Vous êtes sur la page 1sur 31

Matière : E.O.A.E Partie I : Organisation de l’approvisionnement 2ème BAC S.G.

C
Définition : Au sens large, l’opération d’approvisionnement englobe les actes d’achat et de stockage.
Sources * Locales-- Étrangers. /// * Nationales ---Internationales.
Locales Réduction des coûts de transport ; Réduire les délais de livraison ; Avoir la matière première moins chère, Assurer une régularité des achats,
Étrangers. Non disponibilité des produits sur le marché local ; Recherche d’une qualité adéquate de matières premières ; …. Diversité de choix de fournisseurs
L’APPROVISIONNEMENT

Diversification Créer de la concurrence entre les fournisseurs pour bénéficier d'une bonne Qualité, d'une baisse des prix, et d'un choix large ; Faire face à la défaillance d'un
des sources fournisseur ; Mettre en concurrence les fournisseurs ; Bénéficier de bonnes conditions en termes de prix, délai de livraison et paiement ; Meilleure qualité des
matières premières ;
Contraintes Le délai de livraison par article et par fournisseur; Les contraintes de stockage ; Les contraintes de transport....
Définition : La production à la commande est un processus de production où les opérations ne sont engagées qu’à partir d’une demande précise de la clientèle ou
Production à la

(flux tendus)
Mode de production selon

commande

d’une commande à partir d’un prototype.


contraintes commerciales

Avantages Meilleure satisfaction du client grâce à la personnalisation du produit ; Meilleure qualité du produit ; Minimisation du cout de stockage des produits
finis ; Certitude de vendre le produit fabriqué.
Limites L’entreprise doit se doter d’un matériel et avoir une main d’œuvre flexible ; Délais de production souvent très long ; Risque de retard de livraison en
raison de problème de production, de difficulté de transport, ………
Définition : La production pour stock est déclenchée par anticipation d’une demande, les produits étant fabriqués pour le stock, et non pour un client identifié.
Production

flux poussé

Avantages La production est réalisée en grande série, ce qui permet l’obtention d’économie d’échelle et la réduction des couts de production ; L’appareil de
pour le
stock

production est rapidement rentabilisé ; Les produits sont disponibles immédiatement pour les clients
Limites Risque de méventes (produits non vendus) en cas d’erreurs de prévision ; Le cout du stockage est élevé ; La personnalisation est limitée (même produits
pour tous les clients)
Définition : L’achat une activité qui consiste à fournir à l’entreprise la matière 1ère et marchandise dont elle a besoin au meilleur cout et dans les délais voulus.
Objectifs : Rester compétitif ; Créer de la valeur ; Garantir la qualité de production ; Constituer avec les fournisseur une relation durable (Prix, qualité, délais, flexibilité,
sécurité, continuité…).
1. Identification Le besoin s’exprime par une demande d’achat d’un bien ou d’un service. On distingue : le prescripteur (personne qui influence le choix des consommateurs.
des besoins Exemple : le cas des médecins pour les médicaments) et l’utilisateur (personne qui utilise le produit)
Processus d’achat :
la politique d'achat

d’achat
2 .Recherche des Annonce professionnelle dans des revues spécialisées ; Visite des salons organisés par les fournisseurs ; Dépliants et catalogues publies par les fournisseurs ;
fournisseurs Par contact direct
3 .les critères de sélection Quantitatives : (prix, réductions commerciales et financière, quantité…)
des Fournisseurs Qualitatives : (délai de livraison, mode de paiement, mode de transport, SAV (service après-vente)…)
4 .Passation de la Définition : La commande est le contrat qui résulte de la sélection du ou des fournisseurs et de la négociation commerciale.
commande Forme : Passation de la commande par écrit : (lettre de commande, bon de commande, bulletin de commande), Passation de commande par les
nouvelles technologies : messagerie électronique ; contacts directs.
5 .Suivi et Intérêt de suivi : Le respect des délais de livraison et de qualité ; La continuité et la sécurité des approvisionnements
contrôle la nécessité du Le contrôle doit être (quantitatif, qualitatif) : Diminuer les coûts liés à la non-conformité des produits aux normes de qualité ; Avoir un
contrôle produit fini de qualité adéquate aux besoins des clients ; Vérifier la composition et les caractéristiques de la matière première ;
Préserver son image de marque ; Acquérir un avantage concurrentiel…
Centralisation des achats. Consiste pour les utilisateurs à formuler leurs demandes auprès d’un service achat qui assure entièrement l’approvisionnement. Ce
choix est justifié dans le cas de la production de masse de produits standardisés ( production pour le stock) ;
décentralisation des achats. Consiste pour les utilisateurs à passer eux-mêmes leurs contrats et leurs commandes. Cette organisation est adaptée dans le cas de
production à la commande.

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 1 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie I : Organisation de l’approvisionnement 2ème BAC S.G.C
Agrégation Définition Agrégation est un système qui vise à établir des relations d'étroite collaboration (relation Win2Win -gagnant gagnant-) (exemple : l'entreprise et ses
fournisseurs ou sous-traitants).
Intérêt : Pour le fournisseur : Garantir un chiffre d’affaires régulier ; Avoir des clients fidèles
Pour le client : La continuité et la sécurité des approvisionnements ;Avoir la MP moins chère, … ;Le respect des délais de livraison ;La conformité des
produits aux normes de qualité …..
E-achat Les nouvelles technologies : ils ont fait évoluer la fonction d’achat. L’utilisation concertée de l’outil informatique permet des échanges d’informations rapides
instantanés et interactifs entre fournisseurs et clients (E-achat).
Objectifs Objectif de sécurité Eviter les ruptures dans les différents stocks. Les couts de rupture peuvent être élevés, l'entreprise doit disposer d'un stock de
protection ou de sécurité
Objectif financier.  Acheter au coût unitaire le plus avantageux. (Faible)
 Minimiser sur une période donnée la somme : Coût de passation des commandes + Coût de possession du stock
Il consiste à travailler à stock nul
Nouvelles  Il s'agit de réduire
techniques de Zéro stock
La gestion des stocks

 Les temps de transfert;


 Le délai de production
gestion des Produire ce qui est vendu : l'aval commande l'amont
Juste à
stocks  Il s'agit de
temps  Réduire les délais de fabrication;
 Améliorer la qualité des produits
Les risques liés à la  Les risques liés à la constitution d’un stock :
constitution d’un  Le stock immobilise le capital investi
 Coûts élevés de stockage (les couts de possession et de passation du stock) ;
stock  Risque de détérioration des produits ; …
Les raisons de la  Les raisons de la constituions des stocks de matières premières.
constituions des  Anticipation de toute éventuelle hausse des prix de certaines matières premières.
 Eviter les ruptures de stocks
stocks de matières  Eviter les retards de la livraison
premières  La disponibilité de la matière première chez l’entreprise X
L’utilité du stockage  L’utilité du stockage de produits finis
de produits finis  Disponibilité des produits à la demande des clients (quantité, délais)
 Fidélisation des clients, …

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 2 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie II : Organisation de la production 2ème BAC S.G.C
Définition Elle mesure le rapport entre une production et les facteurs utilisés pour la réaliser .
La productivité physique (ou La productivité en volume ou rendement):
La productivité
Formule : le volume de production réalisée / nombre de travailleurs
La productivité physique Lecture : En 2019, chaque travailleur a produit …………… tonnes /Kg /unité ……. ; (Selon les données du document)
Types
La productivité apparente (ou La productivité en valeur) :
Productivité du Formule : la valeur ajoutée / nombre de travailleurs
La productivité apparente travail Lecture : En 201. , chaque travailleur rapporte à l'entreprise une valeur ajoutée de ....... dhs
Productivité du Formule : la valeur ajoutée / capital fixe Ex : Productivité du capital = 0.3 ( 0.3*100=30)
capital Lecture : En 201., chaque 100 dirhams investis rapporte à l'entreprise une valeur ajoutée de 30 dhs
Les gains de productivité réalisés par la société «x » sont partagés entre :
Les gains de productivité : Les salariés (hausse des salaires, réduction du temps de travail) ; Les consommateurs (baisse des prix grâce à la diminution du coût de
revient) ;L’entreprise et/ou ses actionnaires (hausse des bénéfices).
(CAO) La Conception assistée par ordinateur (CAO) permet, à l’aide d’un logiciel informatique, de produire en trois dimensions des plans ou
Le progrès technique et informatique

des représentations du produit à fabriquer en tenant compte des caractéristiques demandées.


Dans la (CFAO) Conception fabrication assistée par ordinateur : complément de la CAO par des instructions à donner aux machines, en précisant le
rôle de chaque machine.
conception : La gestion assistée par ordinateur (GAO) est un programme de gestion de production permettant de gérer l'ensemble des activités,
(GPAO)
liées à la production, d'une entreprise industrielle
La productique C’est l’application de l’informatique au système de production.
La robotique Intégration de machines programmables dans le processus de production.
Définition : c'est l'introduction des machines automatiques dans le processus de production en réduisant l'intervention de l'homme.
Dans la production

Les effets favorables de l'automatisation : Les effets défavorables de l'automatisation :


L ’automatisation

• Les effets favorables sur Amélioration de la qualité des Produits et leur Risque de paralysie du système en cas de panne
la Production : diversité ; Nécessité d’une très bonne maintenance (coûts élevé)
Augmentation des cadences de la Production; Investissement très couteux
• Effet sur les Coûts : Réduction des couts unitaires (Economie Pertes d’emplois peu qualifiés
d'échelle); Les salariées travaillent en continu (nuit, week-end, vacances,), chose qui a des
Hausse des profits de l'E/se. conséquences négatives sur la santé physique et psychique de la main d’œuvre. .
• Effet sociaux Réduction progressive du tps de travail;
(Consommateurs) : Amélioration des conditions du travail;
Nouvelle forme de vie et de communication
(Développement de l'internet).
le mode de Caractéristiques Avantages Limites
Mode de Production Les machines sont spécifiques au produit ou à la ligne de produit. Réduction des couts. Coût d'investissement très élevé.
production en continu : Les opérations de production sont enchaînées sans interruption Absence des encours de Automatisation Forte.
dans les lieux et dans le temps. fabrication.
selon les
Mode de Production La plupart des produits sont alors fabriqués en quantités assez Flexibilité des machines. La durée de la production est plus
contraintes en discontinu : faible car les produits sont fortement différenciés. Fabrication des produits variés. longue.
techniques Les différentes étapes du processus de production sont réalisées Equilibrage de la capacité des machines
à part entière (de façon indépendante) difficile d'où l'apparition d'encours.

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 3 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie III : La fonction financière 2ème BAC S.G.C
Rôles de la fonction financière dans le cycle de vie de l’entreprise.  Procurer à l’entreprise, au bon moment les fonds dont elle a besoin ;
 Contrôler la bonne utilisation de ses fonds et la rentabilité des investissements réalisés
Définition : La solvabilité est la capacité de l’entreprise à faire face à ses engagements à leur échéance.
solvabilité à R1 = Créances + Trésorerie_Acif Utilité : permet de mesurer la capacité d’une entreprise à rembourser ses dettes à court terme
Solvabilité

court terme Dettes à court terme Interprétation : R ≥ 1 signifie que les dettes à court terme sont entièrement couvertes par les ressources à court
Ratios

terme et qu’il existe un excédent de liquidités à la disposition de l’entreprise.


Autonomie R2 = Capitaux propres Utilité : La règle de l’autonomie financière a pour objet d’apprécier l’indépendance de l’entreprise à l’égard de ses
financière Dettes à long terme prêteurs.
Interprétation : R ≥ 1 signifie que l’autonomie financière est bonne, que l’entreprise est capable de faire face à ses
dettes par ses propres ressources.
Définition : La rentabilité est l’aptitude de l'entreprise à dégager des résultats positifs pour rémunérer les fonds durablement mis à sa disposition.
Rentabilité R3 = Résultat net Utilité : La rentabilité financière intéresse davantage les associés car elle mesure la rémunération du risque qu’ils
Rentabilité

financière Capitaux propres ont pris en investissant dans l’entreprise


Interprétation : En 2019, chaque DH de capital investi rapporte à l’entreprise X (a) DH de bénéfice.
Ratios

R4 = Résultat net Utilité : La rentabilité commerciale ou d’exploitation mesure la contribution des ventes dans la réalisation des
Rentabilité Chiffre d’affaire résultats de l’entreprise
commerciale R5 = Résultat d’exploitation Interprétation) En 2019, Chaque DH de vente rapporte à l’entreprise X (a) DH de résultat d’exploitation ou ( de
résultat net)
Chiffre d’affaire
Définition : Le décalage entre les fonds engagés dans le cycle d’exploitation, leur récupération au moment du règlement des clients et la nécessité de redémarrer un nouveau
cycle d’exploitation est à l’origine du : Besoin du fond de roulement d’exploitation. BFR = Actif circulant hors trésorerie – Passif circulant hors trésorerie
BFR

BFR > 0 indique que les dettes des clients de l'entreprise ne sont pas suffisantes pour couvrir les actifs à court terme et qu'il sera nécessaire de recourir à des financements
externes.
BFR < 0 L'entreprise X est en bonne santé financière et dispose de suffisamment d'argent pour être capable d'honorer ses dettes de court terme.
Définition : Il s'agit des liquidités disponibles pour financer l'exploitation : le fonds de roulement doit être suffisant pour couvrir le besoin de fonds de roulement.
FRNG = ressources stables – emplois stables
FR

FR > 0 L’entreprise X finance la totalité de ses emplois stables par ses capitaux permanents
FR < 0 Les ressources stable de l’ entreprise X ne permet pas de couvrir ses Emplois stables.
La trésorerie La trésorerie correspond aux liquidités dont dispose l’entreprise pour faire face à ses dépenses courantes. Elle représente l’argent immédiatement disponible.
Trésorerie nette = Disponibilités – Dettes de trésoreries = Trésorerie actif – Trésorerie passif
Classification des investissements selon :
Investissements matériel (corporels) : Achat de biens corporels, physiques (machines, bâtiments, terrain, véhicules,…)
Nature

Investissements immatériel (incorporels) : Financement de biens incorporels destinés à améliorer le potentiel productif de l’entreprise (conception de logiciels,
publicité, formation du personnel, Dépenses de R & D (Brevets, licences d’exploitation), études marketing, ….
Investissements financiers : Droits de créances (prêts, dépôts) ou de titres pour les conserver à long terme (titres, prise de participation, acquisition
d’actions boursières,…).
Investissements de création : Acquisition de terrains, locaux, machines, ... lors de la naissance de l’entreprise.
Objectif

Investissements de renouvellement : Remplacement des biens anciens ou usés.


