Vous êtes sur la page 1sur 150

LES INSTRUMENTATIONS EN FORAGE

Document de base de M. ARMESSEN


Revu par J. BEAUME (Novembre 98)

© 2006 ENSPM Formation Industrie — IFP Training


Sommaire

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


2
Sommaire

SOMMAIRE

CHAPITRE 1
GENERALITES

1.1 NATURE DES ACCIDENTS ........................................................................................................ 9


1.1.1 En cours de forage ............................................................................................................................ 9
1.1.1.1 Perte de tout ou d'une partie de l'outil ................................................................................ 9
1.1.1.2 Les chutes d'objets métalliques dans le puits ................................................................... 10
1.1.1.3 Les ruptures...................................................................................................................... 10
1.1.1.4 Les coincements ............................................................................................................... 11
1.1.2 Pendant les opérations de cuvelage ................................................................................................ 11
1.1.3 En cours d'opération électrique....................................................................................................... 11

1.2 CAUSES DES ACCIDENTS ....................................................................................................... 12


1.2.1 Causes liées à l'état du matériel utilisé ............................................................................. 12
1.2.2 Causes liées au personnel................................................................................................. 12
1.2.3 Causes liées à des conditions de forage difficiles ............................................................ 13

1.3 SIGNES INDICATEURS............................................................................................................. 14

1.4 MESURES PREVENTIVES........................................................................................................ 15


1.4.1 Précautions à prendre pour éviter les ruptures................................................................................ 15
1.4.1.1 Contrôle systématique et périodique du matériel tubulaire.............................................. 15
1.4.1.2 Utilisation correcte de la garniture ................................................................................... 16
1.4.1.3 Identification du matériel de fond .................................................................................... 16
1.4.2 Précautions à prendre pour éviter les chutes d'objets ..................................................................... 17
1.4.3 Précautions à prendre pour éviter la perte de morceaux d'outil ...................................................... 17
1.4.4 Précautions à prendre pour éviter les coincements ......................................................................... 17
1.4.4.1 Programme de forage ....................................................................................................... 18
1.4.4.2 En cours de forage ........................................................................................................... 18
1.4.4.3 En cours de manœuvre..................................................................................................... 21
1.4.5 Précautions à prendre pendant les opérations de tubage................................................................. 21
1.4.5.1 Vissage des premiers tubes .............................................................................................. 21
1.4.5.2 Déboîtement ..................................................................................................................... 22
1.4.6 Matériel d'urgence à posséder sur le chantier ................................................................................. 22

1.5 CONDUITE D'UNE INSTRUMENTATION ............................................................................ 23


1.5.1 Organisation du travail ................................................................................................................... 24
1.5.1.1 Collecte des informations................................................................................................. 24

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


3
Sommaire

1.5.1.2 Action immédiate ............................................................................................................. 24


1.5.2 Critères de choix : récupérer le poisson ou faire un side track ? .................................................... 25
1.5.2.1 Nécessité de récupérer le poisson .................................................................................... 25
1.5.2.2 Choix entre instrumentation et side track......................................................................... 26
1.5.3 Travaux après instrumentation ....................................................................................................... 28

CHAPITRE 2
TECHNIQUES DE BASE

2.1 ÉLIMINATION DE PETITS ELEMENTS NON FORABLES ............................................... 29


2.1.1 Très petits éléments ........................................................................................................................ 29
2.1.2 Petits éléments ................................................................................................................................ 30
2.1.2.1 Repêchage à l'aimant (fishing magnet) ............................................................................ 30
2.1.2.2 Repêchage au carottier de repêchage ............................................................................... 32
2.1.2.3 Élimination par fraisage ................................................................................................... 35
2.1.2.4 Repêchage à l'araignée ..................................................................................................... 35
2.1.2.5 Élimination à l'explosif .................................................................................................... 36

2.2 LE BATTAGE .............................................................................................................................. 37


2.2.1 Principe du battage ......................................................................................................................... 37
2.2.2 Différents types de coulisses .......................................................................................................... 38
2.2.2.1 Les coulisses mécaniques................................................................................................. 38
2.2.2.2 Les coulisses hydrauliques............................................................................................... 38
2.2.2.3 Choix du type de coulisse à utiliser.................................................................................. 40
2.2.3 Utilisation d'un amplificateur de battage (jar accelerator) .............................................................. 41
2.2.4 Position de la coulisse dans la garniture ......................................................................................... 42
2.2.4.1 Généralités ....................................................................................................................... 42
2.2.4.2 En forage.......................................................................................................................... 43
2.2.4.3 Pour repêcher ................................................................................................................... 44
2.2.5 Sens de battage ............................................................................................................................... 44
2.2.6 Puissance et durée de battage ......................................................................................................... 45
2.2.6.1 Puissance de battage......................................................................................................... 45
2.2.6.2 Durée de battage............................................................................................................... 46
2.2.6.3 Réglage du seuil de déclenchement d'une coulisse mécanique ........................................ 46
2.2.7 Utilisation d'une coulisse de surface............................................................................................... 46

2.3 RACCORDEMENT ET REPECHAGE DE MATERIEL TUBULAIRE............................... 47


2.3.1 Généralités ...................................................................................................................................... 47
2.3.1.1 Critères d'un bon raccordement........................................................................................ 47
2.3.1.2 Caractéristiques et fonctions du raccordement idéal........................................................ 47

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


4
Sommaire

2.3.2 Les différents moyens de raccordements........................................................................................ 49


2.3.2.1 Le revissage sur filetage du tool joint .............................................................................. 49
2.3.2.2 Les autres raccordements ................................................................................................. 50
2.3.3 Les raccordements difficiles ........................................................................................................... 59
2.3.3.1 Tête de poisson abîmée .................................................................................................... 59
2.3.3.2 Tête de poisson excentrée ................................................................................................ 59

2.4 DETERMINATION DU POINT DE COINCEMENT ............................................................. 60


2.4.1 Mesures d'allongement (extensiométrie) ........................................................................................ 60
2.4.1.1 Formule de calcul............................................................................................................. 60
2.4.1.2 Exemple de calcul ............................................................................................................ 61
2.4.1.3 Réalisation pratique.......................................................................................................... 62
2.4.2 Indicateur de point de coincement (Stuck point Indicator Tool - S.I.T.)........................................ 63
2.4.2.1 Principe de la mesure ....................................................................................................... 63
2.4.2.2 Description de l'outil ........................................................................................................ 63
2.4.2.3 L'opération ....................................................................................................................... 64
2.4.2.4 Résultats ........................................................................................................................... 65

2.5 DEVISSAGE A L'EXPLOSIF (BACK OFF).............................................................................. 69


2.5.1 Principe 69
2.5.2 Description du string shot............................................................................................................... 69
2.5.3 Procédures ...................................................................................................................................... 69
2.5.3.1 Choix du joint à dévisser.................................................................................................. 69
2.5.3.2 Application du couple sur la garniture ............................................................................. 69
2.5.3.3 Tension à appliquer pour le dévissage ............................................................................. 70
2.5.3.4 Reblocage de la garniture................................................................................................. 71
2.5.3.5 Application de la torsion à gauche et tir........................................................................... 71
2.5.3.6 Charge d'explosif à utiliser............................................................................................... 73
2.5.4.7 Manœuvres après le tir..................................................................................................... 73
2.5.4 Back-off en trou devié .................................................................................................................... 74
2.5.5 Sécurité 74
2.5.5.1 Manipulation de l'explosif................................................................................................ 74
2.5.5.2 Manœuvres sous couple ................................................................................................... 75
2.5.5.3 Pose de la tige d'entraînement sur cales ........................................................................... 75
2.5.5.4 Matériel ............................................................................................................................ 75
2.5.5.5 Personnel.......................................................................................................................... 75

2.6 DEVISSAGE MECANIQUE....................................................................................................... 75


2.6.1 Dévissage mécanique simple .......................................................................................................... 76
2.6.2 Dévissage avec une garniture à gauche .......................................................................................... 77
2.6.3 Dévissage avec l'outil inverseur de rotation (reversing tool).......................................................... 77

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


5
Sommaire

2.7 COUPES ........................................................................................................................................ 77


2.7.1 Coupes extérieures.......................................................................................................................... 77
2.7.2 Coupes intérieures avec outils mécaniques..................................................................................... 78
2.7.3 Coupes intérieures avec outils hydrauliques................................................................................... 78
2.7.3.1 Coupe simple avant abandon ........................................................................................... 79
2.7.3.2 Coupe simultanée de plusieurs tubages avant abandon ................................................... 79
2.7.3.3 Coupe pour remplacement d'un tube abîmé ..................................................................... 81
2.7.4 Les coupes à l'explosif .................................................................................................................... 82
2.7.4.1 Principe ............................................................................................................................ 82
2.7.4.2 Résultats ........................................................................................................................... 82
2.7.4.3 Avantages......................................................................................................................... 82
2.7.4.4 Inconvénients ................................................................................................................... 82
2.7.4.5 Applications ..................................................................................................................... 83

2.8 SURFORAGE ............................................................................................................................... 83


2.8.1 Généralités ...................................................................................................................................... 83
2.8.1.1 Risques de coincement..................................................................................................... 84
2.8.1.2 Risques d'endommager le poisson et le tubage ................................................................ 84
2.8.1.3 Risques d'endommager la colonne de surforage .............................................................. 85
2.8.2 Surforage simple............................................................................................................................. 85
2.8.2.1 Préparation pour le surforage........................................................................................... 85
2.8.2.2 Le surforage proprement dit............................................................................................. 86
2.8.2.3 Remontée de la garniture de surforage............................................................................. 87
2.8.3 Cas typiques de surforage............................................................................................................... 87
2.8.3.1 Coincement par pression différentielle ou collage ........................................................... 87
2.8.3.2 Coincement par éboulement de terrain............................................................................. 87
2.8.3.3 Coincement dans un trou de serrure (Key Seat)............................................................... 88
2.8.3.4 Garniture coincée par du ciment ...................................................................................... 88
2.8.4 Surforage et repêchage combinés (wash over drill collar spear) .................................................... 88
2.8.5 Surforage et dévissage combiné (back off connector).................................................................... 89

2.9 FRAISAGE.................................................................................................................................... 89
2.9.1 Les différentes fraises et leur utilisation (figure 2.19)................................................................... 89
2.9.2 Recommandations générales........................................................................................................... 92

2.10 LE SIDE TRACK ......................................................................................................................... 93


2.10.1 Généralités ...................................................................................................................................... 94
2.10.2 Side track en trou ouvert sur un appareil fixe................................................................................. 94
2.10.2.1 Contrôle préalable du puits............................................................................................... 94
2.10.2.2 Choix de la zone de déviation.......................................................................................... 94
2.10.2.3 Le bouchon de ciment ...................................................................................................... 95

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


6
Sommaire

2.10.2.4 Déviation à la turbine et raccord coudé............................................................................ 97


2.10.2.5 Précautions pour la suite du forage .................................................................................. 98
2.10.2.6 Side track pendulaire........................................................................................................ 98
2.10.2.7 Side track en terrain tendre ............................................................................................ 100
2.10.3 Side track en trou ouvert sur appareil flottant............................................................................... 101
2.10.3.1 Difficultés propres aux engins flottants ......................................................................... 101
2.10.3.2 Technique d'intervention................................................................................................ 101
2.10.3.2 Choix de la technique à utiliser...................................................................................... 103
2.10.4 Side track au travers d'un tubage .................................................................................................. 105
2.10.4.1 Méthode du sifflet déviateur .......................................................................................... 105
2.10.4.2 Utilisation d'un "section mill" ........................................................................................ 106

CHAPITRE 3
IDENTIFICATION ET RESOLUTION DES COINCEMENTS

3.1 COLLAGE PAR PRESSION DIFFERENTIELLE ................................................................ 111


3.1.1 Cause du coincement .................................................................................................................... 111
3.1.2 Traction à appliquer pour libérer une garniture ............................................................................ 113
3.1.2.1 Expression de la force à appliquer au niveau du poisson............................................... 113
3.1.2.2 Exemple numérique ....................................................................................................... 114
3.1.3 Identification du phénomène ........................................................................................................ 115
3.1.4 Méthodes pour décoincer la garniture .......................................................................................... 115
3.l.4.1 Premières mesures à prendre.......................................................................................... 117
3.1.4.2 Mise en place de bouchons ............................................................................................ 118
3.1.4.3 Réduction de la pression hydrostatique.......................................................................... 120

3.2 LES COINCEMENTS MECANIQUES ................................................................................... 126


3.2.1 Trous de serrure (key seat) ........................................................................................................... 126
3.2.2 Chutes de roches ou d'objets......................................................................................................... 128
3.2.3 Les éboulements ........................................................................................................................... 128
3.2.4 Trou sous calibré .......................................................................................................................... 129
3.2.5 Ponts de sédimentation ................................................................................................................. 129

3.3 COINCEMENTS DUS A LA FORMATION .......................................................................... 129


3.3.1 Coincements dûs à l'instabilité des parois du puits....................................................................... 129
3.3.1.1 Argiles fluentes .............................................................................................................. 129
3.3.1.2 Argiles feuilletées .......................................................................................................... 131
3.3.1.3 Couches de sel................................................................................................................ 133
3.3.2 Coincements dans des formations carbonatées............................................................................. 134
3.3.3 Coincements dus aux venues et aux pertes................................................................................... 135

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


7
Sommaire

CHAPITRE 4
REPECHAGE DU CABLE

4.1 TECHNIQUE GENERALE ...................................................................................................... 137

4.2 REPECHAGE DES OUTILS DE DIAGRAPHIES................................................................. 139


4.2.1 Généralités .................................................................................................................................... 139
4.2.2 Mesures préventives pour éviter les coincements en logging....................................................... 140

4.3 TENSION APPLICABLE SUR LE CABLE EN CAS DE COINCEMENT......................... 141


4.3.1 Le câble 141
4.3.2 Le point faible............................................................................................................................... 141

4.4 METHODES DE REPECHAGE DES OUTILS DE DIAGRAPHIE .................................... 142


4.4.1 Cut and thread............................................................................................................................... 142
4.4.2 Outil de repêchage à fenêtre latérale (side door overshot) ........................................................... 143

4.5 REMARQUES IMPORTANTES.............................................................................................. 143

ANNEXE

CALCUL DE LA DIMINUTION DE LA PRESSION HYDROSTATIQUE ........................................ 145


1 Injection d'un bouchon léger par l'intérieur des tiges ................................................................... 145
2 Injection d'un bouchon léger par l'espace annulaire ..................................................................... 147
3 Utilisation d'un train de test .......................................................................................................... 149

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


8
CHAPITRE 1
GÉNÉRALITÉS

L'instrumentation est l'ensemble des opérations de remise en état d'un puits dont le forage
ou la production ont été interrompus à la suite d'un accident survenu dans le puits. Les
accidents peuvent se produire au cours d'opérations diverses (forage, descente de tubage,
logging, DST, etc.).

Le nombre d'instrumentations est lié aux difficultés de forage, mais également pour une
grande part au manque de compétence et d'expérience du personnel impliqué dans les
opérations de forage.

Au fur et à mesure de l'évolution des techniques et des équipements de forage, la façon de


résoudre les instrumentations change. Autrefois, il y avait un point d'honneur à récupérer le
poisson sans se préoccuper du coût de l'opération. Actuellement le coté économique est le
seul critère déterminant. Beaucoup de compagnies essaient pendant 3 ou 4 jours de repêcher
le poisson et, si l'opération n'est pas couronnée de succès, le poisson est abandonné et un side
track est réalisé. Cette option est d'autant plus justifiée que les techniques de forage dirigé
sont efficaces.

Les interventions sur puits en production ne sont pas traitées dans ce document.

1.1 Nature des accidents

1.1.1 En cours de forage

Les accidents nécessitant une instrumentation peuvent être classés en quatre catégories.

1.1.1.1 Perte de tout ou d'une partie de l'outil

Les dimensions du poisson seront variables. Bien que certains éléments soient de petite
taille (dents, picots, billes, galets), il sera nécessaire de les éliminer pour ne pas endommager
l'outil suivant.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


9
Généralités

1.1.1.2 Les chutes d'objets métalliques dans le puits

Les objets qui tombent le plus fréquemment sont des peignes de clés, de cales et
l'outillage. La chute d'objets peut conduire à des coincements.

C'est une situation qui peut être évitée par l’observation d'une discipline stricte sur le
plancher, par le contrôle et l'entretien périodique du matériel.

1.1.1.3 Les ruptures

Il peut se produire des ruptures de la garniture de forage au niveau des filetages (surtout de
ceux travaillant en flexion alternée), au niveau du corps d'un élément (rupture à
l'emplacement des cales sur les tiges, etc.) et des déboîtements (surtout avec les tubages).

Un élément de la garniture peut casser pour des raisons liées à l'état d'usure du matériel, à
son utilisation et aux conditions de forage.

L'état du matériel de forage doit être vérifié au cours d'inspections périodiques dont la
fréquence est fonction du type de matériel et des conditions de forage. Ces inspections
permettent, en général, de dépister à temps les éléments fatigués ; il s'agit du magnaflux, du
sonoscope et des contrôles dimensionnels.

Il est important de bien connaître la traction, le couple, la pression que l'on peut appliquer
sur chaque élément de la garniture se trouvant dans le trou. Il faut faire attention aux
garnitures mixtes car les différents composants ont en général des résistances mécaniques très
différentes.

La rupture d'un élément de la garniture peut être causée par une fatigue induite par des
phénomènes vibratoires ou cycliques, indépendamment de son état d'usure apparente. Il existe
des vitesses de rotation pour lesquelles les vibrations induites dans la garniture deviennent
critiques.

De même, les changements brutaux de trajectoire (dog legs) peuvent également provoquer
des ruptures. Ils font travailler le matériel tubulaire en flexion alternée. Ces flexions, d'autant
plus fréquentes que l'avancement est faible et la vitesse de rotation élevée, peuvent entraîner
des ruptures par fatigue. Ces dog legs sont d'autant plus dangereux qu'ils sont plus prononcés
et que la tension des tiges est plus élevée.

Enfin, le risque d'un dévissage accidentel doit être envisagé particulièrement en


élargissage et en reforage (retour de couple ou dévissage par inertie).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


10
Généralités

1.1.1.4 Les coincements

Les coincements sont la cause la plus fréquente et correspondent aux instrumentations les
plus graves. Généralement, ils se compliquent avec le temps.

Ils coûtent très cher chaque année à l'industrie pétrolière (environ 300 à 500 millions de
dollars par an) et se produisent dans environ 20 à 25 % des puits.

On peut les classer en trois catégories :


• les coincements dus à une pression différentielle trop élevée en face de zones poreuses
perméables,
• les coincements dus à la formation (formations éboulantes, sous-compactées, fluantes,
non consolidées, gonflantes, etc.),
• les coincements mécaniques (trou de serrure, chute de ferraille, chute de ciment,
écrasement du tubage, accumulation de déblais due à un mauvais nettoyage du puits,
trou sous calibré causé par des terrains abrasifs, etc.).

Souvent les coincements dus à la formation sont regroupés avec les coincements
mécaniques et l'on considère que tout ce qui n'est pas coincement par pression différentielle
est un coincement mécanique.

Les coincements, à l’exception de ceux causés par des chutes d'objets, sont généralement
des phénomènes progressifs. Le puits montre des signes laissant présager un problème. Il est
donc important de savoir reconnaître ces signes et de réagir correctement dès leur
manifestation.

1.1.2 Pendant les opérations de cuvelage

En plus de risques de coincement, le cuvelage comporte un certain nombre de points


faibles, liés à ses caractéristiques géométriques et à ses propriétés mécaniques. Ces points
faibles concernent surtout les gros diamètres où éclatement, déboîtement, écrasement et
ovalisation sont relativement fréquents. Les tubes localisés immédiatement au-dessus du
sabot sont particulièrement exposés au dévissage lors des opérations ultérieures.

1.1.3 En cours d'opération électrique

Les incidents possibles sont soit une rupture de câble ou d'outil, soit plus souvent, un
coincement. En principe, on ne descend des outils de diagraphie dans un puits que si le
découvert a été contrôlé et estimé sain. Cependant, des risques de coincement sont inhérents à
certains types d'outils et d'opérations ; c'est le cas avec le RFT (Repeat Formation Tester).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


11
Généralités

De même, dans certaines conditions (puits dévié, boue de forte densité), le poids des outils
est insuffisant pour assurer une descente correcte de l'ensemble : le ralentissement des outils
peut causer un coincement du câble par formation de boucles si celui-ci est déroulé trop
rapidement.

1.2 Causes des accidents


Les causes sont nombreuses et multiples. En dehors de circonstances fortuites (pannes en
surface : équipements, courant, etc.), elles peuvent être classées en trois grandes catégories.

1.2.1 Causes liées à l'état du matériel utilisé

Des ruptures dans la garniture de forage et au niveau de l'outil peuvent se produire lorsque
le matériel utilisé est de mauvaise qualité (acier, fabrication de mauvaise qualité, etc.) ou
lorsqu'il présente des défauts (filetages mal taillés, traitement de surface incorrect, etc.).

L'utilisation d'équipements non adaptés au forage en cours (utilisation d'équipements


fatigués, de tiges de classe II, etc.) ou un mauvais entretien et suivi du matériel (garniture de
forage, équipements de surface) seront des causes de ruptures.

Un mauvais fonctionnement des équipements de traitement des solides peut être la cause
de coincement.

1.2.2 Causes liées au personnel

On peut citer :
• La méconnaissance des limites d'utilisation des équipements (dépassement des
contraintes admissibles sur la garniture de forage, sur le câble, etc.),
• Le non respect des règles de l'art (garniture laissée immobile trop longtemps, etc.),
• Le non respect des consignes de forage ou des consignes mal adaptées (applications de
paramètres de forage inadaptés à l'outil utilisé, rotation à la vitesse critique produisant
des vibrations, etc.),
• Le non maintien des caractéristiques rhéologiques du fluide de forage (dû à une
mauvaise utilisation des équipements de traitement des solides, à un mauvais contrôle
de la rhéologie, etc.) ou l'utilisation d'un fluide de densité trop élevée,
• Le manque de concentration du personnel pendant les heures de travail est également
une cause de problèmes. Des statistiques indiquent que les coincements se produisent
surtout aux changements de poste et les jours de relèves.
• La maladresse du personnel de plancher sera à l'origine de chutes d'objets.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


12
Généralités

D'une façon générale, le manque de compétence, l'inattention et le manque d'expérience du


personnel seront la cause de nombreux problèmes. Ces différents points peuvent être
facilement corrigés par une formation adéquate.

1.2.3 Causes liées à des conditions de forage difficiles

Les forages très déviés, les longs déports, les drains horizontaux obligent souvent à utiliser
les équipements dans des conditions inhabituelles (tiges en compression, connexions
travaillant à la flexion alternée, flambage, tiges travaillant au delà des limites de flexion, etc.).
De plus, il est difficile de nettoyer correctement de tels puits, les déblais s'accumuleront dans
l'espace annulaire et produiront des coincements.

Les trajectoires présentant des taux de build up élevés augmentent les risques de formation
de trou de serrure (key seat) et la fatigue du tubulaire.

Un changement de garniture, d'outil peut être responsable de coincements mécaniques


(descente sans précautions d'une garniture plus rigide dans un trou tortueux, d'un outil après
une phase de carottage, à la suite d'un outil ayant perdu en diamètre).

La nature des formations (formations éboulantes, sous-compactées, gonflantes, fluantes,


fracturées), le pendage des couches, un mauvais nettoyage du puits, un trou mal calibré seront
causes de coincements. En principe, une boue de forage et des paramètres hydrauliques bien
adaptés doivent permettre de réduire ces risques.

L'écrasement d'un cuvelage se produit lorsque les contraintes extérieures dépassent sa


pression d'écrasement. Cette situation peut exister en face de formations salifères, avec des
tubes usagés et lorsque la tension de pose est trop élevée. Le diamètre intérieur de passage
sera alors réduit.

Des morceaux de ciment se détachant de la paroi du puits ou la prise brutale du ciment


peuvent produire des coincements.

Des régimes de pression de formation différents dans un même découvert (réservoir


déplété, zones injectrices sous pression, réservoir de hauteur élevée) posent des problèmes.
La densité de la boue doit permettre de maintenir les fluides et les formations en place.
Certaines formations poreuses perméables peuvent se retrouver soumises à une pression
différentielle très élevée propice au collage de la garniture.

Des contraintes environnementales (interdiction d'utiliser de la boue à l'huile, etc.) peuvent


rendre un forage beaucoup plus difficile.

Les conditions de forage peuvent être rendues difficiles si le programme de forage


(position des sabots, trajectoires, fluides utilisés) est mal adapté.

Plusieurs points mentionnés dans ce paragraphe peuvent se combiner et rendre la situation


très complexe.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


13
Généralités

1.3 Signes indicateurs


Ces signes doivent être bien connus par le chef de poste, cela permettra dans certains cas
d'éviter des instrumentations.

Une rupture se manifeste par :


- Diminution de la pression de refoulement,
- Rotation anormale et chute d'avancement,
- Diminution du poids au crochet lorsque l'on dégagera.

Les signes indiquant un mauvais nettoyage du trou sont :


- L'apparition de tractions excessives aux ajouts et en manœuvre,
- La diminution des tractions en circulation,
- L'augmentation erratique du torque en forage,
- Peu de déblais sur les tamis vibrants en forage,
- La circulation et la pression de refoulement ne seront pas modifiées,
- D'importantes retombées de déblais sur le fond pendant les manœuvres,
- L'outil pose en cours de descente.

La présence de formations instables se manifeste par :


- Des tractions en cours de manœuvre,
- D'importantes retombées de déblais sur le fond pendant les manœuvres,
- Une quantité anormalement élevée de déblais sur les vibrateurs,
- Un couple de rotation anormal,
- Un trou cavé (cas avec des formations éboulantes, non consolidées, fracturées),
- Une forme de déblais particulière (trace de rupture de la roche, surface concave,
dimensions anormalement grandes),
- Des déblais provenant de formations déjà forées,
- La circulation et la pression de refoulement seront modifiées dans certains cas
(augmentation s'il y a un resserrement important de l'espace annulaire),
- L'outil pose en cours de descente.

Le collage par pression différentielle est souvent un phénomène brutal, il se manifestera


par :
- Une augmentation du couple de rotation et des frottements,
- Le coincement se produit pendant une immobilisation de la garniture (ajout de tige,
mesure de déviation),
- Le coincement se produit en face de formations poreuses perméables,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


14
Généralités

- La circulation et la pression de refoulement ne sont pas modifiées,


- La garniture est coincée dans les deux sens.

La présence d'un trou de serrure (key seat) se manifestera par :


- A la remontée, les accrochages sont de plus en plus importants et ils produisent
toujours à la même cote,
- Le coincement se produit à la remontée de la garniture, il n'y a pas de problèmes
particuliers en cours de descente,
- La circulation et la pression de refoulement ne sont pas modifiées,
- La garniture est libre vers le bas, mais ne l'est pas vers le haut.

1.4 Mesures préventives


La meilleure prévention consiste à bien forer. Cela suppose que le personnel est
compétent, donc bien formé et possède une bonne expérience du trou, qu'il est attentif aux
réactions du puits, que les limites d'utilisation des équipements sont bien connues et jamais
dépassées, que les règles de l'art sont appliquées, etc. Le suivi de quelques mesures limitera le
nombre d'instrumentations.

1.4.1 Précautions à prendre pour éviter les ruptures

Une maintenance et une utilisation correcte de la garniture limiteront les risques de


ruptures.

1.4.1.1 Contrôle systématique et périodique du matériel tubulaire

La garniture doit être régulièrement contrôlée par des procédés non destructifs (magnaflux,
sonoscope). Cette mesure est généralement bien appliquée par les entrepreneurs mais la
fréquence des contrôles n'est pas toujours en harmonie avec la sévérité des conditions de
forage. Il faut les multiplier en forage à l'air, en forage de terrains favorisant les vibrations,
dans les puits très déviés.

Les éléments de la garniture qui souffrent le plus sont :


• les points où il y a changement de diamètre et de rigidité (jonction tiges/tiges lourdes,
tiges lourdes/masses-tiges, etc.),
• les tiges se trouvant au niveau des dog legs,
• les connexions travaillant à la flexion alternée (cas des filetages travaillant en
compression).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


15
Généralités

Une bonne solution consiste à augmenter la fréquence de contrôle des équipements les
plus exposés et à les changer régulièrement de place.

L'état du tubulaire doit être vérifié visuellement pendant les manœuvres. Cela permettra,
entre autres, d'éliminer les portées endommagées, les tiges tordues, les filetages abîmés.

A intervalles réguliers, à définir en fonction des conditions de forage (couple, profil du


puits, etc.), il faut "casser" les longueurs pour changer les points de vissage et avoir un
blocage correct et homogène de toute la garniture.

1.4.1.2 Utilisation correcte de la garniture

Quand des masses-tiges de grand diamètre sont utilisées, il est vivement conseillé d'utiliser
des masses-tiges de dimensions intermédiaires et des tiges lourdes pour avoir un changement
de rigidité progressif et ainsi limiter la fatigue de certaines connexions.

Les règles à appliquer sont :


• Le rapport des moments d'inertie entre deux éléments de dimension différente doit être
inférieur à 5,
• Le changement de diamètre doit être inférieur à 2 pouces,
• Descendre au minimum une longueur de chaque diamètre de masses-tiges utilisé,
• En ce qui concerne les filetages, quand cela est possible, il ne faut pas réduire de plus
d'un pouce à la fois le diamètre nominal du filetage (par exemple : 8 5/8 Reg, 7 5/8 Reg,
6 5/8 Reg, etc.).

Un nombre trop important de masses-tiges augmente sérieusement les risques de rupture et


de coincement. Il faut le limiter au strict nécessaire en partant du principe que le point neutre
est tout à fait acceptable lorsqu'il est situé à 90 % du poids des masses-tiges.

La garniture utilisée dans le puits est composée d'éléments de résistance différente. La


limite d'utilisation de chaque partie en traction, torsion, pression et en situation de contraintes
combinées doit être bien connue et jamais dépassée.

De même, la capacité des équipements de surface (treuil, câble, élévateurs, etc.) ne doit
pas être dépassée. Un coefficient de sécurité de 2 au lieu de 3 peut être utilisé sur le câble de
forage pour les opérations de repêchage.

Si de fortes vibrations se manifestent en cours de forage, il est recommandé d'incorporer


un shock absorber dans la garniture. Il réduira la fatigue générée par ces vibrations.

1.4.1.3 Identification du matériel de fond

Tout élément de la garniture de fond doit figurer sur le cahier de garniture avec son
diamètre extérieur, son diamètre intérieur et la longueur de ses différentes parties. Pour le

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


16
Généralités

matériel autre que les tiges et les masses-tiges, un schéma est toujours préférable. La position
de chaque élément doit également être parfaitement connue.

A de rares exceptions près, tout le matériel tubulaire comporte un fishing neck suffisant
(50 à 70 cm) pour le repêchage à l'overshot. Certains impératifs impliquent parfois
l'utilisation de matériel difficilement repêchable tel que les masses-tiges ou turbines
surdimensionnées qui ne possèdent pas de fishing neck. Dans ce cas, il suffit d'en faire
tourner un en atelier.

Une bonne identification du matériel se trouvant dans le trou ne va pas réduire les risques
d'instrumentation, mais permettra une action plus rapide et mieux adaptée en cas de
problèmes.

1.4.2 Précautions à prendre pour éviter les chutes d'objets

Dès que la garniture est en dehors du trou, fermer le puits avec l'obturateur à fermeture
cisaillante et / ou totale et couvrir la table de rotation d'une plaque.

Les têtes de levage ne sont généralement pas conçues pour supporter des tensions élevées.
Si la manipulation sur le puits implique une traction importante (masses-tiges coincées en
surface par exemple), utiliser la tige carrée ou un simple court.

Vérifier le bon état du matériel de plancher (clés, cales, etc.) avant le début de la
manœuvre. Utiliser un essui-tiges pendant les manœuvres.

1.4.3 Précautions à prendre pour éviter la perte de morceaux d'outil

Certains signes indiquant que l'outil est usé se manifesteront avant la rupture. C'est par
exemple une augmentation du couple, la diminution de la vitesse d'avancement.

On veillera à appliquer des paramètres de forage (poids sur l'outil, vitesse de rotation,
hydraulique) conformes aux préconisations du constructeur.

Dès l'apparition des signes indiquant la fin de l'outil (chute d'avancement, nombre d'heures
de rotation, augmentation du couple, etc.), l'outil doit être remonté.

1.4.4 Précautions à prendre pour éviter les coincements

Il y a très peu de cas où il n'est pas possible de prévenir le coincement. Le chef de poste est
l'homme clé, il doit connaître les signes indiquant un risque de coincement. Dès la
manifestation de l'un de ces signes, une intervention rapide et adaptée évitera la majorité des
problèmes.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


17
Généralités

La prévention dans ce cas ne se limite pas uniquement à l'action de l'équipe de forage. Elle
démarre avec la préparation du programme de forage et, sur le chantier, elle concerne
également le suivi du fluide de forage.

1.4.4.1 Programme de forage

Le choix approprié de la cote des sabots, du nombre de colonnes, de la trajectoire du puits


(point de kick off, inclinaison, taux de build up, etc.), du programme de boue (choix du type,
de la densité, des caractéristiques rhéologiques, hydrauliques, etc.) permettra de réduire les
risques de coincements.

La boue à l'huile est une bonne solution pour forer les zones où il y a risque de collage par
pression différentielle. Le cake sera absent ou de très faible épaisseur en face des zones
poreuses perméables. Cela réduira d'autant les surfaces de contact entre la garniture et le
puits. Grâce au caractère lubrifiant de ce type de boue, les forces de friction à la paroi du
puits seront également réduites.

La boue au carbonate présente également quelques avantages sur les autres boues à base
d'eau. Les forces de friction sont réduites et il sera plus facile de se décoincer.

Dans les zones où il existe un risque de collage par pression différentielle, les opérations
de logging doivent être limitées (l'utilisation d'outils plaqués à la paroi du trou est
déconseillée).

Le choix de l'appareil de forage a son importance. Certains problèmes seront réduits avec
l'utilisation d'une tête d'injection motorisée (top drive), d'autres peuvent être accentués. La
tendance avec une top drive est de ramoner le puits moins souvent qu'avec une kelly, de
moins se préoccuper des signes donnés par le puits et de retarder au maximum les actions à
entreprendre.

