Vous êtes sur la page 1sur 24

Ministère de l’Environnement et des Energies Renouvelables N° 16

Septembre 2017

Centre National des Technologies de Production plus Propre


www.cntppdz.com www.popsalgerie.com

Les énergies renouvelables,

Une priorité nationale

Transfert de technologies Pollution industrielle Energies renouvelables

2ème session de la Une réglementation 40% de la production de


formation pour la pour éliminer les polluants l’électricité destinée à la
mise en place de la organiques persistants consommation nationale
démarche TEST
Sommaire
Numéro16 Septembre 2017

Energies renouvelables
L’objectif est d’atteindre environ 40% de la production Page 4

d’électricité destinée à la consommation nationale


Fatima Zohra Zerouati, Ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables
«Oeuvrer pour le traitement des déchets industriels» Page 7

Risques de l’Industrie cimentière


La Société des Ciments Hamma Bouziane S.C.H.B
sensibilise ses employés Page 10

Commission paritaire d’hygiène et sécurité


Atelier de renforcement des capacités au profit des
membres de l’ENGTP Page 12

Transfert de technologies écologiquement rationnelles


2ème session de la formation pour la mise en
place de la démarche TEST Page 15

Pollution industrielle
Une réglementation rigoureuse pour éliminer les polluants
organiques persistants (POPs) Page 16

Programme d’Appui à la Politique Sectorielle de l’Environnement (PAPSE)


Page 18
Stratégie pour le renforcement des capacités

Revue spécialisée éditée par le Centre National des Technologies de Production Propre

Ministère de l’Environnement et des Energies Renouvelables N° 16


Septembre 2017 Responsable de Publication
Centre National des Technologies de Production plus Propre
www.cntppdz.com www.popsalgerie.com
Fergui Abdelkader
Les énergies renouvelables,

Une priorité nationale


Ont Collaboré à ce numéro
Centre National des Technologies
Bouchra Hamoud, Benlahrech Souad de Production Propre
Dalila, Ben Abdallah Saloua, Zaid Zohir
Riadh Saci, Nassima Issaad, Nassim Akli, 01, rue Hamelat Saïd Hussein-Dey - Alger
Narimène Deriss, Bouchra Kemache, Tél. : 021 77 83 85 Fax : 021 77 83 87
Nissa Mimouni. www.cntppdz.com
Transfert de technologies

12 entreprises
Pollution industrielle

Une réglementation
Energies renouvelables

40% de la production
Réalisation www.popsalgerie.com
e-mail: tpp@cntppdz.com
bénéficient du d’électricité destinée à la

Chrome Communication
pour éliminer les polluants
projet Medtest II organiques persistants consommation nationale

1 Tél. : 023 70 95 02 / 023 70 94 62


www.cntppdz.com
Mobiliser les ressources et
les énergies pour relever
le défis du développement
du pays

Edito « Le citoyen à droit à un environnment sain,l’Etat oeuvre à la preserva-


tion de l’environnment.» Article 68 de la Constitution.
« L’Etat garanti l’usage rationnel des ressources naturelles, ainsi que leur
préservation au profit des générations futures.» Article 19 de la Constitu-
tion.
Notre secteur est au cœur de la politique gouvernementale qui a affiché sa déter-
mination à intégrer la dimension environnementale dans toutes ses politiques
publiques, qu’elles soient d’ordre économique ou sociale.
A ce titre, tous les intervenants du secteur doivent redoubler d’efforts pour
traduire cette préoccupation en programme de travail et la décliner en actions
concrètes à impact immédiatement perceptible sur l’environnement et le cadre
de vie des citoyens.
Que cela soit en terme de gestion de déchets ménagers , industriels ou spéciaux,
en terme d’accompagnement à la mise à niveau environnementale de notre
outil de production et de nos entreprises ou d’appui aux actions de dépollu-
tion, en terme de préservation de la biodiversité , des écosystèmes fragiles,
des zones humides, du littoral et de l’écosystème montagneux, ou en terme de
surveillance et d’observation de la qualité de l’air et des impacts négatifs des
changements climatiques, ces actions doivent être concertées dans un esprit de
coresponsabilité avec l’ensemble des acteurs et intervenants impliqués dans le
processus de développement.

Notre secteur a une lourde responsabilité car, il se doit d’être en même temps
la sentinelle contre toute action mettant en danger l’équilibre écologique et les
atteintes à l’environnement et en même temps, accompagner le processus de
développement économique et industriel du pays et l’inscrire dans la durée et
la durabilité.
Pour ce faire, l’action de notre secteur doit placer le citoyen au cœur de sa dé-
marche et promouvoir de nouvelles formes de partenariats avec la société civile ,
le mouvement associatif , les associations et organisations professionnelles
dans le cadre d’une politique de généralisation de la sensibilisation et la pro-
motion de l’éducation et de la culture environnementale.
Les structures centrales et locales dédiées à cet effet, se doivent de prendre en charge
et d’encadrer toutes ces énergies par des actions ciblées de formation, de sensibilisa-
tion et d’éducation dans le cadre d’une démarche de réseautage efficace et réactive.
Les relations de partenariat public-privé doivent être encouragées dans la collecte,
le transport, le tri et le traitement des déchets, ainsi que dans le développement des
filières de valorisation de ces déchets, et ce, par la mise en place et la généralisation
des activités de récupération et de recyclage, qui représentent un fort potentiel de
développement notamment, par les effets sur la réduction des importations, mais
aussi comme un levier de création d’emplois et de richesses.

Le gouvernement est déterminé à poursuivre la mise en œuvre du programme natio-


nal d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables érigé
par son excellence Monsieur le Président de la République , au rang de priorité
nationale et qui consiste à porter la puissance énergétique d’origine renouvelable
à 22 000 mégawatts à l’horizon 2030 pour le marché national, avec le maintien de
l’option de l’exportation comme objectif stratégique, couplé à un programme indus-
triel et technologique, de formation et de capitalisation des connaissances, lequel
permettra à terme, de valoriser et d’employer le génie local algérien, notamment en
matière d’engineerie et de management de projets.

Cette mission d’une grande sensibilité politique, économique et sociale, échoit à


notre secteur et doit être prise en charge dans le cadre des orientations du gouver-
nement par l’ensemble des acteurs du secteur (directions de wilaya, établissements
publics sous tutelle) dans toutes les actions et activités.
Il nous appartient à nous de traduire cette mission en actions de facilitation et d’inci-
tation à l’investissement dans la filière, aux réserves inépuisables du renouvelable.

La sécurité énergétique est un enjeu majeur pour l’avenir de notre pays qui demeure
très actif sur un marché international des hydrocarbures aléatoire et instable et , qui
s’est engagé à travers l’ambitieux programme de développement des énergies renou-
velables à réduire sa dépendance des hydrocarbures. il réaffirme son engagement
et sa volonté à améliorer son programme d’efficacité énergétique , à diversifier ses
offres énergétiques en développant les énergies à fort impact sur le développement
et la protection de l’environnement , et par là même ,honorer ses engagements à
l’échelle internationale et contribuer sensiblement à l’effort mondial de lutte contre
le réchauffement climatique et la préservation de l’environnement .

Fatima Zohra Zerouati, Ministre de l’Environnement


et des Energies renouvelables

N°16-Septembre 2017 3
Dossier

Energies renouvelables

L’Algérie a fixé, d’ici à


2030, l’objectif d’atteindre
environ 40% de la produc-
tion d’électricité destinée à
la consommation nationale

D
evenues enjeu du présent La pertinence du choix a été accentuée faire la demande énergétique locale.
au vu de la vitesse avec par le souci de trouver un substitut aux Les niveaux des besoins du marché
laquelle le monde évo- ressources fossiles dont la raréfaction national en gaz naturel, produit le plus
lue, les énergies renou- n’est plus une simple vue de l’esprit, disponible et le plus répondant à la de-
velables (EnR) pèsent mais bel et bien un risque à gérer émi- mande énergétique, seraient de l’ordre
désormais lourd dans le programme de nemment. de 45 milliards de m3 en 2020 et 55
l’Etat dont l’économie dépendante des Les experts les plus optimistes leur milliards de m3 en 2030, auxquels se
recettes des hydrocarbures a été sérieu- prédisent un âge limite de 40 ans, délai greffent les volumes dédiés à l’expor-
sement ébranlée à la suite de la chute au-delà duquel leur exploitation devient tation dont les revenus contribuent au
drastique des prix du pétrole. contraignante et insuffisante pour satis- financement de l’économie nationale.