Investissements de modernisation : Remplacement de biens obsolètes par un bien plus performant.
Investissement de capacité (d’expansion, de productivité) : Acquisition d’un supplément de biens pour augmenter les capacités productives (achat de machines supplémentaires)

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 4 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie III : La fonction financière 2ème BAC S.G.C
Les moyens de financement du cycle d’exploitation
M.financement Définition Avantages Inconvénients
Le crédit C’est un crédit accordé par les entreprises fournisseurs aux Crédit rapide et automatique Renoncement à l’escompte (si l’entreprise paie comptant,
fournisseurs : entreprises clientes. Ainsi, les entreprises clientes négocient Absence de formalités elle va bénéficier de l’escompte)
avec leurs fournisseurs les délais de paiement qui peuvent Crédit adapté aux variations de l’activité Dépendance à l’égard du fournisseur
être de 30, 60 ou 90 jours. Charges financières (intérêts) nulle Risque d’insolvabilité pour le fournisseur

L’escompte : L’escompte est un crédit qui permet à l’entreprise de Il permet de faire face à des problèmes de Les effets de commerce de faible valeurs ou de courte
percevoir le montant d’une créance avant son échéance. trésorerie par vente des créances période coûtent plus chers pour les entreprises car les
L’entreprise permet de détenir des liquidités banques leur appliquent des agios plus élevés (certaines
avant l’échéance composantes des agios sont fixes quel que soit le
montant ou la durée)
Le factoring L’entreprise vend ses créances commerciales à une société D’éviter le risque de non-paiement C’est un procédé couteux, il dépersonnalise la relation
(l’affacturage) d’affacturage (factors). Les factors achètent tout ou partie D’être payée immédiatement et donc une entreprise-client ;
des créances clients d'une entreprise et avance des liquidités trésorerie allégée
à l’entreprise. Ils se chargent d'obtenir le règlement ensuite. D’éviter les couts administratifs et les
problèmes comptables de recouvrement
Les facilités de La facilité de caisse est une ouverture de crédit de très courte Procédure d’obtention souvent facile et rapide. Intérêts chers
caisse durée (quelques jours) accordée notamment en fin de mois.

Le découvert : Le découvert est une avance consentie dans la même forme que la facilité de caisse, mais pour une période de plus longue durée, de quelques mois, puis renouvelée. Le
montant maximum de découvert et sa durée sont fixés par le banquier.
Les moyens de financement du cycle d’investissement
M. financement Définition Avantages Inconvénients
La capacité La capacité d’autofinancement correspond à l’ensemble des Moyen de financement gratuit (aucun frais L’autofinancement est souvent insuffisant pour financer
d'auto ressources financières générées par les opérations de gestion financier) les investissements L’AF n’est gratuit qu’en apparence car
financement de l’entreprise, lui permettant de couvrir ses besoins Préserve l'indépendance financière de ses fonds propres pourraient être placés ailleurs et
financiers. l'entreprise rapporter plus.
L’augmentation Pour renforcer leurs fonds propres, les entreprises peuvent faire appel à leurs associés Absence de charges d’intérêt Risque de perte de pouvoir
du capital : actuels, ou à de nouveaux associés en augmentant leur capital. (Par apport en numéraire
-par apport en nature -par paiement de dividendes en actions)
Les dettes Les emprunts indivis : sont constatés auprès d’un seul Les intérêts et remboursement sont connus dès L’emprunt obligataire nécessite une taille importante de
financières prêteur, banque ou établissement financier. Ils sont indivis le début. l'entreprise, son coût est élevé
car la dette n’est pas divisible. Les intérêts sont déductibles fiscalement Perte d’indépendance financière
Financement rapide et disponible pour Charges financières importantes (procédure coûteuse),
l’emprunt indivis
Le crédit-bail Le crédit-bail est une opération dans laquelle une société N'est pas considéré comme un emprunt : Coût souvent plus élevé que l’emprunt
(leasing) spécialisée de crédit-bail loue un bien à usage professionnel à préserve la capacité d'endettement de Impossible pour certains équipements spécifiques
une entreprise pour une période précise, avec une possibilité l'entreprise, Redevances périodiques peuvent être lourdes
d’achat. Permet d’avoir des investissements toujours en
pointe techniquement
Les redevances des loyers sont déductibles
fiscalement
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 5 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie IV : La fonction Mercatique 2ème BAC S.G.C
Définition Le marché est le lieu de rencontre des offreurs et des demandeurs d’un bien ou d’un service dans le but de réaliser un échange. Il peut être réel (le marché de légumes, de
poissons, de la chaussure, de l’automobile ,…) ou fictif (marché des changes ; marché financier ; ventes sur internet…).
la nature du produit - marché de biens matériels ou tangibles (ordinateurs, photocopieur,.)
- marché de biens immatériels (assurance, services bancaires,…)
Classification des marchés

descriptive
La destination du - marché de bien de consommation (produits alimentaires, vêtements, …)
Approche

produit - marché de bien industriels (camions, outils, machines,…)


L’étendue - marché local (acheteurs et vendeurs sont très proches les uns des autres)
géographique - marché régional (acheteurs et vendeurs sont localisés au sein de la même région)
- marché national (acheteurs et vendeurs se situent au niveau d’un même pays)
- marché international (les acteurs se trouvent dans des pays différents)
Marché réel: marché des non consommateurs absolus : personnes qui ne vont jamais consommer le produit de l’E/se pour des raisons
sociales, économiques, religieuse, physique, …
Approche dynamique marché potentiel :ce marché comprend les clients actuels de l’Ese, les non consommateurs relatifs (personnes qui ne consomment pas le
produit, mais qui sont susceptibles de l’acheter dans le futur) et les clients de la concurrence.
Part de marché absolue = chiffre d’affaire de l’entreprise ou (produit) / chiffre d’affaire total du marché *100
la part de marché d’une entreprise Part de marché relative = Part du marché de l’entreprise ou (produit) / Part du marché de principal concurrent *100
Pour obtenir des réponses quantifiés (chiffrées) et représentatives. Elle permet de répondre aux questions : qui ? quoi ? combien ? comment ? et de valider les
résultats obtenus à l’issu de l’étude qualitative (chiffres, % d’évolution, Chiffre d’Affaire, parts de marché….).
Panel : Echantillon à structure permanente dont les membres sont interrogés de manière régulière et ce dans l'objectif d'avoir un cliché, à, d'une clientèle bien
Etude Marché

qualitatives

déterminée.
Etudes

Les sondages : Ils sont représentés par les enquêtes par questionnaire et se déroulent, le plus souvent, en cinq principales étapes : la délimitation du sujet, la
préparation du questionnaire, la réalisation de l'enquête, le traitement des résultats et la présentation et interprétation des résultats.
Le recensement : Technique qui consiste à interroger tous les membres de la population. Cette opération est possible quand la taille de la population n'est pas très
Types d’études de marché

élevée.
Prévision de la demande: Technique qui consiste à analyser l'évolution de la demande dans le temps de telle façon à localiser, des corrélations entre la demande et
Types d'études

certaines variables (âge des consommateurs, catégorie socio-professionnelle, pouvoir d'achat...) et d'établir par la suite un modèle qui permet l'analyse et la
prévision.
Pour mesurer les motivations psychologiques et sociologiques qui expliquent le comportement du consommateur. Elle permet de répondre à la question : pourquoi
quantitatives

? (image de marque, positionnement…..)


Etudes

Etude de l'image : Vise à savoir comment est perçu, connu et apprécié auprès des consommateurs un produit, une marque ou une entreprise;
Etude de positionnement: Permet de donner une photographie du positionnement des marques concurrentes par rapport à des critères prédéfinis;
Etude de comportement: Vise à décrire les comportements des consommateurs par une observation et une interprétation de leurs attitudes;
Etude de motivations :Recherche à explorer l'inconscient du consommateur pour découvrir le mobile caché de l'achat et comprendre les motivations et les freins.
L’Ese peut économiser l’argent et l’effort en exploitant, efficacement, des informations disponibles, tant au niveau interne qu’au niveau externe :
documentaire

Internes : l’E/se peut exploiter les statistiques par produit ou par période, rapports des vendeurs, rapports périodiques d’activité, données comptables, fichiers
Etude

clients, réclamations et suggestions de clients, …


Externes : l’E/se peut recourir aux données fournis par des organismes de la profession, organismes producteurs de statistiques, presse, revues spécialisées,
catalogue des concurrents, banque de données, internet, …

Une étude de marché sert à : Identifier les besoins des clients ; Connaître la politique commerciale des concurrents ; Prendre des décisions marketing adéquates ; … Réagir
sur le marché en prenant des décisions rapides et pertinentes face à la concurrence, à l’évolution des ventes
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 6 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie IV : La fonction Mercatique 2ème BAC S.G.C
Définition La segmentation d'un marché est l'opération marketing qui consiste à le découper en sous-ensemble homogènes
Objectifs de la segmentation * Diversifié l'offre commerciale. *Créer des produits adaptés à chaque segment de la clientèle. *Augmenter la part de marché ; …
segmentation

le lien entre la segmentation et La segmentation du marché améliore le chiffre d’affaire de l’entreprise dans la mesure où elle lui permet d’adapter son offre aux besoins des clients,
la performance commerciale qui seront plus fidèles à ses produits.
1. Critères géographiques : région, habitat , rural ,urbain, national ,international …
Critères de segmentation 2. Critères sociodémographiques : âge, sexe, …
3. Critères comportementaux : taux d’utilisation du produit, fidélité aux marques, …
4. Critères psycho graphiques : style de vie, personnalité, …
5. Critères économiques : niveau de revenu, pouvoir d’achat,…
Définition du produit : Un produit est toute offre présente sur un marché, qu’elle soit un bien ou un service et qu’elle soit vendue ou non
Définition et Rôles Le packaging : c'est l'ensemble des éléments matériels qui sont vendus avec le produit (contenant, décor, emballage ... )
commerciaux du 1- Communiquer les caractéristiques du Produit.
packaging: 2- Différencier le produit par rapport aux produits des concurrents.
Le Définition Le conditionnement : C'est la première enveloppe matérielle qui entoure du contenant du produit
conditionnement L'emballage : Enveloppe qui appuie le conditionnement pour faciliter les opérations de transport, stockage...
et L’utilité Fonctions techniques: conservation du produit, facilité de manipulation
L'emballage Fonctions mercatique: informations du client, identification facile, ….
Caractéristiques du produit

La stylique C'est l'ensemble des techniques permettant d'adapter la forme, les couleurs, l'image d'un produit au goût et aux attentes des consommateurs afin de susciter
(le design) l'achat
Définition :Tout signe matériel servant à distinguer les produits d'une entreprise : un sigle, un symbole, un nom, une couleur qui permettent de reconnaître le
Politique produit

La marque produit, de le différencier


L’utilité :Identifier les produits de l’entreprise ; Distinguer les produits de l’entreprise par rapport aux concurrents ; Positionner le produit sur le marché ;…
Définition : Une Gamme est l'ensemble des produits d’une même famille qui permettent à une E/ se de couvrir la totalité ou une partie du Marché. une entreprise peut
mettre sur le marché plusieurs niveaux de gamme : haut, milieu ou bas de gamme.
• La largeur : le nombre de lignes de produits proposées. Ex : (Renault propose plusieurs lignes : R19, R21, R18, CAPTURE, Clio etc.)
Caractéris
La gamme

-tiques

• La Profondeur : le nombre de produits différents par ligne. Ex : (Renault propose plusieurs types de motorisation et d'équipement dans chaque ligne. Ex :
R19 « STORIA; CHAMADE ... etc.)
• La longueur : La longueur de gamme correspond au nombre total de références dans la gamme de produit (= largeur * profondeur). C'est le nombre total de
références commercialisées par la marque dans la gamme
L’intérêt de la • Cibler plusieurs segments de clients ; • Proposer des produits adaptés à la demande ; • Réduire le risque commercial lié à un seul segment ; • Diversifié l'offre
diversification commerciale pour se différencier de la concurrence ;
Phase Lancement Le nouveau produit est mis sur le marché : Pertes pour l'entreprise ; faible volume de vente ; prix élevés ; coûts élevés de production et de développement
du Croissance Le produit est accepté par le marché :Profits croissants pour l'entreprise et marges élevées ; croissance importante des volumes de vente ; prix assurant une
cycle large part de marché ; coûts réduits par les économies d'échelles
Maturité L'objectif du marketing est de maintenir la position du produit : Profits encore très importants mais stagnants ; maximum des volumes de vente ;coûts de
de vie production faibles, mais coûts de promotion commerciale très élevé .
Déclin Le produit est progressivement abandonné par les consommateur pour des produit qui correspondent mieux à ses besoins : Diminution des profits ;
diminution des ventes ; diminution des prix ; apparition de produits de remplacement

