Vous êtes sur la page 1sur 20

‫الجمهـــــوريــــــة الجـــزائـــريـــــــة الـــديمقـــــراطيـــــــة الشـعبيـــــة‬

Ministère de l’enseignement supérieur et Ministère de la poste et des technologies de


de la recherche scientifique l’information et de la communication

Institut National des


Télécommunications et des
‫المعهــــد الوطنـــي لالتصاالت‬
Technologies de l’Information et de la
‫وتكنــــولوجيــات اإلعالمواالتصال‬
Communication

Rapport de stage CAH

Présenté par :
HACINI azzedine

Promotion : IGE 40

2018/2019

1
Remerciement :

Avant d’entamer ce rapport, je tiens à exprimer ma


gratitude aux personnes qui m’ont accordé de leur
temps pour élargir mes connaissances pratiques et
théoriques au courant de ce stage.

Je remercie toute l’équipe du centre d’amplification


et de transmission de ouargla qui était présente pour
m’encadrer, répondre à toutes mes interrogations et
éclairer mes lumières tout au long de cette
expérience.

2
Table des matières
Chapitre 1 : Généralités…………………………………………………………………………………………………………4
1. Présentation du centre : ................................................................................................. 4
2. Importance et classification : ......................................................................................... 5
Chapitre 2 : Energie………………………………………………………………………………………………………………5
1. Schéma synoptique de production. ................................................................................ 7
2. Tâches dévolues au personnel technique en nature d’énergie : ..................................... 7
3-1 Généralités sur les systèmes de transmission : ................................................................ 8
3-1-1 Technique PDH : ............................................................................................... 8
3-1-2Technique SDH : .................................................................................................... 10
3-1-3 Technique D-WDM : ............................................................................................. 12
3-2 Equipements du centre : ................................................................................................ 13
3-2-1 Les équipement FO : .............................................................................................. 13
3-2-2 les équipements FHN : ........................................................................................... 14
3-2-4 les brasseurs : ......................................................................................................... 15
3-2-5 La télégraphie : ...................................................................................................... 16
3-2-6 supports de transmission : ...................................................................................... 17
3-3 Taches dévolues au personnel technique en matière des équipements : ....................... 18
3-4 Taches dévolues au personnel de sécurité et d’exploitation du centre : ........................ 18
3-5 Taches accomplies personnellement : ..................................................................... 19
Conclusion :………………………………………………………………………………………………………………………..20
Bibliographie :…………………………………………………………………………………………………………………….20

3
Chapitre 1 : Généralités

J’ai effectué mon stage d’imprégnation du 5/03/2016 au 15/04/2017au sein du


département de transmission CA1.

Ce stage m’a permis de me familiariser avec le milieu professionnel et m’donné


l’opportunité d’améliorer mes connaissances pratiques et les lier à mes connaissances
théoriques tout en les enrichissant.

1. Présentation du centre :
Les transmissions téléphoniques et informatiques (voix et données…) sont
devenuestrès importantes raisons pour laquelle l’Algérie a crée des centres de
transmissions sur l’échelle nationale.

Le centre d’amplification de chlef est un de ces centraux, et depuis sa mise en service,


il ne s’arrête de jouer un rôle très important dans les transmissions régionales et
locales de fait son enrichissement des moyens techniques et des nouveaux
équipements ont été acquis.

Le CA de la wilaya de chlefse situe dans un complexespécifique d’Algérie Télécoms,


le centre dispose de trois parties :

 La première est réservée au personnelle on y trouve :


 Le bureau du chef de centre
 Le bureau des techniciens
 Une grande salle réservée aux équipements et qui représente le
cœur du CAH.
 La deuxième partie contient les équipements d’énergie du centre on y
trouve :
 Une salle réservée au transformateurarrivé du secteur
SONALGAZ
 Une salle pour les redresseurs.
 Et une salle pour le Groupe électrogène.
 La troisième partie contient un pylône contenant les paraboles des liaisons
FHN et les antennes sectorielles pour les BTS (soit WLL ou GSM)

4
Les systèmes sont entièrement numériques et se basent sur trois techniques de
multiplexage :

 PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy, Hiérarchie Numérique Plésichrone)


 SDH (Synchronous Digital Hierarchy, Hiérarchie Numérique Synchrone)
 D-WDM (Dense Wavelength Division Multiplexing, Multiplexage en
Longueur d’Onde)

2. Importance et classification :

Le centre d’amplification de chlef est très important dans la chaîne de


transmission nationale, et cela grâce aux équipements et aux différentes
liaisons dont il dispose (fibre optique, FHN).

