Vous êtes sur la page 1sur 6

fLe cercle de Mohr, inventé par Christian Otto Mohr,

est une représentation


graphiquzzefenzehhbTUIGIGUIGJGJGUIGPUIGIGI
GHPGvdvvbdvvfe bidimensionnegzrgfvdvdbnlle de
la loi de transformation du
tedvdnseHIGGUO¨GOGur de contraintes de
Cauchy.nr,rtrktykjhh0¨HJPJPOJOJ
Le cercle degfgggggddb Mbtgzefzefghfgrfhrhhohr
est souvent uvdvdfvddgti
sdbvefbefrkthktjtjrykfdfdd,nbvnvkvcktyjtjthlisé dans
les calculs relatifs à l'ingénierie mécanique pour la
résistance desuigiuguyugyugyugyugu matériaux, à
l'ingénierie géotechnDNDNN
FNFG ?FGNFG ??FG ?KTHKTKTJHEBFGDRKTR
JTRJNG ?GLFIJSRYSERYTGDFHique pour la
résistance des sols et à l'ingénierie structurelle pour la
résistance des structures construites. Il est également
utilisé pour calculer les contraintes dans de nombreux
plans en les réduisant à des composantes verticales et
horizontales. Ce sont les plans principaux dans
lesquels les contraintes principales sont calculées. Le
cercle de Mohr peut également être utilisé pour
trouver les plans principaux et les contraintes
principales dans une représentation graphique.
Après avoir effectué une analyse de contrainte sur un
corps matériel considéré comme un continuum, les
composants du tenseur de contrainte de Cauchy en un
point de matériau particulier sont connus par rapport
à un système de coordonnées. Le cercle de Mohr est
ensuite utilisé pour déterminer graphiquement les
composantes de contrainte agissant sur un système de
coordonnées en rotation, c'est-à-dire agissant sur un
plan orienté différemment passant par ce point.
L'abscisse, {\ displaystyle \ sigma _ {\ mathrm {n}}}
, et l'ordonnée, {\ displaystyle \ tau _ {\ mathrm
{n}}} , de chaque point du cercle, correspondent à
la magnitude de la les composantes de contrainte
normale et de contrainte de cisaillement,
respectivement, agissant sur le système de
coordonnées en rotation. En d'autres termes, le cercle
est le lieu des points qui représentent l'état de
contrainte sur les plans individuels dans toutes leurs
orientations, où les axes représentent les axes
principaux de l'élément de contrainte.
Karl Culmann a été le premier à concevoir une
représentation graphique des contraintes tout en
prenant en compte les contraintes longitudinales et
verticales des poutres horizontales lors de la flexion.
La contribution de Mohr a étendu l'utilisation de cette
représentation pour les contraintes bidimensionnelles
et tridimensionnelles et a développé un critère de
rupture basé sur le cercle de contraintes. [1]
Les méthodes graphiques alternatives pour la
représentation de l'état de contrainte en un point
incluent l'ellipsoïde de contrainte de Lamé et la
quadrique de contrainte de Cauchy.
Le cercle de Mohr peut être appliqué à toute matrice
de tenseur 2x2 symétrique, y compris les tenseurs de
déformation et de moment d'inertie.

Cercle de Mohr

• Il est désigné comme la forme graphique où les


équations de transformation de la contrainte plane
peuvent être signifiées.

• Cette représentation est très utile car elle vous


permet d’imaginer les relations de contrainte normale
et de cisaillement agissant sur différents plans
inclinés en un point d’un corps stressé.
• Ce cercle est utile pour le calcul des contraintes
principales, des contraintes sur les plans inclinés et
des contraintes de cisaillement maximales.

• Cette méthode est une approche simple et claire.

Applications:
• Cette technique est utilisée dans l'analyse de
la détermination finie et homogène des
déformations homogènes et des moments
d'inertie. • Le principal avantage de ce cercle est
que les contraintes principales et la contrainte
de cisaillement maximale sont obtenues
instantanément après avoir tracé le cercle. • Les
valeurs des contraintes principales obtenues
sont utilisées dans les théories sur les défaillanc
es des matériaux à prédire