Vous êtes sur la page 1sur 16

FA037042 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 1015-2


Octobre 1999

Indice de classement : P 12-302

ICS : 91.100.10

Méthodes d'essai des mortiers


pour maçonnerie
Partie 2 : Échantillonnage global des mortiers et préparation
des mortiers d'essai

E : Methods of test for mortar for masonry — Part 2: Bulk sampling of mortars
and preparation of test mortars
D : Prüfverfahren für Mörtel für Mauerwerk — Teil 2: Probenahme von Mörteln
© AFNOR 1999 — Tous droits réservés

und Herstellung von Prüfmörteln

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 septembre 1999 pour prendre effet
le 20 octobre 1999.

Correspondance La Norme européenne EN 1015-2:1998 a le statut d'une norme française.

Analyse Le présent document spécifie une méthode d’échantillonnage de mortiers fraîchement


malaxés et de mortiers durcis, et spécifie une procédure de malaxage de mortiers
d’essais.

Descripteurs Thésaurus International Technique : maçonnerie, mortier, échantillonnage, prépa-


ration, malaxage, emballage, certificat de conformité.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex
Tél. : 01 42 91 55 55 — Tél. international : + 33 1 42 91 55 55

© AFNOR 1999 AFNOR 1999 1er tirage 99-10-F


Maçonnerie AFNOR P10B

Membres de la commission de normalisation


Président : M MERLET
Secrétariat : MME PATROUILLEAU — AFNOR

M ALEXANDRE BUREAU VERITAS


M BALCON SOCOTEC
M BARON WEBER ET BROUTIN SA
MME BELLALI CERIB
M BENHARROUS UNIMAT
M BESSET SNMI
M BOUINEAU CEBTP
M COLAS CBC
M CUNIN CONTROLE ET PREVENTION
M DALIGAND SNIP
M DE CLERMONT-TONNERRE SAGI
M DESCHAMPS MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS
ET DU LOGEMENT — DAEI
M DRAN CERIB
M ETIENNE MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS
ET DU LOGEMENT — DAEI
M FAUCON CERIB
MLLE FOUSSADIER CTTB
M FURGEAUD SIROPEX SNC
M GLOWACKI CONTROLE ET PREVENTION
M GROSJEAN CHAMBRE SYNDICALE DES ENTREPRENEURS
CONSTRUCTION RP
M HRABOVSKY FNB
M KUGLER SOCOTEC
M LEJEUNE CSTB
M LERAY MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS
ET DU LOGEMENT — CONSEIL GENERAL DES PONTS
ET CHAUSSEES
M LORENTS CAPEB
M MERLET CSTB
MME MUYLAERT UNEP
M PALLIX ROCAMAT SA
M PEREZ MINISTERE DE L’INDUSTRIE, DES FINANCES
ET DE L’INDUSTRIE — DGEMP
M PERRIER CSTB
M POSSEME UNION NATIONALE DE LA MACONNERIE
M REGRETTIER CTTB
M ROLLET ATILH
M SCHMOL SNBATI
M TERRACINA UNEP
MME VALLADEAU-RONCIN FIB
MLLE VINCENSINI AFNOR
—3— NF EN 1015-2:1999

Avant-propos national
Références aux normes françaises
La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 196-1 : NF EN 196-1 (indice de classement : P 15-471)
prEN 998-1 : NF EN 998-1 (indice de classement : P 12-201) 1)
prEN 998-2 : NF EN 998-2 (indice de classement : P 12-202) 1)
EN 1015-3 : NF EN 1015-3 (indice de classement : P 12-303)

1) En préparation.
NORME EUROPÉENNE EN 1015-2
EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Octobre 1998

ICS : 91.100.10

Version française

Méthodes d'essai des mortiers pour maçonnerie —


Partie 2 : Échantillonnage global des mortiers et préparation des mortiers d'essai

Prüfverfahren für Mörtel für Mauerwerk — Methods of test for mortar for masonry —
Teil 2: Probenahme von Mörteln und Herstellung Part 2: Bulk sampling of mortars and preparation
von Prüfmörteln of test mortars

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 4 septembre 1998.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-
Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 1998 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 1015-2:1998 F
Page 2
EN 1015-2:1998

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 4

3 Définitions ......................................................................................................................................... 4

4 Taille minimale du prélèvement global pour les essais ................................................................ 4

5 Préparation du prélèvement global pour les essais et des prélèvements


pour essai individuel ........................................................................................................................ 5

