Vous êtes sur la page 1sur 24

FA122652 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 998-2


Janvier 2004

Indice de classement : P 12-222

ICS : 91.080.30 ; 91.100.10

Définitions et spécifications
des mortiers pour maçonnerie
Partie 2 : Mortiers de montage des éléments de maçonnerie

E : Specification for mortar for masonry — Part 2: Masonry mortar


D : Festlegungen für Mörtel im Mauerwerksbau — Teil 2: Mauermörtel
© AFNOR 2004 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 décembre 2003 pour prendre effet
le 20 janvier 2004.
Remplace la norme homologuée NF EN 998-2, de mars 2002.

Correspondance La Norme européenne EN 998-2:2003 a le statut d’une norme française (voir avant-
propos national).

Analyse Le présent document spécifie les exigences applicables aux mortiers industriels (de
montage, jointoiement et rebouchage) utilisés dans les murs, poteaux et cloisons en
maçonnerie (par exemple, maçonnerie apparente ou à enduire, structures de
maçonnerie porteuse ou non, destinés au bâtiment et au génie civil).

Descripteurs Thésaurus International Technique : maçonnerie, construction, mortier, définition,


matériau, essai, essai de réception, caractéristique, spécification, désignation,
classification.

Modifications Par rapport au document remplacé, refonte complète pour prise en compte des
travaux européens et insertion de l’Annexe ZA permettant le marquage CE sur ces
produits.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, avenue Francis de Pressensé — 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.fr

© AFNOR 2004 AFNOR 2004 1er tirage 2004-01-F


Maçonnerie AFNOR P10B

Membres de la commission de normalisation


Président : M MERLET — CSTB
Secrétariat : MME PATROUILLEAU — AFNOR

M BAJEUX CEBTP
M BEINISH CERIB
M BLACHE CSTB
M BOURDAROT EDF POLE INDUSTRIE — CIH
MME DUCAMP BUREAU VERITAS
M DURAND UMGO-UNION MACONNERIE GROS OEUVRE
M FAUCON CERIB
M GIVELET CH SYND FAB CHAUX GRASSES MAGNE
M GUEGAN XELLA THERMOPIERRE
M KORNMANN CTTB-CENTRE TECH DES TUILES ET BRIQUES
M LAURENT CTTB-CENTRE TECH DES TUILES ET BRIQUES
M LEMOINE UMGO-UNION MACONNERIE GROS OEUVRE
M LUSSOU CTTB-CENTRE TECH DES TUILES ET BRIQUES
M MERLET CSTB
M PERNIER DAEI — DION AFF ECO & INTERNAT
M POEYDEMENGE CTTB-CENTRE TECH DES TUILES ET BRIQUES
M SAROLI DGEMP — DIREM
M SAUVAGE CERIB
M THOMASSON WEBER ET BROUTIN FRANCE
M TROUX UMGO-UNION MACONNERIE GROS OEUVRE
MLLE VINCENSINI AFNOR CERTIFICATION

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 771-1 : NF EN 771-1 (indice de classement : P 12-021-1)
EN 771-2 : NF EN 771-2 (indice de classement : P 12-022)
EN 771-3 : NF EN 771-3 (indice de classement : P 12-023-1)
EN 771-4 : NF EN 771-4 (indice de classement : P 12-024-1)
EN 771-5 : NF EN 771-5 (indice de classement : P 12-025-1)
EN 771-6 : NF EN 771-6 (indice de classement : P 12-026)
EN 1015-1 : NF EN 1015-1 (indice de classement : P 12-301)
EN 1015-2 : NF EN 1015-2 (indice de classement : P 12-302)
EN 1015-7 : NF EN 1015-7 (indice de classement : P 12-307)
EN 1015-9 : NF EN 1015-9 (indice de classement : P 12-309)
EN 1015-10 : NF EN 1015-10 (indice de classement : P 12-310)
EN 1015-11 : NF EN 1015-11 (indice de classement : P 12-311)
EN 1015-17 : NF EN 1015-17 (indice de classement : P 12-317)
EN 1015-18 : (NF EN 1015-18 (indice de classement : P 12-318))
EN 1745 : NF EN 1745 (indice de classement : P 12-801)
EN 13501-1 : NF EN 13501-1 (indice de classement : P 92-800-1)

La présente norme a été soumise à l’enquête probatoire sous l’indice français P 12-201.
NORME EUROPÉENNE EN 998-2
EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Avril 2003

ICS : 91.100.10 Remplace EN 998-2:2001

Version française

Définitions et spécifications des mortiers pour maçonnerie —


Partie 2 : Mortiers de montage des éléments de maçonnerie

Festlegungen für Mörtel im Mauerwerksbau — Specification for mortar for masonry —


Teil 2: Mauermörtel Part 2: Masonry mortar

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 2 octobre 2002.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte,
Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 2003 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 998-2:2003 F
Page 2
EN 998-2:2003

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

Introduction ........................................................................................................................................................ 4

1 Domaine d'application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 4

3 Termes et définitions ........................................................................................................................ 5

4 Matières premières ........................................................................................................................... 7

5 Spécifications .................................................................................................................................... 7
5.1 Généralités .......................................................................................................................................... 7
5.2 Propriétés des mortiers frais ............................................................................................................... 7
5.3 Dosage des constituants ..................................................................................................................... 7
5.4 Propriétés des mortiers durcis ............................................................................................................ 8
5.5 Autres exigences pour les mortiers de joints minces (T) .................................................................... 9
5.6 Réaction au feu ................................................................................................................................... 9
5.7 Gâchage du mortier sur chantier ......................................................................................................... 9

6 Désignation des mortiers de montage .......................................................................................... 10

7 Marquage et étiquetage .................................................................................................................. 10

8 Évaluation de la conformité ........................................................................................................... 10


8.1 Généralités ........................................................................................................................................ 10
8.2 Essais de type initiaux ....................................................................................................................... 11
8.3 Contrôle de la production en usine ................................................................................................... 11

Annexe A (normative) Échantillonnage pour les essais de type initiaux


et les essais sur lots effectués par des organismes indépendants ........................................... 13

Annexe B (informative) Utilisation des éléments de maçonnerie et du mortier de montage ..................... 14

Annexe C (normative) Caractéristique de résistance initiale au cisaillement


des mortiers de montage performanciels .................................................................................... 15

Annexe ZA (informative) Articles de la présente Norme européenne


concernant les dispositions de la Directive UE Produits de construction ............................. 16
Bibliographie .................................................................................................................................................... 22
Page 3
EN 998-2:2003

