Vous êtes sur la page 1sur 377

Le Pacte de Médine (VIIe siècle) : Une relecture critique

Yahia Bellahcene

To cite this version:


Yahia Bellahcene. Le Pacte de Médine (VIIe siècle) : Une relecture critique. Littératures. Université
Sorbonne Paris Cité, 2017. Français. �NNT : 2017USPCF028�. �tel-02079610�

HAL Id: tel-02079610


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02079610
Submitted on 26 Mar 2019

HAL is a multi-disciplinary open access L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est


archive for the deposit and dissemination of sci- destinée au dépôt et à la diffusion de documents
entific research documents, whether they are pub- scientifiques de niveau recherche, publiés ou non,
lished or not. The documents may come from émanant des établissements d’enseignement et de
teaching and research institutions in France or recherche français ou étrangers, des laboratoires
abroad, or from public or private research centers. publics ou privés.
Institut National des Langues et Civilisations
Orientales
École doctorale N°265
Langues, littératures et sociétés du monde
CERMOM
THÈSE
présentée par

Yahia Bellahcene
soutenue le 08 Novembre 2017
pour obtenir le grade de Docteur de l’INALCO
Discipline : Littératures et civilisations

Le Pacte de Médine (VIIe siècle) :


- Une relecture critique -
Thèse dirigée par :
Monsieur Jean-Jacques Thibon Professeur des universités, INALCO
Monsieur Francesco Chiabotti Maître de conférences, INALCO
RAPPORTEURS :
Monsieur Mohammed Hocine Benkheira Directeur d’études, EPHE, Paris
Monsieur Eric Geoffroy Maître de conférences (HDR), Université
de Strasbourg

MEMBRES DU JURY :
Monsieur Jean-Jacques Thibon Professeur des universités, INALCO
Monsieur Francesco Chiabotti Maître de conférences, INALCO
Monsieur Mohammed Hocine Benkheira Directeur d’études, EPHE, Paris
Madame Vanessa van Renterghem Maître de conférences, INALCO
Monsieur Nicolai Sinai Associate Professor, University of Oxford
Monsieur Guillaume Dye Professeur des universités, Université libre
de Bruxelles

1
. Remerciements :

Au cours de mes trois premières années de recherche, le rôle de notre regretté le professeur
Viviane Comerro était prépondérant. Elle a constamment su se montrer disponible pour me
conseiller et orienter mes premiers pas dans cette étude si complexe. Elle était toujours présente
pour attirer mon attention sur des documents, qui importent mon sujet de recherche, au point de
me les procurer, maintes fois, en dépit de son emploi du temps chargé . J’espére, de tout mon
cœur, qu’elle voit vraiment que je suis venu à bout de mon travail, malgré les difficultés réelles.
Par ailleurs, je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur le professeur Sobhi Boustani, qui
était toujours disponible et compréhensible ; il n’a épargné aucun effort pour que la soutenance
de ma thèse soit réalisée dans les meilleurs délais. Je remercie notamment Monsieur le professeur
Francesco Chiabotti qui n’a pas hésité à prendre en charge mon travail. Il était toujours disponible
et à l’écoute, et ses remarques pertinentes et précises m’ont été d’une grande utilité. Je témoigne
ma gratitude aussi envers Monsieur le professeur Jean-Jacques Thibon, qui a accepté, malgré son
emploi du temps chargé, d’organiser et diriger la soutenance de cette thèse. Mes remerciements
vont également vers les rapporteurs et les membres du jury de cette thèse, les professeurs
Monsieur Guillaume Dye, Monsieur Nicolai Sinai, Monsieur Mohammed Hocine Benkheira, Mada-
me Vanessa van Renterghem et Monsieur Eric Geoffroy.

2
.Translittérations des caractères arabes : 1
‫( ال‬article), al- et l-
Voyelles longues : ᾱ, ῡ, ī
‫ء‬: ’
‫ب‬:b
‫ت‬:t
‫ ث‬: th
‫ ج‬: ǧ/J
‫ح‬:ḥ
‫ خ‬: ḫ/kh
‫د‬:d
‫ذ‬:ḏ
‫ر‬:r
‫ز‬:z
‫س‬:s
‫ ش‬: š/sh
‫ص‬:ṣ
‫ض‬:ḍ
‫ط‬:ṭ
‫ظ‬:ẓ
‫ع‬:‘
‫ غ‬: ġ/gh
‫ف‬:f
‫ق‬:q
‫ك‬:k
‫ل‬:l
‫م‬:m
‫ن‬:n
‫ ي‬،‫ و‬،‫ ه‬: h, w, y

Encyclopédie de l’Islam, éd. Brill, Leyde, 1975, T. I, p. XIII. Nous avons, cependan, transcrit le ‫ ق‬par q au lieu du ḳ.
1

Les nom arabes translittérés ne portent pas de majuscule ni de s au pluriel (exemple : les mu’min).

3
. Épigraphes :

Rien ne se crée, rien ne se perd, mais tout se transforme2

Que l’homme perde sa faculté d’indifférence : Il devient


assassin virtuel ; qu’il transforme son idée en dieu :
les conséquences en sont incalculables. On ne tue qu’au
nom d’un dieu ou de ses contrefaçons…3

Le pessimisme de la connaissance n'empêche pas l'optim-


isme de la volonté…4

2
Anaxagore, le philosophe présocratique (m. en 428 av. J.-C.). cf., Liverani (Mario), La Bible et l’invention de
l’histoire -Histoire ancienne d’Israël-, Trad. de l’italien par Viviane Dutaut, éd. Gallimard, Paris, 2010, p. 17.
3
Cioran (Emil Michel), Précis de décomposition -Généalogie du fanatisme-, éd. Gallimard, Paris, 1949, p. 10.
4
Gramsci (Antonio), Cahiers de prison, Trad. de l’italien par Paolo Fulchignoni, éd. Gallimard, Paris, 1978, p. 92.

4
« Les altérations dans une copie sont imputables soit à la
fraude, soit à l’erreur. Les modifications qui proviennent
de fraudes et d’erreurs de jugement sont souvent très
difficiles à rectifier, et même à voir. »5

5
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), Introduction aux études historiques, Préface de Rebérioux
(Madeleine), éd. Kimé, Paris, 1992, pp. 74-75.

5
. Introduction

En approchant notre sujet, l’Écrit de Yathrib, Kitāb Yathrib, semblable à un champ rocailleux et
plein d’épines, nous avons l’impression de vivre en deux temps différents : temps de l’événement
et temps de la transcription de ce fait. Le temps de la chose racontée et le temps du récit.6 Un
décalage spatio-temporel, pour emprunter l’expression de Borrut.7
Désormais, la culture musulmane a été, à la base, une culture orale, et sa transcription définitive a
été appliquée beaucoup plus tard.8 L’historigraphie événementielle ne commence qu’au milieu du
IIe siècle d’Hégire, affirme Cl. Cahen.9Leurs auteurs, rajoute-t-il, écrivent avec les préoccupations
de l’état d’esprit de leur temps qui peuvent infléchir même leur très réelle honnêteté.10
Deux temps majeurs, donc : un temps de la production de l’histoire dont les vrais acteurs
ont succombé sous son poids excessif avant de laisser une trace écrite, et un temps de la
reproduction de cette histoire par des hommes, loin d’être des témoins directs de ces faits.
L’histoire, au bout du compte, est faite par les hommes et les femmes, mais elle peut également
être défaite et réécrite, à coups de silences, d’oublis, de formes imposées et de déformations
tolérées…11
Par ailleurs, dans une culture initialement orale, l’annonce de l’événement, semble-t-il, tient lieu
d’événément lui-même,12 ou pour emprunter l’expression de E. Said : « L’homme pense-t-il que le
texte peut créer, non seulement de la connaissance, mais aussi de la réalité même s’il envisage
uniquement de la décrire ? » 13
La grande difficulté s’impose encore plus, lorsque l’avis humain, avec obligatoirement ses
caprices, prend l’aspect de l’avis divin. Spinoza décrit cette situation :
« Nous voyons que presque tous substituent à la parole de dieu leurs propres inventions et
s’appliquent uniquement sous le couvert de la religion à obliger les autres à penser comme eux …
Nous voyons, dis-je, les théologiens inquiets pour la plupart du moyen de tirer des livres sacrés, en

6
Beaumont (Daniel), « Hard-Boiled : Narrative discourse in early muslim traditions. », Studia Islamica, 1996/1
(février) 83, p. 22.
7
Borrut (Antoine), Entre mémoire et pouvoir: L'espace syrien sous les derniers Omeyyades et les premiers
Abbassides (V. 72-193/692-809), éd. Brill, Leyde, 2011, p. 2.
8
Motzki (Harald), Boekhoff-van der Voort (Nicolet), Anthony (Sean W.), Analysing muslim traditions –studies in Legal,
Exegetical and Maghᾱzī Ḥadīth, éd. Brill, Leiden. Boston, 2010, p. 47.
Bien que l’oralité soit la base de la culture musulmane, l’écrit l’a certainement toujours coudoyée. Nous analyserons
cette problématique plus loin. cf., III. II. VII. I. I. L’oralité et l’écrit dans la culture musulmane.
9 e e
Cahen (Claude), Introduction à l’histoire du monde musulman médiéval (VII -XV ), - Méthodologie et éléments de
bibliographie-, éd. Adrien-Maisonneuve, Paris, 1982, p. 113.
10
Ibid.
11
Said (W. Edward), L’orientalisme - L’Orient crée par l’Occident- Trad. par Catherine Malamoud ; et la préface
(2003) de l’auteur trad. par Sylvestre Meininger, éd. du Seuil, Paris, 2005, p. II.
12
Debray (Régis), Transmettre, éd. Odile Jacob, Paris, 1997, p. 68.
13
Said (W. Edward), op. cit., p. 113.

6
leur faisant violence, leurs propres inventions et leurs jugements arbitraires et de les abriter sous
l’autorité divine ».14
L’attachement excessif et l’inclination éxagérée au passé induit une certaine perception du
changement, lequel est appréhendé comme une menace, ce qui en soit, est un phénomène
humain qui affecte toute culture et toute ethnie. 15
Hans-Georg Gadamer nous apporte un exemple marquant :
« Il existe un exemple célèbre de cette (solution d’autorité) fondée sur la tradition qui s’est
maintenu jusqu’au début des temps modernes : Une mouche a combien de pattes ? Aristote,
l’autorité, a dit qu’elle en avait huit ; en réalité elle n’en a que six. Or, malgré l’évidence de
l’observation, c’est le nombre erroné que l’on a toujours enseigné dans la scolastique en
s’appuyant sur l’autorité d’Aristote. »16
Il ne se contente pas de cet exemple du temps lointain, il présente aussi un cas du temps
moderne :
« Dans son dialogue sur les deux systèmes du monde, Galilée dépeint cette situation d’une
manière célèbre ; il y invente et introduit comme partenaire du Dialogue la figure d’un certain
Simplicio, qui croit à certaines autorités en l’occurrence celle des écrits, mais qui refuse de
regarder à travers le télescope de Galilée, en se réclamant encore une fois d’Aristote où les
choses étaient présentées autrement. » 17
Freud, pour sa part, explique ce lien d’affection avec le passé et cette persistance de la tradition
en attestant :
« Je crois que la concordance entre l’individu et la foule est presque totale sur ce point : Les
masses comme l’individu gardent sous forme de traces mnésiques inconscientes les impressions
du passé. »18 Un peu plus loin, il confirme que la tradition19ne subsiste que par le fait d’être
refoulée dans la zone de l’inconscience, pour pouvoir réapparaître et produire, lors de son retour,
des effets aussi puissants. Si nous nous fions à cette analyse, la transmission orale ne peut donc
préserver objectivement la tradition.20
Aborder ce texte ancien qu’est le Pacte de Médine nécessite une critique profonde bien que la
critique soit contraire à l’allure normale de l’intelligence. La tendance spontanée de l’homme est
d’ajouter foi aux affirmations et de les reproduire sans même les distinguer nettement de ses obs-
ervations.21

14
Spinoza (Baruch), Traité théologico – politique, Traduction et notes par Appuhn Charles, éd. GF. Flammarion, Paris,
1965, p. 137.
15
Goody (Jack), La raison graphique - La domestication de la pensée sauvage-, Trad. de l’anglais et présenté par Jean
Bazin et Alban Bensa, éd. Les Éditions de Minuit, Paris, 1979, p. 98.
16
Gadamer (Hans-Georg), Esquisses Herméneutique - essais et conférences -, Trad. Jean Grondin, éd. Librairie
Philosophique J. Vrin, Paris, 2004, p. 62.
17
Ibid. cf. Galilei (Galileo), Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, Trad. de l’italien par René Fréreux avec
le concours François De Gandt, éd. du Seuil, Paris, 1992, pp. 155-156.
18
Freud (Sigmund), Moïse et le monothéisme, Trad. de l’allemand par Anne Berman, éd. Gallimard, 1948, p. 140.
19
Le sens de la tradition chez Freud est évidemment plus large.
20
Ibid., p. 151.
21
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 69.

7
Bien qu’elle soit virulente, nous admettons aussi les remontrances de Langlois à l’égard des
intellectuels :
« Tout homme sincère reconnaîtra qu’un violent effort est nécessaire pour secouer l’ignavia
critica,22 cette forme est si répandue de la lâcheté intellectuelle ; que cet effort doit être
constamment répété, et qu’il s’accompagne souvent d’une véritable souffrance… L’habitude de la
critique n’est pas naturelle ; il faut qu’elle soit inculquée, et elle ne devient organique que par des
exercices répétés. »23

Travailler sur les premiers textes de la culture musulmane, malgré la difficulté, est la clé de la
connaissance en profondeur de la culture arabo-islamique de tout temps. On ne peut appréhender
l’Islam contemporain, à notre sens, si l’on ne déchiffre pas ses premières œuvres.
Comment comprendre un certain nombre de conflits géopolitiques actuels sans connaissance
approfondie des textes islamiques anciens ?
Ce qu’on appelle la Ṣaḥīfa, le Traité ou le Pacte de Médine est la première Charte écrite
éventuellement par le prophète Muḥammad, entre les muhājirūn et les anṣār et qui inclut une
réconciliation avec les juifs.24C’est vraisemblablement le texte le plus ancien qui nous soit parvenu
et qui est considéré, dans l’ensemble, comme authentique, même chez la mojorité des
révisionnistes.25 Un document d’une telle importance, estimé parmi les documents les plus
remarquables du début de l’islam26, mérite une étude approfondie, d’autant plus qu’aucun travail
complet et détaillé en français n’a été réalisé à ce jour.
Certes, comme le souligne Gérard Lecomte depuis une trentaine d’années, le premier siècle de
l’hégire se perd plus ou moins dans des brumes un peu mythiques, mais les jalons d’une réalité
historique difficile à rétablir, émergent grâce à des témoignages ultérieurs.27
Retrouver un passé et le décrire n’est pas une mince affaire. La difficulté tient à ce que dans
les sociétés que l’histoire tente de décrire, la question est presque toujours résolue sans avoir été
jamais formulée.28Le passé peut renaître dans la mémoire autrement qu’il n’a été. En islam
comme ailleurs, le passé s’est constamment réécrit et reconstruit, voire réinventé.29

22
La critique indolente
23
Ibid., pp. 69-70.
24
Nous utilisons la majuscule pour la Ṣaḥīfa de Médine pour la distinguer des autres ṣuḥuf (pluriel de ṣaḥīfa), nota-
mment en ce qui concerne les termes que nous utilisons successivement dans cette étude : charte, convention,
écrit, kitāb, pacte, et traité. Pour ce qui est des autres ṣuḥuf, Voir plus loin « le colophon des ṣaḥīfa. »
25
Rose (Paul Lawrence), « Muhammad, The Jews and the Constitution of Medina : Retrieving the historical
Kernel », dans Der Islam Bd. 86, S, éd. Walter de Gruyter, Berlin, 2011, p. 1.
26
Gil (Moshe), «The constitution of Medina: a reconsideration», Israel Oriental Studies 4 (1974), p. 44.
27
Lecomte (Gérard) : « Sufyān al-Thawrī - Quelques remarques sur le personnage et son œuvre- », dans : Bulletin
d’études orientales, éd. l’institut Français de Damas, 1978, T. XXX, p. 51.
28
Chabbi (Jacqueline), Le seigneur des tribus- l’islam de Mahomet-, éd. CNRS, Paris, 2010, p. 117.
29
Ibid. Voir aussi, Fried (Johannes), « Le passé à la merci de l’oralité et du souvenir -Le baptême de Clovis et la vie de
Benoît de Nursie-» dans : Schmitt (J.-C) & Oexle (O. G) (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en
France et en Allemagne. Actes des colloques de Sèvres (1997) et Göttingen (1998) organisés par le C.N.R.S et le Max-
Planck-Institut für Geschichte, éd. Publications de la Sorbonne, Paris, 2002, p. 71 sq.

8
Nous avons souhaité agir comme C. J. Robin, qui a étudié l’Arabie méridionale antique en
comparant le savoir conçu des documents épigraphiques et de vestiges de toutes sortes avec ce
que la tradition arabo-musulmane en a retenu.30Malheureusement, nous disposons d’aucun
document de ce genre qui rapporte l’Écrit de Médine hormis la tradition musulmane. Nous
sommes contraints à y voir dans le noir, pour emprunter l’expression du médiéviste Allemand
Arnold Esch.31
L’historien du Moyen-âge Langlois décrit avec finesse ces deux types de documents :
« On distingue deux espèces de documents : une trace matérielle comme un monument ou un
objet fabriqué ; et parfois, et le plus souvent, la trace du fait est d’ordre psychologique : C’est
une description ou une relation écrite ; cette trace est purement symbolique ; elle n’est pas le
fait lui-même. Les documents écrits n’ont donc pas de valeur par eux-mêmes, comme les
documents matériels, ils n’en ont que comme signes d’opérations psychologiques. Est-ce-que le
document est tel qu’il était lorsqu’il a été produit ? N’a-t-il pas été détérioré depuis ? »32

Même la tradition qui nous est parvenue et qui constitue notre seule source dans ce domaine est
incomplète. L’inquiétant, comme il le souligne A. Esch à juste titre, n’est pas tant la perte de la
transmission en elle-même, qu’elle ne puisse être intégrale, mais l’inégalité de ces pertes ; et
parce que c’est un fait à peine perceptible, l’historien est moins conscient d’elle.33Cette dernière a
pour conséquence, non seulement que la quantité de notre savoir est réduite, mais aussi que les
proportions de notre savoir sont déformées.34C’est le problème de la représentativité ou de la
déformation de ce qui est transmis, estime-t-il.35
Sans doute, beaucoup de données ont échappé à l’histoire pour une raison ou une autre. Le
biographe Ibn Sa‘d dans son œuvre maîtresse Kitᾱb al-Ṭabaqᾱt al-Kabīr, un grand recueil de
biographies des personnalités islamiques célèbres, rapporte une tradition qui éclaircit ce thème. Il
transcrit :
« … Hishām Ibn ‘Urwa conte que son père, ‘Urwa36 Ibn al-Zubayr Ibn al-‘Awwām, [l’apôtre du

30
Julien Robin (Christian), « Ḥimyar, des inscriptions aux traditions », dans: Jerusalem Studies in Arabic and Islam,
0
N 30, éd. The Hebrew university of Jerusalem, 2005, p. 2.
31
Esch (Arnold), « Chance et hasard de transmission- Le problème de la représentativité et de la déformation de la
transmission historique » dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, op.
cit., p. 25.
32
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 67.
33
Esch (Arnold), op. cit., p. 15.
34
Ibid.
35
Ibid., p. 16.
36
Concernant ce personnage, J. Chabbi se demande, dans son article cité ci-dessous, s’il ne doit pas sa célébrité posth-
ume uniquement au fait qu’il soit un parent proche à Muḥammad plus qu’à des compétences cumulées qu’on lui
prête et qu’on ne peut jamais vérifier. cf., Chabbi (Jacqueline), « La représentation du passé aux premiers âges de
l’historiographie califale - problèmes de lecture et de méthode », Res Orientales-Itinéraires d’Orient, - Hommages
à Claude Cahen-, éd. Groupe pour l’étude de la civilisation du Moyen-Orient, Bures- sur-Yvette, 1994, 1994, vol. VI,
p. 34.
Il n y a aucune raison de douter que le personnage de ‘Urwa a bel et bien existait, disait Robinson, et qu’il a connu
quelque succès dans le passé, qu’il a rapporté des récits et peut-être même qu’il a donné des cours dans ce domaine.
Toutefois, il y a beaucoup de raisons de penser qu’il n’a jouit d’aucune autorité en tant qu’auteur, moins encore

9
Prophète, ainsi on le surnomme dans la tradition musulmane] brûle, le jour d’al-Ḥarra, des
« livres » de fiqh dont il prit possession. Il avoue après ces jours sanglants de guerre: « Je préfère
avoir mes « livres » que mes proches et mes biens. » 37*
Parmi ces textes détruits par ‘Urwa, se trouve-t-il la tradition suivante rapportée par Wakī‘ ?38
Notons d’abord que Wakī‘ Ibn al-Jarrāḥ était tellement crédible, que les grands spécialistes de la
tradition n’ont pas hésité à se référer à lui comme Aḥmad Ibn Ḥanbal, Yaḥya Ibn Ma‘īn, Muslim
et Bukhārī39, pour ne citer que ceux-là. Il suffit de relater le témoignage d’Ibn Ḥanbal qui le flatte
ainsi :
« Je n’ai pas vu comme lui, un grand savoir, une forte mémoire [pour réciter les traditions bien
entendu],… et par-dessus tout, c’est un homme qui mène une vie très pieuse. »40
L’histoire de Wakī‘41est très révélatrice : elle a tellement été dissimulée que presque personne
n’en parle.
Il rapporte, d’un certain Isma‘īl Ibn Abī khālid par le canal de ‘Abd Allāh al- Bahī, le mawlā de
Muṣ‘ab Ibn al-Zubayr, demi-frère de ‘Urwa, décapité lui aussi par ‘Abd al Malik Ibn Marwān :42
« Le prophète Muḥammad n’a pas été enterré immédiatement après sa mort, il est resté un jour
et une nuit, par conséquent son ventre s’est gonflé, son auriculaire s’est penché et la couleur de sa
peau a changé.» 43 Lorsque Wakī‘ révèle cette tradition à la Mecque, les Qurayshites se sont
réunis, ont dressé une planche pour le crucifier. Cependant, Said b al-Musayyib, qui jouissait d’une
grande notoriété, s’est engagé à le défendre auprès du gouverneur de La Mecque . Une autre
version stipule qu’il plaide sa cause auprès du calife Harūn al-Rashīd lui-même. Pour ce faire, il lui
dit qu’il s’agissait d’une tradition connue, car le jour du décès du Prophète, la chaleur était rude à
Médine.

qu’un historien reconnu. Voir, Robinson (Chase. F), Islamic Historiography, éd. University Press, Cambridge, 2003, p.
24. cf., Görke (Andreas), «The Historical tradition about al-Ḥudaybiya -a study of ‘Urwa b. Zubayr’s account-» dans
The biographie of Muḥammad -The issue of the sources-, éd. Harald Motzki : Brill, Leyde, 2000, p. 242.
37
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Kitᾱb al-Ṭabaqat al-Kabīr, annotation ‘Ali Muḥammad ‘Umar, éd. al-Sharika al- dawliyya li-
ṭibā‘a, Le Caire, 2001, T. VII, p. 178. cf., Horovitz (Josef), The Earliest biographies of the prophet and their authors,
éd. The Darwin Press, INC, New Jersey, 2002, p. 23.
* L’encyclopédie de l’Islam présente un brillant exposé sur ce personnage clé du I° siecle de l’Hégire, le septième de
l’ère Chrétienne. Encyclopédie de l’Islam, [Urwa B. al-Zubayr], éd. E. J. Brill, Leyde, 2002, T. X, pp. 983 sqq.
Nous reviendrons sur cette tradition dans Termes et Concepts.
38
À propos de Wakī‘ voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., éd. Brill, Leiden, 2007, pp. 646
sqq.
39
Ibn ‘Asākir (‘Ali), Tᾱrīkh madīnat dimashq, (L’histoire de la ville de Damas), éd. Dār al-fikr, Beyrouth, 1995, T. LXIII,
p. 58.
40
Ibid., p. 73.
41
Wakī‘ décède en 197 AH/812 apr. J.-C., Ibid., p. 60.
42
Voir, Ibn Jarīr al- Ṭabarī (Muḥammad), Tᾱrīkh al- Ṭabarī [Les chroniques de Ṭabarī, histoire des prophètes et des rois],
Dār al-Ma‘ārif, Le Caire, 1968, T. VI, p. 161.
43
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 239. Al-Balāḏurī (Aḥmad), Ansāb al-ashrāf, op. cit., T. II, p. 244. Ibn ‘Asākir
(‘Ali), op. cit., p. 101. Voir, Ouardi (Hela), Les derniers jours de Muhammad, éd. Albin Michel, Paris, 2016, pp. 14.
207.

10
Le Prophète est resté deux jours sans inhumation à cause, en réalité, du conflit concernant le
poste du califat qui a opposé les Qurayshites et les anṣār d’une part, et les partisans de ‘Ali et
d’Abū Bakr d’autre part. 44
Aussitôt libéré de la prison, Wakī‘ rejoint la ville de Kūfa.45Al-Ḏahabī commente cet événement
qu’il désigne par « l’épreuve de Wakī‘» :
« Si cette histoire n’a pas été contée dans plusieurs livres, je l’aurais carrément omise. » 46
Le chercheur peut imaginer, combien de documents, de textes, et notamment de livres
comportant des informations et vérités vitales, qui auraient pu changer le cours de l’histoire, ont
été abolis ? 47
L’assyriologue Jean Bottéro constate à juste titre:
« Nous sommes en dépendance d’un triple hasard successif : il faut que les événements qui nous
intéressent aient été écrits, et ils ne l’ont pas toujours été ; il faut que ces écrits aient été
conservés par les anciens après leur mise par écrit, et ils ne l’ont pas toujours été ; et il faut qu’ils
aient retrouvés par nous, et ils ne le sont pas toujours... »48
Il s’agit donc de comprendre que l’irrégularité et les pertes dans la transmission peuvent modifier
l’échelle de notre jugement de façon à peine perceptible, car nous n’identifions pas toujours
l’incomplétude.49

Notre rôle est d’essayer, à travers ces attestations postérieures, de reconstruire les scènes de ce
passé lointain, de voir au-delà des textes et des livres préparés avec préméditation et soin.
En fin de compte, reprenons, nous aussi, cette expréssion d’André Miquel reprise par Gabriel
Martinez-Gros50:
« Pourquoi…ne pas explorer les œuvres de l’interieur et, au lieu de m’essayer à dégager, à couper
d’elles une réalité objective, celle de l’histoire, pourquoi ne pas prendre ces textes comme un tout,
en les considérant comme témoins non pas tellement d’une réalité que d’une représentation de
cette réalité, en visant, en un mot, non pas le monde recréé par notre recherche, à mille ans de
distance, mais le monde senti, perçu, imaginé peut-être par les consciences d’alors. »51
Laissons tout cela de côté pour le moment, et bornons-nous à étudier le texte de ce Pacte
rapporté par Ibn Isḥāq dans son " livre" La biographie du prophète Muḥammad connue aussi sous

44
cf., Ouardi (Hela), Ibid., p. 208 où elle avance que le corps du Prophète n’ait pas été enterré immédiatement car, dit
elle, les musulmans étaient persuadés qu’il va ressusciter.
45
Ibn ‘Asākir (‘Ali), Ibid., pp. 101-103.
46
Al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, éd. Bayt al-‘afkār al-dawliyya, Beyrouth, 2004, T. I, p. 568.
47
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), al - Muqaddima, éd. Dār al-Hilāl, Beyrouth, 1988, p. 301. cf., à l’historiette citée par
al-Zubayr Ibn Bakkār sur le même thème dans le chapitre : II. I. I. L’œuvre éventuelle d’Ibn Isḥāq.
48
Bottéro (Jean), Babylone et la Bible -Entretiens avec Monsacré Hélène -, éd. Les Belles Lettres, Paris, 1994, p. 104.
49
Esch (Arnold), op. cit., p. 27.
50
Martinez-Gros (Gabriel), L’idéologie Omeyyade - La construction de la légitimité du califat de Cordoue (Xe-XIe
siècles), éd. Casa de Velázquez, Madrid, 1992, p. 327.
51 e
Miquel (André), La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11 siècle, T. I, éd. de l’École des
Hautes Études en Sciences Sociales [EHESS], Paris, 2001, p. V.

11
le titre La biographie d’Ibn Isḥāq transmis en partie par Ibn Hishām. Il est donc le plus ancien
ouvrage, dont nous disposons, qui a rapporté cette Charte de Médine.
Signalons d’emblée qu’Ibn Ishāq, considéré par Wellhausen comme le fondateur de l’histoire
arabe et que sa méthode de consigner, année par année les événements majeurs, note-t-il, a été
suivie par les historiographes postérieurs52, ne nous informe point, dans son introduction très
brève, ni de la façon dont le document est parvenu jusqu'à lui ni l’année exacte de cet Écrit.53

52
Wellhausen (Julius), Das Arabische Reich und sein sturz, Trad. vers l’Arabe par Muḥammad ‘Abd al-Hādī Abῡ Réda,
sous le titre : Tᾱrīkh al-dawla al-‘arabiyya min ḍuhῡr al-’islᾱm ilᾱ nihāyat al-dawla al-’umawiyya, éd. Lajnat al-
al-ta’līf wa al- tarjama wa al-nashr, Le Caire, 1968, p. 29.
53
Nous développerons cette idée plus loin.

12
I. Le texte du Pacte de Médine :

I. I. Préambule.

I. II. Les deux versions originales « al-matn al-aṣlī »


I. II. I. La version d’Ibn Isḥᾱq :
I. II. II. La version d’ Abῡ ‘Ubayd
I. III. Les versions subsidiaires : « al-mutῡn al-iḍᾱfiya »
I. III. I. Une esquisse des différentes versions de la Ṣaḥīfa.
I. III. II. Le texte de Médine abrégé ou simplement évoqué pour une raison
linguistique, juridique ou apologétique.
I. III. III. Le texte de Médine fractionné.

13
« At this point I ought to say that, though I have been
studing the document [the constitution of Medina]
for some years, and we quite recently formed a
group at the School of Oriental and African Studies
to read it together, much of what I have to offer is at
present interim and exploratory.»54

54
Sergeant (Robert Bertram), « The Constitution of Medina », Islamic Quaterly 8 (1964), p. 4.

14
I. Le texte du Pacte de Médine :

15
I. I. Préambule.

Langlois constate à juste titre que le document est le point de départ, tandis que le fait passé est
le point d’arrivée ; alors que dans les sciences exactes, c’est le fait lui-même observé directement,
qui est le point de départ.55Notre point de départ donc est la Ṣaḥīfa de Médine que Le Prophète
ait établi à Yahtrib.
Nous entreprenons, pour commencer, de relater les deux versions du Kitᾱb de Médine : la version
d’Ibn Isḥᾱq rapporté par Ibn Hishām (m. 218/833) et celle d’Abῡ ‘Ubayd (m. 224/838).56
Bien que nous employions dans cette étude l’expression « le texte d’Ibn Isḥᾱq », nous partageons
tout à fait l’observation pertinente de Motzki, que la Sīra d’Ibn Hishᾱm ne doit pas être utilisée
comme si elle était le texte original d’Ibn Isḥᾱq.57
Par ailleurs, le texte d’Abῡ ‘Ubayd, à notre connaissance, n’a jamais été traduit vers le français ;
nous prenons donc l’initiative de le traduire en nous référant à la traduction anglaise d’Imran
Aḥsan Khan Nyazee.58
Sergeant s’étonne que ce texte n’a pas attiré l’attention ni des historiens occidentaux ni des histo-
riens musulmans.59 Du point de vue historique, dit-il, ce document est tout aussi important et int-
éressant que le Coran lui-même, pour étudier les prémices de l’histoire de l’islam. 60
D’après lui, beaucoup de passages coraniques en relation directe avec cette « constitution » sont
révélé après la conclusion de ce Traité.61Quand il y a un parallèle entre les deux textes, c’est-à-
dire le texte de Médine et le Coran, ce n’est pas, affirme-t-il, parce que les documents de la Ṣaḥīfa
proviennent du Coran mais c’est parce que le Coran fait allusion à ces documents qui existent
déjà.62
55
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 66.
56
Pour convertir les dates du calendrier d’hégire au calendrier grégorien , nous nous référons constamment au
site al-Warāq : www.alwaraq.net/HistoryConverter.htm. Nous estimons cependant que ces dates de décès avan-
cées par les historiographes ne sont pas toujours précises ni unanimes.
57
Citée par, Shoemaker (J. Stephen), The death of a Prophet – The end of Muḥammad’s life and the beginnings
of Islam-, éd. University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2012, p. 79. cf., également, De Prémare (Alfred-
Louis), « Le discours testament du prophète de l’islam », dans Paroles, signes, mythes, mélanges offerts à jamel
Eddine Bencheikh, éd. Institut français d’études arabes de Damas, Damas, 2001, p. 303.
Nous développons cette idée dans le chapitre « la biographie d’Ibn Hishᾱm ».
58
Nyazee (Imran Aḥsan Khan), The book of revenue - Kitᾱb al-Amwᾱl, Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim Ibn Sallᾱm- éd.
ITHACA Press, UK, 2005, pp. 250 sqq. Lecker a pris le soin de traduire uniquement la version d’Ibn Isḥᾱq. cf.,
Lecker (Michael), The Constitution of Medina - Muḥammad’s first legal document-, Copyright by The Darwin
Press, INC, Princeton, New Jersey, 2004, pp. 19 sqq. et 32 sqq.
59
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 3.
60
Ibid., Également, «The Sunnah Jᾱmi‘ah, Pacts with the Yathrib Jews, and the Tahrīm of Yathrib: Analysis and
Translation of the Documents comprised in the so-called Constitution of Medina. », Bulletin of the School of
Oriental and African Studies, University of London, vol. 41, No. 1 (1978), p. 8.
61
« The Sunnah Jᾱmi‘ah. », Ibid., p. 40.
62
Ibid. Sergeant divise le texte de Médine en huit documents. Nous reviendrons sur cette idée. cf., III. II. IV.
Les variantes dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām (Version A).

16
Quant à Frederick Mathewson Denny qui considère la Ṣaḥīfa comme : "…an important contemp-
orary extra-Qur'anic ",63 il estime que les deux sources, à savoir le Coran et la "constitution" se
confirment mutuellement à bien des égards, l’une venant compléter l’autre..La "constitution" ex-
plique clairement en apportant des détails précis ce que le Coran évoque vaguement.64
M. Gil souligne cette concordance à propos du terme umma cité dans ce texte de Médine : "um-
ma should be grasped according to its use in the Qur’ān. "65

Rose propose d’adopter la « constitution » comme une structure squelettique tel que Serjeant l’a
présentée. Les informations rapportées par la Sīra doivent donc être compatibles avec elle.66
Il pense que cela peut neutraliser l’objection des révisionnistes à l’égard de l’utilisation des sour-
ces postérieures puisque les chefs de file de ce courant ont concédé la date avancée du Pacte.67
Il suggère également, en deuxième position, de prendre le Coran comme un contrôle supplémen-
taire de la Sīra malgré les objections et les réserves qui suscitent le texte coranique, dit-il.
Le Coran, selon lui, ne sécurise pas le contrôle des informations de la Sīra au degré de la Ṣaḥīfa de
Médine pour deux raisons :
68
I/ Pour les objections qui peuvent être soulevées à propos de la datation coranique de R. Bell.
II/ Parce que les révisionnistes supposent communément que le texte coranique a vu le jour après
le VIIème siècle.69
La troisième voie, estime-t-il, c’est l’imbrication de ces trois sources, à savoir la « constitution », le
Coran et la Sīra. Elles peuvent s’harmoniser pour offrir une base de données plus fiable.70
Cela dit, faisons les remarques suivantes :
. Depuis que Julius Wellhausen a écrit un article sous le titre : „Muhammads Gemeindeordnung
von Medina“71, ce texte est désormais baptisé, chez tous les chercheurs ou presque « La
constitution de Médine ».
Même P. Crone et M. Cook qui ont des réticences à l’égard de l’authenticité historique de ce
Pacte, n’ont pas hésité à employer cette terminologie sans aucun commentaire de leur part.72

63
Denny (Frederick. M), op. cit., p. 39.
64
Ibid., p. 47. En mentionnant cette idée, F. M. Denny s’intéresse surtout au concept de la umma, l’objet principal
de son étude.
65
Gil (Moshe), op. cit., p. 50. n. 43. Nous reviendrons sur les différents sens du umma plus loin.
66
Rose ( Paul Lawrence), op. cit., p. 8.
67
Ibid., pp.8-10. 29.
68
Bell (Richard), The Qur’ān, translated, with a critical re-arrangement of the surah, éd. T. Clark, Edinburgh, 1937
1939.
69
Rose ( Paul Lawrence), Ibid., p. 9.
70
Ibid., p. 10. Bien entendu, P. L. Rose s’intéresse à examiner la Ṣaḥīfa pour comprendre l’histoire des juifs de Mé-
dine, nous pouvons toutefois élargir ce champ d’étude.
71
Wellhausen (Julius), « Muhammads Gemeindeordnung von Medina », dans Skizzen und Vorarbeiten, éd. Berlin,
1889, p. 67. c.f., J. Wellhausen, Muhammad’s Constitution of Medina, Trad et éd. de Wolfgang Behn, dans :
Wensinck ( Arent Jan), Muhammad and the Jews of Medina, éd. Fribourg en Brisgau, 1975, pp. 128.138.
72
Crone( Patricia) & Cook (Michael), Hagarism: The making of the Islamic Word, Cambridge University Press, 1977,
p. 7.

17
En revanche, Michael Lecker, qui emploie le terme dans le titre même de son livre, observe :
« L’utilisation de cette terminologie est plutôt désorientante.»73 Tout au long de son livre, il dési-
gne ce document par le terme arabe neutre, dit-il, de Kitᾱb.74
Cependant, et bien que l’appellation « constitution de Médine » soit mal appropriée, dit-t-il, ce
titre, très répandu, apparait dans cette monographie.75 C’est le document, estime-t-il, le plus
ancien et le plus important de l’époque du Prophète.76
R. B. Serjeant utilise le terme constitution non sans réserves car, selon lui, il ne reflète pas exact-
ement la réalité de ce texte.77 Serjeant reconnaît, du reste, que la traduction anglaise existante du
texte de Médine est très incorrecte.78
Quant à T. Nagel, il commente récemment : « Il s’agit de l’accord, souvent appelé, en
méconnaissance de son contenu, (charte de la communauté), voire (constitution de Médine).»79
Il faut enfin noter qu’Alfred-Louis de Prémare ne partage aucunement cet avis majoritaire ; il est le
seul, que nous sachions, à décliner clairement cette appellation :
« On a souvent appelé ce texte (constitution de Médine), cette formulation n’est pas adéquate au
langage du texte. Outre le fait que le nom Médine n’y figure pas, parler de constitution est
anachronique car cela fait penser à un État organisé et risque de projeter sur le passé la notion
moderne de (constitution). Or, à ce stade il n’ya pas encore d’État mais une confédération
guerrière dont, cependant, la Saḥīfa est la Charte. »80
Rejoignant le débat contemporain sur la formation de l’Etat islamique, l’analyse d’un tel document
peut s’avérer une contribution utile à l’histoire des débuts de l’Islam.81
.Il y a lieu de remarquer que les études critiques des chercheurs arabes sur ce sujet sont
rarissimes. En revanche la plupart d’entre elles préfère l’approche apologétique. Hamidullah
considère la Saḥīfa comme la première constitution dans le monde.82 Son compatriote al-
Nadawī est moins affirmatif :
ُ
"...‫عتبأقدم دستور دقيق‬
‫" يجوز أن ت ر‬

73
Lecker (Michael), op. cit., p. 2.
74
Lecker (Michael), Ibid., p. 1.
75
Ibid., p. 1.
76
Ibid., p. 1-2.
77
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 3. «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p. 1.
78
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », Ibid., p. 3.
79
Nagel (Tilman), Mahomet - Histoire d’un Arabe, Invention d’un Prophète-, Trad. Jean-Marc de Tétaz, éd. Labor &
Fides, Genève, 2012, p. 156.
80
Prémare (Alfred-Louis), Les fondations de l’islam -entre écriture et Histoire-, éd. du Seuil, Paris, 2002, pp. 89-90.
81
Hoyland (Robert), « New Documentary Texts and the Early Islamic state », Bulletin of the School of oriental
and African Studies 69 (2006), pp. 395-416. Johns (Jeremy), « Archeology and the History of Early Islam. The first
Seventy Years », Journal of the economic and Social History of the Orient 46 (2003), pp. 411-436.
82
Hamidullah (Muḥammad), Majmū‘at al-wathāi‘q al-siyāsiyah li-l-ʻahd al-nabawī wa-l-khilāfa al- rāshida, éd. Dār
al-Nafāi’s, Beyrouth, 1987, p. 57. Voir aussi ; Hamidullah (Muḥammad), « The first written Constitution in the
world : an important document of the time of the Holy Prophet. » éd, Sh. Muḥammad Ashraf, Lahore, 1968. Cet
article a été publié pour la première fois en 1941, six ans avant la fondation du Pakistan.

18
« Elle pourrait être considérée comme la plus ancienne constitution précise… »83 Quant à Munīr
Gaḍbān84, il qualifie ce document de Médine par : la constitution islamique. ‫الدستور اإلسالم‬.85
Al-Būṭī, considère également ce texte comme une constitution, et que le Prophète l’a établie
suivant l’ordre divin. 86
Abd-Raḥmān ‘Azzām commente la Ṣaḥīfa ainsi :
« L’islam a devancé par ce Pacte la convention de (la Société des Nations)87 moderne de plus de
treize siècles.»88
. Si nous avons numéroté la Ṣaḥīfa comme l’ont toujours fait les chercheurs intéressés par ce
texte depuis que Wellhausen (m. 1918) l’a partagée en 47 paragraphes89 et que l’orientaliste
Hollandais A. J. Wensinck (m. 1939) a confirmé ce choix dans son livre Moḥammed en de joden te
Medina,90 ainsi Leone Caetani (m. 1935), qui a ajouté le paragraphe 48,91c’est simplement pour
faciliter l’étude de ce document. Signalons enfin que Sprenger (m. 1893) cite le texte de Médine

83
Al-Nadawī (Ali), al-Sīra al-nabawiyya, éd. Dār al-Shurūq, Djeddah, 1989, p. 201. La première édition de ce livre
est apparue en 1976.
84
Munīr Gaḍbān (1942/2014) est un leader des frères musulmans syrien. Il est considéré comme un théoricien
dans le domaine éducatif au sein de cette mouvance.
85
Gaḍbān (Munīr), Figh al-Sīra al-nabawiyya, éd. Université d’Um al-qurā, La Mecque, 1992, p. 367.
86
Al-Būṭī (Muḥammad), fiqh al-Sīra al-nabawiyya, éd. Dār al-fikr, Damas, 1991, p. 225.
87
Organisation internationale créée en 1919.
88
‘Azzām (Abd-Raḥmān), al-Risāla al-khālida, éd. Dār wa maṭābi‘ al-sha‘b, Le Caire, 1964, p. 87. [Ce livre a été publié
pour la première fois en 1946.], cf. Ṭanṭāwī (Muḥammad Sayyid), Banū isrā’īl fi al-qur’ān wa sunna, éd. Dār al-
Shurūq, Le Caire, 2000, p. 144. Où il rapporte le texte de Médine et la gloze de ‘Azzām. Rappelons que Ṭanṭāwī était
le grand Imam d’al- Azhar entre 1996 et 2010.
Il n’est pas sans intérêt à cet égard d’évoquer la déclaration de Marrakech sur les droits des minorités religieuses
dans le monde islamique, suite à la réunion de plus de trois cents personnalités de diverses confession dans cette
ville impériale le 25, 26 et 27 janvier 2016. Cette déclaration, qui visait surtout les massacres commis par « l’État
islamique en Iraq et au Levant » contre les Yézidies et les chrétiens, s’est basée principalement sur la Charte de
Médine. cf., http://ww w.saphirnews.com/Declaration-de-Marrakech-sur-les-droits-des-minorites-religieuses-
dans-le-monde- islamique_ a21910.html
89
Wellhausen (Julius), « Muhammads Gemeindeordnung von Medina », op. cit., pp. 67-73. c.f., Wellhausen (Julius),
Muhammad’s Constitution of Medina, Trad et éd. Wolfgang Behn, dans : Wensinck ( Arent Jan), Muhammad and
the Jews of Medina, éd. Fribourg en Brisgau, 1975, pp. 128.138.
90
Wensinck (Arent Jan), Mohammed en de joden te Medina, éd. Boekhandel En Drukkerij Voorh E. J. Brill, Leiden,
1928, pp. 74-81. cf., Watt (W. Montgomery), Mahomet à Médine, éd. Payot, Paris, 1959, p. 267. cf., Muhammad
and the Jews of Medina -with an excursus Muhammad’s constitution of Medina by Julius Wellhausen-, Trad. Wolf-
gang Behn, éd. Adiyok, Berlin, 1982, pp. 52-61.
Djaït signale que Watt, en répartissant le Pacte en quarante-sept articles, suit la numérotation de Wensinck. Cepen-
dant, Watt, lui-même, reconnaît clairement d’être conformé à l’orientaliste Hollandais. cf., Djaït (Hichem), La vie
de Muḥammad III, Le parcours du Prophète à Médine et le triomphe de l'islam, éd. Fayard, Paris, 2012, p. 90. Et,
Watt (W. Montgomery), Mahomet à Médine, éd. Payot, Paris, 1959, p. 267.
Wensinck partage effectivement la Charte médinoise en 47 Articles, toutefois le pionnier de cet agencement est
visiblement Wellhausen. cf., Wellhausen (Julius), op. cit., p. 73. Wensinck (Arent Jan), Mohammed en de joden
te Medina, éd. Boekhandel En Drukkerij Voorh E. J. Brill, Leiden, 1928, pp. 74-81.
91
Caetani (Leone), Annali dell’Islᾱm, éd. Ulrico Hoepli, Milan, 1905, V. I, p. 402. Caetani étudie le texte de Médine sous
le titre : La costituzione della comunità Madinese, Ibid., p. 391.

19
en le répartissant, sans pour autant le numéroter.92 Il est probable que Wellhausen soit inspiré par
la répartition de ce dernier.
. Puisque nous partageons l’idée de ceux qui refusent de considérer ce texte comme une
constitution, nous préférons employer le terme paragraphe93 plutôt que le terme article ou clause.
. Bien que nous partageons le texte en paragraphes pour simplifier son étude, nous estimons
qu’une compréhension du texte ne peut être pertinente qu’à la suite d’une lecture horizontale,
autrement dit globale et non pas verticale ou fragmentée. Une lecture qui se guide, stricto sensu,
des phrases du document, et non pas de ses paragraphes répartis intentionnellement et coupés
du contexte général du texte.94
.Certes, des variantes figurent par rapport au texte d’Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishām,95 et notamment par
rapport à celui d’Abῡ ‘Ubayd96, comme nous allons l’étudier plus loin ; mais, est-il fondé de cons-
tituer un seul texte à travers toutes ces variantes ? Ce texte ne serait-il pas une pure invention qui
n’a jamais existé réellement ? D’ailleurs, même si les textes en question partagent les mêmes
chaînes de transmission, ou reviennent à la rigueur au même transmetteur principal, ils ne
pourraient, à notre sens, constituer un texte unique. Notre postulat est de privilégier nettement le
texte principal « al-matn al-awwal » en l’occurrence le texte d’Ibn Isḥᾱq rapporté par son disciple
indirect Ibn Hishᾱm et celui d’Abῡ ‘Ubayd. Les autres variantes, qu’elles soient au niveau du texte
« matn » ou au niveau de la chaîne de transmission « isnᾱd », ne peuvent que confirmer et
appuyer le texte original. En aucun cas, elles ne fusionnent avec ce dernier pour composer un
texte unique.97
.Dans notre investigation, nous privilégions les témoignages indirects et involontaires. Bien que
son domaine de recherche ne soit pas exactement le même, E. Cassin affirme à juste titre :
« Quelques mythes mésopotamiens d’époque vieux-babylonienne nous livrent de précieux
renseignements sur les règles qui entourent la conclusion du mariage. Leur témoignage est
d’autant plus intéressant qu’il est indirect et, dans un sens, involontaire. Contrairement aux lois
qui prescrivent ce qu’il convient de faire dans chaque cas juridique, le mythe laisse transparaître, à
travers l’histoire qu’il déroule, le jeu des institutions sans aucune intention dogmatique. »98
A cet égard, signalons que les ouvrages prosopographiques, (Kutub abaqāt et ma‘ājim), préser-
vent une grande masse de données souvent introuvable ailleurs. Beaucoup de chercheurs estim-

92
Sprenger (Aloys), Das leben und die lehre des Muḥammad, éd. Nicolaishe Verlagsbuchhandlung (A. Effert & L. Lind-
tner), Berlin, 1869, pp. 20-25.
93
Wellhausen emploi le terme paragraphe, cf., « Muhammads Gemeindeordnung von Medina » dans Skizzen und
Vorarbeiten, éd. Berlin 1889, p. 67.
94
Voir plus loin lors de l’étude du matn de la Ṣaḥīfa : Un aperçu sur le texte.
95
cf., M. Lecker, The constitution of Medina, op. cit., pp. 10-18.
96
Ibid., pp. 21-26.
97
Nous reviendrons sur ce point de vue plus tard avec plus d’exemples et d’explications.
98
Cassin (Elena), Le semblable et le différent, éd. La Découverte, Paris, 1987, p. 351.

20
ent, voire affirment que la prosopographie était la seule voie d’accès à l’histoire des premiers
siècles de l’islam.99 Bizarrement, les recherches pionnières de Jacqueline Sublet sont restées sans
grande exploitation dans la recherche islamique.100

99
Crone (Patricia), Slaves on horses : The Evolution of the Islamic Polity, éd. Cambridge University Press, 1980, p. 16 sq.
Cahen s’intéresse aux sources de l’histoire musulmane dans son livre Introduction à l’histoire du monde musulman
médiéval, notamment dans le deuxième chapitre. cf., Cahen (Claude), Introduction à l’histoire du monde musulman-
e e
VII -XV -, op. cit., pp. 41-82.
À cet égard, il n’est pas sans intérêt de souligner que les sources juridiques étaient trop souvent négligées par les
historiens, bien que, en l’absence de documents d’archives, elles sont bien souvent les seules, ou presque, à nous
renseigner sur certains aspects de la vie privée et publique du Moyen Âge musulman, écrit Cahen. Ibid., p. 75.
Voir également, Cahen (Claude), Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, éd. Institut français de Damas,
Damas, 1977, pp. 81-89.
Contrairement à Cahen qui est pour l’utilisation judicieuse de l’historien de toute source littéraire, y compris la
poésie et les ouvrages de doctrines religieuses et philosophiques, J. Sauvager estime que l’historien doit se méfier
de l’usage de la littérature juridique pour l’étude de la vie sociale. cf., Cahen (Claude), Introduction à l’histoire du
monde musulman médiéval, Ibid., pp. 78-81. Sauvaget (Jean), Introduction à l’histoire de l’Orient musulman-Élém-
ents de bibliographie-, éd. Arien-Maisonneuve, Paris, 1943, p. 46.
Le premier, à notre connaissance, qui a montré l’utilité des sources juridiques dans l’étude de l’histoire musulmane
est R. Brunschvig. Il note : « Mais ce que l’on désire mettre ici particulièrement en relief, c’est le secours que l’on
a trouvé en des textes que les historiens n’ont guère coutume de dépouiller, dans une partie au moins de cette
abondante littérature de fiqh si caractéristique de l’islam…Au premier plan de ce genre de sources il convient de
e
citer le recueil inédit de consultations juridiques ou Nawāzil d’al-Burzulī de la première moitié du XV siècle…Par
une analogie remarquable, c’est également dans des recueils de consultations, ceux des grands rabbins d’Alger du
e
XV siècle, en hébreu, que l’on a relevé le plus clair des données relatives d’Ifriqiya. », Voir, Brunschvig (Robert), La
e
Berbérie orientale sous les Ḥafṣides des origines à la fin du XV siècle, éd. Adrien-Maisonneuve, Paris, 1940, T. I, p.
XXVIII. Il utilise aussi les biographies, notamment celles qui concernent les générations successives des savants
malikites comme le : Dibāj al-muḏahhab du juriste médinois Ibn Farḥūn (m. 799/1397), Ibid., p. XXXII.
100
Voir le chapitre II. I. Ibn Isḥāq.

21
La Ṣaḥīfa telle qu’une structure squelettique
Figure 1101

La Sīra Le Coran

La Ṣaḥīfa

101
Il nous semble curieux que la Ṣaḥīfa ne se réfère à aucun verset du Coran ni de la thora. Pourtant, le Prophète, en
cette période, lui qui disposait d’un ensemble intéressant de sourates coraniques, et qui voulait à tout prix gagner la
confiance des juifs, pouvait éventuellement s’appuyer aisément sur ces deux textes religieux, notamment pour
rassurer les juifs en utilisant leur livre sacré. Peut-être, par le fait de ne pas citer les écrits sacrés, évitait-il de cho-
quer les sceptiques ? Des éléments de l’histoire nous manquent, sans doute là-dessus, ce qui rend la réponse con-
fuse à cette question embarrassante.

22
I. II. Les deux versions originales (al-matn al-aṣlī)

I. II. I. La version d’Ibn Isḥᾱq (Version A):

‫ وأقرهم‬،‫ وادع فيه يهود وعاهدهم‬،‫بي المهاجرين واألنصار‬ ‫ " وكتب رسول هللا صىل هللا عليه وسلم كتابا ن‬:102‫قال ابن إسحاق‬
‫ر‬
:‫واشبط عليهم‬ ،‫وشط لهم‬ ‫ ر‬،‫عىل دينهم و أموالهم‬
‫بسم هللا الرحمان الرحيم‬
‫ر‬
‫والمسلمي من قريش ويبب ومن تبعهم فلحق بهم وجاهد‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫النب صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬ ‫ هذا كتاب من دمحم ر‬.1
.‫ إنهم أمـة واحدة من دون الناس‬،‫معهم‬
‫ن‬.‫بي المؤمني‬
‫ وهم يفدون عانيهم بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون بينهم‬،‫ المهاجرون من قريش عىل ربعتهم‬.2
‫ن‬
.‫المؤمني‬ ‫بي‬‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو عوف عىل ربعتهم‬.3
103 ‫ن‬ ‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو ساعدة عىل ربعتهم‬.4
.‫بي المؤمني‬
‫ن‬
.‫المؤمني‬ ‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو الحارث عىل ربعتهم‬.5
‫بي‬
‫ن‬
.‫المؤمني‬ ‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو جشم عىل ربعتهم‬.6
‫بي‬
‫ن‬
.‫المؤمني‬ ‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو النجار عىل ربعتهم‬.7
‫بي‬
‫بي‬ ‫ و كل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو عمرو بن عوف عىل ربعتهم‬.8
‫ن‬
.‫المؤمني‬
104 ‫ن‬ ‫ و كل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو النبيت عىل ربعتهم‬.9
.‫بي المؤمني‬

102
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), Sīrat sayyidinā Muḥammad rasūl Allāh, éd. Ferdinand Wüstenfeld, Dieterichsche
Universitäts-Buchhandlung, Göttengen, 1859, T. I, pp. 341-344. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Sīrat al-Nabi, Annoté
ère
par Maḥmῡd Sayyid al-Ṭahṭᾱwī, éd. al-maṭba‘a al-khayriyya, 1 édition, Le Caire, 1911, T. II, pp. 94-98.
Ibn Hishām(‘Abd al-Malik), al-Sīrat al-nabawiyya, annoté par Muṣṭafᾱ al-Saqᾱ & Ibrᾱhīm al-Abyᾱrī & ‘Abd al-Ḥafīẓ
Shalabī, éd. Dᾱr ’Iḥyᾱ’ al- Turᾱth al-‘Arabī, Beyrouth, sans date, T. II, pp. 147-150.
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), al-Sīrat al-nabawiyya, annoté par Djamel Thᾱbit & Muḥammad Maḥmῡd & Sayyid
Ibrᾱhīm, éd. Dār al-Ḥadīth, Le Caire, 2004, T. I, pp. 368-370.
Lecker relate le texte d’Ibn Isḥᾱq en ajoutant la chaîne de transmission suivante: « Ibn Isḥᾱq a dit: ‘Uthmᾱn b.
Muḥammad b. l-Akhnas b. Sharīq m’a raconté qu’il a procuré ce kitᾱb de la part de la famille de ‘Umar et qu’il a
été assemblé au livre de l’aumône que ‘Umar avait adressé a ses gouverneurs. » cf., The Constitution of Medina,
op.cit., pp. 7-9. Nous discuterons ce point de vue plus loin.
103
Nous avons suivi la version suivie dans l’édition de M. S. Ṭahṭᾱwī, M. al-Saqᾱ et de Dᾱr al-Ḥadīth, qui placent les
Banῡ Sᾱ‘ida avant.
M. Hamidullah et M. Lecker placent les Banῡ al-Ḥᾱrith avant les Banῡ Sᾱ‘ida, en suivant, probablement, l’édition
de F. Wüstenfeld ou peut-être le texte d’Abῡ ‘Ubayd. Watt et Lecker adoptent cependant ce choix au sein même
du texte d’Ibn Isḥᾱq. cf., Muhammad at Medina, éd. The Clarendon Press, Oxford, 1956. pp. 221-225. p. 222.
Lecker (Michael), Ibid., p. 7.
Et c’est le choix de la majorité des chercheurs occidentaux comme A. Sprenger, op. cit., p. 21, Wellhausen, op. cit.,
p. 68, Caetani, op. cit., p. 397, Wensinck, Trad anglaise, op. cit., p. 53. cf., Hamidullah (Muḥammad), Majmūʻat al-
wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., p. 59. Hamidullah (Muḥammad), Corpus des traités et lettres diplomatiques de l’Islam
à l’époque du Prophète et des Khalifes orthodoxes, éd. G.P Maisonneuve, Paris, 1935, p. 9.
Sergeant reste fidèle à la version de M. S. Ṭahṭᾱwī, cf. «The Sunnah Jᾱmi‘ah », op. cit., p. 16 et 18. cf., p. 40.
Nous aurons l’occasion plus loin de reparler des variantes existantes dans ces éditions différentes de ce texte.
104
L’édition Dᾱr al-Ḥadīth s’écarte des autres éditions et place les Banῡ al-Nabīt avant les Banῡ ‘Amr b. ‘Awf.
éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., T. I, 368 sq. cf., éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 341. éd. M. S. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II, p.

23
‫ن‬
.‫المؤمني‬ ‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو األوس عىل ربعتهم‬.11
‫بي‬
‫ن‬
.106‫ بينهم أن يعطوه بالمعروف ف فداء أو عقل‬105‫المؤمني ال ريبكون مفرحا‬ ‫ن‬ ‫ و إن‬.11
.‫ وأن ال يحالف مؤمن موىل مؤمن دونه‬.12
‫ن‬
‫ وإن أيديهم عليه‬،‫المؤمني‬ ‫المتقي عىل من نبغ منهم أو ابتغ دسيعة ظلم أو إثم أو عدوان أو فساد ن‬
‫بي‬ ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫ و إن‬.13
.‫جميعا ولو كان ولد أحدهم‬
‫ن‬
.‫ وال يقتل مؤمن مؤمنا ف كافر وال ينرص كافرا عىل مؤمن‬.14
.‫ يجب عليهم أدناهم‬،‫ و إن ذمة هللا واحدة‬.15
.‫المؤمني بعضهم مواىل بعض دون الناس‬ ‫ن‬ ‫ و إن‬.16
107 ‫ن‬
.‫ و إنه من تبعنا من يهود فإن له النرص و األسوة غب مظلومي وال متنارصين عليهم‬.17
‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
.‫ ال يسالم مؤمن دون مؤمن ف قتال ف سبيل هللا إال عىل سواء وعدل بينهم‬،‫المؤمني واحدة‬ ‫ و إن سلم‬.18
108
.‫ و إن كل غازية غزت معنا يعقب بعضها بعضا‬.19
109 ‫ن‬ ‫ن‬
.‫المؤمني ريبء بعضهم عىل بعض بما نال دماءهم ف سبيل هللا‬ ‫ و إن‬.21
110
.‫المتقي عىل أحسن هدى و أقومه‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫ و إن‬.21
‫ر‬
.‫ و إنه ال يجب مشك ماال لقريش وال نفسا وال يحول دونه عىل مؤمن‬.22
‫ن‬
‫ و إن المؤمني عليه كافة وال يحل لهم إال‬،‫يرض وىل المقتول‬ ‫ إال أن ن‬،112‫ فإنه قود به‬111‫ و إنه من اعتبط مؤمنا قتال عن بينة‬.23
.‫قيام عليه‬
‫ن‬
‫ وأنه من نرصه أو آواه‬،‫ و إنه ال يحل لمؤمن أقر بما ف هذه الصحيفة و آمن باهلل واليوم اآلخر أن ينرص محدثا وال يؤويه‬.24
113
.‫ وال يؤخذ منه رصف وال عدل‬،‫فإن عليه لعنة هللا وغضبه يوم القيامة‬

94. éd. al-Saqᾱ, op. cit., T. II, p. 148. Hamidullah et Lecker placent également les Banῡ ‘Amr devant, cf. Hamidullah
(Muḥammad), Majmū‘at al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., p .59. Lecker (Michael), op. cit., p. 7.
105
R. B. Sergeant préfère employer la variante mufraj à la place du mot mufraḥ, une variante utilisée uniquement dans
l’édition d’al-Ṭahṭᾱwī. «The Sunnah Jᾱmi‘ah » op. cit., pp. 17. 19. cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. M. S. al-Ṭahṭ-
ᾱwī, op. cit., T. II, pp. 95.
106
Nous constatons, que l’utilisation de ‫ « إن‬Inna» avec le Kasra, est totale ou presque dans le texte d’Ibn Isḥᾱq.
Quant au texte d’Abū ‘Ubayd, bienqu’il emploie ‫أن‬, avec le fatḥa, plus qu’Ibn Isḥāq, dans la plupart des cas, il
utilise également ‫إن‬, avec le kasra.
Par ailleurs, Hamidullah n’utilise que le ‫أن‬, tout au long du texte compilé à travers ses deux grandes sources,
à savoir Ibn Isḥᾱq et Abῡ ‘Ubayd. cf., Majmū‘at al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., pp. 59-62. Nous analyserons ce
point de vue plus tard lors de l’étude des variantes.
107
M. Lecker choisit d’écrire le mot au singulier : ‫و ال متناصر عليهم‬, op. cit., p. 8, suivant sans doute l’édition de F.
Wüstenfeld, op. cit., p. 342., à l’encontre des éditions al-Ṭahṭᾱwī, al-Saqā et Dᾱr al-ḥadīth qui utilisent le pluriel.
cf., éd. Wüstenfeld (Ferdinand), Ibid., pp. 96. 148. 369 respectivement.
108
Remarquons que le terme ‫ غازية‬dans ce passage est une épithète du lexème sous-entendu, e. g., peloton (une
ellipse), cf. Ibn Manẓūr (Muḥammad), Lisān al-‘arab, éd. Dār Ṣāder, Beyrouth, 1882, T. 15, p. 124 où il observe que
le mot ghāzia est le féminin de ghāzī et qu’il peut-être épithète d’une troupe. « .‫» …صفة لجماعة‬
109
Chez Lecker : ‫بعضهم عن بعض‬, op. cit., p. 8. Pour la signification du verbe bā’a ‫ باء‬, cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad),
Ibid., T. I, p. 36 et 38., Voir, Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), ‘Uyῡn al- athar fi funῡna l- maghᾱzī wa l-shamᾱ’il
wa l-siyar, éd. Maktabat Dᾱr al-Turᾱth, Médine, 1992, T. I, p. 318. n. 5.
110
Chez Lecker : ‫على أحسن هذا و أقومه‬, Ibid., p. 8. cf., éd. Dᾱr al-ḥadīth et Dᾱr al-Iḥyᾱ’, op. cit., pp. 369. 148 respecti-
vement.
111
Bayyina veut dire d’une manière intentionnelle, cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. 13, p. 68.
112
Chez Lecker : ‫ فإنه قود يد‬,op. cit., p. 8. au lieu de ‫فإنه قود به‬. Contrairement au texte, cf. éd. Dᾱr al-ḥadīth et Dᾱr al-
Iḥyᾱ’, op. cit., pp. 369. 148 respectivement.
113
Ibn Sayyid al-Nās écrit : «‫ وقيل نافلة وال فريضة‬،‫ توبة وال فدية‬:‫» صرف وال عدل‬, op. cit, p. 319., « ..ni une repentance ni une
rançon ; d’autres [savants] ont dit : ni [un culte] surérogatoir ni [un culte] obligatoir. »

24
‫‪ .25‬و إنكم مهما اختلفتم فيه من رشء فإن مرده إىل هللا عز وجل و إىل دمحم صىل هللا عليه وسلم‪.‬‬
‫ن‬
‫محاربي‪.‬‬ ‫ن‬
‫المؤمني ماداموا‬ ‫‪ .26‬و إن اليهود ينفقون مع‬
‫ن‬
‫وللمسلمي دينهم‪ ،‬مواليهم وأنفسهم‪ ،‬إال من ظلم و أثم‪ ،‬فإنه ال يوتغ‬ ‫ن‬
‫المؤمني‪ ،‬لليهود دينهم‬ ‫‪ .27‬و إن يهود نبب عوف أمة مع‬
‫إال‬
‫‪114‬‬
‫نفسه و أهل بيته‪.‬‬
‫‪ .28‬و إن ليهود نبب النجار مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .29‬و إن ليهود نبب الحارث مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .31‬وإن ليهود نبب ساعدة مثل ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .31‬وإن ليهود نبب جشم مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .32‬وإن ليهود نبب األوس مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .33‬و إن ليهود نبب ثعلبة مثل ما ليهود نبب عوف‪ ،‬إال من ظلم و أثم‪ ،‬فإنه ال يوتغ إال نفسه وأهل بيته‪.‬‬
‫‪ .34‬و إن جفنة بطن من ثعلبة كأنفسهم‪.‬‬
‫لبب الشطيبة مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬ ‫‪ .35‬و إن ن‬
‫الب دون اإلثم‪.‬‬‫‪ .36‬وإن ر‬
‫‪ .37‬وإن مواىل ثعلبة كأنفسهم‪.‬‬
‫‪ .38‬و إن بطانة يهود كأنفسهم‪.‬‬
‫‪ .39‬و إنه ال يخرج منهم أحد إال بإذن دمحم صىل هللا عليه وسلم‪.‬‬
‫‪ .41‬و إنه ال ينحجز عىل ثأر جرح‪.‬‬
‫‪ .41‬و إنه من فتك فبنفسه فتك وأهل بيته‪ ،‬إال من ظلم‪.‬‬
‫‪ .42‬و إن هللا عىل أبر هذا‪.‬‬
‫ن‬
‫المسلمي نفقتهم‪.‬‬ ‫‪ .43‬و إن عىل اليهود نفقتهم وعىل‬
‫‪ .44‬و إن بينهم النرص عىل من حارب أهل هذه الصحيفة‪.‬‬
‫والب دون اإلثم‪.‬‬ ‫‪ .45‬و إن بينهم النصح والنصيحة‪ .‬ر‬
‫‪115‬‬
‫‪ .46‬و إنه لم يأثم امرؤ بحليفه و إن النرص للمظلوم‪.‬‬
‫ن ‪116‬‬ ‫ن‬
‫المؤمني ماداموا محاربي‪.‬‬ ‫‪ .47‬و إن اليهود ينفقون مع‬
‫‪ .48‬و إن ريبب حرام جوفها ألهل هذه الصحيفة‪.‬‬
‫‪ .49‬و إن الجار كالنفس‪ ،‬غب مضار وال آثم‪.‬‬
‫‪ .51‬و إنه ال تجار حرمة إال بإذن أهلها‪.‬‬
‫بي أهل هذه الصحيفة من حدث أو اشتجار يخاف فساده‪ ،‬فإن مرده إىل هللا عز وجل و إىل دمحم رسول هللا‬ ‫‪ .51‬و إنه ما كان ن‬
‫صىل هللا عليه وسلم‪.‬‬
‫ن‬ ‫‪ .52‬و إن هللا عىل ر‬
‫أتق ما ف هذه الصحيفة وأبره‪.‬‬
‫‪ .53‬و إنه ال تجار قريش وال من نرصها‪.‬‬
‫‪ .54‬و إن بينهم النرص عىل من دهم ريبب‪.‬‬
‫ُ‬
‫‪ .55‬و إذا دعوا إىل صلح يصالحونه ويلبسونه‪ ،‬فإنهم يصالحونه ويلبسونه‪.‬‬
‫ن ‪117‬‬ ‫َ‬
‫‪ .56‬وإنهم إذا دعوا إىل مثل ذلك‪ ،‬فإنه لهم عىل المؤمني‪.‬‬

‫‪114‬‬
‫‪, op. cit., p. 8. Nous discuterons ce point plus tard.‬أمة مع (أمنة من) ‪M. Lecker ajoute entre parenthèse :‬‬
‫‪115‬‬
‫‪, Ibid., p. 9 contrairement au texte, cf., éd. Dᾱr al-ḥadīth et Dᾱr al-Iḥyᾱ’, op. cit., pp.‬لـم ‪ au lieu de‬لـن ‪M. Lecker écrit‬‬
‫‪370. 149 respectivement.‬‬
‫‪116‬‬
‫‪Ce paragraphe est répété deux fois dans le texte. Bien que nous négligeons cette répétition dans lordre du texte‬‬
‫‪proposé dans le chapitre concernant les variantes, à ce stade de cette étude nous le gardons comme tel. Cela dit,‬‬
‫‪nous ne sommes pas sûr s’il s’agit d’une reproduction effectuée dans le but de confirmer le premier propos ou‬‬
‫‪simplement est-elle due à l’imprudence d’un copiste ou d’un annotateur.‬‬

‫‪25‬‬
‫ن‬
.‫ عىل كل أناس حصتهم من جانبهم الذي ق َـبلهم‬،‫ إال من حارب ف الدين‬.57
.‫البالمحض( المحسن ) من أهل هذه الصحيفة‬
‫ مع ر‬،‫ و إن يهود األوس مواليهم وأنفسهم عىل مثل ما ألهل هذه الصحيفة‬.58

: 118‫قـال ابن إسحاق‬


]45/36 [ .‫الب دون اإلثم‬
‫ و إن ر‬.1 b
119
]41[ .‫ ال يكسب كاسب إال عىل نفسه‬.2 b
‫ن‬
]52[ .‫ و إن هللا عىل أصدق ما ف هذه الصحيفة وأبره‬.3 b
.120]42/36[ .‫ و إنه ال يحول هذا الكتاب دون ظالم وآثم‬.4b
]48/39[ .121‫ و إنه من خرج آمن ومن قعد آمن بالمدينة إال من ظلم أو أثم‬.5b
]49[.122‫واتق ودمحم رسول هللا صىل هللا عليه وسلم‬‫ و إن هللا جار لمن بر ر‬.6 b

117
Nous avons choisi la voix active pour le deuxième verbe « appeler », contrairement au texte dans les deux éditions
évoquées, cf., op. cit., pp. 370. 150 respectivement. C’est le choix, du reste, de la majorité des chercheurs. Voir,
Lecker (Michael), op. cit., p. 175. Hamidullah (Muḥammad), Majmū‘at al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., p. 62.
118
Nous considérons la coupure du texte par : « Ibn Isḥᾱq a dit » est problématique. Nous reviendrons sur ce point de
vue plus tard.
119
Voir, un verset coranique similaire à ce passage (Q IV CXI).
120
Les linguistes arabes, qui admettent l’interchangeabilité des particules, affirment que la conjonction de coordina-
tion ‫ و‬équivaut dans un contexte pareil à ‫أو‬. cf., Ibn Jinnī (‘Uthmān), al-Khaṣā’iṣ, annoté par Ali al-Najjār (Muḥamm-
ad), éd. Dār al-kutub, Le Caire, 1952, T. II, pp. 306. 460. cf., Ibn Fāris (Aḥmad), al-Ṣāḥibī, éd. maktabat al-ma‘ārif,
Beyrouth, 1993, pp. 131 sqq. p. 235sq.
121
À l’instar de l’édition de Ṭahṭᾱwī, Lecker choisit la conjonction ‫ و‬au lieu du ‫أو‬, laquelle est adoptée dans les trois
autres éditions, cf., Lecker (Michael), op. cit., pp. 370. 150 respectivement. éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II, p. 98.
122
M. Lecker ajoute bizarrement un dernier paragraphe au texte d’Ibn Isḥᾱq : "‫ وإن أوالهم بهذه الصحيفة البر المحسن‬.", Ibid.,
p. 9, 18 et 181. Pour cet ajout, ses sources sont les suivantes : Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib fi sharḥ
iwᾱl al-gharᾱ’ib, Annoté par Maḥmῡd al-Ṭanᾱḥī, éd. Maṭba‘at al-Madanī, Le Caire, 1983, p. 227. Cependant
l’auteur du Manᾱl rapporte uniquement le texte d’Abῡ ‘Ubayd en précisant sa chaîne de transmission, à savoir
qu’il a été rapporté par un certain al-Qutaybī qu’il a tenu de Aḥmad b. Sa‘īd al-Laḥyᾱnī, un disciple d’Abῡ ‘Ubayd,
de son maître avec son isnād jusqu'à Zuhrī, cf., Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Ibid., p. 227. Sa deuxième référence est
al-Ṣᾱrim al-maslῡl, toutefois Ibn Taymiyya cite effectivement le texte d’Ibn Isḥᾱq, mais sans le paragraphe en
question, cf., Ibn Taymiyya (Aḥmad), al-Ṣᾱrim al-maslῡl ‘alā shātim al-rasūl, éd. Ramᾱdī li-nashr, Dammam, Arabie
saoudite, 1997, pp. 129-132. Cette phrase est exclusivement mentionnée dans le texte d’Abῡ ‘Ubayd, cf., Lecker
(Michael), Ibid., p. 20.

26
123
Ibn Isḥāq a dit:

« Le Messager de Dieu a rédigé un Écrit « Kitāb »124entre les muhājirūn et les anṣār, par lequel il
conclut une conciliation (trêve) avec les juifs « yahūd » et s’engage envers eux en les confirmant
dans leur religion et leurs possessions, leur donnant certains droits et les obligeant à certains
devoirs :125
« Au nom de Dieu, le Compatissant, le Miséricordieux !
1. Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les mu‘minūn126, les muslimūn127de
Quraysh, ceux de Yathrib, ceux qui les suivent, qui les rejoignent et qui combattent avec eux,

123
Pour réaliser cette traduction nous avons eu recours surtout à :
- Hamidullah (Muḥammad), Corpus des traités et lettres diplomatiques de l’Islam à l’époque du Prophète et des
Khalifes orthodoxes, éd. G. P Maisonneuve, Paris, 1935, pp. 9-14.
- ………………………………………, Documents sur la diplomatie musulmane à l’époque du prophète et des Khalifes
orthodoxes, éd. G.P Maisonneuve, Paris, 1935, pp. 20 sqq.
- …………………………………….., Majmūʻat al-wathāi’q al-siyāsiya li-l-ʻahd al-nabawi wa-l-khilāfa al-rāshida, éd. Dār
al-Nafāi’s, Beyrouth, 1987, p. 59 où on trouve une numérotation faite par Hamidullah, qui reprend essentie-
llement le texte d’Ibn Isḥᾱq. Chaque fois que ce dernier dit : « wa inna » « et que », Hamidullah écrit « wa a-
nna » et met un numéro en place, remarque Djaït. Djaït, semble-t-il, préfère cette méthode de Hamidullah.
cf., Djaït (Hichem), La vie de Muhammad III, op. cit., p. 90. n. 1.
- ......................................... « The first written constitution in the world : an important document of the time of
the Holy Prophet, » éd., Sh. Muḥammad Ashraf Lahore, 1968.
- Watt (Wiliam Montgomery), Muhammad at Medina, éd. The Clarendon Press, Oxford, 1956. pp. 221-225.
-…………………………………………., Mahomet à Médine, Trad. de l’Anglais par S.-M Guillemin & F. Vaudou, éd. Payot,
Paris, 1978, pp. 267-272.
-……………………………….., Mahomet, Traduction de F. Dourveil, S.M Guillemin et Vaudou, éd. Payot, Paris, 1989,
pp. 474-479.
- Sergeant ( R. B), « The Sunnah Jᾱmi‘ah, Pacts with the Yathrib Jews, and the Tahrīm of Yathrib: Analysis and
Translation of the Documents comprised in the so-called Constitution of Medina. », Bulletin of the School of
o
Oriental and African Studies, University of London, vol. 41, N . 1 (1978), p. 15.
- Lecker (Michael), The Constitution of Medina - Muḥammad’s first legal document-, éd. the Darwin Press, INC.,
Princeton, New Jersey, 2004, pp. 32-39.
124
Nous aurons l’occasion de discuter le terme kitāb, utilisé souvent dans la littérature islamique, lors de l’étude
des variantes dans cette Ṣaḥīfa.
125
Nous pensons, qu’il faut impérativement distinguer entre le texte lui-même et l’intitulé énoncé par Ibn Isḥāq.
Serjeant tire une conclusion, qui n’est pas pour le moins anodine, à partir de cette introduction sans aucune
réserve de sa part, notamment sans observer la distinction éventuelle entre le texte lui-même et le préambule
de l’auteur. cf., «The Sunnah Jᾱmi‘ah» p. 15.
126
J. Chabbi préfère traduire mu’minūn par ralliés, ceux qui s’engagent et adhèrent à cette nouvelle alliance. Voir,
Chabbi (Jacqueline), Les trois piliers de l’islam - Lecture anthropologique du Coran -, éd. du Seuil, Paris, 2016, p.
o
144. n 1. p. 191. p. 198. p. 209. p. 230 et passim.
127
Hamidullah Traduit toujours muslimῡn par musulman, sauf dans cet endroit où il opte pour le terme soumis.
cf., Corpus des traités et lettres diplomatiques de l’Islam, op. cit., pp. 9 sqq.
Serjeant choisit de garder les termes arabes suivant : mu’minῡn, muslimῡn, muhᾱjirῡn, mufraj (mufraḥ), Kᾱfir
et Jawf., op. cit., p. 18 sq., p. 35.
Quant à Chabbi fidèle à sa conception anthropologique, elle rend muslim par « mis sous la sauvegarde d’Allāh »,
Ibid., p. 231. cf., p. 234.

27
« jāhadū ». Ils forment une umma unique128distincte des autres.129
2. Les muhājirūn de Quraysh, conformément à leur condition première, doivent payer en
commun la compensation pour le sang versé et ils (par groupe) rançonnent leurs captifs, (le
faisant) avec droiture et justice entre croyants.130
3. Les Banū ‘Awf, proportionnellement à leur condition première, paient à frais communs les
compensations fixées auparavant pour le sang versé, et chaque sous-clan « āi’fa » rançonne ses
prisonniers, le faisant avec droiture et justice entre mu’minūn.
4. Les Banū Sāi‘da………………………………...................(comme au 3).
5. Les Banū al-Ḥārith, proportionnellement …………(comme au 3).
6. Les Banū Jusham……………………………………………….(comme au 3).
7. Les Banū l-Najjār………………………………………………(comme au 3).
8. Les Banū ‘Amr Ibn. ‘Awf……………………………………(comme au 3).
9. Les Banū l-Nabīt……………………………………………….(comme au3).
10. Les Banū l- Aws……………………………………………….(comme au 3).
11. Les mu’minūn ne doivent pas laisser sans secours une personne parmi eux, très endettée et qui
a une grande famille à charge.131 Afin qu’il paie une rançon ou une compensation pour le sang
versé, ils doivent lui apporter de l’aide, selon ce qui est juste.
12. Un mu’min ne doit pas prendre, comme confédéré « ḥalīf », le client « mawlā » d’un autre
mu’min, sans le consentement de ce dernier.
13. Les mu’minūn al-muttaqūn132s’opposent, à quiconque parmi eux fait injure aux autres133;
prémédite une extorsion injuste,134une transgression, un acte d’hostilité ou de corruption qui se-

128
Lecker traduit innahum umma wᾱḥida par : "They form one people." « Ils forment un seul peuple. », op. cit., p.
32. Quant à Serjeant, il rend le terme umma par confédération, Ibid., p. 18. Une traduction que Donner n’atteste
pas, il préfère le traduire par communauté. cf., Donner (M. Fred), « From Believers to Muslims : Confessional
self-identity in the early Islamic community » dans : Al- Abḥᾱth (Journal of the Faculty of Arts and Sciences), éd.
American University of Beirut, 2002-2003, p. 30.
129
Nous estimons que la place de cette dernière phrase est avec le premier paragraphe. Depuis que J. Wellhausen
l’a distinguée, la recherche occidentale opine à ce point de vue : » § 2. Sie bilden eine einzige Gemeinde umma,
gegenüber den Menschen. « Wellhausen (Julius), op. cit., p. 67. Au point que Sergeant commente ce passage
concernant la umma : «…Cette clause, à mon sens, est une déclaration parmi les plus importantes du début de
l’Islam.», Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p .11. Nous développerons notre avis plus tard.
130
cf., Serjeant, op. cit., p. 18.
131
Serjeant interprète le terme mufraj (mufraḥ) ainsi : "One turned Muslim among a people to whom he does not
belong.", Ibid., p. 19.
132
Serjeant traduit al-Mu’minῡn al-Muttaqīn : "The Mu’minῡn who keep free of dishonourable acts and offences.",
Ibid., p. 19.
133
Le verbe baghā avec ses dérivés est cité plus de vingt cinq fois dans le texte coranique. cf., ‘Abd-al-Bāqī (Muḥa-
mmad Fuā’d), al-Mu‘jam al- mufahras li alfāẓ al-Qurā’n al-karīm, éd. Dār al-Jīl, Beyrouth, 1987, p. 131 sq.
« ‫» قالوا ال تخف خصمان بغى بعضنا على بعض‬, «N’aie crainte, lui dirent- ils, nous sommes des plaideurs, dont l’un a fait
injure à l’autre.», Q XXXVIII, XXII. Berque (Jacques), Le Coran, éd. Albin Michel, Paris, 1995, p. 488. Balchère l’a
rendu par : « …en querelle l’une avec l’autre. », Blachère (Régis), Le Coran, éd. G.- P. Maisonneuve&Larose, Paris,
1966, p. 484.
134
Hamidullah note en ce qui concerne le terme dasī‘a : « Wellhausen et ses partisans le traduisent par acte d’opp-

28
raient dirigé contre les mu’minūn. Que les mains des mu’minūn soient unies contre lui, même si le
coupable est le fils de l’un d’entre eux.
14. Un mu’min ne tue pas un autre mu’min afin de venger un kāfir et ne prête point assistance à ce
dernier135 contre son coreligionnaire.
15. La protection (dhimma) de Dieu est une ; la faveur d’une protection accordée à son prochain
« yujīr » par le moindre des mu’minūn, crée un engagement respectable.136
16. les mu’minūn se soutiennent (mawᾱlī) les uns les autres à l’exclusion des autres.137
17. Si des juifs s’associent à nous, ils auront, de notre part, soutien et réconfort. Ils ne seront pas
lésés et aucune assistance ne sera accordée à leurs ennemis.
18. Les traités de paix établis par les mu’minūn concernent tous les croyants. Lors d’un combat
pour la cause de Dieu, nul mu’min ne conclut un accord de paix sans qu’il ne soit ostensible et ju-
ste pour tous les mu’minūn. 138
19. Dans chaque expédition entreprise avec nous, les différentes parties présentes se relaient à
tour de rôle139.
20. Parce que le sacrifice de leur sang pour la cause de Dieu est égal, les mu’minūn s’entraident et
se défendent mutuellement.
21. Les mu’minūn al-mutaqūn sont indubitablement sur la meilleure et la plus droite des voies.140
22. Aucun mushrik141ne doit donner sa protection (en tant que protecteur « yugīr »)142 à Quraysh,
que ce soit pour des biens ou pour des personnes ; il ne peut, au surplus, s’interposer entre ces
derniers et le mu’min.
23. Si un individu tue un mu’min sans raison et d’une manière intentionnelle,143il est alors passible
de mort par droit de représailles (le talion), sauf si le représentant de l’homme assassiné se

ression. » Voir, Corpus des traités et lettres diplomatiques de l’Islam, op. cit., p. 10. Wellhausen (Julius), op. cit., p.
68., Serjeant, op. cit., p. 19.
135
Serjeant explique le mot Kᾱfir : " Disacknowledger, one who declares himself quit or free of. ", Ibid., p. 19.
Chabbi, dans sa lecture anthropologique du Coran, interprète kāfir par récusateur. Voir, Chabbi (Jacqueline), Les
trois piliers de l’islam - Lecture anthropologique du Coran -, op. cit., p. 212. 225 et passim.
136
Tandis que Lecker traduit le mot dhimma par protection, Hamidullah le traduit par garantie, , Corpus, op. cit., 10.
Lecker (Michael), op. cit., p. 33. Watt et Serjeant choisissent la sécurité « the security ». Voir, Muhammad at Medi-
na, op. cit., p. 222. Serjeant (R. B), Ibid., p. 19.
137
Pendant que Serjeant et Lecker optent pour alliés, Hamidullah rend mawᾱlī par frères. cf., Corpus, Ibid., p. 11.
Serjeant (R. B), Ibid., p. 19., Lecker (Michael), Ibid., p. 34.
138
Le mot sawā’ est évoqué dans le corandans, entre autres, Q VIII, LVIII. ‫" وإما تخافن من قوم خيانة فانبذ إليهم على سواء إن هللا‬
" ‫ال يحب الخائنين‬
« Assurément [Prophète !] tu craindras une trahison, de la part de certains. Rejette (leur alliance), tout uniment !
Allāh n’aime pas les traîtres. », Blachère (Régis), op. cit., p. 209.
139
M. Watt remarque, comme J. Wellhausen et L. Caetani, que cette phrase peut dégager le sens de monter à dos de
chameau à tour de rôle. Muhammad at Medina, op. cit., p. 222. cf., Mahomet à Médine, op. cit., p. 269.
Wellhausen (Julius) op. cit., p. 69.
140
Dans Corpus, op. cit., p. 11 : « Les croyants pieux se trouvent sur la meilleure et la plus droite des voies. »
141
« Idolater » dans Muhammad at Medina, op. cit., p. 223. « Polytheist » chez Serjeant, op. cit., p. 24.
142
Chez Watt, "neighbourly protection", Ibid., p. 223. « Protection en tant que voisin », dans Mahomet à Médine, op.
cit., p. 269 ; "grant protection" dans Serjeant (R. B), op. cit., p. 24.

29
déclare satisfait, (par la compensation financière expiatoire). Les croyants s’opposent tous au
meurtrier. Rien d’autre ne peut leur être permis que de s’opposer à lui.
24. Il ne peut être permis à un mu’min, qui a donné son accord à ce qui est consigné dans cet Écrit
« Ṣaḥīfa », et qui croit en Dieu et au dernier jour, d’aider un malfaiteur « muḥdith »144 ni de
l’héberger. Sur celui qui l’assiste, se porte alors la malédiction de Dieu et sa colère le jour de la rés-
urrection des morts. Rien, en outre, ne sera accepté de lui pour effacer sa faute, ni une
repentance, ni le fait de la racheter par une rançon.145
25. Quelle que soit la chose qui vous divise, c’est à Dieu et à Muḥammad de trancher entre
vous.146
26. Les juifs supportent les frais de la guerre en même temps que les mu’minūn, aussi longtemps
qu’ils 147demeurent en guerre.
27. Les juifs de Banū ‘Awf forment une umma avec les mu’minūn.148Que les juifs aient leur religion
« dīn »149 et que les muslimūn aient la leur, cela s’applique aussi bien à leurs clients qu’à eux-
mêmes, à l’exception de celui qui aurait mal agi ou qui commettrait une transgression ; il n’attirera
le mal que sur lui-même et sur sa famille.
28. Pour les juifs de Banū al-Najjār, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
29. Pour les juifs de Banū al-Ḥārith, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
30. Pour les juifs de Banū Sāi‘da, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
31. Pour les juifs de Banū Jusham, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
32. Pour les juifs de Banū al- Aws, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
33. Pour les juifs de Banū-Tha‘laba, il en est comme pour ceux de Banū‘Awf, à l’exception de celui,
qui aurait mal agi ou qui aurait transgressé ; il n’attirera le mal que sur lui-même et sur sa famille.
34. Ceux de Jafnat, qui sont une branche « ba n » de Tha‘laba, sont semblable à eux.150

143
Serjeant traduit ce passage : "Without any trangression on the part of the latter [the Mu’minῡn] ", Ibid., p. 24.
144
Chez Watt : « a wrong-doer » op. cit., p. 223 ; Hamidullah préfère criminel et provocateur d’un événement grave,
cf., corpus, op. cit., p. 11. Sergeant choisit aggressor/innovator, Ibid., p. 24. M. Lecker le traduit par murderer et
murder. cf., op. cit., pp. 35. 38.
145
Voir, Ibn Sayyid al-Nās, op. cit, p. 319. n. 2.
146
Nous avons repris la traduction de Hamidullah dans Corpus, op. cit., p. 11. Par ailleurs, le renvoi à Allah dans ce
passage ne signifie sans doute pas faire référence au texte coranique, lequel était à cette époque encore un
discours oral non-achevé et sans aucune compilation définitive.
147
Le troisième personne du pluriel, revient-il au terme le plus proche, en l’occurrence, al-Mu’minῡn, où à « al-
Yahῡd » ? Nous reviendrons sur ce point.
148
Hamidullah ajoute entre crochets : « Les juifs des Banῡ ‘Awf formeront une communauté [à part, mais] avec les
croyants. », Corpus, Ibid., p. 12. Watt traduit ce passage très sensible par : "The Jews of Banῡ ‘Awf are a community
(ummah) along with the believers." op. cit., p. 223. Son traducteur l’a rendu par: « Les juifs de Banῡ ‘Awf forment
une communauté (ummah) semblable à celle des croyants. », op. cit., p. 269 sq. Quant à Serjeant, il écrit : " are
a confederation with…", op. cit., p. 27. M. Lecker opte pour une variante rapportée exclusivement par Zamakh-
sharī : « amana mina al-mu’minīna. » à la place de : « umma ma‘a al-mu’minīna. », op. cit., pp. 35. 139 sqq.
Nous aurons l’occasion d’analyser ce point plus tard.
149
La confusion de ce vocable est due aux mots homonymes « dīn » et « dayn ». Sergeant, entre autres, l’a traduit par
religion/law., op. cit., p. 27. Gil, quant à lui, il a opté pour la dette « al-dayn ». Gil (Moshe), op. cit., p. 63. Nous
discuterons ce point dans : Les variantes entre les deux textes (Versions A et B).
150
Chez Watt, subdivision, op. cit., p. 223. Trad, op. cit., p. 270. cf., Corpus, op. cit., p. 12. Serjeant (R. B), op. cit., p. 27.

30
35. Pour Banū al-Shaṭība151, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
36. les agissements loyaux ont le pas sur la transgression.152
37. Les clients de Tha‘laba sont semblable à eux.153
38. Les bi āna154 de (certains) juifs155 sont comme eux.
39. Nul d’entre eux156 ne peut sortir en dehors de Médine sans La permission de Muḥammad.
40. Cela dit, et afin de venger des blessures reçues, nul ne sera assigné157 à résidence.158
41. Si quelqu’un agit avec témérité « fataka » cela ne retombe que sur lui-même et sa famille,
hormis si ce dernier a été lésé.159
42. Et Dieu sera garant de la pleine observance de cet Écrit.160

151
M. Watt remarque que Wensinck : dans Joden, p. 79, note Banῡ al-Shuṭba (ainsi). Muhammad at Medina, op. cit.,
p. 224. cf., al- Samhῡdī (‘Ali), Wafᾱ’ al-wafᾱ bi akhbᾱr dᾱr al-Muṣ afᾱ, éd. Dᾱr al-kutub al-‘Ilmiyya, Beyrouth,
2006, T. I, p. 169. cf., Serjeant (R. B), « The Sunnah Jᾱmi‘ah », op. cit., p. 27 où il mentionne les deux variantes.
En ce qui concerne ce clan, nous avons opté pour Shaṭība et Shaṭaba en suivant Ibn al-Kalbī, (m. 204/819) dont
le texte est complètement vocalisé, au lieu de Shuṭayba et Shu(a)ṭba. La majorité des chercheurs, depuis
Wellhausen, ont opté pour cette dernière variante. Wellhausen (Julius), op. cit., p. 70. cf., Ibn al-Kalbī (Hishām),
Jamharat al- annasab, éd. ‘Ᾱlam al-kutub, Beyrouth, 1986, p. 617. cf., al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, éd.
Dār Ṣādir, Beyrouth, 1977, T. III, p. 343. Pour la variante Shaṭaba, cf., paragraphe 40, version Abū ‘Ubayd.
152
Watt (William Montgomery), Ibid., p. 224. Trad, op. cit., p. 270.
153
Serjeant (R. B), traduit par : « clients et alliés », op. cit., p. 29.
154
Watt remarque : « La signification de bi āna est obscure ; cela signifie probablement ceux qui avaient des liens
étroits avec certains juifs médinois ; ces liens étant ceux de l’amitié et non du sang. » Il ajoute : « Wensinck, p. 78,
suppose, avec quelque vraisemblance, qu’il s’agit d’Arabes qui s’étaient associés aux juifs avant la venue des Aws
et des Khazraj. », op. cit., p. 224. Trad, op. cit., p. 270.
Serjeant, ajoute : « …Associés par alliance et liens d’une protection mutuelle. », op. cit., p. 29. Dans Corpus :
« bi ānat sont les personnes introduites parmi les juifs », op. cit., p. 12. Chez Wellhaussen « bi ānat Yahῡd » sont
les amis des juifs « die freundschaft der Juden » op. cit., p. 71 (paragraphe 35). Quant à Lecker se sont les nomades
arabes alliés aux juifs, convertis, parfois, au judaïsme, op. cit., pp. 36. 153 sqq.
155
yahūd est cité deux fois sans l’article défini si on compte pas l’introduction attribuée à Ibn Isḥāq. Nous reviendrons
plus tard sur cette énigme.
156
À propos des concernés par ce paragraphe, Watt exprime son doute en dessinant un point d’interrogation que le
traducteur ait omis. op. cit., p. 224. Trad, op. cit., p. 270. Effectivement, nous nous demandons si le pronom affixe
hum ‫ هم‬revient à tous les membres de la communauté ou aux juifs uniquement. Selon Lecker, les intéressés sont
les nomades alliés aux juifs, Ibid., p. 37.
Le verbe yakhruj pose un autre problème dans ce passage. Veut-il dire simplement quitter ou sortir, tel est le
choix de Lecker ; ou sortir de la ville pour faire la guerre, et c’est l’avis de Watt qui a probablement considéré
l’ellipse narrative. Lecker (Michael), Ibid. Watt (William Montgomery), op. cit., p. 224. Serjeant n’en dit rien. op.
cit., p. 29.
157
Les paragraphes 39 et 40 illustrent clairement la position de forçe que Muḥammad aurait acquis. A cette étape, il
se rend vraisemblablement maître de la cité. Watt le traduit par restrained, Serjeant par restricted et Lecker par
refraining., op. cit., p. 224 ; p. 29 ; p. 37 respectivement.
158
Cela étant, cette expression peut être une métonymie qui désigne toute exception légitime, permettant de sortir
de Yathrib, telle que la vengeance des blessures.
159
Watt (William Montgomery), Trad, op. cit., p. 270. Serjeant traduit fataka par assassiner, op. cit., p. 29.
160
Corpus, op. cit., p. 12. Watt propose une autre traduction, laquelle nous semble, pour le moins, imprécise : " God is
very far from this. ", op. cit., p. 224. « Dieu est très loin de tout cela », trad, Ibid., p. 270. La traduction de Serjeant,
par contre, nous paraît plus exacte : " Allᾱh is (surety) for the most observing of this undertaking. " « Dieu est
garant pour le mieux observateur de cet engagement. », Ibid., p. 29.

31
43. C’est aux juifs de supporter leurs dépenses, et aux muslimūn d’assumer les leurs.161
44. Parmi eux (c’est-à-dire l’un vis-à-vis de l’autre), il y a de l’entraide contre quiconque entre en
guerre avec les gens de cet Écrit.
45. Entre eux existe le conseil et la recommandation (nuṣḥ wa al-naṣīḥa).162Les agissements loyaux
ont le pas sur la transgression.163
46. Nul n’est coupable d’une violation commise par son confédéré.164 Tout secours sera donné à la
personne opprimée.
47. Les juifs supportent les frais en même temps que les croyants,165 aussi longtemps qu’ils durent
en guerre.166
48. La vallée de Yathrib est sacrée pour les gens de cet Écrit.
49. La personne sous protection « jār »167tient la place du protecteur lui-même, à condition qu’il
ne fasse aucun mal et qu’il n’enfreigne aucune règle.
50. Aucune ḥurma168ne peut obtenir la protection « tujār »/ou, ne peut être transgressée
« tujār »/, sans le consentement des siens.
51. Qu’on s’en remette à Dieu et au Messager de Dieu Muḥammad, pour tout incident169ou
querelle entre les gens de cette Ṣaḥīfa, dont on craint que cela amènent à un désastre.
52. Dieu est le garant de l’exécution, la plus scrupuleuse et la plus loyale, du contenu de cette
Ṣaḥīfa.

Watt note : « La seconde moitié de cet article [41-42], et surtout la dernière phrase [42], sont d’une signification
incertaine. », Ibid., p. 224. Trad, Ibid., p. 270.
161
Nous examinons le mot nafaqa dans le chapitre Termes et Concepts.
162
Chez Watt : « nuṣḥ wa al-naṣīḥa » c’est : « amitié sincère ». Watt (William Montgomery), Trad, Ibid., p. 271. Dans
Corpus : « bienveillance et bonnes dispositions », Ibid., p. 13. Serjeant opte pour : "good will and sincerity of inten-
tion", Ibid., p. 33.
163
Watt (William Montgomery), Trad, Ibid., p. 270.
164
Serjeant traduit cette phrase: " A man did not deal treacherously with his ally ((ḥalīf).", « Un homme ne conclut un
accord de traîtrise avec son allié », op. cit., p. 33.
165
"along with". cf., Watt (William Montgomery), op. cit., p. 224 ; «..en même temps que les croyants..», Trad. op. cit.,
p. 271.
166
"so long as they continue at war. ", Ibid., p. 224.
167
Chez Serjeant, " the protected person ", op. cit., p. 35. Chez Watt, "The protected neighbour", Ibid., p. 224. « Le
voisin protégé», dans la Trad, Ibid., p. 271. Bien que Lecker a préféré garder le terme arabe dans plusieurs cas,
comme mu’minῡn, muslimῡn et ḥarᾱm, op. cit., pp. 32. 37 respectivement, il a explicité le jᾱr, dans ce passage,
par : "The protected neighbour.", Ibid., p. 37.
J. Chabbi souligne que le jār ( voisin, en arabe moderne, écrit-elle) renvoie au contexte tribal de l’alliance de prot-
o
ection. Chabbi (Jacqueline), Les trois piliers de l’islam - Lecture anthropologique du Coran -, op. cit., p. 129. n 1.
168
La majorité des chercheurs interprète ḥurma par femme ; ils ont tous également compris, du verbe passif tujār, le
sens de la protection uniquement ; alors qu’à cet endroit, il dégage aussi le sens de la transgression. cf., Watt
(William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 224 ; Sergeant ( R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p.
35. Nous reviendrons sur ce point dans : les variantes entre les deux textes (Version A et B).
169
Serjeant traduit ḥadath par : "agression/misdemeanour, agression/ délit." Ibid., p. 35., Wat choisit, pour cette deux-
ième occurrence du terme ḥadath, de le rendre par : "incident et disturbance", « incident et trouble », Muhammad
at Medina, Ibid., p. 224. Mahomet à Médine, op. cit., p. 271., comparez la traduction des deux chercheurs avec
celle du paragraphe 24.

32
53. Aucune protection ne doit être accordée « lā tujār » aux Qurayshites, ni à ceux qui les
aident.170
54. Ils doivent (les gens de cet Écrit171) s’entraider contre quiconque attaque subitement
« dahama »172 Yathrib.
55. S’ils173sont appelés à conclure une conciliation « ṣulḥ »,174afin de l’entreprendre et de
l’assumer, ils devront l’entreprendre et l’assumer.175
56. S’ils lancent à leur tour un appel à pareille chose, c’est également aux mu’minūn de les sou-
tenir.176
57. À l’exclusion de celui qui lutte pour sa dette. Il incombe, toutefois, à chacun d’avoir sa part de
responsabilité. 177

170
cf., Serjeant, Ibid., p. 37.
171
Nous pensons que l’entraide est entre toutes les parties de cet accord et non seulement entre les musulmans et
les juifs comme l’affirme Hamidullah, op. cit., p. 13. Watt manifeste ses doutes à l’égard du complément circons-
tanciel de lieu baynahum ‫بينهم‬. L’entraide est-elle entre tous les partisans de cette Ṣaḥīfa ou simplement entre les
juifs et les Musulmans? Watt (William Montgomery), op. cit., p. 225.
172
Serjeant traduit le mot dahama par : "unexpected treacherous". op. cit., p. 37., Lecker se contente de : "attacks." ,
op. cit., p. 38.
173
Suivant son raisonnement, Hamidullah estime que (ils) se rapporte aux juifs seulement, Corpus, op. cit., p. 13.
Nous estimons qu’il peut éventuellement désigner les juifs et les Polythéiste ‫( المشركون‬voir le paragraphe 22), au-
trement dit les non-croyants.
174
Watt choisit de traduire ce terme par treaty, op. cit., p. 225. cf., Mahomet à Médine, op. cit., p. 271. Serjeant
choisit : truce, op. cit., p. 37., Lecker le rend par accord « agreement », op. cit., p. 38.
175
Serjeant interprète yalbasῡnahu par adopt, Ibid., p. 37. Lecker le traduit par accept en marquant une hésitation,
Ibid., p. 38.
176
Hamidullah a rendu le sens erroné en traduisant la phrase ainsi : « De même que, s’ils appellent [les croyants] à
pareille chose, ils devront des obligations identiques envers les croyants. », Corpus, op. cit., p. 13. Quant à Watt, il
traduit ce paragraphe littéralement : « Quand eux, à leur tour, lancent un appel pour la même chose, c’est à eux
sur les croyants. "...it is for them upon the believers.", Muhammad at Medina, op. cit., p. 225. Mahomet à Médine,
op. cit., p. 271. Voir, Lecker, Ibid., p. 38. Serjeant, Ibid., p. 37.
177
L’interprétation de cet article est difficile dit Watt. Sa traduction à la lettre rend le sens nuancé. Il écrit : « …car
( ? il incombe) à chacun d’avoir sa part de leur côté qui est vers eux. "for ( ? incumbent on) each man is his share
from their side which is towards them." Voir, Muhammad at Medina, Ibid., p. 225. Mahomet à Médine, op. cit., p.
271. La traduction de Hamidullah est incompréhensible, Corpus, Ibid., p. 13., cf. Serjeant, Ibid., p. 37. Quoiqu’il
marque son incertitude, Lecker était plus proche à la lettre du texte arabe. Ibid., p. 38. 176.
Il nous semble que les termes nébuleux qui rendent le sens de la phrase erroné sont : les mots homonymes ‫الدِّين‬
ou ‫الدَّين‬, religion ou dette ; et la particule de l’exception ‫ إال‬, sans oublier le manque d’ordre dans cette Ṣaḥīfa,
comme nous allons l’exposer plus loin.
Nous avons choisi, pour notre part, le sens de « la dette » à cet endroit, et la signification de « la religion » pour le
terme d. y. n évoqué dans le paragraphe 27. En outre, la particule ‫إال‬, qui révèle a priori le sens d’exception, peut
dégager dans cette phrase la notion de coordination. Les linguistes Ibn Fāris et Ibn Manẓūr, entre autres,
rapportent que ‫ إال‬peut-être équivalent à la conjonction de coordination‫ و‬. cf., Ibn Fāris (Aḥmad), al-Ṣāḥibī, op. cit.,
p. 139., Lisān al-‘arab, op. cit., T. 15, p. 432.
Nous estimons que, si un combat éclate entre les partenaires de Médine pour la cause de la religion, le Prophète
et les croyants ne peuvent rester indifférents ; or la phrase qui suit dans le même paragraphe montre ce désinté-
o
ressement. Quant au passage équivalent chez Abū ‘Ubay (n 38), le manque de la préposition fī est manifeste.
Pour cette raison nous pensons que ‫ الديـن‬d. y. n, dans ce passage, veut dire la dette et non pas la religion. Nous au-

33
58. Les juifs des Aws, leurs clients et eux-mêmes, sont inclus dans cette Ṣaḥīfa, laquelle doit être
observée rigoureusement par tout les partenaires.178

Ibn Isḥᾱq a dit :179


1b. les agissements loyaux ont le pas sur la transgression.180(36/45)181
2b. Quiconque commet un péché, ne le commet que sur soi-même.182(41)
3b. Dieu est le garant de l’exécution, la plus scrupuleuse et la plus loyale, du contenu de cette
Ṣaḥīfa.183(52)
4b. Cet Écrit ne dissuade184pas forcément un malfaiteur ou un violeur du règlement.185(36/42)
5b. Celui qui quitte Médine est en sécurité,186notamment celui qui y reste,187sauf celui qui est
déloyal ou désobéissant188. (39/48)

rons l’occasion de développer cet avis dans : Les variantes entre les deux textes (Versions A et B).
178
Voir, Corpus, Ibid., p. 13. La dernière phrase de ce paragraphe a été omise par le traducteur de Watt, cf., Mahomet
à Médine, Ibid., p. 271. Tandis que Wellhausen, Hamidullah, Sergeant et Lecker traduisent le terme ṣaḥīfa par
schrift pour le premier, écrit pour le deuxième, feuillet « sheet » pour le troisième et treaty pour le dernier, Wen-
sinck et Watt le rendent par document. Voir, Wellhausen (Julius), op. cit., p. 72. Corpus, Ibid., pp. 11-14. Sergeant
(R. B), Ibid., pp. 24. 33. 35. 37. Lecker (Michael), Ibid., p. 35. 37. 38. 39. Watt (William Montgomery), Muhammad
at Medina, Ibid., p. 225.
179
Le fait que le texte de Médine soit placé entre une introduction et une conclusion, toutes les deux, attribuées à Ibn
Isḥāq en se servant du verbe qāla ‫قال‬, suscite vivement notre attention. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce
point.
180
Lecker choisit toujours pour cette phrase le participe actif : « al-barr dῡna al-ᾱthim. », "the righteous man/the
sinner", au lieu du nom verbal employé et dans le texte d’Ibn Isḥᾱq et dans le texte d’Abῡ‘Ubayd. Lecker, Ibid., pp.
36.37.39. Serjeant, Ibid., p. 37. Voir, Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Kitᾱb al-Amwᾱl, éd. Dᾱr al- Shurῡq,
Beyrouth, 1989, p. 294.
181
Nous avons différemment numéroté ces paragraphes, lesquels sont attribués à Ibn Isḥāq, en signalant la position
des phrases similaires.
182
Voir, Blachère (Régis), Le Coran, op. cit., p. 122. (Q IV CXI). cf., Hamidullah (Muḥammad), Corpus, op. cit., p. 13.
Watt interprète kᾱsib par coupable « guilty », op. cit., p. 225., Mahomet à Médine, op. cit., p. 272. Serjeant par :
"commits a breach", Ibid., p. 37. Chez Lecker rend kasaba par offends, Ibid., p. 39.
183
cf., Serjeant, Ibid., p. 37., Lecker, Ibid., p. 39., où ils utilisent respectivement: surety et guarantees.
184
Serjeant traduit yaḥῡl par intervenir « intervene » , Ibid., p. 39.
185
Kitᾱb est rendu chez Wensinck, watt et Sergeant par écrit « writing ». Watt, op. cit., 225. Mahomet à Médine,
op.cit., 272. Sergeant, Ibid., p. 18 et 39. Chez Lecker par compact, op. cit., p. 32 et 39. Wellhausen le traduit par
document « urkunde », op. cit., p. 67 et 73.
186
Selon Lecker ceux qui quittent Médine se sont, a priori, les juifs qui ne souhaitent pas adhérer à ce Traité, Ibid., p.
180.
187
Watt traduit le verbe qa‘ada littéralement par : "he who sits still". op. cit., p. 225. « celui qui se tient assis sans
bouger ». cf., Mahomet à Médine, op. cit., p. 272. Serjeant note : "…and he who stays is secure in Medina…" , op.
cit., p. 39.
188
Dans cette Ṣaḥīfa, le verbe athima ‫أثم‬, avec tous ses dérivés, est cité dix fois, dont trois occurrences dans l’additif
d’Ibn Isḥāq, voir les paragraphes : (13, 27, 33, 36, 45, 46 et 49 ; 1b, 4b et 5b). Par ailleurs, il est évoqué quarante
huit fois dans le Coran, cf., ‘Abd-al-Bāqī (Muḥammad Fuā’d), op. cit., p. 12. Blachère et Berque l’ont traduit par
péché. Blachère (Régis), op. cit., pp. 40. 132. 166. Berque (Jacques), op. cit., pp. 37. 56. 121. 166. Chouraqui opte
pour crime, offense et iniquité. Chouraqui (André), Le Coran, version électronique, pp. 210. 68. 163 respective-

34
6b. Dieu et Muḥammad,189le Messager de Dieu, sont les protecteurs « jār »190de celui qui agit loya-
lement et qui craint Dieu. (49)

ment. Quant à Kazimirski, il emploie : injure, mal, iniquité, impiété et péché. cf., Kazimirski (Albert), Le Coran, ver-
sion électronique, pp. 16. 88. 446. 94. 395 respectivement.
189
cf., Corpus, op. cit., p. 14. Serjeant (R. B), op. cit., p. 39.
190
Serjeant et Lecker choisissent protecteur « protector » , Ibid., pp. 39. 181 respectivement.

