Vous êtes sur la page 1sur 50

MINISTER DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

SCIENTIFIQUE

Centre Universitaire de Relizane

Institut de Sciences et Techniques

Département Mathématique

Cours Algèbre 1- Math et Informatique pour 1 ère


année avec les fiches TD
Par: Beddani Abdallah
baddanixabd@yahoo.fr

Beddani
2018/2019
Table des Matières

1 Notions de logique 4
1.1 Assertions(ou proposition logique) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.1.1 Conjonction « et » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.1.2 Disjonction « ou» . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.3 La négation « P » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.4 L’implication =) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.1.5 L’équivalence () . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2 Quanti…cateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3 Raisonnements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.1 Raisonnement direct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.2 Contraposée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.3 Absurde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.4 Contre-exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.5 Récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2 Ensembles et Applications 11
2.1 Les ensembles, dé…nitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.1 L’ensemble …ni . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.2 Inclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.3 Intersection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.4 Union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.5 Complémentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

1
2.1.6 Produit cartésien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Les applications, dé…nitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.1 Composition d’applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.3 Applications injectives, surjectives, bijectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.3.1 L’application réciproque (ou inverse) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.4 Images et images réciproques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.5 Restriction et prolongement d’une application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3 Relations binaires sur un ensemble. 19


3.1 Dé…nitions de base : relation ré‡exive, symétrique, antisymétrique, transitive. . . 19
3.1.1 Relation binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2 Relations d’ordre - Dé…nition. Ordre total et partiel. . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2.1 Dé…nition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2.2 Ordre total et partiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.3 Relations d’équivalence, classe d’équivalences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.3.1 Classe d’équivalences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

4 Structures algébriques 23
4.1 Loi de composition interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1 Dé…nition et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.2 Partie stable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.2 Propriétés d’une loi de composition interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.2.1 Commutativité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.2.2 Associativité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.2.3 Elément neutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.2.4 Elément symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.2.5 Distributivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.3 Groupes : Dé…nitions. Sous-groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.3.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.3.2 Sous-groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.3.3 Homomorphismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

2
4.3.4 Noyau d’un morphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.3.5 Image d’un homomorphisme de groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.3.6 Isomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.3.7 Groupe Z=nZ et groupe de permutations S3 . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.3.8 Groupe de permutations S3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4 Anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4.1 Sous anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.2 Règles de calculs dans un anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.3 Anneaux intègres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.4 Morphismes d’anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.4.5 Noyau et image d’un morphisme d’anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.5 Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.5.1 Sous corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

5 Fiches TD 34
5.1 Fiche TD 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.2 Correction de …che TD 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
5.3 Fiche TD 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
5.4 Correction de …che TD 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.5 Fiche TD 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5.6 Correction de …che TD 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.7 Fiche TD 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.8 Correction de …che TD 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

3
Chapitre 1

Notions de logique

1.1 Assertions(ou proposition logique)

Dé…nition 1.1.1 Une assertion est une phrase soit vraie, soit fausse, pas les deux en même
temps.

Exemple 1
2 + 2 = 4 est une assertion vraie.
2 3 = 7 est une assertion fausse.
Pour tout x 2 R;on a x2 0: st une assertion vraie.

-Si P est une assertion et Q est une autre assertion, nous allons dé…nir de nouvelles assertions
construites à partir de P et de Q.

1.1.1 Conjonction « et »

On appelle conjonction de P et Q, la proposition logique P ^ Q


L’assertion « P ^ Q » est vraie si P est vraie et Q est vraie.
L’assertion « P ^ Q » est fausse sinon.
On résume ceci en une table de vérité :

4
P Q P ^Q
V V V
V F F
F V F
F F F

Exemple 2
\2 + 2 = 4 ^ 2 3 = 6\ est une assertion vraie .
\2 + 2 = 4 ^ 2 3 = 7\ est une assertion fausse.

1.1.2 Disjonction « ou»

On appelle disjonction de P ou Q, la proposition logique P _ Q.


L’assertion « P _ Q » est vraie si l’une des deux assertions P ou Q est vraie.
L’assertion « P _ Q » est fausse si les deux assertions P et Q sont fausses.
On reprend ceci dans la table de vérité :

P Q P _Q
V V V
V F V
F V V
F F F

Exemple 3
\2 + 2 = 4 _ 2 3 = 6\ est une assertion vraie .
\2 = 4 _ 2 3 = 7\ est une assertion fausse.

1.1.3 La négation « P »

L’assertion « P » est vraie si P est fausse, et fausse si P est vraie.

5
P P
V F
F V

Exemple 4 La négation de l’assertion 2 0 elle est l’assertion 2 0:

1.1.4 L’implication =)

La dé…nition mathématique est la suivante :


L’assertion (P ou Q) est notée « P =) Q» :
Sa table de vérité est donc la suivante :

P Q P =) Q
V V V
V F F
F V V
F F V

1.1.5 L’équivalence ()

L’équivalence est dé…nie par :« P () Q » est l’assertion « (P =) Q) et (Q ) P )» :


On dira « P est équivalent à Q » ou « P équivaut à Q » ou « P si et seulement si Q » .
Cette assertion est vraie lorsque P et Q sont vraies ou lorsque P et Q sont fausses.
La table de vérité est :

P Q P ,Q
V V V
V F F
F V F
F F V

6
1.2 Quanti…cateurs

Le quanti…cateur 8: « pour tout »

L’assertion

8x 2 E; P (x)

est une assertion vraie lorsque les assertions P (x) sont vraies pour tous les éléments x de
l’ensemble E. On lit « Pour tout x appartenant à E, P (x) est vraie » .

Par exemple :

–« 8x 2 R; x2 0 » est une assertion vraie.


–« 8x 2 R; x2 1» est une assertion fausse.

Le quanti…cateur 9: « il existe »

L’assertion

9x 2 E; P (x)

est une assertion vraie lorsque l’on peut trouver au moins un élément x de E pour lequel
P (x) est vraie. On lit « il existe x appartenant à E tel que P (x) (soit vraie) » .

Exemple 5
« 9x 2 R(x2 0) » est vraie ,par exemple x = 0:
« 9x 2 R(x2 < 0) » est fausse.

La négation des quanti…cateurs

La négation de « 8x 2 E; P (x) » est « 9x 2 E; P (x)» .


Exemple: la négation de « 8x 2 R(x 0) » est l’assertion « 9x 2 R(x > 0) » .
La négation de « 9x 2 E; P (x)» est « 8x 2 E; P (x) » .
Exemple: la négation de « 9x 2 R(x 0) » est l’assertion « 8x 2 R(x < 0) » .
La négation de 8x 2 R; 9y 0(x + y 10) est

7
9x 2 R; 8y 0(x + yh10)

1.3 Raisonnements

1.3.1 Raisonnement direct

On veut montrer que l’assertion « P =)Q » est vraie. On suppose que P est vraie et on montre
qu’alors Q est vraie.

a+b
Exemple 6 Montrer que si a = b =) =b
2
a b
on a a = b =) =
2 2
a b b b
=) + = +
2 2 2 2
a+b
=) =b
2

1.3.2 Contraposée

Le raisonnement par contraposition est basé sur l’équivalence suivante


L’assertion « P =) Q » est équivalente à « Q =) P » .
Donc si l’on souhaite montrer l’assertion « P =) Q» ,
On montre en fait que si Q est vraie alors P est vraie.

