Vous êtes sur la page 1sur 33

Université Abdelmalek Essaâdi

Faculté des Sciences et Techniques de Tanger

Master Sciences et Techniques


Option Génie Civil

Mini Projet
Elément du Module : « assainissement »

Titre :

« les méthodes de calculs et les logiciels utilisés en assainissement»

Réalisé par :
BOUCHFAR Fatima

Année Universitaire 2015/2016

0
Sommaire
I. Présentation générale de l’assainissement.................................... 4
1. Définition..........................................................................................4
2. Modes et systèmes d’assainissement............................................. 4
a. Mode d’assainissement ................................................. 4
b. Système d’assainissement ............................................. 4
3. Les critères de choix entre les systèmes d’assainissement. ........... 5
II. Méthodes de calcul des eaux pluviales .......................................... 5
1. La méthode rationnelle ................................................................... 5
a. Principe de la méthode ............................................................ 5
b. Conditions d’applications........................................................ 6
c. L’expression de la formule rationnelle ................................... 6
2. La Méthode de Caquot. ................................................................... 7
a. Principe de la méthode ............................................................ 7
b. Procédure d’utilisation de la méthode. ................................... 7
c. Conditions d’applications......................................................... 7
d. L’expression de la formule de Caquot ..................................... 7
III. Méthodes de calcul des eaux usées .............................................. 12
1. les débits d’eaux usées domestiquent........................................... 12
2. les débits d’eaux usées industrielles.............................................. 13
IV. Dimensionnement. ......................................................................... 15
1. Objectif. ...........................................................................................15
2. Formule MANNING STRIKLER .........................................................15
3. Formule de Chézy ............................................................................15
4. Méthode de Bazin. ......................................................................... 16

1
V. Logiciels utilisés en assainissement ..............................................18
1. Covadis .......................................................................................... 18
a. Présentation du logiciel ......................................................... 18
b. Etapes de calcul dans Covadis................................................. 18
2. Mensura ....................................................................................... 20
a. Présentation du logiciel ........................................................... 20
b. Etapes de calcul dans Mensura ................................................ 21
VI. Exemple de calcul dans le logiciel Covadis ................................ 22
Conclusion ............................................................................................... 31
Bibliographie
ANNEXE

2
Introduction
L'assainissement est un outil précieux de lutte contre la pollution et pour la
sauvegarde de la salubrité du milieu, il consiste à collecter, évacuer, transporter
et épurer de manière hygiénique et sans danger les eaux usées (domestiques ou
industrielles) et les eaux pluviales avant qu’elles soient rejetées dans le milieu
naturel.

Dans ce projet on va s'intéresser à l'étude des différentes méthodes utilisées en


assainissement pour le calculs de débit des eaux pluviales et des eaux usée et
pour le dimensionnement et on cite de quelque logiciels utilisés au MAROC, puis
on va faire un exemple de dimensionnement d'un bassin versant dans le logiciel
Covadis.

3
I. Présentation générale de l’assainissement
1. Définition :

L’assainissement c'est un terme général qui couvre tous les aspects de


l'évacuation des eaux usées, des déchets solides, de la lutte contre les vecteurs de
maladies, de l’hygiène alimentaire.
2. Modes et Systèmes d’assainissement :
a. Mode d’assainissement :

Deux modes d’assainissement existent :


 Assainissement collectif : constitué par un réseau public de collecte et de
transport des eaux usées et pluviales vers un ouvrage d’épuration ou un
exutoire.
 Assainissement individuel :Tout système d'assainissement effectuant la
collecte, le prétraitement, l'épuration, l'infiltration, ou le rejet des eaux
usées domestiques des immeubles non raccordés au réseau public
d'assainissement.
b. Système d’assainissement :
On distingue trois types de systèmes d’assainissement :
 Le système unitaire : les eaux usées et pluviales sont transportées par les
mêmes conduites. Cela nécessite l’installation de collecteurs de diamètre
supérieur ou égal à 1000 mm au milieu des voies.
 Le système séparatif : les eaux usées domestiques et les eaux de pluie sont
collectées et transportées par deux réseaux distincts.
 Le système pseudo-séparatif : les eaux météoriques y sont divisées en deux
parties :
 D’une part, les eaux provenant des surfaces de voiries qui s’écoulent par
des ouvrages conçues à cet effet : caniveaux, fossés, etc.
 D’autre part, les eaux des toitures, cours, jardins qui déversent dans le

