Vous êtes sur la page 1sur 8

3  j  Chapter Title

205

George A. Stouffer 28

Angine de poitrine

Introduction
L’angine est la sensation causée par l’ischémie du myocarde due à une demande métabolique cardiaque qui
dépasse l’offre. Elle est généralement définie comme une « pression », un « malaise » ou une « sensation d’étouf-
fement » dans la partie gauche du thorax qui est précipitée par l’effort, l’excitation ou le froid, et qui est sou-
lagée par le repos ou la nitroglycérine. Chez certains patients, la douleur irradie dans le bras gauche, dans la
mâchoire ou, plus rarement, dans le bras droit (figure 28.1). Dans les cas graves, elle peut être accompagnée
de dyspnée, d’hypersudation ou de nausées. Tous les patients n’éprouvent pas ces symptômes classiques ;
chez certaines personnes, l’ischémie myocardique peut causer des symptômes atypiques, comme des douleurs
à la mâchoire, de la fatigue, des malaises dans les bras ou une douleur abdominale supérieure. L’ischémie
myocardique peut aussi être « silencieuse » (asymptomatique), surtout chez les patients diabétiques.

Étiologie et pathogénie Angine de poitrine chronique stable


La cause la plus fréquente de l’angine est une obstruction Une MAC obstructive stable et fixe provoque un
des artères coronaires par l’athérosclérose (figures 28.2 et syndrome appelé angine de poitrine stable et chronique qui
28.3). L’athérosclérose, la cause principale de décès dans survient lorsque la demande métabolique du myocarde
le monde développé, se développe sur une période de dépasse un seuil fixe d’approvisionnement. L’angor est
­plusieurs décennies. Les facteurs de risque comprennent généralement provoqué par l’effort, l’excitation émotion­
l’hypertension, le tabagisme, le diabète de type 1, les états nelle, le stress ou l’exposition au froid, et disparaît après
de résistance à l’insuline (comme le diabète de type 2 et que l’événement déclencheur a cessé. L’angine se produit
l’obésité), l’hypercholestérolémie et les antécédents ­familiaux généralement au même niveau d’effort, mais varie selon
de maladie vasculaire prématurée. l’heure de la journée, les repas récents et la température
Une angine peut aussi résulter d’autres maladies beau­ ambiante.
coup moins communes dans lesquelles la demande méta­ Afin de classer l’angine de poitrine en fonction de sa
bolique cardiaque dépasse l’offre. Il s’agit notamment des gravité, on recourt en général à la classification proposée par
anomalies des artères coronaires, d’un spasme des artères la Société canadienne de cardiologie. Chez les patients de la
coronaires (syndrome de Prinzmetal), d’une sténose classe I, l’angor survient lors d’une activité physique intense
­aortique, d’une anémie, d’une hyperthyroïdie, de l’usage ou prolongée, tandis que ceux de la classe II peuvent souffrir
de cocaïne, d’une intoxication au monoxyde de carbone et d’angor lors d’une activité normale comme monter les esca­
d’une cardiomyopathie hypertrophique. liers ou gravir une colline. Les patients de la classe III sont
handicapés dans leur vie quotidienne, car ils ressentent la
Tableau clinique douleur, par exemple, simplement en traversant une pièce.
Chez les patients de la classe IV, les symptômes surviennent
La maladie des artères coronaires (MAC) se manifeste de
au repos.
façon générale comme une angine de poitrine chronique
stable, un angor instable, un infarctus aigu du myocarde,
Angine de poitrine instable ou infarctus
un infarctus du myocarde non reconnu, ou une mort car­
myocardique sans élévation ST
diaque soudaine. Parmi les patients ayant subi un infarctus
myocardique aigu, on distingue ceux chez qui l’électrocar­ L’angor instable ou l’infarctus myocardique sans éléva­
diogramme (ECG) montre une élévation du segment ST tion ST sont généralement dus à la formation d’un throm­
de ceux qui n’ont pas cette élévation du segment ST. bus non occlusif au site de rupture ou d’érosion de la

205
206 SECTION IV  j  Maladies cardiovasculaires

Figure 28.1  Angine de poitrine.

