Vous êtes sur la page 1sur 69

PAR OLIVIER GIROUD

FOOTBALLEUR & CHAMPION DU MONDE

33 ANS,
#3 | 2019 | € 10

L’ÂGE DU CHRIST
Cet extrait du magazine
JESUS! est offert gracieusement aux
lectrices et lecteurs du email "Coup de
Coeur" d'Eric Célérier.
Si vous souhaitez commander la
version complète du magazine
papier, cliquez ici.

Tous droits réservés. Aucune partie de


ce texte ne peut être reproduite
ou transmise sous n'importe quelle
forme, par n'importe quel moyen y
compris électronique sans l'accord
préalable de l'éditeur Première Partie.
ÉDITO

RENAÎTRE
EN JÉSUS QUELQUES MOTS DU RÉDACTEUR EN CHEF

Dans la vie d’une « personnalité », Dans ce numéro, je parle de Jésus avec


les propositions et les sollicitations des mots simples. Je raconte comment
ne manquent pas. Chaque jour que il interpelle des amis. Comment, avec
Dieu fait, des personnes me sa délicatesse, il sait se glisser aussi
demandent d’intervenir pour une bien sur un terrain de foot – amateur
bonne cause. Hélas, je ne peux pas ou pro – que derrière un fourneau,
toujours répondre oui, sans quoi sur une scène de théâtre, dans une
je passerais plus de temps dans chanson pop et même dans le monde
des soirées de gala ou les locaux de la mode !
d’associations que sur un terrain
de foot, là où Dieu a trouvé que « Dominus Regit me et Nihil Mihi
j’étais le plus moi-même. Quand mon Deerit. » ( L’Éternel est mon berger,
aumônier Joël m’a mis entre les mains Rien ne saurait me manquer. )
Jésus ! , j’ai tout de suite accroché. Avec Ces mots gravés sur mon bras
le ton, drôle et décalé, l’esthétique, me rassurent. Je sais que si j’ai besoin
sobre et séduisante. Et puis le message de quoi que ce soit, d’une aide, je peux
de fond : Christ peut changer une vie. le prier, lui, Jésus. D’ailleurs, il faut
Alors quand l’équipe du magazine que je vous l’avoue : il m’arrive
m’a proposé d’en être le rédacteur de prier en plein match. Cela ne dure
en chef, j’ai accepté de me prêter que quelques secondes, un mot,
au jeu avec beaucoup de joie. deux mots mais après je me sens
libéré. Et qui sait si, sur le centre
Dans ce numéro dont j’ai imaginé d’après, lorsque je choisis de couper
le contenu, avec l’aide précieuse au premier poteau, ce choix n’est pas
de mon aumônier Joël, on part à la directement inspiré par Dieu lui-même ?
découverte de Jésus, cette personne
qui transforme des vies en guérissant J’espère que ce magazine saura
les estropiés, en réveillant les morts, toucher les cœurs comme Jésus
en pardonnant à ceux qui lui ont fait m’apaise quotidiennement. Je remercie
du mal – chose parfois aussi dure que l’équipe de Jésus ! qui m’a donné
réveiller les morts. Il m’a transformé l’occasion, une fois de plus,
intérieurement et depuis, dès que de témoigner de ce que je vis au fond
je peux en témoigner, que ce soit sur de moi. Bonne lecture, chers frères
un terrain de foot ou sur un plateau et sœurs en Christ.
télé, je le fais avec la certitude que
je choisis le bon combat. OLIVIER GIROUD
SOMMAIRE
#34
BRÉSIL. QUAND LE FUTCHEBOL
VA DE TRAVIOLE

#28
PORTRAITS. 3 FOOTBALLEURS
EN QUÊTE DU CHRIST

#26
L’ÉVANGILE AU FOND
DES CAGES. UN BRÉVIAIRE
INDISPENSABLE

#24
ÉTATS-UNIS. VOYAGE
DANS LA TÊTE D’UNE
CHAMPIONNE DU MONDE

#20
JÉSUS, LE VRAI,
2
A DES QUESTIONS POUR LUI

#18
LE ONZE DE DÉPART
D’ « OLIVE »

#12
NOTRE LONG TÊTE-À-TÊTE
AVEC OLIVIER GIROUD

#10
LITTÉRATURE : LE CHOIX
DU RÉDAC’CHEF

#4
OLIVIER, LE BERGER
ET SON ÉTOILE

#1
ÉDITO
Olivier Giroud
#39
IL ÉTAIT UNE FOIS
LES 10 COMMANDEMENTS #44
DU FOOTEUX LE LEXIQUE DU COMMENTATEUR
SPORTIF QUI AURAIT PU TOUT
#42 AUSSI BIEN SE RETROUVER DANS
QU’EST-CE QUE TU DEVIENS, LA BOUCHE D’UN CURÉ
GUILLAUME WARMUZ ?
#48
HOMMAGE À L’ENTRAÎNEUR
DU FC UNIVERS

#52
PAPE FRANÇOIS,
SUPERFAN
#58
#54 QUIZ : ÊTES-VOUS CALÉS
PORTRAIT : JOËL THIBAULT, EN TATOUAGES DE SPORTIFS ?
UN PASTEUR DÉCISIF
#60
À MARSEILLE, IL N’Y A PAS
QUE LE FOOT, IL Y A AUSSI
LA RELIGION DU FOOT.

#64
OH LES FLLES, OH LES FILLES !
EN TOURNÉE AVEC L’ÉQUIPE
FÉMININE DES ÉTINC’ELLES 3

#70
PÈRE PEDRO, UN COMBAT
POUR LA DIGNITÉ HUMAINE
#76
PORTRAIT : RENÉ LUC,
OUVRE-NOUS TON CŒUR

#80
PSY & SPI : GRÉGORY TURPIN
ET ALEXANDRE JOLLIEN
SE RENCONTRENT

#88
ENQUÊTE. « JÉSUS SAUVE »,
UN TAG PAS COMME LES AUTRES

#92
BAGESHA, DE LA RUE À LA MODE,
DE LA MODE À LA FOI

#104
SALSA DANS L’ASSIETTE
ET CAÏPIRINHA DE L’ESPRIT SAINT

#110
IL EST OÙ JÉSUS, IL EST OÙ ?
LES PAGES DU RÉDAC’CHEF

L’ÉTOILE
DU BERGER
PAR PAUL PICCARRETA

TRÈS SOUVENT, OLIVIER GIROUD S’EST RETROUVÉ LÀ OÙ L’ON NE L’ATTENDAIT PAS.


EN PASSANT D’UN CLUB À UN AUTRE PLUS PRESTIGIEUX, JUSQU’À DEVENIR CHAMPION
DU MONDE PUIS CHAMPION D’EUROPE, LE FOOTBALLEUR A TÉMOIGNÉ D’UNE FORCE
ET D’UNE SOLIDITÉ INSOUPÇONNABLES. COMME S’IL FRANCHISSAIT LES DÉSERTS LES UNS
APRÈS LES AUTRES ET QU’AU LIEU DE SE TARIR SA SOURCE INTÉRIEURE S’IRRIGUAIT.
C’EST PEUT-ÊTRE, QU’AU MILIEU DU DÉSERT, L’HOMME A SUIVI UNE AUTRE ÉTOILE QUE
CELLE QU’ON COUD SUR LES MAILLOTS. UNE AU-DESSUS DE LA TÊTE, BIEN AU-DELÀ DES
PROJECTEURS AVEUGLANTS DES STADES. AVEC SA RÉPUTATION DE NUMÉRO 9 SACRIFICIEL
QUI MARQUE PEU MAIS FAIT BEAUCOUP MARQUER, L’ATTAQUANT PIVOT A DÛ ENDURER
L’INCONFORTABLE SENTIMENT D’IMPOSTURE. AU POINT QUE LE JOURNAL SPORTIF
L’ÉQUIPE LUI A CONSACRÉ UN DOCUMENTAIRE SOBREMENT INTITULÉ « LE MAL AIMÉ ».
À 33 ANS, OLIVIER GIROUD A DONC CONNU LA MORT ET LA RÉSURRECTION. CE N’EST SANS
4 DOUTE PAS UN HASARD SI APRÈS TOUT CELA LE LONDONIEN D’ADOPTION A DÉCIDÉ
DE RENDRE PUBLIQUE SA FOI EN JÉSUS. VOICI LES COULISSES DE NOTRE COLLABORATION.

“ AT FIRST, I WAS AFRAID,


I WAS PETRIFIED. ”
« Tu sais ce que ça vaut, toi, l’Entracht Franc- C’est bon ? On va pouvoir venir à Londres ? »
fort ? » me lançait, à quelques minutes de Chelsea- À l’autre bout du fil, Joël Thibault, pasteur, footeux
Francfort, le moins footeux de la bande. « C’est devant l’Éternel et ami d’Olivier Giroud. Quelques
solide et puis dans ce genre de coupe, tout peut jours plus tôt, dans nos locaux, le trentenaire
se passer », devisais-je, concentré sur mon demi. expliquait, catégorique : « Pour pouvoir rencon-
L’horloge tournait, il était 23 h et des poussières, trer Olivier Giroud rapidement avant l’été, il
ce 9 mai de demi-finale d’ Europa League . Le faut espérer qu’il aille en finale de coupe d’Eu-
Chelsea d’Eden Hazard, Ngolo Kanté et Olivier rope. Il restera alors à Londres où vous pourrez
Giroud jouent pour une place en finale dans une le rencontrer et ne partira pas en vacances, »
séance de tirs au but. Le Brésilien David Luiz C’était très clair dans notre tête. Cette demi-
croise parfaitement sa frappe et trompe Kevin finale, anodine de notre côté de la Manche, Chelsea
Trapp, le portier de l’Entracht Francfort. Chelsea devait la gagner. « Alors, c’est pas si fort que ça
revient à hauteur de son adversaire allemand. Francfort, finalement ! » concluait mon acolyte du
Le Portugais Gonçalo Paciência s’avance vers soir. À la fin des fins, Olivier Giroud remportait la
le gardien londonien, fait des petits pas un peu finale face à Arsenal, son ancien club. Le soir de
ridicules et se rate. Le belge Eden Hazard a, au la victoire, avec son ami David Luiz, il pria sur
bout du pied, le ticket pour la finale. La suite, vous le terrain et rendit grâce. Une finale qui sonna
ne la connaissez peut-être pas, mais nous oui ! le come back sportif d’un joueur qu’on croyait
« Allô Joël ? Tu as vu ? Chelsea est qualifié ! éteint. L’étoile se rallumait.
LES PAGES DU RÉDAC’CHEF

CES DEUX DOIGTS


FLÉCHÉS VERS LE
CIEL, CES YEUX QUI
MONTENT CHERCHER
QUELQU’UN, LÀ, DANS
LA NUIT CRIBLÉE
D’ÉTOILES.

Rembobinons un peu. En 2016, une vidéo d’Olivier


Giroud avait fait son effet. En pleine compétition
de l’Euro, le footballeur confiait passer tous les
soirs « un moment avec Jésus ». Au milieu des
« dab » de Paul Pogba et des parties de jeux
vidéo d’Antoine Griezmann, Olivier apparaissait,
spirituel, dans une séquence mémorable. « [la
prière] Ça me booste ! » lâchait le Savoyard, un
psaume sous les yeux. Depuis ce jour, certains
commençaient à faire attention à tout un tas de
détails : ce tatouage en latin, sur le bras, quèsaco ?
Et ces deux doigts fléchés vers le ciel, ces yeux
qui montent chercher quelqu’un, là, dans la nuit
6 criblée d’étoiles, après chaque but ? C’est sûr,
Olivier est croyant et pas qu’un peu. Une Coupe
du monde plus tard, en 2018, l’équipe du maga-
zine s’était décidée à rencontrer le numéro 9 des
Bleus. Joël Thibault, notre pasteur en chef, avait
allumé la mèche : « Je lui ai envoyé le magazine.
Olivier est d’accord, il est chaud pour être le
rédac’chef du prochain numéro, » nous transmet
l’ami du frenchy londonien. Après cette histoire
de demi-finale de Coupe d’Europe, la Manche
s’ouvrait devant nous. Rendez-vous était pris à
Londres, le dimanche 19 mai : « J’organise un gala
de charité en faveur des chrétiens persécutés.
Olivier sera là », propose Joël. Me reviennent les
paroles d’une chanson bien célèbre, qui berce les
étés des Français les soirs de Coupe du monde.
Cela commence comme ça : « At first, I was afraid,
I was petrified. » Cela termine très bien.

COMMENT J’AI FAIT DES JONGLES


AVEC OLIVIER GIROUD
Ce 19 mai, près de Kensington, un quartier rési-
dentiel, de nombreux Londoniens ne se doutent
de rien. Le révérend Pasteur Jean-Luc Sergent qui
accueille l’évènement a eu le temps d’affiner son
plan. « À l’origine, Joël voulait organiser un match
de gala en rassemblant des joueurs qu’il connaît.
Mais les conditions ici sont trop complexes, il
y a peu de terrains municipaux et Londres, ce
n’est pas une petite ville de province », rigole le
Franco-britannique, arrivé ici deux ans plus tôt.
LES PAGES DU RÉDAC’CHEF

Olivier Giroud porte une édition limitée du maillot de l’Équipe de France. Celui-ci a été vendu 4 000 euros,
le 19 mai dernier lors d’une vente aux enchères au profit des chrétiens persécutés.
LES PAGES DU RÉDAC’CHEF