Le choix des garnitures (longueur, diamètre, type de masses-tiges, rigidité de la BHA,


nombre de stabilisateurs, etc.) et des outils est également important.

Les zones à risques, les procédures à adopter en cours de forage (short trips, ramonage à
chaque tige forée, etc.) et en cas de problème doivent être clairement indiquées dans le
programme.

1.4.4.2 En cours de forage

La liste des précautions est longue. Les points les plus importants à considérer sont :
• Le nettoyage du puits :
Si les déblais ne sont pas correctement évacués du puits, ils vont progressivement
s'accumuler dans l'espace annulaire autour de la garniture et entraîner un coincement
mécanique.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


18
Généralités

Les puits déviés sont les plus difficiles à nettoyer. Avec une inclinaison de 30°, il faut
une vitesse du fluide de forage dans l'espace annulaire d'environ 20 % supérieure à celle
nécessaire pour nettoyer un puits vertical. Avec une inclinaison comprise entre 50 et
60° (cas le plus pénalisant), il faut doubler la valeur.
Mais d'un autre côté, il faut éviter de caver le puits. Pour cela, on pourra limiter la
puissance hydraulique à l'outil et utiliser une boue bien adaptée aux formations
traversées.
Dans les puits très déviés, l'augmentation de la viscosité et le pompage de bouchons
visqueux ne sont pas toujours suffisants pour nettoyer le puits. Des bouchons de faible
viscosité déplacés en régime turbulent suivis de bouchons visqueux peuvent améliorer
le nettoyage.
Si le forage nécessite l'utilisation de deux pompes et que l'une d'elles tombe en panne, il
faut arrêter le forage pendant la réparation.
Dans certains cas, il peut être nécessaire de limiter la vitesse d'avancement.
Des systèmes montés sur les vibrateurs permettent de connaître le poids de déblais
récupérés en surface, le but étant de comparer ce poids avec celui de la formation forée
et d'évaluer le nettoyage. A défaut de tels systèmes, on peut se contenter de regarder la
quantité de déblais récupérés et d'estimer si elle est normale.
Si l'on fore avec un moteur de fond sans rotation de la garniture, il est recommandé de
tourner pour mettre en mouvement les déblais qui se seront déposés autour de la
garniture avant la remontée.
• Le maintien des parois du puits :
Les argiles et les couches salifères sont les formations qui posent le plus de problèmes
car elles ont tendance à refermer le trou ou à se caver. L'un des rôles de la boue de
forage est d'exercer une pression suffisante sur les parois du puits pour les maintenir en
place. La pression exercée étant fonction de la densité de la boue et des pertes de charge
dans l'espace annulaire, l'augmentation de la densité et du débit de circulation doit
améliorer la tenue des parois.
Les caractéristiques de la boue doivent être ajustées au mieux pour maintenir les
formations en place. Pour conserver des caractéristiques rhéologiques stables, il est
nécessaire de nettoyer efficacement la boue et donc de disposer d'équipements de
traitement des solides adaptés et correctement utilisés.
Avec des formations gonflantes, il faut être patient et ne pas essayer de les passer en
force. Le temps consacré à conditionner la boue et à circuler est rarement du temps
perdu.
L'utilisation d'une top drive doit faciliter les manœuvres dans les zones resserrées du
puits. Mais elle ne doit pas éliminer le ramonage à chaque tige forée et les short trips.
L'utilisation d'outils PDC excentrés donne souvent de bons résultats dans les formations
salifères.
• La surveillance de la trajectoire du puits :
Il faut minimiser les changements de trajectoires (dog legs).
Si on anticipe la formation de key seat, il faut envisager d'incorporer un aléseur ou un
key seat wiper dans la garniture.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


19
Généralités

Dès que des frottements excessifs dus à un mauvais profil du trou se manifestent,
prévoir l'alésage du trou avec un roller reamer et une garniture plus rigide pour éliminer
les points de frottement.
Il faut essayer de jouer sur les caractéristiques de la boue pour réduire la friction entre la
garniture et le puits.
• S'il y a danger de collage par pression différentielle :
La densité de la boue doit être la plus faible possible pour réduire au maximum la valeur
de la pression différentielle.
On peut également envisager de réduire le débit pour réduire les pertes de charge dans
l'espace annulaire.
Si l'on utilise une boue à base d'eau, le filtrat sera réduit, la qualité du cake améliorée
pour limiter son épaisseur.
Il faut éviter au maximum les immobilisations de la garniture. Dans les puits déviés,
limiter le nombre de mesures pour limiter les temps d'arrêt (utiliser de préférence un
MWD) et éviter de forer sans rotation.
On utilisera de préférence les masses-tiges spiralées, en évitant les masses-tiges
surdimensionnées pour réduire la surface de contact entre la garniture et la paroi du
trou.
Le nombre des masses-tiges sera réduit en les remplaçant par des tiges lourdes.
Incorporer les stabilisateurs pour réduire les points de contact entre la garniture de fond
et le trou (il est recommandé de placer un stabilisateur tous les 20 m dans la zone à
risques). Ajouter des lubrifiants (gas oil, etc.) à la boue si possible.
Prévoir sur le chantier des produits pour décoincer. Les statistiques montrent que si de
tels produits ne sont pas mis en place dans les 8 heures après le coincement, les chances
de succès de l'instrumentation sont fortement compromises.
Le collage se produit souvent après un contrôle de venue à cause de l'augmentation de
la densité de la boue et d'une garniture restée immobile. Le but du contrôle est de
remplir le puits d'une boue de densité suffisante pour maintenir les fluides de formation
en place uniquement par l'intermédiaire de la colonne de boue. Mais, il faut veiller à ne
pas ajouter trop de sécurités (statique dans la boue et dynamique par l'intermédiaire de
la duse).
• L'utilisation d'un MWD présente de nombreux avantages, il permet de :
- Comparer le couple et le poids mesurés en surface et au fond,
- Mesurer l'invasion par le filtrat dans les formations poreuses perméables et suivre
l'évolution du cake,
- Détecter les zones à pression de pore anormale,
- Connaître le diamètre du trou,
- Réduire le temps d'immobilisation de la garniture pendant les mesures de déviation.
• Les coulisses de forage permettent de réagir immédiatement ce qui peut être vital car le
temps est très souvent un facteur important d'aggravation du coincement. En effet un
coincement peut en provoquer un autre : par exemple un collage peut survenir suite à
une immobilisation de la garniture due à un coincement mécanique.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


20
Généralités

Les équipements actuels sont très fiables et leur utilisation devrait être systématique en
forage. Si elles sont utilisées en forage, leur coût n'intervient que pour une très faible
part dans le coût du puits (inférieur à 1 %).
Pour être efficace, la coulisse doit être correctement positionnée. Elle ne sert à rien si
elle se trouve sous le point de coincement, elle est peu efficace si elle est trop loin de ce
point.
A quelques exceptions près, les meilleurs résultats sont obtenus en faisant travailler en
tension une coulisse de diamètre inférieur à celui des masses-tiges. Elle sera ouverte en
forage, donc cela implique qu'elle est placée en haut des masses-tiges au-dessus du
point neutre. Ceci présente les avantages suivants :
- Meilleure longévité de la coulisse,
- Les risques d'avoir la coulisse coincée sont réduits,
- Pas de risque de taper vers le bas et d'abîmer l'outil si c'est une coulisse hydraulique.
Si une coulisse est incorporée dans la garniture, le chef de poste doit savoir l'utiliser
pour en tirer l'efficacité maximale.

1.4.4.3 En cours de manœuvre


• Il faut s'assurer que le puits est aussi propre que possible (absence de déblais sur les
tamis vibrants) avant de commencer la manœuvre.
• Il faut manœuvrer prudemment dans le découvert, tout en y passant le minimum de
temps. Il ne faut pas essayer de passer en force une zone difficile et de trop tirer (si une
coulisse est dans la garniture, il est recommandé de se limiter à la moitié du poids des
masses-tiges se trouvant sous la coulisse). Il ne faut pas hésiter à passer en circulation et
en rotation.
• Vérifier le diamètre de l'outil lorsqu'il est au jour en utilisant un calibre adapté à l'outil.
S'il a perdu du diamètre, il faut s'attendre à reforer pour atteindre le fond. Donc
descendre prudemment à l'approche du fond et prévoir de reforer la section forée par
l'outil précédent, tout du moins la dernière longueur.
• Il faut être prudent également après un carottage, le diamètre de la couronne utilisée
peut être légèrement inférieur au diamètre de l'outil descendu.
• Descendre avec précautions une garniture de fond plus rigide surtout dans des puits
déviés. Il faut s'attendre à reforer pour atteindre le fond.
• Descendre également avec précautions dans les zones cavées.

1.4.5 Précautions à prendre pendant les opérations de tubage

1.4.5.1 Vissage des premiers tubes

Pour éviter le dévissage des premiers tubes, le bakerlock ou la soudure des joints peuvent
être utilisés.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


21
Généralités

• Le bakerlock est le moyen le plus généralement utilisé. Les recommandations suivantes


doivent être suivies dans toute la mesure du possible :
- livraison du manchon séparé du tube,
- application du bakerlock sur les deux faces internes du manchon ou/et des tubes,
- visser au triangle (Buttress) ou au couple (autres joints) avec les précautions d'usage.
Il faut faire attention au couple de blocage à appliquer, il faut tenir compte d'un
coefficient de friction différent (coefficient de 1.60).
• Le soudage des manchons est en principe limité aux aciers non trempés, c'est-à-dire au
K55 (normalisé). Il peut être envisagé de souder les grades N tout en sachant que, dans
la zone affectée thermiquement, on dégrade les caractéristiques mécaniques de l'acier et
on le rend plus fragile à la corrosion. Ne pas oublier d'attendre le refroidissement de la
soudure avant la descente dans le trou.

1.4.5.2 Déboîtement

Cet incident relativement fréquent en gros diamètre affecte surtout les filetages API ronds.
Ce type de risque affecte aussi les filetages Buttress lors d'un mauvais vissage avec
croisement des filets. Dans les forages déviés, il faut éviter d'utiliser certains types de
filetages.

Outre la plupart des mesures prises pour limiter les risques de dévissage, il faut observer
plus particulièrement :
• les consignes de vissage appropriées à chaque type de filetage,
• les pressions maximum admises pour la colonne en fin de cimentation.

1.4.6 Matériel d'urgence à posséder sur le chantier

Les appareils ont généralement une dotation contractuelle de matériel de repêchage qui
doit être bien suivie et bien entretenue. Il faut apporter un soin particulier à ce matériel car il
permet une action rapide, ce qui est souvent décisif pour la résolution de l'instrumentation.

Une dotation classique comprend le matériel suivant :


• overshots avec les équipements correspondant à tous les diamètres extérieurs du train de
sonde,
• coulisses de battage (hydraulique ou mécanique) et accélérateur,
• tarauds, fraises, aimants, paniers à sédiments (basket sub),
• carottier de repêchage (junk basket) à circulation inverse de préférence.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


22
Généralités

1.5 Conduite d'une instrumentation


Les instrumentations correspondent à une situation d'exception à laquelle le foreur n'est
pas toujours bien préparé. Il ne s'agit pas ici d'en faire un spécialiste, mais d'essayer de définir
la meilleure façon d'appréhender le problème. Deux aspects importants et contradictoires
résument la complexité de l'opération :
• Il ne faut pas perdre de temps,
• Mais, il ne faut pas prendre de décision précipitée.

Il est important de déterminer la cause du problème pour prendre le plus rapidement


possible les mesures adaptées. Pour établir un diagnostic et fixer la marche à suivre, les
questions suivantes peuvent aider :
• Quelle était l'opération en cours au moment de l'incident ?
• Que montrent les enregistrements (foreur, géologue, déviation) ?
• Y a t'il eu des changements dans les caractéristiques de la boue ?
• Y a t'il eu des changements dans la nature des terrains traversés ?
• Y a t'il eu des signes de problème auparavant et dans quelles circonstances ?
• Pour les coincements, quelle est la nature du terrain (formation poreuse perméable,
argiles fluentes, etc.) à l'emplacement où l'incident s'est produit ? Un essai
d'allongement de la garniture donnera une idée du point de coincement.
• Y a t'il des risques de venue ?

Une action désordonnée peut compromettre l'avenir du puits et transformer un incident


bénin en une instrumentation grave.

Enfin, en instrumentation, le matériel est souvent utilisé à ses limites de travail et ceci
implique :
• un renforcement des mesures de sécurité,
• la présence d'un responsable averti qui sache mesurer les risques.

Il s'agit surtout de s'organiser très rapidement ; il faut :


• Collecter toutes les informations concernant l'incident,
• Analyser la situation, identifier la cause première de l'incident,
• Agir rapidement (la première intervention est souvent déterminante pour la réussite de
l'opération).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


23
Généralités

1.5.1 Organisation du travail

Dès qu'un incident se manifeste (chute d'objet, coincement, rupture), le chef de chantier et
le superintendant doivent être immédiatement avisés.

1.5.1.1 Collecte des informations

Toutes les informations concernant l'incident doivent être relevées à chaud, consignées
d'une façon très détaillée et jointes aux enregistrements effectués par l'entrepreneur de forage
et par la compagnie de contrôle géologique. Il faut consulter les enregistrements des heures
précédant l'incident, elles peuvent révéler des informations importantes. Il ne faut rien
cacher et les faits ne doivent pas être déformés.

Le forage et les instrumentations sont un travail d'équipe. Il ne faut oublier de consulter le


géologue de sonde, le technicien boue et le déviateur qui peuvent avoir des informations
permettant de déterminer la cause de l'incident.

Il faut également rassembler le maximum d'informations concernant les caractéristiques


géométriques et mécaniques de la garniture.

Un rapport détaillé et circonstancié doit être établi. Il servira de référence pendant toute la
suite de l'intervention. Il constate des faits précis (opération en cours, dimension et
composition de la garniture, paramètres, etc.) qu'il faut relever sans les interpréter.

L'interprétation des faits est une hypothèse de travail dont la validité ne sera confirmée ou
infirmée qu'après résolution de l'instrumentation. Dans la plupart des cas, elle ne constitue
pas une certitude. Le programme de repêchage est bâti sur cette interprétation qui peut
changer en cours d'instrumentation et dont il faudra constamment vérifier le bien fondé en
revenant sur le compte rendu d'origine.

1.5.1.2 Action immédiate

S'il y a le moindre doute, éviter une action précipitée : il vaut mieux perdre un peu de
temps pour déterminer la cause du problème et éviter ainsi de faire des erreurs qui peuvent
compliquer la situation. Par exemple, si l'on pense que le coincement est dû à un collage par
pression différentielle alors qu'il est dû en fait à un resserrement du trou, on envisagera de
diminuer la densité de la boue alors qu'il serait nécessaire de l'augmenter.

Le chef de chantier - ou le superintendant - doit organiser le travail en fonction du matériel


dont il dispose et du temps d'approvisionnement du matériel supplémentaire qu'il doit
rapidement localiser. En fait, il s'agit très rarement de "tuer le temps" car le chantier est
généralement suffisamment équipé pour résoudre les cas simples tels que les ruptures ou les
chutes d'objets.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


24
Généralités

Quant aux cas graves, qui sont la plupart du temps des coincements, ils disposent de
moyens suffisants pour assurer les opérations préliminaires (battage, bouchons lubrifiants ou
acides, modifications des caractéristiques de la boue).

Il est important s'agir rapidement quel que soit le type d'incident. En effet les problèmes
auront tendance à s'accumuler avec le temps : par exemple, un coincement dû à un
resserrement du trou peut engendrer un collage par pression différentielle si la garniture se
retrouve en face d'une formation poreuse perméable. La résolution de tels cas sera difficile
car les méthodes à mettre en œuvre pour résoudre le premier problème risquent d'aggraver le
second.

En cas d'échec des premières opérations et si l'on décide de continuer le repêchage, il faut
s'organiser pour faire face à une instrumentation sérieuse. Les points les plus importants de
cette organisation sont les suivants :
• Désignation d'un responsable
Le maître d'œuvre doit désigner un responsable qui prend en charge l'ensemble de
l'intervention aussi bien pour la logistique que pour la technique. Participant à la
conduite de l'intervention, il assure également la coordination entre les différentes
sociétés de service. Ce responsable doit bien connaître le trou et avoir suffisamment
d'expérience et d'autorité pour faire appliquer rapidement des consignes inhabituelles.
• Encadrement des sondeurs
Un point très important consiste à s'assurer dans chaque équipe de la présence d'un
maître sondeur ou d'un second suffisamment qualifié. En effet, le rôle de l'encadrement
des équipes est primordial car elles assurent une présence continuelle au plancher. En
l'absence de l'opérateur instrumentation ou du contrôleur, ils doivent pouvoir compter
sur le maître sondeur. Pratiquement, s'il n'est pas possible de renforcer une équipe
insuffisamment qualifiée, le maître d'œuvre devra s'assurer que l'opérateur
instrumentation ou le contrôleur sont présents quand cette équipe est de poste.
Apparemment secondaire et souvent négligé, ce point est réellement très important.

1.5.2 Critères de choix : récupérer le poisson ou faire un side track ?

Deux cas peuvent se produire :


• Il faut sortir impérativement le poisson du puits (ce qui est rarement le cas),
• Il est possible de choisir entre récupérer le poisson et faire un side track.

1.5.2.1 Nécessité de récupérer le poisson

Certains impératifs peuvent contraindre le foreur à nettoyer complètement le trou, par


exemple :
• Règlements miniers,
• Impératifs géologiques et conservation du gisement,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


25
Généralités

• Délais de réapprovisionnement trop longs,


• Nature des équipements perdus dans le puits (cas de sources radioactives).

Dans ce cas, le facteur temps devient secondaire et il faut procéder prudemment pour ne
pas compliquer l'intervention ou la compromettre définitivement. A cette fin, quelques règles
importantes :
• Tout mettre en œuvre pour maintenir la circulation ou tenter de la rétablir.
• Garder libre le passage intérieur de la garniture pour ne pas éliminer des techniques
essentielles telles que la coupe et le dévissage à l'explosif.
• Garder l'espace annulaire libre, pour garder les possibilités de coupe extérieure et de
surforage.

1.5.2.2 Choix entre instrumentation et side track

Lorsque l'une des deux solutions n'est motivée par aucun impératif majeur, le seul critère
de choix est le coût de l'opération.

Le coût du side track est généralement assez facile à estimer mais il n'en va pas de même
pour l'instrumentation.
• Dans le cas où l'on choisit le side track, il faut évaluer :
- Le coût de l'équipement abandonné dans le trou et de son remplacement (rachat du
matériel, transport et frais annexes),
- Le coût du back off (extensiométrie, back off et temps de rig),
- Le coût de la préparation du side track (pose de bouchons de ciment jusqu'au point de
kick off, temps de séchage, manœuvres),
- Le coût du forage en side track pour atteindre la profondeur initiale (temps de rig,
équipement et personnel spécialisé pour réaliser la déviation),
- Le délai de réapprovisionnement du matériel perdu.
• Le side track relève de la technique du forage dirigé. Donc, si l'instrumentation se
produit dans ce type de puits, l'équipement ainsi que le personnel seront déjà sur place.
• Dans le cas où l'on choisit d'instrumenter, il faut évaluer :
- La disponibilité du matériel de repêchage et du personnel spécialisé,
- La durée d'instrumentation (très difficile à évaluer),
- Le coût de l'instrumentation,
- Le coût de la remise en état du fluide de forage, de l'équipement et du puits après
l'instrumentation,
- Les chances de réussite du repêchage.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


26
Généralités

La philosophie actuelle de la majorité des compagnies est de déterminer la durée pendant


laquelle il est plus économique de repêcher. Si à la fin de cette période de temps, le problème
n'est pas résolu, le poisson est abandonné et l'opération est reprise en side track.

L'expérience montre que le repêchage est généralement plus coûteux qu'un side track et le
résultat de ce dernier est beaucoup plus sûr. De plus les garnitures de fond utilisées dans les
zones à risque de collage par pression différentielle (incorporation de stabilisateurs pour
limiter la surface de contact) rend le repêchage difficile (le surforage est impossible).

La formule généralement utilisée pour déterminer le temps économique de repêchage est


de la forme :

Coût du side track . % de chance de repêchage


Temps économique =
Coût journalier de l' opération

Le coût du side track comprend :


- Le coût de l'équipement abandonné dans le trou,
- Le coût du back off,
- Le coût de la préparation du side track,
- Le coût du forage en side track pour atteindre la profondeur initiale.

Le coût journalier de l'opération est le coût journalier global en cours d'instrumentation.

Le point le plus difficile à déterminer est le pourcentage de chance de repêchage. Il sera


estimé à partir des expériences passées, d'où l'intérêt d'avoir des rapports d'instrumentation
détaillés et de tenir des statistiques. Ce pourcentage varie suivants les endroits, mais en
général, il se situe aux environs de 50 %.

Donc comme règle générale et sauf impératifs particuliers, si l'on décide d'instrumenter, il
faudra éviter d'insister au-delà d'un coût égal à la moitié du coût total estimé du side track.

L'expérience obtenue à partir des instrumentations dues à des coincements montre que :
• Les chances de succès diminuent rapidement dans le temps,
• 80 % des coincements que l'on peut résoudre le seront dans un délai de 48 à 72 heures,
• Si l'on n'a pas réussi à libérer une garniture dans les 96 heures après l'incident, il ne faut
pas compter la libérer.

De ce fait, de nombreuses compagnies limitent la durée des tentatives de repêchage à 3, 4


jours, voire 2 jours dans certains endroits.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


27
Généralités

1.5.3 Travaux après instrumentation

Pour des raisons de sécurité, il est nécessaire de faire un certain nombre d'inspections
après une instrumentation qu'elle soit réussie ou non. Il faut inspecter :
• Le tubulaire et les connexions,
• Le matériel de levage (mât, tête d'injection, clés, cales, etc.),
• Les BOP dans le cas de fraisage ou de surforage de longue durée.

Un rapport détaillé de l'instrumentation doit être établi. Il pourra servir si d'autres incidents
se produisent dans des puits voisins, permettra d'établir des statistiques et de définir la
procédure la plus économique.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


28
CHAPITRE 2
TECHNIQUES DE BASE

2.1 Élimination de petits éléments non forables


Il s'agit en général d'objets tombés dans le trou par accident (peignes, masses, etc.,.) ou
provenant du train de sonde (billes, galets, cônes, outils, etc...). Vu la fréquence de ces
incidents, il est indispensable que le foreur soit familiarisé avec la technique d'intervention. Il
devra en premier lieu évaluer le poids, la forme de ces objets.

2.1.1 Très petits éléments

En dehors des chutes de boulonnerie et petites ferrailles diverses, il s'agit la plupart du


temps d'éléments provenant de l'outil de forage tels que billes, galets et picots. Leur faible
dimension permet de les repêcher dans un panier à sédiments sans interrompre le forage.

Repêchage au panier à sédiments (basket sub) (figure 2.1)

Pour être efficace, cet outil doit être placé immédiatement au-dessus de l'outil.

Le procédé de repêchage est simple. A la prise du fond, une circulation abondante en


rotation, avec de fréquents dégagements accompagnés d'arrêts d'une à deux minutes de la
pompe, permet déjà un bon nettoyage du trou. Il suffit ensuite de forer normalement en
arrêtant de temps en temps la circulation pour permettre aux éléments les plus lourds de
retomber dans la jupe du panier à sédiments.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


29
Techniques de base

FIG. 2.1 Panier à sédiments

Le panier à sédiments est un point faible de la garniture car sa jupe peut se déformer et
même se déchirer en accrochant à la remontée. Noter également que certains paniers à
sédiments à grande capacité conçus uniquement pour le repêchage n'ont pas des
caractéristiques mécaniques suffisantes pour supporter les contraintes du forage. Ils sont
fréquemment utilisés en work-over.

2.1.2 Petits éléments

La technique utilisée dépend du volume, de la forme et de la composition du matériel à


éliminer.

2.1.2.1 Repêchage à l'aimant (fishing magnet)

L'aimant (figure 2.2) est surtout utilisé pour repêcher un nombre limité d'éléments
magnétiques présentant une surface plane et de dimensions nettement inférieures au
diamètre du trou tels que masse, peigne, molettes retournées, etc...

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


30
Techniques de base

021JB9750

FIG. 2.2 Aimant et accessoires

La force attractive est de l'ordre de 2.5 daN par cm2 pour un aimant neuf.

La mauvaise réputation des aimants est due au fait qu'ils sont souvent mal utilisés et la
plupart du temps mal stockés. Quelques précautions très simples permettent d'améliorer
largement leur efficacité, à savoir :
• Stocker impérativement l'aimant avec sa plaque de shuntage sinon il perd rapidement
son efficacité. Il est vivement conseillé de s'assurer de la capacité de l'aimant avant de le
descendre : il suffit, de soulever un poids correspondant grossièrement à sa capacité
maximum.
• La sédimentation ou les retombées font souvent écran à la prise de l'aimant et la
circulation à travers l'aimant n'est pas toujours suffisante pour dégager le fond. Pour y
pallier, il suffit de remplacer le "flat bottom guide" par une couronne dentée en
acier amagnétique (équipement standard sur certains modèles) qui facilite le nettoyage
et permet aussi de libérer les éléments éventuellement coincés. En présence d'une
quantité importante de petite ferraille, il est vivement conseillé de mettre un panier à
sédiments au-dessus de l'aimant.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


31
Techniques de base

Mode opératoire :

Cet équipement peut être descendu au câble ou au bout de la garniture. La descente avec la
garniture, bien que plus longue, permet de circuler.

Avec un panier à sédiment, la procédure à utiliser sera la suivante :


• Après avoir bien nettoyé le fond en rotation et en circulation maximum avec de
fréquents dégagements, couper la circulation à plusieurs reprises pour laisser retomber
les petits éléments dans le panier à sédiments. La majeure partie des petits éléments sont
ainsi repêchés. Non seulement la pêche peut être beaucoup plus importante, mais encore
les petites particules piégées dans le panier à sédiments ne viennent pas se coller à
l'aimant laissant ainsi la place aux éléments plus importants.
• Avant de remonter, poser quelques tonnes et dégager sur 50 cm à 1 m sans rotation et
sans circulation, recommencer 3 à 4 fois cette opération en tournant d'un 1/4 de tour à
chaque fois. Il faut appuyer modérément pour ne pas enfoncer le poisson dans le terrain.
• Remonter sans faire tourner le train de sonde.

Transport :

Cet équipement va provoquer des interférences avec les équipements de navigation, donc
attention au transport en avion.

2.1.2.2 Repêchage au carottier de repêchage

Recommandé pour repêcher des éléments très variés et de formes diverses tels que
molettes, bras d'outil, éléments de clef, etc..., son utilisation est généralement limitée aux
objets coiffables. Bien que limitant la coiffe, les souricières équipant ces outils sont très
efficaces ; elles permettent des repêchages de matériel tubulaire présentant une gorge ou un
méplat tels que Totco, tube intérieur de carottier, etc...

En terrain favorable, ces carottiers autorisent la prise d'une carotte de quelques dizaines de
centimètres, ce qui permet de laisser un trou parfaitement propre.

Les carottiers de repêchage sont généralement équipés de couronnes à dents stellitées ; il


est préférable d'utiliser des couronnes plus agressives à dents rechargées au carbure de
tungstène. Ces dents permettent d'accrocher les éléments de ferraille et de changer leur
position pour les centrer dans la souricière. D'autre part, le rechargement au carbure de
tungstène permet un fraisage bien plus efficace. On peut rendre ainsi coiffables des éléments
légèrement trop gros pour passer dans la souricière.

A noter également une astuce qui permet dans certains cas des repêchages impressionnants
en intercalant un tube de 5 à 9 mètres entre la couronne et le raccord supérieur. Cette
technique réservée aux repêchages très importants peut encore être améliorée en descendant
des tiges partiellement vides avec un système d'ouverture retardée qui aspire la ferraille au
moment de la décompression.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


32
Techniques de base

Il existe de très nombreux modèles de carottiers, mais celui qui convient le mieux dans la
majorité des cas est l'outil à circulation inverse qui améliore sensiblement la récupération des
petits éléments.

Carrotier de repêchage simple (junk basket) (figure 2.3)

Ce carottier très simple, sans tube intérieur comporte un arrache-carotte (core catcher) logé
dans une couronne de fraisage très agressive sur laquelle est vissé un simple tube avec
raccord supérieur. Le diamètre du rechargement intérieur de la couronne correspond
exactement au diamètre de repêchage du core catcher. En présence d'un poisson
surdimensionné et incoiffable tel que bouchon mécanique (bridge plug), packer, il suffit de
surforer une vingtaine de centimètres pour préparer une portée de repêchage. Une simple
traction assure la prise du core catcher et si le poisson n'est pas libre, il suffit de continuer le
fraisage.

019JB9750

FIG. 2.3 Carrotier de repêchage

Cet outil fonctionne correctement dans la mesure où on évite les dégagements lorsque le
core catcher commence à s'engager sur le poisson. En effet, cette manoeuvre peut provoquer
au niveau du core catcher un léger accrochage suffisant pour le déloger de son emplacement.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


33
Techniques de base

Ce carottier autorise la prise d'une carotte de terrain si ce dernier est suffisamment


consolidé.

Carrotier à circulation inverse (reverse circulation junk basket) (figure 2.4)

C'est un carrotier possédant un tube intérieur solidaire à la base du tube extérieur. Le tube
intérieur se termine à sa partie supérieure par un siège recevant une bille. Il possède un
système d'orifices qui permet de réaliser une circulation inverse lorsque la bille est en place.
La boue dirigée à l'extérieur vers le bas pousse les objets à repêcher vers le centre du trou,
facilitant leur entrée dans le carrotier.

020JB9750

FIG. 2.4 Carottier de repêchage à circulation inverse

Mode opératoire :
• Avec le carottier quelques m au dessus du fond, circuler quelques minutes pour le
nettoyer,
• Lancer la bille qui, en venant sur son siège, inverse la circulation,
• Carotter normalement 40 à 50 cm (ou une longueur correspondant à la distance entre la
fraise et les trous d'évacuation de la boue), les objets entraînés à l'intérieur de l'outil
seront retenus par le junk catcher.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


34
Techniques de base

Remarque : Un sabot à longs doigts peut remplacer la couronne dentée en terrain dur ou
lorsqu'on estime inutile de carotter. Dans ce cas, les doigts seront refermés sur
le fond comme ceux d'une araignée.

2.1.2.3 Élimination par fraisage

Si les éléments à repêcher sont trop volumineux pour passer dans les souricières d'un
carottier de repêchage, il faut envisager leur destruction par fraisage. Une bonne pratique
consiste à fraiser jusqu'à usure totale de la fraise et, si nécessaire, à terminer l'opération par
une passe de carottier de repêchage (junk catcher). Cette technique donne d'excellents
résultats lorsqu'il s'agit de repêcher 3 molettes d'outil en terrain dur.

En terrain tendre, le fraisage est délicat car les éléments à détruire se dérobent et
s'enfouissent généralement dans les parois du trou. Bien que ce soit un procédé barbare, on
peut tenter d'exploiter ce phénomène car les risques de retombée sont relativement faibles. En
effet, les éléments "escamotés" dans les parois y sont généralement littéralement cimentés par
les cuttings, les sédiments et le cake et, dans le pire des cas, s'ils retombent dans le trou, on
pourra toujours reprendre l'opération de repêchage ou de fraisage.

Les risques de coincements lors d'une manœuvre ultérieure sont faibles car, si un de ces
éléments est délogé de la paroi, c'est généralement à la suite d'une pose de l'outil de forage
qui le fait tomber au fond du trou, position où il est peu probable qu'il provoque un
coincement.

2.1.2.4 Repêchage à l'araignée

C'est le plus ancien outil utilisé (figure 2.5) pour repêcher de la ferraille (molettes, etc.).

Cet outil de conception simple permet de coiffer et de repêcher des éléments beaucoup
plus volumineux que le carottier de repêchage qui est limité par le diamètre intérieur de ses
souricières, encore faut-il qu'il soit bien conçu et correctement utilisé. Généralement réalisé
à la hâte sur le chantier, il ne présente pas les qualités requises (traitement thermique, qualité
du tube) et les doigts de prises cassent souvent lorsqu'on appuie pour refermer le piège.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


35
Techniques de base

001JB9850

FIG. 2.5 Araignée

L'araignée conserve tout son intérêt pour le repêchage si elle est réalisée dans du tube
suffisamment malléable (J.55) par un soudeur qui saura éviter les "chocs thermiques"
(préchauffe, postchauffe). Elle devra comporter des doigts suffisamment longs découpés
selon une spirale à gauche et légèrement prépliés vers l'intérieur afin de faciliter la fermeture
en rotation à droite.

Surtout en terrain très tendre où le fraisage n'est jamais garanti, l'araignée peut permettre
de repêcher des éléments que l'on ne réussit pas à coiffer avec le carottier de repêchage.

Mode opératoire :
• Descendre l'araignée avec précaution au dessus du poisson,
• Circuler abondamment avec une rotation très lente pour nettoyer le fond,
• Arrêter la circulation et appuyer progressivement de 5 à 10 kdaN tout en maintenant la
rotation, l'araignée se refermera alors petit à petit.
• Ensuite, arrêter la rotation et assurer la "prise" en posant 5 à 10 kdaN supplémentaires
(pour s'assurer de la fermeture totale des dents).
• Le train de repêchage doit être constitué d'un nombre suffisant de longueurs de masses-
tiges pour appliquer une vingtaine de kdaN sur le fond.

2.1.2.5 Élimination à l'explosif

Cette méthode courante aux U.S.A. donne d'excellents résultats pour la destruction de gros
éléments non repêchables (outil 17 1/2, matrice d'outil diamant). Son action consiste surtout à
briser en de nombreux morceaux l'élément à détruire et à les repêcher ensuite avec les
moyens conventionnels.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


36
Techniques de base

2.2 Le battage
Associée aux bouchons de lubrifiants, c'est l'une des principales techniques pour libérer
une garniture coincée. Longtemps réservées aux instrumentations, les coulisses de battage
sont de plus en plus utilisées en forage.

2.2.1 Principe du battage

Le principe consiste à frapper fortement la partie coincée de la garniture qui joue le rôle
d'enclume avec la partie libre qui joue le rôle de marteau et à provoquer des vibrations
suffisamment importantes en amplitude et en durée pour libérer le poisson.