Facteurs fréquemment impliqués dans le déclenchement Localisation caractéristique de la


de l’angor : repas lourd, effort, froid, tabagisme douleur dans l’angine de poitrine

Infarctus myocardique aigu


surface d’une plaque athéromateuse (voir la figure 28.3).
avec élévation du segment ST
Cet événement expose le sang aux matériaux hautement
thrombotiques de la plaque, conduisant à la formation L’infarctus myocardique aigu avec élévation du segment
de thrombus. Le thrombus peut progresser jusqu’à ce ST est caractérisé par l’apparition brutale d’une douleur
qu’il obstrue le vaisseau sanguin ou, alternativement, thoracique permanente et généralement associée à de la
peut former un embole qui obstrue des vaisseaux plus dyspnée, de l’hypersudation et un « sentiment de malheur
petits et plus distaux. L’apparition soudaine d’une imminent ». Il est généralement causé par l’occlusion
­douleur thoracique qui n’est pas liée à un événement ­brutale d’une artère coronaire par un thrombus au site de
déclencheur est une caractéristique de ce syndrome. rupture d’une plaque d’athérosclérose. L’ECG montre une
D’autres patients ont d’abord les symptômes qui accom­ élévation du segment ST dans au moins deux dérivations
pagnent l’effort, mais sur une période de quelques jours correspondant au territoire d’une artère coronaire. Les
à ­quelques semaines, l’angor dépend de moins en moins patients qui ne sont pas traités dans les 6 à 12 h subissent
de l’effort. généralement des dommages myocardiques importants.
28  j  Angine de poitrine 207

Figure 28.2  Types et degrés de rétrécissement ou d’occlusion athéromateuse coronarienne.

Occlusion presque complète par athérosclérose Hémorragie dans l’athérome


Rétrécissement athéromateux de l’intima avec dépôts calciques réduisant la lumière à une fente
modéré de la lumière

Occlusion complète par un thrombus dans Organisation du thrombus Un thrombus organisé peut se canaliser
la lumière fortement rétrécie par l’athérome

Angor de Prinzmetal qui surviennent à l’exercice sont communs en cas de


­dysfonction diastolique, d’hypertension à l’effort, d’asthme
Dans l’angor de Prinzmetal, un trouble rare, le spasme
et d’hypertension pulmonaire. Une réponse à la nitroglycé­
coronarien survient généralement sur le site d’une lésion
rine peut être obtenue dans le spasme œsophagien et en
d’athérosclérose. La principale caractéristique est une
cas de dysfonction diastolique. Voici d’autres syndromes
­douleur thoracique transitoire, avec élévation du segment
qui miment l’angine de poitrine ou l’infarctus du myo­
ST à l’ECG, qui survient souvent au repos.
carde : un spasme œsophagien, un ulcère gastroduodénal,
une crise d’asthme, une dissection aortique, un prolapsus
Syndrome X de la valve mitrale, une embolie pulmonaire, l’hypertension
artérielle d’effort, une cholécystite, des syndromes mus­
Les patients atteints du syndrome X souffrent d’angor lié culosquelettiques, une crise d’anxiété (attaque de panique),
à une ischémie induite par l’exercice, mais ils ont des une péricardite ou pleurésie, une insuffisance cardiaque
­artères coronaires épicardiques normales. Ces patients sont congestive, une dysfonction diastolique et une costochon­
souvent des femmes (environ 70 %) avec une moyenne drite. La figure 28.4 décrit un algorithme diagnostique.
d’âge de 50 ans. La physiopathologie de ce syndrome est
encore mal connue ; diverses étiologies ont été proposées
comme un dysfonctionnement microvasculaire, une Démarche diagnostique
­cardiomyopathie débutante et une perception altérée de la
douleur. Angine de poitrine chronique stable
Dans l’angine chronique stable, les antécédents typiques et
la présence de facteurs de risque sont les informations les
Diagnostic différentiel
plus importantes pour le diagnostic. L’examen physique
Certains états pathologiques peuvent causer une gêne n’est généralement pas utile, mais peut fournir des indica­
­thoracique. Parfois, les symptômes imitent fort bien une tions sur une dysfonction ventriculaire gauche systolique
angine de poitrine, mais un interrogatoire minutieux peut ou diastolique (S3 ou S4, respectivement). Lors d’une crise
aider à distinguer les diverses affections. Les symptômes d’angine de poitrine, les patients ont tendance à rester
208 SECTION IV  j  Maladies cardiovasculaires

Figure 28.3  Athérogenèse : formation de plaques instables.

