Vous êtes sur la page 1sur 58

TAV : turbines à vapeur

1
Introduction
Il ne faut pas croire que la machine à vapeur est
une technologie dépassée. Certes, on ne voit plus
de trains à vapeur ni de bateaux à vapeur mais les
cycles utilisant la vapeur sont encore d'actualité
car une grande partie de la production
d'électricité est basée sur cette technique.
En effet, les centrales thermiques comme les
centrales nucléaires ne sont rien d'autres que
d'immenses machines à vapeur, que la chaleur soit
apportée par la fission de l'uranium, ou par la
combustion de charbon, de pétrole ou de gaz, le
principe général de ces centrales reste le même.

2
Classification des turbines

3
FONCTIONNEMENT DES TURBINES À VAPEUR 


Les turbines à vapeur sont des machines motrices rotatives


qui transforment l’énergie de la vapeur en énergie
mécanique. Elles sont utilisées pour entraîner :
- des pompes auxiliaires, des pompes de process , des
compresseurs centrifuges, des compresseurs
volumétriques alternatifs (dans certaines usines
seulement), ou rotatifs
- des alternateurs utilisés pour la production
d'électricité.

  Adaptées aux caractéristiques de chaque machine


entraînée (puissance, vitesse de rotation, rapidité de
démarrage, inertie, …), les types de turbines sont très
nombreux.

4
Différents types de turbines à vapeur


Selon la pression du ou des réseaux


échappement (conditions de la vapeur à
l’échappement), on distingue :
- les turbines à contre-pression 
- les turbines à condensation
Le choix entre des turbines à différentes
conditions d’échappement dépend
essentiellement du bilan vapeur de l’usine.
 

5
caractéristiques des conditions
d’échappement
Généralement, les turbines à vapeur
fonctionnent avec une pression de
condensation très faible ( environ 0,1
bar) ce qui permet de récupérer plus de
travail.

Mais dans ce cas, la chaleur récupérée au


niveau condenseur est généralement
inutilisable car la température de sortie
de l'eau de refroidissement est alors
trop basse (inférieure à 50°C).

Dans un grand nombre de cas, la chaleur de


condensation est simplement rejetée
dans le milieu extérieur ( voir par
exemple les tours de refroidissement
qui accompagnent souvent les centrales
nucléaires.), ce qui représente un
gâchis important du point de vue
énergétique. Turbine à condensation

6
caractéristiques des conditions d’échappement 


Dans les turbines à contre-pression,


la détente est arrêtée à une
pression supérieure (donc T
supérieure) ce qui limite la
quantité de travail récupérée
mais alors la quantité de chaleur
rejetée au condenseur peut être
utilisée par exemple pour
chauffer des locaux ou des
serres.

Par exemple, si la détente est


arrêtée à 1 bar, la température
de condensation est de 100°C ce
qui permet de distribuer de l'eau • Turbine à contre pression
chaude à 90°C. Les quantités de
chaleur ainsi récupérées peuvent
être considérables.

7
Turbines à contre pression
La vapeur
d’échappement est à
une pression égale ou
supérieure à la
p r e s s i o n
atmosphérique.
on obtient un mélange
de vapeur et de
condensat soit une
vapeur humide à
l’échappement.

8
Turbines à condensation
La grande différence de pression,
donne plus de puissance à la
turbine à condensation en
comparaison aux turbines à
contre pression pour un même
débit de vapeur.
Ce type de turbine est surtout
utilisé dans les installations de
production de force motrice ;

9
Turbines à contre pression
Ce type de turbine permet de
produire de la puissance
mécanique ou de
l'électricité grâce aux hautes
température et pression que
l'on peut obtenir dans une
chaudière, tout en utilisant
l'enthalpie résiduelle pour
des procédés divers ;