4
réseau d’assainissement à l’aide des mêmes branchements que ceux des
eaux usées domestiques. Ce système est intéressant lorsque les surfaces
imperméabilisées collectives (voiries, parking, etc.) représentent une
superficie importante avec de fortes pentes.
3. Les critères de choix entre les systèmes d’assainissement :
En général, le choix d'un système d'évacuation donné dépend essentiellement des
objectifs et des contraintes liées au site tels que :
 Données pluviométriques ;
 Données relatives à la croissance démographique et au développement ;
 Données urbanistiques : répartition de l'habitat...;
 Données relatives au site : la topographie, la nature du sol, le régime des
nappes ;
 Données économiques et financières ;
 L’aspect environnemental, liées notamment au niveau de traitement toléré
lorsque le pouvoir Auto-épurateur est limité ;
 Schéma Directeur d’Assainissement Liquide de la ville.
II. Méthodes de calcul pour eaux pluviales
1. La méthode rationnelle
a. Principe de la méthode

La méthode rationnelle est basée sur l’hypothèse qu’une pluie constante et


uniforme sur l’ensemble d’un bassin versant produit un débit de pointe lorsque
toutes les sections du bassin versant contribuent à l’écoulement, soit après un
temps égal au temps de concentration. Par simplification, la méthode rationnelle
suppose aussi que la durée de la pluie est égale au temps de concentration. Elle
ne tient pas compte de l’hétérogénéité de la pluviométrie et a tendance à
surévaluer le débit de pointe.

5
b. Conditions d’applications :

La méthode rationnelle ne doit s’utiliser que lorsque les conditions suivantes sont
réunies :

 intensité de la pluie uniforme dans le temps et dans l’espace


 Le débit de pointe Qp est considéré comme une fraction du débit précipité
 L’intervalle de récurrence du débit de pointe Qp est le même que celui de
la pluie incidente
 Le coefficient de ruissellement C est supposé invariable d’une averse à
l’autre
 Celle-ci est bien adaptée aux bassins versants de moins de 250 ha
 la pente longitudinale moyenne est supérieure à 0,5 %.
c. L’expression de la formule rationnelle

Le débit de pointe est donné par la formule suivant

Qp = K×C×i×A

Avec:

 Qp : débit de pointe en m3/s


 K : 1/360
 C : Coefficient de ruissellement, compris entre 0 et 1
 i : intensité de la pluie incidente en mm/h
 A : Surface du bassin versant pris en considération en Ha

L’objectif de l’utilisation de cette formule est d’effectuer des dimensionnements


de collecteurs d’assainissement (choix d’un diamètre commercial adéquat et
d’une pente de projet),

6
2. La Méthode de Caquot
a. Principe de la méthode :

La méthode superficielle ou modèle de Caquot est une évolution de la méthode


rationnelle. En faisant intervenir tous les mécanismes de l'écoulement, cette
méthode permet de calculer, aux divers points caractéristiques des tronçons, le
débit de pointe qui servira à détermination ultérieure des dimensions
hydrauliques des ouvrages évacuateurs.

b. .Procédure d’utilisation de la méthode :


 Positionner en plan les canalisations
 Définir des tronçons de l’ordre de 300m
 Définir par tronçon le point caractéristique 5/9 de l’amont du tronçon
 Délimiter les sous bassins versant
 Définir les assemblages (bassins en série ou en parallèle)
 Calculer pour chacun des bassins assemblés Qp
c. Conditions d’applications

