Vous êtes sur la page 1sur 61

Royaume du Maroc

Office de la Formation Professionnelle

et de la Promotion du Travail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL
MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS
INDUSTRIELS

Module de formation
S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES
ANALOGIQUES

DRIF
CDC Génie Electrique
Mars 2017
OFPPT
La voie de l’avenir
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Document élaboré par :

Nom et prénom EFP DR

RAMI SOUAD CF RTE IMOUZER CN


FES(ISTA)

Validation

- DINCA CARMEN - formatrice animatrice au CDC GE

- FARHANE NAJAT - chef du pôle CDC GE

OFPPT/DRIF 24
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Sommaire

1 Transformation de la tension du secteur avec un transformateur. 31


1.1 Rôle du transformateur: 31
1.2 Principe de fonctionnement. 31
1.3 Caractéristiques : Up, Us, P. 31
1.4 Transformateur Survolteur, dévolteur, isolateur. 32
1.5 Types des transformateurs 32
1.6 Exercice : 33
2 La fonction de redressement. 34
2.1 La fonction du redressement. 34
2.2 La diode : 34
2.2.1 Rôle. 34
2.2.2 polarisation en direct et polarisation en inverse et caractéristique 34
2.2.3 Puissance. 35
3 Le fonctionnement des divers types de redressement. 36
3.1 Redressement simple alternance (demi onde) 36
3.2 Redressement double alternance (ou pleine ONDE) AVEC un transformateur à prise médiane.37
3.3 Redressement double alternance (ou pleine onde) réalisé avec à un pont. 38
3.4 Redressement double alternance (ou pleine onde) bipolaire 39
4 LE FILTRAGE 41
4.1 Filtre capacitif. 41
4.1.1 Ronflement 41
4.2 Filtre avec inductance 43
4.2.1 Avec redressement monophasé simple (demi-onde) 43
4.2.2 Avec redressement à double alternance 44
4.2.3 Avec filtre LC 44
4.2.4 EXERCICES 45
5 La régulation de la tension. 47
5.1 Rôle de la régulation. 47
5.2 Familles DES REGULATEURS INTEGRES 78xx, 79xx, LM317, LM337 47
5.2.1 Famille 78xx,79xx 47
5.2.2 Les familles des régulateurs a tension ajustable LM317, LM337 48

OFPPT/DRIF 25
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

5.2.3 Exercice 50
6 La fonction d’amplification. 51
6.1 Introduction 51
6.2 Schéma d’un amplificateur 51
6.3 L'impédance d'entrée Ze 52
6.4 L'impédance de sortie ZS 52
6.5 L’amplification (ou gain) 52
6.6 Gain en décibel et bande passante 52
7 Le fonctionnement des amplificateurs opérationnels. 53
7.1 introduction 53
7.2 Amplificateur opérationnel idéal 53
7.3 Amplificateur inverseur 54
7.3.1 Circuit 54
7.3.2 caractéristiques 54
7.3.3 Exercices 54
7.4 Amplificateur non inverseur. 55
7.4.1 Montage 55
7.4.2 Caractéristiques 55
7.4.3 exercices 56
7.5 Amplificateur suiveur. 56
7.5.1 Montage 56
7.5.2 utilisation 57
7.6 Amplificateur de différence (soustracteur). 57
7.6.1 montage 57
7.6.2 Exercice 57
7.7 Amplificateur mélangeur. 58
7.7.1 montage 58
7.7.2 exercice 58
7.7.3 Le circuit intégré 741 59
8 Le fonctionnement d’amplificateurs à base des transistors. 60
8.1 Transistor bipolaire : 60
8.1.1 Structure et Symbole. 60
8.1.2 Rôle. 60
8.1.3 Courbe de caractéristiques. 61
8.1.4 EXERCICE 63

OFPPT/DRIF 26
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

8.2 La polarisation d'un transistor 63


8.2.1 Principe 63
8.2.2 Circuits de polarisation 64
8.3 Modèles équivalents en régime dynamique (alternatif): 68
8.3.1 Montage Emetteur commun. 70
8.3.2 Base commune. 71
8.3.3 Collecteur commun. 72
8.4 Réponse en fréquence. 73
8.5 Tableau comparatif 74
9 Exemples de fiches techniques : 75
9.1 Diodes 75
9.1 Pont de GRAETZ 76
9.2 Régulateurs 78XX 77
9.3 Amplificateur 741 78
9.4 Transistors 2N2222 79
10 Travaux pratiques. Error! Bookmark not defined.
TP1 81
TP2 83