Avant-propos

Le présent document EN 998-2:2003 a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 125 «Maçonnerie», dont le
secrétariat est tenu par BSI.
Cette Norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en octobre 2003, et toutes les normes nationales en contradiction devront être reti-
rées au plus tard en janvier 2005.
Le présent document remplace l’EN 998-2:2001.
Le présent document a été élaboré dans le cadre d'un mandat donné au CEN par la Commission Européenne et
l'Association Européenne de Libre Échange et vient à l'appui des exigences essentielles de la Directive UE
«Produits de Construction (89/106/EEC)».
Elle prend aussi en compte les règles générales de la maçonnerie armée et non armée de l’Eurocode 6.
Pour la relation avec la (les) Directive(s) UE, voir l'annexe ZA, informative, qui fait partie intégrante du présent
document.
Les annexes A et C de la présente norme européenne sont normative et l’annexe B est informative.
L’EN 998 Spécifications des mortiers pour maçonnerie se compose de :
— Partie 1 : Mortiers d’enduits minéraux extérieurs et intérieurs ;
— Partie 2 : Mortiers de montage des éléments de maçonnerie.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre cette Norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne,
Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Portugal,
République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède et Suisse.
Page 4
EN 998-2:2003

Introduction
Les propriétés et caractéristiques exigées pour un mortier de montage des éléments de maçonnerie sont liées à
son utilisation.
Elles sont classées en deux groupes, à savoir celles qui ont trait au mortier frais, non durci, et celles qui ont trait
au mortier durci.
Pour faire de la présente Norme européenne une norme performancielle, référence est faite autant que faire se
peut uniquement aux propriétés du mortier, et non à son mode de fabrication, sauf lorsque cela est inévitable pour
la description des caractéristiques du produit.

1 Domaine d'application
La présente Norme européenne spécifie les exigences applicables aux mortiers industriels (de montage, jointoie-
ment et rebouchage) utilisés dans les murs, poteaux et cloisons en maçonnerie (par exemple, maçonnerie appa-
rente ou à enduire, structures de maçonnerie porteuse ou non, destinés au bâtiment et au génie civil).
Pour les mortiers frais, la présente norme définit les performances des propriétés relatives à la durée pratique
d'utilisation, la teneur en chlorure, l'air occlus, la masse volumique et le temps ouvert (pour les mortiers de joints
minces) et, pour les mortiers durcis, les performances des caractéristiques liées à la résistance à la compression,
l'adhérence et la masse volumique. Toutes les performances sont mesurées selon les méthodes d'essai corres-
pondantes définies dans des Normes européennes distinctes.
La présente Norme européenne traite également de l'évaluation de la conformité des produits à la présente norme
ainsi que de leur marquage.
La présente Norme européenne s'applique aux mortiers de montage définis à l’article 3, à l'exception des mortiers
préparés sur chantier. Toutefois, tout ou partie de cette norme peut être utilisée en association avec des codes
de mise en œuvre et des spécifications nationales relatives aux mortiers préparés sur chantier.

2 Références normatives
Cette Norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-
après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publica-
tions ne s'appliquent à cette Norme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour
les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.

EN 771, Spécification pour éléments de maçonnerie.

EN 1015-1, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 1 : Détermination de la répartition granulo-
métrique (par tamisage).

EN 1015-2, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 2 : Échantillonnage global des mortiers et
préparation des mortiers d’essais.

EN 1015-7, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 7 : Détermination de la teneur en air du
mortier frais.

EN 1015-9, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 9 : Détermination de la période d'ouvrabilité
et du temps ouvert du mortier frais.

EN 1015-10, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 10 : Détermination de la masse volumique
apparente sèche du mortier durci.

EN 1015-11, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 11 : Détermination de la résistance à la
flexion et à la compression du mortier durci.
Page 5
EN 998-2:2003

EN 1015-17, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 17 : Détermination de la teneur en chlorure
soluble des mortiers frais et durcis.

EN 1015-18, Méthodes d’essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 18 : Détermination du coefficient d’absorp-
tion d’eau par capillarité des mortiers d’enduits extérieurs durcis..

EN 1745:2002, Maçonnerie et éléments de maçonnerie — Méthodes de détermination des valeurs thermiques et


de calcul.
EN 13501-1, Classification des produits de construction et éléments de bâtiments — Partie 1 : Classification utili-
sant les données des essais de réaction au feu.

3 Termes et définitions
Pour les besoins de la présente Norme européenne, les termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1
mortier de montage
mélange composé d'un ou de plusieurs liants minéraux, de granulats, d'eau et parfois d'adjuvants et/ou d'ajouts
et destiné au montage, au jointoiement et au rebouchage de la maçonnerie

3.1.1
mortier frais
mortier gâché et prêt à l'emploi

3.2
Types de mortier selon la conception

3.2.1
mortier performanciel (formulé)
mortier dont la composition et la méthode de fabrication ont été choisies par le producteur en vue d'obtenir les
propriétés spécifiques (concept de performances)

3.2.2
mortier de recette
mortier fabriqué selon des proportions prédéterminées et dont les propriétés résultent des proportions de consti-
tuants déclarées (concept de recette)

3.3
Types de mortier selon les propriétés et/ou l'utilisation

3.3.1
mortier d'usage courant (G)
mortier de montage sans caractéristiques particulières

3.3.2
mortier de joints minces (T)
mortier performanciel dont la dimension maximale des granulats est inférieure ou égale à une valeur spécifiée
(voir 5.5.2)

3.3.3
mortier allégé (L)
mortier performanciel dont la masse volumique sèche à l'état durci est inférieure ou égale à une valeur spécifiée
(voir 5.4.5)
Page 6
EN 998-2:2003

3.4
Types de mortier selon le mode de fabrication

3.4.1
mortier industriel
mortier dosé et mélangé en usine. II peut être fourni sous forme de «mortier sec», prêt à gâcher avec de l'eau, ou
sous forme de «mortier frais» prêt à l'emploi

3.4.2
mortiers semi-finis
mortier décrit en 3.4.2.1 ou 3.4.2.2

3.4.2.1
mortier prédosé
mortier dont les constituants sont entièrement dosés en usine et livrés sur le chantier où ils sont mélangés selon
les spécifications et dans les conditions indiquées par le fabricant

3.4.2.2
mortier prémélangé de chaux/sable
mortier dont les constituants sont entièrement dosés et mélangés en usine et livrés sur le chantier où d'autres
constituants spécifiés ou fournis par le fabricant sont ajoutés (par exemple du ciment)

3.4.3
mortier de chantier
mortier composé de constituants individuels dosés et mélangés sur chantier

3.5
liant
matériau utilisé pour lier ensemble des particules solides de manière à former une masse cohésive, par exemple,
ciment, chaux calcique éteinte