Exemple 7 .Soit n 2 N. Montrer que si n2 est pair alors n est pair.


Démonstration. Nous supposons que n n’est pas pair. Nous voulons montrer qu’alors n2
n’est pas pair. Comme n n’est pas pair, il est impair et donc il existe k 2 N tel que n = 2k + 1.
0 0
Alors n2 = (2k + 1)2 = 4k 2 + 4k + 1 = 2k + 1 avec k = 2k 2 + 2k 2 N.
Et donc n2 est impair.
Conclusion : nous avons montré que si n est impair alors n2 est impair. Par contraposition
ceci est équivalent à : Si n2 est pair alors n est pair.

1.3.3 Absurde

Le raisonnement par l’absurde pour montrer « P =) Q » repose sur le principe suivant :


On suppose à la fois que P est vraie et que Q est fausse et on cherche une contradiction.
Ainsi si P est vraie alors Q doit être vraie et donc « P =) Q » est vraie.

8
a b
Exemple 8 Soient a; b i0. Montrer que si = =) a = b
1+b 1+a
a b
Démonstration. Nous raisonnons par l’absurde en supposant que = et a 6= b
1+b 1+a
alors .a (1 + a) = b (1 + b) et a 6= b =) a b + a2 b2 = 0 et a 6= b
=) (a b) (a + b) = 0 et a 6= b
=) (a = b) car (a + b) > 0 et a 6= b
Nous obtenons une contradiction.
a b
Alors = =) a = b
1+b 1+a

1.3.4 Contre-exemple

Si l’on veut montrer qu’une assertion du type « 8x 2 E; P (x) » est vraie alors pour chaque
x de E il faut montrer que P (x) est vraie. Par contre pour montrer que cette assertion est
fausse alors il su¢ t de trouver x 2 E tel que P (x) soit fausse. Trouver un tel x c’est trouver
un contre-exemple à l’assertion « 8x 2 E; P (x)» .

Exemple 9 Montrer que l’assertion suivante est fausse « 8x 2 R(x2 1 ».


Démonstration. Un contre-exemple est 0.5.

1.3.5 Récurrence

Le principe de récurrence permet de montrer qu’une assertion P (n), dépendant de n, est vraie
pour tout n 2 N.
La démonstration par récurrence se déroule en deux étapes :
1)On prouve P (0) est vraie.
2)On suppose n 0 donné avec P (n) vraie, et on démontre alors que
l’assertion P (n + 1) est vraie.
En…n dans la conclusion, on rappelle que par le principe de récurrence P (n) est vraie pour
tout n 2 N.

Exemple 10 Montrer que pour tout n 2 N, 2n n:


1) On a 20 0 c-à-dire P (0).est vraie.
2) On suppose P (n) : 2n n:vraie, et on démontre alors que l’assertion P (n + 1) : 2n+1
n + 1 est vraie.

9
On a
2n+1 = 2 2n = 2n + 2n n+1

alors P (n + 1) : 2n+1 n + 1 est vraie.


donc pour tout n 2 N, 2n n:

10
Chapitre 2

Ensembles et Applications

2.1 Les ensembles, dé…nitions et exemples

Il y a deux façons d´ecrire des ensembles :


1) On donne la liste de ses éléments, par exemple E = f0; 1; 2; 3; 5; 7; 8g; Z =
2) On donne la proprieté de ses éléments, par exemple F = fx 2 N=9k 2 N; x = 2kg

2.1.1 L’ensemble …ni

On dit que l’ensemble E est …ni si nombre d’éléments de E est …ni.


Nombre d’éléments de E s’appelle le cardinal de E noté Card (E) :

Exemple 11 E = f0; 1; 2; 3; 5; 7; 8g
donc Card E = 7
N n’est pas un ensemble …ni.

Ensemble vide:
Il s’agit de l’ensemble ne contenant aucun élément ; on le note ; ; on peut aussi le dé…nir
comme ; = fxjx 6= xg
Card ; = 0
Ensemble de parties de E noté } (E)

Exemple 12 E = f1; 2; 3g alors

11
} (E) = f;; f1g ; f2g ; f3g ; f1; 2g ; f1; 3g ; f2; 3g ; f1; 2; 3gg
Et on a Card} (E) = 2Card E

2.1.2 Inclusion

On dit qu’un ensemble E est inclus dans un autre ensemble F (ce qu’on note E F ), si tous
les éléments de E sont aussi dans F , en d’autres termes si x 2 E ) x 2 F .
Deux ensembles sont égaux si ils ont les memes éléments, en particulier :

E F et F E,E=F

Exemple 13 Si E = f0; 1; 2; 3; 5; 7; 8g et P = f0; 2; 5g,


On a P E

2.1.3 Intersection

Si E et F sont deux ensembles on peut former un ensemble appelé leur intersection notée E \ F
et dé…nie par :

E \ F = fxjx 2 E et x 2 F g

Exemple 14 Si E = f0; 1; 2; 3; 5; 7; 8g et P = f0; 2; 14; 6; 11; 8g, alors E \ P = f0; 2; 8g:

2.1.4 Union

Si E et F sont deux ensembles on peut former un ensemble appelé leur union et notée E [ F et
d´e…nie par :

E [ F = fxjx 2 E ou x 2 F g

Exemple 15 Si E = f0; 1; 2; 3; 5; 7g et F = f0; 1; 2; 4; 6; 8g


alors E [ F = f0; 1; 2; 3; 4; 5; 6; 7; 8g

12
2.1.5 Complémentaire

Soit F un sous-ensemble de E; on dé…nit le complémentaire de F dans E que l’on note CE F (ou


simplement CF si E est sous-entendu) comme l’ensemble des éléments de E qui n’appartiennent
pas à F :

CE F = fx 2 Ejx 2
= Fg

Exemple 16 Le complémentaire de P = fx 2 N 9y 2 N; x = 2yg dans N est l’ensemble des


nombres impairs :
CN P = fx 2 N 9y 2 N; x = 2y + 1g

La di¤érence de A et de B, notée A B tel que:

A B = fx 2 A=x 2
= Bg

La di¤érence symétrique de A et de B, notée A4B est l’ensemble des éléments qui appar-
tiennent soit à A, soit à B, mais pas aux deux à la fois.