OFPPT/DRIF 27
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

S2.1 Circuits électroniques analogiques 77 h

S2.1.1 Apprendre à mettre au point des circuits de redressement


- La transformateur idéal :
- Rôle : survolteur, dévolteur, isolateur.
- Caractéristiques : Up, Us, P,
- Principe de fonctionnement
- Différents types : à point milieu,
- Multi-secondaires, autotransformateur.
- la fonction du redressement
- Polarisation : tension (direct, inverse)
- Courants
- Puissance.
- Technique de repérage des informations à partir des fiches techniques.
- Symboles.
- Configurations de redressement et procédure d’analyse :
- Unipolaires (simples)
- Bipolaires (symétriques)
- Mono-alternance (demi-onde)
- Bi-alternance (pleine-onde)
- Technique de montage et de disposition des composants.
- Procédures de calcul avec la loi d’ohm.
- Tensions (crête-à-crête, maximal et efficace)
- Forme d’ondes
- Courants
- Puissances
- Technique de vérifications spécifiques aux composants utilisés.
- Techniques de mesures en c.c et c.a.
- Technique de dépannage progressive et s séquentielle

S2.1.2 Apprendre à mettre au point des circuits de filtrage


- Filtre capacitif.
- Filtre inductif
- Filtre LC
- Filtre en 
- Technique de repérage des informations à partir des fiches techniques.
- Symboles.
- Technique de montages et de disposition des pièces.
- Démarche de calcul des grandeurs et des paramètres suivants :
 Tension
 Période
 Constante de temps
 Taux d’ondulation

- Vérification des spécifications des


- Composants utilisés
- Techniques de mesure
- Techniques de dépannage

OFPPT/DRIF 28
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

S2.1.3 Apprendre à mettre au point des circuits de régulation avec des régulateurs
monolithiques Rôle de la régulation
- Famille 78xx, 79xx.
- Technique de repérage des informations dans les fiches techniques
- Symboles.
- Calcul des valeurs des condensateurs et des résistances.
- Techniques de montage et de disposition des composants (composants nouveaux)
- Technique de mesure de la :
 Tension d’entrée
 Tension de sortie
- Technique de vérification des composants.
- Technique de dépannage progressive et séquentielle.
- Démarche de résolution de problèmes.

OFPPT/DRIF 29
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES


RESUME THEORIQUE

OFPPT/DRIF 30
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

1 TRANSFORMATION DE LA TENSION DU SECTEUR AVEC UN

TRANSFORMATEUR
Le transformateur idéal
Un transformateur est constitué d’un circuit magnétique (composé de feuilles en acier accolées) sur
lequel sont disposés deux bobinages en cuivre : le primaire et le secondaire. On note N1 le nombre de
spires du primaire et N2 le nombre de spires du secondaire.

1.1 RÔLE DU TRANSFORMATEUR


Le but d’un transformateur monophasé est de modifier la valeur efficace d’une tension: on passe donc
d’une valeur efficace au primaire V1 à une valeur efficace apparaissant au secondaire V2.
Le primaire est celui qui est alimenté par la source: il est donc un récepteur.
Le bobinage du secondaire est celui qui alimente la charge : il est donc générateur.

1.2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT


La tension primaire Up crée un courant alternatif dans l’enroulement primaire, qui crée un flux
alternatif dans le circuit magnétique. Une f.e.m (force électromotrice) dite induite Us apparait dans
l’enroulement secondaire.
La tension alternative au secondaire est de même fréquence que celle du primaire mais d’amplitude
différente.

1.3 CARACTÉRISTIQUES : UP, US, P


On note :

Up tension au primaire Np nombre de spires au primaire

Us tension au secondaire Ns nombre de spires au secondaire.

