Vous êtes sur la page 1sur 1

• Rééditions

La saga
Furtwängler
DE DIFFÉRENTS OISEAUX

L’
air de cour du premier XVIIe siècle
doit beaucoup à son exploration
par Le Poème Harmonique, dont
Au succès commercial du coffret des Berliner les lectures esthétisantes gardent leur
Philharmoniker, répond la somme des enregistrements charme. Louons donc la beauté plastique
du son, la richesse des polyphonies, la
du chef allemandpubliés par DG et Decca. diversité rythmique des pièces qui invitent
à la danse. Tout en regrettant certains
maximum par face –, ils montrent
systématismes, certes discogéniques, tels
­Furtwängler sinon moins intense, du moins le colla parte, le couplet aux instruments
plus strict (magistrale Ouverture d’Egmont intercalé entre le deuxième et le troisième
de Beethoven) que dans ses enregistre- ou en guise d’introduction.
ments ultérieurs, et notamment les déran- Un livre-disque recueille en deux CD
geantes captations des années de guerre. quelques belles pages piochées dans six
On retrouve l’essentiel de ces dernières albums, depuis la monographie consacrée
(13 CD) dans une qualité sonore guère infé- à Moulinié en 2000, jusqu’au « Cœur »
rieure à celle du coffret «  Radio Recor- de 2015. Les airs balisent un parcours
dings » susmentionné, avec, en prime, l’in- plus ou moins thématique : voici ceux
cendiaire Symphonie no  8 de Bruckner qui viennent de ballets, ceux qui
viennoise de 1944. chantent l’Infidèle, l’Indifférent, l’Amour
récompensé… Le rêveur (le Concert
Tout aussi essentiel apparaît le volet des
de différents oiseaux, bouleversant dès
années 1947-1954 (17 CD), où le chef, mis à les premiers mots
part de rares et fascinants pas de côté entonnés par
(Rhapsodie espagnole de Ravel, Symphonie Claire Lefilliâtre)
de Franck), revisite de manière fiévreuse y côtoie le léger,
les chefs-d’œuvre austro-allemands qui jusqu’au
©©TRUDE FLEISCHMANN / DG ARCHIVE.

avaient fait sa gloire : Symphonie no 88 de grotesque


Haydn, 5e, 7e et 8e de Beethoven, Ouverture (l’entraînant Allons
Manfred et 4e de Schumann, « Inachevée » vieille imperfaite
et «  Grande  » de Schubert, 1re, 2e et 3e enlevé par Marc
de Brahms… S’il est difficile de résister à Mauillon).
Mais pourquoi
l’insensée frénésie dont il drape les Méta-
donner moins
morphoses de Strauss, on n’aura garde,
de place à Boësset
­surtout, de négliger la ténébreuse Sympho-

A
qu’à Briceño ?
nie no 2 du compositeur Furtwängler : elle Le premier, fort de
près le luxueux coffret « Radio
révèle peut-être mieux que tout le reste les neuf Livres d’airs
Recordings 1939-1945 » publié
idéaux et conflits intérieurs de l’interprète. à 4 et 5 parties,
au printemps dernier par le
 Hugues Mousseau compte parmi les
Philharmonique de Berlin
trois maîtres du genre (avec Guédron et
(Diapason d’or, cf. no  678), « Wilhelm Furtwängler, Complete
Moulinié) quand le second ne laisse aucun
Universal réplique en nous rendant la tota- recordings on Deutsche Grammophon
& Decca 1926-1954 ». DG, 33 CD + 1 DVD. air de cour à proprement parler, mais
lité des enregistrements de Wilhelm Fur- seulement une méthode de guitare…
Diapason d’or
twängler parus sous étiquette Deutsche PLAGE 10 DE NOTRE CD Avec des textes assez concis de Thomas
Grammophon, somme à laquelle s’ajoute Leconte et Alexandre Maral, et six pages
une poignée de gravures Decca. L’en- d’iconographie, le bel objet ne remplace
semble s’étend sur presque trois décen- pas les albums entiers. Mais il vaut comme
nies : de la toute première séance d’octobre une introduction agréable à un genre
1926 (une 5e de Beethoven « acoustique » passionnant, insuffisamment exploré par la
où il nous faut tendre l’oreille) au sépulcral discographie… Qui désormais fera germer
les graines bigarrées semées par Vincent
Don Giovanni filmé à Salzbourg, en juillet
Dumestre et son ensemble ? Attendons,
1954, trois mois avant sa mort.
et fêtons dignement les vingt ans
Les documents d’avant-guerre (4 CD), où du Poème Harmonique.  Loïc Chahine
dominent préludes et Ouvertures, consti-
tuent la part la moins connue de son legs. « Airs de cour ». Le Poème Harmonique.
Réalisés en studio et tributaires des Vincent Dumestre. Alpha, 2 CD. Y Y Y Y
contraintes du 78 tours – cinq minutes

86 I