L’Église de St Barnabas, qu’il coadministre, fait donc


office de stade, ce week-end. Pas de terrain, pas
de matchs, mais des chanteurs venus de Suisse,
de Paris, du sud de la France. L’enjeu : sensibili-
ser à la cause de chrétiens persécutés. « C’est un
thème risqué, c‘est sûr, ça peut rebuter le tout-
venant. Mais la foi est un risque », s’enthousiasme
le pasteur. Les personnes ciblées ? Des Français de
Londres, chrétiens pour la plupart. L’église anglicane
St Barnabas a sa renommée : « C’est la paroisse
française de l’ouest londonien. On est réputés
pour avoir fait la plus grosse raclette de la ville »,
s’amuse Jean-Luc Sergent. Quelques jours plus
tôt, Olivier Giroud avait annoncé sa venue dans le
confidentiel French Morning London, un site dédié
aux 250 000 Français de Londres. L’évènement doit
avoir une pâte particulière, intime, et d’ailleurs les
organisateurs n’attendent que 250 personnes. Ce
ne sera pas Wembley, le rugissant stade de l’équipe
nationale, « Olivier, ici, c’est son Église mais dans
son cœur. Alors ça doit rester quelque chose qui
puisse l’atteindre simplement », tempère Jean-Luc.
L’église est encore vide, quelques musiciens font chercher ici Colin, 12 ans ? Un champion du monde,
les balances, des bénévoles s’agitent. Ambiance seulement ? « Dans le monde, les chrétiens ne se
tendue comme avant les grands matchs. Olivier manifestent pas assez, alors avoir un footballeur
Giroud, son mètre quatre-vingt-douze, débarque professionnel chrétien, c’est bien », s’enthousiasme
pour la séance photo. Il nous serre la main timi- le jeune Français. Et Thibault, 14 ans, Scout unitaire
dement en regardant droit dans les yeux. Il enlève de France : « Olivier Giroud est un de mes joueurs
son blouson et le plie au carré comme un petit préférés en France. J’adore sa contribution au
garçon. Et il tortille des pieds. christianisme. Ce gala, c’est
Comme si nous étions Zinedine pas mal pour dire combien 9
Zidane et qu’il était encore ce il aime Dieu et comment ça
jeune qui fait ses gammes à MOURAD, ANCIEN l’aide dans sa vie. »
Grenoble. Le personnage est Le casting qui entoure la vedette
planté : un costaud au cœur FOOTBALLEUR est modeste mais joyeux. David
doux. La séance démarre et
c’est une histoire à elle toute
TUNISIEN, RACONTE Alcibiade, l’ancienne pépite
du FC Nantes, plaisante avec
seule. « − Est-ce que tu peux SA CONVERSION. Joël Thibault, son ami de 10
faire des jongles, là devant ans. Les concerts d’artistes
le grand vitrail central ? − Ok, évangéliques s’enchaînent,
mais il faut que je m’échauffe Olivier chante avec tout le
avant », plaisante-t-il, plus à l’aise, en feignant de monde, tape volontiers dans les mains. Comme s’il
s’étirer les adducteurs. On se détend, on commence était un paroissien du quartier. L’association Portes
à s’apprivoiser. Trois « célébrations » osées, comme ouvertes projette sur un écran un documentaire sur
à la télé, les doigts jetés vers le ciel, quelques la persécution des chrétiens. Sur la scène, Mourad,
jongles, une passe que je contrôle mal et nous voilà ancien footballeur tunisien, raconte sa conversion
retournés en enfance, c’est-à-dire il y a moins d’un de l’islam au christianisme et les intimidations qu’il
an, lorsqu’Olivier Giroud décrochait sa première subit là-bas. Quand Olivier le rejoint au micro, il
étoile et au passage, nous en jetait plein les yeux. trouve « inimaginable de voir autant de chrétiens
La foule arrive, on se salue chaleureusement. persécutés dans le monde ». Il témoigne : « Ce que
je fais, c’est dans le but de servir Jésus-Christ parce
LE BIEN AIMÉ qu’il a toujours été là depuis mon premier âge. Jésus
Des petits Français de Londres commencent à est comme un père, un père spirituel, un deuxième
débarquer dans l’église, des parents curieux venus père, quelqu’un avec qui je peux communiquer par
écouter le témoignage d’Olivier s’installent sage- la prière, mon berger. » Et ce tatouage que chacun
ment sur les bancs. Les 250 personnes attendues remarque sur son bras ? Il l’a depuis dix ans. C’est
sont presque toutes là. C’est un gala de charité, un extrait du psaume 23(22), qu’il connaît par cœur.
mais il n’y a ni smoking, ni grande fortune venue Il le récite. « Ce psaume résume exactement ce à
se montrer. La force de cette journée réside dans quoi je crois : en Christ. Il est toujours là, il sera
sa simplicité, sa décence (la vente aux enchères toujours là. » En suivant la bonne étoile, on arrive
qui clôturera la journée sera modeste). Que vient toujours au bon berger. +
LA PRIÈRE
D’OLIVIER

L’Éternel est mon berger :


je ne manque de rien.
Il me fait reposer dans
de verts pâturages,
Il me dirige près
des eaux paisibles.
Il restaure mon âme,
Il me conduit dans les sentiers
de la vie juste,
à cause de son nom.

Quand je marche dans la vallée


de l’ombre de la mort, 11

Je ne crains aucun mal,


car tu es avec moi :
Ta houlette et ton bâton
me rassurent.
Tu dresses devant moi une table,
En face de mes adversaires ;
Tu oins d’huile ma tête,
Et ma coupe déborde.

Oui, le bonheur et la grâce


m’accompagnent
Tous les jours de ma vie,
Et je reviendrai, j’habiterai
dans la maison de l’Éternel
Jusqu’à la fin de mes jours.

PSAUME 23 (22)
DOSSIER

JÉSUS
CHEZ LES
FOOTEUX
DOSSIER

MORGAN BRIAN
JÉSUS COMME
ENTRAÎNEUR
PROPOS RECUEILLIS PAR JOËL THIBAULT POUR PLUSQUESPORTIFS.ORG
AVEC CLOTILDE BROSSOLLET

MORGAN BRIAN EST MILIEU DE TERRAIN DANS L’ÉQUIPE NATIONALE


DE FOOT FÉMININ DES ÉTATS-UNIS, AVEC QUI ELLE EST DEVENUE CHAMPIONNE
DU MONDE, LE 5 JUILLET DERNIER. APRÈS UN BREF PASSAGE À L’OLYMPIQUE
LYONNAIS, ELLE POURSUIT SA CARRIÈRE À CHICAGO.

Engagée dans une compétition mondiale dont NDLR ) nous étions tout jeunes mariés et cette
l e r ayo n n e m e n t a d é p a s s é l e c a d re s p o r- période a été fondatrice pour notre couple. C’est
tif pour devenir une plateforme médiatique bien Dieu qui menait le jeu !
pour le droit des femmes et les revendications
LGBT, Morgan Brian exprime également ses VOUS PARLEZ RÉGULIÈREMENT
valeurs. Elle est connue pour son engagement DE VOTRE FOI SUR LES RÉSEAUX
dans le combat pour l’égalité salariale mais aussi SOCIAUX. D’OÙ VIENT-ELLE ?
24 pour témoigner régulièrement de l’impact que sa Ce sont mes parents qui m’ont transmis les bases
rencontre avec Jésus a eu dans sa vie. de ma foi chrétienne. Grâce à eux, enfant, j’ai
découvert les Évangiles et j’ai grandi en fréquen-
MORGAN, QUE RETENEZ-VOUS tant l’Église. Mais mon cœur était vide, il n’était
DE VOTRE COURTE EXPÉRIENCE pas encore habité par Jésus-Christ.
À L’OLYMPIQUE LYONNAIS J’ai véritablement fait sa rencontre lors de la pré-
(DE JANVIER À JUIN 2018) ? cédente Coupe du monde, en 2015. Là, tout a pris
Je ne retiens pas mon passage à l’Olympique sens et j’ai choisi de laisser l’Esprit me conduire,
Lyonnais comme un échec. Certes, du point de je l’ai laissé me saisir. Certaines de mes co-équi-
vue professionnel, cela a été une expérience pières m’ont beaucoup soutenue par leur exemple.
difficile. Je n’ai pu jouer que cinq matchs, nous Aujourd’hui, je ne sais pas comment je pourrais
avons perdu la Coupe de France, j’ai subi des vivre sans Jésus-Christ. Il est la vie ! Je sais que
blessures… Parfois, on peut ne pas comprendre je peux toujours compter sur le Seigneur. J’aime
pourquoi les choses arrivent mais je suis per- dire qu’il est ma paix, toujours plus forte que les
suadée que Dieu a toujours tempêtes de nos existences.
une bonne raison de nous les
faire vivre. En relisant cette QUELLE EST
période difficile, je constate LA GRANDE LEÇON
que cette expérience m’a fait
grandir dans la foi. Je me
“ JE NE SAIS PAS QUE VOUS RETENEZ
DE VOTRE CARRIÈRE
suis beaucoup appuyée sur la
lettre de Paul aux Romains,
COMMENT DE FOOTBALLEUSE ?
Qu’importe le match, qu’im-
au verset 8,28 : « Nous savons
d’autre part que tout concourt
JE POURRAIS portent tes performances spor-
tives, ce n’est pas l’exploit
au bien de ceux qui aiment
Dieu, qui sont appelés selon
VIVRE SANS qui définit la valeur d’une
personne ! Tous les sportifs
son dessein . » Avec Fabrice
(elle est mariée avec le foot-
JÉSUS-CHRIST. ” connaissent des hauts et des
bas dans leur carrière mais
balleur américain profession- l’amour de Jésus-Christ, lui,
nel Fabrice Gautrat qui, lui reste constant. Seule ma rela-
évolue dans la ligue USL, tion au Seigneur peut faire
DOSSIER

25

de moi quelqu’un de bien ! Je m’efforce donc de QUEL A ÉTÉ VOTRE RÉACTION


garder les yeux fixés sur lui. QUAND VOUS AVEZ APPRIS QUE VOUS
ALLIEZ PARTICIPER À LA COUPE
COMMENT VOTRE RELATION AVEC DU MONDE EN FRANCE ?
JÉSUS INFLUENCE-T-ELLE VOTRE J’avais un souvenir douloureux de mes quelques
PRÉPARATION LES JOURS DE MATCH ? mois passés en France et des blessures ont rendu
Avant chaque match, je lis la Bible et j’aime aller ces deux dernières années difficiles. J’ai donc
dans un petit café pour me concentrer. Je lis, je été surprise mais surtout très heureuse. Je sais
réfléchis. En équipe nationale, avec les autres que cela n’est possible que grâce à Dieu alors je
joueuses chrétiennes, nous nous réunissons le remercie !
pour prier ensemble et l’aumônier nous partage
un petit enseignement. QUEL ENCOURAGEMENT VOULEZ-VOUS
Les supporters français l’ont peut-être remar- LAISSER À NOS LECTEURS FRANÇAIS ?
qué : pendant l’hymne américain, au début des Dans notre monde, il y a tellement de chagrin et
matchs, je mets la main sur mon cœur et je prie. de douleurs… que la tentation est grande de se
C’est mon petit rituel ! laisser envahir par le désespoir. Mais plus notre
monde est sombre, plus nous avons besoin de la
lumière du Christ. Il est l’unique source de l’Amour
qui peut nous sauver. Je ne peux donc souhaiter
qu’une seule chose : que vos lecteurs rencontrent
Jésus. J’en profite aussi pour les remercier de leur
accueil lors de la Coupe du monde. Rendez-vous
dans quatre ans ! Pour une finale France-USA ?

DOSSIER

PETIT BRÉVIAIRE
DU SPORTIF
CE N’ÉTAIT PAS LA PEINE, PLUS JEUNE, DE CACHER CE MAUVAIS BULLETIN
DE NOTES À VOS PARENTS. AU CONTRAIRE, IL FALLAIT EXHIBER FIÈREMENT
CE 18 EN SPORT, AUX CÔTÉS DE CE PAUVRE 6 EN MATHS. AVEC CET ARGUMENT
DE POIDS : LE SPORT, C’EST LA SAINTETÉ. C’EST DIT DANS L’ÉVANGILE !

26
« Ses commandements ne sont pas pénibles « Heureux qui endure l’épreuve : une fois
puisque tout ce qui naît de Dieu triomphe éprouvée il recevra la couronne de vie
du monde. La victoire qui a vaincu le monde promise à ceux qui L’aiment. »
est notre foi. » (Lettre de Jacques 1, 12)
(Première lettre de Jean 5, 4)

« Ne t’ai-je pas commandé d’être fort, d’être « Exerce-toi à la dévotion car l’exercice
ferme ? N’aie pas peur, ne tremble pas car, physique ne sert pas à grand-chose,
où que tu ailles, ton Dieu Yhwh est avec toi. » la dévotion seule est utile, promesse de vie,
(Livre de Josué 1, 9) aujourd’hui et demain. Parole fidèle et digne
de tout consentement. Oui, c’est pour ça que
nous nous fatiguons et luttons, parce que nous
espérons dans le Dieu vivant, le libérateur
de toute l’humanité, surtout de ceux
qui ont confiance. »
(Première lettre à Timothée 4, 8-10)
DOSSIER

« Ne savez-vous pas que votre corps est « Ne savez-vous pas que tous les coureurs
un sanctuaire du Souffle saint en vous que dans le stade courent, mais aussi qu’un seul
vous possédez de Dieu, et que vous n’êtes gagne le prix ? Alors courez pour gagner.
pas à vous ? Oui, vous avez été rachetés pour Tous les compétiteurs se maîtrisent, eux,
un prix. Faites honneur par conséquent c’est pour recevoir une couronne périssable,
à Dieu dans votre corps. » et nous une couronne indestructible. »
(Première lettre aux Corinthiens 6, 19-20) (Première lettre aux Corinthiens 9, 24-25)

27
« Oh ! Je n’ai toujours rien à quoi m’accrocher, « Un compétiteur n’est pas couronné
je n’ai toujours pas atteint mon but. Je suis s’il n’a pas participé à la compétition dans
toujours en train de pourchasser quelque les règles. Le cultivateur qui s’est fatigué
chose, de vouloir attraper quelque chose, doit le premier recevoir sa part des fruits.
ayant été rattrapé moi-même par Jésus Comprends ce que je te dis car le Seigneur
le Christ. Mes frères, non je pense n’avoir rien te donnera l’intelligence de tout. »
attrapé du tout. Ou une chose : avec l’oubli (Seconde lettre à Timothée 2,5-7)
de tout ce qui est derrière moi, et le vibrant
désir d’aller en avant, je pourchasse ce qui
me vaudra la récompense de l’appel de Dieu
par Jésus-Christ, venu des hauteurs. »
(Lettre aux Philippiens 3, 12-14)

1A
« Il redonne souffle à qui lâche et plein
de force à l’épuisé. Les garçons se relâchent,
se lassent, les jeunes chancelant chancellent,
mais en comptant sur Yhwh on trouve un
second souffle, on déploie les ailes d’un aigle,
on s’élance inlassablement, on marche
sans relâche. »
(Livre d’Isaïe 40, 29-31)
DOSSIER

LE TRAVAIL
D’ÉQUIPE REND
POSSIBLE
L’IMPOSSIBLE !
PAR ÉRIC CÉLÉRIER, PASTEUR

DE LA MÊME FAÇON QU’IL EST IMPOSSIBLE D’IMAGINER UNE ÉQUIPE


DE FOOT AVEC UN SEUL JOUEUR, IL EST DIFFICILE D’IMAGINER JÉSUS SANS
SES APÔTRES. EN FAIT, L’UN DES PREMIERS ACTES POSÉS PAR JÉSUS AU MOMENT
DE DÉBUTER SON MINISTÈRE PUBLIC A ÉTÉ DE CHOISIR SON ÉQUIPE.

Saviez-vous que la « sélection » des apôtres a


demandé toute une nuit de prière ? Après cette
37
nuit, Jésus sélectionne de jeunes «joueurs » : 12
exactement, entre 15 et 25 ans d’après les théo- JÉSUS S’EST
logiens.
ENTOURÉ D’UNE
Il les prend avec lui pour les coacher, les challenger,
les motiver et finalement les envoyer disputer des ÉQUIPE PARCE QU’IL
«matchs » bien particuliers tels que : annoncer
la Bonne Nouvelle, guérir les malades et même SAVAIT QU’AUSSI
chasser des démons !
BON QUE L’ON
Vu de l’extérieur, on pourrait se dire, qu’ a priori ,
il s’agit tout de même d’une équipe de «bras PUISSE ÊTRE, ON
cassés »… On les découvre dans les Évangiles,
tantôt en colère, tantôt effrayés… Ils veulent faire NE PEUT PAS TOUT
descendre (par esprit de revanche) le feu du ciel
sur une ville entière. Ils se comparent régulière- FAIRE TOUT SEUL.
ment les uns aux autres. « Qui est le plus grand ? »
semble être LA question existentielle à résoudre.
Tant d’affrontements d’ego au sein d’une équipe
dont le maître est quand même le Fils de Dieu ! accomplir une mission spécifique : celle de donner
Comme quoi, même au contact du divin la nature sa vie pour porter les péchés de l’humanité. Il est
humaine reste omniprésente ! capable d’accomplir des miracles extraordinaires
comme purifier les lépreux, faire marcher les
Si Jésus lui-même a tenu à constituer une équipe, paralytiques, redonner la vue aux aveugles, faire
qui va devenir celle des douze apôtres, je crois entendre les sourds, ressusciter les morts… Alors
qu’il voulait aussi nous indiquer que le travail pourquoi Jésus choisit-il de «s’encombrer » d’une
d’équipe permet à la vision de s’accomplir. Mais équipe de pêcheurs de poissons, de collecteurs
alors pourquoi Jésus avait-il besoin d’une équipe ? de taxes, tellement humains et si limités ? Parce
Après tout, il est Dieu fait homme, il a participé que Jésus savait que, aussi bon que l’on puisse
à la création du monde et de l’univers aux côtés être, on ne peut pas et on ne doit pas tout faire
de son Père. Il est venu dans ce monde pour tout seul.
DOSSIER

D’ailleurs, si l’on pousse la réflexion plus loin, Juste avant d’aller à la croix, Jésus partagea un
Dieu lui-même a toujours formé une équipe : le dernier repas avec son équipe de disciples. Là,
Père, le Fils et l’Esprit Saint. Pourtant, même ce il mit le comble à son amour pour eux, Il leur
Dieu un se révèle et s’épanouit au travers de trois lava les pieds, Il prit du pain, du vin et les leur
personnes. Jésus s’est formé une équipe d’apôtres donna. Il les enseigna encore une fois en leur
parce qu’Il voulait leur transmettre ses valeurs, disant : « Aimez-vous les uns les autres comme
sa vision et son amour. Et qu’eux puissent faire je vous ai aimés . »
de même à leur tour.
Jésus avait foi dans son équipe. Pourtant, l’une
des «stars » de l’équipe le reniera trois fois, le
trésorier le trahira et le vendra, et, finalement,
tous l’abandonneront. Toutefois, Jésus a continué
à croire dans son équipe… À Pierre qui l’avait
À PIERRE QUI renié trois fois il dira par trois fois : «Pais mes
brebis ! »
L’AVAIT RENIÉ
Jésus avait raison… comme toujours ! Nous sommes
TROIS FOIS, JÉSUS là, environ deux mille ans après, et cette équipe,
SON équipe a accompli un travail remarquable dont
DIRA PAR TROIS nous sommes encore bénéficiaires aujourd’hui.