Up = Np x t (loi de Faraday) Ou encore: Up / Np = t

OFPPT/DRIF 31
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Le champ magnétique crée par le courant primaire est le même dans le circuit magnétique. Il traverse
donc les enroulements du secondaire. On obtient alors :
U secondaire = N secondaire x t Ou encore: Us / Ns = t
On peut alors déduire ceci:
Up / Np = Us / Ns
Et enfin
Up / Us = Np / Ns = a
ET encore
Up = a x Us

Dans un transformateur idéal toute l’énergie qui y entre doit forcément en sortir:
P entrée = P sortie
P primaire = P secondaire
Up x ip = Us x is
Up / Us = is / ip = a (rapport de tours)

is Np
= =a
ip Ns
1.4 TRANSFORMATEUR SURVOLTEUR, DÉVOLTEUR, ISOLATEUR
On pose m le rapport de transformation d’un transformateur

m=1/a m=Us /Up

Si Up <Us : (m est plus petit que 1), le transformateur est dévolteur.


Si Up >Us :(m est plus grand que 1), le transformateur est survolteur.
Si Up =Us : le transformateur est un transformateur d’isolement.

1.5 TYPES DES TRANSFORMATEURS

6,3V 5A

220V 12,6V 1A

10Vct 3A

Transformateur à secondaires multiples

OFPPT/DRIF 32
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

On y voit:
Un secondaire pouvant fournir 5 ampères à 6,3 volts CA.
Un secondaire pouvant fournir 1 ampère à 12,6 volts CA.
Un secondaire avec prise médiane ou point milieu divisant le secondaire en deux secondaires de 5 volts
CA, chacun pouvant fournir 3 ampères.

Autotransformateur

Es Ep
Ep Es

Surv olteur Dév olteur

Dans un autotransformateur, le primaire et le secondaire partagent ensemble une partie de leur


enroulement. Toutes les règles vues précédemment concernant les transformateurs s'appliquent à ce type
de transformateur.

1.6 EXERCICE :
Un transformateur possède un rapport de tours a= 0,5.
Questions:
a) Np = 2000 tours que vaut Ns?
b) Si ep = 220 volts CA, que vaut es?
c) Est-il survolteur ou dévolteur?

Solutions:
a) Np / Ns = a => Ns = Np / a = 2000 / 0,5 = 4000 tours.
b) ep / es = a => es = ep / a = 220V / 0,5 = 440V.
c) survolteur (a<1)

OFPPT/DRIF 33
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

2 LA FONCTION DE REDRESSEMENT

2.1 LA FONCTION DU REDRESSEMENT


La fonction « redressement » transforme le courant alternatif (bidirectionnel) en un courant
(unidirectionnel).

Il existe deux types de redressement :

- Redressement simple alternance.


- Redressement double alternance.

2.2 LA DIODE
Une diode a comme symbole celui de la figure ci dessous. La flèche indique le sens que peut prendre le
courant conventionnel en direct. La figure représente également la construction d'une diode. Elle est la
juxtaposition de matériaux semi-conducteurs de types N et P auxquels on a raccordé des broches.

2.2.1 RÔLE
Le rôle d’une diode est de ne laisser passer le courant que dans un seul sens : de l’anode A vers la
cathode K.
2.2.2 POLARISATION EN DIRECT ET POLARISATION EN INVERSE ET CARACTÉRISTIQUE
En direct
Pour qu'une diode conduise en direct, il faut que la tension UD=VAK soit supérieure au seuil 0,6 à 0,7
volts pour une diode en silicium (et 0,4V pour diode en germanium)
Une diode a une résistance interne appelée résistance extrinsèque rd.
Une diode possède aussi des caractéristiques maximales à ne pas dépasser, comme le courant maximal
en direct. C’est le cas où la diode s’échauffe et brûle.
En inverse
En inverse (UD=VAK négative) , une diode se comporte comme un circuit ouvert. Cependant rien
n'étant parfait, un léger courant de fuite est créé à la surface du cristal.

OFPPT/DRIF 34
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Aussi, comme en direct, un point maximal ne doit pas être franchi: c'est le point d'avalanche. Une diode
ne peut supporter qu'une certaine valeur de voltage en inverse. Si ce voltage est atteint, le courant
augmente rapidement et la diode est détruite.

ID

IFmax

URmax

UD
0,7V
UFmax

en inverse en direct

Courbe ID en fonction de UD.