6 Préparation des mortiers pour essai à partir de constituants secs et d’eau


ou à partir de mélanges prégâchés et de liants ............................................................................. 7
Page 3
EN 1015-2:1998

Avant-propos

La présente norme européenne a été élaborée par le Comité Technique CEN/TC 125 «Maçonnerie» dont le
secrétariat est tenu par la BSI.
Cette norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en avril 1999 et toutes les normes nationales en contradiction devront être retirées
au plus tard en septembre 2000.
La présente norme européenne a été élaborée dans le cadre d’un mandat donné au CEN par la Commission
Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange ; elle comporte des exigences de performance aux-
quelles il est fait référence dans le Code européen relatif aux structures en maçonnerie.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre cette norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne,
Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque,
Royaume-Uni, Suède et Suisse.
Page 4
EN 1015-2:1998

1 Domaine d’application
La présente norme européenne décrit des méthodes permettant de prélever un échantillon global de mortier frais
et de préparer un prélèvement global pour les essais à partir de cet échantillon. Elle spécifie également un mode
opératoire pour fabriquer des mortiers pour essai à partir de constituants secs et d’eau.

2 Références normatives
Cette norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits opportuns dans le texte et les publications sont énumérées ci-des-
sous. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publica-
tions ne s'appliquent à cette norme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour
les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.

EN 196-1, Méthode d'essais des ciments — Partie 1 : Détermination des résistances mécaniques.

prEN 998-1, Spécification pour mortier de maçonnerie — Partie 1 : Mortiers d'enduit à base de liants minéraux.

prEN 998-2, Spécification pour mortier de maçonnerie — Partie 2 : Mortier de maçonnerie.

EN 1015-3, Méthodes d'essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 3 : Détermination de la consistance du mortier
frais (à la table à secousses).

3 Définitions
Pour les besoins de la présente norme, les définitions suivantes s’appliquent.

3.1
lot
quantité de mortier produite dans des conditions présumées uniformes. Après exécution des essais spécifiés,
cette quantité est considérée comme un tout «conforme» ou «non conforme» aux spécifications

3.2
prélèvement unitaire
quantité de mortier prélevée au cours d’une seule opération à l'aide du matériel d’échantillonnage utilisé

3.3
échantillon ponctuel
échantillon prélevé au même moment et en un seul et même endroit. Il peut être obtenu en effectuant des prélè-
vements unitaires l’un après l’autre

3.4
échantillon global
réunion de plusieurs prélèvements unitaires destinée à représenter le lot échantillonné

3.5
prélèvement global pour les essais
échantillon réduit prélevé dans l’échantillon global et utilisé pour effectuer les essais de la présente norme

4 Taille minimale du prélèvement global pour les essais


La taille minimale du prélèvement global pour les essais doit être de 10 kg.
Page 5
EN 1015-2:1998

5 Préparation du prélèvement global pour les essais et des prélèvements pour essai
individuel
5.1 Appareillage
5.1.1 Un récipient 1) ou une pelle 1) métallique ou en plastique rigide, d’une contenance minimale de 1 l.

5.1.2 Des conteneurs propres et secs, munis de couvercles ajustés.

5.1.3 Une truelle ou un couteau à araser.

5.1.4 Une pelle plate.

5.2 Mode opératoire


5.2.1 Généralités
Constituer l’échantillon global en effectuant des prélèvements unitaires répartis uniformément (de préférence
dans un matériau en mouvement, à condition que ceci puisse être effectué en toute sécurité), puis mélanger
soigneusement.
Réduire l’échantillon global conformément au 5.3 afin d’obtenir le prélèvement global pour les essais.

5.2.2 Échantillonnage à partir de malaxeurs discontinus


Prélever le mortier au niveau du point de vidange du malaxeur. Effectuer au moins trois prélèvements unitaires,
uniformément répartis, dans la gâchée au niveau du point de vidange du malaxeur. Effectuer les prélèvements
unitaires en faisant passer le récipient à travers le flux de mortier de manière à réunir un échantillon représentatif
de mortier.

5.2.3 Échantillonnage à partir de chaînes transporteuses, de conduites, etc.