35
‫‪I. II. II. La version d’ Abῡ ‘Ubayd (Version B)191 :‬‬

‫المؤمني وأهل ريبب وموادعته يهودها َمقدمه المدينة‪.‬‬


‫ن‬ ‫و هذا كتاب رسول هللا صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬
‫ن‬
‫حدثب يح بن عبد هللا بن بكب وعبد هللا بن صالح قاال‪ :‬حدثنا الليث بن سعد قال ‪ :‬حدثنا عقيل بن خالد عن ابن شهاب‬
‫"الزهري" أنه قال ‪ :‬ن‬
‫بلغب أن رسول هللا صىل هللا عليه وسلم كتب بهذا الكتاب ‪:‬‬ ‫‪192‬‬

‫والمسلمي من قريش وأهل ريبب ومن تبعهم فلحق بهم فحل معهم‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫النب رسول هللا ن‬
‫بي‬ ‫‪ .1‬هذا كتاب من دمحم ر‬
‫وجاهد معهم‬
‫إنهم أمة واحدة دون الناس‪.‬‬
‫بي المؤمنين‬ ‫‪ .2‬المهاجرون من قريش عىل رباعتهم يتعاقلون بينهم معاقلهم األوىل وهم يفدون‪ 193‬عانيهم بالمعروف والقسط ن‬
‫ن ‪194‬‬
‫و المسلمي‪.‬‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫‪ .3‬وبنو عوف عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬
‫بي‬
‫‪ .4‬و بنو الحرث‪ 195‬بن الخزرج عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬
‫بي‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫‪ .5‬و بنو ساعدة عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬
‫بي‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫بي‬‫‪ .6‬و بنو ُجشم عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف و القسط ن‬
‫ن ‪196‬‬ ‫‪ .7‬و بنو النجار عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالقسط و المعروف ن‬
‫بي المؤمني‪.‬‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫بي‬ ‫‪ .8‬و بنو عمرو بن عوف عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫بي‬‫‪ .9‬و بنو النبيت عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫‪ .11‬و بنو األوس عىل رباعتهم يتعاقلون معاقلهم االوىل وكل طائفة منهم تفدي عانيها بالمعروف والقسط ن‬
‫بي‬
‫ن‬
‫المؤمني ال ريبكون مفرحا منهم أن يعينوه بالمعروف ف فداء أو عقل‪.‬‬ ‫ن‬ ‫‪ .11‬و إن‬
‫المؤمني و أن‬ ‫ن‬ ‫بي‬ ‫ن‬ ‫‪197‬‬ ‫ن‬
‫المتقي أيديهم عىل كل من بغ وابتغ منهم دسيعة ظلم أو إثم أو عدوان أو فساد ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫‪ .12‬و إن‬
‫أيديهم عليه جميعه ولو كان ولد أحدهم‪.‬‬
‫ن‬
‫‪ .13‬ال يقتل مؤمن مؤمنا ف كافر وال ينرص كافرا عىل مؤمن‪.‬‬
‫‪ .14‬و المؤمنون بعضهم مواىل بعض دون الناس‪.‬‬
‫ن‬
‫مظلومي وال متنارص عليهم‪.‬‬ ‫‪ .15‬و أنه من تبعنا من اليهود فإن له المعروف واألسوة غب‬
‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني واحد‪ ،‬وال يسالم مؤمن دون مؤمن ف قتال ف سبيل هللا إال عىل سواء وعدل بينهم‪.‬‬ ‫‪ .16‬وأن سلم‬
‫ُ‬
‫‪ .17‬وأن كل غازية غزت يعقب بعضهم بعضا‪.‬‬
‫المتقي عىل أحسن هذا وأقومه‪.‬‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫‪ .18‬و أن‬
‫ر‬
‫‪ .19‬وأنه ال يجب مشك ماال لقريش وال يعينها عىل مؤمن‪.‬‬
‫ن‬
‫المؤمني عليه كافة‪.‬‬ ‫يرض وىل المقتول بالعقل وأن‬ ‫‪ .21‬و أنه من اعتبط مؤمنا قتال فإنه قود إال أن ن‬

‫‪191‬‬
‫‪Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Kitᾱb al-Amwᾱl, éd. Dᾱr al- Shurῡq, Beyrouth, 1989, pp. 291-295. Nyazee‬‬
‫‪(Imran Aḥsan Khan), The book of revenue - Kitᾱb al-Amwᾱl, Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim Ibn Sallᾱm- éd. ITHACA Press, UK,‬‬
‫‪2005, pp. 200-203. Lecker (Michael), op. cit., pp. 19-20.‬‬
‫‪192‬‬
‫‪Le texte d’Abῡ ‘Ubayd se contente de noter Ibn Shihāb sans la nisba al-Zuhrī. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim),‬‬
‫‪Ibid., p. 291.‬‬
‫‪193‬‬
‫‪, op. cit., p. 19.‬يفكون ‪Dans Lecker‬‬
‫‪194‬‬
‫‪, Ibid., p. 19.‬المسلمين ‪Lecker omet de citer le terme‬‬
‫‪195‬‬
‫‪Abῡ ‘Ubayd note al-Ḥarth au lieu de : al-Ḥᾱrith, op. cit., p. 292. Notons que dans le texte d’Ibn Isḥᾱq, éd. al-‬‬
‫‪Ṭahṭᾱwī, le mot est également sans voyelle longue. op. cit., T. II, p. 95. p. 97.‬‬
‫‪196‬‬
‫‪Uniquement dans ce paragraphe al-Qisṭ devance al-Ma‘rῡf, cf., Ibid., p. 292.‬‬
‫‪197‬‬
‫‪, op. cit., p. 19.‬على كل من بغى عليهم ‪Lecker ajoute :‬‬

‫‪36‬‬
‫ن‬
‫‪ .21‬و أنه ال يحل لمؤمن أقر بما ف هذه الصحيفة أو آمن باهلل واليوم اآلخر أن ينرص محدثا أو يؤويه‪ ،‬فمن نرصه أوآواه فإن‬
‫عليه لعنة هللا وغضبه إىل يوم القيامة‪ ،‬ال يقبل منه رصف وال عدل‪.‬‬
‫‪198‬‬
‫‪ .22‬و إنكم ما اختلفتم فيه من رشء فإن حكمه إىل هللا تبارك و تعاىل وإىل الرسول صىل هللا عليه وسلم‪.‬‬
‫ن‬
‫محاربي‪.‬‬ ‫ن‬
‫المؤمني ماداموا‬ ‫‪ .23‬و إن اليهود ينفقون مع‬
‫‪ .24‬و إن يهود نبب عوف ومواليهم وأنفسهم أمة من المؤمني‪ ،‬لليهود دينهم وللمؤمني دينهم‪ ،‬إال من ظلم وأثم‪ ،‬فإنه ال يوتغ إال‬
‫ن‬ ‫ن‬
‫نفسه وأهل بيته‪.‬‬
‫ن‬ ‫ن‬
‫‪ .25‬و إن ليهود بب النجارمثل ما ليهود بب عوف‪.‬‬
‫‪ .26‬و إن ليهود نبب الحرث مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .27‬و إن ليهود نبب جشم مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .28‬و إن ليهود نبب ساعدة مثل ما ليهود نبب عوف‪.‬‬
‫‪ .29‬و إن ليهود األوس مثل ما ليهود نبب عوف إال من ظلم فإنه ال يوتغ إال نفسه وأهل بيته‪.‬‬
‫‪ .31‬و إنه ال يخرج أحد منهم إال بإذن دمحم صىل هللا عليه وسلم‪.‬‬
‫‪ .31‬و إن بينهم النرص عىل من حارب أهل هذه الصحيفة‪.‬‬
‫‪ .32‬و إن بينهم النصيحة والنرص للمظلوم‪.‬‬
‫‪ .33‬و إن المدينة جوفها حرم ألهل هذه الصحيفة‪.‬‬
‫النب‪.‬‬
‫بي أهل هذه الصحيفة من حدث يخاف فساده‪ ،‬فإن أمره إىل هللا وإىل دمحم ر‬ ‫‪ .34‬و إنه ما كان ن‬
‫‪ .35‬و إن بينهم النرص عىل من دهم ريبب‪.‬‬
‫َ‬
‫‪ .36‬و إنهم إذا دعوا اليهود إىل صلح حليف لهم فإنهم يصالحونه‪.‬‬
‫ن‬
‫المؤمني‪.‬‬ ‫‪ .37‬وإن دعونا إىل مثل ذلك فإنه لهم عىل‬
‫‪ .38‬إال من حارب الدين وعىل كل أناس حصتهم من النفقة‪.‬‬
‫الب المحسن من أهل هذه الصحيفة‪.‬‬ ‫‪ .39‬وإن يهود األوس ومواليهم وأنفسهم مع ر‬
‫‪ .41‬وإن نبب الشطبة بطن من جفنة‪.‬‬
‫‪199‬‬
‫الب دون اإلثم فال يكسب كاسب إال عىل نفسه‪.‬‬ ‫‪ .41‬و إن ر‬
‫ن‬
‫‪ .42‬و إن هللا عىل أصدق ما ف هذه الصحيفة وأبره‪.‬‬
‫‪ .43‬ال يحول الكتاب دون ظالم وال آثم‪.‬‬
‫‪ .44‬و إنه من خرج آمن و من قعد آمن إال من ظلم و أثم‪.‬‬
‫الب المحسن‪.‬‬ ‫‪ .45‬و إن أوالهم بهذه الصحيفة ر‬

‫‪198‬‬
‫‪Les formules d’eulogies, qui suivent le nom d’Allāh ou du Prophète, sont certainement des ajouts postérieurs.‬‬
‫‪199‬‬
‫‪Voir, un verset coranique similaire à ce passage (Q IV CXI). Bercques (Jacques), op. cit., p. 111.‬‬

‫‪37‬‬
Abῡ ‘Ubayd a dit :200

Ceci est un Écrit201 du Messager de Dieu entre les mu’minūn et les gens de Yathrib,202par lequel il a
établi, lors de son arrivée à Médine, une alliance avec les juifs.
Yahya Ibn ‘Abd-Allāh et ‘Abd-Allāh Ibn Ṣᾱliḥ m’ont rapporté un ḥadīth : Al-Layth Ibn Sa‘d ----‘Uqayl
Ibn Khᾱlid----Ibn shihᾱb qui énonce :
Il m’a été parvenu que le Messager a rédigé cet Écrit :
1. Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, le Messager de Dieu, concernant les mu’minūn et
les muslimūn de Quraysh, les gens de Yathrib, ceux qui les suivent, les ont rejoints, demeurent
avec eux et qui guerroient à leur côté : ils forment une umma unique203 distincte des autres.
2. Les muhājirūn de Quraysh, conformément à leur condition première, doivent payer en
commun la compensation pour le sang versé, et ils (par groupe) rançonnent leurs prisonniers, (le
faisant) avec droiture et justice entre mu’minūn et muslimūn.
3. Les Banū ‘Awf, proportionnellement à leur condition première, paient à frais communs les
compensations fixées auparavant pour le sang versé, et, chaque sous-clan « āi’fa » rançonne ses
prisonniers, le faisant avec droiture et justice entre mu’minūn.
4. Les Banū al-Ḥarth fils de Khazraj proportionnellement …………………..(comme au 3).
5. Les Banū Sāi‘da………………………………..................................................(comme au 3).
6. Les Banū Jusham………………………………………………………………………………(comme au 3).
7. Les Banū al-Najjār……………………………………………………………………………(comme au 3).
8. Les Banū ‘Amr Ibn. ‘Awf……………………………………………………………………(comme au 3).
9. Les Banū al-Nabīt…………………………………………………………………………….(comme au3).
10. Les Banū al-Aws……………………………………………………………………………..(comme au 3).
11. Les mu’minūn ne doivent pas laisser sans secours une personne parmi eux, très endetté et qui
a une grande famille à charge. Afin qu’il paie une rançon ou une compensation pour le sang versé,
Ils doivent l’aider, selon ce qui est juste.
12. Les mu’minūn qui craignent Dieu s’opposent à quiconque : fait injure aux autres ;
prémédite vis-à-vis d’eux une extorsion injuste, une transgression, un acte d’hostilité ou de
corruption qui seraient dirigé contre les mu’minūn. Que les mains des mu’minūn soient unies
contre lui, même si le coupable est le fils de l’un d’entre eux.
13. Un mu’min ne tue pas un autre mu’min afin de venger un kāfir ; il ne prête point, au surplus,
son assistance à ce dernier contre son coreligionnaire.
14. les mu’minūn se soutiennent les uns les autres à l’exclusion des autres gens.
15. Si des juifs s’associent à nous, ils auraient, de notre part, faveur et réconfort. Ils ne seront
pas lésés, et aucune assistance ne sera accordée à leurs ennemis.
16. Les traités de paix établis par les mu’minūn concernent tous les mu’minūn. Lors d’un combat

200
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., pp. 291-295. Nyazee (Imran Aḥsan Khan), op. cit., pp. 200-203.
201
I. A. Nyazee rend le mot kitᾱb par document., Ibid, p. 200.
202
Chez I. A. Nyazee : "the people of Yathrib.", Ibid.
203
Avec I. A. Nyazee : "a single nation.", Ibid.

38
pour la cause de Dieu, nul mu’min ne conclut un accord de paix sans qu’il soit ostensible et juste
pour tous les mu’minūn.
17. Dans chaque expédition entreprise, les différentes parties présentes se relaient à tour de
rôle.204
18. Les mu’minūn al-muttaqūn adoptent la meilleure et la plus droite attitude.205
19. Aucun mushrik ne doit donner sa protection, (en tant que protecteur « yujīr »), pour des biens
de Quraysh ; il ne peut d’avantage la soutenir contre un mu’min.
20. Si quelqu’un tue un mu’min sans raison, il est alors, en représailles, passible de mort, sauf si le
représentant de l’homme assassiné se déclare satisfait par la compensation financière expiatoire.
Les mu’minūn s’opposent tous au meurtrier.
21. Il ne peut être permis à un mu’min, qui a donné son accord à ce qui est consigné dans cet Écrit
« Ṣaḥīfa »,206ou (et) qui croit en Dieu et au dernier jour, d’aider un (muḥdith)207 ou de l’héberger.
Celui qui l’assiste, risque alors la malédiction de Dieu et sa colère jusqu’au jour de la résurrection
des morts. Rien ne lui sera accepté afin d’effacer sa faute, ni une repentance, ni le fait de se
racheter par une rançon.208
22. Quelle que soit la chose qui vous divise, le dernier mot revient à Dieu le tout puissant et le
Messager.209
23. Les juifs supportent les frais de la guerre en même temps que les mu’minūn, aussi longtemps
qu’ils210demeurent en guerre.
24. Les juifs de Banū ‘Awf, leurs clients et eux-mêmes, forment une umma parmi les
mu’minūn.211Que les juifs aient leur religion, dīn, et que les mu’minūn aient la leur, à l’exception
de celui qui a mal agi ou qui a commis une transgression. Il n’attirera le mal que sur lui-même
et sur sa famille.
25. Pour les juifs de Banū al-Najjār, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
26. Pour les juifs de Banū al-Ḥarth, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
27. Pour les juifs de Banῡ Jusham, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
28. Pour les juifs de Banῡ Sᾱ‘ida, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf.
29. Pour les juifs des Aws, il en est comme pour les juifs de Banū ‘Awf, sauf pour celui qui a mal
agi ; il n’attirera le mal que sur lui-même et sur sa famille.
30. Nul d’entre eux ne peut sortir en dehors de Médine sans la permission de Muḥammad.

204
I. A. Nyazee traduit cette phrase par: "The survivors in battle will assume responsibility for each other." Ibid., p. 202.
205
" The God-fearing believers construe all this in the best and upright manner." écrit Nyazee pour ce passage. Ibid.
206
I. A. Nyazee interprète le vocable ṣaḥīfa par writing, agreement et document., Ibid., pp. 202-203.
207
Ibn Manẓūr explique ce mot par le malfaiteur « al-jānī », op. cit., T. II, p. 131. Selon I. A. Nyazee al-muḥdith est
celui qui commet une offense qui mérite un châtiment légal « ḥad. », Ibid., p. 202. Nous aurons l’occasion de
revenir sur ces termes clefs de la Ṣaḥīfa.
208
Voir, Ibn Sayyid al-Nās, op. cit, p. 319. n. 2.
209 o
Voir la note de bas de page n 146 de cette étude.
210
I. A. Nyazee estime que le pronom personnel (ils) remplace uniquement le mot croyant. op. cit., p. 202.
211
Dans le texte d’Ibn Isḥᾱq nous lisons : « Umma ma‘a al-mu’minīn. » Nous reviendrons plus tard sur les variantes.

39
31. Parmi eux (c’est-à-dire l’un vis-à-vis de l’autre), il y a de l’entraide contre quiconque entre en
guerre avec les gens de cet Écrit. (en temps de guerre).
32. Il existe, entre eux, l’exhortation et le soutien de la personne opprimée. (en temps de paix).
33. La vallée de Médine est sacrée pour les gens de cet Écrit.
34. Si, parmi les gens de cette Ṣaḥīfa, un incident s’est produit, dont on craint qu’il amène à un
désastre, qu’on s’en remettre à Dieu et au prophète Muḥammad.
35. Ils doivent (les gens de cet Écrit) s’entraider contre quiconque attaque subitement Yathrib
« dahama ».
36. S’ils appellent les juifs à une conciliation avec un de leur alliés, ils devront l’entreprendre.
37. De même que, s’ils nous lancent212, à leur tour un appel, à pareille chose, c’est aux mu’minūn
de les soutenir.
38. Sauf pour celui qui lutte (pour) la dette.213 Toutefois, il incombe à chacun d’avoir sa part de
dépense.
39. Les juifs des Aws, leurs clients et eux-mêmes, sont avec les agissements loyaux de la part des
gens de cet Écrit.
40. Et les Banῡ al-Shaṭaba sont une branche (ba n) de Jafna.214
‫الب دون اإلثم فال يكسب كاسب إال عىل نفسه‬
‫ و إن ر‬.
41. les agissements loyaux ont le pas sur la transgression. Or, Quiconque commet un péché, ne le
commet que sur soi-même.215
42. Dieu est le garant de l’exécution, la plus scrupuleuse et la plus loyale, du contenu de cette
Ṣaḥīfa.
43. L’Écrit ne dissuade pas forcément un malfaiteur ni un violeur du règlement.
44. Celui qui quitte (Médine) est en sécurité, notamment celui qui y reste, hormis celui qui est
déloyal et désobéissant.
45. Le bienfaiteur et le charitable sont les dignes de cette Ṣaḥīfa.

212
Abῡ ‘Ubayd mentionne : « ...‫» و إن دعـونا‬. La vocalisation de ce deuxième verbe rend le sens équivoque au premier
regard. Soit qu’il est conjugué avec la première personne du pluriel (nous) da‘awnā, soit qu’il conjugué avec la
troisième personne (ils) da‘ūnā. Cependant, la deuxième partie de ce paragraphe : « c’est aux croyants de les
soutenir. », « ‫» فإنه لهم على المؤمنين‬, précise, qu’il s’agit, cette fois, des juifs qui lancent l’appel (ils). Le pronom affixe ‫نا‬
est donc un complément direct et non pas un sujet grammatical.
213
Sans doute, la préposition fī ‫ فـي‬a été omise à cet endroit du texte par, éventuellement, un copiste pour une raison
ou une autre.
214
I. A. Nyazee note : "The Banū al-Shaṭba...", op. cit., p. 203.
215
cf., la traduction d’un verset similaire, Blachère (Régis), op. cit., p. 122. (Q IV CXI).

40
I. III. Les versions subsidiaires : (al-mutῡn al-iḍᾱfiya)
I. III. I. Une esquisse des différentes versions de la Ṣaḥīfa. (Version C, D, E)

Tous les chercheurs modernes comme Sprenger, Wellhausen, Caetani, Wensinck et Watt ont dis-
cuté la constitution en se basant uniquement sur le texte de M. Ibn Isḥᾱq. F. M. Denny pense que
cet ancien document n’apparaisse dans aucune autre source historique hormis chez Ibn Isḥāq.216
Shimada, de l’université Chῡō de Tokyo, et Hamidullah,217 sont les premiers à remarquer, observe
A. Goto, qu’il existe bel et bien d’autres versions du texte, à côté de cette version en question.218
Bien qu’il se soit référé à la version d’Abῡ ‘Ubayd,219Ibn Kathīr220 et, probablement, à celle transm-
ise par Ibn Sayyid al-Nᾱs,221 Serjeant s’est appuyé principalement sur Ibn Isḥᾱq,222 lequel il consi-
dère : « ...d’une manière générale fiable et correct », " Ibn Isḥāq’s texte, with certain omissions
suggested infra, looks substantially reliable and correct."223
Selon lui, la version d’Abῡ ‘Ubayd est défectueuse :
"...and that of Abū ‘Ubayd which is defective." Abῡ ‘Ubayd n’a pas toujours compris, dit-t-il, les
documents de cette constitution. L’intérêt principal de son récit, conclut-il, et l’ajout de l’isnād.224
Par ailleurs, U. Rubin préfère la version d’Abū ‘Ubayd à l’égard du passage :
« Les Juifs de Banū ‘Awf, leurs clients et eux-mêmes, forment une assemblée, umma, parmi les
mu’minūn..»,225umma min l-mu’minīn au lieu de umma ma‘a l-mu’minī dans la version d’Ibn Isḥāq/
Ibn Hishām.
Rubin trouve cette variante, chez Abū ‘Ubayd, plus originale car, explique-t-il, elle s’accorde plus
avec le style du Coran.226
À ce propos, S. J. Shoemaker évoque une troisième source, autre que celle d’Ibn Isḥᾱq et d’Abῡ
‘Ubayd, sans pour autant préciser le nom de cette dernière :
« Ce premier document islamic (la constitution de Médine) survit dans trois différentes versions
dans beaucoup de sources postérieures.»227
A. Goto cependant est le premier chercheur, à notre connaissance, qui a pris le soin de partager
les différentes versions du texte de Médine en: 228
216
"Ibn Isḥāq preserved this ancient document, which does not appear in any other historical source, in his Sīrah."
Denny (Frederick. M), op. cit., p. 39.
217
Ḥamidullah (Muḥammad), Majmūʻat al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., pp. 57-58.
218
Shimada (Johei), Yogensha Mahomet (en Japonais) (le prophète Muḥammad), Tokyo, 1966. Cité par: Goto (Akira),
«The Constitution of Medina », Orient (Tokyo) 18. (1982), pp. 1-2.
219
Sergeant (R. B), « The Sunnah Jᾱmi‘ah. », op. cit., p. 9.
220
Ibid.
221
Ibid., p. 42. n. 57.
222
Ibid., p. 9.
223
Ibid.
224
Ibid.
225
Paragraphe 24, version B. cf., paragraphe 27, version A. Nous reviendrons sur cette variante lors de l’étude des
variantes .
226 o
Rubin (Uri), « The Constitution of Medina», dans Studia Islamica, N 62. (1985), p. 14.
227
"This early Islamic document (the constitution of Medina) survives in three different versions in much later sour-
ces.", Shoemaker (J. Stephen), op. cit., p. 206.

41
A : Texte d’Ibn Isḥᾱq dont l’isnᾱd, dit-t-il, manque complètement.229
B : Texte d’Abῡ ‘Ubayd qui contient un isnᾱd.230
C : Texte d’Ibn Zanjawayh avec le même itinéraire, suppose-t-il, que le texte B.231 Or, il signale que
ce livre n’est pas publié et qu’il n’a pas étudié son manuscrit conservé à Burdur en Turquie. 232
D : Texte d’Ibn Abī Khaythama évoqué par Ibn Sayyid al-Nᾱs avec un isnād.
Nous avons, conclut-t-il, quatre sortes de texte de Médine :
A : avec matn et sans isnᾱd 233; B : avec matn et isnᾱd à travers Zuhrī ; C : avec le même matn ou
presque que B et peut-être, ajoute-t-il, le même isnᾱd ; D : a un isnᾱd complètement différent du
B et C mais son matn est perdu.234

En s’appuyant sur ce travail précurseur, nous proposons la configuration suivante, qui est loin
d’être exhaustif, en reportant l’analyse des contenus et des chaînes de transmission au chapitre
suivant :
A : la version d’Ibn Isḥᾱq (m. 151/768) / Ibn Hishᾱm (m. 218/833).235 Notons que cette version a
été citée, entre autres, par :
a/ Al- Suhaylī (m. 581/1180) qui expose le texte d’Ibn Isḥᾱq/ Ibn Hishᾱm en totalité.236
b/Al-Nuwayrī(m. 733/ 1332)qui rapporte intégralement la version d’Ibn Isḥᾱq via Ibn Hishᾱm, tou-
tefois il cite un isnᾱd étrange : Ibn Hishᾱm qui le tient de Ibn ‘Abbᾱs ? qui le tient d’Ibn Isḥᾱq ?237
c/Ibn Sayyid al-Nᾱs (m. 734/1333).238
d/ Ibn Kathīr (m. 774/1373).239
e/ Ibn Ḥudayda (m. 783/1381).240
B : celle d’Abῡ ‘Ubayd. (m. 224/838).241

228
Goto (Akira), op. cit., p. 2-4.
229
Ibid., p. 1. cf., Figure 1 dans cette étude.
230
Ibid.
231
Ibid., p. 2.
232
Ibid., p. 3.
Le kitāb d’Ibn Zanjawayh n’était pas encore publié à l’époque de Hamidullah ni à l’époque de Goto. Hamidullah se
référait à un manuscrit sans citer les transmetteurs entre Ibn Zanjawayh et Zuhrī. cf., Majmū‘at al-wathā’iq al-
sayyāsiya, op. cit., p. 57. De ce fait, Goto qui se basait uniquement sur l’écrit de Hamidullah à propos de la version
C, ne pouvait confirmer la similitude entre les isnād de B et C, Ibid., p. 3.
233
Nous reviendrons sur cette idée.
234
Ibid., p. 4.
235
Ibn Hishām (‘Abd al-malik), éd. Dᾱr Iḥyᾱ’ al- Turᾱth, op. cit. cf., éd. Dār al-ḥadīth, op. cit.
236
Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), al-Rawḍ al-unuf fi sharḥ al-Sīra al-nabawiyya li Ibn Hishᾱm, éd. Dᾱr l-kutub al-‘ilmiyya,
Beyrouth, 1967, T. II, pp. 346-350.
237
Al-Nuwayrī (Aḥmad), Nihᾱyat al-arab fi funῡn al-adab, Annoté par ‘Ali Muḥammad Hᾱshim, éd. Dᾱr al-Kutub al-
‘ilmiyya, Beyrouth, 1996, T. XVI, pp. 246-248.
238
Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), ‘Uyῡn l- athar fi funῡn l- maghᾱzī wa l- shamᾱ’il wa l- siyar, éd. Maktabat Dᾱr
l-Turᾱth, Médine, 1992, T. I, pp. 318-320. cf., Goto (Akira), op. cit., p. 3., Lecker (Michael), op. cit., p. 201.
239
Ibn Kathīr (Ismāī’l), al-Bidāya wa l-nihāya, Annoté par ‘Abd Allāh al-Turkī, éd. Hagr, Le Caire, 1997, T. IV, p. 555-
558.
240
Ibn Ḥudayda (Muḥammad), al-Miṣbᾱḥ al-muḍī’ fi kuttᾱb al-nabi al-ummī wa rusulih ilᾱ mulῡk l-arḍ min ‘arabi wa
‘ajami, éd. ‘Ᾱlam al-kutub, Beyrouth, 1985, T. II, pp. 5-10.
241
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., pp. 291-295. Abῡ ‘Ubayd accède à la recension de Zuhrī en Égypte, cf.,

42
C : celle d’Ibn Zanjawayh. (m. 251/865).242
D : D’après Ibn Sayyid al-Nᾱs, le texte de Médine, version A, a été rapporté par Ibn Abī Khaythama
(m. 279/892) avec un isnᾱd.243
E : la version qu’al-Bayhaqī (m. 458/ 1065) a rapporté dans la partie consacrée à la compensation
pour le sang versé « al- ‘ᾱqila » :
‫أخبنا أبو عبد هللا الحافظ حدثنا أبو العباس دمحم بن يعقوب حدثنا أحمد بن عبد الجبارحدثنا يونس بن بكب عن ابن اسحاق‬ ‫" ر‬
‫ر‬
‫ أخذت من آل عمر بن الخطاب هذا الكتاب كان مقرونا بكتاب‬: ‫حدثب عثمان بن دمحم بن عثمان بن األخنس بن شيق قال‬ ‫ن‬
‫ر‬
‫المؤمني من قريش و يبب‬‫ن‬ ‫ن‬
‫المسلمي و‬ ‫النب ن‬
‫بي‬ ‫ بسم هللا الرحمــن الرحيم هذا كتاب من دمحم ر‬: ‫الصدقة الذي كتب عمر للعمال‬
‫ومن تبعهم فلحق بهم وجاهد معهم إنهم أمة واحدة دون الناس المهاجرين من قريش عىل ربعتهم يتعاقلون بينهم وهم يفدون‬
‫ن‬
‫المؤمني وبنو عوف عىل ربعتهم يتعاقلون معاقلهم األوىل وكل طائفة تفدى عانيها بالمعروف‬ ‫عانيهم بالمعروف و القسط ن‬
‫بي‬
‫المؤمني ثم ذكر عىل هذا النسق نبب الحارث ثم نبب ساعدة ثم نبب جشم ثم نبب النجارثم نبب عمرو بن عوف ثم‬
‫ن‬ ‫والقسط ن‬
‫بي‬
‫ن‬
244
"...‫المؤمني ال ريبكون مفرحا منهم أن يعطوه بالمعروف ف فداء أو عقل‬
‫ن‬ ‫نبب النبيت ثم نبب األوس ثم قال و إن‬
Al-Bayhaqī a mentionné :
« Abῡ ‘Abdllah l- Ḥᾱfiẓ----Abῡ l-‘Abbᾱs Muḥammad Ibn Ya‘qῡb----Aḥmad Ibn ‘Abd l-Jabbᾱr----
Yῡnus Ibn Bukayr----Ibn Isḥᾱq----‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn ‘Uthmᾱn Ibn l-Akhnas Ibn Shurayq
a dit :
J’ai reçu cet écrit de la famille de ‘Umar Ibn l-Khaṭṭᾱb qui était associé au "livre" de l’aumône que
‘Umar a adressé aux gouverneurs : Au nom de Dieu, le Compatissant, le Miséricordieux!
Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les muslimūn et les mu’minūn de
Quraysh, ceux de Yathrib, ceux qui les suivent, et ceux qui leur sont attachés et qui guerroient
avec eux. Ils forment une umma unique distincte des autres peuples.
Les muhājirūn de Quraysh, proportionnellement à leur condition première, doivent payer en
commun la compensation pour le sang versé et ils rançonnent leurs prisonniers avec droiture et
justice entre croyants. Les Banū ‘Awf, proportionnellement à leur condition première, paient à
frais communs les compensations fixées auparavant pour le sang versé, et chaque sous-clan ranço-
nne ses prisonniers, le faisant avec droiture et justice entre croyants, puis il a indiqué, sur le même
principe : les Banū al-Ḥārith, les Banū Sāi‘da, les Banū Jusham, les Banū al-Nagār, les Banū ‘Amr b.
‘Awf, les Banū al-Nabīt et enfin les Banū al-Aws. Il a dit ensuite :

Lecker(Michael), p. 192. Nous reviendrons sur cette idée plus tard.


242 ère
Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Kitᾱb al-Amwᾱl, annoté par Shᾱkir Fayyaḍ, 1 éd. Markaz al- buḥῡth wa dirᾱsᾱt al-
islᾱmiya, Riyad, 1986, T. V, pp. 466-470., cf., Ibid., T. IV, p. 331-332., où il l’a abrégée.
243
Nous avons consulté avec soin le grand livre de l’histoire de cet auteur, hélas, nous n’avons pas trouvé le texte de
Médine. Les livres qui nous sont parvenus sont des livres sans doute lacunaires. cf., Ibn Abī Khaythama (Aḥmad),
ère
al-Tᾱrīkh al-kabīr [Tᾱrīkh Ibn Abī Khaythama], Annoté par Ṣalᾱḥ Halal, 1 éd. al- Fᾱrῡq l-ḥadītha li ṭibᾱ‘a wa al-
ère ème
nashr, Le Caire, 2004, T. I, pp. 347-392., où il relate les grands événements de la 1 et la 2 année à Médine., T.
ème
II, pp. 5-41., où il raconte les faits importants de Médine jusqu’à la 10 année d’Hégire.
244
Al-Bayhaqī (Aḥmad), al-Sunan l-Kubrᾱ, éd. Majlis Dᾱ’ira al-Ma‘ᾱrif al-Niẓᾱmiya, Hyderabad, 1925, T. VIII, p. 106.
cf., Ibn Taymiyya(Aḥmad), al-Ṣārim al-maslūl ‘alā shātim al-rasūl, éd. Remādī li al-nashr, Riyad, 1997, p. 128.

43
« Les mu’minūn ne doivent pas laisser sans secours une personne parmi eux, très endettée et qui a
une grande famille à charge, mais doivent lui apporter de l’aide, selon ce qui est juste, pour payer
une rançon ou une compensation pour le sang versé…»245
Ibn Taymiyya (m. 728/1327) prend le soin de citer le texte de Médine dans son intégralité ou pre-
sque. Il annonce le sanad, rapporté par al-Bayhaqī à partir d’Ibn Isḥᾱq, tel un intitulé du texte :
«Muḥammad Ibn Isḥᾱq a dit: ‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn ‘Uthmᾱn Ibn al-Akhnas Ibn Sharīq nous
a informé…»246
Ibn Qayyim al-Jawziyya (m. 751/1350), son disciple, suit ses pas et recopie totalement le texte de
son maître.247

245
Nous nous somme dit puique Bayhaqī est un chafiite et il cite le texte de Médine dans son œuvre al-Sunan al-
Kubrā, peut-être, son grand maître lui-même, l’a cité dans ses travaux. Après avoir parcouru le grand ouvrage al-
Um ainsi que Risᾱla, nous avons trouvé qu’il l’a évoqué deux fois brièvement sans qu’il dépasse chaque fois une
seule ligne. cf., al-Shāfi‘ī (Muḥammad), al-Um, Annoté par ‘Abd al-Muṭṭalib (Rif‘at Fawzī), éd. Dᾱr l- Wafᾱ’, Le
Caire, 2001, T. V, pp. 450. 503. Notons que ce volume en question, consacré totalement ou presque, aux homi-
cides et aux compensations pour le sang et que l’annotateur évoque au bas de page le texte de Médine, version
Ibn Zanjawayh, mais sans qu’il ne fasse aucune allusion à la présence du texte au sein de cet ouvrage. cf., Ibid., p.
503. Voir, al-Shāfi‘ī (Muḥammad), al-Risᾱla, Annoté par Aḥmad Muḥammad Shᾱkir, éd. Dᾱr l-Kutub al-‘ilmiyya,
Beyrouth, 1939.
246
Ibn Taymiyya (Aḥmad), op. cit., pp. 129-132., cf., Lecker (Michael), op. cit., p. 197.
247
Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), Aḥkᾱm ahl al-dhimma, Annoté par Yῡsuf al-Bakrī & Shᾱkir al-‘Arῡrī, éd.
Ramᾱdī li-Nashr, Demmam, 1997, pp. 1405-1407.

44
Les deux versions originales du Ṣaḥīfa ( al-matn al-aṣlī)248
La version A
Figure 2

Ibn Hishᾱm249
(m. 218/833) Égypte

‘Abd l-Wᾱrith b. Sa‘īd250 Abū ‘Ubayda251


(m. 180/ 797) Baṣra (m. 208/823) Baṣra
Ziyād Ibn ‘Abdellah al-Bakkāī’252
(m. 183/ 800) Kῡfa

Ibn Isḥᾱq253
(m. 151/ 768) Baghdad

Maîtres éventuels
[Zuhrī, M. al-Bᾱqir, ‘Abd Allāh b. Abī Bakr b. Ḥazm, Yazīd b. Rumᾱn…254]

248
-----------: L’auteur dont le livre ne nous est pas parvenu.
–––––––: L’auteur dont le livre nous est parvenu.
En gras les transmetteurs ou auteurs renommés.
Transmetteurs éventuels.
249
Ibn Kathīr (Ismāī’l), al-Bidāya wa al-nihāya, op. cit., T. II, p. 1594.
Al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, éd. Bayt al- Afkaār ad-Dawliyya, Beyrouth, 2004, T. II, p. 2584.
250
Al-Ḏahabī note: « Il [Ibn Hishᾱm] a entendu la Sīra de Ziyᾱd l- Bekkᾱī’, cependant il rapporte, dans quelques
endroits [de la Sīra], de ‘Abd l-Wᾱrith b. Saī‘d et de Abῡ ‘Ubayda. » Ibid. Pour la biographie du premier, cf., al-
Mizzī (Yῡsuf), Tahḏīb al-kamāl fi asmā’ al-rijāl, éd. Mua’ssasat al-Risāla, Beyrouth, 1992, T. XVIII, p. 478.
251
Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit.
À propos d’Abῡ ‘Ubayda, al-Ḏahabī ne l’a pas spécifié. Il s’agit du célèbre grammairien Abῡ ‘Ubayda Ma‘mar Ibn al-
Muthannᾱ de Bassora. Il a rapporté de Hishᾱm Ibn ‘Urwa. cf., al-Mizzī (Yῡsuf), Ibid., T. 28, p. 316. Ibn Hishām(‘Abd
al-malik), as-Sīrat al -nabawiyya, éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., T. I, p. 15.
Pour les biographies des personnes surnommées Abῡ ‘Ubayda, cf., al-Mizzī (Yῡsuf), Ibid., T. XXXIV, pp. 54-65.
252
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. IX, pp. 485 sqq.
253
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 552., cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), Tᾱrīkh madīnat al-salᾱm -
Baghdād-, éd. Dār al- gharb al-islāmī, Beyrouth, 2001, T. II, p. 9. Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. XXIV, pp. 405 sqq.
254
Nous reviendrons sur les maîtres d’Ibn Isḥᾱq plus tard.

45
Les deux versions originales du Ṣaḥīfa (al-matn al-aṣlī)
La version B
Figure 3

Abῡ ‘Ubayd255
(m. 224/838)
La Mecque

Yaḥya Ibn. A. Ibn. Bukayr256& A. Ibn. Ṣᾱliḥ


(m. 231/848 & m. 223/840) Égypte

Al-Layth Ibn. Sa‘d257


(m. 175/792) Égypte

‘Uqayl Ibn. Khᾱlid


(m. 142/759) Égypte

Ibn Shihᾱb al-Zuhrī258


(m. 124/741) Ḥedjᾱz

255
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. XXIII, p. 354.
256
Ibid., T. XXXI, p. 401.
257
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 524. Voir aussi, Motzki (Harald) & Boekhoff-van der Voort (Nicolet) & An-
thony (W. Sean), op. cit., pp. 107 sqq.
258
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., pp. 429 sqq. cf., Ibid., T. II, pp. 333 sqq.

46
Version A citée dans d’autres ouvrages (liste non exhaustive)
Figure 4

L’Andalou al-Suhaylī
dans al- Rawḍ al-
unuf (m. 581/1180)

L’Égyptien al- Texte Ibn Isḥᾱq/Ibn L’Égyptien Ibn


Nuwayrī dans Hishᾱm Sayyid al-Nᾱs dans
Nihᾱyat al-arab -Version A- ‘Uyῡn al-athar (m.
(m. 733/1332) 734/1333)

Le Syrien Ibn Kathīr L’Égyptien Ibn Ḥudayda


dans al-Bidᾱya wa l- dans al-Miṣbᾱḥ al-
nihᾱya (m. 774/1373) muḍī’(m. 783/1382)

47
kitᾱb al-amwᾱl de Ḥumayd Ibn Zanjawayh
La version C
Figure 5

Ibn Zanjawayh259
(m. 251/865) Égypte

‘Abd Allāh. Ibn. Ṣᾱliḥ260


(m. 223/840) Égypte

Al-Layth Ibn. Sa‘d


(m. 175/792) Égypte

‘Uqayl Ibn. Khᾱlid261


(m. 142/759) Égypte

Ibn Shihᾱb al-Zuhrī


(m. 124/741) Ḥedjᾱz

259
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit.,T. VII, p. 395.
260
Ibid., T. XV, p. 108.
261
Ibid., T. XX, p. 245.

48
kitᾱb al-tᾱrīkh al-kabīr de Aḥmad Ibn Abī Khaythama
La version D
Figure 6

Ibn Abī Khaythama262


(m. 279/892) Bagdad

Aḥmad Ibn Janᾱb Abῡ al-Walīd263


(m. 230/ 847) Bagdad

‘īsᾱ Ibn Yῡnus, alias Abῡ Muḥammad al-Kῡfī264


(m. 187/804) Kῡfa

Kathīr b. ‘Abd Allāh b.‘Amr l-Muzanī265


(m. vers 155/767&160/777)

Le père ‘Abd Allāh b. ‘Amr266


(m. 110/727 ?) Médine

Le grand-père ‘Amr l-Muzanī [compagnon]267


(m. 55/672&60/677) Médine

262
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. V, p. 267. Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., p. 782.
263
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. I, p. 285.
264
Ibid., T. XXIII, p. 74.
265
Ibid., T. XXIV, pp. 136 sqq. Pour la date de décès, cf., Ibn Ḥajar (Aḥmad), Tahḏīb al-Tahḏīb, éd. Majlis dā’irat al-
ma‘ārif al- niẓāmiyya, Ḥayderābād, 1907, T. VIII, p. 423.
266
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. XV, p. 367. Ibn Ḥajar (Aḥmad), Ibid., T. V, p. 339.
267
Ibn ‘Abd al-Bar (Yῡsuf), al-isti‘ᾱb fi asmᾱ’ al-aṣḥᾱb, éd. Dᾱr al-fikr, Beyrouth, 2006, p. 1196. Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T.
XXII, p. 174.

49
Kitāb al-Sunan al-kubrᾱ de Aḥmad al-Bayhaqī
La version E
Figure 7
Aḥmad al-Bayhaqī 268
(m. 458/ 1065)Nishapur

al- Ḥᾱfiẓ Abῡ ‘Abd Allāh Muḥammad Ibn ‘Abd Allāh269


(m. 405/1012)Nishapur

Abῡ l-‘Abbᾱs Muḥammad b. Ya‘qῡb al-aṣam270


(m. 346/953) Nishapur

Aḥmad Ibn ‘Abd l-Jabbᾱr al-‘Uṭᾱridī271


(m. 272/879) Kῡfa

Yῡnus Ibn Bukayr al-Shaybᾱnī272


(m. 199/806) Kῡfa

Muḥammad Ibn Isḥᾱq


(m. 151/758) Baghdad

‘Uthmᾱn b. Muḥammad b. al- Akhnas b. Shurayq273


(m. 100/ 707?) Ḥedjᾱz

La famille de ‘Umar b. al-Khaṭṭᾱb

268
Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., p. 489.
269
Un grand spécialiste du ḥadīth connu sous le nom d’al-Ḥᾱkim de Nishapur, auteur du célèbre: al-Mustadrak ‘alᾱ al-
Ṣaḥīḥayn., cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), Mizᾱn al-i‘tidᾱl fi naqd al-rijᾱl, éd. Dᾱr al-kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1995,
T. VI, p. 216.
270
Ibn ‘Asākir (‘Ali), op. cit., T. LVI, p. 287.
271
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. V, p. 435 où il note: « Il possédait les Maghᾱzī d’Ibn Isḥᾱq via Yῡnus b.
Bukayr. », cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. I, p. 378.
272
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), Ibid., T. XXXII, p. 493., cf., al-Bukhᾱrī (Muḥammad), Kitᾱb al-tᾱrīkh al-kabīr, éd.
Dᾱr al-kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1942, T. 8, p. 411., où il cite les deux grands maîtres de Yῡnus, à savoir Ibn Isḥᾱq
et Hishᾱm Ibn ‘Urwa.
273
Al-Bukhᾱrī (Muḥammad), Ibid., T.6, p. 249. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. 19, p. 488.

50
I. III. II. Le texte de Médine abrégé ou simplement évoqué, pour une raison linguistique, juridi-
que ou apologétique. (Version F)

. Al-Shᾱfi‘ī (m. 204/819) a dit : « Tous les experts du Siyar ont affirmé que le Prophète, lors de son
installation à Médine, a, bel et bien, conclu un accord avec les juifs sans qu’il exige d’eux aucun
tribut. »274
. Al-Wᾱqidī (m. 207/822) évoque l’Écrit de Médine ou plutôt la partie qui stipule que les juifs ne
doivent pas soutenir les ennemis de Muḥammad,275afin qu’il justifie la ghazwa des Qaynuqᾱ‘.276
Il fait, aussi, allusion à cet Écrit, lorsque il s’exprime sur l’assassinat de Ka‘b Ibn al-Ashraf sous le
titre : « qatl Ibn l-Ashraf. »277
À ce propos, Il nous informe que les juifs, après l’homicide de Ka‘b, étaient terrifiés. Alors le Pro-
phète les a invités à une conciliation, qui s’est concrétisée par un écrit dans la maison de Ramla
fille d’al-Ḥᾱrith.278 S’agit-il d’un deuxième écrit de Médine ?
Au moment des échanges entre juifs de Naḍīr qui auraient prémédité l’assassinat de Muḥammad,
un certain Sallᾱm Ibn Mishkam les apostrophe : " . .‫" و إن هذا نقض العهد الذي بيننا و بينهم‬
« …Et cela nous amène à rompre le Pacte qui nous lie. »279 Non loin, nous aurons affaire à un autre
personnage, à savoir l’émissaire Muḥammad Ibn Maslama, lequel le Prophète dépêche chez les
‫ن‬
Banῡ al-Naḍīr : ".‫ قد نقضتم العهد الذي جعلت لكم‬: ‫أرسلب إليكم يقوال لكم‬ ‫" إن رسول هللا‬
« Le Prophète vous dit : Vous avez rompu le Pacte que j’avais conclu avec vous. »280
Wᾱqidī évoque, encore une fois, le Pacte avec les Juifs lors de l’appui de Qurayẓa vis-à-vis des Qu-
rayshites et leurs alliés.281
Plus loin dans son ouvrage, trois scènes surgissent :
Les juifs s’entretiennent sur la façon de se concilier avec Muḥammad, lorsque Ka‘ b Ibn Asad, un
notable de Qurayẓa, leur rappelle qu’il a abominé leur acte déloyal à l’égard de leur engagement
avec le Prophète.282Au moment de l’exécution des hommes de Qurayẓa, le même personnage con-
converse avec un groupe de juifs qui manifestent leur remords par rapport à leur trahison.283
Finalement, les Aws, ainsi rapporté par Wᾱqidī sans désigner aucun nom, entame une négociation
avec le Prophète lui-même, ils argumentent :
« …Nos alliés [Qurayẓa] déplorent leur infidélité. »284

274
Al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. V, p. 503.
275 o
cf., aux paragraphes de la Ṣaḥīfa (Version A) n : 17. 27. 33. 44. 45. 51.
276
Al-Wᾱqidī (Muḥammad), Kitᾱb al- Maghᾱzī, Introduction et Annotation par Marsden Jones, éd. ‘Ᾱlam al-kutub,
Beyrouth, 1984, T. I, p. 176.
277
Ibid., p. 184.
278
Ibid., p. 192.
279
Ibid., p. 365.
280
Ibid., p. 367.
281
Ibid., T. II, p. 454. cf., Rubin (Uri), op. cit., p. 18.sq.
282
Al-Wᾱqidī (Muḥammad), Ibid., p. 502.
283
Ibid., p. 513.
284
Ibid., p. 510.

51
Dans la bataille de Khaybar, il fait allusion également au Pacte de Médine :
".‫خيب شق ذلك عىل يهود المدينة الذين هم موادعون لرسول هللا صىل هللا عليه وسلم‬‫"فلما تجهز الناس إىل ر‬
« Aussitôt que les hommes commencent à se préparer pour Khaybar, les juifs de Médine, qui sont
en alliance avec le messager de Dieu, ont eu de la peine (pour leurs coreligionnaires). »285
. Dans le Muṣannaf de ‘Abd al-Razzᾱq (m. 211/826), nous trouvons une tradition intéressante :
Al-Zuhrī aurait énoncé : 286
« Nous n’exécutons pas un musulman parce qu’il a assassiné un kᾱfir. Dans l’Écrit, entre Quraysh
et les anṣᾱr, ajoute-t-il, le Prophète a noté : un croyant ne peut être condamné à mort à cause du
meurtre d’un kᾱfir. Ma‘mar confirme : c’est bien Zuhrī qui me l’a transmise. »287
. Lors de l’épisode de Banῡ Qaynuqᾱ‘, Ibn Sa‘d dans son œuvre prosopographique (m. 230/845),
fait brièvement référence au Pacte, le ‘ahd.288
Il narre l’histoire de Ka‘b b. al-Ashraf sans évoquer le «‘ahd » entre les deux parties. Toutefois, à la
fin de l’histoire et après avoir dépeint le grand désarroi des juifs à cause de ce meurtre, il rapporte
de ‘Ikrima : « …Il les a invités à une conciliation écrite, je présume. » Il [‘Ikrima ?] ajoute : « Ali a
gardé cet Écrit.»289
"...‫ وكان ذلك الكتاب مع عىل‬: ‫ قال‬.‫ "دعاهم إىل أن يكتبوا بينه و بينهم صلحا أحسبه‬290
Ibn Sa‘d rapporte la même phrase de Sallᾱm Ibn Mishkam durant le conflit avec Naḍīr, en ajoutant
la particule ‫ لـ‬tel qu’un préfixe intensif :291 ".‫" و إنه لنقض العهد الذي بيننا و بينه‬
Il souligne, qu’au moment de l’évenément de Qurayẓa, il existait un accord « ‘Ahd » entre les juifs
et le Prophète, mais, bizarement, il rapporte une tradition qui qualifie cet accord par un mot rare,
le « walth », désormais ce « ‘Ahd » est spontané et incertain.292
Bien qu’Ibn Sa‘d relate la même phrase qui décrit la détresse des juifs de Médine, lors de l’expédi-
tion de Khaybar, il omet, néanmoins, la partie concernant leur alliance avec le Prophète.293
. Al-Fasawī (m. 277/890) évoque la conciliation « ṣulḥ » avec les Qurayẓa dans un khabar avec le
isnād suivant : al-Fasawī - Ya‘qῡb Ibn Sufyᾱn - ‘Amᾱr - Salama - Muḥammad Ibn Isḥᾱq.294
285
Ibid., p. 634. En se référant à Wᾱqidī, U. Rubin trouve dans les événements de Qurayẓa, Qaynuqᾱ‘ et l’assassinat de
Ka‘b, comme allusion à ce Pacte. Rubin (Uri), op. cit., p. 18.
286
Concernant al-Zuhrī, voir, Motzki (Harald) & Boekhoff-van der Voort (Nicolet) & Anthony (W. Sean), op. cit., pp. 36
sqq.
287
Al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), al-Muṣannaf, éd. al-majlis al-‘ilmī, Johannesburg, 1983, T. 10, p. 98. Nous trouverons
cette tradition également avec la catégorie G car elle évoque l’écrit de Médine et le fractionne au même temps.
288
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 26.
289
Ibid, p .31.
290
La ponctuation employée par les copistes n’était pas, pour le moins, précise. Dans le texte d’Ibn Sa‘d publié, le
point est posé après le mot : je pésume ‫أحـسـبـه‬. Cependant, si ce signe de ponctuation se place avant le verbe, il
donnera le sens suivant : « …Il les a invité à une conciliation écrite. Je présume qu’il a dit [‘Ikrima] : ‘Ali a gardé cet
Écrit. »
291
Ibid, p. 53.
292 o
Ibid, p. 73. cf., à la note n 1 au bas de page où l’annotateur rend ce mot par : qui se produit spontanément, et qu’il
est également incertain. .‫الولـث هو العهد يقع بين القوم من غير قصد ويكون غير مؤكد‬, cf., Ibn al-Athīr (Majd al-dīn), al-nihāya fi
gharīb al-ḥadīth wa al-athar, éd. Dār Ibn al-Jawzī, Dammam, 2000, p. 988.
293
Ibid., p. 101.
294
Al- Fasawī (Ya‘qῡb), Kitᾱb al- ma‘rifa wa al-tᾱrīkh, Annoté par Akram al-‘Umarī, éd. Maktabat al-Dᾱr, Médine,
1990, T. III, p. 281.

52
. Balᾱdhurī (m. 279/894) résume le texte d’une façon très concise, sans présenter aucun isnād ;
à la place de ce dernier, il note: « Ils ont dit… » (qᾱlῡ).295 Il l’a également évoqué dans son livre
Futῡḥ l-buldᾱn.296
. Pour ce qui est de l’assaut de Qurayẓa, al- Ya‘qῡbī (m. 284/899) énonce :
«Entre eux [les Qurayẓa] et le messager de Dieu un accord a été conclu, lequel les Qurayẓa l’ont
brisé. »297«.‫بي رسول هللا صلح فنقضوه‬ ‫» و كان بينهم و ن‬
. Quant à Ibn Ḥazm (m. 456/1064), il est plus laconique que son contemporain et compatriote
Ibn ‘Abd al- Bar, il écrit succinctement : « ‫» ثم وادع اليهود‬.298Il est intéressent de noter qu’Ibn Ḥazm
précède cette phrase par le récit de la construction de la mosquée299et lui succède le conte de la
fraternisation effectuée entre les muhᾱjirῡn et les anṣᾱr.300
. Ibn ‘Abd al-Bar (m. 463/1071) rapporte :
‫ أن رسول هللا لما قدم المدينة وادعته اليهود وكتب عنه و عنهم‬: ‫" وذكر ابن إسحاق عن عاصم بن عمر و عبد هللا بن رأب بكر‬
301
".‫وشط عليهم فيما رشط أال يظاهروا عليه أحدا‬ ‫كتابا و ألحق كل قوم بحلفائهم ر‬
. Zamakhsharī (m. 538/1137) écourte le texte dans son livre al-Fᾱ’iq fi gharīb al-ḥadīth, sans pour
autant, annoncer aucun isnᾱd, ni préciser à quelle version le texte appartient.302
. Ibn al-Athīr (m. 606/1205) le cite pareillement dans son livre concernant les vocables inusités,
Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib. Il mentionne à la fin du texte qu’il a été rapporté par
un certain al-Qutaybī ----Aḥmad Ibn Sa‘īd al-Laḥyᾱnī ----Abῡ ‘Ubayd, avec l’ isnᾱd de ce dernier
jusqu’à al-Zuhrī.303
. Selon Ibn Kathīr (m. 774/1373), Abῡ ‘Ubayd rapporte le texte dans d’autres livres tel que le livre
intitulé al- gharīb, qui nous est parvenu, mais le texte en question est introuvable.304
. Al-Maqrīzī (m. 845/1444) évoque l’Écrit de Médine, sans toutefois citer le texte.305
. Samhῡdi (m. 911/1510) se contente de rapporter l’intitulé du texte d’Ibn Isḥᾱq.306

295
Balᾱdhurī (Aḥmad), Ansᾱb al-ashrᾱf , éd. Dᾱr l-fikr, Beyrouth, 1996, T. I, p. 286.
296
Balᾱdhurī (Aḥmad), Futῡḥ al-buldᾱn, éd. Mu’assasat l- ma‘ᾱrif, Beyrouth, 1987, p. 26.
297 ère
Al-Ya‘qῡbī (Aḥmad), Tᾱrīkh al-Ya‘qῡbī, Annoté par ‘Abd al-Amīr Mahnᾱ, 1 éd. Sharikat al- A‘lamī li- l- maṭbῡ‘ᾱt,
Beyrouth, 2010, T. I, p. 370.
298
Ibn Ḥazm (‘Ali), Jawᾱmi‘ al-Sīra al-Nabawiyya, éd. Dᾱr al-Kutub al-‘Ilmiyya, Beyrouth, 2002, p. 58.
299
Ibid., p. 57.
300
Ibid., p. 58.
301
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), Al-Durar fi ikhtiṣᾱr al-maghᾱzī wa al-siyar, éd. Dᾱr al-taḥrīr, Le Caire, 1966, p. 151.
302
al-Zamakhsharī (Maḥmῡd), al-Fᾱ’iq fi gharīb al-ḥadīth, éd. ‘Aisᾱ al-Bᾱbī al-Ḥalabī & et ses associés, Le Caire, 1971,
T. II, p. 25-26.
303
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib, Annoté par Maḥmūd Muḥammad al-Ṭanāḥī, éd.
al-Madanī, Le Caire, 1983, p. 227. Notons en passant que l’auteur du Manᾱl est le frère ainé (m. 606/1205) de l’his-
torien ‘Ali ‘Izz al-Dīn, l’auteur du al-Kᾱmil fi l-tᾱrīkh (m. 630/1229), et du benjamin Ḍiyā’ al-Dīn le philologue, qui a
servi Saladin l’Ayoubbide et qui était aussi vizir de son fils al-Afḍal. cf., Ibid., p. 11. Cahen (Claude), La Syrie du Nord
à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, éd. Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1940,
p. 58.
304 o
Ibn Kathīr (Ismāī’l), op. cit.,T. IV, p. 558. Voir, la note n 4 de l’annotateur. cf., Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), al-
garīb al-muṣanaf, annoté par M. al-‘Abīdī, éd. Dᾱr Suḥnῡn, Tunis.
305
Al-Maqrīzī (Aḥmad), Imtᾱ‘ al-asmᾱ‘ bimᾱ li-nnabi mina l-aḥwᾱl wa l-amwᾱl wa l-ḥafada wa l-amtᾱ‘, Annoté par A.
Muḥammad l-Namīsī, éd. Dᾱr al-Kutub al-‘Ilmiyya, Beyrouth, 1999, T. I, p. 69.
306
Al- Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 207.

53
. Al-Qasṭalᾱnī (m. 923/1522) abrège l’Écrit de Médine en moins de six lignes et demie. Il le cite
pour démontrer le grand talent rhétorique du Prophète.307
. Muḥammad Bᾱqir al-Majlisī (m. 1111/ 1699) évoque une trêve demandée par les trois grandes
tribus juives, à savoir les Qurayẓa, les Naḍīr et les Qaynuqᾱ‘. Il signale que le Prophète aurait
cédé à leur demande et qu’il aurait rédigé un Écrit « kitāb » stipulant :
« Il (les juifs) ne soutiennent, en aucun cas et en aucune façon, les ennemis du Prophète…s’ils en
freignent cette règle, le messager de Dieu aura le droit de tuer leurs hommes, prendre leur
enfants et leurs femmes comme esclaves et s’emparer également de leurs biens. Chaque tribu
juive a eu son écrit séparément.»308
‫ن‬ ‫ن‬
‫فإن فعلوا فرسول هللا ف حل من سفك دمائهم‬..‫" كتب بينهم كتابا أال يعينوا عىل رسول هللا ف الش والعالنية ال بليل وال بنهار‬
".‫ وكتب لكل قبيلة منهم بكتاب عىل حدة‬.‫سب ذراريهم و نسائهم و أخذ أموالهم‬ ‫و ر‬

307
Al-Qasṭalᾱnī (Aḥmad), al-Mawᾱhib al-laduniyya bi al-minaḥ al-muḥammadiyya, annoté par Ṣᾱlaḥ Aḥmad al-Shᾱmī,
éd. al-Maktab al-islᾱmī, Beyrouth, 2004, T. II, p. 270.
308
Al-Majlisī (Muḥammad Bᾱqir), Biḥᾱr al-anwᾱr al-jᾱmi‘a li durar akhbᾱr al-a’imma al-a hᾱr, éd. Iḥyᾱ’ al-kutub al-
islᾱmiyya, Qum [Iran], 1987, T. VI/II, pp. 47-48., cf., Ibid., pp. 205 et 217.

54
Le texte de Médine abrégé ou simplement évoqué (liste non exhaustive)
La version F
Figure 8

Ṭabaqᾱt Ibn Sa‘d Muṣanaf ‘Abd Kitᾱb al-maghᾱzī al-’Umm de


al- Razzᾱq (m. d’al-Wᾱqidī (m. Shᾱfi‘ī, (m.
(m. 230/845)
211/826) 207/822) 204/819)

Kitᾱb l-Ma‘rifa wa
Futῡḥ l-buldᾱn al-tᾱrīkh d’al-Fasawī
de Balᾱdhurī (m. (m. 277/890)
279/894)

Texte Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishᾱm


Tᾱrīkh al-Ya‘qῡbī
al-Fᾱ’iq de -Version A-
(m. 284/899)
Zamakhsharī (m.
538/1137)

Manᾱl al- ᾱlib de


Imtᾱ‘ al-asmᾱ‘ d’al-
M. Ibn al-Athīr (m.
Maqrīzī (m.
606/1205)
845/1444)

al-Mawᾱhib al-
Wafᾱ’ al-wafᾱ de
Biḥᾱr al-anwᾱr laduniyya d’al-
Samhῡdī (m.
d’al-Majlisī (m. Qasṭalᾱnī (m.
911/1510)
1111/1699) 923/1522)

55
I. III. III. Le texte de Médine fractionné. (Version G) 309

. Ibn Zanjawayh évoque une épître qu’al-Awzᾱ‘ī (m. 157/773) aurait adressé au calife al-Manṣῡr :
« al-Awzᾱ‘ī aurait écrit : Zuhrī m’a informé que l’Écrit du Prophète entre les muhᾱjirῡn et les anṣᾱr
contenait : Nous ne devons pas laisser un croyant surendetté « mufraḥ » sans secours, ni dans la
compensation du sang « ‘aql » ni dans la rançon du prisonnier « fidᾱ’ ».»310
Abῡ Nu‘aym (m. 430/1038) relate ce Kitᾱb d’al-Awzᾱ‘ī, sans préciser, pour autant, que l’Écrit était
entre les muhᾱjirῡn et les anṣᾱr.311
. Al-Shᾱfi‘ī (204/819) aurait dit : « Mᾱlik nous a informé d’un khabar -‘Abd al-Allᾱh b. Abī Bakr b.
Muḥammad b. ‘Amr b. Ḥazm - de son père :
« Dans le " livre" que le messager de Dieu a écrit à ‘Amr b. Ḥazm : « La compensation du nez
complètement cassé est cent chamelles… pour l’œil, la main et le pied c’est cinquante chamelles
pour chaque organe. »
‫ن‬
‫أخبنا مالك عن عبد هللا بن رأب بكر بن دمحم بن عمرو بن حزم عن أبيه أن ف الكتاب الذي كتبه رسول هللا لعمرو‬‫ ر‬: ‫قال الشافغ‬
312 ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
...‫ وف اليد خمسون وف الرجل خمسون‬،‫وف العي خمسون‬...‫ وف األنف إذا أوع جدعا مائة من اإلبل‬: ‫بن حزم‬
Al-Rabī‘313- al-Shᾱfi‘ī - Sufyᾱn Ibn ‘Uyayna - Muḥammad Ibn Isḥᾱq annonce :
« J’ai interrogé Muḥammad al-Bᾱqir314 : Que comportait la saḥīfa trouvée à l’intérieur du fourreau
de l’épée du Prophète ? Il m’a répondu :
« Elle contenait, (entre autres) : « Que Dieu maudisse celui qui commet un homicide contre un
innocent… »315
‫ دمحم‬،‫ألب جعفر دمحم بن عىل‬ ‫ قلت ر‬:‫أخبنا سفيان بن عيينة عن دمحم بن إسحاق قال‬ ‫ ر‬:‫أخبنا الشافغ قال‬‫ ر‬: ‫أخبنا الربيع قال‬
‫ر‬
‫ن‬ ‫ر‬ ‫ن‬
: ،‫" الباقر‬...‫ " لعن هللا القاتل غب قاتله‬: ‫ كان فيها‬: ‫ما كان ف الصحيفة الب كانت ف قراب سيف رسول هللا ؟ فقال‬
. ‘Abd al-Razzᾱq (m. 211/826) dans sa grande œuvre rapporte des akhbᾱr, lequels leur contenu est
similaire à certaines formulations de l’Ecrit de Médine, à l’exemple de cette tradition dont on déc-
ouvre Zuhrī au milieu de l’ isnᾱd, d’un côté le compagnon Abῡ Hurayra et son disciple Salama Ibn

309
cf., Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », Islamic Quaterly 8 (1964), p. 4 sq., où il évoque ce phénomène.
310
Ibn Zanjawayh, op. cit., T. IV, p. 338.
311
Abῡ Nu‘aym (Aḥmad), Ḥilyat al-Awliyᾱ’ wa Ṭabaqᾱt al-Aṣfiyᾱ’, éd. Dᾱr al-Kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1988, T. VI,
pp. 135-136.
312
Al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. VII, pp. 290-291.
313
Le grand disciple de Shᾱfi‘ī et le transmetteur de ses livres., Pour avoir une idée sur le cheminement des premiers
textes et le vrai rôle des grands disciples., cf., à J. Schacht et son opinion sur le livre du Muwa a’ de Mᾱlik.,
Schacht (Joseph), Introduction au droit musulman, Trad. de l’anglais par Paul Kempf & Abdelmagid Turki, éd.
Maisonneuve & Larose, Paris, 1999, p. 45. Wansbrough (John), Quranic studies : sources and methods of scriptural
interpretation, Oxford University press, 1977, p. 122. 148. Gilliot (Claude), « La transmission du message muham-
madien : juristes et théologiens » dans : Les débuts du monde musulmans -VII°- X° siècle-, sous la direction de :
Thierry Bianquis & Pierre Guichard & Mathieu Tillier, éd. Presses Universitaires de France, Paris, 2012, p. 396-397.
Notons que Schoeler pense qu’al-Khalīl n’est pas l’auteur réel, c’est-à-dire le compilateur et le rédacteur, du livre
existant al-‘Ayn. cf., Schoeler (Gregor), The Oral and the written in early Islam, Trad. Uwe Vagelpohl, éd. Routledge,
London & NewYork, 2006, p. 162. Nous reviendrons sur cette idée capitale.
314
Le cinquième Imᾱm dans le chiisme duodécimain. cf., Corbin (Henry), En Islam Iranien, aspects spirituels et philo-
sophiques, - le chiisme duodécimain -, éd. Gallimard, 1971, T. I, pp. 4 sqq. p. 67.
315
Al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), op. cit., pp. 11 sq.

56
‘Abd al-Raḥmᾱn, et de l’autre côté l’auteur lui-même et son maître Ma‘mar.316 Dans ce ḥadīth le
Prophète évoque les meilleures familles des anṣᾱr, à savoir les Banῡ ‘Abd al-Ashhal, les Banῡ al-
Najjᾱr, les Banῡ al-Ḥᾱrith Ibn al-Khazrag et les Banῡ Sᾱ‘ida.317
Selon ‘Abd al-Razzᾱq, après que ‘Ali a été sollicité sur un éventuel testament de la part du Proph-
ète, il a répondu : « À l’exclusion de cette ṣaḥīfa qui comporte :...un muslim ne doit pas être ven-
gé a cause d’un kᾱfir. »318
Non loin, il nous rapporte un ḥadīth qui semble être approprié à notre thème :
‫النب نف الكتاب الذي كتب ن‬
‫ أن‬:‫بي قريش و األنصار‬ ‫ كتب ر‬،‫ ال قود عىل المسلم من كافر‬:‫" عبد الرزاق عن معمر عن الزهري قال‬
319
".‫أخبنيه الزهري‬
‫ ر‬:‫ قال معمر‬،‫ال يقتل مؤمن بكافر‬
« ‘Abd al-Razzāq------Ma‘mar------Zuhrī----- : Le muslim ne doit pas être vengé a cause d’un kᾱfir, le
Prophète a consigné dans l’Écrit qu’il a rédigé entre Quraysh et les Anṣār : On ne tue pas un mu’-
min pour un kāfir (compensation de sang). Ma‘mar confirme : Zuhrī me l’a communiqué. »320
. M. Ibn Sa‘d évoque également ce "livre". Il nous informe que l’épée en question se nomme dῡ
al-Faqᾱr,321 laquelle Muḥammad aurait obtenue lors de la bataille de Badr.322Il rapporte une tra-
dition de ‘Ubayd Allᾱh Ibn Mῡsᾱ----Isrᾱ’īl ----Jᾱbir ----‘Ᾱmir :
« J’ai lu dans le fourreau de l’épée du Prophète, dū al-faqᾱr : « La compensation du sang se fait
entre les mu’minūn,323ces derniers ne laissent sans secours une personne parmi eux, très endettée
et qui a une grande famille à charge.324 Enfin un muslim ne peut être vengé à cause de l’assassinat
d’un kāfir325.»326 Ce même ‘Ᾱmir témoigne que ‘Ali Ibn Ḥusayn aurait montré un jour l’épée du
Prophète en ques-tion.327
. A son tour Ibn Abī Shayba (m. 235/850) annonce l’Écrit entre les muhᾱjirῡn et les anṣᾱr,
comprenant la compensation et la rançon.328 Nous trouvons dans ce recueil un autre ḥadīth
similaire au paragraphe 15, version A :
« Ibn Abī Shayba - Ibn Numayr - Ibn Isḥᾱq - ‘Amr Ibn Shu‘ayb - son père - son grand-père :

316
À propos de Ma‘mar Ibn Rāshid, voir, Motzki (Harald) & Boekhoff-van der Voort (Nicolet) & Anthony (W. Sean), op.
cit., p. 10 sq.
317
Al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), op. cit., T. 11, p. 61.
318
Ibid., T. X, p. 99.
319
Ibid., T. X, p. 98.
320
Au sujet de Zuhrī voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 690 sqq.
321
Ibn Sa‘ad(Muḥammad), op. cit., T. I, p. 418. cf., al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), Ibid., T. V, p. 295 sq.
322
Ibn Sa‘ad (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 417. Al- Balᾱdhῡrī (Aḥmad), Ansᾱb al-ashrᾱf, op. cit., T. II, pp. 174-175.
323
cf., Version Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishᾱm (A), paragraphes: 2-10.
324
Ibid., paragraphe: 11.
325
Ibid., paragraphe: 14. Nous trouvons muslim chez Ibn Sa‘d au lieu de mu’min.
326
Ibn Sa‘ad (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 418.
327
Ibid., p. 417. cf., Lecker (Michael), op. cit., pp. 194-195. Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 6.
Nous aurons l’occasion de développer cette idée plus tard.
Pour ce quatrième Imᾱm dans le chiisme duodécimain ‘Ali Ibn al-Ḥusayn, cf., Amir-Moezzi (Mohammad Ali), La
religion discrète -Croyances et Pratiques spirituelles dans l’islam chiite -, éd. Librairie philosophique J. Vrin, Paris,
2006, p. 49. Corbin (Henry), op .cit., p. 66.
328
Ibn Abī Shayba (‘Abd-Allᾱh), al-Muṣannaf, éd. maktabat al-rushd, Riyad, 2004, T. 9, p. 163.

57
« Le Prophète aurait dit : la faveur d’une protection accordée à son prochain « yujīr » par le
moindre des musulmans, crée un engagement respectable. »329
Il rapporte une autre tradition avec le même isnᾱd à partir d’Ibn Isḥᾱq :
« Le mu’min ne doit pas être vengé pour un kāfir.»330, en revanche il transcrit d’autres ḥadīth
semblables employant le terme muslim au lieu de mu’min.
Cependant, d’autres récits précisent que le kᾱfir, en l’occurrence, est un juif ou chrétien.331En ce
qui concerne la compensation du sang qui est à la charge du clan tribal, Ibn Abī Shayba nous
fournit un grand nombre de ḥadīth.332
. Al-Ṭabarī (m. 310/923) nous informe :
« On raconte « qīla », qu’en cette année (2 AH) le Prophète aurai écrit un "livre" sur les « ma‘â-
qil », lequel était accroché au fourreau de son épée.»333
. Al-Kulaynī (m. 329/944) rapporte une tradition avec un isnᾱd allant jusqu'à Ja‘far al-Ṣᾱdiq :
« Un Écrit « ṣaḥīfa » a été trouvé attaché à la poignée334 de l’épée du Messager de Dieu,
(comportant) : Quiconque commet un méfait « aḥdatha » à Médine ou héberge un malfaiteur
« muḥdith », Dieu ne lui accordera aucune grâce, ni aucune rédemption, le jour de la
résurrection. »335
‫ن‬
‫ ومن أحدث بالمدينة حدثا أو آوى ُمحدثا لم‬...‫ ُوجد ف قائم سيف رسول هللا صحيفة‬:‫" عن رأب عبد هللا ( جعفر الصادق) قال‬
".‫يقبل هللا منه يوم القيامة رصفا وال عدال‬
Sous le chapitre de la sacralisation de Médine, al-Kulaynī note la même tradition avec la variante
suivante : « Que Dieu maudisse celui qui… »336
Non loin, il cite un autre khabar, cette fois-ci, de l’imᾱm al-Réḍᾱ337 :
« …le disciple de ce dernier réplique : qu’est-ce que le muḥdith ? Celui qui commet un meurtre, a-
t-il répondu. »338
".‫ من قتل‬:‫المحدث ؟ قال‬ ُ ‫ وما‬:‫ قلت‬.‫ لعن هللا من أحدث حدثا أو آوى محدثا‬:‫ قال رسول هللا‬،‫" سمعت الرضا يقول‬
. Manṣῡr al- Ᾱbī (m. 421/1036), Vizir sous la dynastie Bouyide, consigne : « Un jour, en serrant
l’épée du Prophète contre soi, ‘Ali trouve une ṣaḥīfa attachée à la poignée de cette dernière. »339
‫ن‬
« ... ‫ لقد ضممت إىل سالح رسول هللا فوجدت ف قائم سيفه صحيفة معلقة‬:‫» يروى عن عىل بن رأب طالب أنه قال‬

329 o
Ibid., T. 12, p. 454. N 33956.
330 o
Ibid., T. 9, p. 293. N 27921., cf., Version A, paragraphe 14.
331 o o
Ibid. T. 9, p. 294. N 27922., N . 27924.
332 o
Ibid., T. 9, pp. 280-283., cf., surtout, N 27879.
333
Ibn Jarīr al- Ṭabarī (Muḥammad), Tᾱrīkh al- Ṭabarī, op. cit., T. II, p. 486., cf., Goto (Akira), op. cit., p. 5.
334
Abῡ Ja‘far al-Ṣᾱdiq aurait dit: «...‫ بسم هللا الرحمــن الــرحيم‬: ‫» ُوجد في ذؤابة سيف رسول هللا صحيفة فإذا فيها‬
cf., Al-Kulaynī ((Muḥammad), Furῡ‘al-kᾱfī, Annoté par Muḥammad Ja‘far Shams al-Dīn, éd. Dᾱr al-ta‘ᾱruf li –l- maṭ-
bu‘ᾱt, Beyrouth, 1993, T. V, p. 300. L’usage de la formule de la basmala dans cette tradition, concernant la ṣaḥīfa,
est insolite.
335
Ibid., pp. 300-301., cf., Version A, paragraphe 24. Pour Ja‘far al-Ṣᾱdiq , le sixième Imām chiite, voir, Corbin (Henry),
op. cit., p. 67.
336
Al-Kulaynī ((Muḥammad), Ibid., T. II, p. 564.
337
‘Ali al-Réḍᾱ est le huitième imᾱm dans le chiisme duodécimain, cf., Corbin (Henry), op. cit., p. 67.
338
Al-Kulaynī ((Muḥammad), Ibid., p. 300. La même interprétation est rapportée de Ja‘far al-Ṣᾱdiq. cf., Ibid., p. 301.
339
Al-Ᾱbī (Manṣῡr), Nathr al-Dur, éd. ministère de la culture, Damas, 1997, T. I, p. 105.

58
. Dans un autre texte, qui rentre fortement dans cette optique, nous trouvons un certain Abῡ Ju-
ḥayfa demander à ‘Ali, si, éventuellement, détient un écrit autre que le Coran. ‘Ali aurait répondu :
« Non, je ne possède qu’une compréhension du Livre saint comme tout un chacun, et cette ṣaḥīfa.
Que comporte cette dernière, dit-t-il. ‘Ali répond : Elle contient la compensation du sang « al-
‘aql », la rançon du prisonnier « fakᾱk al-asīr » et et le fait de ne pas venger un mu’min à cause de
l’assassinat d’un kāfir (lᾱ yuqtal mu’min bi kᾱfir).»340
Dans une autre tradition, ‘Ali341 aurait ajouté :
« Les mu’minūn sont unis contre quiconque agit contre eux,342 notamment la protection accordée
à son prochain, par le moindre des mu’minūn, crée un engagement respectable.343 La malédiction
de Dieu et sa colère, le jour de la résurrection des morts, se porteraient sur l’homme qui commet
de graves infractions ou héberge un muḥdith. »344
Beaucoup de ces akhbᾱr, que nous considérons tels que des fragments du texte de Médine, ont
été rapportés par al-Jazarī (m. 833/1455), dit Serjeant.345
À cet égard, signalons que R. Serjeant se réfère bizarrement, et sans aucune réserve, à un ouvrage
apologétique d’un auteur tardif, à savoir Asnᾱ al-Ma ᾱlib fi manᾱqib ‘Ali b. Abī Ṭᾱlib346 d’al-Jaza-
rī.347
. Al-Samhῡdī rapporte des dizaines de ḥadīth qui concernent la sacralisation de Médine348, un thè-
me abordé dans le texte de Médine.349
. Ibn Zabāla (m. 199/814) cite également plusieurs traditions visant ce sujet.350 Notons en passant
que le "livre" de cet auteur ne nous est pas parvenu. Bien qu’une compilation contemporaine de
ses textes transmis dans différents ouvrages, entre autres, celui de Samhūdī, soit réalisée, cela ne
lui attribue pas forcément, à notre sens, le statut d’un livre.351

340
Rapporté par al-Bukhᾱrī, Muslim, Abῡ Dᾱwῡd, Tirmidī et Nasᾱ’ī, cf., Ibn al-Athīr (Majd al-dīn), Jᾱmi‘ al-uṣῡl fī
aḥᾱdīth al-rasῡl, éd. Dᾱr al-bayᾱn, Le Caire, 1972, T. X, p. 253.
Notons que le khabar rapporté par Muslim et Abῡ Dᾱwῡd ne passe pas par Abῡ Juḥayfa., cf., Ibid.
341
‘Ali, Émir des croyants (amīr al-mu’minīn), premier Imām dans la doctrine chiite, cf., Corbin (Henry), op. cit., p. 66.
342
cf., Version A, paragraphe 13.
343
Ibid., paragraphe 15.
344
Ibid., paragraphe 24. cf., Ibn al-Athīr (Majd al-dīn), op. cit., p. 254.
345
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 5.
346
Al-Jazarī (Muḥammad), Asnᾱ al-Ma ᾱlib fi manᾱqib ‘Ali b. Abī Ṭᾱlib, éd. maṭba‘at al- amīriyya, La Mecque, 1906.
347
Sergeant (R. B), op .cit.
348
Al-Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 89-92. Voir, Munt (Harry), The holy city of Medina : sacred space in early Islamic
Arabia, éd. Cambridge University Press, 2014.
349
Version A, paragraphe 48.
350
Ibn Zabᾱla (Muḥammad), Akhbᾱr al-Madīna, Textes compilés par Salᾱma (Ṣalᾱḥ ‘Abd al-‘Azīz), éd. Markaz al-
buḥῡth wa al-dirᾱsᾱt, Médine, 2003, pp. 188-192.
351
Nous reviendrons sur ce point.

59
Le texte de Médine fractionné (Liste non exhaustive)
La version G
Figure 9

al-Umm de Shᾱfi‘ī
Muṣannaf ‘Abd al-Razzᾱq (m. 204/819)
(m. 211/826)

al-Awzᾱ‘ī (157/773) selon Ibn


Zanjawayh dans Kitᾱb al-amwᾱl
(251/865) et Abῡ Nu‘aym dans
Ḥilyat al-Awliyᾱ’ (m. 430/1038)

Muṣannaf Ibn Abī Ṭabaqᾱt Ibn Sa‘d


Texte Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishᾱm/
Shayba (m. (m. 230/845)
235/850) Abῡ ‘Ubayd
-Version A, B-

Tᾱrīkh al-Ṭabarī
(m. 311/923)

Wafᾱ’ al-wafᾱ de Nathr al-Dur de Furῡ‘al-kᾱfī d’al-


Samhῡdī Manṣῡr al-Ᾱbī (m. Kulaynī
(m. 911/1510) (m. 328/939)
421/1036)

60
« La mémoire la plus forte est plus faible
que l’encre la plus pâle. »352
Proverbe chinois.

352
Goody (Jack), Entre l’oralité et l’écriture, Trad de l’anglais par Paulme(Denise), éd. Presses Universitaires de
France, Paris, 1994, p. 121.

61
II. Seuils du texte de Médine

II. I. Ibn Isḥāq.


II. I. I. L’œuvre éventuelle d’Ibn Isḥāq.
II. I. II. Ibn Hishām et son rôle dans la Sīra d’Ibn Isḥāq.

II. II. L’Authenticité du texte de Médine.


II. III. La datation du texte de Médine.

62
II. Seuils du texte de Médine

63
II. I. Ibn Isḥāq.

Avant de procéder à l’étude de ce Pacte de Médine, il est intéressant de projeter quelques


lumières sur le rapporteur principal de cet Écrit. Qui était alors Ibn Isḥāq ?
Le grand biographe Bagdadien Ibn Sa‘d (m. 230/845), connu souvent sous le nom du secrétaire
d’al-Wāqidī, nous présente Ibn Isḥāq en relatant :
« Muḥammad Ibn Isḥāq Ibn Yasār, dont le grand père Yasār fut un esclave de guerre, au cours
d’une des campagnes de Khᾱlid Ibn al-Walīd à ‘Ayn al-Tamr, puis envoyé à Médine à l’époque du
calife Abū Bakr. »353
D’après, entre autres, Ibn Abī Khaythama et al-Khaṭīb al-Baghdādī, ces esclaves ont été les
premiers esclaves d’Iraq envoyés à la capitale du califat.354
Ibn Sa‘d évoque également, mais très brièvement, les deux oncles de l’historiographe Ibn Isḥāq,
qui sont Mῡsᾱ et ‘Abd al-Raḥmān fils de Yasār. Tous les trois, le père et ces deux frères étaient
des rapporteurs de traditions.355Parmi ces captifs figure également Sirīn le père de Muḥammad b.
Sirīn (m.110/728).356 Sirīn qui est d’origine géorgienne, rajoute Ibn al-Jawzī, et dont le métier est
la fabrication des chaudrons de cuivre357s’est installé à ‘Ayn al-Tamr pour travailler avant la con-
quête de cette dernière.358Notons que le Muḥammad en question, qui était mawlā du compagnon
et serviteur du Prophète Anas Ibn Mālik, né vers 33/653, appartient sans doute à la même généra-
tion médinoise qu’ Isḥāq le père de notre biographe.359
Yasār a été affranchi après avoir embrassé l’Islam. Il est resté toutefois un mawlā, autrement
dit un client à son ancien maître Qays Ibn Maẖrama Ibn al-Muṭṭalib Ibn ‘Abd Manāf, comme le

353
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, pp. 427. 552. Voir également, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical
ḥadīth, op. cit., pp. 419 sqq.
354
Ibn Abī Khaythama (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 324. Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 9.
355
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 427.
356
Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), al-Muntaẓam fī tārīkh al-mulūk wa l-umam, éd. Dār al-kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth,
1995, T. VII, p. 138
357
Voir, Rāġib (Yūsuf), « Esclaves et affranchis trahis par leur nom dans las arts de l’islam médiéval » dans Les non-dits
du nom, onomastique et documents en terres d’Islam, mélanges offerts à Jacqueline Sublet, sous la dir de : Müller
(Christian) & Roiland-Rouabah (Muriel), éd. Presses de l’ifpo, Beyrouth, 2013, pp. 247 sqq.
358
Ibid. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. IX, p. 192.
359
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. IX, p. 192. Ibn Khayyāṭ (Khalīfa), Tārīkh Khalīfa Ibn Khayyā , ed. Dār Ṭība, Riyad,
1985, p. 340. Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), Ibid., T. VII, p. 139. Notons en passant que, Muḥammad Ibn Sirīn a
racheté sa liberté de son maître Anas Ibn Mālik à quarante mille dirhams. Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), Ibid., T.
VII, p. 139. Un phénomène appelé dans la jurisprudence musulmane al-mukātaba. Un terme traduit par J. Berque
par « écrit d’affranchissement », et par Régis Blachère « affranchissement par convention écrite ». cf., Berque
(Jacques), op. cit., p. 375. Blachère (Régis), op. cit., p. 379. Q XXIV, XXXIII.

64
mentionne Ibn Sa‘d dans deux endroits de son ouvrage, qui concernent le père Isḥaq360et le fils
Muḥammad, notre biographe.361
Notons en passant que la polysémie du terme mawlā signifie : les individus appartenant à des tri-
bus arabes mais faibles et qui ont choisi le walā’ ou le ḥilf pour assurer une plus grande sécurité ;
les anciens esclaves affranchis avant l’islam et qui ont oublié ou presque leur origine étrangère et
enfin les nouveaux mawālī fruits des conquêtes tel le grand père d’Ibn Isḥāq. Or, cette polysémie
brouille visiblement la distinction capitale entre les deux premiers types et le dernier.362
Cette différence essentielle, selon Charles Pellat, explique certains comportements du littéraire
al-Jᾱḥiẓ, lui-même mawlā, mais depuis une époque antérieure à l’islam.363
Pellat remarque au sujet de ces mawālī obtenus grâce aux vastes conquêtes : « [Ils sont] moins
sincèrement ralliés à l’islam et plus rarement encore arabisés sans arrière-pensée.» 364
À ce propos, l’historien A. J. Toynbee signale qu’un enfant, contrairement à l’adulte, peut se con-
vertir à une nouvelle religion s’il est élevé dans cette religion depuis son plus jeune âge et qu’il ne
connaissait aucune autre religion ; il donne un exemple des enfants chrétiens élevés et recrutés
par le gouvernement ottoman.365

À l’égard de la ville natale du grand père Yasār, le géographe Yᾱqūt al-Hamawī note :
« ‘Ayn al-Tamr est une commune proche d’al Anbār, à l’ouest d’al-kūfa ; à sa proximité un endroit
s’appelle Shafāthā [‫]شفاثا‬, reconnue par sa grande production de dattes.»366 Il ajoute :
« Cette petite ville est très ancienne, elle a été conquise par Khᾱlid Ibn al-Walīd en 12/633 de
notre ère, sous le califat d’Abū Bakr. Prise par la force, les hommes furent tués, et les femmes
emmenées en captivité.»367
La métonymie employée dans le toponyme ‘Ayn al-Tamr, est suffisamment claire pour
comprendre que cette ville produit énormément de dattes. Nous pouvons facilement imaginer
cette grande oasis pleine de dattiers en Iraq, non loin des frontières syriennes. Or, ‘Ayn est un mot
polysémique
aussi, qui veut dire source d’eau368, et aussi abondance.369 L’eau et la datte, les deux éléments
vitaux pour le bédouin qui n’interrompt sa vie de nomade, au moins pour une durée limitée,

360
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid.
361
Ibid., p. 552. Voir, Motzki (Harald), « The role of non- Arab converts in the development of early islamic law » in
o
Islamic Law and Society, Vol 6, N 3, éd. Brill, Leiden, 1999, p. 309.
362
Pellat (Charles), Le milieu Baṣrien et la formation de Jᾱḥiẓ, éd. Librairie d’Amérique et d’Orient, Adrien Maisonn
euve, Paris, 1953, p. 34. cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., p. 408 sq.
363
Pellat (Charles), Ibid. Y. al-Ḥamawī signale qu’al-Jāḥiẓ était mawlā de ‘Amr Ibn Qala‘ al-Kinānī, et que son grand-
père, qui s’appelait Fizāra, était noir. cf., al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-udabā’-Irshād al-arīb ilā ma‘rifat al-adīb,
éd. Dār al-garb al-islāmī, Beyrouth, 1993, T. V, p. 2101.
364
Pellat (Charles), Ibid. cf., aussi Broeckelmann (Karl), Tārīkh al-shu‘ūb al-islāmiyya, trad. par Fāris Nabīh Amīn &
Munīr al-Ba‘labakī, éd. Dār al-‘ilm li al-malayīn, Beyrouth, 1968, pp. 183 sqq.
365
Toynbee (Joseph Arnold), Le changement et la tradition -Le défi de notre temps -, Trad. de l’anglais par Louis-Jean
Calvet, éd. Payot, Paris, 1969, p. 206.
366
Ibn ‘Abd Allᾱh (Yᾱqūt) al-Rūmī al-Ḥamawī, Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. IV, p. 176.
367
Ibid.
368
Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XIII, p. 303.

65
qu’autour d’une source d’eau. Ainsi, avec ce troisième sens, qui demeure pourtant bien caché,
l’énoncé ‘Ayn al-Tamr connote une intention de sédentarisation, d’un dessein d’implantation dans
ces lieux. Ibn Manẓūr annonce implicitement cette autre signification de ‘Ayn en annonçant un de
ses dérivés qui est ma‘ān [‫ ] َم َعان‬:
‫ الكوفة معان أي ن ن‬: ‫ يقال‬،‫المبل‬
".‫مبل‬ ‫ ن ن‬: ‫" و المعان‬
« Al-kūfa ma‘ān, c’est-à-dire demeure. »370
En outre, l’annexion entre les deux termes : ‘Ayn et al-Tamr, attribue au mot ‘Ayn une détermina-
tion et une définition qui peut aller jusqu'à dégager un sens d’exclusivité, qui renforce l’idée de se
fixer dans les lieux.
Vraisemblablement, le père d’Ibn Isḥāq et ses deux oncles sont nés à Médine, dans cette
atmosphère qui règne dans la capitale musulmane ; d’un côté des hommes et des femmes libres,
et de l’autre côté des esclaves des deux genres et de tous les âges, issus de milieu social divers.
Dire, que Yasār le grand père, fait esclave en Iraq, forcé de vivre loin de ses siens dont il ne
connait rien au sort, vit aussi normalement que les autochtones, est, à notre sens, fallacieux.
Quel âge Yasār a-t-il le jour du déchirement au sens large du terme ? Sans doute, un enfant en bas
âge qui ne peut donc vivre sans séquelles, d’autant plus que pour survivre, il est contraint de
porter le titre dégradant de Mawlā.
Comme nous héritons les traits physiologiques de nos parents, nous en héritons aussi quelques-
uns des caractères psychologiques. Théodule Ribot371affirme :
« …la transmission des anomalies psychologiques de toute sorte, soit des passions et des crimes
dont nous avons parlé, soit de la folie dont nous allons parler, est si fréquente, que les esprits les
plus inattentifs en ont été frappés, et que l’hérédité psychologique morbide est admise par
ceux-là mêmes qui ne soupçonnent pas qu’elle n’est qu’un aspect d’une loi beaucoup plus
générale. »372
La transmission de l’héritage sur le plan émotionnel inconscient des êtres humains, confirme F.
Dolto, est comparable, pour son importance capitale, à la découverte sur le plan pathogène de la
transmission génétique de certaines maladies.373
T. Ribot remarque que l’enfant, au lieu de ressembler, physiquement ou psychiquement, à ses
parents immédiats, peut bien ressembler à l’un de ses grands-parents, ou à quelque ancêtre
encore plus reculé.374 L’expérience de générations infinies en nombre sommeille en lui, souligne-t-
il.375
Notre biographe Ibn Isḥāq a certainement hérité de quelques traits de caractères de son grand
père Yasār. Serait-il la raison profonde qui le pousse à quitter Médine très tôt, comme le

369
Ibid., p. 304.
370
Ibid., p. 307.
371
Nicolas (Serge), Théodule Ribot : Philosophe breton, fondateur de la psychologie française, éd. L'Harmattan, Paris,
2005, p. 52.
372
Ribot (Théodule), L’hérédité psychologique, éd. Librairie Germer Baillière & Cie, Paris, 1882, p. 138.
373
Dolto (Françoise), La cause des enfants, éd. Robert Laffont, Paris, 1985, p. 374.
374
Ribot (Théodule), op. cit., p. 192.
375
Ibid., p. 272.

66
mentionne Ibn Sa‘d,376afin de rejoindre la terre natale de ses ancêtres, l’Iraq, où il décède en
151/768.377 Il sera inhumé au cimetière al-Khayzurān378à Bagdad.379
Deux grands personnages, évoqués dans ce chapitre, illustrent bien cette idée énoncée, à savoir
al-Ḥasan al-Baṣrī (m. 110/728)380et Ibn Sirīn (m. 110/728).381Tous les deux sont nés à Médine d’un
père esclave d’origine Iraquienne.382Bien que la capitale politique à leur époque soit Damas, ils se
sont installés à Bassora où ils décèdent.383
Nous tenterons de tirer parti de toute donnée utile puisque les informations dont nous disposons
et qui concernent l’état d’esprit de ces personnages sont rarissimes, voire introuvables.
Nous estimons que la prosopographie‫ علم الـرجـال‬, ainsi les experts du ḥadīth ont appelé cett bran-
che de la science du ḥadīth, est un champ très fertile, toutefois, peu exploitable, voire négligé par
les historiens.384 J. Sublet retrace les avantages que nous pourrions tirer d’une telle approche :
«Recenser les identités de ceux qui avaient habité cet espace depuis les origines de l’islam reven-
ait à recenser l’étendue du dār al-islām, dans la mesure où les éléments mêmes des noms propres
contenaient la référence aux différents lieux de cet espace, aux courants de pensées qui les avai-
ent traversés ou qui y prenaient de l’ampleur. »385
Cette littérature biographique, qui connaît un grand essor dés le IIIe/IXe, s’est développée ample-
ment à partir du VIe/XIIe. 386

376
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 552.
377
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., p. 553 où il note : « Son fils (le fils d’Ibn Isḥāq) m’a informé qu’il est décédé à Baghdād
en 150/767. D’autres savant ont avancé qu’il est mort en 151/768. » Par ailleurs, Ibn khayyāṭ (m. 240/854) note
son décès en 152/769. cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p. 426.
Nous ne trouvons point surprenant qu’Ibn Jarīr al-Ṭabarī, lui qui est considéré comme le maître des historiographes
musulmans, ne fait aucune allusion au décès d’Ibn Ishāq, quand on sait que ses annales étaient destinées aux
événements liés aux hommes politiques. Il ne néglige pas, toutefois, de signaler la mort d’un certain Ja‘far Ibn Abū
Ja‘far al-Manṣῡr, le fils du calife, décédé en 150/767. cf., Ibn Jarīr al- Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 32.
Quant à Ibn khayyāṭ, il ne néglige pas totalement les décès des notoriétés culturelles tels que les jurisconsultes
Abū Ḥanīfa (m. 150/767), Mālik (m. 179/795) et même le grand mu‘tazilite ‘Amr Ibn ‘Ubayd (m. 144/761). cf., Ibid.,
pp. 425. 451. 421 respectivement. Ibn al- Athīr aussi ne manque pas de citer les grandes autorités « scientifiques ».
cf., Ibn al- Athīr (‘Ali), al- Kāmil fi al- Tārīkh, éd. Bayt al-afkār al-dawliyya, Amman, 2005, p. 828.
378
Al-Khayzurān Bint ‘Aṭā’, l’épouse du calife Abbaside al-Mahdi, est la mère de Harūn al-Rashīd. cf., Ibn Jarīr al-Ṭabarī
(Muḥammad), Ibid., T. VIII, p. 238.
379
Quand le traducteur de Djaït écrit, au nom de ce dernier, qu’Ibn Isḥāq est décédé à Médine, nous considérons cela
comme un lapsus calami. cf., Djaït (Hichem), La vie de Muhammad II - La prédication prophétique à la Mecque-,
Trad. de l’arabe par Hisham Abd al-Ṣamad, éd. Fayard, Paris, 2008, T. II, p. 41. Cela dit, H. Djaït écrit dans son livre
original : « Quant à Ibn Isḥāq, il est de Médine, on dit qu’il est décédé autour de 151 AH. » cf., fi al-Sīra al-
anabawiyya - Tārīkhiyyat-al-da‘wa al- Muḥammadiyya fi Makka -, éd. dār al-Ṭalī‘a, Beyrouth, 2007, T. II, p. 27.
380
Au sujet de cette autorité voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., p. 176 sq.
381
Ibid., pp. 426 sqq.
382
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. IX, p. 157 et 192 respectivement.
383
Al-mizzi (Yūsuf), op. cit., T. VI, p. 126 et T. XXV, p. 354 respectivement. Voir, Motzki (Harald), « The role of non-
Arab converts in the development of early islamic law », op. cit., pp. 305 sqq.
384
Sublet (Jacqueline), « Le nom dans la famille » dans La famille en islam d’après les sources arabes, éd. Les Indes
savantes, Paris, 2013, pp. 81. 127.
385
Ibid., p. 127.

67
Le nom propre Yasār, que le grand père de Muḥammad Ibn Isḥāq porte, connote beaucoup de
sens. Nous découvrons, du reste, que le père de Ḥasan al-Baṣrī (m.110/728) porte également le
même nom, à savoir Yasār.387 Ce dernier a été captivé dans la province de Meysān,388 conduit à
Médine où il devient le mawla de la tante d’Anas Ibn Mālik.389 Son fils Ḥasan al-Baṣrī est né à
Médine vers 21/641.390 Par ailleurs, nous constatons que Ḥasan al-Baṣrī est présenté souvent par
les biographes de cette manière : Ḥasan Ibn Abī al-Ḥasan,391tel un secret inavouable ou indicible
en l’enterrant comme dans un ‘‘caveau secret’’ ou dans une ‘‘crypte’’ pour emprunter l’expression
de A. A. Schützenberger.392 Le surnom de son père ajoutant usuellement le toponyme al-Baṣrī sont
le voile jeté totalement sur une histoire.393
D’emblée, notons que le vocable yasār signifie littéralement gauche ; mot qui a un sens péjoratif
dans beaucoup de langues, en l’occurrence la langue arabe.394
Rappelons en passant que le terme gauche en français signifie, entre autres, dépourvu de grâce,
maladroit, déformé...395 La langue française est droitière, note R. Barthes en analysant l’œuvre du
peintre et sculpteur Américain Cy Twombly, ce qui marche en vacillant, ce qui fait des détours, ce
qui est maladroit, embarrassé, elle le nomme gauche.396
Il se trouve que le mot yasār appartient vraisemblablement à ce genre linguistique appelé
l’énantiosémie397 « al-‘aḍdād ».398Le probléme est que l’énantiosémie avance masquée, selon
l’expression de Freud à propos de l’inconscient.399
386
Ibid., p. 84.
387
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. IX, p. 157. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. VI, p. 96.
388
A la place de Meysān ‫ َمـيْسان‬nous trouvons chez Ibn al-Jawzī Baysān ‫بَـيْـسان‬. cf., Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), op.
cit., T. VII, p. 136. Elle se trouve au nord-est de Bassora. cf., al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. V, p.
242.
389
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit.
390
Ibn Khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p. 340. Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. VII, pp. 136 sqq.
391
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. IX, p. 157. Ibn Khayyāṭ (Khalīfa), Ibid., p. 340. Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), Ibid.,
p. 136. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. VI, p. 95.
392
Schützenberger (Anne Ancelin), Aïe, mes aïeux !, éd. Desclée de Brouwer& La Méridienne, Paris, 1993, p. 61.
Canault (Nina), Comment paye-t-on les fautes de ses ancêtres, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 1998, p. 9.
393
Voir, Rāġib (Yūsuf), op. cit., pp. 247 sqq.
394
Al-Azharī (Muḥammad), Tahḏīb al-lugha, éd. Dār al-ta’līf wa al-tarjama, Le Caire, 1964, T. XIII, p. 58. Ibn Manẓūr
(Muḥammad), op. cit., T. V, p. 297.
395
Dictionnaires Le Robert, éd. Sejer, Paris, 2011, p. 805. cf., Larousse Dictionnaire Étymologique et Historique du
Français, éd. Larousse, Paris, 2011, p. 431.
396
Barthes (Roland), L’obvie et l’obtus -Éssais de critiques III-, éd. du Seuil, Paris, 1982, p. 150.
397
Vocable employé d’abord par Roland Barthes (m. 1980) qui le définit comme « un signifiant contradictoire.» dans
« L’esprit de la lettre » en 1970, repris dans L’obvie et l’obtus . cf., Barthes (Roland), Ibid., p. 95. cf., Larue-Tondeur
(Josette). Ambivalence et énantiosémie -Des tendances et désirs de la psyché au langage et à la poésie-, éd. Lam-
bert-Lucas, Limoges, 2011, pp. 12 sqq.
Ce néologisme est repris, entre autres, par Nancy Huston à l’égard du terme latin imprecatio qui signifiait, aussi
ère
bien la prière que la malédiction. cf., Huston (Nancy), Dire et interdire, éd. Payot & Rivages, Paris, [1 éd. 1980]
2002, p. 32.
398
Le père Belot ( J. B) traduit ce terme par : signification opposée, cf., al- Farāi’d al-d’urriyya, Vocabulaire Arabe-
Français, éd. Imprimerie Catholique, Beyrouth, 1899, p. 431. J. Sublet préfère le rendre par « double ». cf.,
Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, éd. Presses Universitaires de France, Paris,

68
Yasār signifie manifestement richesse et facilité,400 toutefois il révèle le sens du shimāl, contraire à
la droite401, dégageant éventuellement un sens de porte-malheur.402

Il est probable que l’origine du mot yasār vient de yasara qui signifie le marquage au fer au niveau
des cuisses comme la pratique qui consiste à marquer un animal.403 De ce fait, cet esclave bien
qu’il facilite la vie à son propriétaire en effectuant les besognes les plus dures tout en ne coûtant
presque rien à son maître ; il n’appartient pas aux tribus arabes et quand il s’exprime, il garde َ
ُ
toujours ces lacunes appelées chez les Arabes ‘ujma ‫عج َمة‬,404il ne peut être que A‘jamī ‫أع َجم‬,405
َ
c’est-à-dire étranger, similaire à une bête muette, appelée elle aussi ‘ajmā’ ‫عج َماء‬.406
G. Martinez-Gros évoque ce terme, certes dans le contexte andalou, mais il n’hésite pas d’affirmer
qu’en Orient le terme s’applique en particulier aux Persans407, non loin il signale : « Dans le très
orthodoxe milieu du Palais, ‘ajamī devait sonner comme une insulte.»408
Les arabes pratiquaient l’onomatomancie, le nom peut avoir donc une influence sur celui qui le
porte et, bien entendu, sur son entourage.409 Une vieille conception qui revient probablement aux
anciens Mésopotamiens.410 Le nom n’était rien d’autre que la traduction du destin, écrit
l’assyriologue J. Bottéro.411 Le nom Yasār vraisemblablement reflète cet état d’esprit qui veut à la
fois tirer profit de cet esclave et au même temps conjurer le mauvais sort en s’exprimant par
antiphrase.412 Une manœuvre attestéé chez les Arabes tels le nom Murra qui dégage un sens

1991, p. 183 sq. En ce qui concerne ce phénomène linguistique, Voir, Cohen (David), « Aḍḍād et ambiguité lingui-
stique en arabe » dans Arabica, VIII, éd. Brill, Leiden 1961, pp. 1-29.
399
Larue-Tondeur (Josette), op. cit., p. 7.
400
Ibid., T. V. p. 296. Voir, Benkheira (Mohammed Hocine), « Onomastique et religion à propos d’une réforme du nom
propre au cours des premiers siècles de l’islam » dans Les non-dits du nom, onomastique et documents en terres
d’Islam, mélanges offerts à Jacqueline Sublet, op. cit., pp. 319 sqq.
401
« J'ai constamment l'Éternel sous mes yeux ; Quand il est à ma droite, je ne chancelle pas. », «Tu me feras connaître
le sentier de la vie; Il y a d'abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite. », Psaumes 16/8 et
16/11., cf., Soler (Jean), L’invention du monothéisme, éd. de Fallois, Paris, 2002, pp. 73 sqq. Voir, Ibn Manẓūr (Mu-
ḥammad), op. cit., T. V, p. 297.
402
Ibn Manẓūr (Muḥammad), Ibid., T. XI, p. 365
403
Al-Azharī (Muḥammad), op. cit., T. XIII, p. 60 où il rapporte : al-yasara wasmun fī al-fakhiḏayn.
Il n’est pas sans intérêt de souligner que le nom Yasār existait déjà dans la période préislamique, à en croire
Ṭabarī. Lors de sa citation des noms éventuels de l’homme probable qui enseignait Muḥammad : « Certes, nous
savons que (les Infidèles) disent : « Cet homme a seulement pour maître un mortel !... », Blachère (Régis), op. cit.,
p. 302. Q XVI, CIII. Les noms mentionnés dans l’exégèse de Ṭabarī de cet esclave byzantin sont : Bel‘ām, Ya‘īsh,
Jabr, Selmān al-Fārisī et Yasār.‫ سلمان الفارش و يسار‬،‫جب‬ َ
‫ ر‬،‫ يعيش‬،‫ بلعام‬. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. XIV, pp.
365 sqq.
404
Ibn Manẓūr (Muḥammad), Ibid., T. XII, p. 386.
405
Ibid.
406
Ibid., p. 389.
407
Martinez-Gros (Gabriel), L’idéologie Omeyyade, op. cit., p. 38.
408
Ibid., p. 38.
409
Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., pp. 54. 94. 178 sqq.
410
Bottéro (Jean), La plus vieille religion en Mésopotamie, éd. Gallimard, Paris, 1998, p. 190.
411
Bottéro (Jean), Mésopotamie -L’écriture, la raison et les dieux-, éd. Gallimard, Paris, 1987, p. 187.
412
Voir, Sublet (Jacqueline), dans Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., p. 181 ; également dans
« Le nom dans la famille » dans La famille en islam d’après les sources arabes, op. cit., p. 101 où elle donne
l’exemple du nom propre Yamūt « il mourra » cf., Benkheira (Mohammed Hocine), op. cit., pp. 319 sqq.