Elle ne s’applique qu’aux surfaces urbaines drainées par des réseaux d’évacuation
.Il est démontré qu’en un point particulier du réseau :

 le débit maximal correspond exactement au volume précipité dans l’unité


de temps considérée.
 Le volume précipité au pas de temps antérieur a servi :

o à l’écoulement
o au remplissage des canalisations
o l’humidification de toutes les surfaces du bassin de réception

7
 La Méthode de Caquot ne s’applique qu’aux surfaces drainées par des
réseaux qui ne sont pas en charge.
d. L’expression de la formule de Caquot

La formule de Caquot pour le calcul des débits d’eaux pluviales s’énonce comme
suit :

Qc(T) = Q(Tr) × m(T)

Q(Tr) = K(T) × IU(T) × CV(T) × AW(T)

Avec :

Qc : Débit corrigé en m3/s. I : moyenne du bassin versant.

Q :Débit brute en m3/s . C : Coefficient de ruissèlement du BV.

L : longueur de BV. A : du bassin versant.

Tr :Période de retour

Les paramètres (K, U, V, W et m) sont en fonctions des coefficients de Montana


a(T) et b(T) et ces dernières dépendent de la période de retour Représentée dans
le tableau suivant :

Les paramètres Les fonctions


K (a(T) × 0,5b(T)/6,6)^u
U -0,41×b(T) / (1+0,287×b(T))
V 1/ (1+0,287×b(T))
W (0 ,507×b(T) +0,95)/ (1+0,287×b(T))
M (L/2√A)(0,84×b(T))/1+ b(T)×0,287

Coefficients caractéristiques de la formule de Caquot

8
Remarque : les limites de validité de la formule de CAQUOT sont :
 Surface du bassin ou groupement de bassins ΣA ≤ 200 ha
 Pente 0,0002 < I < 0,05
 Coefficient de ruissellement 0,2 < C < 1
 Le coefficient d’allongement : M≥0.80

Coefficient de Montana :

Les paramètres a et b varient selon l’intensité maximale de la pluie dans une


région. Ils ont inclus dans la formule de Montana, rappelée dans les généralités.
i (t, T) = a (T). t b (T)
 Cette formule permet de calculer l'intensité de pluie (hauteur exprimée en
millimètres) en fonction de sa durée, exprimée en minutes.
 Cette formule comporte des coefficients a et b, dits coefficients de
Montana, pour un région donnée et une période donnée (1 an, 2 ans, 5 ans
10 ans par exemple)

Choix de la période de retour :

On appelle période de retour ou intervalle de récurrence d’une averse, l’inverse


de sa fréquence.
T = 1/F = N/n

F : fréquence de l’averse

N : nombre d’années de la période pendant laquelle on a enregistré n fois une


averse de durée t et d’intensité I.

Coefficient de ruissellement :

9
Le coefficient de ruissellement qui est le rapport du volume d’eau ruisselé par le
volume d’eau tombée, est généralement assimilé au taux d’imperméabilisation
du site qui est égale au rapport de la surface imperméabilisée par la surface
totale.

C = A’ / A
Avec :
A’ : la surface imperméabilisée
A : la surface totale du bassin versant
Le coefficient de ruissellement dépend du type d’occupation du sol et de la
typologie d’habitat, les valeurs unitaires retenues sont les suivantes :

Coefficient de ruissellement selon l’occupation du sol

La longueur hydraulique :

10
Elle est définie comme étant la longueur du plus long cheminement hydraulique
autrement dit, c’est la longueur parcourue par une goutte d’eau tombée au point
le plus éloigné de l’exutoire du bassin versant considéré

La pente moyenne :

Soit un bassin versant dans le plus grand cheminement hydraulique L est


constituée le tronçon successif de longueur I1,I2, I3...In et de pente moyenne I1,
I2, I3...In .
La pente moyenne le long de ce cheminement ce calculée par la formule
suivante :

∑L
Ip = ( )2
Li

ƒIi

Avec :

Li : Allongement du bassin i.

