Vous êtes sur la page 1sur 124

Réseaux Mobiles

Chap2: Techniques d’accès multiples

Rhouma Rhouma

École Supérieure d’Économie Électronique

Novembre 2014

1 / 124
Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
2 / 124
Duplexing

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
3 / 124
Duplexing

duplex

4 / 124
Duplexing

FDD

FDD : Frequency Division Duplexing offre deux bandes fréquentielles


pour chaque utilisateurs.
Communication Duplex = 2 canaux Simplex.

5 / 124
Duplexing

FDD exemples

6 / 124
Duplexing

TDD

TDD : Time Division Duplexing offre des time slots (au lieu de bandes
fréquentielles) pour le Downlink et l’Uplink.
Réception et émission se font sur la même fréquence porteuse.
Utilisé en blutooth et Mobile WiMAX.

7 / 124
Duplexing

Problèmes et avantages de FDD

Avantages :
Transmission uplink et downlink en continue (sans rupture)
Pas d’interférence entre l’uplink et le downlink (si la bande de
garde est suffisamment large)
Problèmes :
Allocation du trafic inflexible
nécissité de bandes de garde
Pas le même canal entre émetteur et récepteur
Nécessité d’un duplexer
FDD nécessite une paire de canaux fréquentiels

8 / 124
Duplexing

Problèmes et avantages de TDD

Avantages :
nécessite seulement un seul canal fréquentiel
Le duplexer est inutile
Assure la réciprocité du canal =⇒ Meilleur adaptation du canal
(presque le même canal)
Allocation du trafic dynamique
Problèmes :
Nécessité d’incorporer des périodes de garde(rtd) pour éviter les
interférences entre Uplink et Downlink
ce n’est pas une communication Duplex dans le vrai sens du
terme !
cross-slot interference
Nécessite synchronisation entre les différents utilisateurs et BTS

9 / 124
Duplexing

Accès Multiple/Duplexing ds les standrads

10 / 124
Accès multiples au support de communication

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
11 / 124
Accès multiples au support de communication Prncipe

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
12 / 124
Accès multiples au support de communication Prncipe

Accès multiple au support

13 / 124
Accès multiples au support de communication Prncipe

Techniques d’accès multiple

1 Structuré : centralisé
FDMA : Frequency Division Multiple Access
TDMA : Time Division Multiple Access
SSMA : Spread Spectrum Multiple Access
FHMA : Frequency hopping Multiple Access (ou FH-CDMA)
CDMA : Code Division Multiple Access (ou DS-CDMA). DS pour
Direct Sequence
SDMA : Space Division Multiple Access
2 Accés aléatoire
ALOHA
CSMA/CA : Carrier Sence Multiple Access/ Collision Avoidance

14 / 124
Accès multiples au support de communication Prncipe

Autre Classification

15 / 124
Accès multiples au support de communication Prncipe

MA techniques ds les standards cellulaires

16 / 124
Accès multiples au support de communication FDMA

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
17 / 124
Accès multiples au support de communication FDMA

FDMA
La bande passante est divisé en sou-bandes (canaux)
Un canal supporte 1 seul utilisateur
Utilisé dans les systèmes 1G (analogique)
Si un canal FDMA n’est pas utilisé par son utilisateur assigné, il
reste idle. =⇒ perte de ressources.

18 / 124
Accès multiples au support de communication FDMA

Exemple système FDMA

AMPS : Advanced Mobile Phone System


1er réseau cellulaire en USA
basé sur FDMA/FDD
nb total de canaux :
Bt − 2Bguard
N=
Bc
avec Bt : bande spectrale totale
Bguard : bande de garde alloué au
bord de la bande de fréquences
Bc : Largeur de bande du canal

19 / 124
Accès multiples au support de communication TDMA

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
20 / 124
Accès multiples au support de communication TDMA

TDMA
Une fréquence porteuse est partagé entre différents abonnées en
time slots (intervalles de temps)
chaque utilisateur utilise un (time slot =canal)
la transmission est discontinue (en bursts) =⇒ les données
doivent être numériques et les modulations aussi
Ceci peut diminuer la consommation de puissance.

21 / 124
Accès multiples au support de communication TDMA

Frame TDMA

Preambule : Informations sur les adresses et la synchronisation


du BTS et des abonnées.
Guard time : Pour la synchronisation des abonnées entre
differents slots pour eviter les cross-talk.

22 / 124
Accès multiples au support de communication TDMA

TDMA uplink et downlink

23 / 124
Accès multiples au support de communication TDMA

Canaux en TDMA

Nb de canaux temporels : nb de slots mulitplié par les canaux


fréquentiels disponibles

m(Btot − 2Bguard )
N=
Bc

m : nb d’utilisateurs TDMA maximal dans


chaque canal fréquentiel
Btot : La bande passante totale du
système Bguard : bande de garde dans
chaque coté de la bande passante Bc :
bande passante de chaque canal.

24 / 124
Accès multiples au support de communication Exemples

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
25 / 124
Accès multiples au support de communication Exemples

Exemple 1

Le GSM qui est un système TDMA/FDD qui utilise 25 MHz pour la


connexion montante (uplink) divisée en canaux fréquentiels de 200
KHz. On assume qu’il n’ya pas de bandes de garde. Si 8 canaux de
paroles sont supportés dans chaque canal fréquentiel, trouver le nb
d’utilisateurs que peut supporter GSM simultanément.
Solution
nb d’utilisateur simultané :
25 MHz
N= = 1000
200 KHz/8

Donc le GSM peut supporter 1000 utilisateurs. Ceci sans considérer la


réutilisation de fréquence ni la théorie de trafic.