Prélever le mortier au niveau du point de décharge de la chaîne transporteuse ou de la conduite. Faire passer le
récipient à travers le flux de mortier, si possible de manière à traverser la totalité du flux, jusqu’à ce qu’il soit rempli.
S’il est impossible d’attraper la totalité du flux d’un seul coup, faire passer le récipient à travers le flux de mortier
à une vitesse uniforme de manière à effectuer des prélèvements unitaires consécutifs sur différentes zones du
flux. Lorsqu’il est impossible d’effectuer un échantillonnage au point de décharge de la chaîne transporteuse, arrê-
ter la chaîne transporteuse et utiliser la pelle (5.1.1) pour effectuer des prélèvements unitaires sur toute la largeur
et toute l’épaisseur du flux de mortier situé sur la chaîne.
Effectuer au moins trois prélèvements unitaires, à des intervalles de temps réguliers, durant le passage de toute
la quantité de mortier devant être échantillonnée.

5.2.4 Échantillonnage à partir de trémies, de silos ou de tas déplacés de grandes dimensions


Lorsque les trémies, etc., sont en cours de remplissage ou de déchargement ou lorsque les tas sont déplacés,
prélever le mortier conformément au 5.2.3.

5.2.5 Échantillonnage à partir de trémies, de silos, de tas immobiles ou de sacs de petites dimensions
Prélever les échantillons de mortier à l’aide de la pelle. Effectuer des prélèvements unitaires de matériau à une
profondeur minimale de 100 mm au-dessous de la surface, en au moins trois endroits différents, répartis réguliè-
rement dans la masse, de manière à garantir que l’échantillon global, une fois mélangé, est totalement représentatif.

5.2.6 Véhicules de transport en vrac


Prélever les échantillons dans le contenu des conteneurs de transport en vrac, durant le remplissage ou la vidange
ou, si cela est impossible, en effectuant des prélèvements unitaires conformément au 5.2.5.

1) Selon la méthode utilisée (se reporter au 5.2.3).


Page 6
EN 1015-2:1998

5.3 Réduction de l’échantillon global


Immédiatement après leur collecte, mélanger et malaxer soigneusement, à l’aide d’une pelle plate (5.1.4), les pré-
lèvements unitaires effectués selon l’une des méthodes décrites, sur une surface plate, imperméable et rigide.
Achever le mélange dans les 5 min qui suivent le dépôt des prélèvements unitaires sur la surface. Réduire l’échan-
tillon global afin d’obtenir une prise globale d’essai d’au moins 10 kg, en prélevant un nombre suffisant de pelle-
tées au hasard dans le matériau mélangé. Placer la prise globale d’essai dans un ou plusieurs conteneurs (5.1.2)
munis de couvercles ajustés. L’opération d’échantillonnage ne doit pas prendre plus de 3 min.

5.4 Emballage et certificat d’échantillonnage


Chaque prélèvement global pour les essais devant être expédié à un laboratoire dans les conteneurs doit être
correctement étiqueté de manière à pouvoir identifier son origine au laboratoire. Le prélèvement global pour les
essais doit être accompagné d’un certificat délivré par la personne ayant prélevé les échantillons et attestant que
l’échantillonnage a été effectué conformément aux prescriptions de la présente norme européenne.
Ce certificat doit comporter les informations suivantes :
a) le nom et l’adresse de la personne responsable de l’échantillonnage ;
b) le nom et l’adresse du client ;
c) le lieu, la date, la durée et la méthode utilisée pour constituer le prélèvement global pour les essais ;
d) l’identification de l’échantillon de mortier, comprenant le type, l’origine et la désignation par référence à la partie
concernée du prEN 998 ;
e) la quantité du lot ou la période de fabrication représentée par l’échantillon global ;
f) le nombre de prélèvements unitaires et la masse de l’échantillon global initial ;
g) l’âge du mortier au moment de l’échantillonnage ;
h) la marque d’identification sur le conteneur de l’échantillon ;
i) autres observations.
Il est, par ailleurs, recommandé d’ajouter l’information suivante, si elle est connue :
— mode opératoire de gâchage, c’est-à-dire type de malaxeur et durée du gâchage.

5.5 Examen des prélèvements globaux pour les essais au laboratoire


Chaque prélèvement global pour les essais reçu au laboratoire pour essais doit être soumis à un examen visuel
pour vérifier si une prise, une fuite ou une évaporation s’est produite. Si tel est le cas, le prélèvement global pour
les essais ne doit pas être utilisé pour les essais ultérieurs, excepté le tamisage (sous réserve que l’échantillon
n’ait pas durci). Si aucun des facteurs ci-dessus n’est apparent, la totalité de l’échantillon, avec tout le liquide qui
s’est séparé ou s’est condensé à l’intérieur du conteneur, doit être entièrement retirée et mélangée sans perte
d’eau afin de l’homogénéiser.
Si possible, la température du prélèvement global pour les essais doit être maintenue à 20 °C ± 5 °C, sans perte
d’eau. Dans tous les cas, la température de l’échantillon au moment de l’essai doit être enregistrée.