La théorie du battage est complexe. L'intensité et la durée de la force appliquée sur le


poisson doivent être considérées.
• L'intensité de la force de battage dépend de la vitesse de la garniture de fond située au
dessus de la coulisse à l'instant où le marteau frappe l'enclume. Plus cette vitesse est
élevée, plus l'intensité de la force est grande.
• Sa durée dépend de la longueur de cette partie de la garniture. Plus cette longueur est
importante, plus le temps nécessaire pour arrêter le mouvement de la garniture est long
et plus la durée d'application est grande.

L'augmentation de la course de la coulisse augmente l'intensité et la durée de la force de


battage.

Une vibration de longue durée ne permet pas de libérer le poisson si la force produite est
inférieure à la force nécessaire pour décoincer. D'un autre coté, une force supérieure à la
force nécessaire pour décoincer, d'une durée trop courte, produira peu d'effet.

En général, l'intensité de la force appliquée sur le poisson et sa durée sont inversement


proportionnelles. Lorsque l'une augmente, l'autre diminue. Donc :
• Plus la coulisse est placée haut dans la garniture, moins la masse en mouvement est
grande, plus la vitesse de la garniture est grande. L'intensité de la force sera élevée mais
la durée faible.
• Inversement, plus la coulisse est placée bas dans la garniture, plus la masse en
mouvement est grande, moins la vitesse est élevée. En conséquence, l'intensité de la
force sera faible et la durée importante.

Le positionnement de la coulisse consistera à trouver le point où l'intensité et la durée de la


force de battage appliquée au poisson donnent le meilleur compromis. Suivant le type de
coincement, il faudra privilégier l'un ou l'autre de ces facteurs.

La masse est principalement fournie par les masses-tiges et les tiges lourdes se trouvant au
dessus de la coulisse.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


37
Techniques de base

La vitesse de déplacement au niveau de la coulisse est obtenue :


• Vers le bas :
- Par la chute de la garniture soumise à son propre poids,
• Vers le haut :
- Par l'élasticité du train de tiges,
- Par rebond de la garniture. Ces rebonds peuvent être générés par un freinage brusque
ou par des coups de bélier produits par la pompe.

Généralement, le choc obtenu en battant vers le haut est plus intense que celui obtenu en
battant vers le bas parce que la force exercée par une traction sur la garniture est supérieure à
celle que l'on peut obtenir en relâchant le poids.

2.2.2 Différents types de coulisses

Il existe des coulisses pour l'instrumentation et pour le forage. Elles sont de conception
identique, mais elles sont construites et utilisées de façon différente. Les coulisses de
repêchage ne supportent pas les contraintes rencontrées en forage et sont incorporées à la
garniture après dévissage au dessus du point de coincement.

Il existe des coulisses mécaniques, hydrauliques et hydromécaniques. Ces dernières sont


une combinaison d'une partie mécanique et d'une partie hydraulique, l'une battant dans un
sens, l'autre dans l'autre. La majorité d'entre elles permet de battre vers le haut et vers le bas.
La coulisse bat vers le haut quand on applique une traction à son niveau, vers le bas quand on
applique une compression.

Une coulisse peut être descendue en position ouverte (coulisse en tension), en position
fermée (coulisse en compression) ou en position intermédiaire (position neutre).

2.2.2.1 Les coulisses mécaniques

Ce type de coulisse ne déclenche qu'à partir d'une certaine traction ou compression.


Suivant les modèles, les valeurs seront réglées lorsque la coulisse est en surface ou au fond
(certains modèles ne permettent de faire varier le réglage que d'environ 15 % lorsqu'elles sont
au fond). Pour une coulisse utilisée en forage, ces valeurs sont choisies au dessus des valeurs
de traction et de compression normalement rencontrées en cours de forage.

Il existe différents systèmes pour obtenir le battage. Sur certains modèles, l'augmentation
du couple à droite augmente le seuil de déclenchement. Le débit de circulation permet
également de modifier le réglage.

2.2.2.2 Les coulisses hydrauliques

La différence importante entre une coulisse mécanique et une coulisse hydraulique est que
cette dernière ne bat pas à une valeur de traction ou de compression fixée. Quand et avec

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


38
Techniques de base

quelle force une coulisse hydraulique bat dépend de l'importance de la traction (ou de la
compression) exercée sur la coulisse et de la rapidité à laquelle cette traction est appliquée.
Plus la traction et sa vitesse d'application sont élevées, plus le choc sera intense.

Une coulisse hydraulique se compose d'un mandrin intérieur et d'un corps extérieur
délimitant deux chambres remplies d'huile (figure 2.6). Suivant la position du mandrin, l'huile
circule librement d'une chambre à l'autre ou, au contraire, elle est forcée de passer par une
restriction limitant son débit.

Pour battre vers le haut, une traction est appliquée sur la coulisse qui doit être au préalable
en position fermée ou intermédiaire, l'huile de la chambre inférieure est comprimée et passe à
faible débit dans la deuxième chambre par la restriction ; la coulisse est armée. Lorsque le
mandrin atteint une certaine position, le fluide passe librement et la pression s'égalise
instantanément dans les deux chambres permettant au marteau de frapper violemment
l'enclume.

Mandrin
intØrieur

Mandrin
extØrieur

Enclume

Marteau

Chambres remplies d’huile


Mouvement rapide du mandrin, la pression s’Øquilibre
Mouvement ralenti du mandrin

Restriction
(pour limiter
Haute pression

la vitesse de
passage du
fluide)
Mouvement

Mouvement
Basse pression

015JB9844

FIG. 2.6 Schéma de principe d'une coulisse hydraulique et fonctionnement


(battage vers le haut)

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


39
Techniques de base

2.2.2.3 Choix du type de coulisse à utiliser

Les coulisses hydrauliques présentent les avantages suivants :


• Pour un même diamètre extérieur, le diamètre intérieur est plus grand, ce qui peut
permettre des opérations au câble impossibles avec une coulisse mécanique.
• Une coulisse hydraulique bat quelle que soit la traction (ou compression) appliquée, par
contre une coulisse mécanique ne déclenche qu'à partir d'une certaine valeur.
Donc une coulisse hydraulique permettra de battre quelles que soit les circonstances. Ce
ne sera pas toujours le cas avec une coulisse mécanique. Avec ce dernier type, le seuil
de déclenchement peut ne pas être atteint si les frottements dans le puits sont trop
importants.
• On peut faire varier la force de battage simplement en faisant varier la traction et la
vitesse de déplacement de la garniture. Cela permet d'ajuster la force de battage en
fonction du problème et de la technique adoptée pour libérer une garniture.
• Le couple n'a pas d'effet sur la force de battage.

Par contre, elles présentent quelques inconvénients :


• Elles sont généralement moins robustes que les coulisses mécaniques.
• Elles peuvent perdre en force de frappe au cours du battage ; l'huile en s'échauffant
devient de plus en plus fluide et passe plus facilement par la restriction. Cependant, ce
problème tend à disparaître grâce à l'utilisation d'huiles appropriées.
La température et une boue de densité élevées peuvent également endommager les
étanchéités entre les différentes parties rendant la coulisse inopérante.
• Elles peuvent battre accidentellement en cours de manœuvre si la garniture est déplacée
trop brusquement ; le déclenchement peut se produire lorsque la garniture est posée sur
cales et entraîner sa chute en faisant sauter les cales (ce risque existe surtout dans les
puits verticaux).
• Une coulisse hydraulique ne peut pas être placée à proximité du point neutre de la
garniture. Elle risque de déclencher souvent car le point neutre se déplace en fonction
du poids appliqué sur l'outil. Non seulement le battage en cours de forage est inutile,
mais il peut endommager l'outil et les différents équipements de mesure incorporés au
dessus et produire une usure prématurée de la coulisse.

Le choix d'un type de coulisse est souvent assez subjectif. La tendance actuelle est plutôt à
l'utilisation de coulisses hydrauliques qui ont une robustesse et une fiabilité proches de celles
des coulisses mécaniques. Cependant, s'il y a de la ferraille à reforer, certains préfèrent la
coulisse mécanique car les déblais métalliques risquent d'endommager les joints des coulisses
hydrauliques.

En définitive, les coulisses hydrauliques sont plus difficiles à contrôler que les coulisses
mécaniques surtout dans les puits fortement déviés mais on est sûr qu'elles peuvent battre si
elles ne se trouvent pas sous le point de coincement.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


40
Techniques de base

2.2.3 Utilisation d'un amplificateur de battage (jar accelerator)

En intercalant, quelques masses-tiges ou plus généralement quelques tiges lourdes


au-dessus de la coulisse, un raccord coulissant comportant un piston étanche qui se déplace
dans une chambre remplie d'azote ou d'huile compressible, on obtient un puissant ressort qui
s'ouvre lorsqu'il est sous tension (figure 2.7).
014JB9844

Tiges

Heavyweight

Partie immobile
Amplificateur

Mouvement vers le haut


Masse-tige

Flex joint

Coulisse

La coulisse bat
vers le haut

Traction pour armer


la coulisse

FIG. 2.7 Principe de fonctionnement d’un amplificateur de battage

Il se referme violemment lorsque cette tension est brusquement relâchée. C'est le cas lors
du déclenchement de la coulisse. En se refermant, l'amplificateur de battage entraîne dans un
mouvement très rapide vers le haut la garniture située entre l'amplificateur et la coulisse. La
vitesse ascensionnelle de cette partie de la garniture s'ajoute à la vitesse due à l'élasticité des
tiges revenant à leur position de repos et génère un choc beaucoup plus violent que le battage
ordinaire.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


41
Techniques de base

Les amplificateurs de battage sont surtout utilisés pour battre vers le haut. Ils sont placés
au dessus de la coulisse, généralement dans les tiges lourdes ou à la jonction entre les tiges
lourdes et les masses-tiges (suivant la position de la coulisse).

Bien que le coup transmis au poisson soit très violent, la tour (mât ou derrick) et la
garniture situées au-dessus de l'amplificateur sont protégées car le gaz ou le fluide comprimé
constituent un excellent amortisseur. L'ensemble fonctionne correctement lorsque le choc est
peu ou pas ressenti en surface.

L'utilisation d'un accélérateur associé à une coulisse présente des avantages :


• Avec une garniture de fond et une position de coulisse données, le battage est plus
efficace et le matériel de surface est moins soumis aux chocs.
• Si la garniture de fond n'est composée que de tiges lourdes (ou même de tiges), la force
de battage sera importante malgré le faible poids se trouvant au dessus de la coulisse.
• Dans les puits de faible profondeur, si l'élongation des tiges est inférieure à la course de
la coulisse, cette dernière déclenche mais "bat" dans le vide.
On peut remédier à cela en incorporant un amplificateur de battage dans la garniture. Sa
course se substituera ou complétera l'élongation des tiges et permettra à la coulisse de
travailler correctement.
• Si les frottements de la garniture dans le puits sont importants, la traction et / ou la
compression appliquées en surface se transmettent mal à la coulisse et la puissance de
battage est réduite.
L'incorporation d'un amplificateur de battage dans la garniture améliore la situation, car
en se refermant brusquement il permet de transmettre directement un choc acceptable au
niveau du poisson.

Pour que l'ensemble soit efficace, il faut que la course de l'amplificateur soit au moins
égale à celle de la coulisse, le marteau doit frapper l'enclume avant que l'amplificateur arrive
en fin de course.

2.2.4 Position de la coulisse dans la garniture

2.2.4.1 Généralités

Pour être efficace, une coulisse doit :


• Se trouver dans la partie libre de la garniture. En forage, le risque de coincement au
dessus de la coulisse est réduit si le diamètre des équipements placés au dessus est
inférieur à celui de la coulisse. Donc, il faut éviter de mettre des équipements de
diamètre supérieur à la coulisse au dessus de cette dernière.
Pour ces raisons de rigidité de la garniture et de concentration de contrainte au niveau
de la coulisse, il est recommandé que le rapport des moments d'inertie des connexions
de part et d'autre de la coulisse ne dépasse pas 3.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


42
Techniques de base

• Se trouver le plus près possible du point de coincement pour produire l'impact


maximum sur le poisson (l'expérience montre que ce point est généralement plus près de
l'outil que l'on imagine).
• Transmettre l'amplitude et la durée de vibration adéquates au poisson. Pour cela, il
existe des programmes informatiques permettant de déterminer la position la mieux
adaptée de la coulisse en fonction de la garniture de fond utilisée, du profil du puits, des
frottements, etc..

2.2.4.2 En forage

Très souvent, dans les puits où les risques de coincement sont importants, une ou plusieurs
coulisses sont incorporées à la garniture de forage. Il y a beaucoup plus d'avantages à avoir
une coulisse dans la garniture que de ne pas en avoir. L'idéal est de placer la coulisse le plus
près possible au dessus du point où il y a risque de coincement.

Il y a quelques réticences à utiliser les coulisses en compression car on a tendance à


considérer qu'elles augmentent les risques de flambage de la garniture et qu'elles rendent le
contrôle de la déviation difficile. En fait, les seuls points que l'on peut avancer pour ne pas les
utiliser en compression sont :
• La force de battage produite vers le bas est plus faible que celle produite vers le haut.
• Avec une coulisse hydraulique, il y a risque d'endommager les équipements placés en
dessous (outil, MWD, etc.) si elle déclenche accidentellement.

En fait, à l'exception des coulisses hydrauliques qu'il n'est pas conseillé de placer près du
point neutre (voir paragraphe 2.2.2.3), elles fonctionnent aussi bien en compression qu'en
tension.

Mais en général, elles sont positionnées de telle façon qu'elles se trouvent en tension en
cours de forage, donc au dessus du point neutre. Cela implique que, dans les puits
horizontaux, la coulisse se trouve pratiquement à l'entrée du drain, donc éventuellement très
loin de l'outil.

Elles seront placées soit :


• dans le train de tiges lourdes,
• à la jonction masses-tiges / tiges,
• dans l'avant dernier train de masses-tiges.

Si l'on veut battre vers le bas, il faut éviter de placer la coulisse dans les tiges car, en raison
de leur grande flexibilité, ces dernières absorbent une grande partie du choc vers le bas.

Dans les puits horizontaux, certains opérateurs utilisent deux coulisses :


• Une coulisse hydraulique est placée au dessus du dernier point de kick off, point le plus
fréquent de coincement dans ce type de puits.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


43
Techniques de base

• Une coulisse mécanique est placée dans la section horizontale pour décoincer au dessus
de l'outil.

Si la coulisse est placée trop loin du point de coincement, la majeure partie du choc est
absorbée par l'élasticité des tiges. Le battage est alors peu efficace et dans ce cas, il peut être
préférable de dévisser à l'explosif le plus bas possible et de repositionner la coulisse.

2.2.4.3 Pour repêcher

La garniture à retenir dépend de la longueur du poisson et du type de coincement. Pour


simplifier, nous nous limiterons à deux cas représentatifs.
• Coincement très localisé : (trou rétréci, key seat, chute d'objets, etc.).
Un choc très sec favorisant les vibrations du train de sonde donnera dans ce cas les
meilleurs résultats. Il faut donc favoriser l'intensité de la force ; la garniture sera
composée par exemple :
- d'un outil de raccordement,
- d'une coulisse,
- de 3 à 6 masses-tiges,
- d'un amplificateur de battage (jar accelerator),
- de tiges.
• Coincement affectant une partie importante de la garniture (collage par pression
différentielle, éboulement, sédimentation importante, etc.).
Pour ce type de coincement, il faut un choc puissant de durée importante. La masse
devient prépondérante et il faudra prévoir un maximum de masses-tiges. L'idéal est
d'avoir une masse de masses-tiges voisine de celle du poisson.

2.2.5 Sens de battage

La plupart des coulisses permettent de battre dans les deux sens. Le battage vers le haut
produit généralement un choc plus violent que le battage vers le bas.

Pour que le battage soit efficace, il est important de bien identifier la cause du coincement
pour choisir le sens le mieux adapté au problème. En effet, une erreur de sens peut aggraver
la situation.

D'une façon générale, lorsque le coincement se produit en cours du déplacement de la


garniture, il faut battre dans le sens opposé à ce déplacement. Bien que le choix du sens ne
soit pas toujours évident, on peut retenir les règles de base suivantes :
• Coincement en remontant : battage vers le bas,
• Coincement en descendant : battage vers le haut,
• Coincement par chute d'objet dans l'espace annulaire : battage vers le bas,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


44
Techniques de base

• Coincement dans un trou de serrure (key seat) : battage vers le bas,


• Collage par pression différentielle : choisir le sens le mieux adapté à la garniture. Tâter
le terrain en essayant dans les deux sens. Dès qu'un progrès se manifeste dans un sens,
continuer à battre avec la puissance maximum dans ce sens.
• Coincement dans des formations mobiles (couches salifères, argiles fluentes, etc.) :
battage vers le haut,
• Coincement à l'ajout de tige dans des formations éboulantes : battage vers le haut.

Si les frottements vers le bas sont très inférieurs aux frottements vers le haut, il est
préférable de battre vers le bas.

2.2.6 Puissance et durée de battage

La traction maximale que l'on peut appliquer sur la garniture est limitée par la réserve de
traction dont on dispose.

Remarque : Si l'on applique un couple de torsion à la garniture et / ou si l'on circule, il


faudra tenir compte de ce couple et / ou de la pression intérieure pour déterminer
la traction maximum que la garniture peut supporter. Il faut rappeler que le
couple de torsion est limité par le couple de serrage de l'élément le plus faible de
la garniture libre.

2.2.6.1 Puissance de battage

La philosophie peut varier suivant les opérateurs. Certains préfèrent battre avec la
puissance maximum dès le début, d'autres préfèrent commencer doucement pour tâter le
terrain. Comme pour le sens de battage, l'important est de bien identifier la cause du
coincement.

Pour les collages par pression différentielle qui s'aggravent très vite, il faut battre
immédiatement avec la puissance maximale.

Lorsque l'origine d'un coincement est douteuse, il est préférable de ne pas battre trop fort
dès le début car un battage violent dans le mauvais sens peut rendre définitif un coincement
bénin à l'origine. Il sera toujours temps de battre plus fort après avoir essayé progressivement
dans les deux sens.

Il faut également tenir compte de la force d'extension (extension force) qui influence le
fonctionnement des coulisses. Cette force est due à la différence de pression existant entre
l'extérieur et l'intérieur de la coulisse produite par la circulation du fluide de forage. Si la
pression de circulation est suffisamment élevée, la force d'extension va ouvrir la coulisse et
littéralement lever la garniture. Lorsque l'on bat vers le haut tout en circulant, cette force doit
être ajoutée à la traction exercée en surface sur la garniture pour connaître la tension

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


45
Techniques de base

effectivement exercée au niveau de la coulisse. Par contre vers le bas, cette force doit être
soustraite.

La force d'extension qui dépend du débit de circulation dans la garniture permet de


renforcer le battage vers le haut. Les fabricants donnent les informations nécessaires pour
calculer cette force et indiquent également les limites à respecter (l'utilisation de cette force
avec les coulisses hydrauliques peut poser quelques problèmes).

2.2.6.2 Durée de battage

Elle dépend du type de coincement.


• Dans le cas d'un collage par pression différentielle, la mise en place d'un bouchon de
lubrifiants et / ou la diminution de la pression dans l'espace annulaire sont plus efficaces
que le battage pour libérer la garniture. Pour ce type de coincement, on se limitera
généralement à battre quelques heures en attendant la mise en place du ou des bouchons
ou à diminuer la pression différentielle.
• Si le battage est la seule façon de décoincer, il faut battre jusqu'à la décision de faire un
side track. Si l'on dispose d'une garniture bien adaptée, on peut insister de 24 à 48
heures. Si la garniture n'est pas bien adaptée, on peut se limiter à quelques heures de
battage (5-6 heures) s'il n'y a pas de progrès notable et dévisser à l'explosif pour
raccorder ensuite avec une garniture plus efficace.

L'expérience montre que l'efficacité des coulisses après 24 heures de battage est fortement
réduite.

2.2.6.3 Réglage du seuil de déclenchement d'une coulisse mécanique

Il faut tenir compte des frottements entre la surface et la coulisse pour ajuster le seuil de
déclenchement d'une coulisse mécanique. Si par exemple :
• La traction maximum que l'on peut appliquer sur la garniture en surface est de 180
kdaN,
• Le poids de la garniture au dessus de la coulisse est de 100 kdaN,
• Les frottements entre la coulisse et la surface sont de 20 kdaN,

le seuil de déclenchement à la traction ne doit pas être réglé au dessus de 60 kdaN.

Il faut également tenir compte de la force d'extension qui influence le déclenchement de la


coulisse (voir paragraphe 2.2.6.1).

2.2.7 Utilisation d'une coulisse de surface

Il existe des coulisses qui se placent au-dessus de la table de rotation.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


46
Techniques de base

Lors de la mise en tension de la garniture, les tiges s'allongent et, au déclenchement de la


coulisse en surface, elles reviennent brusquement à leur position de repos. Il se produit alors
une onde de choc se propageant vers le bas. L'énergie du choc transmis au poisson est réduite
ce qui explique le peu de succès de cet outil.

Malgré ces faibles performances, la coulisse de surface a l'énorme avantage de pouvoir


être incorporée très facilement dans la garniture.

2.3 Raccordement et repêchage de matériel tubulaire

2.3.1 Généralités

Cette technique est utilisée pour raccorder un poisson à la suite d'un dévissage, d'une
chute, d'une rupture ou d'une coupe.

2.3.1.1 Critères d'un bon raccordement

Le raccordement idéal devrait répondre aux critères suivants :


• caractéristiques mécaniques et géométriques homogènes avec la garniture de forage,
• possibilité de le libérer à volonté,
• étanchéité à la circulation.

En instrumentation, les raccordements sont très fréquents et leur qualité est un facteur
prépondérant pour la poursuite de l'intervention.

2.3.1.2 Caractéristiques et fonctions du raccordement idéal

Résistance à la traction :
Caractéristiques : homogène avec la garniture.
Fonction : ne pas limiter les manoeuvres de décoincement telles que battage et
traction maxima.

Tenue au couple à droite ou à gauche :


Caractéristiques : homogène avec la garniture.
Fonction : - manoeuvre sous couple pour libérer le poisson,
- blocage à droite avant un back off,
- transmission du couple à gauche pour un back off ou un dévissage
mécanique.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


47
Techniques de base

Etanchéité :
Caractéristiques : homogène avec la garniture.
Fonction : - éviter les sifflures pendant les circulations,
- circulation à travers le poisson pour nettoyer l'annulaire et effectuer
divers traitements (acidification, lubrifiants, agents mouillants, etc.),
- modification de la pression hydrostatique pour résoudre un collage ou
contrôler une éruption,
- cimenter le poisson en cas l'abandon.

Diamètre de l'outil de raccordement


Caractéristiques : les diamètres intérieur et extérieur de l'outil de raccordement doivent
être homogènes avec ceux du poisson.
Fonction : - ne pas limiter les possibilités de repêchage ou de surforage à cause
d'un diamètre extérieur supérieur à celui du poisson,
- ne pas limiter le passage intérieur pour garder les possibilités de back
off, de perforation, de coupe et nettoyage intérieur à cause d'un
diamètre intérieur trop petit,
- éviter la formation d'un pont de sédimentation ou autre au niveau de
l'outil de raccordement.

Possibilité de libérer le raccordement


Caractéristiques : relâchement facile et sûr du poisson lorsqu'il n'est pas possible de le
libérer.
Fonction : - pour rétablir la circulation (poisson bouché) afin de conditionner le
trou, contrôler une éruption ou résoudre un collage, etc.,
- pour redescendre une garniture mieux adaptée.

Pratiquement aucun outil de raccordement n'assure la totalité de ces fonctions : ils ont
chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Le choix de l'outil n'est pas toujours évident et
il devra être adapté à chaque cas.

En fait, l'important est de limiter les risques d'allonger le poisson.

Les outils de raccordement sont les suivants :


• le filetage du tool joint,
• les tarauds longs, droite ou gauche (taper taps),
• les tarauds courts, droite ou gauche (pin taps),
• les cloches taraudées, droite ou gauche (die collars),
• les overshots et arrache tubes (casing spear),
• les joints de sécurité.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


48
Techniques de base

2.3.2 Les différents moyens de raccordements

2.3.2.1 Le revissage sur filetage du tool joint

a) Avantages et limites
Lorsque la tête à raccorder est un filetage en bon état, ce mode de repêchage doit être
préféré à tous les autres car c'est de loin le plus simple et le plus sûr. Il assure parfaitement
toutes les fonctions décrites au paragraphe précédent sauf la possibilité de se relâcher.
En effet, pour relâcher un filetage rebloqué au même couple que le train de forage, la seule
solution est le back off qui est une technique efficace pour dévisser les tiges et les
équipements de diamètre inférieur à 8".
C'est certainement le point le plus important dont il faudra tenir compte lorsqu'on choisit le
revissage. Ce choix et les précautions à prendre sont fonction du type de poisson et des
conditions du trou.

b) Garniture de revissage et précautions


• La tête de poisson est une tige et le poisson est partiellement libre.
Dans ce cas, le revissage avec les tiges nues est toujours conseillé. On reconstitue ainsi
un ensemble homogène qui permettra de manœuvrer sans aucune contrainte
supplémentaire. D'autre part, si la partie inférieure ne s'est pas décoincée pendant les
manœuvres, il est toujours possible de libérer par back off la partie libre du poisson.
L'intercalation d'un raccord au niveau du raccordement permet de le repérer plus
facilement au CCL (Casing Collar Locator) dans l'éventualité d'un back-off ultérieur.
• Une partie des masses-tiges est coincée.
- Si l'on envisage un back-off, la meilleure solution est encore le revissage avec les
tiges nues. En effet, si le back-off échoue dans les masses-tiges, il sera toujours
possible de se libérer avec un back off au niveau du joint de raccordement.
- Si l'on envisage de raccorder avec des masses-tiges et une coulisse, on peut également
procéder par revissage mais il faut s'assurer de pouvoir se désolidariser du poisson en
cas d'échec du battage.
La méthode qui consiste à utiliser un joint de sécurité classique est très contestée car,
en cas d'échec du battage, sa présence complique sérieusement la réalisation d'un
back-off ultérieur (toutefois, certains joints de sécurité à baïonnette permettent de
transmettre du couple à gauche avant déverrouillage). Le joint de sécurité conserve
tout son intérêt dans la mesure où on n'envisage pas de back-off mais une coupe à
l'explosif si le poisson ne se libère pas.
A défaut, une autre solution consiste à revisser en bloquant modérément (environ 50
% du couple de blocage des tiges). Ainsi, si le coincement persiste, ce raccordement
faiblement bloqué fera office de joint de sécurité.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


49
Techniques de base

On peut également remplacer le joint de sécurité en localisant une connexion à


gauche bloquée au couple au-dessus du filetage de raccordement. Si le poisson ne se
libère pas, il suffira de mettre du couple à droite pour libérer le filetage gauche.

c) Procédure de revissage
• Nettoyer soigneusement le filetage de raccordement et le descendre sans graisse pour
éviter de fixer des particules abrasives qui pourraient provoquer un grippage lors du
raccordement.
• Si l'on prévoit un back-off, descendre en bloquant au couple chaque connexion de la
garniture.
• Circuler sur le dernier simple et attendre que la pression se stabilise.
Manœuvrer 2 ou 3 fois en circulant et localiser la tête du poisson en posant 4 à 5 tonnes.
• Tout en dégageant lentement, noter précisément :
- le poids du train de repêchage,
- le débit de la pompe et la pression correspondante.
• Poser légèrement et tourner à droite en surveillant la montée de pression qui est d'autant
plus rapide que le poisson présente des pertes de charge élevées ou qu'il est bouché.
- Si c'est le cas, arrêter la pompe en maintenant une légère pression. Cette pression est
la seule indication confirmant le repêchage lorsque le poids du poisson est trop faible
pour être perceptible au Martin Decker.
- Si la circulation est rétablie, la maintenir pendant un temps suffisant pour confirmer le
raccordement par l'augmentation de pression due aux pertes de charges dans le
poisson.
- Dans la majorité des cas, il est préférable de limiter la circulation pour éviter une
sifflure si le raccordement est douteux.
• Bloquer au couple requis (voir paragraphe 2.5.3 et Formulaire du Foreur pour
déterminer le nombre de tours à appliquer pour obtenir un blocage correct).

2.3.2.2 Les autres raccordements

Tous les autres raccordements doivent être considérés comme provisoires pour faire face à
une situation particulière (tête abîmée, bouchée ou dans une cave). Ils permettent souvent de
remonter un poisson mais, si l'instrumentation dure, il faut les éliminer pour reconstituer une
garniture homogène qui permettra de manœuvrer et circuler sans contraintes.

a) L'overshot Bowen

Lorsque la tête de poisson ne comporte pas de filetage (rupture) ou si ce dernier est


inutilisable, le meilleur outil de raccordement est l'overshot (figure 2.8). Cet outil se relâche
mieux que la plupart des joints de sécurité et sa résistance à la traction est comparable à celle

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


50
Techniques de base

du train de tige pour les types couramment utilisés. Par contre, son étanchéité et sa résistance
au couple à gauche sont limitées. D'autre part, son diamètre extérieur, voisin du diamètre du
trou, le rend incoiffable.

Il permet le passage d'un coupe tube intérieur et de l'équipement de back off pour une
récupération éventuelle de la partie libre du poisson.

Cet outil fiable et robuste est simple à mettre en œuvre et donne d'excellents résultats
quand il est correctement utilisé. Les principales erreurs consistent à circuler trop longuement
provoquant des sifflures et à utiliser un modèle trop faible pour le battage.

L'outil est constitué de trois parties :


• Le top sub qui permet de raccorder l'overshot à la garniture de repêchage,
• Le corps de l'overshot ou bowl qui comporte intérieurement une partie hélicoïdale
conique semblable à un gros filetage à gauche. Cette portée hélicoïdale peut recevoir
deux systèmes différents de prise :
- Le système de spirale agrippante (spiral grapple),
- Le système à coins (basket grapple).
• Le guide qui sert à faciliter la prise du poisson.

Le système à spirale permet de repêcher un poisson de diamètre voisin du diamètre de


l'overshot, mais la spirale est assez fragile.

Le système à coins est beaucoup plus résistant, mais prend plus de place et limite le
diamètre que l'on peut repêcher. Il offre une gamme de diamètres de repêchage plus important
qu'avec le spiral grapple.

Le système de prise est immobilisé en rotation à sa partie inférieure par une bague d'arrêt à
ergot (spiral grapple control ou basket grapple control). La spirale et le coin peuvent se
mouvoir longitudinalement légèrement dans le corps.

Des joints en caoutchouc assurent l'étanchéité entre la garniture de repêchage et le poisson


et rendent la circulation possible.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


51
Techniques de base

017JB9750

FIG. 2.8a Overshot équipé d’un spiral grapple

015JB9750

FIG. 2.8b Overshot équipé d’un basket grapple

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


52
Techniques de base

Différents types d'overshots


Un overshot se caractérise par son diamètre extérieur et par son type qui renseigne sur la
résistance à la traction et au battage. Bowen propose 5 types :
• Le type FS (Full Strength) conçu pour supporter tous les efforts de traction, de torsion
et de battage,
• Le type XFS (Extra Full Strength) conçu pour travailler dans les conditions les plus
dures,
• Le type SFS (Semi Full Strength) conçu pour des conditions de puits particulières
supportant les tractions maximales,
• Le type SH (Slim Hole) conçu pour supporter uniquement des tractions importantes,
• Le type XSH (Extra Slim Hole) conçu uniquement pour remonter un poisson sans
traction.
Pratiquement seuls les modèles XFS, FS et à la rigueur SFS supportent le battage, mais
ils résistent mal aux longues circulations, et ils sont mal adaptés au back-off car leur
filetage intermédiaire se débloque parfois lors de la transmission du couple à gauche.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


53
Techniques de base

Le tableau suivant indique les capacités des overshots couramment utilisés.


Spiral grapple Basket grapple
Modèle diamètre maximum de traction maximale diamètre maximum de traction maximale
repêchage en pouces en kdaN repêchage en pouces en kdaN
5 5/8 SH 4 5/8 186 800 4 1/8 168 300
5 3/4 SFS 4 3/4 192 500 4 1/4 183 000
5 7/8 SH 5 132 100 4 1/2 114 700
7 5/8 FS 6 298 000 5 1/4 258 000
7 3/4 SFS 6 3/8 232 800 5 5/8 202 800
7 5/8 SH 6 1/2 203 600 5 7/8 184 200
8 1/8 FS 6 1/2 283 500 5 3/4 255 400
7 7/8 SH 6 3/4 191 200 6 1/8 171 200
8 1/8 SH 7 187 700 6 3/8 177 900
8 5/8 FS 7 283 300 6 1/4 255 400
8 7/8 FS 7 1/4 283 300 6 1/2 256 600
8 7/8 H 7 3/4 191 200 7 171 200
9 3/8 FS 7 3/4 283 500 7 256 600
9 5/8 FS 8 268 000 7 1/4 227 100
10 1/8 FS 8 1/2 268 000 7 3/4 218 800
10 5/8 FS 9 292 200 8 1/4 265 100
11 1/4 FS 9 5/8 292 200 8 7/8 257 100
11 3/4 FS 10 1/8 274 000 9 3/8 234 800
12 3/4 FS 11 1/4 269 100 10 1/2 250 100
La tolérance de repêchage est moins 3/32 et plus 1/32. Equipement de repêchage disponible tous les 1/8".