26 / 124
Accès multiples au support de communication Exemples

Exemple 2
GSM utilise une structure de frame (trame) qui consiste en 8 time slots.
Chaque time slot contient 156.25 bits. Les données sont transmises à un
débit 270.833 Kbit/s. Trouver (a) La durée d’un bit (b) la durée d’un time slot
(c) La durée d’une trame (frame) (d) Combien de temps un utilisateur qui
utilise un time slot doit patienter entre deux transmissions successives.
Solution
(a) Durée d’un bit : Tb = 270.8331 Kbit/s = 3.692 µs
(b) Durée d’un slot : Tslot = 156.25 × Tb = 0.577 ms
(c) Durée d’une trame (frame) : Tf = 8 × Tslot = 4.615 ms
(d) un utilisateur doit attendre 4.615 ms, le temps q’une nouvelle trame arrive
pour retransmettre à nouveau

27 / 124
Accès multiples au support de communication Exemples

Exemple 3

Si un time slot d’un GSM consiste de 6 trailing bits, 8.25 bits de garde,
26 bits d’apprentissage, et deux bursts de trafic ( données pures) de
58 bits. Trouver l’efficacité de cette trame : pourcentage de données
pures par rapport aux données réelles.
Solution
Un time slot contient 6 + 8.25 + 26 + 2 × 58 = 156.25 bits
Une trame contient 8 × 156.25 = 1250 bits
Le nb de bits d’entête (overhead) est :
bOH = 8 × 6 + 8 × 8.25 + 8 × 26 = 322 bits
322
L’efficacité de la trame est : ηf = [1 − 1250 ] × 100 = 74.24 %

28 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
29 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

SSMA

Spread spectrum Multiple Access


Frequency Hopping Multiple Access
Code division multiple access

30 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

Spread Spectrum (SS)

Spread Spectrum(Étalement de spectre) : Développé initialement


pour les communications sécurisées à utilisation militaire (Lamar
contre les Nazis en WWII)
Difficulté d’interception pour une personne non-authorisé
Facilement caché sous le niveau de bruit : difficulté de détecter sa
présence pour les non-autorisés
Immunise le signal contre le fading multi-trajets (small-scale
fading)
Capacité d’accès multiple asynchrone avec le SS
Utile pour la localisation et le timing (GPS)
Appliqué dans les réseaux cellulaires 2G (IS-95 : cdmaOne) et 3G
(cdma2000, UMTS)
Appliqué dans les WLAN 2G
Appliqué dans Le système GPS
31 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

Spread Spectrum (SS)

L’étalement du spectre se réfère à tout système qui satisfait les


conditions suivantes :
1 L’étalement de spectre peut être considéré comme un schéma de
modulation, dans lequel la largeur de bande du signal modulé est
beaucoup plus grande que celle du message.
2 L’étalement spectral est effectuée par un code qui est indépendant
du signal de message
Ce même code est également utilisé au niveau du récepteur pour
désétaler le signal reçu afin de récupérer le message à partir du
signal étalé
Dans une communication sécurisée, ce code est connu seulement
à la personne à qui le message est destiné

32 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

Spread Spectrum (SS) : FHSS

Invention de Hedy Lamar en 1942


Pour proteger les transmissions contre le
brouillage
utilisée dans le standard Bluetooth et IEEE802.11

33 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

exemple : FHSS dans Bluetooth

l’information est transmise sur une frequence pendant un time-slot de


625 µs
les sauts en fréquence (1/625µs = 1600 sauts par seconde) ont une
amplitude de 6 MHz au minimum et sont déterminés par calcul a partir
de l’@ du maître et de l’horloge
ils sont donc aussi connus par le récepteur qui change de fréquence de
manière synchrone avec l’emetteur pour récupérer le signal transmis
chaque reseau ou piconet utilise une succession de frequences
differentes, et la probabilite de brouillage ou de collision reste faible
en cas de brouillage les données perdues seront retransmises dans le
time-slot suivant

34 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

exemple : FHSS dans Bluetooth


Chaque liaison utilisant la technique FHSS occupe donc, à cause des
sauts de fréquence, la totalité de la bande de fréquence ISM.
Les signaux perturbateurs ne perturbent la liaison que de temps en
temps et pour une durée limitée à un time-slot.

35 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

Spread Spectrum (SS) : DSSS

DSSS : Direct Seqiuence SS


consiste à mélanger le signal binaire à une séquence numérique
pseudo aléatoire de débit plus élevé.
Dans cet exemple, le signal modulant a un débit 5 fois plus élevé.
DSSS est utilisée dans le standard IEEE802.11b et pour l’UMTS.

36 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

DS/SS
Direct Sequence / Spread sprectrum

Le signal Message m(t) de débit 1/Tb


bits/s
PseudoNoise signal : PN sequence ou
code c(t) de débit 1/Tc chip/s
Le signal étalé est y(t)
Le spreading factor est N :

Tb
N=
Tc 37 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

pourquoi donc DSSS et FHSS

Dans les 2 cas, la bande occupée est plus large que celle qui est
nécessaire à la transmission des informations. Mais l’avantage de
ces techniques est une forte insensibilité aux brouillages.