3.6
granulat
matériau granulaire qui ne contribue pas au durcissement du mortier

3.7
adjuvant
matériau ajouté en petites quantités de manière à obtenir des modifications spécifiées des propriétés

3.8
additif
matériau minéral fin (ni granulat, ni liant) qui peut être ajouté au mortier pour en améliorer les propriétés ou obtenir
des propriétés particulières

3.9
adhérence
adhérence perpendiculaire au lit de mortier entre le mortier de montage et l'élément de maçonnerie

3.10
valeur déclarée
valeur qu'un fabricant est sûr d'atteindre, en tenant compte de la précision de l'essai et de la dispersion de la
mesure

3.11
maçonnerie en expositio «sévère»
maçonnerie ou éléments de maçonnerie exposés à une saturation d'eau (pluies battantes, eaux souterraines)
avec de fréquents cycles gel/dégel en raison des conditions climatiques et ne disposant pas de dispositifs de
protection
Page 7
EN 998-2:2003

3.12
maçonnerie en exposition «modéré»
maçonnerie ou éléments de maçonnerie exposés à l'humidité et à des cycles gel/dégel, à l’exclusion des
constructions en environnement sévère

3.13
maçonnerie en exposition «passive»
maçonnerie ou éléments de maçonnerie qui ne sont généralement pas exposés à l'humidité ou à des conditions
de gel

4 Matières premières
Les caractéristiques des matières premières doivent permettre d’obtenir un produit fini conforme aux exigences
de la présente norme. Le fabricant doit conserver des enregistrements indiquant comment l’aptitude à l’emploi des
matières premières a été établie.

5 Spécifications
5.1 Généralités
Les caractéristiques et propriétés des mortiers spécifiées dans la présente norme doivent être définies en fonction
des méthodes et autres modes opératoires d'essai qui y sont mentionnés. Les critères de conformité fournis dans
les paragraphes suivants se rapportent à des essais de type initiaux (voir 8.2) et à ceux effectués sur les prélève-
ments indépendants (conformément à l’Annexe A). En matière d'évaluation de la production, le fabricant doit défi-
nir les critères de conformité dans la documentation relative au contrôle de la production en usine (voir 8.3).

5.2 Propriétés des mortiers frais


5.2.1 Durée pratique d'utilisation
La durée pratique d'utilisation doit être déclarée par le fabricant. Lorsque le mortier de montage est prélevé sur un
lot selon l’EN 1015-2 et essayé selon l’EN 1015-9, sa durée pratique d'utilisation ne doit pas être inférieure à la
valeur déclarée.

5.2.2 Teneur en chlorures


Le cas échéant, le fabricant doit déclarer la teneur en chlorure du mortier livré. Lorsque le mortier est prélevé sur
un lot selon l’EN 1015-2 et soit essayé selon l’EN 1015-17, en utilisant le mode opératoire de la détermination de
la teneur en chlorures solubles dans l'eau, soit calculé sur la base de la teneur mesurée en ions de chlorure des
constituants du mortier, la teneur en chlorures ne doit pas être supérieure à la valeur déclarée.
NOTE Il convient que la teneur en chlorures ne dépasse pas 0,1 % Cl en masse du mortier sec.

5.2.3 Air occlus


Lorsque l'utilisation prévue sur le marché du mortier de montage le justifie, la valeur moyenne de l’air occlus doit
être déclarée par le fabricant. Lorsque le mortier est prélevé sur un lot selon l’EN 1015-2 et essayé selon
l’EN 1015-7, l'air occlus doit se situer dans la fourchette déclarée.
Pour les mortiers de montage utilisant des granulats poreux, l'air occlus peut également être évalué à partir de la
détermination de la masse volumique du mortier frais conformément à l’EN 1015-6.

5.3 Dosage des constituants


Le fabricant doit déclarer les proportions du mélange, en volume ou en masse, de tous les constituants pour les
mortiers de recette prescrits. En outre, la résistance à la compression doit être déclarée sur la base de documents
de référence publics établissant une relation entre les proportions du mélange et la résistance à la compression.
Page 8
EN 998-2:2003

5.4 Propriétés des mortiers durcis


5.4.1 Résistance à la compression
Pour les mortiers performanciels (formulés), la résistance à la compression du mortier de montage doit être décla-
rée par le fabricant. Ce dernier peut déclarer la catégorie de résistance à la compression conformément au
Tableau 1, dans lequel la résistance à la compression est désignée par un «M» suivi de la catégorie de résistance
à la compression en N/mm2, qu’elle dépasse.

Tableau 1 — Catégories de mortier

Catégorie M1 M 2,5 M5 M 10 M 15 M 20 Md

Résistance à la compression 1 2,5 5 10 15 20 dì


N/mm2

D est une résistance à la compression déclarée par le fabricant et supérieure à 25 N/mm2.

Lorsque le mortier de montage est prélevé sur un lot selon l’EN 1015-2 et essayé selon l’EN 1015-11, la résistance
à la compression ne doit pas être inférieure à la résistance à la compression déclarée ou à la catégorie de résis-
tance à la compression déclarée. Si la teneur en chaux aérienne du mortier, calculée sous forme d’hydroxyde de
calcium Ca(OH)2, est supérieure ou égale à 50 % de la masse totale du liant, le fabricant doit le déclarer.

5.4.2 Adhérence
Pour les mortiers performanciels destinés à être utilisés dans des constructions soumises à des exigences
structurelles, l'adhérence du mortier à certains types d'éléments de maçonnerie doit être déclarée par le fabricant
sous la forme de la résistance initiale au cisaillement. La déclaration peut reposer sur des essais comme en a)
ci-dessous ou sur des valeurs tabulées comme en b) ci-dessous. Le fabricant doit indiquer sur quoi repose sa
déclaration.
a) Déclaration reposant sur des essais
La résistance caractéristique initiale au cisaillement combinée du mortier et d’un élément de maçonnerie spécifi-
que conforme à l’EN 771 peut reposer sur des essais de mortiers prélevés sur un lot selon l’EN 1015-2 et essayés
selon l’EN 1052-3. Elle ne doit pas être inférieure à la valeur déclarée ;
b) Déclaration reposant sur des valeurs tabulées
En l’absence de déclaration conforme à a), la résistance caractéristique initiale au cisaillement combinée du mor-
tier et d’une gamme d’éléments de maçonnerie peut être déclarée par référence à l’Annexe C.
NOTE 1 L’adhérence est fonction du mortier, du bloc de maçonnerie, de la teneur en humidité et de la qualité de fabrication.