TAB. 2.1 Capacité des overshot Bowen Série 150

Montage
• Système à spirale :
- Un joint en caoutchouc est placé au dessus du logement hélicoïdal de la spirale. Ce
joint doit être mis en place avec la lèvre intérieure dirigée vers le haut. Cette lèvre,
sous l'effet de la pression, se plaque sur le poisson et assure l'étanchéité.
- Le spiral grapple est mis en place en tournant à gauche, l'ergot de retenue étant vers le
bas.
- La bague d'arrêt (spiral grapple control) avec également un ergot termine le montage.
L'ergot de la bague d'arrêt et celui du spiral grapple s'encastrent dans le corps de
l'overshot et ont pour but d'empêcher le système agrippant de tourner.
• Système à coins :
- Le coin muni de fentes radiales remplace la spirale.
- La bague d'arrêt avec un ergot termine le montage. Il existe trois types de bague
d'arrêt :
. le basket grapple control qui ne possède pas de joints,
. le basket grapple control packer qui est munie de deux joints,
. le basket grapple mill control packer qui possède deux joints et permet de fraiser la
tête du poisson.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


54
Techniques de base

Mode opératoire
• L'overshot sera équipé avec un spiral grapple ou avec un basket grapple d'un diamètre
correspondant à celui du poisson (l'extrémité du morceau de garniture remonté en
surface donne une idée de la forme du poisson et permet de préparer le matériel
adéquat).
• Environ 1 m au-dessus du poisson, circuler en manoeuvrant doucement pour nettoyer la
tête du poisson et l'intérieur de l'overshot. Le temps de circulation sera d'une dizaine de
minutes en situation normale ; s'il y a un réservoir au-dessus de la tête du poisson, il est
recommandé de circuler le volume annulaire.
Noter le plus précisément possible le poids de la garniture et les frottements.
• Stopper la circulation (certains préfèrent garder un débit de circulation faible),
descendre doucement en tournant lentement à droite pour coiffer le poisson (la base du
spiral grapple ou du basket grapple étant fixe et la partie supérieure libre, le grapple
aura tendance à s'ouvrir lorsque le poisson s'engage).
• Lorsque le poisson est coiffé (on doit constater une légère diminution de poids et une
augmentation de la pression de refoulement si la circulation a été maintenue), arrêter la
descente et la rotation.
• Dégager lentement tout en surveillant le poids. La traction a pour effet de contracter le
grapple et de le coincer entre le poisson et le corps de l'overshot (plus la traction sera
importante, plus le poisson sera accroché).
• Si cela est possible, circuler avant de remonter pour nettoyer l'espace annulaire autour
du poisson. La remontée se fera sans rotation.
• Dans le cas d'un poisson coincé et après essais de décoincement sans résultat (battage,
bouchon d'acide, etc.), il est possible de relâcher l'overshot. Pour cela :
- Mettre le poids neutre au niveau de l'overshot.
- Tourner lentement à droite tout en dégageant lentement la garniture et en surveillant
le couple et le poids.
- Si le relâchement est difficile, donner plusieurs secousses vers le bas en appuyant
légèrement sur l'overshot. Cela permet de remettre le grapple en face de la partie la
plus large de la portée hélicoïdale et ainsi de l'ouvrir.

Remarque : Il ne faut jamais tourner à gauche lorsque l'overshot est en prise, en cours de
prise ou de relâchement sous peine de casser le grapple.

Accessoires d'overshot (figure 2.9)


A l'extrémité inférieure de l'overshot vient se placer un guide qui sert à faciliter l'entrée
du poisson dans le corps de l'overshot. Il existe différents modèles, les principaux sont :
- Le guide standard dont le diamètre extérieur est le même que celui du corps de
l'overshot,
- Le guide évasé (oversize guide) adapté au diamètre du trou,
- Le crochet redresseur normal,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


55
Techniques de base

- Le crochet redresseur en forme d'hélice,


- Le sabot de fraisage.

024JB9750

FIG. 2.9 Accessoires d’overshot


Il existe des extensions qui permettent de rentrer le poisson plus profondément dans
l'overshot. Ces extensions qui se placent entre le top sub et le bowl peuvent être utiles
lorsque la tête du poisson présente différents diamètres ou est abîmée.

b) Tarauds et cloches taraudées

Ces outils ont été pratiquement remplacés par l'overshot et leur emploi est limité à
quelques cas particuliers :
• Tête de poisson présentant un fishing neck insuffisant ou un diamètre extérieur trop
grand pour la prise à l'overshot.
• Tête de poisson trop abîmée pour coiffer avec un overshot (même dans ce cas, il est
préférable de fraiser ou de couper la tête du poisson pour pouvoir ensuite descendre un
overshot).

Les tarauds et cloches (figure 2.10) doivent être utilisés avec prudence car ils sont
difficilement reforables et pratiquement indévissables s'ils sont de bonne qualité.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


56
Techniques de base

014JB9750

FIG. 2.10 Taraud, cloche taraudée et pin tap

De plus ces outils sont très dangereux car l'un condamne l'espace annulaire et l'autre limite
considérablement le passage intérieur. Chaque fois que c'est possible, on préférera au taraud
long, le pin tap (taraud court) qui possède la même conicité que les filetages de la garniture et
un diamètre extérieur et intérieur généralement voisins de ceux du poisson. Il existe un pin
tap pour chaque type de filetage.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


57
Techniques de base

c) Les arrache-tubes (casing spears)

Ces outils très fiables sont surtout conçus pour résister à la traction. En forage, leur
utilisation principale est le repêchage de tubage après coupe (figure 2.11).
025JB9750

FIG. 2.11 Arrache tube

d) Les joints de sécurité


Ces outils sont très contestés pour différentes raisons :
• A quelques rares exceptions près, il existe des moyens plus simples d'assurer un point
de désolidarisation lors des raccordements avec le poisson, il s'agit de :
- l'overshot qui se relâche sans problème,
- du raccord gauche - droite,
- du filetage de raccordement bloqué à un couple inférieur à celui de la garniture de
raccordement.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


58
Techniques de base

• La plupart des joints de sécurité du type à filetage à grand pas se dévissent très mal ou
ne se dévissent pas quand le puits atteint une certaine profondeur. Il s'agit des modèles
comportant deux joints d'étanchéité isolant le corps inférieur du mandrin supérieur. Lors
du montage en surface, le volume compris entre les deux joints est à la pression
atmosphérique et reste à cette même pression lorsqu'il est dans le trou. Ce n'est pas le
cas des volumes extérieurs à ces joints qui sont soumis à la pression hydrostatique.
Cette différence de pression agit, sur les joints qui se déforment et coincent le mandrin
dans la partie femelle. Une astuce consiste à égaliser les pressions en enlevant un joint.
On peut également découper un passage dans l'un des deux joints.
• Certains joints de sécurité se dévissent trop facilement et l'on cite de nombreux
exemples de dévissages intempestifs par inertie en dévissant à la table par exemple.

2.3.3 Les raccordements difficiles

2.3.3.1 Tête de poisson abîmée

Après une rupture ou une coupe à l'explosif, un examen du morceau récupéré donnera une
bonne idée de l'état de la tête de poisson.

Si les dégâts se limitent à des bavures ou un évasement en cône de quelques millimètres, il


suffira de prévoir un control mill dans l'équipement de l'overshot. Si les dégâts sont plus
importants, il faut envisager plusieurs cas :
• Le poisson est sûrement libre :
Il suffit de repêcher au taraud ou à la cloche.
• Le poisson est probablement coincé :
Dans la plupart des cas, la solution la plus sûre consiste à fraiser la partie abîmée pour
repêcher ensuite à l'overshot avec une garniture de battage.
Si les dégâts sont très graves, tels que cassure hélicoïdale ou tête fendue et
complètement évasée, tiges coupées aux mâchoires cisaillantes, il faut impérativement
fraiser la partie abîmée en utilisant une fraise comportant une jupe ou une couronne
guide pour éviter de passer à côté du poisson et de faire un side track.

2.3.3.2 Tête de poisson excentrée

Si l'excentration est inférieure aux 2/3 du diamètre extérieur du poisson, les repêchages
intérieur et extérieur sont faciles à résoudre.

Il suffit de munir l'outil de repêchage d'un sabot guide classique type overshoe. Cette
solution convient parfaitement pour les raccordements extérieurs avec une cloche ou un
overshot. Elle permet également d'engager un filetage, un taraud ou un spear à l'intérieur mais
il s'agit d'un assemblage compliqué qui risque de condamner l'espace annulaire.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


59
Techniques de base

Pour les raccordements intérieurs, cette méthode est déconseillée. Elle peut être remplacée
par deux astuces simples :
• Si l'outil de raccordement est un filetage mâle, il suffit de souder un téton de centrage à
la base du filetage.
• A la base d'un taraud, on peut également souder un téton ou découper la partie
inférieure en mule shoe.

Dans les deux cas, le principe est le même. Lors du raccordement, il suffit d'engager le
téton ou la pointe du sabot à l'intérieur du poisson. Une légère rotation fera automatiquement
tomber le taraud ou le filetage dans la partie femelle.

Si l'excentration est plus importante, il est préférable de coiffer le poisson par l'extérieur en
utilisant :
• Une cloche guide surdimensionnée ou,
• Une tige tordue en baïonnette ou,
• Un crochet redresseur.

Si la tête est logée dans un trou de serrure, il faut éliminer systématiquement l'idée d'un
repêchage extérieur car les dimensions d'un key seat ne permettent pas le passage d'une
cloche ou d'un overshot. La seule solution consiste à raccorder avec un taraud ou un filetage
suivant l'état de la tête du poisson.

2.4 Détermination du point de coincement


Lorsque les essais de décoincement n'ont donné aucun résultat, il faut dévisser la partie
libre de la garniture. Mais pour cela, il faut déterminer la position du point de coincement.

La partie du train de sonde qui est libre, subit une déformation (allongement ou torsion)
lorsqu'elle est soumise à une tension ou à un couple. Il suffit de mesurer cette déformation ou
d'identifier la partie de la garniture soumise à cette déformation.

2.4.1 Mesures d'allongement (extensiométrie)

2.4.1.1 Formule de calcul

L'allongement d'une garniture coincée soumise à une traction est proportionnel à la


longueur libre de ce train.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


60
Techniques de base

Les formules suivantes permettent de déterminer cette longueur L :

26.75 . mDP . ∆l
L =
(T2 - T1 ) (2.1)

∆l : allongement différentiel correspondant à la variation de traction (T2 - T1)


exprimé en cm,
∆l = (l2 - l1)
l2 : allongement produit par la traction T2 exprimé en cm,
l1 : allongement produit par la traction T1 exprimé en cm,
mDP : masse linéaire des tiges (corps + tool joints) exprimée en kg/m,
L : longueur de tiges libres exprimée en m,
(T2 - T1) : variation de traction appliquée sur la garniture exprimée en kdaN.

2.4.1.2 Exemple de calcul

1er exemple : Cas d'une garniture constituée d'un seul grade de tiges
La garniture est composée de 2 500 m de tiges 5" - grade E - 19.5 lb/ft - classe Premium et
de 200 m de masses-tiges 6 1/2.
L'élongation produite par une variation de traction de 15 kdaN est de 40 cm.
La longueur L de tiges libres donnée par la formule 2.1 est :

26.75 × 31. 06 × 40
L =
15
L = 2 215 m

2e exemple : Garniture mixte


La garniture est composée de 2 500 m de tiges 5" - grade E - 19.5 lb/ft, de 1 000 m de tiges
3 1/2 - grade E - 13.30 lb/ft et de 180 m de masses-tiges 4 3/4. Toutes les tiges sont de classe
S.
La masse linéaire des tiges 5" est 31.06 kg/m et de 20.76 kg/m pour les 3 1/2.
Pour une variation de traction de 10 kdaN, on obtient une élongation de 40 cm.
L'élongation ∆l produite sur les tiges 5" avec une variation de traction de 10 kdaN est :

2 500 × 10
∆l =
26.75 × 31. 06
∆ l = 30 cm

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


61
Techniques de base

Le point de coincement se trouve donc dans les tiges 3 1/2.


L'élongation des tiges 3 1/2 est (40 - 30) = 10 cm.
La longueur L libre de tiges 3 1/2 est donc :

26.75 × 20.76 × 10
L =
10
L = 554 m

2.4.1.3 Réalisation pratique

Les mesures doivent toujours être faites en traction, le poids lu au Martin Decker devra
être supérieur à ce qu'il était lorsque le coincement s'est produit.

Il est recommandé de procéder de la façon suivante :


• Exercer sur la garniture une traction T1 supérieure au poids avant coincement. Faire une
marque sur la garniture.
• Exercer sur la garniture une traction supplémentaire de 5 à 10 kdaN et revenir à la
traction T1. Faire un autre repère sur la garniture (logiquement, on devrait revenir à la
même marque, la différence provient des frottements).
Prendre comme base de la mesure (l1) le point équidistant des deux marques
précédentes.
• Exercer une traction T2 sur la garniture et repérer la position.
• Exercer une traction supplémentaire (5 à 10 kdaN) puis revenir à la traction T2.
Prendre comme base de la mesure (l2) le point équidistant des deux marques.
• L'allongement ∆l de la garniture pour une différence de traction (T2 - T1) sera donné par
la différence (l2 - l1).
• La garniture doit être allongée très lentement.

La précision des mesures est affectée par les frottements, la déviation du puits et les tiges
tordues. Néanmoins, bien que peu précis (dans le meilleur cas, l'erreur est de 5 % à 10 % de
la longueur libre), les résultats obtenus par cette méthode simple et rapide présentent un
intérêt certain. En effet, la connaissance immédiate même approximative du point de
coincement est une information primordiale qui permet de mieux adapter les manœuvres de
décoincement. D'autre part, elle permet de s'organiser et de prévoir à temps le programme et
le matériel nécessaire pour l'intervention après dévissage.

Remarque : Il ne faut pas dépasser la traction maximum que l'on peut appliquer sur la
partie la plus faible de la garniture.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


62
Techniques de base

2.4.2 Indicateur de point de coincement (Stuck point Indicator Tool - S.I.T.)

2.4.2.1 Principe de la mesure

L'outil mesure l'allongement et la torsion des tiges de forage soumises à une traction et à
un couple appliqués en surface. Le point de coincement est localisé à l'endroit où, à la fois, la
traction et le couple ne sont plus transmis.

2.4.2.2 Description de l'outil

L'outil utilise une jauge de contrainte qui mesure les déformations axiales et angulaires des
tiges. Ces déformations sont transmises à la jauge grâce à deux dispositifs d'ancrage qui
adhèrent aux tiges à 1.33 m d'intervalle (figure 2.12). On utilise généralement deux centreurs
à six lames et un joint coulissant pour découpler mécaniquement la section de mesure de
l'action du câble. Dans les puits déviés ou dans les tiges à revêtement plastique, les centreurs
sont remplacés par des ancres hydrauliques commandées électriquement depuis la surface.

027JB9750

FIG. 2.12 Outil pour déterminer le point de coincement

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


63
Techniques de base

Le capteur s'étalonne en ajustant la lecture de l'appareil de surface à zéro quand le capteur


est au repos et à 100 divisions lorsqu'il est complètement ouvert. Le capteur est extrêmement
sensible : 100 divisions correspondent seulement à 0.032 pouces (0.80 mm) de déplacement
axial ou 1.6° de déplacement angulaire entre les deux dispositifs d'ancrage.

La correspondance entre la traction et le couple de torsion appliqués en surface et les


lectures de la jauge en divisions dans le cas d'une transmission parfaite des contraintes est
donnée selon les caractéristiques des tiges et des masses-tiges par des abaques.

2.4.2.3 L'opération

Une bonne coordination est nécessaire entre l'équipe qui fait les mesures et les foreurs car
l'installation des poulies est inhabituelle (figure 2.13).

Poulie
supérieure

Poulie inférieure
dégagée du plancher
Bushings
verrouillés
Indicateur de
tension Directement
dans les tiges
accrochées à
l'élévateur

001JB9750FR Avec tête


d'injection

FIG. 2.13 Assemblage pour l’extensiométrie et le back off

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


64
Techniques de base

A chaque point de mesure, les mesures d'allongement et de torsion sont effectuées l'une
après l'autre à partir des conditions de départ suivantes :
• couple nul,
• traction appliquée correspondant au poids des tiges dans la boue depuis la surface
jusqu'au point de mesure.

2.4.2.4 Résultats

Les déformations mesurées à partir de tractions et torsions sont présentées en pourcentage


des lectures correspondant aux tiges non coincées ; le back-off sera tenté au point où la
transmission de la traction et du couple est supérieure à 80 %.

Trois cas peuvent se présenter :


• Puits vertical et coincement mécanique très localisé (par exemple au niveau d'un
stabilisateur) : les deux mesures s'annulent au même point avec une rapide décroissance
de la transmission (figure 2.14).
• Collage par pression différentielle ou coincement sur une importante longueur : la
diminution progressive de la transmission de l'allongement axial et du couple est
caractéristique de ces types de coincement (figure 2.15).
• Puits déviés et dog legs : le couple se transmet mieux que la traction et dépend de la
traction appliquée aux tiges ; le point de dévissage sera choisi en fonction des mesures
de la torsion, uniquement une fois que la traction optimum sera appliquée (figure 2.16).

Remarque : Ces mesures donnent d'excellents résultats dans les tiges et les tiges lourdes. Il
n'en va pas de même dans les masses-tiges où les résultats sont souvent
douteux.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


65
Techniques de base

PULL AND TORQUE TRANSMISSION


% OF FREE PIPE READING
LISTING 0 100
PULL TRANSMITTED
TORQUE TRANSMITTED
TRANSMISSION
BACKOFF CHANCES
DEPTH PULL TORQUE DEPTH
PULL DEP. Turns DEP. VERY POOR POOR GOOD
2404 20T 42 6.0 36
2457 " " " " 2400
2503 " " " "
2554 " " " "
2560 " 42 " 34
2568 " 39 " 32
2578 " 2 " 3
2588.2 " 1 " 2

2500

free point

2600

FREE PIPE REACING


2404 20T 42 3 36

002JB9750

Pull

Torque
FIG. 2.14 Coincement très localisé

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


66
Techniques de base

PULL AND TORQUE TRANSMISSION


% OF FREE PIPE READING
LISTING 0 Pull transmitted 100
Torque transmitted
TRANSMISSION
BACKOFF CHANCES
DEPTH PULL TORQUE DEPTH
PULL DEFL TURNS DEFL
Very poor Poor Good
1461 12 T 80 2.5 30
1472 " 75 " 80
1461
1478 " 74 " 80
1487 " 70 " 80
" " 1472
1495 66 80
1510 " 63 " 76 1478
1524 " 57 " 70
1561 " 24 " 54 1487
1588 " 18 " 35 1495

1510

1524
1528 free point

1561

1586

Free pipe reading


1461 12 T 30 2.5 30

003JB9750
Pull

Torque

FIG. 2.15 Collage par pression différentielle

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


67
Techniques de base

PULL AND TORQUE TRANSMISSION


% OF FREE PIPE READING
LISTING 0 Pull transmitted 100
Torque transmitted
TRANSMISSION
BACKOFF CHANCES
DEPTH PULL TORQUE DEPTH
PULL DEFL TURNS DEFL
Very poor Poor Good
1692 12 T 72 3 72
1702 " 52 " 68
1692
1713 " 48 " 67
1721 " 46 " 65
1734 " 16 " 53
1743 " 14 " 50
1753 " 0 " 0 1700

1710

1720

1730

1740
Attempt back off here

Free pipe reading


1680 12 T 78 3 75
004JB9750

Pull

Torque

FIG. 2.16 Coincement dans un puits dévié

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


68
Techniques de base

2.5 Dévissage à l'explosif (Back off)

2.5.1 Principe

L'ensemble de la garniture étant soumis à un couple à gauche, le dévissage du joint choisi


est favorisé par les vibrations provoquées par une explosion déclenchée au niveau de ce joint.
L'explosif est descendu au bout d'un câble conducteur qui permet ensuite de déclencher
électriquement la mise à feu à partir de la surface. Le back-off est réalisé grâce à un
assemblage appelé string shot.

Le back off est une opération délicate et dangereuse et les chances de succès sont souvent
relativement faibles.

2.5.2 Description du string shot

Il se compose de bas en haut :


• d'une barre métallique d'un mètre environ servant de support au détonateur et aux
cordons d'explosif,
• d'une barre de charge qui facilite la descente,
• d'un casing collar locator (CCL) qui permet de positionner exactement la charge au
droit du joint à dévisser.

2.5.3 Procédures

Le back off doit être réalisé le plus rapidement possible après les mesures
d'extensiométrie. Il est actuellement possible de faire les deux en une seule descente.

2.5.3.1 Choix du joint à dévisser


• En général, 1 à 2 joints au-dessus du point de coincement.
• Surtout lorsqu'il s'agit de masses-tiges, on choisira de préférence un joint de "longueur"
qui est dévissé à chaque manoeuvre.

2.5.3.2 Application du couple sur la garniture

Si l'appareil est équipé d'une tête d'injection motorisée


• Le couple à droite pour rebloquer la garniture et le couple à gauche pour le dévissage
seront appliqués par la tête d'injection motorisée.
• Il est recommandé d'éliminer les tiges en excès pour avoir la tête d'injection le plus près
possible du plancher, faciliter le démontage du col de cygne et l'introduction du string
shot.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


69
Techniques de base

Si l'appareil n'est pas équipé d'une tête d'injection motorisée


• Il est recommandé de faire l'opération avec la tige d'entraînement.
• Si la kelly n'est pas en place pour faire le back-off, il y a deux possibilités :
- Il faut dévisser mécaniquement sous la table, éliminer le tubulaire en excès et
reconnecter l'ensemble avec la kelly.
- S'il n'est pas possible d'éliminer le tubulaire en excès, le back-off sera effectué avec la
garniture pendue à l'élévateur. Le couple sera mis avec la table de rotation et
maintenu par les clés de forage ou par la table, la garniture étant posée sur cales.

2.5.3.3 Tension à appliquer pour le dévissage

La détermination de la tension à appliquer en surface est délicate ; elle résulte de la


répartition des contraintes axiales au sein de la garniture. La tension T exprimée en kdaN à
appliquer en tête de la garniture en tenant compte de la pression hydrostatique s'exerçant sur
la section d'étanchéité du joint à dévisser est donnée par la formule suivante :

Ph . S
T = P + (2.2)
1 000
T : traction à appliquer sur la garniture exprimée en kdaN,
P : poids dans la boue de la garniture libre exprimé en kdaN,
Ph : pression hydrostatique régnant au droit du joint à débloquer exprimée en bar,
S : section d'étanchéité au droit du joint à débloquer en exprimée en cm2.

La valeur de S est donnée dans le formulaire du foreur.

Dans la pratique, la valeur donnée par cette formule n'est pas souvent prise en compte.
Certains prennent une traction égale au poids dans l'air de la partie libre de la garniture,
d'autres prennent le poids dans la boue augmenté de la valeur des frottements, d'autres encore
prennent le poids dans la boue majoré de quelques kdaN (2 à 3 kdaN) ou de 10 %.

Cependant, il ne faut pas appliquer une traction trop importante au niveau du joint à
dévisser car la réussite du back off peut être compromise pour les raisons suivantes :
• la tension appliquée s'ajoute à celle due à l'explosion qui est déjà considérable,
• le dévissage en tension provoque souvent le grippage des filets. On constate parfois une
véritable soudure des filets et il devient impossible de terminer le dévissage.

Dans les puits présentant des frottements élevés, il peut être nécessaire de mettre le joint
en compression pour réaliser le back-off.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


70
Techniques de base

2.5.3.4 Reblocage de la garniture

Avant le back off, il faut systématiquement rebloquer à droite l'ensemble de la


garniture de façon homogène. Le couple maximum que l'on peut appliquer à droite est le
couple de serrage de la connexion la plus faible de la partie libre de la garniture.

Le formulaire du foreur (section K) indique le nombre de tours à appliquer en fonction des


caractéristiques du tubulaire, de la traction et de la longueur libre de garniture. Le nombre de
tours est indiqué pour des tiges de classe I (tiges neuves). Pour les tiges de classe Premium, il
faut prendre 80 % de cette valeur.

Il est recommandé de vérifier physiquement avec l'indicateur de couple de la table de


rotation ou avec le tensiomètre des clés que le nombre de tours appliqué ne produit pas un
couple supérieur à la valeur maximale que peut supporter la garniture.

Avant de rebloquer la garniture, il est important de connaître précisément la longueur


libre. De nombreuses garnitures ont été survissées et parfois même cassées à cause d'un
couple trop important.

Pour rebloquer correctement au couple la partie libre, il est recommandé :


• De mettre la moitié des tours à droite en maintenant sur la garniture la traction prévue
pour le back-off. Puis de faire varier plusieurs fois cette traction de plus ou moins 10
kdaN pour déplacer la position du point neutre.
• Ensuite de répéter l'opération précédente en appliquant la totalité des tours à droite.
Le couple sera correctement transmis si le nombre de tours récupérés lorsque l'on
relâche la torsion est égal au nombre de tours mis à droite. Si les deux valeurs sont
différentes, il faut recommencer jusqu'à l'obtention d'une transmission correcte.
• Lorsque les frottements dans le puits sont importants, il ne faut pas hésiter à mettre la
garniture en compression (en général, le couple se transmet mieux en compression qu'en
traction dans les puits déviés).

Le reblocage de la garniture doit être effectué avant la descente du string shot.

2.5.3.5 Application de la torsion à gauche et tir

Pour dévisser au niveau des masses-tiges, le couple appliqué à gauche sera en général de
l'ordre de 70 % du couple de reblocage. Pour les tiges, il sera de 50 %.

Il est important de transmettre correctement ce couple au point de dévissage, c'est un


facteur primordial qui limite les risques de dévissage intempestifs en d'autres points de la
garniture. D'autre part, un couple bien transmis permet de dévisser avec une torsion plus
faible en surface.

Il faut faire attention aux tool joints qui ont été survissés, ils tiennent très mal le couple à
gauche. Si c'est le cas, ou si le couple est très difficile à transmettre (frottements), le back-off
peut être remplacé par une coupe à l'explosif.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


71
Techniques de base

Après reblocage de la garniture à droite, il est recommandé de procéder de la façon


suivante :
• La charge d'explosif est descendue 200 à 300 m dans la garniture,
• En appliquant la tension prévue pour le tir, mettre la torsion à gauche et la maintenir
quelques minutes (2 à 3 min) pour s'assurer qu'il n'y a pas de dévissage de la garniture,
• Relacher la torsion en comptant les tours rendus (le nombre doit être égal au nombre de
tours mis à gauche) et descendre la charge à la profondeur prévue pour le tir,
• Remettre la tension et la torsion et tirer en maintenant ces deux valeurs.

Si la transmission du couple pose quelques problèmes, il est conseillé de procéder de la


façon suivante :
• En appliquant la tension de back-off, mettre la moitié des tours à gauche,
• Travailler la garniture en traction sans jamais descendre en dessous de la tension prévue
pour le back-off,
• Ajouter progressivement les tours au fur et à mesure de la diminution du couple en
surface.

Pour le tir, il faut éviter de verrouiller la table dans les deux sens. On risque par effet
d'inertie des dévissages complets ou partiels au-dessus du point de back-off. Il faut utiliser de
préférence le verrouillage à droite ou maintenir le couple avec une clé (figure 2.17).

028JB9750

FIG. 2.17 Application et maintien du couple avant le back-off

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


72
Techniques de base

2.5.3.6 Charge d'explosif à utiliser

L'explosif généralement utilisé est le primacord sous forme de cordeaux détonants. Le


déblocage dépend du nombre de cordeaux utilisés ; il faut donc absolument aller à la limite,
sans pour cela la dépasser, sinon, il y a risque d'endommager le poisson.

Le tableau ci-dessous donne les recommandations de Schlumberger suivant la profondeur


et le diamètre extérieur du joint à dévisser.

Profondeur
(RKB) de 0 de 1 000 de 2 000 de 3 000 au delà de
Pipe à 1 000 m à 2 000 m à 3 000 m à 4 000 m 4 000 m
(inch)
2 3/8 1 1 1 2 2
Tubing 2 7/8 1 1 2 2 3
4 à 4 1/2 2 2 2 3 3
3 1/2 à 4 2 3 3–4 4–6 5–8
Tiges 4 1/2 à 6 9/10 2 3–4 4–6 5–9 6 – 12
6 5/8 3 4–5 5–7 6 – 10 7 – 14
4 1/8 à 5 1/2 2–4 3–6 4–8 4 – 10 5 – 12
Drill collar 5 3/4 à 7 3–6 4–8 5 – 10 6 – 12 7 – 15
7 1/4 à 8 1/2 4–6 5–9 6 – 12 7 – 15 8 – 18
6à7 3 3 3 4 4
7 5/8 4 4 4 4 5
Casing 8 5/8 5 5 5 5 5
9 5/8 5 5 6 6 6
10 3/4 6 6 6 7 7
Nombre de brins Primacord RDX 80 g/ft à utiliser en fonction de la profondeur et de la dimension des tubes
Le tableau suppose un puits plein de boue densité 1.20.
Lorsque deux valeurs sont indiquées, la plus grande indique la charge explosive maximum susceptible de ne pas
endommager le tubage dans de la boue lourde.
Ces charges élevées peuvent endommager la sonde CCL, la tête de câble et les barres de charge.

TAB. 2.2 Quantité d'explosif à utiliser suivant la profondeur et l'équipement à dévisser

2.5.4.7 Manœuvres après le tir

Suivant la profondeur et les frottements, le dévissage se manifeste en surface par un choc


plus ou moins fort. Il est très rare qu'un dévissage, même par grande profondeur, ne se signale
pas en surface. A moins d'un signe évident de dévissage, il est conseillé de maintenir le
couple quelques minutes.
• Aussitôt après le tir, le string shot est remonté et sorti de la garniture (attention au
passage du string shot dans la tête d'injection).
• Relâcher la table qui doit être libre si le joint est débloqué ; si nécessaire, parfaire le
dévissage et remonter sans faire tourner le train de sonde.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


73
Techniques de base

• Pendant la remontée, rebloquer les joints éventuellement dévissés.


• En surface, éliminer les éléments dont le filetage a été exposé à l'explosion.
• En redescendant la garniture, vérifier le couple de serrage de chaque joint et rebloquer
si nécessaire.

2.5.4 Back-off en trou devié

Ils sont parfaitement possibles à condition de respecter quelques règles :


• Manœuvrer beaucoup plus longuement pour transmettre le couple et la tension.
• Lors de la détermination du point de coincement, repérer la meilleure façon de
transmettre le couple ; en principe le couple se transmet beaucoup mieux en
compression.
• Ne pas hésiter à mettre le joint à dévisser en compression même importante (20 à 30
kdaN) pour rebloquer à droite et au moment du tir.

2.5.5 Sécurité

La réalisation d'un back-off impose des manœuvres dangereuses dues à la manipulation


d'explosif, de la garniture en torsion et à l'utilisation d'équipements dans des conditions
inhabituelles (nécessité d'utiliser les cales pour mettre la torsion, nécessité de poser la tige
carrée sur cales, etc.).

Cette opération très dangereuse demande une excellente communication entre l'équipe de
forage et celle de logging. Elle sera grandement facilitée avec une tête d'injection motorisée.

2.5.5.1 Manipulation de l'explosif

En principe, le sondeur n'intervient pas, sauf éventuellement pour introduire la charge au


niveau de la tête d'injection. Dès que le détonateur est raccordé au conducteur, des consignes
précises sont données par l’ingénieur responsable du back-off. Les principales sont les
suivantes :
• S'assurer que le derrick et la tête de puits sont reliés entre eux et mis à la terre.
• Arrêt des moteurs, des émetteurs divers et coupure de l'alimentation électrique du
chantier tant que la charge est proche de la surface, aussi bien à la descente qu'à la
remontée (cas relativement fréquent de charge n'ayant pas explosé).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


74
Techniques de base

2.5.5.2 Manœuvres sous couple

Il est recommandé de faire les manœuvres impliquant un dégagement ou une pose sous
couple avec la tige carrée engagée si l'appareil n'est pas équipé d'une tête d'injection
motorisée.

Dans le cas d'utilisation d'une tête motorisée, les simples inutiles seront éliminés et le
blocage du raccord d'usure sera vérifié. Verrouiller fourrures et le carré d'entraînement dans
la table de rotation et s'assurer que les rouleaux du carré sont libres et bien lubrifiés.

2.5.5.3 Pose de la tige d'entraînement sur cales

Pratiquement sans danger avec une tige hexagonale, cette méthode reste efficace même
avec une tige carrée à condition de respecter les consignes suivantes :
• Avec une tige hexagonale, ne pas poser plus de 40 kdaN sur cales.
• Avec une tige carrée, ne pas poser plus de 20 kdaN sur cales.
• Prévoir de mettre un collier Baash Ross au-dessus des cales.

2.5.5.4 Matériel

Tout doit être mis en œuvre pour limiter les risques. A cette fin, quelques consignes
générales doivent être appliquées, dans tous les cas :
• Attacher les poignées des cales entre elles avec une corde.
• N'utiliser que du matériel en parfait état (clés de forage : peignes neufs, axes et
mâchoires contrôlés, ainsi que les câbles de retenue et de fixation).

2.5.5.5 Personnel
• Avoir le minimum de personnel sur le plancher, se tenir le plus loin possible des clés
sous tension, manœuvrer celles-ci à distance avec des cordes.
• Pour sortir les cales, utiliser le treuil à air.
• Veiller à ce que l'ordre de tir provenant du plancher ne prête pas à confusion, ce qui
arrive parfois (tir avant que la garniture soit sous couple).

2.6 Dévissage mécanique


Lorsqu'il n'est pas possible de réaliser un back-off (garniture bouchée, etc.), la garniture
peut être dévissée mécaniquement. Il existe plusieurs façons de dévisser, ce sont :
• Dévissage mécanique simple,
• Dévissage mécanique avec une garniture à gauche,
• Dévissage mécanique avec inverseur de rotation.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


75
Techniques de base

2.6.1 Dévissage mécanique simple

Il s'agit de dévisser en soumettant la garniture coincée à un couple à gauche. Cette


opération est très délicate car, sans l'aide d'explosif, le point de dévissage est incertain.
D'autre part, elle nécessite l'application d'un couple à gauche important, il doit être supérieur
au couple de blocage à droite contrairement au back off. Cela se traduit fréquemment par des
dévissages intempestifs et simultanés à différents points du train de sonde. Au mieux, on peut
espérer dévisser dans une zone voisine du joint choisi.

Malgré ces inconvénients, cette technique est parfois utilisée pour enlever ou mettre la tige
carrée, pour avoir un tool joint accessible à la table ou pour éliminer des tiges bouchées.

Dans les deux premiers cas, l'opération est simple. Il suffit de dévisser un point
quelconque situé dans le tubage et de revisser avec la nouvelle garniture. Si le dévissage se
fait sur cales, 25 à 35 kdaN de tension suffiront généralement à prévenir un ripage des slips
lors de l'application du couple.

