Vous êtes sur la page 1sur 106

Critères pour la restauration écologique

des mangroves
Rédaction : Rachel E. Bitoun
Rapport du 30 septembre 2019
Table des matières
TABLE DES MATIERES ....................................................................................................... 1

TABLE DES ILLUSTRATIONS ............................................................................................ 3

PARTIE 1. CONCEPTS CLES DE LA RESTAURATION ECOLOGIQUE ................... 5

1. Les mangroves ............................................................................................................................................. 5

2. La stabilité d'un écosystème ....................................................................................................................... 5

3. Les Solutions Fondées sur la Nature (SFN) ............................................................................................... 6


3.1. Les SFN de type action de protection des écosystèmes ....................................................................... 7
3.2. Les SFN de type gestion des écosystèmes ........................................................................................... 7
3.3. Les SFN de type action de restauration des écosystèmes..................................................................... 8

PARTIE 2. FONDAMENTAUX DE LA RESTAURATION ECOLOGIQUE DES


MANGROVES ....................................................................................................................... 13

1. Etape 0 : Définir l’objectif et les motivations à agir sur les mangroves. ............................................... 15

2. Etape 1 : Comprendre l’écologie des mangroves .................................................................................... 17


2.1. Services écosystémiques et mangroves .............................................................................................. 17
2.2. Ecologie structurelle des mangroves .................................................................................................. 18
2.3. Ecologie fonctionnelle des mangroves............................................................................................... 20

3. Etape 2 : Comprendre les régimes hydrologiques .................................................................................. 22

4. Etape 3 : Evaluer les facteurs gênant la succession naturelle ................................................................ 26

5. Etape 4 : Enquêter les usagers, leurs traditions, perceptions et besoins en ressources de mangroves27
5.1. Le système socio-écologique mangrove ............................................................................................ 27
5.2. Des structures sociales au profit de la résilience socio-écologique .................................................... 28
5.3. L’enquête sociologique (Annexe 1) ................................................................................................... 29

6. Etape 5 : Sélection du site approprié aux objectifs de réhabilitation .................................................... 30

7. Etapes 7-8 : Sélection des espèces et techniques de plantation .............................................................. 31


7.1. Les éléments à prendre en compte pour la plantation ........................................................................ 31
7.2. Trois techniques de plantation : la reforestation, la transplantation et l’afforestation ........................ 33

8. Etapes 9-10 : Evaluation du succès de restauration et recommandations de gestion .......................... 36


8.1. Le suivi .............................................................................................................................................. 36
8.2. Les indicateurs de suivi et de mesure du succès des actions .............................................................. 36
8.3. Recommandations pour améliorer les modes de gestion du site ........................................................ 41

PARTIE 3. VUE D’ENSEMBLE DE MANGROVES NATIONALES ET DES


PROBLEMATIQUES ASSOCIEES .................................................................................... 43

P a g e | 1 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


1. Le Costa Rica ............................................................................................................................................. 43
1.1. Caractéristiques des mangroves costariciennes du Pacifique ............................................................. 43
1.2. Revue de littérature sur la recherche nationale en restauration écologique des mangroves ............... 45
1.3. Contexte socio-économique costaricien ............................................................................................. 48

2. La Guyane française.................................................................................................................................. 51
2.1. Caractéristiques physiques du système côtier vaseux à influence de l’Amazone et des mangroves
guyanaises ........................................................................................................................................................ 51
2.2. Contexte socio-économique guyanais ................................................................................................ 57
2.3. Hypothèses sur les états possibles du système socio-écologique mangrove guyanaise ..................... 58

3. Le Sénégal .................................................................................................................................................. 61
3.1. Caractéristiques physiques des mangroves de la Réserve d’Intérêt Communautaire de la Somone,
Petite-Côte ........................................................................................................................................................ 61
3.2. Contexte socio-économique local ...................................................................................................... 64
3.3. Hypothèses sur les états possibles des mangroves de la réserve de la Somone ................................. 67

4. Le complexe lagunaire du Bénin et du Togo ........................................................................................... 68


4.1. Caractéristiques climatiques de la région littorale du Togo et du Bénin ............................................ 68
4.2. Caractéristiques physiques du milieu et des mangroves du système lagunaire .................................. 69

5. L’Indonésie : l’estuaire de Perancak et le delta de la Mahakam........................................................... 72


5.1. Caractéristiques physiques de l’estuaire de Perancak, Jembrana Regency, Bali ............................... 72
5.2. Caractéristiques physiques du delta de la Mahakam, Kalimantan ..................................................... 76
5.3. Contexte socio-économique local ...................................................................................................... 81
5.4. Hypothèses sur les états possibles du système socio-écologique de Perancak, d’après Ilman et al.
(2016) 85

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 87

ANNEXE A. GRILLE D’ENTRETIEN POUR LA REALISATION D’ENQUETES


SOCIALES. ............................................................................................................................. 95

1. Notes préliminaires sur le déploiement de l’enquête .............................................................................. 95


1.1. Plan d’échantillonnage ....................................................................................................................... 95
1.2. Traitement des enquêtes ..................................................................................................................... 95
1.3. Introduction ........................................................................................................................................ 96

2. Grille société civile et entreprises non liées à l’environnement.............................................................. 97


2.1. Informations générales ....................................................................................................................... 97
2.2. Perception et valorisation environnementale ..................................................................................... 97
2.3. Historique territorial........................................................................................................................... 98
2.4. Processus décisionnel local ................................................................................................................ 98
2.5. Régime foncier ................................................................................................................................... 99

3. Grille d’entretien ONG et gestionnaire de projet ................................................................................. 101


3.1. Informations générales ..................................................................................................................... 101
3.2. Perception et valorisation environnementale ................................................................................... 101
3.3. Pratiques et modes de gestion .......................................................................................................... 102
3.4. Contexte social, politique et économique ........................................................................................ 103
3.5. Leadership et coordination entre acteurs .......................................................................................... 103

P a g e | 2 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Table des illustrations
Figure 1 : Modèle conceptuel de la dégradation et la restauration des écosystèmes.. ............. 11
Figure 2 : Logigramme des 10 étapes de la restauration des mangroves ................................. 14
Figure 3 : Organigramme décisionnel des actions à entreprendre en mangrove...................... 15
Figure 4 : Profil d'une mangrove de Nouvelle-Calédonie ........................................................ 20
Figure 5 : Les mangroves du Rio Sierpe, Osa, Costa Rica, un exemple de forêt fluviale ....... 23
Figure 6 : Forêt de bassin en condition climatique aride, Baja California, Mexique............... 23
Figure 7 : Un exemple de mangrove littorale à Macouria, Guyane française .......................... 24
Figure 8 : Exemple de forêt submergée aux Philippines .......................................................... 24
Figure 9 : (En haut) Quelques interactions existantes entre milieu physique, processus
chimiques et biologiques et leurs conséquences environnementales. (En bas) Zone humide de
Hinchinbrook, Queensland, Australie.. .................................................................................... 25
Figure 10 : Profil de mangrove typique des sites secs du Pacifique Nord. .............................. 44
Figure 11 : Profil de mangrove typique des sites humides du Pacifique Sud .......................... 44
Figure 12 : Courant des Guyanes. ............................................................................................ 52
Figure 13 : Image satellite du 17 octobre 2006 (Macouria, Guyane française). ...................... 53
Figure 14 : Schématisation de la dynamique des mangroves de Guyane française ................. 56
Figure 15 : Carte de situation des mangroves de la Somone, Sénégal. .................................... 61
Figure 16 : Profil des unités géomorphologiques de la Somone. ............................................. 62
Figure 17 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle des unités morphologiques de
l'écosystème de la Somone sur la période 1946-2006. ............................................................. 64
Figure 18 : Carte de situation des mangroves (Bénin, Togo)................................................... 70
Figure 19 : Technique de pêche traditionnelle Acadja ou Akadja. .......................................... 71
Figure 20 : Localisation de l'estuaire de Perancak, Bali, Indonésie. ........................................ 72
Figure 21 : Système de production aquacole et crevettière de l'estuaire de Perancak. ............ 74
Figure 22 : (à gauche) surface de mangrove très restreinte en 2001, (à droite) même emprise
spatiale en 2015 ........................................................................................................................ 75
Figure 23 : Localisation du delta de la Mahakam, Kalimantan est, Borné, Indonésie. ............ 77
Figure 24 : Structure géomorphologique du delta .................................................................... 77
Figure 25 : Image Landsat acquise le 10 mars 2010 ................................................................ 79

P a g e | 3 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Tableau 1 : Catégories de Solutions Fondées sur la Nature et exemples associés ..................... 6
Tableau 2 : Objectif principal des études portant sur la restauration des mangroves. ............. 16
Tableau 3 : Salinité des eaux interstitielles par genre de palétuviers ....................................... 19
Tableau 4 : Classes d'inondation tidale de Watson (1928)....................................................... 23
Tableau 5 : Matrice de l'indicateur "Hazard Score". ................................................................ 39
Tableau 6 : Espèces de mangroves pures présentes dans la mangrove côtière de Chomes ..... 43
Tableau 7 : Espèces de mangroves pures présentes dans la mangrove côtière de Guyane. ..... 54
Tableau 8: Espèces de mangroves pures présentes à Somone ................................................. 62
Tableau 9 : Evolution de la mangrove de la réserve de la Somone. ........................................ 63
Tableau 10 : Caractéristiques démographiques sommaires des localités de la Somone .......... 64
Tableau 11 : distribution de la pluviométrie et humidité relative à Aného, Togo. .................. 68

P a g e | 4 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Partie 1. Concepts clés de la restauration
écologique
Dans cette partie sont clarifiés les concepts clés de la gestion environnementale ainsi que les
principaux concepts écologiques. Un ensemble de termes, dont le sens est consistant et
partagé, demeure essentiel pour fixer des objectifs et suivre les résultats attendus dans les
projets de mangrove (Dale, Knight and Dwyer 2014).

1. Les mangroves
Les mangroves sont une formation arborescente se développant dans la zone intertidale des
espaces littoraux vaseux et lagunaires tropicaux et subtropicaux, entre les marges
approximatives 30° Nord et 30° Sud (Giri et al. 2007, Alexandris et al. 2013). Le terme de
mangrove est utilisé pour désigner à la fois les individus qui composent le massif forestier, et
à la fois l’écosystème dans sa globalité (McLeod and Salm 2006). Certains auteurs distinguent
l’espèce de l'écosystème. Par exemple, pour (Ellison 2000), « mangal » constitue l'écosystème
et « mangrove » l'espèce. Lewis (2005) utilise le terme de « forêt de mangrove » pour
désigner l'écosystème et « mangrove » pour désigner l'espèce. Dans les travaux de recherche
ci-dessous il a été fait le choix de conserver le terme de « mangrove » pour désigner
l’écosystème et l’individu. Les mangroves sont constituées de 60 à 70 espèces (Hamilton and
Snedaker 1984) appartenant à 16 à 19 familles d'halophytes tropicaux (Ellison 2000). Ces
espèces sont caractérisées par une plus ou moins grande tolérance à l’immersion temporaire et
à une salinité importante au-delà d’une température moyenne de 25°C.

2. La stabilité d'un écosystème


Selon la Société pour l'Ecologie de la Restauration des Ecosystèmes (SER 2004), un
écosystème est dit 'stable dès lors qu'il est en capacité à maintenir sa trajectoire malgré un
stress, une perturbation ou un dommage subi : l'écosystème est alors en situation d'équilibre
dynamique. La stabilité est atteinte sur la base de la capacité d'un écosystème à être résistant
ou résilient. La résistance est la capacité d'un écosystème à maintenir ses attributs structuraux
et fonctionnels face au stress, aux perturbations et aux dommages. L'écosystème fait preuve
de résilience s'il est capable non seulement de maintenir ses attributs, mais aussi de les

P a g e | 5 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


récupérer. C'est sa capacité à se réorganiser après perturbation pour retrouver son équilibre
écologique (Keenleyside et al. 2012).

L'intégrité d'un écosystème et la santé d'un écosystème sont des indicateurs de bon
fonctionnement d'un écosystème. L'intégrité est attestée lorsqu'un écosystème est en capacité
de maintenir un fonctionnement optimal et dispose d'une composition spécifique et d’une
structure communautaire en cohérence avec un autre écosystème en bon état écologique. La
santé de l'écosystème est jaugée au regard de son stade écologique de référence (SER, 2004)
en comparaison à un écosystème similaire considéré en bonne santé.

3. Les Solutions Fondées sur la Nature (SFN)


Mises en avant par l’UICN depuis 2009 lors de la Conférence des parties de la convention-
cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Copenhague, l’idée de « Solutions
Fondées sur la Nature » (SFN) invite à s’appuyer sur des processus naturels pour répondre
aux enjeux contemporains de la société. Il s’agit « d’actions visant à protéger, gérer de
manière durable et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés pour relever directement
les défis de société de manière efficace et adaptative, tout en assurant le bien-être humain et
en produisant des bénéfices pour la biodiversité » (UICN 2018). Les SFN cherchent à
atteindre simultanément des objectifs environnementaux (préservation de la biodiversité),
sociétaux (amélioration de la santé, assurer la sécurité alimentaire et d’approvisionnement en
eau douce) et économiques (modèle économique durable et équitable). Les SFN s’inscrivent
dans une tendance transversale, socio-écologique, visant à réduire la dichotomie Homme-
nature pour les considérer dans un système unique, un système socio-écologique, où Homme
et nature sont en interaction constante. Les SFN couvrent trois types d’actions (Tableau 1) qui
doivent remplir deux exigences, celle de contribuer de façon directe à un défi de société
identifié en plus de celui de préserver la biodiversité, et celle de s'appuyer sur les écosystèmes
tout en assurant des bénéfices pour la biodiversité.

Tableau 1 : Catégories de Solutions Fondées sur la Nature et exemples associés (UICN 2018).
Type d’action Objectif Exemples de concepts associés
Protection Favoriser la préservation d’écosystèmes Aires protégées
fonctionnels en bon état écologique
Gestion Promotion d’une gestion et d’une utilisation par Gestion intégrée des zones
l’Homme durable des écosystèmes côtières
Restauration Restaurer les écosystèmes dégradés Restauration écologique,
ingénierie écologique

P a g e | 6 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3.1. Les SFN de type action de protection des écosystèmes

La protection des écosystèmes s'appuie notamment sur le concept d'aires protégées, définies
par l’UICN comme étant des « espaces géographiques clairement définis, reconnus, dédiées
et gérés, afin de favoriser la conservation à long terme de la nature, des services
écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont liées ». La protection s'appuie sur une
protection réglementaire (exemples : l'aire marine protégée, le cœur de parc national, une
réserve naturelle), contractuelle (parcs régionaux, par exemple), ou foncière (sites du
conservatoire du littoral). Par exemple, la création et la gestion d’une réserve naturelle pour la
gestion de mangroves peut contribuer à réduire les risques littoraux d’un territoire et protéger
les enjeux humains en arrière de celle-ci.

• Conservation et préservation

En France, les procédés de conservation visent à cloître l'environnement de toute pression


anthropique, c'est une forme de protection la plus stricte qu'il soit. La préservation constitue
une forme de protection plus légère.

L’interprétation de la littérature étrangère mérite une attention particulière. Par exemple, aux
Etats-Unis, la conservation est moins stricte que la préservation (Depraz 2013). Selon ibid., le
préservationnisme constitue une approche radicale à la protection environnementale dans
laquelle la nature acquiert une valeur intrinsèque, nécessitant une protection pour elle-même
sans autre motif préalable. Tandis que le conservationnisme propose une non-exclusion de
l'Homme dans la nature, donc de ne pas altérer les usages fait de la nature par une protection
de celle-ci trop stricte. La conservation implique alors une gestion raisonnée de la nature,
respectueuse des équilibres naturels et selon un usage raisonnable des ressources.

3.2. Les SFN de type gestion des écosystèmes

Gestion et protection sont souvent associées dans les mesures de conservation


environnementale. La gestion fondée sur les écosystèmes (Ecosystem-based
management) est un mode de gestion environnementale mettant en avant les interactions
multiples au sein d’un écosystème inclusives des activités humaines (UICN 2018). Ce mode
de gestion veille à maintenir l’intégrité écologique des écosystèmes ainsi que leur bonne
santé, à accroître leur stabilité, tout en favorisant une utilisation rationnelle et durable de la
ressource environnementale et des services écosystémiques. Elle répond à une approche

P a g e | 7 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


écosystémique et s’établit sur une emprise géographique large. C’est le cas, par exemple, des
programmes de Gestion Intégrée de la Zone Côtière (GIZC) (Integrated Coastal Zone
Management ICZM). La GIZC est une approche fondée sur les écosystèmes qui favorise la
réduction des risques côtiers par une protection des écosystèmes littoraux adaptée au
développement durable et concertée des activités humaines (Clark 1992).

3.3. Les SFN de type action de restauration des écosystèmes


3.3.1. L’ingénierie écologique

Les techniques de restauration des écosystèmes font souvent appel à l’ingénierie écologique
(IE), dont l’objectif est de concevoir des techniques d’ingénierie durables fondées sur la
connaissance écologique des écosystèmes. L’ingénierie écologique implique l’utilisation de
matériaux naturels, d’organismes vivants et de leur environnement physico-chimique (UICN
2018) « pour résoudre des problèmes techniques liés aux activités humaines » (Aronson
2010). Elle vise à protéger (mesures de protection) des systèmes écologiques, à les restaurer
en les modifiant de façon à accroître la qualité, la quantité et la durabilité des services qu’ils
produisent, en créant (création) de nouveaux systèmes écologiques, ou en les réaffectant
(réaffectation) vers de nouveaux usages.

3.3.2. Restauration écologique

La Society For Ecological Restoration (SER) dans son rapport de 2004 a défini les grands
concepts, faisant aujourd’hui autorité, en matière de restauration écologique. Dans son
acception large, la restauration écologique, plus rarement appelée la restauration des
écosystèmes, est définie comme le processus d'assister l'auto-régénération des écosystèmes
qui ont été dégradés, endommagés ou détruits. Plus précisément, la restauration écologique est
une action intentionnelle qui initie, accompagne, ou accélère le rétablissement d’un
écosystème perturbé à une condition naturelle passée (Brown et al. 2014) au plan structurel,
fonctionnel et paysager (Aronson 2010).

La SER admet que l'écosystème restauré ne retrouve pas nécessairement sa trajectoire


écologique historique, puisque les contraintes actuelles pesant sur l’écosystème peuvent forcer
l'écosystème vers une trajectoire altérée, mais tout de même durable. Ce point a valu à la
restauration écologique de nombreuses critiques. La restauration écologique vise à résorber

P a g e | 8 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


une dégradation, d’origine anthropique ou naturelle, causée à l’environnement. La
restauration s'intéresse aux écosystèmes dégradés et ayant perdu leur capacité à revenir au
stade antérieur à la perturbation ou à sa trajectoire d'évolution historique ou naturelle (si celle-
ci est connue).

• La dégradation

La restauration écologique vise à résorber une dégradation causée à l’environnement qu’elle


soit d’origine anthropique ou naturelle. Pour qu'il y ait restauration il faut que la dégradation
soit telle, que l'écosystème ne soit plus en capacité à revenir au stade antérieur à la
perturbation ou à sa trajectoire d'évolution historique. La perturbation peut dépasser le seuil
de résilience de l'écosystème et créé une nécessité d’intervention pour prévenir d’une possible
destruction irréversible. La dégradation se manifeste par des changements subtils ou graduels
affectant significativement l’intégrité écologique d’un écosystème ainsi que sans sa santé
écologique. Si la simple élimination de la source de dégradation suffit à rétablir les processus
écologiques sans autre intervention humaine, on parle alors de récupération. La notion diffère
de celle de dommages qui est ponctuelle et provoque un changement manifeste négatif sur
l’écosystème. Lorsque la dégradation et le dommage sont prolongés ou répétés, il peut se
produire une destruction de l’écosystème, supprimant toute vie macroscopique voire
microscopique et altérant souvent l’environnement physique.

• L’état de référence de l’écosystème et la trajectoire écologique historique

Pour orienter le plan de restauration, un état de référence doit être établi sur des bases
expérimentales ou théoriques basées sur des connaissances écologiques de l'écosystème. Cet
état de référence correspond à une trajectoire écologique, historique ou attendue, considérée
comme réaliste et souhaitable en raison de son aptitude à reproduire les caractéristiques et le
fonctionnement naturel de l’écosystème (Barnuevo et al. 2017). La SER (2004) définit la
trajectoire écologique comme un chemin évolutif d’un écosystème au cours du temps. La
trajectoire prend en compte tous les attributs écologiques d’un écosystème, c’est-à-dire les
facteurs biotiques et abiotiques, mais aussi la connectivité de l’écosystème avec le paysage.
La restauration écologique se met en œuvre à l'échelle du paysage afin de garantir un
recouvrement fonctionnel des flux avec les écosystèmes adjacents.

P a g e | 9 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Restaurer un écosystème selon un objectif de reproduction d’une trajectoire écologique
nécessite une excellente connaissance de l’écologie fonctionnelle et évolutive de l’écosystème
mais pas seulement. En effet, la composante humaine et la source de la dégradation sont
également à prendre en compte (Aronson 2010), ce qui pose la question de la définition de
l’échelle spatio-temporelle. Pour que l’objectif de restauration soit réalisable, il est essentiel
de se référer à une trajectoire écologique capable de s’auto-organiser dans son contexte actuel,
c’est-à-dire avec un degré plus ou moins fort d’interactions avec les activités humaines
(Bioret and Chlous-Ducharme 2011). L’intégration de la composante socioculturelle a été
énoncée par la SER dès les prémices de la structuration de la restauration écologique dont l’un
des objectifs est aussi de soutenir les bases écologiques pour la survie humaine. Par exemple,
si la mangrove à restaurer fait l’objet d’une utilisation importante par l’homme des ressources
en bois, et que cette utilisation est essentielle au maintien de la qualité de vie durable des
populations locales, il est alors irréaliste de fixer la trajectoire à atteindre à un état antérieur à
l’utilisation de la ressource par l’Homme. En effet, si la source de dégradation est
essentiellement anthropique, tenter de ramener l'écosystème à un état antérieur à la pression
anthropique sans qu'aucune action ne soit portée sur la source même de pression sera
insuffisant pour que l'écosystème soit en mesure de s'auto-organiser. En somme, si
l’écosystème fait l’objet d’une modification importante par l’homme, il est primordial de
prendre en compte cette interaction afin d’ajuster la trajectoire visée pour ce système dit
« culturel », par opposition à un système « originel » présentant peu ou pas d’interaction avec
l’homme. Ainsi, il n’existe pas une trajectoire écologique par écosystème mais une multitude
ayant évolué au gré des conditions environnementales, de l’interaction Homme-nature et des
dégradations subies (Figure 1).

P a g e | 10 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 1 : Modèle conceptuel simplifié de la dégradation et la restauration des écosystèmes. Les sphères
représentent des états d’écosystèmes alternatifs dont leur résilience est représentée par la largeur et la profondeur
des creux. Les perturbations et les stress engendrent une transition de l’écosystème vers des états de stabilité de
plus en plus dégradés (Keenleyside et al. 2012).

• Restauration écologique et restauration (i.e., réhabilitation)

Dès 1995, la SER a proposé une distinction nette entre réhabilitation et restauration
écologique. La réhabilitation comme la restauration écologique, s’appuie sur une trajectoire
historique de l’écosystème. Mais, à la différence de la restauration écologique qui a pour
objectif de recouvrer l’intégrité écologique des écosystèmes, la réhabilitation insiste sur une
composante particulière ciblée dès la conception du projet (par exemple planter des
mangroves afin de maximiser les services de production de bois). La réhabilitation est la
« réparation jusqu’à un niveau déterminé de certains processus, de fonctionnalités et de
services écologiques propres à l’écosystème de référence » (Aronson 2010). La recherche
s'accorde à dire que la restauration écologique peut alors être perçue comme un cas particulier
de la réhabilitation, e.g. : Ellison (2000) ; Dale et al. (2014). En effet, la restauration répond à
un objectif de réhabilitation, mais inversement, ceci n'est pas vrai la réhabilitation ne répond
pas à un objectif de la restauration.

P a g e | 11 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


P a g e | 12 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.
Partie 2. Fondamentaux de la restauration
écologique des mangroves

Pour que la gestion des mangroves soit efficace, elle doit être intégrative à l’échelle de la zone
côtière, en raison de l’interconnectivité et l’interdépendance entre les écosystèmes côtiers
(Quesada-Alpizar and Cortés 2006). Ce processus de prise de décision passe par la
connaissance, la zonation, la conservation et la réglementation des usages. Les études sur le
milieu physique doivent s’accompagner d’études socio-économiques puisqu’une bonne
stratégie de gestion doit aussi passer par l’éducation, l’adaptation de la législation
environnementale, la coopération et la coordination inter-institutionnelle entre secteurs privés
et publics.

