Vous êtes sur la page 1sur 2

1- Les organes de contrôle.

Il s’agit des autorités de tutelle et de contrôle des établissements de crédit, ils sont
constitués de trois entités: Bank Al-Maghrib, le ministre des finances et les
commissaires aux comptes.

a – Bank Al-Maghreb.

Elle occupe une place prépondérante dans le nouveau dispositif institutionnel, elle
est présente à un haut niveau dans les organes de consultation:
– Le gouverneur de Bank Al-Maghreb préside le Conseil national de crédit et de
l’épargne.
– Le vice gouverneur de Bank Al-Maghrib préside de le Comité de discipline
d’établissement de crédit..
– Secrétariat du C N C E est assurée par Bank Al-Maghreb

b – Le ministre des finances.

Le ministre des finances exerce une influence considérable sur l’ensemble du


dispositif mis en place par la nouvelle loi bancaire, c’est à lui que revient, en définitive
la responsabilité des décisions relatives à:
– la politique monétaire.
– La réglementation et le contrôle des établissements de crédit.

Les décisions du ministre ne sont prises qu’après avis des organes de consultation:
– le Conseil national de crédit et de l’épargne dont il assure la présidence en ce qui
concerne la politique monétaire.
– le Comité des établissements de crédit en ce qui concerne les mesures de
réglementations et le contrôle des établissements de crédit.
– le Comité de discipline d’établissement de crédit quand il s’agit de sanctions
graves à l’encontre des établissements de crédit ou de leur administrateur.

c – Le contrôle par les commissaires aux comptes.

En vertu de l’article 99: les établissements de crédit sont tenus de désigner deux
commissaires aux comptes, après approbation de Bank Al-Maghrib.

Les commissaires aux comptes ont pour missions de:


– contrôler les comptes conformément aux dispositions du titre six la loi n°=95-17
relatives aux sociétés anonymes.
– S’assurer du respect des mesures prises en application des dispositions des
articles 71, 76 et 77 de la nouvelle loi bancaire 2015.

-De vérifier la sincérité des informations destinées au public et leur concordance


avec les comptes
2 – Les organes de consultation.
La nouvelle loi bancaire de 2015 a institué trois organes de consultation :

a- Le conseil national du crédit et de l’épargne (C N C E).

b – Comité des établissements de crédits ( C E C ).

Il mène des études sur l’activité des établissements de crédit et sur leurs rapports
avec la clientèle et l’information du public.

– Il peut émettre un avis relatif aux activités des établissements de crédit,


notamment:
• L’octroi et le retrait de l’agrément des établissements de crédit.
• L’exercice à titre habituel par un établissement de crédit, d’une activité autre que
celles prévues par la loi.
• Le montant du capital ou de la dotation minimum, exigible des établissements de
crédit.
• Les conditions de prise de participation des établissements de crédit dans le
capital des entreprises.
• Les modalités d’intervention et de fonctionnement du fonds collectif de garantie
des dépôts.

c – Commission de discipline des établissements de crédits (CDEC).

Son rôle est de construire les dossiers disciplinaires et de proposer des sanctions
contre les établissements de crédit concernés. Il peut s’agir d’une interdiction ou
d’une restriction d’exercice, de la nomination d’un administrateur provisoire ou d’un
retrait d’agrément.

3 – Les organes de coordination.

En vertu de l’article 25, tout établissement est tenu d’adhérer à une association
professionnelle:
• Les banques et les banques offshores doivent intégrer le groupement des
banques du Maroc (G P B M).
• Les sociétés de financement sont tenues d’adhérer à l’association professionnelle
des sociétés de financement (A P S F).

Vous aimerez peut-être aussi