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 7 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie IV : La fonction Mercatique 2ème BAC S.G.C
Prolonger le cycle de  La modification de certaines caractéristiques du produit (emballage, contenu, conditionnement, distribution, design…)
vie du produit  Le changement d’utilisation du produit ou de son mode de consommation en ajoutant d’autres fonctions au produit.
 Le renforcement de la publicité par le recours à différents médias
 Le recours à des promotions de ventes
Définition Le prix est toute somme d’argent ou toute valeur qu’un agent est prêt à payer en contrepartie d’un bien ou un service.
Les Coût E/se commerciale Prix de vente =coût de revient + marge bénéficiaire
la fixation des

E/se industrielle Prix de vente = coût d’achat + marge bénéficiaire


Concurrence Prix inférieurs à ceux des concurrents : Pour conquérir des parts de marché supplémentaires et empêcher l'entrée de nouveaux concurrents sur le marché.
Politique du prix:

prix

Alignement sur les prix des concurrents


Prix supérieurs à ceux des concurrents : Lorsque le produit a des avantages particuliers
Demande L 'élasticité prix de la demande : elle désigne la sensibilité de la demande d'un produit à la variation du prix de celui-ci.
Le prix psychologique ou d'acceptabilité : c'est le prix qu'accepte le maximum de consommateurs de donner contre un produit déterminé.
Contraintes à la fixation Juridiques et réglementaires Des prix fixés par l'Etat...
des prix Economiques la conjoncture économique, le pouvoir d’achat des ménages, le secteur informel ;
Professionnelles Artisans, Avocats..
Politiques ou stratégies Politique d'écrémage : Pratiquer des prix plus élevés que la concurrence. Pour Obtenir une image haut de gamme augmenter ses marges
de fixation du prix Politique de pénétration Fixer son prix en dessous la concurrence. Pour Gagner rapidement des parts de marché ou se différencier par un prix bas
Politique d'alignement : Pratiquer des prix similaires à ceux des concurrents. Pour Éviter une guerre des prix et se différencier autrement que par le prix
Définition La communication commerciale se définit par tous les messages émis par l’entreprise en direction des consommateurs, prescripteurs et distributeurs, pour
les influencer et susciter leur intérêt pour le produit, la marque et l’entreprise.
Objectifs Faire connaître: le but est de faire connaître l'entreprise, ses produits et services et sa marque.
Faire aimer : la communication vise à faire aimer l'entreprise et ses produits et à leur donner une bonne image
Faire agir :la communication vise à faire acheter.
Communication Définition La publicité peut être définie comme toute forme de communication non interactive et payante ayant pour objectif d’informer et
La politique de communication

média : d’influencer le comportement d’achat à long terme (augmenter le désir d’achat chez les consommateurs et les attirer vers le produit).
La publicité Objectifs Convaincre les consommateurs d’acheter un produit avant qu’ils ne le voient et ne l’examinent réellement.
Illustrations : La télévision, la radio, la presse, le cinéma, internet, l’affichage.
Définition La promotion des ventes est un ensemble de techniques, utilisées exceptionnellement, qui tendent à réaliser un accroissement des ventes,
Types de politiques

la politique de pendant une courte période, en offrant aux distributeurs ou aux consommateurs un avantage exceptionnel.
Communication hors média :

promotion des Objectifs • Augmenter le nombre des consommateurs et les poussés à acheter plus. • Ecouler un stock. • Relancer un produit. • Faire face à la
ventes : concurrence.
Illustrations : Réduction de prix; vente avec primes ; techniques de jeux ; essais et échantillonnage .
Sponsoring Définition Le sponsoring est un soutien apporté en vue d’en retirer un bénéfice direct il est assimilable à la vente d’espaces publicitaires
Les relations publiques

(Parrainage) Objectifs Développer la notoriété de l’E/se.


Illustrations : sponsoring sportif ou culturel : « FITCO » sponsorise l’équipe de football « OCS » ; sponsoring média : consiste à parrainer une émission
télévisée ou radiographique (« Méditel» sponsorise la météo, « coca-cola » sponsorise studio 2M, …).
Mécénat Définition Le mécénat est un soutien matériel apporté sans contrepartie directe pour l’exercice d’activités présentant un intérêt générale.
Objectifs Améliorer l’image de marque de l’E/se.

Illustrations : Participation et implication dans les actions de l’Heure Joyeuse.


:

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 8 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie IV : La fonction Mercatique 2ème BAC S.G.C

La distribution est l’ensemble des opérations qui permettent à un produit sortant de l’appareil de production d’arriver au consommateur final au bon moment, au
bon endroit, en quantités suffisantes.
Le circuit de distribution est le chemin commercial emprunté par un produit entre sa production et son achat par le consommateur final. Il est plus au moins
constitué d’intermédiaires.
la taille d’un circuit de distribution : Le nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur détermine la taille d’un circuit de distribution.
Circuit direct ou ultra court : il va directement du producteur au
consommateur et ne comporte aucun intermédiaire .Ex : vente par
correspondance, vente par représentants
Circuit court : il comporte un seul intermédiaire, le plus souvent c’est le
détaillant :
Exemple : vente de lait pasteurisé
Circuit long, traditionnel ou classique : il comprend deux ou trois
intermédiaires, le grossiste, le semi grossiste et le détaillant :
Politiques de distribution

En fonction des spécificités de l’entreprise : puissance financière, image de marque


Choix d’un canal En fonction du produit : le cycle de vie, la nature du produit, son mode de conditionnement, l’existence de services annexes (après-vente)
impose à l’Ese le choix d’un canal de distribution plutôt qu’un autre.
de distribution En fonction du marché : dimension et nature du marché (nombre de consommateurs, répartition géographique, distance entre lieu de
en fonction : production et lieu de vente,…), habitudes des consommateurs
En fonction des attentes de l’entreprise : objectifs commerciaux, image de marque stratégie….
Politique Définition : Avantages : Inconvénients :
Elle consiste pour un producteur à s'implanter dans le plus grand • Meilleure diffusion des produits. • Coûts de distribution élevés.
intensive
Politique

nombre de point de vente possible pour assurer une couverture • Peu de frais de transport et stockage. • Perte de contact avec la clientèle
maximale du marché. • Indispensable pour les produits de finale.
( Elle convient aux produits de grande consommation, à prix faible, et grande consommation • Parfois difficile pour bâtir une image
à grande fréquence d'achat). cohérente.
Le fabricant accorde à un distributeur l'exclusivité de la vente de ses • Permet de créer et renforcer une • Difficulté de recrutement des
Exclusive
Politique

produits sur une zone géographique. Le commerçant ne peut pas image de marque. distributeurs.
vendre de produits concurrents. • Meilleure contrôle de la distribution. • Contraintes légales importantes.
Cette forme de distribution fait l'objet d'un contrat de concession, de
franchise, de fourniture exclusive ...
Le producteur choisit un nombre restreint de distributeurs en • Assez bon contact avec la clientèle. • Charges administratives et
Politique
Sélective

fonction de certains critères : taille du magasin, compétence des • Pas de grossiste à rémunérer donc coût logistiques fortes.
vendeurs, emplacement, agencement, image de marque... le canal de réduit. • Faible couverture du marché.
distribution est intégré à l'image de marque du produit.
le produit se vende uniquement par (1) un seul vendeur.

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 9 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE 2ème BAC S.E
Nécessité de l’élaboration d’une La stratégie devient une nécessité pour la survie de l’Ese dans un environnement très turbulent. En effet, l’Ese vit face à des défis majeurs : la
stratégie pour l’entreprise mondialisation, le progrès technique, l’environnement écologique, l’énergie,…
Notion de la stratégie d’entreprise La stratégie consiste à déterminer les objectifs à long terme d’une entreprise, adopter des moyens d’action et allouer des ressources nécessaires pour
atteindre ces objectifs.
L’intérêt de la stratégie coordonner les objectifs de l’organisation de façon à ce que leur action soit cohérente et efficace ; mieux faire face aux défis de son environnement
instable et concurrentiel
Définition C’est un but durable, avec une échéance imprécise, que poursuit une entreprise. Les finalités répondent à des questions du type « que voulons-nous devenir ».
Finalités Objectifs de rentabilité : Produire des biens et services Réaliser des profits Augmenter la part du marché Rémunérer les propriétaires
Finalité

économiques Objectifs de longévité : Assurer la survie : Recherche de la pérennité de l'activité Assurer la croissance : se développer, être puissant Conserver son
Types

indépendance
Finalités sociales la création d'emploi, la formation professionnelle, le soutien à la croissance par l'innovation, l'amélioration des conditions de travail.
Finalités sociétales protection de l’environnement, l’entreprise « citoyenne », respect de l’éthique (lutte contre le travail des enfants par exemple),...
Définition La planification stratégique est un processus par lequel on établit des objectifs et on détermine les actions à entreprendre pour les atteindre.
Définition Le diagnostic stratégique est la première étape de la planification stratégique. Il consiste à analyser la position de l’entreprise sur le marché et son
activité afin de déterminer ses forces et ses faiblesses (diagnostic interne) et les opportunités et les menaces de l’environnement (diagnostic externe).
Le métier C’est le savoir-faire d’une entreprise ou l’ensemble des compétences distinctives acquises dans l’exercice d’une profession.
Diagnostic stratégique
Mise en place de la planification stratégique

NB : Il suffit de recopier l'Activité à partir de la fiche de présentation de la société :


La mission C'est la réponse de l'entreprise aux attentes du marché ; elle se définit par rapport aux besoins qu’elle permet de satisfaire
La planification stratégique

FORCES Une force est une ressource ou une caractéristique du produit ou de l'organisation étudié qui sert à le mettre en valeur.
Diagnostic FAIBLESSES Une faiblesse est une limite, un défaut ou une " non-compétence" du produit ou de l'organisation qui pourrait l'empêcher de
interne parvenir au succès.
OPPORTUNITÉS Il s'agit de toute situation favorable à une entreprise pour parvenir à se donner un avantage concurrentiel sur le projet ou le
Diagnostic produit.
externe MENACES A l'inverse, toute situation non favorable dans l'environnement extérieur d'une entreprise est une menace pour l'évolution d'un
projet.
Le plan Après avoir effectué le diagnostic stratégique, l’entreprise doit élaborer un plan global ou un projet d’entreprise en fixant les orientations stratégiques à
stratégique ***** long terme.
Les plans Les plans opérationnels permettent de traduire les orientations stratégiques fixées par le plan stratégique en programmes d’action à court et à moyen
opérationnels *** terme. (Exemples : plan d’approvisionnement, plan de production, plan de financement, plan commercial, etc.).
Les budgets ***** Le budget est un état prévisionnel des recettes et des dépenses de l’entreprise pour une période donnée, généralement l’année. Il se décompose
généralement en, budget des ventes, budget de production, budget des approvisionnements, budget de trésorerie, etc.
Le contrôle des Le contrôle permet un suivi constant des différentes étapes de la planification. L’analyse des écarts entre prévisions-objectifs et réalisation doit
réalisations ***** permettre de prendre des mesures correctives.
Contrôler signifie garder la maîtrise, dominer la gestion d’une entreprise, être en mesure de prendre toutes les décisions pour aider à la réalisation des
objectifs qu’une entreprise s’est assignés.
***** Eléments du programme ne faisant pas l’objet d’évaluation en examen national

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 10 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie V : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE 2ème BAC S.G.C
Domaine d’activité C’est l’ensemble des produits et/ou services de l’entreprise qui possèdent les mêmes facteurs clés de succès et qui partagent des ressources et des savoir-

Les fondements
stratégique : DAS faire. Ils sont offerts à un marché spécifique, utilisent la même technologie et permettent de satisfaire le même besoin. L’entreprise doit formuler une
stratégie pour chaque DAS.
Le métier C’est le savoir-faire d’une entreprise ou l’ensemble des compétences distinctives acquises dans l’exercice d’une profession. NB : Il suffit de recopier l'Activité
à partir de la fiche de présentation de la société
La segmentation stratégique C’est une opération qui vise à diviser l’ensemble des activités de l’entreprise en groupes homogènes appelés domaines d’activité stratégique. La
segmentation stratégique retient généralement trois critères pour définir un segment : La technologie (aspect fabrication) ;Le besoin satisfait (aspect
produit) ;La clientèle (aspect marché).
Définition : Pour caractériser la position concurrentielle d’une entreprise, il est utile d’étudier le cycle de vie du produit, son métier et d’une façon plus globale, de
procéder à l’analyse de son portefeuille d’activité.
La position concurrentielle

L’effet d’expérience Cet effet s’explique par la réalisation d’économies d’échelle et par un effet d’apprentissage (baisse des coûts de main d’œuvre du fait du développement du
savoir-faire technique et d’une meilleure organisation)
Le cycle de vie du métier de Produits et métiers ont des cycles qui ne coïncident pas nécessairement :
l’Ese - Un métier est en expansion quand il assure aux produits dont il est à l’origine un développement important
L’analyse concurrentielle