FOIS : “ SOIS Jésus a investi dans une équipe car il savait que
tout comme Dieu rend l’impossible possible… le
LE BERGER travail d’équipe aussi !

DE MES BREBIS ! ”

38
DOSSIER

LES DIX
COMMANDEMENTS
POUR SOULEVER
LA COUPE
PAR PÈRE PATRICK RABARISON, C.M., PRÊTRE À VILLEPINTE (93),
RESPONSABLE DE LA PASTORALE DES JEUNES DU DIOCÈSE.

QUE DIRAIT UN PRÊTRE À SES JEUNES BREBIS S’IL LEUR PARLAIT


COMME UN COACH MOTIVE SON VESTIAIRE ?

LE MATCH DE LA VIE, L’analogie de La Trinité avec une équipe aide à


TU JOUERAS mieux comprendre ce mystère : « Dieu est Amour. »
« Aujourd’hui il y a 90 minutes (1 Jn 4,8) Le Dieu trinitaire n’est pas un Dieu soli-
pour entrer dans l’histoire à vie. » taire mais un dialogue éternel, une communion
(Paul Pogba, avant la finale de d’amour entre le Père et le Fils dans l’Esprit Saint. 39
la Coupe du monde 2018).
Sur cette pelouse qu’est la Terre,
nous avons non pas 90 minutes LA RÈGLE D’OR
mais toute une vie pour répondre DE LA CHARITÉ,
en actes et en vérité à une question : « Qu’est-ce TU RESPECTERAS
que je veux faire de ma vie ? » Dieu nous a créés Pour avoir une équipe redoutable,
pour la grandeur et non pas pour la médiocrité. il ne suffit pas d’avoir de bonnes
« Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous individualités, encore faut-il
portiez beaucoup de fruit. » (Jn 15,8) Un match une unité entre les joueurs, une
médiocre ne l’intéresse pas, Il veut une victoire communion. « Que tous soient
éclatante sur l’équipe du Mal qui fera tout pour un », nous dit Jésus (Jn 17,21).
empêcher ta marche vers la sainteté. Marque la Nous avons été créés par amour par un Dieu qui
vie de ton empreinte en te donnant à Dieu et par nous appelle à le rejoindre dans l’équipe qu’il
Lui, à ton prochain, pour remporter la coupe du est en lui-même, la Trinité. Une équipe où tous
Salut et pouvoir dire comme Paul : « J’ai combattu ne font qu’un en lui et où la règle d’or est notre
jusqu’au bout le bon combat, j’ai achevé ma course, raison de vivre : aimer.
j’ai gardé la foi . » (2 Tim 4, 7)

LE BLASON DE LA CROIX,
DE LA TRINITÉ, TU HONORERAS
TU PORTERAS « Frères, pour moi, que la Croix
LES COULEURS de notre Seigneur Jésus-Christ
Comment Dieu peut-Il être un reste ma seule fierté. » (Gal 6,14)
en trois personnes ? Comment Pour nous chrétiens, la Croix
concilier unité et diversité ? constitue un signe de reconnais-
Considère l’équipe de France sance. La plus belle manifes-
de football. Elle est composée tation de l’amour de Dieu pour
d’une pluralité de joueurs et l’humanité souffrante et égarée est l’incarnation
pourtant, il n’y a qu’une seule équipe. Lorsque et la passion de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Il
Griezmann marque, c’est la France qui marque. est mort pour nous sur la Croix. Comment rester
DOSSIER

indifférent ? Je peux vivre une situation difficile


mais je ne dois jamais oublier que Jésus m’aime
inconditionnellement. Si je suis à terre, il me
relèvera parce qu’au vendredi saint succède
toujours le samedi saint et surtout le dimanche
de la Résurrection.

LE MAILLOT DU CHRIST,
TU MOUILLERAS
« Je veux incarner la France,
représenter la France et tout
donner pour la France. » (Kylian
Mbappé, Le Monde, novembre 2017)
Par le baptême, nous avons
revêtu le Christ (Gal 3, 27). Pen-
dant sa vie sur terre, Jésus a fait
connaître l’identité de son Père et a révélé son
dessein d’amour et de Salut pour toute l’humanité.
Sur la Croix, Jésus est mort pour que nous ayons
la vie éternelle. Il a « mouillé le maillot » pour
son Père et pour l’humanité. Ne devons-nous
pas à notre tour « mouiller le maillot du Christ »
en le faisant connaître au plus grand nombre ?

LE COLLECTIF
ET LES PLUS PETITS,
TU DÉFENDRAS
« Le corps ne fait qu’un, il a pour-
40 tant plusieurs membres ; et tous pas. Dieu nous invite à réagir par un acte de
(…) ne forment qu’un seul corps. » confiance et d’abandon : « Espère en Dieu ! De
(1 Cor 12,12-24) nouveau je rendrai grâce : Il est mon sauveur et
De même qu’une équipe est mon Dieu. » (Ps 41,6) Quoi qu’il t’arrive, n’oublie
composée de joueurs évoluant jamais que l’autre nom de Jésus est l’Emmanuel,
à différents postes, de même le corps du Christ « Dieu avec nous ».
est composé de différents membres. Tous ne sont
pas appelés à être gardiens ou attaquants ; tous
ne sont pas appelés à devenir prêtres, pasteurs LE COACH SAINT-ESPRIT,
ou laïcs engagés. A chacun selon le don reçu de TU ÉCOUTERAS
Dieu avec une attention particulière pour les « Il donne des petits conseils
« parties du corps les plus délicates ». C’est d’abord qui permettent d’évoluer. Il a
pour elles que Jésus a donné sa vie. Avoir le sens des mots forts qui motivent,
du collectif, c’est considérer que ce collectif (le on est prêts à aller à la guerre
corps du Christ) me dépasse, et porter le souci avec lui . » (Benjamin Pavard
des plus petits. parlant du sélectionneur Didier
Deschamps)
La parole d’un entraîneur peut réveiller chez un
LA NIAQUE, joueur des ressources mentales extraordinaires.
TOUJOURS TU AURAS Si la parole humaine exerce un tel pouvoir alors
« Une équipe , disait Raphaël qu’en est-il de la Parole de Dieu dont Saint Paul
Varane, se révèle quand elle nous dit qu’elle est utile pour enseigner, dénoncer
est dos au mur . » ( L’Équipe , le mal et éduquer dans la justice (2 Tim 3,16) ?
18 juillet 2018). Au Mondial 2018, Est-ce qu’une fois dans ta vie, tu as fait l’expé-
ce fut, pour les Français, lors rience du pouvoir transformateur de la Parole
du 1/8 e de finale gagné contre de Dieu ? Si oui, tu as découvert la puissance
l’Argentine. Quand les Bleus du Saint-Esprit. Il est cette petite voix intérieure
furent menés 2/1, deux options se présentaient : à laquelle tu peux toujours te fier pour prendre
se résigner ou réagir. On connaît la suite… qui une sainte décision. Sollicite-le tous les jours, Il
nous a valu le plus beau but de la compétition. n’attend que cela.
Dans notre vie, les contrariétés ne manquent
DOSSIER

LE MODÈLE « QUE LA FORCE SOIT 41


DU CAPITAINE JC, AVEC MOI », TOUJOURS
TU SUIVRAS TU TE DIRAS
A la veille de la Coupe du monde Le soir de la finale de 2018,
2018, près de 60 % des Français Didier Deschamps disait à ses
avaient une image défavorable joueurs : « Chacun d’entre vous,
de leur équipe. Les Bleus désas- vous emprunterez des routes
treux de 2010 restaient dans différentes mais vous serez
les mémoires. Que s’est-il passé liés à vie par cette Coupe du
entre-temps ? L’équipe de France a reconquis le monde. » En tant que chrétiens, nous compre-
cœur du public. Qui n’a pas été touché par leur nons qu’il y a quelque chose d’infiniment plus
humilité, leur générosité, sur le terrain et en grand que la Coupe du monde qui nous relie les
dehors (avec ces primes reversées à des asso- uns aux autres. Ne sommes-nous pas en effet le
ciations caritatives) ? Je peux être le meilleur corps du Christ ? Des difficultés peuvent survenir
évangélisateur, si je n’ai pas la charité, je ne suis dans ta vie, l’Emmanuel, c’est-à-dire Dieu avec
rien (à lire dans 1 Cor 13,2). Dans ton rapport avec nous, sera toujours à tes côtés. Cette proximité
ton prochain, modèle ton attitude sur le Christ de Dieu se révèle dans le don de sa parole, où il
qui apparaît non pas comme un Superman qui nous parle, de son Père (que tu as appelé Notre
écraserait chacun de sa toute-puissance. Jésus Père), de son Esprit (que Saint Augustin appelle
reste humble et doux. A Bethléem, il se fait petit « Dieu plus intime que l’intime de nous-mêmes »),
enfant ; à Nazareth, il obéit à ses parents ; il de sa maman Marie, de frères et de sœurs, de son
meurt sur la Croix comme un malfaiteur ; dans corps, qui est le plus beau cadeau qu’Il puisse te
l’Eucharistie, il se donne en nourriture sous les faire. Il est grand le mystère de la foi ! +
pauvres espèces du pain et du vin ; il s’identifie
aux petits en disant : « Ce que vous avez fait à
l’un des plus petits de ces frères, c’est à moi que
vous l’avez fait . » (Mt 25,40)
DOSSIER

IL M’ENTRAÎNE
AU BOUT DE LA NUIT
DE LA FOI
PAR ARNAUD BOUTHÉON

IL Y A QUELQUES ANNÉES, UN CARDINAL AFRICAIN LIVRA CETTE ANALYSE :


« FACE AUX ENJEUX MISSIONNAIRES, NOUS N’AVONS PAS SEULEMENT BESOIN
D’ÉDUCATEURS, IL NOUS FAUT AUSSI DES ENTRAÎNEURS. » PUNCHLINE
PROPHÉTIQUE QUI EXPRIME COMBIEN LA FIGURE DE L’ENTRAÎNEUR, QU’ON
DIT SOUVENT DANS L’OMBRE, EST EN RÉALITÉ AU CENTRE DU TERRAIN.

48

Pochette du titre Bielsa Rhapsody, reprise de la célèbre chanson du groupe Queen,


inventée par les supporters de Leeds United en hommage à leur entraîneur Marcelo Bielsa.
DOSSIER

Pour les chrétiens, Jésus est la lumière. Il est aussi


le Chemin, la Vérité, la Vie… Jésus est souffrant
et glorieux, Il est le « médium et le message », Il Marcelo Bielsa est argentin … comme
est le phare et la bougie… Ainsi que l’exprime la le pape François. Il serait l’agent
puissante prière de Saint Patrick, reprise dans footballistique de son compatriote
la Merveille de Terrence Mallick : « Le Christ pontife en appliquant dans les ves-
est avec moi, devant moi, derrière moi, en moi, tiaires et sur la pelouse des clubs qu’il
au-dessus de moi, au-dessous de moi, à ma droite, anime – auxquels il donne une âme
à ma gauche, le Christ en largeur, le Christ en – une sorte de théologie du peuple
longueur, le Christ en hauteur, le Christ dans le avec la grinta argentine : brutale,
cœur de tout homme qui pense à moi, le Christ indocile et inspirée. Parce que Bielsa
dans tout œil qui me voit, dans toute oreille qui est comme habité, avec ce côté punk
m’écoute… » et pop. Il théorise le football comme
personne, impulsant fougue et pas-
Et là, effet du surmenage ou de la lecture avide sion à ses protégés qui le vénèrent
de So Foot , je me dis qu’il y a des traits de Jésus en retour. L’émotion humaine et la
chez les grands entraîneurs. Surgit d’abord la justice sont au cœur de son logiciel
figure espiègle de Guy Roux, couronné de son de formateur. Le joueur doit être
bonnet ciel et blanc. Il veille au grain. Par-delà vrai, se donner, s’offrir pour un bien
les âges, il s’est engagé pour la protection et supérieur. Il nous livre des leçons
le service de ses gamins. Sa tendre férule sert sur sa méthode : « La punition est
leur rêve. Pendant cet apprentissage, le profes- plus superficielle que le pardon et
seur veille à ne pas les lâcher pour mieux les le pardon est plus superficiel que
envoyer. Je pense à un autre entraîneur qui attend l’amour. Avec le temps, je me suis
en embuscade : le céleste Bielsa, magnétique rendu compte que pardonner et aimer
et fébrile. La légende argentine rassemble son le footballeur le rendent meilleur 1. »
groupe. Il l’aime, fébrilement, cette équipe d’ar-
tistes et de guerriers. Il les sait si talentueux et 1. L’entraîneur idéal, Philippe Rodier,
purs, pataugeant aux milieux des tentations. Les Éditions Hugo Sport 2017
joueurs, ces millionnaires blasés, sont devenus
de fervents écoliers. Ils l’entourent bientôt, tandis 49
que le maître les enseigne en paraboles, de sa
science du jeu, du projet qu’il a pour chacun, de
la puissance du pardon, de la justice, du sens de
leur vie, au-delà, bien au-delà du ballon.

EST-CE QUE JOUER PERSO,


C’EST PÉCHÉ ?
Parce que le coup d’envoi a été donné depuis
longtemps et que nous sommes, sur le terrain,
engagés dans une âpre compétition. Embarqués
et bousculés, nous nous croyons seuls face au
Seul. Et pourtant, un entraîneur nous précède,
nous poursuit, nous dépasse : Jésus-Christ.
Sur la route sombre et rude, nous sommes alter-
nativement des champions ou des losers, alter-
nant le bon et le moins bon, en état de chute, en
état de grâce. Toute vie humaine est un sport de
combat selon l’analyse de l’ancêtre saint Augustin
(IVe siècle après J-C). Cette opposition tragique
et quotidienne qui se noue dans la moindre de
nos pensées, de nos actions, de nos omissions.
C’est binaire et parfaitement simple. Cela se joue
toujours entre l’amour de soi au détriment de
Dieu et entre le don de soi dans l’amour de Dieu.
En somme, entre la prédation et la communion.
Entre la toute-puissance de mon ego et mon Salut
par le Christ. Entre l’homme qui se fait Dieu et
le Dieu qui se fait homme comme l’enseignait
le prophète du «beau jeu », un certain cardinal
Henri de Lubac.
DOSSIER

50
“ JE SAIS QU’IL VEUT JÉSUS EST MON ENTRAÎNEUR

MA JOIE LA PLUS Je pose ici cet acte de foi et je sais qu’il m’entraîne
à sa suite. Pas demain mais aujourd’hui. Il veut

PROFONDE. CELLE que je devienne ce que je suis vraiment. Il est à


mes côtés pour que je plonge et que je défriche,

QUE JE PERÇOIS pour que je trie et que je renonce, que je m’affûte


et me densifie.