A4B = A [ B A\B

Aussi
A4B = (A B) [ (B A)

2.1.6 Produit cartésien

Produit : Si x 2 E et y 2 F on peut fabriquer un nouvel élément appelé couple et noté (x; y).
L’ensemble de ces couples s’appelle le produit cartésien de E et F et se note:

E F = f(x; y)jx 2 E et y 2 F g

Exemple 17 E = f1; 2g ; F = f3; 5g alors

E F = f(1; 3) ; (1; 5) ; (2; 3) ; (2; 5)g

13
R2 = f(x; y) x; y 2 Rg

Proposition 2.1.1
1) A \ B = B \ A et A [ B = B [ A (commutativité)
2) A \ (B \ C) = (A \ B) \ C etA [ (B [ C) = (A [ B) [ C (associativité)
3) A \ (B [ C) = (A \ B) [ (A \ C) et A [ (B \ C) = (A [ B) \ (A [ C) (distributivité)
4) CE (A [ B) = CE B \ CE A,CE (A \ B) = CE B [ CE A (loi de Morgan)
5) CE [CE (A)] = A

2.2 Les applications, dé…nitions et exemples

Dé…nition 2.2.1 On appelle fonctions d’un ensemble E dans un ensemble F , c’est la donnée
pour chaque élément x de E un unique élément y de F noté f (x)
y = f (x) est appelé image de x et x est un antécédant de y.
E est appelé ensemble de départ et F l’ensemble d’arrivé de l’application f:
On écrit

f : E!F

x ! f (x)

Dé…nition 2.2.2 L’ application est une fonctions d’un ensemble E dans un ensemble F ,tel
que Df = E:

Dé…nition 2.2.3 f est une application si:

0 0 0
8x; x 2 E; (x = x ) ) (f (x) = f (x )

Exemple 18 L’application Id : E ! E telle que

8x 2 E; Id(x) = x

est appelée application identité sur E.

14
Graphe

Dé…nition 2.2.4 On appelle graphe d’une application f : E ! F , l’ensemble

f = f(x; f (x)); x 2 Eg

2.2.1 Composition d’applications

Dé…nition 2.2.5 Soient f : E ! F et g : F ! G, on note g f l’application de E dans G


dé…nie par :
8x 2 E; g f (x) = g(f (x))

Cette application est appelée composée des applications f et g:

Exemple 19 Etant données les applications

f : R!R

x ! x2

g : R!R

x ! x+1

Alors

g f : R!R

x ! (x + 1)2

Et

f g : R!R

x ! x2 + 1

15
Il est claire que
f g 6= g f

2.3 Applications injectives, surjectives, bijectives

Dé…nition 2.3.1 On dit que :


1. f est injective si tout élément de F possède au plus un antécédant.

0 0 0
f injective () 8x; x 2 E; f (x) = f (x ) ) x = x

2. f est surjective si tout élément de F possède au moins un antécédant.

f surjective () 8y 2 F; 9x 2 E; f (x) = y

3. f est bijective si elle est injective et surjective

f bijective () 8y 2 F; 9x (unique) 2 F ; f (x) = y:

Exemple 20 La application

f : R!R

x ! x2

Non injective car f (1) = f ( 1) =) 1 = 1 est fausse


La application

g : R!R

x ! 3x

0 0
injective car g (x) = g x =) 3x = 3x
0
=) x = x
y
La application g est surjective car 8y 2 R; 9x = 3 2 R tel que y = g (x) ;

16
donc g est bijective car g est surjective et injective.

2.3.1 L’application réciproque (ou inverse)

Dé…nition 2.3.2 Si f : E ! F est bijective on dé…nie l’application réciproque par

1
f : F !E
1
y ! x=f (y)

Exemple 21 f(x) = 3x + 1
On a
y 1
y = 3x + 1 =) x =
3

Donc

1
f : R!R
1 x 1
x ! f (x) =
3

2.4 Images et images réciproques

Dé…nition 2.4.1 Soient A E et M F.


1. On appelle image de A par f, l’ensemble des images des éléments de A noté f (A):

f (A) = ff (x); x 2 Ag F

C’est-à- dire
y 2 f (A) () 9x 2 A; y = f (x)

2. On appelle image réciproque de M par f, l’ensemble des antécédents des éléments de M,


noté f 1 (M ) :
1
f (M ) = fx 2 E; f (x) 2 M g E

17
C’est-à- dire
1
x2f (M ) () f (x) 2 M

Proposition 2.4.1 Soient f : E ! F ,A, B E et M; N F , alors


1. f (A [ B) = f (A) [ f (B)
2.f (A \ B) f (A) \ f (B)
3. f 1 (M [ N) = f 1 (M ) [ f (N )
4. f 1 (M \ N) = f 1 (M ) \ f (N )
5. f 1{ = {E f 1 (M )
FM

2.5 Restriction et prolongement d’une application

Dé…nition 2.5.1 Etant donnée une application f : E ! F:


1.On appelle restriction de f à un sous ensemble non vide X de E, l’application g : X !F
telle que
8x 2 X; g(x) = f (x)

On note g = f=X
2. Etant donné un ensemble G tel que E G, on appelle prolongement de l’application f à
l’ensemble G, toute application h de G dans F telle que f est la restriction de h à E.

Remarque 1 Si F n’est pas un singleton, alors le prolongement de f n’est pas unique.

Exemple 22 Etant donnée l’application

f : R+ ! R

x ! logx

Alors
g:R!R h:R!R
x ! logjxj x ! log(2jxj x)

sont deux prolongements di¤ érents de f à R.

18
Chapitre 3

Relations binaires sur un ensemble.

3.1 Dé…nitions de base : relation ré‡exive, symétrique, anti-


symétrique, transitive.

3.1.1 Relation binaire

Dé…nition 3.1.1 On appelle relation binaire sur un ensemble E, toute assertion entre deux
éléments, pouvant être véri…ée ou non. On note xRy et on lit “x est en relation avec y”.

Exemple 23 E = R; x; y 2 R; xRy , x y 0

Dé…nition 3.1.2 Etant donnée une relation binaire R entre les éléments d’un ensemble non
vide E, on dit que :
1. R est Ré‡exive , 8x 2 E(xRx);
2. R est Transitive , 8x; y; z 2 E; (xRy) ^ (yRz) ) (xRz)
3. R est Symétrique , 8x; y 2 E; (xRy) ) (yRx)
4. R est Anti-Symétrique () 8x; y 2 E; (xRy) ^ (yRx) ) x = y

3.2 Relations d’ordre - Dé…nition. Ordre total et partiel.

3.2.1 Dé…nition

Dé…nition 3.2.1 On dit qu’une relation binaire R sur E est une relation d’ordre si elle est
Ré‡exive, Transitive et Anti-Symétrique.

19
Dans la littérature, les relations d’ordre sont souvent notées .
Si x y, on dit que x est inférieur ou égal à y ou que y est supérieur ou égal à x.

Dé…nition 3.2.2 Soit R une relation d’ordre sur un ensemble E.


On dit que deux éléments x et y de E sont comparables si :

x y ou y x

Exemple 24 E = R; x; y 2 R; xRy , x y 0
est une relation d’ordre

3.2.2 Ordre total et partiel

Dé…nition 3.2.3 2. On dit que est une relation d’ordre total, ou E est totalement ordonné,
si tous les éléments de E sont deux à deux comparables. Si non, on dit que la relation est une
relation d’ordre partiel ou E est partiellement ordonné.

Exemple 25 Soit E un ensemble et P (E) l’ensemble de parties de E. On considère sur P (E),


la relation binaire “ ”, alors :
“ ” est une relation d’ordre sur E.
1. “ ” est Ré‡exive, car pour tout ensemble A 2 P (E), on a A A.
2. “ ” est Transitive, car pour tous A; B; C 2 P (E),

(A B) ^ (B C) ) (A C)

est transitive
3. “ ” est Anti-symétrique, car pour tous A; B 2 P (E);

(A B) ^ (B A) ) A = B

De 1), 2) et 3) on déduit que “ ” est une relation d’ordre sur E.

