Vous êtes sur la page 1sur 4

I - LA COULEE DE L’ACIER

A la fin de l’opération d’élaboration de l’acier, celui-ci est recueilli à l’état liquide dans des poches métallique
de réfractaires et transporté jusqu’au lieu de coulée, ou il séjourne 5 à 10 min pour permettre la décantation des inclus
Types de coulées:
I-1. Coulée en lingots
Ce procédé, permet cependant l'obtention d‘alliages spécifiques. L’acier est coulé et solidifié dans des moules en fonte
les lingotières.
Une fois la solidification terminée, les lingots sont démoulés.
Après un réchauffage à 1 200 °C, ils sont écrasés dans un gros laminoir pour être transformés
en brames (ébauches de produits plats) ou en blooms (futurs produits longs) . Ils peuvent aussi être directement livrés
forgeron par exemple.
Caractéristiques du lingot :
Masse : en général, entre 3 et 40 tonnes. Mais elle peut descendre, pour certaines pièces, jusqu’à 400 ou 500 kg, ou au
monter jusqu’à plusieurs centaines de tonnes (grosses pièces de forge). Longueur : environ 2 mètres.
1-1.Coulée en chute :
le métal est versé directement dans la lingotière.

1-2.Coulé en source :
le métal est versé dans une conduite verticale qui par l’intermédiaire des canaux plus étroits aboutit à plusieurs lingotiè
même temps.
Cette technique donne des aciers de meilleure qualité.

2-Coulée continu :
La coulée continue est un procédé de solidification du métal en fusion. Il consiste à alimenter directement un rép
approvisionne à son tour plusieurs lignes de coulée. Au contact des parois de la lingotière, le métal se solidifie instanta
commence à former une peau solide. Le métal liquide est énergiquement refroidi à l’eau (la lingotière), puis le produit
lentement du moule par un jeu de rouleaux et d'extracteurs, alors qu’il est, parfois, encore liquide à cœur. L'extraction
solidifié est compensée par un apport de métal liquide chaud : le métal liquide entre d'un coté du moule pendant que de
coté en sort un produit solide.
L'acier liquide est coulé, à environ 1 560 °C, dans une lingotière en cuivre de section carrée, rectangulaire ou ronde (se
demi-produit fabriqué).
Ce procédé permet d’obtenir directement les demi-produits sans l’étape de laminage, qui suit la coulée en lingots.
La coulée en continue a supplanté la coulée classique en lingots en raison des gains de matière et de productivité génér
L’acier liquide passe dans des installations composée de:
• Cristallisoir avec son dispositif de refroidissement.
• Un système de pulvérisation d’eau pour refroidir le métal coulé.
• Un système de cylindre d’entrainement permettant l’extraction régulière du métal solidifié.
• Un système de tronçonnage (chalumeau oxycoupeur)

Défauts de lingots :

1 | Page
L’acier coulé en lingotières présente après refroidissement des défauts :
• Retassure:
Le passage de l’état liquide à l’état solide est accompagné d’une diminution de volume (retrait).
Le refroidissement s’effectue à partir de la périphérie et la solidification progresse dans le liquide; par suite du retrait,
qui nourrit la partie inférieure du lingot s’abaisse; il en résulte après solidification totale un vide à la partie supérieure d
c’est la poche de retassure. La partie supérieure du lingot n’est donc pas saine. On sacrifie toute cette partie qui est alté
chute atteint parfois le tiers du poids du lingot
• Ségrégation:
Comme la solidification d’un acier ne se fait pas à température constante, comme d’autre part la phase solide n’a pas
composition chimique, le lingot n’est donc pas homogène au point de vue chimique. Les corps qui abaissent le point d
solidification (carbone, manganèse, soufre, phosphore) se concentrent de préférence dans les parties solidifiées en dern
c’est-à-dire en bordure de la poche de retassure. C’est le phénomène de ségrégation du carbone et des impuretés. La sé
est très accentuée au voisinage de la retassure et dans toute la région voisine de l’axe du lingot, tout en diminuant à me
se rapproche du pied du lingot.
• Soufflure:
On appelle soufflures, les petites cavités ou poches remplies de gaz (hydrogène et azote) en général assez régulièrem
réparties au sein du lingot . Elles sont dirigées vers la paroi du lingot . D’autre part, plus le métal est dur, plus elles se
rapprochent de la périphérie.
Pour réduire les soufflures au minimum dans les pièces moulées on introduit dans la poche de coulée de l’aluminium (
poids de l’acier) ou du silicium sous forme de Fe Si (75%, Si)
• Criques: se sont des déchirures longitudinales ou transversales de la peau du lingot . Elles proviennent d
pendant la première période du refroidissement cause des tensions vers l’extérieur et occasionne des ruptures.
• Tapures: Se sont des déchirures internes prenant naissance soit au refroidissement du lingot , soit par un
réchauffage trop brusque. Elles peuvent se produire également lors du forgeage ou des traitements thermiques si l’on n
pas les règles de montée de l’échelle thermométrique.
• Gouttes froides: Elles prennent naissance lorsqu’on verse l’acier liquide dans la lingotière.
• Rides de la peau de lingot: Elles proviennent de l’ascension (montée) par saccades du métal liquide con
parois de la lingotière.

II- LE laminage des métaux


Le formage des métaux intègre un grande nombre de procédés dans les quels la déformation
plastique est utilisée pour changer la forme de la pièce à fabriquer. (laminage, étirage, filage
forgeage, estompage,..)
Les facteurs qui influent sur l’aptitude à la déformation sont:
-La composition chimique, en veillant à l’absence d’impuretés dans le métal.
-La température est un facteur important car elle est responsable à la fois de la modification des
structures et de l’évolution des caractéristiques mécaniques…
Principe du laminage :
Le laminage est un procédé de déformation plastique, qui consiste à faire passer un lingot (ébauche-première forme de
entre deux cylindres tournant en sens inverse.
Pour faciliter la déformation l’opération se fait à chaud.
En raison du mouvement de rotation , un écoulement du métal vers l’avant se produit , et l’allongement est très supéri
l’élargissement.