NOTE 2 En attendant qu’une méthode directe d’essai de l’adhérence soit disponible, l’essai de détermination de la résis-
tance initiale au cisaillement doit être utilisé.

5.4.3 Absorption d’eau


Pour les mortiers de montage destinés à être utilisés dans des constructions extérieures directement exposées
aux intempéries, l’absorption d’eau doit être déclarée par le fabricant. Lorsque le mortier est prélevé sur un lot
selon l’EN 1015-2 et essayé selon l’EN 1015-18, l’absorption d’eau ne doit pas être supérieure à la valeur
déclarée.

5.4.4 Perméabilité à la vapeur d’eau


Pour les mortiers de montage destinés à être utilisés dans des constructions extérieures, la perméabilité à la
vapeur d’eau doit être déclarée par le fabricant par référence à l’EN 1745:2002, Tableau A.12, qui donne les
valeurs tabulées du coefficient de diffusion de la vapeur d’eau du mortier.
Page 9
EN 998-2:2003

5.4.5 Masse volumique (mortier durci à l'état sec)


Lorsque l'utilisation prévue sur le marché pour le mortier de montage le justifie, la fourchette de valeurs de la
masse volumique du mortier durci à l'état sec doit être déclarée par le fabricant. Lorsque le mortier de montage
est prélevé sur un lot l’EN 1015-2 et essayé selon l’EN 1015-10, la masse volumique doit se situer dans la four-
chette déclarée.
Pour les mortiers de montage allégés, la masse volumique doit être inférieure ou égale à 1 300 kg/m3.

5.4.6 Conductivité thermique


Pour les mortiers de montage destinés à être utilisés dans des constructions soumises à des exigences thermi-
ques, le fabricant doit indiquer les valeurs de calcul de la conductivité thermique du mortier de montage par réfé-
rence à l’EN 1745:2002, Tableau A.12. Pour les mortiers de montage allégés en particulier, les valeurs mesurées
conformes au 4.2.2 de l’EN 1745:2002 peuvent également être déclarées. Le fabricant doit indiquer sur quoi
repose sa déclaration. Lorsque le mortier de montage est prélevé sur un lot selon l’EN 1015-2 et essayé selon
l’EN 1745, la conductivité thermique doit être inférieure à la valeur déclarée.

5.4.7 Durabilité
En attendant qu’une méthode d’essai normalisée européenne soit disponible, la résistance au gel/dégel doit être
évaluée et déclarée conformément aux dispositions en vigueur sur le lieu prévu d’utilisation du mortier.

5.5 Autres exigences pour les mortiers de joints minces (T)


5.5.1 Généralités
Les mortiers de joints minces doivent satisfaire aux exigences données en 5.2 et 5.4, et aux exigences supplé-
mentaires suivantes.

5.5.2 Granulats
La dimension des granulats ne doit pas être supérieure à 2 mm, lorsque le mortier de montage est prélevé sur un
lot selon l’EN 1015-2 et essayé selon l’EN 1015-1. Le fabricant doit déclarer la dimension maximale des granulats.

5.5.3 Temps ouvert


Le temps ouvert doit être déclaré. Lorsque le mortier de montage est prélevé sur un lot selon l’EN 1015-2 et
essayé selon l’EN 1015-9, le temps ouvert doit être supérieur à la valeur déclarée.

5.6 Réaction au feu


Le fabricant doit déclarer la classe de réaction au feu des mortiers de montage.
Lorsque les mortiers contiennent au maximum 1,0 % en masse ou en volume (selon la valeur la plus critique) de
matériaux organiques répartis de façon homogène, la déclaration peut indiquer la classe A1 de réaction au feu
sans nécessiter d’essai.
Les mortiers contenant plus de 1,0 % en masse ou en volume (selon la valeur la plus critique) de matériaux orga-
niques répartis de façon homogène doivent être classés selon l’EN 13501-1 et déclarés dans la classe appropriée
de réaction au feu.
NOTE L’attention est attirée sur la décision de la Commission 96/603/CE qui indique que les éléments de maçonnerie
non combustibles contenant au maximum 1,0 % (en masse ou en volume, selon la valeur la plus critique) de matériaux
organiques répartis de façon homogène sont classés en classe A1 de réaction au feu sans essais.

5.7 Gâchage du mortier sur chantier


Si des équipements, procédés ou temps de gâchage spécifiques sont nécessaires pour le gâchage sur chantier
de certains types de mortiers, ils doivent être spécifiés par le fabricant. Le temps de gâchage est mesuré à partir
du moment où tous les constituants ont été introduits.
Page 10
EN 998-2:2003

6 Désignation des mortiers de montage


La désignation doit inclure les informations suivantes, selon le cas :
— le numéro et la date de publication de la présente Norme européenne ;
— le nom du fabricant ;
— le code ou la date de fabrication ;
— le type de mortier (3.2, 3.3 et 3.4) ;
— la durée pratique d'utilisation (5.2.1) ;
— la teneur en chlorures (5.2.2) ;
— l’air occlus (5.2.3) ;
— les dosages des constituants (pour les mortiers de recette) et la résistance à la compression correspondante
ou la classe de résistance à la compression (5.3) ;
— la résistance à la compression ou la classe de résistance à la compression (pour les mortiers
performanciels) (5.4.1) ;
— l’adhérence (5.4.2) ;
— l’absorption d’eau (5.4.3) ;
— la perméabilité à la vapeur d’eau (5.4.4) ;
— la masse volumique (5.4.5) ;
— la conductivité thermique (5.4.6) ;
— la durabilité (5.4.7) ;
— la dimension maximale des granulats (5.5.2) ;
— le temps ouvert (5.5.3) ;
— la réaction au feu (5.6).
NOTE Dans la désignation d'un produit, des informations sur des propriétés spéciales du produit peuvent être incluses
si le mortier est destiné à un usage particulier.

7 Marquage et étiquetage
La désignation (voir article 6) ou le code identifiant la désignation doit figurer sur l'emballage, sur le bon de livrai-
son ou sur les fiches techniques des fabricants, ou bien sur tout autre document accompagnant le produit.
NOTE Le paragraphe ZA.3 s’applique au marquage CE et à l’étiquetage. Si ZA.3 exige que le marquage CE soit accom-
pagné des mêmes informations que ce que requiert le présent article, il est possible de considérer que les exigences du
présent article ont été satisfaites.

