*σbc 18,35 > 14,17 non vérifié (1,30)

ANCRAGE
Nty = 20393,13 [daN] Effort de traction dû à l'effort axial et au moment My Nty = Fty/n
Nt = 20393,13 [daN] Force de traction max dans le boulon d'ancrage Nt = Nty
Vérification de la semelle tendue du poteau
l1 = 150 [mm] l1 = 0.5*bfc
l2 = 188 [mm] l2 = π * a2
l3 = 172 [mm] l3 = 0.5*[(bfc-s) + π*a2]
l4 = 167 [mm] l4 = 0.5*(s+π*a2)
leff = 150 [mm] leff = min(l1, l2, l3, l4)
Nt ≤ leff*tfc*σec 20393,13 < 123750,00 vérifié (0,16)
Adhérence
v= 220 [mm] Pince ancrage-bord de la fondation v = min(l2; 0.5*(B-∑eVi); 0.5*(L-∑eHi) )
Nt ≤ π*d*τs*l2 + 3*σbc*π*(r2-d2/4)*(1-r/v) 20393,13 < 30596,93 vérifié (0,67)
Vérification de la résistance de la section filetée d'une tige
Nt ≤ 0.8*As*σe 20393,13 < 24684,00 vérifié (0,83)
Résistance un effort incliné sur le plan du joint
|Tz| ≤ √[σe2 * Ab2 - N2]/1.54 |2086,89| < 21492,99 vérifié (0,10)
Transfert des efforts tranchants
|tz'| ≤ √( (At2 * σe2 - N2) / 2.36 ) |3005,94| < 22496,76 vérifié (0,13)
|ty'| ≤ √( (At2 * σe2 - N2) / 2.36 ) |0,00| < 22496,76 vérifié (0,00)

PLATINE
Zone de traction
M11' = 4894,35 [daN*m] Moment fléchissant M11' = nv*Nt*(dtz-hc/2])
M11' ≤ σe*W 4894,35 < 29859,10 vérifié (0,16)
Cisaillement
V11' = 81572,54 [daN] Effort tranchant V11'= nv*Nt
V11' ≤ σe/√3 * hr*tr*nr/1.5 81572,54 < 132309,44 vérifié (0,62)
tpmin = 14 [mm] tpmin = V11'*1.5*√3/(σe*bpd)
tpd Β tpmin 40 > 14 vérifié (0,34)
Section oblique dans la zone de la dalle tendue
l1 = 120 [mm] Distance horizontale (section 55' ou 66')
l2 = 105 [mm] Distance verticale (section 55' ou 66')
l3 = 159 [mm] Longueur de la section 66' l3 = √[l12+l22]
H' = 8 [mm] Distance de la tige d'ancrage de la section 66
M66' = 153,47 [daN*m] Moment fléchissant M66' = Nj*H'
M66' ≤ σe * l3 * tpd2/6 153,47 < 1169,32 vérifié (0,13)
Traction
a1 = 39 [mm] Pince bord de la soudure de l'aile du poteau-axe du boulon d'ancrage a1 = a2 - √2ap
a2 = 60 [mm] Pince bord de l'aile du poteau-axe du boulon d'ancrage a2 = (∑eHi - hc)/2
a4 = 205 [mm] Pince bord du raidisseur-axe du boulon d'ancrage
Nt[daN] ≤ 375* tpd[mm] *[(a2/a1) * (s/(s+a2))] 20393,13 > 16412,42 non vérifié (1,24)