Chapitre 2 : Energie

Comme tout autre centre d’amplification Le CA de chlef nécessite un apport très


important en énergie pour le bon fonctionnement de ces équipements.

Ainsi, le centre est alimenté par le secteur de SONALGAZ délivrant, au préalable,


une tension très haute ramené à 380/220V. Cette tension est destinée pour la
climatisation et l’éclairage du centre.

les équipements du centre fonctionnent sous une tension continue de 24 et 48V,il faut
donc transformer les 380/220V du réseau en courant continue.

5
Cette transformation est assurée par un ensemble de redresseurs, filtres et régulateurs
pour obtenir les tensions citées auparavant. En cas d’une panne du réseau, un groupe
électrogène démarreraautomatiquement pour fournir les 380/220V.

Le groupeva démarreraprès une période de temps 30 s,pendant cette période ce sont


les batteries qui alimentent les équipements.

Après le rétablissement de la tension du réseau, les équipements seront recommutés


automatiques sur le réseau, le groupe reçoit ensuite un ordre d’arrêt.

En cas ou le GE ne démarre pas, on peut le démarrer manuellement. Dans le pire des


cas, c à d il n’y a ni courant du réseau ni courant du GE (en cas d’une panne), les
équipements sont alimentés par deux ensembles de batteries qui peuvent maintenir
l’alimentation pour une durée de 6h à 8h au maximum, c’est assez suffisant pour
réparer la panne du GE, la salle des batteries se compose de 2 parties :

 Le 1er ensemble est composé de 25 éléments de DDP de 2V


 Le 2eme ensemble est composé de 04 éléments de DDP de 6V
Ces batteries sontreliées en permanence au redresseur pour leurs rechargements

Le groupe électrogène :

Pour assurer l’alimentation des équipements du centre, le CA chlef dispose d’un GE


de type PERKINS avec une puissance de 100KVA.

Ce GE est accompagne d'une armoire de commande électrique qu'est le lien entre


l'arrivé SONALGAZ et le GE.

6
1. Schéma synoptique de production.

Figure 2- Schéma synoptique d'énergie

2. Tâches dévolues au personnel technique en nature d’énergie :

 Essai et mise en marche du groupe électrogène en charge chaque semaine


pendant 15-30minutes.
 Vérification du niveau d’huile et du plein du GE.
 Vérification du niveau de gasoil.
 Vérification des batteries.
 Relève des tensions et des courants sur des appareils d’affichage à la sortie des
redresseurs.
 Vérification des états de contacteurs.

7
Chapitre 3 : Equipements de transmission

Le rôle principal du CA est d’acheminer les différents signaux (voix, données) par
l’intermédiaire des équipements de multiplexage etdes supports de transmissions entre
plusieurs sites vers leurs destinations en passant par le chemin le plus court possible
avec un maximum de débit.

A cette effet le CA est équipépar des systèmes et supports à haut débit pour satisfaire
les besoins des clients (entreprises ou abonnées) ce qui oblige à gérer d’autre taches
telles que :

 Rétablissement des dérangements ;


 Construction de nouvelles lignes spécialisées ;
 Contrôle des équipements ;
 Changements des cartes endommagées ;

3-1 Généralités sur les systèmes de transmission :

3-1-1 Technique PDH :


La hiérarchie numérique plésiochrone (PDH) est née au début des années 70 avec la
numérisation du téléphone. Elle définissait, entre les points du réseau de l’opérateur,
des jonctions MIC à 2Mbit/s accueillant trente-deux circuits à 64 kbit/s par
multiplexage temporel.C’est à partir de ce multiplexage successif des circuits sur
plusieurs niveaux que la hiérarchie des débits a été créée en Europe : 2 (E1), 8 (E2),
34 (E3), 140 (E4) et 565Mbit/s (E5).