38 / 124
Accès multiples au support de communication SSMA

Immunité contre le fading Multi-trajets


Le signal reçu de chaque trajet indésirable est une version
retardée du signal DS/SS.
Le signal DS/SS a une auto-corrélation faible (similarité faible)
avec ses versions retardés surtout lorsque le délai dépasse la
durée d’un chip.
Le signal retardée, qui sera considéré comme une interférence,
ne sera pas desétalé par c(t) ce qui va diminuer l’effet des signaux
multi-trajets.
DS/SS sert à diminuer l’effet multi-trajets, mais aussi il peut
l’exploiter pour augmenter la qualité de réception :
Ceci peut être accompli par un récepteur RAKE (Râteau)
Rake est un récepteur qui combine les signaux reçus par différents
trajets, pour participer à augmenter la puissance du signal utile, ce
qui donne une diversité à la réception.
Rake consiste d’un banc de corrélateurs, chaque corrélateur
mesure la ressemblance du signal de chaque multi-trajet.
En ajustant les différents délais, les signaux multi-trajets sont
combinés pour contribuer à la construction du signale utile.
39 / 124
Accès multiples au support de communication Spread spectrum et Acces Multiple

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
40 / 124
Accès multiples au support de communication Spread spectrum et Acces Multiple

Spread Spectrum et Multiple Access

Bien qu’on utilise une BW très large pour transmettre le signal


étalé, on peut faire :
Le multiplxage : on peut multiplexer plusieurs signaux étalés dans
la même bande
Accès multiple : Plusieurs utilisateurs partage le meme bande
d’étalement de spectre sans s’interférer
Réalisé en assignant un code différent pour chaque utilisateur.
Les bandes de fréquences peuvent être réutilisées sans tenir compte
de la distance de séparation des utilisateurs.

41 / 124
Accès multiples au support de communication Spread spectrum et Acces Multiple

FHMA

Faire des sauts de fréquences pour


étaler le signal sur toute la bande N × B
N est le nombre de fréquence
porteuses disponibles
B est la largeur de bande du signal
FHMA : Chaque utilisateur Ui peut avoir
son propre code d’étalement
Ci = {f1i , f2i , . . . , fni } pour accéder au
réseau où f1i ∈ {f1 , f2 , . . . , fn }

42 / 124
Accès multiples au support de communication Spread spectrum et Acces Multiple

DS-CDMA

43 / 124
Accès multiples au support de communication Spread spectrum et Acces Multiple

DS-CDMA

Pour que le récepteur puisse desétaler le signal reçu y(t), il faut


qu’il :
Connaît le code c(t) utilisé par l’émetteur.
Synchronize le code du signal reçu et le code généré localement.
Le signal pseudo-noise c(t) apparaît aléatoire et doit être
imprévisible
Le débit (chip rate) de c(t) est plus grand que le débit (bit rate) de
message m(t).
L’auto-corrélation de c(t) doit être très faible : Petite similitude de
c(t) par rapport à ses versions retardées =⇒ Meilleur résistance
aux fading Multi-trajets.
Dans CDMA, il faut aussi que l’inter-corrélation entre deux codes
différents c1 (t) et c2 (t) soit faible : =⇒ interférence négligeable
entre les différents signaux multiplexés par accès multiple.

44 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
45 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

séquence d’étalement (Spreading sequence)

Séquence pseudo-aléatoire
Pour des raison de synchronisation, on utilse des séquences
pseudo-aléatoires périodiques
Les séquences pseudo-aléatoires utilisés sont :
m-sequence
Gold codes
Kasmai sequences
Quaternary sequences
Walsh functions

46 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

m-sequences

Séquence à longueur maximale généré par un code cyclique


caractérisé par un polynôme générateur g(x)
implémenté facilement par un LFSR (Linear Feedback shift
register)

47 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

m-sequences

48 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Polynôme primitif

Un LFSR génère une m-sequence ssi (en commençant par n’importe


quel état 6= 0) il fait sortir tous les états possibles en un cycle.
un polynome est primitif ssi son implémentation en LFSR génére une
m-sequence.
Exemple
Dessiner les diagrammes d’états du polynome suivant et vérifier s’il génére
une m-sequence.
g(x) = x 3 + x 2 + x + 1

Donc c’est pas un polynôme primitif !


49 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Propriétés de m-sequence

somme de 2 m-sequence retardés est une version retardée de la


meme m-sequence

Période de réappration de r-tuplet des m-sequences


(r=degré(g(x)) :

50 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Auto-corrélation de m-sequence

Lors de la transmission, le 0 est remaplacé par +1, et le 1 par -1.

51 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Problèmes de m-sequence

Mauvaise propriétés
d’inter-corrélation (inter-corrélation
non faible)
il y a un petit nombre de
m-sequence pour une longueur
donnée
r : degré de g(x)
Np : nb de polynômes primitifs de
degré r
Pour CDMA, on utilise plutot Gold, Kasami, Walsh codes (meilleur
inter-corrélation) au lieu de m-sequence.