Il n'en est pas de même dans le troisième cas qui est d'autant plus délicat que les tiges à
éliminer se trouvent à grande profondeur. C'est une opération très risquée et délicate qui
réclame un maximum de précautions et de technicité.

Nous conseillons de procéder comme suit :


• Dévisser par back off le premier joint au-dessus de la tige bouchée et remonter.
• Ne pas graisser le filetage de raccordement et descendre, en bloquant au couple
maximum les longueurs et les joints intermédiaires, une garniture composée :
- d'un raccord droite - gauche,
- d'un raccord gauche - droite (bloqué au couple maximum),
- du train de tige.
• Raccorder la tête d'injection motorisée ou la tige carrée et bloquer à un couple
légèrement inférieur (5 à 10 %) au couple de blocage du train de raccordement.
• Manœuvrer longuement sans couple d'abord et passer progressivement les tours à
gauche tout en continuant à manœuvrer la garniture. Eviter cependant de trop poser lors
du passage des derniers tours en appliquant la règle suivante :
Au-delà de 50 % du couple de dévissage, la pose maximum devra être inversement
proportionnelle au couple transmis.
Soit, par exemple, pour une tension de 100 kdaN et un couple de 20 tours à gauche,
à 10 tours à gauche, appliquer une traction de 50 à 120 kdaN,
à 15 tours à gauche, appliquer une traction de 75 à 120 kdaN,
à 20 tours à gauche, appliquer une traction de 100 à 120 kdaN,
Remarque : Ne pas insister au-delà de 1 ou 2 dévissages intempestifs. En fait, le dévissage
mécanique n'a aucune chance de succès sur un poisson dont les joints sont
bloqués au maximum. Ce qui est le cas de la plupart des poissons qui sont
généralement soumis à un couple très élevé lors des manoeuvres de
décoincement.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


76
Techniques de base

2.6.2 Dévissage avec une garniture à gauche

C'est de loin la meilleure technique, parfois la seule efficace, mais les trains à gauche sont
peu répandus.

Pour être parfaitement exploité, le train de tiges à gauche doit être complété par une tige
d'entraînement à gauche* ainsi que de quelques outils d'instrumentation à gauche.

Il est recommandé d'avoir :


• un taraud de repêchage (pin tap) à gauche avec un diamètre intérieur maximum (pour
permettre le passage du string shot),
• une cloche et un taraud à gauche,
• un overshot Bowen FS à gauche,
• un joint de sécurité à gauche,
• une coulisse à gauche.

Les outils les plus importants sont l'overshot, la coulisse, le joint de sécurité et le pin tap,
le taraud et la cloche n'étant utilisés que pour raccorder des têtes incoiffables abîmées et / ou
bouchées.

Attention aux réflexes conditionnés par les trains de tiges à droite.

2.6.3 Dévissage avec l'outil inverseur de rotation (reversing tool)

Cet équipement permet de transformer une rotation à droite en rotation à gauche. Prolongé
par un train de tiges à gauche et un taraud à gauche, il permet de récupérer un poisson par
dévissages successifs.

2.7 Coupes

2.7.1 Coupes extérieures

En présence de tiges bouchées le dévissage mécanique peut être avantageusement


remplacé par une coupe extérieure.

* A défaut de tige d'entraînement à gauche on peut utiliser une tige d'entraînement à droite à l'envers et
raccorder le filetage gauche du swivel par l'intermédiaire d'un raccord gauche droite. Veiller à bien
bloquer le filetage gauche.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


77
Techniques de base

Le coupe tube extérieur est conçu pour s'ancrer sous un tool joint et comporte un système
qui permet de récupérer la partie coupée. Cet outil est d'un fonctionnement sûr dans la mesure
où les conditions du puits permettent la descente d'une colonne de surforage.

Le coupe tube autorise un surforage léger et permet dans certains cas de nettoyer une
partie du poisson avant de le couper et de le récupérer.

2.7.2 Coupes intérieures avec outils mécaniques

Ces outils permettent de couper un tubage ou un tubing par l'intérieur, mais ils ne sont plus
guère employés car leur mise en œuvre est délicate. Ils sont descendus au bout des tiges à la
cote désirée où on les ancre avec un système de coins. Ensuite, les couteaux sont sortis
mécaniquement en posant.

2.7.3 Coupes intérieures avec outils hydrauliques

Fiables et robustes, ces outils qui ne comportent pas de système d'ancrage sont surtout
utilisés pour les coupes de tubage (figure 2.18). Leurs utilisations les plus courantes sont les
suivantes :
• Récupération du cuvelage avant l'abandon du puits,
• Coupe simultanée de plusieurs tubes cimentés ou non pour dégager le fond de la mer,
• Coupe d'un tube pour remplacer un élément abîmé (casing patch).

026JB9750

FIG. 2.18 Coupe tube hydraulique

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


78
Techniques de base

2.7.3.1 Coupe simple avant abandon

Il s'agit de récupérer la partie non cimentée d'un cuvelage pour une utilisation ultérieure ou
pour laisser le fond de la mer sans obstacle.

a) Technique
• Désancrer le cuvelage et le manœuvrer longuement jusqu'à la tension maximum admise.
• Au cours de ces manœuvres destinées à dégeler le fluide de l'espace annulaire, faire
quelques mesures simples d'élongation (cf. paragraphe 2.4.1) pour déterminer la partie
libre à couper.
• Mettre le cuvelage à la tension maximum autorisée et le reposer sur le casing hanger.
• Assembler le coupe tube et le descendre jusqu'à une centaine de mètres du point gelé.
Le positionner au milieu d'un tube afin de limiter les risques de couper au niveau d'un
joint.
• Mettre la rotation à environ 60 tours / minute et pomper progressivement jusqu'au débit
requis. Éviter par la suite de modifier le débit.
La durée de la coupe varie de 5 min à 2 h 00 suivant la qualité du tube et l'agressivité
des couteaux.
Les signes de fin de coupe sont :
- Après quelques à-coups, le couple disparaît complètement,
- Saut de la colonne qui libère sa tension,
- Communication avec l'espace annulaire (pression, niveaux),
- Lorsque la colonne à couper est en compression, les couteaux se coincent.

b) Recommandations
• Prévoir quelques longueurs de masses-tiges au-dessus du coupe tube.
• Stabiliser le sabot du coupe tube à un diamètre aussi proche que possible du tube à
couper.
• Intercaler un stabilisateur à chemise non rotative au-dessus du coupe tube.
• Éviter de modifier le débit pendant la coupe. Ceci est très important pour les opérations
à grande profondeur où un changement de pression modifie la longueur du train de
coupe. Ce phénomène est à l'origine de nombreux échecs : il fait perdre le bénéfice de
l'amorce déjà faite et endommage les couteaux.

2.7.3.2 Coupe simultanée de plusieurs tubages avant abandon

Cette technique est très utilisée pour nettoyer le fond de la mer lors de l'abandon d'un
puits.

Lorsque les tubes sont cimentés les uns dans les autres, pour les récupérer il faut couper
tous les tubes à la fois. Cette opération, déjà difficile lorsque les tubes sont bien centrés, peut

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


79
Techniques de base

devenir impossible si les tubes reposent tous sur la même génératrice et la seule solution reste
la coupe par plongeurs.

Pour éviter cette solution de dernier recours, il faut agir à titre préventif et prendre les
mesures suivantes :
• Ne pas cimenter la partie des colonnes susceptible d'être coupée en cas d'abandon. Il
suffira alors de couper les tubes un par un et de les récupérer au fur et à mesure. Dans ce
cas, il s'agit de coupes simples qui ne présentent aucune difficulté.
• Dans l'éventualité d'une cimentation accidentelle ou programmée, il est indispensable de
centrer parfaitement les tubes susceptibles d'être coupés.

Technique opérationnelle :

a) Tubages non cimentés


• Couper les tubes un par un et les repêcher avant de procéder à la coupe suivante.
• Pour les coupes de tubage supérieur à 13 3/8, il est recommandé de centrer le coupe tube
avec un stabilisateur à chemise non rotative.
• Choisir la dimension de couteaux la plus courte possible compatible avec le diamètre du
tube à couper.

b) Tubages cimentés et centrés

Il s'agit d'une opération difficile qui implique la présence d'un technicien confirmé.

La technique consiste surtout à prendre un maximum de précautions pour limiter le couple


important qui accompagne ce type d'intervention, pour cela :
• Centrer systématiquement le coupe tube.
• Choisir pour chaque coupe les couteaux correspondants aussi précisément que possible
(longueur) au tubage à couper.
• Laisser chaque jeu de couteaux s'ouvrir complètement afin de préparer le passage du jeu
suivant.

Pratiquement :

Au fur et à mesure que les couteaux pénètrent dans le tubage et le ciment, une tension
pouvant atteindre 10 à 15 kdaN se manifeste progressivement. Il suffit de maintenir cette
tension à 10 kdaN environ et de laisser les couteaux travailler tant que cette augmentation de
tension se manifeste.
• A l'exception du 1er jeu de couteaux qui peut être agressif, les jeux suivants devront
comporter une attaque plus robuste qui résistera mieux lorsque les couteaux referont le
passage dans la partie déjà fraisée.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


80
Techniques de base

• Bien tenir compte de la longueur des couteaux pour positionner leur extrémité à
quelques centimètres au-dessus de l'amorce de coupe précédente.

TRÈS IMPORTANT : Ne jamais appuyer pour aider les couteaux à entrer dans le
passage fraisé par le jeu précédent. Les coupe-tubes multiples ne doivent jamais travailler en
compression sous peine de coincer ou de casser les couteaux.

c) Tubages cimentés et excentrés

Dans certains cas, cette opération est irréalisable car l'excentration est telle que les
couteaux les plus longs complètement ouverts n'atteignent pas la partie la plus excentrée du
dernier tube à couper.

Deux astuces permettent de pallier cette difficulté :


• Pour la 1ère coupe, utiliser un "section mill" et fraiser une longueur suffisante pour que
le coupe tube puisse se centrer lors de la coupe suivante qui devra se faire sans
stabilisation.
• Visser sur le coupe tube un raccord comportant une stabilisation excentrée (plaque
d'acier soudée) de telle façon que l'excentration maximum soit localisée à 180° d'un des
trois couteaux.

2.7.3.3 Coupe pour remplacement d'un tube abîmé

La technique de coupe reste identique à la précédente. De plus, la cote de la coupe doit


être localisée précisément.

Pour localiser exactement le point de coupe, le meilleur moyen est le CCL (casing collar
locator). Si cet équipement n'est pas disponible sur le chantier, on peut procéder de la façon
suivante :
• Avant de commencer la coupe, descendre régulièrement sans circulation sur une
distance supérieure à la longueur du tube à couper et noter les frottements.
• Recommencer la même opération avec un débit suffisant pour faire sortir les couteaux :
en principe le coupe-tube descend librement dans le corps du tube et les couteaux se
posent lorsqu'ils arrivent au droit du joint. Il suffit d'identifier deux poses et de s'assurer
qu'elles correspondent à la longueur du tube.
Cette indication est nette avec les joints API.

Préparation de la tête du poisson avant son raccordement :

Les coupes présentent un chanfrein intérieur et une arête irrégulière avec de nombreux
arrachements de métal. Cette tête, difficilement coiffable (chanfrein inversé), risque
également de déchirer les packings de l'outil de raccordement (casing bowl).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


81
Techniques de base

Il faut donc rectifier cette tête avec une fraise concave qui polit la tête du tube tout en
fraisant un chanfrein extérieur. Quand l'espace annulaire terrain / tubage le permet, on peut
piloter la fraise avec une jupe guide. Pour assurer cette opération, il suffit de fraiser une
dizaine de centimètres avec une fraise concave.

2.7.4 Les coupes à l'explosif

2.7.4.1 Principe

Une charge creuse équipée d'un détonateur est descendue au câble électrique. La côte de
coupe est localisée au CCL et la mise à feu est commandée de la surface.

2.7.4.2 Résultats

Selon la nature du matériel à couper, l'efficacité de la coupe est très variable :


• Les résultats sont excellents pour les tiges et les tubings,
• Les résultats sont bons pour les tiges lourdes et les tubages,
• A part quelques très rares cas, la coupe est réussie au premier tir pour les masses-tiges
de diamètre extérieur inférieur à 6 1/2,
• 2 tirs sont systématiquement prévus pour les masses-tiges de diamètre supérieur à 6 1/2
et les succès sont très faibles.

2.7.4.3 Avantages

Cette technique élimine les manœuvres sous couple et tous les risques qu'elles
comportent :
• pour le personnel opérant sur le plancher,
• pour la garniture (dévissages intempestifs).

C'est une méthode rapide et sûre à l'exception des coupes de masses-tiges.

2.7.4.4 Inconvénients

Lors de l'explosion, le tube coupé s'ouvre légèrement en cône et laisse quelques bavures.
Si l'on envisage un raccordement à l'overshot, une rectification s'avère nécessaire mais il
s'agit d'un fraisage très limité. Pour les tubings et les tiges, il suffira en général d'équiper
l'overshot d'un "Mill control". Pour les tiges lourdes et les tubages, les dégâts sont un peu plus
conséquents et il faudra prévoir une manœuvre supplémentaire pour rectifier la tête du
poisson avec une fraise.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


82
Techniques de base

Les débris laissés par l'explosion sont relativement importants et condamnent la plupart du
temps le passage intérieur.

2.7.4.5 Applications

La coupe remplace avantageusement le back-off lorsque les manœuvres sous couple sont
déconseillées ou impossibles :
• Appareil léger (work over) ne disposant pas de table de rotation ou dont les installations
sont trop faibles.
• Garniture présentant des connexions affaiblies après un survissage par exemple et ne
supportant plus un minimum de couple à gauche.
• Puits à frottements très élevés où la transmission du couple est très difficile.

Puisque la plupart du temps le passage intérieur est condamné, il est recommandé de


couper à l'explosif lorsqu'il s'agit de récupérer une garniture avant d'abandonner le puits. Par
contre, si l'instrumentation doit être poursuivie, il est préférable de recourir au back-off.

2.8 Surforage

2.8.1 Généralités

Le surforage consiste à nettoyer l'espace annulaire poisson-trou en utilisant une couronne à


front de coupe agressif vissée sur une colonne dont les dimensions (diamètre intérieur,
diamètre extérieur, longueur) permettent d'engager le poisson sans créer de surpression trop
élevée lors de la circulation. Cette technique sera utilisée pour libérer une garniture coincée
après avoir dévissé au-dessus du point de coincement.

C'est une opération délicate qui doit être sérieusement analysée avant d'être entreprise. Sa
mise en œuvre impose une supervision qualifiée (présence nécessaire d'une personne habituée
à faire du surforage) et une surveillance constante. Il y a des risques de coincer, de déboîter
ou d'abîmer la colonne et de découper ou d'endommager le poisson ou le tubage.

Cette technique a un intérêt limité. Si le coincement est dû à un collage par pression


différentielle (cause principale de coincement), il y a un risque important de coincer la
garniture de surforage et d'allonger le poisson. Le coût d'une telle opération peut être très
élevé à cause d'une mise en œuvre longue (délai d'approvisionnement de tube de surforage,
disponibilité d'un superviseur, nombre élevé de manœuvres, etc.) et le résultat est très
aléatoire.

Néanmoins, si cette technique est utilisée, les principaux points à respecter sont décrits
dans ce paragraphe.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


83
Techniques de base

2.8.1.1 Risques de coincement

S'il y a tendance au collage, nous avons mentionné que cette technique est fortement
déconseillée. Néanmoins, si l'on décide de l'appliquer, pour limiter les risques, il faut :
• Utiliser seulement des tubes à upset ou tool joint ;
• Incorporer systématiquement une coulisse, un bumper sub et un joint de sécurité,
• Dégager fréquemment et contrôler la partie surforée,
• Manœuvrer doucement pour éviter le pistonnage et les surpressions pouvant entraîner
une venue ou des pertes,
• Limiter au maximum les immobilisations de la colonne, particulièrement pendant les
ajouts et les manœuvres (rotation sur cales).

2.8.1.2 Risques d'endommager le poisson et le tubage

Pour éviter d'endommager le poisson et le tubage :


• Il est recommandé de n'utiliser que des couronnes à rechargement intérieur lisse,
• Dans un tubage, le rechargement extérieur des couronnes devra toujours être
parfaitement lisse. Pour les cas difficiles tels qu'un surforage long impliquant un
fraisage important du poisson, les couronnes et, éventuellement, le premier tube devront
être stabilisés.
• Conduire le surforage comme suit :
- Rotation lente : 40 à 60 RPM,
- Travailler en se basant sur le couple,
- Essayer de passer en force dès qu'il n'y a plus d'avancement ou qu'il est trop faible,
- En cours de surforage, un battage léger est souvent efficace :
. pour réaffûter la couronne qui s'use,
. pour briser ou fixer un élément de ferraille qui tourne,
. pour passer en force sur un début d'entaille fait par la couronne dans le poisson.
En fait, il s'agit surtout d'éviter de travailler avec des paramètres utilisés pour couper
(vitesse de rotation élevée avec poids et couple constants). Pour un opérateur averti, les
réactions de surface indiquent clairement l'évolution du surforage, ainsi :
• Les signes indiquant un surforage sans problème sont :
- Un avancement libre ou irrégulier,
- Un poids lâchant brusquement,
- Un couple de rotation sporadique même élevé.
• Les signes indiquant un surforage douteux sont :
- Un avancement régulier,
- Un poids au crochet constant,
- Un couple de rotation moyen et surtout constant.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


84
Techniques de base

ATTENTION : Un avancement régulier même rapide avec un poids et un couple de rotation


constant est presque toujours une indication que l'on attaque le poisson et /
ou le tubage si le trou est tubé.

2.8.1.3 Risques d'endommager la colonne de surforage

Les contraintes des diamètres extérieurs et intérieurs des tubes de surforage limitent dans
la plupart des cas l'épaisseur d'acier disponible pour réaliser des connexions qui supportent un
couple élevé.

Le survissage et même le déboîtage sont des phénomènes relativement fréquents en


surforage. Pour y remédier, il faut :
• Surveiller le couple et le limiter au strict nécessaire.
• En cas de coincement ou d'accrochage, recourir de préférence à la traction ou même à la
compression avec battage pour se libérer.
• Dans les cas très difficiles* impliquant des tubes très fragiles, prévoir une couronne très
fine et très coupante. Pour ce type de travail, la seule solution consiste à adopter des
paramètres de coupe (poids faible et rotation élevée) et à fraiser volontairement le
poisson. Dans ce cas, la couronne et éventuellement le premier tube devront être
stabilisés.
• Lors des surforages longs impliquant de fréquents changements de couronne, limiter la
longueur de tubes en fonction de la longueur surforée avec la couronne précédente.
• Lors de l'assemblage en surface, les tubes sont souvent trop bloqués et parfois survissés,
donc il faut veiller à appliquer un couple de serrage correct.

2.8.2 Surforage simple

2.8.2.1 Préparation pour le surforage

Avant de descendre une garniture de surforage, il faut s'assurer que les conditions du trou
sont bonnes, sinon, y remédier en faisant une passe d'alésage avec traitement de la boue si
nécessaire.

La garniture sera composée de bas en haut de la couronne, des tubes de surforage (ne pas
dépasser une dizaine de tubes), du raccord supérieur, d'un joint de sécurité, d'un panier à
sédiments, d'un bumper sub, d'une coulisse, de masses-tiges et de tiges.

Avant de descendre la garniture de surforage, il faut inspecter soigneusement chaque tube


(marques, ovalisation, survissage, passage intérieur libre, etc.) et éliminer les tubes douteux.

* Poisson de diamètre surdimensionné, par rapport au diamètre du trou ou poisson cimenté dans un tubage.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


85
Techniques de base

L'usure des couronnes et les marques enregistrées sur les tubes sont des informations très
précieuses. L'interprétation de l'usure permet de choisir le type de couronne mieux adapté.

A la descente, il faut faire attention au pistonnage, d'autant plus important que la colonne
est plus longue et que son diamètre extérieur se rapproche du diamètre du trou. Donc il est
recommandé de descendre très lentement.

Si possible, il faut ajuster la garniture pour ne pas avoir à se dégager du poisson lors de
l'ajout du simple suivant (ce problème ne se pose pas si l'appareil est équipé d'une tête
d'injection motorisée).

S'il est difficile d'engager la garniture au dessus de la tête du poisson, procéder comme
suit :
• Circuler à plein débit pour nettoyer la tête du poisson,
• Poser 2 à 5 kdaN, dégager d'une longueur supérieure à la course du bumper sub et
transmettre environ 1/4 de tour au fond,
• Recommencer plusieurs fois cette manœuvre avec et sans circulation,
• En cas d'échec maintenir la circulation et fermer le bumper sub à mi-course, tourner sur
cale une vingtaine de tours par à-coups de préférence.

Si le poisson n'est toujours pas coiffé, enlever le dernier simple et tenter de coiffer avec la
tige carrée en posant progressivement 2 à 5 kdaN en rotation et en circulation. Si après
quelques minutes le poisson n'est toujours pas engagé, il faut remonter et recourir à l'une des
astuces suivantes :
• Remplacer la couronne standard par une couronne chanfreinée à l'intérieur,
• Fraiser la tête de poisson en cône.

2.8.2.2 Le surforage proprement dit

La vitesse de rotation sera de l'ordre de 40 à 60 tours / min et le poids de 0 à 10 kdaN. Le


couple, qui est fonction de la colonne utilisée, sera limité au strict nécessaire.

Le débit de circulation maximum compatible avec les caractéristiques du puits (pression


de fracturation, etc.) sera utilisé.

En cas de coincement de la colonne de surforage en cours de surforage, il faut tirer


immédiatement et battre à la tension maximum autorisée avec et sans circulation.

Si le coincement se produit en cours de dégagement de la couronne du fond, il faut :


• D'abord essayer de se dégager vers le haut en tirant 15 à 25 kdaN au-dessus des
frottements normaux,
• Puis tenter de se libérer vers le bas en battage pendant environ une demi heure,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


86
Techniques de base

• Si la garniture n'est pas libre, il faut battre vers le haut à la tension maximum autorisée,
ensuite battre dans les 2 sens.
• Ces différentes manœuvres se font avec et sans circulation.

2.8.2.3 Remontée de la garniture de surforage

Il faut prendre les précautions suivantes :


• Manœuvrer lentement pour limiter le pistonnage.
• Ne pas dévisser à la table si la garniture comporte un joint de sécurité pouvant se
dévisser par inertie (Baash Ross) ou s'il y a risque de remonter un morceau de poisson
coincé dans la colonne.
• Vérifier l'intérieur des tubes surtout lorsqu'il s'agit de surforage de tubing. Il arrive qu'à
la suite du fraisage d'un joint, un ou plusieurs éléments se désolidarisent du poisson et
remontent coincés dans les tubes.
• A chaque remontée, il faut inspecter soigneusement chaque tube et éliminer les
éléments endommagés. Dans les cas difficiles, les survissages sont très fréquents et il
est nécessaire d'avoir des tubes de rechange.

2.8.3 Cas typiques de surforage

2.8.3.1 Coincement par pression différentielle ou collage

On peut envisager d'utiliser cette technique après avoir réduit la pression différentielle au
niveau du point de coincement et conditionner la boue. Sinon, les risques de coincement
seront aussi élevés, voire plus, qu'avec la garniture de forage surtout dans les puits déviés.
Donc, il y a de sérieux risques d'allongement du poisson.

Le surforage peut être utilisé pour décoller le poisson de la paroi du puits. La couronne
sera non agressive à l'intérieur. Elle pourra, pour faciliter le coiffage, être découpée en forme
de cloche d'overshot, l'opération de surforage étant un simple lavage sans travail destructif.

2.8.3.2 Coincement par éboulement de terrain

Ces éboulements sont souvent la conséquence d'une boue mal adaptée aux formations
traversées. Donc, avant de surforer, il est impératif d'améliorer les caractéristiques de la boue.

La longueur du train de surforage doit être réduite. La couronne comportera un


rechargement intérieur non agressif. L'épaisseur de la couronne doit être la plus réduite
possible pour minimiser les risques de destruction de la tête de poisson (par exemple avec un
poisson de diamètre extérieur 8" dans un trou 12 1/4, on prendra une couronne de diamètre
extérieur 10 1/2 et de diamètre intérieur 8 3/8 avec des tubes de surforage de diamètre
extérieur 9 5/8).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


87
Techniques de base

La pression augmentant au fur et à mesure que l'on engage le poisson, le débit sera
progressivement réduit. La pression fait "flotter" la colonne de surforage si le poids est
insuffisant. Dans certains cas, il faut poser 10 à 15 kdaN avant de transmettre du poids à
l'outil.

Exemple : dans un trou 6" avec un poisson de diamètre extérieur 4 3/4, une colonne de
surforage 5 1/2 Hydril FJWP 15 lbs / ft équipée d'une couronne 5 3/4 (diamètre
extérieur) par 4 7/8 (diamètre intérieur), la force dirigée vers le haut est de 8 kdaN
avec un débit de 400 l / min et de 4 kdaN avec un débit de 300 l / min.

2.8.3.3 Coincement dans un trou de serrure (Key Seat)

Ce type de coincement se produit généralement au sommet des masses-tiges lors d'une


remontée et le poisson reste suspendu.

Lorsque le poisson est libre, il aura tendance à chuter au fond du trou. Dans un puits
vertical, il y a un risque d'endommager les éléments du poisson. En forage dévié, la chute est
amortie et les risques d'abîmer le poisson sont réduits.

Dans ce cas, il est recommandé d'utiliser un système permettant d'accrocher le poisson à la


fin du surforage.

2.8.3.4 Garniture coincée par du ciment

Si le ciment n'est pas remonté à l'intérieur du cuvelage, on se retrouve dans la situation


d'un éboulement de terrain.

Si le ciment est remonté dans le tubage, le risque de destruction du cuvelage au droit des
tool joints est très élevé. On peut le limiter par le choix judicieux du diamètre de la fraise en
proscrivant absolument tout rechargement extérieur et en stabilisant le corps de la couronne
et / ou la base du premier tube de surforage. Le poisson étant généralement cimenté sur la
génératrice basse du cuvelage, la couronne devra être prévue pour fraiser une section du
poisson sans attaquer le cuvelage. Si le risque est trop élevé on pourra tenter le fraisage.

Remarque : Il est recommandé, dans tous les cas, d'inclure au dessus des tubes de surforage
un safety joint, un bumper-sub et une coulisse de battage de dimension
homogène avec le train de masses-tiges utilisé. Le bumper sub facilitera la
coiffe en limitant la pose sur la tête de poisson au poids de la colonne de
surforage.

2.8.4 Surforage et repêchage combinés (wash over drill collar spear)

On peut être amené à repêcher le poisson en fin de surforage pour empêcher le poisson de :
• Chuter au fond du trou (cas d'une garniture coincée dans un trou de serrure),

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


88
Techniques de base

• Se recoincer par collage pendant la manœuvre de changement de garniture.

L'outil permettant cette opération combinée est le wash over drill collar spear. Mais, son
utilisation est délicate.

2.8.5 Surforage et dévissage combiné (back off connector)

Lors des surforages très longs cet outil intégré dans le dernier tube de la colonne de
surforage permet de raccorder le poisson en fin de passe de surforage et de procéder au back-
off.

Comme l'outil précédent, son utilisation est délicate.

2.9 Fraisage
Le rôle du fraisage est d'éliminer des éléments de ferraille non repêchables en les réduisant
en copeaux et, dans certains cas, en les broyant.

Les éléments de coupe sont rechargés avec un produit comportant du carbure de tungstène
concassé noyé dans une matrice relativement tendre. Ce procédé permet d'exposer une très
grande quantité de grains de carbure de tungstène qui ont chacun plusieurs profils de coupe.
Au fur et à mesure que les grains actifs s'usent, se cassent ou se polissent, la matrice se creuse
et permet d'exposer de nouveaux grains. Lorsque les grains exposés ne coupent plus, un
battage léger permet de les casser et d'exposer ainsi de nouveaux profils mieux affûtés.

2.9.1 Les différentes fraises et leur utilisation (figure 2.19)

Fraise à plage (super) :

C'est un outil très robuste présentant trois grandes plages de coupe. Il permet aussi bien le
broyage au choc que le décolletage en copeaux. Recommandé pour les ferrailles massives et
libres, il est idéal pour les travaux très durs.

Fraise à secteur (Junk Mill) :

C'est un outil robuste où les plages de coupe ont été remplacées par des lames larges et
reliées entre elles suivant une forme triangulaire. Moins robuste que le précédent, il a de
meilleures caractéristiques de coupe dues au profil des lames et aux importants dégagements.
C'est l'outil à tout faire.

Fraise à lames (Standard et Economill) :

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


89
Techniques de base

C'est un outil de coupe très agressif mais aussi plus fragile. C'est l'outil classique pour la
destruction de matériel tubulaire lorsqu'il est impossible d'utiliser un pilote. Cet outil a
d'excellentes performances dans le ciment, il est recommandé pour reforer l'anneau et le
sabot.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


90
Techniques de base

Pilot Mill :

C'est une fraise à lame comportant à sa partie inférieure un pilote qui la guide dans le
poisson à fraiser. Ses performances sont excellentes et il faut parfois limiter l'avancement
pour éviter l'amoncellement de copeaux.

Fraise à jupe :

C'est une fraise à lame sur laquelle est soudée ou vissée une jupe guide. La jupe sert à
piloter la fraise sur le poisson à fraiser et éviter le side track. Cet outil est couramment utilisé
pour refaire la tête d'un poisson très abîmée.

Fraise conique (taper mill) :

Il s'agit d'une fraise d'alésage utilisée pour la rectification intérieure de matériel tubulaire.
Elle est utilisée pour rectifier ou remettre au diamètre un casing déformé.

Section Mill :

Outil comportant 3 à 6 couteaux escamotables commandés hydrauliquement. Elle est


utilisée pour la coupe de tubage et l'ouverture de fenêtre.
011JB9750

Drillmill Economill (Washover) Shoes

Taper Mill Pilot Mill Junk Mill

FIG. 2.19 Différents types de fraises

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


91
Techniques de base

Couronne de surforage :

C'est un sabot cylindrique à dents ou à ondulations rechargées au carbure de tungstène ou


au diamant. Vissée sur une colonne de tubes, elle permet de nettoyer l'espace annulaire d'un
poisson coincé en détruisant sédiments, terrain et parfois même en fraisant une section du
poisson.

2.9.2 Recommandations générales


Pour éliminer et récupérer correctement les copeaux, il faut :
• Une circulation abondante avec une boue visqueuse (viscosité Marsh : 60 à 80),
• Utiliser deux paniers à sédiments,
• Prévoir un bac supplémentaire de décantation,
• Faire des passes fréquentes de nettoyage en circulation directe et inverse quand c'est
possible.

Pour immobiliser la ferraille dans le puits :


• S'il y a trop de ferraille libre à fraiser, il est conseillé de la cimenter,
• Lorsqu'il s'agit d'éléments moins importants, comme un anneau qui tourne, un battage
léger permet de le coincer ou de le casser,
• Avec les fraises robustes (plage ou secteur), un battage sérieux permet de coincer et de
casser certains éléments mobiles les rendant ainsi plus facilement fraisables ou
repêchables dans le panier à sédiments.

Renouvellement des angles de coupe :


Théoriquement, les vibrations de la garniture et l'érosion de la matrice par la boue sont
suffisantes pour exposer de nouveaux grains ou les affûter en les cassant. En fait, il arrive
parfois que les grains se polissent et il est nécessaire de battre légèrement pour les casser et
exposer ainsi de nouveaux profils de coupe.

Protection du centre de la fraise :


Lorsque le centre de la fraise travaille en continu sur du métal, les grains qui sont situés
dans cette position se dégradent très vite car la vitesse de coupe y est pratiquement nulle.
Dans les cas extrêmes, une bonne astuce consiste à remplacer le rechargement central par un
large orifice de circulation. Ainsi, la ferraille qui ne peut être fraisée sera carottée.

Prévention du traitement "métal sur métal" :


Avec une fraise usée selon une empreinte circulaire, il arrive parfois que l'on tourne métal
sur métal avec une pression d'autant plus importante que l'empreinte est plus fine. Cette
friction élevée peut provoquer un durcissement du métal. Il arrive ainsi que ce soit le poisson
qui découpe la fraise. Pour prévenir ce phénomène, il faut remonter dès que cette empreinte
se forme. Elle se manifeste par une pression anormalement élevée dès que la fraise pose sur le
poisson.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


92
Techniques de base

Interprétation de l'usure :
L'usure d'une fraise est souvent représentative de l'état du poisson. Dans certains cas, c'est
une véritable empreinte. Il faut l'examiner avec soin et en tenir compte pour le choix et la
mise en œuvre de l'outil suivant.

Refraisage des languettes latérales :


Il arrive parfois que l'on fraise partiellement le poisson en laissant une languette latérale.
Ce risque est très important avec les outils qui ne comportent pas de pilote et la sanction peut
être un side-track involontaire. Pour limiter ce risque, il faut dégager fréquemment en
manœuvrant brusquement pour essayer de rabattre et de fraiser cette languette. Cette
manœuvre permet également de récupérer des morceaux non fraisés qui se seraient logés dans
les parois du trou.

Prévention des side track :


En fraisage, à moins d'être parfaitement piloté, le risque de side track est toujours
important. Pour le prévenir, on s'efforce de guider la fraise en lui intégrant un pilote ou en
rigidifiant la garniture de fraisage pour réduire sa tendance à dévier.

Protection des tubages :


Pour protéger le tubage, il faut utiliser des fraises parfaitement lisses à l'extérieur avec une
garniture bien stabilisée. Lors du surforage de poissons coincés et posés sur le cuvelage
(masses-tiges cimentées dans trou incliné, etc.), il ne faut pas hésiter à détruire le poisson
plutôt que le tubage en utilisant des couronnes agressives à l'intérieur.

Précautions pour le fraisage de matériel tubulaire en mauvais état :


Lors du fraisage de tubes fragiles crépinés ou fortement corrodés, il faut éviter de les
déchirer en limitant le poids sur l'outil de fraisage.

2.10 Le side track


Le side track est l'ensemble des opérations d'abandon d'une partie d'un puits et de
réalisation d'un nouveau découvert jusqu'à la profondeur d'abandon du premier puits.