Pour réhabiliter les mangroves efficacement, il est préconisé unanimement dans la recherche
(PR-ZH 2018, Hamilton and Snedaker 1984, Schmitt and Duke 2015) le suivi de plusieurs
étapes successives issues de la méthodologie Ecological Mangrove Restoration : EMR (Lewis
and Brown 2014) développé par le pionnier de la restauration écologique des membres, Dr. R.
R. Lewis au sein du groupe Mangrove Action Project.

P a g e | 13 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 2 : Logigramme des 10 étapes de la restauration des mangroves dépendant des conditions environnementales des mangroves (Bosire et al. 2008).

P a g e | 14 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


1. Etape 0 : Définir l’objectif et les motivations à agir sur
les mangroves.

Dans cette partie, sont discutés les différents objectifs pouvant être mis en avant pour la
gestion des mangroves ainsi que les mesures adaptées à la réponse de chacun de ces objectifs
(Figure 3). Si de multiples actions peuvent être entreprises en mangrove, la question est de
savoir ce qui dans un premier temps pousse à agir (motivations), puis de savoir l’intérêt d’une
gestion/réhabilitation sur un site en particulier. Dans son étude, Schöning (2014) fixe comme
première étape à toute réhabilitation la définition de « l’identité du système ». L’identité du
système (écologique et/ou social) doit être définie collectivement afin de parvenir à trois
accords : (1) un accord sur l’état désiré du système ; (2) un accord sur les limites physiques du
système ; (3) un accord sur les seuils critiques du système (basculement d’un régime
écologique vers un autre).

Figure 3 : Organigramme décisionnel des actions à entreprendre en mangrove en fonction de l'objectif visé et
des caractéristiques du site sélectionné, adapté et modifié d’après Schmitt and Duke (2015) et Eggermont et al.
(2015). La reforestation fait référence à la plantation de palétuviers sur une zone où la mangrove était
auparavant présente mais où elle peine à se régénérer alors même que les conditions environnementales sont
propices à son développement. L’afforestation quant à elle, est l’action de planter là où l’espèce ne se développe
pas ou là où elle ne peut plus se développer.

P a g e | 15 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Selon Duke et al. (2014), les objectifs de gestion et de réhabilitation des mangroves peuvent
se regrouper en 6 catégories :

Catégorie d’objectif Objet


Production de bois Production de services écosystémiques de prélèvements. Déploiement
de techniques de gestion forestière (pratiques de silviculture),
d’afforestation ou de reforestation pour maintenir le
renouvellement de la biomasse.
Protection côtière Production de services écosystémiques de régulation (e.g., atténuation
hydrodynamique). Cet objectif doit être mis en avant uniquement sur
les mangroves littorales (Fringe forest).
Conservation Maintien de l’identité actuelle du système (Schöning 2014).
Stabilisation des berges Limiter l’érosion des berges par la conservation des mangroves
fluviale.
Production aquacole ou Maintien d’une bande de mangrove autour des parcs aquacoles afin
de préserver les installations de l’énergie des houles et de l’intrusion
halieutique
marine.
Restauration écologique Ramener un écosystème dégradé vers une condition passée en
rétablissement les conditions environnementales (hydrologiques et
topographiques notamment) propices au développement des
mangroves.
Paysagisme ou esthétique Sensibilisation à l’environnement, développement d’une offre
écotouristique (e.g., sentiers d’observation de l’avifaune).

Les objectifs mis en avant dans les programmes dits de « restauration » sont parfois en
contradiction avec les principes de la restauration. Dans la revue de littérature d’Ellison
(2000), 37% des études analysées portent les intérêts de la silviculture en objectif principal de
restauration (Tableau 2), or une mangrove gérée pour l’extraction du bois n’aura pas des
caractéristiques écologiques qu’une mangrove dite « naturelle ».

Tableau 2 : Objectif principal des études portant sur la restauration des mangroves recensés par Ellison (2000).

P a g e | 16 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


2. Etape 1 : Comprendre l’écologie des mangroves

« Les systèmes de mangroves […] sont changeants, dynamiques,


imprévisibles, sujets à des fluctuations extrêmes périodiques et
apériodiques, et […] chaque communauté de mangroves possède une
histoire. La lecture de cette histoire à partir des signes révélateurs
d’aujourd’hui, est la compétence ingénieuse du silviculturaliste ou de
l’écologue de la restauration susceptible de réussir » (Saenger 2002).

Selon Ellison (2000), l'écologie des mangroves est bien connue mais trop peu mobilisée dans
la conception des programmes de réhabilitation. Dans sa revue de littérature, pour tous les
projets recensés, l’auteur observe l’absence d’évaluation de l’ensemble des critères
nécessaires à la mise en œuvre d’un tel programme, fondé souvent sur l’évaluation d’un ou
deux critères.

2.1. Services écosystémiques et mangroves

Selon la FAO (2007), entre 1980 et 2000 il est estimé que les mangroves régressent de
180 000 ha par an, soit une perte cumulée de 35% de la surface de l’écosystème. Les
mangroves, menacées notamment par leur conversion en fermes aquacoles et par
l’urbanisation, sont pourtant des écosystèmes côtiers d’importance pour l’Homme en raison
de la multitude de services qu’elles fournissent et pour leur rôle clé dans la mitigation des
effets du changement climatique.

La mangrove est une ingénieure de l’adaptation côtière (Cheong et al. 2013) jouant un rôle clé
dans l’atténuation des aléas littoraux et de l’élévation du niveau de la mer, corollaires des
changements climatiques. Cet écosystème côtier constitue une barrière naturelle (bioshield)
permettant de limiter l’impact mécanique de la houle et la propagation des submersions. Selon
Barbier et al. (2008), en présence de mangrove l’atténuation des effets des tempêtes est
significative jusqu’à 5 km à l’intérieur des terres. Tandis que selon Zhang et al. (2012), en
l’absence de mangroves les inondations auraient une surface de propagation 70% plus grande.

P a g e | 17 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


En effet, les mangroves réduisent la profondeur de l’inondation ainsi que la hauteur des
vagues. Cette aptitude est favorisée lorsque les mangroves sont denses et en bon état
écologique. Elle diffère selon la configuration des chenaux tidaux pouvant de façon
anecdotique augmenter le fetch. Ainsi, le train de houle peut perdre entre 50 et 100% de sa
hauteur (30% dans le cas d’un tsunami) en passant à travers 500 m de mangroves (Beck and
Lange 2016).

Parallèlement, les mangroves facilitent l’accumulation sédimentaire verticale et leur rapide


colonisation permettent à l’écosystème de gagner de nouvelles terres par la progradation vers
la mer. Les processus biologiques à l’œuvre permettant cette élévation verticale sont encore
peu étudiés (Krauss et al. 2014) mais ils sont vraisemblablement liés à la formation de litières
stabilisant les sédiments et à la capture sédimentaire par les structures végétales, notamment
le complexe système racinaire contribuant à la diminution de la vélocité des courants. En
somme, ce sont près de 80% des sédiments apportés par les courants tidaux qui sont captés
par les mangroves (ibid.). Ce potentiel constructeur des mangroves leur permet de s’adapter à
la l’élévation du niveau de la mer jusqu’à une certaine mesure. Alongi (2008) observe ce
phénomène notamment au Bélize et en Australie où la mangrove est particulièrement
résiliente.

2.2. Ecologie structurelle des mangroves


2.2.1. Régime climatique

Les mangroves sont des organismes adaptés à la survie dans un environnement stressant en
continuel changement au rythme des marées (Lewis and Brown 2014). La colonisation des
mangroves est principalement conditionnée par le type du substrat, le degré d’exposition aux
vents et aux houles, le débit fluvial, l’inondation tidale, la salinité interstitielle et le type de
sédiment. Les mangroves se développent mieux où les précipitations sont abondantes et
distribuées de façon homogène tout au long de l’année. Ainsi, les massifs les plus larges se
retrouvent dans les régions équatoriales humides (e.g., Sunderbans au Bangladesh, Malaisie,
Indonésie, Papouasie Nouvelle-Guinée) bien que les mangroves puissent s’adapter à diverses
conditions climatiques, certaines mêmes arides (e.g., mangroves de désert au Mexique,
Figure 6). Les précipitations contrôlent la salinité dans l’environnement des mangroves et la
salinité quant à elle contrôle la zonation des espèces (Kjerfve 1990). En effet, les palétuviers
ont une résistance variable à la salinité mais la plupart étant des halophytes facultatifs, la

P a g e | 18 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


salinité ne leur est pas essentielle à leur survie. Le genre Avicennia est le plus résistant à une
importante salinité des eaux interstitielles (Tableau 3).

Tableau 3 : Salinité des eaux interstitielles par genre de palétuviers d’après Lugo and Snedaker (1974),
Hamilton and Snedaker (1984), Kjerfve (1990).
Genre Localisation Salinité
Avicennia Australie 90 ppt
Afrique de l’Est 90 ppt
Porto Rico 60-67 ppt

Rhizophora Etats-Unis 35-90 ppt


Haïti 48 ppt
Australia 55 ppt
Lumnitzera Afrique de l’Est 90 ppt

Ceriops Australie 60 ppt


Laguncularia Porto Rico 37-60 ppt
Bruguiera Australie 25 ppt

2.2.2. Le substrat des zones à mangroves

Le substrat principalement colonisé par les mangroves est composé d’importantes quantités de
sables alluvionnaires et de vases de faible granulométrie se déposant sur les vasières
intertidales, les deltas, les estuaires, lagons, et autres configurations littorales peu exposées
(Kjerfve 1990). Les deltas constituent les zones de prédilection pour le développement de
mangroves en raison de l’environnement de faible énergie qu’elle procure et de l’importance
des apports alluvionnaires sur la plaine deltaïque propice à l’ancrage des palétuviers. Au
contraire, les milieux à forte énergie comme certaines plages ouvertes sont moins propices à
leur développement. Les courants d’arrachement freinent la croissance des individus et les
dépôts sédimentaires marins favorisent l’asphyxie des pneumatophores.

2.2.3. La zonation des espèces

La zonation des mangroves est dépendante de plusieurs paramètres, à savoir : la fréquence


d’inondation, la salinité interstitielle, le gène de palétuviers dominant (Lugo and Snedaker
1974). Leur zonation répond également à des facteurs extérieurs, telles les variations
eustatiques du niveau relatif de la mer faisant migrer les mangroves des mers vers les terres

P a g e | 19 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


selon le degré de ces variations. La zonation des mangroves ne peut donc être généralisée à
l’échelle bioclimatique. Elle est dépendante de facteurs sites-spécifiques qu’il convient
d’étudier site par site (Figure 4).

Figure 4 : Profil d'une mangrove de Nouvelle-Calédonie avec indication des valeurs moyennes de salinité,
d'après EMR 2014, in. PR-ZH (2018).

2.3. Ecologie fonctionnelle des mangroves

Les mangroves contribuent significativement à la santé chimique, écologique et biologique


des estuaires, baies et littoraux sur lesquels elles sont présentes. Carter et al. 1973 (in. Lugo
and Snedaker 1974) ont résumé une grande partie des informations disponibles sur les exports
de matériaux biologiques de divers écosystèmes et ont procédé à des mesures supplémentaires
dans les estuaires de Fahkahatchee et Fahkan en Floride. Ils ont estimé que 57 à 80% du
budget total de l'énergie de ces baies était alimenté par les exportations des forêts de
mangroves. La circulation des nutriments en zone de mangrove est induite par des facteurs
physiques et des facteurs biologiques (Lugo and Snedaker 1974) :

• Facteurs physiques : les marées quotidiennes, le ruissellement et les précipitations.


• Facteurs biologiques : la production de litière de feuilles ; la décomposition ; les taux
d’absorption minérale ; l’enrichissement du milieu par la faune et la flore. Il a été
estimé dans le parc des Everglades en Floride que les mangroves contribuent à 40% du

P a g e | 20 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


matériel détritique des eaux estuariennes au cours de l’année (Heald 1971, in. Lugo
and Snedaker 1974). Les taux de décomposition dépendent de la quantité d’oxygène
présente dans les sédiments, le type de vase, et la quantité et le type de
microorganismes détritiques accélérant le processus. Le rythme d’accumulation de
litière, de décomposition et d’export en nutriments varie selon la physionomie des
mangroves et les espèces. Par exemple, les vases colonisées par le genre Avicennia se
décomposent à des rythmes plus lents que les vases à Rhizophorae (Hesse 1961, in.
Lugo and Snedaker 1974) .

P a g e | 21 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3. Etape 2 : Comprendre les régimes hydrologiques

Pour garantir le succès de la réhabilitation de mangroves, la seconde étape primordiale avant


la mise en œuvre d’actions d’ingénierie sur le terrain est la compréhension du régime
hydrologique qui contrôle la distribution des mangroves, la chance de succès d’ancrage des
propagules et semences dans le sédiment ainsi que leur croissance. Cependant, Lewis (2005)
déplore encore le manque de prise en compte de l’hydrologie des mangroves dans les
stratégies de gestion (« even modern day management ignores the realities of mangrove
hydrology », p.405). Les études s’accordent sur le fait que la distribution des mangroves est
contrôlée par l’élévation topographique et la fréquence d’inondation (e.g., Kjerfve 1990,
Watson 1928, Wolanski, Mazda and Ridd 1992, Furukawa, Wolanski and Mueller 1997),
toutefois peu d’études ont quantifié ces facteurs et encore moins reconnaissent leur
importance pour la gestion et la réhabilitation des mangroves (Lewis and Brown 2014).

L’étude du régime hydrologique doit fournir des éléments de réponses sur le potentiel de
survie des palétuviers. Il est nécessaire de comprendre les éléments suivants :

• La capacité des propagules à se disperser vers une nouvelle zone pour coloniser de
nouveaux terrains et ainsi promouvoir la diversité génétique régionale en palétuviers ;
• Les processus physiques à l’œuvre sur les zones intertidales pouvant affecter
l’établissement des palétuviers et leur croissance. Il s’agit notamment des conditions
d’inondation tidale (profondeur, durée, fréquence) et du régime de houle ;
• La tolérance des différentes espèces de palétuviers à ces processus physiques.

• La fréquence de l’inondation tidale

Watson (1928) a développé une table de classes d’inondation tidale, en mangroves


(Tableau 4). Ces classes sont au nombre de cinq et sont définies en fonction du marnage en
condition normale et en condition extrême.

P a g e | 22 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Tableau 4 : Classes d'inondation tidale de Watson (1928).
Classe Inondé par
1 Toutes les marées
2 Les marées hautes moyennes
3 Les marées hautes normales
4 Les marées hautes de vives-eaux
5 Les marées anormales (marées d’équinoxe)

A partir des classes d’inondation, Lugo and Snedaker (1974) ont divisé les mangroves en cinq
catégories physionomiques fondées sur leur position géographique et l’inondation tidale
auxquelles elles sont soumises :

• Forêt fluviale (Riverine forest) : présentes sur les plaines d’inondation et le long des
bassins de drainage des rivières, inondées par la plupart des marées et entièrement
noyées en saison humide. Cette catégorie physionomique a été la plus endommagée
par la conversion en fermes aquacoles (Wolanski et al. 1992).

Figure 5 : Les mangroves du Rio Sierpe, Osa, Costa Rica, un exemple de forêt fluviale (Crédit : Pam Solano).

• Forêt de bassin (Basin forest) : présentes sur les dépressions humides partiellement
fermées, inondées par seulement quelques marées en saison sèche et inondées par la
plupart des marées en saison humide.

Figure 6 : Forêt de bassin en condition climatique


aride, Baja California, Mexique (Crédit : O.
Aburto, iLCP).

P a g e | 23 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


• Forêt de lisière ou forêt littorale (Fringe forest) : présentes sur les côtes au gradient
d’élévation très prononcé, inondées et lessivées par toutes les marées.

Figure 7 : Un exemple de mangrove littorale à Macouria, Guyane française (Crédit : Frédéric Larrey).

• Forêt submergée (Overwash forest) : présentes sur les îles de faible élévation et les
péninsules, entièrement submergées par toutes les marées.

Figure 8 : Exemple de forêt submergée aux Philippines (Crédit : Pohon Mangrove, IST).

• Forêt « naine » (Dwarf forest) : présentes sur des zones planes, inondées par les
marées qu’en saison sèche et sont ainsi majoritairement sèches au cours de l’année.

Au sein des systèmes de mangroves, la circulation tidale et la source principale de mouvement


des masses d’eau. En revanche, les eaux circulent généralement à vélocité très faible (de
l’ordre de quelques cm.s-1) au sein des palétuviers (Wolanski et al. 1992) en raison de la
friction exercée par les systèmes racinaires. La physionomie des mangroves et la
configuration du réseau hydrographique et de la complexité structurale du massif influencent
les processus à l’œuvre dans chaque mangrove (Figure 8).

P a g e | 24 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 9 : (En haut) Quelques interactions existantes entre milieu physique, processus chimiques et biologiques
et leurs conséquences environnementales, adapté et modifié d’après Wolanski et al. (1992). (En bas) Zone
humide de Hinchinbrook, Queensland, Australie. En vert foncé sont représentées les zones de mangroves. Celle
au sud est de type marécageux, avec une forte chenalisation du système méandreux. Au nord, elle est de type
crique avec la présence de plusieurs petits chenaux rectilignes (Source : Marine Safety Chart / MC690).

P a g e | 25 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


4. Etape 3 : Evaluer les facteurs gênant la succession
naturelle

Les étapes 1 à 3 consistent en la définition de l’état des mangroves et de leur trajectoire


écologique. Or la définition de cette trajectoire dans le cadre d’une restauration écologique,
fondée sur une référence « naturelle » de l’environnement est encore très complexe
puisqu’elle nécessite un modèle multivarié rassemblant un ensemble large de variable et dont
la pondération de chacune des variables peut être difficile à paramétrer. Cette difficulté a été
posée par la SER (2004) comme « challenge crucial » pour la recherche. Pour remettre un
écosystème sur une trajectoire désirée, il convient aussi d’analyser les facteurs empêchant la
succession secondaire naturelle. La succession secondaire, ou recouvrement de l’écosystème,
dépend de plusieurs éléments :
• La non-entrave de l’hydrologie tidale (GNF 2015, Lewis and Brown 2014).
• La disponibilité en propagules (« propagule limitation », d’après Lewis (2005)).
La disponibilité naturelle en propagules, nécessaire au renouvellement des palétuviers, peut
être faible en raison d’une importante perte en couverture de mangroves (faible stock
disponible), ou d’une entrave physique à l’hydrologie (i.e., digues ou barrages) empêchant le
transit naturel des propagules.

Les pressions anthropiques constituent un second ensemble de facteurs limitant le potentiel de


recouvrement des mangroves, par exemple :
• Une perturbation de l’écosystème engendrée par les activités anthropiques : e.g., la
coupe des mangroves, l’activité aquacole, les pollutions, la construction de routes.
• Des sols rendus impropres aux mangroves après leur utilisation par l’homme : e.g.,
l’aquaculture intensive qui charge les sédiments en acides sulfatés.
Une relation forte existe entre l’écologie des mangroves et les processus géomorphologiques.
Les mangroves sont un écosystème en auto-équilibrage dans un état de perpétuel changement
(Thom 1967, in. Lugo and Snedaker 1974). La chenalisation et le drainage altèrent les
processus géomorphologiques et menacent l’écologie des mangroves.

P a g e | 26 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


5. Etape 4 : Enquêter les usagers, leurs traditions,
perceptions et besoins en ressources de mangroves

L’influence des externalités sociales sur les écosystèmes ont longtemps été occultées par les
gestionnaires (Schöning 2014). Pourtant, dans les faits, les externalités sociales influencent le
réseau social, les arrangements institutionnels, l’utilisation de la ressource naturelle, les
savoirs traditionnels et la mémoire sociale. Fent et al. (2019) dans leur étude sur l’influence
des instabilités politiques sur l’extraction illégale de bois de mangroves à la frontière entre le
Sénégal et la Gambie, notent que seules les approches de recherche pluridisciplinaires, à la
croisée entre le social, le politique, l’économique et les sciences naturelles permettent la
compréhension des causes de dégradation des mangroves. Herrero-Jáuregui et al. (2018)
ajoutent que l’ensemble des critères d’étude (socioéconomique, écologique et biophysique)
doivent être ramenés sur une échelle commune, ce qui pose des difficultés méthodologiques
importantes. L’ensemble de ces facteurs sont autant d’éléments à considérer lors de la
conception de programmes de réhabilitation afin de maximiser leur succès. Il s’agit
d’analyser, au moyen d’enquêtes sociologiques, quelles sont les structures et les interactions
sociales qui favorisent ou freinent le développement des mangroves, ainsi que les activités
humaines contribuant à leur récupération/destruction. De plus, et surtout lorsque la cause de
dégradation est anthropique, il est préférable que le programme de réhabilitation ait impliqué
les populations afin de promouvoir son acceptabilité (PR-ZH 2018). L’implication des
populations dans le processus décisionnel favorise la durabilité écologique, économique et
sociale des actions entreprises (Datta, Chattopadhyay and Guha 2012).

5.1. Le système socio-écologique mangrove

Les mangroves ne peuvent êtres pensés comme des systèmes écologiques fermés. A contrario,
un raisonnement en termes de système socio-écologique intègre et analyse conjointement les
interactions sociales et écologiques existantes sur un territoire donné (Bergamini et al. 2014,
Davies et al. 2016, Nemec et al. 2014). La résilience d’un tel système (résilience socio-
écologique) traduisant ainsi la capacité d’un écosystème à absorber les perturbations d’origine
naturelle ou anthropique et à se réorganiser, mais aussi la capacité d’une société à s’adapter à
la réorganisation de l’écosystème (Herrero-Jáuregui et al. 2018). Se pose ainsi la question du

P a g e | 27 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


comment bien vivre ensemble dans un environnement changeant. Ce cadre de pensée donne
une image systémique des forçages sur un milieu, traduisant aussi bien les facteurs
environnementaux que les facteurs humains (conflits territoriaux, usage de la ressource, mode
de gouvernance, modèle de développement économique, perception de l’environnement)
participant au remaniement constant d’un écosystème inscrit dans une réalité socio-
écologique propre.

5.2. Des structures sociales au profit de la résilience socio-écologique

La dégradation des mangroves impacte directement le système social selon un degré corrélé
positivement avec la dépendance à la ressource (Santos et al. 2017). Dans certaines régions du
monde, les populations peuvent être particulièrement dépendantes du devenir des mangroves.
Par exemple, il a été estimé qu’autour de l’estuaire de São Francisco (Brésil), près de 90% de
la population dépend économiquement des ressources en mangrove (ibid.).

Inversement, l’homme et les structures institutionnelles jouent aussi un rôle important dans la
résilience des mangroves. La gouvernance (acteurs et institutions) et les modes de gestion qui
en découlent (procédure, plan, stratégies) sont intrinsèquement liés au devenir des mangroves,
fortement influencées par les structures sociales les entourant. La gouvernance
environnementale est selon Salles and Leroy (2013) « un processus de négociation et de
décision qui […] favorise des interactions négociées entre une pluralité d’acteurs concernés
par la régulation d’un problème commun. » La gouvernance se veut décentralisée, avec une
action menée au plus près de la question à résoudre en promouvant une coopération
horizontale et verticale. La gouvernance environnementale est le reflet de l’organisation des
acteurs et les règles qui structurent leur relation en vue de la gestion d’un bien commun (ici,
les mangroves). La gouvernance peut se structurer spontanément avec l’émergence d’un
nouveau problème écologique à résoudre (e.g., aléas côtiers, pénurie en ressource naturelle),
mais elle est également dépendante du contexte historique socio-économique local et de la
relation préexistante entre les acteurs (López-Angarita et al. 2016). Le jeu d’acteurs est
marqué par deux extrêmes allant de la coopération au conflit se manifestant par deux
corollaires de la relation à l’environnement allant de la cohabitation à la domination
(Sébastien 2006). L’étude de ce rapport explicite les relations de pouvoir entre acteurs,
élément clé de l’action collective, de la négociation, et constituant une piste de réflexion
supplémentaire sur les raisons pour lesquelles les programmes de réhabilitation peuvent

P a g e | 28 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


échouer. Il s’agit de ce que Cumming (2018) nomme, les blocages du socio-écosystème
(social-ecological system traps).

