Vous êtes sur la page 1sur 7

Méthode et modèle de gestion de projet

Introduction :
Les entreprises et les organisations à succès ont tendance à développer des projets qui
produisent les résultats escomptés dans les délais impartis en utilisant les ressources prévues.
Les entreprises sont de ce fait de plus en plus désireuses de trouver des modèles ou méthodes
de gestion efficaces pour évoluer dans un environnement flexible axé sur des projets.

Cependant, organiser et maitriser tous les aspects d’un projet est souvent plus facile à dire
qu'à faire. Heureusement, des méthodologies de gestion de projet ont été élaborées afin
d’organiser un projet dans un processus structuré et rationalisé, ce qui rend la collaboration
des équipes plus efficace et le projet mieux organisé.

Les experts en gestion de projet affirment que la plupart des projets bénéficient d'une
méthodologie reconnue. Bien qu'il existe des dizaines de méthodes de gestion de projet
disponibles, la majorité des projets peuvent être gérés efficacement en suivant l'une de ces
méthodes ci-dessous.

1- Méthode Agile :
Le processus Agile encourage la responsabilisation, le travail d'équipe et l'organisation
de chaque membre de l'équipe. Le processus est discipliné et appelle à une adaptation
cohérente, reposant fortement sur la collaboration entre les équipes fonctionnelles. Leur
objectif est de délivrer en permanence des itérations du projet qui peuvent être livrées et
d'inclure les commentaires des clients dans la prochaine itération.

C'est un processus populaire pour aligner le processus de développement avec les besoins des
clients. De plus, cela correspond directement aux concepts du Manifeste Agile qui a été créé
par quatorze leaders dans l'industrie du développement de logiciels et qui ont mis en place un
processus basé sur leurs succès et leurs échecs passés tout en gérant des projets de
développement de logiciels.

L’Agile repose également à un ensemble de rôles comprenant:

- Le propriétaire du projet, qui représente le client et clarifie les exigences


- Le chef de projet dont le rôle est de soutenir l'équipe de projet
- L'équipe du projet, qui est le groupe qui exécute le projet
- Les parties prenantes, étant toute personne ayant un intérêt dans le projet.
1.2 Le processus agile :
Le processus Agile peut être divisé en sept étapes. Les quatre dernières étapes sont en fait un
cycle, qui sera répété et ne prendra fin que lorsque le projet sera jugé terminé.

La première étape consiste à identifier la vision du projet. Cette étape est typiquement
réalisée par le propriétaire du projet qui doit définit le projet, la stratégie commerciale globale,
qui bénéficiera du projet et comment cela se produira.

La deuxième étape consiste à construire une feuille de route de projet ou plan de travail qui
sera agile. Cette étape est nécessaire pour que la méthodologie fonctionne. Les exigences du
projet doivent être définies, avec un calendrier. Cependant, tout cela devrait être considéré
comme une estimation approximative, dans le cadre de la méthode Agile.

La troisième étape consiste à créer un plan de livraison. Le plan de livraison consiste en un


calendrier pour les sprints. Les sprints sont des versions itératives du produit / service
construit par l'équipe afin d'obtenir les commentaires des clients. Le plan de publication
devrait indiquer le rythme de la diffusion de ces itérations aux clients pour obtenir des
commentaires.

La quatrième étape consiste à planifier et exécuter chaque sprint. Dans chaque sprint, les
exigences sont classées en fonction du retour client (feedback) et de la feuille de route
originale.

La cinquième étape consiste à tenir des réunions quotidiennes. Ces réunions devraient durer
environ 15 minutes et inclure toute l'équipe du projet à discuter de ce qui a été fait la veille et
de ce qui sera fait ce jour-là. Cela donne aussi l'occasion aux membres de l'équipe de discuter
les obstacles et d'autres problèmes.