8 Évaluation de la conformité

8.1 Généralités
Le fabricant (ou son représentant) doit apporter la preuve de la conformité de son produit aux exigences de la
présente Norme européenne et aux valeurs déclarées en procédant à la fois aux essais de type initiaux (voir 8.2)
et au contrôle de la production en usine (voir 8.3).
Des méthodes d'essai autres que les méthodes de référence stipulées dans la présente Norme européenne peu-
vent être utilisées, sauf pour les essais de type initiaux et en cas de litige, à condition que ces méthodes satisfas-
sent aux critères suivants :
a) existence d'une corrélation entre les résultats de l'essai de référence et ceux de l'essai de remplacement peut
être démontrée ; et
b) disponibilité des informations sur lesquelles se fonde cette corrélation.
Page 11
EN 998-2:2003

8.2 Essais de type initiaux


8.2.1 Généralités
Après le développement d'un nouveau produit et avant le début de la fabrication industrielle et de la commercia-
lisation, les essais de type initiaux appropriés doivent être effectués pour confirmer que les propriétés prévues lors
du développement sont conformes aux spécifications de la présente norme et aux valeurs à déclarer pour le produit.
L’échantillonnage doit être réalisé conformément à l’Annexe A.
Les essais de type initiaux doivent également être effectués sur des produits existants lorsqu'un changement dans
les matières premières ou les procédés de fabrication entraîne, du point de vue du fabricant, un changement de
la désignation ou de l'utilisation du produit. Dans ces cas, les essais de type initiaux à réaliser sont les essais rela-
tifs aux propriétés modifiées ou à confirmer de même que ceux relatifs aux nouvelles propriétés introduites par un
changement d'utilisation.
Les résultats des essais de type initiaux doivent être enregistrés. Aucun essai n’est nécessaire lorsqu’une décla-
ration des valeurs tabulées est permise.
Les essais à réaliser doivent être les essais de référence, décrits dans la présente norme pour les propriétés et
caractéristiques figurant dans la liste ci-après conformément à 8.2.2 et 8.2.3, en fonction du type d’utilisation pré-
vue pour le produit.
NOTE Voir le Tableau ZA.1 pour les caractéristiques de performance à déterminer afin de se conformer aux dispositions
relatives au marquage CE.

8.2.2 Propriétés du mortier frais


— Durée pratique d'utilisation ;
— teneur en chlorures ;
— air occlus ;
— temps ouvert (pour les mortiers de joints minces) ;
— dimension des granulats (pour les mortiers de joints minces).

8.2.3 Caractéristiques du mortier durci


— Résistance à la compression ;
— adhérence ;
— absorption d’eau ;
— perméabilité à la vapeur d’eau ;
— masse volumique ;
— conductivité thermique ;
— réaction au feu (pour les mortiers contenant plus de 1 % de matériaux organiques) ;
— durabilité.

8.3 Contrôle de la production en usine


8.3.1 Généralités
Un plan de contrôle de la production en usine doit être défini et documenté dans un manuel. Le système de
contrôle de la production en usine doit se composer d’un ensemble de modalités destinées au contrôle interne de
la production afin de garantir que les produits commercialisés sont conformes à la présente norme et aux valeurs
déclarées. Le contrôle interne portera sur l'un des points suivants ou les deux :
a) vérifications, contrôles et essais périodiques, et exploitation de leurs résultats pour contrôler l'équipement, les
matières premières et le processus de production ;
b) vérifications, contrôles et essais périodiques sur le produit fini.
Des enregistrements doivent être conservés des dates des listes et des contrôles, de l'identification des produits
soumis à essai et des résultats des essais et des contrôles, comme indiqué dans le manuel qualité.
Page 12
EN 998-2:2003

8.3.2 Contrôle du processus de fabrication


Les éléments qui doivent être traités dans les documents de suivi de la qualité relatifs au système de contrôle
choisi en 8.3.1 sont les suivants :

1) Matières premières
Le fabricant doit définir les critères appropriés d'acceptation des matières premières ainsi que les procédures
mises en place pour garantir que ces critères sont respectés.

2) Processus de fabrication
Les éléments pertinents intéressant l'usine et le processus de fabrication doivent être définis en tant que de besoin
en indiquant la périodicité des vérifications, des contrôles et des essais, ainsi que les valeurs ou critères requis,
s’agissant aussi bien des matériels que du déroulement du processus. Les actions à entreprendre lorsque les cri-
tères ou valeurs de contrôle ne sont pas atteints doivent être mentionnées. Les instruments de pesage et de
mesurage doivent être étalonnés et la fréquence d'étalonnage indiquée.

8.3.3 Produits finis


1) Essais sur les produits finis
Le système de contrôle de la production en usine comprendra, en tant que de besoin, un plan d'échantillonnage
et la fréquence des essais sur le produit fini. Les résultats de l'échantillonnage et des essais doivent être enregis-
trés. La fréquence d'échantillonnage et des essais doit être déterminée à partir de principes et règles statistiques,
pour garantir que la production correspondante respecte les critères de conformité indiqués dans la présente
norme et les valeurs déclarées pour les mortiers.

2) Équipement d'essai
L'équipement pour les essais ayant une influence sur les résultats d'essais doit être étalonné. Les critères d’éta-
lonnage et les procédures de vérifications doivent être indiqués dans le manuel qualité.

8.3.4 Traçabilité
Les systèmes de traçabilité et de contrôle des matières premières et leur utilisation doivent être mentionnés en
tant que de besoin dans les documents de gestion de la qualité. Le système de contrôle des stocks de produits
finis doit également être répertorié dans ces documents, dans lesquels il convient d’indiquer aussi la méthode de
traitement des produits non conformes.
Page 13
EN 998-2:2003

Annexe A
(normative)
Échantillonnage pour les essais de type initiaux
et les essais sur lots effectués par des organismes indépendants
Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

A.1 Généralités
La présente procédure d'échantillonnage doit s'appliquer aux essais de type initiaux et lorsqu'il est nécessaire de
procéder à l'évaluation de la conformité d'un produit. Pour les essais effectués par un organisme indépendant, lors
desquels seules les propriétés déclarées par le fabricant doivent faire l'objet d'une évaluation, les représentants
de toutes les parties doivent pouvoir être présents au moment de l'échantillonnage.
La quantité requise de mortier de montage pour un échantillon doit provenir d'un lot inférieur ou égal à 10 m3.

