Vous êtes sur la page 1sur 4

RAPPORT DE L’ATELIER DE MISE EN ŒUVRE DES RESOLUTIONS PRISES LORS

DE LA RENTREE PEDAGOGIQUE SOLENNELLE DES 12 ET 13 SEPTEMBRE

L’an deux mil dix-huit et les vingt-huit du mois de septembre, s’est tenu au lycée bilingue de nylon un atelier
regroupant l’Inspecteur Pédagogique National, les Inspecteurs Pédagogiques Régionaux et les animateurs
pédagogiques d’Informatique de la région du littoral sur la mise en œuvre des résolutions de la rentrée
pédagogique solennelle. L’ordre du jour portait sur les points ci-après :

- Cadre théorique de l’APC


- Les pratiques de classes
- Evaluation selon l’APC
- La formation initiale
- Les outils didactiques
- Les programmes de Seconde
- Lecture et adoption du rapport de l’atelier

L’atelier a commencé par l’exécution de l’hymne national suivi du mot de bienvenue du Proviseur du Lycée hôte
en l’occurrence M. ATANGANA Michel, qui a apprécié la qualité des participants et souhaité que tout se passe
dans de bonnes conditions. A la suite du Proviseur, une présentation de la médiathèque (salle d’accueil de l’atelier)
a été faite par la responsable. L’Inspecteur Pédagogique National, Madame LEKANE Marie Claire, a pris la parole
pour présenter l’atelier et préciser qu’il s’agit de relayer au niveau régional les résolutions prises lors de la rentrée
pédagogique solennelle. Les travaux ont donc débuté après le retrait de Monsieur le Proviseur.

1/ EQUIPE DE MISSION

La mission a été conduite par Madame LEKANE Marie Claire, Inspecteur Pédagogique National.

2/ LE CADRE THEORIQUE DE L’APC ET LES PRATIQUES DE CLASSES

Le débat été lancé sur la question fondamentale de la pratique de l’APC qui est définie comme les activités
d’enseignement et les activités d’apprentissage. Madame LEKANE Marie Claire a mentionné que l’APC ne met
pas fin à la définition des objectifs à atteindre pour une leçon. L’IPR M YOUKEP a illustré un exemple pour une
meilleure compréhension. Parole a été ensuite donnée aux différents participants pour que chacun puisse décrire
ses expériences dans les pratiques en salle. En réponse à M EBOUKI, AP du CES Cité SIC a estimé que les
programmes de chaque niveau devrait commencer par des séances pratiques. L’ICR, M NTOLLA Célestin Justin,
a insisté sur l’importance de la théorie. Mme SOBZE, AP du Lycée de Japoma, tout en posant le problème des
effectifs et du niveau inégal des apprenants a présenté l’importance des fiches de TP en salle informatique. A la
suite des échanges d’expériences sur les pratiques de classes qui consiste à Construire une séance, à conduire

1/4
une leçon et à évaluer les apprentissages. Madame LEKANE Marie Claire a précisé que cette construction passe
par trois phases :

1) La phase de préparation, elle comprend


 L’évaluation des difficultés prévisibles ;
 La réflexion sur les pistes de recherches ;
 La détermination des objectifs, et des ressources de la compétence à mobiliser

 La sélection des pistes : réflexion sur la dominante méthodologique et la phase d’intégration


 L’étape de préparation permet donc :
 de prévoir l’organisation et le déroulement de la séance ;
 de réajuster ses propres connaissances ;
 de réfléchir sur les savoirs, savoir-faire, savoir-être (attitudes)
Les outils nécessaires à la préparation d’un cours
 Le livre de l’élève ;
 Son guide pédagogique
 Les autres collections de même niveau
 Le référentiel des connaissances et le référentiel des compétences
 Autres ressources documentaires
2) La conduite d’un cours
 Les modalités d’exploitation d’une leçon sont déterminées par la nature de l’exercice, les
méthodes et les techniques choisies (trois principales méthodes auxquelles correspondent trois
techniques).
 D’une façon générale, on distinguera quatre phases :
― La phase de découverte et de contact ;
― La phase d’analyse et d’abstraction
― La phase de formulation (mise en forme des connaissances nouvelles)
― La phase d’exploitation et de consolidation (intégration)
 S’agissant plus particulièrement de l’APC
― Chaque leçon dans sa phase terminale doit s’inscrire dans un socle
― Le bilan des acquisitions nouvelles et l’évaluation des compétences se font après un
ensemble de contenus (séquence didactique).
3) L’évaluation des apprentissages dans l’approche par compétence
« Une compétence peut certes constituer une visée de formation, mais elle ne peut devenir un objet
d’évaluation qu’à la double condition que les élèves connaissent et comprennent les critères d’élaboration et de
réussite de la tâche et en outre que l’on ait réellement exercé avec eux l’interaction des divers savoirs et savoir-
faire constitutifs de la compétence globale ».