69
d’amertume413et Salīm qui désigne celui qui est souvent piqué par un reptile. Ibn al-Athīr, l’érudit
de la période mamlouke, nous renseigne que la mort elle-même est appelée, entre autres, Abū
Yaḥya, celui qui vivra.414En excipant de ces noms de façon antinomique, l’Arabe sollicite, sans
aucun doute, l’accomplissement de l’opposé de leurs sens apparents.415
Yasār qui est visiblement un nom de bon augure, un nom faste,416mais le ism au sens évidemment
propice peuvent avoir la réputation de porter malchance, il peut aussi être ressenti comme un défi
au sort s’il a une connotation trop insolemment favorable.417 Pour cette raison, peut-être, ce nom
a été choisi car il dégage en même temps deux significations différentes : une positive et l’autre,
plus ou moins, négative, comme nous l’avons mentionné ci-dessus.
Il nous reste à signaler que l’usage du nom Yasār, entre autres, a été prohibé selon une tradition
attribuée au Prophète. Samora rapporte : « Le Prophète nous a interdit de nommer nos esclaves :
Afleḥ, Nāfi‘, Rabāḥ et Yasār. » 418
Ce ḥadīth en question a été, peut-être, inventé postérieurement afin de prévoir probablement une
organisation anthroponymique équilibrée dans un temps et un lieu bien précis pour, entre autres,
éviter que le marché de l’esclavage devienne conflictuel. 419

Restons avec ces noms propres. Yasār nomme son fils, né à Médine, Isḥāq, probablement, sous le
règne du calife "bien guidé" ‘Uthmān Ibn ‘Affān, assassiné en 35/656.420
Le nom Isḥāq est moins répandu chez les Médinois à cette époque, c’est-à-dire entre les années
30 et 35/ 651 et 656. Cette rareté est-elle due à la prohibition, hypothétiquement attribuée au
calife ‘Umar I, de porter le nom des prophètes ? 421
Nous avons parcouru les quatre tomes concernant la biographie des compagnons du Prophète de
l’Andalou Yῡsuf Ibn ‘Abd al-Barr dans lesquels il cite trois mille deux cents vingt-trois (3223)
compagnons. Aucun d’eux ne porte le nom d’Isḥāq.422

413
Al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), op. cit., T. XI, p. 41. cf., Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre
arabe-, op. cit., p. 48.
414
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), al-Muraṣṣa‘ fi -l-abā’ wa-l-ummahāt wa-l-banīn wa -l-banāt wa-l-aḏwā’ wa-l-ḏawāt, éd.
Dār al-jīl, Beyrouth, 1991, p. 287.
415
Ibn Fāris (Aḥmad), Mu‘jam maqāyīs al-lugha, éd. Dār iḥyā’ al-turāth al-‘arabī, Beyrouth, 2001, p. 465. Ibn Manẓūr
(Muḥammad), op. cit., T. XII, p. 292.
416
Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., p. 180.
417
Ibid., p. 181.
418
Pour cette tradition en question, voir, Ibn Abī Shayba (‘Abd-Allᾱh), T. VIII, p. 477. Ibn Ḥanbal (Aḥmad), al-Musnad,
Annoté par Muḥammad ‘Abd al-Kādir ‘Aṭā, éd. Dār al-kutub al- ‘ilmiyya, Beyrouth, 2008, T. VIII, p. 189. Al-Nawawī
(Yaḥya), Sharḥ al-Nawawī ‘alā Muslim, éd. Bayt al-afkār al-dawliyya, Amman, 2000, p. 1344.
419
Le rapporteur de cette tradition, le compagnon Samora Ibn Jundab (m. 58/677), était un pro-omeyyade. Ce résident
de Bassora était même gouverneur de cette dernière durant le règne du premier calife omeyyade Mu‘āwiya Ibn Abī
Sufyān (60/679), pendant un an ou presque, précise Ibn ‘Abd al-Bar. cf., Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-Isti‘āb fi Ma‘rifat
al-aṣḥāb, éd. Dār al-a‘lām, Amman, 2002, p. 300 sq.
Cette tradition aurait émergé en Iraq où le marché de l’esclavage est devenu véritablement capital.
420
Pour la traduction de l’expression : al-khalīfa al-rāshid, nous avons suivi la traduction courante, faute de mieux.
421
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Fatḥ al-bārī bi sharḥ ṣaḥīḥ al-Bukhārī, éd, Bayt al-afkār al-dawliya, Beyrouth, 2006, p. 2703.
Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., p. 27.
422
Ibn ‘Abd al-Barr (Yūsuf) Le Cordouan, al-Isti‘āb fi Ma‘rifat al-aṣḥāb, éd. Dār al-jīl, Beyrouth, 1992, T. I, pp. 78-132.

70
Et si nous élargissons notre investigation au-delà de la génération des compagnons en consultant
l’ouvrage d’Ibn Ḥajar Tahḏīb al-Tahḏīb, une biographie de milliers d’hommes, rapporteurs de la
tradition prophétique, nous percevons quatre-vingt-quatorze personnes (94) dont le nom est
Isḥāq423. Cela confirme, du reste, ce que nous venons de signaler ci-dessus, que le nom Isḥāq
apparaît seulement pendant la génération des successeurs al-tābi‘ūn qui auraient fréquenté les
compagnons du Prophète.
Ibn Ḥajar nomme un certain Isḥāq Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn al-Hārith qui rapporte des traditions d’Abū
Hurayra (59/678),424Ibn ‘Abbās (m. 68/687)425 et Șafiyya l’épouse du Prophète.426 Il cite également
un autre Isḥāq Ibn ‘Abd Allᾱh qui rapporte lui aussi des traditions d’Abū Hurayra et de Sa‘d Ibn Abī
Waqqāṣ.427 Vraisemblablement, ils avaient à peu prés le même âge qu’Isḥāq Ibn Yasār le père de
l’historiographe, puisqu’il transmet lui aussi des traditions d’al-Ḥasan et de ‘Urwa.428
La majorité absolue des quatre-vingt-quatorze personnes citées par Ibn Ḥajar dont le nom est
Isḥāq,429et dont il a indiqué la date de décès comme il est accoutumé chez les historiens anciens,
sont décédés après 131/748. Deux personnes décèdent en cette année du 131/748 : La première
personne a été assassinée,430et la deuxième succombe à la peste.431
Le plus jeune, par rapport aux dates de décès, est tué pendant la bataille d’al-Ḥarra en 63/682.432
Nous certifions donc l’hypothèse évoquée ci-dessus que le nom Isḥāq n’est pas d’origine
médinoise, et qu’il n’a commencé à exister à peine, qu’à partir de la seconde période du calife
‘Uthmān Ibn ‘Affān entre 30 et 35/ 651 et 656.
Yasār en appelant son fils Isḥāq, révèle, peut-être, son mécontentement. C’est sa façon de
protester contre cette vie qui lui a été imposée.
Attribuer un prénom à un nouveau-né n’est pas forcément innocent ; les parents ne nomment
jamais par hasard leur progéniture.433Il peut être, comme c’est le cas avec notre personnage, le
dernier cri silencieux exprimant une colère et une irritation muettes. Le nouveau nom peut même
dissimuler des visées sociales et politiques.434 A. A. Schützenberger souligne : « …En énonçant son
prénom et son nom, on se situe comme étant « d’ici » ou d’ailleurs, faisant partie du même
groupe et du « même monde » ou comme un étranger, voire comme ennemi potentiel ou
descendant d’un ennemi… »435

423
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Tahḏīb al-Tahḏīb, op. cit., T. I, p. 213-259.
424
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 257.
425
Ibid., T. VI, p. 345.
426
Ibn Ḥajar (Aḥmad), op. cit., p. 239.
427
Ibid., p. 258. Les plus vieux compagnons, cités dans ce paragraphe, sont Șafiyya et Sa‘d Ibn Abī Waqqāṣ, qui
décèdent respectivement en 52/ 671 et 55/674. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. X, p. 125 et T. III, p. 137.
428
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Ibid., p. 257.
429
Ibid., p. 213-259.
430
Ibid., p. 256.
431
Ibid., p.236.
432
Ibid., p. 248.
433
Benkheira (Mohammed Hocine), op. cit., pp. 319 sqq.
434
Goody (Jack), Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Traduction de Maniez (Claire), éd. La Dispute, Paris, 2007, p. 130.
435
Schützenberger (Anne Ancelin), op. cit., p. 95.

71
Le nom Isḥāq est chargé de sens, dévoile-il les luttes fratricides opposant les descendants d’Ismaël
aux descendants d’Isaac.436
De plus, ses fils signalés par Ibn Sa‘d, outre Isḥāq qui est probablement l’aîné : Mῡsᾱ et ‘Abd al-
Raḥmān437, ne porte nullement le nom d’une personnalité médinoise notoire.
En revanche, le fils n’a pas suivi les pas de son père. Il a appelé ses fils, Muḥammad, notre biogra-
phe, ‘Umar, et Abū Bakr selon l’ordre cité par Ibn Sa‘d.438
Serait-il le signe d’une intégration totale dans la societé de Médine ou plutôt une façon de se
conformer à la réalité écrasante. Or, le nom ne désigne pas seulement le nommé mais aussi il le
voile.439Quoi qu’il en soit, la déchirure traversée ne peuvent être, semble-t-il, complètement
effacée.440
Isḥāq reste pour longtemps un fils de mawlᾱ aux yeux des Médinois ; et apparemment son fils,
l’historiographe, se sent étranger et inférieur socialement.
Ibn Sa‘d narre dans sa grande biographie une anecdote qui suscite notre attention :
« Ibn Isḥāq rapporte des traditions de Fᾱṭima Bint al-Munḏir Ibn al-Zubayr, épouse de Hishām Ibn
‘Urwa. Quand ce dernier est averti, il s’exclame : « est-il rentré chez elle ?...»441
Hishām fils de ‘Urwa certifie qu’Ibn Isḥāq n’est guère authentique comme témoin et rapporteur de
tradition.442 Il souffle cette confidence :
« soit il n’a jamais eu de contact direct avec ma femme, or c’est la condition primordiale d’un
rapporteur de tradition, ce qui signifie clairement qu’il ment tandis qu’il narre en se référant à
elle ; soit il s’est retrouvé chez moi avec elle sans que je sache, autant dire qu’il a commis l’acte
blâmable, cela dit, il ne peut rester crédible.»443

On entrevoit l’atmosphère à Médine à cette époque. Ibn Sa‘d nous informe juste après cette
historiette qu’Ibn Isḥāq quitte Médine, comme on l’a déjà signalé ci-dessus ; et que personne n’a
rapporté ses traditions hormis un certain Ibrahīm Ibn Sa‘d. Néanmoins, l’auteur du Kitᾱb al-
Ṭabaqāt al-Kabīr insinue que la raison, derrière le fait que les Médinois n’aient pas rapporté ses
traditions, est liée à son départ précoce de leur ville, en employant la lettre (fa) de causalité entre
ces deux actions. Il note : «.‫ فـلم يرو عنه أحد منهم غب إبراهيم بن سعد‬،‫ » و خرج من المدينة قديما‬444
« Et il a quitté Médine très tôt ainsi nul Médinois n’a rapporté de lui à l’exception d’Ibrāhīm Ibn
Sa‘d. »
Mais qui est cet Ibrahīm Ibn Sa‘d, l’unique médinois qui authentifie Ibn Isḥāq ?

436
M. H. Benkheira pense, idée que nous ne partagions pas, que les noms issus de la tradition biblique n’ont de signi-
fication que comme noms prophétiques. cf., Benkheira (Mohammed Hocine), op. cit.
437
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 427.
438
Ibid., pp. 552-553.
439
Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., p. 187.
440
Schützenberger (Anne Ancelin) & Devroede (Ghislain), Ces enfants malades de leurs parents, éd. Payot&Rivages,
Paris, 2003, p. 203.
441
Ibn S‘ad (Muḥammad), op. cit., p. 552.
442
À propos de Hishām b. ‘Urwa, voir Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 184 sqq.
443
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, pp. 17 sqq.
444
Ibn S‘ad (Muḥammad), op. cit.,

72
Ibn Sa‘d nous informe que sa mère est une esclave.445 Par ailleurs, Ibn Ḥajar nous apporte un
éclaircissement sur ce personnage qui a suscité beaucoup de polémiques entre les spécialistes de
la tradition prophétique. Ibn Ḥajar ne néglige pas de mentionner que cet Ibrāhīm en question
tolère sans réserve le chant avec le luth « al-‘ūd ».446Acte impardonnable dans cette cité
conservatrice, aussi bien que chez les experts du ḥadīth.
Vraisemblablement, la crédibilité d’Ibn Isḥāq était très controversée entre les savants orthodoxes.
Ibn Sa‘d consigne :
«…Il [Ibn Isḥāq] relate beaucoup de traditions ; des savants l’ont authentifié d’autres non. »447.
La science de la tradition prophétique, si on peut la considérer ainsi, a été fondée sur la critique
des hommes, rapporteurs des ḥadīth. Une critique désaccordée car elle se base, la plupart du
temps, sur des considérations subjectives, comme nous allons le constater ci-dessous. D’ailleurs,
être jugé par ses pairs comporte beaucoup de réserves, même dans cette sphère.448
Yaḥya Ibn Ma‘īn, un expert dans ce domaine, rapporte de ses maîtres, dont ‘Ali Ibn al-Madīnī, qu’
al-A‘shā449(m.148/765), un grand expert en la matière, considère Ibn Isḥāq comme non fiable.450
Cependant, il confirme dans la page précédente que d’autres experts de la tradition l’ont
authentifié, tels Sufyān Ibn ‘Uyayna (m. 198/813) 451et Yaḥya Ibn Ma‘īn lui-même.452
Ibn Ma‘īn conclut toutefois que les opposants à notre biographe lui reproche d’avoir des
tendances qadarites, autrement dit mu‘tazilites.453
Mālik, le fondateur de l’école malikite, une des quatre écoles juridiques de droit musulman sunni-
te,454discrédite Ibn Isḥāq sans réticence.455Observons les raisons sous-jacentes de son témoignage
en ce qui concerne notre biographe.
Ibn Ḥagar, le juriste chafiite et spécialiste de la tradition, mentionne :
«al-Imām Mālik dit : Il [Ibn Isḥāq] fut un imposteur parmi les imposteurs. »456 Poursuivant un peu
plus loin : « Aḥmad Ibn Ḥanbal affirme qu’il [Ibn Isḥāq] était un fraudeur [mudalḻis], il rapporte la
tradition d’une personne en prétendant implicitement, qu’il a entendu directement ses paroles,
alors qu’il l’a appris à travers un autre transmetteur. »457
Al-Ḏahabī relate les faits suivants : « Lorsque quelqu’un demanda à Mālik une référence sur la
biographie prophétique, il répondit : « Vous avez la biographie de l’homme pieux Mῡsᾱ Ibn ‘Uqba,

445
Ibid., p. 582.
446
Ibn Ḥajar (Aḥmad), op. cit., p. 123.
447
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 553.
448
Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 554.
449
Pour le sens de tel sobriquet, voir Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit.,
p. 91.
450
Ibn Ma‘īn (Yaḥya), m a‘rifat al-rijāl, éd. majma‘ al-lugha -al- ‘arabiyya, Damas, 1985, T. II, p. 201.
451
Ibid., p. 200.
452
Ibn Abī Khaythama (Aḥmad), op. cit.,T. II, p. 375.
453
Ibid., p. 200. cf., Ibid., T. I, p. 118.
454
Voir, Melchert (Christopher), The formation of the Sunni schools of law, 9th-10th centuries C. E, éd. Brill, Leiden,
1997.
455
Au sujet de Mālik b. Anas voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 281 sqq.
456
Ibn Ḥajar (Aḥmad), op. cit., T. IX, p. 41.
457
Ibid., p. 43.

73
saisissez-là! il n’a pas exagéré comme certain ! »458.
ُ
Al-Ḏahabī commente cette phrase: « .‫ هـذا تـعـريض بابن إسحاق‬: ‫» قـلـت‬
« Je dis : C’est une insinuation calomnieuse qui vise Ibn Isḥāq.»459. Que s’est-il passé réellement
entre les deux protagonistes ?
De son côté, Le Cordouan malikite Ibn ‘Abd al-Barr inscrit une information très intéressante :
« Ibn Isḥāq prétendit que, le père et le grand père de Mālik furent des mawālī, autrement dit des
esclaves alliés avec les Banū Tīm. »460. Il explicite : « Et c’est pour cette raison que Mālik discrédite
Ibn Isḥāq et met sa parole en cause. »461
En outre, al-Khathīb al-Baghdādī révèle qu’Ibn Isḥaq a lancé, un jour, un défi à l’égard de Mālik :
‫حب ن‬
"...‫أبي عيوبه و نقائصه‬ ‫" إئ ن‬
‫ـتوب ببعض كـتـبـه ر‬
« Ramenez-moi ses "livre",462afin que je vous démontre ses défauts et ses failles…»463

Le terrain du combat n’a pas été que politique, mais aussi religieux, à Médine, qui n’est plus la
capitale politique durant la période omeyyade ; le lieu de bataille est désormais culturel ou plutôt
textuel.
Cela dit, Ibn Isḥāq opte pour un chemin différent de celui des juristes médinois. Il a désobéi aux
commandements et aux règles imposés par les élites de cette ville, qui sont, dans leur majorité
absolue, des fils de notables Qurayshites tels Hishām fils de ‘Urwa fils de Zubayr ainsi que Qāsim
fils de Muḥammad fils d’Abū Bakr…464 Et c’est ainsi que nous concevons la phrase de Yaḥya Ibn
Ma‘īn lorsqu’ il annonce :
« Les gens de Médine estiment qu’Ibn Isḥāq n’est pas crédible car il était un qadarite. »465
Et beaucoup plus loin, il rapporte les propos de ‘Ali Ibn al-Madīnī qui a entendu Sufyān Ibn ‘Uyayna
dire la même chose.466 À ce propos, notons que même le maître du biographe Ibn Sa‘d, al- Wāqidī,
s’est retrouvé discréditer.467
Cela dit, n’oublions pas que la méthodologie normative établie par les traditionnistes, dont le
dessein final est d’approuver ou désapprouver les hommes, a été finalisé au 3èmesiècle/9.
Vraisemblablement, après la troisième décennie de ce siècle de l’hégire, sous le règne du calife al-
Mutawakkil (247/862)468qui a mis fin à la miḥna, l’inquisition à l’égard des gens du ḥadīth.469

458
Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., p. 553.
459
Ibid.
460
Ibn ‘Abd al-Barr (Yūsuf), al-Intiqā’ fi faḍā’l al- ai’mma al-thalātha al-fuqahā’, éd. Dār al-bachāi’r al-islāmiyya,
Beyrouth, 1997, p. 40.
461
Ibid.
462
Il veut dire les livres de Mālik Ibn Anas (m. 179/796), le grand maître et le fondateur de l’école juridique malikite,
Son œuvre principale est le « Kitāb al-Muwa a’». Notons en passant que Mālik n’a jamais quitté Médine, sauf
certainement pour la Mecque lors de son pèlerinage. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T.VII, p. 570.
Nous reviendrons sur ce texte cité par al-Khathīb al-Baghdādī dans : Termes et Concepts (Ṣaḥīfa, kitāb.)
463
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., p. 21.
464
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, pp. 177.186.
465
Ibn Ma‘īn (Yaḥya), op. cit., T. I, p. 118.
466
Ibid., T. II, p. 200.
467
Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., p. 572.

74
II. I. I. L’œuvre éventuelle d’Ibn Isḥāq.

Ibn Isḥāq a été apparemment très proche de la famille califale. Ibn Sa‘d mentionne :
« Ibn Isḥāq reste en compagnie d’al-‘Abbās Ibn Muḥammad à al-Jazīra470. »471 Ce ‘Abbās en
question n’était que le frère du calife Abū Ja‘far al-Manșūr, qui a gouverné la Syrie et
notamment al-Jazīra. Il décède à Baghdad en 186 / 802.472
Les historiens précisent qu’Ibn Isḥāq rédige sa biographie suite à la demande du deuxième calife
abbasside Abū Ja‘far al-Manṣūr.473
Alors que le biographe Ibn Sa‘d note brièvement : « Il est parti voir al-Manṣūr dans la ville d’al-
Ḥīra474 où il a rédigé sa biographie. »475, al-Khathīb al-Baghdᾱdī nous apporte plus de détails :
« Al-Azharī nous raconte, d’après ‘Ubayd Allᾱh Ibn ‘Uthmān Ibn Yaḥya, d’après Ḥāmid al-Harawī,
d’après al-Ḥasan Ibn Muḥammad al Mu’addib, qui a entendu ‘Ammār dire : Ibn Isḥāq est rentré
chez le calife Abū Ja‘far al-Manṣūr en présence de son fils al-Mahdī, il lui dit : Connais-tu celui-ci,
oh Ibn Isḥāq ?! Il répond : Oui, c’est le fils du prince des croyants. Alors, al-Manṣūr commande :
« Va et compose-lui un "livre" depuis la création d’Adam jusqu'à l’heure actuelle. » ‘Ammār
poursuit :
« Quand il achève son livre, le calife lui dit : « Ton livre est très prolixe, va et abrège-le ! »
Effectivement, il a écourté son exposé. Et c’est sa biographie dont on dispose actuellement et dont
le grand livre a été déposé à la bibliothèque personnelle du Calife. »476
‫ دخل دمحم بن إسحاق عىل المنصور و ن‬... "
‫ هذا ابن أمب‬،‫ نعم‬: ‫ أتعرف هذا يا ابن إسحاق ؟ قال‬: ‫ فقال له‬.‫بي يديه ابنه‬
: ‫ فقال له‬.‫ فذهب فصنف له هذا الكتاب‬: ‫ قال‬.‫ اذهب وصنف له كتابا منذ خلق هللا تعاىل آدم إىل يومك هذا‬: ‫ قال‬.‫المؤمني‬‫ن‬
‫لقد طولته يا ابن‬
‫ن‬ ‫ن‬ ‫ر‬
- ‫المؤمني‬ ‫ و ألق الكتاب الكبب ف خزانة أمب‬،‫ فهو هذا الكتاب المخترص‬،‫ فذهب و اخترصه‬:‫ قال‬.‫ اذهب فاخترصه‬،‫إسحاق‬
477
".-‫أبو جعفر المنصور‬

468
Pour ce dixième calife abasside et petit-fils de Harūn al-Rashīd, cf., Ibn Jarīr al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. IX,
pp. 230 sqq.
469
voir, Borrut (Antoine), op. cit., pp. 87 sqq. Jad‘ān (Fahmī), al-miḥna - baḥth fi jadaliyat al-dīnī wa al-siyāsī fi al-
islām- éd. al-Mu’ssasa al-‘arabiyya li al-dirāsāt wa al-nashr wa al-tawzī‘, Beyrouth, 2000, pp. 137 sqq.
470
Al-Jazīra se situe entre le Tigre et L’Euphrate, au nord d’Iraq, à proximité de la Syrie et la Turquie. Parmi ses villes
principales, on trouve : Ḥarrān, ‘Āmid, et al Mawṣil (Mossoul). cf., al-Hamawī (Yaqūt), op. cit., p.134.
471
Ibn Sa‘d (Muḥammad)., op.cit. cf., Horovitz (Josef), op. cit., p. 79.
472
Ibn Jarīr al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 275.
473
Abū Ja‘far al-Manṣūr devient le second calife abbasside en succédant à son frère Abū al-‘Abbās al-Saffāh. Il est
considéré comme le vrai fondateur de l’état abbasside, il régne entre 136 et 158 /754 et 775. cf., Ibn Jarīr al- Ṭabarī
(Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 59.
474
Al-Ḥīra est une ville située à trois miles de Kūfa, dans un endroit nommé al-Najaf. cf., al-Hamawī (Yᾱqūt), op. cit., T.
II, p. 328.
475
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit.
476
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 16. Voir, Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre dans les débuts
de l’islam, éd. Presses universitaires de France, Paris, 2002, pp. 65 sqq.
477
Dans le texte en question nous trouvons : « Ibn Isḥāq est rentré chez le calife al-Mahdī en présence de son fils. »,
c’est une erreur probablement de l’un des rapporteurs de ce khabar, commente al-Khaṭīb al-Baghdādī. Ibid., p. 17.

75
Cependant, et en dépit de son court résumé, Ibn Sa‘d nous apporte un détail considérable. Selon
ce dernier, Ibn Isḥāq rejoint al-Manṣūr à la ville d’al-Ḥīra, ce qui nous laisse à penser que
probablement la capitale Baghdad n’était pas encore bâtie. Or, celle-ci a été construite de 145
/762 jusqu’à l’année 146/763478, l’année où Abū Ja‘far y habite définitivement.479 Il la baptise
madīnat al-salām en faisant allusion au paradis coranique dār al-salām.480 C’est le nom officiel qui
apparait sur les documents, les monnaies, les poids, etc.481
Son contemporain Ibn khayyāṭ nous fournit lui aussi une information précieuse. Al-Manṣūr désigne
son fils al-Mahdī comme héritier du trône en 147/764.482 Or, dans le texte cité par al-Khaṭīb, al-
Manṣūr présente al-Mahdī à Ibn Isḥāq en tant que fils et non pas en qualité d’héritier du trône.
« Connais-tu celui-ci, oh Ibn Isḥāq ?! Il répond : Oui, c’est le fils du prince des croyants. », S’il était
déjà l’héritier présomptif du calife, la réponse d’Ibn Isḥāq aura été inadmissible, voire sévèrement
punissable.
Plausiblement, la rédaction solennelle de la biographie d’Ibn Isḥāq a été déclenchée avant 146/
763.
Le texte d’al-Khathīb al-Baghdādī cité ci-dessus, ne fait allusion à aucun lieu. Entendre que le lieu
de la rencontre des deux hommes est Baghdad, étant donné qu’al- Khathīb relate spécialement les
faits relatifs à cette cité dans son ouvrage intitulé justement : L’histoire de la ville de la paix -
Baghdād -, est un point de vue qui laisse à désirer.
Bien qu’Ibn Sa‘d soit très bref en évoquant la vie d’Ibn Isḥāq et son œuvre principale ou unique, il
est, néanmoins, très précis en utilisant le terme jama‘a qui veut dire compiler.483
Son travail consiste donc à compiler et assembler des traditions qui se concentrent surtout, sur la
vie du Prophète.

Selon toute vraisemblance, Ibn Isḥāq n’est pas le premier qui s’est intéressé à la biographie du
Prophète. Les historiens mentionnent désormais quelques précurseurs tels ‘Urwa Ibn al-Zubayr
Ibn al-‘Awām (m. 94/ 712)484 ; ‘Abbān Ibn‘Uthmān Ibn ‘Affān (m. 105/723)485, le gouverneur de
Médine pendant sept ans sous le règne de ‘Abd al-Malik Ibn Marwān486 et ‘Āsim Ibn ‘Umar Ibn
Qatāda (m. 120/737) dont Ibn Isḥāq s’inspire.

Rappelons qu’Ibn Isḥāq est mort avant al-Manṣūr. Al-Mahdī est né en 121/738 et décède en 169/785. cf., Ibn
khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., pp. 439. Al-Ya‘qūbī (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 345.
478
Ibn Jarīr aṭ-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 614. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. I, p. 375.
479
Ibn Jarīr aṭ-Ṭabarī (Muḥammad), Ibid., p. 650.
480
Q VI, 127 ; X, 25.
481
Encyclopédie de l’Islam, op. cit., T. I, p. 921.
482
Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p. 423.
483
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., Il écrit:
".‫ و ألّفها‬،‫" وكان دمحم بن إسحاق أول من جمع مغازي رسول هللا‬
484
Ibid., p. 181. Voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., p. 644 sq.
485
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 150 sq. cf. Ibn ‘Asākir (‘Ali), op. cit., T. VI, p. 147. cf., Horovitz (Josef), op. cit., p.
6 sq.
486
Ibid., p. 8.

76
Ibn Sa‘d signale que ‘Āsim part voir le calife omeyyade ‘Umar Ibn ‘Abd al-‘Azīz à Damas afin de
s’acquitter de ses dettes. Le calife paye ses dettes, lui alloue une aide régulière et en contrepartie
lui ordonne de narrer, à la grande mosquée de Damas, les exploits du Prophète.487
Effectivement, ce n’est pas l’ordre du calife Abū Ja‘far al-Manșūr qui provoque le travail de
Muḥammad Ibn Isḥāq. Sans doute, ce dernier a commencé à collecter, assembler et organiser les
données concernant la vie du Prophète bien avant son arrivée à Bagdad.
Ses efforts dans ce domaine ont bel et bien débuté à Médine. Ses connaissances en la matière
commencent à faire autorité même avant l’arrivée des Abbassides en 132/749. 488
Al-Khathīb al-Baghdādī nous éclaire là-dessus. Il nous raconte une histoire qui s’est déroulée entre
les deux notoriétés, à savoir Ibn Isḥāq et son maître al-Zuhrī.
Cependant et avant d’exposer ce khabar, restons un moment avec ce deuxième personnage,
étant donné qu’il est révéré dans le courant sunnite. Ibn Sa‘d consacre à cette personnalité plus
que dix pages.489
On y démêle que Muḥammad Ibn muslim al-Zuhrī, qui grandit à Médine, est issu du puissant clan
qurayshite des Banū Zuhra ; son père a été un partisan de Abd Allāh Ibn al-Zubayr, après la victoire
de Abd al Malik, celui-ci a rayé le nom du père de Muḥammad Ibn Muslim du Diwān. Son premier
enseignement était la généalogie de sa tribu. Il rejoint les cercles de Sa‘īd Ibn al-Musayyib le grand
jurisconsulte490 et ceux de ‘Urwa Ibn al-Zubayr491 ainsi que d’autres érudits médinois.492
Puis, il part à Damas où il rencontre Qubayṣa Ibn Dua’yb, le jurisconsulte d’origine médinoise493et
le confident du calife ‘Abd al-Malik Ibn Marwān.494
Il lui affirme : « Je vais te faire rentrer chez le prince des croyants… ». En face du Calife, ce dernier
lui demande l’avis juridique sur la mère esclave qui enfante de son maître "um walad". Al-Zuhrī lui
cite une tradition de ‘Umar Ibn al-Khaṭțāb à cet égard. Ravi, ‘Abd al-Malik s’adresse à Qubeișa :
« Transmettez cette fatwa à tous les coins de l’empire. »
Ce ra’y de ‘Umar concernant les mères esclaves rapporté par al-Zuhrī à ‘Abd al-Malik est le début,
semble-t-il, de la reconnaissance de son statut auprès du prince des croyants.495

487
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., pp. 415-416.
488
Al-Balādhurī (Aḥmad), ansāb al-ashrāf, op. cit., T. IV, p. 238.
489
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., pp. 429-439.
490
Sa‘īd Ibn al-Musayyib (m. 94/712), le maître d’al-Zuhrī, était considéré, comme le savant des savants à Médine ; on
ne s’étonne pas donc, si Ibn Sa‘d lui consacre, dans sa biographie, vingt-quatre pages.
cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., pp. 119-143. Par ailleurs, Aḥmad Abῡ Nu‘aym lui réserve plus que quatorze pages.
op. cit., T. VII, p. 161-175.
491
Ibn Sa‘d lui consacre à peine quatre pages. cf., Ibid., pp. 177-181. Il accorde à ‘Abbān Ibn‘Uthmān Ibn ‘Affān moins
de deux page. cf., Ibid., p. 150 sq. Abῡ Nu‘aym lui voue à peine sept pages et demie, cf., Ibid., T. II, p. 176-183.
492
Sa‘īd Ibn al-Musayyib, ‘Urwa Ibn al-Zubayr, et ‘Abbān Ibn‘uthmān Ibn ‘Affān cité ci-dessus, ont été sacrés parmi les
er
dix grands jurisconsultes de Médine, au I siècle d’hégire, huitième de notre ère, dont la majorité absolue était
Qurayshite . cf., Ibn ‘Asākir (‘Ali), op.cit., T. VI, pp. 153-154.
493
Décharger le sultan en Orient autant que possible de ses responsabilités, afin de pouvoir mieux assurer le succès de
son règne, a conduit à la création de ces figures typiques tels « conseiller » ou « grand vizir ». Weber (Max), Le
savant et le politique, Trad. de l’allemand par Freund (Julien), éd. Bibliothèque 10/18, Paris, 1963, p. 145.
494
‘Abd al-Malik Ibn Marwān règne entre 65-86/685-705. cf., Ibn Jarīr al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VI, p. 418.

77
Étrangement, le premier contact entre les deux hommes est présenté avec cette problématique
juridique comme toile de fond !496
Et pourtant la mère de ‘Abd al-Malik, ‘Ā’isha fille de Mu‘āwiya Ibn al-Mughīra Ibn Abī al-‘Āṣ Ibn
Omeyya est une Arabe, notamment sa grand-mère paternelle Āmina fille de ‘Alqama Ibn Ṣafwān
al-Kinānī.497 Bien que Ṭabarī cite sept fils de ‘Abd al-Malik dont leurs mères sont des um walad, les
mères de ses quatre fils califes, à savoir al-Walīd (m. 96/714), Sulaymān (m. 99/717), Yazīd (m.
105/ 723) et Hishām (m. 125/742) sont Arabes.498
Cela dit, en intervenant ainsi, ‘Abd al-Malik viserait-il son rival ‘Abd Allāh Ibn al-Zubayr qui désa-
pprouvait la décision juridique de ‘Umar I ?499
Éventuellement, ce khabar pourrait être fabriqué postérieurement à l’époque abbasside. Et pour
éviter toute contrariété, ils ont substitué le grand calife omeyyade à la place d’un calife abbasside
affecté par cette tare. Or, nous remarquons que les grandes figures500de cette dynastie sont des
fils d’um walad tels Abū Ja‘far al-Manṣūr (m. 158/774)501, Harūn al-Rashīd (m. 193/808) 502, al-Ma’-
mūn(m. 218/833),503al-Mu‘taṣim (227/841)504 et ses deux fils : al-Wāthiq (232/846)505et al-Mutaw-

495
Comerro (Viviane), Les traditions sur la constitution du muṣḥaf de ‘Uthmᾱn, éd. Orient-Institut Beirut, Beyrouth,
2012, p. 48.
496
Si nous traduisons l’expression um walad littéralement, nous noterons « la mère d’un enfant ». J. Sublet la traduit
par : « une épouse en titre ». Voir, Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., p.
120. Or, dans la jurisprudence musulmane, elle veut dire la femme esclave qui enfante de son maître. Le statut so-
cial de cette dernière a suscité de nombreuses controverses dans la sphère juridique. Son maître pourra-t-il la ven-
dre après qu’elle accouche de son enfant ? Acquerra-t-elle automatiquement le statut de femme libre aprés le dé-
cès de son maître, ou, n’aura-t-elle pas ce privilège ?
Les califes ‘Umar et ‘Uthmān jugent qu’elle sera libre, à l’encontre de ‘Ali Ibn Abī Ṭālib, Ibn ‘Abbās et ‘Abd Allāh Ibn
al-Zubayr, entre autres. cf., Ibn Rushd (Muḥammad), Bidāyat al-mujtahid wa nihāyat al-muqtaṣid, annoté par al-
‘Abādī (Abd Allāh), éd. Dār al-salām, Le Caire, 1995, T. IV, pp. 2157 sqq. Ibn Anas (Mālik), Kitāb al-Muwa a’, éd.
Mu’assasat al-Ahrām li nashr wa tawzī‘, Le Caire, 1998, p. 282. cf., Encyclopédie de l’Islam, umm al-walad, op. cit.,
T. X, pp. 924 sqq.
497
Pour la mère de ‘Abd al-Malik, cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VI, p. 419. Quant à sa grand-mère, la mère de
Marwān Ibn al-Ḥakem (m. 65/684), voir, Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p. 259.
498
La mère de Walīd et Sulaymān est Wallāda, fille d’al-‘Abbās de Banū ‘Abs, une tribu de bédouin d’Arabie. Yazīd sa
mère est ‘Ātika, fille de Yazīd Ibn Mu‘āwiya. Enfin celle de Hishām, est la fille de Hishām Ibn Ismā‘īl Ibn Hishām Ibn
al-Walīd Ibn al-Mughīra al-Makhzūmī. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VI, pp. 419-420. Ibn khayyāṭ (Khalīfa),
op. cit., p. 332.
499
Voir, Ibn Rushd (Muḥammad), op. cit., p. 2157. La datation du premier contact entre le calife ‘Abd al-Malik et Zuhrī
est controversée. La première rencontre entre les deux hommes était-elle avant ou après la chute d’Ibn al-Zubayr ?
Voir, Lecker (Michael), « Biographical notes on Ibn Shihāb al-Zuhrī », Journal of Semitic studies XLI/1, Oxford
university, 1996. pp. 41 sqq.
500
Le calife al-Hādī (m. 170/786), frère germain de Harūn al-Rashīd, qui a régné moins d’un an et demi, sa mère est
um walad. cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p. 445 sq.
501
Sa mère est Salāma, une esclave Berbère. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. XI, p. 245.
502
Sa mère est al-Khayzurān Bint ‘Aṭā’, une esclave de Yémen. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. XVI, p.
617.
503
Sa mère s’appelle Marājil. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. XI, p. 432.
504
Mārida est le nom de sa mère. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. IV, p. 547.
505
Elle s’appelle Qarāṭīs. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. XVI, p. 23.

78
akkil (m. 247/861).506
Avoir une mère esclave dans une société tribale, ce n’est pas sans conséquences sur les desseins
politiques d’une dynastie.507
Souvenons-nous qu’Ibrāhīm, le frère aîné des deux premiers califes abbassides, à savoir Abū al-‘A-
bbās al-Seffāḥ (m. 136/753)508et Abū Ja‘far al-Manṣūr, avant son assassinat avait désigné al-Seffāḥ
comme son successeur bien qu’il soit plus jeune qu’al-Manṣūr, une attitude qui va à l’encontre de
la coutume de l’époque. Il a favorisé le benjamin car sa mère est une femme libre contrairement à
al-Manṣūr dont la mère est une um walad.509
Revenons à Zuhrī qui profite de cette occasion et sollicite le Calife : « Ô Prince des croyants ! je suis
sans revenu, si vous voulez bien m’accorder une aide financière ? » Le Prince réagit aussitôt :
« Retirez-vous pour le moment. ».510 Ibn Sa‘d poursuit sa narration :
« J’ai attendu Qubeișa à l’extérieur du palais, dit-Zuhrī. Après quelques instants il vient vers moi
en me reprochant d’avoir précipité ma demande. ». Al-Zuhrī réplique :
« Je croyais que je ne le verrai plus jamais. ». Il m’assure : « Tu vas le voir très souvent ! »
« Il m’informe qu’à l’instant même de ma demande, le Calife, dit-al-Zuhrī, m’a accordé cent dinars,
une mule, un serviteur et dix habits…En outre le Calife accepte de m’attribuer une indemnité
régulière. » Qubeișa me répond finalement : « Tu seras parmi l’entourage du Calife, et ta rémuné-
ration sera celle de ses proches !».
Al-Zuhrī nous renseigne :
« Après la mort de ‘Abd al-Malik Ibn Marwān, je m’applique à servir al-Walīd Ibn ‘Abd al-Malik,
Suleymᾱn Ibn ‘Abd al-Malik, ‘Umar Ibn ‘Abd al-‘Azīz, Yazīd Ibn ‘Abd al-Malik, et enfin Hishām Ibn
‘Abd al- Malik. »511Al-Zuhrī meurt quelques mois avant le décès de ce dernier calife en 124/ 741.512
Il fréquente donc ces hommes de pouvoir et travaille avec eux pendant plus de quarante ans,
contrairement à son maître Sa‘īd Ibn al-Musayyib hostile visiblement aux hommes politiques.513

506
Sa mère se nomme Shujā‘ ‫ شُجاع‬. cf., Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. VIII, p. 47.
507
Cela dit, le ḥadīth en question: « toute esclave qui enfante devient libre après le décès de son maître. » est vrais-
emblablement authentique. Il est possible que le Prophète visait son esclave bien-aimée Maria la copte, la mère de
son garçon Ibrāhīm, en lui garantissant la liberté après sa mort. Bien qu’il éprouve une grande affection pour elle,
le Prophète ne pouvait l’épouser après la révélation suivante : «Il n’est point licite à toi, (Prophète !, de prendre)
encore (d’autres) femmes, en dehors de tes esclaves… », Blachère (Régis), op. cit., p. 451. Q XXXIII, LII.
Nous estimons que cette décision prophétique aurait été prononcée après la naissance de son fils Ibrāhīm (m.
10/631) et avant sa mort, autrement dit entre 8 et 10/629 et 631. Le prophète aurait même dit clairement : « Le
fils de Maria l’a libérée. », Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 113. En ce qui concerne Maria et son fils Voir,
Ibid., pp. 111-120. Ce précepte est apparemment très ancien, nous trouvons une loi similaire dans le code
o
d’Hammourabi, commenté par Cruveilhier (Pierre), éd. Librairie Ernest Leroux, Paris, 1938, p. 147. règle n 146.
508
Sa mère s’appelle Rīṭa Bint ‘Abd Allāh Ibn ‘Abd Allāh Ibn ‘Abd al-Mudān al-Ḥārithī. cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit.,
p. 409.
509
cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., pp. 412. 429. al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VII, pp. 423 sqq. Al-Khathīb
al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. XI, pp. 236 sqq.
510
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 430.
511
Ibid., p. 432. Notons que c’est un phénomène qui a été pratiqué dans toutes les civilisations ou presque. Qu’il soit
un savant avec un calife ou un clerc avec un prince ou un prêtre bouddhiste avec un empereur .cf., Weber (Max),
op. cit., p. 152.
512
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 439.

79
Ce grand précurseur a rapporté prés de deux mille deux cents (2200)514traditions
prophétiques.515Dans ce cadre, nous concevons mieux les éloges d’Aḥmad Ibn Ḥanbal, lorsqu’il
garantit : « Al-Zuhrī est le meilleur rapporteur de la tradition516, et sa chaîne des garants est d’une
perfection inouïe. »517
Revenons à ce fait marquant entre les deux hommes, Ibn Isḥāq et al-Zuhrī, relaté par al-Khathīb al-
Baghdādī qui assure :
«…Sufyān Ibn ‘Uyayna raconte qu’il a vu un jour al-Zuhrī en train de vitupérer Ibn Isḥāq car il ne l’a
pas vu depuis bien longtemps : « Où était-tu passé ? » Ibn Isḥᾱq riposte :
« Parvenons-nous à te voir avec cette présence permanente de ton portier ?! »
Ibn ‘Uyayna poursuit : « Alors il convoque son portier et lui ordonne : Quand Ibn Isḥᾱq vient me
voir tu le feras entrer en priorité.»518
Ce même Sufyān Ibn ‘Uyayna rapporte qu’al-Zuhrī qui a été interrogé sur les Maghāzī519d’Ibn
Isḥāq, a répondu : « C’est le pionnier en la matière.»520

513
Ibid., pp. 119-143. cf., Abū Nu‘aym al-Aṣbahānī (Aḥmad), op. cit., T. VII, p. 168 où il nous raconte qu’il a été flagellé,
car il a refusé de marier sa fille à Walīd fils du calife ‘Abd al-Malik Ibn Marwᾱn. Et, il nous informe, dans les pages
170.171.172, que Sa’īd a refusé, catégoriquement, de faire allégeance, au même instant, aux deux fils et princes
héritiers de ‘Abd al-Malik, à savoir al-Walīd et Sulaymᾱn successivement, malgré les supplications répétées des
savants de Médine, entre autres, ‘Urwa Ibn Zubayr. En conséquence, l’autorité omeyyade a interdit tout disciple à
assister à ses cours. cf., Ibid., p. 169 Où il récuse de s’incliner devant ‘Abd al-Malik. Cette anecdote racontée par
Abῡ Nu’aym est la suivante :
.‫ فلم ير فيه إال سعيد بن المسيب‬.‫ أنظر هل ترى في المسجد أحدا من حداثي‬: ‫ فقال لحاجبه‬،‫ فاستيقظ من قائلته‬،‫" قدم عبد المـلك بن مروان المدينة‬
:‫ استيقظ أمير المؤمنين فقال أنظر هل ترى في المسجد أحدا من حداثي؟ فقال سعيد‬: ‫ فأتاه الحاجب وقال له‬.‫فأشار إليه بأصبعه فلم يتحرك سعيد‬
".‫ ذلك سعيد بن المسيب فدعه‬: ‫ فقال‬.‫ فخرج الحاجب وأخبر عبد الملك بذلك‬.‫لستُ من حداثه‬
514
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXVI, p. 431.
515
Ibn ‘Asākir raconte : «…Mālik Ibn Anas dit: Le jour de la mort de Zuhrī, ses « livres » ont été transportés sur des
mules, tellement ils étaient abondants.» op. cit., T. LV, p. 333.
516
Al- Bukhārī rapporte de ‘Ali Ibn al-Madīnī : « Zuhrī a prés de deux mille ḥadīth ; et Abū Dᾱwūd confirme : « Zuhrī a
rapporté deux mille deux cents traditions prophètiques ; toutes ces traditions sont authentiques unanimement,
quoique cinquante suscitent quelques légères divergences … ».cf., Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., p. 431.
517
Ibn ‘Asākir (‘Ali), Ibid., T. LV, p. 338.
518
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., p. 14.
519
Le sens littéral du mot al-Maghāzī est les guerres saintes du Prophète, sa traduction commune est razzias.
Cependant, le terme, dans un contexte pareil, désigne la biographie du Prophète. cf., Al-Frāhidī (al-Khalīl), Kitāb
al-‘Ayn, Annoté par Mahdī al-Makhzῡmī & Ibrāhīm al-Samirā’ī, éd. Dār al-Rashīd li al-nashr, Baghdad, 1980, T. IV,
p.434. Et voir, Ibn Sīdah (‘Ali), al-Muhkam wa al-muḥī al- a‘ẓam, éd. Ma‘had al-makhṭῡṭāt al-‘arabiya, Le Caire,
2003, T. VI, p.27. Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XV, p. 124. Al- Fayrūz Ābādī (Muhammad), al-Qāmūs al -
muḥī , éd. Mu’assasat al-Risālat, Beyrouth, 2005, p. 1317. Et voir, Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre, op. cit.,
p. 46 où il dit clairement : «Maghāzī, littéralement : campagnes, mais en fait plus généralement : vie du Prophète.»
Ibn Manẓūr dans son Lisān précise que le terme Maghāzi a trois sens : les vertus des gerriers, les lieux des
combats et notamment les combats eux-mêmes. Ibid.
Vers la moitié du hutième siècle, les deux termes : sīra et maghᾱzī deviennent largement interchangeable, cf., à
l’introduction de J . Marsden dans : Al-Wᾱqidī (Muḥammad), Kiᾱb al- Maghᾱzī, Introd et Annotation par Jones
Marsden, éd. ‘Ᾱlam al-kutub, Beyrouth, 1984, T. I, p. 19., Shoemaker (J. Stephen), op. cit., p.75. Voir également,
Cheddadi (Abdesselam), Les arabes et l’appropriation de l’histoire -Émergence et premiers développements de
e e
l’historiographie musulmane jusqu’au II /VIII siècle-, éd. Sindbad/Actes Sud, Paris, 2004, pp. 175 sqq.

80
Ainsi donc, Ibn Isḥᾱq était déjà renommé, avant même le décès de son maître al-Zuhrī, qui
s’éteint, souvenons-nous, en 124/741. Il est fort probable que notre biographe est déjà en vogue
avant le règne d’Abū Ja‘far al-Manșūr en 136/754.521
Par conséquent, nous concevons l’injonction d’al-Manșūr à Ibn Isḥāq de rédiger un "livre" pour son
fils al-Mahdī, comme une incorporation d’un "intellectuel" dans l’appareil politique, et, en
contrepartie, l’écrit du biographe peut jouir pour la première fois d’une reconnaissance officielle
d’un État politique en place.522
Contre toute apparence, le travail d’Ibn Isḥāq, après cet ordre solennel, consiste à revoir son écrit
ou plutôt ses écrits pour qu’ils soient plus appropriés à cette nouvelle conjoncture, autrement dit
le règne d’al-Manṣῡr, le vrai fondateur de l’état abbasside, comme nous l’avons déjà signalé.523
La phrase employée dans ce texte relaté par al-Khathīb al-Baghdādī, laisse entendre que le temps
entre la réception de l’ordre et l’accomplissement de l’acte est très bref. Or, le narrateur a bien
utilisé la conjonction de coordination fa qui marque la successivité aussitôt dans des phrases
verbales.524
Al-Khathīb al-Baghdādī nous communique les faits suivants :
« …Il partit et composa alors pour lui ce "livre"… ».525 « .‫» فـذهـب فـصنـف له هـذا الكـتـاب‬
Quand il revient avec le "livre", le calife constate qu’il est très long et lui demande de l’abréger. Al-
Khathīb al-Baghdādī résume ainsi la suite : « Sitôt qu’il ira, il le résumera. » 526 « ‫» فـذهـب فـاخـتـصـره‬
Il est entendu que l’historiographe a déjà la matière première. A cette époque Ibn Isḥāq est déjà
un quinquagénaire. En revanche, si le texte parle sans détour, Abū Ja‘far al-Manșūr aurait
commandé : « Ô Ibn Isḥāq ! Montre-nous ton œuvre dont tout le monde parle ! ». Ou peut-être
plus clairement : « Ibn Isḥāq ! Nous allons adopter ton ouvrage, cependant tu dois le rendre
conforme à notre vision ! »

Cela étant, ne confondons pas entre sīra et siyar. Ce dernier est un chapitre à part entière dans les livres du fiqh.
Nous le trouvons souvent sous le titre : kitāb al-siyar. Al-Sarakhsī nous éclaire que siyar, pluriel du sīra, est la
conduite des musulmans à l’égard d’autrui tels que les mushrikūn qui leur déclarent la guerre, « ahl al-‘ahd » avec
qui ils ont conclu des accords, les dhimmis et les apostats, etc. cf., Al- Sarakhsī (Muḥammad), al-Mabṣū , éd. Dār al-
ma‘rifa, Beyrouth, 1989, T. X, p. 2. Le plus ancien livre qui nous est parvenu dans ce domaine est : Siyar Muḥamad
Ibn al-Ḥasan al-Shaybānī (m .189/804), le deuxième disciple d’Abū Ḥanīfa. cf., Ibn al-Ḥasan al-Shaybānī
(Muḥamad), kitāb al-siyar al-kabīr, glosé par Muḥammad al-Sarakhsī, éd. Dār al-kutub al-‘ilmiya, Beyrouth, 1997 en
IV tomes. Soulignons que le livre présumé Siyar al-Awzā‘ī (m. 157/773) nous est pas parvenu. Il a été préservé en
parties, cependant, dans le livre d’al- Shᾱfi‘ī. Ce dernier met en parallèle la position d’Abū Ḥanīfa, soutenue
souvent par son premier disciple Abū Yūsuf, et celle d’al-Awzā‘ī sur des thèmes dans le cadre du siyar. Dans la
plupart des cas, al- Shᾱfi‘ī adopte le jugement d’al-Awzā‘ī. Nous nous demandons, donc, la raison de ce titre
consigné dans le livre al-Um, à savoir kitāb siyar al-Awzā‘ī ? cf., al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. IX, pp.
171-277.
520
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit.
521
Al-Ya‘qūbī (Aḥmad), op. cit., p. 300.
522
Goody (Jack), Entre l’oralité et l’écriture, op. cit., p. 151.
523
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., p. 16 sq.
524
Ibid., p. 16.
525
Ibid.
526
Ibid.

81
Cela étant, nous approchons le texte en question avec beaucoup de réserves, or les traditions
apocryphes sont en usage à l’époque médiévale.
Nous doutons fortement de ce ‘Amār, le témoin direct de cet événement, car c’est lui qui raconte
ce qui s’est passé entre Ibn Ishāq et le Calife.
Avant de citer cette histoire, et comme c’est accoutumé chez les savants anciens, al-Khathīb al-
Baghdādī prend soin de noter sa chaîne de garants :
« …Al-Azharī nous a raconté, d’après ‘Ubayd Allᾱh Ibn ‘Uthmān Ibn Yaḥya qui dit : J’ai entendu
Ḥamīd, le père de ‘Ali al- Harawī, dire selon les propos d’al-Ḥasan Ibn Muḥammad al-mu’addib qui
affirme que ‘Amār a dit : Ibn Isḥāq s’est présenté devant le calife Abū Ja‘far al-Manșūr qui était en
compagnie de son fils al- Mahdī.
« Ô ibn Isḥāq ! Est-ce que tu connais cet enfant ? Questionne le calife. Ibn Isḥāq répond que
c’est le fils du prince des croyants, et al-Manșūr lui ordonne de partir et de composer un livre
pour lui…»527
Ce soi-disant ‘Amār suscite notre attention. Accompagne-t-il notre biographe ? Ou plutôt,
bénéficie-t-il de l’entourage du Calife, au moins ce jour-là ? Tout simplement, quel est la nature de
sa présence dans le palais ?
Pourquoi al-Manșūr réclame-t-il le "livre" pour son fils al-Mahdī ? Et, il ne commande-t-il- pas le
manuscrit pour lui-même directement ? En tous les cas le livre sera adressé en fin de compte au
prince des croyants, mais il pouvait exiger clairement :
« Ô Ibn Isḥāq! Pars et composes-moi un "livre" ! ».
Mais pourtant, son petit-fils Hārūn al-Rashīd, fils de Mahdī fils de Manșūr,528enjoindra à son juge
Abū Yūsuf de lui écrire un livre sur l’impôt foncier. Ce juge suprême,529mentionne dans
l’introduction du livre :

527
Ibid.
528
Hārūn al-Rashīd règne entre 170/786 et 193/808. cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., pp. 447-460. Ibn Jarīr al- Ṭabarī
(Muḥammad), op. cit. T. VIII, p. 230.
529
Abū Yūsuf était juge pour al-Mahdī ainsi que ses deux fils : al- Hādī (m. 170/786) et Hārūn al-Rashīd. Le règne d’al-
Hādī a duré, d’après Ibn khayyāṭ, un an et presque trois mois. cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), Ibid., p. 446.
Avec Hārūn al-Rashīd, Abū Yūsuf sera nommé juge suprême, Qāḍī al-Quḍāt, il décède en 182/798 de notre ère.
cf., Ibn ‘Abd al-Barr (Yūsuf), al-intiqā’ fi faḍā’il al-aimma al-thalātha al-fuqahā’, op. cit., p. 331.
Le Qāḍī al-Quḍāt relie entre le Calife et ses Cadis, il joue un rôle essentiel dans la sélection de ces derniers. C’est
une sorte de centralisation judiciaire. cf., Tillier (Mathieu), Les cadis d’Iraq et l’État abbasside, éd. Presses de l’Ifpo,
Damas, 2009, pp. 131 sqq. Voir aussi, Les débuts du monde musulmans -VII°-X° siècle-, op. cit., l’article de : Tillier
(Mathieu) et Bian-quis (Thierry), « Le premier âge abbasside (132-218/750-833) », p. 125.
Pour l’évolution de son rôle juridique, cf., Schacht (Joseph), Introduction au droit musulman, Trad. de l’anglais par
Paul Kempf & Turki Abd al-majīd, éd. Maisonneuve & Larose, Paris, 1999, p. 32 sq. pp. 49 sqq.
J. Schacht affirme : "The Qāḍī Abū Yūsuf was the first to recieve this title". cf. An introduction to islamic law, éd.
Clarendon press, Oxford, 1966, p. 51.
D’après J. Schacht (1902/1969), l’office de grand-qāḍī est probablement d’origine persane. Il a été transféré dans
un contexte islamique, celui du mōbedhᾱn mōbedh zoroastrien. An introduction to islamic law, p. 51. Comparez
avec le livre du juriste Libanais Émile Tyan (1901/1977), Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, éd.
Recueil Sirey, Paris, 1938. cf., Gaudefroy-Demombynes (Maurice), « Notes sur l’histoire de l’organisation judiciaire
en pays d’Islam », Revue des études islamiques, Cahier II, publiée sous la direction de L. Massignon, éd. Librairie

82
« Le prince des croyants, qu’Allāh le protège, le dirige et le favorise dans son projet. Qu’il le garde
contre tout danger, m’a demandé de lui écrire un livre renfermant toutes les règles qui doivent
présider à la perception de l’impôt foncier, des dîmes, des dîmes aumônières et des tributs, et où
j’expose, explique et commente les principes d’après lesquels il doit agir. Tel est le but de ce
livre.»530
Toutefois, Nous devons admettre encore une fois, que nos nos seuls outils de travail sont des
textes, ouvrés par des hommes, et rapportés par d’autres. Notre dessein, en fait, ne tend qu’à
essayer de rejeter la terre mouvante et le sable pour trouver le roc ou l’argile, pour emprunter la
fameuse phrase de Descartes.531
Il apparaît néanmoins qu’un texte dénote et connote des significations abondantes. F. Schleie-
rmacher (m. 1834)532 déclare :
« Nous comprenons l’auteur mieux que lui-même, car il y a en lui à l’état inconscient beaucoup
de choses de ce genre qui doivent devenir conscientes en nous, en partie déjà pour l’ensemble,
dès le premier aperçu, en partie dans le détail, dès que les difficultés surgissent ».533
Son compatriote W. Dilthey (m. 1911)534confirme cette idée :
« Dilthey dit : La fin dernière de l’herméneutique est de mieux comprendre l’auteur qu’il ne s’est
compris lui-même. »535
Sans doute, La biographie d’Ibn Isḥᾱq a été écrite officiellement pour le calife vers 140/757 ; et
Kitāb al -Kharāj a vu le jour, probablement, vers 170/ 786. Nous supposons qu’il y a moins de
trente ans entre les deux « livres ».
Vraisemblablement, Abū Ja‘far al-Manșūr avait déjà tranché pour sa succession, sans pour autant
désigner officiellement son fils al-Mahdī tel qu’un héritier de trône, comme nous l’avons déjà
signalé ci-dessus.

orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1939, p. 114., où il écrit : « Tyan l’a très bien vu (T. I, p. 182sq.) quand il fait du
quādī al-qudāt l’héritier du Mōbedhān mōbedh des Sassanides et qu’il en attribue la création aux Barmékides. »
530
Fagnan (Edmond), Trad et Annotation du Livre de l’impôt foncier (Kitāb al-Kharāj d’Abū Yūsuf), éd. Librairie Orien-
taliste Geuthner (Paul), Paris, 1921. p. 1. cf., Abū Yūsuf (Ya‘qūb), Kitāb al - Kharāj, Dᾱr al-Ma ‘rifa, Beyrouth, 1979,
p. 3.
À ce propos, il est intéressant de souligner qu’al-Manṣūr a joué un rôle similaire dans la genèse de la célèbre anth-
ologie de poésies, qui reçoit plus tard le nom d’al-Mufaḍḍaliyyāt. Al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī (m. vers 171/787), un
grand transmetteur « rāwiyya » aurait constitué, sur l’ordre du calife, pour son héritier al-Mahdī. Voir, Schoeler
(Gregor), Écrire et transmettre, op. cit., p. 65. Al-Ḍabbī (Al-Mufaḍḍal), al-Mufaḍḍaliyyāt, Annoté par A. Muḥammad
Hārūn & A. M. Shākir, éd. Dār al-Ma‘ārif, Le Caire, 1963, p. 14. Al-Qālī (Ismā‘īl), Ḏayl al-amālī wa al-nawādir, éd. al-
Hay’a al-miṣriya al-‘āma li-l-kitāb, Le Caire, T. III, p. 147.
531
Descartes (René), Discours de la méthode, présentation et notes par Laurence Renault, éd. GF. Flammarion, Paris,
2000, p. 61.
532
Laks (André) & Neschke-Hentschke (Ada), La Naissance du paradigme herméneutique -de Kant et Schleiermacher
à Dilthey-, éd. Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2008.
533
Schleiermacher (Friedrich), Herméneutique, traduction de Simon (Marianna), éd. Labor & Fides, Genève, 1987,
p. 120.
534
Mesure (Sylvie), Dilthey et la Fondation des sciences historiques, éd. Presses universitaires de France, Paris, 1990.
535
Ricœur (Paul), Du texte à l’action -Essais d’Herméneutique II-, éd. du Seuil, Paris, 1986, p. 161.

83
Il nous semble que sa vision de la succession est plus claire que son petit-fils. Dans ce cadre, Hārūn
al-Rashīd paraît hésitant, le problème de succession, peut-être, n’etait pas encore d’actualité pour
lui. Il faut se rappeler que l’année où al-Rashīd commande le Livre de l’impôt foncier, son palais
abrite deux nouveaux nés : al-Amīn d’une mère Arabe, appelé Zubayda, et al- Ma’mῡn dont la
mère est une esclave Perse, ou une um walad536, si nous employons la nomenclature juridique
ancienne.537
La rivalité entre les deux communautés, arabe et perse, est désormais présente à l’intérieure
même du palais d’al-Rashīd. Elle provoquera l’implosion de la crise des Barmakides, appelée dans
la littérature musulmane « Les malheurs des Barmakides. »538
Le cinquième calife abbasside, lors de son sacre,539après une lutte fratricide contre son frère al-
Hādī, qui meurt précocement et d’une façon douteuse540, a besoin de reprendre plus confiance en
lui et de trouver un soutien moral auprès d’une autorité religieuse pour garantir et appuyer sa
légitimité. Ainsi, Abū Yūsuf en tant que jurisconsulte, héritier da la science d’Abū Ḥanīfa et juge
suprême, représente bel et bien cet appui.
Manifestement, Abū Ja‘far al-Manṣūr a bénéficié de circonstances différentes. En outre et
contrairement à Harūn al-Rashīd, al-Manṣūr avait quarante-deux ans au moment de son
intronisation, le double de l’âge de son petit-fils lorsque il accède au trône du califat.541
Bien qu’il ait connu des révoltes, toutefois al-Manṣūr n’a pas eu de frère rival.542 Parmi les
soulèvements qu’il a connus, citons en passant : la sédition de son oncle Abd Allāh et celle de son
général Abū Muslim al-Khurasānī en 137/754.
Par ailleurs, la révolte la plus marquante est sans doute celle de Muḥammad, l’arrière petit-fils de
Ḥasan Ibn ‘Ali, alias Muḥammad al-Nafs al-Zakiya à Médine et son frère Ibrāhīm à Bassora en
145/762.543 Vraisemblablement, Ibn Isḥāq a été invité au palais califal avant cette rébellion.
Nous sommes préoccupés également par cette question embarrassante. Le texte original tel qu’il a
été rédigé par Ibn Isḥāq, nous est-il parvenu dans son intégralité et sans aucune altération,
autrement dit tel qu’il a été composé par Ibn Isḥāq ?
Le biographe M. Ibn Sa‘d a été peu disert sur ce sujet. Il nous informe qu’Ibn Isḥāq a écrit al-
Maghāzī pour le calife, c’est-à-dire la biographie du Prophète :
544
"...‫ وكان رأب أبا جعفر بالحبة فكتب له الـمغازي‬.‫" و كان دمحم بن إسحاق مع العباس بن دمحم بالجزيرة‬
536
cf., p. 74 de cette étude.
537
Ibn Jarīr al- Ṭabarī (Muḥammad), op. cit. T. VIII, p. 360.
538
Ibid., pp. 287-296. Voir, Micheau (Françoise), Les débuts de l’islam- Jalons pour une nouvelle histoire-, éd. Téraèdre,
2012, Paris, p. 176.
539
Hārūn al-Rashīd avait à peine vingt et un ans ou presque en 170/786 lors de son couronnement. cf., Ibn khayyāṭ
(Khalīfa), op. cit., p. 460. Ibn Jarīr al- Ṭabarī (Muḥammad), Ibid., p. 230.
540
Al-Ṭabarī rapporte, selon une version des faits parmi d’autres, que c’est al-Khayzurān Bint ‘Ațā’, épouse d’al-Mahdī,
et mère des deux antagonistes, qui ordonne l’assassinat de son fils al-Hādī. cf. Ibid., pp. 205-206. Il est mort à l’âge
de 21 ans ou 24 ans selon Ibn Khayyāṭ. cf., Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p. 446.
541
Ibn khayyāṭ (Khalīfa), Ibid., p. 429.
542
Ibid., p. 412.
543
Ibid., pp. 415. 416. 419. 421 respectivement. Voir, Elad (Amikam), The rebellion of Muhammad al-Nafs al-Zakiyya in
145/ 762, éd, Brill, Leiden, 2016.

84
« M. Ibn Isḥāq était avec al-‘Abbās Ibn Muḥammad à Jazīra ensuite il s’est rendu chez Abū Ja‘far à
Ḥīra où il lui a écrit al-Maghāzī. »
L’article défini al, ‫ الـ‬dans Maghāzī ‫ الـمغازي‬a-t-il un sens général ou exclusif ?
Dans le premier cas de figure, Ibn Ishāq écrit pour le calife une biographie du Prophète. Dans le
deuxième cas, il lui écrit sa biographie, la biographie déjà compilée par lui-même, autrement dit il
lui offre une copie de son travail effectué auparavant. Cela renforce l’idée avancé ci-dessus que sa
biographie était déjà élaborée et connue à cette époque.
Ce faisant, chacun trouve son compte. Al-Manṣūr, qui cherche à se rendre crédible aux yeux de
son peuple et de se positionner vis-à-vis de ses opposants, a certainement atteint son objectif en
prenant en charge la biographie du Prophète. De son côté, Ibn Isḥāq a assuré une postérité pour
son œuvre. Ibn Sa‘d nous avise :
545
"...‫ فسمع منه أهل الكوفة بذلك السبب‬،‫" وكان رأب أبا جعفر بالحبة فكتب له الـمغازي‬
« Il s’est rendu chez Abū Ja‘far à Ḥīra où il lui a écrit al-Maghāzī, c’est grâce à ça que les habitants
du Koufa ont voulu apprendre sa biographie… »
Dès lors que le palais royal adopte son ouvrage, sa crédibilité grandit plus au sein de la population.
Le dessein derrière le fait de déposer un écrit ou un document dans un lieu sacré ou un lieu d’une
importance éminente comme le palais d’un souverain est évident.546C’est une forme de publica-
tion ou une anticipation de publication pour emprunter l’expression de G. Schoeler. 547
À ce propos, notons que parmi les us et coutumes des Arabes, le dépôt ou la suspension des doc-
uments et des écrits, d’une éminente importance, dans la Ka‘ba, tels que les sept Mu‘allaqāt de la
poésie préislamique,548 la ṣaḥīfa du boycott des Banū Hāshim549 et ce contrat établit entre les deux
frères : al-Amīn et al-Ma’mūn, sous l’autorité, du calife Harūn al-Rashīd. 550

En revanche, Ibn Isḥāq s’est retrouvé avec deux copies de son "livre" : une abrégée, celle qui est
devenue courante, et une seconde plus longue, écrite initialement et déposée éventuellement en
toute tranquillité à la bibliothèque du « Prince des croyants », comme le confirme l’historiographe
al-Khathīb al-Baghdādī.551
À ce propos, G. Schoeler considère que, le terme « publication », n’est pas entièrement approprié
pour ce texte d’Ibn Isḥāq, car, il s’adresse à un public très restreint, à savoir le calife et ses
proches.552

544
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., p. 552.
545
Ibid.
546
Ce pacte entre al-Amīn et al-Ma’mūn et sous la garantie de leur père a été rédigé à l’intérieur même de la Kaaba,
à en croire al-Azraqī (m. 250/ 867). Voir, Al-Azraqī (Muḥammad), Akhbār Mekka wa mā jā’a fīhā mina-l-āthār, éd.
Maktabat al-asadī, La Mecque, 2003, T. I, p. 332.
547
Schoeler (Gregor), op. cit., p. 18.
548
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), al-Muqadima, éd. Dār maktabat al-hilāl, Beyrouth, 1988, p. 360.
549
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. I, pp. 230 sqq. Nous parlerons plus loin de cette
ṣaḥīfa.
550
Al-Azraqī (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 333 sqq. Al-Mas‘ūdī (‘Ali), Murūj al-ḏahab wa ma‘ādin al-jawhar, éd. al-
maktaba al-‘aṣriya, Beyrouth, 2005, T. III, p. 292.
551
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 16.

85
Pratiquement, dans toutes les sociétés, jusqu’à une date récente, affirme J. Goody, l’usage de
l’écriture est restreint à un groupe déterminé.553 Il remarque que ces sociétés en question ont un
trait commun, le contenu de certains des textes écrits est communiqué par les lettrés aux non-
lettrés, quoique le texte lui-même ne se transmette qu’entre lettrés.554
Manifestement, ce texte « long » d’Ibn Isḥāq, comme beaucoup d’autres textes d’ailleurs, ne verra
jamais le jour. Il a été détruit, probablement, durant les grands fléaux de l’histoire.
Passons la main à Ibn Khaldūn qui dépeint l’état de ses bibliothèques pendant l’invasion des
Mongols de l’Iraq en 656/1258 :
« Tous les livres de sciences conservés dans les grandes armoires des palais du Calife ont été jetés
dans le Tigre555 ; un désastre incomparable avec les livres de sciences qui ont été détruits par les
premiers conquérants musulmans dans les terres de Perse, comme le prétendent les Ṭarṭares. » 556
Il dénonce cet énorme dommage :
« Quand la terre de Perse a été conquise, les musulmans ont trouvé une très grande quantité de
livres. Sa‘d Ibn Abī waqqāṣ en tant que chef régional de l’armée musulmane sollicite le calife ‘Umar
l’approbation de mettre ces livres à la disposition de ses coreligionnaires. Et sans l’ombre d’un
scrupule, ‘Umar lui répondit : Anéantissez les. Jetez-les dans l’eau ou dans le feu…»557
Ibn Khaldūn commente cette action avec amertume :558 « Au lieu d’exploiter leurs sciences, nous
les avons perdues à jamais… »559
Faisons une brèche dans le mur de l’apparente vérité absolue et complète qui s’allie étrangement
et constamment avec l’absolutisme, en mettant l’accent sur le fait que la plupart des premiers
textes religieux ne sont pas parvenus jusqu'à nous, selon un plan bien préconçu.

552
Schoeler (Gregor), The Oral and the written in early Islam, Trad. par Uwe Vagelpohl, éd. Routledge, London &
NewYork, 2006, p. 71.
553
Goody (Jack), La raison graphique - La domestication de la pensée sauvage-, op. cit., p. 252.
554
Ibid., p. 253.
555
Ibn ‘Abdellᾱh (Yāqūt) al-Rūmī al-Ḥamawī écrit : « Le Tigre est le fleuve de Baghdād ». op. cit., T. II, p. 440.
Non loin, il cite un vers du grand poète et philosophe Syrien, Abū al -A‘lā al-Ma‘arrī (m. 449/1057).
Après avoir bu [du Tigre], je voudrai plus m’abreuver ailleurs. ‫نهر‬
ٍ ‫الشرب من‬
َ ‫وبعدها [دجلة] ال أحب‬
Je fais partie, semblerait-il, des compagnons de Ṭālūt [Saül]. .‫كأنما أنا من أصحاب طالوت َا‬
Ibid., p.442. En ce qui concerne, Yāqūt al-Ḥamawī, esclave affranchi d’origine Anatolienne chrétienne, dont nous
nous référons dans cette étude à son dictionnaire géographique et, également, à celui des lettrés, voir, Cahen
(Claude), La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, op. cit., pp. 91-92.
556
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), Tᾱrīkh Ibn Khaldūn, éd. Dār al-fikr, Beyrouth, 2000, T. III, p. 663. cf., Hamidullah
(Muḥammad), Documents sur la diplomatie musulmane, op. cit., p. 9 sq.
557
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), al - Muqaddima, op. cit., p. 301.
558
Massignon décrit Ibn Khaldūn comme un esprit hors pair et auteur d’une philosophie sociale originale. cf.,
Massignon (Louis), Écrits mémorables II, Textes établis, présentés et annotés, sous la direction de Christian Jambet,
par : François Angelier, François L’Yvonnet et Su‘ᾱd Ayada, éd. Robert Laffont, Paris, 2009, T. II, p. 88.
559
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), al-Muqaddima, op. cit. Voir, Al-Jāḥiẓ (‘Amr), al-Ḥayawān, Annoté par A. M. Hārūn,
éd. al-Ḥalabī, Le Caire, 1965, T. I, p. 73 où il évoque la destruction des forteresses de Médine ‫ اآلطام‬et le palais de
e
Ghumdan à Sanaa réalisés par le III calife‘Uthmān.

86
Al-Zubayr Ibn Bakkār raconte une histoire contenant tant d’informations précieuses, que nous ne
pouvons guère l’ignorer. Une tradition où nous observons clairement l’histoire se faufiler en
filigrane avec tous ses conflits et ses dissensions. Nous allons toutefois essayer de ne signaler que
ce qui nous paraît essentiel :
« Sulaymān Ibn ‘Abd al-Malik Ibn Marwān alors prince héritier, parvient à Médine en pèlerin.
Accompagné, entre autres, de ‘Abbān Ibn ‘Uthmān Ibn ‘Affān, il se recueille sur des sites
prophétiques tel le mont de Uḥud. Ému, il demande à ‘Abbān de lui écrire une biographie
complète du Prophète, ‘Abbān répond vivement :
« Je l’ai déjà composée et elle est authentique, rapportée par des hommes fiables ! ».
Suite à son ordre, ses dix scribes l’ont rédigée sur un parchemin. Après l’avoir compulsée, le Prince
remarque :
« Je ne savais pas que Les Auxiliaires « al- anṣār » avaient un rôle si important. Ils sont à l-‘Aqaba,
à Badr, ils sont partout. Soit mes proches étaient injustes vis-à-vis d’eux, soit ils n’avaient pas tous
ces mérites. Je consulterai mon père, pour l’instant, brûlez ce "livre". »
À Damas, et après avoir pris connaissance de ces faits, le calife omeyyade ‘Abd al-Malik Ibn
Marwān déclare :
« Que va-t-on faire d’un "livre" qui ne nous n’accorde aucun avantage ! Allons-nous dévoiler aux
Syriens des informations que nous n’aimerons nullement divulguer ? Il approuva le fait que son
fils et prince héritier détruise cette biographie. »560
Effectivement et pour ne pas faire feu de tout bois, nous ne pouvons adhérer à ces données
qu’avec une certaine réserve. Nous savons pertinemment qu’une forte intimité lie Ibn Bakkār,561
qui est, du reste, magistrat à la Mecque sous le règne du calife abbasside al-Mutawakil.562
D’ailleurs le livre en question al- Akhbār al-muwaffaqiyyāt a été baptisé au nom ou plutôt au
surnom, de son fils al-Muwaffaq ; une manière voyante de dédicacer ce livre au calife. 563
À l’égard de ce Calife, il est sans doute convenable d’évoquer son rôle décisif dans le conflit qui
oppose les mu‘tazilites et les traditionnistes.
Effectivement, c’est sous le règne de ce calife que les traditionnistes prirent le dessus. 564 Moins de
deux ans après son sacre, il les encourage à enseigner et propager les paroles attribuées au
Prophète. Il les récompense de différentes manières. Il condamne solennellement toute autre
pensée.565 Cependant, il décide en 237/851 de libérer tous les prisonniers d’opinion de son prédé-
cesseur, al-Wāthiq, qui ont professé l’idée que le Coran est incréé.566

560
Ibn Bakkār (al-Zubayr), al- Akhbār al-muwaffaqiyyāt, annoté par Makki al-‘Ānī (Sᾱmī), éd. ‘Ālam al-kutub, Beyrouth,
1996, pp. 275-276. G. Schoeler évoque ce récit sans la moindre allusion à l’intervention tranchante de Sulaymān et
de son père ‘Abd al-Malik. cf., The Oral and the written in early Islam, op. cit., p. 81.
cf., à l’introduction de cette étude où nous avons évoqué une histoire similaire concernant Wakī‘. p. 12.
561
Al-Zubayr Ibn Bakkār est l’arrière-arrière-arrière-arrière petit-fils de ‘Abd Allāh Ibn al-Zubayr. Il décède à l’âge de
quatre vingt-quatre ans, en 256 /869. Al-Khaṭīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. IX, p. 492.
562
Al- Mutawakkil, qui est le dixième calife abbasside, règne entre 232-247/ 847-861. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad),
op. cit., T. IX, pp. 154-222.
563
Ibn Bakkār (al-Zubayr), op. cit., p. 21. cf., al-Khaṭīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., pp. 487-490.
564
Pour appréhender les raisons latentes de ce que nous appelons la Miḥna, cf., Jad‘ān (Fahmī), op. cit., p. 218.
565
Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. XI, p. 207.

87
II. I. II. Ibn Hishām et son rôle dans la Sīra d’Ibn Isḥāq.

Finalement, la biographie d’Ibn Isḥāq connaît un autre sort avec le linguiste et le grammairien Ibn
Hishām. Mais tout d’abord qui est ce dernier? Quelle fut sa tâche vis-à vis du récit d’Ibn Isḥāq. ?
Ibn Kathīr (m. 774/1372) en parle en bien :
« ‘Abd al-Malik Ibn Hishām rapporte la biographie d’Ibn Isḥāq du disciple de ce dernier Ziyād Ibn
‘Abd Allāh al-Bakāī’. Ibn Hishām l’a tellement modifiée, abrégée et y a apporté beaucoup de
nouveaux éléments que les érudits lui ont attribuée en l’intitulant La biographie d’Ibn Hishām».567
Le savant bagdadien Ibn al-Jawzī (m. 597/ 1200) affirme :
« (Ibn Hishām) rapporte les Maghāzī d’Ibn Isḥāq via Ziyād Ibn ‘Abd Allāh al-Bekkā’ī. Il était
crédible. Il est décédé en Egypte en cette année, (c'est-à-dire 218/833). »568Ibn Kathīr
confirme : « Il s’installa en Égypte où il décéda en 218/833. »569
Par ailleurs, al-Ḏahabī nous avise qu’Ibn Hishām mentionne, dans sa biographie, des traditions
rapportées par d’autres transmetteurs tels ‘Abd al-Wārith Ibn Sa‘īd et un certain Abū ‘Ubayda.»570
Nous nous contentons d’évoquer, dans ce chapitre, quelques modifications recensées par Ibn
Hishām lui-même dans son prologue :
‫ن‬
‫ و تارك بعض ما ذكر ابن إسحاق ف هذا الكتاب مما ليس‬...‫" و إنا إن شاء هللا مبتدئ هذا الكتاب بذكر إسماعيل بن إبراهيم‬
‫لرسول هللا فيه ذكر و ما نزل فيه من القرآن رشء و ليس سببا ر‬
‫و أشعارا‬... ‫لشء من هذا الكتاب و ال تفسبا له وال شاهدا عليه‬
‫ذكرها لم أر أحدا من أهل العلم بالشعريعرفها وأشياء بعضها يشنع الحديث به و بعض يسوء بعض الناس ذكره وبعض لم يقر‬
571
"...‫لنا البكاب بروايته‬
« Nous allons commencer ce livre en citant Ismāī’l fils d’Ibrāhīm …Nous négligeons quelques tradit-
ions rapportées par Ibn Isḥāq puisqu’elles n’ont aucun rapport avec le Messager de Dieu. En outre
aucune indication la concernant n’est fournie dans le Coran. Nous supprimons également ce qui
ne touche pas à l’objet du livre ou qui ne lui porte aucune explication ou aucun témoignage. Nous
omettons aussi les poèmes dont aucun spécialiste n’a éprouvés. Ainsi nous ne tiendrons pas com-
pte des akhbār inconvenants, ni de ceux dont le dévoilement nuisent à des gens, ni ceux qu’al-Ba-
kāī’nous n’a pas accordés la transmission.»572
Badawī commente cette introduction : « Il commence avec le Prophète Ismā‘īl (fils d’Abraham), 573
supprimant donc toute l’histoire avant celui-ci, une histoire traitée par Ibn Isḥāq comme le prouv-

566
Ibid., p. 251.
567
Ibn Kathīr (Ismāī’l), al-Bidāya wa nihāya, op. cit., T. II, p. 1594.
568
Ibn al-Jawzī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. XI, p. 37.
569
Ibn Kathīr (Ismāī’l), op. cit. Al-Suhaylī estime qu’il est décédé en 213/828. cf., al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), T. I, p. 5.
Notons en passant que le calife al-Ma’mūn est décédé à la même année qu’Ibn Hishām.
570
Al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, op. cit., T. II, p. 2584.
571
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 4.
572
Voir aussi la traduction de Badawī dans, Ibn Isḥāq (Muḥammad), Muhammad, Traduction Française, introduction et
notes Badawī (‘Abd al-Raḥmān), éd. al- Burāq, Beyrouth, 2001, p. 22.
Curieusement, al-Suhaylī ne porte aucune critique à cette méthode de travail annoncée par Ibn Hishām. Cela dit, il
n’hésite guère, à maintes reprises, à signaler les défaillances de cette méthode à travers des échantillons dans la
Sīra. Voir, Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op. cit., T. I, p. 38.
573
Entre crochet est un ajout de notre part.

88
ent les citations chez al-Ṭabarī574dans son œuvre d’histoire. »575
Ce qui suscite vraiment notre attention dans cette introduction d’Ibn Hishām est ceci :
"...‫ و تارك أشياء بعضها يشنع الحديث به و بعض يسوء بعض الناس ذكره و بعض لم يقر لنا البكاب بروايته‬... "
« J’ai délaissé des matériaux [akhbār] inconvenants, d’autres dont le dévoilement nuisent à des
gens et d’autres al-Bakāī’nous n’a pas accordé sa transmission ! » 576
Sans doute, nous ne saurons jamais pourquoi ces akhbār sont inappropriés et peuvent léser des
personnes, ainsi pour quelle raison et de quel droit al-Bakāī’ se permet-il de les occulter ?
Ibn Hishām n’hésite guère, de surcroît, à joindre des nouvelles traditions et d’autres rajouts qui
n’ont aucun rapport avec la Sīra d’Ibn Isḥāq. Al-Suhaylī l’Andalou, l’annotateur du texte d’Ibn
Hishām, observe que ces rajouts sont plus maladroits et moins justes.577Il commente une tradition
rapportée par le grammairien578 : "...‫ …«" و هذه غفلة من ابن هشام‬c’est une distraction de sa
part…».579
On suppose donc qu’Ibn Hishām, en supprimant beaucoup de passages du "livre" d’Ibn Isḥāq, a
sans doute provoqué une altération presque complète de l’ouvrage de ce dernier.
Ainsi, quand nous attribuons le nom d’Ibn Hishām à cette biographie, contrairement à H. Djaït,
nous l’accordons à juste titre.580La Sīra d’Ibn Hishᾱm ne doit pas être utilisée, dit-Motzki, comme si
elle était le texte original d’Ibn Isḥᾱq.581
Le fait de modifier les écrits d’autrui, sans aucune gêne, était coutume en ces temps. L’historien et
géographe du X° siècle de notre ère, al-Mas‘ūdī (m. 346/957) n’hésite point à avertir
solennellement tous ceux qui songent à remanier son œuvre maîtresse Murūj al-Ḏahab. Dans son
préambule, il expose en dix lignes la morale sur les droits extrapatrimoniaux d’auteur. Il avertit :
582
"...‫صبه‬
‫ما يعجز عنه ر‬...‫فوافاه من غضب هللا‬...‫أو اخترصه أو نسبه إىل غبنا‬...‫أو بدله‬...‫" فمن حرف شيئا من معناه‬

574
Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 93.
575
Ibn Isḥāq (Muḥammad), Muhammad, Trad Badawī op. cit., p. VIII. cf., Amīn (Aḥmad), Ḍuḥā al-islām, éd. Maktabat
al-nahḍa al- miṣriyya, Le Caire, 1973, T. II, pp. 331-332. cf., Shoemaker (J. Stephen), op. cit., p. 75 sq.
576
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 4.
577
Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op. cit., T. I, pp. 76 sqq. Ibn Hishām ( ‘Abd al-malik), éd. Dār al-ḥadīth, op. cit., pp. 30-
32.
Évoquons, à titre d’exemple, que lorsqu’Ibn Hishām affirme qu’un poème est forgé, al-Suhaylī annote :
".‫" و الشعر الذي زعم ابن هشام أنه مصنوع قد ذكره في كتاب التيجان‬
« Le poème dont il prétend qu’il est apocryphe, il l’a évoqué lui-même dans son livre al-Tījān. » Ibid., T. I, p.77.
Nous évoquons ce livre prochainement.
578
Ibn Khaldūn le classe clairement parmi les grands grammairiens tels les renommés Sībawayh et Ibn Jinnī, cf., Ibn
Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), al - Muqaddima, op. cit., p. 330.
579
Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op. cit., T. II, p. 172. al-Sīra-al-nabawiyya, éd. Dār al-ḥadīth, op. cit., p. 269.
580
Hichem Djaït n’est point de cet avis, il écrit : « On attribue souvent - par erreur, à mon sens- l’ouvrage à Ibn Hi-
shām. Ce dernier n’a fait en réalité que retranscrire la plupart des récits rapportés par Ibn Isḥāq, y ajoutant ici
et là une rectification, une opinion, quelques précisions généalogiques ou une digression littéraire. », cf., Djaït
(Hichem), La vie de Muhammad II- La prédication prophétique à la Mecque-, op. cit., 2008, p. 41.
581
Cité par, Shoemaker (J. Stephen), op. cit., p. 79. cf., De Prémare (Alfred-Louis), « Le discours testament du prophète
de l’islam -selon la Sīra d’Ibn Hishām-» dans Paroles, Signes, Mythes : Mélanges offerts à Jamel Eddine Bencheikh,
éd. Institut français d’études arabes de Damas, 2001, p. 303.
582
Al- Mas‘ūdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 15.

89
« Celui qui fait dévier un de ses sens [du livre]…, l’altère…, le résume ou l’attribue à autrui…que la
colère de Dieu l’emplisse au point qu’il sera dépourvu de patience… »
Nous ne pouvons que suivre Badawī dans ses propos :
« On regrette la perte immense des copies mentionnées ci- dessus de [la biographie d’Ibn
Isḥāq].583 C’est une calamité qui est survenue à pas mal d’ouvrages arabes et étrangers de
grande importance.»584

On entend bien les soupirs de déception de Badawī : hélas ! L’historien Français Langlois réaffirme
bien que c’est le sort de presque tous les originaux des textes anciens:
«Maintenant, dans quel état les documents anciens ont-ils été conservés ? Presque toujours les
originaux sont perdus ; nous n’avons que des copies ; qui n’ont pas été faites directement d’après
les originaux, mais des copies de copies. Les scribes qui les ont exécutées n’étaient pas tous des
hommes habiles et consciencieux..»585
La biographie prophétique, rapportée par Ibn Isḥāq, a été, réellement, par rapport à nous au
moins, retranscrite par Ibn Hishām. Les historiographes musulmans, notamment les jurisconsultes
et les traditionnistes, convergent sur ce point.
Nous avons déjà signalé la remarque d’Ibn Kathīr, où il précise que tellement notre grammairien
Ibn Hishām a profondément modifié, abrégé et apporté de nouveaux éléments à la biographie
d’Ibn Isḥāq, que cette dernière lui a été attribuée La biographie d’Ibn Hishām.586
Si on ajoute à tout cela la perte totale de l’écrit original d’Ibn Isḥāq, on pourrait dire sans aucune
hésitation, en prenant en considération la date du décès de notre linguiste, que le texte en
question date probablement du troisième siècle de l’hégire, soit le neuvième de l’ère chrétienne.
Néanmoins, Aḥmad Amīn atteste que des chercheurs murmurent qu’une copie du manuscrit d’Ibn
Isḥāq existe au Maroc. Il rajoute toutefois : « Je ne peux être sûr de cette information. »587
K. Broeckelmann évoque la version de Yūnus Ibn Bukayr (m. 199/ 814)588qu’on consulte, dit-il, à
la bibliothèque universitaire d’al- Qarawiyyīne à Fès. Vraisemblablement, ajoute-il, c’est la copie
dont Aḥmad Amīn parle.589
Toutefois, l’expression d’Ibn al-Athīr (m. 606/1209) sème le doute lorsqu’il note :
‫ن ن‬ ‫ن‬
"...‫" و قد أخرجه [ كتاب المدينة] دمحم بن إسحاق بن يسار ف كتاب المغازي و عبد الملك بن هشام ف ف كتاب السبة‬
« Il a été rapporté [le Kitᾱb de Médine] par Muḥammad Ibn Isḥᾱq Ibn Yassᾱr dans le "livre" al-
Maghᾱzī et par ‘Abd al-Malik Ibn Hishᾱm dans le livre al-Sīra. »590 Visiblement, M. Ibn al-Athīr cite
deux "livres" distincts. On peut ainsi se demander si le Maghāzī d’Ibn Isḥāq était encore disponible
à l’époque d’Ibn al-Athîr ? Il est probable aussi qu’un énoncé ait été probablement glissé de ce

583
Nous reparlerons en details sur les copies de l’éventuelle Sīra d’Ibn Isḥāq. cf., au chapitre III. I. I. II : Le parcours de
la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm.
584
Ibn Isḥāq (Muḥammad), op. cit., p. VIII.
585
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 72.
586
Ibn Kathīr (Ismāī’l), op. cit., T. II, p. 1594.
587
Amīn (Aḥmad), op. cit., p. 330.
588
En ce qui concerne les copies de la biographie attribuée à Ibn Isḥāq, cf., au chapitre III. I. I. II : Le parcours de la Sīra
d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm.
589
Broeckelmann (Karl), op. cit., p. 12.
590
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al-Ṭᾱlib fi sharḥ iwᾱl al-gharᾱ’ib, op. cit., p. 228.

90
texte, en l’occurrence « et dont ‘Abd al-Malik Ibn Hishām rapporte [c'est-à-dire le livre d’al-
Maghāzī] dans le livre de la Sīra »
‫ن‬
" ‫" والذي رواه عبد الملك بن هشام [أي كتاب المغازي] ف كتاب السبة‬
Les tentatives de compiler les récits d’Ibn Isḥāq à travers, entres autres, Ibn Hishām et Ṭabarī, et
de les éditer sous la forme d’un livre avec le grand titre « al-Sīra al-nabawiyya » (La biographie du
Prophète) restent, à notre sens, vaines.591 Nous nous exclamons en empruntant les propos de
Françoise Micheau : « L’éditeur n’a-t-il pas réalisé ce que ‘Urwa [ou autre] n’avait lui-même jamais
fait ? »592

Constituer un texte original par le biais de textes produits ultérieurement n’est pas toujours
innocent ; les motifs idéologiques, notamment lucratifs sont souvent bien voilés dans cet
agencement. Le désir de revoir son passé est instinctif. Aussi loin que ce passé soit reculé, l’hom-
me retrouve, dit M. Eliade, le monde frais, pur et fort, tel qu’il est sorti des mains du Créateur :
« Ce désir de l’homme religieux de revenir périodiquement en arrière, son effort de réintégrer une
situation mythique, celle qui était au commencement, peut paraître insupportable aux yeux d’un
moderne. »593
Notre point de départ ce n’est nullement Ibn Isḥāq mais c’est bien le grammairien Ibn Hishām. En
étudiant sa biographie, trois points ont suscité notre attention :
Primo, le fait qu’il soit d’origine yéménite, de l’Arabie méridionale.594 Un Qaḥṭanien si nous
employons le terme généalogique.
Secundo, l’installation définitive de cet Iraquien, originaire de Bassora, en Égypte.
Tertio, et c’est le point crucial à notre sens, son remarquable travail de rapporter, et de ce fait
préserver l’ouvrage de Wahb Ibn Munabbih :595 Kitāb al-Tijān fi mulūk Ḥimyar que nous
traduisons ainsi : Le " livre" des couronnes au sujet des rois de Ḥimyar.596

591
cf., à titre d’exemple: al-Sīra al -nabawiyya attribuée à Ibn Isḥāq, annotée par un certain Suhaïl Zekkᾱr, éd. Dᾱr al-
Fikr, Damas, 1978. La même biographie annoté par Aḥmad Farīd al-Mazīdī, éd. Dār al-Kutub al- ‘ilmiyya, Beyrouth,
2004. Le fait de compiler les opinions d’un savant musulman ancient, à travers des sources diverses, et l’éditer
sous la forme d’un livre, attribué directement à ce savant en question, est un phénomène bien répandu, voir, par
exemple Tafsīr al- Ḥassan al-Baṣrī (m. 110/728), compilé et annoté par Muḥammad ‘Abd al- Raḥīm, éd. Dᾱr al-
ḥadīth, Le Caire, 1992. Pour assembler les traditions, attribuées à Ḥassan al-Baṣrī, dans le domaine du Tafsīr, le réel
auteur du livre, s’appuie sur plusieurs sources : en premier lieu, Tafsīr al-Ṭabarī, e. g. T. I, p. 408, 412 ; Tafsīr Ibn
Kathīr, Ibid., p. 330. ; Tafsīr Ibn al-Jawzī, Ibid, p. 412. ; et Tafsīr al-Sayῡ ī, Ibid., p. 412. Il se sert également des sept
livres canoniques de la tradition prophétique, et quelques livres de la jurisprudence coranique, tel qu’Aḥkᾱm al-
Qur’ᾱn du shᾱfiite Kiyᾱ al- Harᾱsī (m. 514/1111), notamment du malikite al Qurṭubī (m. 671/1272) etc. Ibid, T. I, p.
8-12.
À ce propos, nous ajoutons le livre intitulé al Maghᾱzī al-nabawiyya, attribué à Ibn shihᾱb al-Zuhrī, annoté par Su-
haïl Zekkᾱr, éd. Dᾱr al-Fikr, Damas, 1981 ; également Akhbᾱr al-Madīna d’Ibn Zabᾱla (199/814), compilé par Ṣalᾱḥ
Salᾱma, éd. Markaz Buḥūth wa Di-rᾱsᾱt de Médine, 2003.
592
Micheau (Françoise), op. cit., p. 33.
593
Eliade (Mircea), Le sacré et le profane, éd. Gallimard, Paris, 1965, p. 82.
Mircea Eliade parle, évidemment, du commencement primordial et originel lié à l’univers. Cependant, il semble
que les expériences partielles de l’homme, peuvent adhérer à ces spéculations.
594
cf., Robin (Christian Julien), « Ḥimyar, des inscriptions aux traditions » dans Jerusalem Studies in Arabic and Islam,
o
éd. The Hebrew University of Jerusalem, 2005, N 30, pp. 2 sqq.

91
Le premier et le troisième point sont manifestement liés, l’un avec l’autre. Nous estimons que le
dernier point cité ci-dessus résulte tout simplement du premier. Probablement, l’origine d’Ibn
Hishām est derrière la volonté de son dessein de sauvegarder le "livre" d’Ibn Munabbih, en
utilisant les moyens de l’époque, c’est-à-dire le rapporter. Un membre loyal, semble-t-il, d’un
groupe donné, pour reprendre l’expression d’Anne Ancelin Schützenberger.597
Le conflit sous-jacent entre les Qaḥṭaniens598, autrement dit les Arabes du Sud, estimés être les
Arabes de pur souche ; et les ‘Adnaniens599, les Arabes du Nord, considérés comme arabisés et
non comme pur arabe, est très ancien. Il peut jeter beaucoup de lumière sur des antagonismes di-
ssimulés souvent sous un vernis religieux. Le conflit politique a-t-il pris l’aspect généalogique dans
cette tradition attribuée au Prophète :
« Les généalogistes présentent faussement ma généalogie lorsqu’ils prétendent remonter jusqu’au
père de ‘Adnān. »600
‫ن‬
".‫الترفعوب فوق عدنان‬..‫" كذب النسابون‬
Le premier conflit politique après le décès du Prophète, appelé dans la littérature historique
l’affaire de la saqīfat des Banū Sāi‘da,601 oppose, en réalité, les anṣār, les autochtones de Médine,
qui sont des descendants de Qaḥṭān602, aux Qurayshites, les fils de ‘Adnān603avec leurs deux
grandes familles les Banū ‘Abd Shams, les ascendants des Omeyyades604, et les Banū Hāshim, les
aïeux des Abbassides.605
Le contexte ne permet pas de développer ce point, néanmoins nous voulons juste attirer l’attent-
595
Wahb Ibn Munabbih (m. 110/728) et un personnage clé afin de concevoir les prémices de la culture musulmane.
Ce protagoniste Yéménite d’origine juive a côtoyé, entre autres, Ibn ‘Abbās, ‘Abd Allāh Ibn ‘Umar, ‘Abd Allāh Ibn
‘Amr Ibn al-‘Āṣ et Abū Hurayra. Aḥmad Ibn Ḥanbal, entre autres, prétend qu’il était aussi d’origine perse.
cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 102. Ibn khayyāṭ (Khalīfa), op. cit., p.340. Ibn ‘Asākir (‘Ali), op. cit., T.
LXIII, pp. 366 sqq. Al- Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXXI, p. 140. Ibn Kathīr, op. cit., T. II, p. 1448. Voir également,
Maḥmūd (Muḥammad), Nubuwat Muḥammad, al-tārīkh wa-l-ṣinā‘a-medkhal li qirā’a neqdiyya-, éd. Center for
critical studies of religion, Londres, 2013, p. 61 sq.
Il a exercé la magistrature à Sanaa jusqu’à ses derniers jours, sous le règne des Omeyyades, en l’occurrence, le
calife Hishām Ibn ‘Abd al-Malik. En revanche, Il s’est référé aux livres hébraïques, connus sous le nom les isrā’i
liyyāt. cf., al-Ḥamawī (Yaqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. VI, p. 2802.
Tous ses biographes ont pratiquement relaté un ḥadīth, certainement controuvé, qui le met en parallèle avec un
certain Ghīlān le Damascène, un précurseur du Mu‘tazilisme, et , manifestement, un anti-omeyyade. Ledit ḥadīth
illustre clairement Wahb tel un sage tandis que Ghīlān pire que Satan. Le prophète aurait dit :
".‫ أحدهما يقال له وهب يؤتيه هللا الحكمة و اآلخر يقال له غيالن هو أشد على أمتي من إبليس‬: ‫" سيكون في أمتي رجالن‬
cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid. Ibn ‘Asākir (‘Ali), Ibid., p. 375. Al- Mizzī (Yūsuf), Ibid., p. 144.
596
Ce livre a été édité pour la première fois à Hyderᾱbād en Inde en 1928 ; le centre des études et des recherches
Yéménites à Sanaa a pris le soin de le rééditer en 1979. cf., Ibn Munabbih (Wahb), Kitāb al-Tijān fi mulūk Ḥimyar,
éd. centre des études et des recherches Yéménites, Sanaa, 1979, p. 8.
597
Schützenberger (Anne Ancelin), op. cit., p. 56.
598
Concernant Qaḥṭān, cf., Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), Tᾱrīkh Ibn Khaldῡn, op. cit., T. II, pp. 36-53
599
Pour ce qui est de ‘Adnān, cf., Ibid., T. II, p. 356.
600
Ibid., p. 5.
601
Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. III, p. 203.
602
Ibn Khaldūn(‘Abd al-Raḥmān), Ibid., pp. 52.343
603
Ibid., p. 387
604
Ibid., p. 392.
605
Ibid., p. 393.

92
ion sur cette vision historique réelle. ‘Abd al-‘Azīz al-Dawrī constate :
« ..Le conflit et la concurrence entre les Arabes du Nord et les Arabes du Sud sont derrière
beaucoup de récits, et se sont, peut-être, les raisons sous-jacentes du chauvinisme des
généalogistes Arabes du Nord…»606
Cette rivalité qui a toujours existé entre les Nordistes et les Sudistes, explique, peut-être, le conflit,
en partie au moins, entre la Mecque et Médine. 607
Par ailleurs, Christian Décobert affirme sans réserve que cette division, supposant un père
commun Ismā‘īl aux deux ancêtres éponymes, ‘Adnān et Qahtān, ne vient pas d’avant l’Islam, elle
est incontestablement postérieure à la conquête, pour reprendre ses termes.608
Si nous prenons le risque de citer rapidement un exemple, nous évoquerons l’érudit Égyptien al-
Layth Ibn Sa‘d (m. 165 /781), contemporain de Mālik609 et qui était un jurisconsulte indépendant
‫مـجـتهد مستقل‬.610 Al-Shāfi‘ī l’aurait décrit ainsi :
«Al-Layth Ibn Sa‘d devançe Mālik Ibn Anas en jurisprudence, toutefois ses disciples l’avaient
lâché. »611, ou dans une langue contemporaine : « Ce sont les disciples qui inventent les maîtres,
conclut R. Debray. »612
Autrement dit, ils n’ont pas répandu ses « livres ». Cela est-il dû à l’infidélité de ses élèves, ou tout
simplement est-il dû à son origine perse613 et sa relation affective avec les Ma‘āfirites, autrement
dit les Qaḥṭaniens ?614
Bien entendu, l’élément tribal, bien qu’il soit un facteur essentiel dans les conflits que l’histoire
islamique ancienne ait connus, ne peut occulter la raison principale de tout combat, qui n’est que
le contrôle total ou partiel, direct ou indirect, de l’appareil d’État par l’intermédiaire du calife
soutenu.615
Pour en revenir à notre point de départ, nous supposons qu’une comparaison approfondie entre
les deux ouvrages : la biographie d’Ibn Hishām et le Tijān de Wahb Ibn Munabbih, nous dévoile

606
Al-Dawrī (‘Abd al- ‘Azīz), Nasha’t ‘ilm al-tārīkh ‘inda al-‘arab, éd. Markaz zᾱyed li al-turāth wa l-tārīkh, al- ‘Ayn
(E.A.U), 2000, p. 17.
607
En dépit de ses interventions médiatiques controversées, Delcambre observe pertinemment, dans un livre qui
reste cependant vulgaire, que les spécialistes de l’Islam n’ont pas assez mis l’accent sur l’importance de cet
antagonisme. cf., Delcambre (Anne-Marie), Mahomet, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 2008, p. 81.
608
Décobert (Christian), Le mendiant et le combattant – L’institution de l’islam-, éd. du Seuil, Paris, 1991, p. 96. Et
voir : Julien Robin (Christian), op. cit., p. 16 sq.
609
Au sujet d’al-Layth b. Sa‘d voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 270 sqq.
610
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. IX, p. 524. Nous remarquons en passant que le biographe Ibn Sa‘d consacre
quatre lignes pour ce savant Égyptien, tandis qu’il rédige six pages complètes pour son contemporain médinois
Mālik Ibn Anas (m. 179/795). cf., Ibid., T. VII, p. 570.
611
Al-Mizzī (Yūsuf), op.cit., T. XXIV, p. 270. cf., Al-Sayῡțī (Jalāl al-Dīn), Ḥusn al-muḥāḍara fi tārīkh Miṣr wa l-Qāhira,
éd. Dār ihyā’ al-kutub al-‘arabiyya, Le Caire, 1967, T. I, p. 301.
612
Debray (Régis), Transmettre, éd. Odile Jacob, Paris, 1997, p. 40.
613
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., p. 256. il était précisément d’Ispahan. cf., Abῡ Nu‘aym (Aḥmad), op. cit., p. 321.
614
Ibn Munabbih (Wahb), op. cit., p. 73. cf., aux études du « médiologue » Régis Debray, notamment son livre :
Transmettre, op. cit., pp. 37 sqq. p. 109 sqq.
615
Michel (Françoise), op. cit., p. 169. p.173.