7
Zone comprimée
p= 8,69 [MPa] Contrainte de pression diamétrale dans la section étudiée p= pm*[z0+0.5*(hc-lpd)]/z0
M22' = 6102,37 [daN*m] Moment fléchissant M22' = bpd/24 *(lpd-hc)2 * (p+2*pm)
M22' ≤ σe*W 6102,37 < 29859,10 vérifié (0,20)
Cisaillement
V22' = 90887,09 [daN] Effort tranchant V22' = 0.25 * bpd * (lpd-hc) * (p+pm)
V22' ≤ σe/√3 * hr*tr*nr/1.5 90887,09 < 132309,44 vérifié (0,69)
tpmin = 15 [mm] tpmin = V22'*1.5*√3/(σe*bpd)
tpd Β tpmin 40 > 15 vérifié (0,38)
Section oblique dans la zone de la dalle comprimée
l1 = 120 [mm] Distance horizontale (section 55' ou 66')
l2 = 105 [mm] Distance verticale (section 55' ou 66')
l3 = 159 [mm] Longueur de la section 55' l3 = √[l12+l22]
M55' = 925,08 [daN*m] Moment fléchissant M55'=pm*(l1*l2)2/(6*l3)
M55' ≤ σe*(l3*tpd2)/6 925,08 < 1169,32 vérifié (0,79)
Cisaillement
V55' = 11706,88 [daN] Effort tranchant V55'=pm*l3*tpd
V55' ≤ σe/√3 * l3*tpd/1.5 11706,88 < 67510,49 vérifié (0,17)
Pression diamétrale
|tz| = 751,48 [daN] Effort tranchant tz=(Qz-0.3*N)/nv
|tz'| ≤ 3 * d * tpd * σe |751,48| < 99000,00 vérifié (0,01)
|ty| = 0,00 [daN] Effort tranchant ty=(Qy-0.3*N)/nv
|ty'| ≤ 3 * d * tpd * σe |0,00| < 99000,00 vérifié (0,00)

RAIDISSEUR
V1 = 25491,42 [daN] Effort tranchant V1= max( 1.25*Nj , 2*Nj/[1+(a4/a2)2] )
M1 = 1529,49 [daN*m] Moment fléchissant M1= V1*a2
Vm = 90887,09 [daN] Effort tranchant du raidisseur Vm= max(V1 , V22')
Mm = 6102,37 [daN*m] Moment fléchissant du raidisseur Mm=max(M1 , M22')
Epaisseur
tr1 = 34 [mm] Epaisseur minimale du raidisseur tr1=2.6*Vm/(σe*hr)
tr2 = 34 [mm] Epaisseur minimale du raidisseur tr2=√[hr *Vm +6.75*Mm2]/(σe*hr*lr)
2 2

tr3 = 11 [mm] Epaisseur minimale du raidisseur tr3=0.04*√[lr2+hr2]


tr Β max(tr1,tr2,tr3) 25 < 34 non vérifié (1,37)
Soudures
a'r = 15 [mm] Epaisseur min de la soudure du raidisseur avec la plaque principale a'r= k*√[(0.7*Vm)2+(1.3*Mm/hr)2]/(lr*σe)
a''r = 12 [mm] Epaisseur min de la soudure du raidisseur avec le poteau a''r= k*max(1.3*Vm, 2.1*Mm/hr)/(hr*σe)
ar Β max(a'r, a''r) 12 < 15 non vérifié (1,26)

POTEAU
Ame
tw Β 3*Mm/(σec*hr2) 16 > 11 vérifié (0,67)

PLATINE DE PRESCELLEMENT
Pression diamétrale
|tz'| ≤ 3 * d * tpp * σe |751,48| < 14850,00 vérifié (0,05)
|ty'| ≤ 3 * d * tpp * σe |0,00| < 14850,00 vérifié (0,00)

REMARQUES
Epaisseur de la soudure du raidisseur trop faible 12 [mm] < 12 [mm]
Epaisseur de la plaque d'ancrage trop faible 10 [mm] < 16 [mm]
Pince transversale boulon-aile du poteau trop faible. 60 [mm] < 62 [mm]

Assemblage non satisfaisant vis à vis de la Norme Ratio 1,37

8
Commentaires des résultats.

I. Calcul de zone comprimée, efforts dans les boulons et contrainte sur le béton.

Pour la vérification des résultats de calcul donnés par le logiciel, nous avons élaboré une feuille de calcul sur le logiciel
de mathématiques MathCad qui s’adapte parfaitement à la résolution des équations mathématiques.

La méthode de calcul que nous avons utilisé est celle préconisée par Yvon Lescouarc’h dans son livre « Les pieds de
poteaux encastrés », édité par le CTICM, et qui est également utilisé comme référence pour la méthode de calcul
utilisée par Robot.