Stries graisseuses Une occlusion totale ou


marginales partielle d’une artère
coronaire due à une
Lumière rupture de plaque et à une
Thrombus thrombose peut causer
de l’angor ou un infarctus
Chappe fibreuse myocardique
Rupture de plaque

Une plaque proche de la rupture est dite « instable » ; la rupture survient


habituellement aux marges périphériques riches en cellules spumeuses et
en lipides et peut occasionner une thrombose et une occlusion artérielle
Fibrine Plaquette

Fibrinogène

Érythrocyte
Chappe fibreuse
Rupture de l’intima
et thrombus

immobiles et peuvent paraître pâles. L’ECG est normal l’exercice, l’évolution de la pression artérielle et la durée
chez plus de la moitié des patients atteints d’athérosclérose de l’exercice peuvent être suggestifs d’une MAC et pousser
coronarienne, mais il peut mettre en évidence un infarctus ainsi à des investigations supplémentaires. Le test sur tapis
du myocarde ou une ischémie (par exemple, dépression roulant peut être renforcé par une évaluation du mouvement
ST). Les trois déterminants pronostiques les plus impor­ des parois du ventricule gauche par échocardiographie
tants pour les patients atteints d’angine chronique stable ou de la perfusion du myocarde par imagerie nucléaire. Un
sont l’âge, le nombre d’artères coronaires malades et la test de stress pharmacologique peut être utilisé chez les
fonction ventriculaire gauche. patients que l’on ne peut soumettre à un exercice.
Un test d’effort sur tapis roulant peut révéler une MAC L’avènement récent de la tomodensitométrie 64 coupes
par les changements du tracé de l’ECG au cours de l’exer­ (TDM) a permis une angiographie coronaire non invasive.
cice. En outre, des symptômes se manifestant durant Les patients reçoivent une injection intraveineuse de
28  j  Angine de poitrine 209

Figure 28.4  Hypothèses pour l’algorithme diagnostique.


Cet algorithme est très simplifié. Les symptômes inquiétants d’une ischémie du myocarde varient
selon les patients. La décision de réaliser une angiographie doit être prise en fonction de chaque cas
et doit tenir compte des souhaits du patient, de la fonction rénale, de l’âge, etc.
ECG : électrocardiogramme.
La probabilité pré-test de maladie coronarienne peut être estimée sur la base des informations fournies
par Diamond GA, Forrester JS. Analysis of probability as an aid in the clinical diagnosis of coronary-artery
disease. N Engl J Med 1979 ; 300 (24) : 1350–8.

Symptômes au repos

Oui Non

ST élevé à l’ECG Clinique suggestive de risque élevé

Non Non

Biomarqueurs augmentés Peut supporter le test du tapis


roulant

Oui Oui Oui Oui Non

Angiographie
Test pharmacologique
coronarienne Test d’effort

Non
Suggestif d’ischémie Pas d’ischémie détectée
par un test interprétable
Envisager d’autres causes

produit de contraste, puis les artères coronaires sont radio­ en utilisant des ultrasons intracoronaires ou en mesurant
graphiées. L’utilité de ce test reste à déterminer, mais il la vitesse de débit coronaire ou des changements de la
existe des résultats prometteurs ; la technique permet pression intracoronaire au cours d’une hyperémie
notamment d’exclure une MAC chez les patients à faible maximale.
risque. L’angiographie TDM comporte cependant plu­
sieurs inconvénients, entre autres l’irradiation assez impor­
Syndromes coronariens aigus
tante, l’exposition au produit de contraste, la nécessité
pour le patient d’être en rythme sinusal et de tolérer une Les patients souffrant d’angor instable ou d’infarctus myo­
bradycardie relative. cardique avec ou sans ST élevé sont considérés comme
La coronarographie par injection directe du produit de ayant un syndrome coronarien aigu. Le diagnostic est
contraste dans les artères coronaires reste le test de réfé­ généralement basé sur la variété des symptômes typiques
rence pour le diagnostic de la MAC. Elle délimite la (décrits plus tôt), les modifications de l’ECG et les taux
­localisation et la gravité de la maladie coronarienne élevés d’enzymes cardiaques (dans le cas d’infarctus).
­obstructive. Cette angiographie est une condition néces­ L’ECG est essentiel pour la différenciation entre un
saire avant toute revascularisation coronaire, soit par infarctus avec ST élevé et l’angor instable ou un infarctus
intervention percutanée soit par pontage coronarien. La sans ST élevé. Dans l’angor instable, l’ECG peut être
ventriculographie gauche, généralement effectuée immé­ normal ou montrer une inversion de l’onde T ou une
diatement avant ou après la coronarographie, fournit des dépression ST. Un segment ST déprimé indique souvent
renseignements importants concernant les pressions une MAC plurivasculaire et est associé à un plus mauvais
­intracardiaques et la fonction ventriculaire gauche. pronostic chez les patients souffrant d’angor instable.
L’évaluation clinique de l’importance fonctionnelle Chez les patients avec infarctus et ST élevé, l’ECG ­montre
des lésions intermédiaires (obstruction de 40 à 60 % de une élévation contiguë de ce segment impliquant les
la lumière coronaire) peut être difficile sur l’angiogra­ parois antérieure (V1 à V4), latérale (V5, V6, I, AVL) ou
phie coronarienne seule. On peut surmonter cet obstacle ­inférieure (II, III, AVF).
210 SECTION IV  j  Maladies cardiovasculaires