Ces opérations sont entreprises :


• Pour passer à coté d'un poisson que l'on a décidé d'abandonner ou pour corriger la
trajectoire du puits au cours du même forage : c'est le side track technique.
• Pour atteindre un nouvel objectif ou une nouvelle cible au cours du même forage : c'est
le side track géologique. Dans ce cas, la trajectoire du nouveau puits est bien définie.

L'azimut du puits dans le cas d'une instrumentation a peu d'importance : l’essentiel est de
passer à coté du poisson.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


93
Techniques de base

2.10.1 Généralités

La technique classique consiste à changer la trajectoire du puits en s'appuyant sur un


bouchon de ciment. La difficulté majeure consiste à obtenir un bouchon de dureté supérieure
à celle du terrain, ce qui est pratiquement impossible en présence de terrains durs.

Le side track sera d'autant plus difficile à réaliser que le terrain est dur et que le
ciment est tendre. En effet, la tendance naturelle de l'outil est de suivre le chemin le plus
facile, c'est-à-dire de rester dans le ciment.

Pour démarrer un side track en terrain dur, il faut donc :


• Choisir un outil très agressif latéralement,
• Forer pratiquement sans poids le temps de créer une assise suffisante. Ensuite, il faut
appuyer progressivement au fur et à mesure que l'outil pénètre dans le terrain.

2.10.2 Side track en trou ouvert sur un appareil fixe

2.10.2.1 Contrôle préalable du puits

Un profil de déviation et un diamétreur sur une hauteur de 200 mètres environ au-dessus
de la tête du poisson ou du fond du trou à abandonner permettront d'orienter le nouveau trou
dans une direction aussi différente que possible de celle de l'ancien trou et ainsi de limiter les
risques de retomber dans ce dernier.

On peut mettre à profit la tendance naturelle du terrain à produire une déviation dans une
direction donnée pour amorcer le side track.

2.10.2.2 Choix de la zone de déviation

Surtout en présence de terrain dur, le premier critère de choix est la forabilité : à de rares
exceptions près, il faut toujours choisir la zone la plus tendre pour amorcer la déviation. La
zone idéale est une zone cavée située au-dessus d'une partie calibrée de bonne forabilité. Le
ciment mis en place dans la cave peut être assimilé à un terrain tendre, ce qui facilite l'amorce
de la déviation.

D'autre part, la restriction correspondant à la zone calibrée constitue une excellente assise
qui empêche l'outil de retomber dans le trou initial et permet de passer très rapidement du
ciment au terrain. Une telle zone n'existe pas forcément, mais dans les cas difficiles (trou
profond, mauvais ciment et terrain dur, etc.), il est toujours possible de réaliser une cave
artificielle en élargissant sur 5 à 10 mètres la zone choisie pour amorcer la déviation.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


94
Techniques de base

2.10.2.3 Le bouchon de ciment

La réalisation d'un bouchon de ciment de bonne qualité est un critère important pour
amorcer la déviation et ensuite pour passer des garnitures rigides sans produire de
dégradation du puits à ce niveau.

Un bouchon d'excellente qualité n'est pas toujours facile à réaliser. Cependant, il est
possible de dévier en s'appuyant sur un ciment de qualité médiocre et même dans certains cas
en l'absence totale de ciment. Mais c'est une procédure longue et délicate dont le résultat n'est
pas toujours garanti.

a) Nettoyage des parois du trou

Cette opération est peu courante : elle consiste à nettoyer les parois du trou pour enlever le
cake et les sédiments logés dans les petites caves grâce à l'action d'un jet latéral. Le but de
cette opération est d'améliorer l'adhérence du ciment aux parois du trou.

Cette technique n'est plus guère utilisée car elle implique une manœuvre supplémentaire.
A la place, il est préférable de prévoir un élargissage qui permet un meilleur nettoyage et
facilite la déviation.

A défaut, une passe d'aléseur permettra de nettoyer et de calibrer le trou. Dans les trous
resserrés ou présentant des changements de direction, cet alésage est indispensable pour
faciliter les orientations du raccord coudé de la turbine.

b) Élargissage avant cimentation

Cette opération est réservée aux cas où il est difficile d'obtenir un ciment d'une qualité
acceptable pour amorcer la déviation (terrains durs, déviation par grande profondeur). Cet
élargissage est réalisé sur 5 à 10 mètres à l'aide d'un élargisseur hydraulique, mais cette
opération est délicate et dangereuse (risques de perdre des molettes, de rupture de bras en
terrain dur).

Les dimensions d'ouverture recommandées pour faciliter la sortie du trou sont les
suivantes :
• trou 12 1/4 élargi à environ 15" ;
• trou 8 1/2 élargi à environ 11" ;
• trou 6" élargi à environ 8 1/2.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


95
Techniques de base

c) Cimentation proprement dite

En dehors des consignes habituelles, il est recommandé (recommandations d'autant plus


nécessaires que le terrain est dur) de :
• Prévoir un excès de ciment pour tenir compte de la pollution par la boue pendant la
mise en place et pour réaliser le test de forabilité.
• Préparer le ciment en circuit fermé et de le pomper dans le puits lorsqu'il a toutes les
caractéristiques requises. Ce bouchon devra être précédé et suivi d'un tampon destiné à
atténuer les effets contaminants de la boue.
• L'addition de 15 à 20 % de sable au laitier permet d'améliorer la résistance du ciment.
La qualité du sable est très importante, il doit être anguleux et irrégulier pour faciliter la
liaison et mieux "armer" le ciment (les meilleurs résultats sont obtenus avec de la farine
de silice). Le sable rond et lisse utilisé pour les fracturations est à proscrire
impérativement. Les ciments denses (d = 2.05 à 2.15) sont plus durs et semblent aussi
plus résistants.
• En présence de caves et lorsque la zone à cimenter est relativement importante, il est
recommandé de poser le bouchon de ciment en deux fois. Le premier bouchon remplit
la partie inférieure du trou et permet d'éviter que le deuxième bouchon posé quelques
heures après soit pollué par la boue du trou déjà cimenté.

d) Test de dureté et attente séchage

Il faut attendre suffisamment longtemps pour obtenir un bouchon aussi dur que possible.
Pour s'assurer de la prise du ciment et ensuite vérifier sa dureté, il est conseillé de suivre la
procédure suivante :
• Après 12 heures de séchage, descendre tricône et masses-tiges pour s'assurer du début
de prise. Si l'outil n'accuse pas de pose, recommencer le bouchon.
• Si le premier test est positif, attendre 12 heures de plus et tester la dureté du ciment en
contrôlant sa forabilité.
Le temps d'attente au-delà de ces 24 heures est très variable, il sera d'autant plus long que
le ciment est plus tendre et le terrain plus dur. Les durées suivantes sont généralement
adoptées :

Terrain Attente séchage ciment


Tendre 18 heures
Mi-dur 30 heures
Dur 72 heures

Un ciment est considéré comme acceptable si l'avancement est de 20 à 30 m / h (2 à 3


minutes au mètre) avec un poids de 5 kdaN et une vitesse de rotation de 60 Tours / minutes.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


96
Techniques de base

2.10.2.4 Déviation à la turbine et raccord coudé

Lorsque la dureté du ciment est comparable ou supérieure à celle du terrain, le side track
ne présente aucune difficulté. Nous insisterons surtout sur la technique à retenir en présence
de terrain nettement plus dur que le ciment. Dans ce cas, l'outil a tendance à reforer le ciment
et à suivre le premier trou. La difficulté majeure consiste à faire sortir l'outil de la première
trajectoire.

TERRAIN
GARNITURE TENDRE DUR
Outil Tricône Diamant à tête plate (flat type)
Moteur Volumétrique Turbine rapide
Soupape Oui Non
2 ° - 2° 30
Raccord coudé 1 ° 30 - 2 °
éventuellement bent housing
Masses-tiges
Oui Oui
amagnétiques
Masses-tiges Une longueur
Tiges lourdes Oui Oui
Coulisse Si risque de collage
TAB. 2.3

Orientation de la turbine :

Si l'ancien puits tourne ou change d'inclinaison, l'orientation sera faite pour réaliser une
trajectoire différente. Ce ne sera pas toujours possible, en particulier dans les puits profonds
très inclinés où les turbines ont une forte tendance à basculer. Dans de tels puits, et surtout en
gros diamètre, il sera beaucoup plus facile de sortir par le côté bas du trou ou par le côté droit
car dans ce cas l'effet du couple réactif dirigé à gauche aide la turbine à ne pas basculer à
droite.

La mesure en continu (MWD, Steering tool) permet de suivre les variations d'orientation
de la garniture et de les corriger au fur et à mesure.

Après orientation de la turbine, elle est manœuvrée plusieurs fois sur 5 à 10 mètres au-
dessus du top du ciment et une assise est créée en laissant l'outil tourner sur place. Il faut
éviter qu'un poids excessif sur l'outil ne modifie l'orientation du raccord coudé et ne fasse
déraper l'outil. Il faut donc contrôler l'avancement et forer d'abord sans poids, ensuite à un
poids très réduit. Les premiers mètres sont forés sans poids et ensuite l'avancement est
modulé en fonction du poids au Martin Decker et du pourcentage de terrain dans les cuttings.
Selon la dureté du terrain, l'avancement est limité sur 10 à 15 mètres entre 10 et 20 % de ce
qu'il serait dans ce terrain avec des paramètres normaux.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


97
Techniques de base

Pratiquement, en terrain dur ou très dur, si la vitesse d'avancement est bien choisie, le
Martin Decker ne doit pas accuser de poids sur les 2-3 premiers mètres, ensuite, le poids doit
augmenter progressivement.

Tant que l'outil n'est pas complètement dans le terrain, il faut limiter le débit pour éviter de
laver le ciment surtout lorsque ce dernier est de mauvaise qualité.

Les mesures directionnelles ne sont d'aucun secours pour le suivi de l'amorce de déviation
(à cause de la précision des instruments et de leur position dans la garniture). Les seules
indications valables sont le contrôle de l'orientation du raccord coudé et l'évolution du
pourcentage de terrain dans les cuttings. Des échantillons doivent être pris à intervalles
réguliers et soigneusement comparés. Ces informations sont indispensables car elles
permettent de régler la vitesse d'avancement en fonction de la progression de l'outil dans le
terrain. Si les cuttings ne sont pas représentatifs (pertes, caves), l'avancement sera ralenti et la
déviation poursuivie sur une plus grande longueur. En règle générale un écart de 3 à 4° avec
l'ancien puits est suffisant.

Exploitation de l'amorce :

La reprise du forage est toujours délicate car le biseau de ciment est fragile et il faut éviter
de l'endommager en descendant de suite une garniture trop rigide. Dans les cas difficiles (dog
leg élevé, ciment de qualité médiocre), il est recommandé de prévoir une passe avec pilote à
boule, un near bit et des masses-tiges. S'il n'y a pas de difficulté particulière, la meilleure
solution consiste à descendre une garniture souple de build up (outil, near bit et masses-tiges).
Cette garniture permet non seulement d'aléser le trou dans cette zone, mais encore d'exploiter
l'amorce de déviation pour s'éloigner de l'ancien trou. Ensuite, il suffit d'utiliser des garnitures
de rigidité progressive.

2.10.2.5 Précautions pour la suite du forage

Bien qu'il continue à durcir dans le temps, le biseau de ciment reste un point fragile
pendant toute la durée du puits. Des consignes précises devront être données pour les
manœuvres et en particulier il est fortement déconseillé de tourner sur place à ce niveau.

Cas particulier des puits forés à l'air :

Il semble que le second trou ait tendance à rester dans une zone de "décompression" située
tout près du trou initial. Cette zone sans doute plus tendre et de meilleure forabilité empêche
l'outil de s'éloigner du premier trou. Pour éviter cela, il faut prévoir un dog leg initial plus fort
ou une passe de turbine plus longue.

2.10.2.6 Side track pendulaire

Il s'agit, dans un trou incliné, d'exploiter l'effet de gravité en utilisant une garniture
pendulaire qui aura naturellement tendance à sortir par le point bas du trou.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


98
Techniques de base

Pour mener à bien cette opération, il est impératif de favoriser l'effet de gravité en forant
sans poids et avec une vitesse de rotation maximum. Pratiquement, après avoir foré une
cinquantaine de cm pour bien s'assurer du fond, l'outil est maintenu sur place le temps de faire
une empreinte sur le point bas. Ensuite, l'avancement est limité pour forer sans poids jusqu' à
ce que l'outil soit aux 3/4 dans la formation.

Bien que limitée aux trous ayant une inclinaison minimum de 15 à 20° en terrain dur et 5 à
10° en terrain tendre, cette technique est très intéressante car elle ne nécessite pas de matériel
particulier pour dévier, en effet :
• L'orientation est assurée par l'effet pendulaire de la garniture et il n'est pas nécessaire
d'effectuer des mesures d'orientation.
• Le raccord coudé étant supprimé, le roll-off de la turbine n'a pas d'effet néfaste sur
l'orientation de l'outil et il est possible d'utiliser des turbines plus puissantes.
• Contrairement à l'utilisation d'un raccord coudé, il est possible de faire tourner la
garniture. Cela permet d'éliminer la plupart des frottements et il est plus facile d'ajuster
le poids sur l'outil et de contrôler l'avancement.
• Les garnitures utilisées sont des garnitures pendulaires classiques et dès que l'outil est
complètement dans le terrain, il est possible de poursuivre le forage avec les
performances habituelles sauf s'il est nécessaire de limiter la chute d'inclinaison.

Le side track par le point bas a un avantage supplémentaire : lors des manœuvres
ultérieures, l'outil, guidé par la gravité, aura tendance à s'engager naturellement dans la
déviation. Ce phénomène permet de réaliser des side tracks sans s'appuyer sur un bouchon de
ciment.

Garniture pendulaire sans turbine :

Cette garniture est moins utilisée, mais en l'absence de turbine, elle peut donner de bons
résultats si le terrain est tendre et l'inclinaison élevée. Une bonne pratique consiste à utiliser
la garniture suivante :
• L'outil,
• Une à deux masses-tiges (éventuellement surdimensionnées),
• Un stabilisateur plein trou,
• Une masse-tige,
• Un stabilisateur plein trou,
• Masses-tiges et tiges.

Garniture pendulaire avec turbine :

La vitesse de rotation de l'outil est un facteur essentiel pour sortir du trou. C'est pourquoi
les moteurs de fond, ou mieux, les turbines rapides donnent de bons résultats. D'autre part, la
vitesse de rotation du train de sonde peut être limitée (40 à 60 t/mn) pour éviter la
"rigidification" de la garniture de fond lorsqu'elle est soumise à des vitesses de rotation
élevées.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


99
Techniques de base

Libéré des problèmes d'orientation et de contrôle du roll off, la tâche de l'opérateur devient
beaucoup plus simple. Il lui suffit de contrôler l'avancement en forant d'abord sans poids pour
créer une assise suffisante, et ensuite, d'appuyer progressivement au fur et à mesure que l'outil
pénètre dans le terrain.

2.10.2.7 Side track en terrain tendre

En terrain tendre ou très tendre, il est possible de dévier sans équipement particulier. Il
suffit de réaliser un bouchon de ciment plus dur que le terrain et d'appliquer une des
techniques suivantes :

Technique du cracker :
• La garniture est composée de bas en haut d'un outil, d'une tige et de masses-tiges ou
d'un outil, d'un near bit, d'une tige et de masses-tiges.
• Les paramètres à appliquer sont :
- un poids de 4 à 5 kdaN pour une tige 3 1/2,
- un poids de 6 à 8 kdaN pour une tige 5",
- une vitesse de rotation de 50 à 60 tours / minute,
- le débit de circulation habituel.

En principe, le flambage de la tige et la dureté du ciment font qu'au bout de 2 à 3 mètres de


forage avec un poids constant et sans dégager du fond, l'outil se retrouve complètement dans
la formation.

Il faut remonter dès que les cuttings indiquent que l'on est sorti du premier trou (100 % de
terrain dans les cuttings). Redescendre ensuite une garniture de build up simple (outil, near
bit et masses-tiges) pour s'éloigner suffisamment de l'ancien puits (2 à 4 ° normalement
suffisent).

La garniture cracker est très instable et sa trajectoire est difficile à contrôler. Son seul rôle
consiste à sortir du premier trou. C'est pour cette raison qu'il faut remonter et changer de
garniture dès que l'outil est complètement dans le terrain.

Technique du jetting :

En terrain tendre, on peut également utiliser le jetting en bouchant 2 évents d'un tricône. Il
suffira de jetter sur 2 à 3 m en battant si nécessaire et de reprendre ensuite le forage.

La garniture suivante peut être utilisée : outil, near bit, une masse-tige sous-dimensionnée
et garniture classique.

Il suffit ensuite de forer 2 à 3 tiges en plein terrain pour s'éloigner de 2 à 4° de l'ancienne


trajectoire.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


100
Techniques de base

Il est très important de repérer l'orientation de la première passe de jetting pour la


compléter si nécessaire par une ou deux autres passes dans la même direction.

2.10.3 Side track en trou ouvert sur appareil flottant

2.10.3.1 Difficultés propres aux engins flottants

Au-delà d'une certaine amplitude de houle, une part du pilonnement est transmise au fond,
ce qui compromet le contrôle du poids et la réalisation des mesures qui sont deux points
essentiels à la conduite d'un side track.

Des poses brusques de l'outil sur le fond à cause du pilonnement vont produire un effet
néfaste sur le bon déroulement du side track :
• Tant que l'outil n'est pas complètement dans le terrain, une pose brusque le force à
choisir la voie la plus facile, c'est-à-dire, dans la plupart des cas, à retomber dans le
ciment plus tendre. Ces poses sont d'autant plus dangereuses que l'amorce dans le
terrain est plus faible.
• Le roll off qui est une fonction du poids sur l'outil varie à chaque pose et tant que la
turbine n'est pas complètement dans le terrain, il est impossible de maintenir son
orientation.
• Les poses brusques font caler les turbines de faible puissance.

Le pilonnement peut induire des interférences au niveau des instruments de mesure et les
rendre difficilement exploitables.

2.10.3.2 Technique d'intervention

Il s'agit de limiter au maximum les effets de pilonnement au fond. Les principaux facteurs
qui interviennent sont :
• L'amplitude, la fréquence et l'évolution du pilonnement à l'outil.
• La sensibilité du compensateur de pilonnement,
• La poussée hydraulique des bumper subs qui est rarement parfaitement compensée.
• La part de pilonnement absorbée par les frottements de la garniture,
• La dureté relative du bouchon de ciment par rapport à la dureté du terrain,
• La profondeur et le profil du puits, le couple à l'outil, etc..

Le compensateur de pilonnement :

C'est l'élément le plus important pour la réussite d'un side track en présence de houle. Il
est impératif de s'assurer qu'il est réglé à sa sensibilité maximum.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


101
Techniques de base

Les bumper subs compensés :

C'est un complément très utile du compensateur surtout lorsque la déviation est bien
amorcée et que l'on peut commencer à appuyer sur l'outil. Il permet de contrôler le poids sur
l'outil et d'éviter le calage de la turbine à cause de poses brusques. Comme pour les
compensateurs, il est important, avant l'opération, de s'assurer qu'il est réglé pour un
minimum de poussée hydraulique.

Dureté relative ciment :

Il faut mettre tout en oeuvre pour réaliser un bouchon aussi dur que possible dans la zone
la mieux appropriée pour amorcer la déviation.

Pilonnement à l'outil :
La fréquence est le facteur le moins pénalisant, son influence joue surtout sur le temps de
forage par rapport au temps d'alésage (outil dégagé du fond). La fréquence des pics de
pression dûs à la fermeture des bumper subs peut brouiller la transmission des mesures du
fond vers la surface. Pratiquement, il faut tenir compte de la fréquence du pilonnement estimé
à l'outil pour moduler l'avancement qui devra être d'autant plus réduit que cette fréquence est
élevée.
Le pilonnement est en majorité absorbé par le compensateur, les bumper subs et les
frottements surtout dans les puits profonds. Selon le rapport de dureté ciment / terrain, on
peut prendre comme règle pour le side track à la turbine les valeurs suivantes des poses
maximum admissibles :

Pose maximum (kdaN) Ciment plus dur Terrain plus dur


que la formation que le ciment
En début de side track 1à5 0
à 50 % dans le terrain 4à6 1à3
à 75 % dans le terrain 5à8 2à4

Si le pilonnement est stable ou diminue et si les poses n'excèdent pas les valeurs du tableau
précédent, le side track peut être effectué.
Si le pilonnement à l'outil augmente et si les poses sont inférieures aux valeurs données
dans le tableau précédent, on peut tenter le side track et arrêter dès que les valeurs du tableau
sont atteintes. On peut également tenter le jetting si le terrain s'y prête.
Si le pilonnement présente des variations imprévisibles ou provoque des poses supérieures
à celles du tableau, la meilleure solution consiste à attendre que le temps se calme. S'il n'y a
pas d'amélioration prévue, on pourra tenter le jetting dans la mesure où le terrain s'y prête et
dans la mesure où le ciment est suffisamment consolidé.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


102
Techniques de base

2.10.3.2 Choix de la technique à utiliser

L'utilisation d'une turbine et d'un raccord coudé est la méthode la plus utilisée : elle est
bien adaptée pour les terrains durs et lorsque le pilonnement à l'outil est faible.

Choix de la turbine :

Les turbines rapides, courtes et puissantes sont les mieux adaptées. La puissance étant
fonction de la longueur, il faut faire un compromis ; il semble que les turbines rapides d'une
longueur de 9 mètres soient les mieux adaptées.

Dans les puits profonds présentant des frottements importants, il est parfois nécessaire de
remplacer les turbines rapides par un moteur volumétrique car les variations de pression
perceptibles en surface permettent de mieux doser le poids sur l'outil.

Choix de l'outil :

Étant donné la longueur des passes (avancement contrôlé très ralenti), un outil monobloc
est généralement indispensable. Il doit présenter une jupe courte, être très agressif
latéralement et légèrement concave.

Préparation de la gouttière :

Une fois la turbine orientée, manœuvrer longuement, régulièrement et très lentement


l'ensemble turbine/raccord coudé pour faire la place de la turbine et amorcer une gouttière si
le terrain est suffisamment tendre. Pendant ces manœuvres, il est très important d'atteindre le
fond avant chaque dégagement.

Contrôle de l'avancement :

Pour éviter de retomber dans le ciment presque toujours plus tendre, il faut forer à poids
très faible et même sans poids en début d'opération. Ceci n'est pas évident lorsqu'un
pilonnement résiduel affecte l'outil ; il faudra réduire l'avancement d'autant plus que le
pilonnement est plus fort, quitte à ce que l'outil travaille la plupart du temps au-dessus du
fond.

Il est primordial de contrôler parfaitement l'avancement qui doit être très régulier et
de l'ordre de la moitié de ce qu'il serait pour un side track sans pilonnement.

Orientation :

Si le puits est incliné, il est conseillé de dévier par le point bas car, pour les passes
ultérieures sans raccord coudé, l'effet de gravité favorisera l'entrée dans le nouveau trou.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


103
Techniques de base

Moteur avec raccord coudé intégré (Bent Housing) :

Dans les cas difficiles, l'utilisation d'un bent housing favorise la déviation et permet
d'obtenir un gradient plus élevé. L'efficacité du raccord coudé intégré est limitée aux trous de
diamètre inférieurs à 9 5/8.

Garniture turbo-pendulaire :

Si le puits présente une inclinaison supérieure à 10° dans des terrains tendres à mi-durs, la
meilleure méthode consiste à dévier en turbo-pendulaire avec une turbine très rapide
stabilisée plein trou à 10-15 mètres de l'outil. Cette méthode permet d'utiliser une turbine
puissante en s'affranchissant totalement du problème d'orientation et même de mesure
pendant les vingt premiers mètres.

Moteur avec stabilisateur décentré (offset stabilizer) :

Cette technique est récente. Cet assemblage, beaucoup plus stable que le raccord coudé,
s'accommoderait mieux des effets de pilonnement. Les lames excentrées situées à la base de
la turbine sont très proches de l'outil qui se trouve mieux guidé vers le terrain. De plus, cette
technique permet d'utiliser des turbines très puissantes qui ne calent pas lors des poses
brusques. Par contre, les dog legs obtenus sont relativement faibles et en terrain très dur,
l'offset se coince après quelques mètres de forage orienté.

Utilisation du jetting :

Lorsque le terrain est tendre, cette méthode est certainement la mieux adaptée lorsque le
pilonnement est important.

Non seulement, le pilonnement à l'outil a des conséquences beaucoup moins graves, mais
encore il est exploité en tant que "battage de jetting" pour dévier. Un autre avantage de cette
méthode est son extrême simplicité, il suffit de disposer d'un outil avec 2 duses bouchées et
d'un stabilisateur near bit.

Cette expérience reste également à faire, mais, c'est la seule méthode qui peut
s'accommoder d'un pilonnement important à l'outil.

Technique du cracker :

En terrain tendre et très tendre, le cracker donne également de bons résultats.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


104
Techniques de base

Ciment plus dur que le terrain Technique conseillée


Pilonnement inférieur à 2-3 t sans pics, Moteur de fond directionnel*
stable ou décroissant (7 - 9 m) + raccord coudé
Pilonnement inférieur à 4-6 t sans pics, Turbine d'avancement à 3 étages
stable ou décroissant + stab. offset
Pilonnement supérieur à 4-6 t croissant "Jetting" si le terrain le permet
et/ou avec pics imprévisibles

Terrain plus dur que le ciment Technique conseillée


Pilonnement inférieur à 1 t Turbine rapide directionnelle + raccord
stable ou décroissant coudé ou turbo-pendulaire avec turbine
rapide d'avancement si inclinaison >
15°
Pilonnement inférieur à 2-3 t Turbine rapide d'avancement avec
décroissant ou stable stabilisateur offset
Pilonnement supérieur à 2-3 t Attente amélioration du temps
croissant avec pics imprévisibles

TAB. 2.4 Guide pour le choix de la technique

2.10.4 Side track au travers d'un tubage

Pour initier une déviation dans un tubage, il faut d'abord ouvrir un passage en fraisant le
tubage sur une certaine hauteur. Selon que l'on détruit tout ou partie de ce tubage, deux
techniques différentes seront utilisées :
• la méthode du sifflet déviateur,
• la méthode du section mill.

2.10.4.1 Méthode du sifflet déviateur

Il s'agit d'une technique très ancienne récemment reprise par quelques sociétés qui ont
amélioré le système d'ancrage (Packer orienté).

L’expérience acquise sur certains champs a mis en évidence deux points importants :
• Positionnement du sifflet :
Dans un puits incliné, il semble préférable de positionner le sifflet de telle façon que le
côté opposé à la gouttière repose sur le côté bas du trou. Ceci permet un bon plaquage
de la tête du sifflet contre le tubage et diminue les risques de poses et d'accrochages lors
des manœuvres ultérieures.

* ou turbine rapide d'avancement à 3 étages stabilisée en pendulaire si l'inclinaison est supérieure à 15°

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


105
Techniques de base

• Rigidité de la garniture "speed Will"


Il semble bien qu'un assemblage de fond souple constitué d'une tige de forage
convienne mieux que les masses-tiges même pour les dimensions de tubage 7" et
inférieures. L'utilisation de masses-tiges 4.1/8 pour ouvrir une fermeture dans un tubage
7" 38 # à Lacq a occasionné un fraisage partiel du Whipstock dont un morceau a été
récupéré au cours d'une instrumentation ultérieure.

Inconvénients :
Les limites de cette méthode sont liées à l'étroitesse du passage fraisé dans le tubage et aux
dangers d'accrochages ultérieurs.
Lors de l'ouverture de la fenêtre, les fraises s'appuient sur le sifflet pour forer le tubage. Ce
faisant, elles attaquent le corps du sifflet qu'elles peuvent endommager sérieusement si la
garniture est trop rigide. Il faut donc proscrire les masses-tiges et utiliser une tige souple dans
la garniture de fraisage. Soumise à un poids suffisant, une telle garniture flambe et les fraises
s'alignent avec la génératrice basse de la gorge du sifflet qu'elles n'attaquent que légèrement.
Cette technique implique un dog leg élevé*, un passage très réduit et la présence de
ferrailles partiellement fraisées surtout lorsque la fenêtre est ouverte au niveau d'un joint.
Autant de raisons qui incitent à limiter le travail ultérieur au niveau de cette fenêtre
(manœuvre, rotation, etc...).
Pratiquement, à quelques exceptions près, il est prudent de limiter la poursuite du forage à
quelques centaines de mètres.

Avantages :
Méthode économique et rapide.
Seule technique permettant de dévier simultanément à travers deux tubages.
En puits très profond où l'ouverture d'une fenêtre au "section mill" est hasardeuse, la
méthode du sifflet est beaucoup plus sûre.
En présence d'un tubage de nuance supérieure au P 110, il est fort probable que cette
technique donne de bien meilleurs résultats.
Le sifflet permet de dévier sans orientation, si la direction du side track n'est pas imposée.

2.10.4.2 Utilisation d'un "section mill"

Le principe consiste à détruire totalement le tubage sur une hauteur de 10 à 30 mètres


selon les cas et de dévier ensuite sur un bouchon de ciment.

* A titre indicatif, le sifflet 11 1/2 utilisé dans les tubages 13 3/8 présente un angle au sommet de 3°45 alors
que celui de modèle 5 1/4 utilisé dans les tubages 7" 38 lbs n'est que de 1°49.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


106
Techniques de base

Choix de la cote de déviation :

Aux critères habituels en trou ouvert, il y a lieu d'ajouter les suivants :


• zone où le tubage est bien cimenté pour éviter un dévissage involontaire d'abord
pendant les opérations de fraisage et ensuite pendant la poursuite du forage ;
• commencer la fenêtre au milieu d'un tube pour faciliter l'ouverture des couteaux et
limiter les risques de dévissage de l'élément de tube situé au-dessus.

Longueur de la fenêtre :
La longueur de la fenêtre conditionne la sévérité du coude (dog leg) amorçant la déviation
; le dog leg sera d'autant plus fort que la fenêtre est plus courte. Un dog leg acceptable impose
une hauteur minimum de la fenêtre qui est fonction :
• De la longueur qui reste à forer et du nombre de manœuvres à prévoir. Le dog leg devra
être d'autant plus faible que la poursuite du forage sera plus longue.
Pratiquement :
Longueur restant à forer Dog Leg maxi
0 à 500 m 2.3°/10 m
500 à 1000 m 2°/10 m
1000 m et plus 1.30°/10 m
• Du diamètre du tubage à fraiser. Le déport nécessaire pour que l'outil soit en plein
terrain est d'autant plus important que le diamètre du tubage à fraiser est plus élevé.
En tablant sur un dog leg de 1° par 10 mètres et un tubage bien centré, on peut se baser
sur les hauteurs de fenêtres suivantes :
- Tubage 13 3/8 cimenté dans un trou 17 1/2 :
Pour être en plein terrain avec un outil 12 ¼ 21 mètres
Sécurité 4 mètres
Hauteur de fenêtre recommandée 25 mètres
- Tubage 9 5/8 cimenté dans un trou 12 1/4 :
Pour être en plein terrain avec un outil 8 1/2 17.5 mètres
Sécurité 2.5 mètres
Hauteur de fenêtre recommandée 20 mètres
- Tubage 7" cimenté dans un trou 8 1/2
Pour être en plein terrain avec un outil 6 14.5 mètres
Sécurité 1.5 mètres
Hauteur de fenêtre recommandée 16.0 mètres

Ouverture de la fenêtre :
En trou très profond, l'ouverture de la fenêtre est délicate car des variations de pression
relativement faibles agissent sur l'élasticité du train de tige dont la longueur varie avec la
pression. Ce phénomène est très néfaste pour les couteaux dont l'attaque s'émousse
rapidement ; non seulement ils ne coupent plus mais encore la friction acier sur acier traite et
durcit le tube au niveau des amorces de coupe. De plus, en trou très profond, les tubages sont
généralement épais et appartiennent aux nuances les plus dures ce qui aggrave encore l'effet
décrit ci-dessus.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


107
Techniques de base

Préparation de la fenêtre avant cimentation :


• L'expérience a prouvé qu'après une opération de section mill, il reste de la ferraille dans
le trou. En dehors des cuttings inévitables, il reste de la tôle froissée généralement fine
et provenant soit de l'anneau inférieur qui se détache des manchons en cours de fraisage,
soit des fins de couteaux lorsque ces derniers après usure en cône ne fraisent plus que
partiellement le cuvelage qui s'affaiblit et se déchire.
Une bonne technique pour éliminer ou chasser cette ferraille consiste à prévoir une
passe de contrôle avec des couteaux neufs lorsque la fenêtre est terminée.
La méthode la plus sûre et préparant le mieux la déviation consiste à faire une passe
d'élargissage qui aura pour effet :
- d'éliminer vieux ciment, boue et ciment pollué,
- d'éliminer les restes de ferraille,
- de préparer une assise qui facilitera grandement la déviation.

Bouchon de ciment :

Le bouchon de ciment devra être particulièrement soigné pour garantir la déviation sur une
faible hauteur.

Reforage du ciment :

Après avoir écrêté l'excès de ciment, il faut impérativement s'assurer de sa dureté en forant
quelques dizaines de centimètres sous le top de la fenêtre. En effet, le ciment peut très bien
prendre dans le tubage et pas du tout ou mal au contact de la formation.
Pratiquement, lorsque le ciment est jugé acceptable, la déviation est initiée avec moteur de
fond et raccord coudé. Lorsque la fenêtre est très limitée (environ 10 m), la déviation peut
être amorcée de quelques dizaines de centimètres sous le sommet de la fenêtre.
Pour les fenêtres plus grandes qui peuvent varier de 15 à 30 mètres, le K.O.P. pourra se
situer de 1 m à 3 mètres sous le sommet de la fenêtre.

Déviation proprement dite :


L'opérateur applique la technique habituelle (cf. paragraphe 2.10.2) mais en redoublant de
précautions pour obtenir une trajectoire homogène sans changement d'orientation.
Les perturbations magnétiques dues à la proximité du tubage impliquent une orientation au
gyro ou éventuellement par rapport au point bas si le puits est incliné et son azimut
préalablement connu. Un écart de 3 à 4° entre l'ancien et le nouveau puits présente en général
une sécurité suffisante.