A.2 Procédure d'échantillonnage


La procédure d'échantillonnage doit respecter l'une des procédures mentionnées dans l’EN 1015-2.
NOTE Le choix de la méthode d'échantillonnage sera normalement dicté par la forme physique du lot de mortier en
question.
Page 14
EN 998-2:2003

Annexe B
(informative)
Utilisation des éléments de maçonnerie et du mortier de montage
Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

Des codes européens de bonne pratique traitant de la conception architecturale et des modalités d'exécution et
comprenant des spécifications d'utilisation des éléments de maçonnerie et du mortier de montage en vue de
garantir une durabilité satisfaisante en service de la maçonnerie finie n'ont pas été élaborés à ce jour.
En attendant que ces codes soient disponibles, la présente annexe intitulée «Utilisation des éléments de
maçonnerie et du mortier de montage» donne des orientations pour le choix de mortiers adaptés tenant compte
des conditions d'utilisation et notamment des facteurs comme la résistance au gel, la teneur en sel soluble, le
degré d'exposition et le risque de saturation d'eau.
Pour choisir le type de mortier approprié, il convient de tenir compte du degré d'exposition et notamment de la
protection prévue contre la saturation d'eau.
Les termes d’exposition «sévère», «modérée» et «passive» désignent le degré de risque pour la maçonnerie
d'être exposée à une teneur élevée en eau coïncidant avec le risque d'une fréquence élevée de cycles gel/dégel,
et ceci en fonction des conditions climatiques locales et/ou de la conception de la construction.
Les facteurs qui font partie de l'évaluation de l'exposition sont les conditions de température et d'humidité, ainsi
que la présence éventuelle de substances agressives. Cette évaluation doit tenir compte de l'expérience locale
ou nationale.
Il est recommandé d’évaluer l'influence de revêtements ou enduits éventuels (par exemple, la peinture, enduit
minéral ou organique) pouvant apporter une protection.
Les exemples donnés ci-après ne sont généralement considérés qu'à ce titre :
a) Constructions en exposition sévère
Les exemples suivants se rapportent à des maçonneries ou éléments de maçonneries soumis à des environ-
nements sévères :
- maçonnerie de soubassements extérieurs (deux assises au-dessus et en dessous du niveau du sol) exposée
à un risque élevé de saturation en eau avec risque de gel ;
- acrotères non enduits pour lesquels existe un risque élevé de saturation en eau avec risque de gel, par exem-
ple lorsque la partie supérieure n'est pas protégée ;
- conduits de fumée non enduits pour lesquels existe un risque élevé de saturation en eau avec risque de gel ;
- couronnements, corniches et appuis dans les zones où il y a risque de gel ;
- murs de clôture et murs écran pour lesquels existe un risque élevé de saturation en eau avec risque de gel,
par exemple si la partie supérieure du mur n'est pas dotée d'une protection efficace ;
- murs de soutènement pour lesquels existe un risque élevé de saturation en eau avec risque de gel, par
exemple lorsque la partie supérieure du mur n'est pas dotée d'une protection efficace ou si la face en contact
avec la terre n'a pas reçu de traitement d'étanchéité ;
b) Constructions en exposition modérée
Les dispositions suivantes constituent des mesures appropriées pour éviter la saturation en eau de la
maçonnerie :
1) protection des têtes de mur par des avant-toits ou des couvertures ;
2) appuis de fenêtre débordants avec rejets d'eau ;
3) membranes d'étanchéité au sommet et à la base des murs ;
c) Constructions en exposition passive
Les exemples suivants se rapportent à des maçonneries ou éléments de maçonneries soumis à des environ-
nements passifs :
- maçonnerie de murs extérieurs, dotée d'une protection appropriée dont l'importance dépend des conditions
climatiques. Dans certaines régions d'Europe, I'expérience locale montre qu'une couche épaisse d'enduit
est suffisante.
Page 15
EN 998-2:2003

Annexe C
(normative)
Caractéristique de résistance initiale au cisaillement
des mortiers de montage performanciels

Init numérotation des tableaux d’annexe [C]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [C]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [C]!!!

La caractéristique de résistance initiale au cisaillement des mortiers de montage performanciels combinés à des
éléments de maçonnerie conformes à l’EN 771 doit être la suivante :
• 0,15 N/mm2 pour les mortiers d’usage courant (G) et les mortiers allégés (L) ;
• 0,3 N/mm2 pour les mortiers de joints minces (T).
Page 16
EN 998-2:2003

Annexe ZA
(informative)
Articles de la présente Norme européenne
concernant les dispositions de la Directive UE
Produits de construction

Init numérotation des tableaux d’annexe [D]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [D]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [D]!!!

ZA.1 Domaine d’application et caractéristiques concernées


La présente Norme européenne a été élaborée dans le cadre du Mandat M116 «Produits de maçonnerie et pro-
duits annexes», donné au CEN par la Commission Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange.
Les articles de la présente norme européenne figurant dans la présente annexe satisfont aux exigences du man-
dat donné dans le cadre de la Directive UE «Produits de construction» (89/106/CEE).
La conformité à ces articles confère présomption d’aptitude à l’emploi des mortiers de montage couverts par la
présente annexe pour le ou les usages prévus ; il doit être fait référence à l’information accompagnant le mar-
quage CE.
AVERTISSEMENT : D'autres exigences et d'autres Directives EU n’affectant pas l’aptitude à l’emploi
peuvent être applicables au(x) produit(s) relevant du domaine d'application de la présente norme.
NOTE En complément des articles spécifiques éventuellement contenus dans la présente norme relatifs aux substances
dangereuses, il peut exister d’autres exigences applicables aux produits couverts par son domaine d’application (par
exemple transposition de réglementation européenne, réglementations nationales et dispositions administratives
nationales). Pour être conforme aux dispositions de la directive produits de construction, il est nécessaire de respecter
également ces exigences, où et quand elles s’appliquent. Note : Une base de données informative sur les dispositions
européennes et nationales concernant les substances dangereuses peut être consultée sur le site EUROPA de la
Construction (CREATE accessible à l’adresse http://europa.eu.int).

La présente annexe établit les conditions du marquage CE des mortiers de montage destinés aux usages prévus
dans le Tableau ZA.1 et présente les articles correspondants applicables.
Le domaine d’application de la présente annexe est défini par le Tableau ZA.1.
Page 17
EN 998-2:2003

Tableau ZA.1 — Domaine d’application et articles correspondants

Produit : Mortiers de montage industriels traités à l’article 1 de la présente norme et comprenant les types suivants :
• Mortiers d’usage courant ;
• Mortiers de joints minces ;
• Mortiers allégé.
Usage prévu : Dans les murs, poteaux, et cloisons en maçonnerie, tel qu’indiqué dans le domaine d’application de la présente norme.