8
Figure 3-Multiplexage PDH

Le transfert de données est basé sur un flux à 2 048 kbit/s. Pour la transmission de la
voix, ce flux est séparé en 30 canaux de 64 kbit/s et 2 canaux de 64 kbit/s utilisés pour
la signalisation et la synchronisation. On peut également utiliser l'intégralité du flux
pour de la transmission de donnée dont le protocole s'occupera du contrôle.

Afin d'amener plusieurs flux de 2 Mbit/s d'un point à un autre, ils sont combinés par
multiplexage en groupes de quatre. Cette opération consiste à prendre 1 bit du flux #1
suivi d'un bit du #2, puis le #3 et enfin le #4. L'équipement émetteur ajoute également
des informations permettant de décoder le flux multiplexé.

La combinaison du multiplexage décrit permet un débit de 8 Mbit/s. Des techniques


similaires permettent d'agréger quatre de ces flux pour former des conduits de 34
Mbit/s puis 140 Mbit/s et enfin 565 Mbit/s.

Ces débits en Europe sont nommés Ei avec E1 correspondant à 2 048 kbit/s, E2


correspondant à 8 Mbit/s, E3 correspondant à 34 Mbit/s, E4 correspondant à 140
Mbit/s (le plus haut débit normalisé) et E5 correspondant à 560 Mbit/s mais n'ayant
jamais été normalisé.

9
L'utilisation du PDH se limite le plus souvent à 140 Mbit/s après quoi on lui préfère la
SDH.
Les débits PDH aux Etats-Unis sont nommés Ti avec T1 à 1,544 Mbit/s, T2 à 6,312
Mbit/s, T3 à 44,736 Mbit/s et T4 fonctionnant à 274,176 Mbit/s.

Les principaux inconvénients de la PDH qui nous poussent à aller vers une autre
technique sont :
 La location des signaux á bas débit dans les signaux à haut débits n’est ni
régulier ni prédictible.
 Les fonctions d’exploitation, de gestion et d’entretien sont faibles.
 Les circuits d’alimentation sont consommateur de temps et intensifs en main-
d’œuvre.
 L’interface de gestion du réseau n’est pas universelle.
 Inconvénient pour les transmissions à larges capacités vu que ça se fait niveau
par niveau.

3-1-2Technique SDH :
La hiérarchie numérique synchrone SDH représente un standard international pour les
télécommunications à haut débit dans les réseaux optiques de transmission. Cette
technologie permet le transport des signaux numériques transmis avec des débits
variables. Basée sur la technique de multiplexage temporel TDM (Time Division
Multiplexing), SDH est conçue pour gérer les communications en mode circuit de
bout en bout et est utilisée pour transporter des flux IP/MPLS, ATM, DSL, Ethernet,
PDH, etc.

Les débits de SDH sont appelés STM-i avec le STM-1 égal à 155 Mbit/s. STM
signifie
Synchronous Transfert Module. Le STM-4 correspond à un débit de 622 Mbit/s, le
STM-16 correspond à un débit de 2,5 Gbit/s et le STM-64 correspond à un débit de 10
Gbit/s. La SDH est concurrencée par Ethernet. En effet, SDH est une technique
originellement conçue pour gérer les communications en mode circuit, typiquement
les communications téléphoniques. Or, depuis les années 2000, le volume de données
de type paquet a supplanté en quantité celui des données de type téléphonique,
laissant SDH un peu inadapté aux nouveaux services qu'on lui demande aujourd'hui.

10
Figure 4-Exemple d'un réseau SDH

La technologie SDH se retrouve aussi bien en topologie point à point, bus et surtout
anneau.
Il faut préciser que le principal support est la fibre optique sur laquelle il est possible
d’utiliser un multiplexage WDM (multiplexage en longueur d’onde). La technologie
SDH est donc, souvent, couplée à une technique WDM quant elle relie deux ADMs
(Add and Drop Multiplexers) distants. Ceci permet de ne pas avoir à multiplier le
nombre de fibres entre 2 localités.

Mais comme chaque technique, la SDH a ses avantages et ses inconvénients.


