Vous êtes sur la page 1sur 55

Université des Ecole

Sciences et Polytechnique
Techniques de de Masuku
Masuku

DUT GEII-II.

MATIÈRE: AUTOMATISMES INDUSTRIELS


ET RÉSEAUX
MODULE.
1 RESEAUX

ENSEIGNANT:
DR. NZAMBA SENOUVEAU
CHAPITRE 2
BUS DE TERRAIN

2
2.1. RÉSEAU LOCAL INDUSTRIEL
2.1.1. Définition:
le réseau local industriel est un réseau permettant de faire
dialoguer éléments constitutifs d'un système de production
(système de contrôle-commande, machine-outil à
commande numérique, capteurs et actionneurs, etc.…) en
intégrant une caractéristique importante, celle de fournir des
services contraints par le temps.

Ces réseaux locaux industriels ou réseaux de terrain, s'inscrivent


donc à différents niveaux au sein de la pyramide CIM. - Computer
Integrated Manufacturing (Production Intégrée par Ordinateur) a
été crée dans les années 80 afin de mieux faire comprendre
l’apport de l’informatique au monde des automaticiens.

Les réseaux locaux industriels répondent aux besoins du système


d’automatisme (niveaux 2, 1 et 0), les réseaux informatiques et
3
les
systèmes de télécommunication apparaissent dans les niveaux 3 et
4
2.1.2. PYRAMIDE CIM (COMPUTER INTEGRATED
MANUFACTURING)

4
2.2.OBECTIFS DES BUS DE TERRAIN 1/3
OBJECTIFS des RESEAUX de TERRAIN

FIABILISATION DE ECONOMIE ET
LA TRANSMISSION SIMPLIFICATION

-Données transmises
numériquement Moins de
-Possibilité de détection, correction ACCES: cartes
des erreurs de transmission
-Possibilités de transmission par -MULTIPLES « coupleurs »
fibre optique - DIRECTS
Coté système
-Capteur « fournissant» à plusieurs
système simultanément
AMELIORATION DE -Accès direct sans passer par le réseau du
L’EFFICACITE DE niveau cellule
SCRUTATION
ACCROITRE les Du
-Cycle de scrutation plus court CABLAGE
-Plus de capteurs rafraichis par cycle possibilités
1BUS au lieu de
d’ADMINISTRATION n liaisons point à
des CAPTEURS point 5
-Paramétrage
-Maintenance
-Surveillance
2.2.OBJECTIFS DES BUS DE TERRAIN 2/3

Proposition des solutions: Les bus de terrain


"normalisés" permettent de proposer des solutions
ouvertes, performantes, évolutives et économiques,
dans le domaine des automatismes distribués.

Pilotage des périphéries: Les contrôleur d'automatisme


pilote sa périphérie industrielle composée de
concentrateurs I/O , digitaux ou analogiques,
électriques ou pneumatiques et des capteurs / pré-
actionneurs de toutes sortes tels que les variateurs de
vitesse, les systèmes d'identification ou autres
systèmes dédiés. 6
2.2.OBJECTIFS DES BUS DE TERRAIN 3/3

Extension du Bus: Le lien entre l'unité de traitement et sa


périphérie doit être vu ici comme une extension du bus et
l'automate. L'utilisateur ne voit pas la différence en terme de
performance et de mise en œuvre entre ce qui reste
physiquement dans le rack local et ce qui est déporté sur le
bus de terrain

Décentraliser la périphérie industrielle pour:


Favoriser la réalisation de machines modulaires
Permettre de tirer des fonctions de prétraitement et de
diagnostic disponibles sur les capteurs et pré-actionneurs
intelligents.
Faciliter le déport des postes de conduite et de diagnostic
7

au cœur de l'installation, là ou ils sont réellement utiles.


2.3. AVANTAGES DU BUS DE TERRAIN 1/5
Durée de vie et d’investissement:
La durée de vie d’une installation tourne autour d’une
dizaine d’années et que la partie “automatisme” de cette
installation se situe autour de 20% du coût total de
l’investissement.