Exigence Niveaux
Notes/Type
Caractéristiques essentielles Articles de la présente ou classes
de déclaration
norme européenne mandatés

Résistance à la compression 5.4.1 Aucune Catégories ou valeurs


(pour tous les mortiers performanciels) déclarées (N/mm2)

Dosage des constituants 5.3 Aucune Proportions du mélange


(pour tous les mortiers de recette) en volume ou en masse

Adhérence 5.4.2 Aucune Valeur déclarée


(pour les mortiers performanciels destinés à être utilisés de la résistance initiale
a) reposant sur des essais
dans des constructions soumises à des exigences au cisaillement (N/mm2)
structurelles) b) reposant sur des valeurs mesurée ou tabulée
tabulées

Teneur en chlorures 5.2.2 Aucune Valeur déclarée


(pour les mortiers destinés à être utilisés (fraction massique, en %)
dans de la maçonnerie armée)

Réaction au feu 5.6 Euroclasses Euroclasse déclarée


(pour les mortiers destinés à être utilisés A1 à F
dans des constructions soumises à des exigences
de protection contre l’incendie)

Absorption d’eau 5.3.3 Aucune Valeur déclarée


(pour les mortiers destinés à être utilisés (kg/m2.min0,5)
dans des constructions extérieures)

Perméabilité à la vapeur d’eau 5.4.4 Aucune Valeurs tabulées déclarées


(pour les mortiers destinés à être utilisés du coefficient de diffusion
dans des constructions extérieures) de la vapeur d’eau l

Conductivité thermique/masse volumique 5.4.6 Aucune Valeur mesurée ou tabulée


(pour les mortiers utilisés dans des constructions déclarée [W/(m.K)]
soumises à des exigences d’isolation thermique)

Durabilité 5.4.7 Aucune Valeur déclarée, le cas


échéant

Substances dangereuses Note de ZA.1 ci-dessus Aucune Selon ZA.3 (alinéa suivant
la Figure ZA.1)

L’exigence relative à une caractéristique donnée ne s’applique pas dans les Etats membres où il n’existe pas de
réglementation portant sur cette caractéristique pour l’usage prévu du produit. Dans ce cas, les fabricants qui
commercialisent leurs produits dans ces États membres ne sont pas tenus de déterminer ou de déclarer les
performances de leurs produits, relatives à cette caractéristique, et les informations qui accompagnent le
marquage CE (voir ZA.3) peuvent alors comporter l’option «Performance non déterminée» (NPD). Cette option
n’est pas utilisable lorsqu’un seuil s’applique à la caractéristique.
Page 18
EN 998-2:2003

ZA.2 Procédure d’attestation de conformité des mortiers de montage


ZA.2.1 Système d’attestation de conformité
Les systèmes d’attestation de conformité des mortiers de montage indiqués dans le Tableau ZA.1, conformément
à la Décision de la Commission du 14 octobre 1997 figurant dans l’annexe III du mandat «Produits de maçonnerie
et produits annexes M 116», sont indiqués dans le Tableau ZA.2 pour les usages prévus et les niveaux ou classes
correspondants.

Tableau ZA.2 — Systèmes d’attestation de conformité

Niveau(x) Système(s) d’attestation


Produit(s) Usage(s) prévu(s)
ou classe(s) de conformité

Mortier industriel performanciel dans les murs, poteaux, et cloisons — 2+ a)

Mortier industriel de recette dans les murs, poteaux, et cloisons — 4 b)

a) Voir Annexe III.2(ii) de la Directive 89/106/CEE (DPC), Première possibilité, y compris certification du contrôle de la production en
usine par un organisme agréé.
b) Voir Annexe III.2(ii) de la Directive 89/106/CEE (DPC), Troisième possibilité.

L’attestation de conformité des mortiers de montage indiqués dans le Tableau ZA.1 doit être fondée sur les pro-
cédures d’évaluation de conformité figurant dans les Tableaux ZA.3 et ZA.4 résultant de l’application des articles
de la présente Norme européenne.

Tableau ZA.3 — Attribution des tâches d'évaluation


de la conformité des mortiers performanciels

Articles
sur l’évaluation
Tâches Contenu de la tâche
de conformité
à appliquer

Paramètres liés à toutes les


Contrôle de la production en usine caractéristiques pertinentes 8.3
du Tableau ZA.1
Tâches incombant
Toutes les caractéristiques
au fabricant Essai de type initial 8.2
pertinentes du Tableau ZA.1

Toutes les caractéristiques


Essais d’échantillons prélevés dans l’usine 8.3.3 1)
pertinentes du Tableau ZA.1

Paramètres liés à toutes les


Certification
d’un contrôle initial de caractéristiques pertinentes
du contrôle de
l’usine et du contrôle du Tableau ZA.1, en particulier 8.3
la production en
de la production en usine «celles indiquées à l’annexe III
usine sur la base :
Tâches incombant du mandat»
à l’organisme notifié
d’une surveillance Paramètres liés à toutes les
en continu, d’une évaluation caractéristiques pertinentes
et d’un agrément du du Tableau ZA.1, en particulier 8.3
contrôle de la production la résistance à la compression,
en usine l’adhérence, la teneur en chlorures

Tableau ZA.4 — Attribution des tâches d'évaluation


de la conformité des mortiers de recette

Articles sur l’évaluation


Tâches Contenu de la tâche
de onformité à appliquer

Contrôle de la production Paramètres liés à toutes les caractéristiques


8.3
en usine pertinentes du Tableau ZA.1
Tâches incombant
au fabricant
Toutes les caractéristiques pertinentes du
Essai de type initial 8.2
Tableau ZA.1
Page 19
EN 998-2:2003

ZA.2.2 Certificat CE et déclaration de conformité


Mortiers performanciels (relevant du système 2+) : Après avoir établi la conformité aux conditions de la présente
annexe, une fois que l’organisme notifié a établi le certificat mentionné ci-dessous, le fabricant ou son agent établi
dans l’EEE doit préparer et conserver une déclaration de conformité (Déclaration de conformité CE) autorisant le
fabricant à apposer le marquage CE. Cette déclaration doit comporter :
— le nom et l’adresse du fabricant ou de son représentant attitré établi dans l’EEE, ainsi que le lieu de production ;
— la description du produit (type, identification, utilisation, …) et une copie des informations qui accompagnent le
marquage CE ;
— les dispositions auxquelles le produit est conforme (par exemple Annexe ZA de la présente Norme
européenne) ;
— les conditions particulières qui s’appliquent à l’utilisation du produit (par exemple les dispositions relatives à
l’utilisation dans certaines conditions, etc.) ;
— le numéro du certificat de contrôle de la production en usine qui est associé ;
— le nom et la qualité de la personne habilitée à signer la déclaration au nom du fabricant ou de son représentant
attitré.
La déclaration doit s’accompagner d’un certificat de contrôle de la production en usine, établi par l’organisme
notifié, qui doit comprendre, outre les informations ci-dessus :
— le nom et l’adresse de l’organisme notifié ;
— le numéro du certificat de contrôle de la production en usine ;
— les conditions et la période de validité du certificat, le cas échéant ;
— le nom et la qualité de la personne habilitée à signer le certificat.
Mortiers de recette (relevant du système 4) : Après avoir établi la conformité à la présente annexe, le fabricant ou
son agent établi dans l’EEE doit préparer et conserver une déclaration de conformité (déclaration CE de confor-
mité) autorisant l’apposition du marquage CE. Cette déclaration doit comporter :
— le nom et l’adresse du fabricant ou de son représentant attitré établi dans l’EEE, ainsi que le lieu de production ;
— la description du produit (type, identification, utilisation, …) et une copie des informations qui accompagnent le
marquage CE ;
— les dispositions auxquelles le produit est conforme (par exemple Annexe ZA de la présente Norme
européenne) ;
— les conditions particulières qui s’appliquent à l’utilisation du produit (par exemple les dispositions relatives à
l’utilisation dans certaines conditions, etc.) ;
— le nom et la qualité de la personne habilitée à signer la déclaration au nom du fabricant ou de son représentant
attitré.
Les déclarations mentionnées ci-dessus doivent être rédigés dans la ou les langues officielles de l’État membre
dans lequel le produit sera utilisé.