93
peut-être les influences qu’Ibn Hishām aurait subies lors de sa tâche accomplie à l’égard de
l’œuvre éventuelle d’Ibn Isḥāq.616
En ce qui concerne l’émigration de notre biographe iraquien vers l’Égypte, elle pose un problème
inéluctablement pour tout chercheur : Il est natif de Bassora, finit ses études en Iraq et c’est sur
ces terres qu’il s’initie à la biographie d’Ibn Isḥāq par le biais de son disciple Ziyād al-Bakāī’.617
Pourquoi a-t-il quitté la capitale de Harūn al-Rashīd (m. 193/808), ou du moins de son fils al-Amīn
tué en 198/813 de notre ère ?
Le savant Égyptien al-Sayūțī reprend la phrase d’Ibn Kathīr gravant ainsi sa pensée :
« Ibn Hishām était déjà installé quand al-Shāfi‘ī émigre en Égypte. Ils avaient coutume de réciter
ensemble la poésie Arabe …»618
La migration de Shāfi‘ī (m. 204/820) vers l’Égypte, qui est également préoccupante, peut éclaircir
le cas d’Ibn Hishām. L’Azharite Abū Zuhra, qui consacre une étude à part entière à Shāfi‘ī, s’étonne
au sujet de cette émigration, apparemment volontaire, du fondateur de l'école shafiite :
«Pourquoi Shāfi‘ī écourte son séjour à Baghdad, plaque tournante du savoir et de science ?
L’Égypte ]à cette époque[ n’avait pas cette réputation scientifique de la capitale abbasside…»619
Selon Abū Zuhra, Shāfi‘ī aurait quitté l’Iraq vers 198/813,620 probablement pour deux raisons :
la prédominance de l’élément perse au sein des élites du pouvoir politique après le triomphe
d’al-Ma’mūn devant son demi-frère, al-Amīn, tué dans cette guerre fratricide621; et la domination
totale ou presque des mu‘tazilites lors du règne de ce septième calife abbasside. Ce dernier motif
était décisif, d’après Abū Zuhra, pour que ce savant qurayshite quitte Baghdad.622
Cette retraite, si nous osons la qualifier ainsi, du grand théoricien orthodoxe, renommé comme un
ardent défenseur de la tradition à Baghdad, reste une énigme pour nous.623 À moins que sa
réputation présumée ait été constituée ultérieurement. À un tel point qu’on fait appel à la généal-
ogie afin d’affirmer que Shāfi‘ī est semblable au prophète Muḥammad par rapport à son arbre gé-
néalogique.624Le témoignage attribué au grand expert du ḥadīth, Abū Ḥātim al-Rāzī (m. 277/890),
élucide le rôle postérieur du Shāfi‘ī dans le conflit entre les traditionnistes et les mu‘tazilistes : 625
« Sans Shāfi‘ī, les gens de la tradition prophétique étaient dans l’aveuglement. »626

616
Par exemple l’histoire d’un certain ‘Ᾱbir Ibn Shᾱlikh Ibn Arfakhachdh Ibn Sᾱm Ibn Nῡḥ, notamment l’ouverture de
sa poitrine et la purification de son cœur par un ange déscendu du ciel, et surtout le commandement reçu par
l’ange de lire, ‘Ᾱbir lui répond : Quest-ce-que je lis ? Alors l’ange rétorque : Lis :
« .‫» شهد هللا بالحق بسم هللا الرحمـان الرحيم شهد هللا أنه ال إله إال هو‬, cf., Wahb Ibn Munabbih, Ibid., p. 36.
617
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. IX , p. 489.
618
Al-Sayūțī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 531. cf., Ibn Kathīr (Ismāī’l), op. cit., T. II, p. 1594.
619
Abū Zuhra (Muḥammad), al- Shāfi‘ī, éd. Dār al-fikr, Le Caire, 1948, p. 26.
620
Il arrive en Égypte entre 199/814 et 200/815. Voir al-Bayhaqī (Aḥmad), Manāqib al-Shāfi‘ī, éd. Dār al-turāth, Le
Caire, 1971, T. I, p. 237 sq. Al-Rāzī (Fakhr al-dīn), Manāqib al-imām al-Shāfi‘ī, éd. maktabat al-kuliyyāt al-azhariya,
Le Caire, 1986, p. 40.
621
cf., Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 478.
622
Abū Zuhra (Muḥammad), op. cit., p. 26 sq.
623
Al- Khaṭīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 408.
624
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXIV, p. 360.
625
Voir, Ess (Josef Van), Prémices de la théologie musulmane, éd. Albin Michel, Paris, 2002, p. 34. cf., Brown (Jona-
than), The Canonization of al-Bukhārī and Muslim -The formation and function of the sunnī ḥadīth canon-, éd. Brill,
Leyde, 2007, p. 145.

94
Toutes proportions gardées entre les deux hommes, Il y a lieu de s’interroger :
Pourquoi le grammairien Ibn Hishām s’installe-t-il dans une ville périphérique par rapport à
Baghdad, centre culturel de l’époque ? Nous avons déjà évoqué le voyage de son maître indirect
Ibn Isḥāq vers la terre de ses aïeux en Iraq. En émigrant en Égypte, voulait-il rejoindre son pays
d’origine ou pour être plus précis, sa tribu originelle ? Or, le pays de l’individu de cette époque de
l’histoire est, semble-t-il, sa tribu.627Il appartient à la grande et très ancienne tribu Yéménite
Ma‘āfir628 dont la grande majorité de ses membres s’installait en Égypte, surtout lors de la
conquête égyptienne par l’armée du général ‘Amr Ibn al-‘Ᾱṣ, 629 composée essentiellement de
Ma‘āfirites.630
À présent, nous nous bornons à examiner ce texte, le Pacte de Médine, en se rappelant toujours
que ce document ne peut être fiable d’une manière aussi totale et absolue, ou pour reprendre la
phrase du médiéviste A. Esch :
« Il est probable que l’historien ne peut faire mieux qu’au minimum garder à l’esprit le problème
de la chance et du hasard de la transmission et résister à la tentation de se laisser par trop guider
par ses sources : de présenter comme « exemplaire » ce qui a simplement « surnagé »… »631
Nous allons désormais, suivre la voie des historiens qui ont longtemps exploité des textes qu’ils
ont eus à leur portée, sans en tester la pureté. Les documents étaient couramment édités selon
les premières copies venues, bonnes ou mauvaises, combinées et corrigées au hasard.632
Nous avançons donc, en essayant de ne pas omettre cette réalité troublante de la fiabilité de nos
sources, bien que le prophète Muḥammad soit l’objet d’une documentation abondante par
rapport aux autres prophètes fondateurs des religions universelles.633
Néanmoins, ce foisonnement de documents n’est pas toujours positif. Et par-dessus tout, nous
avons tendance à négliger constamment, que cette surabondance présumée découle, sans aucun
doute, de nombrables sources originelles. Nous rejoignons E. Renan qui décrète : « Trop bien
savoir est un obstacle pour créer.»634 Nous percevons le vocable « créer » dans son sens le plus
large.

626
Al-Rāzī ( Fakhr al-Dīn), Manāqib al-imām al-Shāfi‘ī, op. cit., p. 65.
627
Gellner (Ernest)& Micaud (Charles Antoine), Arabs and Berbers : from tribe to nation in North Africa, éd. Duck-
worth, London, 1973, pp. 25 sqq.
628
Ibn Khillikān (Aḥmad), wafayāt al-A‘yān, éd. Dār Ṣādir, Beyrouth, 1994, T. III, p. 177. Voir, Micheau (Françoise), op.
cit., p. 150.
629
Pour cette conquête, cf., Al- Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. IV, p. 104.
630
Ibn Munabbih (Wahb), op. cit., p.73.
631
Esch (Arnold), op. cit., p. 29.
632
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 73.
633
Eliade (Mircea), Histoire des croyances et des idées religieuses, - De Mahomet à l’âge des réformes - éd. Payot,
Paris, 1983, T. III, p. 71. Après avoir signalé cette abondance, Mircea Eliade remarque : « Ajoutons pourtant que la
valeur historique de ces sources n’est pas toujours assurée. ». Ibid.
634
Renan (Ernest), Essais de morale et de critique, éd. Calmann-Lévy, Paris, 1859, p. 58.

95
On n’est très loin de ce cap où l’on prétend pouvoir raconter une histoire ancienne et sacrée à
partir d’une nouvelle perspective qu’est l’archéologie, départageant ainsi ce qui appartient à la
légende de ce qui revient à la réalité.635
nous admettons donc que notre chemin n’est pas aussi clair qu’il paraisse, et de ce fait nos idées
et nos propos ne peuvent être que nuancés.

635
Frinkelstein (Israël) & Silberman (Neil Asher), La bible dévoilée -Les nouvelles révélations de l’Archéologie-, Trad.
de l’Anglais par Patrice Ghirardi, éd. Bayard, Paris, 2002, p. 13 sq. cf., Römer (Thomas), Les cornes de Moïse-Faire
entrer la Bible dans l’histoire-, éd. Fayard, Paris, 2009, p. 39 sq., également, Liverani (Mario), La Bible et l’inven-
tion de l’histoire -Histoire ancienne d’Israël-, Trad. de l’italien par Viviane Dutaut, éd. Gallimard, Paris, 2010, p. 23.
e e
45 et passim. Voir également, Cahen (Claude), Introduction à l’histoire du monde musulman médiéval -VII -XV -,
op. cit., pp. 41 sqq.

96
II. II. L’Authenticité du texte de Médine.

C’est Ibn Hishām, donc, le rapporteur principal de ce texte narré par le grand biographe Ibn Isḥāq.
Le grammairien Ibn Hishām n’a certainement pas rencontré ce dernier mais il s’y réfère à travers
son disciple Ziyād Ibn ‘Abd Allᾱh al-Bakāī’, comme énoncé ci-dessus.
Si l’authenticité de cette biographie du Prophète, validée par l’ensemble de la communauté
musulmane, ne tient qu’à un fil, la crédibilité du Pacte de Médine serait, aussi, controversée,
puisque c’est un texte parmi d’autres de cette biographie prophétique. Un élément d’un
ensemble contesté prend part, probablement, à cette appréciation. Néanmoins, un document
suscitant le doute dans son originalité, ne provoque pas forcément le même soupçon sur ses
parties intégrantes.636 La présence de données imaginaires ne nous amène pas à considérer
l’ensemble du texte comme imaginaire et nous n’avons aucune peine, affirme R. Girard, à faire le
partage du vrai et du faux.637

Dans la biographie d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām la Ṣaḥīfa de Médine est placée parmi les événements
qui ont marqué la vie du Prophète. Elle est considérée tel un événement parmi d’autres. Ibn Isḥāq
décrit les Médinois en train d’attendre impatiemment l’apparition du Prophète, ses hôtes, sa
construction de la mosquée, l’arrivée des muhājirūn, ces deux premiers prêches pour parvenir au
texte en question et qui a été suivi par d’autres événements tels la fraternisation entre les
muhājirūn et les anṣār et la mort d’As‘ad Ibn Zurāra, un notable de Banū al-Najjār.638
Par ailleurs, la même Ṣaḥīfa, malgré les variantes existantes entre les deux versions639, a été
transmise par Abū ‘Ubayd, suivi par son disciple Ḥumayd Ibn Zanjawayh, est rangée avec les traités
et les écrits que le Prophète et ses compagnon auraient accomplis.640

Mais tout d’abord, le Pacte de Médine est-il bien authentique ? Autrement dit, a-t-il vraiment été
dicté par le Prophète ? Ce document, comme il a été transmis par Ibn Hishām, n’a-t-il pas été
altéré en cours de route ? Le pouvoir politique omeyyade et abbasside, n’a-t-il pas influencé, voire
orienté les historiens à cet égard, pour des fins et perspectives politiques ?
Commençons par un chercheur récent qui résume l’avis des chercheurs occidentaux par ceci :
«..son authenticité [la Ṣaḥīfa] a été acceptée pratiquement par tous les érudits, même par le cour-
ant complètement sceptique à l’égard de la littérature historique arabo-musulmane concernant
les origines de l’Islam.»641

636
Djaït (Hichem), op. cit., T. I, p. 44.
637
Girard (René), Le Bouc émissaire, éd. Grasset&Fasquelle, Paris, 1982, p. 18.
638
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. I, pp. 333 sqq.
639
cf., au chapitre : III. II. VI. Les variantes.
640
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd Ibn al-Qᾱsim), op. cit., pp. 280 sqq. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, pp. 449 sqq.
cf, au chapitre : III. I. II. II. Les différents isnād de la Ṣaḥīfa.
641
Donner (M. Fred), op. cit., p. 26. 28. Et voir, p. 29.

97
Cook note à ce sujet : "[It] could well be authentic in substance."642 Bien que Crone et Cook n’ont
pas essayé d’analyser le texte de Médine,643 ils remarquent toutefois : "This document is a paten-
tly anomalous and plausibly archaic remnant of the Islamic tradition."644
Ailleurs, P. Crone décrit ce texte : " It sticks out [in Ibn Isḥāq’s Sīra] like a piece of solid rock in an
accumulation of rubble. " 645
R. B. Sergeant estime que ce document, ou plutôt ces documents, car il partage ce texte en huit
parties,646 est sans doute authentique.647
Selon M. Lecker, ce texte est largement reconnu comme authentique.648Il note : " It is widely
acknowledged as authentic and as dating back to the time of the Prophet." 649
Il signale brièvement cette authenticité, juste en passant, sans pour autant analyser ou étudier les
différents avis.650
R. Blachère, garantit la conformité de ce Pacte médinois sans aucune ambigüité :
« Ce Document d’une authenticité certaine, et qui constitue le premier de cette nature dans
l’histoire de l’Islam, paraît de peu postérieur à l’émigration. »651
Il ne s’attarde pas sur cet énoncé, toutefois, sa seule preuve pour justifier ce choix est la nécessité
et l’utilité de ce Traité pour le prophète Muḥammad, il explique :
« La tristesse des Immigrés d’avoir laissé des êtres chers dans une ville si chère à leurs cœurs, de
se sentir à la charge de leurs hôtes médinois, et pour achever tous cela, la malaria fit son
apparition parmi les compagnons de Muḥammad, Abū-Bakr fut parmi les premiers atteints. C’est
dans cette atmosphère que Charte de Médine a été promulguée afin de régler les rapports des
Immigrés, des Auxiliaires et des juifs. »652
Selon Blachère, la fragilité de la position de Muḥammad dans cette première période à Médine l’a
incité à conclure ce compromis.653
Effectivement, Ibn Hishām raconte d’après Ibn Ishāq, d’après Hishām Ibn ‘Urwa, d’après son père
‘Urwa, d’après sa tante ‘Āi’sha, l’épouse du Prophète :
« Quand le prophète Muḥammad arriva à Médine, celle-ci était la proie d’une épidémie de fièvre,
ses compagnons furent atteints d’une maladie grave, et Dieu préserva son Messager. »654 Elle
nomme Abū Bakr et Bilāl parmi les compagnons ébranlés par cette fièvre.655

642
Cook (Michael), Muhammad, éd. Oxford University Press, 1996, p. 75. cf., également aux pp. 20-21.
643
Rose (Paul Lawrence), op. cit., p. 8. n. 19.
644
Crone (Patricia) & Cook (Michael), Hagarism : The making of the Islamic Word, op. cit., p. 7.
645
Crone (Patricia), Slaves on Horses : the evolution of Islamic polity, éd. Cambridge University Press, 1980, p. 7.
646
cf., III. II. IV. Les variantes.
647
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 3. «The Sunnah Jᾱmi‘ah », op. cit., p. 8.
648
Lecker (Michael), op. cit., p. IX.
649
Ibid.
650
Ibid.
651
Blachère (Régis), Le problème de Mahomet, éd. Presses Universitaires de France, Paris, 1952, p. 96.
652
Ibid., p. 98.
653
cf., Rubin (Uri), op. cit., p. 15-16.
654
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., éd. al-Saqā, T. II, p. 238.
655
Ibid.

98
Par ailleurs, pendant cette première année à Médine, al-Ṭabarī annonce la mort d’As‘ad Ibn
Zurāra, à cause d’une angine de poitrine.656Non loin, al-Ṭabarī évoque un autre motif de son
décès, à savoir une méningite cérébro-spinale.657 Il s’agit probablement de la même maladie avec
des symptômes différents.
R. Blachère insiste dans son œuvre sur la vulnérabilité du Prophète et de ses compagnons en cette
période, il annonce :
« Ce Document révèle en un brusque trait de lumière combien, vers ce temps, la position de
Mahomet reste délicate. Si en effet pour l’essentiel, le Prophète ne fait pas de concession, en
revanche il n’entend point engager les intérêts supérieurs de ses adeptes dans les querelles entre
clans. Chacun de ceux-ci demeure responsable des litiges qui appartiennent au passé ou à
l’avenir »658
Pour l’historien Maxime Rodinson, le Pacte est, sans aucun doute, authentique. Il assure sans
équivoque : « Il est certainement authentique. »659
Sa première argumentation, similaire à celle présentée par Blachère, est que le Pacte de Médine
est une nécessité pour l’organisation de la communauté :
«Pour la survivance de la communauté, il fallait s’organiser, Il fallait que la position de Muḥammad
à Médine fût clairement définie. Il fallait que les relations entre les divers groupes qui
composaient maintenant la population médinoise fussent explicitées. »660 Il complète son
raisonnement par un deuxième argument :
« Ce Pacte contient des dispositions contraires à l’image qu’on se fera plus tard de la primitive
communauté musulmane.»661
Nous osons dire que son deuxième raisonnement, pour justifier cette authenticité si confirmée
par la majorité des chercheurs, est plus précaire. Or, ces dispositions différentes de la première
société musulmane peuvent attester la crédibilité du document, comme elles peuvent également
témoigner de sa mystification. Cet argument fourni par Rodinson, donc, est à double face : nous
avons l’habilité de le porter des deux côtés.
Cependant, si le passé paraît ainsi trop bien coïncider avec ce qui va advenir ensuite, on se trouve
très souvent, comme l’a remarqué Chabbi, en présence d’une reproduction idéologique ou my-
thique.662Nous constatons, sans ambiguïté, que ces deux visions, celle de Rodinson et celle de
Chabbi, sont complètement différentes. Les données d’un document qui se duplique avec les
actions futures est une preuve tangible d’une mise en scène du passé. Pourtant, ces éléments, s’ils
ne correspondent pas avec les faits de la société musulmane originelle, ne nous offrent guère une
assurance de leur fiabilité.

Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., Tome II, p. 397. ...‫وكانت وفاته بالذِّّبحة‬...
656

657
Ibid., p. 398. [‫ي كوى أسعد بن زرارة من الشّوكة‬
َّ ‫] إن النب‬
658
Blachère (Régis), op. cit., p. 97.
659
Rodinson (Maxime), Mahomet, éd. du seuil, Paris, 1968. p. 183.
660
Ibid.
661
Ibid.
662
Chabbi (Jacqueline), Le seigneur des tribus -L’islam de Mahomet-, éd. CNRS, Paris, 2010, p. 336.

99
Néanmoins, et après quelques lignes seulement, Rodinson oublie son intime conviction, en
signalant que les noms des trois grandes tribus juives663 ont disparu du texte quand elles ont été
éliminées de la scène.664 Perçoit-il que le prophète Muḥammad lui-même a abrogé ce document
d’une façon partielle ?

Son contemporain Écossais W. Montgomery Watt exprime toutefois une réserve :


« Ce Document a généralement été considéré comme authentique. »665 Il réaffirme les raisons
suivantes, présentées succinctement, par Julius Wellhausen :
« Aucun falsificateur postérieur, écrivant sous les Omeyyades ou les Abbasides, n’aurait inclus des
non-musulmans dans la Umma ; en outre aucun n’aurait conservé les articles contre les
Quraïshites et n’aurait donné à Mahomet une place si importante. De plus le style en est
archaïque, et certaines expressions, telles que les croyants pour les musulmans, employées dans la
plupart des articles, appartiennent à la première période médinoise. »666
On voit bien que les raisons proposées par Wellhausen et Watt pour justifier la conformité de ce
document, ne dépassent pas le seuil des hypothèses.
On peut toujours supposer que les historiographes d’époque omeyyade et abbasside ont pu con-
vaincre les califes de l’avantage d’incorporer les non-musulmans dans ce Pacte, afin de mettre en
exergue la tolérance de l’islam et la démonstration formelle de la déloyauté des Dhimmis.
L’idée énoncée ci-dessus, que personne n’aurait conservé les articles contre les Quraïshites et
n’aurait pas donné à Muḥommmad une place si importante, nous semble plus proche d’une
argutie que d’un argument.
Comment nos deux grands historiens n’ont-ils pas relevé que les Quraïshites cités dans ce Pacte
sont à priori les Omeyyades ? Les pires ennemis des Abbassides! Or, Abū Sufyān, le chef du clan
omeyyade et le patriarche de cette dynastie qui a régné près d’un siècle, est le protagoniste
du conflit qui oppose Muḥammad à Quraïsh667. Nous pouvons donc supposer, que la citation des
Quraïshites dans ce Traité, est propice, politiquement parlant, aux Abbassides.
A propos de la terminologie employée dans ce document, nous y reviendrons dans les pages
suivantes. Pour l’instant, continuons à examiner minutieusement cette authenticité tant attestée.
Pour l’islamologue Maurice Gaudefroy-Demombynes, qui qualifie ce Traité de chef d’œuvre668, il
ne convient pas de critiquer trop vivement l’incohérence dans ce texte capital, car celle-ci est
fréquente dans des documents de ce genre669. Pour ce chercheur, vraisemblablement, ce Pacte
prophétique, est crédible.670
663
Il s’agit, comme nous le verrons plus tard, des clans de : Qaynuqā‘, Banū al-Naḍīr et Qurayẓa.
664
Rodinson (Maxime), op. cit., p. 184.
665
Watt (william. Montgomery), op. cit., p. 272.
666
Ibid. cf., Donner (M. Fred), op. cit., p. 29.
667
Al-Wāqidī illustre bien le rôle décisif d’Abū Sufyān lors de la bataille d’Uḥud. cf., Al Wāqidī (Muḥammad), op. cit., T.
I, pp. 199-200.
668
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), Mahomet, éd. Albin Michel, Paris, 1969. p. 114.
669
Jack Goody considère : « la notion d’unité, élément si central à la critique littéraire post-aristotélicienne, n’est que
de très peu d’utilité pour analyser une production orale. », La raison graphique - La domestication de la pensée
sauvage-, op. cit., p. 34.
670
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), op. cit.

100
Cette référence de ce centenaire ou presque nous contraint à la remarque suivante : cet ouvrage
sur lequel il a travaillé est le couronnement de ses recherches jusqu’à ses derniers jours avec
toutes les difficultés provenant d’une vue défaillante qui a obligé son ami Claude Cahen,
professeur d’histoire du Moyen Âge, de relire et de corriger ses longues pages.671Cette
constatation peut paraître insignifiante toutefois souvenons-nous de l’observation de M.
Foucault :
« Suffit-il d’ajouter aux textes publiés par l’auteur ceux qu’il projetait de donner à l’impression et
qui ne sont restés inachevés que par le fait de la mort ? » 672 Plus loin, il explicite :
« On sait bien par exemple que pour les historiens de la littérature, l’édition d’un livre publié par
les soins de l’auteur n’a pas le même statut que les éditions posthumes. »673
En dépit de cette crédibilité probable de cette Charte chez Gaudefroy-Demombynes, il ramarque :
«Il est beaucoup plus troublant de constater que la tradition ne l’a conservée que chez les
annalistes classiques et que l’on pourrait croire que l’orthodoxie a été embarrassée d’attribuer au
Prophète une organisation qui assemblait en un même groupe les musulmans et les juifs. »674
Le scepticisme et l’incertitude commencent-ils à planer sur cette Șaḥīfa ?

Effectivement, nous percevons avec Gaudefroy-Demombynes que ce Pacte de Médine a été jugé
inauthentique chez les érudits de la tradition. Al-Albāni, par exemple, commente la Charte de
Médine :
« Ce document a été rapporté par Ibn Isḥāq sans chaîne des garants « isnād ».»675 Il décide ainsi
tout simplement que ce texte est non fiable.676
Le champ de bataille apparent dans le conflit entre les érudits orthodoxes et leurs adversaires,
historiens ou autres, ce sont ces textes de la tradition. Les orthodoxes spécialistes du ḥadīth ont
imposé des règles pour créditer ou discréditer les hommes qui les rapportent, conditionnant ainsi
toute action culturelle.
Tout opposant à ces principes établis est déconsidéré, voire excommunié. Cette tentative de
domination et de règne sur le plan culturel et social permet la maîtrise de la masse des sujets afin
d’exercer une influence probable, d’une manière ou d’une autre, sur le champ politique.
Ce désir profond, toutefois, ne manque pas de remonter à la surface et d’émerger. Le titre le plus
élevé attribué aux spécialistes de la tradition prophétique est « Prince des croyants de la

671
Ibid., p. 6 sq. À ce propos attirons l’attention sur sa première refonte du : Introduction à l’histoire de l’Orient musul-
man de Jean Sauvaget (m. 1950), cf., Ibid., éd. Adrien-Maisonneuve, Paris, 1961, pp. I-IV. Voir également, Cahen
e e
(Claude), Introduction à l’histoire du monde musulman médiéval -VII -XV siècle-, op. cit., p. 8 où il estime que son
ouvrage en question est une deuxième refonte du livre de J. Sauvaget et que même si quelque chose subsiste de ce
dernier, il deviendrait, dit-t-il, malhonnête de continuer de se couvrir de son nom.
672
Foucault (Michel), L’archéologie du savoir, éd. Gallimard, Paris, 1969, p. 37.
673
Ibid., p. 141.
674
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), op. cit., p. 114.
675
Al- Ġazālī (Muḥammad), Fiqh al-Sīra, les traditions du livre sont annotées par Muḥammad al- Albānī, éd. Dār al-
Shurūq, Le Caire, 2000, p. 142.
676
Au sujet d’al-Albānī voir, Brown (Jonathan), op. cit., pp. 321-334.

101
‫ن ن‬
tradition »‫المؤمني ف الحديث‬ ‫ أمـب‬.Ce titre a été décerné à une élite très restreinte, dont Sufyān al-
Thawrī, Aḥmad Ibn Ḥanbal et le réputé al- Bukhārī.677
L’opposition entre les spécialistes du ḥadīth et les historiens a été très aiguë. Nous avons déjà
évoqué la réaction des savants de la tradition vis-à-vis d’Ibn Isḥāq dans les pages précédentes. Or,
ils ont adopté la même position par rapport aux pionniers de l’histoire musulmane tels Sayf Ibn
‘Umar (m. 180/796)678ou al-Wāqidī m. (207/822) et son élève le biographe Ibn Sa‘d, évoqué
précédemment.
Au sujet des renseignements historiques relatés par Sayf Ibn ‘Umar, le grand érudit de la tradition
Yaḥya Ibn Ma‘īn lance : « Une obole plutôt que ses informations679 ! »680
Concernant al-Wāqidī, al-Ḏahabī relève :
«…Bien qu’il soit un contenant de la science, il manque de fiabilité. »681, en poursuivant :
« …Ibn Māja682 n’ose pas le citer dans une chaîne des garants tellement il le discréditait, alors qu’il
[al-Wāqidī] était magistrat de Bagdad. »683
Il conclue : « Aḥmad Ibn Ḥanbal684dit : C’est un grand menteur…al-Bukhārī remarque : Il faut le
laisser de côté, matrūk…»685
Ibn Sa‘d, le scribe d’al-Wāqidī, n’a pas été épargné par leur critique de sorte qu’al-Khaṭīb al-
Baghdādī formule des sentences à son égard :
« J’ai été informé qu’un certain al-Ḥusayn Ibn fahm a dit : « J’ai été chez Mus‘ab al-Zubayrī quand
Yaḥya Ibn Ma‘īn arrive, alors Mus‘ab l’interroge : «Ibn Sa‘d nous a rapporté ceci, et il cite une
tradition, Ibn Ma‘īn réplique promptement : Il ment…»686

677
Ibn Kathīr (Ismā‘īl), al-Bā‘ith al-Ḥathīth sharḥ ikhtiṣār ‘ulῡm al-ḥadīth, annotés par Aḥmad Muḥammad Shākir et al-
Muḥammad Albānī, éd. Maktabat al- Ma‘ārif li al-nashr wa al-tawzī‘, Riyad, 1996, T. II, p. 432.
Après avoir écrit cela, nous découvrons chez Djaït une idée similaire, il note : « Évincés du pouvoir aussi bien par
les Omeyyades que par les Abbassides, ces savants (tels que Saʿīd Ibn al-Musayyib, ‘Urwa Ibn al-Zubayr, et al-Zuhrī,
déjà citée par l’auteur dans les lignes précédentes) donnent l’impression de compenser une frustration politique
par l’activité savante. » Djaït (Hichem), op. cit., T. II, p. 51.
678
À propos de Sayf Ibn ‘Umar voir, Landau-Tasseron (Ella), « Sayf Ibn ‘Umar in Medieval and Modern Scholarship »,
dans Der Islam 67 (1), éd. Walter de Gruyter, Berlin, 1990, pp. 1-26.
679
Néanmoins, ses informations rapportées par Ibn ‘Umar (Sayf), ont été compilées et éditées sous le titre : Kitāb
al-ridda wa l-futūḥ wa kitāb al-jamal wa masīr ‘Ᾱ’isha wa ‘Ali, éd. Dār omeyya, Riyad, 1997.
680
Al-Ḏahabī (Muḥammad), Mizān al-i‘tidāl fi naqd al-rijāl, op. cit., T. III, p. 353.
681
Ibid., T. VI, p. 273.
682
Un érudit médiéval de la tradition, Il rédige le dernier des six recueils de la tradition appelé Sunan Ibn Māja. Il
décède en 273AH/886 apr. J.-C. cf., Al-Mizzī (Yūsof), op. cit., T. XXVII, p. 40.
683
Al- Ḏahabī (Muḥammad), op. cit.
683
Ibid. Ibn Sa‘d relate l’histoire d’al-Wāqidī avec le calife Harūn al-Rashīd et son vizir Yaḥya Ibn Khālid, laquelle décrit
avec précision la nature des relations entretenues entre le pouvoir politique et les savants de l’époque. cf., Ibn
Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 603. Ibn Sa‘d décrit, toutefois, son maître : «… Il a exercé la magistrature
pendant quatre ans… C’était un érudit en histoire d’al-Maghāzī, la biographie du Prophète, en histoire des conqu-
êtes, notamment en tradition et jurisprudence… » Ibid.
684
À propos d’Aḥmad Ibn Ḥanbal voir, Melchert (Christopher), Aḥmad Ibn Ḥanbal, éd. Oneword, Oxford, 2006.
685
Al-Khaṭīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. III, p. 267.

102
Nous avons déjà constaté que les études critiques des chercheurs arabes sur ce sujet sont
rarissimes. En revanche, le chercheur contemporain Hicham Djaït prend le soin d’étudier cette
Șaḥīfa, et remarque judicieusement que nulle allusion à ce document n’a été faite par le Coran ;
d’après lui cette inattention du Coran vis-à-vis de la Charte de Médine est peut-être due à la
nature de ce Pacte, lequel est davantage politique que religieux.687
Ce texte n’est pas religieux, estime aussi R. B. Segeant, il contient des procédures pour maintenir
l’union et l’ordre au sein de la société.688 M. Gil déclare également que ce document ne peut être
considéré comme religieux, bien qu’il soit, ajoute-t-il judicieusement, difficile de séparer les
autres aspects de la vie de la religion dans l’histoire de l’Islam.689
Effectivement, pour revenir au raisonnement de H. Djaït, le Coran emploie le terme ṣaḥīfa au
pluriel huit fois, dont sept occurrences dans des sourates considérées comme mekkoises,
pourtant, aucun de ces versets n’évoque d’une manière ou d’une autre la Șaḥīfa de Médine.690
En outre, le mot écrire ‫ كـتب‬avec ses dérivés sont cités trois cent dix-neuf fois sans aucune
référence à l’Écrit de Médine.691
Les vocables mīthāq et‘ahd qui veulent dire pacte, traité ou charte ont été utilisés respectivement
vingt-huit fois692 et quarante-six fois sans aucune indication au grand événement de la cité de
Médine.693
Le seul verset coranique qui peut éventuellement renvoyer à la Ṣaḥīfa ou une partie de celle-ci
sans forcer son interprétation est : « Et pourtant ils avaient conclu un pacte avec Dieu de na pas
faire volte-face. Exigible était le pacte de Dieu ! »694 Le Coran a donc ignoré de signaler
explicitement cette Charte.
Cependant, le raisonnement proposé par Djaït pour justifier cette absence de la Ṣaḥīfa dans le
texte sacré laisse à désirer, étant donné que le Coran décrit même des faits moins importants,695
et représente des faits dont le politique et le religieux sont tellement mêlés qu’on ne peut les
dissocier.696 En tout état de cause, et bien que ce dernier sujet soit un thème central qui laisse à
penser et qui suscite beaucoup de méditation, nous ne pouvons tarder là-dessus car il sort du
propos de notre recherche.
Pour revenir à l’authenticité de cet Écrit que nous allons étudier, tout au moins indirectement, au-
cours des chapitres suivants, notamment « l’étude de l’isnᾱd », il faudra noter que lorsque nous
nous intéressons à cette authenticité, nous n’adhérons pas forcément aux critères et aux règles
institués par les savants du ḥadīth.

687
DjaÏt (Hichām), op. cit., T. III, p. 89.
688
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 4.
689
Gil (Moshe), op. cit., p. 44.
690
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuā’d), op. cit., p. 403.
691
Ibid., pp. 591-595.
692
Ibid., p. 741.
693
Ibid., p. 492. Nous reviendrons sur ces termes plus tard.
694
Berque(Jacques), op. cit., p. 449. Nous reparlerons de ce verset, ci-dessous, dans : II. III. La datation du texte de
Médine.
695
Ibid p. 621. Q LXVI, I.
696
Ibid., pp. 554-558. Q XLVIII, 1-10-27. Berque traduit le titre de cette sourate par « Tout s’ouvre », Ibid., p. 554.

103
Et en ce qui concerne la fiabilité de la Ṣaḥīfa, nous estimons aussi que nous ne devions pas faire
l’amalgame entre ce que nous appelons le noyau central de ce texte et ses détails périphériques.
Le noyau de ce texte, à notre sens, est le fait que le Prophète a accompli un Pacte entre les
muhājirūn et les anṣār ainsi qu’avec des juifs de Médine. Nous considérons que les clans cités dans
ce Traité, les questions juridiques évoquées et qui étaient en vigueur dans l’Arabie préislamique,
notamment le ‘aql et le fidā’ et les thèmes en lien avec la sécurité de la Cité, appartiennent à ce
noyau qui remonte sans doute à l’époque du Prophète. En revanche, tous les autres détails sont
controversables, tels l’ordonnance elle-même du texte, les jugements disputés au sein des écoles
juridiques postérieures comme le fait qu’un mu’min ne tue pas un autre mu’min pour venger un
kāfir et la prohibition d’aider un muḥdith ni de l’héberger par un mu’min qui a donné son accord à
ce qui est consigné dans cette Ṣaḥīfa697, la stature amplifiée, semble-t-il, du Prophète en ce temps-
là,698les redondances des informations, les formules d’eulogies qui suivent le nom d’Allāh ou du
Prophète, le fameux appendice précédé par : « Ibn Isḥāq a dit. »699
Amalgamer entre l’authenticité du texte et son exactitude ou son intégralité peut prêter à
confusion.
In fine, et bien que l’authenticité de ce texte soit controversée, il dévoile toutefois incontesta-
blement les prémices de la culture musulmane et son contexte historique.700

697
cf., aux paragraphes 14 et 24 version A ; 13 et 21 version B.
698
cf., aux paragraphes 25, 39 et 51 version A ; 22, 30 et 34 version B.
699
cf., au chapitre : III. II. L’étude du matn, le texte de la Ṣaḥīfa, III. II. I. Préambule.
700
cf., au prologue du III. I. L’étude de l’isnᾱd, la chaîne de transmission.

104
II. III. La datation du texte de Médine.

La date de ce document a provoqué maintes controverses. L’Allemand Wellhausen et l’Italien


Caetani ainsi que Lecker, entre autres, le place avant la grande bataille de Badr en 2 AH/624 de
notre ère,701tandis que d’autres chercheurs tel Hubert Grimme optent pour une date après Badr
en donnant les raisons suivantes :
« D’abord les fonctions attribuées à Mahomet aux articles 23 et 36 montrent que son autorité est
généralement reconnue ; puis les allusions au fait de combattre pour la foi, dans l’article 17 et 19
semblent signifier que des combats ont déjà eu lieu ; et l’attitude hostile adoptée à l’égard des
Quraïshites n’aurait pu être exigée des croyants médinois qu’après la bataille de Badr. »702
Gaudefroy-Demombynes reconnaît nettement l’impossibilité de la datation de la Charte
médinoise : « On ne sait quelle date attribuer à cette union. »703
Néanmoins, Montgomery Watt suggère :
«Le fait que les juifs fassent partie de la Umma est un argument sérieux en faveur d’une date
antérieure à Badr ».704
Cependant, il pense que le texte dans sa forme actuelle pourrait appartenir à la période qui suit
l’élimination des Qurayẓa puisque les trois grands clans juifs ne sont pas mentionnés dans ce
document.705
L’orientaliste Suédois Tor Andrae considère aussi le Traité de Médine comme une ordonnance qui
date probablement de la deuxième année après l’Hégire juste avant la bataille de Badr. 706 Aussi
l’orientaliste Danois (m. 1932) Frants Buhl place le Kitᾱb autour du milieu de la deuxième année
d’Hégire.707
T. Nagel estime, quant à lui, que cet accord a été conclu après la bataille d’Uḥud et sans doute
après l’exclusion de Banū Qaynuqā‘ (3/624).708
On se retrouve ainsi avec quatre suppositions : Wellhausen, Caetani, Andrae, Uri Rubin709 et
Lecker, entre autres, l’ont placé avant la razzia de Naẖla710et avant Badr ; Hubert Grimme et
certainement d’autres chercheurs l’ont rangé après la bataille de Badr, voire après la bataille

701
Lecker (Michael), op. cit., p. 182.
702
Watt (William. Montgomery), Mahomet à Médine, op. cit., p. 272. cf., Wellhausen (Julius), op. cit., p. 45.
703
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), op. cit., p. 115.
704
Watt (William. Montgomery), op. cit., p. 273. cf. Watt (M. W), la pensée politique de l’islam -les concepts fonda-
mentaux-, Trad. de l’anglais par Sabine Reungoat, éd. Presses Universitaires de France, Paris, 1995, p. 3.
705
Watt. ( William Montgomery), Mahomet à Médine, Ibid., p. 274.
706
Andrae (Tor), Mahomet, sa vie et sa doctrine, Trad. de l’Allemand par Jean Gaudefroy-Demombynes, éd. Librairie
d’Amérique et d’Orient, Adrien-Maisonneuve, Paris, 1945, pp. 136-137.
Nota bene : Ce livre en traduction Française est l’un des premiers ouvrages publiés par l’institut des études Isla-
miques de l’Université de Paris dans sa collection : Initiation à l’Islam. cf., Ibid., p. 5.
707
Cité par Lecker (Michael), op. cit., p. 182.
708
Nagel (Tilman), op. cit., p. 156.
709
Rubin (Uri), op. cit., p. 18.
710
Al- Wāqidī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 13.

105
d’Uḥud ; ceux qui, bien qu’ils tolèrent que ce document appartienne à la première période
médinoise, doutent toutefois de son placement exact, tel F. M. Denny.711 Enfin il y a ceux qui ont
choisi de déclarer que ce dernier est composé de deux textes combinés, rédigés à des dates
différentes, probablement un avant Badr et l’autre après, tels Wellhausen,712Gaudefroy-
Demombynes, Ḥamidullah, A. Goto, 713 Giannakis714, Donner715 et Jones.716
Par ailleurs, Serjeant qui estime, bien entendu, que le texte de Médine est composite, considère
ce dernier tel un ensemble de huit documents séparés distinctement, une série de documents
comme il le dit un peu plus loin.717 Il déclare d’ailleurs que tout son argument se base sur cette
considération.718 Selon lui, ces huit documents date du 1er d’Hégire jusqu’au 6ème, 622 au 627 de
l’ère chrétienne.719Cependant, il fut fermement critiqué sur le fait qu’il a essayé d’agencer la
Ṣaḥīfa autrement.720

W. Montgomery Watt opte pour l’authenticité du texte en remarquant qu’il a été retouché à
différentes périodes :
« Cette discussion à propos de la date d’élaboration suppose que le Document a une unité totale,
mais c’est justement le point qui devrait être examiné avant tout autre. On a des raisons de penser
que des articles qui furent composés à différentes périodes ont été joints les uns aux autres. »721
Cette variation linguistique constatée au sein du texte, ne peut être justifiée chez cet historien que
par le fait de l’avoir libellé dans des intervalles de temps. Parmi ses variations linguistiques, il
relève :" Thus there are certain linguistic variations: the believers are mostly spoken of in the third
person, but sometimes they are 'you' and sometimes 'we' (as in 23, 16, 18)722; Mostly they are
'bel-ievers', but twice they are 'Muslims' ( 25, 37)."723
« Ainsi, il y a d’une façon sûre des variations linguistiques : les croyants al-mu’minūn sont surtout
présentés par le pronom de la troisième personne (ils ‫)هـم‬, parfois par «vous» (‫ )أنـتـم‬et parfois par
«nous » (‫ ) نـحـن‬tels dans (les paragraphes) 23, 16, 18. La plupart du temps, ils sont appelés «croy-
ants », mais à deux reprises ils sont appelés musulmans (paragraphes) 25, 37. »

711
Denny (Frederick. M), op. cit., p. 39, n. 3.
712
Lecker(Michael), op. cit., p. 183.
713
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), op. cit. Pour Ḥamidullah et A. Goto, voir ci-dessous.
714
Lecker (Michael), op. cit., p. 188. Voir, Giannakis (E), «The Concept of Ummah », in Graeco-Arabica 2, 1983, pp. 99-
111.
715
Donner (M. Fred), op. cit., p. 29.
716
Lecker (Michael), Ibid. Jones (A), «The word made visible : Arabic script and the committing of the Qur’ᾱn to wri-
ting », in Ch. Robinsion, éd. Texts, Documents and Artefacts: Islamic Studies in Honour of D. S. Richards, Leiden,
2003, pp. 1-16.
717
Nous reparlerons plus tard de cette division lors de l’étude des variantes.
718
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 4. «The Sunnah Jᾱmi‘ah» op. cit., p. 9.
719
« The Constitution of Medina », Ibid., pp. 9 sq. «The Sunnah Jᾱmi‘ah» Ibid., p. 9.
720
cf., III. II. IV. IV. I. La répartition de R. B. Sergeant.
721
Watt (William. Montgomery), op. cit., p. 273. cf., Rodinson (Maxime), op. cit., p. 183. Où il cite ce point de vue de
W.M. Watt.
722
Il a ainsi cité les numéros de ces paragraphes, cela correspond aux paragraphes de la version A : 25, 17, 19.
723
Watt (William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 226. cf., aux paragraphes de la version A : 27. 43.

106
Effectivement, nous constatons que l’emploi du pronom de la troisième personne (ils ‫ )هـم‬est total
sauf dans les paragraphes : 17 et 19 du texte d’Ibn Isḥāq / Ibn Hishām où il bascule à la première
personne (nous ‫ ) نـحـن‬et dans le paragraphe 25 en utilisant la deuxième personne (vous ‫)أنـتـم‬. Par
ailleurs, dans le texte transmis par Abū ‘Ubayd, nous découvrons deux changements seulement de
style : dans les paragraphes 15 et 22 où il se sert respectivement du (nous ‫ ) نـحـن‬et (vous ‫)أنـتـم‬.
Les paragraphes 16/24 concernant les juifs sont similaires, observe-t-il, aux paragraphes 37/38. Les
24 et 38 sont identique également.724 Ces variations linguistiques et ces répétitions, notamment
l’ordonnance du texte seraient dues aux modifications postérieures, intentionnelles ou
accidentelles, des copistes.725 Un peu plus loin, il enchaîne :
« L’histoire du document pourrait être reconstituée hypothétiquement à peu près comme
suit : Les articles les plus anciens, jusqu’au 15 ou 16, ou peut-être 19 ou 23, peuvent représenter
les termes originaux d’un accord signé entre Mahomet et les clans médinois à al-‘Aqaba.726
A ces articles, de temps à autre, selon le besoin, de nouveaux articles étaient ajoutés et ceux
devenus inopérants étaient supprimés, comme par exemple les articles concernant Qurayẓa et
al-Naḍīr. »727

Le chercheur A. Goto suppose aussi que le texte dans ses deux versions, A et B, est composite de
plusieurs documents, rédigés à des dates différentes.728
Quant à Ḥamidullah, il opte plutôt pour l’opinion qui stipule que la Charte médinoise est
composite. La Convention entre musulmans médinois et musulmans mekkois, fut conclue
probablement vers la première année de l’hégire.729 Cependant, le Traité entre musulmans et juifs
n’a été parachevé que plus tard, certainement, affirme-t-il, après la guerre de Badr.730 Vraisembla-
blement, dit-il, les deux textes nous sont parvenus incorporés dans un acte unique.731Il
conclut finalement :
« Il faut reconnaître, toutefois, que les deux parties de ce document semblent avoir été faites par
un seul et même rédacteur, ainsi qu’en témoigne le caractère d’unité des formes et formules.»732
Selon lui, les paragraphes 1 à 23 de cette Convention remontent à l’année 1/622. Il l’appelle la par-
tie islamique.733Ceux du 24 à 47 à l’an 2/623 de notre ère.734Chacune des deux parties, estime-t-il,

724
Ibid. cf., Cela concorde avec les paragraphes de la version A : 17, 26, 43, 47 respectivement.
725
Nous reviendrons sur ce point lors de l’étude des variantes de ce texte. cf., au chapitre : III. II. L’étude du matn, le
texte de la Ṣaḥīfa.
726
Pour l’accord signé à al-‘Aqaba, cf., al- Balāḏῡrī (Aḥmad), Ansāb al-Ashrāf, op. cit., T. I, pp. 239-254. Al-Ṭabarī
(Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 355-365.
Les paragraphes cités coïncident avec : 15, 17, 20, 25 de la version A.
727
Watt (William Montgomery), Mahomet à Médine, op. cit., p. 275. Les paragraphes cités dans ce texte conviennent
avec les paragraphes : 15, 17. 20, 25 de la version A :
728
Goto (Akira), op. cit., p. 6.
729
Ḥamidullah (Muḥammad), Documents sur la diplomatie musulmane, op. cit., p. 24.
730
Ibid.
731
Ibid.
732
Ibid., p. 20. cf., Ḥamidullah (Muḥammad), Majmū‘at al-wathāiʾq al-siyyāsiyya, op. cit., pp. 59-62.
733
Hamidullah (Muḥammad), Documents sur la diplomatie musulmane, op. cit., p. 20.
734
Ibid. Ce qui correspond, selon notre classification, aux paragraphes : 1 à 25 et du 26 aux trois derniers paragraphes

107
acquiert un sens indépendant.735 La partie dite islamique contient, dit-t-il, la constitution première
de l’état musulman.736
Djaït divise la Șaḥīfa en deux parties : la première de l’article 1 à l’article 36 et la seconde de
L’article 37 à l’article 47.737
D’après Djaït, Les paragraphes 1 à 23 concernent les Arabes musulmans, ce qui constitue
l’essentiel de toute la Charte, affirme-t-il.738La deuxième sous-partie qui débute du 24 au 36,
évoque la situation des juifs.739
La seconde partie du 37 au 47 s’intéressant essentiellement aux juifs, rappelle aussi la guerre
contre Quraysh et la nécessité de défendre Médine.740
Le chercheur nous étonne par sa façon formelle de décider les dates de ses événements :
« La première grande partie doit être datée de l’an 1 de l’Hégire… et la deuxième grande partie
évoquant la guerre contre Quraysh et la nécessité de défendre Médine, se situe manifestement
après Badr et avant Uḥud741, soit en l’an 3 de l’Hégire. »742
Plus loin, il confirme que la dernière partie de la Charte a été écrite après l’assassinat de Ka‘b Ibn
al-Ashraf743, dans un climat de terreur qui régne au sein des juifs.744
Désormais, ils ont protesté auprès du Prophète qui a conclu avec eux cette partie du Pacte. De ce
fait, il s’agit, conclut-il, de deux chartes juxtaposées.745
Cette partie du texte de Médine en rapport étroit avec les juifs, le chercheur R. B Sergeant
l’identifie au document E.746

annexés.
735
Ibid.
736
Ibid.
737
Du 1 à 42 et de 43 au dernier paragraphe annexé de la version A.
738
Du 1 à 25, version A.
739
Du 26 à 42, version A.
740
Djaït (Hichem), op. cit., p. 91. cf., les paragraphes évoqués s’accordent avec ceux de la version A du 43 au dernier
paragraphe annexé.
741
Concernant la défaite des musulmans dans la bataille d’Uḥud en 3/624, cf., Al Wāqidī (Muḥammad), op. cit., T. I,
p. 199. Al- Balāḏῡrī (Aḥmad), op. cit., p. 316. Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 499.
742
Djaït (Hichem), op. cit.
743
Pour ce qui est de l’homicide, du poète satirique de confession juive, Ka‘b Ibn al-Ashraf, cf. al Wāqidī (Muḥammad),
op. cit., p. 184. Ibn Ḥabīb (Muḥammad), al-Muḥabbar, éd. Dār al-afāq al-jadīda, Beyrouth, 1975, p. 282. Al-Ṭabarī
(Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 487-491.
Les historiographes musulmans prennent le soin de relater cette histoire, tels qu’al- Wāqidī et al-Ṭabarī, en dix
pages et quatre pages et demie respectivement. Ils affirment que Ka‘b a été assassiné juste après Badr et avant
Uḥud, en 3/ 624. Al Wāqidī (Muḥammad), Ibid. Al-Ṭabarī (Muḥammad), Ibid. Pour l’homicide de l’autre grand
opposant juif, Ibn Abī al-Ḥuqayq, voir, Motzki (Harald), « The murder of Ibn Abī l-Ḥuqayq : on the origin and
reliability of some maghāzī reports », dans : The biography of Muḥammad -The issue of the sources-, éd. by Harald
Motzki : Brill, Leiden, 2000, pp. 170 sqq. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Seqqā, op. cit., T. III, pp. 286 sqq.
744
Djaït (Hichem), op. cit., p. 141. Al Wāqidī écrit: «…Les juifs étaient terrifiés…Ils sont venus protester contre l’assa-
ssinat de Ka‘b…Le Prophète les a invité à conclure avec lui un pacte. Ils ont écrit un livre sous un dattier, chez
Ramla Bint al-Ḥārith. » Ibid., p. 192. cf., Kister (Meir Jacob), « The Market of the Prophete » dans : Journal of the
o
Economic and Social History of the Orient », n 8 (1965), pp. 272-76; où il suggère une autre optique du vrai motif
derrière l’assassinat de Ka‘b. cf., Sergeant (R. B), “The Sunnah Jᾱmi’ah”, op. cit., p. 32.
745
Djaït (Hichem), Ibid., pp. 141-142.

108
Djaït désavoue l’idée que la partie concernant les juifs ait été écrite après l’exécution des Qurayẓa,
comme le suppose Watt,747étant donné que la Șahīfa ne cite pas les trois grands clans juifs.
En outre, selon cet auteur, le Prophète a, à cette date, d’autres centres d’intérêts en tête, pour
que tant d’articles de cette Charte soient consacrés au restant des juifs dont le nombre et
l’importance se sont amenuisés à l’extrême.748
Quoi qu’il en soit, il semble que ce Traité, ou son noyau pour être plus précis, a été réalisé alors
que Muḥammad et ses adeptes étaient encore vulnérables et fragiles face à leurs opposants et
ennemis, à l’intérieur de Médine comme à l’extérieur. Le texte de Médine n’a pas pu dissimuler
l’affolement et la crainte qui hantaient le Prophète et ses partisans et contre lesquels il
s’efforcaient de lutter. Nous pensons même que l’arrière-plan psycholoqique de ce texte est
l’émotion de la peur et la frayeur. Les versets coraniques suivants illustrent clairement cet état
d’esprit :
749 ‫ن‬
"...‫" و اذكروا إذ أنتم قليل مستضعفون ف األرض تخافون أن يتخطفكم الناس‬
« Rappelez-vous, lorsque vous n’étiez qu’une poignée d’opprimés sur la terre, craignant que
l’adversaire ne fît de vous qu’une bouchée [craignant que les gens ne vous ravissent !750]… »751
Il craignait l’ennemi telle une proie qui redoute l’aigle avec ses griffes aiguisées qui fond sur elle
pour l’arracher du sol.
752 ‫" و لنبلونكم ر‬
"...‫بشء من الخوف و الجوع و نقص من األموال و األنفس و الثمرات‬
« Certes, nous vous éprouverons par un peu de crainte, de faim et de diminution dans vos bien,
vos personnes et vos fruits !… »753
754
"...‫يغش عليه من الموت‬ ‫فإذا جاء الخوف رأيتهم ينظرون إليك تدور أعينهم كالذي ر‬... "
« …Quand vient le danger, tu vois ces gens te regarder, les yeux révulsés [d’efroi], comme celui
que la mort assaille. »755 Beaucoup de paragraphes de ce texte peignent explicitement ou
implicitement cette position délicate que vivent les musulmans, nous nous contentons de citer
quelques exemples.
Pour le danger éventuel venant de l’intérieur de Médine, nous trouvons, entre autres : « Nul
d’entre eux ne peut sortir en dehors de Médine sans La permission de Muḥammad », « La vallée
de Yathrib est sacrée pour les gens de cet Écrit. »

746
Sergeant (R. B), op. cit., p. 32. Nous analyserons la répartition de la Ṣaḥīfa faite par R. B. Sergeant dans le chapitre :
III. II. L’étude du matn, le texte de la Ṣaḥīfa.
747
Watt (William Montgomery), op. cit., p. 274.
748
Djaït (Hichem), op. cit., p. 92. Nous reviendrons sur l’arrangement du texte de Médine dans le chapitre : III. II.
L’étude du matn, le texte de la Ṣaḥīfa.
749
Q VIII, XXVI.
750
Blachère (Régis), op. cit., p. 204.
751
Berque (Jacques), op. cit., p. 191. Après avoir traduit le verbe ‫يـتـخـطـفكم‬, Il commente en bas de page : « Qu’une
bouchée : L’expression française rend l’idée du verbe arabe, mais non son image, qui est d’ « escamoter, faire
d’isparaître. » Ibid.
752
Q II, CLV.
753
Blachère (Régis), op. cit., p. 50.
754
Q XXXIII, XIX.
755
Blachère (Régis), Ibid., p. 446. Bien que ce verset décrive l’état d’esprit de certains Médinois, lors de la bataille des
coalisés, il renvoie, semble-t-il, à une situation fréquente.

109
En ce qui concerne les périls extérieurs : « Ils doivent (les gens de cet Écrit) s’entraider contre
quiconque attaquerait subitement, dahama, Yathrib. », « Aucune protection ne doit être
accordée, « lā tujār » aux Qurayshites ni à ceux qui les aident. », « Aucun mushrik ne doit donner
sa protection en tant que protecteu « yugīr », à Quraysh, que ce soit pour des biens ou pour une
personne, et il ne peut s’interposer entre ces derniers et le croyant. » et « Parmi eux (c’est-à-dire
l’un vis-à-vis de l’autre), il y a de l’entraide contre quiconque entre en guerre avec les gens de cet
Écrit. »756
Le paragraphe 54 attire vivement notre attention : ".‫" و إن بينهم النرص عىل من دهـم ريبب‬, « L’entraide
entre eux doit être effective contre quiconque attaquerait subitement, dahama, Yathrib. »757
Les musulmans appréhendent un assaut brusque contre Yathrib lancé par les ennemis de
Muḥammad, en l’occurrence Quraysh et ses alliés. Sans doute, la préparation de la grande
attaque, baptisée la bataille des coalisés (5/626), cette préparation qui a duré probablement
quelques mois, est arrivée aux oreilles du Prophète. De ce fait, nous estimons que ce Pacte a été
conclu avant cette bataille.
Le Coran qui n’a pas employé le verbe dahama ‫دهـم‬758, utilise toutefois son dérivés mudhāmmatān
‫ ُمـدهـامـتـان‬une seule fois.759 "
"...‫ مدهامتان‬،‫ فبأي آالء ربكما تكذبان‬،‫ « و من دونهما جنتان‬En decà de ces deux jardins, il en est deux autres.
Et vous, quel bienfait de votre seigneur allez-vous démentir ?... de verdure assombris… »760
Le rapport entre le verbe et son dérivé est, sans doute, cette couleur sombre qui reflète l’anxiété
due à l’anticipation d’un danger.761
Cette attaque prévisible sur Yathrib est devenu réelle et c’est la sourate ‘‘Les coalisés’’ qui a illu-
stré le comportement des différentes classes sociales de Yathrib : « En cette circonstance, les Cro-
yants furent éprouvés et violemment ébranlés. »762 Et en ce qui concerne la catégorie, dite Hypo-
crites et les opposants au prophète Muḥammad :
« … Et qu’on entendit les hypocrites et ceux au cœur malade dire : «La promesse à nous faite par
Dieu ainsi que par son Envoyé n’était qu’illusion. Et qu’un groupe d’entre eux disait : Gens de Yath-
rib, vous ne pouvez tenir : donc, retirez-vous…mais ils voulaient fuir.»763
Après cette description, un verset qui fait allusion, vraisemblablement, au Pacte de Médine surgit :
764
".‫ وكان عهد هللا مسؤوال‬،‫" و لقد كانوا عاهدوا هللا من قبل ال يولـون األدبار‬

756
cf., aux paragraphes 39, 48, 54, 53, 22, 44 respectivement, version A.
757
Paragraphe 35 chez Abū ‘Ubayd.
758
Dahama veut dire une attaque subite par une grande foule. cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XII, pp. 210
sqq.
759
Fouā’d ‘Abd al-Bāqī (Muḥammad), op. cit., p. 264.
760
Berque (Jacques), op. cit., p. 586. Q LV, LXIV. Blachère traduit le terme en question par vert sombre, tandis que
Chouraqui le rend par vert foncé. Blachère (Régis), op. cit., p. 570. Chouraqui (André), Le Coran, éd. Robert Laffont,
Paris, 1990, p. 808.
761
Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XII, p. 212.
762
Blachère (Régis), op. cit., p. 445. Q XXXIII, XI
763
Berque (Jacques), op. cit., p. 448. Q XII, XIII
764
Q XXXIII, XV

110
« Et pourtant ils avaient conclu un pacte avec Dieu de na pas faire volte-face. Exigible était le pacte
de Dieu ! »765 Bien que l’exégète Muqātil (m. 150/767) 766estime que ce verset fasse référence au
pacte conclu à al-‘Aqaba dans lequel les anṣār se sont engagés à défendre Muḥammad et sa cause,
nous considérons que c’est le seul verset coranique que nous puissions rapprocher du Pacte de
Médine sans faire violence au texte.767 Par ailleurs, et selon les sources dont nous disposons,
l’allégeance d’al ‘Aqaba était orale.768 Aucune trace d’un écrit éventuel concernant cet événement
n’a été rapportée. Cela dit, H. Djaït affirme : « Plus que la constitution de Médine par quoi est née
la umma islamique sous le regard de Dieu et de son Prophète, la deuxième ‘Aqaba ou accord avec
les musulmans de Médine, à la veille de l’hégire, représente l’acte de naissance de la cité
islamique. »769
Il est intéressant de noter à cet égard que la première apparition positive d’al-‘Abbᾱs, l’oncle du
Prophète et notamment l’ancêtre de la dynastie abbasside, se réalise durant cette scène d’al-
‘Aqaba.770
Le texte rapporté, entre autres, par Ibn Isḥᾱq et repris par les historiographes tels Ibn Hishᾱm, Ibn
Sa‘d, Balāḏurī et Ṭabarī, présente al-‘Abbᾱs comme tuteur ou garant du prophète Muḥammad.771

765
Ibid., p. 449.
766
À propos de Muqātil, voir Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., 431 sqq.
767
Ibn Sulaymān (Muqātil), Tafsīr Muqātil, Annoté par ‘Abd Allāh Shaḥāta, éd. Mu’assasat al-tārīkh al-‘arabī, Beyrouth,
2002, T. III, p. 479 sq.
768
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Seqqā, op. cit., T. II, pp. 84 sqq. Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 188 sqq.
Al-Balāḏurī (Aḥmad), Ansāb al-ashrāf, op. cit., T. I, pp. 240 sqq.
769
Djaït (Hichem), La grande discorde- Religion et Politique dans l’Islam des origines-, éd. Gallimard, Paris, 1989, p. 38.
770
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dār al-ḥadīth, op. cit., T. II, p. 320. Ibn Jarīr al- Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, p.
362.
771
Ibid. Signalons sommairement, que le premier Serment d’allégeance d’al-‘Aqaba précède le second d’un an à peu
près, il est appelé également le serment des femmes, car il ne stipule pas des intentions guerrières. cf., Ibn Hishām
(‘Abd al-Malik), Ibid., T. II, p. 312.

111
« Comme toute imitation, la forgerie a besoin d’un
modèle ; elle vient après, mais elle masque cette
secondarité en se faisant passer pour le modèle
lui-même. »772

772
Kilito (Abd al-fattāḥ), L’auteur et ses doubles -Essai sur la culture arabe classique-, éd. du Seuil, Paris, 1985, p. 52.
Kilito vise ici, bien entendu, la poésie préislamique. Par ailleurs, toutes proportions gardées, les deux champs sont
proches, puisque les philologues ont, en gros, adopté la méthode des traditionnistes lors de la collecte des poèmes
anciens. cf., Blachère (Régis), Histoire de la littérature arabe -Des origines à la fin du XVe siècle de J.-C-, éd. J. Mai-
sonneuve, Paris, 1990, T. I, p. 118.

112
III. L’étude du texte de Médine : isnād et matn

113
III. L’étude du texte de Médine : isnād et matn
III. I. L’étude de l’isnᾱd, la chaîne de transmission.

III. I. I. Biographie d’Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishᾱm.


III. I. I. I. Prologue
III. I. I. II. Le parcours de la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm.
III. I. I. III. Les maîtres et les styles de transmissions d’Ibn Isḥᾱq et d’Ibn Hishᾱm.
III. I. I. III. I. Les maîtres d’Ibn Isḥāq.
III. I. I. III. II. Le style de transmission chez Ibn Isḥᾱq.
III. I. I. III. III. Le style de transmission chez Ibn Hishᾱm.

III. I. II. La Ṣaḥīfa est-elle dépourvue de l’isnād ?

III. I. II. I. isnād en rapport avec les Alides.


III. I. II. II. Les différents isnād de la Ṣaḥīfa.

A/ La version Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm (m. 151/ 768-218/833).


B/ La version d’Abῡ ‘Ubayd (m. 224/838).
C/ La version de Ḥumayd Ibn Zanjawayh (m. 251/865).
D/ La version d’Ibn Abī Khaythama (m. 279/892).
E/ La version rapportée par al-Bayhaqī (m. 458/ 1065).

III. I. II. III. Le colophon des ṣaḥīfas.

A/ṣaḥīfa avec un scribe douteux :


B/ṣaḥīfa avec plusieurs témoins et un scribe controversé :
C/ṣaḥīfa avec une longue histoire, plusieurs témoins et un scribe :
D/ṣaḥīfa à nu:

114
III. I. L’étude de l’isnᾱd, la chaîne de transmission

III. I. I. Biographie d’Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishᾱm


III. I. I. I. Prologue :

Souvenons-nous d’emblée de l’observation de A.-L. de Prémare : « les isnᾱd sont souvent ceux-là
mêmes que des clercs musulmans patentés ont sélectionnés, validés ou invalidés, en fonction de
leur propres critères et pour servir leur propre vision des faits. »773et de l’interrogation de G. Lec-
omte : « Est-il possible de juger les hommes du deuxième siècle selon les normes idéologiques
établies au troisième ? »774
Quoi qu’il en soit, le ḥadīth se compose donc d’un texte, matn, qui contient des informations, et
d’une chaîne des garants « isnᾱd », comportant le nom de ceux qui l’ont transmis effectivement
ou éventuellement à travers beaucoup de générations.775
Le juge al-Rᾱmahurmuzī (m. 360/970) nous annonce dans son ouvrage, considéré comme le prem-
ier livre écrit dans cette spécialité, à savoir la terminologie du ḥadīth776: « Avant la discorde, la fit-
na, l’isnᾱd n’était pas exigible. »777
L’isnād devient désormais obligatoire à compter du troisième quart du Ier siècle d’hégire /VIIe, dur-
ant la seconde fitna de 61-73/681-692.778
À cet égard, soulignons que J. Horovitz , suivi par Schoeler, estime que l’isnād islamique tient son
origine du processus d’authentification utilisé dans les écoles juives de l’époque talmudique (entre
200 et 500 de notre ère).779Lors de la transmission, on exige de nommer le nom de chaque inform-
ateur.780 « Si tu peux remonter une chaîne de tradition jusqu’à Moïse, alors fais-le. »781

773
De Prémare (Alfred-Louis), Les fondations de l’islam -entre écriture et Histoire-, op. cit., p. 27.
774
Lecomte (Gérard) : « Sufyān al-Ṯawrī - Quelques remarques sur le personnage et son œuvre - », dans : Bulletin
d’études orientales, éd. l’institut Français de Damas, 1978, T. XXX, p. 58.
775
Al- Qᾱḍī (Muḥammad), al-Khabar fi al-adab al-‘arabi - dirᾱsa fi l-sardiyya al-‘arabiyya-, éd. Dᾱr al-gharb al-islᾱmī,
Beyrouth, 1998, pp. 227sqq. Motzki (Harald) & Boekhoff-van der Voort (Nicolet) & Anthony (W. Sean), op. cit., p.
48.
776
À propos de la terminologie du ḥadīth voir, Juynboll (G. H. A), « (Re)appraisal of some technical terms in ḥadīth
o
science. », in Islamic Law and Society, Vol 8, N 3, éd. Brill, Leiden, 2001, pp. 303 sqq.
777
Al-Rᾱmahurmuzī (al-Ḥasan), al-muḥaddith al-fᾱṣil bayna al-rᾱwī wa l-wᾱ‘ī, Annoté par M. A. Al-Khaṭīb, éd. Dār al-
Fikr, Beyrouth, 1984, p. 208-209., et passim., cf. al-Khaṭīb al-Baghdᾱdī (Aḥmad), al-kifᾱya fi ‘ilm al- riwᾱya, éd.
Dᾱ’irat al-ma‘ᾱrif al-‘uthmᾱniya, Hyderabad, 1938, pp. 31 sqq.
778 o
Juynboll (G. H. A), «The date of the great fitna», dans Arabica, Vol 20, N 2, éd. Brill, Leiden, 1973, p. 159. Voir,
Motzki (Harald), Boekhoff-van der Voort (Nicolet), Anthony (Sean W.), op. cit., p. 50. cf., Comerro (Viviane),
«Méthodes et débats», Arabica, vol 58, éd. Brill, Leiden, 2011, p. 448. cf., Dickinson (Eerik ), « Ibn al- Ṣalāḥ al-Sha-
o
hrazūrī and the Isnād », dans Journal of the American Oriental Society, Vol 122, N 3, American Oriental Society,
2002, p. 481.
779
Comparez avec, Dickinson (Eerik), Ibid., p. 489 sq.
780
Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre, op. cit., p. 128.
781
Ibid. Voir, Horovitz (Josef), « Alter und ursprung des isnad » dans Der Islam 8, 1918, pp. 39-47., cité par Schoeler.

115
G. Schoeler pense qu’à l’époque où l’isnād apparaît dans le milieu islamique, vers le dernier tiers
du VIIIe siècle, il devait y avoir suffisamment de convertis juifs qui connaissent le système d’auth-
entification du Talmud, qui avait entre-temps reçu sa forme définitive, pour l’introduire dans la tr-
ansmission islamique.782
E. Dickinson suppose que le ḥadīth via le isnād établit un raccourci entre le croyant et le prophète
Muḥammad. À travers cet isnād la relation spirituelle entre le fidèle et le Prophète est manifeste-
ment constituée.783
La culture musulmane a toujours dissocié ces deux aspects du ḥadīth, à savoir le matn et l’isnᾱd.784
Cependant, et pour la bonne compréhension du texte, nous proposons de considérer à la fois l’is-
nᾱd et le matn tel une seule et unique unité.
Non pas pour la forme narrative seulement,785 mais aussi et surtout parce que chacun d’eux con-
tient la clé de l’appréhension du texte et son parcours effectué. Le texte, en l’occurrence, c’est le
matn et l’isnād qui, ensemble, constituent le ḥadīth.
L’isnᾱd, à notre sens, est un texte ou au moins un paratexte pour emprunter l’expression de G. Ge-
nette qui indique :
« Le plus souvent, donc, le paratexte est lui-même un texte : s’il n’est pas encore le texte, il est
déjà du texte. »786Passons la main à G. Genette pour éclaircir sa théorie :
« …Le texte se présente rarement à l’état nu, sans le renfort et l’accompagnement d’un certain
nombre de production, elles-mêmes verbales ou non, comme un nom d’auteur, un titre… »787
Ce paratexte, dit-t-il, est un seuil qui offre à tout un chacun la possibilité d’entrer, ou de
rebrousser chemin.788
Ph. Lejeune, spécialiste de l’autobiographie, avait attesté que cette frange, ainsi appelle-t-il ce
que Genette nomme paratexte ou seuil, du texte imprimé, commande en réalité toute la lecture
(nom de l’auteur, titre, sous-titre, nom de collection, nom d’éditeur, jusqu’au jeu ambigu des
préfaces).789
Dans une approche littéraire, basée sur le livre de G. Genette : Discours du récit790, D. Beaumont
affirme que l’isnᾱd, du point de vue narratif, n’est pas simplement une introduction, mais plutôt
qu’il interagit et façonne concrètement la narration.791

782
Schoeler (Gregor), Ibid.
783
Dickinson (Eerik), op. cit., p. 504.
784
cf., à titre d’exemple, al-Ḥᾱkim al-Naysᾱbῡrī (Muḥammad), ma‘rifat ‘ulῡm al-ḥadīth wa kamiyyat ajnᾱsihi, Annoté
par Aḥmad Ibn Fᾱris al-Salῡm, éd. Maktabat al-ma‘ᾱrif, Riyad, 2010, pp. 454-462., cf., Motzki (Harald), Boekhoff-
van der Voort (Nicolet), Anthony (Sean W.), op. cit., p. 48 et passim.
785
Beaumont (Daniel), op. cit., p. 29.
786
Genette (Gérard), Seuils, éd. du Seuil, Paris, 1987, p. 13.
787
Ibid., p. 7.
788
Ibid., p. 8.
789
Lejeune (Philippe), Le pacte autobiographique, éd. du Seuil, 1975, p. 45., cf., Ibid.
790
Genette (Gérard), Discours du récit, éd. du Seuil, 2007, cf., par ex., pp. 164 sqq.
791
Beaumont (Daniel), op. cit., p. 25

116
Or, les spécialistes du ḥadīth ont même toléré de citer le texte, le matn, avant la chaîne des trans-
metteurs.792 Cette permutation entre ces deux principes fondamentaux du ḥadīth peut renforcer
notre visibilité. Chacun d’entre eux met en lumière l’autre d’une façon alternative.
Pour conforter notre postulat, nous citerons ci-dessous quelques exemples qui montrent l’imbri-
cation de l’isnād et du matn au point que le ḥadīth ou le khabar devient, semble-t-il, un patrimo-
ine familial.793C’est probablement la raison sous-jacente qui pousse Hishām Ibn ‘Urwa à critiquer
ouvertement Ibn Isḥāq lorsque il ose transmettre de son épouse Fāṭima Bint al-Munḏir et outre-
passer ses règles de rigueur.794
Nous découvrons que toutes les traditions ou presque citées par M. Ibn Isḥᾱq en rapport avec
Khadīja,795la première épouse du Prophète, ont été rapportées par la famille de Zubayr ou de ‘Ali,
c’est-à-dire le neveu ou le gendre de Khadīja.

I/ Son mariage avec Muḥammad : Ibn Isḥᾱq ne cite aucun isnᾱd, par ailleurs, Ibn Hishᾱm note :
« Plusieurs personnes savantes, qui le tenaient de Abī ‘Amr al-Madanī, m’ont transmis ce ḥadī-
th. »796
Ce ‘Amr, de son vrai nom ‘Āṣim b. ‘Umar b. Qatāda (m. 120/737), était un maître d’Ibn Isḥāq.
Il a transmis de, entre autres, Ḥasan b. Muḥammad b. Ḥanafiya b. ‘Ali et de ‘Ali b. Ḥusayn Ibn ‘Ali
également.797
. Ibn Hishām--------- personnes savantes anonymes------- Abī ‘Amr al-Madanī.
II/ Les traditions qui relate le début de la prophétie dans la grotte de Ḥirᾱ’ et l’effroi qui frappe
Muḥammad ainsi que le soulagement moral qui le trouve auprès de Khadīja qui n’hésite pas à faire
appel ᾱ son cousin Waraqa Ibn Nawfal, Ibn Isḥᾱq tenait ces informations de Wahb Ibn Kisᾱn, un
esclave de la famille de Zubayr qui les tenait de ‘Ubayd b. ‘Umayr b. Qatᾱda al-Laythī.798 Ibn Isḥᾱq
rapporte même un khabar où le Wahb b. Kisᾱn en question entend ‘Abd Allᾱh Ibn Zubayr interr-
oger ‘Ubayd Ibn ‘Umayr Ibn Qatᾱda al-Laythī sur le début de la révélation.799
. Ibn Isḥᾱq---- l’esclave de la famille de Zubayr Wahb Ibn Kisᾱn----‘Ubayd b. ‘Umayr b. Qatᾱda al-
Laythī.
. Ibn Isḥᾱq---- l’esclave de la famille de Zubayr Wahb Ibn Kisᾱn----‘Abd Allᾱh b. Zubayr----‘Ubayd b.
‘Umayr b. Qatᾱda al-Laythī.
III/Deux autres khabar dans lesquels on voit Khadīja solliciter le Prophète pour s’asseoir entre ses
cuisses lors de l’apparition de l’ange éventuel ; et quand elle retire son voile, il aurait disparu, ce
qui témoigne du fait qu’il soit bel et bien un ange et non pas un démon. Ibn Isḥᾱq tenait le

792
Ibn al-Ṣalᾱḥ (‘Uthmᾱn), ‘ulῡm al-ḥadīth, Annoté par Nῡr al-Dīn ‘Itr, éd. al-maktaba al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1980, p.
229.
793
Voir, Motzki (Harald), « The murder of Ibn Abī l-Ḥuqayq : on the origin and reliability of some maghāzī reports », op.
cit., pp. 179 sqq.
794
Nous reviendrons sur ce point plus tard.
795
Pour sa biographie, cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. X, pp. 15 sqq.
796
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-ḥadīth, op. cit., T. I, p. 141.
797
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., pp. 528 sqq.
798
Ibid., pp. 171-172. Pour la biographie de ‘Ubayd, cf., Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. 19, pp. 223 sqq.
799
Ibid., p. 171.

117
premier de Ismᾱ‘īl Ibn Abī Ḥakīm, un esclave de la famille de Zubayr, qui le tenait d’un anonyme,
qui le tenait de Khadīja elle-même.800
. Ibn Isḥᾱq---- l’esclave de la famille de Zubayr Ismᾱ‘īl Ibn Abī Ḥakīm----un anonyme---- Khadīja.
IV/ Quant au second, Ibn Isḥᾱq le détient de ‘Abd Allᾱh b. Ḥasan, qui le détient de sa mère Fᾱtima
fille de Ḥusayn, qui le détient indirectement de son arrière-grand-mère Khadīja.801
. Ibn Isḥᾱq-----‘Abd Allᾱh Ibn Ḥasan-----sa mère Fᾱtima fille de Ḥusayn-----son arrière-grand-mère
Khadīja.
V/ En ce qui concerne la tradition qui évoque la conversion de Khadīja à l’islam et sa récompense
exclusive le jour du jugement dernier, Ibn Isḥᾱq l’a rapportée de Hishᾱm Ibn ‘Urwa et de son père
‘Urwa Ibn Zubayr de ‘Abd Allᾱh Ibn Ja‘far.802
. Ibn Isḥᾱq----- Hishᾱm Ibn ‘Urwa-----‘Urwa Ibn Zubayr-----‘Abd Allᾱh Ibn Ja‘far b. Abī Ṭālib.803
Tous ces renseignements nous arrivent donc, soit par l’intermédiaire de la famille d’al-Zubayr Ibn
al-‘Awwᾱm , soit par la famille de ‘Ali Ibn Abī Ṭᾱlib, lesquels sont respectivement le neveu et le
gendre de Khadīja. 804
Bizarrement, ‘Ᾱ’isha805 dont al-Zubayr est son beau-frère, garde le silence sur ce point, bien qu’Ibn
Isḥᾱq, non loin, rapporte ceci :
. Ibn Isḥᾱq ----Zuhrī ----‘Urwa b. Zubayr-----‘Ᾱ’isha (58/677) :806
807
".‫وحبب هللا إليه الخلوة‬...‫" إن أول ما بدئ به رسول هللا من النبوة الرؤيا الصادقة‬
« Le début de la révélation se concrétise par ses songes véridiques, notammant sa passion pour
l’isolement. »
‘Ᾱ’isha elle-même, si nous nous fions à Ibn Sa‘d, indique un renseignement rarissime, introuvable
chez Ibn Isḥᾱq :
‫الزناد عن أبيه عن عروة عن عائشة أن خديجة كانت ُت ن‬
‫كب أم‬ ِّ ‫"أخبنا دمحم بن عمر(الواقدي) حدثنا عبد الرحمان بن أب‬
‫ر‬
‫ر‬
808
".‫هند‬
. « Ibn Sa‘d ----son maître Muḥammad Ibn ‘Umar al-Wᾱqidī ----‘Abd al-Raḥmᾱn Ibn ’Abī al-Zinᾱd --
--- son père ---- ‘Urwa ---- ‘Ᾱ’isha :
Khadīja était surnommée Umm Hind, la mère de Hind. », car, explique-t-il, avant son mariage avec
le Prophète, Khadīja a enfanté, avec deux hommes différents, un garçon et une fille appelés tous
les deux Hind.809

800
Ibid., p. 173.
801
Ibid.
802
Ibid., p. 174.
803
Pour la biographie du neveu de ‘Ali b. Abī Ṭālib, cf., Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. 14, pp. 367 sqq.
804
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. III, pp. 93 sqq.
805
‘Ᾱ’isha est comptée parmi les six compagnons qui ont transmis le plus de ḥadīth, notamment à travers son neveu
‘Urwa b. Zubayr, cf., Ibn al-Ṣalᾱḥ (‘Uthmᾱn), op. cit., p. 296., pour sa biographie, cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T.
X, pp. 57-79.
806
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. X, p. 76.
807
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-ḥadīth, T. I, p. 170.
808
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. X, p. 16.
809
Ibid.

118
Ce silence manifesté par ‘Ᾱ’isha a-t-il un sens ? Peut-on le considérer tel un autre mode ou une
autre possibilité essentielle de discours ?810

VI/Les akhbᾱr, au sujet de l’émigration du Prophète en compagnie de Abῡ Bakr et la participation


active de la famille de ce dernier à la réussite de ce grand événement, M. Ibn Isḥᾱq les rapporte
via ‘Urwa ou ‘Abbᾱd Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn Zubayr qui les ont entendus de Asmᾱ’, épouse d’al-Zubayr,
ou de sa sœur ‘Ᾱ’isha.811
. Ibn Isḥᾱq-----‘Urwa Ibn Zubayr ou ‘Abbᾱd Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn Zubayr---- Asmᾱ’ épouse de Zubayr
ou de sa sœur ‘Ᾱ’isha.
VII/La tradition concernant l’émigration de ‘Umar vers Médine, Ibn Isḥᾱq la tient de Nᾱfi‘ l’escla-
ve de ‘Abd Allāh b. ‘Umar qui la tient de ce dernier, qui la tient de son père ‘Umar b. al-Khaṭᾱb.812
. Ibn Isḥᾱq-----Nᾱfi‘, l’esclave de ‘Abd Allᾱh Ibn ‘Umar-----‘Abd Allᾱh Ibn ‘Umar------‘Umar Ibn al-
Khaṭᾱb.
VIII/ La fameuse tradition de Surᾱqa Ibn Mᾱlik Ibn Ju‘shum qui a poursuivi le Prophète lors de son
émigration afin de l’arrêter pour toucher la prime de cent chamelles. Le ḥadīth raconte que
chaque fois qu’il s’approchait du Prophète et d’Abῡ Bakr, son cheval aurait trébuché et Surᾱqa
serait tombé. Ibn Ishᾱq tient ce khabar de Zuhrī, qui le tient de ‘Abd al-Raḥmᾱn Ibn Mᾱlik Ibn Ju‘-
shum, qui le tient de son père, qui le tient de son oncle Surᾱqa.813
. Ibn Ishᾱq---Zuhrī---‘Abd al-Raḥmᾱn Ibn Mᾱlik Ibn Ju‘shum ---son père Mᾱlik---- son oncle Surᾱqa.
IX/ Le hadīth, qui décrit le serment d’al-‘Aqaba en présence de quelques Médinois , tel Ka‘b Ibn
Mᾱlik, est relaté par Ma‘bad le fils de Ka‘b, qui le tient de son frère ‘Abd allᾱh, qui le tient de son
père Ka‘b.814
. Ma‘bad le fils de Ka‘b---- son frère ‘Abd allᾱh---- son père Ka‘b.
X/ Le khabar de la conversion discrète d’al-‘Abbᾱs, l’oncle du Prophète, à l’islam, M. Ibn Isḥᾱq le
tient de Ḥusayn Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn ‘Ubayd allᾱh Ibn ‘Abbᾱs qui le tient de ‘Ikrima l’esclave de Ibn
‘Abbᾱs.815
. Ibn Isḥᾱq---- Ḥusayn b. ‘Abd Allᾱh b. ‘Ubayd allᾱh b. ‘Abbᾱs----‘Ikrima l’esclave de Ibn ‘Abbᾱs.
Pour conclure, citons ce khabar qui montre clairement la monopolisation du ḥadīth tel un capital
strictement familial :
‫كبيد بن رأب حبيب وغبه‬ ‫ فأقبل يحدث أصحابنا ن‬،‫ قدم علينا رجل من المدينة يريد اإلسكندرية‬:‫ قال‬،‫عن الليث بن سعد‬..."
.‫ أحببنا أال يكون بينك و بيننا أحد‬:‫ فجمعوا تلك األحاديث و كتبوا بها إىل ابن نافع‬.‫ حد نثب نافع عن ابن عمر عن الرسول‬:‫قائال‬
816
"...‫ فانظروا عمن تأخذون‬.‫ و هللا ما حدث رأب بهذا‬: ‫فأجابهم‬

810
Heidegger (Martin), être et temps, Trad. de l’allemand par François Vezin, éd. Gallimard, Paris, 1986, p. 211 sq.
Ricœur (Paul), Le conflit des interprétations-essais d’herméneutique-, éd. du Seuil, Paris, 1969, p. 441.
811
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-ḥadīth, T. I, pp. 354 sqq.
812
Ibid., pp. 345 sq.
813
Ibid., p. 357 sq.
814
Ibid., pp. 318 sqq.
815
Ibid., p. 484 sq.
816
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-tamhīd limā fi al-muwa a’ min al-ma‘ānī wa al-asānīd, éd. al-Awqāf al-maghribiya, 1982,
T. I, p. 54 sq.

119
« …de Layth Ibn Sa‘d, il a dit : Un homme de Médine arrive en Égypte, espérant atteindre la ville
d’Alexandrie. Il transmettait des ḥadīth aux Égyptiens, entre autres, Yazīd Ibn Abī Ḥabīb en préci-
sant qu’il les a entendus de : Nāfi‘, l’affranchi de Ibn ‘Umar, ---- Ibn ‘Umar----le Messager.817

Les Égyptiens ont contacté le fils de Nāfi‘ : « Nous souhaiterons éviter les intermidiaires entre vous
et nous.» Mon père n’a point transmis ces ḥadīth, faites attention de qui vous rapportez, réplique-
t-il… »
Cette interpénétration du matn et d’isnād nous permettra, éventuellement, de concevoir la socié-
té ou disons-nous les societés des textes fondateurs et l’esprit de ses notables.
Les critères fixés par les experts du ḥadīth au deuxième et au troisième siècle de l’hégire, huitième
et neuvième de l’ère chrétienne, ne doivent limiter notre champ de manœuvre.
Peu importe pour la science humaine que la tradition soit authentique ou apocryphe, tant qu’elle
trahisse les apparences, et divulgue ce qui est expressément tenu caché.
En tout état de cause, ces traditions dévoilent les profondeurs anthropologiques, psychologiques,
et politiques de cette société ancienne. Nous estimons que l’étude de l’isnād ce n’est pas
forcément une reproduction des critères d’authenticité définit par la tradition musulmane elle-
même, pour emprunter l’expression de A. L. de Prémare.818
Au contraire nous pensons que cette étude nous démêle les conditions de l’engendrement de
cette pensée et ses réels fondements, notamment ses évidences mouvements à travers et le
temps et l’espace.
Joseph Chelhod corrobore cette vision dans son ouvrage le sacrifice chez les Arabes , en discutant
le thème de la poésie arabe préislamique :
« La poésie préislamique Apocryphe révèle tout comme la poésie authentique, les sentiments et
les coutumes de la Jāhiliyya.819» 820

817
Au sujet de Nāfi‘, voir : Motzki (Harald) & Boekhoff-van der Voort (Nicolet)&Anthony (W. Sean), Analysing muslim
traditions, op. cit., pp. 47 sqq. Juynboll (G. H. A), « Nāfi‘, the mawlā of Ibn ‘Umar, and his position in muslim ḥadīth
literature » dans Der Islam 70, éd. Walter de Gruyter, Berlin, 1993, pp. 207-244. Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of
canonical ḥadīth, op. cit., p. 435.
Soulignons en passant que Motzki estime, contrairement à G.H.A. Juynboll, que Nāfi‘ est une figure historique. cf.,
Motzki (Harald), Ibid., pp. 61 sqq. Juynboll (G. H. A), « Nāfi‘, the mawlā of Ibn ‘Umar, and his position in muslim ḥa-
dīth literature », Ibid., pp. 217 sqq.
818
De Prémare (Alfred-Louis), Les fondations de l’islam, op. cit., p.27., cf., Micheau (Françoise), op. cit., p. 81 où elle
reprend l’idée de A. L. de Prémare.
819
La Jāhiliyya est la période préislamique. cf., Bianquis (Thierry), Guichard (Pierre), Tillier (Mathieu), Les débuts du
monde musulmans -VII°-X° siècle-, l’article de : Robin (Christian), « La Péninsule Arabique à la veille de la prédica-
tion Muḥammadienne. » éd. Presses Universitaires de France, Paris, 2012, pp. 5 sqq. Également, Djaït (Hichem), La
grande discorde- Religion et Politique dans l’Islam des origines-, op. cit., pp. 19-27.
Jāhiliyya est un terme coraniqe évoqué quatre fois dans des sourates uniquement médinoises, toutefois il est tou-
jours utilisé d’une manière péjorative : Q III, CLIV ; Q V, L ; Q XXXIII, XXXIII ; Q XLVIII, XXVI. cf., ‘Abd al-Bāqī
(Muḥammad Fuād), op. cit., p. 184. M. Ibn Manẓūr souligne que la Jāhiliyya signifie la situation des arabes
avant l’islam telle une terre sans signe manifeste pour orienter le nomade. Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XI,
p. 130.
820
Chelhod (Joseph), le sacrifice chez les Arabes, éd. Presses universitaires de France, Paris, 1955, p. 32.

120
Cela dit, nous savons que la compilation structurée des traditions prophétiques s’est engagée un
siècle au moins après le décès du Prophète, dans un contexte politique conflictuel incitant non
seulement à exploiter la tradition existante, mais à en produire en abondance.821
Le « façonnage » du Ḥadīth a débuté, ainsi le confirme beaucoup de chercheurs, pendant les
dernières années du califat de ‘Uthmān, lorsque une opposition insurectionnelle se manifeste.822
Jusqu’à ce que nous arrivons à un stade où :
« Ce qui est rapporté est perçu comme ce qui a été dit vraiment, et ce qui a été dit rapporte un fait
qui s’est réellement produit.»823

821
Abū Rayya (Maḥmūd), Aḍwā’ ‘alā al-sunna al- Muḥammadiyya, éd. Dār al-ma‘ārif, Le Caire, 1957, p. 99. cf., Gold-
ziher (Ignaz), Muslim studies, trad. de l’allemand par C. R. Barber & S. M. Sternvol, éd. George Allen & Unwin Ltd,
London, 1971, T. 2, pp. 126 sqq., voir, également, Schacht (Joseph), The origins of Muḥammadan jurisprudence, éd.
Oxford University Press, 1959, pp. 163-175.
822
Abū Rayya (Maḥmūd), Cheikh al- muḍīra Abū Huraïra, éd. mu’assasat al-a‘lamī li -l-Mathbū`āt, Beyrouth, 1993, p.
219.
823
Chabbi(Jacqueline), Le coran décrypté -Figures bibliques en Arabie-, éd. Fayard, Paris, 2008, p. 27.

121
III. I. I. II. Le parcours de la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm :

Visiblement, la Sīra d’Ibn Hishām (m. 218/ 833) n’était pas encore renommée durant durant le
IIIème/IX siècle.
Ni Ibn Sa‘d (m. 230/844) dans son recueil des biographies ni Ibn Khayyāṭ (m. 240/854) dans ses
deux ouvrages, ne mentionnent Ibn Hishām.824 Aucune allusion également de ‘A. Ibn Abī Shayba
(m. 235/849) à Ibn Hishām dans son Muṣanaf. Curieusement, dans ses Maghāzī qui contiennent
presque six-cents traditions, il ne rapporte que vingt-quatre fois d’Ibn Isḥāq.825 Son maître ‘Abd al-
Razzāq (m. 211/826) était plus sobre en transmission par rapport à ce dernier.826 Il a pu supplanter
Ibn Isḥāq grâce à son maître Ma‘mar b. Rāshid (m.153/770) qui était disciple lui-même de Zuhrī.827
Quant à Ibn Abī Khaythama (279/892), lorsqu’il rapporte d’Ibn Isḥāq, il ne passe pas par Ibn Hish-
ām, mais par le biais d’un certain Aḥmad b. Muḥammad Ibn Ayyūb---Ibrāhīm b. Sa‘d---Ibn Isḥāq828
ou Yūsuf b. Bahlūl---b. Idrīs---Ibn Isḥāq.829Il lui arrive également d’employer l’isnād suivant : Mūsā
Ibn Ismā‘īl----Ḥammād Ibn Salama----Ibn Isḥāq.830Quelques fois il utilise la formule courte :
Ibn Isḥāq a dit, ‫قـال ابن إسحاق‬.831
Vraisemblablement, c’est à partir de l’époque d’al-Mas‘ūdī (m. 346/957) que la Sīra d’Ibn Hishām
commence à devenir une référence importante mais non exclusive. Cet historien qui aurait résidé
à un moment donné en Égypte,832 et après avoir cité la généalogie du Prophète, il signale :
833 ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
"‫ و النسخ مختلفة األسماء ف النسب من نزار‬،‫" هذا ما ف نسخة ابن هشام ف كتاب المغازي والسب عن ابن إسحاق‬
« D’après la version d’Ibn Hishām via Ibn Isḥāq dans le "livre" al-Maghāzī et les Siyar. Les versions
(dont nous disposons) divergent à propos des noms de cette généalogie à partir de Nizār.»834
Il est probable qu’il vise par "versions" le "livre" présumé : al-Maghāzī d’Ibn Isḥāq. La version d’Ibn
Hishām du kitāb al-Maghāzī était-il donc une version parmi d’autres ?
Ibn ‘Abd al-Bar (m. 463/1070) nous informe que les deux références principales de son livre sont :
le livre de Mūsā Ibn ‘Uqba (m. 141/758)835et le "livre" d’Ibn Isḥāq version Ibn Hishām.836

824
cf., à la sixième génération des Égyptiens où Ibn Hishām aurait dû être cité chez Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit.,
T. IX, pp. 526 sqq. Ibn khayyāṭ (Khalīfa), Tārīkh Khalīfa Ibn Khayyā , op. cit., p. 475. Ibn khayyāṭ (Khalīfa), Kitāb al-
abaqāt, éd. maṭba‘at al-‘ānī, Baghdad, 1967, pp. 293-297.
825
Ibn Abī Shayba (‘Abd Allāh), op. cit., T. XIII, pp. 196-503.
826
Al-Ṣan‘ānī (Abd al-Razzāq), op. cit., T. VI, p. 201. cf., à kitāb al-Maghāzī dans son Muṣanaf, T. V, pp. 313-492.
827
À propos de Ma‘mar Ibn Rāshid, voir Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., p. 405.
828
Ibn Abī Khaythama (Aḥmad), op. cit., T. I, p. 170. T. II, p. 10 et passim.
829
Ibid., T. II, p. 12.
830
Ibid., T. II, p. 35.
831
Ibid., T. I, p. 168. T. II, p. 20.
832
Al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, op. cit., T. II, p. 2772.
833
Al-Mas‘ūdī (‘Ali), op. cit., T. II, p. 210.
834
Nizār est le dix-huitième arrière-grand-père éventuel du Prophète. Ibid.
835
C’était un esclave affranchi de Zubayr Ibn al-‘Awām, toutefois son livre dans le domaine des Maghāzī ne nous est
pas parvenu. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 519. al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXIX, pp. 115.
cf., Schoeler (Gregor), « Mūsā b. ‘Uqba’s Maghāzī » dans The biography of Muḥammad -The issue of the sources-,
éd. Harald Motzki : Brill, Leiden, 2000, pp. 90 sqq. Voir aussi, Motzki (Harald) & Boekhoff-van der Voort (Nicolet) &

122
Il précise, lui aussi, dans le chapitre « Pèlerinage d’adieu »‫ حـجـة الوداع‬,837qu’il se rapporte à trois
versions de la Sīra d’Ibn Isḥāq, à savoir la version Ibn Hishām----al-Bakkā’ī----Ibn Isḥāq, celle de Yū-
nus Ibn Bukayr, puis enfin celle d’un certain Ibrāhīm Ibn Sa‘d.838 Apparemment, à l’époque d’Ibn
‘Abd al-Bar, la version d’Ibn Hishām n’a toujours pas surpassé en mérite les autres versions.
Avec sa grande et riche glose, al-Suhaylī de Malaga (m. 581/1185) met nettement en valeur la ver-
sion d’Ibn Hishām.839 Il dévoile, tel son compatriote Ibn ‘Abd al-Bar, le nom du transmetteur direct
de la copie d’Ibn Hishām. Il s’agit d’un certain Ibn al-Barqī.840 *

La version la plus ou moins complète qui nous est parvenue de la Sīra qu’Ibn Isḥᾱq ait écrite est
donc celle rapportée par Ibn Hishᾱm. Cédons la place à Schoeler qui décrit cette biographie :
« Le kitāb al-Magāzī d’Ibn Ishāq est un livre bien conçu, divisé en chapitres, où les événements
sont rangés, en principe, dans un ordre chronologique, lequel laisse quelque-fois aussi, la place, si
cela a un sens, à un classement en fonction de points de vues généalogiques ou pragmatiques.»841
G. Schoeler remarque que l’introduction des phrases de transition entre les différents récits effec-
tuée souvent par Ibn Isḥāq, a deux effets : mettre en place une narration cohérente, et, ce qui est
plus important, selon ce chercheur, l’ensemble de ses matériaux ont été guidés par, ce qu’il app-
elle, une idée directrice :
« Il a rangé l’histoire du Prophète et de la nouvelle foi dans l’histoire de la révélation divine depuis
le début du monde. »842
Il est bien malaisé de confirmer cette opinion puisque nous ne disposons plus de son "livre" kitāb
al- mubtada’. Nous nous demandons si ce kitāb en question comprend-t-il vraiment l’histoire des
prophètes bibliques.843

Anthony (W. Sean), op. cit., pp. 98 sqq.


836
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-Durar fi ikhtiṣār al-Maghāzī wa al-Siyar, op. cit., p. 29.
837
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. II, p. 966.
838
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), op. cit., p. 275. cf., à son livre al-isti‘āb fi ma‘rifat al-aṣḥāb où, après avoir mentionné un
khabar, il note: «Ainsi il a été cité par Ibn Isḥāq dans la Sīra selon Ibn Hishām via al-Bakkā’ī.», éd. Dār al-a‘lām, op.
cit., p. 653.
839
Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. I, p. 16. 21. Il nous avise : « J’ai commencé à dicter ce livre le mois de
er ème
muḥarram (1 mois d’hégire) en 569/1173 et je l’ai achevé le mois de jumādā I (5 mois) de la même année.»
Ibid., p. 18.
840
Chez Ibn ‘Abd al-Bar, c’est Muḥammad Ibn al-Barqī. op. cit., p. 275. Quant à Suhaylī, il s’agit de ‘Abd al-Raḥīm Ibn
‘Abd Allāh al-Barqī. Ibid., T. I, p. 18. Bien que la Sīra d’Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (734/1333) soit ultérieure à l’égard de
celles citées ci-dessus, elle reste néanmoins de nature hétéroclite, il rapporte, entre autres, d’al-Wāqidī via Ibn Sa‘d
et d’Ibn Hishām en passant par Ibn al-Barqī en question.
cf., Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 54. T. II, p. 457. cf., également au chapitre : III. I. I. III. I.
Le style de transmission chez Ibn Isḥᾱq, g/ Texte composite.
* Muḥammad (m. 249/863), Aḥmad (m. 270/883) et ‘Abd al-Raḥīm (m. 286/899) sont frères, tous étaient disciples
d’Ibn Hishām. cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, éd. Mu’assasat al-risāla, Beyrouth, 1993, T. XIII,
pp. 46-49. Par ailleurs, et selon al-Ḏahabī, le principal transmetteur de la Sīra d’Ibn Hishām est ‘Abd al-Raḥīm. Ibid.,
o
p. 48. Visiblement, il était jeune, voire très jeune lors du décès d’Ibn Hishām. cf., à la figure n 10 citée ci-dessous.
Le sobriquet al-Barqī vient du fait qu’ils commercent avec Barqa, Cyrénaïque, la région Est de la Libye. cf., al-
Ḏahabī (Muḥammad), Ibid., p. 47.
841
Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre dans les débuts de l’islam, op. cit., p. 66.
842
Ibid., p. 66.
843
Ibid.

123
La chaîne principale des garants de la Sīra d’Ibn Hishām est d’ores et déjà la suivante :
Ibn Hishᾱm-----------Ziyād Ibn ‘Abd Allᾱh al-Bakkāī’-----------Ibn Isḥᾱq…844
Mais avant de discuter cette chaîne de transmission, mettons en lumière le contexte historique de
cet ouvrage éventuel et par la suite ses différentes versions probables.
Cette biographie du Prophète écrite par Ibn Ishāq, suite à la demande du deuxième calife
abbasside Abū Ja‘far al-Manṣūr,845est connue sous le nom de : La biographie d’Ibn Isḥāq. Le
bibliographe Ibn al-Nadīm (m. 380/990), relate dans son précieux catalogue al-Fihrist :
« Ibn Isḥāq a écrit : le "Livre" des califes, rapporté par ‘Abd Allᾱh b. Sa‘īd al-Umawī, kitāb al-Sīra,
al-Mubtada’ et al- Maghāzī,846transmis par Ibrāhīm Ibn Sa‘d847et par un certain al-Nufaylī. »848
Et bien avant Ibn-al-Nadīm, le premier historien, qui a signalé La biographie d’Ibn Isḥāq à notre
connaissance, est Ibn Sa‘d (230/845).849 Il consigne ceci dans son recueil prosopographique :
".‫" و كان دمحم بن إسحاق أول من جـمـع مغازي رسول هللا و ألّـفـها‬
« Ibn Isḥāq fut le premier à avoir compilé la biographie du Prophète dans un "livre". »850
M. Ibn al-Athīr note à la fin du texte de Médine une information qui nous paraît intéressante :
‫ن‬ ‫ن‬
‫ وقد أخرجه دمحم بن إسحاق بن يسار ف كتاب المغازي و عبد‬.‫ فأخترصه ألجل الغريب‬،‫" و الكتاب ف نفسه أطول من هذا‬
‫ن‬
".‫الملك بن هشام ف كتاب السبة تاما بطوله‬

844
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 3 sq. cf., éd. Maḥmῡd Sayyid al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 5
o
sq. cf., à la figure n 10 mentionnée ci-après.
845
Abū Ja‘far al-Manṣūr devient le second calife abbasside en succédant à son frère Abū al-‘Abbās al-Saffāḥ.
Il est considéré comme le vrai fondateur de l’état abbasside, il régne entre 136 et 158 AH /754 et 775 de notre
ère. cf., Ibn Jarīr al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 59. Nous reviendrons sur ce point lorsque nous abor-
derons la biographie d’Ibn Ishᾱq.
846
Le sens littéral du mot (al-Maghāzī) est les guerres saintes du Prophète, et sa traduction commune est razzias.
Cependant, le terme dans un contexte pareil désigne la biographie du Prophète, comme nous l’avons déjà souli-
gné. cf., Al-Frᾱhidī (al-Khalīl), op. cit., T. IV, p. 434., cf., Ibn Sīdah (‘Ali), op. cit., VI, p. 27. Ibn Manẓῡr (Muḥammad),
op. cit., T. XV, p. 124., al- Fayrῡz Ᾱbᾱdī (Muḥammad), op. cit., p. 1317.
G. Schoeler confirme : « Maghᾱzī, Littéralement : campagnes, mais en fait plus généralement : vie du Prophète. »
Schoeler (Gregor), op. cit., p. 46.
Rappelons-nous des trois sens du terme Maghᾱzi, avancés par Ibn Manẓῡr : Les vertus des gerriers, les lieux des
combats et les combats eux-mêmes. op .cit. Cependant, comme nous déjà souligné, les deux termes : sīra et
maghᾱzī deviennent largement interchangeable, vers la moitié du huitième siècle. cf., à l’introduction de M. J dans
Al-Wᾱqidī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 19., Shoemaker (Stephen), op. cit., p. 75. Voir, Cheddadi ‘Abdesselam), op.
cit., pp. 83 sqq.
847
Ce disciple d’Ibn Isḥāq est l’arrière-petit-fils du compagnon notoire ‘Abd al-Raḥmān Ibn ‘Awf. Il décède en 183/799.
cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. II, pp. 88 sqq. Ibn ‘Abd al-Bar souligne qu’en plus de la version de Ziyād al-Bekā’ī, il
utilise aussi les versions d’Ibrāhīm Ibn Sa‘d et Yūnus Ibn Bukayr, sans pour autant se préoccuper de démêler l’une
de l’autre. Il se contente de la formule simple : Ibn Isḥāq a dit, ‫قـال ابن إسحاق‬. cf., al-Durar fi ikhtiṣār al-Maghāzī wa
o
al-Siyar, op. cit., p. 275. Pour la formule, voir., pp. 65. 59. 170 et passim. cf., aussi à la figure n 9 citée ci-dessous.
cf., également au chapitre : III. I. I. III. II. Le style de transmission chez Ibn Isḥᾱq, g/ Texte composite.
848
Ibn al-Nadīm (Muḥammad), al-Fihrist, Annoté par Ayman Sayyid, éd. Mu’ssasat al-Furqᾱn li al-Turᾱth al-islᾱmī,
Londres, 2009, T. I, p. 290., cf., al-Fihrist, publication Gustav Flügel, éd. Institute for the history of Arabic- Islamic
science, Frankfurt, 2005, T. I, p. 92. Désormais, nous nous référons exclusivement à l’édition de Sayyid .
849
Voir la biographie d’Ibn Sa‘d dans al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. III, pp. 266-268., où il le décrit d’une
façon élogieuse.
850
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 552.