Le calcul se ramène à la résolution d’une équation du 3ème degré qui fait intervenir les paramètres suivants :

 Torseur appliqué au pied de poteau : Effort normal ‘’N’’ et moment à la base ‘’M’’ ;
 Dimensions de la platine : Largeur ‘’bp’’ et hauteur ‘’hp’’ ;
 Disposition des tiges d’ancrage : Entr’axes longitudinaux et transversaux afin de déterminer les tiges tendues
ainsi que leurs positions par rapport à la fibre la plus comprimée ;
 Sections nominales des tiges d’ancrage. Si ce sont des tiges lisses filetées en partie supérieure, c’est la section
de la partie lisse, sauf si celle-ci est filetée sur une grande longueur, auquel cas on devrait travailler avec la
section de la partie filetée comme précisé dans la remarque page 72 ;
 Coefficient d’équivalence acier béton ;

Il est important de noter que le fait d’utiliser la section brute au lieu de la section nette (Section de la partie lisse au lieu
de la partie filetée) donne des valeurs plus importantes des efforts dans les tiges, ce qui met du côté de la sécurité si on
traite uniquement le dimensionnement des tiges. Cependant, ceci conduit à des valeurs plus petites pour la contrainte
du béton, ce qui nous éloigne de la sécurité puisque cette contrainte sera sous-estimée.

Le logiciel Robot Structural analysis fait tous ses calculs avec la section brute (Section de la partie lisse).

Ci-après un tableau de comparaison des différentes situations :

Paramètre Calculs Robot Structural Analysis Calculs CHARCOMEM


avec section brute (Partie lisse) Section brute (Partie lisse) Section nette (Partie filetée)
A = 707 mm² A = 707 mm² A = 580 mm²
Zone comprimée 228 mm 228 mm 210,5 mm²
z0
Contrainte sur le 18,35 MPa 18,35 MPa 19,71 MPa
béton
Effort dans les tiges 20393 daN 20394 daN 20137 daN
On remarque que si on utilise la section brute au lieu de la section nette, les efforts dans les tiges sont légèrement
surestimés (1,26%), alors que la contrainte sur le béton est sous estimée dans des proportions plus importantes (6,9%).
Aussi, nous pensons qu’il est toujours plus utile de travailler avec la section nette.

9
Résultats Robot

Résultats CHARCOMEM pour A = 707 mm²

10
Résultats CHARCOMEM pour A = 580 mm²

11
Dans la suite de l’analyse des résultats de Robot Structural Analysis, on travaillera avec l’hypothèse de l’utilisation de la
section brute dans la détermination des efforts dans les tiges.

II. Vérification du béton.

La vérification du béton consiste à s’assurer que la contrainte sur le béton vérifie : où sbc est la résistance de
calcul du béton et K est le coefficient de pression localisée, calculé suivant les indications de paragraphe « 10. Béton »
en pages 215 et 216 de l’ouvrage de référence.

12
Il est important de noter que ce coefficient peut être pris forfaitairement égal à 1,5 si on n’a aucune indication sur le
massif en dessous de l’ancrage, ce qui veut dire que, dans tous les cas où l’on posséderait toutes les données sur le
massif, on devrait avoir des valeurs plus importantes pour ce coefficient K.

Contre toute attente, le logiciel Robot Structural Analysis calcule presque toujours une valeur de 1 pour ce coefficient.

D’ailleurs, la formule de calcul utilisée par le logiciel est le maximum entre 1,1 et ce qui
voudrait dire que nous devrions avoir au minimum 1,1 et non 1 !!!!?

Dans notre cas, nous avons :

 b0 = 560 mm ; b1 = 1200 mm ; h0 = 228 mm ; h1 = 2* ((1120-800)/2)+h0 = 548 mm

Le calcul donne une valeur de K de 2,182 alors que le logiciel Robot Structural Analysis prend K = 1.

La conclusion qu’il donne est donc erronée, puisque K * sbc = 30,92 MPa est largement supérieur à la contrainte
maximale sur le béton = 18,35 MPa (et même 19,71 MPa si on fait les calculs avec la section nette des boulons).

III. Vérification de la platine.

La vérification de la platine requiert plusieurs vérifications, dont souvent la plus critique et la vérification de la rigidité de
la platine.

La rigidité de la platine dépend de son épaisseur, mais aussi de la présence de raidisseurs. Les normes françaises dont
fait référence Yvon Lescouarc’h dans son ouvrage proposent deux formules différentes, selon que la platine est raidie ou
pas.