La sixième étape consiste à organiser des examens de sprint. Ceux-ci se produisent à la fin de
chaque sprint et consistent à diffuser la nouvelle version du produit / service aux parties
prenantes pour un retour d'information.

La septième étape consiste à organiser un sprint rétrospectif. Cette réunion discute du sprint
précédent et identifie ce qui s'est bien passé et ce qui a mal tourné pour améliorer le sprint
suivant

1.3 Les avantages:


-Agile offre plus de flexibilité par rapport à d'autres méthodologies, telles que Cascade. Par
exemple, le processus Cascade définit les besoins et les caractéristiques avant la conception et
la mise en œuvre. Ces deux caractéristiques sont non négociables. Contrairement à la méthode
Agile, les besoins changent afin de répondre aux demandes de l'entreprise. (En cas de non
visibilité de l’ensemble du produit et évolution des besoins).
-En outre, la méthodologie Agile fonctionne mieux sur les produits dont les cycles de
réalisation sont plus rapides. Les corrections et les suggestions sont rapidement partagées avec
l'équipe de projet et le propriétaire du projet qui fait ensuite le jugement final sur la fiabilité et
l'efficacité des suggestions.
-Lorsque ce type de collaboration se déroule de manière continue, le produit final se révèle
souvent avec moins de défauts. C'est parce que l'assurance qualité est testée tout au long de
chaque cycle. Chaque itération propose un produit ou un service fini. En conséquence, les
défauts sont repérés plus tôt dans le processus.

1.4 Les inconvénients


-L’Agile est vraiment l'une des méthodologies de gestion de projet les plus populaires, mais il
y a des cas où des améliorations peuvent être apportées.

Par exemple, les utilisateurs finaux peuvent faire des suggestions continues qui mettent en
danger la portée du projet. Quand ils voient à quel point il est facile de mettre en œuvre des
changements, à n'importe quelle itération, ils peuvent bientôt devenir insatiables. Pourquoi se
contenter de cette itération alors qu'une autre pourrait être encore mieux? Cela se résume à la
gestion des attentes. Si le chef de projet ne sait pas comment dire non, le développement peut
ne jamais s'arrêter.

-Ensuite, il y a la question de la documentation. L'agilité n'est pas un moyen d'éviter la


documentation, mais elle peut facilement la négliger. L'utilisation d'Agile rend le
développement assez fluide, avec des changements de portée rapides. La communication se
déroule tout au long du projet, mais une grande partie est laissée sans document.

-Et tenir des réunions quotidiennes peut potentiellement nuire aux progrès, surtout s'ils ne sont
pas gérés correctement. Pour la plupart des membres du projet, ces réunions prennent du
temps qui pourrait être utilisé pour faire le travail. Il peut arriver un moment où les réunions
quotidiennes doivent être transférées à des réunions hebdomadaires ou bihebdomadaires afin
qu'ils puissent se concentrer sur le travail à la place.

2- Méthode traditionnelle :
Le PMBOK définit la gestion de projet traditionnelle comme «un ensemble de techniques et
d'outils pouvant être appliqués à une activité qui recherche un produit final, des résultats ou
un service».

La gestion traditionnelle de projets est une approche classique qui définit les différentes
tâches requises pour un projet et fournit un processus pour superviser et surveiller
l'accomplissement de ces tâches. Pendant que le projet est en développement, le rôle du chef
de projet est de fournir du coaching et de feedback (suivie) aux membres de l'équipe qui
exécutent leurs tâches. Cela aide le projet à atteindre son résultat souhaitable.

Bien que cela puisse sembler une approche simple et directe, la gestion de projet traditionnelle
fonctionne bien avec de nombreuses entreprises qui utilisent des paramètres de petit groupe,
et les membres de l'équipe ne sont pas dépendants les uns des autres pour aller de l'avant avec
le projet. Si les communications au sein de l'équipe peuvent rester minimes, la gestion
traditionnelle des projets peut se dérouler sans problème.

