Vous êtes sur la page 1sur 8

BTP Chef de Chantier Travaux Publics

04 ETUDE DE PRIX
1. DEFINITIONS
Le devis est l'estimation correcte du prix de vente d'un travail déterminé.

L'établissement d'un devis présente de nombreuses difficultés, notamment du fait que l'étude s'effectue avant
l'exécution des travaux. Il s'ensuit une part d'incertitudes auxquelles s'ajoutent les impondérables pouvant survenir en
cours de chantier. Il en résulte que tout devis à un caractère d'approximation et que le prix correct d'un ouvrage sera
celui qui se rapprochera le plus du prix de revient réel, majoré du montant de la marge bénéficiaire que l'entreprise
espère réaliser.

Il peut exister plusieurs sortes de devis selon que les documents de base sont complets.
Le devis estimatif : c'est un devis détaillé où figurent toutes les quantités d'ouvrages et leur prix unitaire ainsi que
le prix proposé pour l'ensemble des travaux.
On demande parfois à l'entrepreneur, une estimation approchée, plus ou moins bien définie. En aucun cas ces
estimations ne pourront être utilisées pour traiter un travail.
Parfois le devis remis au client ne comporte que l'indication globale du prix demandé par l'entreprise. Il s'agit alors
d'une somme forfaitaire.

Remarque : lorsque les documents remis à l'entreprise en vue de l'établissement du devis comportent un devis
quantitatif (avant-métré, métré, cadre de décomposition du prix global et forfaitaire – DPGF), ce document ne peut
être pris en considération que si le client s'engage expressément, par écrit, à accepter la responsabilité des
quantités qui y figurent. Même dans ce cas, il est de l'intérêt de l'entreprise de vérifier les quantités qui lui sont
présentées.

2. A QUOI SERT UN DEVIS ?


 Le devis est avant tout un instrument de prévision
Il constitue l'estimation du coût d'un ouvrage et à ce titre sert de base à la conclusion du marché.
Selon qu'il aura été bien ou mal établi, l'affaire traitée pourra devenir bénéficiaire ou déficitaire.

 Le devis est également un instrument de contrôle


Le devis permettra de rapprocher les prix réels de main d’œuvre et des matériaux de ceux qui ont été prévus.
Il permettra de comparer les rendements réels avec ceux figurant dans les sous-détails.

 Le devis est également un instrument d'analyse


En permettant le rapprochement des prévisions et des réalités quant aux dépenses, le devis constitue un instrument
d'analyse particulièrement précieux en vue de l'amélioration de l'organisation et des conditions de travail de
l'entreprise. Il permet, notamment, d'établir pour l'avenir, des bases d'estimations serrant de plus en plus près la
réalité.

 Le devis est également un instrument de référence


Le devis constitue en outre un document permettant, le cas échéant, de discuter avec un client, et tout spécialement
avec une administration, en vue d'une réclamation, d'une résiliation de marché ou, plus simplement, d'une mise au
point en cours de travaux. C'est d'ailleurs pour cette raison que le devis devra être suffisamment précis et détaillé. On
peut donc dire qu'à ce titre, le devis constitue un instrument de travail de tous les instants.

3. STRUCTURE DES COUTS DU BTP


La structure du prix d'un ouvrage comporte les éléments suivants :
- le coût de la main d’œuvre (compris charges salariales, primes, indemnités, etc...),
- le coût des matériaux,
- le coût des matières consommables (énergie, eau, lubrifiants,...),
- les frais de locations de matériel (compris amortissement et entretien),
- les frais de chantier (installation, repliement, personnel,...),
- les frais généraux (industriels, communs à plusieurs chantiers et frais de siège),
- le bénéfice (et les aléas),
- les taxes (TVA), pourcentages divers, charges exceptionnelles.