124
«Et le «livre» (Le texte de Médine)est plus long, je l’ai abrégé pour les termes rares (qu’il contient).
Il a été rapporté dans sa totalité (le texte de Médine) par Muḥammad Ibn Isḥᾱq Ibn Yasᾱr dans le
"livre" : al-Maghᾱzī et ‘Abd al-Malik Ibn Ibn Hishām dans le livre : al-Sīra. »851
Comme nous l’avons déjà signalé, il s’agit là, vraisemblablement, d’un lapsus calamis commis par
un copiste.852 À part M. Ibn al-Athīr (m. 606/1210), aucun autre érudit, à notre connaissance, n’a
fait allusion à la présence du "livre" al-Maghāzī.853
La première édition de la biographie du Prophète, autrement dit la biographie d’Ibn Hishām, est
celle de l’allemand Ferdinand Wüstenfeld (m. 1899), sous le titre :
« La biographie du prophète Muḥammad, recension de ‘Abd al-Malik Ibn Hishām, d’après Ziyād
Ibn ‘Abd Allᾱh al-Bakāī’, d’après Muḥammad Ibn Isḥāq. »854
Elle a été éditée après l’arrivée de l’imprimerie en Orient à la fin du XIXe, entre 1858 et 1860.855
L’édition du Wüstenfeld est composée de deux tomes dont le premier est composé de deux
volumes. Badawī précise :
« Le premier volume du tome I parut en 1858, le second en 1859. Le deuxième tome parut en
1860. »856 L’édition de Wüstenfeld est basée sur dix-sept manuscrits, décrits en détail dans
l’introduction du tome II.857
D’autres éditions de la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām se succèdent au Caire : l’édition de l’imprimerie
Būlāq en 1878858 ; et une autre annotée par Maḥmūd al-Ṭahṭāwī en 1906.859
En 1936 cette Sīra a été publiée par Muṣtapha al-Saqā et Ibrāhīm al-Ibyārī. L’année suivante,
Muḥammad Muḥyiddīn ‘Abd al-Ḥamīd a pris le soin de la publier en quatre volumes.860
K. Broeckelmann, nous indique certains lieux où dorment paisiblement quelques manuscrits de la
biographie d’Ibn Hishām :
« Outre, les manuscrits sur lesquels Wüstenfeld s’est basé, on trouve ses manuscrits à Leiden sous
le numéro : Premier/861 ; Paris : Premier/1948-1950 ; Le musée Britannique : Deuxième/503…

851
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib, op. cit., p. 228.
852
cf., au chapitre : II. I. II. Ibn Hishām et son rôle dans la Sīra d’Ibn Isḥāq.
853 o
Voir la figure N 3 mentionnée ci-dessus.
854
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 1., T. II, p. 542., cf., Ibn Isḥāq (Muḥammad),
Muhammad, Trad. Badawi (‘Abderraḥmān), op. cit., p. XIII.
Le titre allemand est : Das leben Muhammed’s nach Muhammad Ibn Ishāq bearbeitet von ‘Abd al-Malik Ibn
Hishām aus den handschriften zu Berlin, Leipzig, Gother und Leyden Herausgegeben von Dr Wüstenfeld
(Ferdinand)., cf., éd. F. Wüstenfeld, Ibid., T. I, p. 541.
855
Gilliot (Claude), « Le débat contemporain sur l’islam des origines » dans Les débuts du monde musulmans -VII°- X°
siècle-, op. cit., p. 357.
856
Ibn Isḥāq (Muḥammad), op. cit., cf., éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. II, pp. 1028-1029., Broeckelmann (Karl), Histoire
de la littérature Arabe, Trad. de l’allemand al-Najār (‘Abd al-Ḥalīm), éd. Dār al-Ma‘ārif, Le Caire, 1959, T. III, p. 12.
857
Ibn Isḥāq (Muḥammad), Ibid. Broeckelmann (Karl), Ibid.
858
Broeckelmann (Karl), Ibid.
859
Ibn Isḥāq (Muḥammad), op. cit., p. XIV. Broeckelmann (Karl), Ibid., p. 13., cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Sīrat al-
nabi, Annoté par Maḥmῡd Sayyid Ṭahṭᾱwī, éd. al-maṭba‘a al-khayriyya, 1ère édition, Le Caire, 1911. Remarquons
que nous utilisons dans notre étude la première édition de Ṭahṭᾱwī qui est datée de 1911 et non pas de 1906.
860
Broeckelmann (Karl), Ibid., p. 13.

125
Bibliothèque de David à Mossoul (al-mawṣil) : 54, 108 ; La bibliothèque public de Damas : 87, 223 ;
La bibliothèque de l’association orientale Allemande : 11 ; La bibliothèque al-Ẓāhiriyya à Damas
(L’index de Yūsuf al-‘Ash) : 15… ».861 Il cite en tout, plus de vingt manuscrits dans des pays
européens et arabes.862 Bien entendu, Broecklmann ne nous informe point de la nature de ces
manuscrits et de leur originalité. Vraisemblablement, ils ne sont, si on ose dire, que des
« manuscrits-copies ». Ainsi, nous nous souvenons de cette phrase forte de Langlois qui visait
surtout les collectionneurs français avant et après la révolution de 1789, mais la nature humaine
est si semblable partout, que nous témoignons avec lui :
« Le collectionneur est, ou plutôt était souvent jadis, un Barbare qui n’hésitait pas, pour enrichir
ses collections de pièces et de débris rare, à mutiler des monuments, à dépecer des
manuscrits… ».863
al-Khathīb al-Baghdādī nous fournit un texte qui laisse à penser :
‫ن‬
‫ صنف دمحم بن إسحاق هذا الكتاب ف القراطيس ثم صب القراطيس‬: ‫ سمعت أبا الهيثم يقول‬،‫قال الحسن بن دمحم المؤدب‬
ُ ‫ن‬
،‫ » لسلمة‬864 « .‫ فكانت تفضل رواية سلمة عىل رواية غبه لحال تلك القراطيس‬.‫يعب ابن الفضل‬
« Al-Ḥasan b. Muḥammad al-Mu’addib a dit : J’ai entendu Abū al-Haytham dire : M. Ibn Isḥāq a
consigné ce "livre" dans des folios, et après cela (que les copistes aient recopié le livre)865, il a
confié ces feuillets à Salama, c’est-à-dire Ibn al-Faḍl. Pour cette raison, la transmission de Salama
prévaut sur les autres transmissions.»
Il convient de noter que l’historiographe Ṭabarī emploie cette version, lorsqu’il rapporte d’Ibn
Isḥāq. Chaque fois qu’il fait référence à ce dernier, il cite sa chaîne des garants comme suit :
« Ibn Ḥumayd nous a raconté, d’après Salama Ibn al-Faḍl, d’après Ibn Isḥāq… »866
. Ṭabarī (m. 310/922) ----- Ibn Ḥumayd---- Salama Ibn al-Faḍl---- Ibn Isḥāq (m. 151/768).
D’emblée, cela nous a paru bizarre que nous nous retrouvions avec seulement deux rapporteurs
entre Ṭabarī et Ibn Isḥāq. Nous avons cru qu’il y a probablement une faille dans cette chaîne de
garants qui couvre une période s’étendant sur plus d’un siècle et demi.
Cependant, al-Mizzī, le biographe des transmetteurs du ḥadīth, dans sa grande œuvre Tahḏīb al-
kamāl fi asmā’ al-rijāl, témoigne qu’Ibn Ḥumayd le maître de Ṭabarī867a bien rapporté de Sala-
ma.868
Il s’agit bel et bien de Muḥammad Ibn Ḥumayd al-Rāzī869, décédé d’après al- Bukhārī et d’autres
spécialistes, en 248AH/862870; néanmoins sa légitimité est fortement controversée chez les traditi-
861
Broeckelmann (Karl), Ibid. pp. 12-13.
862
Ibid.
863
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 34. Ce livre est apparu en 1898. Il a été considéré à son
époque comme « la bible de l’histoire », cf. à la préface de Rebérioux (Madeleine), p. 7. La partie du livre à laquelle
nous nous référons est écrite par Charles-Victor Langlois, l’autre partie, cependant, est rédigée par Charles Seigno-
bos.
864
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, pp. 16-17.
865
Nous revenons sur ce texte dans son intégralité lorsque nous étudions la biographie d’Ibn Isḥᾱq.
866
cf., à titre d’exemples ; al-Ṭabari (Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 155-283.
867
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXV, p. 99.
868
Ibid., p. 98.
869
En relation avec la ville de Ray située, à quelques Kilomètres seulement, au sud de Téhéran, cf., al-Ḥamawī (Yāqūt),
Mu‘jam al-buldān [Le lexique des pays], op. cit., T. III, p. 116.

126
onnistes.871
A propos de Salama, al-Mizzī affirme qu’il a rapporté d’Ibn Isḥāq872 qu’il est fiable chez quelques
experts de traditions, mais faible, voire menteur chez d’autres873. En revanche, il décède vers
l’année 190/805, à l’âge de cent dix ans. 874Les deux transmetteurs, entre Ibn Isḥāq et al-Ṭabarī,
ont donc apparemment vécu longtemps.875
‘Abderraḥmān Badawi évoque deux autres versions de la Sīra d’Ibn Isḥāq écrites par son disciple
Ziyād Ibn ‘Abd Allᾱh al-Bakkāī’ dont aucune copie ou reproduction ne nous est parvenue, sans
nous éclairer, toutefois d’où il a puisé cette affirmation.876La transmission de Ziyyᾱd a été
toutefois sauvegardée, au moins partiellement, par Ibn Hishᾱm.
Badawi a probablement recueilli cette information à partir de cette tradition rapportée par al-
Khathīb et reprise par al- Mizzī, comme avait coutume de procéder les savants d’antan.
‫ن‬
‫ ألنه أمىل‬،‫ ما أحد أثبت ف ابن إسحاق من زياد البكاب‬: ‫ سمعت ابن إدريس يقول‬: ‫قال‬...‫أخبنا دمحم بن عمر بن ُبكب المقرئ‬
‫" ر‬
‫ن‬
‫ (ولما) قدم ابن إسحاق الحبة فطلبوا كاتبا يكتب لرجل من قريش فجاء‬،‫ حدثنا ابن إسحاق هذه المغازي‬: ‫ قال‬.‫مرتي‬ ‫عليه‬
877 ‫ن‬
".‫زياد فأمىل عليه مرتي‬
«…un certain Ibn Idrīs a dit: Celui qui maîtrise le mieux la biographie d’Ibn Isḥāq est Ziyād car il l’a
consignée deux fois suite à la dictée de son maître : la première fois spécialement pour lui, et la
seconde, à al-Ḥīra,878 où il l’a écrite pour un Qurayshite, illettré en apparence. »
Ibn Sa‘d se contente de mentionner ceci à propos de Ziyād :
« Il a rapporté les Maghāzī d’Ibn Isḥāq ceux qu’il a entendus (directement) de lui, puis il est rentré
à Baghdad… »879
Vraisemblablement, il a entendu la Sīra avant son séjour à Baghdad. Or, d’après une tradition rap-
portée par al-Khathīb :
‫ن‬ ‫ن‬
‫ وزياد ف نفسه‬،‫ ليس كتاب المغازي عند أحد أصح منه عند زياد البكاب‬: ‫ قال‬،‫أخبنا أبو عىل صالح بن دمحم‬
‫ ر‬...‫البقاب‬
‫أخبنا ر‬
‫" ر‬
880 ‫ر‬ ‫ن‬
".‫ و ذلك أنه باع داره و خرج يدور مع ابن إسحاق حب سمع منه الكتاب‬،‫ ولكن هو من أثبت الناس ف هذا الكتاب‬،‫ضعيف‬
« … Aucune version des Maghāzī d’Ibn Isḥāq n’est plus fiable que celle de Ziyād. Bien qu’il soit par
ailleurs un faible transmetteur, il est considéré comme le transmetteur le plus fiable de ce "livre"
car il a vendu sa maison pour suivre Ibn Isḥāq dans ses pérégrinations, de sorte qu’il ne l’a pas qui-
tté jusqu’au moment où il a entendu son "livre" complètement.»

870
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., p. 107.
871
Ibid., pp. 101-102.
872
Ibid., T. XI, p. 306.
873
Ibid., pp. 306-307.
874
Ibid., p. 309.
875
Juynboll (G. H. A.), «The role of mu'ammarūn in the early development of the isnād» in Wiener Zeitschrift für die
Kunde des Morgenlandes Vol. 81, éd. The department of oriental studies, University of Vienna, 1991, pp. 155 sqq.
876
Ibn Isḥāq (Muḥammad), op. cit., p. VII.
877
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. IX, p. 500. cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. IX, p. 489. Ce texte raconté
par Khathīb al-Baghdādī
878
Située à trois miles de Koufa, cf., al-Ḥamawī (Yāqūt), op. cit., T. II, p. 328.
879
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 518.
880
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. IX, p. 502.

127
Quoique Ziyyᾱd ait entendu et consigné la Sīra à deux reprises, nous considérons sa transmission
comme si elle était réalisée à partir d’une seule et unique version puisque nous ne possédons po-
int les deux copies afin d’établir une comparaison.
Une troisième version a été transmise par Yūnus Ibn Bukayr à la ville de Ray.881Effectivement, les
spécialistes du ḥadīth émettent l’hypothèse que Yūnus a bien pu acquérir cette biographie
directement auprès de son propriétaire, dans cette ville iranienne, sans qu’ils précisent s’i l’a
acquise dans son intégralité ou juste en partie. Al-Mizzī en parle vaguement :
882
".‫" سمع من دمحم بن إسحاق بالري‬
« Il a reçu (le "livre" des Maghᾱzī) directement de Muḥammad Ibn Isḥᾱq à Ray »
Ibn Sa‘d cite ce personnage en se limitant à dire :
883 ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
".‫تسعي و مائة ف خالفة المأمون‬ ‫ و توف بالكوفة سنة تسع و‬.‫" وهو صاحب ابن إسحاق صاحب المغازي‬
« C’est le compagnon d’Ibn Isḥᾱq, l’auteur des Maghᾱzī, décédé à Kūfa sous le règne d’al-Ma’mῡn,
en 199/814.», et il atteste effectivement que Muḥammad Ibn Isḥāq ait atteint Ray.884 Notons que
la version de Yῡnus Ibn Bukayr a été employée par Ibn al-Athīr dans son ouvrage Usd al-ghāba.885
Par ailleurs, Ibn al-Nadīm cite deux autres versions, celle d’un certain Ibrāhīm Ibn Sa‘d886 et celle
d’un autre nommé al-Nufaylī.887 Badawi fait aussi, référence à Ibn al-Nadīm, en évoquant que la
copie du deuxième personnage et en signalant : « …Mais aucun auteur ne la cite. »888
Cependant, al-Mizzī qui cite al-Nufaylī nous apprend qu’il n’a pas transmis directement d’Ibn
Isḥᾱq, mais qu’il a rapporté de son disciple réputé Yῡnus Ibn Bukayr.889
Signalons enfin que Mizzī remarque:
‫ سعيد بن‬،‫ يح بن سعيد األموي‬،‫ دمحم بن سلمة‬،‫ سلمة بن الفضل‬،‫" و قد روى المغازي عنه (عن ابن إسحاق) إبراهيم بن سعد‬
890
".‫ جرير بن حازم و زياد البكاب و غبهم‬،‫بزيع‬
« Le "livre" des Maghᾱzī d’Ibn Isḥᾱq a été transmis, entre autres, par Ibrᾱhīm b. Sa‘d, Salama b. al-
Faḍl, Muḥammad b. Salama, Yaḥya b. Sa‘īd al-’Umayī, Sa‘īd b. Bazī‘, Jarīr b. Ḥᾱzim et Ziyyᾱd b. al-
Bakkᾱ’ī. »
Yūsuf al-Mizzī ajoute donc quatre autres transmetteurs qui n’ont pas été évoqués précédemment.
En fin de compte, nous nous retrouvons réellement avec seulement trois versions qui subsistent
d’une façon ou d’une autre. La copie d’al-Bakkāī’ a supporté toutes les disgrâces et nous la
découvrons, d’une manière relative bien entendu, dans la biographie d’Ibn Hishām. La copie de
Salama Ibn al-Faḍl a résisté, du moins partiellement, grâce à Ṭabarī. Celle de Yūnus Ibn Bukayr a
également été préservée d’une façon relative dans les écrits d’Ibn al- Athīr.

881
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXXII, pp. 494 sqq., cf., Ibn Isḥāq (Muḥammad), op. cit.
882
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., p. 497.
883
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit. p. 522.
884
Ibid., p. 553.
885
Ibn al- Athīr (‘Ali), Usd al-ghāba fi ma‘rifat al-ṣaḥāba, éd. Dār al-kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1996, T. I, pp. 121-130.
886
Al-Mizzī affirme qu’il a en effet rapporté d’Ibn Isḥāq, cf. op. cit., T. II, p. 89. Son arrière grand-père est ‘Abd al-
Raḥmᾱn Ibn ‘Awf, le célèbre compagnon. al-Mizzī, op. cit., T. XXIV, p. 410.
887
Ibn al-Nadīm (Muḥammad), op. cit.
888
Ibn Isḥāq (Muḥammad), éd. Badawi, op. cit.
889
Al-Mizzī (Yῡsuf), op. cit., T. XXV, p. 568.
890
Ibid., T. XXIV, p. 426.

128
. Ibn Hishām (218/833)--------------Ziyyᾱd b. al-Bakkᾱ’ī (183/799) -----------Ibn Isḥāq (151/768).
. Ṭabarī (310/923) -------------------Salama Ibn al-Faḍl (190/805) -------------Ibn Isḥāq (151/768).
. Ibn al- Athīr (630/1233)---------- -Yūnus Ibn Bukayr (199/814)---------------Ibn Isḥāq (151/768).891
Nous ne pouvons conclure ce chapitre sans signaler le travail, malheureusement négligé, d’un cer-
tain Sadun Maḥmūd al-Samūk ‫سعدون محمود السموك‬.892Dans un essai de "reconstruction synoptique"
des traditions historiques d’Ibn Isḥāq, et la mise en parallèle entre les versions données par Ibn Hi-
shām et Ṭabari du même récit. Ce chercheur Irakien constate les divergences entre les mêmes tex-
tes fournis par des transmissions différentes.893Il en ressort qu’Ibn Isḥāq n’a jamais publié une ver-
sion achevée de sa biographie du Prophète. Il a délivré, souvent oralement, beaucoup de ses tradi-
tions en des occasions différentes à des auditoires différents. En revanche, nombre de ses audi-
teurs sont devenus des transmetteurs de ses traditions.894
Il est impossible, selon S. M. al Samūk, de reconstruire mot à mot, dans sa forme originale, la biog-
raphie d’Ibn Ishaq.895
Gilliot rappelle : « l’on sait maintenant que semblable « original » n’exista jamais, comme l’a mon-
tré l’Irakien S. M. al-Samūk dans sa thèse sur les traditions historiques d’après Ibn Isḥāq. »896
Il déclare à propos de cette œuvre d’al-Samūk :
« En effet, il y conclut, suite à des études de plusieurs cas sur plusieurs versions : «Il n’y a pas eu
un texte unifié pour les traditions de M. Ibn Isḥāq auquel les transmetteurs et les auteurs tardifs
eussent pu se référer comme étant celui qui faisait autorité et [que] Ibn Isḥāq a délivré beaucoup
de ses traditions de manière souvent orale à des moments et en des occasions différentes. »897
Nous avons précédemment évoqué deux textes rapportés par Khathīb al-Baghdādī : le premier qui
prévaut est la version de Salama Ibn al-Faḍl, grâce aux feuillets qu’Ibn Isḥāq a confiés à ce dernier.
Le second texte est la version de Ziyād Ibn Abd Allāh al bakkāī’, lequel a triomphé du fait que son
auteur l’a consignée deux fois suite à la dictée de son maître.

Dans quelle mesure les disciples d’Ibn Isḥāq, voire les disciples de ses disciples, n’étaient-ils pas en
concurrence en se targuant de posséder la meilleure version du maître ?
In fine, à quel point les grands disciples d’Ibn Isḥᾱq, et par la suite les copistes, sont-ils restés
fidèles au texte du maître ? Nous ne le saurons jamais puisque le texte original est définitivement
perdu.

891
cf., à la figure 9. dans la biographie d’Ibn Ḥajar concernant Yūnus Ibn Bukayr, une phrase attire notre attention :
".‫ هو اليوم ثقة عند أصحاب الحديث‬:‫" و قال ابن عمار‬, « Ibn ‘Ammār a dit : il est actuellement crédible chez les experts du
ḥadīth. » Ibn Ḥajar (Aḥmad), Tahḏīb al-tahḏīb, op. cit., T. XI, p. 436. Il s’agit probablement de Muḥammad Ibn
‘Ammār de Mossoul (m. 242/856). Voir, Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre, op.cit., p. 76.
892
Le livre en question est : Sadun (Maḥmūd al-Samūk), Die historischen Überlieferungen nach Ibn Ishāq : eine syno-
ptische Untersuchung, Inaugural-Dissertation (non éditée), Francfort sur le Main, Johann Wolfgang Goethe-Univer-
sität, 1978. [175 pages].
893
Sadun (Maḥmūd al-Samūk), op. cit., p. 161., cité par Gilliot (Claude), voir, « Le débat contemporain sur l’islam des
origines », op. cit., p. 360. cf., Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre, op. cit., pp. 85-86.
894
Gilliot (Claude), Ibid.
895
Sadun (Maḥmūd al-Samūk), op. cit., p. 162., cité par Gilliot (Claude), Ibid. Voir, Schoeler (Gregor), Ibid.
896
Claude Gilliot « Bulletin d'islamologie et d'études arabes », éd. Revue des sciences philosophiques et théologiques
1/2003 (T. 87), p. 155.
897
Ibid., p. 156.

129
En outre, nous sommes conscients que les copistes qui ne se trompent jamais et qui n’ont jamais
d’inattention sont rares, même parmi les érudits. Ainsi Langlois déduit de ses recherches :
« Les altérations dans une copie sont imputables, soit à la fraude, soit à l’erreur. Les modifications
qui proviennent de fraudes et d’erreurs de jugement sont souvent très difficiles à rectifier,
et même à voir. »898

898
Langlois (Charles - Victor) & Seignobos (Charles), op. cit., p. 74 sq.

130
Les différentes transmissions de la version A
(Liste non exhaustive)
Figure 10

Ibn Isḥᾱq
Salama Ibn al-Faḍl899 (m. 151/768)
(m. vers 190/805) 900 Baghdad Yῡnus b. Bukayr901
(m. 199/814)902

Ziyād Ibn ‘Abd Allᾱh al-Bakkāī’903


(m. 183/799) Koufa904

Ibn Hishᾱm
(m. 218/ 833) Égypte

Al-Ṭabarī 905 Ibn al-Athīr906


(m. 310/923) (m. 630/1232)

Ibrāhīm Ibn Sa‘d907 Al-Nufaylī.908


(m. 184/800)909 (m. 234/849)910

899
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. II, pp. 16-17., cf. p. 98.
900
Ibid., p. 309.
901
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXXII, pp. 494 sqq.
902
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit. p. 522.
903
Al-Khathīb al-Baghdādī (Aḥmad), op. cit., T. IX, p. 500. cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. IX, p. 489.
904
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. IX, pp. 485 sqq.
905
cf., À titre d’exemples ; al-Ṭabari (Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 155-283.
906
Ibn al- Athīr (‘Ali), Usd al-ghāba fi ma‘rifat al-ṣaḥāba, op. cit., T. I, pp. 121-130.
907 o
Al-Mizzī affirme qu’il a en effet rapporté d’Ibn Isḥāq, cf. op. cit., T. II, p. 89. cf., à la note de bas de page n 682 de
cette étude.
908
Ibn al-Nadīm (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 290
909
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. II, p. 93.
910
Al-Mizzī (Yῡsuf), op. cit., T. XXV, p. 570., Ibn al-Nadīm (Muḥammad), op. cit.

131
L’expansion de la version d’Ibn Hishām/Ibn Isḥāq
La version A
Figure 11

A. Ibn Ja‘far Ibn al-Ward 911 M. Ibn A. al-Khushanī912


(m. 351/962) Égypte (m. 286/899) Cordoue

Ibn Hishᾱm
(m. 218/833) Égypte

A. Ibn al-Barqī913 M. Ibn al-Barqī914


(m. 286/ 899) Égypte (m. 249/863) Égypte
Ziyād Ibn ‘Abdellah al-Bakkāī’
(m. 183/ 800) Kῡfa

Ibn Isḥᾱq
(m. 151/ 768) Baghdad

911
Pour ‘Abd Allāh Ibn Ja‘far Ibn al-Ward, cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), al-‘ibar fi khabar man ghabar, éd.. Dār al-kutub
al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1985, T. II, p. 88. Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. I, p. 18. Lors de sa biographie, al-
Ḏahabī commente : « C’est le transmetteur de la Sīra via ‘Abd al-Raḥīm Ibn al-Barqī. », Ibid.
Curieusement, ce ‘Abd Allāh était trés jeune lors du décès de son maître‘Abd al-Raḥīm. Nous avons déjà fait la
même remarque pour ce dernier par rapport à son maître Ibn Hishām.
Désormais, la Sīra d’Ibn Hishām découvre un autre contexte historique avec la dynastie des Fatimides. cf., Ibn al-
Jawzī (‘Abd al-Raḥmān ), op. cit.,T. XIII, pp. 305 sqq.
912
Muḥammad Ibn ‘Abd al-Salām al-Khushanī, cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, éd. Mu’assasat
al-risāla, op. cit., T. XIII, p. 459. Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-Durar fi ikhtiṣār al-Maghāzī wa al-Siyar, op. cit., p. 275.
913
Pour ‘Abd al-Raḥīm Ibn al-Barqī, cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), Ibid., T. XIII, p. 48 sq. al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op.
cit. Al-Ḏahabī confirme : « C’est le rapporteur de la Sīra directement d’Ibn Hishām. », Ibid., p. 48.
914
Muḥammad Ibn al-Barqī, cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), Ibid., p. 47. Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), op. cit. Al-Mizzī (Yūsuf),
op. cit., T. XXV, pp. 503 sq.

132
III. I. I. III. Les maîtres et les styles de transmissions d’Ibn Isḥᾱq et d’Ibn Hishᾱm.

III. I. I. III. I. Les maîtres d’Ibn Isḥāq :

Les maîtres d’Ibn Isḥᾱq sont tellement nombreux que nous serons obligés de nous borner aux per-
sonnages célèbres. Ibn Isḥᾱq, né vers (80/699),915 a connu, à peu de chose près, cent vingt-cinq
maî-tres, selon al Mizzī.916
a/ Manifestement, le seul compagnon qu’Ibn Isḥᾱq ait vu est le centenaire Anas Ibn Mᾱlik (m. 93/
711).917 Toutefois, il a rapporté de lui par l’intermédiaire de Ḥamīd al-Ṭawīl.918Il tient aussi des tra-
ditions des compagnons Ka‘b Ibn Mᾱlik,919‘Abd al-Raḥmᾱn Ibn ‘Awf et le poète Ḥassᾱn Ibn Thᾱbit,
grâce à leurs fils et petits-fils.920
b/ Il transmet particulièrement d’Ibn Shihᾱb Zuhrī,921 les deux hommes entretenant une relation
particulière. Al-Khaṭīb al-Baghdᾱdī raconte d’un certain Ibn Bishrān-------Abū al-Ḥasan ‘Ali al-Miṣrī
------‘Abd Allāh Ibn Abī Meryem----Nu‘aym Ibn Ḥammād----Sufyān Ibn ‘Uyayna qui a dit : Après une
longue absence, Ibn Isḥāq rend visite à Zuhrī. Ce dernier l’interpelle : Où es-tu passé ? Qui peut te
voir avec la rigueur de ton portier ? réplique-t-il. Al- Zuhrī appelle son portier et lui ordonne : Tu ne
dois jamais le faire attendre ! 922
c/ Il rapporte notamment de la famille d’al-Zubayr tels Yaḥya Ibn ‘Abbᾱd Ibn ‘Abd Allāh Ibn al-Zub-
ayr,923 Muḥammad Ibn Ja’far Ibn Zubayr924, Yahya Ibn Urwa b. Zubayr925, ‘Umar Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn
‘Urwa Ibn Zubayr.926
Il rapporte également de Hishᾱm b. ‘Urwa (146/763), qui le tient de son père ‘Urwa, qui le tient,
entre autres, de sa mère Asmᾱ’ ou de sa tante ‘Ᾱ’isha en employant la formule suivante :
‫ن‬
« ... ‫حدثب هشام‬ , Hishᾱm m’a informé...»927Visiblement, Hishᾱm était son maître avant qu’un diffé-
rend ne les oppose. Apparemment, Il n’a pas toléré qu’il rapporte de sa femme Fᾱṭima Bint al-Mu-
nḏir Ibn Zubayr. « Le menteur, dit-t-il, comment a-t-il pu la voir ? »928

915
C’est Ḏahabī qui avance cette date, cf., al- Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lᾱm al-nubalᾱ’, op. cit., p. 34.
916
Al-Mizzī (Yῡsuf), op.cit., T. XXIV, pp. 406-410.
917
Al-Ḥᾱkim al-Naysᾱbῡrī (Muḥammad), op. cit., p. 215., p. 590. À propos de Anas b. Mālik, voir Juynboll (G. H. A),
Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 131 sqq.
918
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., p. 477.
919
Voir, Motzki (Harald), « The murder of Ibn Abī l-Ḥuqayq : on the origin and reliability of some maghāzī reports», op.
cit., p. 179.
920
Ma‘bad Ibn Ka‘b, Ṣᾱliḥ Ibn Ibrᾱhīm et Sa‘īd Ibn Abd Raḥmᾱn respectivement. Voir, Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op.
cit., p. 324., p. 121., p. 156.
921
Ibid., T. I, pp. 23 sqq., pp. 153sqq., pp. 221. sqq., pp.234 sqq., pp. 258 sqq., T. II, p. 25 sqq., p. 167 sqq et passim.
Voir, Görke (Andreas), « The Historical tradition about al-Ḥudaybiya -a study of ‘Urwa b. Zubayr’s account- », op.
cit., pp. 243 sqq.
922
Al-Khaṭīb al-Baghdᾱdī, op. cit., T. II, p. 14. Nous évoquerons cette relation en détail lors de notre étude de la biogr-
aphie d’Ibn Isḥāq.
923
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., T. I, p. 96. 136.
924
Ibid., p. 164.
925
Ibid., p. 204., p. 221.
926
Ibid., p. 301.
927
Ibid., p. 164. 174. 223. 301.

133
Il est probable, écrit-al-Mizzī, que Ḥafṣa, fille de ‘Abd al-Raḥmān, fils du calife Abῡ Bakr, soit la
mère de Fᾱṭima en question.929Elle a rapporté d’Asmā’, la fille d’Abū Bakr et l’épouse de Zubayr,
sa grand-mère et celle de Hishām également.
Le fait qu’Ibn Isḥāq transmette d’elle détrône, en quelque sorte, Hishām de sa position dominante
sur les ḥadīth qui parviennent par le canal de sa famille. Ce dernier motif, ne serait-il pas le vrais
mobile de son emportement à l’égard de son contemporain Ibn Isḥāq.
D’autant plus que les deux hommes partent à la conquête d’Iraq a peu prés à la même période.930
Tous les deux tiennent à rendre visite au calife Ja‘far al-Manṣūr, qu’ils suivent ensuite à Baghdad.
Ils y décèdent et seront inhumés au cimetière al-Khyzurān.931
La réprobation de Hishām n’était pas fondée, même chez les anciens érudits. ‘Ali Ibn al-Madīnī (m.
234/848) plaide en faveur d’Ibn Isḥāq :
« Ce que dit Hishām n’est pas justifié. Peut-être, il est rentré chez sa femme et il a entendu d’elle
des ḥadīth alors qu’il était très jeune ghulām ‫غـالم‬. »932 Aḥmad Ibn Ḥanbal (m. 241/855) commente
aussi cet événement : « Qu'est-ce que Hishām reproche à Ibn Isḥāq ? Probablement, il est rentré
chez elle après sa permission et sans que Hishām soit au courant. »933
Ibn Isḥāq tient notamment des traditions des esclaves de cette famille notable, à savoir Wahb Ibn
Kisᾱn, Ṣᾱliḥ Ibn kisᾱn et Ismᾱ‘īl Ibn Abī Ḥakīm.934Par ailleurs, il n’a pas entendu directement ‘Urwa
Ibn al-Zubayr.935 Il rapporte de lui par l’entremise de, entre autres, Zuhrī, son fils Hishᾱm et Yazīd
Ibn Rῡmmᾱn.936
d/ Il transmet d’Ibn ‘Abbᾱs à travers Dᾱwῡd Ibn al-Ḥuṣayn ou Thawr Ibn Yazīd les disciples de ‘Ik-
rima l’esclave d’Ibn ‘Abbās.937
Il confirme avoir entendu Nᾱfi‘938, l’affranchi de ‘Abd Allᾱh Ibn ‘Umar, qui a diffusé les traditions
qu’Ibn ‘Umar tient, entre autres, de son père ‘Umar.939
e/ Parmi ses maîtres indirects le fameux Wahb Ibn Munabbih à travers al-Mughīra Ibn Abī Labīd
l’esclave d’al-Akhnas.940

928
Al-Khaṭīb al-Baghdᾱdī, op. cit., T. II, p. 19.
929
Al-Mizzī (Yῡsuf), T. XXXV, p. 265.
930
cf., Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., p. 184.
931
Si le grand-père d’Ibn Isḥāq était esclave, la mère de Hishām était um walad. Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit.,
T. IX, p. 323. Al-Mizzī (Yῡsuf), Ibid., T. XVI, pp. 59-64.
Signalons qu’Ibn Sa‘d les cite côte à côte, parmi les gens qui ont résidé à Bagdad. cf., Ibid., T. IX, p. 323 sq.
932
Al-Khaṭīb al-Baghdᾱdī, op. cit., T. II, p. 27.
933
Ibid., T. II, p. 19.
934
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., p. 171. 173. 176.
935
cf., al-Mizzī, T. XXIV, pp. 406-410.
936
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op.cit., p. 296., p. 477.
937
Ibid., p. 421., p. 473.
938
Pour cette autorité, cf., Motzki (Harald), Boekhoff-van der Voort (Nicolet), Anthony (Sean W.), op. cit., pp. 61 sqq.,
cf., Comerro (Viviane), «Méthodes et débats», op. cit., p. 449.
Voir l’avis de Charles Pellat sur les mawᾱlī dans Le milieu Baṣrien et la formation de Gᾱḥiẓ, op. cit., p. 34. Nous
reviendrons sur ce point.
939
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., p. 345 sq.
940
Ibid., p. 38.

134
Très jeune Il a notamment vu le célèbre successeur Sa‘īd Ibn al-Musayyib941; il transmet de lui,
en revanche, par l’intermédiaire de son fils Muḥammad.942
f/ Il rapporte de son père Isḥᾱq Ibn Yasᾱr qui, à son tour, rapporte, entre autres, d’al-Ḥasan b. Mu-
Muḥammad Ibn Ali b. Abī Ṭᾱlib.943 Il transmet également de ses oncles paternels, à savoir Mūsā et
‘Abd al-Raḥmān fils de Yasār. 944
A travers al-Zuhrī et un certain ‘Amr b. Abī Ja‘far, il consigne des traditions de ‘Ali b. al-Ḥusayn Ibn
‘Ali Ibn ’Abī Ṭᾱlib.945
À cet égard, soulignons qu’Ibn Isḥāq a probablement rapporté de Muḥammad al-Bāqir (m.
114/732), fils de ‘Ali, fils de Ḥusayn, fils de ‘Ali Ibn Abī Ṭālib. Rappelons-nous de cette tradition
transmise par al-Rabī‘---- al-Shᾱfi‘ī ---- Sufyᾱn Ibn ‘Uyayna ---- Muḥammad b. Isḥᾱq qui aurait dit :
« J’ai interrogé Muḥammad al-Bᾱqir : Que comportait la saḥīfa à l’intérieur du fourreau de l’épée
du Prophète ? Il m’a répondu :
« Elle contenait, [entre autres] : « Que Dieu maudisse celui qui commet un homicide contre un
innocent… »946
g/ Yazīd Ibn Abī Ḥabīb al-Miṣrī était à la fois son maître et son disciple lors de son installation
provi-soire en Egypte. Al-Mizī consigne : ‫عشة و‬ ‫ قدم اإلسكندرية سنة خمس ر‬: ‫" و قال أبو سعيد بن يونس‬
".‫ «مئة‬Abū Sa‘-
īd Ibn Yῡnus a dit : Il arrive à Alexandrie en 115/733. »947
Abῡ Sa‘īd est sans doute Bakr, le fils de Yῡnus Ibn Bukayr qui, a rapporté des Égyptiens, entre aut-
res, d’al-Layth Ibn Sa‘d.948

In fine, notons qu’Ibn Sa‘d consigne, dans son œuvre maîtresse quelque traditions d’Ibn Isḥᾱq,
grâce aux disciples de ce dernier :‘Abd allᾱh b. Numayr, ‘Abd allᾱh b. al-Mubᾱrak, ‘Abd al-Wᾱrith
b. Ibn Sa‘īd, Khᾱlid b. Yazīd, Ya‘lᾱ b. ‘Abīd et ‘Abd Allᾱh b. Idrīs.949Ce dernier transmetteur, nous le
trouvons également chez Ṭabarī à propos du message éventuel que le Prophète aurait envoyé à
Héraclius, il consigne :
“ ‫ عن‬،‫ حدثنا دمحم بن إسحاق‬: ‫ قال‬،‫ حدثنا عبد هللا بن إدريس‬: ‫ قال‬،‫ حدثنا يح بن آدم‬: ‫ قال‬،‫" حدثنا سفيان بن وكيع‬
...‫الزهري‬

941
Al-Khaṭīb al-Baghdᾱdī, op. cit., T. II, p. 11.
942
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., pp. 127. 131.
943
Ibid., p. 103. cf., pp. 120. 257. 270. 341. 472. 464. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), T. II, pp. 244. 442. 453. 545 ; T. III, p.
214.
944
Ibn Abī Khaythama (Aḥmad), op. cit., T. I, p. 85.
945
Ibid., p. 153 sq.
946
Al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. VII, pp. 11 sq.
947
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXIV, p. 424. cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., p. 111., p. 162.
948
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Ibid., T. IV, p. 232.
949
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 417 et passim. T. II, pp. 51. 107 sqq et passim. cf., à l’introduction de Mars-
den Jones dans : al-Wᾱqidī (Muḥammad), op .cit., p. 26.
En ce qui concerne ‘Abd al-Wᾱrith Ibn Sa‘īd, voir figure I.

135
Ṭabarī---Sufyān Ibn Wakī‘----Yahya Ibn Ādem------‘Abd Allāh Ibn Idrīs--------Muḥammad Ibn Isḥāq----
---Zuhrī…950Il rapporte aussi à travers son maître Ibn Ḥumayd d’un certain ‘Ali Ibn Mujāhid, disciple
d’Ibn Isḥāq ; il l’associe avec Salama dans la tradition concernant l’invocation pour les morts du ci-
metière de Baqī‘ :
« Al-Ṭabarī------Ibn Ḥumayd------Salama Ibn al-Faḍl & ‘Ali Ibn Mujāhid------Ibn Isḥāq.»951

950
Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 649.
951
Ibid., T. III, p. 188.

136
III. I. I. III. II. Le style de transmission chez Ibn Isḥᾱq :

Aborder un sujet pareil, nous permet, sans doute, d’atteindre et de toucher ce moment où la ter-
minologie du ḥadīth élabore timidement encore ses méthodes et ses concepts. Cela concerne na-
turellement toutes les sciences musulmanes qui se sont élaborées graduellement. Al-Ghazᾱlī (m.
505 / 1111) révèle même la possibilité de l’évolution du vocabulaire coranique, bien qu’elle soit,
selon lui, un phénomène inapprécié.952
Notons en passant qu’al-Shāṭibī, dans œuvre maîtresse les Objectifs supérieurs de la jurisprudence
islamique, signale que le sens de l’abrogation chez les ancêtres "salaf" était plus général. Outre l’a-
nnulation d’une loi et son remplacement par une autre, elle inclut aussi la restriction du général
« takhṣīṣ al-‘ām » et la limitation de l’absolu « taqyīd al-mu laq ».953
Nous évoquerons ci-dessous les divergents sens du mursal ‫المرسل‬ ُ afin d’illustrer clairement ce phé-
nomène, c’est-à-dire le développement progressif de la terminologie du ḥadīth.954
a/ À plusieurs reprises, Ibn Isḥᾱq cite sa chaîne de garants jusqu'au bout, à l’exemple de cette
trad- ition :
‫ن‬
‫ ركب رسول هللا إىل سعد‬:‫ قال‬،‫حدثب دمحم بن مسلم الزهري عن عروة بن الزبب عن أسامة بن زيد بن حارثة‬ :‫" قال ابن إسحاق‬
955
"...‫بن عبادة يعوده‬
Ibn Isḥᾱq a dit : « Zuhrī---------‘Urwa---------Usᾱma Ibn Zayd Ibn Ḥᾱritha : Le Prophète a rendu visite
à Sa‘d Ibn ‘Ubᾱda alors qu’il était malade… »
Étant donné qu’Usāma, jeune compagnon, ne peut être qu’un témoin auriculaire, ce genre de tra-
dition est appelé mursal du compagnon ; néanmoins, Il est accepté par la majorité absolue des sa-
vants musulmans.956
b/ Il se contente, des fois, de s’arrêter aux maîtres d’al-Zuhrī, une classe d’âge connue sous le nom
de successeurs, tels ‘Abd al-Raḥmᾱn b. Abd Allᾱh b. Ka‘b b. Mᾱlik al- Anṣᾱrī,957 ‘Urwa b. Zubayr 958
ou Sa‘īd Ibn al-Musayyib.959
Cette catégorie de traditions prophétiques est qualifiée de mursal, car le chaînon manquant est
celui du témoin oculaire, à savoir le compagnon. Nous nous limitons à l’exemple cité par Ibn Isḥāq
qui le tient de Zuhrī qui le tient à son tour du successeur Sa‘īd Ibn al-Musayyib :
« Le Prophète a décrit à ses compagons Ibrāhīm, Mūsā et ‘īsā, tels qu’il les a vus lors de son voya-
ge nocturne.»960

952
Abῡ Ḥᾱmid al-Ghazᾱlī (Muḥammad), Ihyᾱ’ ‘ulῡm al-Dīn, éd. Dᾱr al-sha‘b, Le Caire, 1980, T. I, pp. 53-65.
953
Al-Shāṭibī (Ibrāhīm), al-muwāfaqāt fi uṣūl al-sharī‘a, éd. Dār al-ma‘rifa, Beyrouth, 1975, T. III, p. 108.
954
Concernant l’évolution de l’isnād, voir, Brown (Jonathan), op. cit., p. 213 sqq.
955
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., T. I, p. 436., cf., pp. 153. 170. 396. 420. 421.
956
Ibn al-Ṣalāḥ (‘Uthmān), ‘Ulūm al-ḥadīth, éd. Dār al-fikr, Damas, 1986, p. 56. Concernant ce traditionniste et son
ouvrage voir, Dickinson (Eerik), op. cit., pp. 484 sqq.
957
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., p. 23.
958
Ibid., p. 221.
959
Ibid., p. 289.
960
Ibid.

137
À cet égard, signalons que le mursal était plausible pour des savants tels qu’Abῡ Ḥanīfa (m. 150/
/767), al- Awzᾱ‘ī (m. 157/773), Sufyᾱn al-Thawrī (m. 161/777) et Mᾱlik (m. 179/795), jusqu’au
moment où Shᾱfi‘ī (m. 204/819) le discrédite, selon Abῡ Dᾱwῡd (m. 275/888), dans son épître. Il a
été ensuite suivi par des experts du ḥadīth tel qu’Aḥmad Ibn Ḥanbal (m. 241/855).961Notons en pa-
ssant qu’al-Shᾱfi‘ī nomme cette catégorie du ḥadīth « al-munqa i‘ », soit l’interrompu.
Postérieurement, ce dernier devient, d’une façon définitive, caractérisé par le manque du chaînon
qui précède précisément le successeur.962
c/ Dans plusieurs traditions, Ibn Isḥᾱq se satisfait de la génération de Zuhrī, dont al-Zuhrī lui-mê-
me, considéré comme son maître principal963 : Ya‘qῡb Ibn ‘Ataba964 et ‘Abd al-Malik Ibn Abd Allᾱh
Ibn Abī Sufyᾱn al-Thaqafī qu’il décrit par cette expression : « ‫ وكان واعية‬wā‘iya », 965 ce que nous
pouvons traduire par « Il avait une forte mémoire.» Cette formule sera supplantée par le terme
« ḥᾱfiẓ »,966 probablement au cours du deuxième tiers du 9ème siècle.967
d/ Maintes fois, Ibn Isḥᾱq ne déclare pas le nom de son transmetteur. Il nous laisse dans l’ambigu-
ïté en utilisant des phrases telles que :
« une personne "‫ "حد نثب محدث‬969 ; « des gens de Najrᾱn » "‫ " بعض أهل نجران‬968ou m’a informé »
« je tiens une information de quelqu’un au dessus de tout soupçon», "‫"حد نثب من ال اتهم‬. 970Il emploie
également les formules suivantes :
‫ن‬ ‫ن‬ ُ
،971" ‫حدثب رجل من أسلم‬ " ،"‫حدثب بعض أهل العلم‬ " ،"‫ "فيما ذكر ىل‬،"‫ "وزعم الناس فيما يتحدثون‬،"‫"فيما يزعمون‬
« dont ils prétendent », « les gens affirment d’après ce qu’ils racontent…», « dont il m’a été révé-
lé. », « Selon des gens de "sciences"», « un homme de la tribu de Aslam m’a avisé. » C’est ce que
les spécialistes en la matière désigne par le maillon anonyme « al-mubham ».972
L’expression "‫ "فيما يزعمون‬suivie des fois par l’énoncé "‫ " هللا أعلم‬est surtout utilisée avec les signes
avant-coureurs de la naissance du Prophète tels que : la promesse de ‘Abd al-Muṭalib d’immoler

961
Abῡ Dᾱwῡd (Sulaymᾱn), Risᾱlat Abī Dᾱwῡd fi waṣf sunanihi, annoté par Muḥammad Ibn Loṭfī al-Ṣabᾱgh, éd. al-
Maktab al-islᾱmī, Beyrouth, 1984, p. 25. Al-Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Risᾱla, op. cit., pp. 461 sqq. cf., al-Rᾱzī (Fakhr
al-Dīn), al-Maḥṣῡl fi ‘ilm al-uṣῡl, annoté par Tah Jᾱbir al-‘ulwᾱnī, éd. Mu’assasat al-risᾱla, Beyrouth, 1993, T. IV, p.
454.
962
Al-Ḥᾱkim al-Naysᾱbῡrī (Muḥammad), op. cit., p. 180.
963
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op.cit., p. 307.
964
Ibid., p. 153.
965
Ibid., p. 269. Ibn Isḥᾱq emploie cette expression pour d’autres personnes, p. 205 et passim., voir la signification du
terme, Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XV, p . 396.
966
Contrairement à « ḥᾱfiẓ », le terme « wā‘iya », utilisé dans le contexte du ḥadīth, est plus proche à sa signification
coranique. Voir, ‘Abd-al-Bāqī (Muḥammad Fuā’d), op. cit., pp. 207. 756.
967
Al-Khaṭīb (al-Baghdᾱdī), op. cit., T. II, p. 336. 341., cf., al- Sayῡṭī (Jalᾱl al-Dīn), Tadrīb al-rᾱwī fi sharḥ taqrīb al-Naw-
awī, éd. al-Kawthar, Riyad, 1994, pp. 938 sqq.
968
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op.cit., p. 40.
969
Ibid., pp. 35. 145. 167., et passim.
970
Ibid., pp. 86. 155., et passim.
971
Ibid., respectivement, pp. 116 sqq., p. 126., pp. 209 sqq., pp. 124 sqq., p. 205. Nous trouvons dans cette dernière
page la locution suivante : « des proches de Umm Kathῡm, fille d’Abῡ Bakr, m’ont annoncé… »
972
Ibn al-Ṣalāḥ (‘Uthmān), op. cit., p. 375 sq. Voir, Brown (Jonathan), op. cit., p. 163. Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of
canonical ḥadīth, op. cit., p. 421.

138
son fils ‘Abd Allᾱh le père de Muḥammad, les visions de sa mère Ᾱmina lorsqu’elle était enceinte
de lui, son adoption par son oncle Abῡ Ṭᾱlib après le décès de son grand-père, son voyage vers la
Syrie avec Abῡ Ṭᾱlib et son histoire avec le saint ascète Buḥayra.973 La locution en question dis-
paraît ou presque et le style devient plus affirmatif en s’approchant du jour de la révélation.
Cependant, pour la partie concernant la généalogie du Prophète et celle des arabes, les
descendants d’Ismᾱ‘īl, ainsi que l’histoire préislamique du Yémen, Ibn Isḥᾱq et Ibn Hishᾱm se sont
montrés également plutôt affermis. À cet égard, rappelons-nous qu’Ibn Hishᾱm est le rapporteur
principal de l’ouvrage de Wahb Ibn Munabbih (110/ 728),974 le Kitᾱb al-tigᾱn fi mulῡk Ḥimyar.975
e/ En revanche, l’intitulé : « Ibn Isḥᾱq a dit », "‫"قال ابن إسحاق‬, sans aucune chaîne de garants, ni
inté- grale ni fragmentaire, revient sans cesse.976
C’est le cas, malheureusement, du Ṣaḥīfa de Médine. Ibn Hishᾱm nous l’adresse en se contentant
d’écrire : « Ibn Isḥᾱq a dit »977
f/ Il arrive qu’il doute de son transmetteur direct : « Et, j’ai été informé par Muḥammad Ibn Ja‘far
Ibn al-Zubayr ou Muḥammad Ibn ‘Abd al-Raḥmᾱn Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn l- Ḥuṣayn. », ‫" و حد نثب دمحم بن‬
978 ‫ن‬
".‫بن جعفر بن الزبب أو دمحم بن عبد الرحمان بن عبد هللا بن حصي‬
Nous n’écartons pas cependant la possibilité de l’erreur du copiste qui aurait confondu la conjonc-
tion : et,‫ و‬, avec ou, ‫أو‬.
g/ Texte composite :979

Ibn Isḥᾱq n’hésite pas à rapporter des textes composites, à titre d’exemple nous citons :
« Ibn Isḥᾱq a dit : Zuhri, ‘Ᾱṣim Ibn ‘Umar Ibn Qatᾱda, ‘Abd allᾱh Ibn Abī Bakr et Yazīd Ibn Rῡmmᾱn
me racontent ce qu’ils tiennent de ‘Urwa b. Zubayr et d’autres de nos savants qu’ils tiennent d’Ibn
‘Abbᾱs.Toute personne évoquée m’a relatée une partie (de la bataille de Badr) que j’ai assemblée
ici. »980 Ailleurs, avec l’histoire de la bataille du fossé ainsi que la médisance concernant ‘Ᾱ’isha, il
précise : « J’ai assemblé les akhbār de différents transmetteurs, or quelques transmetteurs rappo-
tent ce que d’autres ne le font pas. »981Aussi, il agit de la même façon dans un khabar concernant
la bataille de Tabῡk.982
973
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., T. I, pp. 116-138.
974
Wahb Ibn Munabbih et un personnage clé pour concevoir les prémices de la culture musulmane. Ce protagoniste
Yéménite d’origine juive a côtoyé, entre autres, Ibn ‘Abbās, ‘Abd Allāh Ibn ‘Umar et Abū Hurayra. Aḥmad Ibn
Ḥanbal prétend qu’il était aussi d’origine perse. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VIII, p. 102. Al-Mizzī (Yūsuf),
op. cit., T. XXXI, p. 140. Ibn Kathīr (Ismāī’l), al-Bidāya wa nihāya, op. cit., T. II, p. 1448.
975
Ce livre a été édité pour la première fois à Hyderᾱbād en Inde en 1928 ; le centre des études et des recherches
Yéménites à Ṣan‘ᾱ’ a pris le soin de le rééditer en 1979. cf., Ibn Munabbih (Wahb), Kitāb al-Tijān fi mulūk Ḥimyar,
éd. centre des études et des recherches Yéménites, Ṣan‘ᾱ’, 1979.
976
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Wüstenfeld, op. cit., T. II, pp. 71 sqq. éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. I, pp. 115 sqq. éd.
Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., T. I, pp. 91 sqq.
977
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Wüstenfeld, Ibid., T. I, p. 341., éd. Ṭahṭᾱwī, Ibid., T. II, p. 94., éd. Dār al-Ḥadīth, Ibid.,
T. I, p. 368.
978
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Wüstenfeld, Ibid., T. I, p.64. éd. al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., T. I, p. 96.
979
A ne pas confondre avec "l’additif du rapporteur credible", ziyādat al-thiqa. Dans ce cas, et contrairement au texte
composite, le rapporteur qui a ajouté un élément au texte initial est identifié. Voir, Ibn al-Ṣalāḥ (‘Uthmān), op. cit.,
pp. 85 sqq. Voir, Brown (Jonathan), op. cit., p. 171.
980
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., p. 452.

139
Le fait de transmettre des traditions composites était coutumier chez les anciens. Dans son intro-
duction, Ibn Sayyid al-Nᾱs confirme à juste titre que cette méthode était suivie par par les
grands savants tels qu’Ibn Sirīn983 et al-Zuhrī.984
Cette pratique remonte aux précurseurs de la Sīra tel que ‘Urwa, qui a réagi, apparemment, de la
de la même façon. A propos du traité de Ḥudaybiyya, ‘Abd al-Razzᾱq rapporte :
985
...: ‫ قاال‬،‫أخب نب عروة بن الزببعن المسور بن مخرمة و مروان بن الحكم‬ ‫ن‬
‫ ر‬: ‫أخبب الزهري قال‬
‫ ر‬: ‫" عن معمرقال‬
« De Ma‘mar -- Zuhrī -- ‘Urwa Ibn al-Zubayr -- Miswar Ibn Makhrama & Marwᾱn Ibn al-Ḥakam tous
les deux ont dit…»
Al-Zuhrī a procédé, lui aussi, de la sorte à en croire al-Ṭabarī qui raconte l’événement d’al-ifk, pour
n’en prendre qu’un exemple :
‫ليب و عن سعيد بن المسيب و‬ ‫ عن علقمة بن وقاص ال ر‬،‫ عن الزهري‬،‫ عن دمحم بن إسحاق‬،‫ حدثنا سلمة‬: ‫" حدثنا ابن حميد قال‬
ُ
‫ و بعض‬،‫ كل قد حد نثب بعض هذا الحديث‬: ‫ قال الزهري‬،‫عن عروة بن الزبب وعن عبيد هللا بن عبد هللا بن عتبة بن مسعود‬
986
".‫ وقد جمعت لك كل الذي حد نثب القوم‬: ‫ قال‬.‫القوم كان أوع له من بعض‬
« Ibn Ḥamīd -- Salama - Isḥᾱq -- Zuhrī - ‘Alqama Ibn Waqᾱṣ al-Laythī &Sa‘īd Ibn al-Musayyib &‘Ur-
wa Ibn al-Zubayr &‘Ubayd Allᾱh Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn ‘Utba Ibn Mas‘ῡd. Al-Zuhrī a dit : Chacun m’a
transmis une partie. Certains ont une meilleur mémoire que d’autres. J’ai assemblé, pour toi, tout
ce qu’-ils m’ont dit.» La dernière phrase de Zuhrī s’adresse personnellement à Ibn Isḥāq, qui a pris
part à ce texte sans hésitation.
Wᾱqidī (m. 207/825)987débute ses Maghᾱzī en citant ses vingt-cinq maîtres :
‫ وغبهم قد حد نثب أيضا فكتبت كل الذي حد ن‬.‫ وبعضهم أوع لحديثه من بعض‬،‫فكل قد حد نثب من هذا بطائفة‬
.‫ثوب‬ ٌّ "
"...:‫قالوا‬
« Tous ces maîtres, et d’autres que je n’ai pas évoqués, m’ont transmis une partie du contenu de
ce "livre". Certains ont une meilleure mémoire que d’autres ; j’ai donc écrit tout ce que j’ai enten-
dus d’eux. »988 Ibn Sa‘d suit les traces de son maître al-Wᾱqidī, en agissant de la sorte à plusieurs
reprises.989
Plus tard, ce mélange de maîtres transmetteurs dans un seul matn effectué, entre autres, par Ibn
Isḥᾱq et al-Wᾱqidī a été critiqué vivement par Aḥmad Ibn Ḥanbal.990
La contestation de ce dernier traditionniste dévoile-t-il le désaccord entre les deux écoles, à savoir
l’école de la Sīra et celle d’al-Ḥadīth ? Ou, révèle-t-elle simplement le processus de l’évolution pro-
gressive de la science du Ḥadīth ? En conséquence, ce thème dévoile-t-il la divergence au sein de

981
Ibid., T. II, p. 153., T.II, p. 221. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 611.
982
Al-Ṭabarī (Muḥammad), Ibid., T. III, p. 101.
983
Ibid.
984
Ibid., p. 71.
985
Al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), op. cit., T. V, p. 330.
986
Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 611.
987
cf., al-Wᾱqidī (Muḥammad), op .cit., l’introduction de M. J, Ibid., p. 9.
988
Ibid., T. I, pp. 1-2., cf. à l’introduction de M. J, p. 29.
989
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 177 sqq., pp. 204 sqq., p. 300., p. 404 et passim.
990
Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit, T. I, p. 64.

140
cette école même entre «les experts souples » et «les experts stricts », entre ceux qui tolèrent le
mélange des isnᾱd et ceux qui le condamnent.991
À cet égard, rappelons-nous de l’observation de A.-L. de Prémare : « En fait, la pratique systéma-
tique de l’isnᾱd ne s’est mise en place que progressivement. Au milieu du 8e siècle, par exemple, le
commentateur du Coran Muqᾱtil (m. 150/768)992ne mentionnait aucune chaîne de transmetteurs
à l’appui de ses récits sur les circonstances de l’émission de tel ou tel message coranique. »993

991
Ibn al-Ṣalᾱḥ (‘Uthmᾱn), op. cit., p. 235 où il indique le ḥadīth de Zuhrī, cité ci-dessus, comme exemple. cf., pp.
223 sqq où il développe cette thématique. Également, p. 96 sq.
992
Concernant cet exégète pionnier parmi d’autres, voir, Amir-Moezzi (Mohammad Ali), Le Coran silencieux et le
Coran parlant -Sources scripturaires de l’islam entre histoire et ferveur-, éd. CNRS, Paris, 2011, p. 118.
993
De Prémare (Alfred-Louis), Les fondations de l’islam -entre écriture et Histoire-, op. cit., p. 12. cf., Ibn Sulaymān (Mu-
qātil), al-Tafsīr, op. cit., T. V, pp. 125 sqq.

141
III. I. I. III. III. Le style de transmission chez Ibn Hishᾱm :

La formule classique : Ibn Hishᾱm a dit, ‫قال ابن هشام‬, sans se référer à une chaîne de
transmission, revient souvent, de manière similaire à son maître indirect Ibn Isḥᾱq.994
En revanche, les trois formules suivantes attirent vivement notre attention :
995
I/ « Le narrateur [ ?] a dit ce qu’il tient d’Ibn Hishᾱm… » "...: ‫ قال ابن هشام‬: ‫" قال الراوي‬
II/ « Il a dit [ ?] : Abῡ Muḥammad ‘Abd al-Malik Ibn Hishᾱm nous a informé de ce qu’il détient de
Ziyyᾱd…» 996"...‫ حدثنا زياد‬: ‫ قال‬،‫ حدثنا أبو دمحم عبد الملك بن هشام‬: ‫" قال‬
III/ A priori, cette troisième locution est toujours ou presque placée en tête d’un nouveau chapi-
tre.997 Sous le titre : l’histoire de l’émigration du Prophète, nous lisons : " ‫ باإلسناد المتقدم‬: ‫تاريخ الهجرة‬
998
"...‫ حدثنا زياد‬: ‫ قال‬،‫عبد الملك بن هشام‬
« Du même isnᾱd précédent d’Ibn Hishᾱm, ce dernier a dit ce qu’il tient de Ziyyᾱd Ibn ‘Abd al-Ba-
Bakkᾱ’ī qui le tient d’Ibn Ishᾱq… »
Bizarrement, dans la version de la Sīra d’Ibn Hishᾱm dont nous disposons, aucun isnᾱd en aval d’-
Ibn Hishᾱm n’est disponible, autrement dit aucun disciple transmetteur d’Ibn Hishām n’est signalé.
Çes trois exemples parmi beaucoup d’autres, nous confirment l’hypothèse qui induit que la trans-
mission orale et la présence du "livre" ou plus précisément de l’écrit, se sont longuement côtoy-
ées.999
La transmission était même le véhicule et le diffuseur de l’œuvre en l’absence des moyens moder-
nes de propagation.1000
Les traditionnistes présentent ces deux formes de communications conjuguées sous le titre :
l’aliénation "‫"المناولة‬: la passation d’un écrit du maître à son disciple avec l’autorisation de le rép-
andre.1001
Outre son principal enseignant Ziyᾱd b. A. Allᾱh al-Bakkᾱ’ī,1002Ibn Hishᾱm transmet, entre autres,
du grammairien Abῡ ‘Ubayda, lequel jouit d’une grande importance dans l’œuvre d’Ibn Hishām.1003
‘Abd al-Wᾱrith Ibn Sa‘īd,1004 Khellᾱd Ibn Qarra Ibn Khᾱlid al-Sadῡsī,1005 ‘Abd-allᾱh Ibn Wahb,1006
Abῡ Zayd al-Anṣᾱrī et de Maslama Ibn ‘Alqama al-Mᾱzinī.1007

994
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-ḥadīth., op. cit., T. I, pp. 90 sqq., cf., éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. I, pp. 99 sqq.,
éd. Wüstenfeld, op. cit., T. I, pp. 66 sqq et passim.
995
éd. Dᾱr al-ḥadīth., Ibid., T. I, p. 300. éd. al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., T. II, p. 18. éd. al-Saqqᾱ, op. cit., T. II, p. 57. Chez
Wüstenfeld ce passage est omis. cf., Ibid., T. I, p. 276.
996
éd. Dᾱr al-ḥadīth., Ibid., p. 339. T.II, pp. 5. 60. 115. 153. 206. T. 397. 470. Wüstenfeld ne cite pas la chaîne des
garants, Ibid., T. I, p. 313.
997
À titre d’exemple, éd. Dᾱr al-ḥadīth, Ibid., T. II, p. 60. 115. 153.
998
Ibid., p. 438. Wüstenfeld, op. cit., T. II, pp. 415. Al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II, p. 182. éd. al-Saqqᾱ, op. cit., T. II, p. 240.
999
Micheau (Françoise), op. cit., p.29.
1000
Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre, op. cit., p. 129 sq.
1001
Ibn Kathīr (’Ismᾱ‘īl), al-bᾱ‘ith al-ḥathīth, op. cit., pp. 357 sqq.
1002
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-ḥadīth, op. cit., T. I, pp. 91. 105. T. II, p .285. 339 et passim.
1003
Ibid., T. I, pp. 46 sqq. pp. 84 sqq. pp. 198 sqq et passim. T. II, pp. 245. 366 et passim.
1004
Ibid., T. I, p. 495, T. II, p. 145 et passim.
1005
Ibid., T. I, p. 22. p. 66 et passim.

142
Il est donc clair qu’Ibn Hishᾱm compile la Sīra à partir de sources différentes bien que Ziyᾱd Ibn
Abd Allᾱh al-Bakkᾱ’ī reste sa référence capitale.
Ibn Hishᾱm n’hésite pas à consigner :
‫ يا رسول هللا أال‬: ‫ أن األنصار يوم أحد قالوا لرسول هللا‬: ‫ عن دمحم بن إسحاق عن الزهري‬،‫ و ذكر غب زياد‬: ‫" قال ابن هشام‬
1008 ‫ن‬
".‫ ال حاجة لنا فيهم‬: ‫نستعي بحلفائنا من يهود ؟ فقال‬
« Ibn Hishᾱm a dit : D’autres transmetteurs que Ziyᾱd ont rapporté d’Ibn Isḥāq qui le tient de Zuh-
rī : Le jour de la bataille d’Uḥud, les anṣᾱr ont dit au Messager de Dieu : Oh Messager de Dieu, de-
manderons-nous soutien à nos alliés juifs? Il aurait répondu : Nous n’avons nullement besoin
d’eux.»
Il arrive qu’Ibn Hishᾱm ne précise pas son transmetteur direct, il note simplement :"‫ذكر ىل بعض أهل‬
‫"العلم‬, "des gens de la science m’ont informé."1009Il utilise parfois l’expression :"‫حدثب من أثق به‬ ‫ن‬ " , "un
1010 1011 ‫ن‬
homme crédible m’a informé." Tantôt il écrit : "‫"بلغنا‬, tantôt il transcrit : "‫"بلغب‬, «il nous est
parvenu..il m’est parvenu. » respectivement.
Somme toute, nous découvrons cette phrase d’Ibn Hishᾱm :
ِّ
1012
"...‫" و ُحدثت عن سعيد بن جبب‬, et j’étais informé [indirectement] de Sa‘īd Ibn Jubayr. "
En observant les trois expressions citées plus haut, à savoir : I/ « Le narrateur a dit ce qu’il tient
d’Ibn Hishᾱm… », II/ « Il a dit [ ?] : Abῡ Muḥammad ‘Abd al-Malik Ibn Hishᾱm nous a informé de
ce qu’il détient de Ziyyᾱd…» et enfin III/ «Du même isnᾱd précédent de ‘Abd al-Malik Ibn Hishᾱm,
ce dernier a dit ce qu’il tient de Ziyyᾱd Ibn ‘Abd al-Bakkᾱ’ī qui le tient d’Ibn Ishᾱq… », on ne peut
de ce fait que s’interroger : le livre d’Ibn Hishᾱm etait-t-il réellement et totalement rédigé par ce
dernier avec soin et sans aucun ajout postérieur ? La période de la fin du huitième siècle et le dé-
but du neuvième1013 correspond-t-elle indéniablement au propos de J. Goody :
«…Une œuvre écrite à nécessairement un début, un milieu et une fin. Une composition orale est
susceptible de recevoir des additions à tout moment et de la part de diverses personnes… »1014

1006
Ibid., T. I, p. 23. C’est, probablement, ‘Abd Allᾱh Ibn Wahb Ibn Muslim, le disciple du grand jurisconsulte Mᾱlik,
décédé en Égypte en 197/812., cf., al-Mizzī, op. cit., T. 16, pp. 277-286.
1007
Ibid., T. II, p. 28.
1008
Ibid., T. II, p. 20.
1009
Ibid., T. I, pp. 36 . 76. 261. 447 et passim.
1010
Ibid., T. I, pp. 175. 197.
1011
Ibid., p. 418 et passim.
1012
Ibid., p. 425.
1013
Ziyād Ibn ‘Abd Allᾱh al-Bakkāī’ est décédé en 800 et Ibn Hishᾱm en 833 de l’ère chrétienne.
1014
Goody (Jack), Pouvoirs et savoirs de l’écrit, op. cit., p. 34. Nous développerons cette idée lors de l’étude du passage
de l’oral à l’écrit.

143
III. I. II. L’isnād de la Ṣaḥīfa a-t-il évolué ? :

Comme nous l’avons déjà mentionné, la Ṣaḥīfa de Médine, dans la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām, ne
comporte aucun isnād. « Ibn Isḥᾱq a dit "‫ » "قال ابن إسحاق‬consigne Ibn Hishām au début du texte
sans acune précision de sa part.1015
Peut-être, Ibn Isḥāq a-t-il omis de mentionner intentionnellement ses maîtres pour une raison di-
fficile à cerner. il est aussi possible qu’il ait délaissé involontairement l’isnād car, pour lui, l’Écrit
de Médine est un texte ordinaire comme beaucoup d’autres textes qu’il a transmis sans chaîne de
garants, en se contentant de la fameuse formule : « Ibn Isḥᾱq a dit », "‫"قال ابن إسحاق‬.1016 Enfin, la
défaillance peut provenir également de ses disciples directs ou indirects, sinon des copistes qui ont
manqué de citer l’isnād en amont d’Ibn Isḥāq.
L’isnād de la Ṣaḥīfa va devenir complètement égyptien ou presque avec Abū ‘Ubayd et son disciple
Ibn Zanjawayh.Tandis que la chaîne des garants fournie par al-Bayhaqī atteint la famille de ‘Umar,
dépassant ainsi l’isnād égyptien, qui s’interrompt à Zuhrī ; quant à celle qui a éventuellement été
rapportée par Ibn abī Khaythama, elle remonte jusqu’au Prophète. 1017
La tentation de dessiner les trois chaînons manquants, vraisemblablement, entre Ibn Isḥᾱq et le
compagnon du Prophète, le narrateur éventuel du texte, a poussé Gil à supposer que l’isnᾱd man-
quant dans la version Ibn Isḥᾱq/ Ibn Hishᾱm est donné par Ibn Sayyid al-Nᾱs.1018
Après avoir relaté le texte en question, Ibn Sayyid al-Nᾱs affirme:
‫ حدثنا‬،‫ حدثنا عيش بن يونس‬،‫ حدثنا أحمد بن جناب رأب الوليد‬: ‫ وقد ذكره ابن رأب خيثمة فأسنده‬،‫" هكذا ذكره ابن إسحاق‬
".‫ فذكره بنحوه‬،‫بي المهاجرين واألنصار‬ ‫ن‬
‫ أن رسول هللا كتب كتابا ن‬،‫المزب‬ ‫كثب بن عبد هللا بن عمرو‬
«…Ainsi il a été rapporté par Ibn Isḥᾱq, Ibn Abī Khaythama l’a également cité en rajoutant le isnād
suivant : Aḥmad Ibn Janᾱb Abῡ al-Walīd ---‘Aīsᾱ Ibn Yῡnus ---Kathīr b. ‘Abd Allᾱh b. ‘Amr al-Muzanī
---son père ‘Abd Allᾱh -----son grand-père ‘Amr : Le Messager de Dieu a écrit un "livre" entre les
mu- hājirūn et les anṣār ; et il l’a cité de même. »1019
Lecker pense que la supposition de Gil ne peut-être garantie avec l’existence d’un isnᾱd rival1020,
en l’occurrence, celui de ‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn ‘Uthmᾱn Ibn al-Akhnas b. Sharīq qui le
détient de la famille de ‘Umar,1021un isnᾱd relevé par Bayhaqī comme nous l’avons mentionné plus
haut.1022
L’enjeu pour combler le vide dans une chaîne de garant d’un texte si important, incite Lecker, lui-
même, à placer l’isnᾱd de ‘Uthmᾱn en question en tête du texte d’Ibn Isḥᾱq lequel est partagé

1015
éd. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 341., éd. Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II, p. 94., éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit.,T. I, p. 368.
1016
À titre d’exemple, cf., éd. Dār al-ḥadīth, op. cit., T. II, pp. 266. 351. et passim
1017
cf., pour plus de details, au Chapitre: III. I. II. II. Les différents isnād de la Ṣaḥīfa.
1018
Gil (Moshe), op. cit., p. 47.
1019
Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit, T. I, p. 320.
1020
Il existe plusieurs isnad rivaux comme nous allons voir plus loin.
1021
Lecker (Michael), op. cit., p. 202.
1022 o
Al-Bayhaqī (Aḥmad), op. cit., T. 8, p. 106., voir la version E et la Figure N 6.

144
par ce chercheur en soixante quatre paragraphes.1023
Cela étant, l’isnād, mine de rien, dissimule, avec une rigueur inflexible, les étapes spatio-tempor-
elles que le renseignement en question a parcouru, notamment les complications, liées aux
deux aspects conjoints de la transmission : l’oralité et l’écrit, et que le khabar rapporté a tant
bien que mal surmonté. A.- L. de Prémare souligne les limites de l’isnād :
«Cette technique de présentation formelle veut donner l’assurance d’une transmission orale inin-
terrompue par des personnes successives à l’autorité reconnue.»1024
En outre, l’auteur ou le compilateur du recueil du ḥadīth, observe V. Comerro, ne transmet pas
simplement ses traditions, elles sont sélectionnées et présentées de façon partiale, et de plus, il
s’efface derrière ses transmetteurs tel un régisseur du théâtre ou d’un metteur en scène : l’œuvre
n’est pas la sienne et ce sont les acteurs qui la jouent, mais sa présence, indispensable, ne peut êt-
re niée, elle donne le ton.1025

1023
Lecker (Michael), op. cit., pp. 7 sqq.
1024
De Prémare (Alfred-Louis), op. cit., 2002, p. 12.
1025
Comerro (Viviane), Les traditions sur la constitution du muṣḥaf de ‘Uthmān, op. cit., p. 204.

145
III. I. II. I. isnād en rapport avec les Alides :

R. Serjeant était, lui aussi, préoccupé à tisser un isnād à ce texte, un isnād de tendance chiite. Il
pense effectivement que la liaison entre le texte de Médine et les Alides est manifeste.1026
M. Lecker estime également que la Ṣaḥīfa est devenue un sujet de concurrence entre les deux gr-
des tendances, à savoir le sunnisme et le chiisme. On supposait, dit-il, que l’héritier de Muḥa-
mmad est la personne à qui il a confié le Kitāb de Médine.1027
Revenons à Sergeant qui suppose que la copie ou la version restée chez Ja‘far al-Ṣᾱdiq (m. 148/
148/765),1028du fameux al-Jafr, 1029 « livre » secret dicté par le Prophète à ‘Ali, disparu avec le
douzième Imᾱm occulté, est un résumé de la « constitution.»1030Elle est limitée à ce qu’il a appelé
docucument A et B,1031 équivalent à un peu moins de trente clauses, dit-il.1032 Il pousse sa conje-
cture jusq’àu bout et déclare : "It seems to me possible however that, as a descendant of the sen-
ior branch, ‘Abd Allāh b. Ḥasan Ibn Ḥasan may have held the original of the « constitution », and
not Ja‘far al-Ṣādiq."1033; « Il me semble toutefois possible que, ‘Abd Allāh Ibn Ḥasan Ibn Ḥasan (m.
144/ 761)1034 détient l’original de la « constitution » puisque il est le descendant de la branche de
l’aîné (petit fils de Ḥasan) et non pas Ja‘far al-Ṣādiq ( arrière-petit-fils de Ḥusayn).» ‘Abd Allᾱh Ibn
Ḥasan b. Ḥasan est le possesseur de l’origine du texte de la constitution, selon Sergeant, et non
pas son cousin Ja‘far al Ṣᾱdiq.1035
La « constitution» apparaît pour la première fois, dit-Sergeant, dans la Sīra d’Ibn Isḥāq, qui s’est
dévoué exclusivement à ‘Abd Allāh b. Ḥasan b. Ḥasan.1036Selon Sergeant, ce dernier est la source
évidente de la « constitution. »1037Cette révélation, Sergeant l’a puisée chez Yaqūt al-Ḥamawī dans
son livre : Mu‘jam al-udabā’.1038

1026
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina», op. cit., pp. 4 sqq.
1027
Lecker (Michael), op. cit., p. 194. Lecker préfère utiliser le terme kitāb pour designer la ṣaḥīfa. cf., op. cit., p. 1.
D’après Lecker, l’intérêt du sunisme vis-à-vis de la ṣaḥīfa se manifeste avec le ḥadīth rapporté par la famille de
‘Umar. Ibid., p. 196 sq. Nous discuterons plus tard cet isnād.
1028
Pour Ja‘far al-Ṣᾱdiq , ce sixième Imām, cf., Corbin (Henry), op. cit., p. 67.
1029
Pour le livre al-jafr, cf., al-Kulaynī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 294 sq.
1030
Sergeant (R. B), op. cit., p. 6.
1031
Sergeant partage le texte de Médine en huit documents, A-H. cf., Ibid., pp. 9 sq. «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit.,
p. 9. Nous reviendrons sur cette idée plus tard.
1032
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 6.
1033
Ibid.
1034
Pour sa biographie, cf., al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. XI, p .90 sqq., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XIV, p. 414 sqq.
1035
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 6. En ce qui concerne la Sīra chez les chiites, voir, Jarrar
(Maher), « Sīrat ahl al-kisā’ -Early shī‘ī sources on the biography of the Prophet- », dans The biography of Muḥa-
mmad -The issue of the sources-, éd. H. Motzki, op. cit., pp. 98-126.
1036
" Ibn Isḥāq was exclusively devoted to ‘Abdullāh b. Ḥasan b. Ḥasan"., Sergeant (R. B), Ibid., p. 4.
1037
Ibid.
1038
Ibid.

146
L’éventuelle tendance chiite chez Ibn Isḥāq n’est pas un secret. Beaucoup de savants anciens l’ont
discrédité à cause de cette raison.1039 Par ailleurs, Yaqūt al-Ḥamawī, dans la biographie d’Ibn Isḥāq
et en ce qui concerne sa relation avec ‘Abd Allāh en question se contente de rédiger une seule ph-
rase :
‫ن‬ ‫ وكان يأتيه ر‬،‫ إىل عبد هللا بن حسن بن حسن‬1040‫ ابن إسحاق – انقطاع‬- ‫" وكان له‬
،‫ أثبت هذا ف علمك‬: ‫بالشء فيقول له‬
1041
".‫فيثبته و يرويه عنه‬
« Il se rend de temps en temps (Il se consacre ?) (Il s’adonne ?) à ‘Abd Allāh Ibn Ḥasan Ibn Ḥasan.
Ce dernier lui rapporte la chose (un khabar ou un ḥadīth) en lui disant : Intègre ceci à ton savoir
(apprends ça). Il effectue ce que lui a demandé et le transmet via son maître en question.»
Ce petit texte raconté par Y. al-Ḥamawī emploie le nom verbal indéterminé ‫ انقطاع‬qui n’exprime
pas, linguistiquement parlant, une qualification constante ni exclusive. La traduction de Sergeant
est pour le moins imprécise, elle convient parfaitement si le participe actif ‫ منقطع‬a été utilisé à la
place du nom verbal. Or, le participe actif révèle, à l’opposé du nom verbal, une qualité immuable
pour son sujet.1042

En conséquence, et d’après le texte même de Y. al-Ḥamawī, Ibn Isḥāq ne s’est pas dévoué exclusiv-
ement à ‘Abd Allāh Ibn Ḥasan Ibn Ḥasan. D’autre part, les grands prosopographes tels Ibn Sa‘d, al-
Khaṭīb al-Baghdādī et al-Mizzī n’ont pas cité ce maître éventuel d’Ibn Isḥāq.1043 Pourtant, al-Mizzī a
pris le soin de citer cent vingt cinq maîtres qu’Ibn Isḥāq a côtoyés.1044Par ailleurs, al-Khaṭīb ainsi
qu’al-Mizzī mentionnent un certain Muḥammad Ibn Ali Ibn Husayn Ibn Ali comme maître d’Ibn
Isḥāq.1045 Dans ce petit texte insolite, deux autres points suscitent notre attention :
‫ن‬ ‫وكان يأتيه ر‬
.‫ فيثبته و يرويه عنه‬،‫ أثبت هذا ف علمك‬: ‫بالشء فيقول له‬
« Ce dernier lui rapporte la chose [un khabar ou un ḥadīth] en lui disant : Intègre ceci à ton savoir
[apprends ça]. Il effectue ce que lui a demandé et le transmet via son maître en question.»
I/ Rien ne prouve que cette chose soit spécialement le texte de Médine. Or, il ne peut lui offrir à
chaque visite le même texte, en l’occurrence le Pacte de Médine. La phrase de Yaqūt al-Ḥamawī
confirme qu’Ibn Isḥāq cite dans sa transmission, le nom de son maître, or la Ṣaḥīfa est transmise
sans aucun signe à ce dernier.
M. Lecker inverse les rôles, Ibn Isḥāq devient le maître de ‘Abd Allāh: "‘Abd Allāh would record it
and transmit it on the authority of Ibn Isḥāq, not the other way round."1046

1039
cf., al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. II, p. 21., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. 14, p. 416. Al-Ḥamawī (Yaqūt), Mu‘jam
al-Udabā’ op. cit., T. VI, p. 2419.
1040
Ce maṣdar est dérivé du verbe inqa a‘a qui veut dire, entre autres, ḏahaba : se rendre. cf., Ibn Manẓūr (Muḥa-
mmad), op. cit., T. VIII, p. 279. Al-Fayrūzābādī (Muḥammad), op. cit., p. 752 sq.
1041
Al-Ḥamawī (Yaqūt), Ibid, p. 2419.
1042
Al-Jurjānī (Abd al-Qāhir), Dalā’il al-i‘jāz, annoté par Maḥmūd Muḥammad Shākir, éd. Maktabat al-Khānjī, Le Caire,
1984, pp. 175 sqq.
1043
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, pp. 552 sqq. Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. II, pp. 7-35.
1044
Al-Mizī (Yūsuf), op. cit., T. XIV, pp. 406-410.
1045
Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. II, p. 7. Al-Mizī (Yūsuf), op. cit., T. XXIV, p. 409.
1046
Lecker (Michael), op. cit., p. 195.

147
II/ Comme c’est accoutumé chez les anciens, Y. Ḥamawī expose les avis des savants concernant
la crédibilité ou non d’Ibn Isḥāq. Bizarrement, plus de treize positions sont à l’encontre de sa
pers-onne.
La seule sentence favorable est celle de Yaḥya b. Ma‘īn. Il se trouve que le khabar en rapport avec
‘Abd Allāh surgit, telle une preuve en main, après trois accusations formelles de sa relation avec le
chiisme.1047
Dans la partie de cette étude que nous avons appelée « le texte de Médine fractionné», nous
avons présenté quelques textes qui établissent le rapprochement entre la Ṣaḥīfa et les Alides. Il se
trouve qu’aucun historien, toutes tendances confondues, n’a fait référence à ‘Abd Allāh, le petit
fils de Ḥasan.
Chez Shᾱfi‘ī, nous avons déjà vu Muḥammad Ibn Isḥᾱq s’informer auprès de Muḥammad al-Bᾱqir
sur le contenu de ṣaḥīfa au-dedans du fourreau de l’épée du Prophète.1048Quant à Ibn Sa‘d, il nous
renseigne à travers ‘Ikrima, mawlā d’Ibn ‘Abbās, que l’écrit de la conciliation avec les juifs est resté
avec ‘Ali,1049 et nous avise que l’épée du Prophète en question était en la possession de ‘Ali Ibn
al-Ḥusayn à un moment donné.1050
Ni al-Kulaynī,1051ni le vizir Bouyide Manṣῡr al-Ᾱbī, n’ont signalés la présence de ‘Abd Allāh lors de
leur rappel de cette ṣaḥīfa morcelée.1052Dans ces traditions en question, les notoriétés évoquées
sont : ‘Ali, ‘Ali Ibn‘Ali Ibn al-Ḥusayn, Muḥammad al-Bᾱqir et Ja‘far al-Ṣᾱdiq. Le fait d’évoquer les
descendants de Ḥusayn, ne serait-il pas un signe avant-coureur de la prédominance des Ḥusayni-
des1053 à l’égard de leurs cousins les Ḥasanides ?1054
Le fait d’associer la Ṣaḥīfa, même si elle est présentée de façon partielle, à ‘Ali et ses descendants,
nous intrigue. Ibn Sa‘d affirme, par le biais de ‘Ikrima, que ‘Ali conserve le texte de conciliation
que le Prophète aurait conclu avec les juifs.
«Il les a invités, il me semble, à une conciliation écrite.»‘Ikrima ajoute : « Ali a gardé cet Écrit. » 1055
Restons toujours avec Ibn Sa‘d qui évoque la célèbre épée « dῡ al-Faqᾱr », laquelle a été obtenue
en guise de butin par Muhammad à l’occasion de la bataille de badr, et qui est terminée entre les
mains de‘Ali.
Nous avons déjà mentionné cette tradition d’un certain ‘Ᾱmir qu’il a lue dans le fourreau de l’ép-
ée en question :
« La compensation du sang se fait entre les mu’minūn, ces derniers ne laissent sans secours une
personne parmi eux, très endettée et qui a une grande famille à charge, et enfin un muslim ne
peut être vengé pour l’assassinat d’un kāfir.»1056

1047
Al-Ḥamawī (Yaqūt), op. cit, p. 2419.
1048
Al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. VII., pp. 11 sq.
1049
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 29-31.
1050
Ibid., p. 417.
1051
En ce qui concerne al-Kulaynī (m. 328/939) et son opus magnum al-Kāfī « le Livre Suffisant », voir, Amir-Moezzi
(Mohammad Ali), Le Coran silencieux et le Coran parlant, op. cit., pp. 159-206.
1052
Al-Kulaynī ((Muḥammad), op. cit., T. V, p. 300 sq., al-Ᾱbī (Manṣῡr), op. cit., T. I, p. 105.
1053
La lignée de Ḥusayn fils de ‘Ali Ibn Abī Ṭālib.
1054
La lignée de Ḥasan fils de ‘Ali Ibn Abī Ṭālib.
1055
Ibid, T. II, pp. 29-31.

148
D’après ce même ‘Ᾱmir, cette épée parvient à ‘Ali Ibn al-Ḥusayn,1057et peut-être même la Ṣaḥīfa ri-
vée autrefois à cettre dernière. Le khabar de cette saḥīfa est largement cité dans la tradition
écrite. Nous nous contentons de rappeler les deux ḥadīth que nous avons déjà évoqués :
I/ Dans un isnᾱd allant jusqu'à Ja‘far al-Ṣᾱdiq, al-Kulaynī rapporte :
« Un écrit, ṣaḥīfa, a été trouvé attaché à la poignée de l’épée du Messager de Dieu (comportant) :
Quiconque commet un méfait « aḥdatha » à Médine ou héberge un malfaiteur « muḥdith » Dieu
ne lui accordera, le jour de la résurrection, aucune grâce ni aucune rédemption. »1058
‫ن‬
‫ ومن أحدث بالمدينة حدثا أو آوى ُمحدثا لم‬...‫ ُوجد ف قائم سيف رسول هللا صحيفة‬:‫" عن رأب عبد هللا ( جعفر الصادق) قال‬
".‫يقبل هللا منه يوم القيامة رصفا وال عدال‬
II/ Et dans une autre tradition sans isnād, Manṣῡr al- Ᾱbī cite :
« Un jour, ‘Ali serrant l’épée du Prophète contre soi, trouva une ṣaḥīfa attachée à sa poignée.» 1059

‫ن‬
« ... ‫ لقد ضممت إىل سالح رسول هللا فوجدت ف قائم سيفه صحيفة معلقة‬:‫» يروى عن عىل بن رأب طالب أنه قال‬
Les chiites croient que le Prophète ne peut mourir sans désigner son successeur, et ce dernier ne
peut-être que ‘Ali et ses descendants. Le sixième Imām1060Ja‘far al-Ṣādiq (m. 148/765) atteste
que le testament écrit, nommant ‘Ali, Ḥasan, Ḥusayn et sa postérité comme les seuls héritiers du
Prophète est descendu du ciel avec l’ange Gabriel pendant l’agonie du Messager Muḥammad.
1061
« ...‫جبائيل‬
‫ نزل به ر‬،‫نزلت الوصية من عند هللا كتابا مسجال‬..». Al- Kulaynī nous rapporte une autre tradition
catégorique :
« Un certain Fuḍayl Ibn Sukra a dit : Rentrant chez Abū ‘Abd Allāh (Ja‘far al-Ṣādiq), il me demande :
Sais-tu ce que j’observais avant que tu rentres ? Je réponds : non. Il réagit : J’étais en train de rega-
rder (avec attention) le kitāb de Faṭima. Tout roi règne sur un territoire figure dans ce "livre", de
son nom et le nom de son père. En revanche, je ne trouve nulle part (dans ce "livre") le nom des
descendants de Ḥasan.
ُ ُ ُ ‫ن‬
‫ كنت‬:‫ قال‬.‫ ال‬: ‫ قلت‬:‫ قال‬.‫ أتدري ف أي رشء كنت أنظر قبيل‬:‫ دخلت عىل رأب عبد هللا فقال‬:‫عن فضيل بن سكرة قال‬..."
‫ن‬
‫ وما وجدت لولد الحسن فيه‬،‫ ليس من ملك يملك األرض إال وهو مكتوب فيه باسمه و اسم أبيه‬.‫أنظر ف كتاب فاطمة‬
1062
"‫شيئا‬
Sans doute, Ja‘far al-Ṣādiq vise particulièrement Muḥammad Ibn ‘Abd Allāh Ibn Ḥasan Ibn Ḥasan,
le personnage clé de la Ṣaḥīfa de Médine selon Sergeant, car dans la tradition qui précède celle-
ci, il énonce quasiment le même khabar, en indiquant le nom de cet opposant au régime abba-
sside.1063
Du fait de cette éventuelle possession d’un autre document par les Alides, qui pourrait comporter
le serment de succession pour ‘Ali, l’inquiétude, voire l’angoisse, est semée.

1056
Ibn Sa‘ad (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 418.
1057
Ibid., p. 417.
1058
Al-Kulaynī ((Muḥammad), op. cit., T. V., p. 300 sq.
1059
Al-Ᾱbī (Manṣῡr), op. cit., T. I, p. 105.
1060
Chez les chiites duodécimains, bien entendu.
1061
Al-Kulaynī ( Muḥammad ), op. cit., T. I, p. 337.
1062
Al-Kulaynī ( Muḥammad ), Ibid., T. I, p. 298.
1063
Ibid. Pour la révolte de Muḥammad à Médine et son frère à Bassora en 145/762, cf., al-Ya‘qūbī (Aḥmad), Tārīkh al-
Ya‘qūbī, op. cit., T. II, pp. 313 sqq. Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 552.

149
C’est alors que les questions surgissent et reviennent sans cesse. Ibn Isḥāq en personne interpelle
le cinquième Imām, Muḥammad al-Bᾱqir :
« Que comportait la saḥīfa à l’intérieur du fourreau de l’épée du Prophète ? « Elle contenait,
(entre autres), répond-il, "Que Dieu maudisse celui qui commet un homicide contre un
innocent"… »1064
Dans une autre tradition rapporté par Ṣan‘ānī, ‘Ali aurait répondu après qu’il ait été sollicité sur un
éventuel testament de la part du Prophète : « À l’exclusion de cette ṣaḥīfa dans ce fourreau, elle
contient : Parce que les mu’minūn sont égaux, ils s’entraident et se défendent mutuellement et le
moindre des croyants crée un engagement respectable. Un mu’min ne doit pas être vengé à cause
d’un kᾱfir…»1065
‫ن‬
‫ المؤمنون يد‬:‫ فإذا فيها‬،‫ فأخرج من القراب صحيفة‬.‫ إال ما ف هذا القراب‬:‫ هل عهد إليك رسول هللا شيئا ؟ قال‬: ‫" قيل لعىل‬
"... ‫ ال يقتل مؤمن بكافر‬،‫عىل من سواهم تتكافأ دماؤهم و يسغ بذمتهم أدناهم‬
Selon un autre texte, qui rentre fortement dans cette optique, nous trouvons un certain Abῡ Juḥ-
ayfa demander à ‘Ali s’il détient un écrit outre que le Coran. ‘Ali aurait répondu :
« Non, je possède qu’une compréhension du Livre saint comme tout un chacun et cette ṣaḥīfa.
Que comporte cette dernière ? interroge-t-il. ‘Ali répond : Elle contient la compensation du sang
« al- ‘aql » , la rançon du prisonnier « fakᾱk al-asīr », et le fait de ne pas venger un mu’min pour
un kāfir" lᾱ yuqtal mu’min bi kᾱfir".»1066
Dans un autre khabar ‘Ali aurait ajouté :
« Les mu’minūn sont unis contre quiconque agit contre eux, notamment la protection accordée à
son prochain par le moindre des mu’minūn crée un engagement respectable. La malédiction de
Dieu et sa colère le jour de la résurrection des morts se porteront sur l’homme qui commet de
graves infractions ou héberge un muḥdith. »1067

Finalement, les Abbassides dépossèdent les Alides de cet outil symbolique, à savoir l’épée du Pro-
phète qui abrite la ṣaḥīfa.
«‘Abd al-Razzāq---b. Jurayj1068---Ja‘far al-Ṣādiq---son père Muḥammad al-Bāqir. L’épée du Prophète
s’appelle dū al-Fiqār. Ja‘far confirme : …Ils l’ont saisie, i.e. les Abbassides. »1069
،‫ هو عند هؤالء‬... :‫ قال جعفر‬.‫النب ذو الفقار‬
‫ اسم سيف ر‬:‫أبوه دمحم الباقر قال‬----‫جعفر الصادق‬----‫ابن جريج‬----‫"عبد الرزاق‬
".‫يعب نبب العباس‬‫ن‬
Allons jusqu’au bout et tirons les conclusions les plus ultimes, ne faut-il pas s’interroger : la Ṣaḥīfa
Médine n’aurait-elle été créée, totalement ou partiellement, qu’afin de faire barrage à la ṣaḥīfa
mystérieuse de ‘Ali et l’enrayée fallacieusement ?

1064
Al- Shᾱfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. VII., pp. 11 sq.
1065
Ṣan‘ānī (‘Abd al-Razzāq), op. cit., T. X, p. 99.
1066
Rapporté par al-Bukhᾱrī, Muslim, Abῡ Dᾱwῡd, Tirmidī et al-Nasᾱ’ī, cf., Ibn al-Athīr (Majd al-dīn), Jᾱmi‘ al-uṣῡl fi
aḥᾱdīth al-rasῡl, op. cit., T. X, p. 253.
Notons que le khabar rapporté par Muslim et Abῡ Dᾱwῡd ne passe pas par Abῡ Juḥayfa., cf., Ibid.
1067
Ibn al-Athīr ((Majd al-dīn), Ibid., p. 254.
1068
À propos d’Ibn Jurayj voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 212 sqq.
1069
Ṣan‘ānī (‘Abd al-Razzāq), op. cit., T. V, p. 296.

150
Le fait d’annoncer explicitement une idée pour cerner implicitement, ou en silence, si on ose dire,
une autre, est un phénomène fréquent, en l’occurrence, dans la tradition musulmane.
Pour se limiter à un seul exemple, observons ce ḥadīth du Prophète rapporté par Abū Bakr, ‘Umar
et ‘Ā’isha : 1070" ‫" ال نورث ما تركناه صدقة‬
Le Prophète aurait dit : « Nous [les prophètes] n’aurons pas d’héritiers, tout ce que nous laissons
[comme biens] est pure charité.» Fāṭima, la fille du Prophète, est venue demander au nouveau
َ َ
calife son héritage, en l’occurrence la terre de Fadek 1071‫فـدك‬, et celui-ci aurait dit le ḥadīth. Tantôt
‘Ā’isha transmet cette tradition directement du Prophète, tantôt par l’intermédiaire de son père.
L’histoire racontée par Ibn Abī al-Ḥadīd illustre clairement notre propos :
« Je demande à un certain ‘Ali al-Fāriqī, enseignant à l’école occidentale à Bagdad : Faṭima était-
elle loyale? Oui, répond-il. Pourquoi Abū Bakr n’a pas accordé sa demande, répliqué-je ? S’il a cédé
à sa revendication pour Fadak, elle pourrait revenir demain réclamant le califat pour son épouse. »
‫ر‬
‫ فلم لم يدفع لها‬:‫ فقلت‬.‫ نعم‬:‫ أكانت فاطمة صادقة ؟ قال‬: ‫ فقلت له‬،‫" سألت عىل بن الفارف مدرس المدرسة الغربية ببغداد‬
1072
".‫ لجاءت إليه غدا و ادعت لزوجها الخالفة‬،‫ لو أعطاها اليوم فدك بمجرد دعواها‬:‫أبوبكر فدك ؟ قال‬
Dailleurs, même dans une discipline aussi minutieuse que la science relative aux héritages la politi-
que se mêle, toujours en silence, et divise les deux écoles juridiques, à savoir l’école chiite et l’éco-
le sunnite. La fille hérite-t-elle de la totalité des biens de son père décédé avec la présence de
l’oncle paternel, ‫? الـعـم‬
Muḥammad al-Bāqir décide que nul n’hérite avec la fille, à l’exclusion de son mari.1073 Son fils Ja‘-
far al-Ṣādiq confirme que Faṭima a bel et bien hérité de tout ce que le Prophète possède.1074
".‫" فاطمة ورثت كل ما كان له‬
Visiblement, Ja‘far al-Ṣādiq, dans cette dernière tradition, est préoccupé de corroborer la thèse
chiite et non pas de ralater un fait.
Un certain Barīd al-‘Ajlī interroge al-Bāqir : « Un homme est décédé dont ses seuls proches sont :
Sa fille et son oncle paternel ‫الـعـم‬. Ses biens vont à la fille et rien pour son oncle, répond-il ferme-
ment.1075
ُ
".‫ المال لالبنة وليس للعم شب‬:‫ رجل مات و ترك ابنته و عمه ؟ قال‬:)‫ألب جعفر (دمحم الباقر‬
‫"قلت (بريد العجىل) ر‬
Par ailleurs, dans un cas pareil, les jurisconsultes sunnites affirment sans ambiguïté que la fille bén-
éficiera uniquement de la moitié des biens ; elle est contrainte à partager son héritage avec
l’oncle ‫الـعـم‬.1076

1070
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Fatḥ al-bārī bi sharḥ ṣaḥīḥ al-Bukhārī, op. cit., T. III, p. 2970., cf., al-Rāzī (Muḥammad Fakhr al-
dīn), Mafātīḥ al-ghayb, éd. Dār al-fikr, Beyrouth, 1981, T. IX, p. 217 sq. Aprés avoir cité la tradition concernant
Faṭima, al-Rāzī conclut: « finalement Faṭima accepte la décision d’Abū Bakr…et par consensus on approuve l’avis
d’Abū Bakr… »
1071
Pour l’histoire de Fadak en détail, cf., Ibn Shebba (‘Umar), Tārīkh al-madīna al-munawwara, éd. Dār al-turāth,
Beyrouth, 1990, T. I, pp. 193 sqq., al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. IV, pp. 238 sqq.
1072
Ibn Abī al-Ḥadīd (‘Abd al-Ḥamīd), Sharḥ nahj al-balāgha, éd. Dār al-kitāb al-‘arabī, Bagdad, 2007, T. VIII, p. 368.
1073
al-Kulaynī ( Muḥammad ), op. cit., VII, p. 92.
1074
Ibid., p. 96.
1075
Ibid., p. 96.
1076
Al-Sarakhsī (Muḥammad), op. cit., T. XXIX, p. 139. 144. 174 et passim.

151
Ce n’est plus une affaire de fiqh, c’est une question purement politique. Désormais, les maîtres ch-
iites ne divulgue guère cette opinion partout. Il arrive que Ja‘far al-Ṣādiq répond à un étranger
suivant l’avis des sunnites par crainte, disent ses disciples.1077
Donc, les Abbassides et les Alides se démènent dans un terrain juridique. Et, peut-être, pourrons-
nous affirmer qu’un texte peut en entraver un autre. Un texte peut émerger pour une seule et un-
ique intention, celle de barrer la route à un autre texte.1078
Le passé, semble-t-il, n’est évoqué que pour être utile au présent. Il est mis, en quelque sorte, au
service du présent, remarque J. Chabbi.1079

1077
Al-Kulaynī ( Muḥammad ), op. cit., VII, p. 96 sq.
1078
Cela rappelle l’expression de Genette : un texte peut en cacher un autre, cf., Genette (Gérard), Palimpsestes- La
littérature au second degré-, éd. du Seuil, Paris, 1982, p. 451.
1079
Chabbi (Jacqueline), « La représentation du passé aux premiers âges de l’historiographie califale -problème de
lecture et de méthode-» dans RES Orientales, vol. VI – Itinéraires d’Orient, hommage à Claude Cahen, éd. Groupe
pour l’étude de la civilisation du Moyent-Orient, Bures-sur-Yvette, 1994, p. 28.

152
III. I. II. II. Les différents isnād de la Ṣaḥīfa :

Afin de concevoir les isnād du texte de Médine que nous avons éparpillés précédemment, nous
proposons de les assembler ici.

A/ La version Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm (m. 151/ 768-218/833).

La version Ibn Isḥāq/Ibn Hishᾱm, qui nous est parvenue, ne comporte aucun isnād au-delà d’Ibn
Isḥāq. Ibn Hishām se contente d’écrire : Ibn Isḥᾱq a dit, ‫قـال ابن إسحاق‬1080. Les chaînons manquants
qui nous préoccupent sont, évidemment, ceux qui se situent en amont d’Ibn Isḥāq.
Bien qu’Ibn Hishᾱm rapporte la Sīra d’Ibn Isḥāq de son maître Ziyād Ibn ‘Abd Allāh al-Bakkāī’, cela
n’empêche par qu’il transmette ici et là à partir d’autres maîtres, comme nous l’avons déjà souli-
gné. Vraisemblablement, chaque fois qu’il note : Ibn Isḥāq a dit, c’est d’al-Bakkāī’ qui le tient.
Cela dit, nous ne pouvons certifier si Ibn Hishām tient la ṣaḥīfa de Ziyād ou d’un autre narrateur
que lui.
Al-Nuwayrī (m. 733/1332) mentionne intégralement la version d’Ibn Isḥᾱq/Ibn Hishᾱm. Il cite
toutefois un isnād qui est pour le moins insolite : « Ibn Hishᾱm qui le tient de Ibn ‘Abbᾱs (?), qui
le tient de Ibn Isḥᾱq. »1081 C’est incontestablement une erreur de copiste.
Il voulait, apparemment, inscrire le nom Ibn ‘Abbᾱs après Ibn Isḥāq. Or, ce dernier a transmis d’Ibn
‘Abbᾱs à travers Dᾱwῡd Ibn al-Ḥuṣayn et Thawr Ibn Yazīd les disciples de ‘Ikrima son esclave.1082
Par ailleurs, si nous nous fions à Ibn Abī Shayba, Ibn ‘Abbās a effectivement rapporté le premier
passage de la Ṣaḥīfa.1083

B/ La version d’Abῡ ‘Ubayd (m. 224/838).1084


Quant à Abῡ ‘Ubayd, il rapporte la Ṣaḥīfa de Yaḥya Ibn Abd Allāh b. Bukayr et Abd Allāh Ibn Ṣᾱliḥ,
tous les deux via Layth Ibn Sa‘d via ‘Uqayl Ibn Khālid via Ibn Shihāb qui a énoncé:
« Il m’a été transmis que le Messager a écrit ce "livre"…»
1085 ‫" ن‬
"...‫بلغب أن رسول هللا كتب بهذا الكتاب‬
Cet isnād révèle l’itinéraire parcouru par la Ṣaḥīfa, qui s’est posée, visiblement, sur la terre d’Égy-
َ
pte. Abῡ ‘Ubayd, qui a vécu entre Harat 1086‫هراة‬, Baghdad, Tarse 1087‫ط َرسوس‬, où il a exercé la magis-
trature pendant dix huit ans, et la Mecque où il décède1088, a séjourné en Égypte vers l’année 213/

1080
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. F. Wüstenfeld, T. I, p. 341.
1081
Al-Nuwayrī (Aḥmad), op. cit., T. 16, pp. 246-248.
1082
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., p. 421., p. 473 et passim.
1083
Ibn Abī Shayba (‘Abd Allāh), op. cit., T. IX, p. 163.
1084
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd Ibn al-Qᾱsim), op. cit., pp. 291-295. Abῡ ‘Ubayd accède à la recension de Zuhrī en Égypte,
cf., Lecker(Michael), op. cit., p. 192. Nous reviendrons sur cette idée plus tard.
1085
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd Ibn al-Qᾱsim), Ibid., p. 291.
1086
Une grande ville de la région du Khorassan dans le nord-est de l’Iran. cf., Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. V, p. 396.
1087
Une ville en Turquie actuelle. cf., Mu‘jam al-buldān, Ibid., T. IV, p. 28.
1088
Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. XIV, pp. 392 sqq.

153
827, sans doute pour une courte durée.1089D’autant qu’il a entendu la Ṣaḥīfa des deux Égyptiens,
à savoir Yaḥya b. Abd Allāh b. Bukayr1090et Abd Allāh b. Ṣᾱliḥ, le secrétaire de Layth Ibn Sa‘d1091, si
nous nous fions à son isnād. Ces deux derniers rapportent le texte de Médine du savant d’Égypte
Layth b. Sa‘d.1092
Pour ce qui est de ‘Uqayl Ibn Khālid, l’affranchi de ‘Uthmān Ibn ‘Affān, qui résidait à Ayla,1093 l’ex-
pert du ḥadīth Ibn Abī Ḥātim nous raconte :
1094 ‫ن‬ ُ
« .‫ و كان يكتب عنه هناك‬،‫ و للزهري هناك ضيعة‬،‫ و كان الزهري يكون بأيلة‬،‫عقيل أثبت (ف الزهري) كان صاحب كتاب‬
« ‘Uqayl est le rapporteur le plus fiable de Zuhrī car il consignait ce qu’il entend de lui quand il lui
rend visite dans sa propriété à Ayla.» Ce ‘Uqayl lui-même a été attiré par l’Égypte puisqu’il y séjou-
rne jusqu’à sa mort.1095
Probablement, le seul homme de cet isnād, qui n’a pas connu l’Égypte est Zuhrī, lequel passe sa
vie entre le Ḥedjāz et le Shām.1096
Bien qu’Ibn Hishām soit de Bassora, pour revenir à la version A, il s’est installé définitivement en
Égypte1097, après qu’il ait appris le texte de Médine de Ziyād Ibn ‘Abd Allāh al-Bakkāī’ al-kūfī en
Iraq.1098 P. Crone estime qu’Ibn Hishām était au courant de l’existence d’une autre recension,
peut-être, celle d’Abū ‘Ubayd.1099
Rappelons-nous de cette information concernant Ibn Isḥāq, son maître indirect: « Abῡ Sa‘īd Ibn
Yῡnus1100 a dit : Il [Ibn Isḥāq] arrive en Alexandrie en 115/733.»1101 où il a entendu des traditions,
entre autres, de Yazīd b. Abī Ḥabīb (m. 128/745).1102

1089
Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXIII, pp. 354 sqq.
1090
Ibid., T. XXXI, p. 401.
1091
Ibid., T. XV, p. 98.
1092
En 113/731 Layth b. Sa‘d quitte l’Égypte pour se rendre à La Mecque où il apprend des ḥadīth directement d’Ibn
Shihāb Zuhrī, il visite également Baghdad. cf., Ibid., T. XXIV, p. 265 sq.
1093
Une ancienne ville musulmane à l’extrême sud-ouest de la Jordanie actuelle. cf., Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. I, p.
292. Yaqūt al-Ḥamawī nous renseigne:
“.‫ وبها قوم يذكرون أنهم من موالي عثمان بن عفّان‬...", « …Des gens y habitent prétendant qu’ils sont des affranchis de ‘Uthmān
Ibn ‘Affān. » Ibid.
1094
Al-Mizzī (Yūsuf), op.cit., T. XX, p. 244. al-Mizzī nous informe que ‘Uqayl, qui a rapporté aussi d’Ibn Isḥāq, était
policier à Médine, p. 245.
1095
Ibid., T. XX, p. 245.
1096
Ibid., T. XXVI, p. 420. cf., al-Sayūṭī (Jalāl al-dīn), Ḥusn al-muḥāḍara fi tārīkh miṣr wa al-qāhira, op. cit., T. I, pp. 265
sqq.
1097
Al-Sayūṭī (Jalāl al-dīn), Ibid., T. I, p. 531. Al-Ḏahabī (Muḥammad), Siyar a‘lām al-nubalā’, op. cit., T. X, p. 429.
1098
Ziyād Ibn ‘Abd Allāh al-Bakkāī’ n’a, visiblement, jamais visité l’Égypte. cf., al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. IX, p. 485.
1099
Crone (Patricia), Slaves on Horses : the evolution of Islamic polity, op. cit., p. 203. n. 16.
1100
Abῡ Sa‘īd est sans doute Bakr le fils de Yῡnus Ibn Bukayr. Il séjourne en Égypte et rapporte des Égyptiens, tels que
Layth Ibn Sa‘d et ‘Abd Allāh Ibn Luhay‘a. cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. IV, p. 232. Pour les biographies de Layth
(m. 175/791) et Ibn Luhay‘a (m. 164/780)., cf., al-Sayūṭī (Jalāl al-dīn), op. cit., T. I, p. 301.
1101
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. XXIV, p. 424. cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dᾱr al-Ḥadīth, op. cit., T. I, p. 111, p.
162.
1102
Il est considéré comme le précurseur du figh en Égypte. Il transmet, entre autres, de Sālim Ibn Abd Allāh Ibn
‘Umar, Nāfi‘ mawlā Abd Allāh Ibn ‘Umar, ‘Ikrima, ‘Aṭā’, notamment de ‘Urwa b. Zubayr., cf., al-Sayūṭī (Jalāl al-dīn),
op. cit., T. I, p. 299. Notons qu’il a transmis lui aussi d’Ibn Isḥāq. cf., al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., T. VII,
p. 47 sq.