10
La thermodynamique des turbines à vapeur


La turbine à vapeur fonctionne sur les principes de base de la


thermodynamique, utilisant les parties 3 et 4 du cycle de rankine.
La vapeur surchauffée (ou la vapeur saturée sèche, selon l'application)
quitte la chaudière à haute température et sous haute pression.
À l'entrée de la turbine, la vapeur gagne en énergie cinétique lors de
son passage à travers une tuyère (une tuyère fixe dans une turbine
à impulsion ou les lames fixes dans une turbine à réaction).
Lorsque la vapeur sort de la tuyère, elle se déplace à grande vitesse
vers les pales du rotor de la turbine. Une force est créée sur les
lames par la pression de la vapeur, les obligeant à se déplacer. Une
génératrice ou un autre dispositif peut être placé sur l'arbre, et
l'énergie stockée dans la vapeur peut maintenant être utilisée.
La vapeur quitte la turbine sous forme de vapeur saturée (ou un
mélange de liquide-vapeur en fonction de l'application) à une
température et une pression plus basse qu'en entrant, et est
envoyée dans le condenseur pour être refroidie.

11
La thermodynamique des turbines à
vapeur

12
TAV
Une turbine à vapeur transforme l’énergie de la vapeur en
puissance à l’arbre soit par :
• Impact
• Par passage de la vapeur sur les aubes fixées à l’arbre
La turbine à vapeur comporte un seul arbre auquel sont fixées de
nombreuses roues à ailettes.
L’enveloppe, ou corps de la turbine, prévient la fuite de la
vapeur. Elle est habituellement formée d’une moitié
inférieure et d’une moitié supérieure boulonnées, cette
dernière pouvant être soulevée pour faciliter l’entretien.
Des diaphragmes solidaires du corps portent les ailettes fixes qui
forment les tuyères.
Des joints étanches installés sur le corps préviennent la fuite de
la vapeur pressurisée, aux points de contact des parties fixes
et mobiles de la turbine.

13
coupe schématique d’une turbine

14
Ailettes mobiles, roue et arbre Diaphrgme de turbine

15
Système de lubrification


Toutes les turbines et le générateur-alternateur possèdent son


arbre, ou rotor, qui est supporté à chaque extrémité par des
paliers lisses. Ceux-ci s’échauffent à cause de la friction et de
la conduction de la chaleur le long de l’arbre depuis les
parties chaudes de la turbine. Les paliers lisses sont
normalement garnis d’un métal antifriction, appelé métal
blanc ou alliage de Babbitt, formé de plomb et d’étain et
dont le point de fusion peut être aussi bas que 182,2 °C.
Un circuit de lubrification centralisé permet de protéger les
paliers des dommages causés par le contact métal sur métal
et la haute température. Cette lubrification allonge la vie
utile des paliers et réduit le risque de bris. Un bris d’un palier
de l’ensemble turbine-générateur est un incident très grave,
qui pourrait causer des dommages importants. C’est pourquoi
il est important que le flot d’huile dans les paliers soit
suffisant pour assurer la lubrification et le refroidissement.

16
Le vireur


Lors du ralentissement d’une turbine occasionné par un arrêt de


production, la vapeur plus froide et plus dense s’accumule dans
la moitié inférieure du boîtier. En conséquence, la moitié
inférieure du rotor refroidit plus rapidement que sa partie
supérieure ce qui cause un fléchissement vers le haut de l’axe de
la turbine.
Par contre, l’arbre d’une turbine au repos et refroidie commencera
à s’affaisser sous son propre poids. À une température supérieure
à un point critique, si l’on ne tourne pas l’arbre de la turbine, le
fléchissement vers le haut pourra devenir permanent. Il faudra
donc l’expédier chez son fabricant pour un traitement thermique
et une rectification. Le fléchissement dû à la gravité n’est
habituellement pas permanent, mais la période nécessaire au
redressement de l’arbre est longue.
Pour prévenir ces flexions vers le haut ou le bas, le vireur, un
mécanisme d’entraînement de l’arbre, mu par un moteur, assure
la rotation constante de la turbine.