- En cas de déclin d’un produit, l’Ese peut reporter les compétences distinctives de son métier sur un autre produit voire un autre métier.
VEDETTES Rentabilité élevée, besoins financiers importants :
(croissance)  Maintenir sa position de leader,
 Investir pour atteindre la taux de croissance voulu
portefeuille
d’activité

Vaches à lait Rentabilité élevée, besoins financiers faiblies :


(maturité)  Rentabiliser Investir le minimum pour maintenir sa position
 Fort Avantage concurrent
Dilemme Rentabilité faible, besoins financiers importants :
(Lancement)  Investir massivement pour devenir leader, Ou – Segmenter, ou - abandonner.
Poids morts Rentabilité faible, besoins financiers faibles:
(déclin)  Maintenir le minimum d'investissent ("survivre). Ou Abandonner
les facteurs clés du succès (FCS) Ils sont des éléments qui conditionnent la réussite de l’Ese dans un domaine d’activité stratégique en lui procurant des avantages concurrentiels. (FCS : part
de marché, capacités techniques, humaines, managériales, mercatiques,…).
L’avantage concurrentiel est un facteur de réussite que l’entreprise doit maîtriser mieux que la concurrence pour pouvoir en tirer une meilleure position sur le marché.
Les économies d’échelle correspond à la baisse du coût unitaire d'un produit qu'obtient une entreprise en accroissant la quantité de sa production.
Les facteurs explicatifs d'avantage compétitif

Les facteurs relatifs à la La taille critique : consiste en un seuil ou une dimension suffisante que devrait atteindre une entreprise pour devenir rentable ou valider des objectifs.
dimension L'effet d'expérience : Le coût unitaire total d'un produit (hors inflation) décroît d'un pourcentage constant chaque fois que la production cumulée de ce
produit par l'entreprise est multipliée par 2.
Facteurs relatifs aux Le savoir- faire : C’est l’ensemble de connaissances, d’habiletés et de techniques acquises par l’Ese, depuis sa naissance.
ressources L’effet de synergie : On parle d’effet de synergie lorsque la complémentarité de deux activités permet d'obtenir un résultat supérieur à la somme des
résultats que fourniraient ces deux activités séparément (1 +1 = 3).
La capacité d’innovation : L’innovation est l’application concrète d’une nouvelle idée ou d’une technologie nouvelle en rapport avec les besoins.
Types d’innovation : technologique,commerciale,organisationnelle, institutionnelle.
Les facteurs relatifs à Définition de productivité : C’est le rapport entre la production réalisée et la quantité de facteurs utilisées pour cette production.
l’amélioration de la Gains de productivité : Le gain de productivité est défini, en économie, par l'augmentation de la productivité durant une période fixée.
productivité Origine des gains de productivité : L’amélioration de la productivité passe par la réalisation des points suivants :
 Abaisser les coûts de personnel : recours au travail intérimaire pour flexibiliser le personnel, délocalisation à l'étranger pour faire baisser les coûts,
 Rationaliser la production et son organisation: automatisation des chaînes de production, recherche des économies d'échelle, juste à temps, etc.,
 Se différencier de ses concurrents : jouer sur les facteurs de la compétitivité hors prix comme la qualité, la flexibilité (aptitude de l’Ese à s’adapter aux
changements de l’environnement), l’innovation
*** Remarque : la segmentation stratégique ne doit pas être confondue avec la segmentation marketing.
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 11 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie V : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE 2ème BAC S.G.C

Définition La spécialisation consiste pour l’entreprise à se concentrer sur un seul métier afin d’atteindre un niveau élevé de compétence et d’obtenir un avantage
concurrentiel.
Pénétration du Le développement du marché Le développement du marché (extension géographique ou nouveaux clients)
marché Le développement du produit – développer sa gamme de produits de façon à toucher de nouveaux clients ;
La spécialisation

– proposer de nouveaux produits à ses clients actuels.


Stratégie de survie La stratégie de dégagement Le désengagement, encore nommé dégagement ou désinvestissement stratégique, désigne la stratégie qui consiste à
arrêter l’exploitation d’un DAS dans le but d’affecter les ressources dégagées à de meilleurs emplois.
La stratégie de recentrage Cette stratégie consiste pour l’entreprise à revenir à son métier d’origine après une opération de diversification. Ce
revirement s’explique par l’absence d’avantages concurrentiels.
Avantages Acquisition de l’expérience ; Economies d’échelle ; Diminution des coûts ; Satisfaction du marché ; Faible complexité de gestion ; Développement d’une image
de marque ;
Limites Rigidité organisationnelle ; Capacité d’adaptation et de changement parfois limitée ; Vulnérabilité de l’entreprise face à une évolution défavorable de
l’environnement ;Position concurrentielle difficile à maintenir.
La diversification La diversification consiste pour une entreprise à compléter son métier actuel par de nouvelles activités ayant des caractéristiques techniques et commerciales
différentes et exigeant des compétences distinctes.
La stratégie de domination par les coûts consiste à atteindre de façon durable coût unitaire inférieur à celui des concurrents pour un même niveau de qualité et
Stratégies génériques ceci, pour une cible large (tous les segments du marché ou un grand nombre d’entre eux).
de M. Porter La stratégie de différentiation consiste à mettre en œuvre des moyens, autres que le prix, pour distinguer l’offre de l’entreprise de celle de ses
concurrents.
Définition L’impartition est une alliance (‫ )التحالف‬ou un partenariat stratégique. Elle se caractérise par l’association de plusieurs entreprises qui restent indépendantes, voir
même concurrentes. Cette relation de coopération est limitée, progressive et réversible.
Sous-traitance C’est un contrat qui permet à une entreprise « donneur d’ordre » de confier l’exécution d’une partie de sa production à
une autre firme « sous-traitant ». Il s’agit d’externaliser une partie de la production.
Les stratégies d’impartition

Partenariats Cession de licence il s’agit pour une entreprise d’autoriser une autre à utiliser un brevet d’invention en contrepartie de redevances.
Interentreprises Concession c’est un contrat par lequel un commerçant, appelé « concessionnaire » , distribue exclusivement sur un territoire donné
, pour un commerçant ou industriel , appelé « concédant »
Franchise c’est un contrat par lequel une entreprise (le franchiseur) met à la disposition d’une autre (le franchisé ) son savoir-faire,
sa marque, son assistance, en contrepartie de redevances
Autres formes Groupement d’intérêt économique Deux ou plusieurs E /ses peuvent constituer entre elles un groupement d'intérêt économique pour une durée
d’impartition déterminée. Le but du groupement est de faciliter ou de développer l'activité économique de ses membres (études et
recherches, centrale d’achat, comptoir de vente à l’étranger, services logistiques,…).
Filiale commune Il s’agit d’une entreprise dont le capital est détenu à parts égales par deux ou plusieurs entreprises souvent de
ou joint-venture nationalités différentes. De ce fait, elle permet de réunir les connaissances spécialisées mais complémentaires, de
limiter le poids de l’investissement et de partager les coûts.
Avantages Bénéficier de synergies, Etre flexible et simplifier son organisation, Réduire ses coûts et renforcer sa compétitivité, Mettre en place des actions communes
(ex : recherche et développement)
Limites Risque de dépendance économique Les difficultés rencontrées par une entreprise peuvent se transmettre à ses partenaires. vol d'informations
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 12 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie V : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE 2ème BAC S.G.C
Définition C’est une stratégie qui consiste à ajouter à l’activité initiale de l’entreprise une activité complémentaire que ce soit vis à vis des fournisseurs (en amont) ou vis à vis
des clients (en aval)..
L’intégration en amont : vers les approvisionnements ; l’entreprise devient son propre fournisseur en intégrant ses
Intégration verticale fournisseurs traditionnels.
Les niveaux L’intégration en aval : vers les débouchés (clients, réseau de distribution).
d’intégration Filière : intégration en amont et en aval = enchaînement des activités complémentaires depuis la matière première
Stratégie d’intégration

jusqu’à la distribution du produit fini).


Intégration horizontale L’intégration horizontale concerne les entreprises ayant la même production (entreprises concurrentes).
Les modalités de La fusion A et B C Réunion et disparition de 2 E/ses A et B de tailles voisines et appartenant à un même secteur pour
l’intégration donner naissance à une nouvelle entreprise C reprenant la totalité de leur patrimoine, aussi bien actif que passif.
Absorption A et B B Regroupement de 2 E /ses de tailles différentes A et B : B « sociétés absorbées » disparaît en cédant ses
titres à A : c’est la « société absorbante ». Cette dernière réunit tous les actifs et les passifs étant auparavant propriété
de B (effet de domination).
La fusion absorption (La Deux entreprises B et C se partagent la propriété d’une autre entreprise A par achat de part égales 50 % chacune. L’Ese
scission) A est donc scindé en 2 parties et disparaît.
Avantages Maîtrise de toutes les étapes d’un cycle de production (logique industrielle) ; Amélioration de la rentabilité (logique financière) donc croissance plus rapide ;
Contrôle partiel ou total de la filière : (absence de domination des Frs ou des distributeurs + pouvoir sur le marché) ; Sécurité des approvisionnements
(intégration en amont) ou des débouchés (intégration en aval) économies d’échelle (baisse des coûts fixes) ; Barrière à l’entrée de nouveaux concurrents
Limites Stratégie réservée aux grandes E/ses disposant de capitaux importants ; Réduction de l’incitation à l’efficacité car la pression de la concurrence ne s’exerce plus ;
Problèmes divers : restructuration, réorganisation, conflits sociaux, cultures différentes des entreprises fusionnées…
Entreprises nationales Une Ese est dite nationale lorsqu’elle développe ses activités (production, distribution) sur son territoire national.
Entreprises Une Ese s’internationalise lorsqu’elle développe son activité (ou ses activités si elle est diversifiée) au-delà de son territoire national. Il s’agit d’une stratégie de
internationales croissance hors du marché national de l’Ese. Elle est l’aboutissement logique du processus de croissance de la firme ; le plus souvent, elle constitue même la seule
solution qui lui permettra de survivre.
Raisons économiques : Mieux maîtriser l’approvisionnement à l’étranger, impossibilité d’augmenter la croissance avec le marché national, abaisser les coûts de
Stratégie d’internationalisation

production (notamment grâce à des salaires plus faibles).


Facteurs Raisons techniques : Baisser les coûts de transports internationaux, accroître la capacité de production pour réaliser des économies d’échelle, en s’implantant,
d'internationalisation par exemple, dans des zones à fort potentiel géographique
Raisons politiques : Désirer contourner les barrières protectionnistes, bénéficier d’accords entre Etats, profiter des zones de libre-échange.
Raisons financières : Réaliser des bénéfices en jouant sur les parités monétaires, tirer parti des avantages fiscaux, accéder à de nouvelles sources de
financement.
L’exportation : Consiste à vendre directement ses produits dans un pays étranger en passant par un distributeur. Cette modalité ne nécessite aucun
Axes investissement autre que les frais et les coûts du transport. C’est souvent la première étape de l’internationalisation ;
(Modalités, voies) Le partenariat Avec une entreprise locale qui bénéficie d’un contrat de sous-traitance ou d’une licence. Cette modalité limite les risques liés à la
de méconnaissance de l’autre pays et permet de s’engager plus avant dans les relations avec ce pays. Dans certains cas, le partenariat est une
l'internationalisation nécessité absolue car les investissements directs ne sont pas possibles ;
L’investissement direct Consiste à créer une filiale ou à racheter une entreprise à l’étranger. Cette modalité est la plus risquée, elle nécessite d’évaluer
à l’étranger précisément le « risque pays » (politique, économique, climatique...).
 Cadres juridiques différents,
Risques relatifs à l’internationalisation  Nouvelles pratiques d’affaires,
 risques politiques économiques et/ou financiers
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 13 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie V : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE 2ème BAC S.G.C

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 14 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E Partie V : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE 2ème BAC S.G.C
Définition de la croissance un processus de développement à long terme, qui s:e traduit par une modification de ses dimensions, de ses caractéristiques et de sa structure.
Objectifs de la croissance En termes de coût : Les économies d’échelle : Diminution du coût moyen obtenue grâce à une répartition des charges fixes sur une production plus importante. L’Ese devient
plus compétitive.
En termes d’efficacité : Effets d’expérience : La maîtrise du métier avec l’expérience permet de diminuer le coût unitaire des produits
Taille critique : Taille minimale qu’une E/se doit posséder pour s’introduire ou se maintenir sur un marché sans subir d’handicap notable
Pouvoir de négociation : Une entreprise plus grande bénéficie d’un grand pouvoir sur ( Le personnel - les fournisseurs - les concurrents -les banques -
les pouvoirs publics .....).
les effets de synergie : Le regroupement de deux activités complémentaires donne un résultat supérieur à celui qui aurait été obtenu si ces activités
avaient été séparées (1+1=3).
Définition La croissance interne a pour but le développement de sa propre entreprise par la création de nouvelles unités de production, de canaux de distribution,
La d’action de commercialisation, d’achats d’actifs.
croissance Avantages Développement progressif de l’E/se - Maîtrise du développement - Utilisation de ressources financières propres- Conservation du pouvoir des dirigeants
et de l’indépendance de l’E/se - Climat social consolidé - Création de l’emploi - Développement d’un savoir-faire
interne Limites Lenteur dans la réalisation de la croissance - Accroissement de la spécialisation de l’E/se dans ses activités actuelles (fragilité face aux variations
Les modes de croissance

d’activités)
Problèmes de financement en cas d’investissement important - Difficulté d’organisation en cas de croissance forte, Processus lent, - Risque de rigidité en
cas de non innovation. - Difficulté d’atteindre la taille critique.
Définition La croissance externe résulte du regroupement de plusieurs entreprises qui mettent en commun leurs efforts, leurs moyens, leurs clientèles, leurs
capitaux, … en vue de diversifier les activités de l’entreprise.
Les modalités Prise de participation L’entreprise acquiert moins de 50% du capital d’une autre entreprise .
La croissance

juridiques Fusion deux entreprises A et B disparaissent pour donner lieu à une nouvelle entreprise C
fusion absorption une entreprise A qui absorbe une entreprise B qui par ce fait disparait
externe