154
Ce dernier personnage a bel et bien rapporté du fameux ‘Urwa Ibn Zubayr (m. 94/712)1103, le père
potentiel, à notre sens, de ce texte de Médine.1104Or, ‘Urwa a séjourné en Égypte pendant sept
ans et épousé une femme de la famille de Wa‘la al-Shaybānī.
al-Balāḏurī----Ibn Sa‘d-----al-Wāqidī----‘Abd al-Ḥamīd Ibn Ja‘far----de son père Ja‘far qui a dit :
1105 ‫ن‬
"...‫سني و تزوجت بها‬ ‫ أقمت بمرص سبع‬: ‫سمعت عروة بن الزبب يقول‬..."
« J’ai entendu ‘Urwa b. Zubayr dire : J’ai séjourné en Égypte durant sept ans et je me suis marié là-
bas… »
Les sources que nous avons pu consulter ne donnent aucune date de ce séjour ni les raisons sous-
jacentes de cette émigration. Ces sources, en revanche, passent sous silence l’implication éventu-
-elle de ‘Urwa dans la révolte de son frère ‘Abd Allāh (m. 73/692) contre le régime omeyyade.1106
Par ailleurs, un texte cité, entre autres, par Ibn ‘Asākir nous informe que ‘Urwa est parti à Bassora
afin de demander l’aide financière à Ibn ‘Abbās, gouverneur de la ville. Après avoir eu ce qu’il esp-
érait, il rejoint l’Égypte où il s’installe.1107
Nous ne pouvons nous fier à un texte pareil en sachant qu’Ibn ‘Abbās était gouverneur de
Bassora sous le règne de ‘Ali en 37/6571108 et que ‘Urwa est né le 23/643 ou le 29/649.1109 Il avait
à cette époque entre huit et quatorze ans, donc trop jeune pour qu’il prenne un tel risque.
Horovitz avance que ‘Urwa s’établit en Égypte quand son frère renonce à son allégeance à Yazīd
en se référant à un texte rapporté par al-Jumḥī. 1110 Or, le texte en question énonce en cette
période, au contraire, le retour de ‘Urwa à la Mecque :
1111
"...‫" لما خلع ابن الزبب يزيد بن معاوية و المنذر بن الزبب يومئذ بالبرصة و عروة بن الزبب بمرص شخصا إليه‬
« Quand [‘Abd Allāh] Ibn Zubayr renonce à son allégeance à l’égard de Yazīd Ibn Mu‘āwiya, al-Mu-
nḏir Ibn Zubayr se trouvait à Bassora et ‘Urwa Ibn Zubayr en Égypte. Toutefois, ils l’ont rejoint sans
tarder. »
Ce texte est pour le moins douteux, notamment si on le rapproche d’une autre information formu-
lée par son fils Hishām :
1112 ‫ن‬
".‫سني و عروة بن الزبب معه‬ ‫ أن عبد هللا بن الزبب أقام بمكة تسع‬..."

1103
Ibn ‘Asākir cite deux Égyptiens qui ont rapporté de ‘Urwa: Yazīd et un certain Bikr Ibn Sawāda (m. 128/745). Ibn
‘Asākir (‘Ali), op. cit., T. XL, p. 242. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. IV, p. 214. Al-Ḏahabī (Muḥammad), Ibid., T. IV, p.
422.
1104
À propos de ‘Urwa, Watt écrit : « La position traditionnelle de sa famille, qui n’avait pu manquer d’influencer sa
1104
version des faits, n’en avait pas moins dû être une position d’hostilité envers les Omeyyades. » cf., Mahomet,
op. cit., p. 212. Le linguiste Tha‘lab (m. 291/903) rapporte qu’un jour ‘Umar II, alors gouverneur de Médine, accuse
‘Urwa d’avoir abusé du nom de ‘Ᾱ’isha pour rendre son frère ‘Abd Allāh plus crédible. Voir, Tha‘lab (Aḥmad),
Majālis Tha‘lab, éd. Dār al-ma‘ārif, Le Caire, 1948, p. 15.
1105
Al-Balāḏurī (Aḥmad), op. cit., p. 305. cf., Ibn ‘Asākir (‘Ali), Ibid., T. XL, p. 242. Al-Ḏahabī (Muḥammad), Ibid., p.423.
Les savants ont divergé sur sa date de décès, cf., Al-Ḏahabī (Muḥammad), Ibid., p. 434.
1106
Al- Ya‘qūbī (Aḥmad), op. cit., T. II, pp. 170 sqq. Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. V, pp. 496 sqq.
1107
Ibn ‘Asākir (‘Ali), op. cit., T. XL, p. 272. Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., T. IV, p. 423.
1108
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VI, p. 338. Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 93.
1109
Ibn ‘Asākir (‘Ali), op. cit., p. 244. Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., p. 422.
1110
Horovitz (Josef), op. cit., p. 18. ‘Abd Allāh Ibn al-Zubayr se selève officiellement contre l’autorité omeyyade vers
l’année 63/682. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. V, pp. 482 sqq.
1111
Ibn Sallām al-Jumaḥī (Muḥammad), Ṭabaqāt al-shu‘arā’, éd. Dār al-Kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 2001, p. 65.
1112
Ibn ‘Asākir (‘Ali), op. cit., p. 273. voir la tradition suivante, p. 274.

155
« ‘Abd Allāh b. Zubayr est resté neuf ans à la Mecque [lors de sa révolte] et ‘Urwa b. Zubayr était
avec lui. »
Nous estimons que la deuxième phrase est plutôt une riposte à une polémique par rapport à la
position de ‘Urwa dans ce conflit qu’un simple renseignement.1113
Ce successeur a-t-il communiqué le Kitāb de Médine aux Égyptiens lors de son séjour mystérieux
en Égypte ?
Le fait de composer un long khabar à partir d’un ensemble de textes transmis par différents trans-
metteurs nous nous amène à supposer que cet isnād avancé par Abū ‘Ubayd, peut-être lui aussi
comp- osite. 1114Autrement dit, Layth b. Sa‘d pourrait avoir entendu le ḥadīth de ‘Uqayl Ibn Khālid
via al-Zuhrī. Il pourrait également l’avoir appris de Yazīd b. Abī Ḥabīb via ‘Urwa. Pour une raison ou
une autre, le transmetteur privilégie de mettre en avant un isnād plutôt qu’un autre. Pour cela,
nous avons proposé que l’ isnād n’est pas seulement le seuil d’un texte énoncé mais c’est un tex-
te à part entière.
C/ La version de Ḥumayd Ibn Zanjawayh (m. 251/865).

La version de Ḥumayd Ibn Zanjawayh, le disciple d’Abῡ ‘Ubayd. débute ainsi :1115
‫ن‬
: ‫حدثب عقيل (بن خالد) عن ابن شهاب أنه قال‬ ‫ن‬
‫حدثب الليث بن سعد‬ ‫ن‬
‫حدثب عبد هللا بن صالح‬ )‫ُحميد (ابن زنجويه‬
‫" ن‬
"...‫بلغب أن رسول هللا كتب بهذا الكتاب‬
Ḥumayd [Ibn Zanjawayh] ---Abd Allāh Ibn. ṣᾱliḥ---al-Layth Ibn Sa‘d---‘Uqayl Ibn Khālid----Ibn Shihāb
qui a dit : « Il m’a été transmis que le Messager a écrit ce "livre"…»
Bien qu’Ibn Zanjawayh(m. 251/865), dans son livre en question, rapporte de son maître Abῡ ‘Uba-
yd (m. 224/838) à foison, en l’occurrence des ḥadīth, nous constatons qu’il ne le cite pas dans l’is-
nād de la Ṣaḥīfa.1116 Ibn Zanjawayh, le transmetteur des livres d’Abū ‘Ubayd, 1117 a incontestable-
ment modelé son livre al-Amwāl sur celui de son maître.1118

En dépit de leur différence d’âge, vingt sept ans ou presque, le maître et son disciple rapportent la
Ṣaḥīfa de la même personne, à savoir l’Égyptien ‘Abd Allāh b. ṣᾱliḥ (m. 223/840). Ce cas de figure,
les experts du ḥadīth le nomment "al-isnād al-‘ālī", antithèse de "al-isnād al-nāzil", autrement dit
« l’isnād bref » et « l’isnād long ».1119
Le ḥadīth d’Ibn Zanjawayh comme celui d’Abῡ ‘Ubayd se terminent par une énigme. Ibn Shihāb
al-Zuhrī ne nous informe point de sa source. Il a agi de la sorte, peut-être, parce qu’il a obtenu
ce khabar de plusieurs maîtres. On peut supposer qu’il a oublié la source de cette information ; il

1113
Surtout après la chute des Omeyyades et le règne des Abbassides.
1114
Voir., G/ Texte composite, p. 67 de cette étude.
1115
Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, pp. 466-470., cf., T. IV, p. 331-332., où il l’a abrégé.
1116
Ibid., pp. 107. 163. 971 et passim.
1117
Al-Mizzī, op. cit., T. VII, p. 395.
1118
Al-Kettānī (Muḥammad), al-Risāla al-musta rafa li bayān mashhūr Kutub al-sunna al-musharrafa, éd. Dār al-
bashā’ir al-islāmiyya, Beyrouth, 1993, p. 47.
1119
Al-isnād al-‘ālī c’est d’avoir le moins de transmetteurs entre le transmetteur lui-même et le Prophète. cf., Ibn al-
Ṣalāḥ (‘Uthmān), op. cit., pp. 255 sqq. Voir, Dickinson (Eerik), op. cit., pp. 481 sqq. Pour la traduction de ces deux
types d’isnād nous avons suivi J. Sublet. Voir, Sublet (Jacqueline), Le voile du nom -Essai sur le nom propre arabe-,
op. cit., p. 124. n. 2.

156
est possible aussi qu’il ait occulté intentionnellement, pour une raison ou une autre, le nom de son
shaykh.
Il semble, au bout de compte, très probable que la génération de ‘Urwa ainsi que celle de Zuhrī
s’intéressait moins au sanad par rapport aux générations postérieures.1120
D/ La version d’Ibn Abī Khaythama (m. 279/892).

Après avoir cité le texte d’Ibn Isḥāq intégralement, Ibn Sayyid al-Nᾱs note : Le texte de Médine, a
été rapporté par Ibn Abī Khaythama avec un isnᾱd.
Ibn Abī Khaythama----Aḥmad Ibn Janāb Abū al-Walīd----‘Īsā Ibn Yūnus----Kathīr Ibn ‘Abd Allāh Ibn
‘Amr al-Muzanī---son père---son grand-père---le Messager a écrit un "livre" entre les muhājirūn et
les anṣār et il l’a cité pareillement.
‫ن‬
‫المزب‬ ‫ حدثنا أحمد بن جناب أبو الوليد حدثنا عيش بن يونس حدثنا كثب بن عبد هللا بن عمرو‬:‫ذكره ابن رأب خيثمة فأسنده‬
1121
. ‫ فذكره بنحوه‬،‫بي المهاجرين و األنصار‬ ‫عن أبيه عن جده أن رسول هللا كتب كتابا ن‬
Comme nous l’avons souligné ci-dessus, le texte de Médine est introuvable dans le grand livre de
l’histoire d’Ibn Abī Khaythama édité en 2004. En revanche, nous nous retrouvons avec un nouv-
eau isnād fourni par l’Égyptien Ibn Sayyid al-Nᾱs.
Outre le fils Kathīr, mal apprécié chez les savants du ḥadīth, qui rapporte de son père ‘Abd Allāh et
ainsi de son grand-père ‘Amr Ibn ‘Awf al-Muzanī, un compagnon peu connu, nous découvrons ‘Īsā
Ibn Yūnus.1122Ce dernier transmet d’Ibn Isḥāq,1123de Hishām Ibn ‘Urwa également.1124Il s’est même
retrouvé en compagnie d’Ibn Isḥāq chez al-A‘mesh (m. 147/764)1125 pour apprendre le ḥadīth.1126
Ibn Isḥāq ou Hishām via son père ‘Urwa ne sont, peut-être pas aussi loin qu’on puisse estimer.
En fin de compte, nous remarquons, dans cette version, et pour la première fois, la remontée de
l’isnād jusqu’à la génération des compagnons du Prophète. Cependant, ‘Amr al-Muzanī, le compa-
gnon en question n’est pas réputé. Des biographes tel qu’Ibn al-Athīr le placent dans la catégorie
d’al-bakkā’ūn, c’est-à-dire celle des nécessiteux qui ne possèdent rien pour pouvoir participer à la
bataille de Tabūk (9/630).1127 D’après Ibn Isḥāq ces bakkā’ūn sont tous des Médinois :
« Ils sont sept individus d’al-anṣār, entre autres, de Banī ‘Amr Ibn ‘Awf. »1128 ‫" وهم سبعة نفر من األنصار‬
1129
".‫وغبهم من نبب عمرو بن عوف‬

1120
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-tamhīd, op. cit., T. I, p. 4.
1121
Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 318-320. cf., Goto (Akira), op. cit., p. 3., Lecker (Michael), op.
cit., p. 201.
1122
Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. XII, pp. 472 sqq.
1123
Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), Ibid., p. 473. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXIII, p. 64.
1124
Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), Ibid. Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., p. 65.
1125
Al-Ḏahabī (Muḥammad), op. cit., T. VI, pp. 226 sqq.
1126
Al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., p. 474. Al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., p. 72.
1127
Ibn al-Athīr (‘Ali), Usd al-ghāba, op. cit., T. IV, p. 247.
Pour la bataille de Tabūk, cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. II, p. 893. éd. al-
Seqqā, op. cit., T. IV, p. 159.
1128
Nous reviendrons sur ce clan qui habite les alentours de Médine, et qui est cité dans le paragraphe 8, dans les
deux versions : Ibn Isḥāq/Ibn Hishām et Abῡ ‘Ubayd. Selon Ibn Isḥāq ce clan était installé à Qubā’. cf., éd. al-Seqqā,
Ibid., T. II, p. 121. Y. Ḥamawī confirme cette information et ajoute : « Qubā’ est le lieu d’habitation des Banū ‘Amr

157
Le Coran les décrit: « …Ils s’en retournèrent les yeux débordant de larmes, bien tristes de ne pou-
voir y subvenir. »1130
‘Amr al-Muzanī décède à Médine vers la fin du règne de Mu‘āwiya, conclut Ibn ‘Abd al-Bar après
une brève présentation consacrée à ce dernier.1131
E/ La version rapportée par al-Bayhaqī (m. 458/ 1065).

Dans la partie consacrée à la compensation pour le sang versé « al- ‘ᾱqila », al-Bayhaqī note le
texte de Médine sous l’isnād suivant :
‫أخبنا أبو عبد هللا الحافظ حدثنا أبو العباس دمحم بن يعقوب حدثنا أحمد بن عبد الجبارحدثنا يونس بن بكب عن ابن اسحاق‬‫" ر‬
‫ر‬
‫ أخذت من آل عمر بن الخطاب هذا الكتاب كان مقرونا بكتاب‬: ‫حدثب عثمان بن دمحم بن عثمان بن األخنس بن شيق قال‬ ‫ن‬
1132
"...‫الصدقة الذي كتب عمر للعمال‬
« Abῡ ‘Abdllah al-Ḥᾱfiẓ----Abῡ l-‘Abbᾱs Muḥammad Ibn Ya‘qῡb----Aḥmad Ibn ‘Abd al-Jabbᾱr----
Yῡnus Ibn Bukayr----Ibn Isḥᾱq----‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn ‘Uthmᾱn Ibn l-Akhnas Ibn Shurayq
a dit :
J’ai reçu cet écrit de la famille de ‘Umar Ibn al-Khaṭṭᾱb qui était associé au "livre" de l’aumône que
‘Umar a adressé aux gouverneurs… »
Ibn Taymiyya annonce le sanad, rapporté par al-Bayhaqī à partir de M. Ibn Isḥᾱq, tel un intitulé du
texte : « Ibn Isḥᾱq a dit : ‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn ‘Uthmᾱn Ibn al-Akhnas Ibn Sharīq nous a
informé…»1133
،‫ أخذت من آل عمر بن الخطاب هذا الكتاب‬: ‫ قال‬،‫حدثب عثمان بن دمحم بن عثمان بن األخنس بن رشيق‬ ‫ن‬ : ‫" قال ابن إسحاق‬
".‫كان مقرونا بكتاب الصدقة الذي كتب عمر للعمال‬
Quant à Ibn Qayyim al-Jawziyya, il copie le texte tel qu’il a été cité par son maître, néanmoins il
modifie légèrement le sanad : « Ibn Isḥᾱq a dit : ‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn al-Akhnas Ibn
Sharīq… »1134 Il omet le deuxième ‘Uthmān.
Alors que les versions A, B, et C sont égyptiennes, la version E est visiblement iranienne. Le chaî-

Ibn ‘Awf (un clan) d’al-anṣār…Elle est à deux miles de Médine… », Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. IV, p. 302, environ
3 km au sud de Médine.
En mettant en parallèle les deux textes, à savoir celui d’Ibn Isḥāq et de Y. al-Ḥamawī, nous serions tentés de con-
clure que le sens du terme al-anṣār aurait évolué. Dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām, l’expression "ghayrihim
‫ "غيرهم‬peut signifier que le groupe de ‘Amr Ibn ‘Awf, et bien qu’il soit allié au message du Prophète, ses membres
ne sont pas forcément des anṣār à moins que "‫ "بني عمرو بن عوف‬soit une épithète décalée du mot ‫األنصار‬, ce qui
est apparemment le cas.
1129
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Seqqā, Ibid., T. IV, p. 161. cf., Ibn Ḥabīb (Muḥammad), op. cit., p. 281 où il
rajoute un huitième, un certain Salama Ibn Sakhr.
1130
Berque (Jacques), op .cit., p. 210. Q IX, XCII.
1131
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-isti‘āb fi ma‘rifat al-aṣḥāb, éd. Dār al-a‘lām, op. cit., p. 500. Ibn al-Athīr (‘Ali), Usd al-
ghāba fi ma‘rifat al-ṣaḥāba, op. cit., p. 248. Al-Mizzī n’évoque pas la date de décès de ‘Amr, cf., op. cit., T.XXII, p.
174.
1132
Al-Bayhaqī (Aḥmad), op. cit., T.VIII, p. 106. Nous évoquerons ce livre de l’aumône plus tard. cf., Abū Yūsuf (Ya‘qūb),
op. cit., p. 76. Fagnan (Edmond), op. cit., p. 115.
1133
Ibn Taymiyya (Aḥmad), op. cit., pp. 129-132.
1134
Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), op. cit., pp. 1405-1407.

158
non essentiel de cet isnād est Yῡnus Ibn Bukayr al-Shaybᾱnī, qui a reçu la Sīra directement de Mu-
ḥammad Ibn Isḥᾱq à Ray.1135 Or, Ibn Isḥāq, comme nous l’avons déjà signalé, a vécu pour une
durée limitée à Ray, où il a enseigné la Sīra.1136
La deuxième chose intéressante dans la version de Bayhaqī, c’est que le personnage clé du sunn-
isme, à savoir ‘Umar Ibn al-Khaṭṭᾱb, prend part à la Ṣaḥīfa de Médine.
À ce propos, souvenons-nous de l’isnād avancé par Ibn ‘Abd al-Bar l’Andalou. Selon ce dernier,
Ibn Isḥāq rapporte la Ṣaḥīfa de Médine de ‘Āṣim Ibn ‘Umar [Ibn al-Khaṭāb] (m. 70/689)1137 et de
‘Abd Allāh Ibn Abī Bakr.1138
Nous avons déjà exposé le lien éventuel entre la Ṣaḥīfa et les Alides. Nous nous sommes aussi
posés la question si cette dernière n’a pas été inventée ultérieurement pour obstruer la voie à la
ṣaḥīfa sibylline de ‘Ali.
Nous trouvons dans cet isnād le deuxième calife qui lègue, lui aussi, ce document si important à
ses descendants. ‘Ali at sa postérité ne détiennent plus le monopole da la Ṣaḥīfa.
À ce propos, nous avons un autre isnād du texte de Médine ou plutôt des ses fragments atteignant
le Prophète et dont nous retrouvons Ibn Isḥāq.1139 Ibn Abī Shayba énonce :
« Ibn Abī Shayba ----Ibn Numayr ----Ibn Isḥᾱq -----‘Amr Ibn Shu‘ayb (m. 118/736)1140 ----son père ---
-son grand-père :
Le Prophète aurait dit : « la faveur d’une protection accordée à son prochain "yujīr" par le moindre
‫ن‬
des musulmans, crée un engagement respectable.» "‫المسلمي أدناهم‬ ‫" يجب عىل‬1141
Avec ce même isnād, le Messager aurait prohibé : « Le mu’min ne doit pas être vengé pour un
kāfir.»1142 "‫" ال ُيقتل مؤمن بكافر‬
Cette chaîne de transmission a suscité beaucoup de débats entre les experts du ḥadīth, à savoir
‘Amr Ibn Shu‘ayb ----son père ----son grand père. Il s’agit de ‘Amr Ibn Shu‘ayb Ibn Muḥammad Ibn
‘Abd Allāh Ibn ‘Amr Ibn al-‘Āṣ (m. 65/684).1143
La cause de la controverse est due au pronom affixe du grand-père ‫ ; جـده‬revient-il au successeur

1135
Al-Mizzī (Yūsuf),op. cit., T. XXXII, p. 497. Ibn al- Athīr a rapporté en substance la version de Yūnus, sans citer,
malheureusement le texte de Médine., cf., Ibn al- Athīr (‘Ali), Usd al-ghāba, op. cit., T. I, pp. 121-130.
1136
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op .cit., p. 553. Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. XXIV, p. 426.
1137
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., T. XIII, p. 524. ‘Urwa Ibn al-Zubayr rapporte de ce ‘Āṣim, Ibid., p. 520.
1138
Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), Al-Durar fi ikhtiṣᾱr al-maghᾱzī wa al-siyar, op. cit., p. 150. Un autre ‘Āṣim Ibn ‘Umar Ibn
Qatāda (m. 120/737) est cité par les biographes, toutefois nous estimons qu’Ibn ‘Abd al-Bar vise ‘Āṣim Ibn ‘Umar
Ibn al-Khaṭāb. Pour la biographie de ‘Āṣim Ibn ‘Umar Ibn Qatāda, cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XIII, p. 530.
Par ailleurs, ‘Abd Allāh, le deuxième personnage d’Ibn ‘Abd al-Bar, ne peut être le fils du premier calife, car ‘Abd
Allāh le fils de ce dernier est décédé avant son père en 11/632. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 20.
C’est sans doute ‘Abd Allāh Ibn Abī Bakr Ibn Muḥammad Ibn ‘Amr Ibn Ḥazm (135/752). cf., al-Mizzī (Yūsuf), Ibid.,
T. XIV, p. 349.
1139
Al-Mizzī atteste qu’Ibn Isḥāq a rapporté de ‘Amr Ibn Shu‘ayb. Ibid., T. XXII, p. 67.
1140
Al-Mizzī (Yūsuf), Ibid., p. 74.
1141 o
Ibn Abī Shayba (‘Abd-Allᾱh), op. cit., T. 12, p. 454. N 33956. cf., Version A, paragraphe 15.
1142 o
Ibid., T. 9, p. 293. N 27921. cf., Version A, paragraphe 14. Ibn Ḥanbal rapport avec le même isnād, à partir d’Ibn
Isḥāq, le ḥadīth assemblant les deux fragments. cf., Ibn Ḥanbal (Aḥmad), al-Musnad, annoté par Aḥmad M. Shākir,
o
éd. Dār al-ḥadīth, Le Caire, 1995, T. VI, p. 244. N 6692.
1143
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 90.

159
Muḥammad, le grand-père de ‘Amr, ou au compagnon ‘Abd Allāh1144, le grand-père de son père
Shu‘ayb ?1145
Cet isnād nous attire car ‘Abd Allāh Ibn ‘Amr était fier de posséder une ṣaḥīfa appelée al-ṣādiqa,
la véridique.1146Elle contient les ḥadīth que ‘Abd Allāh ait entendu directement du Prophète et
que ce dernier l’ait autorisé, semble-t-il, à les consigner. 1147
Il y a lieu de remarquer, si nous suivons cette optique vis-à-vis de la chaîne des garants, que le syn-
crétisme «‫ » التلفيق‬1148à l’égard de l’isnād aura, sans doute, un effet néfaste sur le matn original.
Par le biais de l’injection de l’isnād, qui n’est pas neutre pour le moins, nous favorisons la transp-
lantation contrainte d’un texte extérieur appartenant à une catégorie de version distincte et un
contexte textuel différent.1149
Rappelons-nous que Gil suppose que l’isnād manquant dans la version Ibn Isḥāq/ Ibn Hishām est
celui de Ibn Abī Khaythama, à savoir : Aḥmad Ibn Janᾱb Abῡ al-Walīd -----‘Aīsᾱ Ibn Yῡnus -----Kathīr
Ibn ‘Abd Allᾱh Ibn ‘Amr al-Muzanī ---son père ‘Abd Allᾱh --son grand-père ‘Amr--le Prophète,1150et
que Lecker, bien qu’il désapprouve l’opinion de Gil, place l’isnᾱd de ‘Uthmᾱn Ibn Muḥammad Ibn
‘Uthmᾱn Ibn al-Akhnas Ibn Sharīq en tête du texte d’Ibn Isḥᾱq.1151
Alors que le texte d’Ibn Abī Khaythama est introuvable, le texte de Bayhaqī est cité sommairement
et dans un contexte complètement juridique, en l’occurrence la responsabilité de la grande famille
‫ العاقلـة‬par rapport à la compensation du sang.
Nous ne sommes pas sûrs que le texte de médine a vraiment été rapporté, dans sa totalité, par M.
Ibn Isḥāq via ‘Uthmān. L’ambition de justifier les opinions juridiques controversée par des ḥadīth
"authentiques", remontant juqu’au Prophète, a, peut-être, poussé les savants à emprunter l’isnād
en question pour l’intégralité du texte de Médine.
C’est vraisemblablement ce qu’a fait Ibn Taymiyya dans son volumineux livre : al-ṣārim al-maslūl
‘alā shātim al-rasūl, lequel est centré, au cours de ses mille pages, sur la peine infligée à celui qui
insulte le prophète. 1152

1144
C’est un des quatre ‘abādila, à savoir ‘Abd Allāh Ibn ‘Abbās, ‘Abd Allāh Ibn ‘Umar, ‘Abd Allāh Ibn Zubayr et‘Abd
Allāh Ibn ‘Amr Ibn al-‘Āṣ en question .cf., Ibn al-Ṣalāḥ (‘Uthmān), op. cit., p. 296.
1145
Ibn al-Ṣalāḥ (‘Uthmān), Ibid., p. 315. Ibn Kathīr (Ismā‘īl), al-Bā‘ith al-ḥathīth sharḥ ikhtiṣār ‘ulūm al-ḥadīth, op. cit.,
pp. 552 sqq.
1146
Nous étudions plus tard ces ṣaḥīfa qui existaient parallèlement avec la Ṣaḥīfa de Médine, lors de notre analyse des
termes principaux de cette dernière. cf., Goldziher (Ignaz), Études sur la tradition islamique - extraites du Tome II
des Muhammedanische studien-, trad. Léon Bercher, éd. Librairie d’Amérique et d’Orient, Paris, 1984, p. 10 sq où il
cite ces ṣaḥīfa brièvement.
1147
Ibn Sa‘d (Muḥamad), op. cit., T. V, p. 83.
1148
Pour l’évolution du terme syncrétisme et son passage dans le vocabulaire de l’histoire des religions, voir, Meslin
(Michel), L’expérience humaine du divin- Fondements d’une anthropologie religieuse-, éd. du Cerf, Paris, 1988, p.
245 sq.
1149
Nous aurons l’occasion de rediscuter cette idée lors de l’étude des variantes dans le matn.
1150
Gil (Moshe), op. cit., p. 47., cf., Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit, T. I, p. 320.
1151 o
Lecker (Michael), op. cit., pp. 7 sqq., cf., al-Bayhaqī (Aḥmad), op. cit., T. 8, p. 106. (version E et la Figure N 6).
1152
Pour ce titre, nous proposons la traduction suivante : « Dégainé son épée contre l’insultant du Messager ».

160
Ce livre a été écrit à cause de la fameuse affaire de ‘Assāf al-Naṣrānī1153qui a apparemment insulté
publiquement le Prophète.1154Vu son insistance sur le châtiment du coupable, Ibn Taymiyya finit
par être puni par l’adjoint de l’émir. Discutant cette problématique avec ferveur, il arrive à un ḥa-
dīth annonçant l’agrément du Prophète quant à l’assassinat d’une juive qui ne cessait de l’insulter.
Le sens dégagé de ce khabar est peut être controversé ; la femme en question est probablement
une ennemie et non pas une dhimmie, de ce fait l’approbation prophétique vise une catégorie
spécifique. À ce moment-là, Ibn Taymiyya réplique en citant le texte de Médine afin de prouver
que tous les juifs de Médine, et par analogie tout les autres dhimmis juifs, sont concernés par cet
accord.
En cette toile de fond de cette œuvre, le texte de Médine est cité telle une preuve juridique, à sa-
voir que toute personne offensant le Prophète est passible de la peine de mort même s’il est atta-
ché à la communauté musulmane par un pacte. Son disciple Ibn Qayyim al-Jawziyya le suit inté-
gralement dans son livre1155 qui se préoccupe entièrement des dhimmis. 1156

Curieusement, la Ṣaḥīfa de Médine ne contient aucune date, ni aucun nom d’un scribe ou d’un té-
moin comme c’était le cas des traités et des lettres à l’époque du Prophète et ses califes.1157
Une façon de faire qui a dû servir de modèle pour les colophons des manuscrits, affirme Şeşen.1158
Bien qu’elle n’ait pas été conservée,1159Serjeant est persuadé que la copie originale de la Ṣaḥīfa de
Médine a été signée par les adhérents concernés.1160
1153
Pour l’affaire de ‘Assāf al-Naṣrānī qui a eu lieu en 693/1293, alors qu’Ibn Taymiyya avait à peine trente deux ans,
cf., Ibn Kathīr (Ismā‘īl), al-bidāya wa al-nihāya, op. cit., T. XVII, p. 665 sq.
1154
Ibn Taymiyya(Aḥmad), op. cit., p. 8.
1155
Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), op. cit., pp. 1405-1407.
1156
Bashīr Jmayyel utilise ce terme pour désigner les minorités non-musulmanes. Ce vocable a été repris et exploité
largement par Bat Ye’or. Elle affirme: « Je suis redevable à Bashīr Jmayyel du terme dhimmitude, qu’il invente
e
pour définir une condition historique.» cf., Ye’or(Bat), Les chrétientés d’Orient entre Jihad et Dhimmitude – VII -
e
XX siècle–, éd. du Cerf, Paris, 1991, p. 14.
Elle introduit ce concept dans le discours occidental à partir de son article : « Terres arabes, terres de dhimmi-
tude» en 1983. cf., http://www.dhimmitude.org/archive/bat_yeor_ terres_arabes_terres_dhimmitude_1983_1.
pdf. Dans une interview accordée au journaliste Véronique chemla, elle atteste :
« Je discutais souvent de la dhimmitude avec mes amis chrétiens libanais proches de Bashīr Jmayyel. Nous cher-
chons un mot pour définir cette situation particulière, et le terme forgé dhimmitude me paraît le meilleur, mais
j’hésite à l’utiliser. C’est seulement quand Bashīr Jmayyel le mentionne dans son dernier discours précédant son
son assassinat, que j’ai eu le courage de l’utiliser à mon tour dans le sens d’une condition existentielle déterminée
par la théologie, la juridiction et l’histoire des pays islamisés. Je pensais que désormais les chrétiens l’accepteraient
Hélas, je me trompais ; seule une très petite minorité l’adopta et ce mot aggrava l’ostracisme qui me frappait. »
cf., Interview de Chemla (Véronique), le12/05/2012. http://www.veroniquechemla. Info/2010/01/ interview-de-
bat-yeor-sur-la-dimmitude.htm.
Notons, par ailleurs, que le vocable dhimmi a été utilisé, entre autres, par Blachère. Voir, Blachère (Régis), Tradu-
ction du Coran, op. cit., p. 216. n. 29.
1157
Şeşen (Ramazan), « Esquisse d’une histoire du développement des colophons dans les manuscrits musulmans »,
publié dans Scribes et manuscrits du Moyen-Orient, sous la direction de François Déroche & Francis Richard, éd.
Bibliothèque nationale de France, Paris, 1997, p. 191.
1158
Ibid.
1159
Lecker (Michael), op. cit., p. IX.
1160
Sergeant (R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p. 10.

161
Selon la tradition donc, le fait de mentionner les nom des témoins et indiquer le nom de scribe est
un fait reconnu en cette époque.

162
III. I. II. III. Le colophon des ṣaḥīfa.

Signalons d’emblée que cette liste qui suit est loin d’être exhaustive, nous nous contentons de que -

lques exemples :

I/ ṣaḥīfa avec un scribe douteux :

Quraysh a consigné son boycott vis-à-vis des Banū Hāshim et Banū al-Muṭṭalib dans une ṣaḥīfa
écri-te par un certain Manṣūr Ibn ‘Ikrima al-‘Abdarā ou Baghīḍ Ibn ‘Āmir selon al-Kalbī.1161
Toutefois, le narrateur s’intéresse au nom du scribe, semble-t-il, juste pour nous informer rapide-
ment qu’il a été affecté d’une paralysie au niveau de la main, tel un châtiment divin.1162
Ibn Sa‘d nous informe :
".‫ فـشـلت يده‬،‫" و كان الذي كتب الصحيفة منصور بن عكرمة العبدرى‬
Cette ṣaḥīfa a été accrochée à la Ka‘ba pendant trois ans, disent les uns, posée sur la main de
Ṭu‘ayma Ibn ‘Uday ou sur la main de Um Abī Jahl, disent les autres.1163 Al-Balāḏurī rapporte :
1164 ‫ن‬
".‫ ولكنها كانت موضوعة عىل يد طعيمة بن عدي ويقال عىل يد أم رأب جهل‬،‫" و يقال إن الصحيفة لم تكن ف الكعبة‬

II/ ṣaḥīfa avec plusieurs témoins et un scribe controversé :

Quant à la trêve de Ḥudaybiya (6/627), nous trouvons, selon Ibn Sa‘d, neuf témoins de cet écrit, à
savoir Abū Bakr, ‘Umar Ibn al-Khaṭāb, ‘Abd al-Raḥmān Ibn ‘Awf, Sa‘d Ibn Abī Waqqāṣ, ‘Uthmān Ibn
‘Affān, Abū ‘Ubayda Ibn al-Jarrāḥ, Muḥammad Ibn Meslama, Ḥuwayṭib Ibn ‘Abd al-‘Uzzā et Mikraz
Ibn Ḥafṣ Ibn al-‘Akhyaf.1165 ‘Ali était le scribe de cette ṣaḥīfa, cite Ibn Sa‘d timidement :
« Et ‘Ali a écrit l’en-tête de ce "livre". »1166 ".‫" وكتب عىل صدر هذا الكتاب‬
Ibn Isḥāq via Zuhrī rapporte clairement : « …Et le Prophète appelle ‘Ali et lui commande :
Écris… »1167 A la fin de ce kitāb, il cite ‘Ali parmi les témoins: « …‘Ali Ibn Abī Ṭālib. Le présent a été
écrit par (blanc). Il (‘Ali) était (aussi) le scribe de cette ṣaḥīfa. »1168
".‫ و كان هو كاتب الصحيفة‬،‫و عىل بن رأب طالب و كتب‬... "
On trouve habituellement l’expression « Écrit par (blanc)1169 ‫ » و كتب‬à la fin des lettres d’antan,
cependant nous constatons l’ajout de la phrase : Il (‘Ali) était (aussi) le scribe de cette ṣaḥīfa.
Qui est l’auteur de cet ajout : "‫? " وكان (عىل) هو كاتب الصحيفة‬
1161
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 178. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Seqqā, op. cit., T. I, p. 376. Al-
Balāḏurī (Aḥmad), Ansāb al-ashrāf, op. cit., T. I, p. 235.
Cette ṣaḥīfa de boycott a été rédigée vers la septième année après la révélation vers 618 de l’ère chrétienne.
cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., p. 179.
1162
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., p. 178. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Ibid., T. I, p. 376.
1163
al-Balāḏurī (Aḥmad), op. cit., T. I, p. 234 sq.
1164
Ibid., p. 235.
1165
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. II, p. 94. cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Ibid., T. III, p. 333.
1166
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid.
1167
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Ibid., T. III, p. 331.
1168
Ibid., III, p. 333.
1169
E. Fagnan traduit cette locution par : Le présent a été écrit par (blanc) ou simplement par : Écrit par (blanc). cf.,
Fagnan (Edmond), op. cit., p. 110 sq, par exemple.

163
Sauf si, bien que ça soit moins probable, il ne s’agit pas de la formule usuelle mais en toute simp-
licité du verbe écrire ‫كـتـب‬, autrement dit : « il a écrit : Il (‘Ali) était (aussi) le scribe de cette ṣaḥī-
fa. » Peut-être, Ibn Isḥāq a reçu de Zuhrī cette tradition, ou plus ou moins cette partie de cette
dernière, d’une manière écrite1170; il se peut également que cet additif ait été inséré postérieur-
ment.
Curieusement, ‘Abd al-Razzāq relate l’histoire de Ḥudaybiya de son maître Ma‘mar qui la tient de
Zuhrī dans treize pages sans pour autant citer le nom d’aucun écrivain.1171
A propos de ce passage, al-Suhaylī, dans sa glose, a pris le soin de citer vingt trois personnes qui
ont déjà écrit pour le Prophète, notamment Abū Bakr, ‘Umar, ‘Uthmān et Mu‘āwiya.1172 En ce qui
concerne ce dernier, il ajoute :
«Après l’année de la conquête de la Mecque (8/629), Mu‘āwiya b. Abī Sufyān a écrit, maintes fois,
pour lui [le Prophète].»
1173
".‫" و كتب له كثبا معاوية بن رأب سفيان بعد عام الفتح‬
Apparemment, le nom du scribe de cette ṣaḥīfa est devenu un enjeu politique. ‘Abd al-Razzᾱq de
Sanaa rapporte de Ma‘mar : « J’ai demandé à Zuhrī : qui est le scribe de Ḥudaybiya ? Il a souri et il
m’a répondu : C’est ‘Ali Ibn Abī Ṭālib. Si tu demandes à ces gens-là, c’est-à-dire les Omeyyades, ils
te répondraient : C’est ‘Uthmān.
‫ هو عىل بن رأب طالب و‬: ‫ سألت عنه الزهري (أي عن كاتب كتاب الحديبية) فضحك و قال‬: ‫ قال‬:‫أخبنا معمر‬ ‫ ر‬:‫عبد الرزاق قال‬
1174 ‫ن‬ ‫ن‬
.‫ يعب بب أمية‬،‫ عثمان‬: ‫ قالوا‬،‫لو سألت عنه هؤالء‬

III/ ṣaḥīfa avec une longue histoire, plusieurs témoins et un scribe :

Nous estimons que s’il y a une ṣaḥīfa qui peut rivaliser celle de Médine, ça serait le kitāb de Nej-
rān.
Le Prophète aurait envoyé à Najrān son compagnon ‘Amr Ibn Ḥazm avec un "livre" qui contient :
Des directives en ce qui concerne l’impôt foncier « al-kharāj » sur tous les produits de la terre, sur
toute somme d’or ou d’argent ainsi qu’aux esclaves.1175
1176 ‫ن‬ ‫ن‬
"...‫النب رسول هللا ألهل نجران ف كل ثمرة وف كل صفراء وبيضاء و رقيق‬
‫هذا ما كتب دمحم ر‬... "
Les gens de Najrān doivent également subvenir aux besoins des messagers du Prophète durant
vingt jours au maximum.1177
‫بي ر‬
" 1178"...‫عشين يوما فما دون ذلك‬ ‫" وعىل نجران مؤنة رسىل و متعتهم ما ن‬

1170
Al-Zuhrī tolère cette manière de transmission dont le transmetteur se base sur un support écrit. cf., al-Ḥākim al-
Naysabūrī (Muḥammad), Ma‘rifat ‘ulūm al-ḥadīth, op. cit., p. 710 sq.
1171 o
Al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), op. cit., T. V, pp. 330-342. N 9721 . Voir, Görke (Andreas), «The Historical tradition
about al-Ḥudaybiya -a study of ‘Urwa b. Zubayr’s account-», op. cit., pp. 240 sqq.
1172
Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. IV, p. 51.
1173
Ibid. Pour la conquête de la Mecque, cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. éd. al-Seqqā, op. cit., T. IV, pp. 48 sqq.
1174 o
Al-Ṣan‘ᾱnī (‘Abd al-Razzᾱq), op. cit., T. V, p. 343. N 9722.
1175
Fagnan (Edmond), op. cit., p. 108.
1176
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 72. Fagnan (Edmond), Ibid.
1177
E. Fagnan l’a traduit ainsi : « Najrān devra approvisionner et fournir mes envoyés pendant une période d’une
vingtaine de jours ou moins. », Ibid., p. 109.
1178
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 72. Fagnan (Edmond), Ibid.

164
‫و ب َـيـعهم وكل ما تحت أيديهم‬...‫النب رسول هللا عىل أموالهم وأنفسهم وأرضهم و ملتهم‬‫"ولنجران وحاشيتها جوارهللا وذمة دمحم ر‬
‫و من سأل مـنـهـم‬...‫من قليل أو كثب؛ ال يغب أسقف من أسقفيته وال راهب من رهبانيته و ال كاهن من كهانته وليس عليه دنية‬
1179 ‫ن‬
"...‫مظلومي‬ ‫ن‬
‫ظالمي وال‬ ‫حقا فبينهم النصف غب‬
« (En contrepartie) Najrān et sa périphérie jouiront de la sûreté d’Allāh et de son Prophète et
Messager pour leur bien, leur personne, leur terre et leur religion…ainsi que leur temple et tout
ce qu’ils peuvent posséder ; nul évêque, moine ou prêtre ne verra changer son état. En aucune
manière, ils ne seront assujettis… nulle armée ne foulera leur territoire. Justice sera rendue à qui
la demand-dera, sans avantage ni injustice pour personne…»1180
‫ن‬
.‫"شهد (عىل ما ف هذا الكتاب) أبو سفيان بن حرب و غيالن بن عمرو و مالك بن عوف و األقرع بن حابس و المغبة بن شعبة‬
1181
".‫و كتب لهم هذا الكتاب عبد هللا بن رأب بكر‬
« Ont comparu comme témoins Abū Sufyān Ibn Ḥarb, Ghaylān Ibn ‘Amr, Mālik Ibn ‘Awf, al-Aqra‘
Ibn Ḥābis et al-Mughīra Ibn Shu‘ba. Le présent acte a été écrit par ‘Abd Allāh Ibn Abū Bakr. »1182
À l’époque du califat Abū Bakr, les Najrāniens reviennnent. Ce dernier leur délivre un autre écrit
certifiant celui du Prophète avec des nouveaux témoins, à savoir al-Mustawrid b. ‘Umar, ‘Amr cli-
ent d’Abū Bakr, Rāshid Ibn Ḥuḏayfa et al-Mughīra Ibn Shu‘ba.1183
‘Umar Ibn al-Khaṭṭāb les a éloignés du Najrān de Yémen1184 et les a installés au Najrān d’Iraq.1185 Il
écrit à leur égard un autre acte qui prend en considération leur nouveau statut. Pour compenser
leur terre perdue, il leur fait remise de la jizya pendant deux ans à partir de leur arrivée en Iraq.
C’est ‘Uthmān Ibn ‘Affān et un certain Mu‘īqīb qui atteste cette ṣaḥīfa.1186
Parce qu’Ils étaient maltraités en Iraq, ils viennent se plaindre au nouveau calife ‘Uthmān. Celui-ci
écrit à leur sujet à son gouverneur al-Walīd Ibn ‘Uqba afin d’alléger leur capitation. Ce document
qui nous fournit le nom du scribe, à savoir Ḥamrān Ibn Abān, nous informe aussi de sa date, c’est-
à-dire la mi cha‘bān1187 de l’année 27/647.1188
Quand ‘Ali Ibn Abī Ṭālib s’installe en Iraq en tant que calife, l’évêque de Najrān, en tenant dans sa
main la première ṣaḥīfa de Najrān soigneusement renfermée dans une peau rouge, interpelle ‘Ali :
« Je vous conjure de nous laisser rejoindre notre pays. »
Le calife refuse sa demande ; cependant il exige des musulmans une conduite juste à leur égard.
Cet écrit a été rédigé par un certain ‘Abd Allāh Ibn Abī Rāfi‘ le 10 jumādā II1189 de l’année 37/
657.1190

1179
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), Ibid. Fagnan (Edmond), Ibid.
1180
En dépit de quelque légère modification, nous nous sommes basés sur Edmond Fagnan pour traduire ce texte,
Ibid., p. 109.
1181
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 73.
1182
Fagnan (Edmond), op. cit., p. 109 sq. ‘Abd Allāh (m.11/632) est probablement le fils de Abū Bakr al-Ṣidīq. cf., Ibn
Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 20.
1183
Edmond Fagnan, Ibid., p. 110. Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 73.
1184
Al-Ḥamawī (Yaqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. V, p. 266.
1185
Ibid., p. 269.
1186
Edmond Fagnan, op.cit., pp. 110-111. cf., Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., pp. 73-74.
1187
Le huitième mois de l’année de l’hégire.
1188
Edmond Fagnan, Ibid., p. 112. Abū Yūsuf (Ya‘qūb), Ibid., pp. 74. Signalons que les délégués de Najrān se sont
manifestés quatre ans ou presque, après le couronnement de ‘Uthmān en 24/644. cf., al-Ṭabarī (Mḥammad), op.
cit., T. IV, p. 242.

165
D’après la tradition, le Prophète dépêche plusieurs émissaires vers Najrān, dont ‘Ali Ibn Abī Ṭā-
lib,1191 Khālid Ibn al-Walīd1192et ‘Amr Ibn Ḥazm.1193 Vraisemblablement, l’Arabie méridionale a
attiré l’attention du Prophète dès l’époque de la première émigration vers l’Abyssinie, cinq ans
après le début de la Révélation. 1194
Ce dernier émissaire cité ci-dessus a été Visiblement envoyé à plusieurs cités de Yémen. Abū Yūsuf
laisse apparaître ceci : « Il (le Prophète) leur (Najrān) envoya, à eux et à d’autres (cités) ‘Amr
Ibn Ḥazm. » 1195
"...‫" و بعث إليهم (إىل نجران) عمرو بن حزم و إىل غبهم‬
ُ
De ce fait, il apporte au Yémen plusieurs lettres « ‫ » كتب‬qui s’adressent aux Yémenites convertis
à l’islam ainsi qu’aux dhimmis, en l’occurrence le peuple de Najrān. Parmi ces « livres », le "livre"
de l’aumône rapporté, entres autres, par Abū ‘Ubayd et son disciple Ibn Zanjawayh, que nous
évoqu- erons ci-dessous. Lorsqu’Abū Yūsuf annonce :
‫ن‬
".‫حي بعثه إىل نجران‬ ‫النب كتب لعمرو بن حزم‬ ‫ن‬
‫فحدثب دمحم بن إسحاق أن ر‬ "
« Je tiens de Muḥammad Ibn Isḥāq que le Prophète écrivit à ‘Amr Ibn Ḥazm qu’il députait ainsi à
Najrān.»1196Il vise, manifestement, les Yéménites convertis. Or, ce petit texte attribué à Ibn Isḥāq
contient deux commandements qui concernent les muslmūn uniquement, à savoir l’aumône et le
quint sur le butin.1197 Le "livre" de Najrān qu’il cite juste après ne comporte en outre aucun isn-
ād.1198
La Sīra d’Ibn Hishām évoque le "livre" de ‘Amr sans pour autant faire aucune allusion au pacte
de Najrān.1199 Or, le kitāb en question cité dans la Sīra est certainement destiné aux convertis.1200
Cela dit, il se peut qu’Ibn Isḥāq ait transmis ce kitāb de Najrān, mais il ne nous est pas parvenu. Il
se peut qu’Abû Yusuf ait détenu les deux textes, et qu’il les a peut-être amalgamés dans son livre
al-Kharāj.

1189
Le sixième mois de l’année de l’hégire.
1190
Edmond Fagnan, Ibid., pp. 112-113. Abū Yūsuf (Ya‘qūb), Ibid., p. 74. ‘Ali règne entre 35/40-655 /660. cf., al-Ṭabarī
(Muḥammad), Ibid., T. V, p. 152.
1191
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., éd. al-Seqqā, T. IV, p. 249.
1192
Ibid., p. 239.
1193
Ibid., p. 241.
1194
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 173.
1195
Fagnan (Edmond), op. cit., p. 107. Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 72.
1196
Fagnan (Edmond), Ibid., p. 108. Abū Yūsuf (Ya‘qūb), Ibid.
1197
Selon la Sīrat d’Ibn Hishām, le Prophète décède juste après l’envoi de ‘Amr. cf., éd. al-Seqqā, op. cit., T. IV, p. 241.
Désormais, les non-musulmans ne participent plus aux batailles et de ce fait, ils n’avaient plus le droit aux butins,
comme c’était le cas au début de l’hégire, selon une tradition rapportée par Zuhrī. cf., Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-
Qᾱsim), op. cit., p. 294.
1198
Fagnan (Edmond), op. cit., Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit.
1199
Et pourtant la Sīra d’Ibn Hishām n’a pas oublié de relater l’histoire du groupe de Najrān, qui a discuté longuement
avec le Prophète sur, entre autres, la nature de Jésus de Nazareth. cf., éd. al-Seqqā, op. cit., T. II, pp. 222-233.
La Sīra d’Ibn Hishām a également pris le soin de narrer l’histoire de l’envoi de Mu‘ād Ibn Jabal au Yémen, ainsi que
la mission de Khālid Ibn al-Walīd à Najrān et les deux messages échangés entre ce dernier et le Prophète, juste
avant le livre de ‘Amr Ibn Ḥazm cité ci-dessus. cf., Ibid., T. IV, p. 237 et p. 239-241 respectivement.
1200
Ibn Hishām (Muḥammad), Ibid., T. IV, pp. 241-243.

166
En revanche, Ibn Sa‘d rapporte les kutub que le Prophète aurait envoyés aux rois et aux différentes
tribus, y compris celui destiné à Najrān, en se servant d’un isnād composite.1201
Son contemporain Abū ‘Ubayd place le "livre" de Najrān en tête des livres écrits par le Prophète
et ses compagnons.
Il le cite en deux versions avec quelques variantes et deux isnād différents. Le premier est transmis
par Abū al-Malīḥ al-Huḏalī1202alors que le second est rapporté par ‘Urwa Ibn al-Zubayr.1203
Contrairement à Abū Yūsuf, la partie concernant ‘Ali dans le "livre" de Najrān chez Abū ‘Ubayd et
Ibn Zanjawayh est omise.1204
Soulignons qu’Abū ‘Ubayd, pour revenir à notre Ṣaḥīfa de Médine, place celle-ci à la fin des kutub
comportant des pactes conclus entre le Prophète et les différentes parties.1205Précisons aussi pour
conclure que le nom de ‘Urwa Ibn al-Zubayr revient sans cesse dans la plupart de ces ṣuḥuf.1206

IV/ ṣaḥīfa à nu :

Par ailleurs, nous avons également une catégorie de "livre" écrite éventuellement à l’époque du
Prophète sans aucune indication de témoignage ni de nom de scribe. Nous avons évoqué ci-dessus
le "livre" de l’aumône qui se trouvait chez la famille de ‘Umar, et que ce calife aurait écrit et
adressé à ses gouverneurs.1207 Ce kitāb de ‘Umar s’est probablement basé sur le "livre" de l’aum-
ône que la tradition attribue au Prophète.1208

Cependant, Abū ‘Ubayd, suivi par Ibn Zanjawayh, rapportent que le calife ‘Umar Ibn ‘Abd al-‘Azīz
demande aux Médinois les deux kutub, à savoir le "livre" de l’aumône du Prophète ainsi que le
"livre" de ‘Umar I. Le premier était chez la famille de ‘Amr Ibn Ḥazm1209 et le deuxième chez les
descendants de ‘Umar I, dit la tradition.1210
Abū ‘Ubayd cite une tradition d’un certain Muḥammad b .‘Abd al-Raḥmān : « Le "livre" de l’aum-
ône du Prophète et le "livre" de l’aumône de ‘Umar comportent… » 1211
Les deux « livres » ont pris, peut-être, la forme d’un seul kitāb à l’époque de ‘Umar II.1212
Tout juste après, il rapporte un autre ḥadīth de Sālim le fils d’Ibn ‘Umar : « Le "livre" de l’aumône
du Prophète qui était chez la famille de ‘Umar comporte… »1213

1201
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 249. Voir, p. 222.
1202
Pour la biographie de ce successeur décédé vers 98/716, cf., al-Mizzī (Yūsuf), op. cit., T. XXXIV, pp. 316 sqq.
1203
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., pp. 280 sqq. Ibn Zanjawayh suit son maître à la letter. cf., Ibn Zanjawayh
(Ḥamīd), op. cit., pp. 449 sqq.
1204
Ibid., p. 282. Ibid., p. 451.
1205
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 291.
1206
Ibid., pp. 280 sqq.
1207
cf., à la version d’al-Bayhaqī [version E, figure 6] dans cette étude.
1208
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 458.
1209
Pour la partie qui concerne l’aumône dans la ṣaḥīfa de ‘Amr Ibn Ḥazm, cf., Ibid., p. 459. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd),
op. cit., T. X, p. 838.
Voir la biographie de ce compagnon médinois dans Ibn Sa‘d, op. cit., T. V, pp. 317-318.
1210
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 456. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., T. IX, p. 800.
1211
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 486.
1212
‘Umar Ibn ‘Abd al-‘Azīz Ibn Marwān Ibn al-Ḥakam règne entre 99-101/717-719, cf., Tārīkh al-Ya‘qūbī, op. cit., T. II,
pp. 226 sqq.

167
Abū Yūsuf, le grand disciple d’Abū Ḥanīfa, rapporte de Zuhrī-----de Sālim fils de‘Abd Allāh Ibn ‘Um-
ar--de ‘Abd Allāh Ibn ‘Umar1214: « Le Prophète aurait écrit un "livre" d’aumône qu’il l’a attaché à
son épée ou à son testament (doute d’un narrateur). Il ne l’a pas divulgué jusqu’à[le jour de] sa
mort. Après son décès, Abū Bakr ainsi que ‘Umar l’ont mis en application. »
‫ فلم يخرجه ر‬،‫"أن رسول هللا كتب كتابا نف الصدقة فقرنه بسيفه أو قال بوصيته‬
‫ فعمل به‬،‫حب قبض صىل هللا عليه و سلم‬
1215
"...‫أبو بكر ثم عمر‬
« Il ne l’a pas divulgué jusqu’à sa mort » : cette phrase rend le texte équivoque, voire obscur.
Comment se fait-il qu’un "livre" de cette grande envergure reste à l’ombre jusqu’au décès du
Proph- ète ?
Qui l’a dévoilé, le Prophète lui-même ou une autre personne ? Le texte reste muet là-dessus. Ibn
Hishām nous a rapporté d’autres "livres" sans témoins ni scribe, tels que le "livre" que le Prophète
aurait écrit pour Yuḥanna Ibn Ru’ba,1216 lors de la bataille de Tabūk, le "livre" adressé aux rois de
Ḥimyar, et les "livres" que le Prophète et Musaylima Ibn Ḥabīb, appelé dans la littérature
islamique Musaylima al-Kaḏāb, auraient échangés, pour ne citer que ces exemples.1217
Visiblement, la Ṣaḥīfa de Médine, du moins le texte qui nous est parvenu, appartient à cette caté-
gorie qui ne comporte aucun scribe ni aucun témoin, c’est sans doute le cas de la plupart des dou-
ze "livres" cités par Abū ‘Ubayd.1218
Par ailleurs, nous estimons que ce témoignage, dans plusieurs cas, vise à mettre plus en valeur les
personnages qui se présentent comme garants que l’écrit lui-même. A l’égard de la ṣaḥīfa adre-
ssée aux muslimūn de Thaqīf, nous nous retrouvons avec trois témoins, à savoir ‘Ali et ses deux fils
Ḥasan et Ḥusayn.1219 Ce kitāb de Thaqīf aurait été rédigé vers 9/6301220alors que les deux enfants
en question avaient entre cinq et six ans.1221Parmi les cinq témoins du "livre" de Najrān, Abū
Sufyān, le père de Mu‘āwiya est cité en tête.1222

1213
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid.
1214
Au sujet de ‘Abd Allāh Ibn ‘Umar, voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., p. 10 sq.
1215
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 76. al-Shāfi‘ī (Muḥammad), al-Um, op. cit., T. III, pp. 11 sqq. Ibn Zanjawayh
(Ḥumayd), op. cit., p. 804. Vraisemblablement, Abū Yūsuf (m. 182/798) n’a pas entendu directement de Zuhrī (m.
124/741). cf., al-Khaṭīb (al-Baghdādī), op. cit., T. XVI, p. 359.
E. Fagnan doute s’il s’agit de Sālim fils d’Ibn ‘Umar ou d’une autre personne. op. cit., p. 115.
1216
Chez Abū ‘Ubayd Rūba ‫روبة‬. cf., Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 289.
1217
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., éd. al-Seqqā, T. IV, p. 169, 235, 247 respectivement. Abū ‘Ubayd a assemblé
douze "livres" sous un seul chapitre intitulé : ".‫"كتب العهود التي كتبها رسول هللا و أصحابه ألهل الصلح‬. Quant à Ibn Sa‘d,
il s’est montré plus prolixe à cet égard. cf., Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., pp. 280-298.
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 222-252.
A notre époque, Hamidullah s’est intéressé à ces "Écrits". cf., Hamidullah (Muḥammad), Majmūʻat al-wathāi’q
al-siyāsiya op. cit., pp. 43 sqq.
1218
voir supra.
1219
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 285.
1220
Pour la conversion de Thaqīf à l’islam et l’écrit de la ṣaḥīfa en 9/630, cf., Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. III, p. 99.
1221
Ḥasan et Ḥusayn sont nés en 3/624 et 4/625 respectivement. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VI, pp. 352.
399.
1222
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 73. Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 282.

168
Nous pouvons également découvrir un témoin notoire à côté d’une personne peu connue ; le 3ème
calife ‘Uthmān Ibn ‘Affān est le garant, avec un certain Mu‘ayqīb,1223 du "livre" que ‘Umar I aurait
écrit aux gens de Najrān.1224 Ces deux derniers progressent et deviennent les témoins oculaires du
"livre" originel de Najrān écrit éventuellement par le Prophète.1225
Le fait de placer un personnage reconnu près d’une autre personne anonyme ou presque donne
plus d’éclat au premier.1226

1223
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. IV, pp. 109 sqq.
1224
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 74.
1225
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 281.
1226
La littérature shiite évoque également « al-ṣaḥīfa al-mal‘ūna », « le feuillet (le pacte) maudit ». Afin d’écarter ‘Ali
et de confisquer le pouvoir, Abū Bakr, ‘Umar, Abū ‘Ubayda Ibn al-Jarrāḥ, Mu‘āḏ Ibn Jabal et Sālim Ibn al-Ḥabība
auraient rédigé un pacte, dit le pacte maudit. Ils l’auraient signé à la Mecque lors du Pèlerinage de l’Adieu (10/631)
et Abū ‘Ubayda l’aurait enterré à la Kaaba. Voir, al-Majlisī (Muḥammad Bᾱqir), op. cit., T. XXVIII, pp. 43 sqq.
Ouardi (Hela), op. cit., pp. 56 sqq.

169
« Les études modernes portant sur le fonctionnement
réel de la mémoire contredisent radicalement la cro-
yance augustinienne en la capacité de la mémoire
à retrouver le passé dans sa réalité. »1227

1227
Geary (Patrick), La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Trad. de l’anglais par Jean-Pierre Ricard, éd.
Aubier, Paris, 1996, p. 41.

170
III. II. L’étude du matn, le texte de la Ṣaḥīfa.
III. II. I. Préambule.

III. II. II. Le contexte du texte.

III. II. III. Les grands thèmes de la Ṣaḥīfa.


III. II. III. I. La compensation pour le sang versé.
III. II. III. II. La rançon des captifs.
III. II. III. III. Les clans arabes de Yathrib (al-muhājirūn, Quraysh.).
III. II. III. IV. Les clans juifs de Yathrib.

III. II. IV. Les variantes dans le texte de Médine.


III. II. IV. I. Les variantes dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām (Version A).
III. II. IV. II. Les variantes dans le texte d’Abū ‘Ubayd (version B).
III. II. VI. III. Les variantes entre les deux textes (Versions A et B).

III. II. IV. IV. L’ordre de la Ṣaḥīfa.


III. II. IV. IV. I. La répartition de R. B. Sergeant.
III. II. IV. IV. II. La répartition proposée.

171
III. II. L’étude du matn : le texte de la Ṣaḥīfa.

172
III. II. I. Préambule.

Depuis que Wellhausen (m. 1918) a partagé la Ṣaḥīfa en quarante-sept articles, tous les
chercheurs postérieurs ont agit de la même sorte.1228
Tandis que nous avons partagé le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām en cinquante-huit paragraphes,
celui d’Abū ‘Ubayd nous l’avons réparti en quarante-cinq, car nous pensons que cette répartition
nous permet plus mieux cerner ce document, et de le rendre moins disparate.
Cependant, nous estimons que la compréhension du texte ne peut être judicieuse qu’à la suite
d’une lecture horizontale « autrement dit globale » et non pas verticale ou fragmentée. Les
phrases du texte dans son ensemble qui doivent conduire notre lecture et non pas ses
paragraphes répartis intentionnellement, comme nous l’avons déjà souligné.
L’exemple qui illustre clairement ce principe est le premier paragraphe de la Ṣaḥīfa qui énonce :
« Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les mu‘minūn, les muslimūn de
Quraysh, ceux de Yathrib, ceux qui les suivent, et ceux qui leur sont attachés et qui guerroient
avec eux « jāhadū ». Ils forment une communauté unique « umma », distincte des autres. »
Séparer la dernière phrase : « Ils forment…des autres. » de la précédente, l’arrache de son
contexte textuel. La phrase en question est une épithète des mu‘minūn, muslimūn et ceux qui
suivent ; toutefois si on la place séparément, elle aura la force d’une phrase nominale
indépendante à part entière, corroborée, de plus, par la particule d’insistance « inna » ‫إن‬.
Involontairement, nous écartons la toile de fond de cette umma que la Ṣaḥīfa vise. Le fait de
pousser cette phrase concernant le concept d’umma loin du contexte que la première phrase
renferme, retire toute historicité de ce thème.

J. Wellhausen est encore une fois le précurseur de l’idée de mettre en évidence la phrase en
rapport avec le terme umma.1229Tous les chercheurs ou presque, qui ont étudié ce texte, l’ont suivi
dans ce choix.
En dépit des déficiences probables de la division verticale, et bien que cette répartition accorde à
la Ṣaḥīfa l’apparence d’un texte juridique qui suscite une profonde impression de prestige, il nous
semble, neanmoins, que cette action peut nous aider à observer les cohérences et les incoh-
hérences entre les paragraphes. Ces dernières sont dues, à notre sens, à une répartition
postérieure que le texte de Médine a sans doute subi.1230

1228
J. Wellhausen est, à notre connaissance, le premier qui a baptisé la Ṣaḥīfa « la constitution de Médine » et qui l’a,
en conséquence, partagée en plusieurs « articles ». Nous nous demandons s’il n’était pas influencé par les événe-
ments de son époque où la constitution de l’Empire allemand, composée de 78 articles, a été adoptée et promu-
lguée en 1871. cf., « Muhammads Gemeindeordnung von Medina » dans Skizzen und Vorarbeiten, éd. Berlin, 1889,
p. 67. Voir, pour cette constitution, dite bismarckienne, cf., Flandin (Etienne), Institutions politiques de l’Europe
contemporaine -Allemagne-, éd. Le Soudier, Libraire-Éditeur, Paris, 1902, T. II, p. 17. Pour une étude plus générale,
cf., Berstein (Serge) & Milza (Pierre), L’Allemagne de 1870 à nos jours, éd. Armand Colin, Paris, 1997, p. 19.
1229
Wellhausen (Julius), Ibid.
1230
Nous reparlerons ci-dessous de l’ordonnancement du texte de Médine. cf., au chapitre : Les variantes internes
dans le texte (Version A) et (version B).

173
Par ailleurs, le texte de Médine est placé entre un intitulé et un épilogue attribués, tous les deux, à
Ibn Isḥāq par la fameuse phrase : Ibn Isḥāq a dit ‫قـال ابن إسحاق‬.
« Le Messager de Dieu a rédigé un Écrit « Kitāb » entre les muhājirūn et les anṣār, par lequel il
conclut une conciliation (trêve) avec les yahūd et s’engage envers eux, les confirmant dans leur
religion et leurs possessions, leur donnant certains droits et les obligeant à certains devoirs. »
Certes, l’introduction attribuée à Ibn Isḥāq est un aperçu très concis du texte de Médine, toutefois
elle nous fournit, semble-t-il, le mode d’emploi du texte.1231 Or, c’est la première fois que la
locution « le Messager de Dieu » ‫ رسـول هللا‬est cité dans la Ṣaḥīfa, sans qu’elle soit associée au nom
propre Muḥammad.
Le terme al-anṣār, négligé totalement par la Ṣaḥīfa, dans ses deux versions, est exclusivement
évoqué par Ibn Isḥāq dans ce prélude. Abū ‘Ubayd préfère écrire dans son en-tête :
1232
".‫المؤمني وأهل ريبب وموادعته يهودها َمقدمه المدينة‬
‫ن‬ ‫" وهذا كتاب رسول هللا صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬
« Ceci est un Écrit du Messager de Dieu entre les croyants et les gens de Yathrib, par lequel il a
établi, lors de son arrivée à Médine, une alliance avec les juifs. »
Ibn Isḥāq a choisi le mot yahūd dans sa forme indéfinie, bien qu’il soit cité ainsi seulement deux
fois, contre quatorze reprises avec le mode défini.1233
En somme, Ibn Isḥāq insiste sur le fait que Muḥammad, en tant que messager de Dieu, signe une
convention avec les yahūd qui inclut des conditions bilatérales, et en contrepartie, il préserve leur
religion et leurs biens. Une préface qui consiste en quelque sorte une interprétation ou un
commentaire anticipé du texte. 1234
R. B. Serjeant n’hésite pas à utiliser l’introduction d’Ibn Isḥāq pour conclure qu’a priori le Traité en
question était uniquement entre les muhājirūn et les anṣār et que les juifs l’ont intégré tel un
élément subalterne à l’égard des deux partenaires. Il ne marque toufois aucune réserve à propos
de la distinction éventuelle entre le texte lui-même et l’intervention liminaire.1235
Ibn Hishām s’ingère dans ce texte trois fois par la formule : Ibn Hishām a dit ‫قـال ابـن هـشـام‬. Sa
première intrusion, au milieu du texte, lui permet d’expliquer le terme mufraḥ ‫ مفرح‬en appuyant
sa réponse sur un vers de la poésie arabe. 1236 Paradoxalement, Il revient totalement à la fin du
texte
pour éclaircir le vocable yūtigh ‫ يـوتـغ‬situé, toutefois, au cœur de la Ṣaḥīfa ou presque.1237A la fin de
la Ṣaḥīfa, Il intervient en dernier lieu pour souligner une autre variante de l’expression citée. Elle
consiste simplement à substituer l’épithète al-muḥsin ‫المـحـسـن‬ ُ à al-maḥḍ ‫ الـمـحـض‬.1238

1231
Genette (Gérard), Seuils, op. cit., p. 212.
1232
Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 291.
1233
Nous reviendrons sur ces termes ci-dessous. cf., au chapitre : III. II. VII. Termes et Concepts.
1234
Genette (Gérard), op. cit., pp. 224. 240.
1235
Serjeant (R. B.), «The Sunnah Jᾱmi‘ah », op. cit., p. 15.
1236
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 342.
mufraḥ est une personne, qui a une grande famille à charge et, qui est en outre, très endettée et. cf., Ibn al-Athīr
(Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib, op. cit., p. 229. Voir le paragraphe 11 de la version A.
1237
éd. F. Wüstenfeld, Ibid., p. 344. cf., aux paragraphes 27 et 33. Le mot en question veut dire : « attirer le mal sur
soi-même. »
1238
Ibid., p. 343. cf., au chapitre : Les variantes dans le Texte.

174
1239
".‫الب المحض من أهل هذه الصحيفة‬ ‫ « " مع ر‬avec stricte observance de la part de ces derniers. »
Après ce commentaire, nous nous retrouvons avec le fameux appendice précédé par : « Ibn Isḥāq
a dit. » :
. Les agissements loyaux ont le pas sur la traîtrise.
. Et c’est au détriment de lui-même que tout profiteur profitera.
. Dieu est le plus scrupuleux et le plus loyal exécuteur de ce qui est stipulé dans cet Écrit .
. Cet Écrit n’est pas fait pour protéger un malfaiteur ou un traître.
. Celui qui quitte Médine est en sécurité, notamment celui qui y reste, hormis celui qui est déloyal
ou agit en traître.
. Dieu et Muḥammad, le Messager de Dieu, sont les protecteurs, de celui qui agit loyalement et qui
craint Dieu.
Cet additif est problématique pour plusieures raisons : L’intrusion d’Ibn Isḥāq au sein de la Ṣaḥīfa
est insolite. Or, même après l’interruption du texte afin de clarifier le mot mufraḥ, le texte a repris
son cours sans l’introduction de la phrase « Ibn Isḥāq a dit ». En outre, ce qui rend cet ajout encore
plus suspect, c’est que les six paragraphes en question sont déjà évoqués avant, d’une façon ou
d’une autre, comme nous l’avons souligné avec chaque paragraphe annexé.1240 Cet addenda
pourrait être une annotation faite par Ibn Isḥᾱq ou un de ses disciples directs ou indirects, ou tout
simplement par un copiste postérieur zélé.
Nous pourrions dire qu’Ibn Hishām a préféré écrire la phrase en question, après avoir interrompu
le texte pour une variante peu intéressente. Par ailleurs, sa première intercession était plus pro-
lixe ; toutefois il ne s’est pas rattrapé en rajoutant la célèbre formule « Ibn Isḥāq a dit ». De ce fait,
nous considérons le dit additif comme une conclusion qui reprend les six grandes lignes de cette
Ṣaḥīfa.1241 Il appartient plutôt à cette zone textuelle baptisée par Genette « paratexte ».1242
Dans le texte de Médine, nous avons donc deux formules : « Ibn Isḥāq a dit » et « Ibn Hishām a
dit ». La première sous-entend deux rapporteurs, en l’occurrence, Ibn Isḥāq et Ibn Hishām ; tandis
que la seconde implique implicitement trois transmetteurs dont le troisième narrateur reste, au
moins pour les lecteurs du livre de la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām publié, bien dissimulé.
Rappelons-nous, entre autres, de cet exemple en dehors de la Ṣaḥīfa :
1243
"...: ‫ قال ابن هشام‬: ‫" قال الراوي‬ « Le narrateur [ ?] a dit ce qu’il tient d’Ibn Hishᾱm… »

En fin de compte, méditons cette conclusion de Toynbee :


« En fait, une tradition culturelle et sociale n’est jamais transmise d’une génération à l’autre sans
quelques changements involontaires, même quand les deux générations veulent transmettre cette
tradition intacte. »1244

1239
Nous estimons que les deux termes sont synonymes. cf., au paragraphe 58.
1240
cf., à la version A, paragraphes 1b-6b.
1241
cf., au chapitre : Les grands thèmes de la Ṣaḥīfa.
1242
Genette (Gérard), Seuils, op. cit., p. 17 et passim.
1243
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. Dᾱr al-ḥadīth., op. cit., T. I, p. 300 ; éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II, p. 18 ; éd. al-Saqqᾱ,
op. cit., T. II, p. 57. Chez Wüstenfeld ce passage est omis. cf., op. cit., T. II, p. 276.
1244
Toynbee (J. Arnold), op. cit., p. 26.

175
III. II. II. Le contexte du texte.

Ce Pacte de Médine était probablement une priorité pour le Prophète. Certains habitants de la
ville Yathrib n’ont certainement pas apprécié cette présence nouvelle, qui présentait, en outre,
un énorme fardeau, voire un risque immense.
Nous ne disposons pas de renseignements précis concernant le nombre des émigrés mecquois.
De ce fait, nous ne pouvons confirmer avec exactitude un chiffre. Cela étant, Djaït affirme que les
muhājirūn, qui ont émigré avec le prophète Muḥammad sont environ cent-vingt personnes, dont
quatre-vingt-trois ont combattu à Badr, sans pour autant, indiquer aucune source de cette inform-
ation.1245En outre, cet historien avance le chiffre de dix-mille à douze-mille habitants pour Médine,
deux-mille à trois-mille pour les juifs de cette cité en se contentant de consigner : « Selon mes esti-
mations.» 1246
Par ailleurs, Ibn Isḥāq, et sans nous renseigner sur le nombre des muhājirūn, nous informe :
«Nul Mecquois est resté, hormis les détenus ou les apostats. »1247Al-Wāqidī nous apporte un
indice qui n’est pas négligeable ; il déclare que le nombre des combattants qurayshites pendant
le combat de Badr en 2/623 de l’ère Chrétienne, varie, selon les traditions divergentes, entre
quatre-vingt-six hommes et soixante-treize hommes.1248

Le ḥadīth cité, entre autres, par al-Bukhārī et Muslim, ne nous éclaire pas davantage.1249Or, le
ḥadīth en question avance des chiffres différents sans pour autant déterminer une date précise de
cet événement :
1250 ‫ن‬
"...‫ فكتبنا له ألفا و خمس مائة رجل‬.‫ أحصوا] من تلفظ باإلسالم‬:‫ أكتبوا ىل [ ف رواية مسلم‬: ‫النب قال‬
‫عـن حـذيفة أن ر‬..."
« (Le compagnon) Ḥuḏayfa a dit : Le Prophète a ordonné : Écrivez-moi (recensez, dans la version
de Muslim) tous ceux qui se sont convertis. Nous avons signalé au Prophète mille-cinq-cents
hommes. » Deux autres versions énoncent sept-cents et cinq-cents au lieu de mille-cinq-cents
hommes.1251
Quant à la date de cette éventuelle recension, les gloseurs de ce ḥadīth exposent trois périodes :
lors de la bataille d’Uḥud en 3/624, la bataille du fossé en 5/626 ou durant la ‘umra ratée à Ḥuday-
biya, au cours de laquelle un pacte a été signé, connu sous le nom : le pacte d’al-Ḥudaybiya1252en
6/627.1253

1245
Djaït (Hichem), La vie de Muḥammad III - Le parcours du Prophète à Médine et le triomphe de l'islam-, éd. Fayard,
Paris, 2012. p. 44.
1246
Ibid., p. 46.
1247
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. Dᾱr al-ḥadīth., op. cit., p. 350.
1248
Al-Wāqidī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 157.
1249
À propos d’al-Bukhārī et Muslim voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., pp. 149. 435
respectivement.
1250
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Fatḥ al-bārī bi sharḥ ṣaḥīḥ al-Bukhārī, op. cit., T. II, p. 1457. cf., Hamidullah (Muḥammad),
Majmūʻat al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., p. 65.
1251
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Ibid.
1252
Pour ce traité d’al-Ḥudaybiya, cf., Ibn Hishām (Muḥammad), éd. al-Seqqā, op. cit., T. III, pp. 331 sqq.

176
À ce propos, A. Sprenger atteste que la Mecque comptait environ douze-mille habitants à l’époque
du prophète Muḥammad.1254
En revanche, Ibn Isḥāq relate que des Médinois, en embrassant l’Islam, ont voulu mettre fin à la
lutte fratricide interminable qui opposait leurs deux clans : les Aws et les Khazraj.1255
La bataille de Bu‘āth, qui a duré cinq ans environ, est la dernière guerre déclarée entre ces deux
rivaux avant l’émigration du Prophète.1256 Avant l’Islam, les Aws ont vainement essayé de s’allier
avec les Qurayshites contre les Khazraj.1257
Que le premier groupe qui entre en contact avec le Prophète appartienne au clan des Khazraj1258
est très significatif, car ce sont les vaincus de ce dernier affrontement armé.1259 Ibn al-Athīr
dépeint leur situation:
« Les Khazraj ont subi une grande défaite…Les Aws n’ont pas hésité à brûler leurs maisons et leurs
palmiers… »1260

Par ailleurs, nous ne devons pas négliger un autre élément crucial, à savoir leur parenté
maternelle avec le Prophète. Or, son arrière-grand-mère paternelle Salma Bint ‘Amr, l’épouse de
Hāshim Ibn ‘Abd Manāf, appartient aux Banū al-Najjār, un sous-clan khazrajite.1261 Les historiens
racontent que son grand-père ‘Abd al-Muṭṭalib est né à Médine et qu’il y aurait passé son enfance
chez ses oncles maternels en question.1262 ‘Abd Allāh, le père du Prophète, est décédé lui aussi à
Médine chez ses oncles.1263 En outre, Āmina, selon les historiographes, s’est rendue à Médine
pour présenter son enfant Muḥammad à ses oncles. Elle serait décédée sur le chemin du retour à
al-Abwā’ ‫األبـواء‬.1264
Les Banū al-Najjār, qui sont Khazrajite, sont donc ses oncles maternels ‫أخـوالـه‬, affirment Ibn Isḥāq et
Ibn Hishām.1265 Probablement, pour cette raison bien tangible que le Prophète a choisi de bâtir sa
mosquée qui comporte, du reste, ses demeures sur un terrain appartenant à deux personnes de

1253
Ibn Ḥajar (Aḥmad), op.cit.
1254
Sprenger ( Aloys), Life of Mohammad from original sources, éd. The Presbyterian mission press, Allahabad, 1851,
p. 44.
1255
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. Dᾱr al-ḥadīth, op. cit., p. 310 sq. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 352
sqq. Watt (William Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 180-182. cf., «The Sunnah Jᾱmi‘ah », op. cit., p. 2.
1256
Ibn al-Athīr (‘Ali), al- Kāmil fi al- Tārīkh, op. cit., T. I, p. 188 sq. Watt, p. 180 sq.
1257
Ibid., p. 187.
1258
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. Dᾱr al-ḥadīth, op. cit., p. 311.
1259
Ibn al-Athīr (‘Ali), op. cit., p. 188.
1260
Ibid.
1261
cf., aux paragraphes 7 et 28 version A ; 7 et 25 version B. Pour le mariage de Hāshim avec Salma Bint ‘Amr, cf., Ibn
Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 60. Ibn Hishām (Muḥammad), éd. al-Seqqā, op. cit., T. I, p. 112 sq. p. 144 sq.
1262
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 63. Ibn Hishām (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 145.
1263
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 79 sq. cf., Ibn Shebba (‘Umar), op. cit., T. I, p. 116 sq.
1264
Al-Abwā’ se trouve entre la Mecque et Médine. cf., al-Ḥamawī (Yaqūt), op. cit., T. I, p. 79.
Pour la visite de Médine et le décès de Āmina, cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 95. Ibn Shebba (‘Umar),
Ibid., T. I, p. 117. Ibn Hishām (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 177.
1265
Ibn Hishām (Muḥammad), Ibid., T. I, p. 177 sq.

177
Banū al-Najjār.1266En attendant qu’elles soient construites, le Prophète est hébergé chez Abū
Ayūb, qui est lui aussi issu des Banū al-Najjār.1267
Observons ce texte narré par Ibn Isḥāq/Ibn Hishām :
« Le Prophète avait coutume d’exposer sa nouvelle religion aux autres tribus arabes lors de la
saison du pèlerinage. Il était à al-‘Aqaba1268, à la périphérie de la Mecque, quand il rencontre un
groupe de Médinois, tous du clan de Khazraj. Le prophète Muḥammad les a invités à l’islam, et il a
récité quelques versets du Coran. Alors ils se sont dits :
« Vous savez très bien que c’est probablement1269le Prophète dont vos compatriotes juifs ne
cessent de vous menacer à chaque différend avec eux. Gare à vous s’ils vous devancent dans cette
affaire! » Ils ont répondu favorablement à son appel en affirmant :
« Nous avons quitté notre ville et il n’y a pas une nation déchirée comme la nôtre, l’hostilité qui
règne entre nos tribus est insupportable ; nous espérons que vous soyez le conciliateur entre nos
différents clans ! Nous allons rejoindre notre peuple et les inciter à se rallier à vous ; s’ils
adhérent à votre message vous seriez l’homme le plus puissant de l’Arabie. »1270

En approuvant la prédication du prophète Muḥammad, les Khazraj visent à mettre fin à la querelle
incessante avec leur ennemi juré les Aws, et à avoir le dessus sur les juifs, l’adversaire agaçant et
l’allié constant des Aws. L’historien Ibn al-Athīr, en décrivant la bataille de Bu‘āth, annonce :
« Les Qurayẓa et les Naḍīr ont renouvelé leur alliance avec les Aws pour combattre les Khazraj...
D’autres tribus juives rejoignent également le clan de leurs coreligionnaires ... »1271
Il semble que Hamidullah évite tout échafaudage en écrivant :
« Toujours est-il que parmi les quinze tribus à qui le Prophète présenta sa doctrine pendant cette
saison de pèlerinage à Minā, les Khazrajites furent les seuls à répondre à son appel. »1272
Le premier objectif, sous-jacent bien entendu, de ce Pacte médinois est, par conséquent, de
confirmer l’établissement de la paix entre les différentes parties originaires de Yathrib, et par-
dessus tout entre les frères ennemis. Il semblerait que celle-ci fut entamée dès l’arrivée du
Prophète et de ses compagnons sur leurs terres.
Djaït affirme d’une manière catégorique que la Charte de Médine ni aucun autre document écrit à
caractère politique n’indique, ni explicitement ni implicitement, que les habitants de Yathrib ont
trouvé en Muḥammad l’arbitre de leurs différends internes.1273 Bien qu’il ait souligné juste avant

1266
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., T. I, p. 363.
1267
Ibid., T. I, p. 365. Pour la biographie d’Abū Ayūb (m. 52/672), cf., Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), al-Isti‘āb fi ma‘rifat al-
aṣḥāb, éd. Dār al-jīl, op. cit., T. I, p. 196 sq.
1268
Yaqῡt al-Hamawī note : « Al-‘Aqaba se trouve à deux miles environ de la Mecque. » cf., op. cit., T. IV, p. 134.
1269
Ibn Isḥāq emploie, à cet endroit, un style affirmatif qui suscite, à notre sens, des doutes :
"...‫ و هللا إنه للنبي توعدكم به يهود‬..." , « … Par Dieu, (vous savez très bien que) c’est le Prophète avec lequel les juifs vous
menacent… » cf., éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., T. I, p. 311.
1270
Ibn Hishām (Muḥammad), éd. Dār al-Ḥadīth, Ibid.
1271
Ibn al-Athīr (‘Ali), op. cit.
1272
Hamidullah (Muḥammad), « Les champs de bataille au temps du Prophète », in Revue des études islamiques, -
publiée sous la direction de L. Massignon-, Cahier I, éd. Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1939, p. 2.
1273
Djaït (Hichem), op. cit., p. 82.

178
que le Prophète a été convié à s’installer à Yathrib pour instaurer un climat de paix entre les grou-
pes, pour employer les propos de H. Djaït.1274 L’adhésion des anṣār, selon lui, ne saurait être expli-
quée par une causalité objective, politique ou autre, elle est subjective et émotionnelle. À
homme exceptionnel, des hommes exceptionnels, pour reprendre ses expressions.1275
L’historien L. Caetani affirme clairement que les Médinois, pour le moins dans leur ensemble,
acceptent Muḥammad parce qu’ils visaient la paix intérieure au sein de leur cité et non point du
tout par conviction à l’enseignement coranique.1276 Toutefois, M. Watt signale que les deux
genres, à savoir les objectifs matériels liés à la paix et les facteurs religieux ou idéologiques
peuvent être complémentaires.1277
Ainsi, le prophète Muḥammad établit ce Pacte bilatéral en tant qu’arbitre, choisi pour trancher ces
conflits récurrents.
Nous avons évoqué, auparavant, la présence permanente des muhājirūn qurayshites, laquelle a
sans doute provoqué des controverses au sein de cette cité. Le Coran retrace les signes de ces
opposants, plus tard, dans un contexte différent, dans la sourate médinoise «Les Hypocrites» :1278
« Eux qui disent : « Ne faites pas dépense pour ceux qui sont auprès de l’Envoyé de Dieu, jusqu’à
ce qu’ils se dispersent ». Or Dieu tient les réserves des cieux et de la terre. Mais les hypocrites ne
peuvent rien pénétrer. »1279 Et dans le verset suivant :
« Ils disent encore : « Si nous revenons à Médine, sûrs que les plus puissants de la ville en
expulseraient les plus faibles ». Or c’est à Dieu que revient la puissance, et à son Envoyé, et aux
croyants. Mais les hypocrites ne le savent pas. »1280
Nous pensons que cette classe sociale appelée par le Coran « Hypocrites » est issue de ces
premières polémiques survenues suite à la présence à Yathrib du prophète Muḥammad et ses
compatriotes.

Le deuxième objectif de cette Convention, paraît-il, est l’intérêt de renforcer et d’officialiser le lien
qui commence à peine d’exister entre les muhājirūn et les anṣār. Ils deviendront, grâce à ce Pacte,
les protagonistes de cette cité. Les autres ne peuvent adhérer à cette umma que par les conditions

1274
Ibid.
1275
Ibid., pp. 85-86.
1276
Watt (Wiliam Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 187.
1277
Ibid.
1278
Nöldeke place cette Sourate entre la cinquième et sixième année de l’Hégire, 626 et 627 de l’ère Chrétienne.
Nöldeke (Theodor), Histoire du Coran, Tārīkh al-qurā’n, Trad. à l’Arabe par George Tᾱmir, éd. Mu’assasat Konrād
Adenauer, Beyrouth, 2004, p. 188. cf., Berque (Jacques), op. cit., p. 614. n. 1.
En ce qui concerne le Geschichte des Qorāns, cette œuvre qui fait toujours autorité, il faut tout de même souligner
que d’autres savants ont participé a réviser, corriger et même modifier cet ouvrage en question pour sa deuxième
édition, à savoir Friedrich Schwally (m. 1919), August Fischer (m. 1949), Gotthelf Bergsträsser (m. 1933) et Otto
Pretzl (m. 1941). Voir dans Ibid les introductions de : Nöldeke, p. XXXI ; Friedrich Schwally, p. XXXIII sq ; le beau-
frère de ce dernier Heinrich Zimmern (m. 1931), p. 235 sq ; Otto Pretzl, pp. 439 sqq ; George Tᾱmir, pp. XI. cf.,
Schoeler (Gregor), Écrire et transmettre dans les débuts de l’islam, op. cit., p. 11.
1279
Berque (Jacques), Ibid., p. 615. Q LXIII, VII.
1280
Ibid. Q LXIII, VIII.

179
suivantes : résider dans leurs ville, les suivre et guerroyer à leur côté. Ces traits caractéristiques
les distinguent des autres peuples.1281
Toutefois, remarquons en passant que la tribu Quraysh est citée avant la tribu Yayhrib, autrement
dit l’invité est mentionné officiellement avant son hôte !
La vie des Arabes gravite autour de l’organisation tribale. La tribu est essentiellement un
groupement basé sur la parenté. Bien que plusieurs tribus puissent prêter serment et former une
confédération pour des buts limités comme la lutte contre une autre confédération de tribus.
Dans ce système social, la tribu prédomine de ce fait sur tout autre composant.1282
‫والمسلمي من قريش ر‬
،‫ويبب ومن تبعهم فلحق بهم وجاهد معهم‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫النب صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬ ‫"هـذا كتاب من دمحم ر‬
".‫إنهم أمـة واحدة من دون الناس‬
« Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les mu‘minūn, les muslimūn de
Quraysh, ceux de Yathrib, ceux qui les suivent, et ceux qui leur sont attachés et qui guerroient
avec eux « jāhadū » Ils forment une communauté unique « umma », distincte des autres.»1283
Le texte, assurément, mêle la religion avec la tribu. Nous pouvons même prétendre que la tribu
prime en employant la préposition (de), (Min ‫ )مـن‬qui dégage le sens partitif, une partie qui
appartient à un tout. Ces croyants et musulmans appartiennent bel et bien à leurs tribus
respectives. De plus, semble-t-il, l’individu de l’époque ne peut adhérer à cette Umma que par le
canal de sa tribu. En se référant à la sourate XXXIII, verset VI, l’affirmation de la primauté de la
parenté ne nécessite guère de clarification, pour reprendre l’expression de C. Décobert.1284
Se demander et s’étonner, comme c’est les cas de l’érudit Julius Wellhausen, que personne à cet
âge n’a songé à organiser le groupe selon d’autres principes, qui ne sont pas forcément tribaux1285,
est anachronique à notre sens. Rappelons, très sommairement, que le grand historien Maghrébin
Ibn Khaldūn a fait de « al-‘aṣabiya », « l’Esprit de corps » - cette force tribale par excellence, toute
fondée sur les liens du sang-, le seul principe vraiment efficace de la constitution des empires.1286
Vraisemblablement, le prophète Muḥammad est préoccupé, tout au long de cette Charte, par
l’instauration de la paix entre les différents groupes existant à Médine. Pour que cette paix puisse
se concrétiser, il ne pouvait se passer du concept de la tribu.1287 L’Islam, comme toute autre

1281
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., p. 368.
1282
Maḥmūd (Muḥammad), op. cit., p. 153.
1283
Ibid.
1284
Décobert (Christian), op. cit., p. 316.
Le verset en question est sans doute postérieur au texte de Médine : ‫ و أزواجه أمهاتهم و‬،‫" النبي أولى بالمؤمنين من أنفسهم‬
".‫أولوا األرحام بعضهم أولى ببعض في كتاب هللا من المؤمنين و المهاجرين إال أن تفعلوا إلى أوليائكم معروفا كان ذلك في الكتاب مسطورا‬
« Le Prophète est plus proche des croyants qu’eux-mêmes ; ses épouses sont leurs mères. Les parents naturels
ont priorité réciproque, d’après le Livre de Dieu, sur les coyants avec ceux de l’exode. Agissez toutefois selon les
convenances envers ceux à qui vous lie un rapport de clientèle. » Berque (Jacques), op. cit., p. 447.
1285
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 46.
1286
Gardet (Louis), La cité Musulmane - Vie sociale et politique -, éd. Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1954, p. 210.
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), al -Muqaddima, op. cit., pp. 91 sq. Martinez-Gros (Gabriel), Ibn Khaldūn et les sept
vies de l’islam, éd. Actes Sud-Sindbad, Paris, 2006, pp. 65 sqq.
1287
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), op. cit., p. 115.

180
religion d’ailleurs, s’est approprié beaucoup d’idées et de pratiques anciennes dans tous les
domaines, dogmatiques, cultuels, et juridiques.1288
Laissons le philosophe thomiste et l’arabisant L. Gardet décrire cette situation :
« À coup sûr, quand on réalise ce qu’était la vie de l’Arabie antéislamique, la force du lien tribal, et
des alliances ou antinomies de tribu à tribu, on ne peut qu’être frappé de la véritable révolution
opérée sur ce point par Muḥammad. »1289
Le Prophète, semble-t-il, essaie de réaliser l’équilibre entre, les anciennes coutumes tribales, qu’il
n’a dessein de combattre que dans la mesure où elles le gêneront, observe M. Gaudefroy-
Demombynes, et une autorité centrale nouvelle et mal définie.1290

1288
‘Ali (Jawᾱd), al-Mufaṣṣal fï tārīkh -l-‘arab qabla al-islām, [Le récit détaillé de l’histoire des Arabes avant l’Islam], éd.
Université de Baghdᾱd, 1993, T. VI, pp. 102 sqq ; pp. 336 sqq. T. V, pp. 469 sqq.
1289
Gardet (Louis), op. cit., p. 209.
1290
Gaudefroy-Demombynes (Maurice), « Notes sur l’histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam », op. cit., p.
110.

181
III. II. III. Les grands thèmes de la Ṣaḥīfa.

Ce Kitāb, considéré par Ibn Ḥadīda (m. 783/1381) comme le premier Écrit à Médine,1291 a été écrit
sans doute par les soin du prophète Muḥammad et de quelques compagnons mecquois proches
de lui, ainsi que de quelques notables médinois qui ont adhéré à sa cause. Lorsque Décobert
affirme, il représente sans doute la majorité des chercheurs occidentaux :
« …Il s’agit d’un ensemble de textes, très probablement authentiques, écrits sous l’autorité de
Muhammad. »1292
Cela dit, nous distinguons, comme nous l’avons déjà signalé ci-dessus, entre ce que nous appelons
le noyau du texte, qui est vraisemblablement authentique, et sa lisière. Or, Les grands thèmes de
cette Ṣaḥīfa constituent son noyau : la sécurité et la stabilité de Yathrib,1293 les clans arabes de
celle-ci,1294 les clans juifs de cette ville,1295 la relation entretenue avec les juifs,1296le rapport exigé
vis-à-vis de Quraysh,1297la compensation pour le sang versé,1298la rançon des captifs.1299
Le cœur de ce texte, estimons-nous, est présenté dans le premier paragraphe. Il abrège tout le
texte :
‫ويبب ومن تبعهم فلحق بهم وجاهد‬ ‫والمسلمي من قريش ر‬
‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫النب صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬ ‫ هـذا كتاب من دمحم ر‬.1"
".‫ إنهم أمـة واحدة من دون الناس‬،‫معهم‬
« 1. Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les mu‘minūn, les muslimūn de
Quraysh, ceux de Yathrib, ceux qui les suivent, et ceux qui leur sont attachés et qui guerroient
avec eux. Ils forment une umma unique distincte des autres. »
Le prophète Muḥammad, guide éventuel de Yathrib et initiateur de cet Écrit, occulte, sans doute,
les principaux notables mecquois et médinois qui ont contribué à réaliser ce texte. Les deux
grandes cités sont citées, à savoir La Mecque et Médine. Le système tribal est présent également à
travers les termes : Quraysh qui désigne à la fois la ville de La Mecque et la tribu,1300Yathrib qui est
chargé de sens préislamiques1301 et umma qui englobe des tribus et des clans différents. 1302
La finalité précise de cet Écrit de Médine est la mise en place de la stabilité au sein de cette Cité.
Or, celle-là ne peut être atteindre sans la paix et la sécurité internes et externes. Dans ce premier
passage de la Ṣaḥīfa, les mu‘minūn et les muslimūn de toute tribu et de tout clan doivent former
un groupe soudé, une umma invulnérable aux attaques de ses adversaires.

1291
Ibn Ḥadīda (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 4.
1292
Décobert (Christian), op. cit., pp.34-35.
1293
Paragraphes : 13, 16, 18, 20, 24, 48 et 54, version A.
1294
Ibid., 2 à 10.
1295
Ibid., 27 à 35 et 37à 38.
1296
Ibid., 17, 26 à 35, 37 à 38, 43, 47, 58.
1297
Ibid., 22 et 53.
1298
Ibid., 2 à 10.
1299
Ibid., 2 à 10.
1300
Al-Ḥamawī (Yāqūt), op. cit., T. IV, p. 336 sq.
1301
Ibid., T. V, p. 430. Nous reviendrons sur ce terme prochainement.
1302
Nous aurons l’occasion de discuter le terme umma ci-dessous.

182
Probablement, les fragments suivants n’appartiennent pas originalement au texte, ils sont des
ajouts postérieurs d’un rapporteur ou d’un copiste d’une manière volontaire ou involontaire.
. L’introduction attribuée à Ibn Isḥāq qui n’est pas anodine. Le mot al-anṣār n’est cité nulle part,
toute version confondue, sauf dans cette introduction.
‫ " وكتب رسول هللا صىل هللا عليه وسلم كتابا ن‬: ‫" قال ابن إسحاق‬
‫ وأقرهم‬،‫ وادع فيه يهود وعاهدهم‬،‫بي المهاجرين واألنصار‬
‫ر‬
".‫واشبط عليهم‬ ،‫وشط لهم‬‫ ر‬،‫عىل دينهم و أموالهم‬
« Ibn Isḥāq a dit : « Le Messager de Dieu a rédigé un Écrit, Kitāb, entre les muhājirūn et les anṣār,
par lequel il conclut une conciliation (trêve) avec les yahūd et s’engage envers eux, les confirmant
dans leur religion et leurs possessions, leur donnant certains droits et les obligeant à certains
devoirs. »
. La conclusion dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām1303 répète des passages déjà évoqués dans le
texte. Cette reproduction est des parfois textuelle comme c’est le cas de : 1b et 3b.
. Nous constatons également des redondances, notamment dans les paragraphes : 16/20, 25/51,
36/42/52. A la suite de J.B. Simonsen, nous estimons qu’il s’agit probablement d’un effet de l’orali-
té.1304 Ce chercheur danois pense que ces répétitions du texte de Médine sont dues à la strate des
transmetteurs antérieurs à Zuhrī.1305
La relation commandée aux Médinois à l’égard de Quraysh est citée une seule fois dans la recen-
sion d’Abū ‘Ubayd1306; par contre dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām deux passages sont
destinés à ce thème :1307 ".‫مشك ماال لقريش وال نفسا وال يحول دونه عىل مؤمن‬‫ و إنه ال يجب ر‬.22"
"‫ وإنه ال تجار قريش وال من نرصها‬.53 "
« Aucun mushrik ne doit donner sa protection (en tant que protecteur « yugīr ») à Quraysh, que
ce soit pour des biens ou pour des personnes, et il ne peut s’interposer entre ces derniers et le
mu’min. », « Aucune protection ne doit être accordée « lā tujār », aux Qurayshites ni à ceux qui les
aident. »
Nous supposons que cette réplique est soit due au désordre qui a affecté ce texte ultérieurement,
soit le deuxième paragraphe en question est adressé uniquement aux juifs. Or, beaucoup de cher-
cheurs pensent que le Pacte de Médine est composite. C’est particulièrement le cas de M.
Hamidullah, lequel partage ce Texte en deux parties, elles-mêmes réparties en 47 paragraphes :
une partie de vingt-trois paragraphes concerne les muhājirūn et les Arabes de Yathrib, tout clan
confondu, tandis que la seconde (24-47) vise exclusivement les juifs de la cité.1308

1303
cf., 1b à 6b.
1304
Simonsen (Jørgen Baek), Studies in the genesis and early development of the caliphal taxation system with special
references to circumstances in the Arab Peninsula, Egypt and Palestine, éd. Akademisk Forlag, Copenhagen, 1988,
p. 167.
1305
Ibid.
1306
Il s’agit du paragraphe 19 : ".‫" وأنّه ال يجير مشرك ماال لقريش وال يعينها على مؤمن‬, « Aucun mushrik ne doit donner sa prote-
ction (en tant que protecteur « yujīr ») pour des biens de Quraysh, et il ne peut d’avantage la soutenir contre un
mu’min. »
1307
Les paragraphes 22 et 53
1308
Hamidullah (Muḥammad), Majmūʻat al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., pp. 59 sqq. Nos paragraphes en question (22
et 5)[, M. Hamidullah les positionne respectivement en 20 et 43. Ibid., pp. 60. 62.

183
Pour revenir à la première supposition, il est possible que le paragraphe 53 ait été énoncé en
premier lieu. Étant donné que cette phrase est très concise, elle a été appuyée par une autre
phrase explicative. Visiblement, les aléas de la transmission n’ont pas épargné l’ordre de cette
Ṣaḥīfa, un ordre qui ne peut être, à notre sens, authentique, comme nous allons l’étudier ci-
dessous.1309

1309
cf., au Chapitre: Les variantes du texte de Médine où nous essayons de réécrire ce texte dans l’ordre.

184
III. II. III. I. La compensation pour le sang versé.

Le fait de commencer le texte de Médine par cette première ordonnance est très révélateur. Dans
un contexte social où les litiges se règlent habituellement par des vengeances sanglantes,
résoudre ce grand problème qui risque de déchirer cette societé naissante est primordial.

Les Qurayshites, de même que les clans des Aws et des Khazraj, doivent payer en commun,
chacun pour son groupe, la compensation pour le sang versé et rançonnent incontestablement,
comme nous allons le voir bientôt, leurs prisonniers de guerre.1310
La Diyya, c’est-à-dire le prix du sang, est d’une valeur considérable chez l’Arabe de l’époque. Le
sang est considéré chez-eux comme le véhicule de l’âme. Tels les Hébreux nomades, il
représente la vie même.1311Nous lisons dans la Genèse :
« Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, c’est-à-dire son sang. »1312
Nul ne peut répandre le sang impunément.1313Or, l’âme de la personne qui meurt assassinée,
quitte le corps avec le sang répandu, erre sans trouver de repos privant la dépouille de connaître
sa deuxième existence ; elle est condamnée ainsi jusqu’à ce qu’elle soit apaisée par la
vengeance.1314
1315
"...‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ و بنو عوف عىل ربعتهم‬...‫ يتعاقلون بينهم‬،‫" المهاجرون من قريش عىل ربعتهم‬
« Les muhājirūn de Quraysh, proportionnellement à leur condition première, doivent payer en
commun la compensation pour le sang versé... Les Banū ‘Awf, proportionnellement à leur
condition première, paient à frais communs les compensations fixées auparavant pour le sang
versé… »
Le Prophète, pour prohiber toute vendetta entre les tribus médinoises, décrète le prix du
sang.1316 Pour tout individu commettant un homicide, sa tribu se charge de récolter les fonds

1310
Watt (W. Montgomery), op. cit., p. 474 sq.
1311
A un tel point que le sang en arabe dam est appelé, entre autres, nafs, autrement dit âme. cf., Ibn Manẓūr
(Muḥammad), op. cit., T. VI, p. 234. cf., Soler (Jean), « Sémiotique de la nourriture dans la Bible » dans : Annales.
e
Économies, Sociétés, Civilisations, 28 année (4), 1973. pp. 945. 947. Voir, Biale (David), Le sang et la foi -Circulation
d’un symbole entre juifs et chrétiens-, Trad. de l’anglais par Sylvie Courtine-Denamy, éd. Bayard, Paris, 2009, pp. 32
sqq. Frazer souligne : « Les chasseurs juifs faisaient couler le sang du gibier qu’ils avaient tué et le recouvraient de
poussière ; il ne voulaient pas goûter au sang dans la croyance que l’âme ou la vie de l’animal résidait dans son
sang, ou même était ce sang. », Frazer (James George), Le Rameau d’or -Le roi magicien dans la société primitive.
Tabou et les périls de l’âme.-, Trad, Peyre (Henri), éd. Robert Laffont, Paris, 1981, T. I, p. 623. cf., sous-chapitre :
Tabous sur le sang, Ibid., pp. 622-629.
1312
La Genèse., IX, IV. cf., Liverani (Mario), op. cit., p. 491.
1313
Chelhod (Joseph), op. cit., p. 174.
1314
Ibid., p. 102.
1315
cf., aux paragraphes 2-10 version A, B.
1316
Lammens considère al-tha’r ou la vendetta comme la plus sainte des institutions chez l’Arabe Bédouin. cf.,
Lammens (Henri), L’Islam : Croyances et institutions, éd. Imprimerie Catholique, Beyrouth, 1943, p. 14. cf., Al-
Shahrastānī (Muḥammad), al-Milal wa niḥal, Annoté par Aḥmad Fahmī Muḥammad, éd. Dār al-kutub al-‘ilmiyya,
Beyrouth, 1992, T. III, pp. 704.