Formateur : Walid Mabrouk Page 1


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

Formateur : Walid Mabrouk Page 2


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

4. TERMINOLOGIE
4.1 CORRESPONDANCE ENTRE TRAVAUX ET ESTIMATION

Travaux Estimation
Production Chiffre d'affaires (C.A.)
Ensemble des réalisations de l'entreprise pour un temps Montant général H.T. ou T.T.C. de l'activité de
donné (mois, trimestre, année, …). l'entreprise durant cette même période, représentatif de
l'importance financière de la production.
Ouvrage Montant total des travaux
Réalisation de l'entreprise prise dans son ensemble Montant H.T. ou T.T.C. pour la réalisation d'un ouvrage
(ouvrage d’art, immeuble, …) donné.
Ouvrage élémentaire (O.E.) Montant partiel
Partie d'un ouvrage qui se distingue par la nature Montant forcément H.T. relatif à un ouvrage élémentaire
particulière du travail demandé. donné.
Exemple : décapage de terre végétale ép. 20 cm
Unité d'ouvrage élémentaire Prix de vente unitaire
Plus petite décomposition usuelle de l'ouvrage Elément de base de l'estimation et de facturation
élémentaire qui sert d'unité de mesurage et représentant la valeur H.T. de vente d'unité d'ouvrage
d'estimation. Les prix unitaires se rapportent à des élémentaire.
unités d'ouvrage élémentaire.

Remarque :
- Lorsque la proposition de prix a été acceptée par le maître d'ouvrage et que le marché a été conclu, les P.V.H.T. sont
scellés avec lui. Ils sont alors réputés définitifs, éventuellement actualisables ou révisables mais ne pouvant être
modifiés en absence de modification aux travaux auxquels ils se rapportent.
- Leurs utilisations pour le calcul du montant total H.T. des travaux faits qu'ils sont, sauf besoin particulier, toujours
établis hors taxes.

4.2 ELEMENTS CONSTITUTIFS DU PRIX DE VENTE


 Déboursés secs (DS) ou directement affectables, sont constitués des éléments suivants :
- Main d’œuvre productive (ou d'exécution),
- Matériaux mis en œuvre,
- Matériels utilisés,
- Parfois matières consommables entrant dans la composition des ouvrages élémentaires.

 Frais de chantier (FC) comprenant :


- Les frais d'encadrement et de personnel non productif (conducteur de travaux, …) ;
- Les frais de matériel indivisible (bungalow de chantier, grue, …) ;
- Les frais d'installation et de repliement (aménagement d'accès au chantier, …) ;
- Les frais complémentaires de chantier (dépenses relatives à l'hygiène et à la sécurité des personnes, eau,
électricité, téléphone, …).
Les frais de chantier représentent, selon la taille et la nature de l'entreprise, entre 3 et 12 % généralement calculés sur
les D.S.

 Coût de production (CP) autrefois coût de réalisation comprenant l'ensemble des dépenses exigées par la mise en
œuvre. Il regroupe donc les D.S. et les F.C.
CP = DS + FC

Selon les besoins nous parlerons du CP d'un ouvrage élémentaire O.E. (semelles béton, coffrage,...) ou du CP. de
l'ouvrage en totalité (Pont dalle).

 Frais généraux (FG) ils se décomposent en 2 grandes catégories :


- Les F.G. d'exploitation ou industriels (dépenses de production communes à plusieurs chantiers), par
exemple :
 Prestations des services méthodes, structures, achats, études de prix ;
 Frais d'atelier ;

Formateur : Walid Mabrouk Page 3


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

 Frais matériel roulant non affectable aux chantiers (voiture de service ou de fonction, camions
de livraisons, …)
- Les F.G. de siège (dépenses indispensables à la direction et à la gestion de l'entreprise), par exemple :
 Services généraux de l'entreprise (direction générale, DRH, comptabilité, …) ;
 Valeurs immobilières (amortissement, entretien, …) ;
 Frais de fonctionnement du siège (frais de gestion, restauration d'entreprise, …).

Ils peuvent être estimés en pourcentage du PVHT, en fonction des statistiques tirées du compte d'exploitation de
l'entreprise.

 Frais d'opération (Fop) autrefois frais spéciaux conjoncturels. Ce sont des dépenses affectables à un ouvrage mais
qui ne sont pas impérativement nécessaires à l'exécution ou à la gestion du chantier.
Plusieurs types de dépenses relatives à une affaire peuvent être reprises en "frais d'opération".
Il s'agit des frais suivants:
- Frais d'adjudication,
- Frais de cautionnement,
- Frais d'études provenant de l'intervention de bureaux extérieurs imposés par le client,
- Frais qu'entraîne l'intervention des bureaux de contrôle,
- Frais d'assurance complémentaire du groupe,
- Frais dits "de plans",
- Certaines commissions,
- Certains frais divers et variables selon les cas.
A noter que certains frais sont connus en pourcentages, alors que d'autres connus directement en valeurs imposent
un calcul préliminaire en vue de leur récupération.
Ces frais sont souvent amortis sans bénéfice.