52 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

CDMA de Qualcom : codes orthogonaux

Chaque utilisateur a un code


orthogonal aux codes des autres
utilisateurs
2 codes orthogonaux : leur produit
scalaire = 0
Produit scalaire entre c1 et c2 :
< c1 , c2 >
pour deux signaux continus définis
RT
dans [0,T] : < c1 , c2 >= 0 c1 × c2
Pour deux signaux discrets :
< c1 , c2 >= N
P
i=1 1i × c2i
c

53 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

schéma cdma général

54 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

CDMA synchrone

Synchronisation est essentielle pour garantir


l’orthogonalité des codes.
ce n’est pas possible d’avoir des codes
orthogonaux pour des utilisateurs asynchrones
la synchronisation est possible en utilisant une
horloge commune : le GPS
En downlink c’est facile de synchroniser entre les
diff récepteurs puisque il y a un seul émetteur
en uplink c’est difficile =⇒ on utilise CDMa
asynchrone
CDMA synchrone utilise les Walsh functions (utilisé
en 2G et 3G)
Les fonctions Walsh peuvent être énuméré selon
leur nb de passage à 0.
les Walsh codes sont orthogonaux deux à deux

55 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Walsh
Les walsh peuvent être exprimé ds {0, 1} au lieu de {+1, −1}

56 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Walsh generation

Les Walsh functions peuvent être générés par la matrice de


Hadamard.
La matrice de Hadamard est formé par 1 et -1 dont les lignes et
les colonnes sont orthogonaux.
 
1 1
La matrice hadamard 2 × 2 : H2 =
1 −1
Générer des Walshcodes par Hadamard :
 
HN HN
H2N =
HN −HN

57 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

exemple

58 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Walsh 64

59 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Exemple CDMA

Transmission de deux msg par deux abonnées :

60 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Exemple CDMA

Reception et désetaement :

61 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

CDMA asynchrone
en Uplink, chaque abonnée transmet des informations indépendemment
des autres abonnées. C’est une transmission asynchrone
Les codes assignés à chaque utilisateur doivent avoir une
inter-corrélation faible entre eux indépendemment de leurs retards
relatifs
Les codes Gold sont utilisés
codes gold ont une mauvaise auto-corrélation par-rapport aux
m-sequence ; mais meilleure inter-correlation
Gold est construit par addition de 2 m-sequences.

62 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Codes Gold

En downlink, on utilise des codes orthogonaux puisque la


synchronisation est facilement réalisable
En uplink la synchronisation est complexe, on utilise des codes
non-orthogonaux qui sont les codes Gold.
Il y a une limite supérieure sur le nb de codes orthogonaux qu’on
peut offrir
Par contre il existe une infinités de codes non-orthogonaux ayant
une faible inter-corrélation.
Les codes non-orthogonaux vont causer une interférence
mutuelle sur tous les utilisateurs
Le plus il y en a d’utilisateurs, le plus sera le niveau d’interférence
sa diminue la performance de tous les utilisateurs d’une façon
proche

63 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Global Positioning System et gold

Application militaire à l’origine ds les années 90.


Permette de déterminer le temps et la position de son récepteur
(latitude, longitude, altitude) n’importe où sur terre.
24 sattelites en orbite 20200 Km
Sur chaque point sur terre, au moins 4 satellites seront visibles.
Les codes gold sont utilisés pour différentier entre les 24 sattelites

64 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

GPS
Le récepteur GPS mesure sa distance depuis un groupe de sattelites
tous les satelites sont équipés d’une horloge atomique d’une précision énorme,
et sont tous synchronisés
les satelites transmettent d’une façon continue des information sur leurs
positions et temps
le récepteur est en synchronisation avec les sattelites
en mesurant le temps de propagation, le recepteur calcule sa position d depuis
un sattelite
avec 3 sattelites, intersection de 3 spheres donnant 2 point possibles
un quatrièmpe sattelite fixera la position du recepteur

65 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

3G Spreading codes

En UMTS et cdma2000, les données sont étalés 2 fois


succeccivement :
Avec les codes de canalisation : Les Walsh codes orthogonales de
longueurs variables OVSF
ensuite avec les codes de brouillage (scrambling) : PN codes
contrairement à IS-95 (2G), l’UMTS et cdma2000 appliquent les
walsh codes de longueur variables pour l’uplink et le downlink.

66 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

OVSF

Orthogonal Variable-length Spreading Factor : les codes


orthogonaux utilisés en UMTS et cdma2000
Le SF en UMTS varie de 4 à 256 chips en uplink et de 4 à 512 en
downlink
En cdma2000, le SF varie de 4à 128 chips
Comparés à IS-95, il utilise des 64-Walsh codes fixes pour
l’étalement en downlink et pour le mapping (6 -> 64) en uplink :
chaque 6 symboles sont modulés à 1 des 64 codes Walsh.
OVSF utilise la représentation en arbre
Différents débits de données peuvent être supportés en les
étalant par différent SF

67 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Structure en arbre de OVSF

68 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Structure en arbre de OVSF

69 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Règle d’allocation des codes


Les codes OVSF sont utilisés pour réaliser des connexions entre
différents débits en variant le SF.
SF petit POUR débit plus rapide
Pour connecter différents débits, il faut des règles pour maintenir
l’orthogonalité
Règle de blocage : Si un code est utilisé pour une connexion,
alors il ne faut pas le réutiliser ni utiliser ses ancêtres ni ses
descendants pour une autre connexion.
les ancêtres et les descendants d’un code donné ne sont pas
orthogonales à ce code.
ex : Si c4,1 est utilisé pour une connexion, les codes encerclés ne
sont pas autorisés pour une deuxième connexion
Si la 2eme connexion est 2 foix plus rapide que la première, alors
il faut choisir le code c2,1
Dans une période de transmission d’1 bit en connexion 1, la
connexion 2 transmet 2 bits. Donc débit conservé
70 / 124
Accès multiples au support de communication Séquences d’étalement

Récapitulation

71 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
72 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi Architecture wifi

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
73 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi Architecture wifi