17
Système de régulation
Il a deux objectifs principaux :
• maintenir la vitesse de la turbine malgré
les fluctuations de la charge et de
pression de vapeur d’admission
• Varier la vitesse de la turbine en fonction
des exigences de la machine entrainée

18
Système de régulation

19
Système de régulation
les turbines doivent être démarrées lentement pour éviter
de les endommager. L'accélération incontrôlée du rotor
de la turbine peut conduire à un emballement, ce qui
provoque la fermeture du régulateur et des vannes
d'étranglement qui contrôlent le flux de la vapeur.
Si ces vannes ne se ferment pas la turbine peut poursuivre
son accélération jusqu'à ce qu'elle se désintègre sous
l'action de la force centrifuge, souvent de manière
catastrophique.
Les turbines sont coûteuses, elles nécessitent une
fabrication de précision et une qualité particulière des
matériaux employés, il faut donc tout mettre en œuvre
pour empêcher cela.

20
Turbines à action / Turbines à réaction

Turbine à action: Turbine dans laquelle toute


l'énergie disponible dans le fluide est convertie en
énergie cinétique (vitesse du fluide) avant qu'elle
n'agisse sur la roue de la turbine appelée rotor.

Turbine à réaction: Turbine dans laquelle seule une


faible partie de l'énergie disponible est convertie en
énergie cinétique à l'entrée de la roue, une partie
considérable restant sous forme d'énergie de
pression qui varie pendant le passage du fluide à
travers la roue.

21
Turbine à action
Dans une turbine à action , la vapeur se
détend dans les tuyères , dans le
distributeur à l’entrée ce qui a pour effet
de réduire la pression et d’augmenter la
vitesse.

22
Principe de la tuyère De Laval

Le principe de fonctionnement d'une tuyère De Laval repose sur les propriétés des gaz lorsqu'ils
circulent aux vitesses subsonique et supersonique.

Un convergent ou l'on accélère le fluide, un col ou la vitesse est sonique (Mach=1), un divergent
dans lequel sous certaines conditions le fluide prend un régime supersonique.

Lorsqu'un gaz circule à une vitesse subsonique dans un tuyau dont le diamètre se rétrécit, sa
vitesse augmente. La vitesse du gaz ne peut toutefois pas dépasser celle du son (Mach= 1).

En effet en régime d‘écoulement supersonique (vitesse supérieure a la vitesse du son) le


comportement du gaz s'inverse : pour que sa vitesse augmente il faut que le diamètre du
tuyau augmente .

Pour accélérer un gaz à des vitesses supersoniques, il faut donc qu'il circule d'abord dans une
section de tuyau convergente jusqu'à ce qu'il atteigne la vitesse Mach 1 et à partir de cette
section du tuyau, qu'on appelle le col (throat) , le gaz doit progresser dans un tuyau de
diamètre que la vitesse conti.nue à augmenter

23
Turbine à action
La vapeur haute vitesse obtenue est
acheminée à travers la première rangée
d’aubes mobiles. Celles-ci absorbent une
partie de la vitesse et font tourner l’arbre.
La vapeur traverse ensuite une rangée
d’aubes fixes qui la redirige vers une
rangée d’aubes mobiles ou la vitesse est
réduite à nouveau pour mieux exploiter
l’énergie.

24
Turbine à réaction
La vapeur traverse un premier étage
d’aubes fixes qui réduisent la pression et
accélèrent la vapeur vers la première
rangée d’aubes mobiles.
Le processus se répète sur des couronnes
successives d’aubes fixes et d’aubes
mobiles pour assurer la puissance de
l’arbre

25
Turbines à action / Turbines à réaction
Ces deux catégories souvent combinées dans une même
machine :

• Les turbines à action sont bien adaptées aux étages à forte


pression et se prêtent mieux à la régulation de débit. Leur
construction est plus coûteuse et réserve leur emploi aux
premiers étages de la turbine.