Infarctus du myocarde régime alimentaire et de statines, même chez les patients


ayant apparemment un taux normal de cholestérol LDL.
Des tests sanguins très sensibles pour le dosage des protéi­
Des directives récentes suggèrent que le cholestérol
nes du myocarde ont considérablement amélioré notre
LDL doit être inférieur à 70 mg/dl chez les patients avec
capacité à diagnostiquer un infarctus du myocarde. Les
une MAC. La pression artérielle doit être surveillée de près
troponines et la créatine kinase MB (CK-MB) sont des
et ramenée à un niveau optimal inférieur à 140/90 mmHg.
protéines intracellulaires cardiaques libérées dans le sang
Chez le diabétique, les chiffres à atteindre sont encore
après la mort de myocytes. Les concentrations plasmatiques
plus bas, l’objectif étant d’abaisser la pression artérielle
de ces protéines sont utiles tant pour la détection des infarc­
diastolique à 80 mmHg ou moins. Les patients doivent être
tus du myocarde que pour établir le pronostic. Cependant,
fortement encouragés à cesser de fumer et il faut leur
les troponines et la CK-MB n’apparaissent dans le plasma
proposer une aide pharmacologique (par exemple des
à des niveaux significatifs que 8 h ou plus après l’apparition
­timbres transdermiques de nicotine, le bupropion, la varé­
des symptômes, ce qui limite leur valeur diagnostique dans
nicline) ou, si nécessaire, un groupe de soutien psycholo­
les tout premiers stades d’un syndrome coronarien aigu.
gique. Les vitamines antioxydantes ne sont apparemment
pas bénéfiques.
Soins et traitement Les thérapies qui interrompent la formation de
­thrombus ont un rôle important dans les syndromes
Traitement optimal ­coronariens aigus. Dans l’angor instable ou l’infarctus du
Interventions non pharmacologiques myocarde avec élévation du ST, l’aspirine et l’héparine
réduisent la proportion de décès et de récidives d’infarc­
La maîtrise des facteurs de risque d’athérosclérose est tus. Les ­inhibiteurs de la glycoprotéine IIb/IIIa sont ­utiles
­cruciale. En particulier, les patients doivent être informés chez les patients à haut risque (par exemple présentant
sur la nécessité d’abaisser le contenu en cholestérol et en un taux élevé de troponines ou une dépression du ­segment
graisses saturées de leur régime alimentaire, sur l’impor­ ST) et qui vont subir une intervention coronarienne
tance de la perte de poids en cas d’obésité et sur la nécessité percutanée.
d’éviter le tabac. Un programme d’exercices régulier En cas d’infarctus myocardique avec élévation du ST,
devrait être prescrit à tous les patients chez qui cela paraît l’objectif du traitement est de rétablir rapidement la
faisable. Une épreuve d’effort peut servir à déterminer ­circulation sanguine en recourant soit à un traitement
l’intensité des exercices sans risque. thrombolytique, soit à une intervention coronarienne
La revascularisation transmyocardique, la contrepul­ ­percutanée comme l’angioplastie par ballonnet. Dans les
sion externe, la stimulation de la moelle épinière et la hôpitaux où un cardiologue interventionnel et du personnel
sympathectomie sont parfois utilisées chez les patients qui expérimenté sont disponibles en permanence, l’intervention
souffrent d’angor réfractaire malgré un traitement médical percutanée est le traitement préféré. Dans d’autres
optimal. ­hôpitaux, l’administration rapide d’un traitement throm­
bolytique, en particulier dans les 6 h suivant l’apparition
Interventions pharmacologiques
des symptômes, améliore la survie des patients. La strep­
Le traitement pharmacologique de l’angine visait tradi­ tokinase et l’activateur tissulaire du plasminogène (tPA)
tionnellement à soulager les symptômes. Plus récemment, ont été étudiés de manière approfondie, mais de nouveaux
des médicaments ont été classés en fonction de leur effet médicaments thrombolytiques dérivés du tPA, entre autres
sur la survie (tableau 28.1). Les médicaments qui amélio­ la rétéplase et la ténectéplase, ont une efficacité similaire
rent la survie et diminuent la fréquence des accidents et sont plus faciles à administrer (1 ou 2 injections).
­cardiovasculaires chez les patients coronariens compren­
Revascularisation
nent notamment l’aspirine, les inhibiteurs de la glutaryl
hydroxyméthyl-coenzyme A (HMG-CoA) réductase (« sta­ La revascularisation rétablit la circulation sanguine soit
tines ») et les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de par intervention percutanée, dans lequel le blocage
l’angiotensine. Chez les patients qui ont eu un infarctus du ­athéromateux est levé par gonflage du ballon d’angioplas­
myocarde ou une dysfonction ventriculaire gauche, les tie, soit par pose d’une endoprothèse ou par pontage
β-bloquants réduisent également la mortalité. Les médica­ coronarien, dans lequel la circulation sanguine est déviée
ments qui traitent les symptômes sans effet sur la survie autour des obstacles en utilisant une artère (par exemple
comprennent les nitrates et les agents bloquants des canaux l’artère mammaire interne gauche) ou une veine. La
calciques. L’utilisation des inhibiteurs des canaux calciques, revascularisation prolonge la survie chez les patients
à l’exception de l’amlodipine et de la félodipine, doivent atteints d’une maladie de la coronaire principale gauche
être évités chez les patients présentant une dysfonction ou d’une atteinte plurivasculaire avec altération de la
ventriculaire gauche. fonction ­ventriculaire gauche. Cependant, l’indication
Il faut faire baisser énergiquement le taux de cholestérol la plus fréquente de la revascularisation est le ­soulagement
des lipoprotéines de basse densité (LDL) au moyen d’un des symptômes.
28  j  Angine de poitrine 211

