Vous êtes sur la page 1sur 2

Une meilleur intégration au marché de travail

En effet, le français demeure une langue prépondérante dans le


milieu des affaires, cette situation pénalise lourdement les diplômés
de l’enseignement supérieur. Le manque de compétence linguistique
des jeunes ne favorise pas leur insertion facile dans le milieu
professionnel, le fondateur du cabinet Diorh estime que «l’ouverture
du système éducatif national sur les langues étrangères, notamment
dans les filières scientifiques, est indispensable pour améliorer la
capacité des jeunes marocains à accéder au marché du travail et
renforcer la compétitivité du Maroc dans un monde en mutation
rapide

Permettrait une meilleure intégration des élèves à l’enseignement supérieur

L’enseignement des matières scientifiques en français fait sens dans la


mesure où il permettrait une meilleure intégration des élèves à
l’enseignement supérieur (où les cours sont dispensés en français),

Selon Saïd Amzazi ministre marocain de l’Éducation nationale, de la


Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la
Recherche scientifique seul 1 étudiant sur dix parvient à décrocher
sa licence en 3 ans, et 30% des bacheliers scientifiques préfèrent
finalement s’inscrire dans des filières de sciences humaines et
sociales en arabe pour fuir la question des langues. Mais la sphère
scientifique n’est pas la seule à pâtir du niveau en langues
étrangères des élèves

L’échec universitaire

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cet abandon universitaire, comme l’indique Hassan Zidane, professeur
chercheur en sociologie et professeur en sciences de l’éducation Du point de vue sociologique, «certains
étudiants viennent d’une catégorie sociale modeste ou très moyenne. Lorsqu’ils intègrent l’université, ils doivent
répondre à un certain nombre d’exigences linguistique en français pour eu la première année à l'université et
consacrée à l'apprentissage de la langue française or on constate aucune évolution au niveaux de la
compréhension et certains étudiants sont obligée d’abandonner leur cursus universitaire à cause de leur niveau
faible en français
Selon le ministre, 70% des étudiants qui choisissent une filière qui nécessite le français ont un niveau faible dans
cette langue, qui est l’équivalent du niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues.
Le français est une langue de pouvoir

le Maroc a hérité de deux siècles de travaux de recherche en


science effectuées en français, il a eu la chance qu’il doit
capitaliser sur la base de ses documents d’archives, il a hérité
d’une culture immense complémentaire pour enrichir la sienne
et malheureusement le déclin arabe a commencé au Moyen-âge,
le savoir a évolué ailleurs de manière remarquable » et avec le
temps ,Une langue qui ne produit pas du science, de
technologie, de concepts et donc d’idées se cantonne à faire de
la traduction. Et c’est le cas du Maroc après, l’expérience
d’arabisation
Aussi que le Maroc qui n’a pas créé la révolution industrielle a
profité de l’évolution technologique et scientifique avec le
protectorat français qui a ramené la construction de ports, de
ponts et chaussées, de chemins de fer, sciences, sidérurgie,
Tandis que la France est le principal investisseur au Maroc alors L’ouverture
sur le français comme une langue d’enseignement est plus importante pour notre
économie .

Laa66276627