Ses principaux avantages sont :
 L’interface optique crypte seulement le signal électrique.
 L’interface électrique peut être connectée à tous les signaux existants de PDH.
 L’interface optique peut être connectée à divers équipements de différents
vendeurs.
 Le modèle du code optique que SDH utilise est NRZ crypté.
 PDH utilise mBnB.
 Méthode de multiplexage synchrone et structure de projection flexible.
 Utilise un pointeur á multi-états pour aligner les charges de PDH dans le
châssis SDH, ainsi, une capacité d’ajouter/abandonner dynamiquement.

11
 Le débit principal est STM-1, les autres débits sont des multiples du débit
principal.
 On peut aller d’un niveau bas de SDH á niveau élevé de SDH et vice-versa.

3-1-3 Technique D-WDM :


Le multiplexage en longueur d'onde (D-WDM, Dense Wavelength Division
Multiplexing) est une technique utilisée en communications optiques qui permet de
faire passer plusieurs signaux de longueur d'onde différentes sur une seule fibre
optique, en les mélangeant à l'entrée à l'aide d'un multiplexeur (MUX), et en les
séparant à la sortie au moyen d'un démultiplexeur (DEMUX).

La capacité de transport de la fibre optique continue d’augmenter régulièrement grâce


au multiplexage en longueur d’onde. Dans le même temps, le débit de chaque
longueur d’onde ne cesse de progresser. On estime qu’il a été multiplié par deux tous
les six mois de 2000 à 2004, date à laquelle on a atteint près de 1 000 longueurs
d’onde. Comme, sur une même longueur d’onde, la capacité est passée pour la même
période de 2,5 à 40 Gbit/s et bientôt 160 Gbit/s, des capacités de plusieurs dizaines de
térabits par seconde (Tbit/s, ou 1012 bit/s) sont aujourd’hui atteintes sur la fibre
optique.

Figure 5-Multiplexage D-WDM

12
Le multiplexage en longueur d’onde, ou WDM (Wavelength Division Multiplexing),
consiste à émettre simultanément plusieurs longueurs d’onde, c’est-à-dire plusieurs
lumières, sur un même cœur de verre. Cette technique est fortement utilisée dans les
cœurs de réseau. On l’appelle DWDM (Dense WDM) lorsque le nombre de longueur
d’onde devient très grand.

Les principaux avantages de la fibre optique sont les suivants :

 Très large bande passante, de l’ordre de 1 GHz pour 1 km.


 Faible encombrement.
 Grande légèreté.
 Très faible atténuation.
 Très bonne qualité de transmission.
 Bonne résistance à la chaleur et au froid.
 Matière première bon marché (silice).
 Absence de rayonnement.

3-2 Equipements du centre :


Il existe plusieurs types d’équipements au niveau du CA chlef ontrouve :

3-2-1 Les équipement FO :

Le 16x2 (ALCATEL SEIMENS SAGEM) et 4x2 (SEIMENS, PATTON) Mbits/s :


Le terminalfibre optique convertit un signal électrique E1 en un signal optique afin de
le transmettre sur la fibre optique

ADR 155Mbits/s (HUAWEI, SAGEM, ALCATEL):

13
L’ADR 15 est un équipement à interface optique qui permet de construiredes liaisons
point à point, des anneaux STM-n ou des réseaux maillés réalisant ainsi le transport
de liaisons à 2 Mbits/s,Ethernet, STM-1. Ilpeut être utilisé comme :

 Multiplexeur terminal
 Multiplexeur à insertion extraction
 Répéteur
 Brasseur

Couvrant tous les débits de 2 à 155Mbits/s, il répond à toutes les applications qui
nécessitent une bande passante assez importante.

 622 Mbits/s : OSN2500 :

Est un système de transmission optique amélioré STM1/STM4 développé par


HUAWEI pour évaluer applications de couches, il a une forte protection au niveau du
réseau et transmit efficacement des services voix et données sur la même plate forme.