ZA.3 Marquage CE et étiquetage


Le fabricant ou son représentant attitré établi dans l’EEE est responsable de l’apposition du marquage CE. Le
symbole du marquage CE à apposer doit être conforme à la Directive 93/68/CE et doit être visible sur l’emballage,
ou sur l’étiquette, ou encore sur la documentation commerciale, par exemple le bon de livraison. Le symbole du
marquage CE doit s’accompagner des informations suivantes :
— le numéro d’identification de l’organisme de certification (seulement pour les produits relevant des
systèmes 2+) ;
— le nom ou la marque d’identification et l’adresse déclarée du fabricant ;
— les deux derniers chiffres de l’année d’apposition du marquage ;
Page 20
EN 998-2:2003

— le numéro du certificat CE de conformité ou du certificat de contrôle de la production en usine (le cas échéant) ;
— la référence à la présente Norme européenne ;
— la description du produit : nom générique (voir 3.3 de la présente norme) et usages prévus dans le
Tableau ZA.1 de la présente annexe ;
— les informations sur les caractéristiques essentielles considérées dans le Tableau ZA.1, présentées sous
forme de valeurs déclarées et, le cas échéant, niveau ou classe à déclarer pour chaque caractéristique essen-
tielle, comme indiqué dans la colonne «Notes/Type de déclaration» du Tableau ZA.1.
L’option «performance non déterminée» ne peut pas être utilisée lorsqu’un seuil s’applique à la caractéristique.
Au contraire, elle peut être utilisée lorsque, pour un certain usage prévu, la caractéristique ne relève pas d’une
réglementation dans l’Etat membre de destination.
La Figure ZA.1 donne des exemples d’informations à fournir sur l’emballage, l’étiquette, et/ou la documentation
commerciale.

Marquage CE de conformité,
constitué du symbole CE
spécifié dans la Directive 93/68/CEE

01234 N° d’identification de l’organisme notifié

AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 Nom ou marque d’identification


et adresse déclarée du fabricant
00 Deux derniers chiffres de l’année
d’apposition du marquage
01234-DPC-00234 Numéro du certificat (le cas échéant) [18]

EN 998-2 Numéro de la Norme européenne


Mortier de montage performanciel (G) destiné à être utilisé dans des Description du produit et informations
constructions extérieures soumises à des exigences structurelles sur les caractéristiques réglementées
Résistance à la compression : Catégorie M 5
Résistance initiale au cisaillement : 0,15 N/mm2 (valeur tabulée)
Teneur en chlorures : 0,07 % Cl
Réaction au feu : Classe A 1
Absorption d’eau : 0,05 [kg/(m2.min0,5)]
Perméabilité à la vapeur d’eau : µ 15/35
Conductivité thermique : (λ10,sec), 0,83 W/m.K (valeur tabulée)
Durabilité (résistance au gel/dégel) : évaluation reposant sur les dispo-
sitions en vigueur sur le lieu prévu d’utilisation du mortier

Figure ZA.1 — Exemple d’informations accompagnant le marquage CE


(mortier performanciel)

En complément des éventuelles informations spécifiques relatives aux substances dangereuses apparaissant
ci-dessus, il convient, en accompagnement du produit, là et quand cela est exigé et dans la forme appropriée, qu’il
soit fait mention, de toute autre réglementation relative aux substances dangereuses à laquelle le produit est pré-
tendu conforme, ainsi que de toute information exigée par cette réglementation.
NOTE Il n'est pas nécessaire de citer les réglementations européennes s’il n’y a pas dérogations nationales.
Page 21
EN 998-2:2003

Marquage CE de conformité,
constitué du symbole CE spécifié
dans la Directive 93/68/CEE

AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 Nom ou marque d’identification


et adresse déclarée du fabricant
00 Deux derniers chiffres de l’année
d’apposition du marquage
Numéro du certificat

EN 998-2 Numéro de la Norme européenne


Mortiers d’usage courant de recette destinés à être utilisés dans des Description du produit et informations
constructions extérieures soumises à des exigences structurelles sur les caractéristiques réglementées
Dosage des constituants (en volume) :
Ciment : 15 %
Chaux : 10 %
Granulats : 75 %
Teneur en chlorures : 0,07 % Cl
Réaction au feu : Classe A 1
Absorption d’eau : 0,1 [kg/(m2.min0,5)]
Perméabilité à la vapeur d’eau : µ 15/35
Conductivité thermique : (λ10,sec) 0,83 W/m.K (valeur tabulée)
Durabilité (résistance au gel/dégel) : évaluation reposant sur les dispo-
sitions en vigueur sur le lieu prévu d’utilisation du mortier

Figure ZA.2 — Exemple d'informations accompagnant le marquage CE

En complément des éventuelles informations spécifiques relatives aux substances dangereuses apparaissant
ci-dessus, il convient, en accompagnement du produit, là et quand cela est exigé et dans la forme appropriée,
qu’il soit fait mention, de toute autre réglementation relative aux substances dangereuses à laquelle le produit
est prétendu conforme, ainsi que de toute information exigée par cette réglementation.
NOTE Il n'est pas nécessaire de citer les réglementations européennes s’il n’y a pas dérogations nationales.
Page 22
EN 998-2:2003

Bibliographie

EN 1052-3, Méthodes d'essai de la maçonnerie — Partie 3 : Détermination de la résistance initiale au cisaillement.

EN 1015-6, Méthodes d'essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 6 : Détermination de la masse volumique
apparente du mortier frais.

Vous aimerez peut-être aussi