Ii : Pentecorrespondante.

Allongement d’un bassin et coefficient correcteur:

L’allongement d’un bassin M définit comme le rapport de la longueur du plus


cheminement hydraulique L sur le carré de la surface équivalente à la superficie
du bassin considéré

M = L / √A ≥0 ,8

On pourra, après avoir déterminé l’allongement M correspondant corriger le


débit calculé en le multipliant par un coefficient d’influence m traduisant

11
quantitativement le fait que pour même surface A le débit varie à l’inverse de
l’allongement M dudit bassin.

Assemblage des bassins:


La formule superficielle développée étant valable pour un bassin de
caractéristiques physiques homogènes, son application a un groupement de sous
bassins hétérogènes de paramètres individuels Ai, Ci, Li et Ii assemblés en série ou
en parallèle, nécessite l’emploi des formules d’équivalences afin de déterminer
Qpe (débit de pointe du bassin équivalent)selon le tableau suivant :

Formules des assemblages des bassins versants dans le modèle de Caquot

III. Méthodes de calcul eaux usées


Les écoulements d’eaux usées ou de temps sec se composent des écoulements
d’eaux usées (domestiques et industrielles) et des écoulements parasites (eaux
pluviales injectées dans le réseau). Les débits d’eaux usées sont estimes en
général d’après les consommations moyennes par habitant pour les eaux
d’origines domestiques ou par activité pour les effluents industriels
1. Les débits d’eaux usées domestique.

Les eaux domestiques, qui se composent :

 Des eaux ménagères, issues des salles de bains ou des cuisines qui sont
souvent riches en graisses, détergents et solvants.
 Des eaux vannes, issues des toilettes, chargées en matières organiques
azotées fermentescibles et riches en germes

12
Ces eaux domestiques correspondent généralement à la quantité d’eau potable
rejetée ou souillées par différentes activités.

Qm = D x N x T/86 400

Avec:

Qm: débit moyen eaux usées en l/s

D: dotation moyenne en eau potable par jour en l/hab/j

N: nombre d’habitants

T: taux de retour à l’égout pris égal à 80 %

Calcul de débit de pointe : Qp

Qp = cp x Qm

Avec:

Qp : Débit de pointe

Qm : Débit moyen Qp : Coefficient de pointe

cp = a + b /√Qm

On prend généralement: a= 1.5 et b = 2.5

D’où Qp = (1,5 + 2,5 /√Qm) Qm

2. Les débits d’eaux usées industrielles.

13
Les eaux industrielles ou non domestiques, qui peuvent provenir de diverses
entreprises, usines ou artisans. Les débits rejetés varient fortement suivant les
activités et les moments de la journée, il est donc conseillé d’effectuer des relevés
de débits produits lorsque les entreprises sont déjà installées.

Qm = D x S x T/86 400

Avec:

Qm : débit moyen eaux usées en m3/s

D: dotation moyenne en eau potable par jour en m3/ha/jour

S: Surface en ha

T: taux de retour à l’égout pris égal à 80 %

Et : Qp = 2 à 3 x Qm

Tableau des dotations en eau potable (Amendis)

Tableau des dotations en eau potable (Amendis)

14
IV. Dimensionnement :
1. Objectif:
Calculer les paramètres hydrauliques d'un écoulement dans les collecteurs
d'assainissement Appliquer les recommandations techniques pour déterminer un
profil en long et dimensionner les ouvrages courants

Il existe plusieurs formules (Bazin, Chezy,…) pour le dimensionnement des


canalisations en écoulement en surface libre mais la plus utilisée est celle de:
2. Formule de MANNING STRIKLER :
Q = Ks .S . Rhα . I 1/2

