Vous êtes sur la page 1sur 2

I/ Le théâtre nous fait intervenir.

Son rôle est d'être impliqué affectivement. Ex : Phèdre de Jean Racine.


Son rôle est d'influencer le destin d'une pièce. Ex : La critique de l'école des femmes de Molière.

II/ La représentation théâtrale limite l'implication du spectateur


Son rôle est d'être passif. Il est mis à distance. Car l'auteur et le metteur en scène sont les seuls maîtres d'une
pièce. Ex : l'illusion comique de pierre Corneille.
Son rôle et de juger la pièce. Ex : Tartuffe de Molière.

Introduction
Le spectateur c'est celui qui regarde. Il assiste à une pièce de théâtre afin de se divertir. Souvent, le
spectateur ne peut pas intervenir. Il n'agit pas et reste dans la passivité face à la pièce qui se joue devant lui.
Pourtant le spectateur reste un élément essentiel dans la représentation. Dès lors, quel rôle le spectateur de
théâtre est-il amené à jouer dans la représentation ? Tout d'abord le spectateur doit être impliqué affectivement.
Puis, grâce à son pouvoir, le spectateur est amené à influencer le destin d'une pièce de théâtre. Cependant, le
spectateur doit faire preuve de passivité lors de la représentation. Son intervention est impossible et inutile.
Enfin, le spectateur devient juge de la pièce. Il apporte un jugement de valeur en mettant en œuvre son
opinion.

Avant toute chose, le théâtre nous fait intervenir. Le rôle du spectateur est donc d'être impliqué
affectivement. En effet, la parole des comédiens sur scène s'adresse à notre sensibilité en transmettant des
émotions et des sensations immédiates. En assistant à une représentation, la participation du spectateur est
donc encouragée car le théâtre est un lieu public de célébration et de réflexion. La tragédie vise d'ailleurs à
faire éprouver au spectateur des émotions fortes et précises : la terreur, la pitié et l'admiration, afin que la
catharsis, qui signifie selon Aristote la purification de l'âme délivrée de ses passions chez le spectateur d'une
pièce de théâtre dramatique, puisse agir. Dès lors, la dramaturgie classique met tout en œuvre pour faire agir le
spectateur et l'appeler à fortement s'impliquer lors de la représentation théâtrale. Et là encore, la compassion et
la sensibilité du spectateur est amplement stimulée. Ainsi dans Phèdre de Jean Racine, la mort d'Hippolyte
racontée par Théramène, confident du héro, sollicite chez le spectateur de fortes émotions due à la scène
émouvante et sublimée par l'émotion du narrateur : « Excusez ma douleur. Cette image cruelle, Sera pour moi
de pleurs une source éternelle. » Ce récit porté par un comédien lors de la représentation théâtrale peut alors
profondément éveiller la sensibilité du spectateur.

Le rôle du spectateur de théâtre est aussi d'influencer le destin d'une pièce. En effet il a le pouvoir de
sceller le destin d'une pièce de théâtre dramatique. Ainsi dans la Critique de L’École des femmes, Molière met
en œuvre le personnage du Marquis qui caractérise l’École des femmes comme étant « détestable » à cause
des « continuels éclats de rire que le parterre y fait. » A travers le personnage de Dorante, l'auteur critique le
spectateur et a recours à différente remarques moqueuses. C'est ainsi que le pouvoir d'intervention du
spectateur de théâtre sur le destin d'une pièce est évident. Il aura donc influencé la réussite d'une pièce et peut
avoir l'impression d'avoir participé à l'activité de celle-ci.

Le rôle du spectateur de théâtre est aussi d'être passif. En effet, la représentation théâtrale limite
l'implication du spectateur. Il n'est que le dernier maillon du processus de la création d'une pièce. Lorsque le
public se rend à une représentation théâtrale, tout est déjà écrit par l'auteur et programmé par le metteur en
scène. Il est donc mis à distance car l'auteur et le metteur en scène sont les seuls maîtres d'une pièce de
théâtre. Ainsi dans L'illusion comique de Pierre Corneille, la passivité du spectateur face à la domination de
l'auteur et du metteur en scène est démontrée à travers le personnage de Pridamant. Ce personnage est
persuadé que le Mage Alcandre lui a montrer la mort de son fils Clindor alors que celui-ci ne faisait que
d'interpréter un rôle tragique. On peut imaginer que le théâtre, art de l'illusion n'est en fait qu'un jeu de miroirs
superposés. C'est ainsi que le spectateur peut avoir l'impression de s'y reconnaître mais il n'aura aucune
possibilité d'intervenir sur son propre reflet.
Enfin, le rôle du spectateur de théâtre est de juger une pièce. En effet, se plaçant au cœur de l'énonciation
théâtrale, il apporte un jugement de valeur. Ainsi dans Tartuffe de Molière, pour lui démontrer que Tartuffe n'est
qu'un imposteur, le personnage de Dorine demande à son mari Orgon de se cacher sous une table afin qu'il
puisse écouter l'injurieux discours de Tartuffe. Impliqué dans la scène, le spectateur rit beaucoup de la
dissimulation d'Orgon, et peut décider comme libre arbitre de la réussite de la pièce sans y prendre part. Son
avis est indispensable pour le succès d'une pièce, mais aussi pour la gloire de l'auteur et du metteur en scène.

Conclusion :

En conclusion, le spectateur est un élément essentiel/clé dans la représentation théâtrale. Il apporte une
telle importance, que les comédiens intègrent parfois sa présence. Le spectateur se doit d'être impliqué et à le
pouvoir d'influencer une pièce de théâtre. Cependant, les échanges entre le spectateur et la représentation
théâtrale, mais aussi la participation du spectateur ne représentent qu'une illusion. En effet il fait preuve de
passivité car contrairement aux comédiens, il ne peut pas intervenir. En revanche, le spectateur peut juger la
pièce, et donne son propre avis sur la pièce.