5.3. L’enquête sociologique (Annexe 1)

En Annexe 1 est proposée une grille d’enquête réalisée durant la thèse. Cette grille a pour
objectif de mettre en évidence, par l’analyse du discours des utilisateurs et gestionnaires
territoriaux, les interactions à l’œuvre entre les parties. Les interactions sociales
constituent un cadre d’analyse des conflits et de modes de coopération existant entre
groupes formés autour de la gestion d’un écosystème. De plus, le droit coutumier et les
arrangements locaux peuvent prendre une place importante dans la gestion des ressources
naturelles dont les dispositions sont difficiles à analyser finement sans consultation
préalable des populations locales. L’enquête sociologique se veut en capacité à ouvrir
l’échange sur la réalité de la vie locale en zone de mangrove et amener à une analyse des
freins sociaux ou institutionnels pouvant exister localement.

P a g e | 29 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


6. Etape 5 : Sélection du site approprié aux objectifs de
réhabilitation

Le site de restauration écologique doit être sélectionné avec précaution. Il est nécessaire de
vérifier si la zone pressentie était auparavant peuplée par les mangroves (Hamilton and
Snedaker 1984), mais aussi de définir la cause de leur perte et veiller à supprimer la source de
pression avant d’envisager tout programme de réhabilitation sur site (Schmitt and Duke
2015). Les zones dénudées de mangrove peuvent présenter des conditions environnementales
inadaptées au développement des mangroves pour plusieurs raisons (e.g., milieu hypersalin ou
topographie trop importante pour la croissance des palétuviers).

Dans de bonnes conditions environnementales, il est estimé une durée de 15 à 30 années pour
que la succession secondaire des mangroves soit achevée (GNF 2015, Ellison 2000). En
revanche, de la destruction des mangroves sur un site, s’en suit généralement une
modification sédimentaire et hydrologique accroissant le risque d’acidification du sol et
d’érosion côtière, pouvant ainsi rendre le site inadapté au développement des mangroves
(Ilman et al. 2016). Les dommages sont parfois irréversibles, auquel cas la réhabilitation ne
doit pas être envisagée. Le choix du site est donc fondé sur les résultats des étapes 1 à 4 afin
de parvenir à une prise de décision éclairée basée sur un ensemble d’éléments, tels que :

• Les paramètres biophysiques du milieu sélectionné : i.e., carte topographique, carte


d’occupation du sol, photos aériennes historiques de la zone, images satellites.
• Les paramètres climatiques majeurs (i.e., régime de précipitations, températures) et les
caractéristiques du système hydrologique et tidal (profil d’inondation).
• Le profil sédimentaire principal.
• Les paramètres chimiques de l’eau (salinité, pH, température)
• Les caractéristiques de l’état de santé des mangroves (i.e., carte d’habitat issue d’un
plan de gestion : mangrove primaire, secondaire, dégradée).
• Un inventaire de la flore et de la faune associées aux mangroves.
• Les savoirs locaux, usages traditionnels des ressources ainsi que le régime foncier.
• Les pressions et menaces anthropiques et naturelles sur le site sélectionné.
• La délimitation des zones potentielles de régénération ou de réhabilitation.

P a g e | 30 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


7. Etapes 7-8 : Sélection des espèces et techniques de
plantation

La reforestation (i.e., plantation) de palétuviers est une solution de dernier recours et doit être
employée seulement après avoir exécuté les étapes précédentes (Figure 2). Il convient d’abord
de supprimer les sources directes de pression sur l’écosystème, puis de rétablir des conditions
environnementales propices au développement des mangroves. Seulement enfin, s’il est
observé une absence de régénération naturelle des mangroves est-il possible d’envisager une
assistance supplémentaire par reforestation, après avoir identifié les causes de l’échec des
mesures précédentes. Généralement, la reforestation n’est pas nécessaire si les conditions
environnementales propices au développement des mangroves sont assurées (GNF 2015).
Pourtant, d’après Lewis (2005), "for the majority of papers written on mangrove restoration,
there is an immediate assumption that mangrove restoration means mangrove planting"
(p.409) (i.e., « la majorité des articles relatifs à la réhabilitation1 des mangroves prennent
comme hypothèse immédiate que la réhabilitation des mangroves signifie plantation de
mangroves »). La plantation peut être une étape nécessaire de la réhabilitation, dès lors que le
rétablissement de conditions hydrologiques et topographiques propices aux mangroves n’ont
pas permis une reprise de la croissance des palétuviers. Cependant, la plantation seule ne peut
être considérée comme une action restauration écologique, il s’agit de l’une des actions
possibles pour réhabiliter un milieu (Figure 3).

7.1. Les éléments à prendre en compte pour la plantation

Le genre Rhizophorae est le plus économique et le plus facile à planter (Hamilton and
Snedaker 1984), si bien que de nombreux projets de reforestation ont planté de larges couverts
de Rhizophorae (Primavera et al. 2016) sans prise en compte de la structure des communautés
végétales locales. Les propagules peuvent être collectés et stockés pendant 20 jours dans un
conteneur humide avant d’être plantés. Les graines d’autres espèces peuvent aussi être
ensemencées manuellement (e.g., Avicennia, Heritiera, Laguncularia, Cynometra). Les

1
Dans la citation le mot « restoration » est traduit en « réhabilitation » car il ne s’agit pas spécifiquement de
restauration écologique (Cf. Partie 1). Dans son article, Lewis (2005) utilise la définition donnée dans Lewis, R.
& B. Brown (2014) Ecological mangrove rehabilitation—a field manual for practitioners. version 3. Mangrove
Action Project Indonesia, Blue Forests, Canadian International Development Agency, and OXFAM, 275. Il
s’agit d’un retour de l’écosystème perturbé ou altéré vers une condition naturelle ou altérée auparavant existante
à l’aide d’actions humaines volontaires dont le succès n’est pas mesuré par des critères quantifiables depuis un
état de référence.

P a g e | 31 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


semences doivent être plantées proches de la surface et non enterrées, sur une zone meuble où
une inondation n’est pas attendue avant une semaine afin de prévenir toute dispersion des
semences. Cette méthode de plantation rencontre un succès limité à 50% de survie des
semences. La mise en place d’une pépinière permet d’augmenter le potentiel de survie de ces
semences.

7.1.1. Espacement des semences

La détermination de l’espacement adapté pour l’ensemencement où la plantation de


propagules doit veiller à limiter le risque de compétition entre les plants. Une dispersion
aérienne des propagules sur la surface de l’eau peut limiter ce risque, en laissant les courants
distribuer les propagules qui s’implantent alors sur les zones qui leur sont naturellement
propices. Cette technique favorise le recouvrement d’une structure de végétation naturelle.
Dans le tableau ci-dessous sont donnés à titre indicatifs quelques exemples d’espacements
utilisés lors de reforestations, issus de Hamilton and Snedaker (1984).

Espèce Espacement utilisé


Aegiceras corniculatum 1,5 m par 1,5m
Avicennia marina 1,5 m par 1,5m
Rhizophora apiculata 1,8 m par 1,8 m
Rhizophora mucronata 1,8 m par 1,8 m

7.1.2. Sélection d’habitat

Chaque espèce doit être plantée dans une zone conforme à l’influence de l’inondation tidale
qu’elle peut supporter et conformément avec le degré d’exposition aux houles à laquelle elle
résiste (Hamilton and Snedaker 1984). Cette information peut être déduite par l’observation
de la zonation des espèces sur un site de référence à proximité directe du massif à replanter. Si
une telle zone de référence ne peut être trouvée (e.g., destruction de toutes les mangroves
avoisinantes) il est nécessaire de modéliser les profondeurs tidales et les durées d’inondation
sur le site de reforestation. Les espèces les plus résistantes à la submersion (et en cohérence
avec les espèces présentes localement) doivent être placées sur le rebord maritime du site de
reforestation. Idéalement, la reforestation est à faire en arrière d’une mangrove frangeante ou
derrière une barrière de protection de palétuviers transplantés ou en arrière d’halophytes natifs
(e.g., Spartina) afin de préserver les semences de l’énergie des houles et des courants

P a g e | 32 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


(Hamilton and Snedaker 1984). Dans les marges intérieures (vers les terres) du site de
reforestation, où l’influence tidale est plus occasionnelle, doivent être plantées les espèces les
plus tolérantes à des conditions environnementales sèches (e.g., Lumnitzera racemosa,
Ceriops spp., Exoecaria agallocha, Laguncularia racemosa) en conformité avec les espèces
présentes localement.

7.2. Trois techniques de plantation : la reforestation, la transplantation


et l’afforestation

Reforestation par plantation directe de propagules et


Technique
ensemencement
La reforestation accélère le recouvrement des mangroves et créé de l’emploi
(plantation et entretien des pépinières) au moins durant le temps de vie du
projet. Les pépinières peuvent servir de support à l’éducation
Avantages environnementale et à la sensibilisation. L’implication et l’accompagnement
des communautés locales favorise la prise de conscience environnementale.

Planter peut constituer un gâchis de moyens humains et financiers là où la


mangrove peut se régénérer naturellement. L’entretien de pépinières exige
Inconvénients un important niveau de connaissances techniques (GNF 2015).

La reforestation est très souvent mal conçue (mauvais choix de site et


mauvaises espèces) et menée sans actions préliminaires de suppression de la
source de pression sur les mangroves (GNF 2015). Ainsi ces opérations ont
Succès et échecs mené à des résultats très mitigés (Kodikara et al. 2017, Bosire et al. 2008,
Ellison 2000, Lewis 2005).

Les coûts de replantation sont très variables et dépendant notamment du


coût local du labeur, de l’accessibilité du site, de la proximité des propagules
Coûts
ou semences utilisées et de l’espacement des semences (nombre d’individus
plantés par hectare).

P a g e | 33 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Technique Transplantation (Hamilton and Snedaker 1984)
La transplantation est l’action de transplanter un végétal, c’est-à-dire de le
déterrer pour le replanter ailleurs. La transplantation peut être envisagée sur
les côtes de forte énergie où les semences se font systématiquement
Justification
lessivées.

Des plants de Rhizophora mangle, Aegiceras corniculatum, Avicennia germinans, A.


marina, et Laguncularia racemosa d’un âge de cinq ans et plus pour 0,5 à 1,5 m
de hauteur, ont été transplantés avec succès. Il est important de veiller à
planter les individus à des profondeurs concordantes avec les
caractéristiques écologiques de chaque espèce et de maintenir la couverture
en feuilles intactes pour obtenir de meilleurs résultats. Toutefois, l’élagage
des petites branches et brindilles favorise le recouvrement de l’individu,
Caractéristiques
limite le risque de défoliation et diminue la perte en eau des plants
subséquente à leur adaptation dans leur nouvel environnement. La
transplantation doit être effectuée sur une zone d’influence tidale similaire à
celle de l’habitat originel du plant. Ceci implique un travail préliminaire
d’évaluation du régime hydrologique du site donneur et récepteur.

Les plants plus âgés ont un système racinaire bien développé et peuvent
ainsi mieux s’ancrer dans la zone réceptrice. La protection côtière est
Avantages assurée plus rapidement par transplantation que par reforestation.

En raison du nombre peu important d’études ayant eu recours à la


transplantation de palétuviers, un manque de retour d’expérience ne permet
pas de définir avec précision les impacts potentiels d’un prélèvement de
Inconvénients palétuviers sur un massif. Il est nécessaire de veiller à ne pas impacter le site
donneur lors de l’extraction des plants.

Un taux de 80% de réussite sur des plants d’Avicennia et d’Aegiceras de


moins d’1 m de hauteur ont été enregistrés par Hamilton and Snedaker
(1984). Un taux de survie nul pour les plants de plus d’1 m de hauteur a été
enregistré à Porto Rico où toutes les transplantations d’Avicennia germinans et
Succès et échecs
de Laguncularia racemosa ont échoué. Les plants mesuraient jusqu’à 6 m de
hauteur pour un diamètre de tronc compris entre 5 et 13 cm.

Les coûts de la transplantation sont plus importants que ceux de la


Coûts
reforestation avec entretien d’une pépinière.

P a g e | 34 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Technique Afforestation
L’afforestation est l’action de planter sur des zones où l’espèce plantée
n’existait pas auparavant. L’afforestation peut avoir un objectif productif
(silviculture, Schmitt and Duke (2015)) ou de protection côtière (accrétion
Justification
sédimentaire, Lewis (2005)).

L’afforestation est souvent réalisée par plantations monospécifiques en


Rhizophorae et sur des zones inadaptées au développement des palétuviers
(Schmitt and Duke 2015). L’absence de palétuviers constitue un facteur
Caractéristiques essentiel à prendre en compte pour le succès d’un programme de
réhabilitation.

Rapidité et grande facilité de mise en œuvre.


Avantages

Comme toute création d’écosystème, l’impact écologique et social futur de


la transformation de vasières en forêts de mangroves est difficile à évaluer.
Inconvénients

Echecs très importants, car l’absence de palétuviers est l’expression directe


de l’inadéquation du site à leur développement. Ces programmes plantent
d’impressionnantes quantités de propagules en un temps records (e.g.,
programme Oceanium, Sénégal), mais bien que ces programmes fassent de
Succès et échecs
bons titres de journaux, ils ne font jamais de bonnes forêts (Schmitt and
Duke 2015).

Coûts Du même ordre que les coûts de reforestation.

P a g e | 35 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


8. Etapes 9-10 : Evaluation du succès de restauration et
recommandations de gestion

8.1. Le suivi

Le suivi a plusieurs objectifs, il doit :

• Evaluer le potentiel d’utilisation durable des ressources en mangroves ;


• Evaluer la régénération de la végétation ;
• Suivre les processus environnementaux qui conditionnent cette dynamique.

Etant donné la forte mobilité de l’écosystème, seul un suivi régulier sera en mesure d’analyser
la cause d’un changement (Schmitt and Duke 2015) et si ce changement constitue une
fluctuation cyclique régulière (e.g., activité cyclonique) ou anormale (e.g., déforestation
anthropique). En effet, il faut savoir distinguer ce qui ressort de la dynamique naturelle de
perturbation de l’écosystème et ce qui ressort de la perturbation exceptionnelle ou anthropique
(Twilley et al. 1999). Primavera et al. (2016) recommandent de faire un suivi systématique
après chaque événement météorologique. Ils proposent un délai de +18 mois pour un
événement de catégorie 5, puis un suivi de +5 ans afin d’évaluer la mesure dans laquelle les
mangroves sont localement résistantes et résilientes, le cas échéant, dans quelle mesure les
mangroves ont-elles besoin d’assistance anthropique. La perturbation naturelle est une
dynamique normale de l’écosystème et contribue au maintien de son bon état écologique en
accroissant la mortalité des arbres matures (Fromard, Vega and Proisy 2004), moins résilients,
et ainsi en accélérant la succession secondaire, la complexité structurale du massif, et donc
son équilibre (Lugo and Snedaker 1974).

8.2. Les indicateurs de suivi et de mesure du succès des actions

Durant les travaux de thèse, ont été construits les prémices d’indicateurs pouvant servir à
l’évaluation du succès d’un projet de réhabilitation des mangroves et de la résilience des
structures sociales associées à l’écosystème. Ces indicateurs sont de trois types : les
indicateurs physiques, écologiques et sociaux.

P a g e | 36 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


8.2.1. Indicateur « Dégradation Physique »
8.2.1.1. Détection des changements de surface

A partir d’images satellites faciles d’accès, de type SENTINEL-2 de résolution 10m sur les
bandes 8, 4 et 3 sur USGS Earth Explorer par exemple, réaliser une classification sur image
par maximum de vraisemblance. L’objectif est de calculer la variation dans le temps de
chacune des classes étudiées. Une augmentation de la part des surfaces artificielles traduit
directement une perte en milieux agricoles ou naturels. L'analyse fine des données
d’occupation des sols permet de savoir quels sont les types d'occupation du sol qui ont été
artificialisées et leur part relative, et donc de connaître la pression exercée par
l'artificialisation sur les milieux naturels.
Etapes :
• Séparation des grandes unités paysagères : masses d’eau, naturel, agricole, urbain
• Classification sur chacune de ces unités
▪ Mangrove : mangrove mature, forêts d’arrière-mangrove et marécageuse à
végétation basse, mangrove pionnière selon les possibilités offertes par la
résolution, trous de canopée, tannes.
▪ Agricole : classification simple de l’évolution parcellaire des champs,
délimitation du cadastre parcellaire.
▪ Urbain : classification simple de l’emprise (les contours) de la tâche urbaine,
interprétation visuelle des formes urbaines (étalement, concentrique, patch
individualisés) et mesure de taux d’artificialisation du territoire.

8.2.1.2. Variabilité écologique

Cet indicateur vise à discriminer les réponses des mangroves aux pressions liées à leur
variabilité naturelle de celles liées au changement climatique : submersions marines (niveau
d’exposition aux courants et au régime de houle dominant) et autres évènements
météorologiques exceptionnels (fréquence des ouragans2 et trajectoire probable, temps écoulé

2
Les données cycloniques sont à trouver sur la base de données IBTrACSv04 (Knapp, K. R., M. C. Kruk, D. H.
Levinson, H. J. Diamond, and C. J. Neumann, (2010) The International Best Track Archive for Climate
Stewardship (IBTrACS): Unifying tropical cyclone best track data. Bulletin of the American Meteor. Society, 91,
363-376. URL: ftp://eclipse.ncdc.noaa.gov/pub/ibtracs/v04r00/provisional/shapefiles/). Il est possible d’extraire
les événements ayant traversé le territoire régional ainsi que les informations pertinentes en vue de l’étude de
l’exposition territoriale au risque cyclonique (e.g. : année, bassin, nom de l’événement, nature et catégorie de
l’événement, coordonnées, vitesse du vent et de l’événement converties de nœuds en km/h, pression).

P a g e | 37 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


entre la classification et chaque événement climatique, mouvements du trait de côte, évolution
de l’orientation et du régime des houles).

L’ensemble de ces paramètres contribue au calcul de l’indicateur « Hazard Score »


(Tableau 5). C’est un indicateur de la vulnérabilité côtière composite fondé sur des variables
structurelles (e.g., pente, géomorphologie de la côte, exposition du littoral aux houles
dominantes, érosion) et des variables liées aux processus naturels (e.g., élévation du niveau de
la mer, hauteur moyenne des vagues).

• Cartographie de l’indicateur (protocole ArcGIS)

1/ Création de carroyage : A partir du polygone du site d’étude (région ou île entière), création
d’une grille de 1km*1km / outil Créer un quadrillage (Gestion de données) /. Convertir le
quadrillage en polygone, puis extraire les carreaux littoraux, / outil Entité vers polygone
(Gestion de données) /. Créer des points d’étiquettes / cell height and width = 0,01 /.
L’indicateur est calculé pour chaque cellule de la grille. C’est la somme des variables divisée
par le nombre de variables (Equation 1). Chaque variable est évaluée sur une échelle
normalisée de 0 à 5 (Tableau 5).
Equation 1

P a g e | 38 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Tableau 5 : Matrice de l'indicateur "Hazard Score".
Très faible Faible Modéré Fort Très fort
ID Variable Caractéristiques
(1) (2) (3) (4) (5)

L'un des facteurs les plus importants pour l'estimation de l'impact de


Penté Côte abrupte Pente modérée Pente douce Basse plaine l'élévation relative du niveau de la mer. Les gradients topographiques
a Falaise >45
(en degrés) >20.1-45 10.1-20 6.1-10 0-6 importants sont moins soumis aux submersions que les côtes basses.
Indicateur calculé à partir de DEM ou idéalement à partir de LIDAR.

Fond de Nature géomorphologique de la côte et de sa résistance aux impacts


b Morphologie côtière Lagune fermée Lagune ouverte Estuaire Plage ouverte
baie mécaniques des houles, courants et vents. Evalué à partir d'images satellites.

Récif corallien Récif corallien Herbier Barrière Absence de


c Barrière physique A partir d'images satellites.
large modéré marin large dégradée barrière

Exposition de la côte au train de houle dominant, en degrés. Mesure à partir de


d Exposition côtière Très abritée Abritée Semi-exposée Exposée Très exposée
la réalisation de diagramme des houles sur une période de 10 ans.

Forte Progradation Erosion Taux d'évolution du trait de côte sur une période d'au moins 50 ans. A évaluer
Evolution côtière Stable Forte érosion
e progradation modérée +1.0- moyenne à partir d'images satellites et de l'extension ArcGIS DSAS. S'assurer à garder
(mm.an-1) +0.9-0 <-2.0
>+2.00 1.9 -1.0- -1.9 un pas de temps régulier dans l'acquisition des images.
Niveau relative du
f niveau marin <0.0 0.0-0.9 1.0-2.0 2.1-3.0 >3.1 Données des marégraphes.
(mm.an-1)
H moyen vagues
g 0.0-0.5 0.6-1.0 1.1-1.5 1.6-2.0 >2.1 Données des marégraphes.
(m)
21-50 51-200 <201
h Démographie Inhabité <20 hab./km²
hab./km² hab./km² hab./km²

Dépressions Cyclones International Best Track Archive (IBTrACSv04) : l’analyse des changements
Territoire non Typhons Typhons
i Activité cyclonique humides tropicaux post-événements majeurs a pour objectif d’évaluer la résilience du système
touché annuels pluriannuels
annuelles annuels écologique aux événements météo-marins.

P a g e | 39 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


8.2.2. Etat de santé de la mangrove

• Diversité écologique
C’est la diversité en espèces relative à la diversité de référence. Cet indicateur est fondé sur
les observations de terrain et la littérature scientifique. L’objectif est de calculer la richesse
spécifique et l’abondance relative afin de discriminer les mangroves plantées des mangroves
naturelles.

• Connectivité écologique
Elle vise à caractériser le niveau de connectivité paysagère en relevant toutes les entraves
hydrologiques faisant pression sur l’hydrologie, l’hydromorphologie et donc sur le potentiel
de dispersion des propagules (connectivité génétique) : localisation des ouvrages, des drains
agricoles.

• Régénération
L’écosystème est-il en capacité à se régénérer ? La régénération se mesure à partir du ratio
entre les arbres morts et les jeunes plants. Elle s’apprécie à partir d’un taux de régénération
(en %) de référence, mesuré sur le site de référence sélectionné pour chaque site de
réhabilitation.

8.2.3. Indicateur sociologique

• Protection de la mangrove
Cet indicateur sort du contexte limité de la région d’étude pour s’intéresser à la part de surface
nationale de mangroves protégées et évalue les moyens techniques mis en œuvre pour
atteindre les objectifs de conservation. Dans cet indicateur la motivation des acteurs à
préserver la mangrove et les objectifs qu’ils mettent en priorité (services productifs,
mitigation des effets du changement climatique) sont à apprécier à partir du questionnaire
développé en Annexe 1.

• Diversité sociale, capital social


La gouvernance est-elle polycentrique ? Qui détient le pouvoir ? Comment se structure le
partage de la prise de décision ? Identifier les acteurs dominants de la gestion de

P a g e | 40 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


l’écosystème, ceux les moins représentés, quelle coopération entre ces acteurs ? Les locaux
possèdent-ils un savoir écologique traditionnel ? Est-il valorisé ? Les acteurs sont-ils
connectés horizontalement et verticalement ? Comment s’effectue l’échange d’informations ?

• Usage de l’écosystème
Il s’agit ici d’identifier les usages passés et actuels des mangroves et des paysages adjacents
de la zone d’étude et d’identifier avec les acteurs les alternatives économiques possibles. Les
usages adjacents à la mangrove présentent-ils un risque pour l’écosystème ?
Mode d’analyse : SIG, entretiens, étude des documents relatifs à la gestion des effluents
urbains. Analyse du régime foncier réglementaire et coutumier.

8.3. Recommandations pour améliorer les modes de gestion du site

La gestion et la réhabilitation d’une composante naturelle est un processus itératif. En effet,


les étapes de la réhabilitation présentées dans cette partie ne se veulent pas comme une
succession linéaire de tâches à accomplir mais un modèle souple, fondé sur l’expérience,
pouvant nécessiter de revenir sur des étapes antérieures. Par exemple, si lors du suivi, une
absence de régénération est constatée, un retour sur les étapes préliminaires de compréhension
des phénomènes physiques, écologiques et biologiques à l’œuvre dans l’écosystème sera à
prévoir afin d’adapter les mesures de gestion.

P a g e | 41 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


P a g e | 42 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.
Partie 3. Vue d’ensemble de mangroves
nationales et des problématiques associées
1. Le Costa Rica
1.1. Caractéristiques des mangroves costariciennes du Pacifique

Au Costa, plus de 80 forêts de mangroves sont sous statut de protection, pour une surface
totale de 41 000ha, dont 99% sont situées sur la côte Pacifique (FAO 2005). Les zones
importantes de mangroves se situent autour du golfe de Nicoya, Tivives, Térraba-Sierpe au
sud du pays. Le régime de marée costaricien est de type semi-diurne avec un marnage méso-
tidal d’une moyenne de 3 mètres. Les courants côtiers affectent l’ensemble de la côte
Pacifique et prennent une direction du sud-est vers le nord-ouest avec une vélocité moyenne
de 30,1 à 51,4 cm.s-1 (Quesada-Alpizar and Cortés 2006).