La gestion de projet traditionnelle a tout ce qu'il faut pour gérer et exécuter avec succès un
projet qui ne nécessite aucune personnalisation. Donc le chef de projet peut planifier
l'ensemble du projet, établir un calendrier et indiquer les ressources requises. De plus, le coût
sera élaboré à la haute direction, de sorte que tout le monde sait à quoi s'attendre dans le
projet. En plus des activités régulières du projet, le chef de projet s'occupera également de la
gestion des risques. Si certains risques ont un impact sur les processus d'affaires, le
gestionnaire de projet proposera des critères d'atténuation appropriés.

3-Adaptative :
La gestion de projet adaptative fait exactement ce que le titre suggère: il s'adapte.
Deux mots clés important pour comprendre cette approche sont : l’adaptation et
l’hybridation.
L’adaptation : L'adaptation de l'approche du projet à l'effort spécifique est un concept
fondamental.
Hybridation : incorporer certains aspects de la méthode traditionnelle dans l’approche agile.
L’idée de l’approche adaptative repose sur le fait que tout projet peut contenir un ensemble de
variables telles que : stabilité du marché, valeur commerciale, implication du client, but et
clarté de la solution. Ces composants varient considérablement d’un projet à un autre et d’un
client et un autre. Les gestionnaires de projets doivent être prêts à adapter l’approche du projet
adéquate pour assurer un bon ajustement avec l’effort et les exigences en fonction de la valeur
de ces variables.

4 - Chemin critique :
Le chemin critique est une méthode étape par étape qui fonctionne bien pour les projets qui
ont des tâches qui dépendent les uns des autres. Avec le style de gestion du chemin critique,
les activités interdépendantes sont facilement gérées. Le travail peut être décomposé à l'aide
d'une structure qui suit le calendrier nécessaire à l'achèvement de ces dépendances, de leurs
jalons et de leurs livrables.

La gestion de projet de chemin critique est un style qui décrit les activités critiques et non
critiques nécessaires pour le projet en calculant celles qui ont le plus long et le plus court
temps pour accomplir diverses tâches. Ce style de gestion de projet est couramment utilisé par
les scientifiques et les fabricants, car l'accent est mis sur la durée des tâches.

Cette technique est utilisée pour terminer des projets à temps en se concentrant sur des tâches
clés. Un chemin à travers toutes les tâches interconnectées est le chemin la plus rapide à
prendre lors de l'achèvement de tout projet. En se concentrant sur les tâches qui constituent le
chemin critique, le gestionnaire de projet maximise les chances de terminer le projet à temps.

L’avantage de la gestion de projet de chemin critique est qu'il aide à identifier la durée
minimale nécessaire pour terminer un projet et identifier les étapes du projet qui doivent être
réalisées d’abord pour terminer le projet dans les délais impartis.
L'inconvénient :

- elle ne prend pas en considération les autres contraintes.


- Mauvaise gestion des tâches non critiques engendre d’autres taches critiques.

5-Processus unifié de rationnel (RUP : rational unified process)


Rational Unified Process (RUP) est un style de gestion de projet couramment utilisé avec les
projets de développement de logiciels. Il a été fondé sur une analyse de différentes meilleures
habitudes dans le domaine de développement logiciel,

Son style itératif permet de réaliser des projets cycliques nécessitant des tests bêta ou des
feedback des utilisateurs du projet, ce qui peut avoir un effet sur le produit et modifier la
production.

RUP gère le processus de développement par deux axes :

L'axe vertical (organisation selon le contenu) représente les principaux enchaînements


d'activités, qui regroupent les activités selon leur nature. Cette dimension rend compte l'aspect
statique du processus qui s'exprime en termes de composants, de processus, d'activités,
d'enchaînements, d'artefacts et de travailleurs.