Avec:
Q : débit de pointe transité par la canalisation en m3/s
S : section de la canalisation (section mouillée) en m2
Rh : Rayon hydraulique de la canalisation en m
I : pente de la canalisation en m/m
Ks: coefficient de Manning et Strickler qui dépend de la rugosité de la
canalisation en fonction de matériau choisi
α = 2/3, pour le réseau des eaux usées
α = 3/4, pour le réseau des eaux pluviales
Pour le coefficient de rugosité Ks:
- Ks = 70 : pour canalisation en béton CAO
(centrifugé armé ordinaire) ou BVA (béton vibré armé)
- Ks = 100 :pour canalisation en PVC
3. Formule de Chézy :
V = c √ (Rh x I) (13)

Avec :

V: la vitesse de l’écoulement en m/s

15
Rh: le rayon hydraulique qui est égal à surface mouillée / périmètre
mouillé

I: la pente en m/m

C : le coefficient de Chézy en m1/2/s

Cette formule de Chézy n’est applicable que dans le cas d’un écoulement
turbulent rugueux, ce qui est le cas le plus souvent rencontré dans la pratique. Il
faut donc que le nombre de Reynolds soit supérieur à 2000. Alors la vitesse de
l’écoulement ne dépend plus que du rayon hydraulique ainsi que de la rugosité de
la conduite.

La formule de Chézy découle de celle de Weisbach-Darcy

Formule de Weisbach-Darcy hl = f x L/D x V²/2g (14)

Avec :

hl: la perte de charge linéaire en m

f: le facteur de friction

L: la longueur du tuyau en (m)

V: la vitesse moyenne de l’écoulement en m/s

Le coefficient de Chézy, peut être déterminé par différentes méthodes :

 Méthode de Bazin
 Méthode de Manning-Strickler
 Méthode de Kutter
4. Méthode de Bazin :
La méthode de Bazin peut être utilisée pour déterminer le coefficient de Chézy,
elle se fait par la formule :

16
Formule de Bazin c = 87 / (1 + (γ / √ Rh))

Avec

γ : le coefficient d’écoulement de Bazin, qui dépendant de la nature du matériau


employé pour la conduite, mais également de la nature des eaux, car le transport
de matières solides augmente la perte de charge dans une conduite.

Nature des parois γ

 Parois très unies (béton lisse, PVC, …) 0,06


 Parois unies (Fibrociment, Grès, …) 0,16
 Parois en maçonnerie de moellons 0,46
 Parois de nature mixte 0,85
 Canaux en terre dans les conditions ordinaires 1,30
 Canaux en terre, avec fond de galets, parois herbées 1,75

Valeur : du coefficient de Bazin, source : site internet

En système séparatif, d’après le guide de l’instruction technique, il est acceptable


de prendre γ = 0.25 pour des eaux usées, en effet, la présence de matières
grasses favorisent l’écoulement malgré la possibilité de rencontrer des matières
solides. Si le réseau est neuf ou bien entretenu, la valeur du coefficient de Bazin
peut être ramenée à 0,16.

Pour un réseau unitaire ou pluvial dans le cas du séparatif, γ = 0.46, ce qui est
supérieur au cas précédent. Le transport de matières solides y est plus fréquent
surtout si les avaloirs ne sont pas équipés de décanteurs. Cependant si le réseau
est bien entretenu, il y a alors moins de dépôts et le coefficient peut être pris égal
à 0.30.

La formule de Bazin est couramment utilisée en France et dans les pays

17
francophones. Dans les pays anglophones, elle est remplacée par la formule de
Manning-Strickler.

V. Logiciels utilisés en assainissement :


1. Covadis
a. Présentation du logiciel
Le logiciel COVADIS permet de concevoir, de dimensionner et de dessiner les
réseaux des eaux usées et des eaux pluviales en respectant les normes en vigueur,
et en exploitant une bibliothèque métier complète.