• Les turbines à réaction elles se prêtent mieux aux étages à


basse pression et leur coût est plus faible. La forme des
aubages fixes et mobiles est la même ce qui diminue le
nombre de moules nécessaires à la fabrication. Par contre
pour réaliser la même détente, la turbine à réaction
demandera plus d'étages, ce qui augmente la longueur de la
ligne d'arbre.

26
Turbines à action / Turbines à réaction

27
Aubes de turbine
Les pales de turbines sont de deux types, des lames et des
tuyères.

Les lames se déplacent à cause de l'impact de la vapeur et


leurs profils ne convergent pas. Il en résulte une
diminution de la vitesse de la vapeur et pratiquement
pas de chute de pression de vapeur, qui se déplace à
travers les lames.

Les tuyères paraissent semblables à des lames, mais leurs


profils convergent près de la sortie. Il en résulte une
chute de pression de la vapeur et un gain de vitesse
lorsque la vapeur se déplace dans les tuyères.

28
Améliorations

réssurchauffe

29
Principe
Il peut être avantageux d'utiliser une turbine à deux corps. Les deux corps de
turbine sont généralement couplés sur le même axe ce qui permet de récupérer
toute la puissance mécanique sur un seul arbre moteur.
La vapeur se détend une première fois dans le premier corps jusqu'à une pression
intermédiaire. La vapeur sortant du premier corps est alors resurchauffée à
cette pression intermédiaire puis est dirigée vers le deuxième corps de turbine
où elle est détendue jusqu'à la pression finale. Ce type de turbine se trouve
dans les centrales électriques.

Les avantages d'une telle installation, sont les suivants.


• Il est plus facile de cette façon d'obtenir un point final dans la zone de vapeur
surchauffée ce qui garantit la longévité de la turbine.
• D'autre part, le travail récupéré est plus important, ce qui augmente la
puissance récupérée pour le même débit de vapeur.
• Le rendement peut être amélioré dans certains cas.
• Ces avantages sont obtenus au prix d'une plus grande complexité de
l'installation et d'un prix plus élevé.

30
Cycle à resurchauffe
6
5

Q GV R es u rch a u ffeu r

4 Tu rb in e Tu rb i n e WT

3
S u rch a u ffeu r

B o u ill eu r

C o n d en s eu r

GV Q C

2
1
31
WP Pom pe
T Cycle à ressurchauffe
4

6
3

5
2

7
1

s ( k J / k g/ K )

C y c le à r e s s u r c h a u f f e
32
Améliorations

Soutirage

33
Turbines à soutirage
Dans ce type de turbine la vapeur est soutirée automatiquement ou à un taux
constant à divers points le long de la turbine pour :
• les procédés,
• le chauffage ou
• l’alimentation en eau de chauffage d’une chaudière.

34
Principe
Dans certaines installations, on réalise une détente étagée comme pour le cycle à
resurchauffe mais, ici une partie du flux de vapeur issu du premier corps de
turbine est dérivé vers un mélangeur opérant à la pression intermédiaire,
mélangeur dans lequel cette vapeur prélevée est mélangée au flux de liquide
provenant du condenseur. La vapeur se condense au contact du liquide froid
provenant du condenseur, ce qui a pour effet de préchauffer ce liquide.

Le flux de vapeur soutiré est calculé de telle sorte que la température finale du
liquide soit précisément la température de saturation correspondant à la
pression intermédiaire. On obtient donc en sortie du mélangeur un liquide
saturé à la pression intermédiaire (et à la température intermédiaire) qui est
ensuite injecté dans la chaudière. Le flux total de vapeur est ainsi reconstitué.

L'intérêt de ce type d'installation ne saute pas aux yeux. Pourtant, un tel dispositif
permet d'augmenter sensiblement le rendement. En effet, grâce à la chaleur de
condensation du flux prélevé qui est récupérée pour préchauffer l'eau sortant
du condenseur, les irréversibilités dues au chauffage de cette eau sont réduites.