8
2.3. AVANTAGES DU BUS DE TERRAIN 2/5

PHASE D’ETUDE.
Un gain moyen de 20% grâce à une approche modulaire du
point de vue matériel comme logiciel cela permet une
parallélisassions des tâches de développement réduisant les
délais d'étude.

9
2.3. AVANTAGES DU BUS DE TERRAIN 3/5
PHASE DE REALISATION

10
2.3. AVANTAGES DU BUS DE TERRAIN 4/5

PHASE D’EXPLOITATION

Les avantages apportés par le bus de terrain sont liés à


la décentralisation au plus bas des traitements:
amélioration des possibilités de travail en marche
dégradée.
suivi plus grand de la qualité des produits.
amélioration de la maintenance préventive (capteurs
intelligents)
estimation d'un gain de 15% environ.
11
2.3.AVANTAGES DU BUS DE TERRAIN 5/5

CONCLUSION
• Le bus de terrain apporte à chaque étape d'une
automatisation un gain non négligeable. Les
applications étant différentes, des disparités
importantes sont remarquées en fonction des topologies
d'installation.

• L'utilisation d'un
bus de terrain
entraine en
moyenne des gains
est de 10 à 20%.
12
2.4. MODELE TCP/IP 1/13
TCP/IP est une suite de protocoles. Le modèle TCP/IP est
organisé seulement selon 4 couches.
TCP/IP signifie : Transmission Control Protocol/Internet
Protocol
TCP/IP représente d'une certaine façon l'ensemble des règles
de communication sur internet et se base sur la notion
adressage IP, c'est-à-dire le fait de fournir une adresse IP à
chaque machine du réseau afin de pouvoir acheminer des
paquets de données.

13
2.4. MODELE TCP/IP 2/13

TCP/IP regroupe globalement deux notions :La notion


de standard : TCP/IP représente la façon dont les
communications s'effectuent sur un réseau.

La notion d'implémentation : l'appellation TCP/IP est


souvent étendue aux logiciels basés sur le protocole
TCP/IP. TCP/IP est en fait un modèle sur lequel les
développeurs d'applications réseau s'appuient. Les
applications sont ainsi des implémentations du
protocole TCP/IP.

14
2.4. MODELE TCP/IP 3/13
Couches du modèle TCP/IP
Le modèle TCP/IP, inspiré du modèle OSI, reprend l'approche
modulaire (utilisation de modules ou couches) mais en
contient uniquement quatre :

Modèle TCP/IP Modèle OSI


Couche Application Couche Application
Couche Présentation
Couche Session
Couche Transport (TCP) Couche Transport
Couche Internet (IP) Couche Réseau
Couche Accès réseau Couche Liaison
données 15
Couche Physique
2.4. MODELE TCP/IP 4/13
Rôles des différentes couches :
Couche Accès réseau : elle spécifie la forme sous laquelle
les données doivent être acheminées quel que soit le type de
réseau utilisé

Couche Internet : elle est chargée de fournir le paquet de


données (datagramme)

Couche Transport : elle assure l'acheminement des


données, ainsi que les mécanismes permettant de connaître
l'état de la transmission

Couche Application : elle englobe les applications standard


du réseau (Telnet, SMTP, FTP, ...) 16
2.4. MODELE TCP/IP 5/13
Principaux protocoles du TCP/IP :
Couche Application
TCP ou UDP
Couche Internet
IP, ARP, RARP
Couche Accès réseau
FDDI, PPP, Ethernet, Anneau à jeton(Token ring)

TCP -Transmission Control Protocol (Protocole de Contrôle


de Transmission) est un des principaux protocoles de la
couche transport du modèle TCP/IP. Il permet, au niveau des
applications, de gérer les données en provenance (ou à
destination) de la couche inférieure du modèle (c'est-à-dire le
17
protocole IP)
2.4. MODELE TCP/IP 6/13
Rôles du TCP

Le protocole TCP a pour rôle :


de remettre en ordre les paquets reçu,
de vérifier le flot de données afin d’éviter une saturation
du réseau,
de formater les données en segments de longueur variable
afin de les "remettre" au protocole IP
de multiplexer les données, c'est-à-dire de faire circuler
simultanément plusieurs informations sur une même
connexion
TCP permet enfin l'initialisation et la fin d'une
communication
18
2.4. MODELE TCP/IP 7/13
Le protocole de datagramme utilisateur (UDP,
User Datagram Protocol) fait partie de la suite des
protocoles Internet. Avec UDP, les applications
informatiques peuvent envoyer des messages
(datagrammes) à d'autres hôtes sur un réseau IP sans
nécessiter des communications pour configurer des voies
de transmission ou des chemins de données spéciaux.