Jiménez and Ricardo Soto (1985) décomposent la mangrove costaricienne en trois types de
structures : la mangrove nucléaire, la végétation marginale et la végétation marginale
facultative sur les zones de faible salinité. La mangrove nucléaire, détaillée dans le
Tableau 6, constitue la mangrove pure dominante des massifs du Pacifique.

Tableau 6 : Espèces de mangroves pures présentes dans la mangrove côtière du district de Chomes (Agraz
Hernández et al. 2018, Echeverría-Sáenz and Nelson 2011, Jiménez and Ricardo Soto 1985).
Famille Gène Espèce
Acanthaceae Juss., 1789 Avicennia L., 1753 Avicennia bicolor Standl., 1923
Avicennia germinans (L.) L., 1764
Combretaceae R., 1810 Laguncularia C.F. Gaertn., 1807 Laguncularia racemosa (L.) C.F. Gaertn., 1807
Conorcarpus Conocarpus erectus L., 1753

Rhizophoraceae Pers., 1806 Rhizophora L., 1753 Rhizophora harrisonii Leechman, 1957
Rhizophora mangle L., 1753
Rhizophora racemosa G. Mey., 1818
Tetrameristaceae Hutch., 1959 Pelliciera Planch & Triana, 1862 Pelliciera rhizophorae Planch. & Triana, 1862

La végétation marginale est adjacente à la végétation nucléaire sur les sols élevés et irrigués
par des eaux saumâtres. On y retrouve par exemple des mangroves pures comme Conocarpus
erecta L. sur toute la côte sur le bord interne de la mangrove ou la berme de plage, sur les
sites inondés seulement durant les pleines mers les plus hautes ; ou des espèces associées à la
mangrove comme Annona glabra, Hibiscus tilaceus L. ou Pavonia spicata ; ainsi que des
espèces herbacées : Acrostichum aureum, Crinum erubesceus, Hymenocalis littoralis,

P a g e | 43 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Hymenocalis pedalis, Philoxerus vermicularis, R. Brown, Heliotripium curassavicum,
Fimbristylis spadicea, Scirpus californicus, Tabebuia palustris, Muellera frutescens,
Dalbergia brownei, Machaerium sp.,

En revanche, la zonation de ces espèces n’est pas uniforme le long de la côte Pacifique. Elle
est dépendante du régime climatique (pluviométrie) et du régime hydrologique (contrôle de la
salinité). Entre le Pacifique Nord (Figure 10) et le Pacifique Sud (Figure 11), il est possible de
discerner deux profils, alors que le Pacifique Central constitue une zone de transition. Les
mangroves du Pacifique Sud sont les plus développées, associées à de grands complexes
deltaïques. Tandis que les mangroves du Pacifique Nord sont moins développées en raison
des précipitations moins fréquentes et de la longue période sèche de décembre à avril (FAO
2005).

Figure 10 : Profil de mangrove typique des sites secs du Pacifique Nord (d'après Jiménez et al. 1985).

Figure 11 : Profil de mangrove typique des sites humides du Pacifique Sud (d'après Jiménez et al. 1985).

P a g e | 44 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


1.2. Revue de littérature sur la recherche nationale en restauration
écologique des mangroves

Une revue de littérature des publications nationales traitant de la mangrove a été réalisée afin
de répondre aux questionnements suivants :
• Dans quelles conditions les études scientifiques costariciennes traitent-elles de la
restauration écologique de la mangrove ?
• Que promeut la recherche scientifique nationale sur la conservation de la mangrove ?
L’idée étant alors de collecter l’ensemble des publications traitant des mangroves du Costa
Rica, afin de dégager la tendance de recherche nationale sur cet écosystème et ainsi se saisir
de l’importance donnée par les scientifiques costariciens à la restauration écologique des
mangroves.

La base de données Web of Science a été analysée pour rechercher les articles de journaux
scientifiques nationaux en utilisant la requête suivante :

« country» AND mangrove


Puis un affinage avec la requête :

«country» AND mangrove AND (restor* OR manag* OR rehab* OR conserv* OR protect*).

Entre 1985 et 2019, 73 études nationales relatives à la mangrove ont été publiées très
majoritairement par l’Université Nationale du Costa (83.5%, N=61) dans la revue Revista de
Biología Tropical (60%, N=44), portant majoritairement sur la Biologie de la mangrove et
de la faune et flore associées.
C’est à partir de 2004 que des travaux scientifiques s'inscrivant dans les problématiques de
gestion de la mangrove (28%, N=21) apparaissent. Un seul article (Vargas-Fonseca 2015) a
été trouvé en rapport avec la restauration. Sur les 21 publications, 12 ont été exclues en raison
de leur problématique reliée à la faune ou la flore associée à la mangrove (e.g. Warkentin and
Hernandez (1996), Myers and Vaughan (2004) et, Jones et al. (2014) sur l’avifaune ; Gaos et
al (2017) et Chacon-Chaverri et al. (2015) sur les tortues ; Feutry et al. (2010) et Ortiz-Araya
et al. (2018) sur la structure des peuplements piscicoles), traitant donc de la mangrove dans sa
fonction d’habitat et non de fonctionnement. D’autres références ont été exclues car ne
plaçant pas la mangrove au cœur de la recherche, et ne traitaient donc de la mangrove que
marginalement. C’est le cas de l’article de Loria-Naranko et al. (2018), relatif à l’évolution

P a g e | 45 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


des herbiers marins de la côte caribéenne mentionnant en illustration argumentaire
l’interaction des herbiers avec la mangrove, ou encore, Vargas-Sanabria and Campos-Vargas
(2018) étudiant la structure forestière générale sans distinction franche entre mangrove et
forêt humide tropicale adjacente. Un total de huit articles, dont une revue de littérature
(Quesada-Alpizar and Cortés 2006) a ainsi constitué le matériau de base pour la revue
de littérature nationale sur la restauration écologique des mangroves.

1.2.1. Pressions et menaces sur l’écosystème

Les sources de pressions et de dégradation de la mangrove sont variées d’un massif à un autre.
Il est important de noter, dans un premier temps, que la mangrove costaricienne fait l’objet
d’un statut de protection devant, dans ses termes, prévenir, par une forte restriction de son
usage, toute dégradation future de l’écosystème. Dans les faits, la cartographie initiale de
l’écosystème est peu précise, si bien que certains massifs ne sont pas inclus sous le statut de
protection. Aussi, la définition même du périmètre sous protection fait débat dans la
recherche. Vargas-Fonseca (2015) observe une absence de protection sur 6.8% de la
mangrove d’Estero de Tortuga dans la Péninsule d’Osa, Puntarenas et une mauvaise
catégorisation de 18% de la mangrove restant, classée comme bosquet riparien, pour lequel la
réglementation est moins coercitive. Sanabria-Coto (2018) tirent des conclusions similaires et
de surcroît interrogent sur la suffisance de l’intégration restrictive des seuls massifs de
mangroves sans considération pour la dynamique naturelle de l’écosystème. En effet, les
écosystèmes littoraux évoluent au gré des saisons et des années selon l’évolution des
paramètres environnementaux et des aléas climatiques, et ceci est encore plus vrai pour la
mangrove, reposant essentiellement sur des sols vaseux particulièrement instables, mobiles,
pouvant disparaitre, se reformer ici ou là. Il s’en suit donc des phases naturelles et successives
d’accrétion et d’érosion desquelles il ne faut pas toujours s’alarmer mais qu’il est nécessaire
de comprendre afin de délimiter des zones de protection conformes à la dynamique de la
mangrove. Dans cette perspective, Sanabria-Coto (2018) propose d’inclure dans ces dites
zones, les zones de dépression, susceptibles d’être inondées en période de crue, modifiant
durablement le lit des chenaux de drainage, et donc affectant la distribution de la mangrove
sur le site. Autre phénomène associé à la mauvaise délimitation nationale de la mangrove, est
le grignotage par l’urbanisme et le tourisme des parties externes de l’écosystème (Alfaro-
Sibaja et al. 2015, Samper-Villarreal, Cortes and Benavides-Varela 2012), contribuant encore
davantage à contraindre physiquement cet écosystème mouvant.

P a g e | 46 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Notre connaissance de l’écosystème national nous permet d’ajouter à ces pressions actuelles,
les pressions passées ayant généré une importante conversion de la mangrove. La mangrove
costaricienne a été, pendant longtemps, convoitée pour son potentiel productif. S’y sont ainsi,
plusieurs décennies durant, développées les activités rizicoles, aquacoles et crevettières. Ces
activités étant désormais majoritairement cessées, grâce aux efforts de réglementation et au
changement de la perception vis-à-vis de la mangrove, se pose alors la question de la
réhabilitation ou du potentiel de régénération de ces sites anciennement convertis. La présente
revue ne nous a pas donné la possibilité de répondre à ces questionnements qui devront faire
l’objet d’investigations supplémentaires. Traditionnellement, de nombreux prélèvements
étaient réalisés dans la mangrove. Sur certaines mangroves, elles ont perduré (e.g. Purruja,
Golfito) alors qu’ailleurs les locaux ont abandonné leurs activités pour se tourner vers
l’écotourisme (e.g. Gandoca-Manzanillo). Dans les deux cas de figure, une récente conscience
environnementale autour de la préservation de la mangrove semble porter ses fruits sur
l’implication des populations connectées à ces milieux dans leur conservation, soit pour
sécuriser leur moyens de subsistance (Silva and Carrillo 2004), soit pour développer de
nouvelles opportunités économiques pérennes (Cortés et al. 2010).

1.2.2. Régénération naturelle ou plantation ?

Les recherches scientifiques au Costa Rica traitent peu des plantations de palétuviers. Il est
davantage fait état du potentiel de régénération naturelle de la mangrove, qui permet
même à certains endroits une expansion fulgurante. En effet, Cortés et al. (2010) notent une
expansion de la mangrove de Guandoca d’un facteur trois sur la période 1976-2000, grâce aux
processus sédimentaires naturellement à l’œuvre dans l’écosystème. Dans une moindre
mesure, Sanabria-Coto (2018) observe également une extension de la mangrove de Nosara,
Guanacaste. L’analyse diachronique sur 60 ans réalisée par Silva et al. (2015) à Boca Zacate,
au sein de la zone humide de Térraba-Sierpe met en évidence ces processus intenses de
sédimentation essentiels au maintien d’écosystèmes complexes et en bonne santé, par leur
caractère simultané de destruction et de création. Le potentiel de régénération est parfois tel,
qu’il peut être suffisant à résorber les pressions anthropiques pourvu que l’écosystème puisse
s’adapter via une migration géographique, comment observé par Alfaro-Sibaja et al. (2015)
sur le site de Palo Secos, dans la région de Quepos. L’analyse du potentiel de régénération est
donc pour la recherche costaricienne un prérequis à la définition d’un plan de gestion
approprié (Alfaro-Sibaja et al. 2015, Cortés et al. 2010, Sanabria-Coto 2018).

P a g e | 47 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


1.2.3. Conclusions préliminaires

Les études analysées s’accordent sur l’importance d’anticiper les changements climatiques et
les évolutions démographiques en tant qu’éléments perturbateurs de l’écosystème. Cette
contrainte est multilatérale, s’exerçant sur toutes les marges de l’écosystème en ce qui
concerne la pression humaine, et davantage en front de mer et le long des chenaux pour ce qui
est des pressions climatiques. Cette perturbation devient dès lors une contrainte physique pour
l’écosystème risquant de s’effondrer face à l’étau physique limitant son potentiel de
résilience. Dans ce contexte, la recherche appelle à la redéfinition de zones de conservation de
la mangrove par la généralisation de zones tampons (Alfaro-Sibaja et al. 2015, Quesada-
Alpizar and Cortés 2006, Samper-Villarreal et al. 2012, Sanabria-Coto 2018, Silva et al.
2015) essentielles à l’adaptation migratrice de la mangrove au gré des modifications des
conditions environnementales et humaines. De plus, cette revue de littérature a mis en lumière
l’absence de la notion de restauration dans les recherches sur la mangrove du Costa Rica. A
l’exception de Vargas-Fonseca (2015) où les conditions environnementales ont été gravement
altérées en raison d’une utilisation non raisonnée et prolongée de la ressource, limitant le
recrutement des propagules et une mortalité accrue des propagules restant en raison de la
déconnexion du site avec le flux tidal.

1.3. Contexte socio-économique costaricien

Des années 60 aux années 90, l’exploitation de la mangrove pour le bois de chauffe et sa
conversion, souvent illégale, pour la production crevettière et saline ont causé une importante
détérioration de l’écosystème. En réaction, le Gouvernement s’est doté d’une réglementation
spécifique visant à la protection de la mangrove et à la réglementation de leur usage.
Aujourd’hui, ce sont 58% des mangroves nationales qui sont couvertes par un statut de
protection et une politique de « no-take » depuis 1998 (López-Angarita et al. 2018). Cette
prise de conscience institutionnelle a été facilitée par une fenêtre d’opportunité singulière
favorisant la prise en compte de l’environnement dans les politiques locales, celle des
élections de 2000 mettant au pouvoir central un parti d’affiliation écologiste. La récente
conscience environnementale autour de la préservation de la mangrove semble porter ses
fruits sur l’implication des populations connectées à ces milieux dans leur conservation, soit
pour sécuriser leur moyens de subsistance (Silva and Carrillo 2004), soit pour développer de
nouvelles opportunités économiques pérennes (Cortés et al. 2010).

P a g e | 48 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


• La législation spécifique aux mangroves

La loi costaricienne définit la mangrove comme un Héritage Naturel National (Loi Forestière
art. 13 à 15), un bien public inaliénable et insusceptible d'appropriation privée bénéficiant
d'une zone tampon de 150 mètres (Ley de la Zona Terrestre Maritima, 1977 art. 11).
Les premières réglementations des mangroves ont eu lieu au 19ème siècle avec la « Ley de
Aguas » n°11 du 26 mai 1884 qui définit comme propriété nationale la bande littorale du
niveau le plus bas de la mer jusqu’à 1 Mn (mille nautique) dans les terres dénommée ZMT
(Zona Maritima Territorial). En 1940, la réglementation exige l’obtention d’un permis afin
d’exploiter les mangroves (Ley General sobre Terrenos Baldíos), processus finalisé par la loi
forestière fondatrice de 1996 : la « Ley Forestal n°7575 ». Elle interdit l’extraction du bois de
mangroves dans le pays (FAO 2005), la coupe et l’utilisation du bois de mangroves, et
l’utilisation de la ressource in situ se voit régulée par le décret 39411-MINAE-MAG qui
prévoit l'utilisation rationnelle. La Loi Organique sur l'Environnement et le Décret N°29.342-
MINAE interdisent les activités affectant le cycle naturel des zones humides comme la
construction de barrages et de toutes activités qui affectent la croissance de la mangrove
(N°22550-MINEREM). De même, il est interdit de drainer ou combler les zones humides, d’y
disposer des déchets ou de déverser des polluants ainsi que d’introduire des espèces non
natives en zone de mangrove.
La Loi sur les Concessions et Opérations de Marinas Touristiques N°7744 interdit l'attribution
de permis construction de marinas ou de dock touristiques dans les zones de mangroves.
Cependant, des permis d'exploitation peuvent être attribués sous la forme de concessions : le
décret N°29.342/MINAE dispose que toute demande de renouvellement de permis
d'utilisation des mangroves en relation avec la production de sel ou d'élevage de crevettes est
possible à condition qu'un plan de gestion soit proposé.
La coupe est, à ce jour, autorisée pour trois motifs : la recherche, l'éducation et l'écotourisme
après accord du Ministère de l'Environnement et de l'Energie et présentation d'une étude
d’impact environnemental.

• Le processus décisionnel

Les autorités environnementales ayant les mangroves sous leur juridiction sont le Ministère de
l'Environnement et de l'Energie (MINAE) et le Système National des Aires de Conservation
(SINAC).

P a g e | 49 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Les décisions relatives à la gestion de la mangrove sont partagées par trois structures
décisionnelles : (1) le Conseil National des Aires de Conservation en charge de l'exécution
des stratégies et des politiques de conservation ; (2) les Conseils Régionaux des Aires de
Conservation (CORAC) qui représentent la société civile. Ils peuvent inclure des
représentants d'ONG et de groupes communautaires bien que les communautés ne disposent
pas directement de droits sur les mangroves ni ne possèdent un système légal
communautaire ; (3) les Conseils Locaux des Aires de Conservation (COLAC).

P a g e | 50 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


2. La Guyane française
2.1. Caractéristiques physiques du système côtier vaseux à influence de
l’Amazone et des mangroves guyanaises

Les côtes de Guyane française font partie d’un ensemble suprarégional allant de
l’embouchure de la rivière Amazone (Brésil) à l’embouchure de la rivière Orinoco
(Venezuela) pour un linéaire côtier de 1500 km (Anthony et al. 2010). Cette côte vaseuse a
une dynamique sédimentaire extrêmement variable, et présente une fluctuation de mobilité du
trait de côte la plus importante au monde (Brunier et al. 2019, Anthony et al. 2010, Proisy et
al. 2009).

En Guyane Française, les mangroves occupent 80% du linéaire côtier, soit 250 km de côte
pour une superficie de 700 km², et sont entrecoupées seulement par les affleurements rocheux
de la côte localisés au droit des communes de Kourou et de Cayenne, la capitale.
Le littoral guyanais bénéficie d’un climat de type équatorial humide marqué par deux saisons
lié à la position de la Zone Intertropicale de Convergence (AMP 2009), l’une sèche d’août à
novembre [40-120 mm par mois], l’autre pluvieuse le restant de l’année [220-440 mm par
mois], soit une moyenne annuelle de précipitations de 3025 mm. Les températures restent
stables le long de l’année avec une moyenne de 26,5°C ± 1,7°C et une légère hausse pendant
la période sèche (en moyenne 27,1°C ± 0,4°C d’août à septembre).

2.1.1. Dynamique hydrologique et sédimentaire

Le régime de marée est de type semi-diurne avec un marnage dégressif de macro- à mésotidal
à mesure que le plateau continental s’amincit vers l’Orinoco, pouvant atteindre jusqu'à
8 mètres de marnage à l'embouchure de l'Amazone (Gratiot, Gardel and Anthony 2007). Les
courants tidaux atteignant un maximum de 0,45 m.s-1 et les vagues les plus importantes
prennent des hauteurs significatives de 2 mètres en janvier (Gratiot et al. 2007).
Le principal courant littoral est le courant sud-équatorial en provenance des côtes africaines,
qui se divise à l’extrémité orientale du Brésil. Le courant Nord Brésil longe la côte vers le
nord-ouest pour devenir le courant des Guyanes, couvrant l’ensemble des plateaux de Guyane
(AMP 2009) entre l’Amazone et le Venezuela. En effet, la côte guyanaise est constituée d’une
plaine côtière large de plusieurs kilomètres formée par la sédimentation et la colonisation de
la mangrove au cours des 5 à 6 000 dernières années (Brunier et al. 2019).

P a g e | 51 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Le courant des Guyanes (Figure 12) est persistant au cours de l’année et présente une vélocité
annuelle comprise entre 40 cm.s-1 à 200 cm.s-1. Ce courant est largement influencé par les
eaux d’origine amazonienne. En saison pluvieuse, le courant est plaqué contre la côte, tandis
qu’en saison sèche il connait une rétroflexion avec une redirection des eaux douces et de la
production primaire de l’Amazone vers le large. Durant cette saison, les eaux ont un taux de
salinité plus important et une turbidité plus faible (AMP 2009).

Figure 12 : Courant des Guyanes alimenté par le courant Nord Brésil, à gauche en saison pluvieuse, à droite en
saison sèche, d'après (AMP 2009).

L’ensemble côtier est contrôlé par le système fluvial de l’Amazone avec un débit en
suspension de 106 x 754 t.an-1 [± 9 %] (Anthony et al. 2010) qui génère la formation de bancs
de vase successifs, migrant d’est en ouest le long des côtes. Les bancs peuvent atteindre 5 m
d’épaisseur, pour 10 à 60 km de longueur et 20 à 30 km de large. Ils causent une importante
instabilité littorale marquée par une alternance extrême entre phase d’accrétion par
sédimentation boueuse et colonisation rapide de la mangrove, puis d’érosion en période inter-
banc liée au déplacement du banc (près de 900 m par an) et de l’augmentation incidente de
l’énergie des vagues.

P a g e | 52 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 13 : Image satellite du 17 octobre 2006 mettant en évidence la formation de barres linéaires entrecoupées
de chenaux tidaux caractéristiques de la topographie littorale en bancs vaseux (Macouria, Guyane française).

2.1.2. Structure et dynamique résultante des mangroves

Les mangroves guyanaises sont très mobiles et évoluent au gré des phénomènes d’érosion et
d’envasement causés par les mouvements des bancs vaseux. Leur évolution est
schématiquement divisée en six stades pouvant transiter rapidement d’un stade vers
l’autre selon la variation topographique causée par le remaniement des sédiments superficiels
(Fromard et al. 2004) :

• Stade pionnier : dominé par Laguncularia racemosa et Avicennia germinans.


Formation très dense (30 000 individus par hectare) et homogène, avec une hauteur
variant de 2.5 à 5 m, diamètre DBH moyen de 3 cm. Avicennia germinans est une
espèce opportuniste (Proisy et al. 2009) dont la croissance est très rapide, c’est
également l’espèce dominante de mangrove pure sur l’ensemble du littoral guyanais.

• Stade jeune : disparition des arbres les plus faibles compensée par une croissance
augmentée des individus restant, DBH 4.5cm et hauteur 5-6 m, densité plus faible
(10 000 individus par hectare).

• Stade adulte : le plus caractéristique de la mangrove guyanaise, dominé par A.


germinans, apparition d’une strate inférieure Rhizophora spp. Densité similaire au
stade jeune avec des individus atteignant une hauteur de 18-22 m. Ouvertures de
canopées par les attaques d'insectes et les maladies, ainsi que l'érosion causée par les

P a g e | 53 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


chenaux tidaux et les événements météo. De ce stade, trois trajectoires évolutives sont
possibles :

• Stade mature : dominé A. germinans, troncs larges, couverts de lianes et


d’épiphytes (Phyllodendron spp. et Bromeliaceae) et une strate basse de
fougères Acrostichum aureum. Cette formation est peu commune à l'échelle
nationale.
• Stade mixte : formation très fréquente caractérisée par un apport important en
eau douce, une strate haute d’A. germinans en déclin et une strate basse
d’espèces caractéristiques des marais maritimes.
• Stade « cimetière » : formation très courante dans le pays au niveau des
embouchures en raison des apports rapides et massifs en sédiments empêchant
la respiration par les pneumatophores et conduisant ainsi à la mort des arbres.
De ce stade peut reprendre une nouvelle phase de colonisation pionnière avec
l'arrivée de propagules apportés par les marées.

En termes de zonation, en raison des phases alternatives de destruction/construction littorales,


il résulte un étagement très marqué par l’âge des palétuviers (Roussel, Ducombe and Gabrié
2009), parallèle à la côte, avec des individus de plus en plus âgés vers l’intérieur de la zone
côtière. La diversité végétale de la mangrove est quasi monospécifique avec cinq espèces de
palétuviers présents (Tableau 7), dominés par l’Avicennia germinans dans les mangroves
côtières. Le genre Rhizophora est présent en bordure des estuaires, succédés par Laguncularia
racemosa et Conocarpus erectus.