Apport partiel d’actif acquisition d’une partie du capital d’une société (qui devient une filiale si plus de 50 % des actifs sont acquis) soit pour en tirer
des revenus, soit pour participer à sa gestion et tenter de la contrôler.
contrat de partenariat Les partenariats prennent plusieurs formes : sous-traitance, franchise, concession, cession de licence, filiale commune et GIE.
Les modalités OPA une société A s’adresse publiquement aux actionnaires de B pour leur proposer de leur racheter leurs titres à un cours garanti
financières (généralement supérieur au cours boursier) ;
OPE société a proposé l’échange des actions de la société B contre ses propres titres
OPV achat de titres lorsqu’ils sont mis publiquement en vente la 1ère fois.
ramassage boursier une société B achète les titres d’une société A en vue d’avoir la majorité ;
Avantages Accès à des domaines nouveaux - Acquisition des compétences nouvelles- Diminution des risques - Taille critique -Effets de synergie
Limites Importance des capitaux nécessaires - Coûts élevés des acquisitions d’entreprises - Intégration difficile des activités - Réorganisations compliquées -
Différences culturelles entre les entreprises regroupées
Définition La concentration est un processus qui entraine une augmentation de la taille des entreprises (capital, investissement, effectifs…) et une diminution du nombre des entreprises d’un
La concentration des

secteur d’activité ou d’une branche d’activité .


Causes de la Causes externes L’ouverture des marchés, l’intensification de la concurrence, le coût élevé des investissements immatériels (recherche développement, formation…) et
entreprises

concentration matériels poussent les entreprises à se concentrer pour acquérir des seuils critiques sur le marché mondial et leur permet de mieux lutter contre la
concurrence.
causes internes Ressources financières excédentaires, dirigeants ambitieux (concentration réfléchie) …
Formes de la Horizontale Il s’agit d’un regroupement entre entreprises ayant la même activité ;
concentration Verticale Il s’agit d’un regroupement entre des entreprises situées à des stades de production complémentaires. Elle peut être vers l’amont ou vers l’aval
(intégration) ;
Conglomérale il s’agit d’un regroupement entre des entreprises ayant des activités diversifiées.
L’entreprise holding (société de portefeuille c’à d société financière qui détient des participations dans d’autres société) détient une expertise financière
et managériale. Elle doit optimiser les investissements de ses actionnaires.

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 15 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E GRH 2ème BAC S.G.C
La gestion du personnel Ce domaine a pour finalité la recherche de l'équilibre entre la rentabilité de I'E/ses et le bien-être des salaries.
Les domaines

Les relations sociales A travers de ce domaine, les responsables visent I ‘accroissement de la satisfaction des groupes sociaux en privilégiant le dialogue social.
de la GRH

La formation LE/se doit veiller à la qualité de ses ressources humaines, élément clé de la productivité de I'E/se, c'est pourquoi elle tient à avoir un personnel bien formé.
La communication C'est l'épanouissement professionnel des salaries qui est vise. II constitue un facteur déterminant de la motivation.
La rémunération La rémunération est déterminante en matière de motivation et d'implication du personnel. C'est pourquoi l'E/se veille au respect de la législation et innove en matière
de complément de rémunération.
Les motivations du personnel La motivation contribue a I ‘accroissement de l'efficacité du système de l'E/se.
Définition La motivation est ce qui fait agir le salarié, ce qui le pousse à travailler.
1- Facteurs personnels : Le salarié peut être motivé par soi-même. Le travail peut être source d’équilibre, de reconnaissance, d’épanouissement et de considération ,
d’image positive de soi et surtout de réalisation (évolution en carrière)…
Les facteurs traditionnels de la 2- Facteurs professionnels : Etre motivé par la tâche à accomplir grâce à des responsabilités et une rémunération valorisante, amélioration des conditions de travail,
Motivation

motivation réduction de la fatigue physique, limitation des atteintes à la santé.


3- Facteurs relationnels : A côté des motivations matérielles existent d’autres motivations qualifiées de relationnelles et psychosociales, c’est le fait d’être motivé par
les autres, travailler dans un contexte où il y a moins de conflits.
Les facteurs modernes de Financiers : Niveau de rémunération, primes, participation aux résultats ou au capital, les aides spécifiques aux logements ...
motivation Non financiers : Cadeaux, voyage, aménagement de bureau, confort, formation, responsabilisation, climat de confiance, développement des relations humaines,
l'envoi de quelques employés en pèlerinage ...
Les objectifs de la motivation : • Satisfaire les besoins du personnel; • Fidéliser le personnel; • Instaurer un bon climat social; • Améliorer le productivité...
Autoritaire Le style est directif, le manager décide de tout et impose une forte pression, il ne consulte pas les subordonnés. La hiérarchie est absolue et la communication est
descendante.
commandement

Paternaliste Caractérisé par la motivation par récompense. Le manager prend les décisions importantes et laisse aux employés des décisions qui sont moins riches. Il distribue des
styles de

sanctions et des récompenses. Il prend en compte les besoins de son personnel et lui accorde des avantages sociaux.
Démocratique (délégatif) Les subordonnés sont consultés sur les décisions à prendre. Le supérieur prend la décision finale. (Communication interne, objectifs partagés...)
Participatif Il se caractérise par l'établissement d'objectifs, une participation des salariés aux décisions et une communication facilitée. Travail en commun pour élaborer des
solutions. Le manager joue un rôle d'arbitre.( Implication du personnel au processus décisionnel, climat de confiance, responsabilisation des collaborateurs ... objectifs
partagés...)
Définition correspond à la bonne circulation des informations au sein de I ‘entreprise.
communication

Rôle informatif - Informer le personnel sur le fonctionnement de l'entreprise et sur les tâches à remplir; - Favoriser la coordination des tâches et éviter les dysfonctionnements au sein
de l'E/se ; - Informer le personnel sur les changements et les réorganisations qui affectent l'E/se; - Informer le personnel sur les résultats de l'E/se. - Motiver et
interne

renforcer l'esprit d'appartenance...


La

Rôle social - La communication interne améliore le climat social et réduit les risques de conflits sociaux; Elle satisfait chez le personnel des attentes psychologiques : valorisation,
estime, reconnaissance ...
Moyens La Boite de suggestion ; La Carte de travail ; Affichage des notes internes et de services, des réunions hebdomadaires, mensuelles qui donne lieu à du partage
d'information et à de la communication sur l'entreprise. Les instances représentatives du personnel (déléguées du personnel). Les séminaires ...
Instance Rôle Composition
Rôle des instances de représentation Comité d’entreprise Gestion des œuvres sociales, instance d’information et de concertation sur les problèmes Chef d’entreprise, élus du personnel,
du personnel
économiques et sociaux de l’entreprise délégués syndicaux
Délégué du personnel Exprimer les réclamations du personnel Elu(s) du personnel
Bureau syndicale Exprimer les revendications, conduire les négociations, signer les conventions collectives Délégués syndicaux désignés par les syndicats
d’entreprise
L'intérêt (rôles) de l'instauration du Prévenir et résoudre les conflits sociaux ; Discuter les sujets d'intérêts communs ; Améliorer les conditions de travail; Répondre aux aspirations du personnel
dialogue social
Conflits individuels : Définition Opposition entre un salarié et son supérieur hiérarchique,
Moyens d’action Si la négociation n'aboutit pas, le règlement du litige se fait par le recours à la justice.
Conflits collectifs : Définition Opposition entre la hiérarchie ou la direction de l’E /se et une catégorie de salarié
Moyens d’action Tous les moyens d’actions des syndicats, la grève.

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 16 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E GRH 2ème BAC S.G.C
négociation Négociation collective avec les représentants du personnel,
Modalités de résolution : La conciliation : Le conflit est porté devant une commission.
La médiation : Un médiateur intervient pour proposer une 'solution que les deux parties peuvent rejeter.
L'arbitrage : Confier à une personne choisie d'un commun accord par les parties le soin de proposer une solution qui s'impose à tous.
L'objectif de recrutement : est de rechercher la personne adéquate au poste à pouvoir.
La GPE est un outil de prévision et d’adaptation de la quantité (effectifs) et la qualité (les compétences) des ressources aux besoins de l ‘E/se :
La gestion prévisionnelle de  La GPE permet d’éviter les sureffectifs et les sous effectifs. Elle réalise les ajustements quantitatifs du personnel en effectuant des embauches, des
l’emploi licenciements, des aménagements du temps de travail ;
 La GPE permet aussi une gestion qualitative du personnel : l’entreprise peut ainsi éviter la surqualification et la sous-qualification.
les étapes de recrutement : Etape 1 : Etude des Besoins ; Etape 2 : Recherche (Recrutement) ; Etape 3 :Sélection ; Etape 4 : Intégration
Descriptif du poste et Profil du Descriptif du poste : Analyse objective de la fonction, des tâches à effectuer, et de la position hiérarchique.
poste Profil du poste : Analyse des compétences et des qualités que doit avoir un candidat pour occuper le poste.
Recrutement interne Mode de recrutement interne : Il s'agit de proposer au personnel de l'entreprise qui possède les qualifications requises au poste à pouvoir (recours à la mobilité
Le recrutement

interne).
Avantages : (+) Cout faible. (+) Facilité d'intégration (+) Motivation du personnel (+) Bénéficier des compétences des salariés
Limite : il prive l'entreprise d'avoir compétence venant de l'extérieur avec une nouvelle façon d'appréhender les choses.
recrutement Externe Mode de recrutement Externe : Le recrutement externe est employé lorsque l'entreprise désire embaucher des individus qui ne travaillent pas dans l'organisation.
Avantages : Apport de nouvelles compétences. ; Rajeunissement de la pyramide d'âges
Limites : (+) Cout élevé. (+) Problème d'intégration.
Les moyens de recrutement Les annonces ; Les salons ; Les candidatures spontanées ; Les stages et travaux intérimaires ; Les recommandations ; Le recrutement par Internet
Les méthodes de sélection La première phase : phase administrative d’exploitation des documents. Elle permet d’opérer un premier choix en éliminant les candidatures inadaptées au profil de
poste.
La seconde phase de test, d’essais et d’entretiens, les candidats sont comparés en vue d’un choix définitif : CV ; Tests psychotechniques ;Essais
professionnels ;Attestations de travail ; Entretiens d’embauche
Définition Il s'agit de faciliter l'intégration du nouveau salarié, lui faire découvrir son environnement du travail et de l'initier à la culture de l'entreprise.
Les moyens d'intégration *l'accueil (Livret d'accueil); * les formalités administratives (consigne du travail, l'horaire.); * Plan d'insertion individuel.
L'importance de l'intégration * Eviter le rejet de la nouvelle recrue;
du personnel : * Réussir l'insertion de la nouvelle recrue dans l'E/se;
* Réduire les couts liés à l'inadaptation de la nouvelle recrue au poste de travail.
Définition La formation est considérée comme un investissement immatériel dans la mesure où les coûts de formation doivent produire des gains de productivité.
Objectifs économiques pour Augmentation de l'efficacité et de l'efficience de l'entreprise;
l’Ese s’adapter aux évolutions technologiques et de pourvoir les postes vacants.
L’objectif personnel pour les Développement des compétences du personnel; - Meilleur adéquation des salariés aux évolutions des techniques, de marché et de produits; - Acquisition de nouveaux
individus savoirs.
La formation initiale : correspond aux connaissances acquises avant l’entrée dans la vie active. ( l'enseignement scolaire et universitaire)
La formation

Les modalités de la formation La formation continue : correspond à l’ensemble des actions de formation dont bénéficie le salarié au cours de sa vie professionnelle (maîtriser des connaissances ou
des techniques en vue de s’adapter à l’évolution des professions)
La formation par L’alternance est un système de formation qui permet aux étudiants d’alterner entre formations théorique dispensée par un établissement scolaire et
une expérience professionnelle en entreprise.
l’impact de la formation ✓ La Formation continue permet à l'E/se de perfectionner les compétences des salariés;
continue sur la compétitivité ✓ Elle permet d'augmenter la productivité de l'E/se;
de l'E/se : ✓ D'améliorer la qualité et par conséquent de maintenir et de renforcer sa compétitivité...
Le plan de formation Le plan de formation détermine : Les objectifs ;-Le contenu de la formation - Les bénéficiaires - Le budget - Les modalités - Les moyens matériels et humains - Le
calendrier
Les Principales étapes du plan de formation : Etape 1 Détermination des Besoins ; Etape 2 Fixation des Objectifs ;Etape 3 Elaboration du plan de Formation ; Etape 4
Evaluation de la Formation

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 17 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.O.A.E GRH 2ème BAC S.G.C
La réalisation des actes de La formation interne : Les actions de formation peuvent être réalisées par l’entreprise elle-même : certains salariés de l’entreprise deviennent alors formateurs des
formation autres salariés de l’entreprise.
La formation externe :Certaines entreprises font appel à un organisme de formation.
Définition Elle consiste à recenser, entretenir et développer chez le personnel, les compétences dont l’E/se a besoin, afin qu’il puisse évoluer à travers différents postes et niveaux
hiérarchiques.
la Gestion des

Les outils d'évaluation L'entretien annuel d'évaluation : C'est un entretien direct entre le salarié et son supérieur hiérarchique, Il permet d'établir un bilan professionnel en comparant les
Carrières

performances obtenues et les objectifs assignés.