19
2.4. MODELE TCP/IP 8/13
Le protocole IP fait partie de la couche Internet de la suite de
protocoles TCP/IP. C'est un des protocoles les plus importants
d'Internet car il permet l'élaboration et le transport des
datagrammes IP (les paquets de données), sans toutefois en
assurer la « livraison ». En réalité, le protocole IP traite les
datagrammes IP indépendamment les uns des autres en
définissant leur représentation, leur routage et leur expédition.
Le protocole IP détermine le destinataire du message grâce à 3
champs :
Le champ adresse IP : adresse de la machine
Le champ masque de sous-réseau : un masque de sous-réseau permet
au protocole IP de déterminer la partie de l'adresse IP qui concerne le
réseau
Le champ passerelle par défaut : Permet au protocole Internet de
savoir à quelle machine remettre le datagramme si jamais la machine
20
de destination n'est pas sur le réseau local
2.4. MODELE TCP/IP 9/13
Protocole FDDI
FDDI -Fiber Distributed Data Interface(Interface de
données distribuée par fibre) – Est une technologie d’accès
au réseau sur des lignes fibre optique.

Il s’agit d’une paire d ’anneaux (l’un dit « primaire » et


l’autre permettant de rattraper les erreurs premier, est dit
« secondaire ».

Le FDDI est un anneau à jeton à détection et correction


d’erreurs (c’est là que l’anneau secondaire prend son
importance)
21
2.4. MODELE TCP/IP 10/13
• Le jeton circule entre les machines à une vitesse très
élevée. Si celui-ci n’arrive pas au bout d’un certain
délais, la machine considère qu’il y’a eu une erreur sur
le réseau

22
2.4. MODELE TCP/IP 11/13

Le protocole Telenet. – Terminal Network est un


protocole de communication avec un serveur distant sur
tout type de réseau TCP/IP.

23
2.4. MODELE TCP/IP 12/13

SMTP –SIMPLE MAIL TRANSFERT PROTOCOL (protocole


simple de transfert de courrier) est un protocole de
communication utilisé pour transférer le courrier
électronique vers des serveurs de messagerie électronique.

24
2.4. MODELE TCP/IP 13/13

FTP-File Transfer Protocol (Protocole de Transfert


de Fichier). Est un protocole de communication destiné
au partage des fichiers sur un réseau TCP-/IP

25
2.5 ANGLICISMES COMMUNÉMENT EMPLOYÉS PAR
LES AUTOMATICIENS 1/2
SensorBus - Bus de capteurs et d’actionneurs
Il s’agit d’un bus aux temps de réponse très courts. Il
requiert le plus souvent des actions réflexes au plus près des
actionneurs. Par contre, il n’est pas nécessaire d’informer
dans les mêmes délais les niveaux supérieurs. Exemple de
SensorBus : AS-i, Bitbus, Seriplex…
DeviceBus - Bus de périphérie d’automatismes
Le concept de DeviceBus est assez récent et vient, en réalité,
préciser un domaine précédemment couvert par le concept de
FielBus. Les DevicesBus sont plus orientés manufacturiers
haute vitesse et déterminisme. Exemples de DeviceBus :
DeviceNet, DeviceWorldFIP, SDS, Interbus, Profibus DP…
26
2.5 ANGLICISMES COMMUNÉMENT EMPLOYÉS PAR
LES AUTOMATICIENS 2/2
FieldBus - Bus Inter-unités de traitement
Ce sont des bus de synchronisation entre unités de
traitement, qui sont le plus souvent des automates ou des
SNCC (Système Numérique de Contrôle-Commande). Les
FieldBus sont plus orientés procédés continus basse vitesse.
Exemples de FieldBus : Profibus FMS, Prifibus PA, FieldBus
WorldFIP, Modbus +…
DataBus - Bus informatique
Il permet le transfert et la configuration de fichiers. Il s’agit
dans la majorité des cas de réseaux informatiques plutôt que
de réseaux d’automatismes à proprement parler, mais les
deux communiquent ensemble. Exemple de DataBus : MMS 27
sur Ethernet, FDDI, MAP…
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