En direct En inverse

2.2.3 PUISSANCE
Une diode à l’état de conduction est traversée par un courant Io déterminé par la charge. La tension aux
bornes de la diode est d’environ 0,7v ( silicium). Une puissance est alors dissipée par effet joule dans la
diode : P= Io x 0,7

La température de la jonction ne doit pas dépasser la valeur limite fournie par le fabricant. C’est pour
cela que certaines diodes dites de puissance possèdent des boitiers métalliques pouvant être fixés sur des
radiateurs.

OFPPT/DRIF 35
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

3 LE FONCTIONNEMENT DES DIVERS TYPES DE REDRESSEMENT

3.1 REDRESSEMENT SIMPLE ALTERNANCE (DEMI ONDE)


+ UD -

+ +

es RL

- -

Figure 3-1:Redressement demi-onde


Lorsque la tension alternative es est positive, elle oblige la diode à conduire. Le demi-cycle positif de es
se retrouve donc aux bornes de la résistance. Lorsque le potentiel es est négatif, la diode est alors
polarisée en inverse et se comporte comme un circuit ouvert. Aucun courant ne parcourt le circuit et le
potentiel aux bornes de la résistance demeure nul. On trouve dans ce circuit les formes d’onde de la
Figure 3-2. La fréquence aux bornes de la résistance est de 50 Hz.

es

is

50Hz

20 ms

es crête - UD

URL

0,7V

UD

-eS crête = PIV

Figure 3-2

OFPPT/DRIF 36
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

3.2 REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE (OU PLEINE ONDE) AVEC UN

TRANSFORMATEUR À PRISE MÉDIANE

iS1 + UD1 -

+
eS1 +

eS2 URL
-
-

iS2 + UD2 -

Figure 3-3: Redressement pleine onde avec prise médiane


Un transformateur ayant une prise médiane, lorsqu’elle est branchée à commun, possède deux sorties
inversées l’une par rapport à l'autre. D1 conduit durant l'alternance positive de es1 tandis que D2 le fait à
son tour durant celle de es2, 180° plus tard. On retrouve ainsi, aux bornes de RL, l’alternance positive
de es1 et es2 l’une à la suite de l'autre, produisant ce qu'on appelle du pleine onde. La fréquence du
signal aux bornes de RL est 100 Hz. Examinez les formes d’onde de la Figure 3-3.

es1
50Hz
is1

es2
is2

50Hz

es crête -0,7V
100Hz
es1 es2
URL
10 ms
20 ms

0,7V

UD1

es1 crête +
es2 crête - 0,7V

0,7V

UD2

es1 crête +
es2 crête - 0,7V

Figure 3-3

OFPPT/DRIF 37
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

3.3 REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE (OU PLEINE ONDE) RÉALISÉ AVEC À UN PONT

D3 D1

es
+

D2 D4 URL

Figure 3-4
+ -
D1 D3
- RL
es + es -
RL +
D2 D4
- +

Figure 3-5
Afin de réaliser cette tâche, ce circuit possède quatre diodes et un transformateur qui n'a pas besoin
d'être pourvu d'une prise médiane. (Figure 3-4).
Dans la Figure 3-5, D1 et D2 conduisent ensemble lorsque es est positive et on retrouve aux bornes de
RL l'alternance positive de es moins la chute de tension de D1 et D2. On note les polarités aux bornes de
RL.
Lorsque es est négative, D3 et D4 conduisent et on retrouve aux bornes de RL l'alternance négative de
es. On note de nouveau les polarités aux bornes de RL. On voit que les polarités sont les mêmes lors des
alternances positives et négatives de es. Le courant circule donc toujours dans le même sens, peu
importe les polarités de es. La Figure 3-6 montre les tensions présentes dans le circuit. La fréquence de
l'onde aux bornes de RL est 100 Hz.