QUAND JE DÉPLOIE Je sais qu’il veut ma joie la plus profonde. Celle


que je perçois quand je déploie les talents de

LES TALENTS dingue dont il m’a pourvu. Cette palette qui fait
mon identité de jeu, cette touche perso dans un

DE DINGUE DONT monde atone, ce lien vivant dans une atomisation


de solitudes.

IL M’A POURVU. ” Il n’entre pas sur le terrain mais me prépare à


cette offrande de la personne. Il m’a transmis
ces règles qui me permettront de partager ce
jeu avec mes frères et mes adversaires. Ceux qui
m’aideront, malgré eux, à grandir. Ces règles qui
incluent, qui protègent et qui libèrent, l’arbitre n’en
Cette opposition entre le geste manqué et le geste est que le gardien qui vient m’accorder toujours
juste. J’y repense encore, dans la séance vidéo davantage de temps de jeu. Il ne s’agit pas de
de débriefing du soir, cet examen de conscience préceptes moraux d’une ligue de vertus que l’on
appris du curé de mon enfance. Je refais le match suivrait nerveusement, au risque du claquage.
de ma journée et revois la prise d’intervalles en Il s’agit des commandements nouveaux d’une
solo pour ma gloire, ce dribble de trop, ce tacle partition à inscrire dans la tête et le cœur.
oublié, cette lâcheté. Je me réjouis de l’offrande, Il est là, à mes côtés, dans les moments les plus
du sauvetage serein et de la conclusion heureuse, sombres parce que l’âme est blessée, parce que
parachevant les sacrifices. Je regrette et je répare, souvent, tout est sec. Je me relève et sans bien
je célèbre et je gratifie. comprendre, je lui fais confiance. Je crois encore
DOSSIER

que j’ai du prix à ses yeux. « Il est très difficile La tâche nécessaire et ingrate de l’entraîneur
de se mépriser sans offenser Dieu en nous », est aussi la sélection, car il est celui qui élit en
disait Bernanos : honorer sa créature et bénir couchant des noms sur une liste. Alors, que sor-
le Créateur. Il est là aussi quand je combats, tira-t-il de cette compétition terrestre ?
empêtré dans la fange de mes addictions. Il est Et soudain, s’ouvre une autre dimension, celle
aussi présent lorsque je ne combats même plus. du Salut dans le royaume céleste. Dépassement
« Jésus, fils de Dieu sauveur, prends pitié de moi, de l’économie humaine. La foi nous y conduit.
pêcheur », la prière des pèlerins slaves rythme La vraie sélection s’éloigne des glorifications
la respiration des athlètes engagés dans des mondaines et même des très pieuses œuvres.
exercices trop rudes. Lui seul, sonde les reins et les cœurs, plus intime
à nous-même que nous-même. Tel le Baptiste, il
Parfois, l’entraîneur n’entre pas dans le vestiaire, s’abaisse pour que nous soyons élevés.
respectant trop l’intimité et l’autonomie des cham- Le Christ nous veut à ses côtés, dans sa gloire.
pions. Le sanctuaire de la conscience. Rien n’est À cette fin, il nous rejoint chaque jour. Évitant
impossible à Dieu, sauf… la contrainte. le hors-jeu, il nous présente l’ouverture et nous
Et lorsque la défaite arrive, c’est souvent lui qui entraîne à sa suite.
trinque. Lorsque la victoire éclôt, c’est toujours Là est notre place et c’est maintenant que ça se
moi qui parade. L’entraîneur est un père qui me
nomme, me bénit et m’envoie.
passe.

Il m’envoie avec mes failles et mes talents, avec
Comme un athlète de Dieu
mon sacrifice, pour offrir du beau jeu et réjouir Arnaud Bouthéon,
le cœur de la créature, dans une surabondance Salvator, 2017.
de bien. Cela arrive dans ce dialogue du corps,
de l’intelligence et du cœur, lorsque nous vivons
ce qu’il nous a appris. Lorsque la circulation de
balle se fluidifie, dans la virtuosité de ce jeu de
mouvement et de triangle, un don trinitaire qui
enfante et enchante.

51

Guy Roux est une grande figure d’en-


traîneur français qui incarne une
certaine histoire du football de notre
pays – un temps que les moins de
vingt ans ne peuvent pas connaître.
Enraciné fidèlement dans l’Yonne
autour de la ville d’Auxerre, Guy Roux
a été le formateur pendant plus de
quarante ans, d’une lignée de grands
joueurs de notre pays, incarnant un
modèle paternel, voire paternaliste,
d’exigence, de contrôle et de tendresse.
Sous sa férule, le club d’Auxerre est
devenu une place forte du football
hexagonal, dans son stade de l’Abbé
Deschamps, du nom de l’ecclésiastique,
fondateur du patronage local. Avec
une gouaille locale, en survêtement
lycra, jamais loin d’une bouteille de
Chablis, Guy Roux, personnage média-
tique incarna et surjoua habilement
de cet esprit du football populaire,
des territoires et du terroir, anti-mo-
dèle par rapport aux entraîneurs
longilignes en costumes slim fit de
grandes marques…
DOSSIER

JOËL THIBAULT,
PASTEUR DÉCISIF
PAR PAUL PICCARRETA

JOËL THIBAULT EST AUMÔNIER DU SPORT. LE PASTEUR, QUI SUIT DE TRÈS


NOMBREUX JOUEURS PROFESSIONNELS, A OFFERT À BEAUCOUP DE SPORTIFS
UNE DIMENSION SPIRITUELLE QUI LEUR MANQUAIT. CE PROCHE D’OLIVIER
GIROUD D’ORDINAIRE DISCRET S’EST LIVRÉ SUR SES DÉBOIRES
DE JEUNESSES, SA RENCONTRE AVEC JÉSUS ET SA VOLONTÉ DE PARTAGER
À D’AUTRES SA PASSION POUR LE FOOT ET LA FOI.

INTÉRIEUR SPORT entraîneur. « Au moment où je décide de lâcher


Il y a des pasteurs vedettes qui voyagent en jet le foot, je rencontre un sportif qui gère une asso-
privé, lui est de ceux qui sèment en silence. À 37 ciation, active au niveau européen, qui s’appelle
ans, Joël Thibault, qui a grandi dans la banlieue Athletes in action et vise à faire dialoguer sport
d’Angers, est un petit miracle discret et modeste. Il et foi. Assez vite, je pars faire un stage avec lui,
fait beaucoup, parle peu, commente avec sobriété. et je suis percuté par les enseignements reli-
N’Golo Kanté dans le corps d’un pasteur. « Je ne gieux. Je découvre que le sport, loin de ce que
savais pas qu’il connaissait si bien Olivier Giroud, » je m’imaginais, est un moyen d’adoration. » Son
témoigne un proche, étonné quand on lui demande retour sur les terrains va même interpeller ses
de nous en dire plus sur l’intéressé. Joël a avalé coéquipiers et ses entraîneurs. « Des gens qui me
quelques kilomètres sur le terrain de la vie avant connaissaient depuis longtemps me disaient que
54 d’en arriver là, même s’il pense que le boulot ne fait quelque chose avait changé dans mon football,
que commencer. que j’étais devenu meilleur. » Du maraboutage ?
Son histoire est un peu comme celles de ces rares De l’EPO ? Que dalle ! Du foot plus mûr. « À ce
footballeurs qui, revenus de longues blessures, moment je sens que je vis mieux la pression, je
changent leur fond de jeu mais pas leur niveau. Au gère l’échec différemment et donc les victoires
début de son adolescence, ses parents s’inquiètent aussi. » L’ailier gauche enchaîne les matchs avec
de le voir adorer le foot et négliger la religion. Chaque une autre équipe, « Christians in football , qui joue
dimanche, à l’heure de partir pour l’église, il disparaît à un bon niveau régional » et expérimente cette
soudainement par la fenêtre de sa chambre pour unité qu’il cherchait depuis longtemps.
aller taper des dribbles dans le quartier. « Le timing
était parfait à chaque fois. Mes parents entraient
dans la chambre, je sautais par la fenêtre. » Que
celui qui n’a jamais regardé Téléfoot pendant la
“ POURQUOI
messe lui distribue le premier carton jaune. Alors
qu’il se destine très tôt à une carrière sportive, une
LES SPORTIFS NE
blessure, intérieure celle-là, va redessiner l’itinéraire.
« Le football était devenu une sorte de religion,
SE POSERAIENT PAS
mais qu’est-ce que j’étais malheureux… » Le jeune
homme se dissipe de plus en plus, notamment lors
DES QUESTIONS SUR
de soirées où on ne boit pas que de la Badoit. Un
soir il déconne plus que d’habitude avec l’alcool et
LA BONNE SANTÉ
les filles… et se met à cogiter le lendemain : « Je me
suis souvenu de l’existence de quelqu’un dont mes
DE LEUR ÂME ? ”
parents, très croyants, m’avaient assommé l’esprit
plus jeune : Jésus. »
Dans la foulée, grâce à ses diplômes d’entraîneur,
CRAMPONNÉ AU CHRIST il est sollicité pour encadrer des stages de jeunes.
Revenu de sa vie de patachon, entre crises d’égo Il devient ami avec le prometteur David Alcibiade,
sur le terrain et crise de foie en dehors, Joël com- qui fait ses gammes à Clairefontaine, le centre
prend qu’il ne sera pas un grand sportif. Il décide de formation administré par la FFF. « Et puis je
d’entrer à la fac de sport à Nantes pour devenir me mets à accompagner ces jeunes croyants, qui
DOSSIER

ont tous un très bon niveau. Plusieurs signent


dans des centres de formation, certains passent
pro . » La tactique est simple : les footballeurs
modernes ont tout pour réussir, des préparateurs 55
physiques, des préparateurs mentaux, des kinés,
des médecins mais pas de coach spirituel. Si les
sportifs se posent des questions sur la bonne
santé de leur cinquième métatarsien, pourquoi
ne s’en poseraient-ils pas sur la bonne santé
de leur âme ? Les séances d’études bibliques
de Joël avec les joueurs lui bâtissent une solide
réputation. L’info commence à tourner chez les
sportifs. « En plus de nos rencontres dans le
cadre de l’étude biblique, j’envoyais régulière- De gauche à droite : Aurélien Collin, Joël Thibault, Olivier Giroud.
ment des réflexions, des encouragements spiri-
tuels aux joueurs professionnels que je suivais.
Olivier Giroud a commencé à les recevoir et un d’athlétisme à Londres où il est appelé à exercer son
proche de sa famille m’a demandé si je voulais ministère auprès de sportifs comme Usain Bolt. Il
le rencontrer. » C’était il y a trois ans, juste après coache une équipe de 14 personnes en formation
l’Euro organisé en France. Depuis, le pasteur est continue qui se destinent à devenir, comme lui,
un intime du buteur. Ils s’écrivent et s’appellent aumôniers du sport. Dans le rugby, le volley, le hand,
régulièrement, causent aussi bien Premier League l’athlé, le handisport et tout particulièrement le foot.
qu’Ancien Testament. « Mon ministère de pasteur auprès de sportifs me
coûte beaucoup plus qu’il ne me rapporte car je ne
JEU DE TRANSITION facture pas les prestations. Je refuse l’argent qu’on
Aujourd’hui père de quatre enfants et pasteur d’une veut parfois me donner. » Avec son association
paroisse évangélique, il développe sur son site inter- Holistic Sports, il poursuit son intuition de départ :
net plusquesportifs.org une série de documentaires « Nous sommes persuadés que des personnes plus
Esprit saint Corps saint, dans lesquels il met en heureuses seront de meilleurs athlètes, formeront
avant l’idée qu’il n’y a pas besoin d’être brésilien de meilleures équipes et de meilleurs clubs. Nous
pour avoir la foi. Son but aujourd’hui : développer croyons aussi que Dieu peut donner un sens libéra-
des projets d’aumônerie partout dans le sport. Il teur aux vies des sportifs. » Et avec Olivier Giroud,
assure une présence lors des grands événements ils n’ont peut-être plus le même maillot mais ils ont
comme les Jeux paralympiques de Rio, les Mondiaux la même passion. Je vous le donne en mille : Jésus.

LE 11 DE JOËL
Champion du monde !
No comment.

OLIVIER
GIROUD

Son témoignage a marqué toute


une génération dont Olivier
LUCAS Giroud. Mon ami footballeur PAUL-JOSÉ
MOURA Aurélien Collin m’a introduit M’POKU
auprès de lui.

Il s’est converti à Paris, Polo comme


je l’ai rencontré lors d’un on l’appelle, c’est
dîner témoignage. Je garde la joie de vivre, un vrai
le souvenir d’un homme ambianceur pour
humble et timide. le Seigneur !

KAKÀ

Un homme de courage Créateur du mouvement


et de conviction dont Baller in God , j’ai eu
je suis très proche ! Gilles la grâce de faire
a dénoncé publiquement ses sa connaissance bien
liens avec le monde occulte avant son ascension
et raconté comment en France ! John est
Jésus l’a délivré. un mari protecteur
et un super papa.

GILLES JOHN
YAPI-YAPO BOSTOCK

DAVID MARCOS
ALCIBIADE CEARÁ

AURÉLIEN
EDMÍLSON COLLIN
Il appartient Capitaine du PSG,
à la nouvelle génération il a ouvert sa maison
qui se lève pour Jésus. pour annoncer l’Évangile.
Je l’accompagne depuis Un homme au grand J’ai pu participer à cette
Champion de France, très belle initiative !
plusieurs années dans il était défenseur central. cœur, un défenseur
sa foi, j’ai même prêché Premier footballeur à rugueux mais
à son mariage témoigner publiquement respectueux ! Il est
en mai 2019. de son amour pour Jésus, devenu un ami !
en France, il a influencé
ma jeunesse et ma foi
chrétienne.
Il a été l’un des premiers à témoigner
de Jésus. Je regardais cela de loin
avec mes yeux d’enfants, j’avais
12 ans. Mais 24 ans plus tard, à Rio,
CLÁUDIO j’ai rencontré son aumônier
TAFFAREL et mentor brésilien.
HUMANITÉS

68
HUMANITÉS

PÈRE PEDRO
UN COMBAT POUR
LA DIGNITÉ HUMAINE
PAR THÉO MOY

70
HUMANITÉS

AU MILIEU DES PAUVRES. À MADAGASCAR, LE PÈRE PEDRO OPEKA


MÈNE UNE LUTTE À MORT CONTRE LA MISÈRE. DANS LES PAS DE JÉSUS
ET DE SAINT VINCENT DE PAUL, IL S’EST ATTACHÉ À VIVRE SIMPLEMENT,
AUPRÈS DES PLUS FAIBLES ET A CONÇU UN MODÈLE D’ACTION HUMANITAIRE
FONDÉ SUR L’IMPLICATION ET L’AUTONOMIE DES POPULATIONS LOCALES.
DANS L’ENTRETIEN QU’IL NOUS A ACCORDÉ, IL RACONTE SON JÉSUS,
L’AMI DES PAUVRES, LE COMPAGNON QUOTIDIEN, ET LANCE UN APPEL
AUX EUROPÉENS : « COMMENCEZ PAR FAIRE DE L’HUMANITAIRE
DANS LA VILLE OÙ VOUS ÊTES NÉ ! »