Mode infrastructure

74 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi Architecture wifi

Mode Ad hoc
chaque machine peut échanger des informations avec n’importe
quelle autre machine sans AP.
Chaque noeud du réseau peut servir de routeur lorsque deux
machines ne peuvent se joindre directement

75 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi Architecture wifi

autre exemple Ad hoc : Bluetooth

ds Blutooth : reseau = piconet


celui qui initie la communication est le maitre. l’ autre objet
communiquant = esclave
fig a : liaison point à point avec un maitre et un esclave
fig b : plusieurs mobiles (8 au max) constitue un piconet dans lequel le
maitre communique avec un esclave
fig c : si plusieurs piconets se trouvent ds la meme zones, ils peuvent
être interconnectés pour former un scatternet (10 piconets au max)

76 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi Architecture wifi

Bande occupée par wifi


En 1985 les autorités de régulation ont autorisé l’utilisation de la bande des
2,4 GHz (ISM) pour des applications avec un accès libre sans licence, à
condition que les dispositifs mis en oeuvre respectent les exigences
suivantes :
puissance d’émission limitée, la limite étant plus basse en extérieur
insensibilité aux perturbations par l’utilisation d’une technique
d’étalement de spectre

77 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi Architecture wifi

Bande occupée par wifi : ce qui se passe reelement


ex : dans la France
Wifi : seuls 4 canaux sur 13 sont disponibles, pas d’autorisation
nécessaire pour une utilisation en indoor si la puissance reste inférieure
à 100 mW
Bluetooth : 79 canaux, pas d’autorisation nécessaire pour une utilisation
en indoor si P < 10 mW, et en outdoor avec P < 4mW

78 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
79 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA

Techniques d’accès en wifi

De nombreux clients tentent d’accéder à un seul canal de manière


non coordonnée.
Toute transmission de toute station peut être entendu par les
autres stations
Si deux ou plusieurs stations émettent en même temps, une
collision se produit
diff entre erreurs régulières et collisions :
Les erreurs de transmissions affectent seulement une seule station
les collision affectent plus qu’une station
Les retransmission peuvent re-entrer en collision de nouveau
Même si le premier bit d’une trame entre en collision avec le dernier
bit d’une trame, alors les deux trames sont détruites

80 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA

La couche MAC IEEE802.11


Deux modes sont définis :
1 DCF(Fonction de Coordination Distribuée). Basée sur CSMA avec
deux extensions :
CSMA/CA : Carrier Sense Multiple Access / Collision Avoidance
Réservation du canal avec RTS/CTS
=⇒ Collisions possibles (en DCF)
=⇒ Appropriée à la transmission de données (sans QoS)
=⇒ Utilisable en modes ad-hoc et en mode infrastructure.
2 PCF(Point Coordination Function / Fonction de Coordination
Centralisée)
Basée sur l’interrogation périodique des stations par l’AP
Sans collisions
Appropriée au services temps réel
Utilisable seulement en mode infrastructure
Donc :
=⇒ Mode ad-hoc : Uniquement DCF
=⇒ Mode Infrastructure : peut utiliser DCF et PCF
81 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
82 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

CSMA/CA

Une station voulant transmettre écoute le support, et s’il est


occupé, la transmission est différée
Si le support est libre pour un temps spécifique (appelé
Distributed Inter Frame Space : DIFS), alors la station est
autorisée à transmettre
Pour réduire la probabilité d’avoir deux stations entrant en collision
car ne pouvant pas s’entendre l’une l’autre, le standard définit :
le mécanisme de Virtual Carrier Sense (sensation virtuelle de
porteuse) via l’indicateur NAV (Network Allocation Vector)
et un mécanisme de contention.

83 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

Espaces temps défini par Wi-Fi


Le standard définit 4 types d’espace en entre deux trames, utilisés pour leurs
différentes propriétés :
le SIFS (Short Inter Frame Space) de 28µs est utilisé pour séparer les
transmissions appartenant a un même dialogue (par exemple Fragment-ACK).
C’est le plus petit écart entre deux trames et il y a au plus une seule station
autorisée a transmettre après cet intervalle
le PIFS (Point Coordination IFS) de 78µs est utilise par le Point d’accès pour
obtenir l’accès au support avant n’importe quelle autre station
le DIFS (Distributed IFS) de 128µs est l’intervalle utilise par une station voulant
commencer une nouvelle transmission
le EIFS (Extended IFS) est l’intervalle le plus long utilisé par une station recevant
un paquet qu’elle ne comprend pas. Ceci permet d’éviter que la station qui ne
comprend pas l’information de durée ne provoque de collision avec un futur
paquet

84 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

Mécanisme de Contention
A la fin de la transmission d’un paquet de données, le support
redevient libre, et il est possible que deux stations démarrent un
échange simultanément. =⇒ La norme IEEE802.11 a mis en
place une temporisation aléatoire appelée contention ou backoff.
chaque station choisit un nombre aléatoire entre 0 et N et attend
ce nombre de slots avant d’accéder au support.
le back off est exponentiel, c’est-à-dire qu’à chaque fois qu’une
station entre en collision, le temps d’attente augmente
exponentiellement.
l’algorithme de backoff exponentiel est exécuté quand une station
veut émettre et que le support est occupé ou après chaque
transmission ou retransmission réussie
ce mécanisme n’est pas utilisé quand la station décide de
transmettre un nouveau paquet et que le support a été libre pour
un temps supérieur au DIFS.
la détection de collision est détecté par non-réception d’ACK.
85 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

fenêtre de contention : CW (Contention Window

TBackoff = Rand[0, CW ] × Ts avec CW = 2k − 1


CW : double après chaque collision.
dans 802.11a et g : CWmin = 15, CWmax = 1023 ;
dans 802.11b : CWmin = 31, CWmax = 1023
Ts : Time slot. Varie de norme en norme : Dans 802.11a : 9 µs /
802.11b : 20 µs / 802.11g : 10 µs