“ ” est une relation d’ordre patiel car Aet AC sont non comparables

20
Exemple 26 E = R; x; y 2 R; xRy , x y 0
est une relation d’ordre total.

3.3 Relations d’équivalence, classe d’équivalences

Dé…nition 3.3.1 On dit qu’une relation binaire R sur un ensemble E est une relation d’équivalence
si elle est Ré‡exive, Symétrique et Transitive.

Dé…nition 3.3.2 On dit que deux éléments x et y 2 E sont équivalents si xRy:

3.3.1 Classe d’équivalences

Dé…nition 3.3.3 On appelle classe d’équivalence d’un élément x 2 E, l’ensemble : x_ = fy 2


E; xRyg.
On appelle ensemble quotient de E par la relation d’équivalence R, l’ensemble des classes
d’équivalence de tous les éléments de E cet ensemble est noté E=R = fx_ x 2 Eg.

Exemple 27 Dans R on dé…nit la relation R par :

8x; y 2 R; xRy () x2 = y 2

R est une relation d’équivalence.


i) Ré‡exive 8x 2 R, x2 = x2 donc

8x; 2 R; xRx

ce qui montre que R est une relation Ré‡exive.


ii) R est une relation Symétrique, car
8x; y 2 R; xRy () x2 = y 2
() y 2 = x2
() yRx
iii) R est une relation Transitive, car d’après la Transitivité de l’égalité on a :

21
8x; y; z 2 R; (xRy) ^ (yRz) ) x2 = y 2 ^ y 2 = z 2
=) x2 = z 2
=) xRz
Donc
8x; y; z 2 R; (xRy) ^ (yRz) ) (xRz)

ce qui montre que R est une relation Transitive.


De i) , ii) et iii) , on déduit que R est une relation déquivalence.
Classe d’équivalence
x_ = fx; xg

Par suite

R=R = ffx; xg; x 2 Rg

Exemple 28 Dans R on dé…nit la relation R par :

8x; y 2 R; xRy () x2 y2 = x y

Théorème 3.3.1 Soit x un elément de E, on a :

x 2 x:
_

Théorème 3.3.2 Soient x et y des eléments de E. On a

xRy , x_ = y_

22
Chapitre 4

Structures algébriques

4.1 Loi de composition interne

4.1.1 Dé…nition et exemples

Dé…nition 4.1.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application
de E E dans E,
:E E ! E; (a; b) ! a b

Exemple 29 Si E = Z; l’application + : Z Z ! Z; (a; b) ! a + b et :Z Z ! Z; (a; b) !


a b deux lois de compositions internes

Exemple 30 Sur E = R2 , l’addition E E ! E; ((x; y); (x0 ; y 0 )) ! ((x+x0 ; y +y 0 )) est une loi
interne. La multiplication par un scalaire R E ! E; ( ; (x; y)) ! (( x0 ; y)) n’est pas une loi
interne, car son ensemble de d epart n’est pas E E (s’appelle loi de composition externe)

4.1.2 Partie stable

Soit :E E ! E; (a; b) ! a b une loi de composition interne et X E (X 6= ;)

Dé…nition 4.1.2 On dit que X est stable par lorsque, pour tous x; y de X, x y 2 X:

Exemple 31 :R R ! R; (a; b) ! a b et + : R R ! R; (a; b) ! a + b


[ 1; 1] est stable par
et n’est pas stable par + car 0; 5 et 0:75 2 [ 1; 1] et 0; 5 + 0:75 = 1:25 2
= [ 1; 1] :

23
Remarque 2 Aussi, on dit que X est stable par : : K E ! E; ( ; b) ! :b loi de compo-
sition externe K =R ou C:
si pour tous ; x de K X, :x 2 X:

4.2 Propriétés d’une loi de composition interne

4.2.1 Commutativité

Dé…nition 4.2.1 la loi est commutative si pour tous les el ements x; y de E, on a (x y = y x).

4.2.2 Associativité

Dé…nition 4.2.2 la loi est associative si pour tous les el ements x; y; z de E, on a ((x y) z =
x (y z)).

4.2.3 Elément neutre

Dé…nition 4.2.3 Un elément e de E est un elément neutre pour la loi si pour tout elément
a de E on a (a e = e a = a).

4.2.4 Elément symétrique

Dé…nition 4.2.4 On suppose ici la loi admit un elément neutre e.


On dit que x’ est symétrique a gauche de x si x0 x = e
On dit que x’ est symétrique a droite de x si x x0 = e
On dit que x’ est symétrique de x si x0 x = x x0 = e

4.2.5 Distributivité

Dé…nition 4.2.5 Soit E un ensemble muni de deux lois de composition internes, not ees + et
. On dit que est distributive par rapport a + si pour tous les el ements x; y; z de E, on a

x (y + z) = (x y) + (x z) et (x + y) z = (x z) + (y z)):

24
Exemple 32 Dans R, la multiplication est distributive par rapport a l’addition. L’additionest
distributive par rapport a la multiplucation.

4.3 Groupes : Dé…nitions. Sous-groupes

4.3.1 Dé…nitions

Dé…nition 4.3.1 On dit que (G; ) est un groupe si


1. pour tout x; y 2 G; x y 2 G ( est une loi de composition interne)
2. pour toutx; y; z 2 G; (x y) z = x (y z) (associative)
3. il existe e 2 G tel que x 2 G; x e = x et e x = x (élément neutre)
4. pour tout x 2 G il existe x0 2 G tel que x x0 = x0 x = e on le note par x 1 ou x:

Si est commutative c’est à dire pour tout x; y 2 G; x y = y x


on dit que (G; ) est un groupe commutatif (ou abélien).

Exemple 33 (Z; +) ; (Q; +) ; (R; +) sont des groupes commutatifs


(N; +) n’est pas un groupe.

4.3.2 Sous-groupes

Dé…nition 4.3.2 Soit (G; ) un groupe et H G; on dit que (H; ) est un sous-groupe si
1. pour tout x; y 2 H; x y 2 H
2. e 2 G (élément neutre)
4. pour tout x 2 H il existe x0 2 H tel que x x0 = x0 x = e

Proposition 4.3.1 Soit (G; ) un groupe et ; H G. On dit que H 6= ; est un sous groupe
de G si et seulement si
1
8x; y 2 H =) xy 2H

Preuve. H 6= ; =) 9x 2 H
1)

1
x; x 2 H =) xx 2H

=) e 2 H

25
Donc on a e 2 H
2) 8x 2 H, on a e; x 2 H =) ex 1 =x 1 2H
c’est à dire 8x 2 H =) x 1 2H
3) 8x; y 2 H =) 8x; y 1 2 H =) xy 2 H
donc 8x; y 2 H =) xy 2 H

Dé…nition 4.3.3 Un sous-groupe normal, ou distingué, d’un groupe G est un sous-groupe H


tel que
1
8x 2 H; 8y 2 G; y x y 2H

4.3.3 Homomorphismes

Dé…nition 4.3.4 Un morphisme de groupes ou homomorphisme de groupes est une application


f d’un groupe (G; ) dans un groupe (G0 ; :) telle que

8x; y 2 G; f (x y) = f (x):f (y)