Tableau 7 : Espèces de mangroves pures présentes dans la mangrove côtière de Guyane française (Anthony et
al. 2010, Fromard et al. 2004, Proisy et al. 2009, AMP 2009).
Famille Gène Espèce
Acanthaceae Juss., 1789 Avicennia L., 1753 Avicennia germinans (L.) L., 1764
Combretaceae R., 1810 Laguncularia C.F.G., 1807 Laguncularia racemosa (L.) C.F.G.., 1807
Conorcarpus Conocarpus erectus L., 1753
Rhizophoraceae Pers., 1806 Rhizophora L., 1753 Rhizophora mangle L., 1753
Rhizophora racemosa G. Mey., 1818

La mangrove de la région est très dynamique et évolue au gré des alternance entre phase banc
et phase inter-banc, souffrant d’érosion massive, puis récupérant avec une exceptionnelle

P a g e | 54 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


colonisation opportuniste sur les zones nouvellement créées en phase banc et présentant des
conditions environnementales très propices au développement de mangroves. Une
colonisation que Proisy et al. (2009) caractérisent comme « quasi instantanée », notamment
sur les craquelures de la vase. Les mangroves guyanaises sont en auto-régulation, et
présentent une excellente résilience écologique. Le modèle ci-dessous (Figure 14) proposé par
Fromard et al. (2004) présente les caractéristiques de la dynamique de la mangrove de
Sinnamary à l’ouest du pays, mais dont les modalités peuvent être extrapolées à l’ensemble de
la Guyane :

P a g e | 55 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 14 : Schématisation de la dynamique des mangroves de Guyane française. (a) Modèle de développement de forêt : croissance et auto-régulation du massif ; (b) Dynamique de fossé
(gap dynamic) : décomposition et mort localisées des individus ; (c) Dynamique sédimentaire : forçage majeur sur la côte des Guyanes (Fromard et al. 2004).

P a g e | 56 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


2.2. Contexte socio-économique guyanais

Depuis le début des années 1970, la Guyane française connait une croissance démographique
très forte, surtout sur la zone littorale. Spatialement, la société guyanaise s’organise de façon
très dense autour des pôles urbains de Kourou et Cayenne, puis développe une agriculture
intensive friande de pesticides (Roussel et al. 2009) dans un périmètre de trois à quatre
kilomètres autour de ces pôles (Tsayem Demaze 2008). Bien que la densité de population soit
très faible à l’échelle du pays (de l’ordre de 2 habitants par km²), celle-ci ne reflète pas
l’occupation réelle du territoire puisque ce sont près de 90% du territoire national qui relèvent
du domaine public de l’Etat. Ce faisant, la population doit s’organiser sur 10% du territoire.
La croissance démographique est encore en augmentation d’après le dernier recensement de
l’Insee, avec une population ayant atteint 259 865 habitants en 2015, soit 30 825 de plus
qu'en 2010 (INSEE 2018). Elle est liée à l’amélioration des conditions sanitaires et de santé
dans le pays, mais aussi à un important flux de migration en provenance notamment du
Suriname, d’Haïti et du Brésil.

Le mode de développement spatial actuel présente de façon générale très peu d’impacts sur la
mangrove. Quelques destruction sont observées très ponctuellement pour la construction
d’infrastructures routières et à proximité des pôles urbains mais n’entravent pas la vitalité de
la mangrove (Roussel et al. 2009). Bien qu’abondante, la mangrove guyanaise est peu utilisée
en raison de sa difficulté d’accès (Roussel et al. 2009) et de la présence de ressources
alternatives en bois. Avec une occupation du sol nationale composée à 80% de forêts, et une
mangrove dense et au réseau hydrographique interne peu chenalisé, l’exploitation forestière
de la mangrove ne se justifie pas économiquement. La région de Cayenne à Kourou est la plus
touristique du pays, mais l’absence de valorisation actuelle des mangroves pour le tourisme
laisse supposer un faible impact de l’activité sur l’écosystème.

• La législation spécifique aux mangroves

La mangrove relève du régime forestier (L 141.1 Code Forestier) lorsqu’elle n’est pas incluse
dans le périmètre d’une aire marine protégé ou dans le domaine public maritime de l’état
délimité selon la règle des 50 pas géométriques. Cette règle a été définie en 1982 sur les zones
littorales présentant des enjeux d’occupation, à savoir : Cayenne, Macouria, Kourou et Mana.

P a g e | 57 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Il s’agit d’une bande de 81,20 m délimitée à partir de la limite de la ligne du rivage, au sein de
laquelle la réglementation en vigueur est celle de la Loi Littoral de 1986 qui impose un
régime de protection. La zone est remise à la gestion du Conservatoire du Littoral, en charge
de la mise en œuvre d’une politique foncière de sauvegarde, de maintien des sites naturels
littoraux et de la préservation de leur équilibre écologique. Il est possible d’y implanter des
aménagements légers pour la gestion de l’espace naturel, sa mise en valeur économique, son
ouverture au public (art. L146-6 du code de l'urbanisme) ainsi que l’atterrage de canalisation
nécessaire à l’exercice de missions de service public. Néanmoins, « les aménagements sur le
littoral sont soumis, préalablement à leur autorisation, selon leur importance et leur incidence
sur l'environnement à l'enquête publique » (art. L146-6).

Toutefois, la limite du rivage, fixée en 1950 n’a depuis pas été réactualisée, donc l’approche
fixiste de la délimitation des 50 pas géométriques est insuffisante au regard de l’importance
de la fluctuation du trait de côte dans le temps. En conséquence de ce vide juridique, une
partie du domaine public maritime se trouve désormais au-delà du trait de côte actuel, et
ressort alors de la responsabilité du code forestier, susceptible d’être autorisé à la destruction.

Une réactualisation de la règle des 50 pas géométriques s’avère nécessaire dans un contexte
de réglementation foncière peu coercitif. En effet, la législation foncière en zone naturelle
prévoit deux modes d’attribution gratuites de parcelles pour un usage agricole. Il s’agit de la
concession et du bail emphytéotique. La concession est l’attribution temporaire d’un terrain
d’une surface maximale de 5 hectares pour une durée de 5 années, au terme desquelles il est
possible d’obtenir des droits de propriété permanents sur la parcelle. Le bail emphytéotique
quant à lui permet l’attribution de terrains de superficie supérieure à 5 hectares pour une durée
de 30 années non renouvelables. Le droit foncier en Guyane fait l’objet d’un très faible
contrôle et les nouvelles implantations agricoles s’insèrent de façon anarchique et souvent en
marge de la légalité dans le paysage local (Tsayem Demaze 2008), causant un fort
émiettement territorial dans les 10% du territoire disponible au développement.

2.3. Hypothèses sur les états possibles du système socio-écologique


mangrove guyanaise

Les objectifs du doctorat pour la rédactrice étaient de proposer et de simuler un ensemble


d’hypothèses évolutives pour un socio-écosystème mangrove donné, à confirmer sur le terrain

P a g e | 58 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


au moyen d’enquêtes sociales et forestières. Pour la Guyane française, plusieurs hypothèses
évolutives, ont ainsi été proposées :

2.3.1. Hypothèse 1 : Ecotourisme

Le pays s’ouvre depuis récemment au tourisme et en vertu de l’exceptionnelle biodiversité de


son territoire, possède un fort potentiel pour le développement d’un tourisme vert et durable.
Dans cette hypothèse peut être imaginée une poursuite des initiatives de sentiers
pédagogiques en mangrove à l’instar du parcours pédestre des Salines à Remire-Montjoly à
l’est de Cayenne. Ce scénario donne à la population une nouvelle source de revenu, et valorise
la mangrove grâce à la pédagogie de l’écotourisme. Par la réconciliation des guyanais avec la
mer (« pays tournant le dos à la mer », Fromard F., communication personnelle 2019), des
activités d’extraction extensives peuvent être développées (apiculture, pêche en mangrove)
grâce à la nouvelle accessibilité en mangrove. Une destruction légère de l’écosystème sera à
envisager, mais n’entravant pas la régénération naturelle de l’écosystème. Cette hypothèse
donne à la population littorale de nouvelles opportunités pour faire face à l’expansion
démographique de laquelle résulte une importante pression foncière.

2.3.2. Hypothèse 2 : Anthropisation du littoral

Bien que la mangrove guyanaise constitue un cas d’école en termes de dynamique de


conservation, il est à considérer dans une société changeante (sédentarisation, littoralisation)
l’impact de ces évolutions sociétales sur la mangrove. A l’instar de la côte est de la Guyane
française (polders de Mana) ou de la situation générale de l’occupation côtière au Suriname et
à Guyana, dont la dynamique côtière est similaire à celle de la Guyane française, une
anthropisation du littoral accompagnée d’une approche fixiste, voire une maximisation de la
productivité du littoral par poldérisation, aura pour effet d’accroître significativement les
phénomènes érosifs. A Guyana, près de 67% de la côte originellement occupée par la
mangrove est désormais endiguée (Anthony and Gratiot 2012). Brunier et al. (2019) ont mis
en évidence une forte corrélation entre déforestation de la mangrove, dynamique côtière à
influence de l’Amazone, et intensité des phénomènes érosifs. En effet, la conversion des
mangroves fait perdre les boucles de rétroaction positives (Anthony and Gratiot 2012) offertes
par les mangroves (dissipation de vagues, floculation, stabilisation sédimentaire,
régénération). Le retrait anthropique de la mangrove modifie durablement la

P a g e | 59 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


morphodynamique des côtes vaseuses, limite le potentiel de résilience de la côte et le ré-
établissement des mangroves sur le long terme.
Les activités humaines génèrent des effets cumulatifs négatifs qui accélèrent l'érosion de la
mangrove. Les digues limitent le dépôt sédimentaire au droit du rivage et donc la
consolidation des bancs de vase, et empêchent la dissémination des propagules. A mesure que
les sites gagnent en énergie avec la diminution de la consolidation des bancs, les conditions
environnementales deviennent inadaptées pour la colonisation par la mangrove. Par exemple,
dans la région de Mana, du retrait de la mangrove et la poldérisation se sont développées des
barres sableuses (cheniers) qui migrent vers les terres. Sur 38 années de poldérisation le site
ne cesse de s’éroder (record de 200 m de recul en une année) et ne prograde pas en période de
consolidation des bancs. Comparativement, les rizières jouxtant le site en érosion, situées en
arrière d’une large ceinture de mangroves s’érodent un tiers moins en période inter-banc
(Brunier et al. 2019).

2.3.3. Hypothèse 3 : Statu quo

Poursuite de la dynamique naturelle des mangroves mais continuité du désintérêt de la société


guyanaise pour cet écosystème. Cette hypothèse sous-entend une méconnaissance locale des
mangroves et de ses bénéfices, accompagnée d’une poursuite des processus d’étalement
urbains, qui pourraient générer une augmentation des infrastructures humaines à l'érosion. A
long terme, le fait de subir les dynamiques côtières peut entraîner des décisions mal-éclairées
d’ingénierie dure (digues, brise-lame) dans un contexte de croissance démographique
continue et de faiblesse institutionnelle et réglementaire pour la gestion de la mangrove.

P a g e | 60 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3. Le Sénégal
3.1. Caractéristiques physiques des mangroves de la Réserve d’Intérêt
Communautaire de la Somone, Petite-Côte

La Somone est un petit fleuve côtier sénégalais (14°29'35.64"N ; 17°5'14.63"O) se jetant dans
l’Océan Atlantique, traversant la communauté rurale de Sindia et la Commune de Somone
(département de Mbour) à 50 km au sud de Dakar. L’estuaire est couvert par le statut de site
Ramsar et par un statut Réserve d’Intérêt Communautaire géré par les communautés locales.

Figure 15 : Carte de situation des mangroves de la Somone, Sénégal.

La Somone est soumise à un climat Atlantique soudanais de type tropical sec composé de
deux saisons bien marquées : une saison humide de juin à octobre contrôlée par le régime de
mousson en provenance de l’anticyclonique de Sainte-Hélène ; et, une saison sèche de
novembre à mai contrôlée par les vents secs et chauds en provenance du nord-est. Les
températures sont stables au cours de l’année grâce à l’influence marine. Ce climat est
caractérisé par une évaporation moyenne annuelle plus importante que les précipitations
moyennes annuelles (respectivement 70 mm.an-1 et 26 mm.an-1). Toutefois, la pluviométrie

P a g e | 61 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


est marquée par une importante variabilité pluriannuelle avec une moyenne de 771 mm.an-1
sur la période 1931-1970 et de 480 mm.an-1 sur la période 1970-2009 (Sakho 2011).
Le système laguno-estuarien de la Somone draine l’ensemble du bassin-versant portant son
nom sur le plateau de Thiès d’une superficie estimée à 420 km². Le régime de marée est
microtidal semi-diurne avec un marnage moyen de 2 m. Le fleuve côtier présente un gradient
de salinité inversé, avec une salinité plus importante en amont qu’en aval (Sakho et al. 2011).

3.1.1. Structure et dynamique des mangroves

A l’échelle nationale, la mangrove a décliné de 2 300 km² en 1990 à 1 760 km² en 2008, soit
23,4% de la surface (Cormier-Salem and Panfili 2016). La mangrove de la côte africaine
Atlantique est composée de 6 à 10 espèces de palétuviers selon les auteurs (Sakho et al. 2011,
Cormier-Salem and Panfili 2016), et de trois espèces dans la réserve de la Somone.

Tableau 8: Espèces de mangroves pures présentes à Somone (Faye, Ba and Diouf 2012, Sakho 2011, Sakho et
al. 2011).
Famille Gène Espèce
Rhizophoraceae Pers., 1806 Rhizophora L., 1753 Rhizophora mangle L., 1753
Rhizophora racemosa G. Mey., 1818
Acanthaceae Juss., 1789 Avicennia L., 1753 Avicennia africana P. Beauv., 1808

L’estuaire est composé de trois unités morphologiques (Figure 16) décrites par Sakho et al.
(2011) : (1) les vasières intertidales (mudflats) ; (2) les mangroves, dont la famille des
Rhizophoraceae est dominante mais moins halophile que la famille des Acanthaceae. En
conséquence, la première se développe sur les bancs tidaux et les bordures de chenaux, tandis
que les Avicennia se développent sur les zones les plus élevées et à proximité des tannes
(Carney, Gillespie and Rosomoff 2014) ; et, (3) les tannes (barren area). Ce sont des surfaces
désertiques stériles, hypersalines et acides, dépourvues de végétation, submergées en
conditions météorologiques extrêmes. Bien que courantes en arrière des mangroves
sénégalaises, leur expansion est un indicateur de dégradation des sols et de la mangrove.

Figure 16 : Profil des unités géomorphologiques du système laguno-estuarien de la Somone, Sakho et al. (2011).

P a g e | 62 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3.1.2. Pressions naturelles et anthropiques sur le milieu

Entre 1946 et 2006, 85% de la mangrove de la Somone a été perdue (Tableau 9, Figure 17) au
profit de vasières intertidales nues et de tannes sur la zone supratidale (Sakho et al. 2011).
Cette perte était liée à plusieurs facteurs :
• D’une part, les facteurs anthropiques : une intensive exploitation de bois de mangrove
a eu lieu jusqu’aux années 1990’s.
• D’autre part, l’action combinée de facteurs naturels ayant généré une hypersalinisation
et une acidification du milieu, faute de renouvellement suffisant de la masse d’eau :
une modification géomorphologique se traduisant par la sédimentation du cordon
sableux à l’embouchure de la Somone a causé la fermeture de l’estuaire sur la période
1967-1969. Cette fermeture a entraîné un changement profond de régime
hydrologique, faisant transiter l’écosystème d’un système lagunaire vers un bassin
d’évaporation dont les conditions environnementales augmentent considérablement la
mortalité de la mangrove.
• Période prolongée de sécheresse (épisode sahélien) depuis les années 1970’s qui a
causé un déficit sédimentaire d’origine continentale. Le déficit pluviométrique
prolongé a altéré les conditions physico-chimiques des sédiments et de la masse d’eau
(Conchedda, Durieux and Mayaux 2008, Cormier-Salem and Panfili 2016).

3.1.3. Régénération et gestion de l’écosystème

Depuis les années 1992, l’action simultanée d’une nouvelle politique de reforestation
interdisant toute coupe de bois de mangrove, un rétablissement de conditions climatiques
propices au développement des palétuviers avec un retour de pluviométrie abondante en
saison humide (Sakho et al. 2011), et la mise en œuvre de mesures de réhabilitation de
l’écosystème ont permis l’inversion de la tendance évolutive des mangroves de la Somone
(Tableau 2, Figure 10). De surcroît, l’embouchure de l’estuaire s’est réouverte à partir de
1987.
Tableau 9 : Evolution de la mangrove de la réserve de la Somone sur la période 1946 à aujourd'hui par analyse
diachronique, adapté d'après Sakho et al. (2011).
Période Surface Perte % Gain %
1946 1,5km² 0m².an 0
1946-1978 0,1km² -44 000m².an -95
1992-2006 1km² 63 000m².an +90

P a g e | 63 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 17 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle des unités morphologiques de l'écosystème de la
Somone sur la période 1946-2006, d'après (Sakho 2011).

3.2. Contexte socio-économique local

Somone, du mandingue « somono », signifie pêcheur. Selon la tradition orale, les pêcheurs
ont été les premiers habitants de la Somone. Quatre villages s’identifient particulièrement à la
Somone (Faye et al. 2012). Il s’agit des villages de Guereo, Thiafoura, Thiorokassap et la
Somone (Tableau 10), tous les quatre à l’initiative de la création de la Réserve Nationale
Intercommunautaire de la Somone en 1999 (N°003/CRS).

Tableau 10 : Caractéristiques démographiques sommaires des localités de la Somone. Sources : PNDL


Répertoire des Villages Officiels du Sénégal (recensement 2014), URL : http://www.pndl.org/Repertoire-des-
villages-du-Senegal.html ; Faye et al. (2012).
Nom Type Population Autorité locale
Guéréo Village 8000 (2007) ND (chef)
Somone Commune 4000 (2007) ND (maire)
Sorokhassap Village 1390 (2014) Socé Fall NGOM (chef)
Thiafoura Village 2000 (2014) Mour FAYE (chef)

P a g e | 64 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3.2.1. Une genèse originale de la coopération communautaire de la réserve

Dans leur article, Faye et al. (2012) rapportent la légende locale, au fondement de la
justification de la gestion communautaire de la Somone. D’après cette légende, la lagune est
dotée d’une force supranaturelle conférée par le génie protecteur et créateur, Kër Sang. En
raison de sa valeur religieuse, la Somone était gérée par les « lignées maternelles fondatrices :
yokam et yandol » dans les limites du territoire contrôlé par chaque village (kal). Une
reconnaissance mutuelle des droits de chaque village sur son kal, ainsi que la forte valeur
culturelle de la lagune, ont favorisé l’essor d’une coopération pour une gestion
communautaire des mangroves entre les quatre villages.

• D’une coopération coutumière vers une coopération institutionnalisée

Ce mode de gestion s’est institutionnalisé en période coloniale par arrêté du Gouverneur de


l’Afrique Occidentale Française le 14 février 1949 afin d’empêcher toute revendication de
droits d’exclusivité sur tout ou partie de la lagune et de ses alentours immédiats et ainsi
préserver la coopération communautaire dans la gestion de la lagune.
Le Ministère de l'Environnement sénégalais reconnaît et encourage les initiatives
communautaires de gestion du patrimoine communautaire (Gaudin 2006). Une aire de
patrimoine communautaire est un espace de conservation durable de la diversité biologique
pour les générations futures de la communauté, fondée sur une définition locale et
consensuelle des enjeux et de la superficie à préserver (UICN ND). Dans les années 1990’s,
les femmes des villages de Guéréo, Thiafoura et Sorokhassap, dans la continuité de la
tradition de gestion matriarcale de la ressource naturelle, se sont organisées en Groupement de
Promotion Féminine (GPF) et ont promu la délimitation et la formalisation du statut de la
Réserve. La réserve fonctionne grâce à un système de valorisation économique par tarification
de l’accès au périmètre, dont les bénéfices étaient originellement redistribués équitablement
entre les acteurs impliqués : 40% pour l'aménagement du site et les investissements (e.g.,
services sociaux, achats de médicaments, réhabilitation de salles de classe) ; 20% pour les
Ecogardes en charge de la surveillance et du respect des règles dans la réserve ; 20% aux
quatre groupements de femmes ; 10% pour la collectivité locale ; 10% pour le fonctionnement
de la réserve. Depuis la restructuration administrative, la littérature émet la possibilité
d’accaparement des bénéfices par la Commune de Somone que l’enquête sociale devra
investiguer (Annexe 1).

P a g e | 65 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Depuis le Décret n°2009-621 du 30 juin 2009 sur le redécoupage administratif sénégalais, le
village de Somone, auparavant rattaché administrativement à la communauté rurale de Sindia
a été classé en Commune, échelon administratif supérieur à celui de communauté rurale. Ce
changement administratif, accompagné de divergences politiques entre Somone et Guéréo, les
deux localités les plus peuplées de la région d’étude, a généré d’importants conflits et un
statut quo sur la gestion de la réserve de la Somone, sur le partage des bénéfices et le
processus décisionnel (Faye et al. 2012). Depuis que le village de Somone a été porté en
Commune en 2008, il s’est accaparé l'ensemble du fleuve de la Somone selon l’argumentation
que le seul nom du fleuve suffisait à légitimer son appartenance à la commune de Somone
(Faye et al. 2012).
Pourtant, la Loi 96-06 du 22 mars 1996 du Code des Collectivités Locales adoptée lors du
mouvement de décentralisation sénégalais, offre la possibilité aux villages d’institutionnaliser
une coopération entre plusieurs collectivités pour la promotion et la coordination des actions
de développement dans des domaines spécifiques (art.14) sous la forme d’un Groupement
d’intérêt communautaire (art. 239). Localement les populations ne se saisissent donc pas des
instruments juridiques à leur disposition. La question est de savoir si ceci est dû à
l’impossibilité de négocier au regard de l’importance des clivages politiques ou s’il est du
ressort de la méconnaissance de la population des avancées législatives en la matière. La
littérature étant peu précise à ce sujet, il conviendra de faire l’état des lieux de la situation
actuelle de ce conflit par méthode d’enquête afin d’identifier les acteurs dominants et les
acteurs oubliés, et l’influence des tensions sur la gestion et la préservation de la lagune. Ce
travail sera réalisé par un étudiant en stage d’études selon une grille d’analyse développée par
Creocean. Notre hypothèse est que c’est le bousculement de l’équilibre de gestion
traditionnelle et l’essor d’intérêts économiques et politiques divergents qui ont nui à la
pérennité de la gestion communautaire davantage qu’une méconnaissance des instruments
législatifs de coopération à la disposition des populations.

3.2.2. La législation spécifique aux mangroves

Le régime foncier sénégalais est peu structuré en l’absence de délimitations précises des
villages, et le développement urbain s’est longtemps effectué de façon anarchique. De
surcroît, "le chevauchement des droits juridiques, coutumiers et religieux rend la

P a g e | 66 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


compréhension, l'interprétation et l'application des dispositions foncières difficiles"3 (blocage
institutionnel). L’enquête aura pour second objectif d’analyser sur le terrain l’influence du
droit coutumier sur le foncier en zone de mangrove au sein de la réserve et le respect du
Domaine Public Maritime compris entre la laisse de mer jusqu’à 25 m dans les terres.
Le code de l’environnement a été réactualisé le 29 décembre 2000 mais ne fait aucune
mention spécifique aux mangroves et demeure peu appliqué faute de moyens techniques et
financiers. En 2004, la loi d’orientation agrosylvopastorale a interdit le défrichement des
galeries forestières et des zones de mangrove (art.39), ainsi que le pâturage et le passage du
bétail dans les parcs nationaux, les périmètres de reboisement, de restauration ou de
régénération naturelle (art.40). Dans le périmètre de la RNICS, cette interdiction est appliquée
et elle s’ajoute à l’interdiction de mener des activités de nature à perturber les équilibres
écologiques des écosystèmes (Faye et al. 2012). Un principe du repos biologique y est
appliqué annuellement entre le 10 juillet et le 10 novembre. Toute construction
d’établissements dans le rayon d’influence de l’aire protégée est soumise à la réalisation d’une
étude d’impact.

3.3. Hypothèses sur les états possibles des mangroves de la réserve de


la Somone
3.3.1. Hypothèse 1 : Poursuite des conflits entre localités (accaparement de la
ressource, exclusion sociale et prélèvements illégaux subséquents de la
ressource).
3.3.2. Hypothèse 2 : Entente sociale et retour vers un système de coopération
communautaire traditionnel accompagné d’un plan de suivi des mangroves
consensuel et partagé entre les acteurs.
3.3.3. Hypothèse 3 : Rupture de la flèche sableuse (scénario de montée du niveau
relatif de la mer) ou colmatage de la flèche et fermeture de l’embouchure
(scénario de réchauffement climatique et altération du régime des pluies)
dégradant considérablement les mangroves.