Poursuite du forage :
Après le forage avec moteur et raccord coudé, le forage rotary est généralement repris
avec des garnitures de rigidité progressives.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


108
Techniques de base

En cas d'accrochage et/ou de pose sur la ferraille au sommet ou à la base de la fenêtre,


refaire le passage avec une garniture rigide composée d'une fraise conique et d'un ou deux
strings reamers du type "Water Melon".
Si le passage n'est pas absolument libre, surtout en présence d'une tubage mal cimenté, il
faudra limiter le travail au niveau de la fenêtre et pour cela favoriser les longues passes de
turboforage en réduisant la rotation du train de sonde à un strict minimum.
Comparée à la technique du sifflet permanent, on peut retenir les points suivants :

Avantages :
• Les risques d'accrochages ultérieurs sont beaucoup plus limités, en effet :
- Le tubage est complètement éliminé quelques mètres au-dessus de l'amorce et 10 à 25
mètres en dessous.
- Le dog leg de l'amorce est contrôlable et il est beaucoup plus faible surtout pour les
grandes dimensions où la section conique du sifflet fait un angle élevé avec l'axe du
puits. A titre indicatif, les pentes des sifflets Christensen correspondent aux angles
suivants :
* sifflet 11 1/2 (dans tubage 13 3/8) = 3° 45
* sifflet 8" (dans tubage 9 5/8) = 2° 59
Avec la méthode du section mill, le rayon de courbure de l'amorce de déviation peut
être agrandi à volonté, il suffit de fraiser une fenêtre plus longue qui permettra de
dévier plus progressivement.
- Le dog leg de l'amorce étant nettement plus faible, cette méthode permet de
poursuivre le forage sur une plus grande longueur.

Inconvénients :
• Technique beaucoup plus longue que celle du sifflet (ouverture de la fenêtre, bouchon
de ciment, séchage, etc...).
• Dans certains cas, l'ouverture de la fenêtre est difficile à réaliser (voir ci-dessus).
• Le section mill ne permet pas d'ouvrir une fenêtre à travers deux tubages.
• L'utilisation du moteur de fond implique un contrôle précis de l'orientation pour corriger
les effets du couple réactif. Ceci, même si la direction de la nouvelle trajectoire n'est pas
imposée.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


109
© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training
110
CHAPITRE 3
IDENTIFICATION ET RÉSOLUTION
DES COINCEMENTS

Les coincements sont la cause la plus fréquente d'instrumentations. Il est important


d'identifier rapidement leur cause car les méthodes à employer pour les résoudre seront
différentes.
Dès que l'on a défini la cause d'un coincement, il faut intervenir le plus rapidement
possible car ils ont tendance à s'aggraver avec le temps (surtout les collages par pression
différentielle). Souvent un type de coincement en engendre un autre et le traitement appliqué
pour l'un peut être inadapté à l'autre.

3.1 Collage par pression différentielle


Le collage par pression différentielle est à l'origine de 60 à 80 % des coincements suivant
les régions, il peut affecter une partie importante du train de sonde et particulièrement les
éléments lisses de gros diamètre.

3.1.1 Cause du coincement


Le collage se produit lorsque la garniture de forage vient au contact du cake au droit d'une
formation poreuse perméable. Ce collage est dû à la pression différentielle (différence de
pression existant entre l'intérieur du puits et la formation) qui a tendance à plaquer la
garniture contre la paroi du trou.
Rappel : La pression existant en un point de l'espace annulaire dépend de la pression
hydrostatique exercée par la colonne de boue et des pertes de charge dans l'espace
annulaire dues à la circulation de la boue. La pression différentielle sera donc plus
élevée en circulation qu'en statique (la différence entre les deux peut être
relativement importante).
On peut avoir une pression différentielle élevée en face d'une couche poreuse perméable
pour les raisons suivantes :
• La densité de la boue est trop élevée,
• L'espace annulaire est fortement chargé en déblais,
• Les pertes de charge dans l'annulaire sont importantes (annulaire de faible diamètre,
puits profond, débit élevé, restrictions dans l'annulaire),

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


111
Identification et résolution des coincements

• Traversée d'un réservoir de gaz d'épaisseur importante,


• Les réservoirs sont déplétés,
• Au cours d'un contrôle de venue en forage.
Les risques de collage sont fonction de la valeur de la pression différentielle. La figure 3.1
en donne une idée ; elle a été établie à partir de l'analyse faite sur 600 puits forés dans le golfe
du Mexique.
016JB9844
Probabilité
de coincement

100 %

20 %

0%
70 140 210 Pression
(1000 psi) (2000 psi) (3000 psi) différentielle
en bar
FIG. 3.1 Probabilité de coincement en fonction de la pression différentielle

Il faut prendre ces valeurs à titre indicatif, elles seront différentes d'une région à l'autre. Il
faut cependant remarquer que les risques deviennent importants seulement pour des valeurs
de pression différentielle très élevées (seulement 20 % pour 140 bar).

Les autres facteurs aggravants sont :


• Un cake de mauvaise qualité (épaisseur importante, mauvaise étanchéité),
• Une filtration élevée,
• Une garniture constituée d'éléments lisses de diamètre extérieur voisin de celui du trou,
• L'immobilisation de la garniture face à une zone poreuse perméable,
• L'inclinaison du puits (plus l'inclinaison est élevée, plus la garniture appuie sur la
génératrice inférieure du trou).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


112
Identification et résolution des coincements

3.1.2 Traction à appliquer pour libérer une garniture

3.1.2.1 Expression de la force à appliquer au niveau du poisson


En première approximation, la force latérale F produite sur la garniture par la pression
différentielle est donnée par la formule suivante :

∆P . L . l
F = (3.1)
10

F : force latérale appliquée sur la garniture exprimée en kdaN,


∆P : différence de pression existant entre l'intérieur du puits et la couche poreuse
perméable exprimée en bar,
L : longueur de garniture (en général, les masses-tiges) en contact avec la paroi du
trou au droit de la zone perméable exprimée en m,
l : longueur du contact entre la garniture et le cake au niveau de la zone de
coincement exprimée en cm,

avec :

π D
l = α .
360

α : angle de l'arc de contact entre la garniture et le cake exprimé en degré,


D : diamètre extérieur de la garniture dans la zone de coincement exprimé en cm.

Dans un puits vertical, la traction T exprimée en kdaN à appliquer au niveau du poisson


pour le libérer est donnée par la relation suivante :

T = Cf . F (3.2)

Cf : coefficient de friction entre la garniture et le cake.

Ce coefficient sans dimension est compris en général entre 0.05 et 0.3, mais il peut
atteindre des valeurs beaucoup plus élevées (voisin de 0.9 pour des sables très fins). Sa valeur
dépend des caractéristiques du cake et de la formation.

La traction à appliquer en surface pour sortir la garniture du trou est égale à T augmentée
du poids de la partie libre dans la boue et des frottements entre la garniture et le puits.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


113
Identification et résolution des coincements

Au début du coincement, la surface de contact entre la garniture et le trou est minimum.


Elle augmentera d'autant plus rapidement que le cake est mou et non étanche et que la
filtration est importante (figure 3.2). De plus, la teneur en eau du cake entre la garniture et la
paroi du puits diminue à cause de la filtration et, de ce fait, augmente la valeur du coefficient
de friction Cf.
Formation 017JB9844

Cake

Paroi du puits

SURFACE DE CONTACT
Augmentation de
la surface de contact
FIG. 3.2 Evolution de la surface de contact entre le cake et la garniture

L'exemple numérique suivant nous montre que, pour des surfaces de contact relativement
faibles, la traction à appliquer en surface est considérable et elle devient rapidement
supérieure à la traction maximum admissible sur la garniture.

3.1.2.2 Exemple numérique

Soit une garniture coincée à 3000 m sur une longueur de 20 m au sommet des masses-tiges
dans un puits 81/2 vertical rempli d'une boue de densité 1.30. Cette garniture est composée de
tiges 5" de grade S, 19.5 lb / ft, classe Premium, NC 50 et de 200 m de masses-tiges lisses de
diamètre extérieur 6 1/2 et de diamètre intérieur 2 13/16.

Nous supposerons que :


• La pression différentielle au niveau de la zone de coincement est de 80 bar,
• Les frottements au-dessus du poisson sont négligeables,
• Le coefficient de friction Cf est égal à 0.25,
• La longueur de contact est au départ de 2 cm et qu'elle passe rapidement à 4 et 6 cm.

Le poids de la garniture libre dans la boue est 82.3 kdaN. La traction maximum que l'on
peut appliquer sur les tiges est 249.5 kdaN (pas de coefficient de sécurité pris en compte).
• Pour un contact de 2 cm, ce qui représente une surface de contact entre les masses-tiges
et la paroi du puits de 4000 cm2, la traction à appliquer au sommet du poisson pour le
libérer est de 80 kdaN, ce qui correspond en tête à une traction de 126 kdaN.
Il est donc possible de libérer la garniture simplement par traction.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


114
Identification et résolution des coincements

• Pour un contact de 4 cm, la traction à appliquer au sommet du poisson pour le libérer est
de 160 kdaN, ce qui correspond en tête à une traction de 242 kdaN.
La limite de traction sur les tiges de grade S est atteinte.
• Pour un contact de 6 cm, la traction à appliquer au sommet du poisson pour le libérer est
de 240 kdaN.
Il n'est plus possible de libérer par simple traction sur la garniture.

Cet exemple numérique montre que les forces à appliquer pour libérer une garniture
coincée par pression différentielle sont considérables. Si l'on ne réussit pas à se libérer
immédiatement en travaillant la garniture et en battant avec la puissance maximum, il ne faut
pas espérer avoir plus de succès avec cette méthode par la suite.

3.1.3 Identification du phénomène

Ce phénomène peut être relativement brutal et se produire sans l'apparition nette de signes
avant-coureurs. Cependant, on notera généralement avant le coincement une augmentation du
couple de rotation et des frottements lorsque la garniture est en mouvement.

Le collage par pression différentielle est caractérisé par :


• Le coincement survient lors d'une immobilisation momentanée de la garniture (ajout,
mesure de déviation, etc.),
• La garniture est coincée en rotation et en translation dans les deux sens.
• La circulation passe (dans le cas général) sans modification notoire de pression.
• Le découvert comporte des zones poreuses perméables ayant des gradients de pression
de pore variables.

3.1.4 Méthodes pour décoincer la garniture

Trois types de méthodes seront utilisées, il s'agit :


• De travailler la garniture en traction et en torsion et de battre avec la puissance
maximum si l'on dispose d'une coulisse libre au dessus du point de coincement,
• De la mise en place dans l'espace annulaire en face du poisson d'un bouchon de produit
ayant pour but de réduire la valeur du coefficient de friction Cf et / ou de détruire le
cake,
• De diminuer la valeur de la pression exercée par la colonne de boue de l'espace
annulaire au niveau de la zone de coincement en prenant soin de ne pas induire une
venue.

Au cours des tentatives de décoincement, les trois méthodes peuvent être mises en œuvre
simultanément. Un exemple d'arbre de décision est indiqué à la figure 3.3.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


115
Identification et résolution des coincements

007JBPHG9750

Manoeuvre de la garniture de battage (si la garniture est équipée de coulisse)

Injection de tensio-actifs

Non Garniture libérée Oui

Oui Réduction de ∆P
Problème majeur de venue
en circulant BOP fermé

Non Oui Non

Réduction de ∆P
Diminution de pression hydrostatique par purge des tiges

Garniture libérée Oui Garniture libérée

Non
Non Back off

Battage

Garniture libérée
Non Non

DST Oui

Non

Surforage repêchage combinés

Oui Non SIDE-TRACK

FIG. 3.3 Exemple d'arbre de décision utilisé pour traiter un collage

La mise en place dans l'espace annulaire de lubrifiants et de tensio-actifs modifiant la


valeur du coefficient de friction Cf et / ou détruisant le cake va généralement contaminer la
boue et modifier ses caractéristiques rhéologiques. Cela peut poser quelques problèmes de
stabilité des parois du trou et également d'élimination de la boue contaminée (problèmes
d'environnement).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


116
Identification et résolution des coincements

Donc, généralement, la procédure adoptée par la majorité des opérateurs est :


• Essayer de se libérer par battage et travail de la garniture pendant quelques heures (de
l'ordre de 2 à 4 heures suivant les opérateurs et les circonstances). Ce temps sera mis à
profit pour préparer le ou les bouchons (approvisionnement des produits et fabrication
du bouchon),
• Ensuite mettre en place le ou les bouchons (lubrifiants et tensio-actifs),
• Et réduire la pression différentielle si le puits s'y prête.

Cette façon de procéder a l'avantage de ne pas contaminer la boue si la garniture est libérée
rapidement par le battage et le travail de la garniture.

Pour ce type de coincement, le facteur temps est primordial. Les chances de réussite
diminuent très vite. Il faut donc identifier le phénomène et réagir très rapidement, l'action
entreprise dans les toutes premières secondes est décisive. Les statistiques confirment ces
points, elles montrent que :
• Les coincements se produisent principalement au changement de poste, dans les deux
premières heures après la prise de poste et les jours de relève. Cela correspond à des
périodes de plus faible concentration du personnel et prouve qu'il en faut très peu pour
passer d'une situation maîtrisée à un problème majeur.
• Très souvent, la garniture est libérée de suite après quelques coups de coulisse (d'où
l'intérêt d'avoir une coulisse dans la garniture).
• Environ 50 % des coincements sont résolus dans les 4 heures qui suivent ou dès la mise
en place d'un bouchon de tensio-actifs et de lubrifiants.
• 80 % des coincements que l'on peut résoudre le seront dans un délai de 48 à 72 heures.
• Au delà de 96 heures, les chances de succès sont pratiquement nulles.

3.l.4.1 Premières mesures à prendre

Dès que l'on a identifié un collage par pression différentielle, il faut :


• Arrêter ou réduire le débit de circulation (afin de réduire les pertes de charge dans
l'espace annulaire et, par conséquent, la valeur de la pression différentielle en face de la
zone de coincement).
• Travailler la garniture en tension et en torsion au maximum de ses possibilités tout en
veillant à ne jamais dépasser les limites (habituellement on ne dépasse pas 90 % de la
limite élastique du tubulaire). Si l'on applique à la fois une tension et une torsion, il faut
tenir compte de la combinaison de contraintes.
• Battre immédiatement à pleine puissance si l'on dispose d'une coulisse dans la garniture.
• Par la suite, faire des mesures d'élongation à différentes tensions afin d'avoir une
première estimation du point de coincement. Cela permet, entre autre, de vérifier s'il

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


117
Identification et résolution des coincements

coïncide avec une zone poreuse perméable et d'estimer la longueur de coincement,


informations importantes pour la mise en place des bouchons.

Nous avons indiqué auparavant que le problème s'aggrave (augmentation de la surface de


contact entre la garniture et la paroi du puits, donc nécessité d'une force de plus en plus
importante pour libérer la garniture) si la pression différentielle et / ou les caractéristiques du
cake ne sont pas modifiées en face de la zone de coincement. Donc, s'il n'y a pas de progrès
notable, il est inutile de battre et de travailler la garniture pendant des heures, il faut agir au
niveau du cake et de la pression différentielle.

Si la garniture n'est pas équipée d'une coulisse ou si cette dernière est inutilisable (coulisse
sous le point de coincement, trop loin du point de coincement, frottements trop importants,
seuil de déclenchement mal réglé, etc.), les chances de succès sont encore réduites. On peut
envisager de faire un back off et de raccorder une garniture mieux adaptée, mais le résultat du
back off n'est pas assuré et de toute façon cette opération sera longue. Dans une telle
situation, il est préférable de limiter le temps passé à travailler la garniture et d'agir le plus
rapidement possible au niveau du cake et de la pression différentielle.

3.1.4.2 Mise en place de bouchons

Ces bouchons seront mis en place au droit de la zone de coincement pour imprégner le
cake et seront progressivement déplacés dans l'espace annulaire. Le principal but de ces
bouchons est de fragiliser le cake et d'abaisser le coefficient de friction Cf. Les bouchons ont
également un effet sur la pression différentielle si leur densité est plus faible que celle de la
boue dans l'espace annulaire.

Les compagnies de fluides de forage commercialisent des produits adaptés aux différents
types de boue utilisés. Ces produits sont à base de tensio-actifs et de lubrifiants. Les huiles
ont tendance à mouiller le tubulaire et à former un film entre le cake et la garniture réduisant
ainsi la valeur du coefficient de friction.

Le gas oil a été communément utilisé et l'est encore dans certains endroits : il a l'avantage
d'être disponible sur le chantier mais il pose des problèmes de pollution. Si l'on ne dispose
pas sur le chantier de produits spécifiques, il pourra être utilisé en remplacement.

On peut mettre en place des bouchons constitués d'un fluide plus léger que la boue de
forage ou ayant une densité voisine. Le fluide léger aura tendance à migrer dans l'espace
annulaire et pose des problèmes pour contrôler sa position. De plus la réduction de la pression
différentielle sera relativement faible. Pour éviter ces différents problèmes, on préfère mettre
en place des bouchons ayant une densité légèrement supérieure (environ de 2 points) à celle
du fluide de forage.

L'expérience montre qu'en définitive les points les plus importants ne sont ni la densité ni
la composition du bouchon, mais quand le bouchon est mis en place et comment il est déplacé
dans l'espace annulaire.

Les meilleurs résultats sont obtenus :

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


118
Identification et résolution des coincements

• Dans les puits déviés en injectant le bouchon dans les toutes premières heures
(efficacité maximum si le bouchon est mis en place dans un délai de 4 heures) après le
coincement (dans les puits verticaux, ce point semble moins fondamental).
• Avec des volumes importants de fluide. Lorsque le haut du bouchon atteint le sommet
du point de coincement, la queue du bouchon doit se trouver à l'intérieur des tiges
(figure 3.4) de façon que, pendant toute la phase d'imprégnation, la zone de coincement
soit couverte par le bouchon.
• En déplaçant périodiquement le bouchon (à raison de 50 l toutes les demi-heures).
• En laissant séjourner le bouchon au minimum 12 heures en face de la zone de
coincement tout en ne dépassant pas une trentaine d'heures.

Boue de forage

Par oi du trou

SABLE Cake

Déplacement initial Déplacement d'un petit Déplacement de faibles


volume après une heure volumes à intervalles
021JB9844
réguliers

FIG. 3.4 Mise en place et déplacement du bouchon

Travailler la garniture ne favorise pas l'efficacité du bouchon. Donc pendant la mise en


place du bouchon et la période d'imprégnation, il est recommandé de maintenir une traction
égale au poids de garniture libre et de travailler la garniture à intervalles réguliers (toutes les
heures par exemple).

Avec des formations carbonatées, on peut utiliser de l'acide chlorhydrique à 15 % ou 25


%. L'acide attaque et dissous la formation, l'action est d'autant plus rapide que la teneur en
calcaire est élevée. L'acide doit séjourner le moins longtemps possible dans le tubulaire pour
éviter la corrosion. La vitesse de déplacement du bouchon dans l'espace annulaire sera
fonction de la formation (déplacement d'autant plus rapide que la formation est calcaire).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


119
Identification et résolution des coincements

L'action de l'acide est différente de celle des lubrifiants et des tensio-actifs. L'acide agit
immédiatement et perd rapidement son efficacité (limitée à environ 2 heures), il peut
également entraîner une dégradation du découvert (cavage, éboulements, etc.). Il faut donc
travailler la garniture (battage, traction, etc.) dès que l'acide est en place.

3.1.4.3 Réduction de la pression hydrostatique

Le but est de réduire la traction à appliquer sur la garniture pour la libérer en diminuant la
pression différentielle en face de la zone de coincement.

La pression hydrostatique dans l'espace annulaire peut être réduite :


• En mettant en place une boue de densité plus faible (il suffit de circuler pour remplir le
puits de boue allégée),
• En injectant un bouchon de fluide léger à l'intérieur des tiges,
• En injectant un bouchon de fluide léger dans l'espace annulaire ou dans la choke line
(cas des BOP sous-marins),
• En utilisant un train de test.

Réduire la pression hydrostatique peut causer une venue et / ou une instabilité des parois
du puits avec certains types de formations. Donc, il faut bien évaluer tous ces risques avant
d'utiliser cette méthode (risques faciles à évaluer en développement, mais beaucoup plus
difficiles en exploration). Le maintien du contrôle primaire (maintien des fluides de formation
en place uniquement par l'intermédiaire de la boue) est primordial : il doit passer avant toutes
les autres considérations.

Quelle que soit la méthode utilisée pour réduire la pression hydrostatique, il faut surveiller
de près les indicateurs de venue pendant toute l'opération.

Remarque : Etant donné, en général, la faible marge de traction dont on dispose et la faible
réduction de la pression que l'on peut appliquer sans produire une venue et / ou
endommager le découvert, les chances de libérer la garniture seront plus
importantes si on a injecté au préalable des bouchons de lubrifiants et de tensio-
actifs : c'est donc l'opération de la dernière chance avant l'abandon du poisson
en place.

a) Injection d'un bouchon de fluide léger à l'intérieur des tiges

La méthode consiste à pomper par les tiges un bouchon de fluide plus léger que la boue de
l'espace annulaire. Il se produit un vidage partiel de l'annulaire lorsque les deux colonnes de
fluide s'équilibrent. Pour cela, la circulation doit être possible dans les deux sens pour
permettre le retour du fluide par les tiges, donc la garniture ne doit pas être équipée de
soupape.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


120
Identification et résolution des coincements

Cette méthode présente un inconvénient majeur : il est impossible de savoir si le puits est
stable ou non après l'équilibrage des deux colonnes de fluides car l'annulaire n'est plus plein.

On procédera de la façon suivante :


• Déterminer la diminution de pression ∆P que l'on peut appliquer sans risque de venues
et / ou d'instabilité des parois du puits,
• Remplir l'intérieur des tiges d'un volume déterminé V d'eau, de gas oil ou de boue
légère, suivant la diminution de pression ∆P que l'on veut obtenir dans l'espace
annulaire,
• Fermer en tête des tiges et mettre la garniture en tension,
• Purger l'intérieur des tiges et laisser le niveau s'équilibrer dans l'espace annulaire (la
purge peut être réalisée par étapes successives),
• Si la garniture se décolle, mettre la garniture en mouvement (rotation et translation) et
circuler pour évacuer le reste du tampon et remplir le puits.
Il faut vérifier si le puits est stable et agir en conséquence. Si le puits est stable, il est
préférable de dégager la garniture de la zone de coincement avant de circuler. S'il y a
des risques de venues, il faut d'abord remplir le puits, la priorité étant le maintien du
contrôle primaire.

Le volume V de fluide de densité d2 à injecter dans les tiges pour produire une diminution
de pression ∆P dans le puits est donné par la relation suivante (voir annexe) :

Cea Ct
V = 10.2 . ∆P . + (3.2)
d1 (d1 - d2 )

V : volume de fluide léger mis en place dans les tiges exprimé en l,


∆P : diminution de pression produite dans le puits par la mise en place du volume V
de fluide léger, exprimée en bar,
d1 : densité de la boue du puits,
d2 : densité du fluide léger injecté dans les tiges,
Cea : capacité de l'espace annulaire tubage / tiges exprimée en l / m,
Ct : capacité de l'intérieur des tiges exprimée en l / m.

Une variante de cette méthode consiste, après avoir pompé le tampon dans les tiges, à
procéder à plusieurs fermetures et ouvertures successives en tête de tiges. Le but recherché
est de décoller la garniture grâce aux coups de bélier produits dans le puits par la fermeture
brutale en tête. Cela équivaut à un battage.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


121
Identification et résolution des coincements

b) Injection d'un bouchon de fluide léger dans l'espace annulaire

La méthode consiste à :
• Déterminer la diminution de pression ∆P que l'on peut appliquer sans risque de venues
et / ou d'instabilité des parois du puits,
• Mettre la garniture en tension et fermer l'annulaire,
• Mettre en place par circulation inverse un volume déterminé V d'eau, de gas oil ou de
boue légère suivant la diminution de pression ∆P que l'on veut obtenir dans l'annulaire,
• Puis ouvrir l'annulaire pour laisser les deux colonnes s'équilibrer,
• Si la garniture se décolle, mettre la garniture en mouvement (rotation et translation) et
circuler pour évacuer le reste du tampon et remplir le puits.
Comme dans le cas précédent, il faut vérifier si le puits est stable et agir en
conséquence : dégager d'abord la garniture de la zone de coincement si le puits est
stable ou commencer par circuler le bouchon s'il y a un risque de venue, la priorité étant
le maintien du contrôle primaire.

Le volume V de fluide de densité d2 à injecter dans l'espace annulaire pour produire une
diminution de pression ∆P dans le puits est donné par la relation suivante (voir annexe) :

Cea Ct
V = 10.2 . ∆P . + (3.3)
(d1 - d 2 ) d1

Les notations et les unités de la relation (3.3) sont les mêmes que celles de la relation (3.2).

Comme dans le cas précédent, pour réaliser cette opération, il ne faut pas que la garniture
soit équipée d'une soupape. C'est la principale limitation de ces méthodes car les garnitures
actuellement utilisées sont généralement équipées d'une soupape.

Dans cette méthode, l'espace annulaire reste toujours plein, donc il est facile de voir si le
puits est stable ou non. Ceci est un avantage important sur la méthode précédente.

Remarque : Pour obtenir la même diminution de la pression différentielle ∆P, le volume V


de fluide léger à pomper dans les tiges est plus faible que celui à pomper dans
l'espace annulaire (avec les mêmes densités d1 et d2 dans les deux cas).

Sur les engins flottants, suivant la densité de la boue et la profondeur d'eau, la pression
hydrostatique peut être réduite rapidement et de façon sûre en déplaçant le contenu de la
choke line par un fluide léger.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


122
Identification et résolution des coincements

c) Utilisation d'un train de test

C'est la façon la plus sûre pour réduire la pression hydrostatique car elle permet de
contrôler plus facilement le puits en cas de venue. Mais, pour la réaliser, il faut disposer
d'équipements de test, de back off et elle nécessite beaucoup plus de temps que les méthodes
précédentes. Par contre, elle peut être réalisée avec une soupape dans la garniture ou avec un
poisson bouché. Elle consiste à :
• Dévisser la garniture à l'explosif au dessus du point de coincement.
• Descendre un train de test contenant un tampon de fluide (eau, gas oil, boue) d'une
hauteur telle que l'ouverture du test produise la diminution de pression souhaitée au
niveau de la zone de coincement.
• Reconnecter le train de test sur le poisson, ancrer le packer et ouvrir le train pendant un
cours instant. Il ne s'agit pas de faire un test de formation (la couche ne doit pas
débiter), mais d'appliquer une réduction de pression sur la couche.
• Refermer le test, désancrer le packer et travailler la garniture en traction et en rotation
pour la libérer.

Avec cette méthode, les risques d'échec et d'allonger le poisson sont nombreux (nécessité
de faire un back off, de descendre une garniture équipée d'un packer, de se reconnecter et de
s'ancrer, risque de rester coincer avec le train de test, etc.).

Composition du train de test (figure 3.5)


• Si la connexion au point de dévissage est en bon état, il est préférable de raccorder par
filetage. Il faut éviter d'utiliser un overshot.
• Prévoir un joint de sécurité entre la tête du poisson et le packer pour dévisser en cas
d'impossibilité de libérer le poisson.
• Placer un raccord de circulation ou un tube perforé sous le packer pour mettre en
communication l'espace annulaire sous packer avec l'intérieur du train de test si
l'intérieur du poisson est bouché ou équipé d'une soupape.
• Utiliser un packer pour trou ouvert ancré en compression. Il ne doit pas s'ancrer en
rotation car il faut d'abord se reconnecter au poisson.
• Incorporer une coulisse pour désancrer le packer, remonter le train de test et libérer le
poisson en cas de difficulté.
• Utiliser un tester de type MFE (ce type d'équipement permet de répéter plusieurs fois
l'opération et de faire le test en trou ouvert).
• Placer une vanne de circulation inverse au dessus du tester, s'ouvrant par mise en
pression de l'intérieur des tiges ou par largage d'une barre, pour mettre en
communication l'intérieur du train et l'espace annulaire au dessus du packer.
• Prévoir une longueur suffisante de masses-tiges pour ancrer le packer, opérer la vanne
de test et battre à la coulisse si nécessaire.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


123
Identification et résolution des coincements

Coulisse

Vanne circulation inverse

Tester hydraulique

Safety joint

Packer open hole

Raccord circulation

Safety joint

006JB9750

FIG. 3.5 Exemple de train de test utilisé pour décoller


une garniture coincée par pression différentielle

Procédure et précautions à prendre pour réaliser l'opération


• Déterminer le point de coincement et dévisser la garniture à l'explosif le plus près
possible de ce point.
• Sélectionner une zone bien calibrée pour ancrer le packer (pour cela, il peut être
nécessaire de faire un caliper). Si la longueur du découvert est faible, il est préférable de
l'ancrer dans le tubage.
• Faire une manœuvre pour conditionner et nettoyer la tête du poisson si nécessaire.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


124
Identification et résolution des coincements

• Déterminer la hauteur h du tampon de densité d2 à mettre en place en fonction de la


diminution de pression ∆P que l'on désire appliquer au niveau du poisson (l'ouverture
du test ne doit pas mettre le puits en débit). Nous avons :
H . d1 - 10. 2 . ∆ P
h=
d2
(3.4)

h : hauteur du tampon de boue de densité d2 mis en place dans les tiges exprimée
en m,
H : hauteur disponible au dessus du tester exprimée en m,
∆P : diminution de pression produite dans le puits exprimée en bar,
d1 : densité de la boue du puits,
d2 : densité du fluide léger mis en place dans les tiges.

La hauteur h du tampon est limitée par la hauteur H disponible au dessus du tester.


• Assembler et descendre lentement le train de test (les by pass du tester permettent la
communication de part et d'autre du packer et évitent de squeezer sous packer).
• Reconnecter le train de test sur le poisson.
• Ancrer le packer (les by pass se ferment lors de l'ancrage).
• Ouvrir le tester (l'ouverture est obtenue en relâchant une partie du poids de la garniture)
et observer les pressions en tête (tiges et espace annulaire) et le poids de la garniture.
Une durée d'ouverture du test d'une minute environ est suffisante, le but n'est pas
de faire débiter la couche.
La libération d'un poisson de poids important, pouvant glisser librement vers le bas
lorsqu'il est libéré, produit en général un désancrage du packer. Cela se manifeste en
surface par une augmentation du poids au Martin Decker (si l'on note une augmentation
du poids, il faut immédiatement travailler la garniture).
Si le poisson n'est pas libéré ou s'il ne peut pas glisser vers le bas (par exemple parce
que l'outil est au fond du trou), il n'y aura pas de récupération de poids.
• Qu'il y ait ou non récupération de poids, il faut refermer le test environ une minute après
son ouverture, désancrer le packer et travailler la garniture en traction et rotation.
• Dès que le poisson est libéré, il faut maintenir la garniture en mouvement, ouvrir la
vanne de circulation inverse et circuler pour évacuer le tampon et remplir les tiges.
Comme pour les deux autres méthodes de réduction de pression, il faut vérifier si le
puits est stable et agir en conséquence : d'abord dégager la garniture de la zone de
coincement si le puits est stable ou remplir le puits en premier si l'on craint une venue.
Dans tous les cas, la priorité est le maintien du contrôle primaire.
• En remontant, on limitera la vitesse de manœuvre pour réduire les risques de pistonnage
bien que les by-pass soient ouverts et limitent ce risque.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


125
Identification et résolution des coincements

3.2 Les coincements mécaniques


Contrairement aux collages, ces coincements sont presque toujours localisés sur une faible
portion de la garniture et généralement situés au niveau des changements de diamètre de la
garniture. Les causes de ces coincements sont très diverses et pas toujours faciles à identifier,
nous ne retiendrons que les principales.

3.2.1 Trous de serrure (key seat)

Les key seats sont des gouttières creusées dans le terrain par le frottement des tiges
pendant le forage ou les manœuvres. Ces gouttières se développent au niveau des dog legs ou
des décrochements qui sont d'autant plus profonds que :
• le terrain est tendre,
• le dog leg est élevé,
• la tension des tiges est grande,
• les tiges y travaillent longtemps.

Ces gouttières de profondeur et de longueur variables ont une largeur voisine du diamètre
des tool joints de tiges qui y passent librement. Ce n'est pas le cas des masses-tiges qui
peuvent s'y coincer en cours de remontée. Les coincements les plus sévères correspondent à
des garnitures où le diamètre des masses-tiges est voisin de celui des tool joints des tiges.
Dans ce cas, les masses-tiges pénètrent dans le key seat et s'y coincent progressivement.

Les key seat ne sont pas spécifiques aux forages dirigés. Ils peuvent également se
manifester dans les puits subverticaux ne dépassant pas quelques degrés d'inclinaison. En
effet, le profil de ces puits est peu ou pas contrôlé et l'usage des stabilisateurs est plus limité
qu'en forage dirigé, ce qui se traduit parfois par des dog legs violents.

Il existe un autre type de key seat qui se développe sur le point bas de certains trous très
inclinés. Ils sont généralement provoqués par l'utilisation de stabilisateurs sous-dimensionnés
dans des terrains hétérogènes présentant des alternances de terrains tendres et durs. La largeur
du key seat correspond au diamètre du stabilisateur sous-dimensionné qui y passe librement,
ce qui n'est pas le cas pour un stabilisateur plein diamètre, le near bit par exemple. Le travail
des tiges peut également être à l'origine de gouttières sur le point bas.

Signes précurseurs :

Le développement d'un key seat est facile à identifier. Les manifestations sont :
• Accrochages vers le haut lors du passage de la 1ère masse-tige ou stabilisateur à une
cote bien précise,
• Descente toujours libre au niveau du key seat,
• La cote d'accrochage correspond à un dog leg.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


126
Identification et résolution des coincements

Prévention :

Il faut éviter les dog legs sévères surtout lorsqu'un découvert important reste à forer.

Si le puits présente un dog leg accidentel trop sévère, il faut essayer de l'atténuer d'abord
par une passe d'alésage et ensuite faire travailler un aléseur en tension à son niveau pendant la
poursuite du forage. A chaque manœuvre, l'aléseur sera remonté d'une longueur égale aux
nombres de mètres forés par l'outil précédent.

Dès les premiers symptômes de formation de key seat, il faut inclure au sommet des
masses-tiges un key seat wiper ou à défaut un stabilisateur. Il est recommandé également
d'inclure dans les tiges lourdes, au dessus du key seat wiper, une coulisse permettant de
battre vers le bas.