Exemple 34 Prenons G = (R; +) et G0 = (R; ). Soit f (x) = ex . Alors f (x + y) = ex+y =


ex ey = f (x)f (y). La fonction f est donc un homomorphisme du groupe G vers le groupe G0 :

Théorème 4.3.1 Soit f : G ! G0 un homomorphisme de groupes. Alors


1) f (eG ) = eG0 ( élément neutre)
2)8x 2 G; f (x 1) = f (x) 1 (élément symétrique)

Preuve. 1)

f (eG ) = f (eG eG )

= f (eG ):f (eG )

c’est à dire f (eG ) = f (eG ):f (eG ) 1 = eG0

26
2) 8x 2 G;

eG0 = f (eG )
1
= f (x x)
1
= f (x ):f (x)

donc f (x 1) = eG0 :f (x) 1

4.3.4 Noyau d’un morphisme

Dé…nition 4.3.5 Soit f : (G; ) ! (G0 ; :) un homomorphisme de groupes. Son noyau, noté

Ker(f ) = fx 2 Gjf (x) = eG0 g

Proposition 4.3.2 f : G ! G0 un homomorphisme est injective


si et seulement si Ker(f ) = feG0 g

4.3.5 Image d’un homomorphisme de groupes

Dé…nition 4.3.6 Soit f : (G; ) ! (G0 ; :) un homomorphisme de groupes. L’ensemble

f (G) = ff (x); x 2 Gg

est appelé image de f, et noté Imf .

Proposition 4.3.3 f : G ! G0 un homomorphisme est surjective


si et seulement si Im(f ) = G0

Proposition 4.3.4 Soit f : (G; ) ! (G; :) un morphisme de groupes, alors Imf est un sous
groupes de G0 :

Preuve. ....

27
Exemple 35 Soit

f : R2 ; + ! (R; +)

(x; y) ! f (x; y) = x

alors
Im f = f (x; y) : (x; y) 2 R2 = x : (x; y) 2 R2 = R:

Proposition 4.3.5 Soient (G; ); (G0 ; :) et (G00 ; +) trois groupes. Considérons f : (G; ) !
(G0 ; :) et g : (G0 ; :) ! (G00 ; +) deux morphismes de groupes. Alors g f : (G; ) ! (G00 ; +) est
aussi un morphisme de groupes.

Preuve. ...

4.3.6 Isomorphisme

Dé…nition 4.3.7 Un isomorphisme d’un groupe G dans un groupe G0 est un homomorphisme


bijectif.

4.3.7 Groupe Z=nZ et groupe de permutations S3 .

Soient (G; ) un groupes et (H; ) un sous-groupe de G, la relation

1
8x; y 2 G; xRy () x y2H

est une relation d’équivalence.


x_ = xH
dans ce cas l’ensemble des classe d’équivalence noté G=N = fxH; x 2 Hg
Et aussi s’appelle les classes à gauche modul H.
De même, la relation
1
8x; y 2 G; xRy () yx 2H

l’ensemble des classe d’équivalence noté G=N = fHx; x 2 Hg


Et aussi s’appelle les classes à droite modul H.

28
Proposition 4.3.6 Si H est un sous-groupe mormale de G alors Hx = xH:

Preuve. ...

Exemple 36 Soit n 2 Z; on a (nZ; +) est un sous groupe normal de (Z; +)


donc

Z=nZ = fk + nZ=k 2 Zg
z }| {
= _ ::: n 1
0;

On peut dé…nir une addition:


p+q =p+q

(Z=nZ; +) est un groupe commutatif.

4.3.8 Groupe de permutations S3

Dé…nition 4.3.8 Le groupe de permutations S3 est l’ensemble des applications bijective f :


S ! S avec S = f1; 2; 3g
Nous 0
savons que S1
3 possède03! = 6 éléments
1 0 1 0 1
1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3
s1 = @ A ; s2 = @ A ; s3 = @ A ; s4 = @ A;
1 2 3 2 1 3 3 2 1 1 3 2
0 1 0 1
1 2 3 1 2 3
s5 = @ A ; s6 = @ A
3 1 2 2 3 1

4.4 Anneaux

Dé…nition 4.4.1 Soit A un ensemble muni de deux lois de composition internes et ; on dit
que (A; ; ) est un anneau si et seulement si
1) (A; ) est un groupe abélien.
2) est associative.
3) est distributive sur
Si est commutative, l’anneau est dit commutatif.
Si admet un élément neutre, l’anneau est dit unitaire.

29
Exemple 37 (Z; +; ); (R; +; ); (Q; +; ) et (C; +; ) sont des anneaux commutatifs uni-
taires.

4.4.1 Sous anneaux

Dé…nition 4.4.2 Soient (A; ; ) un anneau et A0 A. On dit que A0 est un sous anneau de
A si et seulement si :
1.(A0 ; ) est un sous groupe de A.
2. A0 est stable pour la loi , c’est à dire 8x; y 2 A0 ; x y 2 A0 :

Exemple 38 (Z; +; ) est un sous anneau de (R; +; ).

Proposition 4.4.1 Soient (A; ; ) un anneau et A0 A; (A0 6= ;), alors A0 est un sous anneau
de A si et seulement si 8
< x y 1 2 A0
0
8x; y 2 A ;
: x y 2 A0

4.4.2 Règles de calculs dans un anneau

Proposition 4.4.2 Soit (A; +; :) un anneau unitaire. On note 0 le neutre de et 1 le neutre


de .
1. 8x 2 A; 0:x = x:0 = 0:
2. 8x; y 2 A; x y = ( x) : ( y) et (x y) = x ( y) = ( x) y:

4.4.3 Anneaux intègres

Dé…nition 4.4.3 Soient (A; ; ) un anneau et a 2 A, et on note par 0A l’élément neutre de A


pour la première loi .
On dit que a est un diviseur de zéro.

1. a 6= 0A :
2. 9x; y 2 A; x a = a y = 0A :
A est dit intègre si

8x; y 2 A; x y = 0A =) x = 0A ou y = 0A ;

30
c’est à dire que A n’admet pas de diviseurs de zéro.

Exemple 39 Soit l’anneau


_ 1;
Z=6Z = 0; _ 2;
_ 3;
_ 4;
_ 5_

On a pour x = 2, y = 3, on a
x y=2 3 = 6 = 0:

Donc l’anneau Z=6Z n’est pas intègre.

4.4.4 Morphismes d’anneaux

Dé…nition 4.4.4 Soient (A; ; ) et (B; +; ) deux anneaux 8 et f : A ! B une application. f


< f (x y) = f (x) + f (y)
est un morphisme d’anneaux si et seulement si 8x; y 2 A; :
: f (x y) = f (x) f (y)

_ 1;
Exemple 40 Soit n 2 N et Z=nZ = 0; _ 2;
_ 3;
_ :::; n_

l’ensemble des classes modulo n, alors

f : Z ! Z=nZ; x ! x_

est un morphisme de (Z; +; ) vers (Z=nZ; +; ):

4.4.5 Noyau et image d’un morphisme d’anneaux

Dé…nition 4.4.5 Soit f : (A; ; ) ! (B; +; ) un morphisme d’anneaux. On désigne par 0B ;


l’élément neutre de B pour la loi +.
On dé…nit le noyau de f par

1
kerf = f (f0B g) = fx 2 A : f (x) = 0B g:

On dé…nit l’image de f par


Imf = ff (x); x 2 Ag:

Proposition 4.4.3 1. kerf n’est pas en général un sous anneau de A.