Tableau 28.1  Principaux traitements pharmacologiques de l’angor chronique stable


Médicament Dose Quels patients ? Conséquences
cardiovasculaires cliniques

Aspirine 80–325 mg tous les Tous les patients Diminue le risque de mort, d’IDM
jours atteints de maladie et d’AVC
vasculaire
Statines Varie selon le Tous les patients Diminue le risque de mort chez
médicament atteints de maladie les patients qui ont survécu à
vasculaire un IDM
Inhibiteurs de l’enzyme de Varie selon le Tous les patients Dans l’essai HOPE, le ramipril,
conversion de l’angiotensine médicament ; la atteints de maladie 10 mg chaque jour, a réduit le
posologie initiale vasculaire (en taux de décès, d’IDM et d’AVC
dépend de la particulier ceux chez les patients atteints
pression artérielle atteints de maladie de maladie vasculaire
vasculaire et
d’hypertension ou de
diabète)
β-bloquants Commencer à faible Patients ayant eu un Diminue le risque de décès chez
dose (par ex. IDM ou une les patients qui ont eu un IDM
métoprolol 12,5 mg cardiomyopathie (la et améliore les résultats chez les
2 fois par jour) et prudence s’impose au patients atteints de
adapter en fonction début du traitement cardiomyopathie dilatée
de la fréquence par les β-bloquants
cardiaque et de la en cas d’insuffisance
pression artérielle cardiaque congestive)
Nitrates Vaporisateur Patients avec Aucun effet
sublingual ou symptômes angineux
buccal pouvant être
utilisé selon les
besoins ; des
formulations orales
et transdermiques à
longue durée
d’action sont
disponibles
Inhibiteurs des canaux calciques Varie selon le Patients avec Aucun effet bénéfique sur la
médicament ; la symptômes angineux survie ; la nifédipine diminue la
posologie initiale survie dans les syndromes
dépend de la coronariens aigus ; le diltiazem
pression artérielle diminue la survie en cas de
et de la fréquence dysfonction ventriculaire gauche
cardiaque
Warfarine Varie selon la Utile chez certains Une méta-analyse met en évidence
réponse ; requiert patients atteints de une réduction du risque de
une surveillance maladie vasculaire décès, d’IDM et d’AVC si le RIN
continue > 2 et si cet anticoagulant est
utilisé en même temps que
l’ASA ; le saignement augmente
de 1,9 fois