86 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

exemple de transmission en DCF

87 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

exemple de DCF avec CSMA/CA pur

88 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi DCF : CSMA/CA

Débit effectif

Le débit effectif d’une transmission est inférieur au débit de la


couche physique (11 Mb/s ou 54 Mb/s) à cause des en-têtes des
trames et des délais d’attente lors des transmissions (DIFS,
Backoff, acquittements).
Débits effectifs pour un datagramme IP

89 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
90 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Faiblesses de CSMA/CA

risque que le temps de backoff soit le meme pour deux stations


Problème de station caché

91 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

92 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

93 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

exemple CTS/RTS avec CSMA/CA

Echange RTS/ CTS (Request To Send/Clear To Send) pour une


trame données.
Envoi de RTS avec durée de réservation
Acquis via CTS après SIFS (avec durée de réservation)
Utilisation des silences courts SIFS (l’échange est prioritaire)
Acquittement positif ACK obligatoire.
Mécanisme d’écoute virtuelle (indicateur NAV (Network Allocation
Vector)) pour une autre station) :
Les autres stations connaissent la durée distribuée via RTS and
CTS
94 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

CSMA/CA + RTS/CTS

une station voulant émettre transmet d’abord un paquet de


contrôle court (risque de collision faible) appelé RTS (Request To
Send), qui donnera la source, la destination, et la durée de la
transaction
la station destination répond (si le support est libre) avec un
paquet de contrôle de réponse appelé CTS (Clear To Send), qui
inclura les mêmes informations sur la durée
après réception de CTS, la station peut transmettre ses données,
dont la bonne réception est confirmée par un paquet ACK
(Acknowledge)
les différents noeuds mettent alors en oeuvre un mécanisme de
contention (retard de durée aléatoire) à l’issue duquel le noeud au
retard le plus faible peut envoyer ses données
Ce mécanisme de contention permet au point d’accès de distribuer
des priorités aux différentes stations du réseau.
95 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

CSMA/CA + RTS/CTS

96 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

trames spéciaux de WiFi

97 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Les stations cachées

dans un réseau radio, la portée limitée des interfaces pose le


problème des stations cachées accessibles par certaines interfaces et
inaccessibles à d’autres.

98 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Les stations cachées

Dans l’exemple, la station n˚ 3 est une station cachée pour la n˚ 1.


Pour éviter les collisions, la technique utilisée est la suivante :
la station n˚1 voulant émettre transmet le paquet court de contrôle
RTS, qui donnera la source, la destination, et la durée de la
transaction.
la station n˚2 répond (si le support est libre) avec un paquet de
contrôle de réponse CTS qui inclura les mêmes informations sur
la durée
toutes les stations recevant soit le RTS ou le CTS et en particulier
la n˚3 sauront ainsi que le support radio est occupé et arrêteront
d’émettre pendant la durée indiquée dans le paquet RTS
Grâce au fait que le RTS et le CTS sont des trames courtes, le
nombre de collisions est réduit.

99 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Exemple d’Échanges

100 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Brouillage
les brouillages (four à micro ondes par exemple) empêchant la bonne
réception d’un paquet de données sont gérés par le protocole MAC de
la façon suivante :
la station émettrice sait que la transmission ne s’est pas bien
effectuée si elle ne reçoit pas de paquet ACK
elle renvoie alors le même paquet, après un temps de contention
aléatoire
ce mécanisme se reproduit jusqu’à la réception d’un ACK, qui
valide la transmission et permet l’envoi du paquet suivante

101 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

Fragmentation des paquets

pour éviter de ralentir la transmission par la perte de longs paquets,


ceux-ci sont divisés en paquets plus courts, qui ont une meilleure
probabilité d’être transmis par radio sans pertes.

102 / 124
Techniques d’accès multiple dans le wifi CSMA/CA avec RTS/CTS

exemple

103 / 124
Exercices d’applications

Plan
1 Duplexing
2 Accès multiples au support de communication
Prncipe
FDMA
TDMA
Exemples
SSMA
FH/SS
DS/SS
Spread spectrum et Acces Multiple
Séquences d’étalement
m-sequences
Codes orthogonaux : Walsh pour CDMA synchrone
Codes gold : CDMA asynchrone
utilisation de Gold dans GPS
Les codes d’étalements appliqués aux 3G : OVSF
3 Techniques d’accès multiple dans le wifi
Architecture wifi
CSMA/CA
DCF : CSMA/CA
CSMA/CA avec RTS/CTS
4 Exercices d’applications
104 / 124
Exercices d’applications

Exercice 1 : Réservation ou non ?