Dans le cas d’une platine non raidie, l’effort transmissible par la platine à chaque boulon est :

où s est l’entraxe des boulons. Les autres paramètres sont donnés par la figure ci-dessous.

Dans le cas d’une platine raidie, l’effort transmissible par la platine à chaque boulon est :

où s est l’entraxe des boulons. Les autres paramètres sont donnés par la figure ci-dessous.

13
. On considère que la platine est raidie si a2 et a4 sont inférieurs à 4*dtr.

Dans le cas présent, nous avons a2 = (680-560)/2 = 60 mm, et a4 = (300-145)/2 = 77,5 mm.

On prévoit des trous diamètre 33 pour des boulons M30, soit 4*dtr = 132 mm. La platine sera considérée raidie, et l’on
devrait appliquer la formule correspondante.

Or il se trouve que le logiciel Robot Structural Analysis applique toujours la formule de platines non raidies.

En fait, le logiciel fait son calcul comme s’il y avait un seul raidisseur dans le prolongement de l’âme, et non deux
raidisseurs de part et d’autre du profilé. Il calcule donc la distance des boulons extrêmes au raidisseur comme suit :
a4=(3*Entraxe – Epaisseur raidisseur)/2 = (3*145-25)/2 = 205 mm au lieu de la valeur normale a4 = 77,5 mm

Le résultat donné par le logiciel pour une platine épaisseur 40 mm est donc erroné, puisque l’effort transmissible par la
,
platine est 375 ∗ 40 ∗ 42409 , et est donc largement supérieur à l’effort transmis
∗√ , ∗√
par les boulons.

IV. Vérification des raidisseurs.

L’ouvrage de référence présente le calcul détaillé de la vérification des raidisseurs dans le cas d’un seul raidisseur dans
le prolongement de l’âme du poteau comme suit :

Dans le cas de deux raidisseurs de part et d’autre des ailes du poteau, il propose de faire la même vérification en
remplaçant tr par 2*tr, puisque dans ce cas, l’effort est réparti sur deux raidisseurs.

14
Dans le présent cas, le logiciel Robot Structural Analysis calcule bien les valeurs minimale tr1 = 34 mm (34,37 mm pour
être précis), tr2 = 34 mm (33,59 mm pour être précis) et tr3 = 11 mm (10,65 mm).

Sauf que pour la vérification, il devrait comparer 2*tr avec le maximum de ces valeurs, chose qu’il ne fait pas puisqu’il
fait la vérification avec tr .

Dans notre cas, 2*tr = 50 mm est bien supérieur à Max (tr1 , tr2 , tr3 ) = 34 mm. La condition est donc vérifiée
contrairement à la conclusion Robot Structural Abalysis.

V. Vérification des soudeurs des raidisseurs.

La vérification des soudures du raidisseur sur la platine et celle du raidisseur sur le poteau est faite suivant les efforts
tranchants et moments fléchissants à transmettre par chaque raidisseur, qui sont déterminés en fonction de la position
dans l’assemblage (Zone tendue ou zone comprimée).

La formule de vérification est celle donnée par la norme NF P 22470 qui fait intervenir un coefficient k qui dépend de la
limite d’élasticité du matériau de base.

Dans le contexte actuel, cette formule devient : :

15
Pour la vérification des soudures, Robot Structural Analysis commet deux erreurs :

 Il prend k=0,7 même s’il s’agit d’un acier E28 et que k devrait être égal à 0,85
 Dans la vérification de la soudure, il prend en compte la totalité de l’effort tranchant Vm et du moment de
flexion Mm, alors qu’il devrait répartir ces sollicitations sur les deux raidisseurs.

Les épaisseurs de soudures calculées par Robot Structural Analysis sont donc erronées.

Nous retrouvons ces valeurs en nous basant sur les mêmes hypothèses erronées de Robot Structural Analysis comme
suit :

En adoptant les valeurs correctes pour k (=0,85) et nr (=2) (nr étant le nombre de raidisseurs), on obtient ce qui suit :

La soudure épaisseur 12 mm est donc largement suffisante contrairement aux conclusions Robot Structural Analysis.

16