ASA : aspirine ; HOPE : Heart Outcomes and Prevention Evaluation ; RIN : rapport international normalisé ; IDM : infarctus du myocarde ;
AVC : accident vasculaire cérébral.

Éviter les erreurs de traitement


en cas d’infarctus est une faute professionnelle grave qui
L’une des plus fréquentes et des plus graves erreurs est de représente jusqu’à 20 % des dépenses liées aux procès
rater le diagnostic d’infarctus aigu du myocarde. Il a été auxquels sont confrontés les services d’urgence aux
estimé que les services d’urgence laissaient repartir à ­États-Unis.
domicile environ 4 % des patients qui se présentaient à la Un autre problème majeur à éviter est le traitement
suite d’un infarctus du myocarde et qui auraient dû être insuffisant de l’infarctus avec élévation du segment ST. Il
hospitalisés. Le taux de mortalité associée à un diagnostic a été estimé dans différentes études que 20 à 30 % des
­manqué d’infarctus est 2 fois plus élevé que celui des patients avec ST élevé qui pourraient bénéficier d’un trai­
patients qui sont admis à l’hôpital. Se tromper de ­diagnostic tement de reperfusion (soit un traitement thrombolytique
212 SECTION IV  j  Maladies cardiovasculaires

soit une angioplastie primaire) ne le reçoivent pas. Dans Thompson PD, Buchner D, Piña IL, et al. Exercise and physical activity
ces cas, le diagnostic est correct, mais le traitement in the prevention and treatment of atherosclerotic cardiovascular
disease : a statement from the Council on Clinical Cardiology and the
­approprié n’est pas appliqué. Ce qui conduit fréquemment Council on Nutrition, Physical Activity, and Metabolism, American
à ce genre d’erreur est une mauvaise perception de la Heart Association. Circulation 2003 ; 107 (24) : 3109-16. PMID :
situation parce que l’on surestime le risque hémorragique 12821592.
(en particulier une hémorragie intracérébrale) et celui lié Ce rapport décrit l’importance de l’exercice et de l’activité physique.
à une comorbidité, ou encore le retard de l’admission.