4 www.cntppdz.com
De nombreux facteurs, écologique, national seront réalisés en trois étapes : le marché national ainsi qu’une possi-
social , sociétal et énergétique ont dicté une première étape, entre 2011 et 2013, bilité d’exportation allant jusqu’à 10
le recours aux EnR. Parmi ces facteurs, qui a été consacrée à la réalisation de 000 MW. Cela nous donne, par type de
on peut citer le phénomène des chan- projets pilotes pour tester les différentes filière de production, la situation sui-
gements climatiques, notamment la technologies disponibles; la deuxième vante :
sécheresse et la pénurie d’eau, pour le étape, en 2014 et 2015, a vu l’entame
premier volet, le taux d’accroissement du programme; alors que la troisième Energie solaire photovoltaïque
naturel annuel de la population, estimé et dernière étape, de 2016 à 2020, sera L’énergie solaire photovoltaïque, pour
à 2.2%. Quant au volet énergétique, il celle du déploiement à grande échelle. rappel, désigne l’énergie récupérée et
est énoncé une consommation énergé- transformée directement en électricité
tique par habitant, en 2013 : elle était «Ces étapes consacrent la stratégie de à partir de la lumière du soleil par des
de l’ordre de 1277 KWH, en 2016, elle l’Algérie qui vise à développer une panneaux photovoltaïques. Elle est is-
est : 1900KWH, elle sera de l’ordre véritable industrie du solaire associée sue de la convention directe dans un se-
de 80TWH en 2020 et de 150TWH à un programme de formation et de mi-conducteur d’un photon en électron.
en 2030 ». capitalisation qui permettra, à terme, Disposant d’un coût de maintenance de
d’employer le génie local algérien et ses systèmes photovoltaïques relative-
L’Algérie a fixé, d’ici à 2030, l’objectif d’asseoir un savoir-faire efficient, no- ment bas, cette énergie répond, par cet
d’atteindre environ 40% de la produc- tamment en matière d’engineering et de avantage, aux exigences et spécificités
tion d’électricité destinée à la consom- management de projets », lit-on dans le des sites isolés nécessitant des sommes
mation nationale à partir du renouve- document du ministère de l’Energie. exorbitantes pour leur raccordement au
lable. réseau électrique très coûteux.
Le Solaire dominant Outre cela, l’énergie solaire photovol-
L’objectif recherché est aussi de réduire Le solaire, faut-il le rappeler, domine taïque est une source d’énergie non
de plus de 9% la consommation d’éner- aisément le potentiel national en éner- polluante et ses composants, par leur
gie fossile à l’horizon 2030 et d’écono- gies renouvelables, étant donné que forme modulaire, épousent parfaite-
miser 240 milliards m3 de gaz naturel, l’Algérie est le deuxième plus grand ment et esthétiquement la structure ar-
soit 63 milliards de dollars sur 20 ans. pays ensoleillé dans le monde, après chitecturale des bâtisses, en y intégrant
Déjà, 400 mégawatt (Mw) ont été réa- l’Australie. la durée d’insolation sur une touche innovante.
lisées à partir d’énergies renouvelables la quasi-totalité du territoire national C’est à l’appui de ces données moti-
à travers la centrale électrique hybride dépasse les 2000 heures annuelle- vantes, que le gouvernement a prévu le
de Hassi R’mel (100 Mw) et la centrale ment et peut atteindre les 3900 heures lancement de plusieurs projets solaires
solaire pilote de Ghardaïa (1,1 Mw), (hauts plateaux et Sahara). L’énergie photovoltaïques d’une capacité totale
auxquelles s’ajoutent 22 stations élec- reçue quotidiennement sur une surface d’environ 800 mégawatt crête (MWc)
triques solaires d’une capacité de 343 horizontale de 1m2 est de l’ordre de 5 d’ici 2020, en sus d’une cadence de
Mw à travers 14 wilayas, dont 270 Mw KWh sur la majeure partie du territoire projets d’une capacité de 200 MWc par
qui sont déjà en service. national, soit près de 1700kilowatt- an, à concrétiser sur la période 2021-
heure(KWh)/m2/an au Nord et 2263 2030.
Les EnR et l’efficacité énergé- kwh/m2/an au Sud du pays.
tique (EE) en 5 chapitres L’exemple de la centrale photo-
Le programme des énergies renouve- Ce choix stratégique est motivé par voltaique de Bir-Rebaa
lables et de l’efficacité énergétique est l’immense potentiel en énergie solaire. Le lancement du projet de réalisation
développé en cinq chapitres, à savoir, Cette énergie constitue l’axe majeur de la centrale photovoltaïque de champ
les capacités à installer par domaine du programme qui consacre au solaire Bir-Rebaa du nord (El Borma) dans le
d’activité énergétique; le programme thermique et au solaire photovoltaïque sud algérien a eu lieu en mars dernier.
d’efficacité énergétique; les capacités une part essentielle. Le solaire devrait Elle fournira de l’électricité au champ
industrielles à développer pour accom- atteindre d’ici 2030 plus de 37% de la pétrolier exploité par le Groupement
pagner le programme; la recherche et production nationale d’électricité. Sonatrach Agip (GSA). Cette centrale
développement, et les mesures incita- de 10 mégawatts (MW) sera opération-
tives et règlementaires. Pénétration de l’EnR en té- nelle, selon les prévisions, en décembre
rawatt-heure 2017. Le projet, s’étendant sur 20 hec-
D’ici 2020, une soixantaine de centrales Le programme des EnR est défini ainsi tares, contient 32000 panneaux solaires
solaires photovoltaïques et solaires pour les différentes phases : Il est at- et saura économiser l’équivalent de 6
thermiques, de fermes éoliennes et de tendu, d’ici à 2020, l’installation d’une millions de m3 par an de gaz.
centrales hybrides seront installées. puissance totale d’environ 2 600 MW Pour rappel, le projet est le fruit de la
pour le marché national et une pos- collaboration entre Sonatrach et ENI,
Les EnR en trois étapes sibilité d’exportation de l’ordre de 2 conclue en vertu de l’accord du 25 no-
Par ailleurs, les projets EnR de produc- 000 MW; puissance qui peut atteindre, vembre 2016 visant le développement
tion de l’électricité destinés au marché d’ici 2030, près de 12 000MW pour des énergies renouvelables.