2/4
On examinera dans cette rubrique les points suivants :
 Typologie des pratiques évaluatives (rappel)
 La construction des outils d’évaluation
 Modalité d’évaluation des compétences

Après ce brillants débat, il a été question par la suite de la présentation par l’IPN de quelques documents modèles
tels que :

- Le nouveau programme de seconde qui a été commenté ;


- Le projet pédagogique ;
- La fiche de préparation d’une leçon ;
- La fiche de déroulement d’une leçon ;
- La fiche d’implantation ;
- Une leçon modèle

4/L’EVALUATION SELON L’APC

L’IPN, Madame LEKANE Marie Claire, a rappelé les raisons de l’évaluation, ces raisons devraient guider le choix
des contenus des différents exercices. Les questions devraient toujours faire suite à des situations de vie
soigneusement énoncées.

5/ LA FORMATION INITIALE SELON L’APC

Parlant de la formation initiale, les expériences ont été partagées sur l’encadrement des stagiaires. Madame
LEKANE Marie Claire a insisté sur le fait que le stagiaire ne reflète que l’image de son encadreur. Ce dernier
devrait toujours prendre le temps de guider le stagiaire dans l’élaboration des éléments tels que les fiches de
préparation, de déroulement et d’implantation. Les Inspecteurs Pédagogiques Régionaux ont souhaité que les
documents d’évaluation des stagiaires soient harmonisés pour faciliter leur travail.

6/ LES OUTILS DIDACTIQUES

Comme outils didactiques (dispositif matériel accompagnant une situation d’enseignement-apprentissage) , l’on a
pu retenir selon leur importance ceux qui suivent :

- Le manuel scolaire ;
- Le projet pédagogique ;
- Les supports numériques ;
- Le guide pédagogique ;
- Le vidéoprojecteur ;
- La fiche d’inspection ;

3/4
- La visionneuse (nouvelle et très intéressante).

7/ DIFFICULTES ET IMPRESSIONS DES PARTICIPANTS

Les Animateurs Pédagogiques de certains établissements ont relevé comme difficultés :

- Le non fonctionnement du réseau local dans les salles informatiques ;


- L’absence totale d’Internet ;
- La difficulté de reprographie des sujets d’examen.

Le mot d’un participant a été prononcé par M. EBOUKI Serge Joël, Animateur Pédagogiqu du CES CITE SIC. Il a
remercié Mme l’Inspecteur Pédagogique National, l’Inspecteur Coordonnateur Régional, les Inspecteurs
Pédagogiques Régionaux, les responsables de la médiathèque et l’ensemble des Animateurs Pédagogiques
présents. Il a dit avoir appris que lors d’un séminaire, l’on pouvait, au lieu de faire des exposés, conduire les
travaux par un jeu de questions-réponses et de partages d’expériences. Les apports d’après lui, ont été multiples
à plusieurs niveaux :

- La numérisation des leçons et la mise à disposition des apprenants,


- La prise en compte des activités d’intégration,
- Les documents modèles,
- La confection des sujets d’examen,
- L’encadrement des stagiaires
- Le nouvel outil didactique (la visionneuse)

8/DIVERS

Il a été rappelé aux Animateurs Pédagogiques qu’ils doivent à nouveau relancer dans leurs établissements
respectifs le projet AFRICA CODE WEEK.

CONCLUSION

A la fin de l’atelier qui s’est achevé à 17h 05min, les ressources ci-après ont été remises aux enseignants :

- Le modèle d’un projet pédagogique (classe de 6eme) ;


- La taxonomie de Bloom ;
- Les fiches de préparation, de déroulement et d’implantation ;
- Les leçons modèles (classe de 5eme) ;
- Comment remplir un cahier de textes ;
- Les documents de la rentrée pédagogique.

Et une bouteille d’eau symbolique a été partagée entre les différents intervenants.

4/4