es
is
50Hz
A
B

es crête - 1.4V
100Hz
URL A B

0,7V

UD1,UD2

es crête - 0,7V

0,7V

UD3,UD4

es crête - 0,7V

Figure 3-6

OFPPT/DRIF 38
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

3.4 REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE (OU PLEINE ONDE) BIPOLAIRE

Ceci est une répétition du redressement pleine onde avec un transformateur à prise médiane. On utilise,
en parallèle, deux circuits de ce genre: pour les alternances positives de es1 et es2 et pour les alternances
négatives es1 et es2. Le circuit alimente deux charges: avec une tension pulsée positive et avec une
tension négative pulsée par rapport à commun. (Figure 3-7).
D1

+
es 1
+
U R L1
es 2 D2 -
-

D3

+
U R L2
D4 -

Figure 3-7

eS1
50Hz
iS1

eS2
iS2 50Hz

es crête - 0,7V

es1 es2 100Hz


URL1

URL2 es2 es1 100Hz

es crête - 0,7V

Figure 3-8
Voici la manière courante de dessiner un redressement pleine onde bipolaire.

D3 D1 +
eS1 URL1
-

eS2 +
D2 D4 URL2
-

Figure 3-9

OFPPT/DRIF 39
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Un pont de diodes est un assemblage de quatre diodes montées en pont

OFPPT/DRIF 40
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

4 LE FILTRAGE
Le filtrage permet de réduire les ondulations présentes à la sortie d’un redresseur.

4.1 FILTRE CAPACITIF


Le circuit de filtrage le plus répandu est le celui utilisant un condensateur. Ce dernier est branché à la
suite du redressement. Grâce au condensateur, on retrouve une tension Courant Continu fixe à la sortie
du bloc d'alimentation. Le circuit est représenté à la Figure 4-1.
I moy .

+ +
D
es U charge
C
- -

Figure 4-1 Circuit de base

es crête-0,7V

1 2 3 4

Figure 4-2 Forme d'onde au condensateur et à la charge


En 1: Lors du premier cycle, le condensateur se charge jusqu'à es crête - 0,7 V et accumule ainsi de
l'énergie.
En 2: Le condensateur se décharge ensuite dans la charge dépensant ainsi d'une manière étalée
l'énergie accumulée auparavant.
En 3: Le condensateur se recharge en récupérant l'énergie dépensée en 2.

4.1.1 RONFLEMENT

La variation de tension aux bornes du condensateur causée par la charge et la décharge est appelée
ronflement. La tension de sortie sera la tension moyenne. La fréquence du ronflement dépendra du type
de redressement utilisé. On exprime la valeur de la tension de ronflement en volts crête-à-crête (er).
U
er = U max. - U min.

U max.

er c-à-c. U moy.
= U chargeCC
U min.

Figure 4-3

OFPPT/DRIF 41
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

La valeur de le tension moyenne de sortie :


Usortie CC = U moy. = (es crête - UD) - er / 2
Où:
es crête = la tension crête au secondaire du transformateur.
UD = la tension chutée par la ou les diodes du redressement.
er = tension de ronflement crête-à-crête.
Indice de ronflement:
 = er / U max.
% de ronflement =  x 100%

Afin d'évaluer la capacité du condensateur à installer, il faut connaître les besoins du circuit qui sont:
a) La tension et le courant désirés à la charge (U moy et I moy.).
b) La quantité minimale de ronflement (er).
c) Le type de redressement utilisé (pleine-onde ou demi-onde).

On se rappelle que:
C=Q/V

Le courant par définition est : I = Q / t => Q = I x t


Si on remplace dans l'équation du condensateur:

C=Ixt/V
Si la tension aux bornes d'un condensateur de 1 Farad varie de 1 Volt en 1 seconde, il y circule alors un
courant de 1 Ampère. En effet, pour qu'un courant circule dans un condensateur, il faut faire varier la
tension à ses bornes. On peut écrire l'équation ainsi:

I = C x V / t
La figure 4-4 montre l'approximation qui nous permettra de calculer d'une façon simple la valeur du
condensateur. On y voit que:
a) Le temps où le condensateur est rechargé est négligé ;
b) Le courant demandé par la charge est considéré constant (ce qui est vrai dans les appareils
pratiques).
U t

er
Pente supposée
approximation droite

Figure 4-4
En reprenant la formule vue précédemment:

OFPPT/DRIF 42
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

C = I x t / V
Où:
I = I moyen (courant qui décharge le condensateur)
t = La période entre deux recharges (1/f ronfl.).
V = La variation de tension aux bornes du condensateur (er).
On trouve ainsi cette formule simple:

C = I moy / ( er x f ronfl. )
Où :
f ronfl. = 50 Hz en demi-onde.
= 100 Hz en pleine-onde.
N.B.:Si la source d’alimentation alternative est autre que le secteur (50 Hz), il faudra considérer la
fréquence utilisée.