Jésus a de nombreux fidèles et


quelques apôtres. Pedro Opeka est L’IDÉE EST DE
des deuxièmes. En trente années
à Madagascar, il a aidé les plus RESTAURER
pauvres à construire des villages,
des écoles, il a permis que soient L’AUTONOMIE
distribués des millions de repas
et sorti de l’extrême pauvreté des ET LA DIGNITÉ
milliers de familles. Né en 1948
en Argentine de parents slovènes, DE CES
mariés dans un camp de réfugiés
en Italie, il sait dès ses quinze FAMILLES. 71
ans qu’il est appelé à suivre Jésus,
son idéal. Dans sa famille, c’est
par la prière que les huit frères et BONS AMIS, VRAIS FRÈRES
sœurs se retrouvent. Avant même En 1989, sa vie bascule. Le mission-
sa majorité, il passe un été avec naire est nommé à la capitale Tanana-
de jeunes chrétiens auprès des rive pour diriger un séminaire. Sur
Indiens mapuches, au cœur de les collines qui surplombent la ville,
la cordillère des Andes. Face à il découvre, horrifié, des décharges
leur misère extrême, qui fait tache où des familles entières fouillent
dans une Argentine qui se prétend dans les déchets pour trouver de
riche, il acquiert une conviction quoi subsister. Bouleversé par la
très forte : au-delà de l’aide huma- vision d’enfants baignant dans les
nitaire traditionnelle, il faut offrir ordures, le Père Pedro ressent une
aux pauvres un avenir désirable force, un besoin impérieux de les
et épanouissant et le construire aider à sortir de cet enfer. Animé
avec eux. Jésus est son modèle, il par l’idée qu’il faut créer une oasis
voit déjà en lui « l’ami des pauvres, d’espérance, il convainc chaque
l’ouvrier, l’homme simple ». personne pauvre de s’installer à
Quelques années plus tard, il entre sept kilomètres de la capitale, dans
au séminaire chez les Pères laza- un village qui n’existe pas encore.
ristes, et part vite pour Madagascar. Son projet fou, devenu une asso-
Comme maçon, le métier que son ciation, s’appelle Akamasoa, « les
père lui a transmis, il œuvre auprès bons amis » en malgache. L’idée
des paysans dans des paroisses est de restaurer l’autonomie et la
lazaristes. Il aime ce pays dont dignité de ces familles. Le Père
il apprend rapidement la langue. Pedro a l’intime conviction que cette
En 1975, tout juste ordonné prêtre, autonomie ne peut exister sans
il est nommé dans une paroisse un logement décent pour chacun,
rurale où il approfondit ses liens une instruction pour les enfants
avec les Malgaches dans le besoin. et un travail pour les parents. Le
HUMANITÉS

missionnaire ne conçoit l’action humanitaire


que comme une coopération, une adaptation
aux habitants et aux traditions malgaches. Lui
n’apporte que l’élan de l’Évangile.

À l’aube des trente ans de l’association, les résultats


sont probants. En 2018, une centaine de maisons
ont été construites, s’ajoutant aux trois mille
existantes. Chaque famille construit la sienne,
avec l’aide de ses voisins. Plus de 14 000 enfants
sont scolarisés et rencontrent, dans les écoles
ouvertes par Akamasoa, un franc succès avec 90 %
de réussite au bac, pour 47 % de réussite sur le
reste de l’île ! L’autonomie des villages permet à
l’inépuisable Père Pedro de consacrer une partie
de son année à parcourir le monde pour récol-
ter des fonds et témoigner. Partout il incarne la
révolution du Christ, la possibilité d’agir contre
l’injustice, au-delà des discours. De passage en
72 métropole, le missionnaire nous a accordé du
temps. Entretien avec un homme qui, à 71 ans,
avoue mettre aussi des lucarnes du pied gauche.
Révolutionnaire, on vous dit !

Le cri des pauvres. Ne pas se dérober.


Père Pedro, Balland, 2015.

La cité d’espérance du Père Pedro


Pierre Lunel et Rijasolo, Éditions du Rocher, 2018.
HUMANITÉS

“ AIDER UN PAUVRE,
C’EST AIDER JÉSUS
LUI-MÊME ”
PROPOS RECUEILLIS PAR THÉO MOY

QUELLE EST LA PLACE DE LA FIGURE esprit d’amitié et de fraternité. Tous les jours
DE JÉSUS DANS VOTRE PARCOURS je suis plus séduit, plus étonné par le fait que
ET VOTRE CŒUR ? l’homme qui s’est incarné dans notre humanité
J’ai découvert Jésus quand j’étais enfant. Je me ait voulu nous rejoindre au plus bas et au plus
souviens à six ans de ma mère qui me racontait près de notre vie.
la souffrance de Jésus. Je l’ai tout de suite senti
très proche, comme un grand ami. À 17 ans, j’ai
découvert un autre Jésus, l’ami des pauvres. Ce qui
m’a frappé c’est sa simplicité, sa discrétion. Lui,
le fils de Dieu, a vécu au milieu des personnes,
au milieu des pauvres ! Il ne compliquait pas “ JÉSUS,
les choses, il parlait de telle façon que tout le
monde pouvait le comprendre et apprendre de C’EST LE VISAGE
lui. Jésus, c’est le visage d’un homme simple, qui
parle de cœur à cœur. Plus tard j’ai vu comme D’UN HOMME 73
on le sublimait, comme on l’éloignait des gens.
On ne peut pas en faire un totem, c’est quelqu’un SIMPLE, QUI PARLE
qu’on porte dans son cœur, dans son âme. Plus
j’avance en âge et plus je suis habité par son DE CŒUR À CŒUR. ”
HUMANITÉS

ET SAINT VINCENT DE PAUL, POURQUOI


COMPTE-T-IL TANT POUR VOUS ?
Parce qu’au cours de sa vie, alors qu’il était déjà
prêtre. il a compris que lorsqu’il voyait un pauvre,
il voyait Jésus. Et il a eu raison ! Aider un pauvre,
c’est aider Jésus lui-même. Il disait cette parole
formidable que je me rappelle tout le temps :
« Quand tu es en train de prier et qu’un pauvre
frappe à ta porte, laisse Dieu pour Dieu . » Cette
prière, si elle est devenue une coutume, une
habitude, ne t’apporte pas Dieu. C’est le pauvre
que tu accueilles quand il frappe à ta porte qui
t’apporte Dieu.

DANS LES VILLAGES CRÉÉS


PAR AKAMASOA, VOUS REFUSEZ
D’ACCUEILLIR DES BÉNÉVOLES
EXTÉRIEURS...
J’ai une certitude depuis le départ : aider quelqu’un,
ce n’est pas l’assister. Je dis tout le temps à mes
frères malgaches : « Je vous aime trop pour vous
assister ! » Si je vous assiste sans aucun espoir
de ma part, je vais vous rendre dépendants. Je
veux que vous soyez debout, que chacun puisse
apporter quelque chose à sa communauté. Il
faut révéler dans chaque personne le talent, le
charisme, le don qu’il a reçu du Créateur. Nous
sommes nés pour créer. Rien ne doit être donné
gratuitement, il faut toujours un effort de la part
de celui qui est dans le besoin, parce que cet effort
74 lui apporte autant que ce qu’on peut lui offrir.
Quand nous sommes créateurs, nous sommes
heureux parce que nous participons à la vie de
l’humanité. Il faut mériter la place qu’on occupe
dans le monde. Je ne viens pas en France cher-
cher du personnel, je viens chercher les moyens,
les finances, pour que les gens puissent vivre et
travailler dignement à Madagascar. Là-bas il y a
tant de gens capables qui aiment leur pays, on n’a

“ COMMENCEZ
PAR FAIRE DE
L’HUMANITAIRE
DANS LA VILLE
OÙ VOUS
ÊTES NÉS ! ”
75

pas besoin de personnes en plus. Quand je vois LE SPORT TIENT AUSSI UNE PLACE
avec quelle sobriété les Malgaches vivent ! Je vais IMPORTANTE DANS AKAMASOA.
pour eux jusqu’au bout du monde, pour demander POURQUOI ?
la justice pour ce peuple. En Europe je veux dire : Le sport fait partie de la vie humaine, c’est aussi
« Commencez par faire de l’humanitaire dans la une école, une école de vie ! Dans les villages que
ville où vous êtes nés . » Il faut renoncer à cette nous avons construits, dans chaque petit quartier
idée que pour faire le bien, il faut aller ailleurs. il y a un terrain de sport. Les garçons jouent au
En quittant l’Argentine à vingt ans, j’allais mal foot et les filles font du basket ou de l’athlétisme.
dans mon cœur. J’avais délaissé mon pays, mes Je vous assure que ça donne une grande joie,
amis, mes frères pour cet idéal de l’Évangile, de les jeunes sont contents de se rassembler, de
la fraternité. C’est un déchirement de quitter son montrer leurs qualités, leur habilité. Quand on
pays, surtout quand vos frères ont besoin de vous. fait du sport, on fait des efforts, on doit avoir la
C’est pour ça qu’il faut changer notre vision de volonté, la force de se convaincre : « Je peux aller
l’humanitaire. Les pauvres ont des richesses, la plus loin. » C’est une façon de se forcer soi-même
joie de vivre, la force de ne pas baisser les bras. pour se dire : « Je peux y arriver, je peux vaincre
J’ai toujours eu cette certitude dans mes actions : les obstacles. » À 71 ans, dès que je peux, je vais
les Malgaches doivent être en première ligne ! jouer avec les enfants, au grand stade, et je fais
des tirs à 25 mètres. Il m’arrive même de mettre
des lucarnes avec n’importe quel pied !

HUMANITÉS

ALEXANDRE JOLLIEN
ET GRÉGORY TURPIN
“ CERTAINS SONT
LUMINEUX PAR
NATURE ET D’AUTRES
DOIVENT RAMER ”
PROPOS RECUEILLIS PAR PAUL PICCARRETA

LEUR RENCONTRE AVAIT TOUT D’UNE ÉVIDENCE. ALEXANDRE JOLLIEN,


PHILOSOPHE ET ÉCRIVAIN SUISSE, NÉ INFIRME MOTEUR CÉRÉBRAL,
ET GRÉGORY TURPIN, CHANTEUR ET PRODUCTEUR, REVENU DE PLUSIEURS
TENTATIVES DE SUICIDE, ONT DES CHEMINS PARALLÈLES.
80

Dans son livre La Sagesse espiègle , le philosophe de témoigner de leur peur, de leurs blessures et
raconte comment il s’est libéré d’une dépen- de leur aptitude à la joie.
dance singulière. Pendant de longs mois, écrit-il,
il observe sur Skype et moyennant finance un TOUS LES DEUX AVEZ VÉCU DES
jeune homme qui prend sa douche devant lui. PÉRIODES DIFFICILES. UNE FOIS TIRÉ
Décidé à se sortir du piège de la fascination du D’AFFAIRE, EST-CE QU’ON SE DIT
« corps parfait », selon ses mots, il entreprend une QUE LE PIRE EST DERRIÈRE SOI ?
remise en question psychologique qui le conduit à GRÉGORY : Lorsque l’on sort d’une telle période,
visiter et à apprivoiser ses propres faiblesses. De dans mon cas des vagues d’addictions succes-
son côté, après une enfance douloureuse marquée sives, je pense que l’on peut tomber dans tout
par des relations difficiles avec son père, Grégory un tas de travers différents. On peut facilement
Turpin entre à 18 ans au noviciat du Carmel après remplacer une addiction par une autre. J’aspire,
une conversion quelque temps plus tôt. Hélas, il forcément, à parvenir à la vraie liberté de ne
doit en sortir un an plus tard, et l’enfer commence. plus être soumis à une addiction mais je sais que
Il se bat contre son addiction à l’alcool, aux drogues je suis toujours vulnérable. Il y a un paradoxe
et tente de mettre fin à ses jours. Il se relève en avec lequel il faut composer : lorsque l’on se sait
rencontrant Jésus. Tous deux sont passés par les plus fort, les tentations sont aussi plus grandes.
ténèbres et tous les deux ont été traversés par la
lumière. Chacun, à sa façon, a rendu public son ALEXANDRE : Je me suis toujours méfié de la
itinéraire de l’ombre à l’éclat du jour. Le magazine résilience, cette capacité à rebondir et se sortir
Jésus ! a voulu que les deux chemins jusqu’ici des pires épreuves, cette idée qu’une fois pour
parallèles se croisent et se répondent. Rencontre à toutes, nous sommes sauvés. Quand un problème
Lausanne, dans l’appartement d’Alexandre Jollien, est réglé, un autre peut surgir. C’est le chemin qui
parmi des portraits de Nietzsche accrochés au mur, importe : comment, au jour le jour, accueillir ses
une bibliothèque débordante et des enfants (trois, blessures sans qu’elles prennent la première place
exactement) qui courent entre les jambes de leur dans une vie. Une grande sensibilité donne accès
mère et d’autres piles de bouquins. Pendant deux à des joies profondes mais dans le même temps,
heures, le chanteur et le philosophe ont accepté nous rend fragiles parce qu’ouverts.
81
HUMANITÉS

82 EST-CE QUE VOTRE PASSÉ par un art de vivre. Certains sont lumineux par
VOUS FAIT PEUR ? nature et d’autres doivent ramer pour le devenir.
A : Les échos, les répliques du passé dans le pré- Il faut s’interroger, vous avez raison, sur la nature
sent peuvent m’inquiéter parce qu’ils empêchent de notre manque essentiel, la sécurité, l’amour…
une liberté totale. Le rapport au passé peut être
biaisé par la nostalgie ou le ressentiment. Pour ÊTRE SIMPLE, C’EST DIFFICILE ?
s’en libérer, il faut le digérer, lui donner sens puis G : Pour moi le plus difficile, le plus douloureux
s’en dégager. a été d’accepter celui que j’étais, après avoir connu
les tourments de celui qui essaye de devenir
G : Je vis bien avec mon passé mais surtout, je quelqu’un d’autre. Je crois que c’est la cause des
comprends que ce passé, ces addictions que j’ai grandes déchirures, lorsque l’on n’arrive pas à
pu vivre, comblaient un manque. Il s’agit dès lors s’aimer soi-même tel que l’on est.
de déterminer quel était ce manque, à savoir la
relation avec mon père, un manque d’amour. Je vis EN TANT QU’ARTISTES, VOUS ÊTES
pleinement avec toutes les erreurs de mon passé AMENÉS À TENIR UN RÔLE, N’EST-IL PAS
car je me rends compte qu’elles étaient liées à EN DÉCALAGE AVEC CE QUE VOUS ÊTES
des choses profondes que je ne pouvais pas voir. AU FOND DE VOUS ?
A : Il y a une confrontation entre l’exigence sociale,
VOUS AVEZ DES PARCOURS DE VIE les conventions, les rôles, tout ce qui peut nous
TORTUEUX DONT VOUS TÉMOIGNEZ. amener à enfiler une panoplie ou à tout faire
POUR DEVENIR LUMINEUX, FAUT-IL pour devenir, par orgueil, meilleur que ce que
PARFOIS PASSER PAR L’OBSCURITÉ ? l’on est, et une aspiration au progrès intérieur. La
A : La souffrance n’est pas le seul mode de rédemp- coïncidence avec soi n’est pas immédiate. Tant
tion, on peut se réjouir que l’époque de ce discours que l’on s’acharne à provoquer cette coïncidence
doloriste soit révolue ! Mais il est certain que la avec soi, comme une lutte, on n’y est pas. Il faut
traversée d’une épreuve peut faire progresser. apprendre au contraire à se laisser être.
Certaines personnes sont douées pour être heu-
reuses grâce à un parcours ou une personnalité, G : Comme artiste, on aspire à être le plus vrai
comme je les envie ! Nietzsche dit qu’il y a une possible. Pourtant lorsque l’on se montre sur
seule chose essentielle : être allégé. Si on ne l’est scène, on a tendance à enjoliver. Je mène un travail
pas par le caractère, on peut être rendu léger au fur et à mesure que ma carrière avance pour
HUMANITÉS