185
nécessaires pour la Diyya,1317appelée al-‘aql en arabe, terme étymologique utilisé dans ce Pac-
te.1318
Or, les Arabes avant l’islam, avaient coutume d’attacher leurs chameaux près de la maison du
tuteur du défunt, avec une cordelière nommée ‘iqāl, selon, entre autres, le linguiste al-Azharī (m.
370/980). 1319
En insistant sur cette coutume antéislamique, le Prophète cherche à établir la paix dans cette
cité.1320 Probablement, sans cette stabilité recherchée pour sa ville, il ne pouvait espérer rallier les
incrédules à sa cause, et ainsi constituer une société forte susceptible de concurrencer, voir de
conquérir, La Mecque.
Cela étant, il y a lieu de remarquer que cette institution, à savoir le prix du sang « al-‘aql », est
purement préislamique. Abū Hilāl al-‘Askarī, entre autres, cite les premiers hommes qui ont
appliqué la diyya à cent chameaux durant la période préislamique, à savoir ‘Abd al-Muṭalib le
grand-père du Prophète, al-Naḍr Ibn Kināna, et un certain Abū Siyyāra al-‘Udwānī.1321Le Prophète,
comme la plupart des institutions préislamiques d’ailleurs, lui a simplement attribuée une
orientation islamique.1322 Après le décès du Prophète, les coutumes préislamiques sont non
seulement conservées, mais aussi renforcées.1323
Ce passage de la Ṣaḥīfa concernant la compensation pour le sang versé insiste sur le fait de suivre
les us et coutumes préislamiques en utilisant deux termes : ‫ ربـعـتـهـم‬et ‫مـعـاقـلـهم األولـى‬, qui veulent
respectivement dire leur coutume d’avant et leur façon première de compenser les homicides.1324

Tandis que le complément absolu et son attribut « leur compensation première, ‫» معاقلهم األولـى‬
sont mentionnés dans la collecte d’Abū ‘Ubayd dans tous les paragraphes en rapport avec cette
1317
La diyya est estimée à cent chameaux. cf., Ibn Rushd (Muḥammad) (Averroès), op. cit., T. II, p. 409.
1318
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dār al- al-Ḥadīth, op. cit. T. I, p. 368.
1319
Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XI, p. 460 sq.
1320
Beaucoup de ḥadīth ont été rapportés sur la diyya. cf., Wensinck (Arent Jan) & avec le concours de nombreux
orientalistes, Concordances et indices de la tradition musulmane, éd. E. J. Brill, Leiden, 1936, T. IV, p. 300
1321
Abū Hilāl al-‘Askarī (al-Ḥasan), al-Awā’il, éd. Dār al-Bashīr, Le Caire, 1987, pp. 28 sqq. Beaucoup d’auteurs se sont
intéressés à citer les précurseurs, dans des domaines différents et durant les deux périodes préislamique et isla-
mique, en utilisant le même titre al-Awā’il « Les précurseurs », tels qu’Ismā ‘īl al-Mawṣilī, ‘Abd al-Kādir al-Baghdādī
et al-Sayūṭī.
1322
Al-Shahrastānī (Muḥammad), op. cit., T. III, pp. 689. ‘Ali (Jawᾱd), op. cit., T. V, p. 469. pp. 592 sqq.
Il est intéressant, à ce propos, de relever que Muḥammad Ibn Ḥabīb (m. 245/859) souligne, parmi les pratiques
préislamiques adoptées postérieurement par l’islam, la fameuse règle successorale qui stipule que : « Au mâle,
portion semblable à celle de deux filles. » (Q IV, XI) dont un certain Ḏū al-Majāsid ‘Ᾱmir Ibn Jusham décide,
pendant la période préislamique, de léguer ses biens à ses enfants en appliquant ce principe. Voir, Ibn Ḥabīb
(Muḥammad), op. cit., p. 236. Blachère (Régis), op. cit., p. 105.
À cet égard, cf., à l’étude de Gaudefroy-Demombynes où il met en parallèle les grands thèmes de l’institution du
pèlerinage avec la période préislamique. Gaudefroy-Demombynes (Maurice), Contribution à l’étude du pèlerinage
à la Mekke, éd. Librairie Paul Geuthner, Paris, 1923, pp. 235 sqq et passim.
1323 e
Sardar (Ziauddin), Histoire de La Mecque- De la naissance d’Abraham au XXI siècle-, Trad. de l’anglais par Tilman
Chazal & Prune Le Bourdon-Brécourt, éd. Payot & Rivages, Paris, 2015, p. 117.
1324
Ce terme veut dire : « leur condition et coutume d’avant. » cf., al-Zamakhsharī (Maḥmῡd), al-Fᾱ’iq fi gharīb al-
ḥadīth, op. cit., p. 25. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib, op. cit., p. 228. cf.,
al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 347sq. Ibn Sayyid al-Nās (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 320.

186
ordonnance. Ils sont omis dans le deuxième paragraphe de la version d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.1325
Nous avons tendance à dire que puisque Abū ‘Ubayd les cite, un rapporteur ou un copiste du texte
d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām les a, sans doute, manqués. Néanmoins, ce dernier texte note bel et bien à
la place de cette expression négligée :
« .‫ يتعاقلون بينهم‬،‫» المهاجرون من قريش عىل ربعتهم‬, « Les muhājirūn de Quraysh, proportionnellement à
leur condition première payent en commun la compensation pour le sang versé.» ; de ce fait, nous
pensons que la version A est plus proche de la situation des muhājirūn mecquois à cette époque.
La tribu de Quaysh, notamment de ses notables qui financent d’habitude la diyya, les a rejetés.
Ces Qurayshites présents à Médine n’ont pas d’autre choix que de s’entraider mutuellement.
Manifestement, le premier verset coranique qui évoque l’homicide et sa compensation1326est le
suivant : 1327
‫ن‬ ُ ‫وال تقتلوا النفس ر‬/1
‫ إنه كان‬،‫ ومن قتل مظلوما فقد جعلنا لوليه سلطانا فال يشف ف القتل‬،‫الب حرم هللا إال بالحق‬
1328
".‫منصورا‬
« Sinon en droit, ne tuez point votre semblable qu’Allāh a déclaré sacré ! Quiconque est tué injust-
ement, nous donnons à son proche pouvoir [de le venger]. Que celui-ci n’exagère point dans le
meurtre : il sera secouru. »1329
Puisque la sourate est mecquoise,1330beaucoup d’érudits occidentaux estiment que ce verset est
mecquois également. C’est par exemple le cas de T. Noldeke, de R. BLachère et de J Berque, qui
placent cette sourate en question à la fin de la période mecquoise. 1331 À l’inverse d’eux, G. Weil
pense que ce verset est dévoilé à Médine.1332
Sur ce point, la majorité des orientalistes converge avec la tradition musulmane qui juge que ce
verset est mecquois.1333
J. Berque commente ce verset qui l’assemble avec d’autres :

1325
cf., aux paragraphes : 2-10 de la version A et B.
1326
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuā’d), op. cit., pp. 533 sqq.
1327
Q XXXIII, XVII, [‘‘Le Voyage Nocturne’’ al-isrā’].
1328
Deux autres versets ressemblent au verset en question, sans qu’ils n’évoquent la compensation du sang pour
autant, Il s’agit des versets : LXVIII et CLI des sourates XXV et VI respectivement. Notons en passant que l’exé-
gèse musulmane, d’après une tradition attribuée à Ibn ‘Abbās, considère le verset CLI de la sourate VI comme
médinois, ce qui va à l’encontre de Nöldeke, qui place la sourate VI à la fin de la troisième période mecquoise et
n’admet pas que ce verset soit médinois. cf., al-Sayūțī (Jalāl ad-Dīn), al-’Itqān fi ‘ulūm al- Qurā’n, éd. Mu’assasat
al-risāla, Beyrouth, 2008. p. 42. Nöldeke (Theodor), op. cit., p. XXXVI et p. 146.
Quant au verset LXVIII de la sourate XXV, beaucoup d’érudits musulmans estiment qu’il a été révélé à Médine,
bien que la sourate soit mecquoise pour la majorité d’eux. al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), Ibid., p. 45. p. 39. Nöldeke place
cette sourate à la fin de la deuxième période mecquoise, juste avant la sourate XVII, mais il n’avance aucun avis à
propos du verset en question. Nöldeke (Theodor), Ibid., p. XXXVI et p. 120.
1329
Blachère (Régis), op. cit., p. 309. cf., Berque (Jacques), op. cit., p. 297.
1330
Al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., pp. 34 sqq.
1331
Nöldeke (Theodor), op. cit., pp. XXXVI. 123. Blachère (Régis), op. cit., p. 305. Berque (Jacques), op. cit., p. 292 sq.
1332
Cité par Nöldeke (Theodor), Ibid., p. 123.
1333
Al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 44.

187
«…Les commandements de Dieu, versets 23-39, plus étoffés que dans aucune autre sourate
mecquoise, sauf les Troupeaux (Sourate VI). Cette richesse de contenu, et la corrélation du thème
de Moïse avec un compendium législatif, semble annoncer (la sourate) la Vache… »1334
Effectivement, nous découvrons dans cette dernière sourate évoquée par J. Berque:
ُ
‫ فمن ع نق له من أخيه رشء‬،‫باألنب‬‫ر‬ ‫ الحر بالحر و العبد بالعبد و ر‬،‫ " يا أيها الذين آمنوا ُكتب عليكم القصاص نف القتىل‬/2
‫األنب‬
1335
".‫ فمن اعتدى بعد ذلك فله عذاب أليم‬،‫ ذلك تخفيف من ربكم و رحمة‬،‫فاتباع بالمعروف و أداء إليه بإحسان‬
« O vous qui croyez !, la loi du talion vous est prescrite à l’égard des tués : l’homme libre contre
l’homme libre, l’esclave contre l’esclave, la femme contre la femme. (Toutefois le talion ne jouera
pas contre) celui en faveur de qui quelque chose sera remise par son frère : la poursuite aura lieu
de la manière reconnue (convenable) et le paiement envers (ce frère) aura lieu de bonne grâce :1336
ceci est allègement et grâce (raḥma) de votre Seigneur. Quiconque après cela sera transgresseur
aura un châtiment cruel. »1337
La première partie de ce verset (O vous qui croyez…la femme contre la femme) a suscité beaucoup
de controverses. Après avoir pris le soin de relater les différents avis à cet égard, al-Ṭabarī conclut
que seulement deux significations sont probables : soit qu’elle prohibe tout abus en appliquant la
loi du talion, le meurtrier paye d’une manière singulière pour son crime sans mêler d’autres indivi-
dus de sa famille ou de sa tribu ; soit qu’elle vise uniquement un événement bien précis, à savoir
un clan ou une tribu qui a dépassé, apparemment, les limites de la loi du talion, et que le Prophète
aurait remis à sa place.1338
Par ailleurs, la sanction détaillée de ce crime de sang est dévoilée un peu plus tard :
،‫ و من قتل مؤمنا خطأ فتحرير رقبة مؤمنة و دية مسلمة إىل أهله إال أن يصدقوا‬،‫ "وما كان لمؤمن أن يقتل مؤمنا إال خطأ‬/3
‫ و إن كان من قوم بينكم و بينهم ميثاق فدية مسلمة إىل أهله و‬،‫فإن كان من قوم عدو لكم وهو مؤمن فتحرير رقبة مؤمنة‬
1339 ‫ن‬
".‫ وكان هللا عليما حكيما‬،‫متتابعي توبة من هللا‬ ‫ فمن لم يجد فصيام شهرين‬،‫تحريررقبة مؤمنة‬
« Il n’appartient pas à un croyant de tuer un croyant, sauf si c’est involontairement. En cas de
meurtre involontaire, libération d’une nuque d’esclave croyant et compensation à payer à la
famille, à moins que cette dernière n’en fasse aumône. Si la victime est d’un peuple qui vous soit
ennemi, mais est croyante, eh bien ! libération d’une nuque croyante. Si elle est d’un peuple avec
lequel vous avez un pacte1340mīthāq1341 : rançon à remettre à la famille, et libération d’une nuque
croyante. Si le coupable n’a pas de quoi payer : jeûne de deux mois suivis, à titre de repentir agréé
de Dieu. Dieu est Connaissant et Sage. »1342
1334
Berque (Jacques), op. cit., p. 293.
1335
Q II, CLXXVIII.
1336
La traduction du passage entre parenthèses, à savoir ".‫"فـمـن عُـفـي لـه من أخـيـه شـيء فاتباع بالمعروف و أداء إليه بإحسان‬, est
douteuse. Nous penchons, en revanche, pour la traduction du soufi Jean-Louis Michon : «…Mais celui à qui son
frère aura pardonné de quelque façon devra accéder à une requête raisonnable et s'acquitter loyalement du dé-
dommagement. », version électronique, www.lenoblecoran.fr, p. 32.
1337
Blachère (Régis), op. cit., p. 53.
1338
Al-Ṭabarī (Muḥammad), Gāmi' al-bayān fi tafsīr al- Qurā’n, [Tafsīr al-Ṭabarī], annoté par ‘Abd Allᾱh al-Turkī, éd.
Dār Hajr, Le Caire, 2001, T. III, p. 101.
1339
Q IV, XCII.
1340
Beaucoup de traducteurs le traduisent par pacte. cf., Blachère (Régis), Ibid., p. 119. Masson (Denise), Le Coran,
éd. Gallimard, Paris, 1967, p. 109. Michon (Jean-Louis), op. cit., p. 88. Quant à Chouraqui et Hamidullah, ils opt-
ent respectivement pour alliance et engagement. cf., Chouraqui (André), op. cit., p. 189. Hamidullah (Muhammad)

188
Cette sourate médinoise par consensus ou presque,1343fut probablement proclamée après
3/624.1344Le terme mīthāq, traduit par pacte, est très significatif à notre sens. Ce verset s’est
manifesté, peut-être bien, afin de ratifier le Pacte de Médine, et plus particulièrement ses paragra-
phes de deux à onze, selon Wensinck et Watt.1345
Après avoir évoqué la divergence dans l’exégèse musulmane sur la nature ce cette victime,
l’exégète al-Ṭabarī précise que le tué de ce clan dont les musulmans sont associés par un pacte,
est un individu, peu importe qu’il soit croyant ou non.1346
Beaucoup plus tard, peut-être avant ou juste après l’affaire des Banū Naḍīr (4/625), ce verset s’est
révélé. Il illustre parfaitement, avec les quatre versets précédents (41/42/43/44), la décadence de
la relation du Prophète avec les juifs. La loi du talion est devenue même un outil de lutte qui
pouvait provoquer un chantage affectif chez l’adversaire.
‫ن‬
،‫بالعي واألنف باألنف و األذن باألذن و السن بالسن و الجروح قصاص‬ ‫ن‬
‫والعي‬ ‫ " و كتبنا عليهم فيها أن النفس بالنفس‬/4
1347
".‫ ومن لم يحكم بما أنزل هللا فأولئك هم الظالمون‬،‫فمن تصدق به فهو كفارة له‬
« Dans (la Thora), nous avons prescrit (à ceux qui pratiquent le judaïsme) : « Âme pour âme, œil
pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent ; les blessures tombent sous le talion.
Quiconque cependant fait aumône [du prix du sang] aura en cela un moyen d’effacer (ses péchés).
Ceux qui n’arbitrent point au moyen de ce qu’Allāh a fait descendre, ceux-là sont les Injustes. »1348
Les quatre versets précédents retracent des étapes historiques que le Prophète a traversées. Le
premier qui se place visiblement à la fin de la période mecquoise, voire au début de celle de
Médine, et le deuxième qui se situe probablement au commencement de la phase médinoise, ont
décrit le prophète Muḥammad essayant tant bien que mal de s’imposer comme référence. Bien
qu’il reprend l’usage préislamique de la compensation du sang, il n’arrive visiblement pas encore à
exiger une application conforme aux règles :
« Que celui-ci n’exagère point dans le meurtre : il sera secouru. » et les deux sens du deuxième
verset corroborés par al-Ṭabarī, exposent cette situation que le Prophète a certainement vécue à
La Mecque et à Médine, surtout avant Badr.
Par ailleurs, avec le troisième verset, nous trouvons le Prophète plus serein et confiant. Ce passage
coranique est sans doute une note explicative des paragraphes de la Ṣaḥīfa en rapport avec cet us.
De ce fait, ce verset a été vraisemblablement révélé après l’annonce du Texte de Médine. Il

avec la collaboration de Michel Léturmy, Le saint Coran, Introduction de Louis Massignon, éd. Club français du
livre, Paris, 1959, p. 99.
1341
Pour le sens de mīthāq, cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op.cit., T. VII, p. 321.
1342
Berque (Jacques), op. cit., pp. 108-109.
1343
Al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 38.
1344
Nöldeke (Theodor), op. cit., p. 176. Voir, Berque (Jacques), op. cit., p. 94.
1345
Watt (W. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 474 sq. cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dār al-ḥadīth, op. cit. pp.
368-369.
1346
Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 321.
1347
Q V, XLV.
1348
Blachère (Régis), op. cit., p. 139 sq. Blachère commente en bas de page : Ce texte évoque le Lévitique, XXV, 17
sqq. cf., Ibid., p. 139. n. 49.

189
présente trois situations d’homicides involontaires : l’homicide d’un mu’min appartenant à un clan
ou une tribu de Médine, d’un mu’min affilié à un peuple ennemi, ou bien s’il est attaché à un grou-
pe avec lequel le Prophète a signé un pacte. Ce groupe lié avec les mu’minūn par un mīthāq, il
réside peut-être à l’intérieur de Yathrib ou à l’extérieur de cette cité, le verset n’en dit pas plus. En
cette période médinoise avancée, les clans cités dans le Pacte de Médine sans doute ne sont pas
composés exclusivement des adhérents1349à la cause du Prophète.1350 Au cours de cette étape, le
Messager commence manifestement à entreprendre des relations en dehors de son groupe.
En fin de compte, les prémices de la première grande fissure que cette société naissante a connue,
sont subtilement formulées dans le verset XLV de la sourate V. Désormais, ce quatrième passage
coranique nous dévoile l’état d’esprit du Prophète. Il n’espère plus ou il espère moins que les juifs
se rallient complètement à sa cause.
Si la Ṣaḥīfa a évoqué la diyya « al-‘aql », dans les paragraphes (2-10), elle n’a pas cependant
négligé de signaler la loi du talion "al-qiṣāṣ" dans le paragraphe (23).1351
‫ن‬
‫المؤمني عليه كافة وال يحل لهم إال قيام‬ ‫ إال أن ن‬،‫" و إنه من اعتبط مؤمنا قتال عن بينة فإنه قـود به‬
‫ و إن‬،‫يرض وىل المقتول‬
".‫عليه‬
« Si un individu tue sans raison un mu’min de manière intentionnelle, il est alors passible de mort
par droit de représailles [le talion], sauf si le représentant de l’homme assassiné se déclare
satisfait, [par la compensation financière expiatoire]. Les croyants s’opposent tous au meurtrier ;
rien d’autre ne peut leur être permis que de s’opposer à lui. »
L’expression : "i‘taba a mu’minan qatlan ‘an bayyina", veut dire sans ambiguïté : « commettre un
homicide d’une façon délibérée et sans aucune raison judicieuse. »1352
Si nous rapprochons les deux textes, à savoir ce paragraphe et le verset XCII de la Sourate IV cité ci-
dessus, nous constatons, selon ce passage de la Ṣaḥīfa, que le Prophète ne maîtrise pas encore
totalement la situation à Médine. Il incite fermement les mu’minūn à affronter le meurtrier tandis
que dans le verset en question, il proclame des sanctions précises, rigoureuses et explicites en cas
de crime, sans s’appuyer sur la contribution d’autrui. Il enrichit même la diyya par un nouveau
élément qui est l’affranchissement d’un esclave « ‘itq raqaba », qui est aussi une coutume
préislamique. Ibn Sa’d, Bukhārī et Muslim, entre autres, consignent dans leurs recueils, selon
‘Urwa Ibn al-Zubayr :
« Ḥakīm Ibn Ḥizām (m.54/673) 1353 a émancipé pendant la période préislamique « al-Jāhiliyya »
cent esclaves… »1354

1349
Nous étudions plus tard les termes muslim et mu’min. Notons cependant que Chouraqui traduit toujours le vocable
mu’min par adhérent. cf., à titre d’exemple, op. cit., p. 135.
1350
Nous parlerons de ces clans en détail prochainement.
1351
Paragraphe 20 de la version d’Abū ‘Ubayd.
1352
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib, op. cit., p. 231.
1353
Khadīja, la première épouse du Prophète, est la tante de Ḥakīm Ibn Ḥizām, qui est lui-même le cousin d’al-Zubayr
Ibn al-‘Awwām, cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VI, pp. 50 sqq.
1354
Ibid., T. VI, p. 53. Ibn Ḥajar (Aḥmad), Fatḥ al-bārī bi sharḥ ṣaḥīḥ al-Bukhārī, op. cit., T. II, p. 1282. al-Nawawī
(Yaḥya), Sharḥ al-Nawawī ‘alā Muslim, op. cit., p. 172. Les traditionnistes rapportent une telle tradition pour
discuter la question suivante : l’acte louable d’un idolâtre, est-il recevable en islam ou pas ? Pour cette coutume
préislamique, cf., également à ‘Ali (Jawād), op. cit., T. VII, pp. 462 sqq.

190
Curieusement, la terminologie de la Ṣaḥīfa diffère de celle du Coran. En ce qui concerne le talion,
َ
le Coran utilise le substantif qiṣāṣ1355tandis que la Ṣaḥīfa emploie le terme qawad ‫ق َـود‬,1356mot iné-
xistant dans le Coran.1357 Dans le texte de Médine, le dérivé al-‘aql,1358 qui n’est mentionné nulle
part dans le Coran,1359équivaut à al-diyya évoqué dans la sourate IV.1360
En fin de compte, soulignons qu’il reste trois passages de ce texte en rapport avec cette loi pénale.
1/Le paragraphe (14)1361 évoque également l’homicide, toutefois nous reportons son examen aux
pages qui suivent.1362
2/ Le paragraphe : « Cela dit, nul ne sera assigné à résidence pour venger des blessures reçues. »
1364
".‫ عىل ثأر جرح‬1363‫" و إنه ال ينحجز‬
À première vue, cette injonction est adressée aux juifs de Médine, puisque les douze paragraphes
précédents les évoquent. Or, le paragraphe qui est juste avant le (39) préconise de ne pas
quitter Yathrib sans l’accord de Muḥammad. Cependant, selon la lettre de cet énoncé, ils sont
autorisés à sortir de la ville pour venger des infractions commises contre eux.1365 Le Prophète
incite-il les juifs spécialement, ou tous les adhérents à cette Charte de Médine, à se venger des
ennemis extérieurs ? Cela dit, nous pensons que l’ordre des phrases de la Ṣaḥīfa tel qu’elle nous
est parvenue laisse à désirer.1366 De ce fait, cet impératif négatif est destiné, à notre sens, à tou-
tes les parties concernées par ce Pacte. Après avoir annoncé que l’autorisation de Muḥammad
est indispensable pour quitter Médine, le texte éclaircit : « Cependant, nul ne sera assigné à rési-

1355
Ce mot est évoqué quatre fois dans le Coran, trois fois dans « La Vache » et la quatrième dans « La Table. » cf.,
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fu’ād), op. cit., p. 546. Voir sa signification dans Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T.
VII, p. 73-76.
1356
Ibn Manẓūr (Muḥammad), Ibid., T. III, p. 372.
1357
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fu’ād), op. cit., pp. 554 sqq.
1358
La Ṣaḥīfa utilise précisément les mots aux pluriels : yata‘āqalūn ‫ يتعاقلون‬et ma‘āqil ‫مـعـاقـل‬. cf., aux paragraphes 2
à 10.
1359
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fu’ād), Ibid., p. 468 sq.
1360
Le terme diyya est cité dans le Coran deux fois, uniquement dans la sourate « Les Femmes IV. « Ibid., p. 747. Pour
la signification et l’étymologie de ce terme, cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XV, pp. 383 sqq.
1361
"‫« " وال يقتل مؤمن مؤمنا في كافر‬Un mu’min ne tue pas un autre mu’min afin de venger un kāfir » cf., Paragraphe 13 de
la version d’Abū ‘Ubayd.
1362
cf., au terme kāfir dans : III. II. VII. Termes et Concepts.
1363
Pour le terme ḥajaza, cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. V, pp. 331 sqq.
1364
Paragraphe 40 de la version A. Ce passage est omis dans la version d’Abū ‘Ubayd.
1365
Les érudits occidentaux se sont tous penchés pour la lettre de ce paragraphe, citons, entre autres :
1/ J. Wellhausen (paragraphe36) : » Es soll freilich niemand verhindert werden eine wunde zu rächen. «, op. cit., p.
71.
2/Wensinck (paragraphe 36): "But no one shall be prevented from taking vengeance for wounds." op. cit., p. 58.
3/M. Watt (paragraphe 36): "…but he is not restrained from taking vengeance for wounds. ", op. cit., p. 224.
4/R. B. Sergeant (document D, 4): " A wound will not be restricted to retaliation. ", « The Sunnah Jami‘a », op. cit.,
p. 29. Il juge cependant que c’est un passage difficile à comprendre. Ibid., p. 30.
5/M. Lecker (paragraphe 41): "There is no refraining from retaliation for a wound. ", op. cit., p. 37 et p. 157.
1366
Nous étudierons ce point dans : III. II. IV. Les variantes dans le texte de Médine, nous essaierons aussi de propo-
ser une version ordonnée.

191
dence pour venger des blessures reçues. » Autrement dit, la sortie de la ville n’est pas interdite à
condition qu’elle soit pour une raison juste et qui ne nuit guère à cette société naissante.
Cette énonciation en question est, peut-être même, une métonymie qui sous-entend :1367 Toutes
les décisions prises dans cette Charte, qu’elles soient primordiales ou secondaires, doivent être
respectées, sauf pour une raison légitime telle que la vengeance des blessures.1368

3/ Le paragraphe : « Les mu’minūn ne doivent pas laisser sans secours une personne parmi eux,
très endettée et qui a une grande famille à charge, mais doivent lui apporter de l’aide, selon ce qui
est juste, pour payer une rançon ou une compensation pour le sang versé. »
‫ن‬
1369
".‫ـؤمني ال يـتـركـون ُمـف َـرحا بـيـنـهم أن يـعـطوه بالمـعـروف ف فـداء أو عـقـل‬
‫ن‬ ‫" وإن الم‬
La position de ce paragraphe est logique. Après avoir insisté sur le fait que les membres de la tribu
ou du clan s’aident mutuellement pour payer la compensation du sang, le texte de Médine rapp-
elle une sorte d’individu qui fait partie de cette société médinoise, mais qui n’appartenait
nullement à aucune tribu ou aucun clan. Tous les mu’minūn doivent l’assister, notamment s’il est
endetté et qu’il est responsable d’une famille nombreuse.
R. B. Sergeant préfère employer la variante mufraj à la place du mot mufraḥ, une variante utilisée
dans l’édition d’al-Ṭahṭᾱwī.1370Dans les éditions d’Ibn Hishām et d’Abū ‘Ubayd dont nous
disposons, le terme mufraḥ est utilisé exclusivement.1371
Ni mufraḥ ni mufraj ne sont des termes coraniques.1372 Selon le linguiste Tha‘lab (m. 291/903)
mufraḥ signifie très endetté et mufraj celui qui n’appartient à aucune tribu.1373 Cependant, Abū
‘Ubayd affirme, probablement dans son livre al-Gharīb qui nous est parvenu incomplet, que les
deux mots sont synonymes.1374
La compensation du sang est un principe si fondamental dans cette société tribale que la Ṣaḥīfa
l’a évoquée au moins treize fois, à savoir dans les paragraphes : 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 14, 23
et 40 du texte d’Ibn Hishām/Ibn Isḥāq. Après les passages concernant les juifs, Il est
incontestablement le thème le plus cité dans cette Ṣaḥīfa. 1375
1367
Nous devons cette observation à al-Aḥmadī al-mayānjī (‘Ali), Makātīb al-rasūl, éd. Dār al-ḥadīth, Téhéran, 1998, T.
III, p. 39.
1368
Ce paragraphe en question ressemble éventuellement aux paragraphes : 36, 42 et 52 dans la version A. Nous
reviendrons sur ce point.
1369
Paragraphe 11 de la version A et B.
1370
Serjeant (R. B), « The Sunnah Jami‘a », op. cit., pp. 17. 19. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II,
p. 95.
1371
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. I, pp. 342. éd. Muṣṭafᾱ al-Saqᾱ, op. cit., p. 148.
éd Dār al-ḥadīth, op. cit., p. 369. Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 348. Ibn Sayyid al-Nās (Muḥammad),
op. cit., T. I, p. 318. Ibn Kathīr (Ismā‘īl), op. cit., T. IV, p. 556. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p .292. Ibn
Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, p. 468.
1372
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fu’ād), op. cit., p. 514.
1373
Tha‘lab (Aḥmad), op. cit., p. 192.
1374
Cité par Ibn Sayyid al-Nās (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 320. cf., Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib, op. cit.,
p. 229.
Pour le terme mufraḥ, voir Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 541. Pour mufraj, Ibid., p. 342 où il confirme
l’opinion de Tha‘lab.
1375
Voir, Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, T. I, pp. 341-344.

192
Figure 121376

Le Coran La Ṣaḥīfa

al-diyya/al-quiṣāṣ al-‘aql/al-qawad

1376
Les termes qui concernent le droit pénal dans le Coran et la Ṣaḥīfa.

193
III. II. III. II. La rançon des captifs.

Cette solidarité tribale est observée également dans la collecte des rançons réclamées pour
libérer les prisonniers. Nous remarquons que le texte stipule que tout clan, telle la compensation
du sang, rançonne ses propres détenus.
‫ن‬
‫ و بنو عوف عىل‬.‫المؤمني‬ ‫ وهم يفدون عانيهم بالمعروف و القسط ن‬،‫ يتعاقلون بينهم‬،‫"المهاجرون من قريش عىل ربعتهم‬
‫بي‬
1378 ‫ن‬
"...‫المؤمني‬ ‫ بالمعروف و القسط ن‬1377‫ وكل طائفة منهم تفدي عانيها‬،‫ يتعاقلون معاقلهم األوىل‬،‫ربعتهم‬
‫بي‬
« Les muhājirūn de Quraysh, proportionnellement à leur condition première, doivent payer en
commun la compensation pour le sang versé et ils (par groupe) rançonnent leurs captifs (le
faisant) avec droiture et justice entre croyants. »1379
Vraisemblablement, cette première partie du texte, au moins du premier paragraphe au onzième,
a été rédigée avant l’affrontement armé entre les mu’minūn et Quraysh à Badr. Sans doute, si
cette partie de texte a été libellée après la bataille de Badr, elle aurait pris en considération ce
grand événement, et on aurait trouvé des traces qui révèlent une préoccupation certaine face à
d’éventuelles représailles. Bien que nous ayons des reserves sur l’ordre de la Ṣaḥīfa, notons que la
première apparition de la tribu de Quraysh se fait dans le passage (22) :
".‫مشك ماال لقريش وال نفسا وال يحول دونه عىل مؤمن‬ ‫" وإنه ال يجب ر‬
« Aucun mushrik ne doit donner sa protection en tant que protecteur « yugīr », à Quraysh, que ce
soit pour des biens ou pour des personnes, et il ne peut s’interposer entre ces derniers et le
mu’min. »1380
Cette injonction vise les mushrikūn qui n’ont pas encore approuvé le message religieux du
Prophète, mais qui ont rallié sa cause sociale et politique. Désormais, Ils doivent restreindre, voire
rompre leur relation commerciale et familiale avec Quraysh. Ce passage lui-même, en observant
son mode d’expression qui est plus atténué que le passage suivant,1381nous paraît antérieur à
cette bataille.
Le fait que cette partie du Pacte mette l’accent sur l’entraide au sein de chaque clan afin de
rançonner leur captif, prépare, semble-t-il, une belligérance inéluctable.

1377
Al-‘ānī c’est le prisonnier. cf., al-Zamakhsharī (Maḥmῡd), op. cit., T. II, p. 26. Ibn al-Athīr (Majd al-dīn), op. cit.,
p. 229. Ibn Manẓūr cite en outre d’autres significations de ce terme, tels que l’esclave et le soumis. op. cit., T. XV,
p. 101.
1378
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dār al-Ḥadīth, op. cit., p. 368. La rançon des prisonniers est évoquée dix fois dans
cette Ṣaḥīfa, neuf occurrences dans une forme verbale « yafdūna, tafdī » et la dixième en tant que nom verbal
« fidā’. » cf., Paragraphes 2-11 de la version A et B.
1379
Paragraphe 2-10 version A et B. À l’exclusion de tous les autres érudits, Abῡ ‘Ubayd ajoute, et uniquement dans le
paragraphe 2, le terme al-muslimīn. cf., Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p .292. Ibn Zanjawayh ne suit
pas son maître dans cet ajout. cf., Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, p. 467.
1380
Paragraphe 19 de la version d’Abū ‘Ubayd.
1381
ّ ‫ وأنه من نصره أو آواه‬،‫"و إنه ال يح ّل لمؤمن أقر بما في هذه الصحيفة و آمن باهلل واليوم اآلخر أن ينصر محدثا وال يؤويه‬
‫فإن عليه لعنة هللا‬
o
Voir, la traduction de ce paragraphe n 24 dans la version A, 21B. ".‫ وال يؤخذ منه صرف وال عدل‬،‫وغضبه يوم القيامة‬

194
Le combattant éventuel est cependant rassuré car sa tribu ou son clan protège ses arrières. La
tribu entière est prête non seulement à payer sa rançon mais aussi à prendre en charge sa
vulnérable famille, cela va de soi. M. Gil distingue entre la compensation du sang que la tribu ou le
clan prend en charge et la rançon du captif qui est une affaire de l’ensemble des groupes, pour
emprunter son expression.1382
Nous estimons que le captif visé dans ce Pacte est exclusivement le captif de guerre ; un texte
aussi important ne peut, à notre sens, faire allusion à la captivité liée à une infraction mineure,
comme il suggère R. B. Sergeant.1383
Même si l’adhérent à cette société naissante est étranger, et qu’il ne s’affilie à aucune tribu ni
aucun clan, Yathrib ne l’abandonne pas et les mu’minūn assument généreusement sa rançon :
1385 ‫ن‬ َ ‫المؤمني ال ريبكون ُم‬
‫ن‬
".‫ أو عقل‬1384‫فرحا بينهم أن يعطوه بالمعروف ف فـداء‬ ‫"و إن‬
« Les croyants ne doivent pas laisser sans secours celui qui est endetté parmi eux, mais doivent
l’aider pour payer une rançon ou une compensation pour le sang versé. »1386
Ils rançonnent leurs captifs cependant avec droiture et justice entre croyants ‫يفدون عانيهم بالمعروف و‬
‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫القسط ن‬, autrement dit ils s’entraident mutuellement et judicieusement pour libérer le
‫بي‬
mu’min captif.1387

La fidya, telle la compensation du sang, est une coutume préislamique par excellence. Les
incursions sur les tribus surtout voisines était un moyen d’enrichissement, voire un moyen de
subsistance, notamment durant les sécheresses persistantes. La tribu vaincue s’expose à un pillage
impitoyable et beaucoup d’hommes, qui ne sont pas tués, seront détenus.1388 Dans ce désert aride
de la péninsule arabique, les seules sources de richesse sont : le pillage, le butin de guerre ou la
rançon des détenus. Cette dernière n’a pas de prix fixe, elle dépend de la situation sociale du
détenu et de sa famille. Elle peut dépasser les mille chameaux comme elle peut se limiter à

1382
"...ransoming of captives was to become a joint affair of the whole party". Gil (Moshe), op. cit., p. 51. M. Lecker
n’approuve pas cet avis, op. cit., p. 103 sq.
1383
Sergeant (R. B), « The Sunnah Jami‘ah », op. cit., p. 21.
1384
fidā’ c’est la rançon, elle peut être une somme d’argent ou un échange contre un détenu. cf., Ibn al-Athīr (Majd
al-dīn), op. cit., p. 229. Cette affirmation d’Ibn al-Athīr résout, semble-t-il, le problème exposé par Lecker quand
il atteste concernant la rançon du captif : "The Kitāb (le texte de Médine) speaks of payment and not of interce-
ssion (médiation pour un éventuel échange de prisonniers).", op. cit., p. 104.
cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XV, p. 150 où il cite un vers
du poète Nuṣayb Ibn Rabāḥ (m. 107/726) : ‫الرأس منها كَبرة و َمشيب‬
َ ‫ بعدما ** عال‬،‫ ولكنني فاديتُ أمي‬-
-Mais (hélas) j’ai rançonné ma mère après que ** sur sa tête, la vieillesse et le grisonnement se sont manifestés.
Pour ce poète qui était mawlā de ‘Abd al-‘Azīz Ibn Marwān Ibn al-Ḥakam, le père de ‘Umar II, voir, Ibn Qutayba
(‘Abd Allāh), al-Shi‘r wa al-shu‘arā’, Annoté par Aḥmad Muḥammad Shākir, éd. Dār al-ma‘ārif, Le Caire, 1958, T.
I, pp. 410 sqq. Et, sa longue biographie, chez Abū al-Faraj al-Iṣfahānī (‘Ali), Kitāb al-aghānī, éd. Dār al-kutub, Le
Caire, 1952, T. I, pp. 324-377.
1385
Paragraphe 11 de la version A et B.
1386
Ibid., p. 369.
1387
cf., Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), op. cit., p. 229.
1388
‘Ali (Jawād), op. cit., T. V, p. 333.

195
quelque dizaine. Le détenu peut être également échangé contre un autre détenu ou gardé comme
otage.1389Les notables de la tribu trouvent dans le fait de rançonner leurs compatriotes un moyen
pour vanter leurs noblesses et leurs générosités. Le linguiste Ibn Durayd (m. 321/933) nous
rapporte que Sa‘d Ibn Mushammit, un notable de la période préislamique du clan Banū al-
Mukhayyal, a juré de rançonner tout détenu.1390 De ce fait, un verset coranique du début de la
révélation commande implicitement en décrivant les hommes purs "al-abrār":1391
1392
".‫" ويطعمون الطعام عىل حبه مسكينا و يتيما و أسبا‬
« Ils nourrissaient le pauvre, l'orphelin et le captif, pour l'amour de Dieu…»1393
Curieusement, la seule occurrence coranique du générique fidā’dans ce sens là est :1394
1395
"...‫حب إذا أثخنتموهم فشدوا الوثاق فإما منا بعد و إما فداء‬ ‫فرصب الرقاب ر‬‫"فإذا لقيتم الذين كفروا ن‬
« Lorsqu'au combat vous rencontrez les mécréants, terrassez-les en les frappant sur la nuque et
ligotez-les fermement ; plus tard, vous les libérerez ou les échangerez contre une rançon… »1396
Cette sourate médinoise d’un avis presque unanime, écrit J. Berque, est vraisemblablement pos-
térieure à la bataille de Badr et antérieure à celle d’Uḥud. 1397Apparemment, cette coutume préis-
lamique a fini par être admise dans cette société naissante après une manifeste opposition dont
nous parlerons ci-dessous.

La première réelle confrontation des musulmans avec le phénomène des détenus est présentée le
jour de la bataille de Badr (2/623).1398 La sourate "Le Butin" décrit sévèrement cette situation :
‫ن‬ ‫لنب أن يكون له أشى ر‬
‫ لوال كتاب من‬.‫ تريدون عرض الدنيا وهللا يريد اآلخرة و هللا عزيز حكيم‬،‫حب يثخن ف األرض‬ ‫" ما كان ر‬
‫ن‬ ‫ن‬
‫النب قل لمن ف أيديكم من األشى إن يعلم هللا ف قلوبكم خبا يؤتكم خبا‬ ‫يا أيها ر‬...‫هللا سبق لمسكم فيما أخذتم عذاب عظيم‬
1399
"...‫مما أخذ منكم‬

1389
‘Ali (Jawād), op. cit., T. V, p. 632 sq.
1390
Ibn Durayd (Muḥammad), al-Ishtiqāq, éd. Dār al-jīl, Beyrouth, 1991, T. II, p. 319. cf., ‘Ali (Jawād), Ibid., T. IV, p.
585.
1391
J-L. Michon traduit le mot al-abrār par les hommes purs, op. cit., p. 564 ; tandis que R. Blachère le rend par les
Bons, op. cit., p. 628. Quant à J. Berque, il choisit les vertueux, op. cit., p. 651.
1392
Q LXXVI, VIII. Une grande divergence à propos de la chronologie de cette sourate. T. Nöldeke la place au début
de la deuxième période mecquoise, op. cit., p. XXXVI. cf., al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 40 où il se contente de
nous informer de cette divergence sans avancer aucun avis.
1393
Michon (Jean-Louis), op. cit., p. 564.
1394
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 513 sq. Nous trouvons cependant une deuxième occurrence, mais elle
concerne les Banū Isrāīl. cf., Q II, LXXXV.
1395
Q XLVII, IV.
1396
Michon (Jean-Louis), op. cit., p. 475.
1397
Berque (Jacques), op. cit., p. 549. T. Nöldeke la place juste après la sourate « Le Butin », op. cit., p. XXXVI et p.
170. al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 39.
1398
Ibn Sa‘d cite huit razzias avant Badr dont quatre commandés par le Prophète lui-même. Ibn Sa‘d (Muḥammad),
op. cit., T. II, pp. 6 sqq. Dans la razzia dirigé par ‘Abd Allāh Ibn Jaḥsh, deux mois avant la bataille de Badr selon
Ibn Sa‘d, durant laquelle les musulmans ont capturé deux Qurayshites. Ibid., p. 10.
1399
Q VIII, LXVII, LXVIII et LXX. Ces versets ont été révélés sans doute après la victoire de Badr. cf., al-Sayūṭī (Jalāl
al-Dīn), op. cit., p. 43. Nöldeke (Theodor), op. cit., p. 169. Blachère (Régis), op. cit., p. 201. Berque (Jacque), op. cit.,
p. 188.

196
« Il n'appartient pas à un prophète de faire des captifs tant qu'il n'a pas mené sur terre un combat
acharné. Vous voulez les biens de ce monde, mais Dieu veut [pour vous] la vie future. Dieu est
puissant, sage. Si une prescription de Dieu n'était pas déjà intervenue, un terrible châtiment vous
aurait atteints… O Prophète ! Dis à ceux des captifs qui sont tombés entre vos mains : « Si Dieu
reconnaît un bien en vos cœurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été enlevé… »1400
La tradition dresse une toile de fond de ces versets. Après la bataille de Badr, le Prophète aurait
demande l’avis de ses compagnons à propos des détenus. Abū Bakr aurait penché pour la rançon
tandis que ‘Umar Ibn al-Khaṭṭāb aurait été catégoriquement pour la décapitation. Le Prophète
aurait gardé le silence un moment puis il aurait tranché que le détenu soit décapité s’il n’est pas
rançonné. A ce moment là, précise la tradition, les trois versets ont été révélés.1401
Il est intéressant de remarquer que la condition de la révélation, citée ci-dessus, met en avant le
deuxième calife‘Umar. Elle révèle que seul son avis était en accord avec le Coran. 1402 Par ailleurs,
et dans une seule tradition, le compagnon médinois ‘Abd Allāh Ibn Rawāḥa (m. 8/629) propose, lui
aussi, que les détenus soient brûlés.1403Curieusement, ce compagnon est l’oncle maternel d’al-
Nu‘mān Ibn Bashīr Ibn Sa‘d,1404autrement dit il est le beau-frère de Bashīr Ibn Sa‘d, le premier à
prêter allégeance à Abū Bakr le jour de la saqīfat des Banī Sā‘ida.1405
Finalement, signalons que lors de la bataille de Badr, les musulmants auraient détenu soixante-dix
personnes selon Ibn Sa‘d, dont al-‘Abbās, l’oncle du Prophète, et ‘Aqīl, le frère de ‘Ali.1406
Une tradition attribuée à Ibn ‘Abbās qui l’a entendue de ‘Umar, affirme : « J’ai [‘Umar] suggéré au
Prophète de laisser ‘Ali et Ḥamza décapiter, respectivement, leurs frères ‘Aqīl et al-‘Abbās. »1407

À travers une tradition attribuée à Anas, al-Bukhārī nous informe qu’al-‘Abbās a payé sa rançon
ainsi que la rançon de son neveu ‘Aqīl. Al-Bukhārī ne néglige pas de préciser que ‘Ali a eu sa part
de cette rançon.1408 Selon la glose d’Ibn ‘Abd al-Bar, al-Bukhārī, par cette dernière information,
signifie implicitement que la possession d’un proche n’implique pas automatiquement sa libé-
ration.1409Sans doute, al-Bukhārī, à cet endroit de son livre, réagit comme c’est souvent le cas dans
son œuvre, soit comme un rédacteur qui met en valeur ses opinions, et non pas comme un simple
compilateur neutre.1410

1400
Michon (Jean-Louis), op. cit., p. 165.
1401
Al-Ṣan‘ānī (‘Abd al-Razzāq), op. cit., T. V, p. 208. Al-Ṭabarī (Muḥammad), Tafsīr al- Ṭabarī, op. cit., T. XI, p. 274. Al-
Wāḥidī (‘Ali), Asbāb al-nuzūl, éd. Dār al-kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1991, p. 243sq.
1402
Selon la tradition, ‘Umar a été en accord avec le Coran révélé à plusieurs reprises. Un phénomène appelé : « mu-
wāfaqāt ‘Umar », « les accords de ‘Umar. » cf, al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 82.
1403
Cela dit, la majorité des traditions rapportent l’avis des deux califes uniquement, Abū Bakr et ‘Umar. Voir, al-
Ṭabarī (Muḥammad), Ibid., T. XI, p. 274. Al-Wāḥidī (‘Ali), Ibid., p. 243.
1404
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. III, p. 487.
1405
Ibid., T. III, p. 167.
1406
Ibn Sa’d ne cite pas al-‘Abbās parmi les détenus. Ibid., T. II, p. 16 sq. Al-Ṭabarī évoque quarante-quatre détenus.
cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), Tᾱrīkh al- Ṭabarī, op. cit., T. II, pp. 459 sqq.
1407
Al-Wāḥidī (‘Ali), op. cit., p. 244.
1408
Ibn Ḥajar (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 1281.
1409
Ibid., p. 1282.
1410
Comerro (Viviane), Les traditions sur la constitution du muṣḥaf de ‘Uthmān, op. cit ., p. 89 sq.

197
C’est le cas, semble-t-il, de toute la littérature musulmane de l’époque, qui se base sur le Coran et
le ḥadīth. Le raisonnement de P. Boyer est certainement juste quand il déclare :
« Nous ne transmettons pas simplement l’information reçue. Nous la traitons et l’utilisons pour
créer une nouvelle information dont nous communiquons une partie à nos semblables. »1411

1411
Boyer (Pascal), Et l’homme créa les dieux -Comment expliquer la religion-, éd. Gallimard, Paris, 2001, p. 60.

198
III. II. III. III. Les clans arabes à Yathrib.

M. Hamidullah conçoit le Kitᾱb de Médine comme une entente entre les diverses parties.1412
Selon Serjeant, le Pacte de Médine est unificateur « Jᾱmi‘ », car il associe les Aws, les Khazraj, les
juifs et les muhᾱjirῡn.1413 D’après lui, cette umma constituée à Médine, comme nous l’allons le
voir plus loin, est une confédération théocratique.1414
L’objectif de cette Pacte est certainement l’instauration de la paix et la stabilité au sein de la ville
afin de subjuguer d’autres cités.
Bien que la Charte1415prenne le soin d’énumérer quelques clans appartenant aux frères ennemis,
les Khazraj et les Aws, elle commence par évoquer les mu’minūn et les muslimūn de Quraysh avant
ceux de Yathrib : ‫والمسلمي من قريش ر‬
"...‫ويبب‬ ‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫النب صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬ ‫" هذا كتاب من دمحم ر‬
«Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les mu‘minūn, les
muslimūn de Quraysh, ceux de Yathrib… »1416
Dans le deuxième paragraphe, la Ṣaḥīfa présente, en premier lieu, les muhājirūn :
"...‫ « " المهاجرون من قريش عىل ربعتهم‬Les muhājirūn de Quraysh, conformément à leur condition
première… »1417
Le lieu où cette Charte a été consacrée est bien évidemment Yathrib ; et nous pensons que cette
partie du texte de Médine a été conclue, sans doute, dans les premiers mois de l’installation du
Prophète et de ses compagnons muhājirūn. N’est-il pas plus cohérent, en prenant en
considération ce contexte là, de placer les habitants de Yathrib au premier plan, dans les deux cas
de figure cités ci-dessus ?
Il est très probable que ces deux passages du texte de Médine aient été réorientés ultérieurement.
Depuis que l’appartenance à la tribu de Quraysh a été qualifiée, lors de la saqīfa de Banū
Sā‘ida,1418 comme la condition première pour accéder au califat, il est inconcevable que cette tribu
soit reculée, même textuellement. C’est d’autant plus vrai qu’il s’agit d’un texte fondateur.
Le Coran évoque cette tribu une seule fois, dans une sourate située parmi les plus
anciennes.1419Nous relevons par ailleurs quatre occurrences de Quraysh dans le texte d’Ibn Isḥāq/
Ibn Hishām,1420et seulement trois dans la version d’Abū ‘Ubayd.1421 Le sens du terme Quraysh dans
la Ṣaḥīfa est nuancé : Quraysh en tant qu’appartenance tribale respectée, voire sacrée et Quraysh
1412
Hamidullah (Muḥammad), Documents sur la diplomatie musulmane, op. cit., p. 20.
1413
Sergeant (R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah », op. cit., p. 4.
1414
Ibid., p. 4 sq.
1415
Alfred-Louis de Prémare estime que le terme charte traduit bien le vocable ṣaḥīfa. cf., Les Fondations de l’islam :
entre écriture et histoire, op. cit., 89. Nous reviendrons sur ce point. cf., III. II. VII. I. Ṣaḥīfa, kitāb dans Termes et
Concepts.
1416
Paragraphe 1, version A et B.
1417
Paragraphe 2, version A et B.
1418
cf., al-Ya‘qūbī (Aḥmad), op. cit., T. II, pp. 7sqq. Al-Balāḏurī (Aḥmad), Ansāb al-ashrāf, op. cit., T. I, pp. 579 sqq. Al-
Ṭabarī (Muḥammad), Tārīkh al-Ṭabarī, op. cit., T. III, pp. 203 sqq.
1419
Q CVI, cf., Blachère (Régis), op. cit., p. 666. Nöldeke (Theodor), op. cit., p. XXXVI. p. 82. al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn),
op. cit., p. 34 sq.
1420
Paragraphes 1, 2, 22, 53.

199
en tant que tribu hostile au message de Muḥammad, dirigée par des notables marchands qui
s’opposent vigoureusement au Prophète. Les deux premiers paragraphes du texte de Médine dans
ses deux versions désignent, sans doute, le premier sens tandis que les passages : 53/22 dans le
texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām font référence à la tribu ennemie.1422 Le contexte de ces phrases et
en particulier le pragraphe 19 chez Abū ‘Ubayd et le 53 chez Ibn Hishām montre clairement et sans
ambiguïté que c’est la tibu antagoniste qui est visée.1423
M. Lecker confirme : " Quraysh were mentioned above twice (1, 3)1424as participants. However, in
this clause (23) and in 54 where the tone is hostile to Quraysh, the Quraysh of Mecca are referred
to."1425Cependant, Serjeant estime que Quraysh dans le paragraphe 22 signifie les muhājirūn, autr-
ement dit la première signification de ce mot, tandis que la clause 531426décrit Quraysh en qualité
de tribu ennemie.1427

Le texte de Médine présente, visiblement, Quraysh comme une tribu unie et harmonieuse, malgré
cette division éphémère, par contre la ville de Yathrib est apparue, d’après la Ṣaḥīfa, sans aucune
unité identitaire tribale.
A-L. de Prémare estime que la Charte ne donne pas l’impression que la tribu de Quraysh, tout au
moins au début, ait constitué pour la société naissante de Yathrib l’ennemi numéro un. 1428
Bien que la tribu de Quraysh opposée au Prophète figure deux fois dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn
Hishām, de Prémare avance : « Les Quraysh réfractaires n’y figurent qu’une fois vers la fin de la
transmission transmise par la Sīra d’Ibn Hishām, mais dans un passage incertain et probablement
interpolé. »1429

Cette conclusion résulte d’une lecture, semble-t-il, hâtive, de M. Lecker, suivi de A-L. de Prémare,
de trois textes par rapport aux circonstances de la hijra. En se référant aux textes cités ci-dessous,
les deux chercheurs affirment que l’émigration de Muḥammad et de ses compagnons vers Médine
est le résultat d’un compromis diplomatique entre Quraysh et Yathrib, effectué le jour de ‘Aqaba.
Chaque cité, disent-ils, revendiquent la présence de Muḥammad chez elle. Les notables de la
Mecque, tels Abū Sufyān et Abū Lahab, veulent absolument le garder à la Mecque. Toutefois, et
pour qu’un éventuel conflit soit évité avec la ville de Yathrib, laquelle se trouve sur le chemin de
leur caravane commerciale, ils se seraient arrangés à l’amiable que Muḥammad et ses

1421
Paragraphes 1, 2, 19.
1422
Et le passage 19 uniquement dans la version d’Abū ‘Ubayd.
« .‫» وأ ّنه ال يجير مشرك ماال لقريش وال يعينها على مؤمن‬, paragraphe 19, version B ; « .‫» و إنه ال تجار قريش وال من نصرها‬,
1423

paragraphe 53, version A.


1424
Paragraphes 1 et 2, version A et B selon notre répartition.
1425
Lecker (Michael), The Constitution of Medina, op. cit., p. 126. Les deux clauses 23 et 54 correspondent aux 22
et 53 du texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.
1426
Ce passage est omis chez Abū ‘Ubayd.
1427
Sergeant (R. B), « The Sunnah Jāmi‘ah», op. cit., pp. 24. 37 ; «The Constitution of Medina», op. cit., p. 13.
1428
De Prémare (Alfred-Louis), op. cit., p. 110.
1429
Ibid., p. 109. C’est le paragraphe 53 qui est pointé dans ce texte.

200
compagnons puissent quitter la Mecque ultérieurement, après trois ou quatre mois, afin que la
tribu de Quraysh préserve son honneur et sa dignité.1430
Ces trois textes référents sont : Subul al-hudā wa al-rashād fī Sīrat khayr al-‘ibād, communément
connue sous le titre : al-Sīra al-shāmiyya de Muḥammad Ibn Yūsuf al-Ṣālḥī (m. 942/1535) ; Nashr
al-maḥāsin al-yamāniyya fī khaṣā’iṣ al-Yemen wa naseb al-qaḥ āniyya de ‘Abd al-Raḥmān Ibn al-
Dayba‘ (944/1537) et Tārīkh al-khamīs fī aḥwāl anfes nafīs1431de Ḥusayn Ibn Muḥammad al-
Diyārbakrī (m. 960-966/1552-1558).1432
Abū Jahl aurait dit ce jour-là: « Oh ! groupe des Aws et des Khazraj ; vous êtes nos frères, ce que
vous avez fait est fatal. Voulez-vous nous éclipsé en accueillant notre compatriote Muḥammad ? »
Quand les Qurayshites constatent la détermination des Médinois à ne pas quitter la Mecque sans
le Prophète, et afin d’éviter tout problème durant cette période importante de pèlerinage, ils
énoncent : « Muḥammad et ses compagnons vous rejoignent dans trois mois. »1433
Le texte d’al-Diyārbakrī rajoute : « Alors Quraysh a dit :
‫ن‬
".‫"ليس يخرج معكم إال ف بعض أشهر السنة و ال تتحدث العرب بأنكم غلبتمونا‬
« Il n’est pas question qu’il sorte maintenant avec vous ; revenez dans quelques mois au cours de
cette année. Vous voulez que les [tribus] arabes sachent que vous nous avez vaincus [en
conduisant Muḥammad avec vous].»1434
Il est clair que ces textes n’évoquent aucun compromis diplomatique délibéré mais plutôt ils décri-
vent l’état d’esprit de Quraysh qui s’est brusquement retrouvée face à une situation embarrass-
ante durant une saison de « haj ».1435 En outre, nous ne pouvons cautionner des ouvrages très
tar-difs et à caractère ouvertement apologétique, notamment le livre d’Ibn al-Dayba‘.

I/Le premier groupe social cité dans ce Pacte est les muhājirūn.1436 L’étymologie de ce mot Est-il
dérivé de la hijra l’émigration ou du nom propre Hājer [Agar], la servante égyptienne de Sarah et
la mère d’Ismaël l’ancêtre des Arabes ?1437
Pour désigner les arabes musulmans, les auteurs syriaques utilisaient le terme mahgrāyē qui veut
dire muhājirūn, souligne de Prémare.1438 Il conclut :

1430
Lecker (Michael), « Did the Quraysh conclude a treaty with the Anṣār prior to the Hijra » dans The biographie of
Muḥammad -The issue of the sources-, éd. Harald Motzki : Brill, , Leyde, 2000, pp. 157-167. De Prémare (Alfred-
Louis), Ibid., pp. 109. 401 sq.
1431
Ḥ. Khalīfa mentionne deux variantes pour ce titre :"… anfes nafīs et al-nafs al-nafīs." Khalīfa (Ḥājjī), Kashf al-ẓunūn
‘an asāmī al-kutub wa al-funūn, éd. Dār iḥyā’ al-turāth al-‘arabī, Beyrouth, 1984, T. I, p. 725.
1432
Khalīfa (Ḥājjī), Ibid. Al-Ziriklī (Khayr al-dīn), al-A‘lām, éd. Dār al-‘ilm, Beyrouth, 2002, T. III, p. 6. Pour la date de
décès de cet auteur, M. Lecker note 990/1582, op. cit., p. 159.
1433
Al-Ṣālḥī (Muḥammad), Subul al-hudā wa al-rashād fī Sīrat khayr al-‘ibād, éd. Lajnat iḥyā’ al-turāth, Le Caire, 1997,
T. III, p. 285. Ibn al-Dayba‘ (‘Abd al-Raḥmān), Nashr al-maḥāsin al-yamāniyya fī khaṣā’iṣ al-Yemen wa naseb al-
qaḥ āniyya, Annoté par Aḥmad Rātib Ḥammūsh, éd. Dār al-fikr, Beyrouth, 1992, p. 175 sq. al-Diyārbakrī (Ḥusayn),
Tārīkh al-khamīs fī aḥwāl anfes nafīs, éd. al-maṭba‘a al-‘āmira al-‘uthmāniyya, Le Caire, 1916, T. I, p. 319.
1434
Al-Diyārbakrī (Ḥusayn), Ibid.
1435
Al-Ṣālḥī (Muḥammad), op. cit., p. 285.
1436
Paragraphe 2, version A et B.
1437
Genèse XVI, XI.
1438
De Prémare (Alfred-Louis ), op. cit., p. 36.

201
« Il est à peu prés sûr que ce fut par le terme Muhājirūn que les conquérants se désignèrent eux-
mêmes. »1439 Dans la chronique arménienne on les désigne, ajoute-t-il, par « Ismaélites » ou « Fils
d’Ismaël » ou « Hagarachs », qui provient de « Hagar », l’esclave concubine d’Abraham et mère
d’Ismaël, dit ancêtres des Arabes.1440 C. Décobert signale que jusqu’à la fin des années 70/ fin VIIe
siècle, le grec désignait, entre autres, les Arabes par le mot Magaritaï ou Moagaritaï.1441
Est-ce une translittération du terme arabe Muhājirūn, ou une transposition du syriaque mahgraye,
descendants d’Abraham par Hagar ?1442P. Crone et M. Cook sont manifestement pour la deuxième
réponse.1443
La première utilisation, semble-t-il, du générique hājara, est dans ces deux versets :1444
1446
".‫ "واصـبـرعىل ما يقولون و اهجرهم هجرا جميال‬،1445".‫"وال ُّـرجـزفاهـجـر‬
« La souillure, fuis-[la] ! »1447, « Supporte ce qu’ils disent ! Écartes-toi d’eux sans éclat ! »1448 Et
c’est à Médine que l’épithète muhājirūn se manifeste :1449
‫ن‬ ‫ن‬ ‫ن‬
".‫المؤمني و المهاجرين‬ ‫بالمؤمني من أنفسهم و أزواجه أمهاتهم و أولو األرحام بعضهم أوىل ببعض ف كتاب هللا من‬ ‫"النب أوىل‬
‫ر‬
« Le Prophète est plus lié aux croyants qu’ils ne le sont à eux-mêmes. Ses épouses sont leurs mè-
res. Ceux unis par la consanguinité sont mutuellement plus liés entre eux, dans l’Écriture d’Allāh,
que ne le sont les croyants [médinois] et les émigrés… »1450
Après l’installation du Prophète à Yathrib, l’émigration vers cette cité est devenue, apparemment,
une obligation pour les croyants, voire un signe de la croyance véridique :
1451
"...‫"و الذين آمنوا و لم يهاجروا ما لكم من واليتهم من رشء‬
« Avec ceux qui croient, [mais] n’ont pas émigré, vous n’aurez aucune affiliation jusqu’à ce qu’ils
émigrent… »1452
Une tradition attribuée au Prophète nous informe que cette prescription a perduré jusquà la
conquête de la Mecque en 8/630 : « Aucune émigration est obligatoire après la conquête [de la
Mecque].»1453
Selon les traditions collectées, entre autres par Ibn Shebba (m. 262/875), la hijra était surtout un
acte d’obéissance et de fidélité des Arabes à l’égard du Prophète. ‘Abd Allāh Ibn ‘Umar explique

1439
Ibid. Voir pour l’emploie de ce vocable, al-Baladuri (Aḥmad), Futūḥ albuldān, op. cit., p. 537-538.
1440
De Prémare (Alfred-Louis), Ibid., p. 37. Crone (Patricia) & Cook (Michael), Hagarism -The making of islamic word-,
op. cit., p. 8 sq.
1441
Décobert (Christian), op. cit., p. 83.
1442
Ibid.
1443
Crone (Patricia) & Cook (Michael), op. cit., p. 9.
1444
Nöldeke (Theodor), op. cit., 78 sq et 87 sq. Al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 34 sq. Voir, p. 47.
1445
Q LXXIV, V.
1446
Q LXXIII, X.
1447
Balchère (Régis), op. cit., p. 623.
1448
Ibid., p. 621.
1449
Q XXXIII, VI. cf., ‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 731.
1450
Balchère (Régis), op. cit., p. 445.
1451
Q VIII, LXXII.
1452
Blachère (Régis), op. cit., p. 211.
1453
".‫ "ال هجرة بعد الفتح‬cf., al-Ṣan‘ānī (‘Abd al-Rezzāq), op. cit., T. V, p. 309.

202
que le jour même de sa hijra avec son père ‘Umar, ils se seraient précipités pour prêter allégeance
au Prophète. 1454
Toutefois, le Prophète a allégé ce jugement, probablement après s’être assuré que cette société
naissante ne couait aucun danger. C’est pour cette raison, vraisemblablement, qu’il a accordé à la
tribu d’Aslam de regagner leur terres qui se trouvent dans une zone rurale. Il l’aurait rassurée :
1455
« Vous êtes considéré comme des muhājirūn là où vous êtes. », ".‫"إنكم مهاجرون حيث كنتم‬
Il semble que le passage suivant du Pacte de Médine fasse allusion à la hijra :
1456
"...‫ويبب ومن تبعهم فلحق بهم‬ ‫والمسلمي من قريش ر‬
‫ن‬ ‫ن‬
‫المؤمني‬ ‫النب صىل هللا عليه وسلم ن‬
‫بي‬ ‫" هذا كتاب من دمحم ر‬
«Ceci est un Écrit de Muḥammad le Prophète, concernant les mu‘minūn, les
muslimūn de Quraysh, ceux de Yathrib, ceux qui les suivent, et ceux qui leur sont attachés… »
II/Bien que le terme anṣār figure dans l’introduction éventuellement écrite par Ibn Isḥāq,1457il est
visiblement manquant dans cette Charte. Cela dit, la racine naṣr, tout dérivé confondu, est citée,
respectivement, neuf et sept fois dans les deux versions du texte de Médine (A et B).1458
Curieusement, le Coran emploie l’attribut al-anṣār tardivement, à savoir dans la sourate ‘‘Le
Repentir.’’1459Après l’injonction adressée à tous les mu’minūn :
‫ن‬
‫ نـحـن أنصـار‬: ‫للحواريي من أنصاري إىل هللا قال الحـوريون‬ ‫" يا أيـها الذين آمنوا كونوا أنصار هللا كما قال عيش بن مريم‬
1460
"...‫هللا‬
« Oh vous qui croyez !, soyez les auxiliaires d’Allāh comme lorsque Jésus, fils de Marie, dit aux
Apôtres : « Qui seront mes auxiliaires envers Allāh ? » Les Apôtres répondirent : « Nous sommes
les auxiliaires d’Allāh… »1461Le Coran énonce : ‫"و السابقون األولون من المهاجرين و األنصارو الذين اتبعوهم‬
‫ن‬ ‫ن‬
‫النب و المهاجرين واألنصار الذين اتبعوه ف ساعة العشة من بعد ما‬ ‫لقد تاب هللا عىل ر‬...‫بإحسان رض هللا عنهم ورضوا عنه‬
1462
".‫كاد يزيغ قلوب فريق منم ثم تاب عليهم إنه بهم رؤوف رحيم‬
« Quant à ceux des Émigrés et des Auxiliaires qui sont venus les premiers et à ceux qui les ont
suivis avec un comportement vertueux, Dieu est satisfait d'eux et ils sont satisfaits de Lui…Dieu est
revenu vers le Prophète, vers les Emigrés et vers les Auxiliaires qui l'ont suivi à un moment difficile,

1454
Ibn Shebba (‘Umar), op. cit., T. II, p. 482.
1455
Recueilli, entre autres, par : Ibn Ḥanbal (Aḥmad), al-Musnad, Annoté par Muḥammad ‘Abd al-Kādir ‘Aṭā, op. cit., T.
VI, p. 206. Al-Bukhārī (Ismā‘īl), al-Tārīkh al-kabīr, éd. Dār al-kutub al‘ilmiyya, Beyrouth, 1986, T. I, p. 21. À propos
de ce dernier ouvrage attribué à al-Bukhārī, voir, Melchert (Christopher), «Bukhārī and early ḥadīth criticism », in
o
Journal of the american oriental society, vol. 121, n 1, éd. American oriental society, 2001, pp. 7-19.
1456
Paragraphe 1, version A et B.
1457
Le seuil du texte d’Abū ‘Ubayd, qui est la chaîne de transmission, ne contient aucune occurrence du terme en
question. cf., Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p .291.
1458
cf., version A, paragraphes : 14. 17(Χ2). 24(Χ2). 44. 46. 53. 54 ; version B, paragraphes : 13. 15. 21 (Χ2). 31. 32. 35.
1459
Le mot anṣār est cité onze fois, mais le terme qui qualifie les mu’minūn de Yathrib n’est mentionné qu’à deux
reprises et dans la même sourate considérée, et par la tradition musulmane et par la recherche occidentale,
comme tardive. voir, ‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 703. Nöldeke (Theodor), op. cit., p. XXXVI. p.
211sq. Al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., pp. 34 sqq.
1460
Q LXII, XIV. T. Nöldeke place cette sourate après la bataille d’Uḥud (3/624), op. cit., p. XXXVI et p. 175. Blachère
(Régis), op. cit., p. 592. cf., al-Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., pp. 34 sqq.
1461
Blachère (Régis), Ibid., p. 594.
1462
Q IX, C. CXVII.

203
alors que les cœurs de plusieurs d'entre eux étaient sur le point de se dévoyer. Il est alors revenu
vers eux, se montrant compatissant, clément. »1463
Outre que ce qualificatif1464soit apparemment apparu après la bataille de Tabūk (9/630), aucun
indice manifeste dans le Coran ne prouve qu’il concerne exclusivement les mu’minūn de
Yathrib.1465
À cet égard, soulignons que la lecture du deuxième calife ‘Umar à propos de ce premier verset,
était différente par rapport à celle des Khazrajites Ubay Ibn Ka‘b (m. 30/650) et Zayd Ibn Thābit
(m. 45/665). ‘Umar lisait ce passage de cette manière :1466
1467
"...‫األنصار الذين اتبعوهم بإحسان‬ُ ‫" و السابقون األولون من المهاجرين و‬
« Quant aux précurseurs parmi les Émigrés et les anṣār qui les [les Émigrés] ont suivis… »
Le sens induit par cette deuxième lecture est totalement altéré. Avec la première interprétation,
les anṣār étaient traités sur un pied d’égalité avec les muhājirūn, tandis qu’avec la deuxième ils se
sont retrouvés, en vérité, rétrogradés et flanchés.
Lorsqu’il a vu qu’Ubay Ibn Ka‘b insistait sur sa lecture, et qu’il confirmait qu’il l’avait bel et bien
entendue de la bouche du Prophète, ‘Umar a répliqué :
1468
ُ ُ
.‫" لـقـد كـنـت أرانـا رفـعـنـا رفـعـة ال يـبـلـغـهـا أحـد بـعـدنـا‬
« Je pensais que nous avons été portés à un certain niveau, au point que personne ne parviendrait
jamais à l’atteindre. »1469
Dans la tradition, le terme anṣār est abondamment cité.1470En revanche, un khabar mentionné par
Ibn Isḥāq concernant les bakkā’ūn, une catégorie de personne qui ne possède rien pour pouvoir
participer à la bataille de Tabūk (9/630), suscite notre attention :

1463
Michon (Jean-Louis), op. cit., pp. 179. 181.
1464
À l’origine le mot al-anṣār ‫ األنصار‬est le pluriel du participe actif al-nāṣir ‫اصر‬ ِّ ‫ الن‬, qui veut dire celui qui te défend et
te secourt. cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 210.
1465
T. Nöldeke place ces deux versets après la bataille de Tabūk, op. cit., p. 201 sq. Cependant, l’exégèse musulmane
place le premier verset après la trêve de Ḥudaybiya (6/628), tandis que le deuxième est situé après la bataille de
Tabūk (9/630). cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), Tafsīr al-Ṭabarī, op. cit., T. XI, p. 637 et T. XII, p. 50 respectivement.
Cela dit, le verset coranique, qui parle élogieusement des mu’minūn de Yathrib, sans qu’il emploie le mot anṣār,
est, entre autres : Q LIX, IX. Ce verset est révélé dans un contexte historique spécial, à savoir la déportation du
clan juif Banū al-Naḍīr et l’appropriation de leur biens en 4/625. Voir, al-Wāḥidī (‘Ali), op. cit., pp. 435 sqq. Blachère
(Régis), op. cit., p. 587.
1466
Ibn Shebba (‘Umar), op. cit., T. II, p. 707. Tafsīr al-Ṭabarī, op. cit., T. XI, p. 640 sqq. Al-Rāzī (Fakhr al-dīn), Mafātīḥ
al-ghayb, op. cit., T. XVI, p. 175 sq.
1467
Les grands lecteurs de cette pratique sont : ‘Umar I (m. 23/644), al-Ḥasan al-Baṣrī (m. 110/728), Qatāda (m. 118/
/736) et le neuvième lecteur, parmi les dix célèbres lecteurs, Ya‘qūb al-Ḥaḍramī (m. 205/820). Voir, Ibn Khālawayh
(al-Ḥusayn), Mukhtaṣar fī shawāḏ al-Qurān, Annoté et publié par : Arthur Jeffry & Gotthelf Bergsträsser, éd. Mak-
tabat al-Mutanabī, Le Caire, 1934, p. 59.
1468
Al-Ṭabarī (Muḥammad), Tafsīr al-Ṭabarī, op. cit., p. 640.
1469
Dans cettre tradition rapportée par Muḥammad Ibn Ka‘b al-Quraẓī (m. 108/726) et recueillie, entre autres, par al-
Ṭabarī, nous estimons que le calife ‘Umar vise et les muhājirūn et Quraysh, tellement les deux concepts étaient
assimilés à cette époque. Notons en passant que ce Ka‘b originaire du clan juif Qurayẓa, les alliés du clan Aws, n’a
aucun lien de parenté avec le fameux Ka‘b al-Aḥbār (m. 34/655). cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. VII, p. 419
sq.

204
".‫" وهم سبعة نفر من األنصار وغبهم من نبب عمرو بن عوف‬
1471

« Ils sont sept personnes d’al-anṣār, les autres sont de Banū ‘Amr Ibn ‘Awf. » Le clan Banū ‘Amr
Ibn ‘Awf est un clan des anṣār comme nous allons l’étudier ci-dessous1472Toutefois, ce texte d’Ibn
Isḥāq nous trouble puisqu’il dissocie visiblement ce clan des anṣār. Si l’expression "‫" نبب عمرو بن عوف‬
n’était pas une épithète décalée du mot ‫ األنصار‬et si la formule ‫ و غبهم‬n’était pas un ajout d’un
rapporteur ou d’un copiste, nous serions tentés de conclure que le terme al-anṣār a évolué.
Le Prophète aurait allié entre ces deux groupes, à savoir les anṣār et les muhājirūn avant de
conclure ce Pacte de Médine qui les inclut en particulier, et ceux qui les suivent, tels les mushrikūn
de Yathrib et les juifs.1473
D’après Anas Ibn Mālik (m. 92/710), cette alliance entre ces deux groupes a été faite dans sa
maison : 1474
‫ن‬ ‫"حالف رسول هللا ن‬
".‫بي المهاجرين واألنصار ف دارنا‬
« Le Prophète a a scellé l’alliance entre les muhājirūn et les anṣār dans notre maison. »1475 Plus
loin, Ibn Ḥanbal rapporte la même tradition avec la variante « Quraysh » au lieu de « al-
anṣār ».1476Ce qui corrobore notre idée annoncée ci-dessus, à savoir que les deux concepts :
muhᾱjirῡn et Quraysh, sont souvent mêlés.
Après avoir rapporté la tradition citée ci-dessus, Ibn Ḥanbal note la glose de son maître Sufyān Ibn
‘Uyayna (m. 198/813)1477 : « (Par alli)[,(]Ana)[ entend fraternisé. », 1478".‫آخ‬ ‫ ن‬: ‫" كأنه [أنس] يقول‬
Cette interprétation d’Ibn ‘Uyayna est, peut-être, effectuée, juste pour éviter le contraste avec
‫ن‬
un autre ḥadīth réputé : « Dans l’islam, aucune alliance n’est légitime. », 1479".‫" ال حلف ف اإلسالم‬
À côté de cette tradition, Abū Dāwūd (m. 275/888) mentionne un khabar qui laisse transparaître,
semble-t-il, l’irritation du compagnon Anas Ibn Mālik lorsqu’il a été interpellé:
‫ن‬ ‫ حالف رسول هللا ن‬: ‫ " سمعت أنس بن مالك يقول‬: ‫"عن عاصم األحول قال‬
‫أليس‬: ‫ فقيل له‬،‫بي المهاجرين و األنصار ف دارنا‬
1480 ‫بي المهاجرين و األنصار نف دارنا مر ن‬
".‫تي أو ثالثا‬ ‫ حالف رسول هللا ن‬: ‫ فقال‬،‫ ال حلف نف اإلسالم‬: ‫قال رسول هللا‬
«Un certain ‘Ᾱṣim al-Aḥwal a dit : J’ai entendu Anas Ibn Mālik dire : « Le Prophète a scellé une
alliance entre les muhᾱjirῡn et les anṣᾱr dans notre maison. Quelqu’un lui a répliqué : le Prophète

1470
Al-Ṣan‘ānī (‘Abd al-Rezzāq), op. cit., T. X, p. 98. T. XI, pp. 59 sqq. Ibn Abī Shayba (‘Abd Allāh), op. cit., T. IX, p. 163.
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Fatḥ al-bārī bi sharḥ ṣaḥīḥ al-Bukhārī , op. cit., T. II, pp. 1695 sqq. Et voir, Wensinck (A. J) &
Mensing (J. P), & Brugman (J), op. cit., , T. VI, pp. 459-463.
1471
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Seqqā, op. cit., T. IV, p. 161.
1472
Al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. IV, p. 302.
1473
Nous reviendrons sur mushrik dans III. II. VII. III. Termes et Concepts.
1474
Anas Ibn Mᾱlik a servi le Prophète depuis qu’il était enfant. cf., Ibn Ḥanbal (Aḥmad), op. cit., T. XIX, p. 47 et
passim. Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 325.
1475
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. II, p. 205. Ibn Ḥanbal (Aḥmad), Ibid., T. XIX, p. 142 et T. XXI, p. 404.
Al- Ṣamhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 208.
1476
Ibid., T. XIX, p. 457 et T. XXI, p. 403 sq. Al-Bukhārī et Muslim, dans leurs recueils, mentionnent également
Quraysh à la place de muhājirūn. cf., Ibn Ḥajar (Aḥmad), op. cit., T. III, pp. 2673. 3274. Al-Nawawī (Yaḥya), Sharḥ al-
Nawawī ‘alā Muslim, op. cit., p. 1521.
1477
Au sujet de Sufyān Ibn ‘Uyayna, voir, Juynboll (G. H. A), Encyclopedia of canonical ḥadīth, op. cit., 568 sqq.
1478
Ibn Ḥanbal (Aḥmad), op. cit., T. XIX, p. 142.
1479
Abū Dāwūd (Sulaymān), al-Sunan, éd. Bayt al-afkār al-dawliyya, Riyad, 1999, p. 331.
1480
Ibid.

205
n’aurait pas dit : Aucune alliance n’est légitime dans l’islam ! Alors Anas lui riposte : Le Prophète
a allié entre les muhᾱjirῡn et les anṣᾱr dans notre maison deux ou trois fois ! »
Ce dernier énoncé est problématique. Le rapporteur de ce khabar, à priori ‘Ᾱṣim al-Aḥwal, voulait-
il dire qu’Anas a répété sa phrase deux ou trois fois pour convaincre le déluré, un style d’affirm-
ation dite "formelle", ou bien tout simplement, atteste-t-il que le Prophète a établi cette alliance
chez lui à deux ou trois reprises ? "Deux ou trois fois" fait-il partie du propos d’Anas ou bien c’est
un commentaire ajouté par un transmetteur ?1481
Serjeant estime que ces deux hilfs sont les documents A et B de la Ṣaḥīfa.1482 Il souligne plus loin:
« Le document B, qui est peut-être la seconde alliance conclue chez Anas Ibn Mālik, est une
extension de A. »1483
Tandis qu’il identifie le document A au premier hilf prononcé au domicile d’Anas, il assimile le
document B au second pacte approuvé également chez ce dernier.1484 Il appuie son raisonnement
sur l’introduction éventuelle d’Ibn Isḥāq :1485
‫ وأقرهم‬،‫بي المهاجرين واألنصار وادع فيه يهود وعاهدهم‬ ‫ " وكتب رسول هللا صىل هللا عليه وسلم كتابا ن‬: ‫" قال ابن إسحاق‬
1486 ‫ر‬
".‫واشبط عليهم‬ ،‫وشط لهم‬ ‫ ر‬،‫عىل دينهم و أموالهم‬
« Ibn Isḥāq a dit : « Le Messager de Dieu a rédigé un Écrit "Kitāb", entre les muhājirūn et les
anṣār… » Sergeant se fonde également sur une variante du ḥadīth en question collectée par M. Ibn
al-Athīr dans un livre à caractère manifestement linguistique :1487
1488 ‫ن‬ ‫ن‬ ‫ حالف رسول هللا ن‬: ‫" قال أنس‬
".‫بي المهاجرين و األنصار ف دارنا مرتي‬
« Anas a dit : « Le Messager de Dieu a allié entre les muhājirūn et les anṣār dans notre maison à
deux reprises. »
Ibn al-Athīr commente cette variante dans son glossaire : 1489 ‫ أي ن‬.‫تي‬
".‫آخ بينهم و عاهد‬ ‫مر ن‬... "
« …à deux reprises, c’est-à-dire il [le Prophète] a fraternisé et a conclu un pacte entre eux. »

1481
Le fait, qu’un transmetteur inclut son commentaire dans le ḥadīth, s’appelle al-mudraj chez les spécialistes en la
matière Voir, al-Ḥākim al-Naysabūrī (Muḥammad), Ma‘rifat ‘ulūm al-ḥadīth, op. cit., pp. 208 sqq.
1482
Sergeant (R. B), «The Constitution of Medina », op. cit., p. 7. Nous étudions le point de vue de Sergeant qui divise
la Charte en huit documents dans : III. II. IV. Les variantes dans le texte de Médine : L’ordre de la Ṣaḥīfa. Signalons
pour le moment que ces documents A et B, selon notre répartition se sont les paragraphes : 1-21 et 22-25 respec-
tivement du texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.
1483
Ibid., p. 13.
1484
Sergeant (R. B), « The Sunnah Jāmi‘ah », op. cit., pp. 15. 23.
1485
Ibid., p. 15. Nous estimons que cette introduction, attribuée à Ibn Isḥāq, laquelle nous avons considérée, tel un
seuil du Texte, est tendancieuse par rapport à l’introduction attribuée à Abū ‘Ubayd :
".‫" و هذا كتاب رسول هللا ملسو هيلع هللا ىلص بين المؤمنين وأهل يثرب وموادعته يهودها َمقدمه المدينة‬
« Ceci est un Écrit du Messager de Dieu entre les mu’minūn et les gens de Yathrib, par lequel il a établi, lors de son
son arrivée à Médine, une alliance avec les juifs. » cf., Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 291.
1486
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 341.
1487
Segeant (R. B), «The Constitution of Medina », op. cit., p. 6.
1488
Ibn al-Athīr (Majd al-dīn), al-Nihāya fī gharīb al-ḥadīth wa -l-athar, éd. Dār Ibn al-Jawzī, Dammam, 2000, T. I, p.
225.
1489
Ibid.

206
Chez al-Bukhārī, le khabar d’Anas, sans la variante "à deux reprises", est mentionné subtilement,
assemblé à d’autres akhbār qui concernent la fraternisation. Il est présenté sous un titre habile :
« La fraternisation et le ḥilf. », ".‫"باب اإلخاء و الحلف‬1490
Dans la Sīra d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām, nous remarquons que la fraternisation entre les muhājirūn et
les anṣār est placée immédiatement après le Pacte de Médine. Bien que l’organisation des chapi-
tres de la Sīra soit sujette à caution, le fait de poser le thème de la fraternisation à cet endroit du
livre est significatif. 1491
Al-Samhūdī conjugue l’intitulé du Pacte de Médine concédé à Ibn Isḥāq avec le sujet de la fratern-
isation.1492 Il ajoute : « Cette fraternisation a été mise en place cinq à huit mois après l’émigra-
tion du Prophète. »1493 Al-Samhūdī estime, à juste titre, que cette institution a été engagée lors de
la première année d’hégire, et elle est restée cependant, perméable pour tout converti à l’islam
et pour tout émigré à Médine.1494Vraisemblablement, de même que cette dernière, l’adhésion à
ce Pacte "ḥilf" est restée constamment envisageable.
Il est possible aussi que le prophète Muḥammad ait commencé par établir une fraternisation qui a
évolué sciemment à un ḥilf solennel et accessible à tous, certifié chez les Banū al-Najjār, les oncles
du Prophète.1495

III/ Les clans arabes de Yathrib évoqués dans cette Ṣaḥīfa sont : les Banū ‘Awf, les Banū Sāi‘da, les
Banū al-Ḥārith, les Banū Jusham, les Banū al-Najjār, les Banū ‘Amr Ibn ‘Awf, les Banū al-Nabīt et
les Banū al- Aws.1496
Manifestement, ce Pacte mentionne huit branches tribales médinoises qui reviennent sans
aucun doute aux deux grands clans : les Khazraj et les Aws.
Khazraj et Aws, les ancêtres de ces deux grands clans de Yathrib, sont les deux fils de Ḥāritha Ibn
Tha‘laba et de Qīla Bint al-Arqam ou Bint Kāhil1497, précise Ibn Kalbī.1498 Dans la période
préislamique ils étaient connus sous le matronyme Banū Qīla.1499

1490
Ibn Ḥajar (Aḥmad), op. cit., T. III, p. 2673. Dans son recueil, al-Bukhārī communique souvent ses opinions indir-
ectement à travers l’agencement des ḥadīth et la « titrologie » des chapitres et sous chapitres, pour emprunter
l’expression de Hoek (Leo Huib), La Marque du titre -Dispositifs sémiotiques d’une pratique textuelle-, éd. Mouton,
Paris, 1981, pp. 7 sqq.
1491
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), éd. Ferdinand Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 344. Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit.,
T. II, pp. 350 sqq. Voir, Sergeant (R. B), « The Sunnah Jāmi‘ah », op. cit., p. 16.
1492
Al-Samhūdī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 207.
1493
Ibid.
1494
Ibid.
1495
Anas Ibn Mālik était un Khazrajite de Banū al-Najjār, les oncles du Prophète. Voir, Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit.,
T. V, p. 325.
1496
Paragraphes : 3-10, version A et B.
1497
Chez Ibn Khaldūn, nous trouvons Kāhin au lieu de Kāhil. Ibn al-Kalbī (Hishām), Jamharat al-nasab, éd. ‘Ᾱlam al-
kutub, Beyrouth, 1986, p. 621. Al-Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 140. Voir, Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), Tᾱrīkh Ibn
Khaldūn , op. cit., II, p. 344.
1498
Ibn al-Kalbī (Hishām), Ibid. Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), Ibid. Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), Al-Istibṣār fī nasab al-
ṣaḥāba min al-anṣār, Annoté par ‘Ali Nwihaḍ, éd. Dār al-fikr, Beyrouth, 1971, p. 29. Al-Samhῡdī (‘Ali), Ibid., T. I,
p. 138. cf., Watt (W. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 179. Djaït (Hichem), La vie de Muhammad, op. cit., T. III,
p. 58.

207
Rappelons-nous que les Khazrajites sont les oncles maternels du Prophète, or la mère de son
grand-père ‘Abd al-Muṭṭalib était de cette tribu1500 et parmi les soixante-quinze personnes de
Yathrib qui ont participé au sermon d’allégeance le jour d’al-‘Aqaba III,1501soixante-quatre, y
compris deux femmes, étaient aussi Khazrajites.1502 Nous ne nous étonnons donc pas si cette
Ṣaḥīfa évoque les clans khazrajites au premier plan.1503
Ainsi, les cinq premiers clans appartiennent incontestablement à la tribu khazraj bien que cette
dernière ne soit pas inscrite dans ce Pacte sous ce nom patronymique1504, à savoir les Banū ‘Awf,
les Banū Sāi‘da,1505les Banū al-Ḥārith, les Banū Jusham1506et les Banū al-Najjār. Ibn Qudāma
synthétise :
1508
".‫ و الحارث و ُجشم و عوف بنو الخزرج‬1507]‫ منهم بنو النجارومنهم كـعـب [ بنو ساعدة‬: ‫"الخزرج بطون‬
« La tribu de Khazraj est composée, entre autres, de Banū al-Najjār, [de Banū] Ka‘b [Banū Sā‘ida],
[de Banū] al-Ḥārith, [de Banū] Jusham et [de Banū] ‘Awf, [tous sont] les descendants de
Khazraj.»1509
En revanche, les trois clans de Aws cités dans le texte de Médine sont : Les Banū ‘Amr Ibn ‘Awf,1510
les Banū al-Nabīt1511et les Banū al- Aws.1512 La définition de ce dernier groupe pose réellement un
problème. Sont-ils les Aws dans leur généralité comme l’affirme H. Djaït en exam-
inant le paragraphe concernant les juifs des Banū al-Aws ?1513 Si toute la tribu Aws est visée par
cette clause, pourquoi les deux grands clans de cette tribu, Banū ‘Amr Ibn ‘Awf et les Banū al-

1499
Al-Samhῡdī (‘Ali), Ibid., T. I, p. 140.
1500
Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), Ibid., p. 30.
1501
Al-Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 179.
1502
Ibn Hishām(‘Abd al-Malik), éd. Muṣṭafᾱ al-Saqᾱ, op. cit., T. II, p. 97 sqq.
1503
cf., Maḥmūd (Muḥammad), op. cit., pp. 146-148.
1504
Gil (Moshe), op. cit., p. 61. Voir, Wellhausen (Julius), « Muhammads Gemeindeordnung von Medina », op. cit., p.
68.
1505
Le célèbre compagnon Sa‘d Ibn ‘Ubāda (m. 14/635), un des chefs de Khazraj, appartient au Banū Sā‘ida fils de Ka‘b
fils de Khazraj, affirme Ibn Qudāma. cf., Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), op. cit., p. 93. Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T.
III, p. 566.
1506
Le compagnon érudit Mu‘ād Ibn Jabal (m. 18/639) est affilié à ce clan. Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), Ibid., p. 136.
1507
Entre crochets est un ajout de notre part. Les Banū Sā‘ida sont incontestablement les descendants de Ka‘b, cf., Ibn
Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. III, p. 566. Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), Ibid., p. 93.
1508
Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), op. cit., p. 31. Al-Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 141.
1509
Pour la généalogie de Khazraj, cf., Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), Ibid., pp. 30 sqq.
1510
‘Amr Ibn ‘Awf Ibn Mālik Ibn al-Aws, cf., Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 344. Ibn Qudāma (‘Abd
Allāh), Ibid., p. 276. Al-Samhῡdī (‘Ali), Ibid., T. I, p. 154.
1511
Al-Nabīt est le surnom de ‘Amr Ibn Mālik Ibn al-Aws. Voir, Ibn al-Kalbī (Hishām), op. cit., p. 633. Ibn Qudāma (‘Abd
Allāh), Ibid., p. 204. Al-Samhῡdī (‘Ali), Ibid., T. I, p. 153 sq. Notons que le compagnon réputé Sa‘d Ibn Mu‘āḏ (m.
5/626) est de ce clan, précisément de Banū ‘Abd al-Ashhal, les descendants d’al-Nabīt. Ibn al-Kalbī (Hishām), Ibid.,
p. 633 sqq. Ibn Qudāma (‘Abd Allh), Ibid., p. 205.
1512
Pour la généalogie de la tribu de Aws, cf., Ibn al-Kalbī (Hishām), Ibid., pp. 621 sqq. Notons en passant que nous
avons relevé beaucoup de divergences entre les généalogistes lors de leurs études des deux branches : le Aws et le
Khazraj. Voir, al- Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 140.
1513
Djaït (Hichem), op. cit., p. 93. Le paragraphe concerné est le 32 version A, le 29 version B.

208
Nabīt, sont-ils cités séparément dans les deux paragraphes qui précèdent ? Probablement, ce sont
les Aws Allāh, comme l’avance J. Wellhausen et le certifient M. Watt et M. Lecker.1514
Cependant, Lecker pense que la Ṣaḥīfa ne fait référence qu’à deux groupes de ce clan, à savoir
Salm et Sa‘īd Ibn Murra, qui se sont convertis à l’islam avant l’hégire et ont quitté le territoire de
Aws Allāh1515 pour s’installer respectivement à Qubā’ et à Sāfila.1516Ils ont cessé politiquement
d’appartenir à Aws Allāh, dit-il, en gardant toutefois leur filiation généalogique.1517 Nous estimons
toutefois que le Pacte de Médine s’adresse également aux mushrikūn indécis.1518
Selon Ibn Isḥāq, les Aws Allāh qui ont embrassé l’islam après la bataille du Fossé (5/627) sont :
Banū Omeyya Ibn Zayd, Khaṭma, Wā’il et Wāqif1519 les descendants de Aws Ibn Ḥāritha.1520 Al-
Samhῡdī rapporte une information explicite qui stipule que Mālik Ibn al-Aws a eu trois enfants :
‘Amr, ‘Awf et Murra. Ce dernier est l’ancêtre des Aws Allāh.1521 Les sous-clans de Aws Allāh cités
par Ibn Isḥāq sont vraisemblablement les descendants de Murra en question.1522
Avant l’islam, le clan Aws Allāh se nommait les Aws Manāt.1523 M. Watt souligne : "The name Aws
Manāt became in islamic times Aws Allāh, or sometimes, as in the constitution of Medina, simply
al-Aws." 1524

1514
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 68. Watt (William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 164. Lecker
(Michael), op. cit., p. 74.
1515
Aws Allāh habitait la ‘Ᾱliya. Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), op. cit., p. 73. Voir, le tableau de Médine au temps du
Prophète affichant la position des clans de Yathrib chez : Watt (William Montgomery), Ibid., p. 152. Djaït (Hichem),
T. III, op. cit., p. 62.
1516
Lecker (Michael), op. cit. Nous parlerons de ces zones géographiques, notamment la Ᾱliya et la Sāfila lors de notre
étude du terme Yathrib, al-Madīna.
1517
Ibid., p. 75.
1518
Nous aurons l’occasion d’examiner ce point de vue lorsque nous aborderons le concept de mushrik. voir, III. II.
VII. III. Termes et Concepts : mu’min, muslim, mu’min, muttaqī et mushrik.
1519
Chez Ibn ‘Abd al-Bar Wāqid au lieu de Wāqif. cf., Ibn ‘Abd al-Bar (Yūsuf), op. cit., p. 73.
1520
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Saqᾱ, T. II, p. 80. cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. V, p. 303. Ibn Qudāma
(‘Abd Allāh), op.cit., p. 204. Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 418. Watt (W. Montgomery), op. cit., p.
177.
1521
Al- Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 140.
1522 o
Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), op.cit., p. 204, n. n 766. Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 344. Voir, le
tableau illustrant clairement les clans et sous-clans des Aws et des Khazraj, chez : Watt (William Montgomery), op.
cit., p. 154. Soulignons que Watt a omis Mālik Ibn al-Aws. Ibid.
1523
Manāt est la plus vieille divinité vénérée en Arabie à l’époque préislamique, surtout par les Aws et les Khazraj. Sa
statue était érigée au bord de la mer, à sept miles de Yathrib en direction de la Mecque. Le Prophète l’aurait
détruite quand il se dirigeait vers la conquête de la Mecque en 8/629. cf., Ibn al-Kalbī (Hishām), al-Aṣnām, Annoté
par Aḥmad Zakī Bāshā, éd. Dār al-kutub, Le Caire, 1995, pp. 13 sqq. Al-Azraqī (Muḥammad), op. cit., T. I, p. 196 sq.
Al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. V, p. 204 sq.
1524
Watt (W. Montgomery), op. cit., p. 164. Djaït (Hichem), op. cit., T. III, p. 55. Notons cependant que les sources que
nous consultons sont muettes sur l’origine de cette appellation « Aws Manāt » , ainsi que sur le contexte de cette
conversion nominale. Cela dit, H. Ibn al-Kalbī affirme dans son œuvre maîtresse « al-Aṣnām » : « Les Arabes appe-
laient leurs enfants ‘Abd Manāt et Zayd Manāt. », Ibid., p. 13.

209
Les Banū ‘Awf sont mentionnés à la tête de ces clans ; il est même cité comme référence par
rapport aux autres clans dans la partie qui concerne les juifs, comme nous allons le voir
prochainement.
C’est un grand clan des Khazraj et peut-être même qu’à l’arrivée du Prophète, il était le clan le
plus puissant de cette tribu. Le fameux ‘Abd Allāh Ibn Ubbay Ibn Salūl, le grand opposant au
prophète Muḥammad, était, à cette période là, le chef de ce clan.1525Notons aussi que parmi
les douze hommes qui se sont convertis à l’islam et qui ont prêté allégeance au Prophète le
jour d’al-‘Aqaba II, deux sont de Banū ‘Awf : ‘Ubāda Ibn al-Ṣāmit (m. 34/654)1526et Abū ‘Abd al-
Raḥmān Yazīd Ibn Tha‘laba.1527
L’appartenance clanique des douze naqīb nommés lors d’al-‘Aqaba III est révélateur à notre sens.
Neuf naqīb sont de la tribu de Khazraj et trois de Aws.1528 Ceux de Khazraj sont :
I/ Les Banū al-Najjār sont conduits par As‘ad Ibn Zurāra (m.1/622), lequel a été désigné par le
Prophète en tant que responsable des douze naqīb (naqīb al-nuqabā’).1529
II/ Les Banū Jusham par : al-Barā’ Ibn Ma‘rūr (m. 1/622),1530 ‘Abd Allāh Ibn ‘Amr (m. 3/624)1531et
Rāfi‘ Ibn Mālik (m. 3/624).1532
1533
III/ Les Banū al-Ḥārith par : Sa‘d Ibn al-Rabī‘(m. 3/624) et ‘Abd Allāh Ibn Rawāḥa (m. 8/629).
1534 1535
IV / Les Banū Sāi‘da par : Sa‘d Ibn ‘Ubāda (m. 15/636) et al-Munḏir Ibn ‘Amr (m. 4/625).
1536
V/ Les Banū ‘Awf par ‘Ubāda Ibn al-Ṣāmit (m. 34/654).
Et les naqīb de Aws sont :
I/Les Banū al-Nabīt par: Useyd Ibn Ḥuḍayr (m. 20/640)1537et Mālik Ibn al-Tayyihān (m. 20/ 640).1538
II/ Les Banū ‘Amr Ibn ‘Awf par Rifā‘a Ibn ‘Abd al-Munḏir.1539

1525
Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. III, p. 501. Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), op.cit., p. 184. Al-Samhῡdī (‘Ali), op.cit., T. I,
p. 172.
1526
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. III, p. 506.
1527
Ibid., T. I, p. 187. Yazīd Ibn Tha‘laba est un allié des Banū ‘Awf, sa date de décès est apparemment inconnue. Ibid.,
T. IV, p. 372. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Saqᾱ T. II, p. 73 sq.
1528
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), Ibid., p. 86 sq. Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., T. III, pp. 557 sqq.
1529
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., pp. 557 sqq. Ibn Sa‘d précise qu’il est décédé neuf mois après la hijra du Prophète.
Ibid., p. 565.
1530
Ibid., p. 571. Il est mort un mois avant l’émigration du Prophète, spécifie Ibn Sa‘d. Ibid., p. 572.
1531
Ibid., p. 573. C’est le père du célèbre compagnon Jābir Ibn ‘Abd Allāh (m. 74/693) qui est considéré parmi les
compagnons qui auraient rapporté le plus de ḥadīth. cf., Ibn al-Athīr (‘Ali), Usd al-ghāba, op. cit., T. I, pp. 492 sqq.
1532
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., p. 574.
1533
Ibid., p. 565 sq. Ce Sa‘d Ibn al-Rabī‘ est placé sous le clan de Banū al-Najjār selon une tradition éventuelle de Jābir
Ibn ‘Abd Allāh mentionnée dans le Muṣannaf d’al-Ṣan‘ānī (‘Abd al-Razzāq), op.cit., T. XI, p. 64.
1534
Ibn Sa‘d (Muḥammad), Ibid., pp. 566 sqq.
1535
Ibid., p. 570.
1536
Ibid., p. 573.
1537
Ibid., p. 558.
1538
Il appartient à ce clan par alliance, Ibid., p. 561. Notons qu’il y a une grande divergence sur sa date de décès. cf.,
Ibn al-Athīr (‘Ali), Usd al-ghāba, op. cit., T. V, p. 13.
1539
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), op. cit., T. II, p. 87. Ibn Sa‘d cite, à la place de ce personnage, un certain Sa‘d Ibn Khay-
thama (m. 2/623) dont les oncles sont de Banū Jusham. Ibid., p. 561 et dont une tradition de Jābir Ibn ‘Abd Allāh,
rapportée par al-Ṣan‘ānī dans son Muṣannaf , le rattache au clan ‘Amr Ibn ‘Awf. op.cit., T. XI, p. 64. Au lieu de

210
Ce tableau reflète concrètement les clans évoqués dans la Ṣaḥīfa. Si le clan Aws Allāh n’est pas
présenté par un naqīb, c’est, tout simplement, parce que ce groupe restait majoritairement réti-
cent vis-à-vis du message de Muḥammad.1540Les deux pactes conclus à ‘Aqaba II et III et en parti-
culier ce dernier, sont, peut-être, la base fondamentale qui a générée par la suite la Charte sole-
nnelle de Médine.
Cela étant, la rivalité entre ces clans de Médine et la nature de leurs rapports avec la tribu Qura-
ysh, qui monopolise désormais le pouvoir politique, ne sont pas négligeables à cet égard.
Le travail des chercheurs a montré, affirme Patrick Geary, que la mémoire est un processus actif
de création, intimement lié au présent.1541 Ce processus est différent d’un ordinateur qui stocke
des données et les retrouve intactes ; la mémoire quant à elle, transforme ses données.1542

Dans une tradition recueillie, entre autres, par Bukhārī et Muslim, le Najjarite Anas Ibn Mālik
aurait entendu Abū Usayd dire:1543
‫ يا رسول هللا‬: ‫ فقال سعد بن عبادة‬.‫ بنو النجارثم بنو عبد األشهل ثم بنو الحارث ثم بنو ساعدة‬:‫ خب دور األنصار‬: ‫النب‬‫" قال ر‬
". ‫ أليس بحسبكم أن تكونوا من الخيار‬: ‫فقال‬.‫جعلتنا آخرا‬
« Le Prophète aurait dit : « Les meilleures familles des anṣār sont : Banū al-Najjār, Banū ‘Abd al-
Ashhal (Banū al-Nabīt), (et ce sont le clan de Sa‘d Ibn Mu‘āḏ), Banū al-Ḥārith et Banū Sā‘ida. Sa‘d
Ibn ‘Ubāda (qui est le chef de ce dernier clan) réplique : « Oh Messager de Dieu ! Tu nous as pla-
cés les derniers ! »Le prophète Muḥammad répond alors : « Cela ne vous satisfait-il pas que vous
soyez parmi les bons ? »1544
Cet ordre des grandes familles énoncé par le premier ḥadīth a manifestement suscité des contro-
verses au sein des compagnons. Abū Usayd se serait défendu :
ُ
1545
".‫" لو كنت كاذبا لبدأت بقوم نبب ساعدة‬
« Si j’étais menteur, j’aurais commencé par mon clan Banū Sā‘ida. »
Al-Ṣan‘ānī cependant transmet la même tradition rapportée par un autre compagnon, à savoir Abū
Hurayra (m. 57/676), mais avec une variante intéressante. Désormais, les Banū al-Najjār passe au
second plan après les Banū ‘Abd al-Ashhal (Banū al-Nabīt) :
‫ فقال‬.‫ بنو عبد األشهل و هم رهط سعد بن معاذ ثم بنو النجار ثم بنو الحارث ثم بنو ساعدة‬:‫ خب دور األنصار‬: ‫النب‬ ‫" قال ر‬
1546
"...‫سعد بن عبادة‬

Rifā‘a Ibn ‘Abd al-Munḏir du clan de Aws, Ibn Ḥabīb cite à sa place Sa‘d Ibn Khaythama. Soulignons également qu’il
mentionne dix naqīb khazrajites en rajoutant Khārija Ibn Zayd. Voir, Ibn Ḥabīb (Muḥammad), op. cit., pp. 268 sqq.
1540
Ce khabar de Jābir, cité ci-dessus, rapporté par deux de ses fils, cite les nuqabā’ avec quelque divergences. Al-
Ṣan‘ānī (‘Abd al-Razzāq), Ibid., T. XI, p. 64 sq.
1541
Geary (Patrick), La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Trad. de l’anglais par Jean-Pierre Ricard, éd.
Aubier, Paris, 1996, p. 42.
1542
Ibid., p. 43.
1543
Abū Usayd est Mālik Ibn Rabī‘a, un Khazrajite du clan Banū Sā‘ida (m. 30/650). Ibn al-Athīr (‘Ali), op. cit., T. V, p. 21
sq.
1544
Ibn Ḥajar (Aḥmad), Fatḥ al-bārī, op. cit., T. II, p. 1697. Al-Nawawī (Yaḥya), Sharḥ al-Nawawī ‘alā Muslim, op. cit., p.
1515 sq.
1545
Al-Nawawī (Yaḥya), Ibid., p. 1516.
1546
Al-Ṣan‘ānī (‘Abd al-Razzāq), op. cit., T. XI, p. 61.