35
Turbines à soutirage et condensation 


les turbines à soutirage et condensation, dans


lesquelles la vapeur subit une détente
partielle jusqu'à une moyenne pression
(environ 20 bars) dans un corps haute
pression.
Une partie est dirigée vers un réseau
d'utilisation, tandis que le reste de la vapeur
est détendu dans un corps basse pression,
comme dans une turbine à condensation.
Ce type de turbine trouve un champ
d'application important dans les usines de
cogénération dont les demandes de chaleur
sont susceptibles de varier fortement au
cours du temps ;

36
Principe de la cogénération


L'idée de base de la cogénération est que les combustions se déroulent toutes à des
températures très élevées (supérieures à 1000 °C), alors que les besoins de
chaleur dans l'industrie ou pour le chauffage se manifestent à des températures
plus basses, généralement entre 80 °C et 300 °C.
Dans ces conditions, il est tout à fait possible, lorsqu'on a recours à la combustion
pour satisfaire des besoins en chaleur, de tirer parti de cet écart de
température pour produire de l'électricité par l'intermédiaire d'un cycle moteur.
Il suffit pour cela que la source chaude du cycle moteur soit la chaudière ou la
chambre de combustion, et la source froide les besoins de chaleur.
Il serait aussi théoriquement possible de produire de la chaleur à haute
température sur les lieux de production de l'électricité, mais cette solution se
révèle généralement mauvaise car la chaleur se transporte beaucoup moins
bien que l'électricité.
L'intérêt principal des cycles de cogénération est qu'ils sont parmi les plus
performants sur le plan énergétique. Toutefois, leur intérêt économique doit
être évalué dans chaque situation, notamment dans certains pays comme où les
tarifs de l'électricité sont très attractifs pour l'industrie.

37
cogénération: Chaudière et TAV

Condenseur

Turbine HP Turbine BP ALTERNATEUR

CHAUDIERE

Réseau de
chaleur Qc

38
Turbines à soutirage et contre-
pression
les turbines à soutirage
et contre-pression,
dont la vapeur
s'échappe à basse
pression dans un
réseau BP au lieu
d'être condensée.

39
Cycle vapeur à soutirage

Q GV
Surchauffeur
WT
4 Turbine Turbine

F m-m s
G
H

Bouilleur Soutirage

E
Condenseur

ms Vanne
GV QC

B
D C
m A
W P
Pompe Pompe W P

40
Cycle à soutirage
T F

E'
E
D G

B C

A H

s ( kJ/kg/K)
Cycle à un soutirage 41
42
43
44
45
46
47
48
Cycle vapeur
à soutirage

49
WT

Turbine

3 4
Qb
Qc
4'
Soutirages
Bouilleur
Condenseur

2 2'

Pompe 1
50
Types de turbines à vapeur
La puissance d’entrée et la vitesse de la turbine
peuvent être réglées en contrôlant le taux de
soutirage .
Lorsqu’il faut une plus grande puissance mécanique,
on peut diminuer la quantité de vapeur soutirée .
Ce type de turbines que l  ’on rencontre dans les
centrales électriques et les industries, peut remplir
un double rôle, soit réduire la pression de vapeur
pour un procédé tout en produisant la puissance
mécanique nécessaire à l’entrainement de
générateurs électriques ou d’autres équipements.

51
Turbines flux axial/radial
Une turbine à vapeur comporte un ou plusieurs
étages, composés chacun de deux aubages, ou
grilles d'aubes, dont l'un est fixe et l'autre
mobile.

Le plus souvent, la direction générale de


l'écoulement de la vapeur est parallèle à l'axe de
la turbine ; celle-ci est alors du type axial. Dans
certains cas, cette direction est perpendiculaire
à l'axe (habituellement, dans le sens
centripète) ; la turbine est alors du type radial.

52
Turbines flux axial/radial

53
Turbines à induction

54
55
56
Divers types de turbines à vapeur
Turbine à condensation

HP > 40 bars

BP < 0.1 bar

Condenseur

57
Exercice

58

Vous aimerez peut-être aussi