N°16-Septembre 2017 5
Dossier

La centrale sera dotée, notamment, où elle est cédée à un fluide, soit va- électrique en tout lieu suffisamment
d’un laboratoire de recherche ‘’intel- porisée directement, soit transportant venté. L’énergie du vent captée sur les
ligent’’dédié aux énergies renouve- la chaleur à un générateur de vapeur. pales entraîne le rotor qui, couplé à une
lables pour développer et en tester de Tous les systèmes ont en commun un génératrice, convertit l’énergie méca-
nouvelles dans les conditions réelles certain nombre d’organes : un collec- nique en énergie électrique. La quan-
voire extrêmes du sud algérien. Par teur qui concentre la chaleur, un liquide tité d’énergie produite par une éolienne
ailleurs, une commission a été instal- ou un gaz caloporteur qui la transporte dépend principalement de la vitesse du
lée pour examiner le dossier des éner- jusqu’à un point d’extraction, un éva- vent mais aussi de la surface balayée
gies renouvelables notamment pour le porateur, un condenseur, une turbine et par les pales et de la densité de l’air ».
lancement de l’appel d’offre national un alternateur ».
et international pour la production de Malgré un potentiel assez faible (la
4.000 mégawatts d`énergie électrique Plus connu sous le nom de « concen- part devrait avoisiner les 3% de la
renouvelable. L’information a été don- tratingsolar power » (CSP), le solaire production d’électricité en 2030), le
née le 11 juillet dernier, par la Ministre thermique peut répondre à la demande programme EnR algérien n’écarte pas
de l’Environnement et des Energies en électricité de jour comme de nuit en pour autant la possibilité de lancer des
Renouvelables, Mme Fatima Zohra étant couplé à des moyens de stockage projets à base d’éolien qui constitue le
Zerouati, en marge d’un séminaire sur thermique ou hybridé avec d’autres second axe de développement.
la promotion de projets innovants en énergies comme le gaz.
économie verte. La ministre a précisé Dans ce volet, le programme a été revi-
que« les conclusions de cette commis- Sur la période 2016-2020, quatre cen- goré, dans une première étape, par la
sion seront rendues publiques après trales solaires thermiques avec stoc- réception de la première ferme éolienne
la présentation du plan d’action de kage d’une puissance totale d’environ d’une puissance de 10 MW à Adrar,
son ministère au gouvernement », en 1 200 MW seront mises en service. implantée sur une superficie de 30 hec-
concluant « qu’ une stratégie relative Quant au programme de la période tares, dans la zone de Kabertène, 72km
aux énergies renouvelables sera égale- de la phase 2021-2030, il est envi- au nord du chef-lieu de la wilaya .
ment transmise au gouvernement ». sagé l’installation de 500 MW par an
jusqu’en 2023, puis 600 MW par an Elle est constituée de 12 éoliennes
cet appel d`offre national et interna- jusqu’en 2030. d’une puissance unitaire de 0.85MW
tional doit être adossé à un cahier des chacune.
charges obligeant les investisseurs Ces projets devant renforcer l’apport Dans une deuxième étape, couvrant
nationaux et étrangers de produire et de la première centrale hybride solaire- 2014 et 2015, deux fermes éoliennes
d`assurer le montage local des équi- gaz de Hassi R’Mel d’une puissance de 20 MW chacune , devraient être réa-
pements industriels de production et de 150 MW, dont 25 MW en solaire, et lisées.
de distribution des énergies renouve- qui a été inaugurée le 14 Juillet 2011.
lables, notamment les panneaux photo- Située à Hassi R’mel, cette centrale a Par ailleurs, des études pour locali-
voltaïques. été dénommée SPP I, du nom de l’en- ser les sites appropriés pour réaliser
treprise qui l’a réalisée, Solar Power d’autres projets d’une puissance d’en-
Energie solaire thermique Plant One. viron 1 700 MW, seront lancées sur
la période 2016-2030, qui constitue la
L’énergie solaire thermique est la Les principaux actionnaires de SPP1 troisième étape.
transformation du rayonnement solaire sont ABENER à hauteur de 51%,
en énergie thermique, qui peut être uti- NEAL (New EnergyAlgeria) : 20%, Biomasse, géothermie, cogénération,
lisée directement (pour chauffer un bâ- COFIDES (une compagnie espagnole les autres axes du renouvelable
timent par exemple) ou indirectement de financement de projets dans les pays Comparativement, le potentiel en bio-
(comme la production de vapeur d’eau en voie de développement) : 15%, et masse, en géothermie et en hydroélec-
pour entraîner des turboalternateurs et Sonatrach : 14%. tricité sont beaucoup moins importants,
ainsi obtenir de l’énergie électrique). ce qui n’a pas pour autant dissuadé les
En utilisant la chaleur transmise par Energie éolienne pouvoirs publics de mettre en œuvre
rayonnement plutôt que le rayonne- des projets expérimentaux en biomasse
ment lui-même, ces modes de trans- L’explication donnée à l’énergie éo- et en géothermie. Il est notamment
formation d’énergie se distinguent des lienne est la suivante : « C’est l’éner- projeté d’installer quelques unités de
autres formes d’énergie solaire comme gie produite par le vent. Elle est le taille expérimentale afin de tester les
les cellules photovoltaïques. Ce sont fruit de l’action d’aérogénérateurs, de différentes technologies en matière de
là les informations explicatives conte- machines électriques mues par le vent biomasse, de géothermie et de déssale-
nues dans le programme du ministère et dont la fonction est de produire de ment des eaux saumâtres par les diffé-
de l’Energie. On y lit également que « l’électricité.Une hélice entraînée en rentes filières d’énergie renouvelable.
la radiation directe du soleil est concen- rotation par la force du vent permet
trée par un collecteur sur un échangeur la production d’énergie mécanique ou Zaid Zohir

6 www.cntppdz.com
Fatima Zohra Zerouati, Ministre de l’Environnement et des Energies
renouvelables

«Oeuvrer pour le traitement


des déchets industriels»

D
ès sa prise de fonction
Fatima Zohra Zerouati,
a manifesté son engage-
ment quant à l’impératif
de la préservation envi-
ronnementale et de la promotion des
énergies renouvelables (EnR).
Ses sorties sur terrain et ses séances de
travail au niveau de son département
en sont l’illustration. Elle n’a cessé de
souligner l’importance d’améliorer les
conditions de travail du personnel exer-
çant au sein des entités relevant de son
département, et l’urgence de se focali-
ser sur les missions de contrôle et de
suivi environnementaux en collabora- recherche et le développement, notam- compagner les initiatives visant le dé-
tion avec la société civile. ment dans le domaine des EnR, tout en veloppement et la promotion de l’éco-
C’est en direction de celle-ci, qu’elle a souhaitant la généralisation des proto- nomie verte. Sa présence à L’Ecole
effectué un déplacement à Tizi Ouzou, types mis au point. supérieure algérienne des affaires,
en date du 18 juillet. S’exprimant lors du Lors de sa visite à Tonic industrie , Fati- ESAA, en date du 11 juillet, où s’est
lancement d’une opération de tri sélec- ma Zohra Zerouati a pris l’engagement tenu le premier séminaire sur la pro-
tif dans la résidence Tellili au boulevard d’œuvrer pour le traitement définitif motion des projets innovants en écono-
Krim-Belkacem de la nouvelle-ville de des déchets industriels à l’origine de la mie verte, témoigne de son interêt pour
Tizi-Ouzou, la ministre a réaffirmé que pollution du littoral de Bousmaïl. ce secteur. Cette manifestation s’inscrit
« le problème de l’environnement était Un ultimatum de deux mois a été donné dans le cadre du Master spécialisé des
l’affaire de tous », appelant à l’occasion aux dirigeants de Tonic Industrie pour grandes écoles «Territoires, techno-
toutes les franges de la société à faire la mise en service de la deuxième partie logies et financement de portefeuilles
cause commune avec l’Etat pour venir du projet de la station d’épuration du de projets innovants pour l’économie
à bout de la dégradation de la nature. groupe. La ministre a, dans ce cadre, verte», mis en œuvre et initié par le
Alger, Tizi Ouzou, mais aussi Tipaza rappelé que « le groupe industriel qui R20MED, qui en est l’illustration.
ont été les importantes haltes de Fati- verse ses déchets industriels dans le A cette occasion, elle a souligné que
ma Zohra Zerouati qui n’a pas manqué littoral de Bousmaïl, a été destinataire le programme de l’Algérie dans les
de délivrer des messages. A Tipaza, le d’une deuxième mise en demeure, le domaines de la valorisation et la ges-
15 juin dernier, la ministre a inspecté sommant de procéder au traitement du tion des déchets, a vu sa première
l’Unité de développement des équi- problème de la pollution à la suite de la phase avec le R20Med entamée dans
pements solaires (Udes) relevant du suspension de son activité pendant trois la conception et la réalisation de la ges-
Centre de développement des énergies mois ». tion des déchets. En ce qui concerne
renouvelables (Cder), accompagnée «Ces déchets sont déversés directement les EnR, elle a tenu à indiquer qu’« on
de Ghellai Moussa, Wali de Tipaza, dans les eaux depuis 2005, ce qui ne ne doit pas travailler dans la précipi-
Achour Abdenour, président de l’As- sera plus toléré dorénavant » a prévenu tation, s’agissant des engagements de
semblée Populaire de la wilaya de Ti- la ministre. l’Algérie, dans le domaine des énergies
paza et des cadres de son département, En parrainant des actions visant la pro- renouvelables».
la ministre a encouragé les cadres et le motion du développement durable, la
personnel de cette entité à diversifier la ministre a exprimé son intention d’ac- Riadh Saci

N°16-Septembre 2017 7
Dossier

Programme National de Développement


des Energies Renouvelables
Les énergies renouvelables étant au cœur des politiques énergétiques et économiques
menées par l’Algérie, le gouvernement a récemment adopté le programme national de
développement des énergies renouvelables dans une version actualisée par les services du
ministère de l’énergie.

tallations utilisant la filière photovol-


taïque et les conditions de leur appli-
cation.

• Arrêté ministériel du 02 février 2014


fixant les tarifs d’achat garantis pour la
production d’électricité à partir d’ins-
tallations utilisant la filière éolienne et
les conditions de leur application .

• Décret exécutif n° 17-98 du 26 février


2017 définissant la procédure d’appel
d’offres pour la production des éner-
gies renouvelables ou de cogénération
et leur intégration dans le système na-
tional d’ approvisionnement en énergie
électrique.

