Vous êtes sur la page 1sur 5

Comparateur utilisant l'hystérésis

Souvent, un comparateur est placé dans un environnement très bruyant dans lequel il doit détecter des
transitions de signal au point de seuil. Si le comparateur est suffisamment rapide (en fonction de la fréquence
du bruit le plus répandu) et si l'amplitude du bruit est suffisamment grande, la sortie sera également
bruyante. Dans cette situation, une modification de la caractéristique de transfert du comparateur est
souhaitée. Plus précisément, l'hystérésis est nécessaire dans le comparateur.
L'hystérésis est la qualité du comparateur dans lequel le seuil d'entrée change en fonction du niveau
d'entrée (ou de sortie). En particulier, lorsque l'entrée dépasse le seuil, la sortie change et le seuil d'entrée est
ensuite réduit, de sorte que l'entrée doit retourner au-delà du seuil précédent avant que la sortie du
comparateur ne change à nouveau d'état. Ceci peut être illustré beaucoup plus clairement avec le diagramme
de la Fig. 8.4-5.

Notez que lorsque l’entrée commence négativement et devient positive, la sortie ne change pas tant qu’elle n’atteint
+
pas le point de déclenchement positif, 𝑉𝑇𝑅𝑃 . Une fois la sortie élevée, le point de déclenchement effectif est modifié.
Lorsque l'entrée retourne dans le sens négatif, la sortie ne commute pas tant qu'elle n'a pas atteint le point de

déclenchement négatif 𝑉𝑇𝑅𝑃 .

Les avantages de l'hystérésis dans un environnement bruyant sont clairement visibles à l'aide de l'illustration
donnée à la Fig. 8.4-6.

Sur cette figure, un signal bruyant apparaît comme entrée d’un comparateur sans hystérésis. L'intention est de
faire en sorte que la sortie du comparateur suive le signal basse fréquence. En raison des variations de bruit près des
points de seuil, la sortie du comparateur est trop bruyante. La réponse du comparateur peut être améliorée en
ajoutant une hystérésis égale ou supérieure à l'amplitude de l'amplitude de bruit attendue la plus grande. La réponse
d'un tel comparateur est illustrée à la Fig. 8.4-6 (b).

La fonction de transfert de tension illustrée à la Fig. 8.4-5 est appelée caractéristique bistable. Un circuit bistable
peut être dans le sens des aiguilles d'une montre ou dans le sens inverse. La figure 8.4-5 est un exemple de
caractéristique bistable dans le sens antihoraire. Parfois, le circuit bistable dans le sens inverse des aiguilles d'une
montre s'appelle le non-inversion et le bistable dans le sens des aiguilles d'une montre s'appelle l'inversion. La
caractéristique bistable est défini par sa largeur et sa hauteur et par le sens horaire ou anti-horaire. La largeur est
+ −
donnée par la différence entre 𝑉𝑇𝑅𝑃 et 𝑉𝑇𝑅𝑃 . La hauteur est généralement la différence entre Von and VOL. De plus,
la caractéristique bistable peut être décalée horizontalement vers la gauche ou la droite en ajoutant une tension de
décalage en continu.

Il existe de nombreuses façons d’introduire l’hystérésis dans un comparateur. Tous utilisent une forme de
rétroaction positive (positive feedback). Les méthodes peuvent être classées en méthodes externes et méthodes
intermédiaires. L'hystérésis externe utilise une rétroaction positive étendue pour implémenter l'hystérésis et peut
être réalisée une fois le comparateur construit. L'hystérésis interne est implémentée dans le comparateur et ne
nécessite pas de retour d'information externe. Nous examinerons ces deux méthodes dans la suite.

La figure 8.4-7 montre un circuit bistable non inverseur utilisant une rétroaction positive externe pour accomplir
l'hystérésis.

Cette caractéristique bistable est antihoraire. Nous supposons que les tensions de sortie maximale et minimale du
comparateur sont Von et VOL, respectivement .Les points de déclenchement se trouvent comme suit. Supposons
que le vin est beaucoup moins que la tension à l'entrée positive du comparateur. Dans ce cas, la tension de sortie
+
sera à VoL à mesure que le VIN augmente, le point de déclenchement supérieur, 𝑉𝑇𝑅𝑃 , est trouvé en réglant la
tension due à Vin et à Vol à l'entrée positive du comparateur égale à zéro. This results in
Les circuits précédents sont des exemples d'utilisation de la rétroaction positive externe pour implémenter
l'hystérésis dans un comparateur à gain élevé et à boucle ouverte. L'hystérésis peut également être obtenue en
utilisant une rétroaction positive interne. La figure 8.4-11 montre l’étage d’entrée différentielle d’un comparateur tel
que les figures 8,3-1 ou 8.3-2. Dans ce circuit, il y a deux chemins de retour. Le premier est la rétroaction [3,4] en
série courante passant par le nœud de source commune des transistors M1 et M2. Ce chemin de retour est négatif.
Le second chemin est le retour tension-shunt à travers les connexions grille-drain des transistors M6 et M7. Ce
chemin de retour est positif. Si le facteur de rétroaction positive est inférieur au facteur de rétroaction négative, la
rétroaction globale sera négative et il ne se produira aucune hystérésis. Si le facteur de retour positif devient plus
grand, le retour global sera positif, ce qui provoquera une hystérésis dans la courbe de transfert de tension. Tant que
le rapport B6 / B3 est inférieur à un, il n'y a pas d'hystérésis dans la fonction de transfert. Il en résulte une hystérésis
lorsque ce rapport est supérieur à un. L'analyse suivante développera les équations des points de déclenchement en
cas d'hystérésis.

Re: Comparateur hystérétique avec rétroaction positive interne


Je ne peux pas vous aider à identifier les boucles de rétroaction, mais peut-être que cela aide un peu.
Imaginez le circuit sans M6,7. Le gain est Au = gm1,2 / gm3,4, paire diff simple avec charges de
diode. Le transistor connecté en diode est un retour négatif pour réduire sa résistance de sortie par
exemple.
Afin d'augmenter le gain du montage, il est possible de remplacer chaque résistance de charge par un miroir de
courant.
Si vous ajoutez M6 et M7, le gain augmentera avec les transistors ajoutés, car ils ajoutent une
rétroaction positive au circuit ou une résistance négative en parallèle avec les diodes: Au = gm1,2 /
(gm3,4-gm6,7). Je pense que oui, c'est une rétroaction shunt-shunt.
Si gm6,7 = gm3,4 (de sorte que les tailles des diodes et des dispositifs à couplage croisé sont les
mêmes), vous pouvez voir que le gain est infini. Et si gm6,7> gm3,4 cela crée l'hystérésis.
L'hystérésis dépend du GM, donc pas seulement des rapports de l'appareil, avec un courant de queue
supplémentaire, vous pouvez l'augmenter