L'axe horizontal (Organisation selon le temps) représente le temps et montre le


déroulement du cycle de vie du processus; cette dimension rend compte de l'aspect
dynamique du processus qui s'exprime en termes de cycles, de phases, d'itérations et de
jalons.

UP répète un certain nombre de fois une série de cycle qui s'articule autours de 4 phases :

- analyse des besoins (inception)


- élaboration
- construction
- transition
Pour mener efficacement un tel cycle, les développeurs ont besoins de toutes les
représentations du produit logiciel

- un modèle de cas d'utilisation


- un modèle d'analyse : détailler les cas d'utilisation et procéder à une première
répartition du comportement
- un modèle de conception : finissant la structure statique du système sous forme de
sous-systèmes, de classes et interfaces.
- un modèle d'implémentation : intégrant les composants
- un modèle de déploiement : définissant les noeuds physiques des ordinateurs
- un modèle de test : décrivant les cas de test vérifiant les cas d'utilisation
- une représentation de l'architecture

5.2 Les phases :

Inception: la phase d’inception a pour objectif d’obtenir un consensus de l’ensemble des


parties prenantes sur la vision ou la portée du projet, le périmètre et l’estimationglobale.

Élaboration : la phase d’élaboration a pour objectifs d’établir et de valider l’architecturede


référence, de lever les principaux risques ainsi que de spécifier en détail lesexigences ; c’est
une phase exploratoire.

Construction : la phase de construction a pour objectif de livrer une première


versionopérationnelle du système, accompagnée de sa documentation.

Transition : la phase de transition a pour objectif de déployer et mettre en productionla


version finale de l’application, testée par les utilisateurs.

6. Scrum :
Le scrum est une méthode de développement considérée comme une variante de la méthode
agile, Le Scrum ou « mêlée » est un terme emprunté au rugby. En rugby, la mêlée a pour
objectif « de reprendre le jeu rapidement, en toute sécurité et équitablement,après une faute
mineure ou un arrêt de jeu ».
Dans la méthode Scrum, le Scrum désigne la réunion quotidienne (dailyscrum meeting)
quiréunit l’ensemble des acteurs du projet pour dresser, en un temps limité à quinze minutes,
lebilan de la journée passée, planifier celle qui commence et repérer les éventuels
obstaclesrencontrés par chacun. Le Scrum symbolise la solidarité et la force qui lient les
membres del’équipe pour le succès de l’itération.

Les trois piliers de la méthode scrum :

La méthode scrum repose sur trois piliers qui sont : la transparence, inspection et adaptation.

Transparence: pour évaluer les résultats du processus, ceux-ci doivent être réels et
nonsoumis à interprétation. Une fonctionnalité est réellement implémentée (done) lorsquetous
les acteurs s’entendent sur les modalités d’évaluation du résultat et sur le résultatlui-même. Le
résultat est tangible, visible et non hypothétique.
Inspection : consiste à vérifier les écarts par rapport à l’objectif initial. Denombreux et
fréquents points de contrôle et d’inspection sont prévus par Scrum.

Adaptation : nécessaire lorsque, précisément, des écarts non acceptablessont constatés ; des
ajustements seront décidés immédiatement afin d’éviter desécarts plus importants encore.
Scrum est favorable à de petits ajustements fréquents.

6.2 l’équipeScrum
– Le Scrum Master: c’est le manager du projet, chargé d’assister l’équipe pour appliquer la
philosophie et les pratiques de Scrum ;

– Le product owner: le « propriétaire » du product backlog, en tant que représentant des


utilisateurs et, par conséquent, du retrait ou de l’ajout des exigences, de leur « priorisation »
en fonction de la valeur ajoutée qu’elles apportent aux utilisateurs et à l’organisation. Il est
fortement impliqué dans les réunions de planification et d’avancement.

– L’équipe : elle est composée de tous les corps de métier nécessaires à l’implémentation
d’une fonctionnalité. Elle est responsable de ses décisions et elle s’autogère

Vous aimerez peut-être aussi