• Décret exécutif n°17-167 du 22 mai


2017 modifiant et complétant le décret
exécutif n°15-69 du 11 février 2015
fixant les modalités de certification de
Cadre juridique et incitatif champ d’application aux installations l’origine de l’énergie renouvelable et
de cogénération. de l’usage de ces certificats.
La législation et la réglementation en
vigueur ont prévu un mécanisme d’en- • Décret exécutif n°11-423 du 08 dé- • Décret exécutif n° 17-168 du 22 mai
couragement basé sur les tarifs d’achat cembre 2011 fixant les modalités de 2017 modifiant et complétant le décret
garantis, le producteur d’énergie renou- fonctionnement du compte d’affecta- exécutif n ° 15-319 du 13 décembre
velable bénéficie ainsi de tarifs d’achat tion spécial n° 302 -131 intitulé «Fonds 2015 fixant les modalités de fonction-
qui sont garantis pour une durée de 20 national pour les énergies renouve- nement du compte d’affectation spécial
ans pour les installations en Photovol- lables et la cogénération». n ° 302-131 intitulé « Fonds national
taïque et en éolien. pour la maitrise de l’ énergie et pour les
• Décret exécutif n°13-218 du 13 juin énergies renouvelables et de la cogéné-
L’adoption d’une série de textes juri- 2013 fixant les conditions d’octroi des ration ».
diques favorables à la promotion des primes au titre des coûts de diversifica-
énergies renouvelables et à la réalisa- tion de la production d’électricité. Réalisation du programme
tion d’infrastructures y afférentes est
défini principalement à travers les me- • Décret exécutif n°13-424 du 18 L’accomplissement du programme per-
sures ci-après : décembre 2013 modifiant et complé- mettra d’atteindre à l’horizon 2030 une
tant le décret exécutif n° 05-495 du partie de renouvelables de près de 27%
• Loi n° 11-11 du 18 juillet 2011 portant 26 décembre 2005 relatif à l’audit dans le bilan national de production
loi de finances complémentaire pour énergétique des établissements grands d’électricité, le volume de gaz naturel
2011 a relevé le niveau de la redevance consommateurs d’énergie. épargné par les 22 000 MW en renou-
pétrolière qui alimente essentiellement velables, atteindra environ 300 mil-
le Fonds National pour les Energies • Arrêté ministériel du 02 février 2014 liards de m3, soit un volume équivalent
Renouvelables et la Cogénération fixant les tarifs d’achat garantis pour la à 8 fois la consommation nationale de
(FNER) de 0.5% à 1% et a étendu son production d’électricité à partir d’ins- l’année 2014

8 www.cntppdz.com
Le programme de développement des énergies renouvelables s’expose selon le tableau suivant :

1ère phase 2015-2020 [MW] 2ème phase 2021-2030 [MW] TOTAL [MW]

Photovoltaïque 3000 10575 13575

Eolien 1010 4000 5010

CSP - 2000 2000

Cogénération 150 250 400

Biomasse 360 640 1000

Géothermie 05 10 15

TOTAL 4525 17475 22000

L’Evolution Objectif par filière

Pour un développement durable eu à préserver la planète et la santé des ration, géothermie …)pour lesquelles il
égard à la tendance d’amenuisement populations. dispose d’atouts incontestables.
des sources d’énergies fossiles et à leur Notre pays s’est inscrit dans le sens du re- La loi en vigueur exprime la volonté de
caractère de forte nuisance. cours graduel aux autres formes d’éner- l’Etat et imprime la démarche adoptée.
Le recours aux énergies renouvelables gies renouvelables(photovoltaïque, Benlahrech Souad
est devenu un passage obligé de nature éolien, thermique, biomasse, cogéné- Dalila, juriste.

N°16-Septembre 2017 9
Activités

Risques de l’Industrie cimentière

La Société des Ciments


Hamma Bouziane S.C.H.B
sensibilise ses employés

C
’est par une discussion Sollicité, le CNTPP a réalisé entre le 20 l’ISO dans le domaine du management
entre experts et employés et 25 mai dernier, cinq sessions de sen- de l’énergie.
que les journées de sen- sibilisation, au niveau du siège social Les autres sessions de sensibilisation
sibilisation sur l’amélio- de la société, sis à la Zone Industrielle portant sur les risques industriels liés à
ration des performances de Hamma Bouziane à Constantine. la manipulation des produits chimiques
sur l’efficacité énergétique, les risques Assurée par Hillali Salah Eddine, dangereux et la gestion des déchets,
industriels liés à la manipulation des consultant-formateur auprès du CNT- les rejets atmosphérique, les rejets li-
produits chimiques dangereux et la PP, la première session a porté sur « quides et les nuisances sonores ont été
gestion des déchets, les rejets atmos- l’amélioration de performances sur animées par Hichem Khatraoui, forma-
phériques, les rejets liquides et les nui- l’efficacité énergétique ». teur et expert en réglementation envi-
sances sonores, ont été lancées. L’objectif étant de permettre au person- ronnementale auprès du CNTPP.
nel de la cimenterie de mieux appré-
Organisées au profit du personnel de hender le contexte général relatif au Cette sensibilisation visait à renfor-
la Société des Ciments Hamma Bou- management de l’énergie, d’acquérir cer les compétences des participants et
ziane S.C.H.B, suite à une demande de les connaissances essentielles et la leurs connaissances sur les risques in-
cette dernière, ces journées basées sur méthodologie pour le management de dustriels, la gestion des déchets, les re-
des présentations suivies par des sorties l’énergie dans l’entreprise, découvrir jets atmosphériques, les rejets liquides
sur terrain dans les différents ateliers les sources d’économie d’énergie dans et les émissions du bruit selon la régle-
de la cimenterie, ont permis une inte- une entreprise industrielle, quantifier mentation algérienne applicable aux
raction entre les participants qui a faci- les flux énergétiques et évaluer les per- installations classées pour la protection
lité l’échange d’idées et d’informations formances énergétiques d’une installa- de l’environnement.
ainsi que le partage d’expériences. tion et découvrir l’espace normatif de S.C

10 www.cntppdz.com
N°16-Septembre 2017 11
Activités

Commission paritaire d’hygiène et sécurité

Atelier de renforcement
des capacités au profit des
membres de l’ENGTP
Un atelier technique de
renforcement des capacités
portant sur la Commission Pa-
ritaire d’Hygiène et Sécurité
a été organisé par le CNTPP
au profit des membres de la
commission de l’entreprise
des grands travaux pétroliers
(ENGTP), pour leur donner
des outils leur permettant de
mieux assumer leurs mis-
sions en matière de préven-
tion des risques profession-
nels et d’amélioration des
conditions de travail.

D
ans le domaine de l’in- Cette formation vise aussi à anticiper vice d’hygiène et sécurité, médecine du
dustrie, on utilise de et à limiter les conséquences humaines, travail, inspection du travail) et aussi et
plus en plus des produits sociales et économiques des accidents d’acquérir les outils permettant d’assu-
élaborés, des machines du travail et des maladies profession- mer ces différentes missions. « Le but
évoluées, des systèmes nelles. La maîtrise de la réglementation était aussi d’acquérir d’autres connais-
complexes. Par conséquent le travail- nationale relative à ce domaine, notam- sances et méthodes que nous avons
leur doit être mieux protégé dans son ment les obligations des travailleurs et jugé utiles et nécessaires pour mener
milieu professionnel, et doit mieux de l’organisme employeur est un autre efficacement et avec valeur ajoutée
préserver son environnement. Tel est le des objectif de cet atelier. leurs missions pendant leur mandat »,
but de l’atelier de renforcement sur la a-t-il ajouté.
commission paritaire d’hygiène et sé- En effet, dans le code du travail, une Les participants à cet atelier ont mon-
curité organisé par le CNTPP au siège partie considérable est consacrée à la tré leur intérêt tout au long de la for-
de l’entreprise ENGTP à Réghaia du 21 problématique de la santé et de la sécu- mation, notamment à travers des ques-
au 25 mai. rité au travail, qui constitue un enjeu tions et des interventions souvent très
majeur des relations de travail et tend pertinentes. Fodil Cherif Mohamed
Un atelier animé par monsieur Fodil à y occuper une place croissante, « a affirmé à la fin de l’atelier que « la
Cherif Mohamed dont la mission est L’objectif de cet atelier est de permettre participation était active et motivée à
d’identifier les risques, de les évaluer, aux participants membres et membres tous les cours et cas pratiques de l’ate-
et de proposer des solutions. L’Objec- potentiels de CPHS d’acquérir les lier , nous pouvons considérer qu’ils
tif principal est d’acquérir les notions connaissances nécessaires définies par ont acquis un maximum d’informations
fondamentales en matière d’hygiène et la réglementation », a déclaré. Fodil et de connaissances devant leur servir
sécurité. C’est-à-dire, l’ensemble des Cherif Mohamed, qui a mis l’accent pour accomplir leurs missions , ils ont
dispositions à mettre en œuvre pour sur l’importance de connaître l’orga- en témoigné eux même et nous étions
préserver la santé et la sécurité des tra- nisation et les missions des différents satisfait d’avoir contribué à cela ».
vailleurs et améliorer les conditions de intervenants en matière d’hygiène et
travail. sécurité en relation avec la CPHS (ser- Nassima Issaad

12 www.cntppdz.com
Participation au 1er Salon international « Recycling EXPO »

Le Centre National des Technologies de Production


plus Propre (CNTPP), a participé à la première édition
du salon international du Recyclage & Traitement des
Déchets « Recycling EXPO » tenu du 24 au 27 avril
2017 au Centre de Conventions d’Oran. L’objectif
de cette participation étant de se rapprocher des dif-
férentes entreprises pour faire connaitre le CNTPP et
ses missions et de sensibiliser le public sur l’utilité de
produire propre et son impact sur la qualité, le coût et
la préservation de l’environnement.