3
FAO, http://www.fao.org/gender-landrights-database/country-profiles/listcountries/civilsocietyorganizations/fr

P a g e | 67 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


4. Le complexe lagunaire du Bénin et du Togo
4.1. Caractéristiques climatiques de la région littorale du Togo et du
Bénin

Le littoral transfrontalier togolais-béninois, long de 170 km est l’un des pays les plus
densément peuplés d’Afrique (Juhé-Beaulaton and Roussel 1998) avec par exemple en
moyenne 308 hab./km² dans la région Maritime au sud du Togo. Le littoral concentre 42% de
la population et 63% de la population urbaine du pays (RNEMC, 2007).
Le climat est de type tropical subéquatorial marqué par deux saisons de pluies en alternance
avec deux saisons sèches. « Les températures sont relativement constantes au cours de
l’année. Le minimum (25,2°C) et le maximum (28,6°C) de température sont respectivement
observés en août et en mars. La période de canicule se situe entre février et avril, mais la
moyenne annuelle des températures est de 26,95°C.
Le climat du littoral est dépendant de deux masses d’air : (1) l’Harmatan ou Alizé continental
du nord-est, sec et chaud en provenance du Sahara de décembre à janvier ; et, (2) la mousson
du sud-ouest de juin à septembre, chaud et humide, apportant la pluie. La confrontation entre
ces deux masses constitue le front intertropical dont la position détermine la saison sur le
littoral (RNEMC, 2007).

Tableau 11 : distribution de la pluviométrie et humidité relative à Aného, Togo (Direction de la


Météorologie Nationale).
Mois J F M A M J J A S O N D
Pluie 12,5 30,1 62,7 110,9 152,2 245,5 85,1 22,2 45,4 87,1 34,8 9,8
H% 77 78 78 80 82 85 85 87 83 82 81 78

Le régime de marée est de type semi-diurne microtidal (1 m de marnage). La houle est


régulière, de direction sud-sud-ouest avec une hauteur moyenne d’1 à 1,5m. Le train de houle
anime le mouvement sédimentaire littoral avec une capacité d’énergie de modérée à forte. Les
courants sont de deux types : le courant de Guinée, d’une vitesse moyenne de 1 m.s-1 orienté
d’ouest en est ; et la dérive littorale, de même orientation, avec une capacité de transport
d’1,2 M.m3.an-1.

P a g e | 68 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


4.2. Caractéristiques physiques du milieu et des mangroves du système
lagunaire

La mangrove bénino-togolaise est interconnectée par un ensemble de systèmes lagunaires


(Figure 11), d’est en ouest : le lac Togo (Togo), le lac Ahémé (Bénin) et le lac Nokoué
(Bénin). La mangrove régionale est dominée par Rhizophora racemosa et Avicennia
germinans (Piątek and Yorou 2019), à laquelle sont associées Drepanocarpus lunatus,
Pterocarpus santalinoides et Acrostichum aureum. Les études en palynologie (Dupont et al.
2000, Salzmann and Hoelzmann 2005, Tossou et al. 2008) démontrent qu’au début de
l’Holocène le littoral bénino-togolais était densément couvert par une mangrove dominée par
les Rhizophorae et par une fine bande à Avicenniae à la limite intertidale-supratidale à la suite
de la transgression Nouakchottienne. La régression marine et la fermeture des passes
lagunaires ont causé une perte importante des mangroves, aujourd’hui aggravée par les
facteurs climatiques et surtout par l’expansion démographique (Tossou et al. 2008).
En dehors de ces études relatives à l’évolution des mangroves sur le temps géologique, selon
Luiselli et al. (2019) les mangroves régionales ont été peu étudiées. Cependant, dans le cadre
du programme TCP/BEN/3502 de la FAO un inventaire floristique des zones humides du site
Ramsar 1017 a été effectuée. Il en ressort que la mangrove est passée de 5 520 ha en 1995, à
909 ha en 2005, à 1 405 ha en 2015 grâce aux efforts de plantation dont les caractéristiques
écologiques nous sont inconnues (document non trouvé).
La dynamique sédimentaire sur le littoral est importante, influencée par les effets combinés de
l’apport sédimentaire du fleuve Mono sur lequel se situe le barrage Nangbéto et de la dérive
littorale répartissant les sédiments le long du lido qui suit alternativement des phases
d’ouverture sur la mer et de fermeture à ces différentes embouchures.

P a g e | 69 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 18 : Carte de situation des mangroves et des grands lacs du système lagunaire (Bénin, Togo).

La mangrove togolaise est localisée au Sud-Est du pays entre 6°14' et 6°20' nord ; 1°36' et
1°49' est. Elle borde le chenal Gbaga et ses rivières affluentes (RNEMC, 2007). Elle est
envahie par les espèces opportunistes, cédant la place à des systèmes à prairies à Paspalum
distichum et des savanes à Andropogon gayanus. La régénération naturelle est perturbée par le
dépérissement périodique des jeunes plants du fait des inondations trop importantes causées
par le fonctionnement du barrage Nangbéto et par la dulcification des cours d’eau.

• Exemple des caractéristiques sédimentaires du littoral : cas du lac Nokoué (Bénin)

Nokoué est une lagune côtière tropicale eutrophique et peu profonde d'une surface de 150 km²
avec une longueur de 20 km pour 11 km de large (Villanueva et al. 2006). Le lac est connecté
à l’Océan Atlantique au Sud, les rivières de Ouémé au Sud-Est et de Sô au Nord et à la lagune
de Porto-Novo (Adite and Winemiller 1997). Avant 1960, la sédimentation fermait et ouvrait
successivement la passe vers la mer générant une isolation périodique du système pouvant
perdurer plusieurs années avant que les écoulements du bassin versant de Ouémé soient
suffisants pour percer la flèche sableuse. Depuis 1960, la construction du port de Cotonou a
endigué la passe, causant un approfondissement du chenal, une plus grande intrusion de l’eau
de mer et un accroissement rapide de la salinité (Djihouessi, Djihouessi and Aina 2019),
affectant l’écologie du système et la dégradation des mangroves.

P a g e | 70 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


De surcroît, l’expansion démographique autour du lac et le développement d’une technique de
pêche locale nommée « Acadja » (Figure 19), très consommatrice en bois de mangrove, a
engendré des conséquences écologiques importantes sur les mangroves.

Figure 19 : Technique de pêche traditionnelle Acadja ou Akadja.

Depuis la perte en mangrove, les effluents d’eau usées riches en nutriments sont rejetés
directement dans le milieu, générant une eutrophisation du lac et des blooms saisonniers de
jacinthe. Les stocks de poissons commercialisables ont diminué à la suite de la perte en
habitat pour les juvéniles (racines des palétuviers), à l’augmentation de la salinité de l’eau
(par l’ouverture permanente de la passe) et à l’enrichissement nutritif du milieu. Les
populations locales, devant faire face à cette perte économique ont davantage recours à la
pêche par Acadja, aggravant la déforestation de la mangrove et augmentant la quantité
détritique de la lagune (effet boule de neige). Les zones dénudées de mangrove ont été
progressivement investies en tant que décharges, augmentant l'eutrophisation, les blooms de
jacinthe, et donc le stock de poisson (42% de perte entre 1960 et 2000).

P a g e | 71 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


5. L’Indonésie : l’estuaire de Perancak et le delta de la
Mahakam
L’Indonésie est constituée de plus de 1 700 îles et possède la plus large superficie nationale en
mangroves au monde avec près de 27% de la mangrove mondiale et 75% de la mangrove
d’Asie du sud-est (NSAP 2012).

5.1. Caractéristiques physiques de l’estuaire de Perancak, Jembrana


Regency, Bali

L’estuaire de Perancak (Prancak, Figure 13) d’une étendue de 7,5 km², est situé sur l’île de
Bali (8.395°S et 114.630°W), province indonésienne, à 80 km au nord-ouest de Denpasar. Sur
l’ensemble de l’estuaire ce sont environ 1 350 à 1 540 parcs à crevettes d’une surface
moyenne de 0,3 ha ± 0,2 ha qui ont été construits sur 69% de la surface originellement
occupée par la mangrove.

Figure 20 : Localisation de l'estuaire de Perancak, Bali, Indonésie (Proisy et al. 2018).

Le climat de Perancak est tropical, marqué par des fortes précipitations (moyenne annuelle de
1730 mm) dû à l’influence du système de mousson asiatique-australienne. De plus, les
influences combinées d’El Niño et de l’Oscillation australe (E.N.S.O), et du dipôle de l’Océan
Indien (anomalie de température de surface de l’océan) causent une forte variabilité
interannuelle de précipitations (Gusmawati et al. 2018).
Le thermomètre quant à lui, oscille peu au cours de l’année avec une moyenne annuelle de
26,6°C, le mois le plus chaud étant celui de décembre avec 27,5°C en moyenne, pour 25,1°C
en moyenne au cours du mois de juillet, le moins chaud de l’année.
Le régime de marée semi-diurne avec un marnage estimé à une moyenne de 1.5m en
l’absence de marégraphe à proximité (Rahmania 2016).

P a g e | 72 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


• Dynamique hydrologique et sédimentaire

L’interprétation visuelle des images satellitaires à très haute résolution spatiale (en partie
disponibles sur Google Earth) disponibles sur ce site depuis 2001 permet l’identification d’un
large cordon de sable, fortement anthropisé (urbain, agricole) sur sa partie consolidée à
l’ouest, se terminant par une flèche sableuse resserrant l’embouchure du fleuve (≈ 220 m). La
formation d’une flèche laisse présumer l’importance de la dérive littorale et de l’influence des
vagues sur le site. Perancak est donc un estuaire microtidal à dominante de vagues.
L’amortissement de la houle sur la flèche limite l’influence tidale dans le système, ce qui est
confirmé par la présence de deux îles étroites et longues dont le couvert végétal permet de
supposer de leur stabilité relative, alors que les estuaires à dominante tidale se caractérisent
par la présence de barres sableuses à l’embouchure du fleuve.
La rivière Perancak, d’orientation sud-nord se divise deux kilomètres en amont en deux bras
orientés ouest et est, provenant de deux bassins versants. La salinité présente un gradient
d’aval en amont où les concentrations les plus fortes à l’embouchure atteignent un taux de
30‰, un taux de 27‰ dans la partie centrale de l’estuaire où la mangrove se développe,
jusqu’à atteindre un taux de 0-1‰ à l’amont du système estuarien (Proisy et al. 2014).

5.1.1. Caractéristiques des mangroves de Perancak

Dans les mangroves de Perancak, 16 espèces différentes de palétuviers sont rencontrées. Huit
sont dominantes. On distingue les espèces natives (Avicennia alba, Avicennia officinalis,
Avicennia marina, Sonneratia alba) des espèces plantés Rhizophora spp. (Proisy et al. 2018).

5.1.2. Pression de conversion sur les mangroves de Perancak

La mangrove de Perancak a été largement coupée pour le développement de parcs aquacoles


(Figure 21).

P a g e | 73 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 21 : Système de production aquacole et crevettière de l'estuaire de Perancak en 2014. Les parcs non
digitalisés (de teinte grise) sont les parcelles abandonnées. Le diagramme représente la proportion des parcs
selon leur statut et leur type (Gusmawati et al. 2018).

Parallèlement à la conversion des mangroves, Gusmawati et al. (2018) constatent un cumul


d’impacts systémiques générés par l’activité crevettière, à savoir : la salinisation des sols
limitant le potentiel agricole, des conflits territoriaux sur les droits de propriété et l’accès à la
ressource, une perte de diversité génétique dans la population de crevettes, une pollution de
l'eau par décharge directe des effluents de l'activité vers le milieu. Ces effluents contiennent
de grandes concentrations de particules en suspension (minérales et organiques), des
composés organiques dissous et des nutriments. La diffusion des polluants chimiques et
biologiques transmet des maladies dans l'écosystème et aux crevettes (notamment la maladie
de la tâche blanche, White Spot Disease WSD), particulièrement dévastatrices à Perancak où
les parcs sont souvent interconnectés entre eux et directement avec le milieu, accroissant
l’eutrophisation du milieu. La propagation de WSD est favorisée lorsque la pression
atmosphérique est basse et les températures supérieures à 30°C (Gusmawati et al. 2018). Or,

P a g e | 74 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


les changements climatiques auront pour conséquence d’augmenter l’occurrence de la
conjoncture simultanée de ces deux facteurs déclencheurs d’épidémies.

5.1.3. Régénération et gestion de l’écosystème

La mangrove de l’estuaire, profondément transformée par l’Homme connaît pourtant une


croissance exponentielle depuis l’abandon des parcs à crevettes (Rahmania et al. 2015),
poursuivie récemment avec une surface passée de 78 ha en 2011 à 122 ha en 2015 (Ruslisan,
Kamal and Sidik 2018), comme l’illustrent les images satellites ci-dessous (Figure 22).

Figure 22 : (à gauche) surface de mangrove très restreinte en 2001, confinée en majeure partie sur deux anciens
parcs et présentant une canopée peu dense ; (à droite) même emprise spatiale en 2015 avec une dispersion
fulgurante de la mangrove à travers l'estuaire en la présence à la fois de plantation (parcelles rectilignes situées à
l’ouest et au nord-est) mais aussi de régénération naturelle à la canopée dense et de texture rugueuse, signe d'une
bonne complexité structurale, d’après Rahmania (2016).

Cette croissance est le résultat de programmes de plantation et de la régénération naturelle de


la mangrove. Des années 1990’s aux 2000’s, à mesure de l’abandon des parcs à crevettes, la
mangrove a été réintroduite dans le milieu par plantation (Japan International Cooperation
Agency). Ces programmes de plantation ont été poursuivis durant les années 2000’s par les
propriétaires locaux et les organisations gouvernementales avec notamment 12,3 ha plantés en
2007 par l’aéroport de Denpasar dans le cadre de la compensation pour l’extension des
infrastructures (Proisy et al. 2014). Ces plantations sont monospécifiques en Rhizophora sp.,
n'ayant que peu de potentiel de régénération puisque les zones naturelles sont dominées par
les palétuviers natifs du genre Avicennia et Sonneratia.
Les divers programmes de plantation ont eu des objectifs peu clairs et ont ainsi mené à la
création d’un écosystème alternatif. En effet, les mangroves se développent significativement
depuis 2001, tant dans les zones naturelles que les zones plantées, mais d’après Proisy et al.
(2018) les plantations n’ont que peu de considérations pour les fondements et principes de

P a g e | 75 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


l’écologie de la mangrove et de sa réhabilitation : plantation monospécifique des mauvais
taxons ; absence de prise en compte des flux hydrauliques par l’ouverture des digues ; densité
de plantation trop élevée (espacement des plants d’1 m à 1,5 m).

Les résultats de Proisy et al. (2018) démontrent que chaque lagune aquacole a sa propre
histoire de la perturbation, ses propres conditions environnementales ainsi que son propre
potentiel de régénération de mangroves après abandon de l’activité. Ils évaluent à 1,3 km² la
zone potentiellement disponible pour la croissance naturelle de la mangrove, soit 21% de
l’estuaire de Perancak. Or, à mesure que les programmes de plantation étendent leurs travaux,
la surface disponible pour le rétablissement d’une mangrove naturelle et de ses espèces
associées diminue. Dans le cadre du programme national One Map Mangrove (2016),
l’Indonésie est en cours de remise à jour et d’harmonisation de la cartographie de la mangrove
nationale afin de fournir un support éclairer de décision, de développement et de mise en
œuvre de programmes de réhabilitation. D’ici à 2045, le pays s’est engagé à réhabiliter
1,82 million d’hectares de mangroves, soit un total de 60 000 ha/an. Un tel projet, ne se fera
sans programmes de plantation de mangrove. Les auteurs concluent qu’il en résulte une
nouvelle transformation de l’écosystème vers une trajectoire dont la durabilité est
imprévisible, potentiellement non résiliente tant aux impacts climatiques, qu’au niveau du
potentiel de régénération de la mangrove et sa possibilité à survivre aux attaques parasitaires
et autres nuisibles.

5.2. Caractéristiques physiques du delta de la Mahakam, Kalimantan

Le Delta de Mahakam (0°21'-1°10'S et 117°15'-117°40'E) est situé sur le bassin de Kutei sur
la côte est de Kalimantan, sur la ligne de l’équateur. Composé de 46 petites îles séparées par
d’étroits chenaux, le delta draine un bassin versant de 75 000 km².

P a g e | 76 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Figure 23 : Localisation du delta de la Mahakam, Kalimantan est, Borné, Indonésie.

Le delta, d’une superficie de 5 000 km² est composé (Figure 24) d’une partie submergée : le
prodelta (2 700 km²) et le front deltaïque peu profond (1 000 km²) ; et d’une partie immergée :
la plaine deltaïque (1 300 km², dont 300 km² de chenaux) où la mangrove croît (Dutrieux et
al. 2014).

Figure 24 : Structure géomorphologique du delta (Storms et al. 2005).

P a g e | 77 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Le climat de la Mahakam est de type tropical humide avec des températures minimales de
18°C (Aslan, Rahman and Robeson 2018). L’année se divise en deux saisons : l’une sèche de
mai à septembre, l’autre humide de décembre à avril (Sassi et al. 2011) avec l’influence du
régime de mousson d’ouest et d’est.
Le régime de marée semi-diurne avec un marnage estimé à une moyenne de 2.5 m. (Aslan et
al. 2018, Dutrieux et al. 2014), 1 m en période de mortes-eaux, 3 m en période de vives-eaux
(Storms et al. 2005). Les vagues sont de faible énergie en raison du fetch limité par
(1) l'étroitesse du delta de Makassar, situé entre les îles de Kalimantan et de
Sulawesi ;(2) l’atténuation par la plate-forme deltaïque, avec une hauteur significative
moyenne de 0.6 m, de direction dominante nord ou sud-est.

• Dynamique hydrologique et sédimentaire

Les processus tidaux contrôlent la distribution sédimentaire du delta de Mahakam en forme


d’éventail, caractéristique d’un delta allochtone à dominante tidale (Dutrieux et al. 2014).
Les chenaux distributaires sont peu sinueux tandis que les chenaux de thalweg présentent des
méandres. Les courants tidaux pénètrent le delta pour parfois atteindre Samarinda à 20 km
plus en amont de l’apex (Storms et al. 2005). Des barres sablo-vaseuses allongées sont
formées à l’embouchure des distributaires par ces courants tidaux.
Le delta est en progradation et subside a un rythme de [0.2-0.5] m.an-1 (Storms et al. 2005).
Un système de lacs interconnectés en amont du fleuve Mahakam jouent un rôle tampon en
période de mousson (Sassi et al. 2011, Storms et al. 2005), ce qui assure un débit relativement
régulier tout au long de l’année (≈ 1 500 m3/s). La salinité pénètre jusqu’à 30 km dans les
terres, à l’exception des périodes de sécheresse reliées au phénomène d’El Nino qui réduisent
le débit du fleuve et permettent une intrusion saline jusqu’à l’apex du delta.

5.2.1. Caractéristiques de communautés végétales de la Mahakam

La plaine deltaïque de Mahakam était auparavant densément végétalisée. Trois communautés


végétales peuvent être distinguées en fonction de l’élévation du sol relatif au niveau marin
(Dutrieux et al. 2014, Storms et al. 2005):
1° Zone périphérique, d’élévation plus basse, où de larges communautés d’Avicennia
spp. dominent et sont parfois mêlées à Nypa fruticans. Les mangroves colonisent les
nouvelles vasières intertidales et les barres d’embouchures. Les zones intertributaires
mêlent Avicennia spp. et Rhizophora spp. de façon éparse.

P a g e | 78 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


2° Zone centrale, plus élevée, dominée par des communautés de N. fruticans.
3° Zone en amont de l’apex du delta, couverte par une forêt mixte à feuillus.

Sur le delta sont présentes 15 espèces de palétuviers et 11 espèces associées ou introduites. Le


développement de l’activité aquacole a causé la perte de 75% de la mangrove du delta de
Mahakam (Dutrieux et al. 2014). L’importante déforestation (Figure 25) et le maintien de
ceintures de mangroves frangeantes trop étroites ont généré des taux d’érosion élevés.

Figure 25 : Image Landsat acquise le 10 mars 2010 sur laquelle il est aisé d’interpréter visuellement les trouées
de canopées et les structures rectilignes caractéristiques d’une déforestation causée par des fermes aquacoles
(Persoon and Simarmata 2014).

P a g e | 79 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Depuis la baisse de l’activité aquacole, la mangrove connaît une tendance récente à la hausse
par recolonisation naturelle ou par actions de plantations. En 2011 ce sont plus de 10% des
mangroves qui ont été recouvrées (1 000 ha, dont 620 ha par plantation). Dutrieux et al.
(2014)observe trois modes de colonisation de la mangrove :
1° La colonisation de nouvelles surfaces formées par les processus d’accrétion du delta
sur les zones périphériques du sud et du nord. Il s’y forme de nouvelles communautés
dominées par Avicennia spp. sur les barres sablo-vaseuses d’embouchure, puis par
Sonneratia spp. en arrière.
2° La colonisation secondaire sur les surfaces anciennement déforestées. D’après les
récentes études de terrain d’Aslan et al. (2018), la faible altitude de la canopée
([2.7 m ; 39.8 m] avec une moyenne de 10.57 m) témoigne du fait que la mangrove est
actuellement en succession secondaire grâce à l’abandon de nombreux parcs.
3° Les zones de plantation, menées soit par action locale soit par les groupes
pétroliers.
La structure des nouvelles communautés végétales s’est cependant transformée
comparativement à sa forme originelle. Les fougères et les Nypa sont moins présentes
qu’originellement.

5.2.2. Pressions anthropiques et menace sanitaire

Les travaux de Bosma et al. (2012) caractérisent l’histoire du peuplement du delta de


Mahakam. Presque inhabité jusqu'en 1890, depuis des migrants de Sulawesi se sont installés
sur les bordures du delta en vivant d'agriculture et de pêche. Avant 1970, la ressource
naturelle était essentiellement intacte. A partir des années 1970, l’exploitation du pétrole et
des ressources en gaz s’est accrue et a généré une importante spéculation territoriale. De plus
dans ces années, l’installation du premier entrepôt frigorifique a augmenté les opportunités
d'exportation des produits de la pêche et des crevettes. Jusque-là, les parcs à crevettes étaient
creusés manuellement mais avec l'interdiction de la pêche au chalut en 1984 l'activité a
explosé et a eu recours aux pelleteuses pour convertir les terres massivement. Si bien qu'en
2001, ce sont près de 75% des mangroves du delta qui ont été détruites par l’explosion de
l’activité aquacole entre les années 1980 et 2000.

Cette destruction, constatée à la même période sur d'autres îles indonésiennes (e.g., Bali) s'est
faite en l'absence de tout contrôle et de régulation gouvernementale régissant l'utilisation de la

P a g e | 80 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


ressource (Dutrieux et al. 2014). En effet, selon Bosma et al. (2012), la gestion durable des
côtes à mangroves indonésiennes a été rendue difficile par les droits de propriété inégalitaires
et les revendications territoriales concurrentes. Traditionnellement, quiconque coupait la
mangrove en premier en devenait propriétaire, et les frontières du terrain étaient décidées
communautairement. Comme la mangrove était considérée de faible valeur, chacun pouvait
librement revendiquer des droits de propriété. Cet accès facilité à la propriété a favorisé la
spéculation par des investisseurs essentiellement étrangers ainsi que le développement
chaotique de l’activité aquacole. 40% des grands parcs appartiennent à des propriétaires
absents qui sous-traitent leur gestion. Tandis que le reste du territoire est morcelé en petites
parcelles, insuffisantes par assurer les moyens de subsistance des locaux (Bosma et al. 2012).

A la fin des années 1990 de nombreux parcs à crevettes ont été abandonnés (selon Bosma et
al. (2012), 54% de parcs actifs soit 58 000 ha) en raison de la dégradation de la qualité des
eaux (forte concentration en nutriments) générant d’importantes crises épidémiques (WSD,
Red Gill) ravageant la production (Dutrieux et al. 2014). Ce déséquilibrage économique a
généré une grande instabilité sociale dans la région où nombreux sont ceux dépendant
exclusivement de l’activité aquacole et croulant sous les dettes. Les épidémies baissent la
productivité des parcs, avec une récolte possible en moyenne seulement tous les quatre cycles
pour une production moyenne annuelle de 45 kg.ha-1, soit seulement 10% de ce que
produisent les parcs aquacoles extensifs ou naturels (Bosma et al. 2012).
Cette situation écologique et socioéconomique appelle à la formulation de nouveaux modes
de développement conciliant durabilité écologique, socioéconomique et institutionnelle
comme le soulignent Datta et al. (2012).

5.3. Contexte socio-économique local


5.3.1. Historique des pressions anthropiques et évolutions réglementaires relatives
aux mangroves indonésiennes

En Indonésie, l’évolution des politiques publiques est le reflet direct des pressions
anthropiques exercées sur le milieu. Dans leurs travaux, Ilman et al. (2016) analysent la
chronologie de la gestion nationale de la mangrove et du cadre de politiques publiques sur la
période 1800-2016, qu’ils structurent en quatre phases distinctes :

• Phase 1 : Première phase de développement de tambak (1800-1900)

P a g e | 81 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


La première destruction des mangroves a été effectuée par les condamnés, exilés vers les
forêts côtières de Java. La création de tambak (parcs à crevettes) constituant alors leur seul
moyen de subsistance.