2.6.1.Historique
En 1990 s’est créé un groupe de 11 sociétés spécialisées
dans les capteurs et les actionneurs (Balluf, Baumer,
Elesta, Festo, Ifm, Leuze, Pepperl & Fuchs, Sick,
Siemens, Turck, Visolux), ce consortium ayant pour tâche
de définir un système de transmission commun pour tous les
capteurs : ainsi est né le concept AS-interface (Actuator
Sensor Interface). Une association AS-i a été fondée en 1992
en vue de coordonner, certifier et standardiser le bus.
2.6.2 Constituants de base
Le système AS-i est un bus de terrain de type maître-esclave
permettant de raccorder des capteurs et actionneurs souvent
binaire de différents fournisseurs sur un module de
conversion sérielle.
28
AS-i est composé de deux éléments de base majeurs, l’ASIC
et un câble.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.2.1. ASIC (Application Specific Integrated Circuit)

1. L’intelligence d’AS-I se trouve en partie


regroupée dans un ASIC qui est soit intégré
directement dans le capteur/actionneur
(constituant AS-I, dit communicant), soit dans
une interface bus (répartiteur ou interface
bus/entrées-sorties T.O.R.) qui peut accepter
des capteurs et actionneurs traditionnels
(constituants standards dit non-communicants)

2. L’ASIC va gérer toutes les fonctions du capteur ou de l’actionneur


afin d’informer le maître AS-i sur l’état de la commutation,
communiquer la disponibilité de fonctionnement du capteur ou de
l’actionneur. 29
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

L’ASIC dispose de 4 ports (D0, D1, D2, D3) délivrant les


niveaux de tension de l’esclave AS-i. Ils constituent les 4 bits
de données échangés entre le maître et l’esclave. Ces ports
peuvent être configurés en entrée, en sortie ou en
entrée/sortie (bidirectionnel).
Il dispose également de 4 bits de paramètres (P0, P1, P2,
P3) qui procurent à l’esclave, une intelligence
supplémentaire puisqu’ils permettent de contrôler des
fonctions spécifiques de l’esclave, telles que :
Des inversions d’état
30
Des changements d’échelle de sensibilité
Des temporisations spécifiques
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.2.2 Le CABLE
Le câble d’une forme particulière permet d’éviter les
inversions entre les deux fils. Il se compose physiquement
d’une liaison à 2 fils non blindés supportant l’alimentation
(24 volts) des capteurs/actionneurs et les signaux
d’information.

Les connexions sur le câble s’effectuent


par les prises vampires des accessoires
de raccordement. Le matériau de la
gaine a des propriétés physiques telles
que les perçages réalisés par les
vampires se referment hermétiquement
dès le retrait des prises (gaine auto-
cicatrisante) Le câble n’est pas blindé et
de couleur Jaune.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
Il est également possible d’utiliser un câble rond standard :

Ce câble alimente
électriquement les capteurs
et actionneurs connectés
sur le bus et véhicule les
signaux.

Sa connexion se fait par vis


étrier. Le câble pouvant
être utilisé, proposé par le
consortium AS-i, porte la
référence : H05VV-F2x1.5

32
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.3. Le maître AS-i
AS-i comprend un coupleur « maître » chargé d’assurer
l’interface entre le bus et l’organe de commande (PC, API,
superviseur, passerelle, etc.). Le maître est l’entité
intelligente qui gère les échanges sur le bus. Il appelle les
esclaves successivement, par scrutation du bus, leur adresse
des informations (leurs sorties) et attend leur réponse.