4.2 FILTRE AVEC INDUCTANCE


4.2.1 AVEC REDRESSEMENT MONOPHASÉ SIMPLE (DEMI -ONDE)
Le filtre inductif le plus simple consiste en une inductance (ou bobine de lissage) placée en série avec la
charge (figure 4-5).
L
D

ep es Rc

Figure 4-5
Il utilise la propriété des inductances de s’opposer à toute variation du courant qui les traverse. Placée en
série. Ceci contribue à diminuer l’ondulation du courant dans la charge et par conséquent l’ondulation
de la tension de sortie. La forme d’onde aux bornes de la charge est illustrée à la figure 4-6.
es crête
URc

Conduction de
la diode

Figure 4-6

OFPPT/DRIF 43
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Le courant dans la charge atteint son maximum après celui de la tension de es. Le courant se prolonge
après l’inversion de la source d’alimentation lorsque la bobine restitue l’énergie qu’elle avait
emmagasinée. La durée de ce débit augmente avec la constante de temps L/Rc.
4.2.2 AVEC REDRESSEMENT À DOUBLE ALTERNANCE
L’inconvénient principal d’utiliser un redressement à simple alternance est le fait qu’il est impossible
d’obtenir une tension continue non pulsée, c’est-à-dire un courant ininterrompu dans la bobine.
Dans un redresseur à double alternance (pleine-onde), la tension de sortie moyenne est augmentée et le
courant circulant dans la charge et dans l’inductance n’est plus interrompu.

es

Rc

Figure 4-7
Le taux d’ondulation est déterminé par le rapport entre la réactance de la bobine et la valeur de la
résistance de charge. On néglige cependant l’effet des harmoniques supérieures.
er = Umax x Rc / (Rc + XL) (à 100Hz)
Umax

Umoy er

Figure 4-8
La formule précédente indique clairement que le taux d’ondulation diminue lorsque L augmente et
lorsque la résistance de charge diminue en valeur ohmique, c’est-à-dire lorsque le courant de charge est
important. En conclusion, le filtre inductif série ne devrait être utilisé que dans le cas d’un courant de
charge assez important.
4.2.3 AVEC FILTRE LC
Nous avons appris, avec un filtre capacitif, que le taux d’ondulation augmente lorsque la résistance de
charge diminue; par contre, il diminue avec un filtre inductif. Une combinaison de ces deux filtres doit
nous permettre d’obtenir un taux d’ondulation indépendant de la résistance de charge.

es

Rc
C

Figure 4-9
Lorsqu’il n’y a aucune charge, le filtre LC fonction comme un filtre capacitif et le condensateur se
charge au maximum de la source. Lorsque la charge est importante, le courant dans la bobine est
ininterrompu et le filtre LC fonctionne comme un filtre inductif et la tension aux bornes de la charge est
Umoy.

OFPPT/DRIF 44
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Entre ces deux limites il existe un point critique où le courant traversant la bobine devient ininterrompu.
Ce courant est appelé le courant critique. La valeur de ce courant oscille autour du courant moyen et la
valeur instantanée de celui-ci ne doit pas devenir nulle.
IL

I moy 2 x I moy
critique critique

Figure 4-10
UL c. à c. = Umax
XL = Umax / (2 x I moy critique)
I moy critique = Umax / (2 x XL)
En considérant le courant dans la charge comme étant à peu près constant, on peut dire que les
variations du courant de la bobine circuleront aussi dans le condensateur.
er = I moy critique x 2 x XC ( er est donc indépendant de Rc)

4.2.4 EXERCICES
Exercice1

200mA

+ +

6,3V R
C
- -

 = 0,05

Questions:
Que vaut UR crête?
Que vaut er?
Que vaut UR moyen?
Quelle est la valeur du condensateur?