• Phase 2 : Première phase d’exploitation forestière (1900-1949)


A partir des années 1920, le Gouvernement a autorisé l’exploitation du bois de mangrove sur
l’île de Sumatra et Java. De l’exploitation massive du bois de mangrove a résulté les
premières réglementations protégeant les mangroves. La Régulation N°669/C-7/1/1933 du
Département de la Santé Publique prévoit une protection des mangroves dans une zone de
3 km autour des villages afin de limiter la malaria mais ces effets positifs sur les mangroves
ont été peu significatifs.

Période d'arrêt transitoire (1949-1970) : Arrêt temporaire de l'exploitation forestière en


raison d'instabilités politiques et d'un ralentissement économique ce qui a permis la
régénération partielle de mangroves. Les activités ont profondément perturbé les écosystèmes,
si bien que les mangroves originelles se sont vues par endroits remplacées par une végétation
buissonnante dominée par Acrostichum sp. et Acanthus sp.

• Phase 3 : Seconde phase d'exploitation bois (1970-1980)


Evolution législative drastique sur les droits de concession de forêt (Régulation
Gouvernementale N°20/1970) transférant la compétence de l'attribution des droits de
concessions des autorités locales vers les autorités centrales. Ces dernières ayant encouragé de
grandes entreprises et investisseurs à exploiter la mangrove grâce à un accès facilité aux visas
d'exploitation. En 1980, le gouvernement fait machine arrière en rendant plus strict le régime
de concession afin de lever la destruction de mangroves par l’interdiction de délivrer tout
nouveau permis de concession en mangrove.

• Phase 4 : Seconde phase de développement de tambak (1980-2003), période de "la


gouvernance faible"
En 1980, le chalutage est interdit pour la pêche à la crevette (Décret Présidentiel N°39/1980).
Cette décision publique a eu des répercussions désastreuses sur les mangroves, largement
déforestées et converties en tambak pour pallier la pénurie en crevettes pour les marchés
extérieurs. Pourtant, en 1984, le ministère de l’agriculture a lancé un programme
d'intensification de la production crevettière impliquant une systématique destruction des

P a g e | 82 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


mangroves pour l'extension et la création de nouveaux tambak (Décision
N°05/SK/Mentan/Bimas/VI/1984). Par ailleurs, la crise économique indonésienne de 1997 a
profité à l’activité crevettière grâce à la déflation, accroissant la demande extérieure et les prix
de la crevette. Des erreurs de jugement (Ilman et al. 2016), un cadre réglementaire de
l’aquaculture peu rigoureux entre les années 1980 et 2003 (Proisy et al. 2018) et la crise
économique de 1997 ont causé une déforestation massive et alarmante de la mangrove
indonésienne.
En 1990, sera prise la première réglementation protégeant explicitement les ceintures vertes
de mangroves côtières placées sous zones de protection forestière (Décret présidentiel
N°32/1990). Le décret prévoit le maintien d’une ceinture verte côtière de 130 mètres
multipliée par le marnage, soit une largeur comprise entre 52 et 702 mètres. Néanmoins, se
pose la question de l'applicabilité de la réglementation sur l'ensemble du linéaire côtier
d'Indonésie. Cependant, elle demeure la principale règle relative à la gestion de la côte et de la
mangrove.

Phase de recouvrement transitoire (2003 à aujourd'hui) : Faute de rentabilité,


l’aquaculture sur cette période est en déclin et la mangrove en expansion grâce à la
colonisation naturelle des tambak abandonnés et aux programmes de plantation. Selon
Gusmawati et al. (2018), en 2015 plus de 70% des parcs à crevettes de Perancak ont été
abandonnés.

5.3.2. Législation relative à la mangrove

Le régime foncier en zone de mangroves n’est pas uniforme à travers l’Indonésie : certains
massifs sous protégés strictement, d’autres gérés conjointement par plusieurs autorités, et
certains gérés par arrangements communaux et coutumiers (Banjade et al. 2017). Depuis
2010, la règle générale est que les zones forestières relèvent de l’autorité du Ministère de la
Foresterie et sont classées en fonction de leur statut (propriété et droits) et de leurs fonctions
économiques et écologiques (Van Oudenhoven et al. 2014). Ainsi, la forêt domaniale gérée
par le gouvernement est subdivisée en :
• Forêt de conservation (Loi 5/1990 relative à la Conservation) : il s’agit de la forme la
plus restrictive n’autorisant que la recherche, l'éducation et les services
environnementaux (aucune définition donnée par les textes). La Régulation pour la

P a g e | 83 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Conservation N°17/2008 détermine la typologie des zones de conservation, l'autorité
en charge et les procédures de gestion de ces sites.
• Forêt de protection : il y est interdit toute conversion ou exploitation du bois.
• Forêt de production (Loi Forestière 41/1999)
• Forêt « sous droits » gérée soit par le secteur privé, soit par le gouvernement local ou
les communités locales (forêt coutumière).

Tout indonésien dispose d’un droit à la propriété d’une parcelle de terre inaliénable pour
garantir ses moyens de subsistance (Basic Agrarian Act N°5/1990), alors que la terre, l'eau et
les ressources naturelles demeurent sous la juridiction du Gouvernement et doivent bénéficier
au plus grand nombre (art. 33). En revanche, toute utilisation de la forêt est soumise à
l'approbation du Ministère des Forêts (Act of the Republic of Indonesia N°5 1967). Les
mangroves peuvent être utilisées pour le développement de l'aquaculture conformément aux
conditions de l'art.3 de la régulation de 1984 sur les zones de développement agricole.
Toutefois la Stratégie Nationale sur la Gestion de l'Ecosystème Mangrove (Strategi Nasional
Pengelolaan Ekosistem Mangrove, Règlementation Présidentielle 73/2012) fixe l'obligation à
équilibrer la classification des mangroves entre protection, conservation et production. A ce
jour, aucune carte nationale de cette répartition en fonction du statut des mangroves n’a été
identifiée par les recherches ci-présentes.

• Le processus décisionnel et les interactions entre acteurs des mangroves en Indonésie

En termes de protection, de conservation, de réhabilitation et de zonage des mangroves pour


l'aménagement, le Gouvernement Central est en charge des provinces (Provinsi), le
Gouvernement des Provinces est en charge des Districts (Kecamantan), et le Gouvernement
des District est en charge de leur propre district. Les leaders communautaires (damang ou
adat) tiennent un rôle prépondérant dans la gestion des mangroves. En effet, bien que la Loi
N°23/2014 sur la Gouvernance Régionale désigne la province comme autorité pour la gestion
côtière communautaire, la Stratégie Nationale sur la Gestion de l'Ecosystème Mangrove
de 2012 rappelle l'importance de la gestion communautaire. La Loi N°6/2014 accorde aux
villages (Desa) l'autorité pour gérer les ressources naturelles sous leur juridiction. Ainsi, en
présence de mangroves, le village en assure son suivi, l'utilisation, la sanction et la

P a g e | 84 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


réhabilitation (gouvernance bottom-up) et la mise en œuvre d’un plan de gestion et de son
développement local pour l’économie.
Cependant, cette articulation entre les échelles locales, régionales, nationales est en réalité très
récente et a été le résultat d’un manque et d’une confusion législative, amenant les autorités
locales à se constituer leurs propres arrangements institutionnels. La gestion des mangroves,
d’un point de vue législatif a majoritairement reposé sur une intervention gouvernementale.

Les autorités centrales en matière de gestion de la mangrove sont :


• Pour les mangroves classées : le Ministère de l'Environnement et de la Forêt ;
• Pour les mangroves littorales des petites îles : le Ministère des Affaires Maritimes et
des Pêcheries ;
• Pour la régulation du droit foncier et l’aménagement en zone de mangroves : le
Ministère de l'Agriculture et de l'Aménagement ainsi que l’Agence Foncière
Nationale ;
• Pour les mangroves productives : la BAPPENAS (l’agence pour le développement
national) ayant à sa charge la définition du plan de développement national pour les
mangroves productives.
La superposition de ces acteurs et de leurs compétences créent une confusion sur la
responsabilité de chacun et la compréhension locale du cadre législatif appliqué à la gestion
des ressources naturelles (Banjade et al. 2017).

5.4. Hypothèses sur les états possibles du système socio-écologique de


Perancak, d’après Ilman et al. (2016)
5.4.1. Hypothèse 1 : Développement des fermes à crevettes. Le Gouvernement
indonésien continue à encourager le développement de l'activité avec une
volonté affichée de doubler la production d'ici 2030.
5.4.2. Hypothèse 2 : Développement côtier (extension de l’urbanisation).
5.4.3. Hypothèse 3 : Plantation et agriculture (scénario de conversion de la mangrove
pour l’huile de palme).
5.4.4. Hypothèse 4 : Risques naturels et changement climatique

P a g e | 85 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


P a g e | 86 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.
Bibliographie
Adite, A. & K. O. Winemiller (1997) Trophic ecology and ecomorphology of fish
assemblages in coastal lakes of Benin, West Africa. Écoscience, 4, 6-23.
Agraz Hernández, C. M., J. Osti Sáenz, J. Reyes Castellanos, C. A. Chan Keb, K. P. Conde
Medina, G. Expósito Díaz, E. M. Houndjinou, A. Gregorio Cortés, É. Apity, A.
Chevez, A. Gregorio Cortés, J. Carazo, G. Martínez Muñoz & H. Manzanilla. 2018.
Proyecto piloto de restauración ecológica y captura de carbono presente y emisión de
metano en los de manglares de Costa Rica y Benín. Instituto EPOMEX, Universidad
Autonoma de Campeche, Ministerior de Medio Ambiente, SINAC, Fundación
Neotrópical, Secrétariat du Fonds Français pour l’Environnement Mondial.
Alexandris, N., B. Chatenoux, L. Harriman, L. Lopez Torres & P. Peduzzi. 2013. Monitoring
Mangroves Restoration from Space. 48. Geneva (CHE): UNEP, GRID-Geneva.
Alfaro-Sibaja, L., D. Barquero-Salgado, A. Fonseca, R. A. Montoya-Solano, V. Morales-
Cerdas & D. Ramírez-Arce. 2015. Vegetation structure and composition of mangrove
Palo Seco Quepos, Costa Rica.
Alongi, D. M. (2008) Mangrove forests: Resilience, protection from tsunamis, and responses
to global climate change. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 76, 1-13.
AMP. 2009. Analyse Stratégique Régionale Guyane. Synthèse des connaissances. 111.
Agence des Aires Marines Protégées, Direction Régionale de l'Environnement.
Anthony, E. J., A. Gardel, N. Gratiot, C. Proisy, M. A. Allison, F. Dolique & F. Fromard
(2010) The Amazon-influenced muddy coast of South America: A review of mud-
bank–shoreline interactions. Earth-Science Reviews, 103, 99-121.
Anthony, E. J. & N. Gratiot (2012) Coastal engineering and large-scale mangrove destruction
in Guyana, South America: Averting an environmental catastrophe in the making.
Ecological Engineering, 47, 268-273.
Aronson, J. (2010) Restauration, réhabilitation, réaffectation : ce que cachent les mots.
Espaces Naturels, 29.
Aslan, A., A. F. Rahman & S. M. Robeson (2018) Investigating the use of Alos Prism data in
detecting mangrove succession through canopy height estimation. Ecological
Indicators, 87, 136-143.
Banjade, M. R., N. Liswanti, T. Herawati & E. Mwangi. 2017. Governing mangroves: Unique
challenes for managing Indonesia's coastal forest. In USAID Tenure and Global
Climate Change Program. Washington DC, USA: CIFOR: Bogor, Indonesia.
Barbier, E. B., E. W. Koch, B. R. Silliman, S. D. Hacker, E. Wolanski, J. Primavera, E. F.
Granek, S. Polasky, S. Aswani & L. A. Cramer (2008) Coastal ecosystem-based
management with nonlinear ecological functions and values. science, 319, 321-323.
Barnuevo, A., T. Asaeda, K. Sanjaya, Y. Kanesaka & M. Fortes (2017) Drawbacks of
mangrove rehabilitation schemes: lessons learned from the large-scale mangrove
plantations. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 198, 432-437.
Beck, M. W. & G.-M. E. Lange. 2016. Managing coasts with natural solutions: guidelines for
measuring and valuing the coastal protection services of mangroves and coral reefs.
167. Washington D.C. (USA): World Bank Group
Wealth Accounting and the Valuation of Ecosystem Services Partnership (WAVES).
Bergamini, N., W. Dunbar, P. Eyzaguirre & K. M. Ichikawa, I.; Mijatovic, D.; Morimoto, Y.;
Remple, N.; Salvemini, D.; Suzuki, W.; Vernooy, R. 2014. Toolkit for the indicators
of resilience in social-ecological production landscapes and seaspcapes. 70. UNU-
IAS; Bioversity International, Rome (Italy); IGES; UNDP.

P a g e | 87 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Bioret, F. & F. Chlous-Ducharme (2011) Évaluer la dégradation en écologie de la
restauration, une question d'échelles de références et de perception. Sciences Eaux &
Territoires, Numéro 5, 3-5.
Bosire, J. O., F. Dahdouh-Guebas, M. Walton, B. I. Crona, R. Lewis Iii, C. Field, J. G. Kairo
& N. Koedam (2008) Functionality of restored mangroves: a review. Aquatic botany,
89, 251-259.
Bosma, R., A. S. Sidik, P. van Zwieten, A. Aditya & L. Visser (2012) Challenges of a
transition to a sustainably managed shrimp culture agro-ecosystem in the Mahakam
delta, East Kalimantan, Indonesia. Wetlands Ecology and Management, 20, 89-99.
Brown, B., R. Fadillah, Y. Nurdin, I. Soulsby & R. Ahmad (2014) Community Based
Ecological Mangrove Rehabilitation (CBEMR) in Indonesia. From small (12-33 ha) to
medium scales (400 ha) with pathways for adoption at larger scales (> 5000 ha).
Sapiens.
Brunier, G., E. J. Anthony, N. Gratiot & A. Gardel (2019) Exceptional rates and mechanisms
of muddy shoreline retreat following mangrove removal. Earth Surface Processes and
Landforms.
Carney, J., T. W. Gillespie & R. Rosomoff (2014) Assessing forest change in a priority West
African mangrove ecosystem: 1986–2010. Geoforum, 53, 126-135.
Cheong, S.-M., B. Silliman, P. P. Wong, B. van Wesenbeeck, C.-K. Kim & G. Guannel
(2013) Coastal adaptation with ecological engineering. Nature Climate Change, 3,
787.
Clark, J. R. 1992. Integrated management of coastal zones. In FAO Fisheries Technical
Paper, 167. Rome (Italy): FAO.
Conchedda, G., L. Durieux & P. Mayaux (2008) An object-based method for mapping and
change analysis in mangrove ecosystems. ISPRS Journal of Photogrammetry and
Remote Sensing, 63, 578-589.
Cormier-Salem, M. C. & J. Panfili (2016) Mangrove reforestation: greening or grabbing
coastal zones and deltas? Case studies in Senegal. African Journal of Aquatic Science,
41, 89-98.
Cortés, J., A. Fonseca, J. Nivia-Ruiz, V. Nielsen-Munoz, J. Samper-Villarreal, E. Salas, S.
Martinez & P. Zamora-Trjos. 2010. Monitoring coral reefs, seagrasses and mangroves
in Costa Rica (CARICOMP). In 34th Scientific Meeting of the Association-of-Marine-
Laboratories-of-the-Caribbean, ed. R. d. B. Tropical, 1-22. Roseau, Dominica:
Universidad de Costa Rica.
Cumming, G. S. (2018) A Review of Social Dilemmas and Social-Ecological Traps in
Conservation and Natural Resource Management. Conservation Letters, 11, e12376.
Dale, P. E. R., J. M. Knight & P. G. Dwyer (2014) Mangrove rehabilitation: a review focusing
on ecological and institutional issues. Wetlands Ecology and Management, 22, 587-
604.
Datta, D., R. N. Chattopadhyay & P. Guha (2012) Community based mangrove management:
A review on status and sustainability. Journal of Environmental Management, 107,
84-95.
Davies, N., F. Dawn, D. Gavaghan, S. J. Holbrook, S. Planes, M. Troyeremail Author, M.
Bonsall, J. Claudet, G. Roderick, R. J. Schmitt, L. Amaral-Zettler, V. Berteaux-
Lecellier, H. C. Bossin, C. Cabasse, A. Collin, J. Deck, T. Dell, J. Dunne, R. Gates &
S. Wood. 2016. Simulating social-ecological systems: The Island Digital Ecosystem
Avatars (IDEA) consortium.
Depraz, S. (2013) Notion à la une : protéger, préserver ou conserver la nature ?
Géoconfluences.

P a g e | 88 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Djihouessi, M. B., M. B. Djihouessi & M. P. Aina (2019) A review of habitat and biodiversity
research in Lake Nokoué, Benin Republic: Current state of knowledge and prospects
for further research. Ecohydrology & Hydrobiology, 19, 131-145.
Duke, N., I. Nagelkerken, T. Agardy, S. Wells & H. Van Lavieren. 2014. The importance of
mangroves to people: A call to action. United Nations Environment Programme
World Conservation Monitoring Centre.
Dupont, L. M., S. Jahns, F. Marret & S. Ning (2000) Vegetation change in equatorial West
Africa: time-slices for the last 150 ka. Palaeogeography, Palaeoclimatology,
Palaeoecology, 155, 95-122.
Dutrieux, E., C. Proisy, F. Fromard, R. Walcker, M. Ilman, F. Pawlowski, H. Ferdiansyah &
O. Ponthieux. 2014. Mangrove restoration in the vicinity of oil and gas facilities:
Lessons learned from a large scale project. In International Conference on Health,
Safety, and Environment, ed. S. P. E. International. Long Beach, California, USA:
Society of Petroleum Engineers.
Echeverría-Sáenz, S. & D. Nelson (2011) Egg Production of the Commercially Exploited
Deepwater Shrimp, Heterocarpus Vicarius (Decapoda: Pandalidae), Pacific Costa
Rica. Journal of Crustacean Biology, 31, 434-440.
Eggermont, H., E. Balian, J. M. N. Azevedo, V. Beumer, T. Brodin, J. Claudet, B. Fady, M.
Grube, H. Keune & P. Lamarque (2015) Nature-based solutions: new influence for
environmental management and research in Europe. GAIA-Ecological Perspectives for
Science and Society, 24, 243-248.
Ellison, A. 2000. Mangrove Restoration: Do We Know Enough?
FAO. 2005. Evaluacion de los recursos forestales mundiales 2005. Estudio tematico sobre
manglares. Costa Rica Perfil Nacional. 14. Servicio de desarollo de recursos
forestales.
--- (2007) The world's mangroves 1980–2005. Rome: FAO, FAO Forestry Paper, 153, 77p.
Faye, P., C. O. Ba & S. Diouf (2012) Gestion communautaire durable et décisions nationales
d'aménagement administratif et territorial. Le cas de la Réserve communautaire: la
Somone. Les études de cas de Negos-GRN., Promouvoir une gestion locale concertée
et effective des ressources naturelles et foncières.
Fent, A., R. Bardou, J. Carney & K. Cavanaugh (2019) Transborder political ecology of
mangroves in Senegal and The Gambia. Global Environmental Change, 54, 214-226.
Fromard, F., C. Vega & C. Proisy (2004) Half a century of dynamic coastal change affecting
mangrove shorelines of French Guiana. A case study based on remote sensing data
analyses and field surveys. Marine Geology, 208, 265-280.
Furukawa, K., E. Wolanski & H. Mueller (1997) Currents and Sediment Transport in
Mangrove Forests. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 44, 301-310.
Gaudin, C. 2006. Cadre juridique international et national de protection des mangroves. In
Legal Papers Online, ed. FAO, 94. Rome, Italy: FAO.
Giri, C., B. Pengra, Z. Zhu, A. Singh & L. L. Tieszen (2007) Monitoring mangrove forest
dynamics of the Sundarbans in Bangladesh and India using multi-temporal satellite
data from 1973 to 2000. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 73, 91-100.
GNF. 2015. Mangrove restoration guide. Best practices and lessons learned from a
community-based conservation project. Radolfzell, Germany: Global Nature Fund
(GNF).
Gratiot, N., A. Gardel & E. J. Anthony (2007) Trade-wind waves and mud dynamics on the
French Guiana coast, South America: Input from ERA-40 wave data and field
investigations. Marine Geology, 236, 15-26.
Gusmawati, N., B. Soulard, N. Selmaoui-Folcher, C. Proisy, A. Mustafa, R. Le Gendre, T.
Laugier & H. Lemonnier (2018) Surveying shrimp aquaculture pond activity using

P a g e | 89 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


multitemporal VHSR satellite images - case study from the Perancak estuary, Bali,
Indonesia. Marine pollution bulletin, 131, 49-60.
Hamilton, L. S. & S. C. Snedaker. 1984. Handbook for mangrove area management.
Honolulu: East-West Environment and Policy Institute.
Herrero-Jáuregui, C., C. Arnaiz-Schmitz, M. F. Reyes, M. Telesnicki, I. Agramonte, M. H.
Easdale, M. Schmitz Fe, M. Aguiar, A. Gomez-Sal & C. Montes (2018) What do We
Talk about When We Talk about Social-Ecological Systems? A Literature Review.
Sustainability, 10, 1-14.
Ilman, M., P. Dargusch, P. Dart & Onrizal (2016) A historical analysis of the drivers of loss
and degradation of Indonesia’s mangroves. Land Use Policy, 54, 448-459.
INSEE. 2018. Recensement de la population en Guyane. In Insee Analyses. Cayenne (GUF).
Jiménez, J. A. & S. Ricardo Soto (1985) Patrones regionales en la estructura y composición
florística de los manglares de la Costa Pacífica de Costa Rica. Revista de Biologia
Tropical, 33, 25-37.
Juhé-Beaulaton, D. & B. Roussel. 1998. A propos de l'historicité des forêts sacrées de
l'ancienne Côte des Esclaves. In Plantes et paysages d'Afrique , une histoire à
explorer., ed. C. Monique, 382. Paris, France: Karthala.
Keenleyside, K., N. Dudley, S. Cairns, C. Hall & S. Stolton. 2012. Ecological Restoration for
Protected Areas: Principles, Guidelines and Best Practices. Gland (CHE): IUCN.
Kjerfve, B. 1990. Manual for Investigation of Hydrological Processes in Mangrove
Ecosystems. In UNESCO/UNDP Regional Project "Mangrove Ecosystems in Asia and
the Pacific". Columbia, SC 29208 (USA): Baruch Institute for Marine Biology and
Coastal Research.
Kodikara, K. A. S., N. Mukherjee, L. P. Jayatissa, F. Dahdouh-Guebas & N. Koedam (2017)
Have mangrove restoration projects worked? An in-depth study in Sri Lanka.
Restoration Ecology, 25, 705-716.
Krauss, K. W., K. L. McKee, C. E. Lovelock, D. R. Cahoon, N. Saintilan, R. Reef & L. Chen
(2014) How mangrove forests adjust to rising sea level ? New Phytologist, 202, 19-34.
Lewis, R. & B. Brown (2014) Ecological mangrove rehabilitation—a field manual for
practitioners. version 3. Mangrove Action Project Indonesia, Blue Forests, Canadian
International Development Agency, and OXFAM, 275.
Lewis, R. R. (2005) Ecological engineering for successful management and restoration of
mangrove forests. Ecological Engineering, 24, 403-418.
López-Angarita, J., C. M. Roberts, A. Tilley, J. P. Hawkins & R. G. Cooke (2016) Mangroves
and people: Lessons from a history of use and abuse in four Latin American countries.
Forest Ecology and Management, 368, 151-162.
López-Angarita, J., A. Tilley, J. P. Hawkins, C. Pedraza & C. M. Roberts (2018) Land use
patterns and influences of protected areas on mangroves of the eastern tropical Pacific.
Biological Conservation, 227, 82-91.
Lugo, A. E. & S. C. Snedaker (1974) The Ecology of Mangroves. Annual Review of Ecology
and Systematics, 5, 39-64.
McLeod, E. & R. V. Salm. 2006. Managing mangroves for resilience to climate change.
Gland (CHE): World Conservation Union (IUCN).
Nemec, K. T., J. Chan, C. Hoffman, T. L. Spanbauer, J. A. Hamm, C. R. Allen, T. Hefley, D.
Pan & P. Shrestha (2014) Assessing Resilience in Stressed Watersheds. Ecology and
Society, 19.
NSAP. 2012. National Strategy and Action Plan : Indonesia 2012-2015. In Mangroves For
the Future, 41. UNDP, IUCN, Car, UNEP, Wetlands International.
Persoon, G. A. & R. Simarmata (2014) Undoing ‘marginality’: The islands of the Mahakam
Delta, East Kalimantan (Indonesia). Journal of Marine and Island Cultures, 3, 43-53.