Célébration de la journée internationale de la Biodiversité

La célébration de la journée internationale de la Biodi-


versité dont le thème cette année est « la biodiversité
et le tourisme durable », a eu lieu le 22 mai au niveau
de l’antenne du CNTPP à Bordj Bou Arreridj et à El
Djamila (ex Madrague), dans la commune d’Aïn Bé-
nian. Une occasion pour rappeler les principes de la
production propre et comment le CNTPP peut accom-
pagner avec son expertise et son expérience les entre-
prises dans leur démarche environnementale.

Célébration de la journée mondiale de l'Environnement

« Rapprocher les gens de la nature » , tel a été le thème


de la journée mondiale de l’Environnement célébrée
le 05 juin dernier au niveau de l’antenne du CNTPP
à Bordj Bou Arreridj et au niveau de la forêt de Ben
Aknoun à Alger. Lors de son passage au stand du
CNTPP , Fatima Zohra Zerouati, Ministre de l’Envi-
ronnement et des énergies renouvelables a feuilleté
le guide du délégué de l’environnement et donné
quelques orientations pour une bonne utilisation de ce
manuel.

Saison estivale

Promouvoir l’éco-entreprenariat et les énergies renouvelables

D
ans l’objectif de promou- nisé par le CNTPP, qui à l’occasion a de faire des démonstrations sur le fonc-
voir l’éco-entreprenariat élaboré des affiches de vulgarisation et tionnement du système photovoltaïque à
et les énergies renouve- un guide sur l’entreprenariat vert , desti- travers la mise en lumière d’une lampe
lables, le Centre national nés à la sensibilisation quant aux éner- dans le but de vulgariser le concept de
de technologies de pro- gies durables et de la technologie propre. l’énergie solaire.
duction plus propre, et sous le haut patro- Les associations activant dans le do-
nage du ministère de l’environnement et Ainsi, des stands seront installés dans les maine de la protection de l’environne-
des énergies renouvelables, organise du- différentes régions du pays notamment ment seront aussi au rendez- vous, l’évè-
rant cette saison estivale des événements Tipaza (Chenoua plage), Béjaia (plage nement est ouvert au grand public. Des
dans les quatre coins de l’Algérie. du stade Tichy), Mostaganem plage, animations et jeux éducatifs pour enfants
Des activités liées à l’éco-entreprenariat Bordj Bou Arreridj ville, Batna ville, auront lieu.
et les énergies renouvelables, sont orga- Djelfa ville et Alger. L’objectif étant S.C

N°16-Septembre 2017 13
Activités

8ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention de


Stockholm sur les polluants organiques persistants (POPs)

Une soixantaine de décisions


adoptées

L
e Centre National de Tech-
nologies de Production
plus Propre en sa qualité
de Centre Régional de la
Convention de Stockholm
(CRCS) a assisté parallèlement, à la
huitième réunion de la Conférence des
Parties à la Convention de Stockholm
sur les polluants organiques persistants
(POPs), qui s’est tenue du 24 avril au 5
mai, à Genève (Suisse), et à la treizième
réunion de la Conférence des Parties à
la Convention de Bâle sur le contrôle
des mouvements transfrontières de
déchets dangereux et leur élimination Un segment de haut niveau, qui visait à comme retardateur de flamme additif, y
ainsi qu’à la huitième réunion de la fournir, aux ministres et autres délégués compris dans les plastiques les textiles
Conférence des Parties à la Conven- de haut rang, une plate-forme interac- , les adéhésifs, les produits d’étancheité
tion de Rotterdam sur la procédure de tive pour marquer le leadership poli- , les revêtements et le Chlorofo utilisé
consentement préalable en connais- tique et pour sensibiliser à l’importance comme adoucissant dans les peintures ,
sance de cause pour certains produits de ces conventions et au soutien de leur matières plastiques et textiles.
chimiques et pesticides dangereux dans mise en œuvre. Il énumére également l’hexachloro-
le commerce international. Une soixantaine de décisions butadiène dans l’Annexe C ,Il figure
Plus de 1600 participants venus du ont été adoptées durant la triple déja dans l’Annexe Ade la Convention
monde entier ont pris part à ces réu- conférence des Parties des trois de Stockholm, qui figure en Annexe
nions. Conventions(Bâle,Rotterdam et Stoc- à la liste de l’Annexe C, le plus cou-
kholm), avec pour objectif «d’oeuvrer ramment utilisé comme solvant pour
En effet, Les négociations ont por- pour un monde détoxifié» d’autre composés contenant du Chlore.
té sur des questions spécifiques aux On citera entre autres décisions, la mise Le CRCS a été représenté par Bou-
Conventions, telles que l’inscription en place d’un nouveau partenariat sur chra Hamoud, chef de service et point
de nouveaux POPs dans le cadre de la les déchets domestiques, dans le cadre de contact officiel du CRCS et Amal
Convention de Stockholm, les direc- de la Convention de Bâle et l’inclusion Bouziane, chef de département au sein
tives techniques devant encadrer la des déchets marins dans le programme du CNTPP. La présence du CRCS à
gestion des déchets et substances dan- de travail du groupe de travail à com- la 8éme COP était marquée par sa par-
gereuses dans le cadre de la Conven- position non limitée de la Convention ticipation à la foire internationale des
tion de Bâle en plus de l’inscription de de Bâle. L’inclusion de 3 nouveaux pro- centres régionaux. Le stand du CRSC
substances relevant de la Convention duits chimiques dans l’annexe III de la à été visité par des représentants du
de Rotterdam. Convention de Rotterdam portant à 51 Secrétariat des trois conventions, des
Les délégués ont également examiné le total des produits chimique épinglés présidents des COPs, des directeurs des
des questions d’intérêt commun telles par la dite Convention. Centres Régionaux, ainsi que de nom-
que la coopération et la coordination La Cop de la Convention de Stockholm breux ministres des Etats membres des
entre les conventions, le budget, les a énuméré 2 nouveaux POPs à l’an- conventions,
directives techniques devant régir les nexe A de la Convention. il s’agit de telles que la Swaziland, les Philippine,
déchets de POPs, ainsi que l’assistance l’Ether de décabromodiphényle(produit et la Suisse.
technique et les ressources financières. chimique produit intentionnellement Bouchra Hamoud