Si la garniture comporte une coulisse intercalée dans les masses-tiges, il est préférable de
l'enlever et d'en intercaler une dans les premières tiges lourdes.

Si les masses-tiges ne sont pas protégées par un key seat wiper ou un stabilisateur, il faut
éviter les tractions importantes en cours de remontée. Il faut remonter en alternant tractions
légères et rotations sur cales (cette manoeuvre est largement facilitée par les têtes d'injection
motorisées).

Lorsque des coincements partiels se manifestent dans les trous de serrures, le blocage des
connexions se trouvant sous le point d'accrochage doit être sérieusement contrôlé ; ceci afin
d'éviter un dévissage par inertie au cours des manoeuvres de décoincement.

Méthodes de décoincement :

Dès qu'un tel coincement survient, il faut :


• Eviter impérativement les tractions élevées,
• Essayer de se dégager vers le bas en mettant la garniture en compression et en torsion,
• Battre vers le bas si la garniture comporte une coulisse au dessus des masses-tiges.
• En général, la mise en place d'un bouchon de lubrifiants au niveau du point de
coincement facilite grandement la libération de la garniture.

Si ces manœuvres sont sans effet :


• Déterminer le point de coincement (Free Point Indicator) et dévisser à la première tige
ou tige lourde libre.
• Raccorder avec une garniture de battage qui puisse entrer directement dans le key seat à
la descente, c'est à dire dont la partie inférieure ne comporte pas d'éléments ayant un
diamètre supérieur aux tool joints des tiges qui ont produit le key seat. Pratiquement,
cette garniture sera réalisée en utilisant l'assemblage suivant :
- Un raccord d'usure avec un système de centrage,
- Une coulisse pour battre vers le bas de diamètre extérieur inférieur à celui des tool
joints des tiges,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


127
Identification et résolution des coincements

- Une ou deux tiges lourdes (suivant la longueur du key seat),


- Un ou deux trains de masses-tiges.
Si la garniture de repêchage passe librement à côté de la tête de poisson, il faut
intercaler sous la coulisse une tige coudée en baïonnette et / ou un système du type
raccord à jet latéral obturable (side wall connecter). Dans ce cas, la reconnexion de la
garniture peut s'avérer très difficile.
• Bloquer la garniture au couple et battre vers le bas tout en circulant abondamment.
• Si après 2 ou 3 heures de battage, il n'y a pas de progrès, mettre un bouchon lubrifiant
au droit du key seat et continuer le battage.
• Dès que le poisson est décoincé, remonter lentement en back reaming.

3.2.2 Chutes de roches ou d'objets

La technique pour se libérer consiste à travailler la partie coincée en torsion, tension,


compression et battage. La puissance de battage n'est pas primordiale, il faut plutôt favoriser
les vibrations du train de sonde et produire des chocs à une cadence élevée.

Ce type de coincement étant très localisé, la partie coincée se trouve soumise à des
contraintes très importantes. Une action prolongée dans le mauvais sens peut rendre définitif
un coincement bénin à l'origine.

La première manœuvre consiste donc à faire vibrer la garniture tout en la soumettant à


une force contraire à celle qui a provoqué le coincement, un battage bien orienté aidé par
la mise en place d'un bouchon lubrifiant permet de résoudre la plupart des coincements de ce
type.

Quand la garniture ne comporte pas de coulisse, on peut induire une sorte de battage en
produisant des à-coups de pression à la pompe. Pour cela, il suffit de by-passer l'amortisseur
de pulsation et / ou d'enlever un clapet sur certaines pompes.

3.2.3 Les éboulements

Les argiles schisteuses et feuilletées, les roches fracturées, le charbon ainsi que les terrains
de surface non consolidés sont des formations à risque d'éboulement.

Pour limiter ces risques, la tenue des parois est essentielle. A cette fin, il faut éviter les
débits élevés, les annulaires restreints, les manœuvres inutiles dans le découvert et augmenter
la viscosité de la boue.

Ce type de coincement se traite comme les chutes d'objets si l'éboulement est limité.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


128
Identification et résolution des coincements

3.2.4 Trou sous calibré

Ce danger auquel nombre de foreurs ne sont pas suffisamment sensibilisés, mérite une
attention particulière car, bien que facile à éviter, il est à l'origine de nombreux coincements.
Les cas les plus fréquents sont dus à la descente sans précaution :
• D'une garniture beaucoup plus rigide que la précédente,
• D'un outil neuf après un outil remonté avec une perte de diamètre,
• D'un outil monobloc (diamant, PDC, etc.) après un tricône.

Ces coincements sont généralement sans gravité et cèdent aux premiers coups de coulisse.
Ils se traitent de la même façon que les chutes d'objets.

3.2.5 Ponts de sédimentation

Dans la plupart des cas, ces ponts qui se développent au niveau des changements de
diamètre (tool joints, stabilisateurs, masses-tiges) sont de faible épaisseur. Les coincements
qu'ils provoquent sont généralement sans gravité et se traitent comme les chutes d'objets en ce
qui concerne les contraintes mécaniques à appliquer au train de tige. Toutefois, la
sédimentation étant le fait d'une boue mal adaptée, le rôle de cette dernière sera primordial
aussi bien à titre préventif qu'à titre curatif.

3.3 Coincements dûs à la formation

3.3.1 Coincements dûs à l'instabilité des parois du puits

Ces coincements surviennent au niveau de certaines formations rendues instables par la


présence d'un trou (redistribution des contraintes autour du trou) et du fluide de forage. Cette
perturbation entraîne généralement un resserrement ou une déformation du trou provoquant
un coincement partiel ou total de la garniture. De plus, la circulation peut être complètement
perdue.

3.3.1.1 Argiles fluentes

Certains types d'argiles (les smectites) ont naturellement tendance à fluer car les feuillets
qui les constituent sont faiblement liés entre eux. Ces argiles se gonflent en absorbant une
grande quantité d'eau libre (provenant de la boue) entre les feuillets qui glissent les uns sur
les autres. Si ce phénomène n'est pas rapidement contrôlé, le trou se referme progressivement
et coince la garniture.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


129
Identification et résolution des coincements

Signes indiquant des argiles fluentes :

Généralement, ce genre de coincement s'annonce par :


• Une augmentation du couple de rotation en forage,
• Des accrochages lorsque l'on dégage du fond, avec des montées de pression allant
jusqu'à impossibilité de circuler,
• La présence d'argiles plastiques sur les tamis vibrants et une diminution du volume de
déblais,
• Une augmentation de la teneur en solides dans la boue,
• Une modification des caractéristiques rhéologiques de la boue (augmentation de la
viscosité),
• Un reforage systématique de la même zone à la descente.

Mesures préventives :

Pour éviter le gonflement des argiles et le fluage, il faut agir au niveau des caractéristiques
de la boue, pour cela :
• Augmenter la densité de la boue,
• Réduire la filtration (améliorer la qualité du cake et réduire son épaisseur),
• Ajouter un lubrifiant approprié dans la boue,
• Augmenter le débit de circulation.

Mais il peut être nécessaire de changer de type de boue. Les boues au chlorure de
potassium, au gypse, au glycol et les boues à l'huile sont souvent les seuls remèdes.

Il faut également utiliser une garniture adaptée aux circonstances :


• Eviter d'utiliser des masses-tiges surdimensionnées,
• Réduire la surface de contact avec la paroi du trou en utilisant des masses-tiges
spiralées,
• Le nombre de stabilisateurs et de masses-tiges doit être réduit au maximum, les tiges
lourdes seront utilisées pour mettre du poids sur l'outil,
• Incorporer une coulisse au dessus de la zone à risques.

En manœuvre :
• Redescendre lentement dans la zone à risques,
• Reforer systématiquement jusqu'à ce que la garniture passe librement sans circulation ni
rotation.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


130
Identification et résolution des coincements

Pendant le forage :
• Utiliser un débit de circulation le plus élevé possible pour bien nettoyer le trou et
maintenir une pression maximum dans l'espace annulaire,
• Arrêter et démarrer progressivement les pompes pour éviter les surpressions et les
décompressions brutales dans l'espace annulaire,
• Limiter les immobilisations de la garniture,
• Faire des short trip fréquents.

Généralement, ce type de formations est difficile à maintenir en place et vieillit très mal, il
faut les tuber le plus rapidement possible.

Traitement du coincement :

L'annulaire étant obstrué, la circulation ne passe généralement pas et la première chose à


faire est de rétablir la circulation, ce qui n'est pas toujours évident. Le moyen le plus simple
consiste à repousser les argiles en pompant à la pression maximum que peut supporter
l'ouvrage. On peut tenter également de mettre l'annulaire en pression sans toutefois dépasser
la pression maximum admissible dans cette partie de l'ouvrage.

S'il n'est pas possible de rétablir la circulation, la solution consiste à dévisser le plus bas
possible pour traiter la boue.

Normalement, ce type de coincement se résout progressivement par une traction puissante


et suffisamment prolongée, accompagnée d'une circulation abondante avec des agents
mouillants et lubrifiants. Il ne faut pas hésiter à maintenir la traction maximum sur la
garniture pendant quelques heures.

Il faut tenter également toutes les manœuvres habituelles pour se décoincer (tension,
compression, couple et battage) tout en maintenant une circulation abondante. Si l'on est
amené à faire un back off, la garniture de battage comportera un maximum de masses-tiges
au-dessus de la coulisse.

En cas d'échec du battage et du travail de la garniture, il n'est pas conseillé de tenter de


résoudre le coincement avec une garniture de surforage.

3.3.1.2 Argiles feuilletées

Ces argiles sont moins dangereuses que les précédentes et les coincements qu'elles
provoquent sont, généralement, plus faciles à résoudre. Ces argiles ont tendance à se déliter et
à s'ébouler dans le puits.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


131
Identification et résolution des coincements

Signes précurseurs :
• Avancement rapide suivi d'une quantité importante de déblais sur les tamis vibrants,
• Accrochages au dégagement du fond et à la remontée,
• Reforage assez facile à la descente,
• Volume important de déblais sur les tamis vibrant à la reprise du forage,
• La pression reste stable à l'exception de quelques à-coups provoqués par des retombées
importantes.

Mesures préventives :
• Augmenter la viscosité de la boue et réduire le filtrat. L'augmentation de la densité de la
boue peut être bénéfique dans certains cas.
• Assurer un bon nettoyage du puits en injectant régulièrement des bouchons visqueux.
• Passer la zone avec précaution en reforant et en circulant longuement,
• La rotation de la garniture permet de déplacer les déblais déposés dans l'espace
annulaire.

La plupart du temps ces mesures suffisent et le puits se stabilise assez rapidement. Sinon,
les mesures préconisées au paragraphe précédent peuvent être appliquées à l'exception de :
• L'adjonction de lubrifiants dans la boue qui risquent de favoriser le glissement des
argiles au niveau des plans de clivage,
• La mise en pression de l'espace annulaire.

Traitement du coincement :

Ce type de coincement provoque rarement une perte de circulation. Donc, libérer la


garniture sera une opération beaucoup plus facile que dans le cas des argiles plastiques.

Une circulation abondante, avec une boue à très forte viscosité et un filtrat faible, permet
généralement de nettoyer le trou et de se dégager. Elle permet aussi de refroidir le trou, ce qui
a pour effet de consolider les parois. Cet effet sera particulièrement recherché si la
dégradation des parois s'est manifestée après un arrêt prolongé de circulation.

Il faut éviter de boucher l'annulaire en injectant un bouchon à viscosité trop élevée.


L'augmentation de la viscosité doit être progressive et une bonne solution consiste à injecter
plusieurs bouchons de viscosité de plus en plus élevée.

Pendant ces opérations de nettoyage, le train de tiges est soumis aux manœuvres
habituelles de décoincement mais de façon modérée. Le travail de la garniture et la puissance
de battage seront progressivement augmentés au fur et à mesure de la mise en place des
bouchons visqueux.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


132
Identification et résolution des coincements

Si le coincement persiste après ces manœuvres :


• Circuler longuement pour traiter et homogénéiser la boue (viscosité maximum et filtrat
minimum).
• Mettre en place un bouchon très visqueux qui devra couvrir la zone des argiles
feuilletées et une cinquantaine de mètres au dessus.
• Dévisser par back-off au dessus de cette zone.
• Redescendre avec une garniture de battage.

Pendant ces opérations. il est important de tout mettre en œuvre pour ne pas perdre la
circulation.

Il est très rare que ce type de coincement résiste à ce traitement, mais si c'était le cas, le
poisson pourrait être nettoyé sans difficultés par un surforage qui ne présente généralement
pas de difficulté dans ce type de formation.

3.3.1.3 Couches de sel

Ce type de formation a une tendance naturelle au fluage dans des conditions de pression et
de température bien définies. Si ce phénomène n'est pas diagnostiqué à temps, le trou se
referme très rapidement entraînant un coincement de la garniture.

Signes précurseurs :
• Avancement rapide,
• Augmentation du couple en forage,
• Accrochages en dégageant du fond,
• Augmentation de la pression de refoulement allant jusqu'à l'impossibilité de circuler,
• Absence de déblais aux tamis vibrants,
• Présence de chlorures dans la boue,
• Reforage de la zone à la descente.

Mesures préventives :
• Utiliser une boue adaptée au forage des couches salifères (boue salée saturée ou boue à
base d'huile).
• Augmenter la densité de la boue pour maintenir le sel en place.
Pour cela, il peut être nécessaire d'atteindre une densité voisine de celle du sel (environ
2.16), ce qui risque de provoquer des pertes de circulation et des fracturations dans des
formations déjà forées.
On peut être amené à tuber pour pouvoir augmenter la densité et maintenir le sel en
place sans provoquer des pertes dans les niveaux supérieurs.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


133
Identification et résolution des coincements

Dans certaines conditions de pression et de température, il sera très difficile de


maintenir le sel en place. Le fluage de couches de sel est responsable dans certaines
régions de l'écrasement des colonnes de tubage.
• Utiliser une garniture qui réduit les risques de coincement :
- Supprimer les masses-tiges surdimensionnées et réduire au maximum le nombre de
stabilisateurs,
- Utiliser des masses-tiges spiralées,
- Réduire le nombre de masses-tiges et les remplacer par des tiges lourdes,
- Incorporer une coulisse dans la garniture au dessus du sel.
• L'utilisation de PDC excentrés donne de meilleurs résultats dans ce type de formation
que les autres outils.
• Reforer systématiquement la zone jusqu'à obtention d'un passage libre de la garniture
sans circulation ni rotation.

Traitement du coincement :

Le sel sera facilement dissous par un bouchon d'eau douce placé au niveau de la zone de
coincement. Cette méthode sera utilisée lorsque la circulation est possible.

Si la circulation n'est pas perdue, maintenir la tension maximum sur la garniture pendant
que l'on met en place un bouchon d'eau douce en face de la zone de coincement. Le volume
du bouchon doit être suffisant pour couvrir l'espace annulaire trou - garniture de fond.
Toutefois, le contrôle primaire doit être maintenu quelles que soient les circonstances.

Si l'on fore avec une boue à l'huile, il est recommandé de mettre en place un spacer
contenant de l'eau et des détergents avant le bouchon d'eau douce.

Si la circulation ne passe pas, la solution consiste à dévisser par back off le plus bas
possible pour traiter la boue et reconnecter une garniture pour faire du battage.

3.3.2 Coincements dans des formations carbonatées

Ces coincements peuvent être facilement résolus par l'injection de bouchons d'acide
chlorhydrique dilué à 15 % qui seront déplacés à un débit d'autant plus élevé que la teneur en
calcaire de la formation est élevée. En effet, l'acide a une action d'autant plus importante et
rapide que cette teneur est élevée.

En présence de terrains très calcaires, l'acide est presque immédiatement neutralisé et un


déplacement lent du bouchon limiterait son action à une faible portion de la formation
responsable du coincement.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


134
Identification et résolution des coincements

L'acide ne doit pas séjourner trop longtemps dans le matériel tubulaire qu'il peut corroder
rapidement ; c'est une raison supplémentaire pour éviter de le déplacer lentement dans la zone
de coincement.

Un bouchon de volume trop important peut provoquer une dégradation grave du trou.

3.3.3 Coincements dus aux venues et aux pertes

Venues :

En présence de terrains poreux, quand la pression hydrostatique est inférieure à la pression


de formation, il se produit une venue qui peut entraîner des solides (sables, etc.), détruire le
cake et engendrer des éboulements dans le puits. Cette dégradation du trou peut provoquer un
coincement si la venue n'est pas rapidement maîtrisée.

Le traitement de ce type de coincement sera fonction du volume de solides concerné.

En fait, de tels coincements sont très rares lorsqu'il est possible de fermer le puits car les
équipes de forage sont entraînées pour détecter rapidement et contrôler les venues. Dans le
cas de venue de gaz de surface (cas où il n'est pas possible de fermer le puits), ce phénomène
est généralement la cause de l'arrêt de l'éruption (éboulement et bouchage du puits).

Cependant, il arrive parfois que le contrôle d'une venue avec une boue mal adaptée (filtrat
et densité trop élevés) se solde par un collage par pression différentielle.

Pertes :

Les pertes sont rarement la cause directe d'un coincement. C'est leur traitement qui peut
être responsable de ce type de problèmes en obstruant l'annulaire. Enfin, à la suite d'une perte,
l'éboulement ou / et le fluage sont toujours possibles.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


135
© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training
136
CHAPITRE 4
REPÊCHAGE DE CÂBLE

4.1 Technique générale


Les câbles cassés causent parfois de longues instrumentations qui la plupart du temps
pourraient être évitées.

Dans ce paragraphe, nous nous limiterons au cas le plus fréquent, le repêchage du câble de
diagraphies en trou ouvert.

Technique de repêchage :

Il faut évaluer d'une façon aussi précise que possible la longueur de câble restée dans le
trou et essayer d'imaginer la position de l'extrémité supérieure. Ce n'est pas évident car la
chute du câble est fonction du type de câble, du diamètre, du profil et de l'inclinaison du trou.
Ainsi un câble rigide chutera relativement peu dans un trou 6" très incliné.

Une localisation aussi précise que possible de l'extrémité supérieure du câble est
primordiale car elle permet d'éviter de descendre trop bas avec l'outil de repêchage. Ceci
aurait pour conséquence de laisser au-dessus du harpon une longueur de câble qui pourrait
créer des problèmes dûs à la formation d'un écheveau à la remontée*. D'autre part, en
descendant trop bas, on peut également repousser le câble, le tasser et en faire une pelote
d'autant plus difficile à repêcher qu'elle est plus tassée.

Repêchage de câble reposant naturellement dans le trou :

Descendre le harpon une longueur environ plus bas que la côte présumée et procéder au
repêchage (2 ou 3 tours de rotation, chaque tour étant suivi d'un dégagement). Dégager
ensuite d'une longueur en observant les frottements. Si aucun signe n'indique la présence du
câble, recommencer la même manœuvre une longueur plus bas et simuler à nouveau une
remontée en dégageant sur toute la longueur. Procéder ainsi de suite 5 ou 6 fois en descendant
chaque fois d'une longueur.

* Certains harpons sont munis d'un stop qui empêche le câble de passer au-dessus de l'outil. Ce stop est à
déconseiller car il tasse très rapidement le câble.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


137
Repêchage de câble

Il faut remonter aux premiers signes anormaux (traction ou couple) même s'ils sont
douteux. Dans tous les cas, limiter les tours, surtout si le puits est cavé. Ceci permet d'éviter
de faire une grosse pelote qui se coincerait en remontant dans une partie calibrée du trou.

Élimination d'un câble tassé par une fausse manœuvre :

Un câble tassé est généralement difficile à repêcher surtout s'il a été repoussé par un outil
ou une fraise. Non seulement, il est très difficile d'y engager un harpon mais encore le câble
abîmé casse à la moindre traction et on n'en récupère que des éléments de faible longueur.

Par contre, un pont constitué par du câble tassé peut se détruire avec une fraise à lame ou
une couronne de surforage surmontées d'un ou deux paniers à sédiments. Il suffit d'être très
patient et de tourner rapidement avec un poids faible. Dès que le pont est détruit, arrêter le
fraisage, descendre un harpon et procéder comme au paragraphe précédent.

Manœuvres en surface :

Un câble récupéré au harpon se présente généralement sous forme d'un écheveau enroulé
autour de l'outil de repêchage.

Il ne faut pas tenter de démêler l'écheveau, mais dégager quelques mètres au-dessus de la
table et saisir le câble dans un collier avant de le couper.

Un câble emmêlé sur le plancher est d'autant plus dangereux à manipuler que la longueur,
et de ce fait le poids pendus sous l'écheveau, est plus important. En effet, une pelote est
surtout constituée de boucles qui peuvent se refermer brutalement. Donc, toutes les
précautions doivent être prises pour éviter des accidents qui peuvent être très graves.

Le matériel de repêchage :

Le plus courant est le harpon simple à crochet fixe. Le moins répandu est le harpon double
à crochet intérieur comportant parfois quelques crochets extérieurs (figure 4.1).

En fait, si le câble n'a pas été repoussé et tassé, il repose naturellement en spirale sur les
parois du trou et se repêche sans difficulté même sans harpon. Il suffit d'un raccord présentant
une ou plusieurs lames ou ergots qui entraînent le câble et permettent de l'enrouler autour du
raccord. Quelques manœuvres de rotation et de dégagement telles que décrites ci-dessus
assurent parfaitement la prise.

En fait, même sur les harpons, l'action des doigts ou crochets consiste surtout à entraîner le
câble pour l'enrouler et ce sont presque toujours les tours du câble autour de l'outil de
repêchage qui assurent la prise.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


138
Repêchage de câble

009JB9750

FIG. 4.1 Différents types de harpons

4.2 Repêchage des outils de diagraphies

4.2.1 Généralités

Les outils de diagraphies, ou le câble lui-même, coincent parfois en cours d'opération de


logging pour des raisons diverses.

En trou ouvert, les principales causes sont :


• La présence de débris dans le trou,
• Le collage par pression différentielle,
• L'éboulement du trou,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


139
Repêchage de câble

• Le resserrement du trou dû au fluage d'argiles ou de couches de sel,


• Le coincement du raccord en tête du câble ou de l'outil dans une rainure creusée par le
câble dans la formation (key seat) ou au niveau du sabot,
• La présence de nœuds ou torons cassés sur le câble.

En trou tubé, les principales causes sont :


• La présence de débris dans le trou,
• Entrée dans un tubage endommagé ou de diamètre inférieur à celui de l'outil,
• Le collage par pression différentielle au niveau des perforations,
• Un diamètre d'outil supérieur au diamètre intérieur du tubage (gonflement du diamètre
d'un canon de perforation après le tir),
• La présence de nœuds ou torons cassés sur le câble ou câble endommagé par un tir à
l'explosif,
• Présence de ciment mou.

4.2.2 Mesures préventives pour éviter les coincements en logging

Si le découvert présente des problèmes en cours de forage (pistonnage, frottements


importants, reforage fréquent, etc.), le contrôleur de forage se doit d'informer et d'assister
l'ingénieur de logging en lui fournissant les détails sur ce découvert et en veillant à ce que
certaines règles soient respectées :
• Faire une manœuvre de contrôle avant la première descente d'outils de logging.
• En première descente, interdire toute source radio-active (ceci est d'ailleurs valable quel
que soit le découvert, qu'il y ait des problèmes ou non).
• Éviter les outils trop longs en première descente.
• Si possible enregistrer les zones à intérêt en descente, car on n'est pas sûr de pouvoir le
faire à la remontée.
• Ne pas faire plus de 2 à 3 descentes sans contrôler le trou et ne pas laisser le découvert
plus de 12 heures sans contrôle.
• Faire le RFT le plus rapidement possible. Dégager franchement l'outil de la zone avant
de recommencer une prise d'échantillon (Il est préférable d'effectuer un contrôle de trou
avant de descendre le RFT).
• Faire les prises de carottes latérales à la volée en remontant lentement.
• Éviter tout arrêt non nécessaire, essayer de loger à la vitesse maximale de remontée
compatible avec les informations à recueillir (500 m/heure minimum).
• Si pendant une opération, on a un problème sur le treuil de l'unité de logging, ne pas
laisser les outils immobiles, mais manœuvrer le câble avec le moufle mobile sur 4 à 5
mètres en surveillant le poids au Martin Decker.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


140
Repêchage de câble

Avant toute descente, il est important de connaître :


• Les dimensions (longueur, diamètre) des outils et leur position,
• Le poids de l'ensemble des outils (calculé dans la boue),
• La limite de rupture du câble et du point faible,
• Contrôler que le matériel de repêchage spécifique est disponible sur le chantier.

4.3 Tension applicable sur le câble en cas de coincement


Pour déterminer le point le plus faible, il faut connaître :
• La limite de rupture du câble neuf,
• L'état du câble,
• La traction admissible au point faible,
• Le poids de l'outil dans la boue,

4.3.1 Le câble

Les caractéristiques des différents câbles utilisés sont indiquées dans le tableau ci–
dessous :

Câbles Type Tension de Traction maximum


usuels rupture daN autorisée (câble neuf) daN
9/16" 7 conducteurs 8 000 4 000
15/32" 7 conducteurs 7 170 3 585
7/l6" 1 conducteur 7 170 3 585
7/32" 1 conducteur 2 280 1 000

4.3.2 Le point faible

Il existe deux types de points faibles :


• Soit une pièce aux caractéristiques déterminées placée entre l'extrémité du câble et
l'outil,
• Soit construit par l'opérateur sur l'extrémité du câble : le nombre de brins utilisés en
donne les caractéristiques (pour monocâbles).

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


141
Repêchage de câble

La limite de rupture du point faible est de l'ordre de 60 à 80 % de la traction maximum


autorisée sur le câble. Pour ne pas casser, en général, on se limite à 80 % de la traction
admissible au niveau du point faible.

4.4 Méthodes de repêchage des outils de diagraphie

4.4.1 Cut and thread

Méthode :

Le câble est coupé en surface et une attache rapide est fixée aux deux extrémités. L'outil
de repêchage (overshot et grapple) est vissé au bout des tiges. On glisse le câble dans une
longueur par le haut, on accroche l'attache rapide, on visse la tige sur le train, la longueur est
descendue et le câble est déconnecté au niveau du plancher, ainsi de suite jusqu'à engager
l'overshot sur la tête de l'outil.

Avantages :

C'est une méthode efficace et sûre (particulièrement en cas de key seat ou collage). L'outil
de repêchage est guidé jusqu'au poisson grâce au câble.

Le taux de réussite de cette méthode est élevé. La moitié des échecs est due à un manque
de circulation pendant l'accrochage du poisson.

Cette méthode de repêchage est impérative si une source radioactive est présente
dans l'outil à pêcher.

Inconvénients :
• Cette méthode est longue.
• Elle ne peut pas être utilisée :
- Si le diamètre intérieur des tiges ou du tubing est inférieur à 1 7/8",
- S'il y a un nœud sur le câble.

La compagnie de logging doit tenir à disposition les équipements nécessaires pour


exécuter cette opération.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


142
Repêchage de câble

4.4.2 Outil de repêchage à fenêtre latérale (side door overshot)

Méthode :

C'est un outil vissé au bas des tiges, avec une fenêtre latérale amovible à l'intérieur de
laquelle s'enfile le câble, sur une dizaine de centimètres.

Cette méthode est à déconseiller car le câble reste à l'extérieur des tiges pendant la
descente et risque fort d'être abîmé, voire coupé.

Avantages :
• Cette méthode est rapide, pratique à moins de 1 000 m, en trou ouvert, sans déviation,
avec un diamètre suffisant pour que les tiges n'endommagent pas le câble.
• Le câble n'est pas coupé.
• Cette méthode est conseillée pour aider un outil de faible diamètre à passer un sabot
endommagé (utiliser l'overshot comme simple guide, sans grapple).

Inconvénients :
• Ne pas utiliser en déviation sinon on risque d'endommager le câble.
• Risque de casser le câble et d'avoir alors l'outil au fond du trou avec le câble au dessus.
• Ne jamais utiliser en cas de key seat particulièrement si le diamètre intérieur du tubage
est inférieur à 5 1/2".

4.5 Remarques importantes


Avec la méthode "cut and thread", pour éviter la formation de boucles au cours de la
descente, il est recommandé de toujours conserver une légère surtension sur le câble (tension
normale avant le coincement + 1 000 daN).

Lorsque le poisson est pris dans l'overshot (augmentation de pression de refoulement des
pompes à boue), il est préférable de casser le câble au point faible pour faciliter la remontée
de l'ensemble. Il est recommandé de ne pas utiliser le treuil de l'unité de logging, il est
préférable de tirer sur le câble avec l'élévateur.

La circulation de boue et une descente lente doivent faciliter le passage de la garniture au


niveau de zones de resserrement du trou, des key seat. Il faut surveiller en permanence la
tension sur le câble.

Pour toutes ces opérations, seul le personnel indispensable doit rester sur le plancher.
L'ingénieur de logging est uniquement conseiller, toute décision appartient au représentant de
la Compagnie de Pétrole.

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


143
© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training
144
ANNEXE

CALCUL DE LA DIMINUTION DE LA PRESSION HYDROSTATIQUE

1 Injection d'un bouchon léger par l'intérieur des tiges

ha
h2
d2 h h1

d1 d2

018JB9844

Injection d'un volume V Après équilibrage des deux


de fluide de densité d2 < d1 colonnes

FIG. A.1 Injection d'un bouchon léger par l'intérieur des tiges

Soit :
d1 : densité de la boue se trouvant dans le puits,
d2 : densité du fluide léger injecté dans les tiges,
h : hauteur du fluide léger mis en place à l'intérieur des tiges exprimée en m,
h2 : hauteur de fluide léger restant dans les tiges après équilibrage des deux branches
du tube en U exprimée en m,
ha : hauteur du dénivelé dans l'espace annulaire produit après équilibrage des deux
branches du tube en U exprimée en m,
V : volume de fluide léger mis en place dans les tiges exprimé en l,
V1 : volume de fluide léger revenu par les tiges après équilibrage des deux branches
du tube en U exprimé en l,
V2 : volume de fluide léger restant dans les tiges après équilibrage des deux branches
du tube en U exprimé en l,
∆P : diminution de pression produite dans le puits par la mise en place d'un volume V
de fluide léger exprimée en bar,

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


145
Annexe

Cea : capacité de l'espace annulaire tubage / tiges exprimé en l / m,


Ct : capacité de l'intérieur des tiges exprimée en l / m.

A l'équilibrage des deux branches, le niveau dans l'espace annulaire diminue d'une hauteur
ha et un volume V1 correspondant de fluide léger revient par les tiges.

Nous allons établir la relation reliant la diminution de pression ∆P produite par la mise en
place du fluide léger avec V, d1 et d2, Cea et Ct.

D'après le principe de l'hydrostatique, après équilibrage des deux colonnes, nous avons :
(h2 - ha ) . d1
=
h2 . d2
10.2 10. 2

d'où :

ha =
h2 . (d1 - d2 )
(1)
d1

Nous avons également :


V1 = ha . Cea
et
V2 = h2 . Ct

d'où :
V = ha . Cea + h2 . Ct (2)

En combinant (1) et (2) pour faire disparaître h2, nous obtenons :


d1
V = ha . Cea + ha . Ct .
d1 - d2

d'où :
d1
V = ha . C ea + Ct . (3)
d1 - d2

La diminution de pression ∆P dans l'espace annulaire est :


ha . d1
∆P =
10.2

d'où :
10.2 . ∆P
ha = (4)
d1

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


146
Annexe

En combinant (3) et (4) et en éliminant ha, nous obtenons :

Cea Ct
V = 10.2 . ∆P . + (5)
d1 (d1 - d2 )

2 Injection d'un bouchon léger par l'espace annulaire

ha
h2
d2 h
h1

d1

019JB9844

Mise en place d'un volumeV Après équilibrage des deux


de fluide léger colonnes
dans l'espace annulaire

FIG. A.2 Injection d'un bouchon léger dans l'espace annulaire

Soit :
h : hauteur du fluide léger mis en place à l'intérieur de l'espace annulaire exprimée
en m,
h2 : hauteur de fluide léger restant dans l'espace annulaire après équilibrage des deux
branches du tube en U exprimée en m,
ha : hauteur du dénivelé à l'intérieur des tiges produit après équilibrage des deux
branches du tube en U exprimée en m,
V : volume de fluide léger mis en place dans l'espace annulaire exprimé en l,
V1 : volume de fluide léger revenu par l'espace annulaire après équilibrage des deux
branches du tube en U exprimé en l,
V2 : volume de fluide léger restant dans l'espace annulaire après équilibrage des deux
branches du tube en U exprimé en l.
Les autres notations sont identiques à celle du paragraphe 1.

En appliquant le principe fondamental de l'hydrostatique, nous avons :

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


147
Annexe

h1 . d1 h2 . d2
=
10. 2 10.2

d'où :
h1 . d1
h2 =
d2

or :
h1 + ha = h2

Nous en déduisons :
ha . d2
h1 = (6)
(d1 - d2 )
Nous avons également :
V = h 2 . Cea + h a . Ct

d'où :

V = (h1 + ha ) . Cea + h a . Ct (7)

En combinant (6) et (7) pour éliminer h1, nous obtenons :

d2
V = ha . (Cea + Ct ) + ha . . C ea (8)
(d1 - d2 )
La diminution de pression ∆P dans l'espace annulaire est :
ha . d1
∆P =
10.2

d'où :
10.2 . ∆P
ha = (9)
d1

En combinant (8) et (9) et en éliminant ha, nous obtenons :

C ea Ct
V = 10.2 . ∆P . + (10)
(d1 - d 2 ) d1

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


148
Annexe

3 Utilisation d'un train de test

Fluide H
de densité d2
h

Fluide de densité d1

020JB9844

Mise en place du train de test

FIG. A.3 Utilisation d'un train de test

Soit :
d1 : densité de la boue se trouvant dans le puits,
d2 : densité du fluide léger mis en place dans les tiges avant la descente du train de
test,
H : hauteur totale disponible au dessus du tester exprimée en m,
h : hauteur du tampon au dessus du tester exprimée en m.

La diminution de pression est :


H . d1 h . d2
∆P = - (11)
10. 2 10.2
d'où :

H . d1 - 10.2 . ∆P
h = (12)
d2

© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training


149
© 2006 ENSPM Formation Industrie – IFP Training
150