L’allongement et l’élargissement dépendent :


a) De la température du métal laminé : un acier chauffé à 1000°C s’allongera plus que le même acier chauffé à 900°C.

2 | Page
b) Du diamètre des cylindres : à pression égale, plus le cylindre est petit plus le métal s’allongera.
c) De la réduction de la section provoquée à chaque passe.
d) La vitesse de rotation joue peu. Toutefois la température augmentant avec la vitesse de travail, l’allongement augme
Le métal subit une réduction d'épaisseur par écrasement entre deux cylindres.
La déformation par laminage est caractérisée par les coefficients suivants :
Réduction total : Δe = e – e 0 1 (mm)
Allongement : Δl = l1-l0 (mm)
Elargissement : Δb = b1-b0 (mm)
Réduction relative ε = (ΔE/e0) * 100 (%)
Coefficient d’étirage : (réduction de la section transversale du métal laminé) :
µ = S0/S1 ; µ = 1.1÷1.6 (en pratique)
e0: épaisseur initiale. e1: épaisseur finale
l0: longueur initiale. l1: longueur finale
b0: largeur initiale. b1: largeur finale
S0 : section transversale initiale
S1: section transversale à la sortie

Produits de laminage
III-Forgeage des métaux
Le forgeage est un procédé de mise en forme du fer et d'autres métaux malléables par martelage
ou pressage après assouplissement à chaud. L’écoulement du métal se fait dans les sens.
(Ce procédé améliore, d'autre part, la structure du métal puisqu'il réduit la taille des grains).
Le métal forgé est plus solide et plus ductile que le métal coulé et présente une grande résistance à la fatigue et aux cho
Le forgeage se pratique avec différents appareils suivant le mode d’application de l’effort :
• Les presses appliquant une pression continue et lente ( les presses hydrauliques les plus répandues
qui atteignent un effort de 20000 à 200000 KN)
• Par effort de choc tels que les marteaux- pilons ( pneumatiques à vapeur d’eau ou à air comprimé).
La vitesse de travail est de 20-40 coups/min. (masse marteau 2-15t) ,ou les moutons d’estampage plus
petits que les marteaux pilons (masse frappante inferieur à 2t) avec une cadence de frape 60 coups/min.
Gamme d’opérations de forgeage :
Pour réaliser une pièce on exécute une série d’opération afin de changer la forme de la pièce :
• Refoulement : augmentation de la section transversal et diminution de la hauteur.
• Etirage : augmentation de la langueur de l’ébauche en tournant l’ébauche d’un angle 90° a chaque fois.
• Bigornage ou mise en diamètre : lors de cette opération on réduit l’épaisseur de l’anneau (bague)
en augmentant le diamètre. (diamètre du mandrin inferieur)
Principales étapes du processus technologique :
L’élaboration du processus technologique d’une pièce forgée comporte les étapes suivantes :
• Préparation du dessin de la pièce forgée.
• Calcul du poids de la pièce.
• Choix et calcul du poids de l’ébauche de départ
• Choix des opérations à éxécuter et l’établissement de l’ordre de leur exécution.
• Choix de la machine à forger.
Le calcul du poids de l’ébauche se fait d’après la formule :
Qé = Qp + Qr + Qd + Qc
Qé : poids de l’ébauche.
Qp : poids de la pièce.

3 | Page
Qr : poids du rebut cas de lingot 20-30% du lingot est supprimé à cause des retassure
Qr = 0 cas de l’ébauche laminé.
Qd : à chaque chauffage est de 2-3% a cause de l’oxydation ou formation de calamine.
Qc : poids des chutes 5- 10% du poids de l’ébauche pour les pièces simples ; 20-25% pour les pièces complexes.

IV-Estampage des métaux


C’est une opération qui consiste à former, après chauffage, des pièces par pression entre deux outillages nommés « est
matrice ».
Principe :
Un lopin de métal chauffé se déforme pour remplirles deux demi empreintes des deux estampes appliquées l’une contr
sous l’action d’une forte pression ou une série de chocs.
Classification des procédés d’estampage :
Estampage à chaud se fait en matrices ouvertes ou
fermées d’où on distingue :
• Estampage ouvert.
• Estampage fermé sur des matrices unique ou multiple.

1)Estampage ouvert :
Il est caractérisé par :
• Formation des bavures.
• Volume de l’ébauche ˃ celui de la gravure ou de la pièce.
• Le métal remplit complètement la gravure et puis la cavité prévue pour la bavure.
Et les bavures jouent aussi le rôle d’amortisseur de choc entre les deux matrices.
La bavure est éliminée à l’aide d’un outil d’ébavurages.
2)Estampage fermé :
Ce procédé ne prévoit pas la formation des bavures.
Volume de l’ébauche = Volume de la gravure.
Il n’y a pas écoulement de métal.
3)Estampage à gravure unique :
Il est employé pour la fabrication des pièces simple.
4) Estampage à gravures multiples :
Il est utilisé pour la fabrication des pièces complexes.
Les gravures d’estampage sont devisées en deux types :
- Gravures destinées aux opérations de préparations : étirage, refoulement …
- Gravures destinées à l’estampage de finition.
Avantages de l’estampage :
- Economie du métal.
- Bonnes position des fibres, d’où une sensibles amélioration des propriétés mécaniques.
- Productivité de l’estampage est toujours supérieure à celle de l’usinage.

4 | Page

Vous aimerez peut-être aussi