P a g e | 90 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Piątek, M. & N. S. Yorou (2019) Pseudocercospora avicenniicola on black mangrove
(Avicennia germinans) in Benin: The first report from Africa. Forest Pathology, 49,
e12478.
PR-ZH. 2018. La restauration de mangrove: synthèse des éléments clés à considérer pour tout
chantier de restauration. In Guide pratique, 32. Pôle-Relais Zones humides tropicales.
Primavera, J. H., M. dela Cruz, C. Montilijao, H. Consunji, M. dela Paz, R. N. Rollon, K.
Maranan, M. S. Samson & A. Blanco (2016) Preliminary assessment of post-Haiyan
mangrove damage and short-term recovery in Eastern Samar, central Philippines.
Marine pollution bulletin, 109, 744-750.
Proisy, C., N. Gratiot, E. J. Anthony, A. Gardel, F. Fromard & P. Heuret (2009) Mud bank
colonization by opportunistic mangroves: A case study from French Guiana using
lidar data. Continental Shelf Research, 29, 632-641.
Proisy, C., R. Rahmani, G. Viennois, A. Andayani, S. Baudel, R. Fahran, N. F. Gusmawati,
O. Germain, H. Lemonnier, N. Mbay, B. Nugraha, M.-J. Prosperi, F. Sidik, B. Subki,
Suhardjono, N. Widagti & P. Gaspar. 2014. Monitoring changes on mangroves coasts
using high resolution satellite images. A case study in the Perancak estuary, Bali. In
Biennial Conference of Pan Ocean Remote Sensing Conference (PORSEC 2014), ed.
L. G. G. J. W. N. I. A. W. H. W. K. Tanaka T, 1-7, 1 poster. Bali, Indonésie: Lapan.
Proisy, C., G. Viennois, F. Sidik, A. Andayani, J. A. Enright, S. Guitet, N. Gusmawati, H.
Lemonnier, G. Muthusankar, A. Olagoke, J. Prosperi, R. Rahmania, A. Ricout, B.
Soulard & Suhardjono (2018) Monitoring mangrove forests after aquaculture
abandonment using time series of very high spatial resolution satellite images: A case
study from the Perancak estuary, Bali, Indonesia. Marine pollution bulletin, 131, 61-
71.
Quesada-Alpizar, M. & J. Cortés (2006) The marine ecosystems of the south Pacific of Costa
Rican: state of knowledge and management perspectives. 54, 101-145.
Rahmania, Rinny, C. Proisy, G. Viennois, Andayani, Ariani, Sidik, Frida, Farhan, A., N. F.
Gusmawati, J. Prosperi, O. Germain, L. Hugues, S. Berni, X. Suhardjono, Widagti,
Nuryani & G. Philippe. 2015. 13 years of change in the extent and physiognomy of
mangroves after shrimp farming abandonment, Bali, Indonesia. In Multitemp 2015,
8th International Workshop on the Analysis of Multitemporal Remote Sensing Images,
1-4. Annecy, France: IEEE.
Rahmania, R. 2016. Etude des mangroves à partir de l'analyse des changements dans les
images de canopée à très haute résolution spatiale pour une meilleure gestion des côtes
indonésiennes (Monitoring mangrove change using very high spatial resolution
satellite images for coastal zone management). In Ecosystèmes et Sciences
Agronomiques. Université Montpellier.
Roussel, E., M. Ducombe & C. Gabrié. 2009. Les mangroves de l'outre-mer français -
Ecosystèmes associés aux récifs coralliens. Conservatoire du Littoral, IFRECOR.
Ruslisan, R., M. Kamal & F. Sidik (2018) Monitoring the Restored Mangrove Condition at
Perancak Estuary, Jembrana, Bali, Indonesia from 2001 to 2015. IOP Conference
Series: Earth and Environmental Science, 123, 012022.
Saenger, P. 2002. Mangrove Ecology, Silviculture and Conservation. Springer Netherlands.
Sakho, I. 2011. Evolution et fonctionnement hydro-sédimentaire de la lagune de la Somone,
Petite Côte, Sénégal. In Coastal Hydro-sedimentology, 1 vol. (247 p.). Rouen
University (France) ; Cheikh Anta Diop University (Senegal).
Sakho, I., V. Mesnage, J. Deloffre, R. Lafite, I. Niang & G. Faye (2011) The influence of
natural and anthropogenic factors on mangrove dynamics over 60 years: The Somone
Estuary, Senegal. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 94, 93-101.
Salles, D. & P. Leroy (2013) Gouvernance environnementale.

P a g e | 91 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Salzmann, U. & P. Hoelzmann (2005) The Dahomey Gap: an abrupt climatically induced rain
forest fragmentation in West Africa during the late Holocene. The Holocene, 15, 190-
199.
Samper-Villarreal, J., J. Cortes & C. Benavides-Varela (2012) Description of the Panamá and
Iguanita mangrove stands of Bahía Culebra, North Pacific coast of Costa Rica. Revista
de Biologia Tropical, 60, 109-120.
Sanabria-Coto, I. 2018. Propuesta para una Delimitación Geográfica Integral del Manglar de
Nosara, Guanacaste, Costa Rica.
Santos, L. C. M., M. A. Gasalla, F. Dahdouh-Guebas & M. D. Bitencourt (2017) Socio-
ecological assessment for environmental planning in coastal fishery areas: A case
study in Brazilian mangroves. Ocean & Coastal Management, 138, 60-69.
Sassi, M. G., A. J. F. Hoitink, B. de Brye, B. Vermeulen & E. Deleersnijder (2011) Tidal
impact on the division of river discharge over distributary channels in the Mahakam
Delta. Ocean Dynamics, 61, 2211-2228.
Schmitt, K. & N. Duke. 2015. Mangrove Management, Assessment and Monitoring.
Schöning, D. 2014. Resilience-based restoration of mangrove social-ecological systems: a
case study from the gulf of Guayaquil, Ecuador. In Forest Ecology and Management.
Albert-Ludwigs-Universität Freiburg.
Sébastien, L. 2006. Humains et non-humains en pourparlers : l'acteur en 4 dimensions :
proposition théorique et méthodologique transdisciplinaire favorisant l'émancipation
de nouvelles formes de gouvernances environnementales : application au domaine de
l'eau sur trois territoires : la Plaine du Forez, les pentes du Kilimandjaro et les Barthes
de l'Adour. In Sciences et Génie de l'Environnement, 2 vol. (VII-422 p., 204 p.). Ecole
Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne.
SER. 2004. The SER International Primer on Ecological Restoration. Tucson, Arizona (USA):
Society for Ecological Restoration International.
Silva, A., J. Barboza, F. Mora Rodríguez & C. González Gairaud. 2015. Implicaciones
sedimentológicas sobre el cambio en la cobertura del bosque de manglar en Boca
Zacate, Humedal Nacional Térraba-Sierpe, Costa Rica.
Silva, A. M. & N. N. Carrillo (2004) The Purruja mangrove, Golfito, Costa Rica: a
management model]. Revista de Biologia Tropical, 52 Suppl 2, 195-201.
Storms, J. E. A., R. M. Hoogendoorn, R. A. C. Dam, A. J. F. Hoitink & S. B. Kroonenberg
(2005) Late-Holocene evolution of the Mahakam delta, East Kalimantan, Indonesia.
Sedimentary Geology, 180, 149-166.
Tossou, M. G., A. Akoègninou, A. Ballouche, M. A. Sowunmi & K. Akpagana (2008) The
history of the mangrove vegetation in Bénin during the Holocene: A palynological
study. Journal of African Earth Sciences, 52, 167-174.
Tsayem Demaze, M. (2008) Croissance démographique, pression foncière et insertion
territoriale par les abattis en Guyane française. Norois, 206, 111-127.
Twilley, R. R., V. H. Rivera-Monroy, R. Chen & L. Botero (1999) Adapting an Ecological
Mangrove Model to Simulate Trajectories in Restoration Ecology. Marine pollution
bulletin, 37, 404-419.
UICN. 2018. Les Solutions Fondées sur la Nature pour lutter contre les changements
climatiques et réduire les risques naturels en France. eds. J. Delangue, P. Teillac-
Deschamps & S. Moncorps, 48.
---. ND. Les Mangroves du Sénégal: Situation actuelle des ressources, leur exploitation et leur
conservation. In Rapport Final, 66.
Van Oudenhoven, A. P. E., A. J. Siahainenia, I. Sualia, F. H. Tonneijck, S. Van der Ploeg &
R. S. de Groot. 2014. Effects of different management regimes on mangrove

P a g e | 92 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


ecosystem services in Java, Indonesia. In Technical Paper for the Mangrove Capital
Project. Wagening University and Wetlands International.
Vargas-Fonseca, E. (2015) Natural regeneration capacity of the mangrove forest of Tortuga
Estuary, Osa, Puntarenas, Costa Rica. Revista de Biologia Tropical, 63, 209-218.
Villanueva, M. C., P. Lalèyè, J. J. Albaret, R. Laë, L. T. de Morais & J. Moreau (2006)
Comparative analysis of trophic structure and interactions of two tropical lagoons.
Ecological Modelling, 197, 461-477.
Wolanski, E., Y. Mazda & P. Ridd (1992) Mangrove Hydrodynamics. Tropical Mangrove
Ecosystems, 43-62.
Zhang, K., H. Liu, Y. Li, H. Xu, J. Shen, J. Rhome & T. J. Smith (2012) The role of
mangroves in attenuating storm surges. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 102-
103, 11-23.

P a g e | 93 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


P a g e | 94 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.
Annexe A. Grille d’entretien pour la
réalisation d’enquêtes sociales.
1. Notes préliminaires sur le déploiement de l’enquête
1.1. Plan d’échantillonnage

Ce questionnaire ne vise pas à recueillir les réponses d’un échantillon large, mais d’un
échantillon restreint et bien ciblé. Selon la catégorie d’acteur, les questions seront à moduler
(voir rubriques). Les individus visés par l’enquête sont ceux ayant un certain niveau de
connaissance de l’écosystème car ils y pratiquent directement ou indirectement une activité in
situ ou à distance (premier filtre d’échantillonnage). Les enfants et les adolescents ne sont pas
un public cible (second filtre) ainsi que les individus vivant que temporairement sur place
(troisième filtre). Une attention toute particulière devra être portée aux personnes de plus de
60 ans et aux femmes. Les uns pour leur potentiel en matière de questions relatives à
l’historicité du village tant en termes d’évolution environnementale, que socio-économique,
que culturelle, les autres pour renseigner la question de l’égalité dans l’utilisation des
ressources naturelles entre les hommes et les femmes.
Durée approximative : 45 minutes pour la société civile, 1h30 pour les autres.

1.2. Traitement des enquêtes

A l’issu de chaque entretien, un script détaillé devra être rédigé. Ce script doit prendre en
compte toute hésitation et confusion dans les termes. Si le répondant communiquait dans une
langue autre que l’anglais ou le français, une traduction du script dans l’une de ces deux
langues sera à effectuer. L’enquêteur pourra adjoindre ses impressions personnelles sur
l’enquêté : e.g. comportement anecdotique telle une gêne à échanger ou au contraire une
grande motivation, le niveau de compréhension perçu du questionnaire, l’avis sur la sincérité
des réponses, etc.
Pour la préanalyse il convient de renseigner les rubriques suivantes dès l’issue de l’enquête :
Problématique territoriale repérée par l’enquêté :
e.g., conflits, mauvaises pratiques, etc.

Points essentiels du discours de l’enquêté : e.g.,


hésitations, répétitions, points importants

P a g e | 95 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


De plus, il sera nécessaire de construire un/des graphe(s) d’acteurs portant sur les interactions
qu’ils entretiennent. De cette identification des liens entre les acteurs, classer les acteurs en
fonction de leurs affinités, animosités, les projets qu’ils ont apprécié ou critiqué, leurs liens
professionnels, l’avis de l’enquêté vis-à-vis des autres acteurs, ou encore l’image que les
autres acteurs se font de lui. Cette typologie de classement n’est pas exhaustive, l’étudiant
pourra classer les acteurs après justification selon ce qui lui semble pertinent.

1.3. Introduction

Au début de chaque enquête, un propos introductif sera à annoncer pour donner l’objet de
l’étude, et la valorisation de l’importance de l’avis des répondants. Il sera laissé à la charge de
l’étudiant de rédiger l’introduction du questionnaire selon leurs affinités. Il s’agit ici d’adapter
son discours au répondant. Par exemple, pour une enquête auprès de la population il
conviendra d’adopter un discours peu formalisé avec une annonce très pragmatique de nos
objectifs et ce que leur réponse nous apportera, avec une possibilité de détailler davantage
l’objet de l’étude si jamais l’enquêté le désire. Cependant, une annonce formelle, rigoureuse
et concise sera demandée pour s’adresser aux ONG et aux acteurs gouvernementaux.

P a g e | 96 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


2. Grille société civile et entreprises non liées à
l’environnement
2.1. Informations générales
Date de l’entretien Lieu de l’entretien Durée de l’entretien

Poste occupé par l’enquêté Sexe Age

• Pouvez-vous présenter vos activités sur le territoire et leur relation avec la mangrove ?
May you present your activity and its implication on mangroves?
• Avec qui êtes-vous amené à travailler le plus fréquemment ?
With who do you work the most frequently with?
• Dans quelle mesure les mangroves contribuent à vos moyens de subsistance ?
To which extent do mangroves contribute to your livelihood?

2.2. Perception et valorisation environnementale

• Avez-vous observé des changements sur la mangrove au cours de ces dernières dix
années (surface, état, changement négatifs ou positif) ? Quels sont à votre avis les
facteurs ayant généré ces changements ? Si observation de changement négatifs : Qui
selon vous a le plus impacté le plus la mangrove ? Quelles mesures ont été prises afin
d’inverser la tendance ?
Have you observed changes in mangroves over the past decade? According to you,
what has triggered these changes? If negative change, who according to you has the
most impacted mangroves? What has been done to inverse the trend to degradation?
• A votre avis, quels sont les principaux bénéfices obtenus de la mangrove ?
According to you, what main benefits do mangroves provide?
• Localement, pensez-vous que des actions doivent être entreprises pour améliorer leur
état de santé ? Lesquelles ?
Locally, do you believe actions should be taken to strengthen their health? Which
ones?
• A quoi ressemblera selon vous la mangrove dans 50 ans ? Expliquer.
What do you think the mangroves will look like in 50 years from now? Explain.

P a g e | 97 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


2.3. Historique territorial

Selon les situations, sélectionner les questions le plus adéquates au contexte local.
• Quand a été créé le village/communauté ? Quand sont arrivés les premiers résidents ?
When was the village/community established? When did the first residents arrive?
• Comment les moyens de subsistance ont-ils évolué dans le temps ? Quelles étaient les
principales sources de revenus d’une période par rapport à une autre ? Changement
dans l’usage des ressources en forêt de mangrove. Changement dans le climat et les
événements climatiques (sécheresse, saisons humides, inondations, érosion, etc.).
How livelihoods have changed over time? What was the main source of income in one
period versus another? (Ask specifically about use of mangrove forest resources and
changes over time; changes in climate and climate-related events over time, for
example droughts, dry and wet seasons, floods, beach erosion etc.).
• Des conflits existent-ils ou ont-ils existé localement (avec les acteurs extérieurs, les
entreprises, le gouvernement, les communautés voisines) ? Comment ont-ils évolué ?
Are there any existing or past local conflicts (especially with outsiders, companies, the
government and neighbor communities)? How have these changed over time?
• Vous a-t-il été empêché d’utiliser les ressources naturelles en mangrove ? Par qui ?
Pour quelles ressources ? Quelles ont été les explications données pour justifier de
cette interdiction ? Et vous, quelle a été votre réponse à ces restrictions ?
Has any external actor (e.g., government, private company, NGO) kept you from
extracting products from mangrove forests? If yes, which external actor? For what
products? What were the reasons for imposing these restrictions? What were your
responses to these restrictions?

2.4. Processus décisionnel local

• Qui prend les décisions sur les pratiques de gestion de la mangrove (exploitation :
quoi, quand, quelle quantité, vente des produits ; plantation, restauration, conversion
des mangroves pour autre usage) ?
Who makes decisions about mangrove management practices (harvesting: what, when,
how much; sale of products; tree planting; restoration; conversion of mangroves to
other land uses)?

P a g e | 98 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


• Comment les autorités du village et les villageois participent à la prise de décision
pour la gestion des mangroves du village ? Et les autres acteurs, tels les ONG et les
entreprises privées ?
How do village authorities and members participate in the definition of decision-
making rules? How about the other actors such as NGOs and private companies?
• Certaines de ces règles ont-elles évolué ? Pourquoi ?
Have any of these rules changed over time? (Focus on approx. the last 20 years)
Explain changes. What caused the changes?
• Y a-t-il eu des conflits sur la prise de décision ? Quelle était la cause du conflit et sa
fréquence ? Qui est responsable de la résolution de ces conflits ? A votre avis, la
résolution a-t-elle été effective et équitable ?
Have there been any conflicts over decision-making? Please describe them, including
parties to conflict, causes of conflict and frequency. Who is responsible for resolving
decision-making conflicts? In your opinion, are they effective? Do they resolve
conflicts fairly?
• Qui selon vous devrait être responsable de la réhabilitation et la protection de la
mangrove ? Qui d’autre devrait être inclus dans la définition et la mise en place de ces
projets ?
According to you, who should be responsible for the rehabilitation and protection of
mangroves? Who else should be included in the definition and implementation of such
projects?
• Qui sont les trois acteurs qui ont le plus d’influence sur l’état actuel ou le devenir de la
mangrove ? Expliquer.
Who are the three main actors having the most influence on the actual state or the
future of mangroves? Explain.

2.5. Régime foncier

• Si le répondant est exploitant agricole en mangrove : Quel est le statut foncier de


votre parcelle ? Comment avez-vous eu accès à cette parcelle ?
If the respondent practices farming or harvesting activities: what is the land tenure of
your property? How have you received access to this property?
• Quels sont vos droits sur la zone de mangrove sur laquelle vous collectez des
ressources ? Ces droits sont-ils transférables aux membres de votre famille ?

P a g e | 99 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


What are your rights on mangrove forest in which you practice your activity? Are
these rights transferable within the family?
• Avez-vous connaissance de conflits ayant émergé ici sur les droits de propriété en
mangrove ? Quelles en étaient la cause ? Comment le conflit s’est-il résolu ?
Do you know of any past conflicts on land tenure rights in mangrove forests? What
were the causes of the conflict? How was to conflict resolved?

Sur une échelle de 1 à 3, quelle est votre niveau de satisfaction de vos droits en mangrove ?
Expliquer.
1 très peu satisfait
2 satisfait mais certains points sont à améliorer
3 entièrement satisfait
On a scale of 1 to 3, discuss and then vote individually your level of satisfaction with rights?

P a g e | 100 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3. Grille d’entretien ONG et gestionnaire de projet
3.1. Informations générales

• Quel est l’objectif principal de votre organisme ?


What is the primary purpose of your organization/office/entity?
• Pouvez-vous me présenter vos activités sur le territoire et leur relation avec la
mangrove ?
What are your activities on the territory (study site) and their relationship to
mangroves?
• Où intervient votre organisme/projet ? Sous quels régimes de propriété ou de gestion
ces territoires relèvent-ils ? Préciser le nom des massifs ou des villages attenants.
In what locations does your organization/project operate? Under what kinds of
tenure/management regime do these areas fall? Please provide name of forests and
relevant villages.

Date de l’entretien Lieu de l’entretien Durée de l’entretien

Nom de l’enquêté Sexe Age

Nom de l’organisme Poste occupé par l’enquêté Niveau d’éducation, discipline

3.2. Perception et valorisation environnementale

• Avez-vous observé des changements sur la mangrove au cours de ces dernières dix
années ? Dans quelles direction (négatif ou positif) ? Quels sont à votre avis les
facteurs ayant généré ces changements ? Si observation de changement négatifs : Qui
selon vous a le plus impacté le plus la mangrove ? Quelles mesures ont été prises afin
d’inverser la tendance ?
Have you observed changes in mangroves over the past decade? According to you,
what has triggered these changes? If negative change, who according to you has the
most impacted mangroves? What has been done to inverse the trend to degradation?
• A votre avis, quels sont les principaux bénéfices obtenus de la mangrove ?
According to you, what main benefits do mangroves provide?
• Localement, pensez-vous que des actions doivent être entreprises pour améliorer leur
état de santé ? Lesquelles ?

P a g e | 101 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


Locally, do you believe actions should be taken to strengthen their health? Which
ones?
• A quoi ressemblera selon vous la mangrove dans 50 ans ? Expliquer.
What do you think the mangroves will look like in 50 years from now? Explain.

3.3. Pratiques et modes de gestion

• Quels projets portant sur les mangroves et la gestion de leurs ressources naturelles
avez-vous mis en œuvre par le passé ? Ces projets impliquaient-ils d’autres groupes
d’acteurs ? Comment travailliez-vous avec ces différents acteurs ?
What projects have you implemented in the past that specifically target mangrove
forests or have implications for the use and management of mangrove forests and
related resources? Where other parties implicated into the project? How did you work
with these different actors? Please describe.
• Avez-vous eu des expériences de projet de restauration écologique des mangroves ?
Êtes-vous au courant des difficultés de mise en œuvre et des principes à respecter ?
Do you have experience in ecological restoration of mangroves? Are you aware of the
implementation difficulties and the principles to respect?
• Si vous deviez évaluer vos expériences passées en projets mangroves, quels sont à
votre avis vos succès et vos échecs les plus significatifs ? Expliquer.
What were your greatest successes and what were your greatest failures and why?
• Votre organisme promeut-il la participation communautaire dans la gestion des
mangroves ? Donner des exemples.
Does your organization encourage community participation in mangrove
management? Provide examples.
• Comment circule l’information sur les projets et les actions que vous menez auprès
des communautés et des agences gouvernementales et quelle information donnez-
vous ? L’information circule-t-elle fréquemment ?
What type of information does your office provide to community members and
governmental agencies? How frequently does the organization provide information?
• Existe-t-il des conflits ou des désaccords entre les pratiques de votre organisme et les
attentes des communautés locales ou des agences gouvernementales ? Expliquer.
Are there currently conflicts or disagreements between your organization’s practices
and what communities would like/expect in terms of mangrove management? Explain.

P a g e | 102 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.


3.4. Contexte social, politique et économique

D’après vous comment ces facteurs facilitent ou empêchent la capacité de votre organisme à
mettre en œuvre des mesures ou des projets de gestion de la mangrove.
• Facteurs sociaux (pratiques religieuses, les croyances, les pratiques culturelles, les
affiliations ethniques, la stratification sociale) ;
• Facteurs politiques (changements gouvernementaux, les affiliations aux partis, la
décentralisation, les politiques environnementales, les accords internationaux) ;
• Facteurs économiques (difficultés économiques domestiques, problèmes budgétaires,
priorités économiques nationales, mécanismes économiques).
From your perspective, how do these factors promote or prevent your organization’s ability
to implement projects for mangrove management?

3.5. Leadership et coordination entre acteurs

• Qui selon vous est l’institution chef de file en matière de gestion de la mangrove ?
Expliquer. Pensez-vous que cette institution soit efficace dans la mise en œuvre de
mesures de gestion de la mangrove ? Expliquer.
In your understanding, what is the lead institution for mangrove management?
Explain. How effective is this institution’s leadership in implementation? Explain.
• Certains acteurs constituent-ils des freins à vos actions ou sont en opposition à vos
missions ? Comment s’opposent-ils et comment cela affecte-t-il votre organisme ?
Please name the leaders or institutions opposing advocacy. How do they oppose and
how has this affected you/your organization?
• Qui selon vous devrait être responsable de la conservation des mangroves ? Qui
d’autre devrait être inclus dans la définition et la mise en œuvre des projets ?
According to you, who should be responsible for the preservation of mangroves? Who
else should be included in the definition and implementation of such projects?
• Qui sont les trois acteurs qui ont le plus d’influence sur l’état actuel ou le devenir des
mangroves ? Expliquer.
Who are the three main actors having the most influence on the actual state or the
future of mangroves? Explain.

P a g e | 103 R. Bitoun - Synthèse bibliographique sur la restauration écologique des mangroves.

Vous aimerez peut-être aussi