211
« Le Prophète aurait dit : Les meilleures familles des anṣār sont : Banū ‘Abd al-Ashhal [Banū al-
Nabīt], ce sont le clan de Sa‘d Ibn Mu‘āḏ, Banū al-Najjār, Banū al-Ḥārith et Banū Sā‘ida. Sa‘d Ibn
‘Ubāda réplique :… » 1547
Le hadīth collecté par al-Ṣan‘ānī met Sa‘d Ibn Mu‘āḏ et Sa‘d Ibn ‘Ubāda côte à côte, les deux chefs
des deux grandes tribus de Yathrib, respectivement le Aws et le Khazraj, pour favoriser nettement
le premier et léser le deuxième. Ce dernier n’a pas hésité, le jour de la Saqīfa, à revendiquer le
pouvoir en rivalisant audacieusement avec Quraysh. 1548
Cela dit, le texte de Médine positionne les Khazraj avant les Aws, et le clan Banū al-Najjār se retr-
ouve en dernière position par rapport aux clans khazrajites. Cela nous ramène à se demander si Ce
classement des clans dans la Ṣaḥīfa est-il originel ou a-t-il été remanié ultérieurement ?
Le passé est-il une construction et une réinterprétation constante ? A-t-il un avenir, qui fait partie
intéintégrante et significative de l’histoire, pour reprendre l’expression de J. Le Goff.1549

Cette rivalité entre les clans est, peut-être, due à la nouvelle procédure que le deuxième calife
‘Umar aurait prise. Selon la tradition, le calife Abū Bakr partageait le butin entre les musulmans à
part égale. Il mettait tous les musulmans au même niveau à cet égard. Convertis à l’islam de la
première heure ou de la dernière, ils tiraient le même profit à l’époque d’Abū Bakr.1550
La situation a complètement changé durant le règne de ‘Umar. Il a décidé de répartir les richesses
des pays conquis entre les musulmans selon leur ancienneté et leur engagement initial vis-à-vis du
message du Prophète.1551Abū Yūsuf nous informe que Zayd Ibn Thābit, désigné par ‘Umar, aurait
partagé le butin entre les anṣār, en commençant par les clans de Aws, avec les Banū ‘Abd al-Ash-
hal, en première position, et en terminant par un sous-clan de Banū al-Najjār.1552
M. Watt souligne : « les sommes fixées par ‘Umar étaient fixées sur le principe d’avoir adhéré à la
communauté, et pour cela, le membre devra appartenir à un groupe qui avait signé un traité avec
le prophète Muhammad ou qui était son confédéré, ou appartenir à l’un des clans mentionnés
dans la constitution de Médine, ou encore à une tribu qui avait signé un traité tardivement. »1553
1547
R. B. Sergeant relate de Samhūdī une notion qui est pour le moins imprécise : " Al-Samhūdī quotes the Prophet
as stating that the noblest house of the Anṣār is the Aws tribe Banū al-Najjār, then the Banū ‘Abd al-Ashhal...",
« The Sunnah Jāmi‘ah », op. cit., p. 26. Cependant, al-Samhūdī note :
".‫" وهم من األوس كما سبق‬.‫ "خير دور األنصار بنو النجارثم بنو عبد األشهل‬:‫" قال النبي‬, « Le Prophète a dit : « Les meilleures fami-
lles des anṣār sont les Banū al-Najjār ensuite les Banū ‘Abd al-Ashhal. » « ces derniers sont de la tribu Aws comme
c’est noté ci-dessus. (T. I, p. 152.) », al-Samhūdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 169.
La troisième personne hum ‫ هـم‬revient nécessairement au dernier énoncé Banū ‘Abd al-Ashhal. À notre connaiss-
ance, aucun généalogiste n’a affilié les Banū al-Najjār à la tribu de Aws.
1548
Notons en passant qu’Ibn Sa‘d cite Sa‘d Ibn Mu‘āḏ à la tête de la première génération des anṣār en lui consacrant
quatorze pages tandis qu’il évoque Sa‘d Ibn ‘Ubāda dans seulement quatre pages. En outre, il le cite uniquement
avec les douze nuqabā’ sans qu’il le mentionne ailleurs, comme il l’a fait avec d’autres nuqabā’, tels que ‘Ubāda
Ibn al-Ṣāmit, Sa‘d Ibn al-Rabī‘, Mālik Ibn al-Tayyihān, Sa‘d Ibn Khaythama, ‘Abd Allāh Ibn Rawāḥa. cf., Ibn Sa‘d
(Muḥammad), op. cit., T. III, pp. 388-402. T. III, pp. 566-570 respectivement. Sa‘d Ibn ‘Ubāda a été assassine à Hau-
ran en Syrie en 15/636. Al-Mas‘ūdī (‘Ali), op. cit., T. II, p. 237.
1549
Le Goff (Jacques), Histoire et mémoire, éd. Gallimard, Paris, 1988, p. 189.
1550
Abū Yūsuf (Ya‘qūb), op. cit., p. 42.
1551
Voir, Sublet (Jacqueline), Le voile du nom-Essai sur le nom propre arabe-, op. cit., p. 22.
1552
Ibid., p. 46.
1553
Watt (W. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 505.

212
Somme toute, le texte de Médine décrit implicitement, semble-t-il, la dislocation du corps social
médinois. Isaac Hasson déduit, à juste titre, que le clan prévaut sur la tribu chez les Aws et les
Khazraj, contrairement aux autres confédérations tribales,1554et en particulier Quraysh.

1554
Hasson (Isaac), « Contribution à l’étude des Aws et des Khazraj », Arabica, Revue d’études Arabes, éd. E. J. Brill,
Leiden, 1989, T. XXXVI, p. 18 sq.

213
III. II. III. IV. Les juifs de Yathrib.

Quelques chercheurs ont été tentés de partager le Pacte de Médine en deux parties, notamment
Hamidullah. La première partie concerne les muhājirūn et les tribus médinoises tandis que la
deuxième a été conlue entre les musulmans et les juifs.1555 M. Hamidullah précise que le premier
ḥilf a été approuvé seulement quelques mois après l’arrivée du Prophète à Médine, mais le second
vis-à-vis des juifs n’a vu le jour qu’après la Bataille de Badr.1556
Dix-neuf passages de la Ṣaḥīfa, selon la version d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām, s’intéressent directement
et sans ambiguïté aux juifs.1557Si nous n’avons pas inclus avec ceux-là les paragraphes qui suivent
immédiatement, notamment les: 39, 44, 45 et 54, c’est parce que, comme nous l’avons déjà souli-
gné, l’organisation du Texte n’a pas échappé à notre sens aux aléas de la transmission.1558
Or, le manque d’organisation au sein de la Ṣaḥīfa est tangible, surtout les extraits qui s’adressent
aux juifs. Le premier paragraphe, le no 17, évoquant les juifs, est manifestement implanté au mi-
lieu de quelques injonctions visant les mu’minūn. À la suite de cette phrase en question, la Ṣaḥīfa
ne revient étrangement sur le thème des juifs qu’après huit passages qui n’ont pas de rapport exp-
licite avec ces derniers.
Les clauses suivantes : 39-42, 44- 46 et 48-54 séparent encore une fois les passages qui concer-
nent les juifs.1559 À cet égard, deux paragraphes dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām se répétent
identiquement ou presque, à savoir les 26, 47 et 32, 58.1560De ce fait, nous estimons que le texte
de Médine, notamment la partie consacrée aux juifs, a été retouché postérieurement à l’ère pro-
phétique. Le Coran proclame probablement après la bataille de Badr :
1561
".‫ إن هللا ال يـحـب الـخـائـنـيـن‬،‫" و إمـا تـخـافـن مـن قـوم خـيـانـة فـانـبـذ إلـيـهـم عـىل سـواء‬
« Si tu crains vraiment une trahison de la part d’un peuple, rejette son alliance pour pouvoir lui
rendre la pareille. Dien n’aime pas les traîtres. »1562 Après la victoire de Badr et le renversement de
la situation à Médine, de crainte d’être trahi, le Prophète rejette carrément le Pacte, autrement
dit il l’annule. Il n’a nullement besoin de le modifier.
Ce n’est donc pas uniquement un texte composé à différentes dates, durant la vie du Prophète à
Yathrib. Les transmetteurs, en collectant le texte plus tard, ont mélangé impartialement ses fragm-
ents comme comme l’affirment beaucoup de chercheurs.1563

1555
Lecker (Michael), op. cit., p. 3. Hamidullah (Muḥammad), Documents sur la diplomatie musulmane, op. cit., p.
20. cf., Watt (William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 227 sq. Djaït (Hichem), op. cit., T. III, pp.
91 sqq.
1556
Hamidullah (Muḥammad), Ibid.
1557
Paragraphes: 17, 26-35, 37, 38, 43, 47 et 55-58. Voir, version Abū ‘Ubayd, paragraphes: 15, 23-29, 36-40.
1558
Bien qu’Ibn Isḥāq ne cite pas clairement les juifs dans les paragraphes (55-57), à l’encontre d’Abū ‘Ubayd (36-
38), nous nous sommes appuyés sur ce dernier pour les classer sous le thème des juifs. Nous reviendrons sur
ces paragraphes, notamment ceux qui sont conjugés à la troisième personne du pluriel hum ‫ هـم‬, et qui, visible-
ment, donnent l’impression qu’ils évoquent les juifs (Version A, 39. 44. 45. 54.) cf., Les variantes dans le texte
de Médine : L’ordre de la Ṣaḥīfa dans cette étude.
1559
La même constatation est relevée dans le texte d’Abū ‘Ubayd. Voir, version B, paragraphes : 16-22 et 30-35.
1560
Également, pour les passages 29/39 concernant les juifs de Aws dans la version d’Abū ‘Ubayd.
1561
Q VIII, LVIII.
1562
Masson (Denise), op. cit., p. 220.
1563
Watt (William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 226. Sergeant (R. B), «The constitution of
Medina», op. cit., p. 9 sq. Hamidullah (Muḥammad), op. cit. Djaït (Hichem), op. cit. Lecker (Michael), op. cit., pp.
183 sqq.

214
Rappelons-nous de cette remarque pertinente de J.-Cl. Schmitt:
«…S’intercale entre eux [l’historien et le document] toute l’histoire dense de la transmission
"über-lieferung" dont la prise en compte est nécessaire à la compréhension totale du document.
Comme
si la substance de celui-ci s’était au fil du temps imprégnée des aléas de la transmission, au point
que les conditions de la transmission font désormais partie intégrante de la nature du document
que l’historien a entre les mains.»1564
Nous allons proposer dans le chapitre suivant un agencement pour le texte de Médine dans son
intégralité, cependant nous mentionnons ici la partie qui concerne les juifs :1565
10 (10) : Les Banū al-Aws… (comme au 3)…
11 (42) : Et Dieu sera garant de la pleine observance de cet Écrit.
12 (27) : Les juifs de Banū ‘Awf forment une assemblée…
13(28) : Pour les juifs de Banū al-Najjār…
14(29) : Pour les juifs de Banū al-Ḥārith…
15(30) : Pour les juifs de Banū Sāi‘da…
16(31) : Pour les juifs de Banū Jusham…
17(32) : Pour les juifs de Banū al-Aws…
18(33) : Pour les juifs de Banū-Tha‘laba…
19(34) : Ceux de Jafnat…
20(35) : Pour Banū al-Shuṭayba…
21(37) : Les clients de Tha‘laba…
22(38) : Les bi āna de (certains) juifs sont comme eux…
24(17) : Si des juifs s’associent à nous, ils auront, de notre part, soutien et réconfort. Ils ne seront
pas lésés et aucune assistance ne sera accordée à leurs ennemis…
44 (55) : S’ils sont appelés (les juifs1566) à une conciliation ṣulḥ…
45 (56) : De même que, s’ils lancent à leur tour un appel à pareille chose…1567
Le fait d’éparpiller les extraits en rapport avec les juifs au sein de la Ṣaḥīfa les rend dépourvus de
leur sens premier et global.1568
Cette sensibilité à l’égard des juifs cités dans ce Pacte est distincte chez les écrivains anciens. Abū
‘Ubayd commente la partie du Kitāb de Médine concernant les juifs : « Cet Écrit a été réalisé au
début de l’émigration du prophète Muḥammad à Médine, avant que l’islam se propage et
devienne fort et avant que la jizya soit imposée aux gens du Livre qui formaient trois goupes :
Banū Qurayẓa, Banū al-Naḍīr et Banū Qaynuqā‘… »1569
1564
Schmitt (Jean-Claude), « Une réflexion nécessaire sur le document », dans J.-C. Schmitt, O. G. Oexle (dir.), Les
tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, op. cit., p. 43 sq.
1565
Entre parenthèses correspond aux numérotations réalisées auparavant dans la version d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.
1566
Paragraphe 36 de la version d’Abū ‘Ubayd.
1567
Nous supprimons les deux paragraphes répétitifs de la version A : 26 et 58. T. Nagel estime que les Banū al-Aws
dans le passage 32 sont un nom collectif rassemblant plusieurs petits clans des Aws. Ils sont manifestement dis-
tincts des Aws dans 58, lequels sont, éventuellement, les Aws Manāt appelés aussi les Aws Allāh.
cf., Nagel (Tilman), op. cit., p. 159.
1568
cf., III. II. IV. IV. II. La répartition proposée : le texte de Médine arrangé dans cette étude.
1569
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 295. Al- Suhaylī a repris la glose d’Abū ‘Ubayd. Voir, al-Suhaylī (‘Abd
al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 350.

215
Rubin estime qu’après la fracture entre les deux communautés juive et musulmane, considérer les
juifs comme une umma parmi les croyants est devenu inapproprié.1570Pour cette raison, la
tentation de la suppression de cette Charte a été réelle, et cela se reflète, affirme-t-il, dans le fait
que le texte en question a été complètement oublié ou presque dans les travaux, entre autres, de
Wāqidī, Balāḏurī et Ṭabarī.1571
Bien que nous relevons dix-neuf occurrences du mot yahūd sous une forme définie, ce terme
est cité seulement deux fois en indéfinie, toutefois l’introduction attribuée à Ibn Isḥāq emploie le
terme yahūd sous ce dernier aspect.1572R. B. Sergeant pense que l’emploi du terme indéfini yahῡd
entend qu’ils sont considérés tel un groupe ou une tribu et non pas, insinue-t-il, comme une
communauté soudée.1573
Il se base sur l’introduction attribuée à Ibn Isḥāq pour déduire que les juifs sont présentés tel un
élément politiquement subordonné aux muhᾱjirῡn et aux anṣᾱr.1574
Curieusement, le substantif yahūd ne se manifeste qu’à Médine dans le Coran, et ses huit
occurrences sont toutes définies.1575 Par ailleurs, le Coran utilise, à trois reprises dans la sourate La
Génisse, le terme indéfini hūd 1576‫ هـود‬pour désigner, visiblement, les juifs.1577 Cependant, l’exégète
Ṭabarī cite une autre interprétation, à savoir que le hūd en question est le pluriel de hā’id ‫ هـائـد‬qui
signifie le repenti.1578Somme toute, al-yahūd, qui est le pluriel de yahūdī indique, semble-t-il, celui
qui est attaché à la collectivité juive en tant que telle, tandis que hūd qualifie exclusivement ceux
qui observent les préceptes juifs.1579
À ce propos, al-Suhaylī distingue yahūd qui signifie l’appartenance identitaire, en l’occurrence, à
leur ancêtre Yahūd Ibn Ya‘qūb, précise-t-il, et l’appellation al-yahūd qui annonce à la fois
l’appartenance identitaire et religieuse.1580

1570
Rubin (Uri), op. cit., p. 19.
1571
Ibid., cf., aux chapitres : I. III. II. Le texte de Médine abrégé ou simplement évoqué et I. III. III. Le texte de Médine
fractionné.
1572
Dans le texte d’Abū ‘Ubayd, nous comptons seize occurrences de ce terme. Toutes, y compris celles de l’introdu-
ction, sont sous la forme définie. Notons qu’Ibn Kathīr rapporte le vocable yahūd de l’introduction d’Ibn Isḥāq en
défini. Ibn Kathīr (Ismā‘īl), op. cit., T. IV, p. 555.
1573
Sergeant (R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah...», op. cit., p. 15.
1574
Ibid.
1575
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 775. cf., Q II, CXIII, CXX. Q V, XVIII, LI, LXIV, LXXXII. Q IX, XXX.
1576
Traduit respectivement par juifs et judéens. cf., Blachère (Régis), op. cit., pp. 43. 47-48. Chouraqui (André), op. cit.,
pp. 49. 52-53. Soulignons que Chouraqui choisit cette traduction même pour le substantif al-yahūd. cf., Ibid., pp.
49. 50. 155. 161. 163. 167. 256.
1577
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 739. À ne pas confondre avec le nom du prophète Hūd envoyé à la
tribu ‘Ᾱd. Ibid.
1578
Al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 428.
1579
Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. III, p. 439.
1580
Cependant, nous prenons cette information avec réserve car Suhaylī l’annonce dans un contexte particulier.
Il interpète un ḥadīth en rapport avec le rabbin Mukhayrīq, qui aurait été tué lors de sa participation à la bataille
d’Uḥud du côté des musulmans, et qui aurait légué son grand patrimoine à Muḥammad. Le Prophète aurait dit à
son égard : « Mukhayrīq est le meilleur des yahūd. ‫مـخـيـريـق خير يـهــود‬. » al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op. cit., T. II,
p. 375 sq.

216
Afin de refaçonner le texte original et le réorienter, semble-t-il, la version d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām
utilise la conjonction ma‘a ‫ مـع‬au lieu de mina ‫ مـن‬employée dans la version d’Abū ‘Ubayd :
1581 ‫ن‬
"..‫المؤمني‬ ‫ " و إن يهود نبب عوف أمـة مـع‬alors que chez Abū ‘Ubayd "..‫المؤمني‬
‫ن‬ ‫"وإن يهود نبب عوف أمة من‬
«Les juifs de Banū ‘Awf forment une umma avec les mu’minūn. », « …parmi les mu’minūn… »
Entre les deux usages, le sens s’altère absolument. La première conjonction établit un lien récipr-
oque, voire un rapprochement étroit entre deux groupes qui restent cependant distincts, tandis
que la deuxième indique fortement une appartenance à un ensemble. Dans le texte d’Ibn Isḥāq/
Ibn Hishām les mu’minūn, représentent exclusivement les muhājirūn et les anṣār.1582
Rappelons nous à cet égard de la traduction de Hamidullah : « Les juifs des Banῡ ‘Awf formeront
une communauté (à part, mais) avec les croyants.»1583
Il est clair, selon H. Djaït, que nous avons dans cette Charte deux umma distinctes, l’umma des cro-
yants musulmans et l’umma des juifs considérés comme alliés de ces derniers.1584Il considère que
le Prophète ne reconnaissait les juifs qu’en tant qu’entité religieuse, il ne les reconnaît pas en tant
qu’entités claniques. De ce fait, Ils sont dépendants et clients des clans arabes.1585
M. Lecker affirme qu’en dépit de la mention des juifs dans cette Ṣaḥīfa, non moins de vingt fois, ils
ne sont ni une partie contractante essentielle ni un élément de l’umma.1586 M. Watt conlut, non
sans réserve, que s’il existait en même temps une umma juive et une umma musulmane à l’intér-
ieur de la même entité politique : « Il est concevable, quoique peu probable, que dans la phrase de
la constitution de Médine concernant les Émigrants et les Anṣār qui forment une umma "distincte
de l’autre peuple" ‫ دون الناس‬le mot nās ou peuple se rapporte, non au peuple en général, mais au
Peuple par excellence. »1587
Quant à F. M. Donner, contrairement à ces chercheurs précédents, il est catégorique que les juifs
appartiennent à la même communauté que les musulmans. Il estime que la communauté des Cro-
yants était à l’origine indépendante de l’identité confessionnelle.1588 L’umma des croyants, selon
Donner, était composée de toute personne croyant en un seul Dieu et l’arrivée imminente de la
fin du monde, exécutant ensemble les tâches urgentes afin de retrouver le droit chemin et se pré-
parer pour l’apocalypse imminente.1589
Il affirme que c’est seulement plus tard, apparemment, dit-il, durant le troisième quart du premier
siècle de l’hégire, que l’adhésion dans la communauté des croyants fût considérée comme une
identité confessionnelle en elle-même. Désormais, le croyant et le musulman ne peut plus dési-
gner un chrétien ou un juif.1590 À travers le texte de Médine, via le premier passage, il essaye de
prouver que la communauté des croyants comprennait d’autres monothéistes, dont les juifs.1591

1581
Version A et B, paragraphes : 27 et 24 respectivement.
1582
Rubin (Uri), op. cit., p. 20.
1583
Entre crochets est de l’auteur lui-même. Hamidullah (Muḥammad), Corpus des traités et lettres diplomatiques
de l’Islam, op. cit., p. 12.
1584
Djaït (Hichem), op. cit., T. III, p. 96.
1585
Ibid., 92.
1586
Lecker (Michael), op. cit., p. 44.
1587
Watt (William. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 450. Watt fait référence au paragraphe 1 de la version A
et B.
1588
Donner (M. Fred), op. cit., pp. 9. 11.
1589
Ibid., p. 11.
1590
Ibid., p. 12.
1591
Ibid., p. 30. Nous examinons la théorie de Donner dans : III. II. VII. Termes et Concepts : mu’min et muslim.

217
Quoi qu’il en soit, nous pensons que l’origine de cette ambiguïté est due à ce mélange du religieux
et du politique qui s’est éventuellement mis en place après la hijra du Prophète et son installation
à Médine.
Les juifs, selon la tradition, ont habité Yathrib avant les Aws et les Khazraj qui sont originaires
de l’Arabie méridionale.1592Ils possédaient les terres, le bétail et les forteresses al-ā ām, ‫اآلطـام‬, de
ce fait ces derniers ont sollicité leur alliance.
Ils demeurent ainsi un temps, et lorsque les juifs constatent qu’ils sont devenus plus nombreux et
plus riches aussi, ils rompent leur ligue par peur que les Aws et les Khazraj deviennent les maîtres
de la Cité.1593
Les juifs se sont affaiblis et ils avaient besoin, pour être protégés, de rentrer en alliance avec ces
tribus arabes.1594 Les Banū Qurayẓa et Banū al-Naḍīr, qui possédaient les terres les plus riches de
l’oasis, tels leur coreligionnaire de Khaybar situés au nord-est de Yathrib,1595 étaient les alliés des
Aws tandis que les Qaynuqā‘, moins influents que les deux premiers, étaient ligués avec les Khazr-
aj.1596Les Qaynuqā‘,qui étaient des artisans, notamment des joailliers et des fabricants d’armes,1597
résidait au centre de la cité1598et détenaient le grand marché de Yathrib.1599
Watt remarque : « On ne saurait dire avec certitude s’ils étaient de la branche hébraïque ou des
arabes judaïsés. Peut-être étaient-ils des Arabes isolés s’étant attachés d’eux-mêmes à de petits
groupes d’hébreux.»1600
Plus loin, il se questionne sans pour autant trancher entres ces suppositions : « Descendaient-ils
des fugitifs venus de Palestine peut-être après le soulèvement de Bar Kokhba ? Étaient- ce pour la
plupart des Arabes qui avaient adopté la foi judaïque ? »1601 Ibn Khaldūn consigne une information
qu’il a tirée du livre al-Aghānī de Abū al-Fraj al-Aṣbahānī : « … Les Banū Qurayẓa et Banū al-Naḍīr
sont les descendants du Kohen fils de Hārūn. »1602
Curieusement, ces trois grands clans juifs ne sont pas cités explicitement dans le texte de Médine.
Cette problématique a préoccupé les chercheurs depuis longtemps.
L’orientaliste Autrichien Aloys Sprenger (m. 1893) soutient l’idée que l’expression : « Yahūd Banī
‘Awf…»1603 ne se réfère pas aux juifs d’origine, mais simplement aux arabes convertis au judaïsme
et qui appartiennent aux différentes tribus médinoises. Une phrase telle Yahūd Banī ‘Awf évoque
les arabes de Banū ‘Awf qui embrassaient le judaïsme.1604 Wellhausen et A. Wensinck s’opposent
à cette optique, car le nombre des Arabes convertis au judaïsme étaient très insignifiant pour qu’-

1592
Pour l’histoire de leur émigration vers Yathrib, cf., al- Samhῡdī (‘Ali), T. I, p. 132 sqq.
1593
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, pp. 342 sqq. Al-Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 142 sqq. Ibn Zabāla
(Muḥammad), Akhbār al-madīna, assemblés par Ṣalāḥ ‘Abd al-‘Azīz Salāma, éd. Markaz buḥūth al-madīna,
Médine, 2003, pp. 171 sqq.
1594
Sergeant (R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p. 3.
1595
Watt (william. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 440. Pour Khaybar, cf., al-Ḥamawī (Yāqūt), op. cit., T. II, p. 409.
1596
Ibn Hishām(‘Abd al-Malik), éd. al-Saqā, op. cit., T. II, p. 188.
1597
Djaït ( Hichem), op. cit., p. 167 sq. Notons en passant que les Naḍīr se disaient descendants d’Aaron, c’est-à-dire
des Lévites, des intellectuels et docteurs de la loi. Ibid.
1598
Rose (Paul Lawrence), op. cit., p. 23.
1599
Kister ( M. J ), « The market of the Prophete», dans Journal of the economic and social history of the Orient 8
(1965), pp. 274 sqq.
1600
Watt. ( william. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 179.
1601
Ibid., p. 439.
1602
Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 343. certainement, Il entend par fils d’Aaron originaire de la lignée
de ce dernier. cf., à la synthèse claire et concise d’al-Suhaylī à ce propos, op. cit., T. II, p. 346.
1603
Voir, paragraphes : 27-33, version A.

218
ils soient mentionnés exclusivement dans cette Charte importante, et que les juifs autochtones,
qui forment prés de la moitié des habitants de Médine,1605 soient exclus d’un texte dont son but
final est de maintenir l’unité de la cité.1606 J. Wellhausen estime, suivi, entre autres, par Wensinck,
que « les juifs de Banū ‘Awf » appartiennent aux trois grandes tribus : à Qaynuqā‘, Naḍīr ou à Qu'-
rayẓa.1607
La Charte a identifié les juifs, affirme-Wellhausen, comme client des tribus arabes médinoises.1608
Après avoir marqué son étonnement de l’omission de ces trois grandes tribus juives, M. Watt
suppose que Muḥammad a groupé les juifs d’après leurs alliés arabes. Selon lui, les clans Naḍīr et
Qurayẓa sont compris dans les juifs de Aws et de Tha‘laba,1609 cités respectivement dans les
paragraphes 30 et 31.1610 Sergeant pense également que les juifs des Aws ne peuvent être que les
Banῡ Qurayẓa.1611
Rubin, quant à lui, pense que les « …yahūd de Banī… » se rapportent aux juifs anonymes qui n’ont
pas de territoire propre ni de tribu bien distincte, et qui ont perdu, pour une raison ou une autre,
leur repère ou leur repaire. Ils avaient des alliances avec des tribus arabes, avec qu’ils partageaient
leur terrain ainsi que leur nom.1612 Le Pacte ne cite pas les grandes tribus juives, explique-t-il, car
cette Charte vise une sorte d’unité basée sur la possession du sol, une unité territoriale , et les
trois grandes tribus en question possèdent désormais des terrains, en dehors du domaine arabe
et de leurs alliés. Pour cette raison, conclut-il, il n’étaient pas urgent de les faire intégrer dans ce
Pacte.1613
H. Djaït n’hésite pas à garantir que les juifs de Aws, uniquement, représentent les deux puissants
groupes : Naḍīr et Qurayẓa, du fait qu’ils étaient les clients des Aws et guerroyaient toujours de
leur côté,1614ainsi en témoigne l’histoire, affirme-t-il.1615
En ce qui concerne les juifs de Tha‘laba, Djaït souligne :
« Les sources sont unanimes pour les désigner comme un groupe à part, nommés les Tha‘laba Ibn
al-Fiṭyawn, descendants des tout premiers juifs installés à Yathrib, avant les Arabes et avant les
autres grands groupements juifs. Ils font partie de la Préhistoire de l’oasis.» 1616

1604
Dans son livre, Das Leben und die Lehre des Muḥammad, éd. V. Nicolaische, Berlin 1869, T. III, p. 23, cité par :
Rubin (Uri), op. cit., p. 6.
1605
P. L. Rose nous informe, sans pour autant nous éclairer d’où puise-t-il cette information: « Lorsque Muḥammad
arrive à Médine en 622…, la Cité comptait peut-être entre 36000 et 42000 juifs, la moitié de la population.», op.
cit., p. 10.
1606
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 129. Wensinck (Arent Jan), Muhammad and the Jews of Medina, op. cit., p. 69.
cf., Rubin (Uri), op. cit.
1607
cf., Rubin (Uri), Ibid. P. L. Rose avance le même avis. cf., Rose (Paul Lawrence), op. cit., p. 19.
1608
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 130. Rubin (Uri), Ibid., pp. 6. 8.
1609
Watt (William. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 273.
1610
Ibid., p. 477. Ҫa correspond aux paragraphes 32 et 33, version A.
1611
Sergeant (R. B), « The Constitution of Medina », op. cit., p. 14. Soulignons que Sergeant tombe dans une impré-
cision quand il cite Sa‘d Ibn ‘Ubᾱda au lieu de Sa‘d Ibn Mu‘ᾱd dans l’affaire de Banῡ Qurayẓa. Voir, «The Sunnah
Jᾱmi‘ah. », op. cit., p. 33.
1612
Rubin (Uri), op. cit., p. 9.
1613
Ibid., p. 9 sq.
1614
Djaït (Hichem), op. cit., T. III, p. 93.
1615
Ibid.
1616
Ibid., p. 94. cf., Ibn Hishām(‘Abd al-Malik), éd. Al-Saqᾱ, op. cit., T. II, p. 161. Ibn al-Kalbī (Hishām), op. cit., p. 619 sq.
Ibn Durayd (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 436. Al- Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 142 sq. Lecker (Michael), op. cit.,
p. 76.

219
Djaït paraît formel aussi pour ce qui concerne les juifs de Banῡ ‘Awf : «…Il s’agit clairement à mes
yeux du clan Qaynuqā‘… »1617Il argumente : « Dans les guerres antérieures à Bu‘āth et à Bu- ‘āth
même, les Qaynuqā‘ se sont rangés du côté des Khazraj, en particulier du côté des Banῡ ‘Awf dont
ils étaient sûrement les clients...Ibn Ubbay était, à cette époque-là, le chef des B. ‘Awf, et si son
intervention auprès de Muḥammad lors de l’expulsion des Qaynuqā‘ n’est pas crédible, elle n’est
pas moins indicative de liens de clientèle anciens. »1618
Ce point de vue se base sur deux constatations : Le fait que ces trois clans forment la majorité des
juifs de Yathrib et qu’ils étaient avant l’islam les alliés incontournables des Aws et des Khazraj. Cet
avis s’appuie également sur l’objectif que le Pacte vise, à savoir le maintien de l’unité de la ville. Il
est clair que ce raisonnement n’empêche pas de supposer aussi qu’en dépit de la puissance de ces
trois clans juifs et leur ḥilf préislamique avec les Aws et les Khazraj, il se peut qu’à l’instar des Aws,
ils aient refusé de s’engager dans ce nouveau ḥilf du prophète Muḥammad, au moins en cette
première période. Cette potentialité dont les juifs en question jouissent est peut-être même la
cause de leur réticence. Le Prophète recherche sans aucun doute la stabilité et l’unité de la Cité ;
toutefois et pour ce motif même, il n’a pas forcé Abū Qays Ibn al-Aslat et son clan Aws Allāh à se
convertir à l’islam.1619 Il est possible que la majorité des Qaynuqā‘, Naḍīr et Qurayẓa aient
décliné l’offre du Prophète, ce qui explique probablement la destinée de ces trois clans :
l’expulsion pour les deux premiers et la tuerie pour le dernier.1620Approuver le Pacte de Médine,
ce n’est pas seulement ratifier le Traité de paix ‫ مـوادعـة‬qu’il contenait et que les juifs concernés ont
surement signé, mais surtout, c’est la reconnaissance de cette nouvelle société naissante et avec
les préceptes inclus dans cette Charte, qui les a sans doute contrariés.
Lorsqu’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām citent les juifs opposants à Muḥammad, ils les énumèrent de cette
manière :
« Les ennemis juifs de Banū Naḍīr (13)…les juifs de Banū Tha‘laba Ibn al-Fiṭyawn(4)1621…de Banū
Qaynuqā‘ (32)…de Banū Qurayẓa (17)…de Banū Zurayq (1) …de Banū Ḥāritha (1)…de Banū ‘Amr
Ibn ‘Awf (1)…de Banū al-Najjār (1).» 1622

Visiblement, ils distinguent entre les Banū Naḍīr, les Banū Qurayẓa1623 les Banū ‘Amr Ibn ‘Awf
qui appartiennent, comme nous l’avons souligné ci-dessus, à la tribu des Aws, et les Banū
Qaynuqā‘ainsi que les clans khazrajites, à savoir Banū Ḥāritha, Banū al-Najjār et Banū Zurayq.1624

1617
Ibid., p. 93.
1618
Ibid. À propos de l’intervention d’Ibn Ubbay en faveur des Banū Qaynuqā‘. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), op. cit.,
T. II, p. 480. Cela étant, cette médiation était favorable puisque leur vie a été épargnée !
1619
Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 261. Le clan Aws Allāh a embrassé l’islam après la bataille du fossé
(5/626). Ibid.
1620
Pour ces trois grands événements cf., Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 26 sq. pp. 53 sqq. pp. 70 sqq
respectivement.
1621
Al-Fiṭyawn est un attribut hébraïque désignant le roi des juifs, tels le négus et le pharaon monarques respective-
ment de l’Abyssinie et de l’Égypte anciennes. Ibn Durayd (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 436. Al-Suhaylī (‘Abd al-
Raḥmᾱn), op. cit., T. II, p. 369.
1622
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Al-Saqᾱ, op.cit., T. II, pp. 160 sqq. Nous avons mis entre parenthèses le nombre des
personnes influentes opposantes au prophète Muḥammad, citées par Ibn Isḥāq/Ibn Hishām. cf., Ibn Hishām(‘Abd
al-Malik), éd. Al-Saqᾱ, op. cit., T. II, pp. 160-163. Si on les met en parallèle avec les clans adhérés à ce Pacte de
Médine, ces chiffres seront révélateurs
1623
À ce propos, nous trouvons étrange l’avis d’une grande figure du Romantisme français Alphonse de Lamartine,
quand il note que ce n’est pas le clan de Banū Qurayẓa qui connaîtra le destin sanglant, mais une autre tribu
traîtresse. Selon A. de Lamartine, les Qurayẓa ont compris les propos que le Prophète a volontairement insinués à

220
Somme toute, nous pensons que l’idée de Sprenger est la plus proche pour le texte de Médine.
Il est fort probable que les juifs affiliés aux clans arabes dans cette Ṣaḥīfa sont des arabes judaïsés
et qu’ils se sont attachés à leurs clans respectifs d’une manière intrinsèque.
Bien qu’elle soit moins probable, la possibilité que ces juifs soient originellement des juifs et qu’ils
se soient alliés avec les Aws et les Khazraj de longue date reste néanmoins plausible.
M. Watt souligne à juste raison : « Il est improbable qu’il y ait eu une ligue de tous les Arabes ou
de tous les juifs. »1625
T. Nagel affirme : «Mahomet n’avait pas du tout l’intention d’édifier à Médine un corps social dans
lequel tous les habitants se seraient vus reconnaître leurs droits et leurs devoirs, indépendamment
de leur relation à l’islam. »1626 Une telle interprétation est victime, rajoute-t-il, d’une conception
occidentale moderne.1627
Il est évident, en tous les cas, que le texte de Médine dont nous disposons, ne mentionne pas expl-
icitement ces trois grandes tribus juives. Il indique toutefois les convertis juifs au sein des deux
branches : le Aws et le Khazraj.1628
Nous supposons donc que le Prophète a conlu ce Pacte avec les Aws et les Khazraj cités dans ce
Texte, et afin de dissiper toute équivoque, il a précisé ensuite que même les juifs de ces clans ara-
bes sont concernés.1629

Les trois grandes tribus juives : Banū Qurayẓa, Banū al-Naḍīr et Banū Qaynuqā‘ n’étaient pas
encore disposées ou peut-être même qu’elles étaient carrément opposées, d’emblée, à s’engager
dans le projet de Muḥammad.
Les juifs et les Arabes païens vivaient effectivement ensemble dans cette oasis. Cette coexistence
et ce rapprochement entre ces deux cultures a engendré, certainement, une transculturation réci-
proque, surtout des juifs vers les idolâtres, pour des raisons qui dépassent le propos de cette
étude.
Nous empruntons à Toynbee l’idée que lorsque deux cultures se mélangent, les adhérents de ces
cultures ont deux réponses possibles. Ils peuvent adhérer plus étroitement que jamais à leur
propre culture ancestrale ou ils peuvent répondre positivement en cherchant à établir des rapp-
orts avec la culture étrangère.1630

l’égard d’eux et ils se sont empressés de prendre la fuite. Lamartine (Alphonse de), La vie de Mahomet, Introduct-
ion et Annotations de ‘Ali Kurhᾱn, éd. Institut des Arts et Lettres Arabes, Paris, 2007, p. 161. cf., à la critique de son
contemporain Elme-Marie Caro où il l’accuse d’avoir composé rapidement son œuvre, commandée par le Sultan,
et qu’il a été largement rétribuée, afin de combler des dettes criardes. Caro, (Elme-Marie), Variétés Littéraires, éd.
Librairie Hachette & Cie, Paris, 1889, p. 242. D’après E-M. Caro, Lamartine, dans cet ouvrage :
« Au lieu de composer des chapitres, il chante des strophes. » Ibid., p. 245.
1624
Les Banū Zurayq sont des Khazrajites du clan Jusham évoqué dans le paragraphe 6, version A et B. Ibn Durayd
(Muḥammad), op. cit., T. II, p. 461. Ibn Khaldūn (‘Abd al-Raḥmān), op. cit., T. II, p. 345. Notons que Labīd Ibn
A‘ṣam, qui aurait ensorcelé le Prophète en lui causant une impuissance temporaire, appartient à ce clan. Ibn
Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Saqᾱ, Ibid., T. II, p. 162. Ibn Sa‘d (Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 175 sqq. Rubin (Uri),
op. cit., p. 8. Lecker (Michael), op. cit., p. 66.
1625
Ibn Durayd (Muḥammad), Ibid., p. 441. Nagel (Tilman), op. cit., p. 159.
1626
Nagel (Tilman), Ibid.
1627
Ibid.
1628
Ibid., p. 156.
1629
Bien que le Prophète occupe le devant de la scène à l’égard de cette Ṣaḥīfa, nous pensons, comme nous l’avons
déjà souligné, qu’elle a été écrite de concert avec les principaux notables de Yathrib.
1630
Toynbee (J. Arnold), op. cit., p. 165. Dans ce texte, Toynbee parle des deux cultures qui se croisent dans un con-

221
La tradition suivante brosse,
ُ semble-t-il, le rapport entre les arabes de Médine et les juifs :
‫ كانت المرأة تكون مقالتا فتجعل عىل نفسها إن عاش لها ولد أن تهوده فلما أجليت بنو النضب كان فيهم‬:‫"روى ابن عباس قال‬
‫تبي الرشد من ن‬
‫ المقالت ر‬:‫ قال أبو داود‬1631".‫الغ‬
‫الب ال‬ ‫"ال إكراه نف الدين قد ن‬: ‫فبلت‬ ‫ ال ندع أبناءنا ن ن‬:‫من أبناء األنصار فقالوا‬
1632
".‫يعيش لها ولد‬
«Ibn ‘Abbās rapporte : «La femme [médinoise] qui subissait constamment l’accouchement d’un
garçon mort-né, s’engageait à judaïser son fils s’il restait en vie. Lorsque les Banū al-Naḍīr ont été
expulsés et parmi eux les fils des anṣār judaïsés, ils (les anṣār) s’exclament : «Nous ne laissons pas
nos enfants partir avec eux ! » À ce moment-là, le verset suivant a été révélé : « Nulle contrainte
en la religion ! La rectitude s’est distinguée de l’aberration.»1633Abū Dāwūd explique : al-miqlāt
est celle qui accouche continuellement de garçon mort-né. »
Visiblement, au début de son installation à Médine, le Prophète entretient une relation assez
amicale avec les juifs. Abū ‘Ubayd, tout juste après le texte de Médine, rapporte de Zuhrī : « Les
juifs combattaient avec le Prophète et ils avaient droit aux butins.»1634 Les juifs avaient droit aux
butins comme les musulmans, ajoute la version transmise par al-Ṣan‘ānī.1635Cependant, il paraît
que cette relation est envenimée par la force des choses. Une tradition collectée, entre autres, par
Ibn Abī Shayba retrace apparemment un événement de cette étape :
‫ عبد هللا بن رأب بن سلول و‬:‫ من هؤالء ؟ قالوا‬:‫ فقال‬.‫"خرج رسول هللا إىل أحد فلما خلف ثنية الوداع نظر خلفه فرآى كتيبة‬
1636 ‫ن‬ ‫ فـإنـا ال نـسـتـعـيـن بالكفار عىل ر‬: ‫ قـال‬.‫ ال‬:‫ وقد أسلموا ؟ قالوا‬: ‫ فقال‬.‫مواليه من اليهود‬
".‫المشكي‬
« Le Messager de Dieu quitte Médine pour la bataille d’Uḥud et quand il dépasse le lieu-dit
Thaniyyat al-wadā‘,1637il aperçoit derrière lui une unité de combattants. Qui sont-ils ? s’interroge-t-
il. Ils [les compagnons rapprochés] répondent : C’est ‘Abd Allāh Ibn Ubay Ibn Salūl et ses alliés
juifs. Il [le Prophète] s’étonne: Se sont-ils convertis à l’islam ? Non, réagissent-ils. Il réplique alors:
Nous ne demandons pas de l’aide aux kuffār pour affronter les mushrikūn. »
Deux remarques cependant s’imposent à propos de cette dernière tradition :
1/ Elle va à l’encontre du khabar narré par Ibn Isḥāq qui se résume au retrait volontaire d’Ibn Salūl
et sa troupe, à un lieu nommé al-Shawṭ, entre Yathrib et le mont d’Uḥud.1638

texte violent et agressif. Cependant, les cultures qui s’entrelacent, même dans des circonstances plus ou moins
pacifiques, peuvent adhérer aussi à cette optique.
1631
Q II, CCLVI. Cette tradition est considérée comme la raison la plus probable de la révélation du verset coranique
en question. cf., al-Ṭabarī (Muḥammad), Tafsīr al-Ṭabarī, op. cit., T. IV, pp. 546 sqq. Al-Wāḥidī (‘Ali), op. cit., pp. 85
sqq.
1632 o
Abū Dāwūd (Sulaymān), Sunan Abī Dᾱwud, op. cit., p. 302. N 2682. cf., Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), op.
cit., T. I, p. 199.
1633
Blachère (Régis), op. cit., p. 69. Blachère commente ce verset : « Verset très important sur lequel se fondent le
maintien et le respect des autres religions monothéistes dans la société islamique. », Ibid. Quant à Berque il le
glose ainsi : « Le progrés de la nouvelle révélation, dans le sens de la raison et de la liberté, ressort de ce verset…»,
Berque (Jacques), op. cit., p. 63.
1634
Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 294.
1635
Al-Ṣan‘ānī (‘Abd al-Rezzāq), op. cit., T. V, p. 188. Ibn Abī Shayba (‘Abd Allāh), op. cit., T. XI, p. 388. Voir, Rubin (Uri),
op. cit., p. 5.
1636
Ibn Abī Shayba (‘Abd Allāh), Ibid., T. XI, p. 387.
1637
Al-Ḥamawī (Yāqūt), op. cit., T. II, p. 86.
1638
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. al-Saqᾱ, op. cit., T. III, p. 68.

222
2/ Mukhayrīq du clan de Banū Tha‘laba Ibn al-Fiṭyawn a combatu à côté du Muḥammad jusqu’à sa
mort, comme nous l’avons déjà évoqué, et le Prophète aurait prononcé un panégyrique à son
égard : « C’est le meilleur des juifs.»1639
À ce propos, l’identité des juifs de Banū Tha‘laba cités dans trois paragraphes : 33, 34 et 37 de la
Charte de Médine et qui d’ailleurs ne sont pas mentionnés dans la version d’Aū ‘Ubayd, pose un
réel problème.1640 Sagit-il du même groupe évoqué à maintes reprises, comme le confirment
Wensinck, M. Lecker et H. Djaït ?1641J. Wellhausen pense que le deuxième et le troisième passage
se réfèrent au clan juif de Tha‘laba tandis que le premier représente les clients
juifs de ‘Amr Ibn ‘Awf, une subdivision nommée Tha‘laba Ibn ‘Amr Ibn ‘Awf. 1642 Pour la première
clause, R. B. Sergeant rejoint Wellhausen, toutefois il paraît indécis pour les deux autres.1643
Sont-ils issus de Tha‘laba Ibn ‘Amr Ibn ‘Awf Ibn Mālik Ibn al-Aws Ibn Ḥāritha Ibn Tha‘laba Ibn ‘Amr
Muzayqiyā’ comme l’affirment Wellhausen et Sergeant, ou sont-ils les descendants de l’ancêtre
lointain Tha‘laba Ibn ‘Amr Muzayqiyā’, comme le pensent Lecker et Djaït.1644
Bien que le terrain de la généalogie soit flottant pour des raisons diverses, la similitude troublante
des noms patronymiques,1645 et bien que la divergence entre les généalogistes eux-mêmes soit
non négligeable, nous somme tentés de penser que les Banū Tha‘laba évoqués à trois
reprises dans cette Charte sont les descendants du Yéménite ‘Amr Muzayqiyā’ et son épouse la
prêtresse Ṭurayfa.1646 D’après al-Samhῡdī, Tha‘laba fils de ‘Amr Muzayqiyā’, avec sa grande famille
et tout ceux qui les ont suivis à Yathrib, s’est installé parmi, entre autres, Qurayẓa, Naḍīr et
Khaybar.1647 Soulignons que ce Tha‘laba en question est également l’ancêtre des Aws et des
Khazraj.1648
Un clan très ancien apparemment est cité dans les deux textes, il s’agit de Jafna :
1650
".‫ من ثعلبة كأنفسهم‬1649‫"و إن جفنة بطن‬
«Ceux de Jafna, qui sont une branche "ba n" de Tha‘laba, sont semblables à eux.», et dans la
version d’Abū ‘Ubayd :
1651
".‫ « "وإن نبب الشطبة بطن من جفنة‬Banῡ al-Shaṭaba sont une branche "ba n" de Jafna. »

1639
Ibid., T. III, p. 94.
1640
Watt (W. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 440.
1641
Wensinck (Arent Jan), op. cit., p. 56 sq. Lecker (Michael), Ibid., p. 75. Djaït (Hichem), op. cit., p. 94 sq.
1642
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 70 sq. Lecker (Michael), Ibid. Il s’agit de Tha‘laba Ibn ‘Amr Ibn ‘Awf Ibn Mālik Ibn al-
Aws. cf., Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. F. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 306.
1643
Serjeant (R. B), «The Sunnah Jāmi‘ah...», op. cit., p. 29 sq. Il note : "I feel unable to come to a decisive opinion.",
Ibid., p. 30. Voir, Lecker (Michael), Ibid., pp. 75-76 où il se contente de consigner le texte de Sergeant.
1644
Lecker (Michael), Ibid., p. 76. Djaït (Hichem), op. cit., T. III, p. 94. Ce dernier souligne : « Ils (les Banū Tha‘laba)
n’avaient rien à voir avec le sous-clan de Tha‘laba des ‘Amr Ibn ‘Awf. », Ibid.
1645
Comme les deux Tha‘laba en question, et un certain Taym Allāh Ibn Tha‘laba, qui n’est qu’al-Najjār, l’ancêtre du
clan khazrajite « Banū al-Najjār », afin de se limiter à un seul exemple. Ibn Durayd (Muḥammad), op. cit., T. II, p.
448. cf., Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), op. cit., p .101.
1646
Ibn Durayd (Muḥammad), op. cit., T. II, p. 437. Al- Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 133.
1647
Al- Samhῡdī (‘Ali), Ibid., T. I, p. 138. Al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. II, p. 78. T. V, p. 36.
1648
Al-Samhῡdī (‘Ali), Ibid., p. 133.
1649
ba n ‫ بـطـن‬est un clan en dessous d’une tribu. cf., Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), al-Nihāya fi garīb al-ḥadīth wa l-athar,
op. cit., p. 82. Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XIII, p. 54.
1650
Paragraphe 34, version Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.
1651
Paragraphe 40, version Abū ‘Ubayd.

223
Selon Samhūdī Jafna Ibn ‘Amr Muzayqiyā’ est l’oncle des Aws et des Khazraj ; or Jafna est le frère
de Tha‘laba l’ascendant des Aws et des Khazraj.1652 Jafna, semble-t-il, est le père des Ghassanides
qui ont régné au Levant.1653

Le texte de Médine est clair là-dessus. Après avoir évoqué les juifs de Banū Tha‘laba qui
s’engagent dans cette Charte sous les mêmes conditions que les juifs de Banū ‘Awf, il souligne que
Jafna, qui est une branche de Tha‘laba, est une partie contractante comme les Tha‘laba.1654
Un autre clan est évoqué dans ce Pacte, à savoir les Banū al-Shaṭība : « Pour Banū al-Shaṭība, il en
َ ‫ن‬
est comme pour les juifs de Banū ‘Awf. », 1655
".‫لبب الشطيبة مثل ما ليهود نبب عوف‬ ‫"و إن‬
Cependant, nous découvrons Shaṭaba au lieu de Shaṭība dans le texte d’Abū ‘Ubayd , or cette ver-
sion d’Abū ‘Ubayd est utilisée, entre autres, par Ibn al-Kalbī, Ibn Zabāla et Samhūdī : 1656
«Et les Banῡ al-Shaṭaba sont une branche "ba n" de Jafna. »,".‫ " و إن نبب الشطبة بطن من جفنة‬1657
Ibn al-Kalbī atteste que Jafna a engendré, entre autres, Tha‘laba qui a engendré à son tour al-
Akhtam dont sa mère se nomme al-Shaṭaba.1658 Cette branche est affiliée à la mère al-Shaṭaba,
précise-t-il.1659 Al-Samhūdī nous informe à travers Ibn Zabāla, que les Banū al-Shataba se sont
posés en lieu appelé Mītān lorsqu’ils sont arrivés du Shām, puis à un autre endroit, pas loin de
Jaḏmān, avant d’enfin s’installer à Rātij, dont ils constituent l’une des trois tribus .1660
Ils sont comptés parmi les anṣār à Médine, affirme Ibn al-Kalbī,1661 tandis que qu’Ibn Zabāla et
Samhūdī soulignent : 1662".‫وهم حلفاء نبب عبد األشهل‬...‫ " و كان براتج ناس من اليهود‬, « Il y avait des juifs à
Rātij… ces derniers sont les alliés de Banū ‘Abd al-Ashhal. »
Pour revenir au texte de Médine, nous estimons que l’ellipse du mot juifs devant Banū al-Shaṭība
dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām est évidente.
En nous basant sur toutes ces informations, nous présumons que les Banū Shaṭaba sont un sous-
clan de Jafna. De même que tous les autres clans de Yathrib, les Arabes païens et les juifs
cohabitaient normalement chez les Shaṭaba.1663 Ils étaient alliés avec les Banū ‘Abd al-Ashhal
appelés aussi, comme nous l’avons déjà signalé, les Banū al-Nabīt, un clan puissant des Aws dont

1652
Al-Samhῡdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 133 sq. cf., Ibid., p. 141. cf., Gil (Moshe), op. cit., p. 61 sq. Lecker (Michael), op.
cit., p. 79 sq.
1653
Ibn al-Kalbī (Hishām), op. cit., p. 617. Ibn Durayd (Muḥammad), op. cit., p. 435. Al-Samhῡdī (‘Ali), Ibid., T. I, p. 134.
1654
Les juifs de Médine comptaient plus de vingt tribus selon Samhūdī. Ibid., T. I, p. 132.
1655
Paragraphe 35, version A.
1656
Dans la version transmise par Ibn Ibn Zanjawayh, le disciple d’Abū ‘Ubayd, l’annotateur, qui met le passage en
question entre parenthèses, souligne : « J’ai ajouté cette phrase du texte d’Abū ‘Ubayd car ce passage est indéchi-
ffrable dans le manuscrit d’Ibn Zanjawayh. » Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., p. 470. n. 1.
1657
Paragraphe 40, version B.
1658
Ibn al-Kalbī (Hishām), op. cit., p. 617.
1659
Ibid.
1660
Al-Samhūdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 169. cf., Ibn Zabāla (Muḥammad), op. cit., p. 182.
1661
Ibn al-Kalbī (Hishām), op. cit., p. 617.
1662
Al-Samhūdī (‘Ali), op. cit., T. I, p. 169. Ibn Zabāla (Muḥammad), op. cit., p. 182 sq. Gil (Moshe), op. cit., p. 62.
1663
Wensinck note: « La plupart des Shaṭba sont probablement des juifs prosélytes.» Lecker (Michael), op. cit., p. 80.
n. 150. Lecker pense que les Shaṭaba ne sont pas des juifs, mais ils vivaient avec les clans arabes, lequels cohabi-
taient avec les juifs. Ibid., p. 80. Le fait de savoir si les juifs de Shaṭaba sont juifs d’origine ou des arabes judaïsés
dépasse les propos de cette étude, surtout lorsque les sources dont nous disposons sont muettes à ce sujet.
Sergeant confirme : "…Their history is obscure. ", « The Sunnah Jᾱmi‘ah. », op. cit., p. 28.

224
le chef était, durant les cinq premières années après l’émigration du Prophète, le célèbre Sa‘d Ibn
Mu‘āḏ.1664Ils sont, selon Ib Isḥāq/IbnHishām, une partie contractante de ce Pacte.1665
L’acception du vocable bi āna cité dans ce texte est également confuse et incertaine : 1666
".‫ « " و إن بطانة يهود كأنفسهم‬Les Bi āna de [certains] juifs sont comme eux. » 1667
Wellhausen estime que bi āna signifie les amis des juifs "die freundschaft der Juden".1668 Wensinck
suppose qu’il s’agit des premiers Arabes alliés avec les juifs avant même l’arrivée des Aws et des
Khazraj.1669Watt souligne que la signification de ce terme est obscure, toutefois il propose, comme
ses prédécesseurs Wellhausen et Wensinck, que ce mot renvoie probablement aux amis des juifs,
qui avaient des liens étroits avec ces derniers.1670
En l’absence de preuves historiques, le terrain linguistique peut apporter une aide considérable.
Les linguistes indiquent que le mot bi āna veut dire, entre autres, le confident, mais il signifie
aussi, ce qui est très intéressant, les populations suburbaines.1671
Hamidullah a raison lorsqu’il suggère que les bi ᾱna sont : alladīna khᾱrija l-qarya wa l-madīna.1672
À ce propos, M. Lecker soutient sa proposition et pense que ce sont les nomades ou les semi-
nomades arabes alliés aux juifs et qui se convertissent quelquefois même au judaïsme.1673
Les bi āna des juifs, ce sont donc sans doute les anciens associés des juifs, qui se sont installés en
périphérie de la cité, et, avec le temps, ont pu gagner le cœur de leurs hôtes et devenir leurs
confidents, car nous savons que les juifs ont résidé dans ces lieux depuis une époque reculée, et
que des Arabes tel que Ḥāritha, avant même l’arrivée des Aws et des Khazraj, se sont alliés avec
eux.1674
La Charte de Médine est, en apparence, avantageuse pour les juifs. Cependant, beaucoup de
chercheurs estiment que cette dernière a détérioré le statut des juifs à Médine.1675
J. S. Shoemaker remarque que le Pacte est tout simplement un arrangement ou une mesure temp-
oraire qui vise à persuader les juifs à reconnaître Muḥammad comme un guide de la cité.1676
Gil pense que cette «constitution» projetait l’expulsion des juifs dès le moment même de sa réda-
ction.1677 Ce Pacte, selon lui, n’est pas un Traité ou une Convention entre Muḥammad et les juifs.

1664
cf., Ibn al-Kalbī (Hishām), op. cit., p. 633 sqq. Ibn Qudāma (‘Abd Allāh), op. cit., p. 205. Sergeant suppose à l’idée
qu’ils se sont affiliés aux Banū ‘Abd al-Ashhal postérieurement à ce Pacte. Ibid.
1665
La version d’Abū ‘Ubayd signale simplement que les Shaṭaba est un sous-clan de Jafna.
1666
Sergeant (R. B), « The Sunnah Jᾱmi‘ah. », op. cit., p. 30.
1667
Paragraphe 38, version A. Soulignons que le texte d’Abū ‘Ubayd n’évoque pas ce terme.
1668
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 71.
1669
Wensinck (Arent Jan), op. cit., p. 78. Watt (W. Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 224 ; Mahomet à
Médine, op. cit., p. 270.
1670
Watt (W. Montgomery), Mahomet, op. cit., p. 477.
1671
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), al-Nihāya fi garīb al-ḥadīth wa l-athar, op. cit., p. 81. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl
al- ᾱlib, op. cit., p. 115. Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XIII, p. 55. Al-Fayrūzābādī (Muḥammad), op. cit., p.
1180 sq.
1672
« Ceux qui habitent à l’extérieur de la ville.», cité par Lecker (Michael), op. cit., p. 154.
1673
Lecker (Michael), Ibid., p. 36. cf., p. 154 sq.
1674
Ibn Khaldūn, op. cit., T. II, p. 342 sq.
1675
Gil (Moshe), op. cit., p. 62 sq.
1676
Shoemaker (J. Stephen), op. cit., p. 261.
1677
Gil (Moshe), op. cit., p. 65.

225
La preuve en est, selon lui, avec les événements qui ont conduit aux expulsions et au massacre des
trois grandes tribus .1678 Il affirme : «Le Document fut une déclaration officielle avec l’intention de
désengager les clans arabes de Médine de leurs engagements avec leurs voisins juifs, alliés avec
eux jusqu’à présent. » 1679
Il est plus censé, pour lui, de voir le Traité comme un témoignage du bouleversement du statut po-
litique des tribus juives, lesquelles deviennent subalternes à l’égard de leurs alliés arabes.1680
D’après P. Rose, le Pacte ne dégage aucune tolérance vis-à-vis des juifs, mais il révèle au contraire
contraire le contrôle dont ils font désormais l’objet. Ils sont bien rattachés à leurs alliés arabes et
sont contraints de contribuer aux financements des campagnes de Muḥammad.1681 Il souligne :
« La soi-disant tolérance qu’ils reçoivent ici en tant que membres de la umma de Médine (conféd-
ération de sécurité) est en fait le précurseur de la politique répressive et de la gérance du statut
des dhimmis concrétisées curieusement juste après le décès de Muḥammad. »1682
M. Gil va encore plus loin, il pense que ce texte vise préalablement : l’expulsion, la dépossession et
même l’annihilation des juifs de Médine. 1683

1678
Gil (Moshe), Ibid., p. 65. cf., Sergeant (R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p. 15.
1679
"It [le Document] was a formal statement of intent to disengage the Arab clans of Medina from the Jewish neigh-
bours they had been allied with up to that time.", Gil (Moshe), Ibid., p. 65.
1680
Rose (Paul Lawrence), op. cit., p. 19.
1681
Ibid., p. 20.
1682
Ibid.
1683
Gil (Moshe), Jews in Islamic countries, p. 41. Cité par P. L. Rose (Paul Lawrence), Ibid., p. 20 sq.

226
« Cependant, Il est certainement plus facile de percevoir les
contradictions dans un texte écrit que dans un discours parlé,
en partie parce qu’on peut formaliser les propositions de manière
syllogistique et en partie parce que l’écriture fragmente le flux oral,
ce qui permet de mettre, côte à côte, et de comparer des énoncés
émis à des moments et dans des lieux différents.»1684

1684
Goody (Jack), La raison graphique - La domestication de la pensée sauvage-, op. cit., p. 50.

227
III. II. IV. I. Les variantes dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām (Version A).

Parce que Le texte de Médine est relativement long, il a été transmis, certainement, à la fois
oralement et également par écrit.
Cependant, les variantes évidentes dans ce texte qu’elles soient internes, c’est-à-dire dans la
même version A ou B, ou bien externes, autrement dit entre l’œuvre d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām et
celle d’Abū ‘Ubayd, comme nous allons le voir ci-dessous, sont le témoignage tangible que la
transmission orale est sans doute vulnérable. On peut faire le même constat pour la transmission
écrite, d’autant plus que l’écriture d’antan était défectueuse, voire tendancieuse.
La présence des variantes dans les textes fondateurs au point d’altérer absolument le sens, est
compromettante pour une culture qui se fonde foncièrement sur le texte lui-même. Ces versions
divergentes, voire contradictoires sont aussi, semble-t-il, le stigmate de cette étape lointaine où la
transmission orale et la transcription écrite précaire sont nécessairement coudoyées.
Nous observons la Ṣaḥīfa de près, à travers les trois éditions dont nous disposons, à savoir celle de
Ferdinand Wüstenfeld, Maḥmῡd Sayyid al-Ṭahṭᾱwī et Muṣṭafᾱ al-Saqᾱ & Ibrᾱhīm al-Abyᾱrī & ‘Abd
al-Ḥafīẓ Shalabī, afin de percevoir les variantes existantes dans le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.
Nous n’avons pas utilisé l’édition de Dār al-Ḥadīth à cet endroit, étant donné que cette dernière se
conforme à l’édition d’al-Saqā, sauf pour le groupe de Banū al-Nabīt, qu’elle place avant les Banū
‘Amr Ibn ‘Awf.1685

Soulignons d’emblée que nous nous sommes uniquement intéressés aux variantes qui peuvent
modifier le sens du texte ; nous négligeons donc celles dues, entre autres, aux fautes
typographiques ou linguistiques tels quisht au lieu de qis (justice) chez Wüstenfeld,1686 ā’ifa
(sous-clan) et āyfa1687, l’emploi de mutanāṣir1688au singulier dans la version de Wüstenfeld ou au
pluriel dans les deux autres éditions,1689yujīzu à la place de yujīru1690ou tafdī ‫ تـفـدي‬chez Abū ‘Ubayd
et tafd ‫ تـفـد‬désormais dans le texte transmis par Ibn Ibn Zanjawayh.1691
Nous ne prenons également pas en considération les variantes concernant les termes élogieux liés
à Allāh ou au Prophète, qui sont certainement des ajouts postérieurs.1692
1/Wüstenfeld :1693les obligeant à certains devoirs et leur donnant certains droits ‫اشبط عليهم و رشط‬ ‫ر‬
.‫لهم‬Al-Ṭahṭᾱwī :1694les obligeant à certains devoirs et en stipulant de leur donner certains droits,
1685
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Dār al-ḥadīth, op. cit., T. I, p. 368. cf., Ibid., p. 19. éd. al-Saqā, op. cit., T. II, p. 148.
1686
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik), éd. Wüstenfeld, op. cit., T. I, p. 341. cf., paragraphe 7.
1687
Ibid. Voir, éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., T. II, p. 95. cf., paragraphes 3-10.
1688
Paragraphe 17.
1689
éd. Wüstenfeld, Ibid., p. 342. éd. al-Saqā, op. cit., p. 148. éd. al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., p. 96.
1690
Nous trouvons « yujīzu » uniquement dans l’édition de Dār al-ḥadīth. Il s’agit certainement d’une coquille. cf., éd.
Dār al-ḥadīth, op. cit., 369 ; éd. Wüstenfeld, Ibid., p. 342 ; éd. al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., p. 96 ; éd. al-Saqā, Ibid., p. 148. cf.,
paragraphe 15.
1691
Ibn Salᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 292. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, p. 468. n. 1. cf., parag-
raphe 10.
1692
Comparez entre éd. Wüstenfeld, op. cit., p. 342 et p. 343 ; éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 96 et p. 97. Nous reviendrons
sur ce point dans Termes et Concepts.
1693
Ibid., p. 341.
1694
Ibid., 94.

228
‫ر‬
.‫واشبط لهم‬ ‫ر‬
‫اشبط عليهم و رشط‬
1695

‫و رشط لهم و ر‬
Al-Saqā : 1696 leur donnant certains droits et les obligeant à certains devoirs ‫اشبط عليهم‬
2/Toutes les versions du texte de Médine dont nous disposons situent les mu’minūn avant les
muslimūn, toutefois al-Bayhaqī, Ibn Taymiyya ainsi qu’Ibn Qayyim mentionnent d’abord les
muslimūn.1697
3/Concernant l’ordre des sous-clans des anṣār, nous découvrons, chez Wüstenfeld, les Banū al-
Ḥārith avant les Banū Sā‘ida, contrairement, entre autres, aux deux autres éditions et à al-Suhaylī.
La version d’al-Bayhaqī à laquelle Ibn Taymiyya et son disciple Ibn Qayyim se réfèrent, place aussi
les Banū al-Ḥārith devant les Banū Sā‘ida.1698 C’est également le cas de hamidullah..1699
Nous trouvons également al-Ḥarth au lieu d’al-Ḥārith, uniquement dans le texte de Ṭahṭᾱwī,
même lorsqu’il cite les juifs de ce sous-clan.1700 Al-Nuwayrī qui range lui aussi les Banū al-Ḥārith
avant les Sā‘ida, omet les Banū al-Nabīt.1701 En revanche, Ibn Sayyid al-Nᾱs et Ibn Ḥudayda, qui
rapportent le texte d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām, ne citent les Banū al-Ḥārith qu’avec les groupes
juifs.1702
4/ Al-Shuṭayba apparaît sous trois variantes : al-Shuṭayba,1703al-Shuṭna,1704 et al-Shuṭba.1705
5/Nous découvrons la variante mufraj, citée par Abū ‘Ubayd,1706 à la place de mufraḥ
exclusivement dans l’édition de Ṭahṭᾱwī. 1707
6/Dans le passage : Un mu’min ne doit pas prendre comme confédéré « ḥalīf » le client « mawlā »
d’un autre mu’min sans le consentement de ce dernier.1708 Wüstenfeld écrit yukhālif au lieu de

1695
L’ajout du verbe shara a est dû, peut-être, simplement à une erreur de copiste comme la plupart des variantes.
1696
op. cit., p. 147. Voir, l’introduction attribuée à Ibn Isḥāq.
1697
Al-Bayhaqī (Aḥmad), op. cit., T. VIII, p. 106. Ibn Taymiyya (Aḥmad), op. cit., p. 129. Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥa-
mmad, op. cit., p. 1405. cf., paragraphe 1.
1698
Al-Bayhaqī (Aḥmad), Ibid. Ibn Taymiyya (Aḥmad), Ibid., p. 130. Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), Ibid., p. 1406.
À l’encontre d’al-Bayhaqī et de son maître Ibn Taymiyya, Ibn Qayyim mentionne « Banū Ḥārith », sous la forme de
l’indéfini. Ibid.
1699
Hamidullah (Muḥammad), Majmūʻat al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., p. 59.
1700
Wüstenfeld, op. cit., p. 341 ; éd. al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., pp. 95. 97 ; al-Saqā, Ibid., p. 147 sq. cf., al-Suhaylī (‘Abd al-
Raḥmᾱn), op. cit., T. II, p. 347.
1701
Al-Nuwayrī (Aḥmad), op. cit., T. XVI, p. 246 sq. Pour les Banū al-Nabīt, voir, paragraphe 9.
1702
Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 318-319. Ibn Ḥudayda (Muḥammad), op. cit., T. II, pp. 6 .8.
1703
Wüstenfeld, op. cit., p. 343. al-Saqā, op. cit., p. 149. al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op. cit., 349.
1704
Al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 97. Al-Nuwayrī (Aḥmad), op. cit., p. 248.
1705
Ibn Taymiyya (Aḥmad), op. cit., p. 131. Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), op. cit., p. 1407. cf., paragraphe 35.
1706
Bien qu’il cite cette variante, il emploie le mot mufraḥan dans le texte de Médine. Voir, Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd al-
Qᾱsim), op. cit., 292 ; al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op. cit.,348 ; Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit., p. 320.
1707
Al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 95. Voir, Wüstenfeld, op. cit., p. 342 ; éd.; al-Saqā, op. cit., p. 148 ; al-Suhaylī (‘Abd al-
Raḥmᾱn), Ibid. Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs note une information du linguiste Tha‘lab : « mufraḥ est une personne très
endettée tandis que mufraj est celui qui n’appartient à aucune tribu. » Ibid. cf., paragraphe 11.
Comme nous l’avons déjà signalé, Sergeant préfère utiliser mufraj. Serjeant (R. B), « The Sunnah Jami‘a », op. cit.,
pp. 17. 19. 21.
1708
Paragraphe 12.

229
yuḥālif, modifiant ainsi le sens : « Un mu’min ne doit pas s’opposer au client d’un autre mu’min
sans le consentement de ce dernier. »1709
7/Entre le fait de dire "‫يرض وىل المقتول‬ ‫ إال أن ن‬..." ou "...‫يرض‬
‫"إىل أن ن‬, « … sauf si le représentant de
l’homme assassiné se déclare satisfait. » ou « jusqu’à ce que le représentant…soit satisfait. »1710, la
signification est complètement différente.1711
8/Les conjonctions de coordinations ‫ و‬et ‫ أو‬n’ont pas été épargnées. Tandis que Ṭahṭᾱwī et Saqā
notent : "‫ « ;" و إنه ال يحول هذا الكتاب دون ظالم وآثم‬Cet Écrit ne dissuade pas forcément un malfaiteur et
un violeur du règlement. », Wüstenfeld consigne : « …‫أو‬, …ou… ».1712
Dans l’avant dernière phrase du texte de Médine, c’est l’édition de Wüstenfeld qui emploie le‫ و‬à
l’inverse des deux autres : "‫و أثـم‬/‫ « ;" و إنه من خرج آمن ومن قعد آمن بالمدينة إال من ظلم أو‬Celui qui quitte
Médine est en sécurité, notamment celui qui y reste, hormis celui qui est déloyal ou/et
désobéissant. » 1713
9/Nous découvrons deux variantes atypiques chez Zamakhsharī et Ibn Taymiyya suivi par Ibn
Qayyim :
‫ن‬
A/ ".‫المؤمني‬ ‫" وإن يهود نبب عوف أنفسهم و أموالهم أمـنـة من‬, « Et les juifs de Ban ‘Awf, eux-mêmes et leurs
biens, sont sécurisés [amana] de la part des mu’minūn. »1714
Cette variante unique apparaît, peut-être pour la première fois, dans l’édition du livre al-Fᾱyiq1715
à Hyderabad en 1906.1716 Lors de leur annotation du livre en question, al-Bijᾱwī et Ibrᾱhim se
sont basés sur le manuscrit no 25 shīn ‫ ش‬situé à Dār al-kutub au Caire et sur l’édition de Hyder-
abad. 1717
Bien que le manuscrit, qui est complètement vocalisé, contrairement à l’édition indienne,1718 soit
leur principale référence, ils ont choisi à cet endroit de la Ṣaḥīfa de suivre l’édition de Hyderabad
sans qu’ils avancent aucun argument pour ce choix.1719
Zamakhsharī lui-même expose un commentaire interprétatif concernant la conciliation entre les
juifs de Banῡ ‘Awf et les mu’minῡn en employant l’expression umma min l-mu’minīn,1720 mais le
chercheur Michael Lecker, qui soutient résolument cette variante, nous présente à cet égard la
réponse suivante :1721 « …Zamakhsharī, en fait, copie le commentaire interprétatif d’une source
ancienne sans faire attention à la contradiction présumée entre son interprétation et la clause elle-

1709
Wüstenfeld, Ibid., p. 342. cf., al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., pp. 95 ; al-Saqā, Ibid., p. 148 ; al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), Ibid., p.
348.
1710
Paragraphe 23.
1711
Nous repérons ilā ‫ إلـى‬uniquement dans l’édition de Ṭahṭᾱwī. Al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., pp. 96. cf., Wüstenfeld, Ibid ; al-
Saqā, Ibid ; al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), Ibid., p. 349.
1712
Al-Ṭahṭᾱwī, Ibid., p. 98. al-Saqā, Ibid., p. 150. Wüstenfeld, Ibid., p. 344. cf., paragraphe 4b.
1713
Wüstenfeld, Ibid. Al-Ṭahṭᾱwī, Ibid. al-Saqā, Ibid. cf., paragraphe 5b.
1714
Al- Zamakhsharī (Maḥmῡd), al-Fᾱ’iq fi gharīb al-ḥadīth, annoté par ‘Ali Muḥammad al-Bijᾱwī & Muḥammad Abῡ
ème
al-Faḍl Ibrᾱhim, 2 éd. ‘Aisᾱ al-Bᾱbī al-Ḥalabī & ses associés, Le Caire, 1971, T. II, p. 25. cf., paragraphe 27.
1715
Le titre dans L’édition de Hyderabad est mentionné sans la hamza, fāyiq au lieu de fā’iq.
1716
Al- Zamakhsharī (Maḥmῡd), al-Fᾱyiq fi gharīb al-ḥadīth, éd. Majlis Dᾱ’irat al-Ma‘ᾱrif al-Niẓᾱmiyya, Hyderabad,
1906, T. I, p. 221. Lecker se réfère visiblement à l’édition de Hyderabad 1924. cf., Ibid., p. 139. n. 12.
1717
Al- Zamakhsharī (Maḥmῡd), éd. al-Bijᾱwī, op. cit., T. I, p. 5.
1718
Ibid.
1719
Ibid., T. II, p. 25. cf., Lecker (Michael), op. cit., p. 139.
1720
cf., Al- Zamakhsharī (Maḥmῡd), éd. al-Bijᾱwī, op. cit., T. II, p. 26.
1721
Lecker (Michael), op. cit., p. 139.

230
même. Un commentaire identique ou presque est formulé par Harawī (401/1010) dans son livre
al-Gharībayn.»1722Cependant, al-Harawī et M. Ibn al-Athīr, évoqués par Lecker pour consolider son
opinion, n’ont fait que justifier et réorienter le sens du terme umma qu’ils ont utilisé sans hésita-
tion avec les juifs de Banū ‘Awf.1723
Parmi les objectifs visés par le prophète Muḥammad à travers ce Pacte, il y a évidemment l’instau-
ration de la paix "le amān" entre les différentes parties de Yathrib. Cela dit, le concept de la
umma est plus vaste, et de ce fait, il est plus avantageux pour les contractants de cet accord.
C’est tout à fait normal que le Prophète invite les tribus arabes, qui n’ont pas été encore adhéré à
cette umma, à conclure un traité de paix avec Yathrib telle que Juhayna.1724 Lors de la bataille de
Tabūk (9/630), le Prophète aurait également conclu un accord avec les gens de Ayla :1725
1726
"...‫ و أهل أيلة لسفنهم و لسيارتهم‬،‫النب رسول هللا لـيـوحـنة بن روبـة‬
‫" هـذه أمـنة من هللا و دمحم ر‬
« Ceci est un accord de Dieu et de Muḥammad, Prophète et Messager de Dieu sécurisant Yūḥanna
(Jean) fils de Rūba ainsi que les habitants de Ayla, leurs vaisseaux et leurs caravanes…»
Dans le Coran, le vocable amana est utilisé à deux reprises après les deux grandes batailles : Badr
et Uḥud,1727tandis que le terme umma, proche du mot amana, est employé quarante-neuf fois, et
uniquement sous cette forme, depuis, sans doute, la période mecquoise.1728
B/ "...‫" وإن ليهود نبب عوف ذمـة من المؤمـنـيـن‬, « Les juifs de Banū ‘Awf ont le droit à un pacte avec les
mu’minūn. »1729
L’autre variante qui est très proche du mot amana est ḏimma. Elle est transmise uniquement par
Ibn Taymiyya et Ibn Qayyim, ce dernier qui n’a fait d’ailleurs que recopier intégralement le texte
de son maître.1730
M. Lecker souligne que la variante amana, peut être soutenue par une autre variante, à savoir
ḏimma.1731
Il suppose qu’un scribe, qui transcrit une source employée par Ibn Taymiyya, considère le terme
amana si obscur, de ce fait il l’a remplacé par le mot commun ḏimma.1732

1722
Lecker(Michael), op. cit., 140.
1723
Al-Harawī (Aḥmad), al-Gharībayn fī al-qur’ān wa l-ḥadīth, éd. maktabat Nizār, la Mecque, 1999, T. I, p. 107.
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib, op. cit., p. 232. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), al-Nihāya fī gharīb al-ḥadīth,
op. cit., T. I, p. 47.
1724
Lecker (Michael), op. cit., p. 144.
1725
cf., al-Ḥamawī (Yāqūt), Mu‘jam al-buldān, op. cit., T. I, p. 292 où il précise que c’est une ville dont la majorité des
habitants sont des juifs ; elle se situe au bord de la mer rouge appelée jadis Qulzum, Clysma (Aqaba actuelle en
Jordanie).
1726
Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p .289. Chez Ibn Sa‘d et Balāḏurī Ru’ba avec la hamza. Ibn Sa‘d
(Muḥammad), op. cit., T. I, p. 240. Al-Balāḏurī (Aḥmad), Futūḥ al-buldān, op. cit., p. 79 sq.
1727
Q III, CLIV ; VIII, XI. cf., ‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 89. R. Blachère traduit amana dans ces deux
endroits par sécurité alors que J. Berque choisit la paix pour le premier et la sécurité pour le deuxième. Voir,
Blachère (Régis), op. cit., pp. 96. 202. Berque (Jacques), op. cit., pp. 87. 189. cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit.,
T. XIII, p. 21 ou il note : al-amana ₌ al-amn (la sécurité).
1728
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), Ibid., p. 80.
1729
Ibn Taymiyya (Aḥmad), op. cit., p. 131. Ibn Qayyim al-Jawziyya (Muḥammad), op. cit., 1407.
1730
Comparez entre les deux textes. Ibid.
1731
Lecker (Michael), op. cit., 146.
1732
Ibid.

231
Dans l’accord conclu éventuellement entre le Prophète et les gens d’Ayla, nous trouvons les deux
mots comme deux synonymes :1733 "...‫النب و لمن كان معهم‬ ‫ذمة هللا و ذمـة دمحم ر‬...‫;" هذه أمنة من هللا و دمحم‬
« Ceci est un engagement de sécurité de Dieu et de Muḥammad…la ḏimma du Dieu et du
prophète Muḥammad [pour eux] et pour ceux qui les accompagnent. »1734 Cependant, dans le
kitāb que le Prophète aurait écrit pour Thaqīf nous lisons : ‫ أن لهم ذمة هللا و ذمة دمحم‬: ‫" كتب‬
1735 ‫ن‬
"...‫وهم أمة من المسلمي‬...‫ أن واديهم حرام‬:
« Il a écrit : Ils ont la ḏimma d’Allāh et de Muḥammad : leur vallée est sacrée…ils font partie de la
umma des muslimūn. »
Comme le lexème amana, ḏimma est évoqué deux fois dans le Coran, toutefois il s’est manifesté
beaucoup plus tard, vers la fin de la période médinoise (9/630).1736Il est également cité dans la
Ṣaḥīfa, version Ibn Isḥāq/Ibn Hishām.1737

Par ailleurs, étant donné que dans tous les textes d’Ibn Isḥāq/Ibn Hishām dont nous disposons,
ainsi que dans le texte d’Abū ‘Ubayd et d’Ibn Zanjawayh, hormis dans les deux ouvrages de
Zamakhsharī et d’Ibn Taymiyya, il s’agit bel et bien du terme umma et non du mot amana ni de
ḏimma.1738 De ce fait, nous estimons que cette clause qui considère les juifs « une umma parmi
les mu’minūn » a créé un problème dogmatique grave pour les érudits postérieurs, pour
emprunter l’expression de U. Rubin.1739 De ce fait, le terme umma a été altéré à cet endroit,
semble-t-il, en rajoutant un point ou carrément en remplaçant la hamza ‫ أ‬par un ḏ ‫ذ‬.
Il reste enfin à souligner que Lecker, pour appuyer son raisonnement, s’est basé sur l’introduction
attribuée à Ibn Isḥāq.1740 Or, nous distinguons clairement entre le texte lui-même et l’intitulé
énoncé probablement par cet historiographe, qui est à notre sens une tentation de réorienter le
texte de Médine. Il s’est fondé aussi sur le résumé de Zamakhsharī.1741Toutefois, le dessein de cet
auteur est purement linguistique, il n’est pas concerné par le rapport fidèle du texte, comme le ré-

1733
ḏimma et ‘ahd veulent dire respectivement : sécurité « amān » et pacte. cf., Al-Harawī (Aḥmad), op. cit., T. II, p.
683.
1734
Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p .289.
1735
Ibid., p. 283.
1736
Q IX, VIII. X. cf., ‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 276. Nöldeke (Theodor), op. cit., p. 199. Blachère
Traduit ḏimma par engagement, Berque par obligation et Michon par promesse de protection. cf., Blachère
(Régis), op. cit., p. 213. Berque (Jacques), op. cit., p. 199. Michon (Jean-Louis), op. cit., 169.
1737
Paragraphe 15. Le terme en question est omis dans le texte d’Abū ‘Ubayd.
1738
Éd. Wüstenfeld, op. cit., p. 342. Al-Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 96. Al-Saqā, op. cit., p. 149. Al-Suhaylī (‘Abd al-Raḥmᾱn), op.
cit., p. 349. Ibn Ibn Sayyid al-Nᾱs (Muḥammad), op. cit., p. 319. Ibn Ḥudayda (Muḥammad), op. cit., p. 8. Ibn Kathīr
(Ismāī’l), al-Bidāya wa l-nihāya, op. cit., T. IV, p. 557. Al-Nuwayrī (Aḥmad), op. cit., p. 247. Ibn Sallᾱm (’Abῡ ‘Ubayd
al-Qᾱsim), op. cit., p .293. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., p. 469. Al-Harawī (Aḥmad), op. cit., T. I, p. 107.
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib, op. cit., pp. 227. 232. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), al-Nihāya fī gharīb al-
ḥadīth, op. cit., T. I, p. 47.
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 70. Wensinck (Arent Jan), op. cit., p. 56. Watt (William Montgomery), Muhammad
at Medina, op. cit., p. 223. Serjeant (R. B), « The Sunnah Jami‘a », op. cit., p. 26. Hamidullah (Muḥammad),
Majmūʻat al-wathāi’q al-siyāsiya, op. cit., p. 61. Rubin (Uri), op. cit., p. 21.
1739
Rubin (Uri), op. cit., p. 19.
1740
Lecker (Michael), op. cit., p. 141.
1741
Ibid., p. 139.

232
vèle l’exemple d’al-Qasṭalᾱnī, qui ne relate point le terme muhᾱjirῡn, comme le remarque Lecker,
et qui emploie d’une façon isolée le mot al-anṣᾱr.1742 Il n’est pas pertinent, à notre sens, de tirer
des conclusions importantes à partir des exposés pareils.
Quant à la version transmise par Ibn Taymiyya à laquelle Lecker se réfère,1743elle est plus problém-
atique. Cet ouvrage d’Ibn Taymiyya est écrit, comme nous l’avons déjà souligné, dans un contexte
de polémique juridique. Le jeune Ibn Taymiyya veut à tout prix démontrer que ‘Assāf, dit al-Naṣ-
rānī, 1744qui a apparemment insulté publiquement le Prophète, et bien qu’il soit attaché à la com-
munauté musulmane par un pacte « ḏimma », il est passible de la peine de mort.
Ce dimmī, doit ainsi connaître le même sort que cette femme juive de Médine, dont le Prophète
aurait approuvé l’assassinat réalisé par un compagnon.1745
En cette toile de fond, la controverse juridique est donc ouverte à toutes les présomptions ; nous
ne pouvons donc adhérer à une version aussi insolite.

1742
Al-Qasṭalᾱnī (Aḥmad), op. cit., T. II, p. 270. Le but de ce résumé de Qasṭalᾱnī (923/1517) en sept lignes est de
prouver irréfutablement l’éloquence du Prophète. cf., Ibid., p. 263. Voir, Lecker (Michael), Ibid., p. 41.
1743
Lecker (Michael), Ibid., p. 146.
1744
cf., Ibn Kathīr (Ismā‘īl), al-bidāya wa al-nihāya, op. cit., T. XVII, p. 665 sq.
1745
Ibn Taymiyya (Aḥmad), op. cit., pp. 125 sqq. Voir, le sous-chapitre : La version rapportée par al-Bayhaqī (m. 458/
1065) dans cette étude.

233
III. II. IV. II. Les variantes dans le texte d’Abū ‘Ubayd (version B).

1/Abū ‘Ubayd : "‫ " أمة واحدة دون الناس‬chez Ibn Zanjaway : ".‫مـن دون الناس‬..." « Une umma unique
distincte des autres. »1746
‫ن‬
2/ Abū ‘Ubayd : ".‫المسلمي‬ ‫ن‬
‫المؤمني و‬ ‫"وهم يفدون عانيهم بالمعروف و القسط ن‬, « …ils rançonnent leurs
‫بي‬
prisonniers [le faisant] avec droiture et justice entre mu’minūn et muslimūn. » Dans la version
d’Ibn Zanjaway le mot muslimūn est omis.1747
3/ "...‫و كل طائفة منهم‬...‫" وبنو عوف‬, « Les Banū ‘Awf…et chaque sous-clan de ces derniers… » Ibn
Zanjawayh ne mentionne pas minhum.1748
4/ Dans la version d’Abū ‘Ubayd se sont les : Banū al-Ḥarth Ibn al-Khazraj tandis que dans le texte
d’Ibn Zanjawayh ce sont simplement les Banū al-Khazraj.1749Les juifs de Banū al-Ḥārith chez Ibn
Zanjawayh sont les juifs de Banū al-Ḥarth dans la version d’Abū ‘Ubayd.1750
5/ Ibn Zanjawayh rajoute un paragraphe qui n’est pas mentionné chez Abū ‘Ubayd :
« .‫وال يحالف مؤمن موىل مؤمن دونه‬, un mu’min ne doit pas s’allier avec un client d’un autre mu’min sans
le consentement de ce dernier. »1751
6/ Contrairement à Abū ‘Ubayd, Ibn Zanjawayh place la conjonction de coordination wāw ‫ و‬entre
les mu’minūn et les muttaqūn.1752
7/Chez Ibn Zanjawayh nous lisons : « …‫ » عىل أحسن هدى و أقومه‬et chez Abū ‘Ubayd : «…‫» …هـذا‬Le
droit chemin est désigné chez Abū ‘Ubayd par « celui-ci. »1753
8/ Ibn Zanjawayh transcrit : « ...‫ » وإنه من اعتبط مؤمنا قتال عن بينة‬Cependant Abū ‘Ubayd néglige
l’expression : ‘an bayyina. « Si quelqu’un tue un mu’min sciemment… »1754
9/ Dans le texte d’Abū ‘Ubayd nous trouvons : « ‫فإن عليه لعنة هللا و غضبه إىل يوم القيامة‬... », et chez Ibn
Zanjawayh : « .‫ » …يوم القيامة‬Une grande différence entre «…jusqu’au jour de la résurrection des
morts. » et « …le jour de la résurrection des morts. »1755
10/Ibn Zanjawayh place plus loin : « ‫» مواليهم و أنفسهم‬, « Les juifs de Banū ‘Awf…leurs clients et eux-
mêmes. » ce qui rend la signification de la phrase équivoque.1756
11/Ibn al-Athīr et Zamakhsharī qui résument le texte d’Abū ‘Ubayd nous apportent une autre
‫ن‬
variante : « .‫محاربي‬ ‫ن‬
‫المؤمني ماداموا‬ ‫ » اليهود يتفقون مع‬au lieu de ‫ينفقون‬, « Aussi longtemps qu’ils

1746
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p . 292. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, p. 466. Voir, parag-
raphe 1.
1747
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., p. 467. Voir, paragraphe 2.
1748
Ibid. cf., paragraphe 3.
1749
Ibid. Voir, paragraphe 4.
1750
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 294. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., p. 469. Voir, paragraphe 26.
1751
Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., p. 468. Il place ce passage après le paragraphe 11 du texte d’Abū ‘Ubayd.
1752
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 292. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., p. 468. cf., paragraphe 12.
1753
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p . 293. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid. cf., paragraphe 18.
1754
Ibid. cf., paragraphe 20.
1755
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., p. 469. cf., paragraphe 21.
1756
Ibid. Voir, paragraphe 24.

234
demeurent en guerre, les juifs doivent être d’accord avec les mu’minūn/ Les juifs supportent les
frais de la guerre en même temps que les mu’minūn. »1757
En revanche, Ibn al-Athīr souligne : « Dans son livre Gharīb al-ḥadīth, Ibn Qutayba note : « ‫و أنه من‬
.‫» خرج أو جرج آمن ومن قعد آمن‬, « Celui qui quitte [Médine] est en sécurité, notamment celui qui y
reste. »1758 Il nous fournit une autre variante, à savoir le verbe jarija qui peut prendre la place de
kharaja. Dans ce cas, même celui qui ne quitte pas Médine mais il se déplace d’un coin à l’autre de
la cité bénéficiera de cette sécurité.1759

1757
Al- Zamakhsharī (Maḥmῡd), éd. al-Bijāwī, op. cit., p. 25. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Manᾱl al- ᾱlib, op. cit., p. 227.
Voir, paragraphe 23. Notons que cette variante va à l’encontre des autres versions dont nous disposons. cf., Ibn
Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 293. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), Ibid., p. 469. Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)),
éd. Wüstenfeld, op. cit., p. 342 ; éd. Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 96 ; éd. al-Saqᾱ, op. cit., p. 149.
Soulignons que le résumé d’Ibn al-athir dans Manᾱl al- ᾱlib est presque une copie de celui de Zamakhsharī,
toutefois il ne l’a pas suivi dans le terme amana. Comparez entre les deux textes.
1758
Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Ibid., p. 233. jarija ‫جرج‬
ِّ veut dire se mouvoir. cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit.,
T. II, p. 223.
1759
Nous avons pas trouvé ce ḥadīth dans l’ouvrage d’Ibn Qutayba publié en Iraq en trois tomes. cf., Ibn Qutayba
(‘Abd Allāh), Garīb al-ḥadīth, éd. Maṭba‘at al-‘ānī, Bagdad, 1977.

235
III. II. IV. III. Les variantes entre les deux textes (Versions A et B).1760

1/ À l’inverse d’Ibn Hishām, Abū ‘Ubayd ne mentionne pas la basmala ni son disciple Ibn
Zanjawayh d’ailleurs.1761 Il est possible que la basmala soit authentique. Les Arabes avaient
l’habitude de commencer leur écrit par la formule bismika alahumma ‫بـسمك اللهم‬.
Selon la tradition, la ṣaḥīfa du boycott débute par cette expression,1762notamment le traité de
Ḥudaybiya (6/627), qui est probablement postérieur au texte de Médine.1763 Si nous prenons pas
en compte la basmala1764qui prélude toutes les sourates du Coran, hormis « Le Repentir » (Q
IX)1765 ; cet énoncé est cité une seule fois dans le texte coranique,1766probablement vers la fin de
la période mecquoise.1767
2/Dans le premier passage Abū ‘Ubayd rajoute la phrase ‫ فـحـل معهم‬: « Ceux qui les suivent, les ont
rejoints, demeurent avec eux et qui guerroient à leur côté. »1768
3/ Chez Abū ‘Ubayd « Ils (Les muhājirūn de Quraysh) rançonnent leurs prisonniers…mu’minūn et
muslimūn. » alors que dans le texte d’Ibn Hishām le mot muslimūn est omis.1769
3/ La répartition des clans des anṣār chez Abū ‘Ubayd installe les Banū al-Ḥarth avant les Banū
Sā‘ida, à l’instar du texte d’Ibn Hishām, édition F. Wüstenfeld. Il transcrit également, telle que
l’édition de Ṭahṭᾱwī, al-Ḥarth au lieu d’al-Ḥārith.1770
Contrairement à Ibn Hishām, Abū ‘Ubayd classe aussi les juifs de Banū Sā‘ida après les Jusham.1771
Il écrit notamment Shaṭba, au lieu de Shuṭayba que nous trouvons dans l’édition de Wüstenfeld et
Saqā, ou Shaṭna chez Ṭahṭᾱwī.1772Notons que ce dernier groupe est très décalé par rapport au
texte d’Ibn Hishām. Nous nous demandons si ce passage n’a pas été ajouté ultérieurement au
texte d’Abū ‘Ubayd.

1760
Dans ce sous-chapitre, nous nous contentons de citer l’édition d’al-Saqā sauf en cas de différence avec les deux
autres : celle de Wüstenfeld ou de Ṭahṭᾱwī.
1761
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 291. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., p. 466. Ibn Hishām (‘Abd al-
Malik)), éd. al-Saqā, op. cit., p. 147.
1762
Ibn Hishām (‘Abd al-Malik)), Ibid., T. II, p. 16.
1763
Ibid., T. III, p. 331. Lors du traité de Ḥudaybiya, le Prophète aurait aimé écrire la basmala, mais Suhayl Ibn ‘Amr,
le mandataire des Qurayshites, lui aurait imposé la fameuse bismika alahumma. Ibid., p. 332.
1764
cf., Nöldeke (Theodor), op. cit., pp. 309 sqq.
1765
Les érudits musulmans divergent à propos de ces formules qui précèdent les sourates, font-elles parties du texte
du Coran ou pas ? Voir, al-Zamakhsharī (Maḥmῡd), Tafsīr al-Kashāf, éd. Dār al-ma‘rifa, Beyrouth, 2009, T. I, p. 25.
1766
Q XXVII, XXX. Voir, Blachère (Régis), op. cit., p. 406.
1767
Nöldeke place cette sourate en question à la fin de la deuxième période mecquoise. op. cit., p. XXXVI. cf., al-
Sayūṭī (Jalāl al-Dīn), op. cit., p. 34.
1768
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 291.
1769
Ibid., p. 292. cf., éd. al-Saqā, op. cit., p. 147. Voir, paragraphe 2.
1770
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid. éd. Wüstenfeld, op. cit., p. 341. éd. Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 95. éd. al-Saqā,
Ibid., p. 147 sq.
1771
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 294. éd. al-Saqā, Ibid., p. 149. Voir, paragraphes 31. 27, version A. B
respectivement.
1772
Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid. éd. Wüstenfeld, op. cit., p. 343. al-Saqā, Ibid. Ṭahṭᾱwī, op. cit., p. 97. cf.,
paragraphes : 35. 40, version A et B.

236
4/ Ibn Hishām note : « Les mu’minūn ne doivent pas laisser sans secours une personne parmi eux
‫ » …بـيـنـهم‬tandis qu’Abū ‘Ubayd écrit : « ‫مـنـهـم‬, appartenant à eux. »1773
La première utilisation implique que les mu’minūn doivent secourir l’endetté même s’il n’est pas
mu’min à condition qu’il vive à Yathrib avec eux.
5/Le texte d’Ibn Hishām emploie yahūd à l’indéfini contrairement à Abū ‘Ubayd.1774
6/ « .‫» و إن كل غازية غزت معنا يعقب بعضها بعضا‬
« Dans chaque expédition entreprise avec nous ‫مـعـنـا‬, les différentes parties présentes se relaient à
tour de rôle. » Abū Ubayd néglige ‫ مـعـنـا‬dans ce passage.1775
Rappelons-nous que le terme ‫ غازية‬dans ce passage est une épithète du lexème sous-entendu, e.
g., peloton (une ellipse).1776 Ce passage rend moins contraignant la participation aux campagnes
militaires puisque les hommes peuvent se relayer à tour de rôle.1777 Cette phrase toutefois peut
aussi dégager le sens de monter à dos de chameau ou de cheval tour à tour, 1778bien qu’il soit
moins explicite par rapport à la première signification.
7/Dans le texte d’Ibn Hishām nous trouvons hudā ‫هـدى‬, tandis qu’Abū ‘Ubayd inscrive haḏā ‫هـذا‬.1779
8/ « Si un individu tue sans raison un mu’min intentionnellement ‫» …عـن بـيـنة‬, l’expression ‫عن بينة‬
manque dans le texte d’Abū ‘Ubayd.1780
9/Dans ce dernier paragraphe, Ibn Hishām oublie « bi al-‘aql » : « sauf si le représentant de
l’homme assassiné se déclare satisfait par la compensation financière expiatoire bi al-‘aql. »1781
10/ « Il ne peut être permis à un mu’min qui a donné son accord à ce qui est consigné dans cet
Écrit et ‫ و‬qui croit en Dieu et au dernier jour...»,1782 à l’inverse de la version A, Abū ‘Ubayd ulilise la
conjonction ou ‫أو‬, qui altère manifestement le sens, sauf si nous recourons à la rhétorique qui
tolère l’alternance des particules ‫ و‬et ‫أو‬.1783
11/Cette dernière clause stipule que celui qui n’observe pas cet accord et aide un muḥdith,1784
alors la malédiction de Dieu et sa colère se porteraient sur lui le jour de la résurrection des morts.,
Ce châtiment cependant n’attend pas chez Abū ‘Ubayd, il est imminent pour ceux qui violent cet

1773
éd. al-Saqā, Ibid., p. 148. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 292. Voir, paragraphe 11.
1774
éd. al-Saqā, Ibid., p. 148 sq. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid., p. 293. Voir, paragraphes 17. 38, version A ;
paragraphe 15, version B.
1775
Ibid. cf., paragraphes : 19, version A ; 17, version B.
1776
cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XV, p. 124 où il souligne que le mot ghāzia est le féminin de ghāzī,
il peut être épithète d’une troupe. « .‫» …صفة لجماعة‬, confirme-t-il.
1777
Al-Zamakhsharī (Maḥmῡd), al-Fᾱ’iq fi gharīb al-ḥadīth, éd. al-Bijāwī, op. cit., T. II., p. 26. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn),
Manᾱl al- ᾱlib fi sharh iwᾱl al-gharᾱ’ib, op. cit., p. 231.
1778
Wellhausen (Julius), op. cit., p. 69. Watt (William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 222.
1779
éd. al-Saqā, op. cit., p. 148. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit.
1780
Ibid. Voir, paragraphes 23. 20, versions A et B respectivement.
1781
Ibid.
1782
éd. al-Saqā, Ibid., p. 149. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), Ibid. Paragraphes 24. 21, versions A. B respectivement.
1783
Ibn Jinnī (‘Uthmān), al-Khaṣā’iṣ, op. cit., T. II, p. 306 sq. Voir, Ibid., p. 460. Ibn Fāris (Aḥmad), al-Ṣāḥibī, op. cit., pp.
131 sqq, p. 235sq.
1784
M. Hamidullah traduit ce terme par : « criminel et provocateur d’un événement grave. », cf., Corpus des traités et
lettres diplomatiques de l’Islam, op. cit., p. 11. M. Lecker le traduit par meurtrier, op. cit., pp. 35. 38.

237
engagement, il perdure ainsi jusqu’au jour de la résurrection. La préposition ‫إىل‬, dans le texte
d’Abū ‘Ubayd, modifie complètement le sens.
12/ Nous lisons dans le texte d’Abū ‘Ubayd : « La vallée de Médine1785est sacrée ‫ حـرم‬pour les gens
de cet Écrit. » ḥaram à la place de ḥarām chez Ibn Hishām.1786 Wellhausen préfère la lecture d’Abū
‘Ubayd, quoique les deux variantes soient approuvables chez les linguistes.1787
-Un autre mot proche de ce dernier est évoqué uniquement dans le texte d’Ibn Hishām : « Aucune
ḥurma ‫ حُـرمـة‬ne peut obtenir la protection/ou ne peut être transgressée/ sans le consentement de
ses siens. »1788
Depuis que Wellhausen a traduit ḥurma par femme « frau »1789la majorité des chercheurs l’ont
suivi. Wensinck, Watt, Serjeant et Gil interprètent ḥurma par femme, tandis que Hamidullah rend
ce vocable par la formule suivante : « Le nom d’une famille »1790
M. Gil déduit même, que cette clause qui stipule l’interdiction de donner protection à une femme
à l’encontre de sa tribu, vise à abolir les vestiges du système matriarcal. La période mecquoise se
serait caractérisée par une volonté accrue de consolider les institutions patriarcales, avance-t-il.1791

Cela dit, Le verbe passif tujār est polysémique, il délivre le sens de la protection et notamment
celui de la transgression.1792ḥurma dégage également un sens plus général. Toute chose sacrée qui
ne peut être violée est ḥurma, précisent, entre autres, al-Harawī et Ibn al-Athīr.1793
Ce dernier terme est évoqué deux fois dans le Coran sous la forme du pluriel : ḥurumāt ‫ ُح ُرمات‬.1794
Dans ce passage, ḥurma désigne une réalité sacrée qui doit rester loin de toute profanation.1795
13/ « Sauf pour celui qui lutte pour la dette ‫ » الـديـن‬Quant au passage équivalent chez Abū ‘Ubayd,
le manque de la préposition fī ‫ فـي‬est manifeste.1796

1785
Nous discuterons des termes : Médine et Yathrib dans Termes et Concepts.
1786
éd. al-Saqā, op. cit., p. 149. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op. cit., p. 294. Paragraphes 48. 33, versions A, B
respectivement.
1787
Wellahausen (Julius), op. cit., p. 72. Lecker (Michael), op. cit., p. 165. cf., Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. XII,
pp. 119 sqq.
1788
Paragraphe 50.
1789
Wellahausen (Julius), Ibid.
1790
Wensinck (Arent jan), op. cit., p. 59. Watt (William Montgomery), Muhammad at Medina, op. cit., p. 224. Sergeant
( R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p. 35. Hamidullah (Muḥammad), Corpus des traités et lettres diplomatiques
de l’Islam, op. cit., p. 13. Gil (Moshe), op. cit., p. 57. Quant à Lecker qui n’adopte pas la traduction courante, il
reproduit cette partie ainsi : " No protection will be granted without the permission of the parties to this treaty."
ḥurma selon lui est « protection. », Ibid., pp. 38. 171.
1791
Gil (Moshe), op. cit., p. 57.
1792
Al-Harawī (Aḥmad), op. cit., p. 382. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), al-Nihāya fī gharīb al-ḥadīth wa al-athar, op. cit.,
p. 172. Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. IV, p. 153.
1793
Al-Harawī (Aḥmad), Ibid., p. 428. Ibn al-Athīr (Magd al-dīn), Ibid., p. 202.
1794
Q II, CXCIV ; XXII, XXX. cf., ‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., p. 198. Blachère traduit ce mot par : « les
choses sacrées. », op. cit., pp. 57. 361. Berque le rend par : « ce que Dieu a consacré. », op. cit., pp. 52. 355. Quant
à Chouraqui, il choisit : « les interdits. », op. cit., p. 63. 469.
1795
Il peut s’agir d’une personne, d’un lieu, d’un temps ou d’une règle établie.
1796
éd. al-Saqā, op. cit., p. 150. Ibn Zanjawayh (Ḥumayd), op. cit., T. V, p. 470. Ibn Sallᾱm (Abῡ ‘Ubayd al-Qᾱsim), op.
cit., p. 294. Paragraphes : 57. 38, version A, B respectivement.

238
Le substantif ‫ الـديـن‬est évoqué trois fois dans le texte d’Abū ‘Ubayd et celui d’Ibn Hishām/Ibn Isḥāq
si nous ne considérons pas l’intitulé attribué à ce dernier.1797 En revanche, nous comptons en tout
quatre-vingt-seize occurrences de ce terme dans le Coran.1798Soixante-douze signifient la religion,
dix-sept veulent dire le jour de la résurrection et sept dégagent le sens de la dette.1799
La Ṣaḥīfa révèle : « Sauf pour celui qui lutte «ḥāraba» pour la dette. Il incombe toutefois à chacun
d’avoir sa part de responsabilité. »

La difficulté de cette clause résulte de la polysémie des mots : al-dīn ‫ الدين‬et ḥāraba ‫حارب‬, mais au-
ssi et surtout de la position de ce passage qui est, à notre sens, inappropriée.
La façon dont les événements sont organisés, regroupés, découpés, influence probablement notre
compréhension.1800De ce fait, nous pensons que la place de cet énoncé en question est avec le pa-
ragraphe 47.1801
Le mot al-dīn mentionné dans la clause concernant les juifs de Banū ‘Awf 1802 indique vraisembla-
blement la religion. Néanmoins, ce vocable en question énonce, à la fin de ce Pacte, probablement
l’idée de la dette.1803ḥāraba ne signifie pas forcément se lancer dans un affrontement armé. Il veut
dire, à cet endroit : agir avec insistance afin de récupérer son dû.1804Nous nous demandons même
s’il ne s’agit pas du verbe ḥaraba ou ḥariba, sans la voyelle longue alif, qui équivalent respective-
ment à : être dépossédé de ses biens ou se retrouver dans un état d’exaspération.1805
Si nous considérons ḥāraba comme un combat qui éclate à Yathrib pour une cause religieuse en-
tre les contractants de ce Pacte, nous imaginons mal le Prophète et les mu’minūn rester indiffér-
ents ; or la phrase suivante dans le même paragraphe montre ce désintéressement :
« Il incombe… »1806
Les chercheurs sont presque unanimes à interpréter d. y. n par religion dans les deux endroits de
cette Ṣaḥīfa, c’est-à-dire les passages 27. 57 du texte d’Ibn Hishām/Ibn Isḥāq.1807 Par ailleurs, M.

1797
Voir, paragraphes : 27. 57, version A ; 24. 38, version B.
1798
‘Abd al-Bāqī (Muḥammad Fuād), op. cit., pp. 267-269.
1799
Ibid.
1800
Bruner (Jerome Seymour) et d’autres, Studies in cognitives growth, éd. John Wiley &sons, New York, 1966, pp. 7.
17. Voir, Goody (Jack), op. cit., pp. 43. 194.
1801
Paragraphe 23 de la version B.
1802
cf., paragraphes 27. 24, version A. B.
1803
Paragraphes : 57. 38, version A. B.
1804
Voir, les différents synonymes de ḥāraba chez Ibn Manẓūr (Muḥammad), op. cit., T. I, pp. 302 sqq.
1805
Ibid., p. 304.
1806
Sergeant pense que cette clause peut être expliquée par un passage cité par al-Wāqidī : « Le Prophète confie à
chaque clan un secteur du fossé pour excaver son sol. » Il est évident, dit-il, que cette clause envisage que tout
le périmètre de Yathrib creusé « al-Khandaq » soit défendu par des hommes armés, le reste du périmètre par
les groupes qui s’abritent dans les forteresses qui commandent l’accès de la ville. Sergeant estime donc que ce
passage décrit la préparation de Médine pour la bataille du fossé (5/626). Cependant, bien que la lecture de
Sergeant marque un lien avec la clause 54/Version A, elle n’explique pas pour autant la première partie de ce
paragraphe en question ni cet appel à la conciliation réciproque qui s’intercale entre les deux passages : 54 et
57/version A. Sergeant ( R. B), «The Sunnah Jᾱmi‘ah», op. cit., p. 38.

239
Gil traduit d. y. n dans la clause concernant les juifs de Banū ‘Awf par dette « debt ». Toutefois, il
le néglige dans sa deuxième occurrence.1808Rubin, Donner et Lecker trouvent que cette sugges-
tion de Gil n’est absolument pas fondée.1809
Rubin, suivi par Donner, argumente qu’une telle interprétation exige la préposition ‘alā à la place
de li.1810 Cependant, comme nous l’avons déjà souligné, beaucoup de linguistes arabes admettent
l’interchangeabilité de ces particules.1811
14/Le texte d’Ibn Hishām rapporte : « Les juifs de Banū ‘Awf forment une umma avec ‫ مـع‬les mu’m-
inūn.» Cela dit, le texte d’Abū ‘Ubayd mentionne : «Une umma parmi ‫ مـن‬les mu’minūn.» 1812
Concernant ce passage : « umma min l-mu’minīn », Rubin estime que la version d’Abū Ubayd est
plus originale par rapport à celle d’Ibn Hishām, car elle s’accorde avec le style du
Coran.1813Souvenons-nous à cet égard que Sergeant, qui évoque cette variante d’Abū ‘Ubayd
brièvement et sans aucune réflexion, juge que le