Il permet également de réaliser l’étude hydraulique d’un site à partir du MNT


(analyse des pentes, lignes d’écoulement, détection et assemblage des bassins
versants).

Il propose différentes méthodes de calcul, notamment la méthode superficielle de


Caquot et la méthode rationnelle.

b. Etapes de calcul dans Covadis


 Phase de personnalisation des données de la Bibliothèque

COVADIS nous permet de personnaliser les paramètres de notre étude:

 coefficient de pluviométrie de Montana, période de retour, collecteurs,


matériaux des collecteurs, coefficient de ruissellement, contraintes de
calcul, géométrie de tranchée...

18
 Phase d’analyse
 COVADIS calcule automatiquement les contours des bassins versants à
partir du MNT de la zone à aménager.
 Il détermine dynamiquement la ligne d’écoulement d’une goutte d’eau,
ainsi que le sens d’écoulement de chaque face.
 Pour les calculs de débits, l’utilisateur peut sélectionner la méthode
rationnelle, la méthode superficielle de Caquot ou la méthode simplifiée.
 Phase de dessin du réseau
 La création d’un réseau se fait par la saisie des tronçons et des regards.
Grâce à la commande de décalage, on peut dessiner rapidement des
réseaux parallèles.
 L’altitude TN de chaque regard est déterminée automatiquement à partir
du MNT.
 Lors de la création ou de la modification d’un réseau, COVADIS contrôle
automatiquement les croisements et les hauteurs de recouvrement, tout
en maintenant une interactivité entre la vue en plan et le profil en long.

 Dimensionnement des collecteurs

19
 COVADIS calcule le coefficient de ruissellement pondéré d’un bassin
versant superposé à plusieurs surfaces de coefficient de ruissellement
différent et réalise automatiquement l’assemblage en série ou en parallèle
des bassins versants du réseau.
 Concernant le dimensionnement, les diamètres des collecteurs peuvent
être déterminés automatiquement selon différentes formules (Manning-
Strickler…) correspondant aux normes en vigueur.
 Nous pouvons par ailleurs renseigner un diamètre « palier » à partir duquel
le logiciel changera de matériau.
2. Mensura
a. Présentation du logiciel

Mensura Genius permet la conception et le dimensionnement hydraulique des


réseaux des eaux pluviales et des eaux usées, des bassins de rettenue pour une
meilleure intégration du cycle de l'eau

Le module hydraulique de Mensura Genius intègre plusieurs méthodes de


dimensionnement conformes aux normes en vigueur :

 La méthode superficielle de Caquot


 La méthode rationnelle

20
b. Etapes de calcul sous MENSURA
 Phase de personnalisation des données de la Bibliothèque

A tout moment, vous gérez les paramètres et la personnalisation de votre étude


(coefficient de MONTANA, période de retour, temps de concentration, abattement
spatial de la pluie).

Vous pouvez également introduire des pluies propres au projet à partir de pluies
historiques, ou modéliser des pluies en simple ou double triangle à partir des
coefficients a et b de MONTANA

 Phase d’analyse

Lorsque vous réalisez l'étude hydraulique (calcul débit et dimensionnement des


diamètres), le logiciel calcule automatiquement les caractéristiques des bassins
élémentaires et génère les débits.

Vous disposez de fonctions de saisie et de modifications pour :

 Les bassins élémentaires


 Les zones à coefficient de ruissellement différent
 Le cheminement hydraulique
 Les bassins de retenue
 Phase de dessin du réseau

Mensura Genius est installé avec des bases de données proposant différents types
de collecteurs. Les collecteurs enterrés (Circulaires, ovoïde, dalot rectangulaire,
ovale) et les collecteurs en tranchées ouvertes (caniveau rectangulaire, caniveaux
trapézoïdaux, fossé). La base de données des regards et ouvrages aux nœuds
permet de dessiner et de dénombrer toutes les fournitures de pièces.