5.6 Moment de l’essai


Les prélèvement globaux pour les essais envoyés à un laboratoire pour essais doivent être soumis aux essais
immédiatement après leur réception au laboratoire et pendant la période d’ouvrabilité spécifiée pour le mortier.
Les essais des mortiers prêts à l’emploi (mortiers humides, dosés et prégâchés en usine, et comprenant un retar-
dateur de prise) et des mortiers humides prégâchés, à base de chaux aérienne/sable, lorsqu’ils ne sont pas
mélangés avec des liants hydrauliques, doivent être effectués pendant la période d’ouvrabilité spécifiée pour ces
mortiers.
Page 7
EN 1015-2:1998

6 Préparation des mortiers pour essai à partir de constituants secs et d’eau ou à


partir de mélanges prégâchés et de liants

6.1 Quantité de mortier pour les prélèvements


Les constituants solides d’une gâchée de mortier préparée, ou le volume de la gâchée de mortier frais, doivent
être compris dans les plages de valeurs spécifiées au Tableau 1.

Tableau 1 — Constituants solides


et volume de la gâchée de mortier

Gâchée Malaxeur Broyeur


de mortier frais conforme à l’EN 196-1 à meules

Constituants solides (kg) 1,8 — 3,0 30 — 50

Volume (dm3) 0,5 — 2,5 25 — 75

6.2 Gâchage du mortier


6.2.1 Généralités
Le mortier frais utilisé pour les essais et la préparation des éprouvettes doit, dans la mesure du possible, avoir la
consistance appropriée pour son usage. Sauf spécification contraire, porter l’échantillon de mortier frais à une
valeur d’étalement définie, telle que spécifiée au Tableau 2, et déterminée conformément à l’EN 1015-3. La teneur
en eau requise pour atteindre cette consistance est déterminée par l’utilisation de gâchées d’essai.

Tableau 2 — Valeur d’étalement définie pour différents types de mortier


et rapportée à la masse volumique apparente du mortier frais

Masse volumique apparente


Valeur d’étalement
du mortier frais

(kg/m3) (mm)

> 1 200 175 ± 10

> 600 à ≤ 1 200 160 ± 10

> 300 à ≤ 600 140 ± 10

≤ 300 120 ± 10

Effectuer le gâchage conformément aux instructions du fabricant de mortier. En l’absence d’instructions, suivre le
mode opératoire de gâchage décrit au 6.2.2 ou 6.2.3. Malaxer avec la quantité d’eau prévue pour obtenir un mor-
tier présentant la consistance souhaitée.
Mesurer la durée du gâchage à partir du moment où tous les constituants sont introduits dans le malaxeur.
Consigner tout écart par rapport au mode opératoire de gâchage prescrit.
Page 8
EN 1015-2:1998

6.2.2 Malaxeur conforme à l’EN 196-1


Après introduction de la quantité prédéterminée d’eau dans le malaxeur, ajouter les constituants solides du
mélange de mortier sec, telle que spécifiée au Tableau 1, sur une période de 15 s, le malaxeur fonctionnant à
faible vitesse. Pour des mortiers légers, réduire la quantité en conséquence et prélever dans un récipient en tant
qu’échantillon moyen. Sauf spécification contraire du fabricant 2), achever ensuite le malaxage à la même vitesse
pendant 75 s supplémentaires.
Suivre le même mode opératoire pour les mortiers dosés et prégâchés en usine auxquels il ne faut ajouter que de
l’eau.
En ce qui concerne les mortiers prégâchés auxquels il faut également ajouter des liants, malaxer la proportion
supplémentaire de liant dans l’eau pendant une période de 15 s avant d’introduire les constituants prégâchés, le
malaxeur fonctionnant à faible vitesse. Suivre ensuite le même mode opératoire que celui décrit ci-dessus pour
achever le malaxage.

6.2.3 Mélangeur à pales


Procéder au gâchage de la même manière que décrit au 6.2.2, les constituants solides du mélange de mortier
sec, telle que spécifiée au Tableau 1, étant introduite sur une période de 15 s, le mélangeur étant en marche.
Achever ensuite le processus en malaxant pendant 120 s à 180 s supplémentaires, cette dernière valeur étant
recommandée pour les mortiers légers et pour les mortiers à teneur élevée en chaux.

2) Certains adjuvants peuvent ne pas être activés dans la période spécifiée et il convient de tenir compte des
instructions du fabricant.