 2.5Gbit/s : OSN3500 HUAWEI

Le système 2.5 Gbits/s comprend 1008 liaisons à 2Mbits/s dont on peut insérer ou
extraire n’importe quel train numérique sans démultiplexer toute la hiérarchie

 10 Gbits/s : OSN 3500 HUAWEI :

Est une nouvelle génération d’équipements de transmission plusieurs services de


commutation par paquets et intègre plusieurs techniquesde transmission (SDH, PDH,
ATM, WDM)

3-2-2 les équipements FHN :


Le terminal FH destiné à transporter en atmosphère les liens E1 (2Mbits/s) que ça soit
voix ou donnée

Il existe des terminaux FHN :

 4x2 Mbits/s PDH (NEC et ALCATEL)


 16x2 Mbits/s SDH (NEC NEO )
 32x2 Mbits/s SDH (NEC NEO )

14
3-1-3 les équipements MIC 30 voies:

Sachant qu’il y a un nombre énorme d’abonnés il sera nécessaire d’utiliser plusieurs


multiplexeurs pour répondre à ces exigences. Les multiplexeurs existantau niveau du
CA chlef sont :

 HMUX2000 :
C’est un multiplexeur multiservice pour le réseau d’accès, dont l’objectif est
d’offrir des solutions avancées de télécommunications il est basé surune
architecture modulaire et il est constitué de différentes cartes qui
implémentent les différentes fonctions et interfaces disponibles.
L’équipement propose diverse interfaces (entrée : 2 ou 4 fils 64k, sortie E1)
et permet de fournir aux clients des services différents voix et données.

 MXS19 :
Il est basé sur le même principe que le précédent, son architecture contient
des interfaces pour deux locations et chaque interface contient des cartes
ressemblant 30 voies.

 DC30 :
Il est aussi basé sur le même principe, en tenant compte qu’il contient
seulement les cartes de 4 et 6 fils (absence des cartes de 2 fils).

3-2-4 les brasseurs :


On trouve plusieurs types de brasseurs dans le CAH chlef :

 Le brasseur 21 ports à 2Mbits/s : 21 E1 (EFFACEC)


 Le brasseur 48 ports à 2Mbits/s : 48 E1 (EFFACEC)
 Le brasseur 105 ports à2 Mbits/s : 105 E1 (EFFACEC)

Le cc21 estun système modulaire de type brasseur nx64 Kbits/s pour la


hiérarchie numérique PDH, il permet de mettre en œuvre des croisements de

15
circuits nx64 Kbits/s entre les interfaces E1 et une interface de synchronisme
externe configurable.

Les brasseurs sont utilisés dans les réseaux régionaux et urbains, la fonction de
brassage était réalisée à l’aide des répartiteurs manuels extérieurs aux
équipements de transmission

3-2-5 La télégraphie :
Le centre d’amplification CA de chlef contient trois système de télégraphie le premier
est système analogique Espagnol appelé SESA, le deuxième est un système
numérique de la firme SIEMENS appelé MRT et le troisième est un système
numérique appelé ATEL.

 Télégraphie analogique SESA :

Dans la bande (300-3400) Hz qu’elle offre, il est possible de multiplexer plusieurs


voies télex transportées par modulation, ce procédé est appelé télégraphie
harmonique, il fait usage d’une modulation analogique fréquentielle discrète (FDM)
pour constituer un multiplex de 24 voies télex à 50 bauds (ou12 voies à 100 bauds) ou
24 voies à200 bauds) àl’intérieur d’une voie téléphonique.

 Télégraphie numérique MRT :

Dans la bande (300-3400)Hzil est possible de multiplexer plusieurs voies télex


environs 48 voies télégraphique passent dans une voie téléphonique.

 Télégraphie numérique ATTEL :

Les équipements de télégraphie harmoniques type ATTEL sont des multiplex FDM de
technologie nouvelle destinée au grand réseau télégraphique, ils sont prévus pour utiliser la
bande de fréquence (300-3400) Hz des circuits téléphonique normales.

Les canaux à 50, 100 et 200 bauds obtenus répondent au norme CCITT, avec
possibilité de réaliser les faisceaux homogènes et hétérogènes.

16
Le châssis ATTEL comprend des cartes de voie émission-réception, une carte de
source de base et une carte de coupleur.

3-2-6 supports de transmission :


 Les paires torsadées :
Elles se composent de plusieurs fils de cuivre torsadées par paires, qui sont
elles mêmes torsadées entre elles.
Les connecteurs appropriés sont RG45 et RG11.
Il existe différents types de blindage : UTP, STP, FTP, S/UTP.