 Coût de revient (CR), la composition du C.R. peut se résumer à l'égalité ci après :

CR = DS + FC + FG + Fop
On distingue :
- Le C.R. (sens général) : coût réel, toutes dépenses confondues, relatif à l'exécution d'un ouvrage donné.
- Le C.R. prévisionnel : coût établi après études des nombreux paramètres qui le composent, en vue de fixer le
prix de vente hors taxes P.V.H.T. nécessaire à la réalisation d'un devis estimatif.
- Le C.R. réel : coût établi après coup à partir des données réelles de l'exécution.

 Marges entre le C.R. et le P.V.H.T..Trois termes permettent de désigner avec précision ces marges :
- Bénéfice et aléas : marge séparant le coût de revient prévisionnel du P.V.H.T. lors de l'étude de prix initial
en vue de l'établissement du devis estimatif ;
- Bénéfice : marge séparant, selon les cas, le C.R. réel constaté du P.V.H.T. de l'unité d'O.E., du montant H.T.
de l'O.E. ou encore du montant H.T. de l'ouvrage lorsque :
P.V.H.T. (ou montant H.T.) > C.R. réel constaté
- Perte : marge séparant, selon les cas, le C.R. réel constaté du P.V.H.T. de l'unité d'O.E., du montant H.T. de
l'O.E. ou encore du montant H.T. de l'ouvrage lorsque :
P.V.H.T. (ou montant H.T.) < C.R. réel constaté

 Prix de vente hors taxes P.V.H.T. et coefficient de vente "K" applicable aux D.S.
P.V.H.T. = CR + B
P.V.H.T. = DS + FC + FG + Fop + B
P.V.H.T. = DS x K

 Prix de vente toutes taxes comprises P.V.T.T.C.. Au P.V.H.T. il conviendra d'appliquer la majoration qui correspond
à la taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A.) dont le taux est actuellement fixé à 18 % du P.V.H.T.

4.3 TERMINOLOGIE DE CONTROLE DE RENTABILITE ET GESTION


 Coût direct (CD) représente l'ensemble des dépenses directement affectables à l'opération de construction. A ce
titre, il regroupe le coût de production et les frais complémentaires d'opération.
CD = CP + Fop

Formateur : Walid Mabrouk Page 4


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

 Marge brute (MB) et Résultat


- La marge brute est la marge séparant le coût direct du P.V.H.T. ou du montant H.T. correspondant. Elle sert
en premier lieu à amortir les frais généraux.
- Le résultat brut est le reliquat de marge brute après amortissement des frais généraux. Il se décompose en
résultat net (véritable bénéfice) et impôt sur les sociétés.
MB = P.V.H.T. (ou montant H.T.) – CD
R. brut = MB – F.G.
R. net = R. brut – I./S.

5. DEVIS ET CONTROLE DE RENTABILITE


5.1 PREVISION ET REALITE
Les P.V.H.T. ont un caractère fixe, leurs évolutions sont liées aux dispositions convenues dans le C.C.A.P. (prix ferme et
définitif, actualisation et/ou révision de prix).
Les coûts de production, coût direct et coût de revient ne sont pas des coûts figés, ils évoluent entre la prévision
(devis) et la réalité constatée (contrôle de rentabilité). La prévision peut être bonne ou mauvaise. Les coûts constatés
après travaux sont rarement égaux aux coûts prévus lors de l'étude.