Une station A envoie a 1 Mbps un flux de trames contenant chacune


1500 octets de données utiles a une station B. On donne :
la période de contention (Backoff) est en moyenne de 20 µs ;
temps de propagation négligeable
l’information pure de 1500 octects contient aussi les données
d’entete et CRC de taille 34 octects
trame CTS et ACK ont une taille de 14 octects
trame RTS a une taille de 20 octects
dans chaque trame MAC (donnée ou RTS ou CTS ou ACK), des
données de synchronisation de 24 octects sont aussi envoyés

105 / 124
Exercices d’applications

On demande :
1 dessiner un schéma montrant les phases d’envoie de données où on utilise la technique
RTS/CTS en tenant compte du backoff, espaces inter-frames (DIFS, SIFS,..)
2 calculer donc le temps nécessaire pour transmettre une trame sans collision
3 faire de même dans le cas sans RTS/CTS
4 calculer donc le temps nécessaire pour transmettre une trame sans collision
5 calculer aussi le débit effectif pour chaque cas.
6 déterminer donc l’efficacité du canal avec et sans le mécanisme RTS/CTS. On estime
qu’aucune trame n’est perdue. Quel est la solution la plus efficace coté débit et efficacité si
la probabilité de collision est minimale.
Lorsque le mécanisme RTS/CTS n’agit pas, seulement les trames de données peuvent
être perdues ; lorsqu’il agit, seules les trames RTS peuvent être corrompues. Il faut 20 µs
pour détecter l’absence d’une trame (CTS ou ACK), après quoi un délai de DIFS est
introduit. On supposera p2 négligeable.
7 simuler maintenant le cas de collision dans CSMA/CA + RTS/CTS
8 calculer donc le temps de de mauvaise transmission qu’on va appeler TRTS
9 simuler le cas de de collision dans CSMA/CA sans RTS/CTS
10 calculer donc le temps de de mauvaise transmission qu’on va appeler Tdata
11 Calculer donc le temps de retransmission probabilistique pour les deux cas.
12 si la probabilité de collision p= 0.2, quel sera le débit effectif ?
13 déduire la probabilité de perte de trame p a partir de laquelle le mécanisme RTS/CTS est
avantageux.
106 / 124
Exercices d’applications

Solution exercice 1

Transmission d’un paquet CSMA/CA+RTS/CTS

TDIFS = 128µs ; TSIFS = 28µs ; TBO = 20µs


TrRTS = 192µs + 20 × 8/106 s = 352µs
TrACK = TrCTS = 192µs + 14 × 8/106 s = 304µs
TrData = 192µs + (1500 + 34) × 8/106 s = 12, 464 ms
Temps de transmission CSMA/CA + RTS/CST est :
T = TDIFS + 3 × TSIFS + TBO + TrRTS + TrCTS + TrData + TrACK = 13558 µs

107 / 124
Exercices d’applications

Question 3 et 4

Transmission d’un paquet CSMA/CA pur

Temps de transmission CSMA/CA pur est :


T = TDIFS + TSIFS + TBO + TrData + TrACK = 12846 µs

108 / 124
Exercices d’applications

Question 5 et 6

Débit effectif = quantité d’information utile / Temps de transmission


CSMA/CA + RTS/CTS :
Deff = (1500 × 8)/(13558 µs) = 885 Kbps
CSMA/CA pur :
Deff = (1500 × 8)/(12846 µs) = 934 Kbps
Efficacité = (débit effectif / débit brut) ×100%
CSMA/CA + RTS/CTS : Efficacité = 885 Kbps/1 Mbps = 88.5 %
CSMA/CA + RTS/CTS : Efficacité = 934 Kbps/1 Mbps = 93.4 %
On conclut que le lien wifi est mieux utilisé en CSMA/CA pur qu’en
CSMA/CA+RTS/CTS dans les situations normales (peu de collision).

109 / 124
Exercices d’applications

Question 7 et 8

Mauvaise transmission d’un RTS :

TRTS = TDIFS + TBO + TrRTS + TSIFS + 20 µs = 548 µs

110 / 124
Exercices d’applications

Question 9 et 10

Mauvaise transmission d’une donnée :

Tdata = TDIFS + TBO + Trdata + TSIFS + 20 µs = 12660 µs

111 / 124
Exercices d’applications

Question 11

temps de retransmission d’un paquet avec RTS/CTS


Soit p la probabilité de collision
CSMA/CA avec RTS/CTS :
T = (1 − p) × 13558 (pas de retransmission)
+(1 − p) × p(TRTS + 13558) (1 retransmission)
+(1 − p) × p2 (2 × TRTS + 13558) (2 retransmission)
+(1 − p) × p3 (3 × TRTS + 13558) (3 retransmission)
...
puisque p2 est negligeable et de meme pn , on a :
T = 13558 + 548 × p

112 / 124
Exercices d’applications

Question 11

temps de retransmission d’un paquet sans RTS/CTS


CSMA/CA sans RTS/CTS :
T 0 = (1 − p) × 12846 (pas de retransmission)
+(1 − p) × p(Tdata + 12846) (1 retransmission)
+(1 − p) × p2 (2 × Tdata + 12846) (2 retransmission)
+(1 − p) × p3 (3 × Tdata + 12846) (3 retransmission)
...
puisque p2 est négligeable et de meme pn , on a :
T 0 = 12846 + 12660 × p

113 / 124
Exercices d’applications

Question 12

probabilité de collision p =0.2


CSMA/CA + RTS/CTS : T = 13558 + 548 × p = 13667.6 µs
Débit effectif :
Deff = (1500 × 8)/(13667.6 µs) = 878 Kbps < 885 Kbps
uniquement chute de débit de 0.7%
CSMA/CA pur : T 0 = 12846 + 12660 × p = 14112 µs
Débit effectif :
Deff = (1500 × 8)/(14112 µs) = 850 Kbps  934 Kbps énorme
chute de débit de 9%