montrer ma blessure, ravaler mon narcissisme. On se livre, tout en demeurant conscient de tout
Je suis à la fois écrivain et chanteur et c’est bien ce qui se passe. Elle ne permet pas de parvenir à
plus facile pour moi de me livrer par l’écrit que sur une maîtrise ultime mais de s’oublier. C’est pour
scène. Pourtant c’est la scène que je préfère. On s’oublier qu’il s’agit de révéler tout ça.
peut s’y livrer, se donner au public et se laisser
aimer par lui. GRÉGORY, RESSENTEZ-VOUS AUSSI
CE BESOIN DE TRANSPARENCE ?
G : Pour moi l’exercice de confession s’est fait petit
à petit, à mesure que l’on me posait des questions
au cours de ma carrière. Cette demande s’est mue
en un besoin et de mon point de vue de chrétien,
il était impérieux d’être vrai.
“ ON NOUS ÉDUQUE
SI VOUS N’AVIEZ PAS FAIT CE TRAVAIL
À LA PERFORMANCE, D’ÉCRITURE, EST-CE QUE VOUS AURIEZ
ÉTÉ UNE AUTRE PERSONNE ?
MAIS PAS AU A : L’écriture c’est un partage formidable avec les
autres, que je n’aurais pas pu connaître autre-
VRAI REPOS. ” ment. À la longue, la tentation de faire le beau
pour plaire aux autres disparaît. Lorsque j’écris,
je veux moins rentrer dans un moule qu’au début.
La légitimité cependant est toujours discutée
intérieurement. De quel droit je parle ? Suis-je 83
intéressant ? La cohérence et la sincérité sont des
QUELLE EST VOTRE PLUS GRANDE boussoles pour ne pas tomber dans la névrose.
BLESSURE ?
A : Le manque de paix. La paix est pour moi une G : Je suis très vulnérable au moment où je lance
recherche permanente, jamais acquise. On ne un projet. La reconnaissance du public me redonne
nous éduque pas à la paix. On nous éduque à ensuite confiance.
la performance, à la résilience mais pas au vrai
repos, à la véritable détente. ALEXANDRE, VOUS ÉCRIVEZ QU’IL FAUT
« GUÉRIR DE L’IDÉE DE GUÉRISON »…
VOS TRAVAUX SONT-ILS DES MOYENS A : Je voulais dire qu’il faut se libérer de l’obses-
DE COMBLER DES FAILLES ? sion d’une guérison clef en mains, définitive,
A : Écrire me permet de mettre de la lucidité, de parfaite. Ça n’empêche pas le progrès. Ça n’obs-
la lumière. C’est le rôle de l’art. true pas l’horizon. C’est aller vers une grande
santé ! La guérison intégrale est un leurre.
G : On commence à être intéressant lorsque l’on
cesse d’écrire pour soi-même. L’artiste devient G : La foi m’a permis de faire le deuil de la gué-
intéressant dès lors qu’il se sert de ses blessures rison fantasmée. Elle m’aide à accepter de faire
non pas pour se soigner mais pour parler aux confiance à quelqu’un qui est au-dessus de moi.
autres. J’espère la guérison mais son chemin n’est pas
celui que j’imaginais, très formaté. Le plus dur
A : Dans mon livre La sagesse espiègle , j’ai décidé c’est de se dire « Dieu existe et veut le meilleur
d’être transparent, m’attachant à ne pas jouer de pour moi », et ainsi de lui faire confiance.
rôle, à ne pas adopter de posture. Ainsi, l’écriture
m’offre l’occasion du détachement et de la liberté. QUI EST JÉSUS POUR VOUS,
ALEXANDRE ?
EST-ON TOUS ARMÉS POUR LIVRER A : Spontanément, je dirais un maître de joie.
DE TELLES CONFESSIONS ? Quelqu’un qui décape la sclérose de l’esprit et
A : Se livrer est une nécessité, cela s’impose ! du cœur. Jésus est rebelle, il remet en cause les
On ne décide pas un jour de tout raconter. La certitudes. Beaucoup de chrétiens convaincus
confession c’est une déprise de soi paradoxale. m’ont éloigné du Christ, leur manque de joie m’a
HUMANITÉS

“ AU MILIEU
DES TEMPÊTES
INTÉRIEURES,
IL Y A DES
OCCASIONS
DE PROGRESSER. ”

84 effrayé ! J’ai connu des religieuses pour qui le source de grandes joies. Ensuite il y a le progrès
plaisir et le bonheur étaient coupables… Je ne intérieur. Au milieu des tempêtes intérieures, il
crois pas que ce soit dans les Évangiles. y a quelques occasions de progresser.
Paradoxalement, Nietzsche m’enracine plus dans
la foi que beaucoup de sermons convenus. Il G : Ce qui me plaît dans mon quotidien c’est de
invite lui aussi à tout décaper. Le christianisme pouvoir accompagner des gens à titre personnel
souffre de la culpabilité et du manque de joie. ou professionnel, de pouvoir les aider à s’ac-
complir. Mon histoire me permet d’accepter plus
ET FRANÇOIS ? facilement la faiblesse de l’autre car je connais
A : Je dois dire que ce Pape est remarquable. Je crois très bien la mienne.
qu’il change beaucoup de choses. Il est joyeux,
drôle et invite à se réformer en écoutant l’Évan- ALEXANDRE, LE FAIT D’ÊTRE PÈRE
gile avant de vouloir tout réformer. Chacun doit A-T-IL CHANGÉ VOTRE RAPPORT
se réformer avant de vouloir changer les autres, AU MONDE ?
c’est essentiel. Quand on se saisit de l’Évangile A : Je n’ai pas répondu spontanément « mes trois
pour asséner des certitudes, c’est dangereux. enfants » à la question de savoir ce qui m’ap-
L’orthopédie de l’âme, ce n’est pas pour moi. porte de la joie. En effet, cette joie d’être père
s’accompagne pour moi de la peur de perdre. On
G : Enfant, je pensais que j’étais bête. Face à un est imbibé par l’idée que dès qu’il y a une joie,
prêtre, je me disais que la foi était réservée aux on doit payer derrière, comme si le bonheur était
gens intelligents, à ceux qui comprenaient les louche. Je vis cette joie vertigineuse et gratuite
sermons. Mais la foi ce ne sont pas des choses d’être père comme un apprentissage de l’amour
à savoir ou des règles à appliquer mais cette dans la fragilité. L’enfance c’est l’abondance, cette
relation à créer. Comme avec un ami, la relation débauche d’énergie mais aussi la fragilité.
avec Dieu doit être simple, facile et régulière. Il
n’y a que ça qui compte. QUE PEUVENT NOUS APPORTER
LES ENFANTS, AU-DELÀ DE LA JOIE ?
QUELLES SONT LES JOIES A : On a beaucoup à apprendre des enfants. Leur
QUOTIDIENNES QUI VOUS DONNENT regard n’est pas social, pas mondain. Pour eux,
DE L’ESPOIR ? l’être prime. Dans le regard de mes enfants je n’ai
A : Les rencontres, l’expérience de la solidarité sont pas l’impression d’être handicapé. Inversement,
HUMANITÉS

le parent est invité à porter sur son enfant un 85


regard social, de validation des compétences. C’est
peut-être utile mais ça biaise le regard.

“ LE PÈRE
NOMME SON FILS
ET LUI PERMET
DE S’ACCOMPLIR. ” La sagesse espiègle
Alexandre Jollien, Gallimard, 2018.

Clair obscur
Grégory Turpin, Première Partie, 2012.

GRÉGORY, VOUS ÊTES TRÈS MARQUÉ


PAR LA QUESTION DU PÈRE…
G : En écoutant Alexandre, je me dis que mon père
n’était pas celui qui s’inquiétait pour l’autre. Je
suis bouleversé par l’image du père dans l’Évan-
gile. Il y a une belle progression dans la Bible,
la parole du Père au baptême de Jésus achève
trente ans de silence et ouvre la possibilité du
miracle. Le Père nomme son Fils et lui permet
de s’accomplir. La blessure du père absent ou
défaillant rend difficile l’épanouissement dans
la foi, car comment comprendre qui est le Père
sans avoir connu l’amour d’un père ? +
CULTURE

86
87
LIFESTYLE

“ JÉSUS SAUVE ” :
UN TAG PAS COMME
LES AUTRES PAR ROBIN NITOT

S’IL VOUS ARRIVE DE TRAVERSER LES RUES DE LA CAPITALE,


ET QUE VOUS ÊTES PLUTÔT DU GENRE À NE PAS AVOIR LA TÊTE
DANS LES NUAGES, VOUS L’AVEZ FORCÉMENT VU. QUOI ?
LE TAG « JÉSUS SAUVE ! » SUR LES BARRIÈRES DE CHANTIER,
SUR LES COMPTEURS ÉLECTRIQUES, CE MYSTÉRIEUX TAG
A ATTIRÉ L’ATTENTION DE MILLIERS DE PERSONNES.
MAIS QUI EST SON MYSTÉRIEUX AUTEUR ? ROBIN NITOT,
ÉTERNEL ÉTUDIANT ET POÈTE DANS L’ÂME, A MENÉ L’ENQUÊTE.

88

~
------..
.
~
.......
~
•.
..-i!'_. . ............
-

1
LIFESTYLE

Le trajet que j’emprunte quotidiennement pour avant tout des dégradations de biens publics. Alors
rejoindre ma fac n’a rien de palpitant. Rien de que je m’amuse à moquer leur esprit bourgeois,
désagréable non plus – elle avoisine le Luxem- l’un d’eux tranche le débat : « De toute façon, ça
bourg et de superbes immeubles – mais il en me paraît clair : c’est un délire de parpaillots ! »
faut généralement plus pour me distraire de Comprendre, de protestants.
mon fil d’actualité virtuel. Toutefois, ces derniers
mois, une curiosité m’a fait lever la tête de mon Dans les mois qui ont suivi, le tag marquait mon
écran de téléphone, à la sortie du métro. Pour la parcours quotidien. Il me rappelait joyeusement,
première fois, je m’arrêtais devant un tag. Pari- chaque matin, qu’il était toujours temps de confier
sien depuis mes premières râleries, c’est-à-dire ma journée au Seigneur. Il me rappelait chaque
depuis toujours, j’étais pourtant un habitué des soir, avec entrain, de rendre grâce. « Jésus sauve ! »
graffitis, qui ornent une bonne partie de la ville. me rendait espoir lorsque j’allais à reculons vers
Mais celui-ci me fit arriver en retard en amphi,
photo Instagram oblige : il s’agissait d’un fier
« Jésus sauve ! ». Graffé en blanc, il trônait sur
un compteur d’alimentation marron qui semblait LE GRAFFITI
appelé à mieux le faire ressortir.
REMPLISSAIT
Dans la journée, j’en parle à mes amis chrétiens,
qui ont repéré le même tag à d’autres endroits de UNE FONCTION
Paris. Intrigués autant que moi, leurs avis sur le
phénomène divergent. Pour certains, c’est un biais SEMBLABLE
d’évangélisation comme un autre, d’autant qu’il a
le mérite de toucher les passants en masse. Pour À CELLE DE SON
d’autres, moins enthousiastes, les tags constituent
COUSIN RURAL,
LE CALVAIRE.
89

..
. ..
~ . . .
.
. . . .
- ,.....
. . . - ...
:---- - .
,;i;:~.,

:· .SUS-:-
·u ..
~
•·
.. . . .
LIFESTYLE

un partiel mal préparé, ou lorsqu’au contraire Un peu plus tard, enfin, le journal chrétien La
j’essayais d’imaginer en courant quel prétexte Vie publia une enquête sur le phénomène, en
allait bien pouvoir excuser mon retard ce matin-là. élucidant une bonne partie du mystère. D’après
Avec moins de style et d’une manière moins sacrée, l’article, les graffeurs et la mairie en sont vite
le graffiti remplissait une fonction semblable à venus aux mêmes conclusions ; l’auteur des tags
celle de son cousin rural, le calvaire, qui ponctue est bel et bien un initié de longue date, comme
90 nos routes nationales. Un clin d’œil du paysage, en témoigne un graffeur interrogé par La Vie :
qui nous fait porter un regard vers le ciel avant « Dans l’ensemble, les lettres sont fines et lisibles,
de reprendre le cours de notre journée, le cœur ni enchaînées ni collées pour que tout le monde
un peu plus léger. puisse lire, et que le message passe bien… »
S’ajoute à ça la surprise des habitués, qui voient
Toutefois, plus le temps passait, plus apparais- pour la première fois un tagueur mettre en avant
saient de nouveaux « Jésus sauve ! » dans Paris, une signature au nom d’un autre et pas pour sa
au point que je me suis demandé si, en reliant sur propre gloire.
une carte les différents points de Paris tagués, Je finis par rencontrer la journaliste à l’origine
on ne ferait pas apparaître un symbole. De leur de cette enquête. Elle me raconta comment elle
côté, les Parisiens se sont vite réapproprié ces avait procédé pour retrouver l’auteur des tags, en
nouveaux graffs, exposant leur culture culinaire précisant qu’elle ne comptait pas balancer d’in-
et cinématographique au monde en ajoutant formations privées sur lui, ni son identité. « On
« -ignon » ou « le soldat Ryan » à certains « Jésus n’est pas Closer ni Médiapart ! », rappelait-elle.
sauve ». Après avoir essayé d’obtenir des informations
par la mairie, les différentes églises protestantes,
SUR LA PISTE DU GRAFFEUR ANONYME la brigade anti-graffitis, une piste apparut. Elle
Un pasteur, Guillaume Bourin, finit par adresser parvint enfin à prendre contact, par personnes
un message au mystérieux graffeur, dans une interposées, avec le tagueur via Guillaume Bourin,
note de blog. Il y mettait en garde l’auteur des le pasteur-blogueur, qui avait lui-même fini par le
tags et l’encourageait à trouver d’autres moyens rencontrer. « Il se méfiait beaucoup des médias,
d’évangélisation avant de finir attrapé par les il savait qu’il risquait gros, alors il a préféré ne
autorités. Dans les commentaires du billet, un pas avoir de contact direct », me dit-elle. On le
lecteur ajoute ses propres réprimandes – et en comprend. Pourtant, moins d’un mois plus tard,
vers, s’il vous plaît ! le mystérieux tagueur accorda un entretien au
« Lamentable tagueur dénoncé par Guillaume, site VICE , dévoilant de nouvelles facettes du
Écoute ses raisons, si tu veux être un homme, personnage. Issu d’une famille non-croyante, il
Annoncer le Seigneur en souillant la cité, découvre Jésus à la suite de conversations avec
N’est jamais qu’enlaidir la pure vérité ! » … un ami chrétien, qui le pousse à s’intéresser au
Un peu sévère. personnage du Christ. Au fur et à mesure de
ses lectures, il apprend à connaître Jésus et vit
LIFESTYLE

BOULEVERSÉ
PAR L’IDÉE QUE
LE CHRIST LUI
A PARDONNÉ SES
ERREMENTS PASSÉS,
JESUS
~
IL PREND LA FERME
RÉSOLUTION DE
SAUVE·
“ SERVIR DIEU ”...
PAR LE GRAFF. M'A, .
ensuite une véritable rencontre. Bouleversé par
SAUVE-
l’idée que le Christ lui a pardonné ses errements
passés, il prend la ferme résolution de « servir
Dieu »… par le graff. Citant la Bible avec une
adresse toute protestante, il dit s’être inspiré du
modèle des tags « Jesus saves », à New York. Il
conjugue ainsi sa foi et sa passion du graff en 91
évangélisant sur les murs.

Aujourd’hui, « Jésus sauve » a mis un terme à sa


carrière, et a même été identifié par les autorités.
« Il est dans l’attente d’un jugement, à l’issue
duquel il risque la prison », assène la journaliste
de La Vie en concluant l’article.
La saga « Jésus sauve » semble donc terminée.
Depuis cette fin un peu brutale, je salue triste-
ment ces calvaires urbains lorsque je les croise,
en attendant que les autorités ne viennent nous
les ôter.