Etudes Conclusions
Prévisions  devis Réalisation Contrôle de rentabilité
CP / CR prévisionnels CP / CD / CR réels

5.2 SCHEMATISATION

6. METHODES D'ESTIMATION
Hors les méthodes d'estimation rapide employées aux stades de l'A.P.S. (Avant projet sommaire) ou de l'A.P.D.
(Avant projet détaillé), et qui ne conviennent pas en la circonstance, l'entrepreneur dispose essentiellement de
deux méthodes :
a) l'estimation ou la facturation d'élément d'ouvrage (cas général) sur la base de :
- P.V.H.T. issus de bordereau ou de série de prix (prix préétablis) ;
- P.V.H.T. spécialement étudiés pour l'affaire (sous détails de prix).
b) la facturation des dépenses contrôlées de :
- main d'œuvre ;
- matériaux ;
- matériels,
engagées par l'entreprise pour la réalisation d'un travail donné.

6.1 ESTIMATION AU MOYEN D'OUVRAGE ELEMENTAIRE


Les travaux étant définis en nature et qualité (C.C.T.P.), formes (documents graphiques) et parfois quantités (devis
quantitatif), l'entrepreneur doit les estimer :
- soit O.E. après O.E. (P.V. unitaires H.T.) ;
- soit en bloc (prix global forfaitaire), lequel nécessite au préalable une détermination de P.V. unitaires H.T..

Formateur : Walid Mabrouk Page 5


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

 Le prix (voire les prix unitaires) est l'affaire de l'entreprise. C'est l'entrepreneur qui propose un prix au maître
d'ouvrage et c'est lui qui sera directement engagé par la proposition faite.

 L'entrepreneur ne possède pas, sauf cas exceptionnel, toutes les informations utiles. Son étude exige des
renseignements complémentaires or il manque généralement de temps. Par ailleurs, son étude est souvent effectuée
en pure perte (devis infructueux).

 Le devis estimatif demandé est un document "commercial" dans lequel figurent :


• les quantités d'O.E. à réaliser ;
• les P.V. unitaires H.T. et les montants partiels H.T. correspondants, ainsi qu'en fin de devis : le montant total
H.T., la T.V.A., le montant total T.T.C. des travaux.
Sauf exception, ce devis ne comprendra pas les détails de l'avant métré.

 Lorsque le devis quantitatif est fourni par l'équipe d'ingénierie, il importe de le vérifier et parfois de le remanier
pour amener l'analyse quantitative en correspondance avec le mode d'estimation habituel de l'entreprise.

 Lorsque le devis quantitatif est fourni par l'équipe d'ingénierie et lorsqu'un mode d'estimation est imposé à partir
de prix 'préétablis" (série ou bordereau imposé), il convient de déterminer le rabais,... voire la surenchère, que peut
consentir... ou que souhaite obtenir l'entrepreneur.
Le travail de base ne change pas puisque le quantitatif est à vérifier et que le calcul du pourcentage de rabais ne peut
se faire que par référence à une estimation parallèle effectuée à prix d'entreprise (sous détails).

 Il est excessivement rare que l'entrepreneur étudie dans le détail chacun des P.V. unitaires H.T. Il peut se référer
soit à une étude antérieure proche (P.V.H.T. du même type), soit à une statistique connue et maîtrisée (exemple : x %
de rabais sur telle série et pour tel type d'ouvrage).
En fait les modes d'estimation par sous détails, grâce à des prix "préétablis", voire même par ratios (statistiques
globales de prix) sont complémentaires.
En effet, il est tout à fait concevable qu'un entrepreneur se contente d'étudier 15% des prix qui représentent environ
80% du montant des travaux, fixe les prix complémentaires grâce à une série ou un bordereau (ou par analogie à un
devis antérieur) et vérifie ponctuellement ou en totalité le niveau de sa proposition grâce à des ratios concernant des
travaux antérieurs analogues.

 Il est évident qu'au stade prévisionnel l'entrepreneur n'a pas choisi des options de réalisation définitives
(méthodes, moyens de production, installation de chantier). L'estimateur doit pourtant les envisager, au minimum en
avoir une idée (appréciation correcte et vraisemblable des conditions ultérieures de réalisation).