Données probantes
Futures directions
1. Antman EM, Anbe DT, Armstrong PW, et al. ACC/AHA guidelines
Les concentrations plasmatiques de la protéine C réactive, for the management of patients with ST-elevation myocardial
un marqueur de l’inflammation, sont utiles pour évaluer le infarction : a report of the American College of Cardiology/
pronostic des patients souffrant d’angor instable ou d’un American Heart Association Task Force on Practice Guidelines
infarctus sans ST élevé. De vastes études de population ont (Committee to Revise the 1999 Guidelines for the Management
of patients with acute myocardial infarction). J Am Coll Cardiol
également montré une corrélation entre le taux de pro­
2004 ; 44 (3) : E1-E211.
téine C réactive et la MAC. La tomodensitométrie à fais­ Cet article présente le diagnostic et le traitement appropriés de l’infarctus
ceau d’électrons et l’échocardiographie tridimensionnelle myocardique avec ST élevé tels que définis par un comité d’experts réuni
pourraient renforcer la capacité diagnostique des tests non par l’ACC et l’AHA.
invasifs pour détecter la MAC. Dans des études prélimi­ 2. Braunwald E, Antman EM, Beasley JW, et al. ACC/AHA guidelines
for the management of patients with unstable angina and non-
naires, des percées ont été faites dans l’identification
ST-segment elevation myocardial infarction : executive summary
de polymorphismes génétiques qui contribuent à la MAC. and recommendations. A report of the American College of
De nouveaux progrès dans ce domaine devraient permettre Cardiology/American Heart Association Task Force on Practice
l’identification des individus à haut risque qui pourront Guidelines (Committee on the Management of Patients with
bénéficier d’une thérapie particulière qui, appliquée tôt Unstable Angina). Circulation 2002 ; 106 (14) : 1893-900. PMID :
12356647.
dans la vie, atténuera le risque.
Cet article présente le diagnostic et le traitement appropriés de l’infarctus
Plusieurs nouveaux produits pharmaceutiques pour le myocardique avec ST non élevé tels que définis par un comité d’experts
traitement des patients souffrant d’angor sont en cours réuni par l’ACC et AHA.
d’évaluation, entre autres des antagonistes des canaux 3. Eagle KA, Guyton RA, Davidoff R, et al. ACC/AHA 2004 guideline
potassiques et des agents qui augmentent la production update for coronary artery bypass graft surgery : a report of the
American College of Cardiology/American Heart Association Task
d’oxyde nitrique. De vastes études cliniques sont en
Force on Practice Guidelines (Committee to Update the 1999
cours pour tester les effets d’antibiotiques et d’agents Guidelines for Coronary Artery Bypass Graft Surgery). Circulation
­anti-inflammatoires susceptibles de ralentir la progres­ 2004 ; 110 : e340-e437.
sion de l’athérosclérose. Enfin, la stimulation de l’angio­ Ce rapport décrit le recours approprié au pontage coronarien par greffe
genèse du myocarde par injection intracoronaire de tel que défini par un comité d’experts réuni par l’ACC et AHA.
4. Fox K, Garcia MA, Ardissino D, et al. Guidelines on the management
facteurs de croissance (par exemple le facteur de croissance
of stable angina : executive summary. Task Force on the Management
de l’endothélium vasculaire) ou des gènes codant des of Stable Angina Pectoris of the European Society of Cardiology. Eur
facteurs angiogéniques est un domaine passionnant Heart J 2006 ; 27 (11) : 1341-81. PMID : 16735367.
abordé actuellement par des essais cliniques. Ce document décrit le traitement approprié de l’angor chronique stable
tel que défini par un comité d’experts réuni par l’European Society of
Cardiology.
Ressources supplémentaires 5. Gibbons RJ, Abrams J, Chatterjee K, et al. ACC/AHA 2002 guide­
line update for the management of patients with chronic stable
American Heart Association Website. Accessible à http ://www.american­ angina : summary article. A report of the American College of
heart.org/presenter.jhtml?identifier=2158. Consulté le 15 octobre Cardiology/American Heart Association Task Force on Practice
2006. Guidelines (Committee on the Management of Patients with
Ce site donne accès aux plus récentes mises à jour des diverses directives (la Chronic Stable Angina). Circulation 2003 ; 107 (1) : 149-58.
plupart développées en collaboration avec l’ACC). Ce rapport décrit le traitement approprié de l’angine chronique stable
European Society of Cardiology Website. Accessible à http://www. tel que défini par un comité d’experts réuni par l’ACC et AHA.
escardio.org/knowledge/guidelines/Guidelines_list.htm?hit=quick. 6. Scanlon PJ, Faxon DP, Audet AM, et al. ACC/AHA guidelines for
Consulté le 15 octobre 2006. coronary angiography : executive summary and recommendations.
Ce site donne accès aux plus récentes mises à jour de diverses directives. A report of the American College of Cardiology/American Heart
Gibbons RJ, Balady GJ, Bricker JT, et al. ACC/AHA 2002 guideline Association Task Force on Practice Guidelines (Committee on
update for exercise testing : summary article. A report of the American coronary angiography) developed in collaboration with the Society
College of Cardiology/American Heart Association Task Force on for Cardiac Angiography and Interventions. Circulation 1999 ; 99
Practice Guidelines (Committee to Update the 1997 Exercise Testing (17) : 2345-57.
Guidelines). Circulation 2002 ; 106 (14) : 1883-92. PMID : 12356646. Ce document décrit l’utilisation appropriée de l’angiographie coronarienne
Ce rapport décrit l’usage approprié et l’interprétation des tests d’effort telle que définie par un comité d’experts réuni par l’ACC et AHA.
comme le recommande un comité d’experts réuni par l’ACC et l’AHA.