Hier pourtant, une étincelle. En bas de chez moi,


un nouveau graffiti a élu domicile sur un compteur
électrique. Un nouveau « Jésus sauve », un peu
gauchement écrit, est venu assurer la relève du
tag avoisinant ma fac, maintenant effacé. Inspirés
par leur aîné, de nouveaux disciples semblent
décidés à ré-évangéliser Paname. •
LIFESTYLE

BAGESHA
“ COMMENT
JÉSUS M’A SORTI
DE LA RUE ”
PAR CAMILLE DALMAS, ILLUSTRATIONS DE BENJAMIN CORBISIERO.

LES RÉSEAUX SOCIAUX ONT PROFONDÉMENT CHANGÉ LE RAPPORT


À LA CÉLÉBRITÉ. IL EXISTE DE PLUS EN PLUS DE « STARS », INCONNUES DE LEURS
VOISINS MAIS QUI DRAINENT DES AUDIENCES DÉLIRANTES ET ONT ACCÈS
À LA GRANDE VIE. CE SONT LES INFLUENCEURS. CERTAINS SONT SPÉCIALISÉS SUR
UN SUJET, D’AUTRES VIVENT SIMPLEMENT DE LEUR STYLE. C’EST LE CAS DE BAGESHA
QUE LE MAGAZINE JÉSUS ! EST ALLÉ DÉNICHER. VOICI LE PREMIER PORTRAIT
DE PRESSE CONSACRÉ À BAGESHA.

93

Vous ne trouverez pas de page Wikipedia pour d’« artiste ». Mais notre homme, s’il se réjouit de
Bagesha. Pourtant, il rassemble plus de 500 000 connaître une véritable success story sur Ins-
abonnés sur Instagram. « Artiste » d’un nouveau tagram où des milliers de followers le suivent
genre, sans attributions spéciales, il est surtout dans ses pérégrinations d’esthète en quête du
mannequin. La précarité des apparences vir- style parfait, sait qu’il a connu des moments
tuelles, entrecoupée de défilés et soirées irréelles, bien plus difficiles avant d’en arriver là. Il sait
n’est parfois que le paravent de l’enfer, à moins qu’il aurait pu « plonger » aussi. Il sait comment
que ce soit l’occasion de rencontrer Jésus, une il s’en est sorti. Ou plutôt grâce à qui. Et il veut
tout autre forme de réalité. le raconter.
Les influenceurs débutants donnent souvent
rendez-vous à la presse dans le patio des grands Repéré très jeune pour son style décalé – il est
hôtels, afin de conforter leur statut même s’ils métisse, a les dents du bonheur, le regard clair
n’ont les moyens de commander qu’un thé vert. et le corps recouvert d’étonnants tatouages – il
Mais plus de faux-semblants pour Bagesha, c’est a été vite propulsé au sommet éphémère de la
chez lui qu’il nous donne rendez-vous dans la gloire virtuelle. Cela lui donne accès à quelques
charmante bourgade de Beaumont-sur-Oise. Il défilés et lui permet de rêver à une carrière
côtoie régulièrement les podiums et shootings musicale. Il ne s’en cache pas : « Le problème,
du monde entier pour vendre sa belle gueule ce n’était pas ma réussite, qui était méritée. Je
atypique aux agences les plus prestigieuses. travaillais comme un fou, je me donnais à fond
Mais c’est dans l’intimité́ de son foyer qu’il a dans mes différentes activités . » Le problème
tenu à̀ nous recevoir pour nous parler de qui il qu’il tarde à nous expliquer est de toute évidence
est vraiment. bien plus difficile à évoquer. Surtout quand on
travaille dans le monde de la mode et de l’art où
« Je suis né à Saumur et mon vrai prénom est l’apparence est reine. « Ce qui s’est passé, c’est
Lorenzo. Si on me connaît sous le nom de Bagesha, que je me suis retrouvé dans ce monde sans
peu savent qui je suis réellement . » Aujourd’hui, repères, et très vite, je n’ai pas honte de le dire,
Bagesha a une carrière de mannequin et de à la merci de l’addiction complète de ce milieu
musicien, même s’il préfère regrouper toutes ses pour la drogue . »
activités sous la dénomination plus générale
LIFESTYLE

“ JE SUIS PAR
BIEN DES ASPECTS
UN RESCAPÉ. ”

Le mot est lâché : Bagesha a en effet connu le


pire juste après sa fulgurante réussite. La chute
fut rude, les conclusions terribles. Éloigné d’une
famille qui ne comprend pas son choix de vie
d’artiste, il se retrouve seul et fait un burn-out.
Addict à la cocaïne qui coule à flots chez les
mannequins, il est isolé et passe à deux doigts de
94 se retrouver à la rue. Les « fréquentations » que
connaît alors Bagesha y sont pour beaucoup. Le
surmenage et l’hyper-compétition aussi. Il avait
tout mais il était malheureux.

« Un jour, je me suis retrouvé à la rue. C’est


venu petit à petit, mes amis ont commencé à
s’éloigner de moi mais je ne le voyais pas, j’étais Quand elle le récupère au bout du rouleau, sa
persuadé d’être supérieur à tout le monde. Et je mère (dont le nom est inscrit en hindi sous son
suis tombé. Lors d’un show, j’étais shooté, je suis œil gauche, en signe d’attachement éternel) lui
tombé dans les pommes. Une dépression a suivi donne la solution. Elle l’emmène dans l’église de
et je me suis retrouvé sans rien. On a saisi mon son enfance, et là Bagesha vit quelque chose de
appartement, mes meubles, tout. Cela a duré un fort, comme s’il retrouvait d’un coup une place
an, je me débrouillais pour survivre avec mon dans la société. Il comprend qu’il est aimé. « J’ai
joli minois, mais j’étais au bout du bout . » trouvé une paix que je n’avais jamais connue. »
À ce moment-là, il prie, retourne souvent à l’église.
« Je suis par bien des aspects un rescapé. » Bagesha Et tout repart : le succès, l’estime de soi, l’amitié,
raconte que malgré une enfance agitée, marquée l’amour. Il sait qu’il n’est plus seul, qu’il n’est
par des rapports conflictuels avec ses parents, plus une rock star paumée et droguée. Il est plus
il est resté très proche de sa mère. C’est cette fort et meilleur parce qu’il a Jésus avec lui, dans
immigrée indienne devenue fervente catholique tous les moments de sa vie, les mauvais mais
en France qui le retrouve et le sort de la rue. les bons aussi.

Enfant, sa mère l’avait encouragé à découvrir la D’ailleurs, Bagesha n’est pas un cas isolé : « Je
foi. « Elle voulait me voir reposer dans les bras vois beaucoup d’artistes qui croient en Dieu et
de Jésus mais je n’avais clairement pas la tête ça marche très bien pour eux. » Croire, un atout
à ça à l’époque. Je ne croyais pas vraiment. ». pour réussir dans le star-system ? « On peut être
Puis est venu le crash, la désillusion : « Tout le croyant et vivre pleinement dans le milieu du
monde était autour de moi mais j’étais seul au show-biz, de la mode… il faut juste trouver son
fond de moi. Il me manquait quelque chose, et équilibre. Et mon équilibre à moi, c’est Jésus. » +
je compensais comme je pouvais. »
LIFESTYLE

95
MUSIQUE

LA PLAYLIST
D’OLIVIER GIROUD

GLADIATOR
Hans Zimmer & Lisa Gerrard

EVERY TEARDROP
IS A WATERFALL
Coldplay (Avicii Tour Mix)

98 FIRESTONE
Kygo

GRANDE EST
TA FIDÉLITÉ
Gilbert Chellembron

PLUIE DE MOTS
Leader Vocal

YAHWÉ
Collectif Cieux Ouverts
MUSIQUE

~· .. U flltiJ,. 1111 'IUHO\ ,u . 11 ■ ;

GLADIATOR

'
/1VICII 'Tew■ • 1

GLADIATOR EVERY TEARDROP


IS A WATERFALL

99

FIRESTONE GRANDE EST


TA FIDÉLITÉ

c ...o.- .- oc•
1 E ·,~.._p1:\?
U-1E

PLUIE DE MOTS YAHWÉ


MUSIQUE

MAIS QUI ES-TU,


MEAK ?
PAR PRISCA DUFÉŸ

LE RAPPEUR MÉLANGE LES GENRES MUSICAUX ET LES THÈMES QU’IL ABORDE


POUR FAIRE DE SES MORCEAUX UN MOYEN DE DÉCOUVRIR JÉSUS.

100
MUSIQUE

« Si Dieu permet que je vive des situations diffi- de témoigner de ce que Jésus à fait dans sa vie.
ciles, c’est pour me rendre plus accessible. » C’est « Nous sommes tous appelés à refléter le Christ »,
ainsi que l’artiste et parolier Meak se voue défi- se confie-t-il. Si le rappeur exerce enfin le métier
nitivement à la musique en 2018. Ses morceaux dont il rêvait plus jeune, il n’a pas été simple de
mêlent poésie, espérance et foi sur fond d’un se décider à abandonner la stabilité de l’emploi
parfum de jazz, de soul et de hip-hop. Soutenu sortant d’école de commerce, et pourtant « un an
dans son projet par sa femme, il en est encore après, je vois que Dieu pourvoit ».
à ses débuts. Élevé paisiblement à la Réunion
dans une famille chrétienne par des parents Avec l’aide d’autres musiciens, Meak espère
musiciens, il mûrit sa passion pour l’écriture et « convertir » ceux qui croiseront sa route. Se
pour la musique depuis l’enfance. refusant à pointer du doigt les jeunes qui ne
s’engagent pas, l’artiste propose plutôt de « leur
montrer que Dieu a choisi pour chacun d’eux
une place importante dans le monde ». Il nous
MEAK NE COMPOSE partage l’histoire d’un jeune, drogué, qui a entre-
pris un chemin de guérison en allant à l’église
PAS UN “ RAP après avoir écouté ses albums. En cela, le pas que
Meak a sauté et le risque qu’il a pris portent leur
CHRÉTIEN ” MAIS sens car « Dieu change les vies », observe-t-il.
Officiellement artiste et consultant, l’autoentre-
DÉVELOPPE UNE preneur-poète parcourt aujourd’hui la France et
partage son temps entre une activité de conseil
ÉCRITURE TRÈS dans les églises et sa vie de chanteur. Il enseigne
à l’Institut biblique de Nogent, anime des ateliers
PERSONNELLE d’écriture et chante son expérience de Dieu afin
que chacun reconnaisse que le Christ est « venu
QUI DE FACTO pour que les hommes aient la vie, pour qu’ils
l’aient en abondance ». (Jean 10, 10) Meak cultive
PARLE DE DIEU. son jardin de mots et de notes de musique pour
faire grandir une douceur dans un style sans
naïveté. « Il n’y a vraiment personne comme 101
Jésus ! » chante-t-il. +

À 34 ans, il veut aujourd’hui s’adresser à un


public très diversifié avec un message multi-
générationnel qui réside avant tout dans son
pseudonyme, de l’anglais meek qui signifie doux.
Poète et passionné de beatmaking , il décide de
faire connaître ses vers à travers des variations
de jazz, de musique classique et de hip-hop pour
créer un « rap authentique » après avoir été tenté
dans son adolescence de rentrer « dans le moule
d’un rap violent et rebelle ». Son imagination lui
donne de confondre les genres et de créer les vers
musicaux contrastés qui lui ressemblent. Il se
distingue en cela de la culture « rap-gangster »
avec sa voix plus aiguë et son désir d’ouvrir des
possibilités aux gens, le tout avec humour sur des
thèmes aussi variés que Dieu ou le basket. « J’ai
beaucoup apprécié la profondeur de ses textes
et l’alliance qu’il fait du sport et du spirituel »,
nous dit Joël Thibault. Meak ne compose pas un
« rap chrétien » mais développe une écriture très
personnelle qui de facto parle de Dieu. Son art
n’est donc pas directement tourné vers le terme,
inadéquat selon lui, d’« évangélisation ». Il déplore
l’étiquette poussiéreuse collée à la religion, ne
souhaite pas parler de doctrine et se contente
CINÉMA

ROLAND JOFFÉ
“ IL EST POSSIBLE
DE PARDONNER
L’IMPARDONNABLE ”
PAR CAMILLE DALMAS

ROLAND JOFFÉ NOUS A REÇUS À PARIS POUR NOUS PARLER DE LA SORTIE


EN FRANCE DE SON DERNIER FILM FORGIVEN. UN BEAU MOMENT D’ÉCHANGE,
DANS LES SALONS DE L’UNESCO, AVEC CE GRAND CINÉASTE SUR LE THÈME DU PARDON.
COMMENT ACCORDER LE PARDON, PERSONNEL ET COLLECTIF, APRÈS UNE INJUSTICE
AUSSI TERRIBLE QUE L’APARTHEID ?

102

Sorti sur les écrans au début de l’année 2019, et intime au sein de deux cœurs, pour Roland
Forgiven est le coup de maître de Roland Joffé. Joffé, est « un moment extraordinaire . Vraiment
Le réalisateur britannique est un agnostique demander pardon ou vraiment pardonner avec
fasciné par la question de la foi. Après La Déchi- honnêteté, c’est comme vivre une aventure pour
rure , son premier film, couronné de trois Oscars, mes personnages. » D’un côté, l’assassin Piet
il réalise l’inoubliable Mission (Palme d’or 1986 Blomfeld, condamné à vie, sans scrupule ni regret,
à Cannes) où Robert de Niro et Jeremy Irons interprété par Éric Bana. De l’autre, l’incroyable
interprètent deux jésuites prêts à mourir pour Forest Whitaker campe l’archevêque Desmond
protéger le peuple des Guarani contre l’op- Tutu. Ce dernier, nommé par Nelson Mandela
pression coloniale. On lui doit aussi Au prix pour présider la Commission de la vérité et de
du sang , qui s’intéresse au parcours de Saint la réconciliation, se retrouve face à Blomfeld. La
Josemaria Escriva pendant la Guerre d’Espagne. commission qu’il dirige a pour but d’obtenir des
Le réalisateur s’est une nouvelle fois attaché à aveux des criminels comme Blomfeld contre des
raconter l’entrechoquement de destins individuels grâces, afin de sortir le pays de l’état de haine
aussi exceptionnels que la grande Histoire au et de violence dans lequel il se trouve depuis
sein de laquelle ils s’inscrivent. Dans Forgiven , l’apartheid. Mais le prisonnier refuse le pardon
la confrontation de l’archevêque anglican Des- de l’homme d’Église qui lui-même commence à
mond Tutu avec un ancien tortionnaire afrikaner douter de sa propre capacité à aimer. C’est dans
à la fin de l’apartheid en Afrique du Sud permet l’opposition de ces âmes que se construit l’histoire
à Roland Joffé de poser la question : « Jusqu’où de Forgiven . « Deux personnes voient leurs ego
peut-on pardonner ? » se confronter mais le contact produit tout autre
chose que ce qu’ils imaginaient. » Échanger leurs
LE CHOC souvenirs de l’apartheid et leurs souffrances va
Le titre du film l’annonce dès le départ : tout permettre aux deux hommes de s’échapper de
l’enjeu de Forgiven est dans la découverte, par « la prison de leurs douleurs ».
deux hommes que tout oppose, de la possibilité du
pardon. Et ce retournement proprement spirituel
CINÉMA

RACISTE,

MEURTRIER,

PRISONNIER.

PARDONNÉ.