2. Imf est un sous anneau de B.

31
4.5 Corps

Dé…nition 4.5.1 Un ensemble K muni de deux lois , est dit corps si


1. (K; ; ) est un anneau unitaire.
2. Tout élément de K f0K g admet un inverse pour
et si de plus est commutative, on dit que le corps est commutatif.

Exemple 41 1. Q; R; C sont des corps commutatifs pour les lois usuelles +; .


2. (Z; +; ) n’est pas un corps car les éléments de Z n’ont pas d’inverses pour la loi .

4.5.1 Sous corps

Dé…nition 4.5.2 Soient (K; +; ) un corps et K 0 K. On dit que K 0 est un sous anneau de
K si :
1. 8x; y 2 K 0 ; x y 2 K 0:
2. 8x 2 K 0 ; 8z 2 K 0 f0K g; x z 1 2 K 0:

Exemple 42 Q est un sous corps de R et R est un sous corps de C pour les lois usuelles.

Remarque 3 Les dé…nitions précédentes d’un morphismes d’anneaux, le noyau et l’image ainsi
que leurs propriétés restent vraies pour les corps.

Proposition 4.5.1 Soit f : (K; +; ) ! (K; +; ) un morphisme de corps, alors f est injective
si et seulement si
8x 2 K; f (x) = 0K 0 =) x = 0K :

Preuve. On suppose que 8x 2 K; f (x) = 0K 0 =) x = 0K et on montre que f est injective.


Soient x; y 2 K : f (x) = f (y): On a

f (x) = f (y) =) f (x) + ( f (y)) = 0K 0

=) f (x) + f ( y)) = 0K 0

=) f (x y)) = 0K 0

=) x( y) = 0K

=) x = y:

32
Ce qui montre que f est injective. L’autre implication est immédiate.

33
Chapitre 5

Fiches TD

5.1 Fiche TD 1

Exercice 1: Soient P , Q deux assertions.


Écrire les tables de vérité des assertions suivantes:
1. P _ Q
2. (P _ Q) , P
3. P ^ Q , (P =) Q)
4. P _ Q , (P =) Q)
Que remarquez vous ?
Exercice 2:
1) Écrire à l’aide des quanti…cateurs les phrases suivantes :
« Pour tout nombre réel, son carré est positif » . Puis écrire la négation.
p
« Pour tout entier n, il existe un unique réel x tel que la somme x + n égale n2 »
Puis écrire la négation.
Exercice 3:
1)Écrire la négation. de
i) 8x 2 R; 9y > 0 : (x2 + y 2 9)
ii) 9x 2 R; 8y 0 : (x + y = 14)
iii) 9x 2 R; 8y > 0 : (x + y 2 0)
2)- Montrer que la négation de P _ Q est P ^ Q et aussi la négation de P ^ Q est P _ Q:

34
- Donnez la négation de P ^ (P _ Q):
Exercice 4:
p
1.(Raisonnement direct) . Montrer que si a; b 0 =) a + b 2 ab
2.(Contre-exemple) Est-ce que pour tout x 2 R on a x < 2 ) x2 4:
3. (Contraposée) 3 ne divise pas n2 alors 3 ne divise pas n.
Exercice 5:
a b
1.(Absurde) Soient a; b 2 R+ . Montrer que si a = b alors =
(1 + b) (1 + a)
2. (Récurrence) Montrer que pour tout n 2 N; 1 + 2 + ::: + n = n(n+1)
2 :

35
5.2 Correction de …che TD 1

Exercice 1: Soient P, Q, deux assertions.


Table de vérité de P _ Q

P Q P P _Q
1 1 0 1
1 0 0 0
0 1 1 1
0 0 0 0

Table de vérité de (P _ Q) , P

P Q P P _Q (P _ Q) (P _ Q) , P
1 1 0 1 0 1
1 0 0 1 0 1
0 1 1 1 0 0
0 0 1 0 1 1

Table de vérité de P ^ Q , (P =) Q)

P Q P Q P ^Q (P ^ Q) P =) Q P ^ Q , (P =) Q)
1 1 0 0 0 1 1 1
1 0 0 1 1 0 0 1
0 1 1 0 0 1 1 1
0 0 1 1 0 1 1 1

Table de vérité de P _ Q , (P =) Q)

36
P Q P P _Q P =) Q P _ Q , (P =) Q)
1 1 0 1 1 1
1 0 0 0 0 1
0 1 1 1 1 1
0 0 1 1 1 1

L’assertion de P _ Q est l’assertion (P =) Q)


L’assertion de P _ Q est l’assertion (P =) Q).
Exercice 2:
1 « Pour tout nombre réel, son carré est positif » .

8x 2 R; x2 0 sa négation est 9x 2 R; x2 < 0

p
« Pour tout entier n, il existe un unique réel x tel que la somme x + n égale n2 »

p p
8n 2 N; 9!x 2 R=x + n = n2 sa négation est :9n 2 N; 8x 2 R=x + n 6= n2

Exercice 3:
i) 8x 2 R; 9y > 0 : (x2 + y 2 9) sa négation est 9x 2 R; 8y > 0 : (x2 + y 2 > 9)
ii) 9x 2 R; 8y 0 : (x + y = 14) sa négation est 8x 2 R; 9y 0 : (x + y 6= 14)
iii) 9x 2 R; 8y > 0 : (x + y 2 0) sa négation est 8x 2 R; 9y > 0 : (x + y 2 < 0)
2)- Montrer que la négation de P _ Q est P ^ Q et aussi la négation de P ^ Q est P _ Q:
- Donnez la négation de P ^ (P _ Q):
Exercice 4:
p
1.(Raisonnement direct) . Montrons que si a; b 0 =) a + b 2 ab

p p 2
a; b 0 =) a b 0
p
=) a + b 2 ab 0
p
=) a + b 2 ab

37
2.(Contre-exemple) Est-ce que pour tout x 2 R on x < 2 ) x2 < 4?
Contre-exemple x = 10

10 2 =) ( 10)2 4

3. (Contraposée) 3 ne divise pas n2 alors 3 ne divise pas n.


pour montrer que l’assertion
3 ne divise pas n2 alors 3 ne divise pas n est vraie
il su¢ t de montrer que
3 divise n alors 3 divise n2 est vraie
car (p =) q) () (q =) p)

