Vous êtes sur la page 1sur 9

Compte rendu

Module :Mécanique des fluides avancés

Département : Génie mécanique

3éme année cycle d’ingénieurs : Génie mécanique des systèmes


industriels

Réalisé par : SADOK Youssef Demandé par : M.BAHRAR

1
Tp 1 :

La flexion
Ce travail va se composer premièrement par une étude analytique de l’équation de la flexion ou bien sa
discrétisation numériquement et deuxièmes d’une étude numérique pour qu’à la fin faire une
comparaison globale des deux étapes .

La section de la poutre est déformée de la manière suivante, selon la force appliquée :

la poutre et ses caractéristiques :

L/2

La charge F qui est sollicité sur la poutre, elle se déforme de la manière suivante :

2
L’équation de la flèche est caractérisée par la forme suivante :

EIgzy’’=Mfz(x)
En appuyant sur le principe fondamental de la statique (PFS) qui travaille sur les forces et les moments
pour déterminer à la fin l’expression du moment fléchissant Mfz :

∑𝐹⃗ = ⃗0⃗
T-(F/2) =0
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = ⃗0⃗
∑𝑀𝑓
T=F/2
Mfz-Tx=0
Mfz-(F/2) x=0
Mfz=(F/2) x

Tout en remplaçant dans l’équation de base :


EIgzy’’= (F/2) x
Et en intégrant on obtient :
𝐹
Y’’= x
2∗𝐸∗𝐼𝑔𝑧
𝐹
Y’ = x²
4∗𝐸∗𝐼𝑔𝑧

3
𝑭
Y(x)= x3 + Dx + G
𝟏𝟐∗𝑬∗𝑰𝒈𝒛
On a les conditions aux limites :
𝑦 (0 ) = 𝐺 = 0
{ 𝐹 𝐹
𝑦(𝐿) = 𝐿2 + 𝐷 = 0 => 𝐷 = − 𝐿2
12∗𝐸∗𝐼𝑔𝑧 12∗𝐸∗𝐼𝑔𝑧

𝐅
Y(x) = (x3- L²x)
𝟏𝟐∗𝐄∗𝐈𝐠𝐳
APPLICATION NUMERIQUE :
Après la détermination du résultat analytique de l’équation de la flèche, on utilise ainsi la
méthode de discrétisation de l’équation de l’équation
X∈ [0, L/2] :
EIgzy’’= (F/2) x
𝑦𝑖+1 −2𝑦𝑖 +𝑦𝑖−1
EIgz = (F/2) x
𝛥𝑥 2
𝐹 ∗ 𝛥𝑥2
𝑦𝑖+1 = 𝑥 + 2𝑦𝑖 − 𝑦𝑖−1
2 ∗ 𝐸 ∗ 𝐼𝑔𝑧
X∈ [L/2, L] :
EIgzy’’= (F/2) (L-x)
𝑦𝑖+1 −2𝑦𝑖 +𝑦𝑖−1
EIgz = (F/2) (L-x)
𝛥𝑥 2
𝐹 ∗ 𝛥𝑥2
𝑦𝑖+1 = (𝐿 − 𝑥) + 2𝑦𝑖 − 𝑦𝑖−1
2 ∗ 𝐸 ∗ 𝐼𝑔𝑧

4
APPLICATION NUMERIQUE :

Δ(x) 1
L (m) 10
hauteru 'h' 0,5
largeur 'l' 1
F(kN) 4500
E (Gpa) 70

Mfz
0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

-0,05

-0,1

-0,15

-0,2

-0,25 5
Conclusion :
Vu qu’il y’a les mêmes valeurs de points de mesures de la flèche, ce qui reflète la ressemblance entre les
résultats analytiques et numériques.

La couche limite :

On admet les équations de la couche limite suivantes :


• Equations de continuité :

• Equation de quantité de mouvement du fluide :

6
Pour résoudre ces équations, on va passer par un changement de variable de la manière
suivante :

On pose U=U∞, en utilisant le logiciel Excel, afin d’illustrer et confirmer la forme de la couche
limite et de sa vitesse d’après ses équations citées précédemment, on trouve les valeurs
obtenues dans le tableau suivant :

7
vitesse u en fonction de la longeur x de la plaque
0,012

U 0,01

0,008
Vitesse u (m/s)

0,006

0,004

0,002

0
0 0,005 0,01 0,015 0,02

Longeur x (m)

le jonction u/U en fonction de x


1,2

0,8
u/U

0,6

0,4

δ(x)
0,2

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8
L 1 1,2

x(m)

8
Conclusion :
D’après ce qui précède, il en ressort l’importance de l’étude numérique du phénomène de
la couche limite afin de le bien comprendre, et concrétiser ses différents termes
théoriques.