Le Bilan des compétences : Le bilan des compétences a pour objectif de permettre à des individus d'analyser leurs compétences tant professionnelles que personnelles
ainsi leurs aptitudes et leurs motivations afin de définir un projet professionnel ou de formation.
L'intérêt de la Gestion des Pour le salarié : ✓ Satisfaction du besoin d'estime; ✓ Amélioration de son statut Social; ✓ Possibilité d'amélioration de son Revenu; ✓ Occasion d'exprimer et discuter
Carrières : ses souhaits d’évolution...
Pour l'Entreprise : ✓ Motivation; ✓ Fidélisation du Personnel; ✓ Prendre des décisions sociales objectives; ✓ Préparation d'un plan de Formation ...
Définition En contrepartie de son travail, de son niveau d’études et celui de ses compétences, le personnel reçoit une rémunération.
Les composantes de la Partie Fixe : qui dépond du niveau de responsabilité et la performance du salarie (salaire de base).
rémunération: Partie variable : qui dépond de I 'engagement des collaborateurs, leur implication et les résultats obtenus (Primes).
Les objectifs d’une Pour l’E /se : La politique de rémunération devrait permettre : L’amélioration de la productivité- L’amélioration de la qualité- La motivation des salariés- L’instauration
politique de d’un bon climat social
La rémunération

Pour le salarié : La politique de rémunération doit : permettre de satisfaire ses besoins, être juste et équitable, être transparente sur les modalités de détermination des
rémunération rémunérations.
1- Les contraintes juridiques :
-Le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) et le SMAG (salaire minimum agricole garanti) ;
-Les conventions collectives qui peuvent contenir des salaires minima pour les secteurs, branches ou entreprises signataires de ces conventions ;
Contraintes pesant sur la -L’égalité des rémunérations entre hommes et femmes
rémunération 2- Contraintes économiques :
L’évolution du marché de travail et concurrence imposent à l’E/se une certaine flexibilité. Elle doit donc adapter les salaires qu’elle verse à ses employés avec ceux
versés par ses concurrents. Le niveau des salaires constitue ainsi un moyen d’attraction des compétences.
3-Contraintes sociales :
L’E/se supporte des charges sociales en vue de faire profiter le salarié d’un certain nombre de prestations (Cotisations sociales, assurances maladie, retraite…).
Les formes de Le salaire au temps : L’employé est payé selon le temps de présence dans l’E/se
rémunération Le salaire au rendement : L’employé est payé selon la production réalisée (nombre de pièces ou d’unités fabriquées)
Le salaire à prime : L’employé reçoit un salaire fixe d’après le temps travaillé majoré d’une prime selon son évolution dans le rendement. (temps + prime au résultat ou à
la production).
Les formes de ✓ L'intéressement: il est conditionné à un objectif à atteindre par I ‘Entreprise;
participation ✓ Participation au résultat de l'entreprise: il s'agit de distribuer ('ensemble des salariés de I ‘entreprise une partie du bénéfice selon une formule fixée par accord,
✓ Plan d'Epargne d'Entreprise: Les salaries peuvent effectuer des versements volontaires, que leur entreprise peut compléter par un abonnement qui est toujours
facultatif;

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 18 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G .S Chapitre 1 : Le marché : 2ème BAC S.G.C
Notion de marché:
 Au sens concret : Le marché est un lieu de rencontre réel où les demandeurs et les offreurs échangent les biens et services à un prix déterminé. Exemple : Le souk
hebdomadaire, une grande surface, le marché de bétail, …
 Au sens abstrait : Le marché est un lieu de rencontre fictif qui permet aux offreurs et demandeurs d’échanger des biens et services à un certain prix. Exemple : Le marché
de l’électroménager, des ordinateurs, des changes, ….
LA CLASSIFICATION DES MARCHÉS SELON L’OBJET
Marché Objet de l'échange Offreurs Demandeurs Prix
Marché des biens et services Biens et services - Les entreprises - Les ménages - Les entreprises - Les administrations Prix des biens et
services
Marché du travail travail - Les ménages (population - Les entreprises Salaire
active d'un pays) - Les administrations Traitement
Marché La liquidité (capitaux) - La banque centrale - La banque centrale (en cas de besoin de liquidité sur le Taux d’intérêt
Marché monétaire

interbancaire - Les banques à capacité de marché) interbancaire


(court terme)

financement Les banques à besoin de financement


Marché des capitaux

Marché de titres La liquidité (capitaux) Les agents à capacité de Les agents à besoin de financement: Taux d’intérêt
de créance financement: - Etat (bons de trésor)
Entreprises - Banques (certificats de dépôts),
négociables Banques - Entreprises (billets de trésorerie)
Ménages -Les institutions financières (Bons des institutions financières)

Marché Marché primaire Les valeurs mobilières ou Détenteurs de titres: Les investisseurs: Cours des titres
financier titres financiers (actions et - Ménages - Ménages
Marché secondaire obligations) - Entreprises - Entreprises
(Long
(bourse des valeurs)
terme)
Marché de change Les devises (monnaies - Banques - Banques Taux de change
étrangères) - Banque centrale - Banque centrale Ou
Parité de change
Système de change :
Change fixe Change flottant
Le taux de change est fixé par la banque centrale Le taux de change est déterminé par le marché (la loi de l'offre et la demande)
La dévaluation : La réévaluation : La dépréciation : L'appréciation :
Décision des autorités monétaires de Décision des autorités monétaires baisse de la valeur d'une monnaie hausse de la valeur d'une monnaie
baisser la valeur de la monnaie d'augmenter la valeur de la sur le marché des changes sur le marché des changes
nationale monnaie nationale

LA LOI DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE : Montrez si la loi de l’offre et de la demande est vérifiée sur le marché ?
Offre < Demande Prix Offre > Demande Prix
La loi de l'offre et de la demande est vérifiée puisque l’augmentation des prix résulte d'un La loi de l’offre et de la demande est vérifiée sur ce marché ,car la baisse des prix est justifiée
excès de la demande (demande abondante) par rapport a l’offre (offre insuffisante) par une offre abondante qui dépasse la demande.
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 19 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. 2- Le circuit économique élargi 2ème BAC S.G.C
Flux réel ou physique : c’est un mouvement de biens et services à l’occasion d’une opération économique : vente du sucre, production de 300 chaises,…
Définition
Flux monétaire : c’est la contrepartie monétaire des flux réels d’une opération économique : une chaise est vendue à 150 DH.
Le circuit économique est une représentation de l’activité économique qui insiste sur la circulation de flux, réels et monétaires, au sein d’une économie ;
ou encore c’est une présentation simplifiée des enchaînements économiques décrivant les grandes opérations réalisées par les agents (production, répartition,
consommation).

Agents économiques Fonctions économiques principales Ressources principales


1- Ménages : - Fournitures de facteurs production - Revenus des facteurs de production
- Consommation de biens et services - Revenus de transfert
2- Administrations publiques : - Production des services non marchands Prélèvements obligatoires (impôts, et cotisations sociales)
- Redistribution des revenus
3- Les sociétés non financières : Productions de biens et services marchands Chiffre d’affaire (CA)
4- Les sociétés financières : Prestation de services financiers et d’assurance Banque : Epargne Assurance : prime d’assurance
5- Reste du monde : Toutes opérations qui lient les résidents et non-résidents Exportations

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 20 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Partie II : Les agrégats de la comptabilité nationale : 2ème BAC S.G.C
PIB à prix courants PIB à prix courants : le PIB est mesuré au moyen des prix effectivement pratiqués pendant l'année étudiée. C'est le PIB nominal ou en valeur.
PIB à prix constants PIB à prix constants : Pour évaluer la variation réelle du PIB, on conserve les prix à un niveau inchangé, on fixe alors une année, dite de base, et on fait comme si les prix
restaient constants en ne tenant pas compte de l’augmentation des prix (l'inflation). C’est le PIB réel ou au prix de base ou en volume.
Agrégats Valeur ajoutée au prix de base = VA agricole + VA non agricole = VA primaire + VA secondaire + VA Tertiaire
La production

Optique production PIB =Valeur ajoutée au prix de base + Impôts sur les produits - Subventions sur les produits PIB 2016 (Maroc) =780 000 Mdh :
= Valeur ajoutée au prix de base + Impôts sur les produits nets de subventions En 2016, la richesse créée par l’économie
marocaine s’élève à 780 000 millions dh
Optique Demande PIB = CF des ménages + CF des administrations publiques + Formation Brut du Capital Fixe + Var. de stock + Exportations Ou, en 2016, la richesse créée par les agents
de Biens et Services - Importations de Biens et Services économiques résidents sur le territoire Maroc est
de 780 000 M dh
Optique Revenu PIB =Rémunérations des salariés + excédent brut d'exploitation + revenu mixte brut des entrepreneurs individuels + impôts
nets des subventions sur les produits, sur la production et sur les importations
Taux de variation de Var PIB 2017/2016= 3% :
PIB Taux de variation de PIB = PIB 1 - PIB0 *100 Au Maroc, La richesse créée en 2017 a augmenté de 3% par rapport à 2016 en passant de
PIB0 …… Mdh à ….…Mdh ( c’est le taux de croissance en 2017)
Ratios

Indice de PIB = PIB Année actuelle *100 Indice de PIB =103


Indice de PIB PIB Année de base
Au Maroc, La richesse créée en 2017 a augmenté de (103-100) = 3% par rapport à 2016 en
passant de ……… Mdh à ……………Mdh ( c’est le taux de croissance en 2017)
PIB par habitant PIB par habitant = PIB AnnéeT En moyenne, le revenu annuel par habitant est de ……….dh
Population totale
Revenu National Brut RNB = PIB + Revenus de la propriété nets en provenance de l’extérieur RNBD2016 = 900 000 millions dh :
RNB = PIB + Revenus de la propriété reçus de l’extérieur – Revenus de la propriété versés à l’extérieur) Au Maroc en 2016 le revenu national des agents
Revenu

économiques nationaux s’élève à 900 000 Mdh


Agrégats

Revenu National Brut RNBD = PIB + Transferts courants reçus de l’extérieur - Transferts courants versés à l’extérieur
disponible = PIB + RNB + Transferts courants nets en provenance de l’extérieur Ou, la richesse créée par les agents économiques
= PIB + Revenus et transferts nets de l’extérieur nationaux sur le territoire marocain et à l’extérieur en
RNBD = Dépenses de CF + Epargne Nationale Brute 2016 a atteint 900 000 Mdh.
RNBD par PNBD par habitant = PNBD AnnéeT Au Maroc, en 2…Le revenu national annuel par
habitant Population totale habitant s’élève à ……….
Demande Globale = Demande intérieure + Demande extérieure FBCF 2017= 300 000 M dh :Au Maroc, en 2017l’investissement brut (ou les dépenses des agents économiques) en
Agrégats

Demande intérieure = DCF + FBCF + Variation de stocks biens de production durables s’élève à 300 000 Mdh
Demande extérieure= Exportation – Importation Demande extérieure nette2016 (X-M) = - 240 000 M dh :Au Maroc, en 2016, le déficit commercial en biens et
Dépense

Investissementnational = FBCF + Variation des stocks services est de 240 000 M dh Ou, les importations en biens et services excèdent les exportations en biens et services
Investissement national = FBC d’un montant de 240 000 Mdh.
Indice Indice de FBCF = FBCF Année actuelle *100 Indice FBCF 2016/ FBCF 2014 = 108 :
FBCF FBCF Année de base Au Maroc, l’investissement national a augmenté de 8% en 2016 par rapport à 2014 en passant
de ……… M dh à …………. M dh.
Ratios

Taux Taux d’investissement = FBC *100 Au Maroc, en 2…, Les dépenses d’investissement national en biens de production durable
d’investissement PIB représente ..% de la richesse créée
Part des DCF dans le Part des DCF dans le PIB = DCF *100 Au Maroc, en 2…Les dépenses de consommation finale représente …% de la richesse créée
PIB PIB
L’épargne nationale ENB 2017 = 260 000 M dh:
Agr

brute (ENB) L’épargne nationale brute(ENB) = Au Maroc, l’épargne nationale des agents économiques s’élève à 260 000 Mdh Ou , la partie du revenu national
RNBD – Dépenses de CF
Epargne

non consommée par les agents économique est de 260 000 Mdh.
Capacité ou besoin Capacité ou besoin de financement = ENB + transferts Capacité/besoin de financement 2017 =-18 milliards DH :
de financement nets en capital – (FBCF + Variation de stocks) Au Maroc, en 2017, l’économie marocaine a enregistré (réalisé, dégagé) un besoin de financement ( excédent si le
solde est positif) de 18 milliards dh Ou, l’investissement national a dépassé l’épargne nationale et TNC d’un montant
Ratios

de 18 milliards Dh, c’est un besoin de financement


Taux d'épargne Taux d’épargne = ENB *100 Taux d’épargne 2016 = 26% :
nationale PIB Au Maroc, en 2016, l’épargne nationale des agents
économiques représente 26 % de la richesse créée