114 / 124
Exercices d’applications

Question 13
T = T 0 ssi pcollision = 0.059 ' 0.06%

La courbe CSMA/CA pur est meilleur que CSMA/CA+RTS/CTS si p est


faible.
Mais dés que p soit supérieur à pcollision , le temps CSMA/CA pur
augmente exponentiellement par rapport à CSMA/CA+RTS/CTS.
Si p > pcollision il faut donc utiliser la solution CSMA/CA+RTS/CTS
115 / 124
Exercices d’applications

Exercice 2
Soit un réseau WiFi de débit 54 Mbps comportant 5 stations A, B, C, D
et E. Appliquez la méthode d’accès du WiFi et représentez l’ordre
d’accès par un schéma en sachant que :
Chaque station envoie une seule trame (toutes les trames durent
6 slots et tiennent compte implicitement des trames RTS et CTS
et ACK)
L’espace inter-trames dure 1 slot
Les stations décident d’émettre aux instants en µs :
A à t = 0 ; B à t = 2 ; C à t = 4 ; D à t = 1 et E à t = 13.
Pour simplifier, le backoff des stations sera comme suit pour
chaque station : tA = [0, 3, 7, 2] ; tB = [6, 7, 5, 1] ; tC = [2, 4, 6, 1]
slots ; tD= [4, 2, 5, 1] slots et tE = [4, 2, 1, 0] slots
on suppose qu’un slot dure 200µs, et que la trame contient 2000
octets (ça inclut les donnée pures+trames
RTS+CTS+Ack+synchro). Calculer le débit effectif pour chaque
station.
116 / 124
Exercices d’applications

117 / 124
Exercices d’applications

Solution

Une station avant d’émettre s’assure que le canal est libre en l’écoutant et qu’aucune
station cachée n’est en train d’émettre (grâce au NAV – Network Allocation Vector).
Si ces conditions sont réunies elle émet, sinon elle tire au hasard un temps d’attente et ne
pourra émettre qu’à l’expiration de ce temps. Ce temps d’attente représente le temps
pendant lequel la station doit constater que le canal est libre avant d’émettre si durant
cette attente une autre station prend la main et émet l’attente est interrompue et reprise à
la fin de cette émission.
Enfin, après chaque émission il y a un temps d’attente inter-trame respecté par toutes les
stations et appelé DIFS.
118 / 124
Exercices d’applications

calcul de débits

2000×8
DA = 200×6×10−6 −0
= 13.3 Mbps
2000×8
DB = (6×5+4+(2+2+2+1)−2)×200×10−6
= 2 Mbps
2000×8
DC = (6×2+1+2−4)×200×10−6
= 7.27 Mbps
2000×8
DD = (6×3+2+(2+2)−1)×200×10−6
= 3.47 Mbps
2000×8
DE = (6×4+3+(2+2+2)−13)×200×10−6
= 4 Mbps
On voit bien la différence entre le débit théorique de 54 Mbps et les
débits réels des stations. il y a aussi des différences entre les débits
réels de chaque station par rapport aux autres stations.

119 / 124
Exercices d’applications

Exercice 3

Si on veut déployer le WIFI au sein d’un campus pour qu’il couvre tout
le campus.
Expliquer les étapes ainsi que les précautions que vous devez
suivre.
Quels sont les canaux a utiliser ?
Faites un schéma des zones de recouvrement. Rappelons qu’il y
a 13 canaux disponibles et que la fréquence centrale d’un canal
"i" est éloignée de 5 MHz (dans les deux sens) des deux canaux
voisins (c-a-d, i-1 et i+1). De plus, les canaux doivent etre
espacés de 25 a 30 MHz pour ne pas interferer.

120 / 124
Exercices d’applications

Solution exercice 3

On doit faire attention à ce que deux points d’accès utilisant les


mêmes canaux n’aient pas des zones d’émission qui se
recoupent ce qui engendrerait des distorsions du signal risquant
de perturber la transmission.
Il est recommandé ne pas avoir deux points d’accès utilisant les
mêmes canaux proches l’un de l’autre.
les canaux du wifi sont 14 canaux de 22 MHz espacé l’un à l’autre
de 5 MHz.

121 / 124
Exercices d’applications

voici une bonne sélection des canaux wifi :

voici une mauvaise configuration :

122 / 124
Exercices d’applications

Exercice 4 : TDMA avec debits differents

un système à deux canaux de 64 kbit/s chacun et un canal de 640


kbit/s sont multiplexés en utilisant le multiplexage temporel (TDM). Si
l’entrelacement est fait au niveau d’un octet (8 bit), déterminer :
1 la structure de la trame de durée minimale
2 la durée de cette trame
3 la vitesse de transmission du multiplexeur (en kbps)
Répondre aux mêmes questions (1, 2 et 3) si l’entrelacement est fait
au niveau d’un seul bit (1 bit).

123 / 124
Exercices d’applications

Solution
Structure de la trame (3 time slots, chacun pour chaque canal) :

8 bits
Durée de la trame : 64 Kbps = 125 µs
Vitesse de transmission du multiplexeur : 12×8 bits
125 µs = 768 Kbps
Si l’entrelacement est fait au niveau d’un seul bit (1 bit), la
structure de la trame est comme suit :

1 bit
Durée de la trame : 64 Kbps = 15.625 µs
12 bits
Vitesse de transmission du multiplexeur : 15.625 µs = 768 Kbps

124 / 124