Prix pré-établis Prix calculés par sous-détails


- Rapidité de mise à prix, - Réalisme de la prévision,
- Bien pour des fourchettes rapides de prix, - Adaptation à une situation donnée,
- Tous les travaux ou presque peuvent être estimés. - Adaptation aux possibilités de l’entreprise,
Avantages

- Utilisation possible en préparation de chantier, pour le


contrôle des temps passés, emploi des matériaux,
- Base de bilan de chantier et de l’analyse des écarts de
prévision,
- Appréciation des possibilités de l’entreprise,
- Applicables à tous types de travaux.
- Obligent souvent à une estimation parallèle, - Calculs longs et fastidieux en l’absence d’organisation
- Manque de souplesse dans l’emploi, interne.
- Prix souvent très larges,
- Le réajustement par coefficients conduit à une Remarque : ce système oblige d’une façon
Inconvénients

détérioration des prix dans le temps, générale à dominer tous les secteurs de
- Inadaptation à l’entreprise, l’entreprise, de la gestion à l’exécution
- Inadaptation à l’ouvrage, (rendements emploi de matériaux, etc...).
- Ne permettent pas d’estimer les travaux d’un genre
nouveau.

Remarque : l’analyse quantitative doit s’inspirer des


possibilités d’estimation de l’ouvrage de référence.

Formateur : Walid Mabrouk Page 6


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

6.2 LA FACTURATION EN DEPENSES CONTROLEES


Toutes les dépenses de réalisation (Main d’œuvre, matériaux, matériels) sont facturées en valeurs P.V. H.T..
De ce fait, la notion d'O.E. disparaît.
 Toutes les dépenses de main d’œuvre (M.O. : ouvriers et encadrement), matériaux, fournitures et composants
(MAT.), matériels (MTL.) et matières consommables, engagées par l'entreprise à l'occasion des travaux ou de la
prestation de service sont :
- enregistrées régulièrement (attachements écrits) et contrôlées (signature du maître d'ouvrage ou de son
représentant),
- récapitulées dans des états périodiques (cas de demande d'acomptes), et/ou une récapitulation finale (facture
définitive),
- facturées suivant le principe ci-après :
M.O MAT. MTL.
coût horaire de M.O. coût H.T. rendu chantier coût d'utilisation du MTL
(souvent/catégorie) (sauf si transport facturé) (horaire, au km, …)
+ frais généraux + frais généraux + frais généraux
+bénéfice + bénéfice + bénéfice
= P.V.H.T. horaire de M.O. = P.V.H.T. du MAT. = P.V.H.T. du MTL

 La notion de frais de chantier disparaît avec la notion d'O. E. (tous les composants des F.C. étant automatiquement
facturés).

 Les taux de F.G. et de B., préalablement convenus entre le maître d'ouvrage et l'entrepreneur, sont appliqués sous
forme de coefficients majorateurs, prenant en compte si nécessaire des frais complémentaires d'opération (frais
commerciaux, ...).

 Comme pour une facture par O.E., la T.V.A. n'apparaît qu'en fin de facture. Tous les P.V. unitaires sont H.T.

 Ce mode de facturation ne peut se concevoir que pour des travaux de faible importance ou difficiles à estimer
avant réalisation (travaux sur de l'ancien par exemple) ou pour des prestations de services car tout le risque soit
supporté par le client. L'entrepreneur étant, quant à lui, certain d'être rémunéré.

7. TECHNIQUE DES SOUS-DETAILS


Un sous-détail de prix est un ensemble de calculs conduisant à la détermination du P.V.H.T. d'une unité d'ouvrage
élémentaire, voire parfois directement du montant H.T. d'un ouvrage élémentaire.
Un devis estimatif nécessite donc autant de sous-détails qu'il y a d'ouvrage élémentaire à évaluer.
Chaque sous-détail est constitué au départ du chiffrage des composants de base (main d'œuvre, matériaux,
matériels spécifiques et matières consommables) qui se rapportent sans ambiguïté à l'unité d'ouvrage élémentaire
ou à l'ouvrage élémentaire analysé. Ce chiffrage permet de déterminer le D.S. de l'unité d'O.E. ou de l'O.E.
Le sous-détail est ensuite constitué du calcul du P.V.H.T. de l'unité d'O.E. ou du calcul du montant H.T. de l'O.E. à
partir du D.S., en tenant compte des parts respectives de F.C., de F.op., de F.G. et de B. prévu pour l'opération.

Formateur : Walid Mabrouk Page 7


BTP Chef de Chantier Travaux Publics

Formateur : Walid Mabrouk Page 8