33
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

1.Le maître automate programmable


qui intègre un coupleur de
communication AS-i va rendre la
communication transparente pour le
programme utilisateur.
2. Le maître passerelle qui va
transformer le bus AS-i en un simple
nœud de communication d’un réseau de
niveau supérieur (FIPIO par exemple
ou passerelle MODBUS)

• Un maître AS-i se
caractérise par 3 niveaux de
profil offrant des 34
fonctionnalités différentes.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.4. Alimentation AS-i
L’alimentation AS-i est destinée à alimenter les constituants
connectés sur le bus.
La transmission simultanée de l’information et de l’énergie
sur le même câble nécessite de découpler le bus AS-i du bloc
d’alimentation. C’est pourquoi, l’alimentation spécifique AS-i
intègre un filtre de découplage supportant le courant continu
maximum fourni par l’alimentation sans dégradation de ses
caractéristiques et présentant une impédance élevée vis-à-vis
des fréquences de transmission des informations
Les deux éléments principaux de l’alimentation AS-i sont
donc :
une alimentation en courant continu,
35
Un circuit de découplage.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
Remarque : Aucune des deux polarités AS-i+ et AS-i- ne doit
être raccordée à la terre.

Alimentation auxiliaire Le fonctionnement standard du réseau AS-i


limite la consommation de chaque esclave à 100mA. Dans le cas où
l’esclave nécessite une alimentation supérieure à 100mA, ou lorsque le
module E/S comporte des sorties relais, on installera une alimentation
auxiliaire. Certaines alimentations fournissent également cette
alimentation auxiliaire.
-Un câble plat spécifique de même forme
que le câble noir peut être utilisé avec
certains composants pour l’alimentation
auxiliaire des actionneurs.
- Dans le cas des composants à connexion
par câble rond, un accessoire
d’alimentation auxiliaire permet de 36
raccorder le fil d’alimentation au moyen
de deux bornes.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.5. Architecture type

37
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.6 Caractéristiques du bus AS-i
2.6.6.1. Rapidé de AS-i
Il permet de raccorder jusqu’à 248 entrées et sorties ou 62
esclaves (4 entrées et sorties par esclave). Le temps de
scrutation par le système maître permet de gérer les process
les plus performants :
5 ms maximum pour le traitement de 124 E/S
1 ms maximum pour le traitement de 6 E/S

38
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.6.2.Complémentarité du bus AS-i
AS-i est complémentaire aux autres réseaux de
communication. Le raccordement avec AS-i se faisant au
moyen de passerelles.

39
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
2.6.7.Topologie

AS-i est flexible


D’architecture et de topologie idéalement libre, il permet une
évolution dans le temps des installations d’automatismes. En
particulier, le câblage est facilement modifiable.
Dans le cas d’une machine compacte (ensemble de
capteurs/actionneurs situés dans un périmètre limité), la topologie
en étoile ou en arbre du bus AS-i est particulièrement bien
adaptée. Toute dérivation sur tout segment du bus est autorisée
40 à
condition que la longueur du bus n’excède pas 100 m.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)
Il est possible d’accroître la longueur du bus en utilisant un «
Répéteur ».

Le répéteur est constitué de deux émetteurs/récepteurs pour


chaque direction. Il régénère les signaux reçus.
Le répéteur constitue également un excellent moyen pour isoler
galvaniquement deux segments de bus AS-i.
Initialement limité à 300m soit une distance de 100m reconduite
2 fois à l’aide d’un répéteur, la longueur du bus peut atteindre
600m par l’utilisation de « plug extension » faisant passer chaque
tronçon de 100m à 200m. L’ensemble est répété deux fois 41 pour
atteindre la longueur totale de 600m, à condition que le maître
soit situé au milieu du réseau.
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

2.6.8. Caractéristiques techniques

42
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

2.6.9.Composants
Composants passifs Composants actifs (esclave)

Tout composant d’automatisme Tout composant d’automatisme non


standard n’intégrant pas de puce standard intégrant une puce ASIC
ASIC et de ce fait esclave du maître s’il
est connecté au bus AS-i
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