14 www.cntppdz.com
Transfert de technologies écologiquement rationnelles

2ème session de la formation pour la


mise en place de la démarche TEST

D
ans le cadre du projet Pour rappel, le projet MED TEST II vise tion avec la coordinatrice du projet Amel
« Switchmed » financé à démontrer que le respect de l’intégrité Lesslous. Lors de la première journée ,
par l’Union Européenne des écosystèmes et de l’environnement la parole a été donnée aux entreprises in-
et mis en œuvre par l’Or- en général, offre des opportunités pour dustrielles et aux consultants du CNTPP,
ganisation des Nations améliorer la performance et le position- dans les domaines de l’énergie et de l’en-
Unies pour le Développement Industriel nement concurrentiel de nos entreprises vironnement, qui les accompagnent, afin
(ONUDI ) visant le développement de la à travers la modernisation des procédés de présenter chacun en ce qui le concerne
production durable dans la rive sud de et l’adoption des technologies de produc- les états d’avancement du projet et ainsi
la méditerranée, le Centre National des tion propre, l’amélioration de l’image, identifier les domaines nécessitant une
Technologies de Production plus Propre l’exploitation de nouveaux marchés et la expertise particulière.
(CNTPP) a organisé les 11 et 12 Juillet réduction du gaspillage.
2017 à Alger, la deuxième session de for- Lors de la seconde journée, les experts
mation au profit d’entreprises industrielles Cet atelier organisé par le CNTPP dédié de l’ONUDI ont procédé à l’analyse de
du secteur agroalimentaire. aux douze entreprises inscrites à ce pro- faisabilité, ils ont aussi présenté le plan
jet , vise à inculquer aux participants la d’action et l’ensemble des mesures pou-
Formation organisée au profit de Giplait logique globale de l’approche du pro- vant faciliter sa mise en œuvre. Mr Nait
(Saida), Tchinlait (Bejaia), Boukellal gramme MED TEST II. Brahim a précisé que les éléments clés
(Sétif), SPA Mami (Sétif), SBC (Sétif), d’un plan d’action se définissent par les
Gipates (Bordj Bou Arreridj), Safilait Approche qui sera utilisée dans le cadre objectifs à atteindre , les responsabilités
(Constantine), Laiterie Arib (Ain Defla), de la deuxième partie de ce même projet. de chacun dans l’éxécution des tâches se-
NCA Rouïba (Alger), Sosemie (Blida), En effet, cette manifestation offre l’oppor- lon un calendrier d’éxécution et établir les
Aquasim (Blida), Flash (Alger). tunité d’exploiter l’intégralité du poten- ressources et le budeget. L’importance du
Elle vise le renforcement des capacités des tiel de la contribution de l’industrie pour suivi de performance des flux d’énergie et
entreprises participantes dans l’adoption de un développement industriel durable et des ressources en mettant en place un sys-
procédés de production durable à travers une occasion pour les firmes de partager tème d’information a été mis en évidence
des actions visant l’éco-efficience tels que : leurs expériences en matière de gestion et par les experts de l’ONUDI.
réduction des nuisances ainsi que l’opti-
• L’économie des ressources, notamment misation des ressources. . Enfin, un débat était ouvert aux partici-
l’eau et les intrants de production pants et aux experts consultants nationaux
• La réduction des effluents liquides, des La formation a été assurée par une délé- dans le but de soulever les problématiques
émissions dans l’air et des déchets gation d’experts de l’ONUDI, notamment rencontrés dans la mise en œuvre du projet.
• L’optimisation des consommations éner- Roberta De Palma, Abdallah Nait Bra-
gétiques. him et de Rachid Nafti en collabora- Nassima Issaad

N°16-Septembre 2017 15
Ce qu’il faut savoir

Pollution industrielle

Une réglementation
rigoureuse pour éliminer
les polluants organiques
persistants (POPs)
Les polluants organiques persistants (POPs) sont des substances chimiques qui restent très
longtemps dans l’environnement après leur production et qui peuvent être transportés sur
de grandes distances.

L
es POPs altèrent la qualité bioaccumulation, ces molécules peuvent Sur le plan international
de l’air, s’accumulent dans s’évaporer et se déplacer sur de longues Nombreuses conventions internationales
l’eau et dans l’organisme distances dans le sol, l’eau et surtout l’air. en matière de promotion et de protection
des animaux, pouvant ainsi de l’environnement ont été ratifiées par
avoir un impact négatif im- L’Algérie est aujourd’hui confrontée l’Algérie.
portant sur la santé humaine et sur l’envi- à de sérieux problèmes de pollution in-
ronnement. On les retrouve principale- dustrielle. Le parc industriel national est Depuis un certain temps, l’Algérie a
ment dans les pesticides comme le DDT, ancien et vétuste, fréquemment inefficace entrepris des stratégies importantes pour
les produits chimiques industriels et les et polluant. Il faut noter en outre que le mettre en œuvre certaines conventions.
produits dérivés de la combustion comme processus d’industrialisation s’est effec- Parmi ces différentes Conventions figure :
les dioxines et les furanes tué dans des conditions ne tenant que peu
compte des impératifs écologiques. • Décret Présidentiel N° 06-170 du 22 mai
Ce sont des composés organochlorés com- 2006 portant ratification de l’amendement
plexes dont la structure de base repose sur Les pollutions engendrées par le rejet à la Convention de Bâle sur le contrôle des
une combinaison d’atomes de carbone et d’eaux industrielles non traitées, les mouvements transfrontières de déchets
d’hydrogène. Leur appellation résulte des émissions atmosphériques, et la produc- dangereux et de leur élimination, adopté à
caractéristiques suivantes : tion de déchets spéciaux menacent très Genève le 22 septembre1995.
Toxicité : Ils présentent un ou plusieurs sérieusement la qualité des écosystèmes. • Décret Présidentiel N° 06-206 du 7 juin
impacts prouvés sur la santé humaine, et La plupart des déchets spéciaux y compris 2006 portant ratification de la convention
sont à la source de certains cas de cancer. les plus toxiques sont, à l’heure actuelle, de Stockholm sur les polluants organiques
Persistance dans l’environnement : Ils stockés au niveau des producteurs dans persistants, adopté à Stockholm 22Mai
persistent pendant des années, voire des des conditions qui ne sont pas toujours 2001.
dizaines d’années avant de se décomposer adéquates. Ils sont aussi, parfois, déposés • Décret Présidentiel N° 07-93 du 19 mars
avec une forte résistante aux dégradations dans les décharges publiques. 2007 portant ratification de l’amendement
biologiques naturelles. au Protocole de Montréal adopté par la
Un important arsenal juridique a été mis neuvième réunion des parties à Montréal
Bioaccumulation : Ils s’accumulent dans en place afin de permettre à l’Algérie de 15-17septembre 1997.
les tissus vivants et leurs concentrations se mettre en conformité avec les enga- • Décret Présidentiel N° 07-94 du 19 mars
augmentent le long de la chaîne alimen- gements internationaux auxquels elle a 2007 portant Ratification de l’amende-
taire. souscrit afin d’assurer la prise en charge ment au protocole de Montréal relatif aux
Transport sur une longue distance : De des questions environnementales dans la substances qui appauvrissent la couche
part leurs propriétés de persistance et de perspective d’un développement durable. d’ozone, adopté à Beijing 3 /12/ 1999.