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 21 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Partie III : L’intervention de l’Etat 1- La régulation par le marché 2ème BAC S.G.C
Notion de marché:
 Au sens concret : Le marché est un lieu de rencontre réel où les demandeurs et les offreurs échangent les biens et services à un prix déterminé. Exemple : Le souk
hebdomadaire, une grande surface, le marché de bétail, …
 Au sens abstrait : Le marché est un lieu de rencontre fictif qui permet aux offreurs et demandeurs d’échanger des biens et services à un certain prix. Exemple : Le
marché de l’électroménager, des ordinateurs, des changes, ….
 Le nombre d’offreurs et de demandeurs, sur un marché, permet de déterminer le régime de ce marché

LA CLASSIFICATION DES MARCHÉS SELON LE REGIME


Un marché de concurrence pure et parfaite est un marché qui satisfait 5 conditions :
Concurrence
L'atomicité du marché : Existence de plusieurs offreurs et plusieurs demandeurs.
Les régimes théoriques

pure

5 conditions
L'homogénéité des produits : les produits doivent avoir les mêmes caractéristiques.
et La transparence : tous les intervenants sur un marché donné doivent disposer de toutes les informations sur le fonctionnement du marché.
La mobilité des facteurs de production : il ne doit pas exister de barrières à la libre circulation des capitaux et des salariés.
parfaite La fluidité du marché : toute entreprise désirant intervenir sur un marché donné ne doit pas rencontrer de barrières, ni à son entrée, ni à sa sortie.
Dans le marché de C.P.P.,les entreprises sont des « preneuses de prix ».
Situation d’un marché caractérisé par un seul et unique offreur face à plusieurs demandeurs (Condition d’atomicité non
respectée).
Le monopole  OCP
Concurrence imparfaite

 ONEP
 ONCF …..
Dans un marché de monopole, l’entreprise est « faiseuse de prix ».
L’oligopole Situation de concurrence imparfaite dans laquelle un petit nombre de vendeurs font face à une multitude d’acheteurs. (Condition
d’atomicité non respectée). (Marché du ciment, de télécommunications, bancaire……)
Les régimes réels

l’oligopole de paix Quelques offreurs en concertation (entente) sur le prix .


l’oligopole de guerre Quelques offreurs en situation de concurrence .
La La concurrence monopolistique est une situation où il y a un grand nombre de vendeurs, chacun se trouvant en situation de
concurrence monopole pour son produit du fait de ses caractéristiques, qui le différencient des produits concurrents. (Condition Homogénéité
des produits non respectée).
monopolistique C’est une situation dans laquelle il y a : un grand nombre d’entreprises ; une libre entrée sur le marché ; une différenciation des
produits.

Régime de
Monopole Oligopole Monopolistique Concurrence Pure et parfaite
marché

Nombre Nombre important avec produit non homogène (différencié)


Un seul Quelques Nombre important avec produit homogène
d’offreurs (Condition Homogénéité des produits non respectée).

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 22 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 2 : Dysfonctionnement sur le marché des biens et services : Cas de l’inflation 2ème BAC S.G.C
Chapitre 2 : Dysfonctionnement sur le marché des biens et services : Cas de l’inflation
Définition : L’inflation désigne une hausse durable des prix de l’ensemble des biens et services. (Durable , Auto-entretenue ; Niveau général des prix)
Termes voisins La déflation est la baisse continue du niveau général des prix.
de La désinflation est le ralentissement durable de la hausse des prix. (baisse du taux d’inflation).
l’inflation La stagflation est une conjoncture économique caractérisée par la coexistence d’une stagnation de la production : source du chômage et
d’inflation.
L’inflation sous-jacente est une inflation calculée sans tenir compte des produits à prix volatiles (fluctuants) et les produits dont les prix sont
fixés par l’État. Elle concerne donc les produits à évolution régulière.
L’indice de Prix LP = (∑Pt .q0) / (∑P0 .q0).100 LP = 103.32 Les prix des biens X et y ont augmenté en moyenne de
Laspeyres 3,32 % en 2018 par rapport à 2006.
LQ = (∑P0.q t) / (∑P0 .q0).100 LQ =77.50 Les quantités consommées des biens X et y ont diminué

Exemples :
Quantités
en moyenne de 12.5 % en 2018 par rapport à 2006.
L’indice de Prix PP = (∑Pt .qt) / (∑P0 .qt).100 PP = 76 Les prix des biens X et y ont diminué en moyenne de 24
Paasche % en 2018 par rapport à 2006.
Quantités PQ = (∑Pt .qt) / (∑Pt .q0).100 PQ = 112.5 Les quantités consommées des biens X et y ont augmenté
en moyenne de 12.5 % en 2018 par rapport à 2006.
IPC Définition L'indice des prix à la consommation (base 100 : 2006) mesure la variation relative des prix à la consommation d’un
(L'indice des panier fixe de produits consommés par les ménages marocains.
prix à la Lecture Exemple : IPC 2017 (des produits alimentaires) = 128.1
consommation) L’IPC des produits alimentaires est 128.1 , c à d les prix des produits alimentaires ont augmenté de 28.1% (128.1-100)
en 2017 par rapport à 2006.
Caractéristiques Année de base : Champ Nombre de Nombre de Méthode de travail :
de l’IPC 2006 géographique : produits : variétés : Indice de Laspeyres en chaîne avec pondérations
17 villes 478 1067 par ville
Calcul de l’IPC IPC = (∑ coefficient budgétaire * indice de chaque groupe de produit) / Total des coefficients budgétaires
Taux Taux d’inflation = variation de l’indice général des prix = ( IPC 1 - IPC0) / IPC0
d’inflation
Lecture du taux Taux d’inflation Au Maroc, Le niveau général des prix des produits alimentaires et non alimentaires a augmenté de 3,6 % entre l’année
d’inflation 2017 /2018= 3,6 % 2017 et l’année 2018. Cette variation constitue le Taux d’inflation.
Ajustement Méthode développée : Méthode des écarts : Le paramètre b : La moyenne arithmétique de xi
linéaire par la
méthode des
moindres carrés

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 23 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 3 : Dysfonctionnement sur le marché du travail :cas du chômage 2ème BAC S.G.C

Chapitre 3 : Dysfonctionnement sur le marché du travail : cas du chômage

chômage (HCP)* Le chômeur est toute personne : âgée de 15 ans et plus, qui n'a pas une activité professionnelle, et qui cherche un
Définition emploi.
chômage (BIT)* Le chômeur est toute personne : en âge de travailler (plus de15 ans); sans travail (toute activité est exclue) ; disponible
pour travailler (dans un délai inférieur à 15 jours) ; qui recherche effectivement un emploi.
Chômeur Le chômeur est toute personne âgée de 15 ans et plus, qui n'a pas une activité professionnelle et qui est à la recherche
d'un emploi.
Mesure du taux de chômage taux de chômage = (Population active en chômage / population active âgée de 15 ans et plus)x100
chômage Lecture : taux de chômage = 9,7 % 9,7 % de la population active âgée de 15 ans et plus est en chômage en 2018.
Taux d'activité Taux d'activité = (Population active âgée de 15 ans et plus / Population totale) x 100
Lecture : Taux d'activité = 20,8 % 20,8 % de la population active âgée de 15 ans et plus est occupée en 2018.
par sexe Les femmes sont touchées par le chômage plus que les hommes (chômage des femmes) ;
Exemple : Au Maroc, en 2018, 17,5 % de la population active des femmes est en chômage.
Caractéristiques du chômage par âge La tranche d’âge 15 - 24 ans est la plus touchée par le chômage (chômage des jeunes) ;
Exemple : Au Maroc, en 2018, Les jeunes de 15-24 ans en chômage représentent 37,8 % à la
au Maroc
population active du même âge.
(Approche statistique) : par diplôme, Les diplômés sont plus touchés par le chômage que les non diplômés (chômage des diplômés) ;
Exemple : Au Maroc, en 2018, 36,3 % de la population active âgée de 15 ans et plus ayant un
diplôme est en chômage.
par milieu de La compagne est moins touchée par le chômage que la ville (chômage urbain).
résidence Exemple : Au Maroc, en 2018, 14,6% de la population active urbaine est en chômage.
chômage conjoncturel ou cyclique : chômage lié à un ralentissement de l'activité économique.
chômage structurel : chômage qui ne disparaît pas quand l'activité économique repart, car il est dû à l'organisation de
l'appareil productif.
Types de chômage :
Chômage technologique : chômage lié à des transformations techniques qui supposent, au minimum, un déplacement
de la main-d’œuvre.
chômage frictionnel : chômage lié au temps moyen normalement nécessaire pour passer d'un emploi à un autre.
* (HCP) : Haut-Commissariat au Plan * (BIT) : Bureau International du Travail

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 24 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 4 : La politique monétaire 2ème BAC S.G.C
La masse monétaire La masse monétaire correspond à la quantité de monnaie en circulation dans une économie ou dans une zone monétaire. Elle est mesurée par l’agrégat M3.
L’agrégat M1 L’agrégat M1 correspond à l’ensemble de moyens de paiement directement utilisables dans le règlement des transactions.
Agrégat

M1 = Monnaie fiduciaire + monnaie scripturale


L’agrégat M2 L’agrégat M2 est la somme du M1 et les avoirs à vue non utilisable par chèque. M2 = M1 + Placements à vue
L’agrégat M3 L’agrégat M3 correspond à la somme de M2 et placements à échéance fixe. M3= M2 + Autres actifs monétaires
Les contreparties Réserves internationales nettes : provient des opérations réalisées avec l’extérieur. Son évolution est liée à la situation de la balance des paiements
de la masse créances sur l’économie : correspond aux financements consentis aux ménages et aux entreprises ;
créances nettes sur l’administration centrale : résulte de l’endettement de l’Etat.
monétaire
Autres
Définition Les épargnant financent directement les acteurs déficitaires en achetant les titres émis par ces derniers sur les marchés.
Le marché Marché Marché interbancaire est réservé aux banques. Celles-ci échangent de la monnaie centrale. Par ce biais, la banque centrale maîtrise la quantité de
interbancaire monnaie en circulation et le niveau des taux d’intérêt
monétaire
Marché des Marché des T.C.N permet, au contraire, à tous les agents économiques d’emprunter ou de placer des fonds :
(à court terme)
T.C.N les entreprises billets de trésorerie ; les banques certificats de dépôts ; le trésor public bons de trésor.
Définition Le marché financier est le marché des capitaux à long terme sur lequel les valeurs mobilières sont émises et échangées.
Actions Les actions, qui sont des droits des associés, rémunérées par des dividendes (parts de bénéfices) ;
Obligations Les obligations, qui sont des créances rémunérées par des intérêts ;
marché Le marché primaire est « le marché du neuf » sur lequel se réalisent les émissions de titres. Les épargnants peuvent acquérir des actions, des
primaire obligations et des titres divers par l’intermédiaire des banques et des sociétés de bourse.
marché Le marché secondaire est « le marché de l’occasion », celui où s’échangent des titres déjà émis. Il est organisé sous la forme
Le marché financier

secondaire de bourses de valeurs .


La finance directe

La bourse de La Bourse de Casablanca est une société anonyme en charge de l’organisation et de la gestion du marché boursier.
(à long terme)

Casablanca
Les intervenants

les sociétés de bourse ont pour objet, outre l’exécution des transactions sur les valeurs mobilières, la garde des titres, la gestion
Les sociétés de bourse des portefeuilles de valeurs mobilières en vertu d’un mandat, le conseil à la clientèle et l’animation du marché des valeurs
mobilières inscrites à la cote.
Le CDVM (Établissement public) est l’autorité de marché. Il a pour mission de :
Le conseil - Protéger l'épargne investie en valeurs mobilières ou tous autres placements réalisés par appel public à l'épargne.
déontologique des - Veiller à l'information des investisseurs en valeurs mobilières en s'assurant que les personnes morales qui font appel public à
valeurs mobilières l'épargne établissent et diffusent toutes les informations légales et réglementaires en vigueur.
- Veiller au bon fonctionnement du marché des valeurs mobilières en assurant la transparence, l'intégrité et la sécurité.
- Veiller au respect des diverses dispositions légales et réglementaires régissant le marché financier.
(Moroccan Most Active Shares Index) Indice de capitalisation composé des valeurs les plus actives de la cote, il intègre l'ensemble
Mesure de la MADEX des valeurs cotées en continu. Calculé et diffusé depuis le 1er Janvier 2002, le MADEX a pour base 1000 au 31/12/1991.
performance (Moroccan All Shares Index) Indice global de capitalisation, le MASI est composé de toutes les valeurs de type "actions" cotées à
(Indices MASI la Bourse de Casablanca. Calculé et diffusé en temps réel, le MASI a pour objectif de présenter l'évolution du marché dans son
boursiers) ensemble et de fournir une référence à long terme.
FTSE CSE Morocco 15 Index : il mesure l’évolution des 15 principales valeurs de la Bourse de Casablanca, classées par
FTSE capitalisation boursière ;
FTSE CSE Morocco All-Liquid : c’est un indice de référence qui retrace la performance de toutes les valeurs liquides de la BVC .