FOREST
WHITAKER
ERIC
BANA
DINARD
FILM FESTIVAL
2018

FORGIVEN
de ROLAND JOFFÉ 103

L’AVENTURE DU PARDON tageons tous, cette capacité à blesser et à


L’expérience du pardon a quelque chose de divin et être blessé par les autres. »
c’est pour cela que Desmond Tutu a intéressé Joffé.
L’archevêque a d’ailleurs pu voir le film qu’il aurait AIMER SON ENNEMI
tout particulièrement apprécié. Il aurait même adressé Au travers des forces et limites de deux
un mot de remerciements à Roland Joffé. Une satis- âmes, le film de Joffé explore l’impératif
faction immense pour le réalisateur qui avait choisi d’aimer son ennemi : « Ce ne sont que des
cette histoire pour la personnalité hors du commun mots tant qu’ils ne sont pas vécus. Il reste
de l’homme d’Église sud-africain. à savoir comment le faire et quand le faire.
La vérité que je veux montrer dans mon
film, c’est qu’il faut un courage extrême pour
“ À CAUSE DE CET aimer son ennemi. Mais c’est possible. »
Roland Joffé affirme avoir été particulièrement
AMOUR, JE NE PEUX marqué par une émission sur le génocide
des Tutsis au Rwanda où une femme qui a
PAS DONNER DE LA perdu son mari et ses enfants invite tous
les jours l’assassin de sa famille. Quand on
HAINE. JE NE PEUX lui demande pourquoi elle fait ça, la femme
aurait déclaré : « J’ai aimé mes enfants plus
QU’AIMER. ” que ma vie, j’ai aimé mon mari comme ma
vie. À cause de cet amour, je ne peux pas
donner de la haine. Je ne peux qu’aimer pour
Malgré son agnosticisme, Roland Joffé aime les sujets mettre fin au cycle de haine. » Et Roland Joffé
religieux, La « plénitude de joie » et la « force inté- l’agnostique de commenter : « Cette dame a
rieure » qui inspirent M gr Tutu ont très grandement compris les paroles de Jésus comme Tutu les
motivé la réalisation de son film. « On touche dans a comprises. Mais les deux vont plus loin.
cette histoire à une fragilité humaine que nous par- Ils vivent la parole de Jésus. »

AUTOUR D’UN REPAS

LA SALSA DE
L’ESPRIT SAINT
PROPOS RECUEILLIS PAR PAUL PICCARRETA

104 À EN CROIRE LES ÉVANGILES, JÉSUS DE NAZARETH PASSAIT BEAUCOUP


DE TEMPS À TABLE. NOMBRE DE SES PAROLES QUI NOUS SONT PARVENUES
ONT ÉTÉ ÉCHANGÉES AUTOUR D’UN REPAS. JÉSUS ! A DONC INVITÉ
À DÉJEUNER UN ANCIEN CAPITAINE DU PSG ET SON AMI PASTEUR POUR
VOIR SI LA GRÂCE CONTINUE D’OPÉRER. RENDEZ-VOUS EST PRIS
CHEZ GABRIELA, DANS LE IXE ARRONDISSEMENT DE PARIS.

Il y a 12 ans, Marcos Ceará débarquait tout À l’époque, il parlait régulièrement de Jésus.


droit du Brésil et posait ses valises à Paris. Il fut même pasteur, au début de sa retraite
Quelques mois plus tôt, le footballeur jouait sportive, avant de retourner travailler dans le
avec le club brésilien l’Internacional et remportait milieu du foot, tout en gardant un engagement
une éclatante victoire contre le FC Barcelone chrétien prononcé. Dans le restaurant brésilien
en finale de la Coupe du monde des clubs. Il Gabriela , tenu par une patronne du même nom,
était considéré alors comme le meilleur latéral un grand Christ Corcovado accueille les convives.
droit auriverde (littéralement vert et or, cou- Marcos Ceará arrive en premier, suivi de près par
leurs du pays). Il fit un beau parcours au PSG, Franck Pecastaing, le pasteur de l’Église Horizon
jusqu’à devenir capitaine de l’équipe en 2011. à Combs-la-Ville, qu’il a rencontré́ lors de son
Aujourd’hui reconverti en agent de joueurs, séjour au PSG. Au programme : générosité sur le
Marcos reste un très bon souvenir pour les sup- terrain, salsa dans l’assiette et prière à l’Esprit
porters parisiens. Son bon « Esprit » et sa grinta saint.
(déter mination) ne sont jamais passés inaperçus.
GASTRONOMIE

105

FRANCK : Qu’est-ce que tu nous recommandes ? MARCOS : Au début on faisait tout à la maison
grâce au rayon « produits du monde » du maga-
MARCOS CEARÁ : La viande est une grande spé- sin d’à côté : du riz, des haricots et de la viande.
cialité au Brésil mais le plat principal ça reste le On allait souvent au restaurant italien ; là au
riz et les haricots ! Après, comme partout, chaque moins, il n’y avait pas de surprise ! On savait
région a sa spécialité. Chez moi, à Ceará [ il montre qu’on aimerait bien les pâtes.
la carte géante du Brésil collée au mur ], on fait
beaucoup de plats à base de farine et de manioc. FRANCK : Quand Marcos était ici au PSG, il accueil-
lait souvent des chrétiens dans sa maison.
JÉSUS ! : Ceará, c’est exactement la même ortho-
graphe que ton nom… MARCOS : Oui, j’organisais des réunions les jeu-
dis soir. Je voulais nourrir les gens à la fois par
MARCOS : Ce n’est pas vraiment mon nom, c’est l’esprit, avec la parole de Dieu, mais aussi par le
un surnom. Quand j’ai déménagé à Sao Paulo, à corps avec un bon repas.
onze ans, les gens ont pris l’habitude de m’ap-
peler par le nom de ma région d’origine. À Sao JÉSUS ! : Quelle est la place de la nourriture au
Paulo, il y a une grande diversité de gens venant Brésil ? En France on parle tout le temps de ce
de toutes les régions du pays. Mon vrai nom est que l’on mange ou de ce que l’on va manger.
Marcos Venâncio de Albuquerque.
MARCOS : Comme vous, les Français, on mange
JÉSUS ! : Et comment s’est passé le changement en anticipant le repas suivant ! Nous sommes
d’habitudes alimentaires en arrivant en France ? imprégnés de cette culture du repas. Le partage
AUTOUR D’UN REPAS

De gauche à droite : Marcos Ceará, Franck Pecastaing.

106 autour de la table est bon parce qu’il rappelle la des choses qui arrivent au football !
famille. Les familles qui prennent le temps du - Les plats arrivent -
repas sont soudées.
MARCOS : Si vous voulez, nous pouvons rendre
JÉSUS ! : Tu as grandi dans le nord du Brésil, non ? grâce.

MARCOS : Oui, mais je connais mal. C’est une FRANCK : Seigneur, merci pour ce temps que nous
région dans laquelle il n’y a pas de club de foot- partageons. Merci pour la joie que nous avons de
ball professionnel. Les clubs sont plutôt dans le te mettre au centre. Bénis notre repas et garde-
Sud, Sud-Est et quelques-uns dans le Nord-Est. nous en bonne santé physique et psychologique,
En Amazonie et à la frontière avec la Guyane au nom de Jésus nous te remercions. Amen.
française, vers Amapá, il n’y a presque pas de
football professionnel. Les petits clubs manquent JÉSUS ! : Comment vous êtes-vous rencontrés,
de structures et d’investissements. Il nous arrive tous les deux ?
de les croiser pendant la Coupe du Brésil, ce
sont des petites équipes qui se font rapidement FRANCK : Je me suis rendu à une réunion de prière
éliminer. à laquelle il m’avait convié. On a prié, partagé un
moment et on a appris à se connaître. C’était en
JÉSUS ! : Ah oui ! La « magie de la Coupe » et ses 2012, juste avant qu’il parte au Brésil. Puis il est
petits club surprises ! venu dans mon Église donner son témoignage
sur la place de Jésus dans sa vie en tant que
MARCOS [ IL RIT ] : En 2010, avec le PSG, on s’est sportif, en tant que père et mari. Je me souviens
fait éliminer par Quevilly, club de 4 e division ! que c’était le jour de l’anniversaire de ta fille,
Marcos, et tu avais un match à Lyon la veille.
FRANCK : Et comment tu expliques ça ? À ce match, justement, tu avais fait une passe
décisive, je m’étais dit que tu viendrais dans de
MARCOS : Les conditions étaient particulières car très bonnes dispositions ! Ce que j’aime chez
nous n’étions pas habitués à jouer sur du syn- Marcos, et de manière générale chez les sportifs
thétique. C’était en hiver, donc le terrain était un chrétiens, c’est que la gloire revient toujours au
peu gelé et la balle glissait beaucoup, on a pris Christ. C’est-à-dire qu’ils font leur part mais Jésus
un but et on n’a pas réussi à marquer. Ce sont est plus important. Quand Lucas [ Lucas Moura,
AUTOUR D’UN REPAS

joueur de Tottenham ] a qualifié son équipe en JÉSUS ! : Dans les faits, c’est plutôt faux, certains
Ligue des Champions, il a rendu gloire à Jésus chrétiens croyants sont très agressifs, dans le
avec humilité. bon sens du terme. Prenez Luiz Gustavo (un
Brésilien qui évolue à l’OM, au fort tempérament)
MARCOS : Nous sommes limités en tant qu’hommes. par exemple…
Les diplômes, les moyens financiers, même avec
ça, il y a un moment où l’on se retrouve face à MARCOS : Tu n’as pas besoin d’être méchant sur
une barrière que nous avons du mal à sauter. le terrain mais le football est un combat donc
Quand on est dans un sport de très haut niveau il faut un peu d’agressivité. On a eu pas mal de
et que l’on a constamment besoin de se dépasser reproches, nous les joueurs croyants, parce que
mentalement, physiquement et émotionnellement, certains oublient un peu qu’ils sont payés par
si l’on n’a personne de plus fort que nous, il est un club pour le défendre contre un adversaire.
très difficile de s’accrocher après des échecs.
Beaucoup de gens, notamment dans le football, JÉSUS ! : Franck, penses-tu que Dieu soit reconnais-
passent à côté de leur vie à cause de ça. L’es- sant lorsqu’un sportif donne tout sur le terrain ?
pérance chrétienne consiste à regarder vers le
haut, vers quelqu’un de tout-puissant qui aide FRANCK : Paul de Tarse disait bien : « Ce n’est plus
infiniment. J’ai remis ma vie entre les mains de moi qui vis mais le Christ qui vit en moi. » C’est-
Dieu depuis mes dix-huit ans, qu’il puisse me à-dire que je dois témoigner par mon comporte-
fortifier dans les moments difficiles et dans la ment et mes actions. Ce que je suis se manifeste
persévérance. Oui, il y a des choses que l’on ne par mon attitude. Quand le PSG avait perdu 6-1
maîtrise pas dans le football comme ailleurs mais à Barcelone [ 8 mars 2017, 8 e de finale retour de
c’est dans ces moments de perte de maîtrise que Ligue des Champions ], l’attitude et la force de
Dieu intervient le plus. l’enfant de Dieu, à ce moment-là, c’est d’encou-
rager l’équipe et non de l’enfoncer. Donner tout
JÉSUS ! : Parler de Dieu dans un pays aussi chré- comme tu dis, c’est aussi cela.
tien que le Brésil est plus facile non ?
MARCOS : Il faut toujours avoir la sagesse du
MARCOS : On a de tout au Brésil, toutes les reli- contexte dans lequel on est. Après une lourde
gions sont présentes bien que le pays soit de défaite comme celle que tu viens de mentionner,
tradition catholique. Dans le foot, on associe il faut se lamenter avec ceux qui se lamentent. 107
beaucoup les évangéliques à des gens gentils, C’est le rôle d’un athlète chrétien.
alors que sur le terrain il ne faut pas de gens
doux. Certains chrétiens sont même accusés de JÉSUS ! : Le soir de cette fameuse remontada
ne pas être assez agressifs pendant le jeu. Voilà de Barcelone, beaucoup faisaient la fête sur le
pourquoi beaucoup de directeurs et de coachs vieux port de Marseille. Peut-être que faire la
ne veulent pas de gens trop chrétiens dans leur fête n’était pas ce qu’il y avait de plus juste, de
équipe. plus chrétien…

“ SI TU TE RÉJOUIS
DE LA DÉFAITE
DE TON ENNEMI,
TU COMMETS
UN PÉCHÉ. ”

Marcos Ceará au Paris-Saint-Germain en 2010.


AUTOUR D’UN REPAS

108 MARCOS : Je suis d’accord pour que tu supportes MARCOS : J’ai montré dans mon parcours que
ton club, que tu lui souhaites le meilleur, que tu l’on peut être défenseur sans être méchant. J’ai
chantes et que tu sois dans les tribunes mais je déjà pris un carton rouge dans ma carrière après
n’accepte pas l’idée qu’on souhaite du mal aux avoir tiré le maillot de l’attaquant [ Il s’agissait
autres clubs et je pense que Jésus ne l’accepterait d’une exclusion après un deuxième carton jaune,
pas non plus. N.D.L.R. ], mais je n’ai jamais été suspendu pen-
dant mes cinq ans au PSG. On doit respecter
FRANCK : Un verset dit : « Ne te réjouis pas de la certaines limites.
défaite de ton ennemi. » Donc si tu te réjouis de
la défaite de ton ennemi, tu commets un péché. JÉSUS ! : Comment on reste chrétien sur le terrain ?
Quand tu as la grinta , tu as forcément envie de
MARCOS : Oui, et Jésus nous demande d’aimer mettre des coups…
nos ennemis, de prier pour ceux qui nous font
du mal. Si tu aimes uniquement celui qui t’aime, MARCOS : Tout réside dans la maîtrise des émotions.
quelle différence va-t-il y avoir avec un non Le remède pour les émotions, c’est le Saint-Esprit,
croyant ? Car lui aussi aime celui qui l’aime. C’est c’est lui qui nous donne cette maîtrise intérieure.
pour cela que nous essayons de faire cette petite Je lui ai toujours demandé de m’aider dans ma
différence dans le détail et de montrer que même gestion des réactions émotionnelles. Ce n’est
si on soutient notre club, on aime les autres. On pas évident parce que tu es animé par le désir
n’a pas besoin de prier pour que l’adversaire de gagner.
perde, il suffit d’encourager ton équipe ! Je n’ai
jamais demandé à Dieu la victoire. Avant chaque FRANCK : Le christianisme est une relation et la
match, je lui demandais la force de nous battre, relation guérit et transforme. Dieu est venu en
je priais pour chaque membre de l’équipe et pour chair mais ce n’est pas la chair de Jésus qui vit
que Dieu nous donne la sagesse de faire les bons en moi, c’est son Esprit saint qui modélise mon
choix sur le terrain. Et ce sont nos décisions qui être intérieur et me transforme à l’image de Jésus.
nous feront gagner ou perdre le match.
JÉSUS ! : On prend un dessert ? +
FRANCK : Pleure avec celui qui pleure et réjouis-
toi avec celui qui sourit.
AUTOUR D’UN REPAS

109
110
OÙ EST
JÉSUS ?
-

~\@..
/. -
.'
~~~-------~
.' -' "'------

0
• 0

.r 0

••• \ \

111
Ce numéro est réalisé en hommage
aux chrétiens persécutés.

“ IL FAUT VRAIMENT
AVOIR DU COURAGE
POUR PARLER DE SA FOI,
DE SA CONVERSION. J’AI
BEAUCOUP D’ADMIRATION
POUR TOI, MOURAD. ”
Olivier Giroud,
19 mai 2019, Londres, gala de charité
en faveur des chrétiens persécutés.
Mourad est à droite sur la photo.
Cet extrait du magazine
JESUS! est offert gracieusement aux
lectrices et lecteurs du email "Coup
de Coeur" d'Eric Célérier.
Si vous souhaitez commander la
version complète du magazine
papier, cliquez ici.

Tous droits réservés. Aucune partie de


ce texte ne peut être reproduite
ou transmise sous n'importe quelle
forme, par n'importe quel moyen y
compris électronique sans l'accord
préalable de l'éditeur Première Partie.