16 www.cntppdz.com
Sur le plan national exécutif n° 03-451 du 1er décembre usées industrielles.
2003 définissant les règles de sécurité • Article : 46 de l’Ordonnance n° 08-02
Autorisations : applicables aux activités portant sur les du 24 juillet 2008 portant loi de finances
• Arrêté interministériel du 2 septembre matières et produits chimiques dangereux complémentaire pour 2008, modifiant et
2013 fixant le contenu du dossier de ainsi que les récipients de gaz sous pres- complétant l’Article : 94 de la loi n°02-
demande d’autorisation de transport des sion. 11 du 24 décembre 2002 portant loi de
déchets spéciaux dangereux, les modali- • Arrêté interministériel du 25 novembre finances pour 2003, taxe complémentaire
tés d’octroi de l’autorisation ainsi que ses 2015 fixant la liste et la classification des sur les eaux usées industrielles.
caractéristiques techniques. matières et produits chimiques dangereux.
• Arrêté interministériel du 19 juin 2014 Taxes écologiques/pollution
fixant les conditions et modalités d’acqui- Huiles à base de polychloro- atmosphérique :
sition sur le marché national des matières biphenile (P.C.B.) :
et produits chimiques dangereux par les • Décret exécutif n°07-299 du 27 sep-
personnes physiques ou morales dont les Déchets industriels : tembre 2007 fixant les modalités d’appli-
activités professionnelles ou personnelles • Décret Exécutif n° 04-409 du 14 dé- cation de la taxe complémentaire sur la
nécessitent l’emploi de matières et/ou pro- cembre 2004 fixant les modalités de trans- pollution atmosphérique d’origine indus-
duits chimiques dangereux de manière port des déchets spéciaux dangereux. trielle.
ponctuelle, circonstancielle et/ou accessoire. • Décret Exécutif n° 05-315 du 10 sep- • Article : 205 de la loi n°01-21 du 22
• Arrêté interministériel du 8 juillet 2014 tembre 2005 Fixant les modalités de décembre 2001 portant la loi de finances
fixant les conditions et modalités d’habi- déclaration des déchets spécieux dan- pour 2002, taxe complémentaire sur la
litation du personnel affecté aux tâches gereux . pollution atmosphérique d’origine indus-
de stockage des matières et produits • Décret Exécutif n° 06-104 du 28 février trielle.
chimiques dangereux ainsi que les réci- 2006 fixant la Nomenclature des déchets, • Article : 46 de l’Ordonnance n°08-02
pients de gaz sous pression. y compris les déchets spéciaux dangereux. du 24 juillet 2008 portant loi de finances
Les rejets d’effluents liquides ( Eau ) : • Arrêté interministériel du 2 septembre complémentaire pour 2008, modifiant et
• Décret exécutif n° 06-141 du 19 avril 2013 fixant les caractéristiques techniques complétant l’article : 205 loi de finance
2006 définissant les valeurs limites des des étiquettes des déchets spéciaux dange- 2002, Taxe sur pollution atmosphérique
rejets d’effluents liquides industriels. reux. taxes écologiques/déchets Industriels spé-
Pollution Atmosphérique (Air) : Taxes écologiques/activités Polluantes : ciaux et/ou dangereux :
• Décret exécutif N°03-410 du 5 no- • Article : 117 de la loi n°91-25 du 18 dé- • Article : 203 de la Loi n°01-21 du 22 dé-
vembre2003 Fixant les seuils limites de cembre 1991 portant loi de finances pour cembre 2001portant loi de Finances 2002,
l’émission des fumées, des gaz toxiques et
1992, taxe sur les activités polluantes ou taxes sur déchets industriels Spéciaux et/
des bruits par les véhicules automobiles.
dangereuses pour l’environnement. ou Dangereux.
• Décret exécutif N° 06-02 du 7 janvier
• Article : 54 de la loi n°99-11 du 23 • Article : 64 de la Loi n°04-21 du 29
2006 définissant les valeurs limites, les
décembre 1999 portant la loi de finances décembre 2004 portant loi de finances
seuils d’alerte et les objectifs de qualité
pour 2000 modifiant et complétant l’Ar- pour 2005, modifiant l’article : 203 de la
de l’air en cas de pollution atmosphérique.
ticle : 117 alinéas 3,4 et 5 de la loi N°91- loi01-21 loi de Finnance2002, Taxes sur
• Décret exécutif N° 06-138 du 15 avril
25 du 18 décembre 1991 portant loi de Déchets Industriels spécieux et spéciaux
2006 réglementant l’émission dans l’at-
finances pour 1992, taxe sur les activités dangereux.
mosphère de gaz, fumées vapeurs, parti-
polluantes ou dangereuses pour l’environ- • Article : 46 de l’Ordonnance n° 08-02
cules liquides ou solides, ainsi que les
nement. du 24 juillet 2008 portant loi de finances
conditions dans lesquelles s’exerce leur
• Article : 202 de la loi n°01-21 du 22 complémentaire pour 2008, modifiant
contrôle.
décembre 2001 Portant la loi de finances l’article : 203 de la loi 01-21 du 22 dé-
pour 2002, modifiant l’Article : 117 ali- cembre 2001 portant loi de finances 2002,
Substances chimiques/matières
néas 6 de la loi N°91-25 du 18 décembre taxes sur déstockage de déchet spécial et/
dangereuses :
1991 portant loi de finance pour 1992, ou dangereux.
• Décret exécutif n° 03-451 du 1er dé-
taxe sur les activités polluantes ou dange- L’application de ces textes a également
cembre 2003 définissant les règles de sé-
reuses pour l’environnement. montré des insuffisances qu’il fallait corri-
curité applicable aux activités portant sur
• Décret exécutif n° 09-336 du 20 oc- ger pour permettre aux nouvelles structures
les matières et produits chimiques dange-
tobre 2009 relatif à la taxe sur les activités d’atteindre les résultats escomptés. Entre
reux ainsi que les récipients de gaz sous
polluantes ou dangereuses pour l’environ- les autres insuffisances, on peut noter :
pression.
nement. - La défaillance dans la procédure de
• Décret exécutif n° 03-452 du 1er dé-
cembre 2003 fixant les conditions parti- constatation des infractions, de saisie ou
culières relatives au transport routier de Taxes écologiques/eaux usées de confiscation ;
matières Dangereuses. industrielles : - Le manque d’équipements de contrôle des
• Décret exécutif n° 05-08 du 8 janvier • Décret exécutif n°07-300 du 27 sep- POP qui entrent sur le territoire national.
2005 relatif aux prescriptions particulières tembre 2007 fixant les modalités d’appli- - L’absence d’équipements techniques
applicables aux substances, produits ou cation de la taxe complémentaire sur les pour éliminer les produits incriminés et
préparations dangereuses en milieu de eaux usées industrielles. saisis.
travail. • Article : 94 de la loi n°02-11 du 24 dé-
• Décret exécutif n°10-19 du 12 Janvier cembre2002 portant loi de finances pour Ben Abdallah Saloua,
2010 modifiant et complétant le Décret 2003, taxe complémentaire sur les eaux juriste

N°16-Septembre 2017 17
Ce qu’il faut savoir

Programme d’Appui à la Politique Sectorielle de l’Environnement


(PAPSE)

Stratégie pour le
renforcement des
capacités

L
e PAPSE poursuit ses sources budgétaires mises à la disposi- tué autour d’un certain nombre d’acti-
activités avec la mise en tion du secteur. vités homogènes et complémentaires
place d’un second devis Le second volet se focalise sur le ren- qui doivent être sous une autorité com-
programme courant jusque forcement institutionnel en consoli- pétente et unique, afin de garantir les
novembre 2017 et la pré- dant les capacités du MEER et de ses 7 atteintes des résultats en priorité à tra-
paration des dossiers pour les 9 derniers Organismes sous tutelle (OST) par des vers les indicateurs de performance en
indicateurs d’appui budgétaire dont programmes de formation ciblés et la liaison avec le dit pôle. Les cinq pôles
l’échéance est juillet 2017. mise en place d’un Système d’Informa- sont énumérés ci- dessous :
Pour rappel, le Programme d’Appui à tion environnemental complet d’aide à 1) Pilotage, stratégie, communication
la Politique Sectorielle de l’Environ- la décision. et visibilité
nement (PAPSE) a fait l’objet d’une Le troisième volet concerne l’aména- 2) Aménagement du littoral/biodiver-
convention de financement spécifique, gement intégré des bassins versants de sité/changement climatique
signée en 2013 entre l’Algérie et la région littorale algéroise et intègre 3) Pollution industrielle et technologies
l’Union Européenne, qui développe les les problématiques de conservation de propres
objectifs et résultats attendus du PAPSE la biodiversité, de réduction de la pol- 4) Gestion intégrée des déchets
et ses modalités de mise en œuvre. La lution industrielle et développement de 5) Formation/renforcement des capaci-
convention porte sur un montant de technologies propres, d’amélioration tés/information/sensibilisation.
54 millions d’euros, dont 24 millions de la gestion intégrée des déchets, et
sont réservés à l’appui budgétaire. La la prise en compte des changements Les onze résultats attendus de la
contribution de l’Algérie est à hauteur climatiques dans l’aménagement du partie en assistance technique:
de 20 millions d’euros littoral. Les onze résultats attendus de la par-
tie en assistance technique sont mis en
La stratégie de mise en œuvre du
Sur quoi repose la réalisation du œuvre via des devis programmes. Le
PAPSE avec une focalisation sur l’aire
PAPSE ? premier devis programme a débuté en
métropolitaine algéroise, associe le sec-
La réalisation du PAPSE repose, d’une juillet 2015 pour une période d’exécu-
teur privé et la société civile et s’arti-
part sur une composante d’appui bud- tion se terminant le 15 novembre 2016.
cule autour de trois volets.
gétaire qui se décline en 24 indicateurs
Un premier volet renforcera le cadre de performance à atteindre et d’autre Pour le volet 1, renforcement
stratégique national du secteur, en inté- part sur une assistance technique de- de la stratégie sectorielle pour
grant les différentes activités en cohé- vant contribuer à la réalisation de 11 l’environnement, les résultats
rence et synergie avec les instruments résultats présentés ci-dessous. attendus sont les suivants :
stratégiques prioritaires du MEER no- L’organisation du PAPSE avec à sa tête Renforcement de la stratégie sectorielle
tamment le PNAE-DD, le PROGDEM, le directeur national de projet s’appuie pour l’environnement (PNAE-DD,
le PNAGDES, le SNAT, le PNC, le sur 5 « Pôles » d’activités homogènes PAC-ZCA).
PAC algérois. ayant une articulation directe avec les Renforcement de la performance dans
11 résultats et les 24 indicateurs de per- la planification et la transparence bud-
Ce volet inclut aussi une évaluation et formance d’appui budgétaire à réaliser. gétaire.
actualisation sur les aspects réglemen- Accompagnement dans la rationali-
taires et le développement d’outils et Les cinq pôles mis en place sation institutionnelle et financière du
méthodes pour renforcer la transpa- Cinq pôles ont été mis en place dans le secteur.
rence financière et la gestion des res- PAPSE, un pôle du PAPSE est consti- Au cours du premier devis programme,