3 divise n =) 9k 2 N; n = 3k

=) 9k 2 N; n2 = 9k 2

=) 9k 0 2 N; n = 3k 0 ; k 0 = 3k 2

Exercice 5:
a b
4.(Absurde) Soient a; b 2 R+ . Montrer que si a = b alors =
(1 + b) (1 + a)
a b
par absurde on suppose a = b et 6=
(1 + b) (1 + a)
donc a = b et a(1 + a) 6= b(1 + b)
donc a = b et a b + a2 b2 6= 0
donc a = b et (a b) (1 + a + b) 6= 0
est une contradiction
car a = b =) (a b) = 0 =) (a b) (1 + a + b) = 0
n(n + 1)
5. (Récurrence) Montrer que pour tout n 2 N; 1 + 2+...........+n =
2
n(n + 1)
p(n) : 1 + 2+...........+n =
2
0 (0 + 1)
1)pour n = 0 on a p(0) est vraie car 0 =
2
n(n + 1)
2) on suppose p(n) : 1 + 2+...........+n = est vraie
2
(n + 1) (n + 2)
et on montre p(n + 1) : 1 + 2+...........+n + (n + 1) = est vraie
2

38
n(n + 1)
on a 1 + 2+...........+n =
2
n(n + 1)
alors 1 + 2+...........+n + (n + 1) = + (n + 1)
2
n(n + 1) + 2 (n + 1)
donc 1 + 2+...........+n + (n + 1) =
2
(n + 1) (n + 2)
…nalement 1 + 2+...........+n + (n + 1) =
2

39
5.3 Fiche TD 2

Exercice 1:Soit E un ensemble.


Montrer pour toutes parties A; B; C de E
1. {E (A [ B) = {E A \ {E B
2. {E (A \ B) = {E A [ {E B
3. (A \ B) [ C = (A [ C) \ (B [ C)
4. Démontrer que si A [ B = A \ B alors A = B
5. A B =) {E B {E A
Exercice 2:
1) Soient E et F deux ensembles, A; C deux parties de E et B; D deux parties de F .
Démontrer que (A B) \ (C D) = (A \ C) (B \ D):
2) Écrire l’ensemble des parties de E = fa; b; cg et F = fa; b; wg
En déduire une comparaison de P (E \ F ) avec P (E) \ P (F ).
Exercice 3:Soit E un ensemble et soit A; B 2 P (E).
Résoudre les équations suivantes, d’inconnue X 2 P (E) :
1) A [ X = B 2)A \ X = B:
Exercice 4:Soient f : E ! F et g : F ! G deux applications et A et B deux
ensembles de E et M et N deux ensembles de F , montrer que:
1. A B =) f (A) f (B)
2.M N =) f 1 (M ) f 1 (N )

3. Si g f est injective et f surjective alors g est injective.


4. Si g f est surjective et g injective alors f est surjective.
Exercice 5: Soient f : R+ ! R; x ! f (x) = x2 + 1 et g : R ! R; x ! g(x) = 2x + 1
Etudier l’injectivité, la surjectivité et la bijectivité de f et g.
Préciser g f et f g

40
5.4 Correction de …che TD 2

Exercice 1:Soit E un ensemble.


Montrer pour toutes parties A; B; C de E
1. {E (A [ B) = {E A \ {E B

x 2 {E (A [ B) , x 2
= A[B

() x 2 A [ B

() x 2 A _ x 2 B

() x 2
= A^x2
=B

() x 2 Ac ^ x 2 B c

() {E A \ {E B

2. {E (A \ B) = {E A [ {E B

x 2 {E (A \ B) , x 2
= A[B

() x 2 A \ B

() x 2 A ^ x 2 B

() x 2
= A_x2
=B

() x 2 Ac _ x 2 B c

() x 2 {E A [ {E B

3. (A \ B) [ C = (A [ C) \ (B [ C)
4. Démontrer que si A [ B = A \ B alors A = B

41
A B

x 2 A =) x 2 A [ B

=) x 2 A [ B = A \ B

=) x 2 B

B A

x 2 B =) x 2 A [ B

=) x 2 A [ B = A \ B

=) x 2 A

5. A B =) {E B {E A

x 2 {E B =) x 2
=B

=) x 2
= A car A B

=) {E A

Exercice 2:
1) Soient E et F deux ensembles, A; C deux parties de E et B; D deux parties de F .
Démontrer que (A B) \ (C D) = (A \ C) (B \ D):
(x; y) 2 (A B) \ (C D) () (x; y) 2 (A B) ^ (x; y) 2 (C D)
() x 2 A ^ y 2 B ^ x 2 C ^ y 2 D
() x 2 A \ C ^ y 2 B \ D
() (x; y) 2 (A \ C) (B \ D)
2) Écrire l’ensemble des parties de E = fa; b; cg et F = fa; b; wg
P (E) = f;; fag ; fbg ; fcg ; fa; bg ; fa; cg ; fb; cg ; fa; b; cgg
P (F ) = f;; fag ; fbg ; fwg ; fa; bg ; fa; wg ; fb; wg ; fa; b; wgg
En déduire une comparaison de P (E \ F ) avec P (E) \ P (F ).

42
E \ F = fa; bg
P (E \ F ) = f;; fag ; fbg ; fwg ; fa; bgg
P (E) \ P (F ) = f;; fag ; fbg ; fwg ; fa; bgg
Exercice 3:Soit E un ensemble et soit A; B 2 P (E).
Résoudre les équations suivantes, d’inconnue X 2 P (E) :
1) A [ X = B
si A * B dans ce cas l’équation n’admet pas des solution
si A B alors X = B [ C , C A:
2)A \ X = B:
si B * A dans ce cas l’équation n’admet pas des solution
si B A alors X = B [ C , C {E A:
Exercice 4:Soient f : E ! F et g : F ! G deux applications
et A et B deux ensembles de E, et M et N deux ensembles de F,
montrons que:
1. A B =) f (A) f (B)
On suppose A B et on montre que f (A) f (B)
x 2 f (A) =) 9y 2 A y = f (x)
=) 9y 2 A B y = f (x)
=) 9y 2 B y = f (x)
=) x 2 f (B)
2.M N =) f 1 (M ) f 1 (N )

x2f 1 (M ) =) 9y 2 M y = f (x)
=) 9y 2 M N y = f (x)
=) 9y 2 N y = f (x)
=) x 2 f 1 (N )

3. Si g f est injective et f surjective alors g est injective.


8y1 ; y2 2 F alors 9x1 ; x2 2 E y1 = f (x1 ) ; y2 = f (x2 ) :car f surjective
g (y1 ) = g (y2 ) =) g (f (x1 )) = g (f (x2 ))
=) x1 = x2 car g f est injective
=) f (x1 ) = f (x2 )

43
=) y1 = y2 :
4. Si g f est surjective et g injective alors f est surjective.
8z 2 G alors 9x 2 E z = g f (x) car g f est surjective.
Soit y 2 F =) g (y) = z 2 G
=) 9x 2 E g (y) = g f (x) comme g est injective.
=) 9x 2 E y = f (x) :
Alors f est surjective.
Exercice 5: Soient f :R !R
x ! f (x) = x2 + 1
g:R !R
x ! g(x) = 2x + 1
f non injective car f (1) = f ( 1) = 2:
f non surjective car 3 = x2 + 1 n’admet pas une solution.
f non bijective car f non injective
g est injective car g (x) = g (y) =) 2x + 1 = 2y + 1
=) 2x = 2y:
=) x = y
y 1
g est surjective car y = 2x + 1 =) x =
2
y 1
c’est à dire 8y 2 R; 9x 2 R tel que x =
2
g est bijective car f est injective et surjective.
On précise g f et f g
g f (x) = 2 x2 + 1 + 1 = 2x2 + 3:
g f (x) = (2x + 1)2 + 1 = 4x2 + +4x + 2:

44
5.5 Fiche TD 3

Exercice 1:
1:Dans Z on considère la relation < dé…nie par
8 (x; y) 2 Z2 ; x<y () x y est une multiple de 4.
-Montrer que < est une relation d’équivalence sur Z:
- Déterminer l’ensemble des classes d’équivalences.
- Montrer que 7_ = 3:
_

Exercice 2: Soit 4 la relation sur N dé…nie par


x4 y () x divise y
Montrer que 4 est une relation d’ordre sur N:
L’ordre il est total ou partiel?
Exercice 3:On dé…nit sur R la relation x<y si et seulement si x2 y2 = x y:
Montrer que < est une relation d’équivalence.
Calculer la classe d’équivalence d’un élément x de R.
Combien y-a-t-il d’éléments dans cette classe?
Exercice 4: Soit E un ensemble et A 2 P (E). Deux parties B et C de E sont en relation,
noté B<C, si B4C A.
Montrer que < est une relation d’équivalence. Soit B 2 E.
Montrer que la classe de B est f(B \ Ac ) [ K; K 2 P (A)g.
Sachant que B4C = (B C) [ (B C) et B C = fx 2 B=x 2
= Cg
ou B4C = (B [ C) (B \ C) :
Exercice 5: On dé…nir sur R2 la relation par

(x; y) (x0 ; y 0 ) , ((x < x0 ) ou (x = x0 et y y 0 )):

Démontrer que ceci dé…nit une relation d’ordre sur R2 .

45
5.6 Correction de …che TD 3

Exercice 4:
La relation < est
1. Ré‡éxive, car B 4B = ; A;
2. Symétrique (car B 4C = C 4B);
3. Transitive : si B 4C A et C 4D A, alors B 4D A. En e¤et, prenons x 2 B tel
que x 2
= D. Alors ou bien x 2
= C et dans ce cas x 2 A car x 2 B 4C. Ou bien x 2 C et dans
ce cas, x 2 A puisque x 2 C 4B. On traite de façon symétrique l’inclusion D B A:
Il y a deux choses à faire :
Montrer que si C est de la forme (B \ Ac ) [ K, alors B<C.
Montrer que si B<C, alors il existe K tel que (B \ Ac ) [ K:
D’abord, si C = (B \ Ac ) [ K, avec K A, prouvons que B 4C A. Prenons d’abord
x 2 B tel que x 2 = B \ Ac , et donc x 2
= C. Alors x 2 = Ac , c’est-à-dire x 2 A. Si maintenant
x 2 C et x 2
= B, alors x 2 K et donc x 2 A.
Réciproquement, considérons C 2 P (E) tel que B 4C A. Posons K = C \ A et prouvons
que C = (B \ Ac) [ K.
Prenons x 2 C. Si x 2 A, alors x 2 C \ A K et c’est bon. Si x 2
= A, alors x 2 B puisque
C B A. En particulier, x 2 (B \ Ac ) et c’est bon là aussi.
Prenons x 2 (B \ Ac ) [ K. Si x 2 K = C \ A, alors x 2 C: Sinon, x 2 B \ Ac , et donc
x 2 C, sinon x 2 B C et x 2 Ac , ce qui contredit que B 4C A.
Exercice 5:
ré‡exive : x = x et y y impliquent (x; y) (x; y);
antisymétrique : si (x; y) (x0; y0) et (x0; y0) (x; y), alors on a nécessairement que x = x0
(si x < x0 par exemple, on ne peut avoir(x0; y0) (x; y)). Mais alors, on a à la fois y y0
d’après la première relation, et aussi y0 y d’après la seconde.
On en déduit que x = x0 et y = y0;
transitive : si (x; y) (x0; y0) et (x0; y0) (x00; y00); alors :
ou bien x = x0 et x0 = x00 : dans ce cas, on a y y0 et y0 y00 donc y y00 et donc
(x; y) (x00; y00);
ou bien x = x0 et x0 < x00 : dans ce cas, on a x < x00 et donc (x; y) (x00; y00);

46
ou bien x < x0 et x0 = x00 : dans ce cas, on a x < x00 et donc (x; y) (x00; y00);
Remarquons que ceci dé…nit un ordre total sur R2 ,
car deux éléments sont toujours comparables.

47
5.7 Fiche TD 4

Exercice 1: Soit une LCI associative sur E, admettant un neutre e.


Montrer que si x 2 E admet un symétrique y1 à gauche (y1 x = e)
et y2 à droite (x y2 = e), alors y1 = y2 .
Exercice 2: Soient (G1 ; ) et (G2 ; :) deux groupes.
On munit l’ensemble G1 G2 par la loi :(g1 ; g2 ) (h1 ; h2 ) = (g1 h1 ; g2 :h2 ):
Montrer que (G1 G2 ; ) est un groupe.
Exercice 3: H1 ; H2 sont deux sous-groupes d’un meme groupe (H; :).
Montrer que H1 [ H2 est un groupe si et seulement si l’un est inclus dans l’autre.
Exercice 4:
1. Soit H un sous-groupe de G et soit g 2 G.
L’ensemble gH = fghjh 2 Hg est-il un sous-groupe de G ?
2. Véri…er que gHg 1 = fghg 1 jh 2 Hg est un sous-groupe de G.
Exercice 5: On munit A = R R de deux lois dé…nies par :
(x; y) + (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 ) ; (x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 ; x0 y + xy 0 )
Montrer que (A; +; ) est un anneau commutatif.
p
Exercice 6: On note l’ensemble de réels suivant : A= m + n 6; m; n 2 Z
1. Montrer que (A; +; ) (ensemble muni de l’addition et de la multiplication des réels),
est un sous-anneau de (R; +; ).
p
2. On considère l’application ', de A dans lui-même, qui à m + n 6 associe :
p p
' m+n 6 =m n 6
Montrer que est un automorphisme de l’anneau (A; +; )
(c’est-à-dire une bijection, et un morphisme pour chacune des deux lois).
Exercice 7: Soit K l’ensemble des complexes de la forme z = r + is où r; s 2 Q .
1. Montrer que (K; +) est un groupe commutatif.
2. Montrer que (K; ) est un groupe commutatif.
3. En déduire que (K; +; ) est un corps commutatif.

48
5.8 Correction de …che TD 4

Exercice 3: H1 ; H2 sont deux sous-groupes d’un meme groupe (H; :).


Montrer que H1 [ H2 est un groupe si et seulement si l’un est inclus dans l’autre.
H1 [ H2 est un groupe
8x; y 2 H1 [ H2 =) x y 2 H1 [ H2
1) On suppose il existe x 2 H1 tel que x 2
= H2
soit y 2 H2 alors x y 2 H1 [ H2
x y 2 H1 ou x y 2 H2
a) si x y 2 H1 et x 1 2 H1 donc x 1 x y = y 2 H1
c’est à dire H2 H1
b) si x y 2 H2 et y 1 2 H2 donc x y y 1 = x 2 H1 (impossible car x 2
= H2 )
d’après (a) et b on conclut H2 H1 :

49

Vous aimerez peut-être aussi