Vous êtes sur la page 1sur 3

La petite histoire derrière les albums Poèmes et chants de la résistance

Martin Gladu

E nregistrés en bonne partie lors des concerts du même nom, les deux albums Poèmes et

chants de la résistance sont sortis sur l’étiquette Résistance, dont les maîtres d’œuvre étaient
Messieurs Art Young et Yvan Dufresne. Ce dernier avait d’ailleurs consacré bénévolement
plusieurs heures à leur réalisation.

Le premier de ces concerts eut lieu en 1970. Organisé au profit du Comité Vallières-Gagnon - du
nom des deux militants du Mouvement de libération populaire qui avaient été emprisonnés en
mai 1969 -, il rencontra un vif succès.

Le second concert, enregistré celui-là, eut lieu en février 1971 au Gésu. Plus de six mille
personnes y assistèrent. Il avait été monté en guise de manifestation contre les mesures de
guerre. Le lancement de l’album qui en découla eut lieu dans l’édifice de la CSN à Montréal :

(…) les marchands de disques seront les seuls à réaliser un profit sur la vente de ces disques
puisque le distributeur Trans-World, le producteur et les artistes renoncent à leurs royalties, qui
seront versées au Mouvement de Défense des Prisonniers politiques du Québec.

Le producteur Yvan Dufresne explique :

M. Art Young de Trans-World n’a pas mis beaucoup de temps à accepter de produire et de
distribuer les disques en couvrant tout juste ses frais — qui s'élèvent tout de même à quelques
milliers de dollars. En revanche, les gens de London, à qui je me suis d'abord adressé, ont tout
bonnement refusé de s'engager dans une affaire pareille. Et M. Lazare des disques Gamma ne
m'a jamais donné un OK officiel pour utiliser les chansons de "ses” artistes. Ceci dit, il n’y a pas
vraiment eu de problèmes.

En avril 1971, l’album avait déjà été vendu à plus de six mille exemplaires en deux semaines.

Le troisième concert eut lieu en 1973. Il avait été organisé, cette fois-ci, par le Front commun
intersyndical CSN-FTQ-CEQ dans le but de souligner la date anniversaire de l’emprisonnement,
à Orsainville, des chefs syndicaux Louis Laberge, Marcel Pépin et Yvon Charbonneau.

L’étiquette Résistance ne survit pas à ces deux albums. Or un quotidien montréalais rapporta
que le groupe rock Les Sinners, que Dufresne avait déjà produit et qui deviendra La révolution
française avant de reprendre son nom original en 1971, auraient aussi enregistré pour elle. Peut-
être s’agit-il de l’album Les Sinners mis en marché par Trans-World cette même année?

1
2
3

Vous aimerez peut-être aussi