18 www.cntppdz.com
plusieurs activités importantes d’assis- Renforcement des mécanismes d’inci- et des leçons tirées de l’étude de faisa-
tance technique ont été réalisées ou tation et de responsabilisation des ac- bilité de deux déchetteries industrielles,
initiées afin de contribuer à l’atteinte de teurs. réalisées ici aussi selon le modèle ac-
ces objectifs. Ainsi, la stratégie secto- Au cours de ce premier devis tion -formation.
rielle de l’Environnement et son Plan programme, le renforcement des capa-
d’Actions pour l’Environnement et le cités a été structuré sur le principe de la S’agissant de la pollution industrielle,
Développement Durable (PNAEDD) formation/action afin de s’affranchir de une évaluation des Contrats de Perfor-
sont en train d’être renforcés par un dis- la logique de formation pure pour intro- mance Environnementale (CPE) a été
positif de suivi-evaluation permettant la duire la logique de développement des conduite et une proposition de CPE de
prise en compte de toutes les stratégies compétences, qui repose largement sur seconde génération et son plaidoyer
thématiques sectorielles et l’apprécia- le transfert des savoirs acquis dans les pour renforcer la Responsabilité Socié-
tion de leur mise en œuvre au regard situations réelles de travail. Cela a été tale et Environnementale (RSE) des
des résultats escomptés. l’occasion de constituer des groupes de entreprises ont été élaborés.
travail, incluant les différentes parties
L’élaboration d’un Cadre de Dépenses prenantes pour les 3 volets. Une application web a aussi été élabo-
à Moyen Terme (CDMT) est également rée pour la mise en place d’un système
un des facteurs constitutifs de la per- D’autre part, deux comités de pilotage d’information pour le suivi en temps
formance. L’introduction de CDMT ont été mis en place : un comité de pilo- réel des établissements classés.
pour une programmation budgétaire tage pour la mise en œuvre du plan de
pluriannuelle avec une gestion axée sur formation et son suivi-évaluation et un Enfin pour le résultat 11 relatif à la
les résultats pour le secteur de l’envi- comité de pilotage pour la stratégie et prise en compte du changement clima-
ronnement, construit par 23 cadres du plan de communication environnemen- tique dans l’aménagement du littoral,
MEER formés au CDMT, vient renfor- tale et de développement durable. une formation sur le thème des change-
cer la visibilité et la transparence et va ments climatiques a été organisée dès
permettre que la performance des diffé- octobre 2015 afin de préparer les cadres
rents programmes puisse être évaluée et
Pour le volet 3, aménagement des institutions concernées aux diffé-
l’efficience des dépenses mesurées. intégré à l’échelle des bassins rents aspects qui doivent être abordés
versants de la région littorale dans l’étude de vulnérabilité des zones
Par ailleurs, un important travail d’ins- algéroise, les résultats attendus côtières aux changements climatiques,
tauration d’un système d’audit de la sont les suivants : étude qui devrait débuter fin 2016,
performance au sein du secteur de l’en- dès le démarrage du second devis pro-
vironnement vient d’être amorcé par Renforcement de l’état de conservation gramme (11/2016 – 11/2017) en cours
la création d’une cellule d’audit de la de la biodiversité. d’approbation.
performance sur la thématique de l’en- Amélioration de la gestion intégrée des
vironnement et la formation-action de déchets (collecte, tri, valorisation et Revue des indicateurs
18 auditeurs, cadres provenant de l’Ins- traitement).
pection Générale de l’Environnement Réduction de la pollution industrielle Par ailleurs, dans le cadre du suivi de
et d’organismes sous tutelle. et vulgarisation de technologies plus la réalisation des indicateurs de l’appui
Enfin, l’étude de rationalisation institu- propres. budgétaire du PAPSE, la délégation
tionnelle et financière des OST initiée Prise en compte des changements clima- de l’Union européenne a mobilisé une
dans le cadre du premier devis pro- tiques dans l’aménagement du littoral. mission pour la revue des indicateurs
gramme apporte une nouvelle analyse dont les échéances étaient fixées pour
stratégique permettant de répondre aux Dans cette perspective, une formation- 2015 et 2016. La mission d’évaluation
besoins du gouvernement exprimés action a été développée pour appuyer s’est déroulée en 2 phases du 24 au 30
dans l’instruction N°308 du 3 octobre la production de 3 plans de gestion septembre et du 15 au 21 octobre 2016.
2015 du Chef du Gouvernement d’ana- d’aires protégées (Reghaia, Mazafran,
lyse des possibilités de rationalisation
Zemmouri), plans qui constituaient Les résultats de cette mission
des OST.
une pièce indispensable pour leur clas- ont été les suivants :
sement, qui constituait des indicateurs
Pour le volet 2 concernant le d’appui budgétaire. 15 indicateurs analysés, répartis comme
renforcement institutionnel, les suit : 6 pour le volet 1, 3 pour le volet 2,
résultats attendus sont les sui- D’autre part, des termes de référence et 6 pour le volet 3.
vants : ont été formulés pour la réalisation Indicateurs échéance juillet 2015: 9
Renforcement des capacités des institu- d’une étude sur la Stratégie Nationale Indicateurs échéance juillet 2016: 6
tions et des ressources humaines de Gestion Intégrée des Déchets à l’ho- Objectifs atteint dans les échéances: 10
Renforcement du système d’informa- rizon 2030. indicateurs, dont 4 nécessitent des com-
tion environnemental. Les activités qui seront réalisées dans le pléments de justification.
Renforcement du MEER dans son rôle cadre de cette étude pourront bénéficier Objectifs atteint avec un retard : 3 indi-
d’animateur et coordinateur dans le des résultats de l’audit de 3 CET de la cateurs un Indicateur dont la définition
secteur métropole algéroise conduit début 2016 et les objectifs méritent d’être révisés.
Techniques de production propre

Secteur de l’industrie cimentière

Mesures intégrales
d’optimisation énergétique
du processus
• Fourniture de joints énergétiquement
plus efficaces ;
• Fonctionnement avec une température
d’air primaire la plus élevée possible.

Autres mesures:

• Diminution de la teneur en poussière


dans les gaz de combustion, en rédui-
sant les turbulences du gaz ;
• Diminution de la température de dé-
chargement du clinker,
Etape du processus : • Réduction des pertes par rayonnement
Cuisson du clinker. Mesures de diminution des du four, en utilisant des mélanges,
pertes associées aux gaz de
Aspect environnemental : combustion du four : Aspect économique :
Consommation énergétique.
Installation de dispositifs qui augmen- L’investissement peut être très variable,
Objectif de la bonne pratique tent le transfert de chaleur des gaz vers en fonction de l’état de la cimenterie et
les matériaux ; des mesures adoptées.
environnementale :
Fonctionnement avec des niveaux
Une augmentation de l’efficacité éner- d’oxygène optimaux ; Conclusion :
gétique à l’étape de cuisson implique Optimisation de la géométrie de la
toujours une diminution de toutes les flamme du brûleur et de sa température ; • La mise en place de ces Bonnes Pra-
émissions associées directement au Mesures pour la réduction de la tempé- tiques environnementales nécessite :
processus de combustion (NOx, SO2, rature de sortie des gaz en provenance • l’existence de programmes de gestion
du refroidisseur : d’énergie ;
CO2).
Amélioration de l’efficacité du refroi- • l’existence des programmes de main-
disseur (par exemple, réduction de l’air tenance (isolants, systèmes d’air com-
Ainsi, l’économie réalisée sur la
en excès, contrôle de l’épaisseur de la primé, etc.) ;
consommation électrique se répercute
chambre du clinker ou installation de • Moteurs à haut rendement ;
indirectement sur la pollution prove-
nouvelles grilles) ; • Ventilateurs à haut rendement avec
nant du processus de production élec-
Recyclage de l’air de refroidissement des moteurs à vitesse variable ;
trique.
en excès ;
Remarque :
Description de la bonne Utilisation de l’air de décharge pour le
pratique : séchage des matières premières et des Bien que les changements technolo-
combustibles ou pour le préchauffage giques réduisent la consommation en
Environnementale : Des mesures des combustibles ou de l’air. énergie, le changement des habitudes
intégrales d’optimisation énergétique Mesure pour la diminution des fuites et des comportements du personnel em-
dans le processus peuvent être décrites d’air : ployé dans l’usine peut avoir un impact
comme suit : • Élimination des ouvertures inutiles ; important sur l’efficacité énergétique.

20 www.cntppdz.com
Ministère de l’Environnement et des Energies Renouvelables
‫وزارة البيئة والطاقات املتجددة‬