 Avantages : elles sont peu coûteuses et disponibles, souplesse et légèreté,


faciles à installer
 Inconvénients : sensibles au bruit, problème d’atténuation, courte distance
 Application : réseaux téléphoniques locaux, autocommutateurs privés
 Le câble coaxial :
Câble coaxial constitué de deux conducteurs électrique.
Les connecteurs sont de type BNC.
 Avantages : facile à manipuler, moins sensibles aux interférences par
rapport aux paires torsadées.
 Inconvénients : taux d’atténuation élevé, coûteux sur les longues
distances.
 Application : télévision par câble, transmission téléphonique interurbaine.
 La fibre optique :
La fibre optique est constituée de trois éléments : le cœur, la gaine et la gaine
de protection
-Il existe deux types de fibres optique : monomodes et multi modes à gradient
et à saut d’indice
-Il existe des connecteurs ST, SC ou MT-RJ.
 Avantages :faible atténuation, immunité aux interférences, une très grande
capacité (bande passante de 2 Gbps).
 Inconvénient : elle exige des installateurs hautement qualifiés l’ajout de
nœuds supplémentaires est difficile.
 Les faisceaux hertziens :
Ils sont sous forme d’une parabole plate.

17
 Avantages :des fréquences plus élevées donnent taux de données plus
élevé.
 Inconvénients :soumis à des interférences comme la pluie et le passage
des avions, les tours et les répéteurs sont très coûteux, nécessite une ligne
de vue entre l’émetteur et le récepteur.
 Application : le service téléphonique longue distance, réseaux d’entreprise
privé.

3-3 Taches dévolues au personnel technique en matière des


équipements :
Le personnel doit s’assurer du bon fonctionnement des équipements et pour cela il a
beaucoup de tâches à effectuer, dont les suivantes :

 Vérification d’absence des alarmes.


 Réparation des organes bloqués.
 Etude et réserve des dérangements.
 Contrôle des tensions et des courants.
 Vérification de tous les niveaux.

3-4 Taches dévolues au personnel de sécurité et d’exploitation du


centre :
 Affichage en évidence de l’interdiction de fumer dans le centre.
 Vérification du bon état des installations électriques.
 Mesure de la température et du taux d’humidité.
 Surveillance permanente des établissements stratégiques et importants.
 Exercices d’alerte périodiques.
 Institution d’une ou plusieurs équipes d’intervention.
 Disposition de matériel de lutte contre les incendies.

18
 Installation d’un poste de contrôle de sécurité à l’entrée du centre.

3-5 Taches accomplies personnellement :


 Relevé des dérangements.
 Réalisation d’une boucle.
 Enregistrement d’un dérangement dans le journal de charge.
 Essai de différentes alarmes.
 Envoi d’une fréquence de 800Hz pour le contrôle à l’extrémité.
 Mesure d’une liaison 2M avec l’analyseur de MIC.

19
Conclusion :

Le stage que j’ai effectué au CAHchlef a été très enrichissant, que ce soit d’un point
de vue intellectuel ou humain.

Ce stage de 42 jours m’a aidé à développer mes connaissances théoriques et à


acquérir des connaissances pratiques concernant la transmission. J’ai développé mes
connaissances concernant les systèmes numériques de multiplexage et pris
connaissances de leurs avantages, inconvénients et de leur évolution. J’ai pu constater
aussi que « Algérie télécom » en général et le CA en particulier vont vers la modernité
et vers l’utilisation d’équipements de plus en plus modernes, tel que le 10Gbit/s de
Huawei.

Au-delà de l’aspect technique, j’ai pu voir comment fonctionne une entreprise et


apprendre comment agir au sein d’un groupe où chaque individu à son propre rôle et
je dois dire que l’organisation humaine a une importance non négligeable.

Pour conclure, je peux dire avec certitude que ce stage a était un des plus enrichissants
sur plusieurs aspects surtout grâce à l’équipe du CA qui a été très accueillante et dans
laquelle j’ai facilement trouvé ma place.

Bibliographie :
 http://www.efort.com.
 Principe de la SDH de Huawei.
 Anciens rapports de stage.
 Cahiers des techniciens.

« Sincères remercîments à l’équipe du CA pour tout ce


qu’elle m’a apporté au long de mon stage. »

20