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 25 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 4 : La politique monétaire (suite) 2ème BAC S.G.C

La politique monétaire est un instrument de la politique économique qui consiste à fournir les liquidités nécessaires au bon fonctionnement et à la croissance de l’économie tout en veillant à la
stabilité de la monnaie.
La croissance de la masse monétaire
intermédi Elle constitue l’objectif privilégié des monétaristes. La masse monétaire ne doit pas excéder les besoins de l’économie ;
Objectifs

Le niveau des taux d’intérêt nominaux


aires Il est l’objectif privilégié des keynésiens. Le niveau des taux d’intérêt conditionne le niveau des investissements ainsi que les
Les objectifs de la politique

mouvements de capitaux à court terme sur les places financières ;


La stabilité du taux de change
la Banque centrale définit un taux de change d’équilibre et s’efforce de défendre cette parité.
monétaire

Le taux de croissance de l’économie :


la politique monétaire, selon Friedman, assurera une croissance non inflationniste si la croissance de la masse monétaire suit la
croissance économique réelle.
(carré magique)
Objectifs finals

Le taux d’inflation : Lors des périodes de croissance accélérée, la politique monétaire doit permettre de limiter les tensions inflationnistes par la hausse
des taux d’intérêt et la contraction de l’activité qui en résulte.
Le taux de chômage : En situation de sous-emploi, une politique monétaire expansive permet de réduire le chômage, par la baisse des taux d’intérêt et la
reprise de l’investissement qu’elle induit, au détriment de la stabilité des prix.
L’équilibre de la balance des paiements. Si un pays est confronté à un déséquilibre extérieur, une politique monétaire restrictive permet d’attirer les capitaux et de limiter la
dépréciation de la monnaie.
Action sur les liquidités bancaires Réserve monétaire : Les réserves obligatoires sont des dépôts non rémunérés que chaque banque doit effectuer sur son compte à
la Banque Centrale (Bank Al Maghreb). C’est un compte bloqué d’avoir en monnaie Banque Centrale.
Instruments (en cas de relance ou de

- Taux directeur : C’est le taux d'intérêt au jour le jour décidé par la Banque Centrale pour intervenir directement ou indirectement sur la portion interbancaire du marché
Instruments à objectifs internes

monétaire où les banques se refinancent ou replacent leurs excédents de liquidités.


Actions sur le marché monétaire:

- Open Market : Par ses achats ou ventes des bons de Trésor sur le marché secondaire à des taux variables et pour des montants qu’elle fixe elle-même à son gré, la Banque
Centrale affecte la liquidité des banques et influence la base monétaire
stabilisation)

- Avances de Bank Al Maghrib : des avances à 7 jours sur appel d,’ offres principal moyen de refinancement des banques, pour injecter des liquidités et orienter le taux
interbancaire vers le niveau cible.
- Reprises des liquidités : les reprises de liquidités à 7 jours sur appel d’offres, principal instrument de retrait des liquidités excédentaires, lui permet d’atténuer les pressions à
la baisse du taux interbancaire en situation d’abondance de liquidité.
- Facilité de dépôt : Elles sont à l'initiative des banques Celles-ci décident de faire des dépôts rémunérés auprès de la banque centrale au lieu d'augmenter leur prêts afin
d'éviter la baisse des taux d'intérêts
- Pension livrée : Un cédant cède, et livre, en pleine propriété des titres, ou des effets publics ou privés, à un prix convenu et s’engage irrévocablement à les reprendre à une
date et à un prix convenus;
- Swaps de change : Le SWAP de change constitue une source de financement en attendant l'utilisation des devises et dispense le détenteur de devises de recourir à tout autre
type de financement. Comme il permet une couverture contre le risque de change.
Le marché des changes est un lieu de rencontre de l’offre et de la demande de devises (monnaies étrangères).
Instruments à objectifs

Le change : Opération de conversion d’une monnaie dans une autre monnaie (appelée devise) nécessaire à un échange économique entre deux pays.
Le taux de change: c’est le cours (le prix) d'une devise par rapport à une autre. On parle aussi de « parité de change ».
externes

Définition Le taux de change est fixé par la banque centrale


Les régimes Change fixe Types La dévaluation : Décision des autorités monétaires de baisser la valeur de la monnaie nationale
(systèmes) de La réévaluation : Décision des autorités monétaires d'augmenter la valeur de la monnaie nationale
change Définition Le taux de change est déterminé par le marché (la loi de l'offre et la demande)
Change flottant Types La dépréciation : baisse de la valeur d'une monnaie sur le marché des changes
L'appréciation : hausse de la valeur d'une monnaie sur le marché des changes

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 26 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 4 : La politique monétaire (suite) 2ème BAC S.G.C

Récapitulation des instruments de la politique monétaire


Sous-liquidité (Besoin de liquidité) D>O Action instruments Action Sur liquidité (Excédent de liquidité) D<O
 Freiner l’activité économique - Taux de réserve obligatoire +  L’inflation

La politique monétaire de relance


Risque

Risque
 Hausse du chômage Taux directeur
- +

La politique monétaire de rigueur


Achat Open Maret Vente
 Croissance économique Achat Swap de change Vente  Augmenter le taux d'intérêt

Objectifs finals

Objectifs finals
(STOP = Restrictive)
 Création d'emploi Achat Pension livrée Vente  Baisser la masse monétaire (liquidité des

(GO = Expansive )
Avances de Bank Al Maghrib banques)
Reprises des liquidités
Facilité de dépôt
- Taux de change +
 Baisser le taux d'intérêt  Stabilité des prix
 Augmenter la masse monétaire
Objectifs intermédiaire

Objectifs intermédiaire
(liquidité des banques)

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 27 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 5 : La politique budgétaire 2ème BAC S.G.C

Récapitulation : Calcul et lecture de différents éléments et soldes (selon la loi des finances au Maroc) :
Eléments Formule Lecture (Exemple loi de finance 2019)

Recettes ordinaires Recettes fiscales+ Recettes non fiscales Au Maroc, les recettes ordinaires prévues en 2019, en terme de recettes fiscales et
recettes non fiscales enregistreront un montant de 253 423.11 millions dh ;
Dépenses de fonctionnement ( y compris les dépenses
Dépenses ordinaires Au Maroc, les dépenses prévues en 2019 seront de 243 649 ,7 millions dhdh
de compensation)+ Dépenses en intérêts de la dette

Solde ordinaire du BGE Recettes ordinaires- Dépenses ordinaires Le solde ordinaire prévu en 2019, enregistra un excédent ( ou une épargne publique)
de 9 773.4millions dh dh
Solde du budget général
Solde ordinaire - dépenses d’investissement du Au Maroc, en 2019, le solde du budget général hors recettes d’emprunts et hors
(Hors Produits d’emprunt et amortissement de la dette à moyen et à long terme enregistra un déficit de 63 599,5
budget général
amortissement de la DPMLT) millions dh dh
Solde des services de l'État gérés de
Recettes de SEGMA - Dépenses des SEGMA Au Maroc, le solde des services gérés de manière autonome prévu en 2019 sera nul.
manière autonome
Recettes des comptes spéciaux du Trésor - Dépenses Au Maroc, le solde des comptes spéciaux de trésors prévu en 2019 enregistrera un
Solde des comptes spéciaux du trésor
des comptes spéciaux du Trésor excédent de 684 606 000 dh.
Solde du budget général (Hors Produits d’emprunt et Au Maroc, en 2019, le solde du budget de l’Etat hors recettes d’emprunts et hors
Solde du budget de l'État (Hors PE et
amortissement de la DPMLT) + Solde des SEGMA + amortissement de la dette à moyen et à long terme enregistra un déficit de 62 914
amortissement de la DPMLT)
solde des CST 903 000 dh
Besoins bruts de financement du budget Solde du budget de l'État (Hors PE et amortissement de Au Maroc, le besoins brut de financement du budget de l’Etat prévu en 2019 sera de
de l'État la DPMLT) - Dépenses de l’amortissement de la DPMLT 102 128 103 000 dh
Besoins résiduels de financement du Besoins bruts de financement du budget de l'État + Le solde général du budget de l’Etat prévu en 2019 sera déficitaire d’un montant de 25
budget de l'État Recettes d’emprunts à moyen et long terme 928 103 000 dh

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 28 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Chapitre 5 : La politique budgétaire (suite) 2ème BAC S.G.C

Récapitulation les actions de la politique budgétaire


La politique budgétaire de relance (GO = Expansive ) La politique budgétaire de rigueur (STOP = Restrictive)
Actions
 Stimulation de la croissance économique Dépenses  Freiner la croissance pour maîtriser les tensions
 Lutte contre le chômage Dépenses de fonctionnement inflationnistes et réduire le déficit budgétaire
+ -

Objectifs finals

Objectifs finals
+ Dépenses de la dette -
+ Dépenses d'investissement -
+ dépenses de la compensation -
Recettes
- Recettes fiscales +
- Risque d’inflation : - Ralentissement de la croissance :
L’Etat procède à la création monétaire pour financer son déficit. Ce Une politique de rigueur risque de pénaliser la demande et l’investissement et par
financement, bon marché, génère de l’inflation. conséquent un ralentissement de la croissance ;
- Chômage :
- L’effet d’éviction
Le découragement de l’investissement suite à une P.R entrainera baisse de l’emploi et
Le recours de l’Etat à l’emprunt interne diminuer Liquidité des
perte de revenu dû à un ralentissement de la production et par conséquent hausse du
banques Augmenter le Taux d’intérêt Pénaliser l’investissement
chômage ;

Limites
privé.
- Pression fiscale :
Pression fiscale élevée résultant de l’importance des recettes fiscales
- L’effet boule de neige :
Le recours de l’Etat à l’emprunt externe d’une façon successive + les déficits
budgétaires successifs une accumulation de la dette « effet boule de Calcul de la pression fiscale :
neige » 𝐑𝐞𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞𝐬 𝐟𝐢𝐬𝐜𝐚𝐥𝐞𝐬
𝐏𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 𝐟𝐢𝐬𝐜𝐚𝐥𝐞 = × 𝟏𝟎𝟎
𝐏𝐈𝐁
- La contrainte extérieure :
Politique de relance Augmentation de la demande globale Augmente
les importations déficit de la balance commerciale. Cet indicateur mesure la part des recettes fiscales prélevées par l’État de la richesse
créée par l’économie nationale pendant la même année.

Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 29 Lycée : Acharif Alidrissi
Matière : E.G.S. Partie 4 : Echanges Extérieurs 2ème BAC S.G.C

Calcul et lecture de différents éléments et soldes :


Indicateurs Formule Lecture (Exemples)
Au Maroc, en 2018, le déficit commercial s’élève à 204.4 milliards dh.
Solde commercial Exportations (FOB) – Importations (CAF)
Au Maroc, en 2018,Les importations en biens excédaient les exportations en biens de
(Biens) Exemple :SC= -204.4 MM dhs
204.4 milliards dh.
(SC2019 –SC2018) / SC2018
variation du solde commercial Au Maroc ,le déficit commercial a baissé de 23% en 2018 par rapport à 2017
Exemple : variation du solde commercial = 23%
=solde commercial + solde invisible
= total crédit ( Biens + Services +revenu +transfert) – total Au Maroc, le compte (ou la balance) des transactions courantes est déficitaire de 23
Solde du compte des
débit ( Biens + Services +revenu +transfert) milliards dhs ;
transaction courantes
Exemple : Solde du compte des transactions courantes = -23 Ou : Le déficit de la balance courante s’élève à 23 milliards dh
Taux de couverture (Exportations (FOB)/ Importations (CAF)) *100 Au Maroc en 2018 ,les exportations des biens ne couvrent que 54 % des importations des
(Biens ) Exemple : Taux de couverture=54 % biens .
(Prix moyen de la tonne exportée/ prix moyen de la tonne Au Maroc, en 2018, le prix d’une tonne exportée représente 92% d’une tonne importée ;
Termes de l’échange réels
importée) x100 Ou, l’entrée de devise des ventes (exportations) à l’étranger ne permet de régler que 92%
(Biens)
Exemple : Termes de l’échange réels=92% des sorties de devises (importées) réalisées avec l’étranger ;
(Indice des Prix des exportations/ indice des prix des Au Maroc le prix d’une tonne exportée à l’étranger ne représente que 94% d’une tonne
Termes de l’échange nets
importations) x100 importée de l’étranger (dégradation des termes de l’échange ;
(Biens)
Exemple : Termes de l’échange nets=94% Ou : On vend à l’étranger moins cher qu’on lui achète

Le taux d’ouverture ((X + M )/2)/PIB)*100 ; Au Maroc, en 2018, les échanges extérieurs ( ou l’environnement extérieur, ou la moyenne
(Biens et services) Exemple : Le taux d’ouverture=35% des exportations et importations en biens et services) représentent 35 % de la richesse
créée ;
L’effort à l’exportation (X /PIB) *100
(Biens et services) Exemple : L’effort à l’exportation=38% : Au Maroc, les exportations en biens représentent 38% de la richesse créée ;

Le taux de pénétration M/ ( PIB + M – X) *100 34% : Au Maroc, en 2018, les importations en biens représentent 34% des biens vendus sur
(Biens et services) Exemple : Le taux de pénétration= 34% le marché intérieur (national)
Remarque:
 L'évaluation FOB et CAF est une évaluation douanière. L’expressions FOB et CAF sont des incoterms. Ces derniers permettent de préciser la responsabilité de l'acheteur et celle du
vendeur ainsi que les risques à supporter par chacun en matière de commerce international.
 Pour le calcul du : taux d’ouverture, effort à l’exportation et taux de pénétration, on tient compte des X et des M des biens et services.
Professeurs : Adil ED-DOUH & Adil ELMOUASSI Page 30 Lycée : Acharif Alidrissi