 Dimensionnement des collecteurs

21
Pour le dimensionnement des diamètres de collecteurs, le module assainissement
intègre différentes formules qui respectent les normes françaises en vigueur (Bazin,
Manning Strickler).

VI. Exemple de dimensionnement d'un bassin versant dans le logiciel


Covadis
Le calcul passe par les étapes suivante:

 Choix de l'Echelle:

 Personnalisation des données de la Bibliothèque


 on clique sur l'icone COVADIS VRD puis assainissement et réseaux divers et
par la suite sur afficher la barre d'outils
 Sous l'icone Edition de paramètre générales on clique sur bibliothèque pour
personnaliser les données
 les coefficients de Montana spécifique à Tanger pour une période de retour
de 10 ans sont:

a = 5.637 et b = - 0.515

22
 Choix de la méthode de calcul
 Pour le choix de méthode de calcul on clique sur méthode de calcul des
débits EP sous Edition de paramètre générales
 Nous avons choisit la méthode superficiel de Caquot :

 Importation des données topographique de terrain à l'interface de Covadis


 On clique sur l'icone COVADIS 2D puis sur points topographiques et par la
suite sur chargement de semis

23
 on obtient:

 Calcul de MNT (modèle numérique de terrain) :


 On clique sur l'icone COVADIS 3D puis sur Calcul de M.N.T et par la suite sur
Calcul et dessin de M.N.T

24
 On clique sur calculer

 On obtient

25
 On désactive le calque TN-MNT

 Afficher la barre d'outils :


 On clique sur l'icone COVADIS VRD puis assainissement et réseaux divers et
par la suite sur afficher la barre d'outils

26
 On obtient:

 création des canalisation :


Dans la barre d'outils on clique sur l'icone créer

27
 Puis on trace les canalisations:

28
 calcul de débit du bassin versant
 pour le coefficient de ruissellement nous avons choisit le cas d'un quartiers
résidentiels c = 20%

29
 Dimensionnement de collecteur EP1
 Dans la barre d'outils on clique sur l'icone calcul des débits et sections du
réseaux courant

 Résultats Obtenue: (voir l'annexe)


 pour afficher les résultats on clique sur l'icone affichage des résultats dans la
barre d'outils

30
Conclusion :
Cet étude que nous avons fait nous a permis de savoir les différentes
méthode de calculs , ainsi que les différentes logiciels utilisés en
assainissement par les bureaux d'étude aux Maroc, et par
conséquent nous a donné une idée sur la démarche de réalisation
d'un projet d'assainissement.

31
Bibliographie
Instruction technique relative aux réseaux d’assainissement des
agglomérations ;1977, [En ligne], disponible sur
http://www.enpc.fr/cereve/HomePages/tassin/hydurb00/itechnique/instru
ction.pdf
SAVARY P. - Conception des systèmes d’assainissement, ESTP, 2008
Guide d’assainissement ANNEXE 2 (2008), Dimensionnement des réseaux
ONEP 40pages
Les rapports à /Mémoire_PFE.pdf sur ligne/rapport-222.pdf
Le cours d’assainissement (vue en License génie civil)
Le cours dimensionnement (vue en License génie civil)
Les sites
http://www.geo-media.com/reseaux-d-assainissement.htm
http://www.geomensura.fr/logiciels/mensura-genius/assainissement-et-
calculs-hydrauliques
http://www.memoireonline.com/11/13/7733/m_Evacuation-des-eaux-
pluviales-en-systeme-separatif-par-caniveaux-superficiels-Cas-du-versant-
droi16.html#toc46
http://kesakeau.ouvaton.org/spip.php?article46
http://kesakeau.ouvaton.org/spip.php?article3
http://moodle.utc.fr/pluginfile.php/101340/mod_resource/content/2/Con
ception_reseau.pdf

32