2.6.10. Profil d’un esclave AS-I

D0, D1, D2, D3 définissent la configuration


des E/S sous la forme d’une trame de 4 bits
partie intégrante des messages cycliques AS-i

PO,P1,P2,P3 définissent si nécessaire des


paramètres de fonctionnement de l’esclave
sous la forme d’une trame de 4 bits partie
intégrante des messages acycliques AS-i

Chaque esclave connectable sur le bus AS-i est défini par ce que
l’on appelle un profil de type X.Y figé par construction.
Le profil est entièrement déterminé par la configuration E/S (I/O
44
code) et le code d’identification (ID code).
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

Profil d’un esclave suite

L’I/O code permet de caractériser le(s) type(s)


d’éléments(s) connectables sur l’esclave : Entrée,
Sortie, Elément bidirectionnel ou 3 états.

Le codage de 0 à F (Lettre X du profil) se fait


conformément a un tableau.
L’ID code permet de particulariser des esclaves
possédant le même « I/O code ». Ce code ID (lettre Y
du profil) est défini par une valeur de 0 à F.

45
2.6. LE BUS AS-I (ACTUATOR SENSOR INTERFACE)

46
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I
Le protocole AS-i est basé sur le fonctionnement Maître/Esclave.
Le maître interroge cycliquement tour à tour, chacun des
esclaves. En un cycle, toutes les informations d’E/S sont mises à
jour côté maître et côté esclave. Le temps de cycle est de 5 ms
pour 31 esclaves. Il décroît lorsque le nombre d’esclave diminue.
Le cycle de fonctionnement du maître vis à vis des esclaves peut
se schématiser de la façon suivante :

47
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I
Différentes étapes de travail du maître

48
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I
La phase d’échange de données correspond au dialogue entre maître et
esclave via la fonction « Data Exchange ».
Lorsqu’un échange échoue, il peut être répété au cours des trois cycles suivants.
Après trois essais négatifs, l’esclave est considéré comme absent ou en défaut et
disparaît des tables « actifs » et « reconnus ».
La phase de management est la phase pendant laquelle le maître peut
envoyer une trame de commande tel que :
Ecriture de paramètre
Lecture de configuration
Assignation d’adresse
Reset,…
o La phase d’acquisition est la phase pendant laquelle le maître vérifie si un
nouvel esclave a été introduit sur le bus. Si un nouvel esclave est détecté il faut
ensuite 3 cycles pour l’activer, car trois transactions sont nécessaires :
Lecture configuration E/S
Lecture identificateur
Envoi de paramètres 49

La prise en compte d’un nouvel esclave sera effective dans un délai maximum de
170 ms : ((31 cycles x 5 ms) + (3 x 5 ms) = 170 ms)
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I
Les trames

50
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I
Une transaction AS-i comporte les éléments suivants :

L’unité de temps est d’une durée de 6 µs et correspond à la


durée d’un bit. Au mieux il faut donc 26 x 6 µs = 156 µs pour
effectuer une transaction.

51
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I
Le télégramme correspond aux requêtes du maître et est
constitué des informations suivantes :

52
2.6.11.FONCTIONNEMENT DU BUS AS-I

Le télégramme correspondant aux réponses esclave contient


les informations suivantes :

53
2.6.12.ADRESSAGE DES ESCLAVES
Adressage des esclaves
L’adressage des esclaves (1 à 31) peut se faire en
adressant un à un les esclaves à partir du logiciel de
mise en œuvre tel que (PL7 Pro ou Asigraph). Il est
également possible d’utiliser le terminal d’adressage :

54
2.6.13. EXEMPLE DE REQUÊTE :
Le maître AS-i peut émettre neuf types de requêtes différentes, deux
concernent le transfert de données et de paramètres, deux autres sont
utilisées pour l’attribution ou la modification des adresses esclaves et
enfin cinq concernent l’identification de l’esclave.
LA REQUÊTE « DATA EXCHANGE »
Cette requête est la plus utilisée, elle permet l’échange des données entre
maître et esclave (valeur des états d’entrée ou de sortie des
capteurs/actionneurs connectés sur le bus AS-i)

55