Solution:
UR crête = 6.3V x 1.414 - 0,7 V = 8,2 V
er = 8,2V x 0,05 = 0,41V crête-à-crête
UR moyen = 8,2V - 0,41V / 2 = 8 V
C = Imoy / ( Er x f ronfl. ) (où f ronfl. = 50 Hz)
C = 200 mA / ( 0,41 x 50 Hz ) = 9 756 µF (10 000µF)

OFPPT/DRIF 45
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Exercice 2
is
ip  = 0,1
220V 200mA
ca 10V
50 Hz

R
C

Questions:
URmax. = ?
er = ?
UR moyen = ?
C=?
ip = ?
is = ?

Solutions:
UR max. = 10 Vrms x 1,414 - 1,4 V = 12,7 V
er = 12,7 V x 0,1 = 1,27 V crête-à-crête
UR moy. = 12,7 - 1,27 / 2 = 12,07 V
C = 200 mA / ( 1.27V x 100Hz ) = 1 575 µF
P entrant = P sortant (Transformateur)
Pentrant = P sortant = 200 mA x 12 V (à la charge) = 2,4 W
ip = 2,4 W / 220V = 10,9 mA
is = 2,4W / 10V = 240 mA

OFPPT/DRIF 46
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

5 LA RÉGULATION DE LA TENSION

5.1 RÔLE DE LA RÉGULATION


Le rôle d’un régulateur de tension est de stabiliser la tension de sortie, c’est-à-dire maintenir la valeur
d’une tension constante indépendamment variations de charges et des variations de source.

5.2 FAMILLES DES REGULATEURS INTEGRES 78XX, 79XX, LM317, LM337

5.2.1 FAMILLE 78XX,79XX


Le régulateur de tension positive à trois broches de la famille 78XX est un exemple de régulateur
monolithique. La Figure 5-1 montre l'application standard d'un tel régulateur.
+ U dif f érentielle -

78XX
U entrée
(en prov enance Ce Cs
U sortie
du redressement 1uF
et du f iltrage) 0,33uF
céramique tantale

Figure 5-1
-Ce élimine l'effet inductif des longs conducteurs.
-Cs améliore la réponse en régime transitoire.
Ces régulateurs sont préréglés à 5, 6, 8, 12, 18 ou 24 volts. Par exemple, un 7805 est un régulateur à 5
volts et un 7824 est un régulateur à 24 volts.
Détermination de la tension d'entrée
Ces régulateurs, jusqu'à un certain point, se protègent eux-mêmes. Ils contiennent une protection
électronique considérant la température, la tension différentielle (U entrée - U sortie) et le courant débité
à la sortie (voir la Figure 5-2). Avec l'ajout d'un radiateur thermique approprié, ces circuits intégrés
peuvent fournir des courants au-delà de l'ampère.
Courant de sortie maximal (ampères)

2
Tj = 25°C

1
Tj = 125°C

6 12 18 24 30

U entrée - U sortie : Tension différentielle entrée-sortie (volts)

Figure 5-2

OFPPT/DRIF 47
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

La Figure 5-2 est valable seulement pour la série 78XX (positifs) et 79XX (négatifs). Remarquez que les
courbes débutent à 3 volts. Ceci veut dire que la tension différentielle minimale devant être présente est
3 volts; c'est le minimum nécessaire afin d'assurer le fonctionnement du régulateur intégré. Par exemple,
un régulateur 7805, possédant une tension U sortie de 5 volts, doit avoir comme tension minimale
d'entrée pour fonctionner, 5 volts + 3 volts, c’est-à-dire 8 volts. Le maximum est fixé à 35 volts pour
tous les régulateurs de cette famille, sauf le 7824 et 7924 pour qui le maximum est 40 volts. Tj signifie
la température de jonction
5.2.2 LES FAMILLES DES RÉGULATEURS A TENSION AJUSTABLE LM317, LM337

Il existe une solution au désavantage des régulateurs fixes à trois broches. La famille des régulateurs
ajustables offrent la possibilité de fournir une tension stable ajustable.
Le LM317 fournit une tension positive et le LM337 fournit une tension négative, ils sont capables de
délivrer un courant de sortie de l’ordre de 1,5 ampères et d’une gamme de tensions s’étendant de 1,25
volt à 37 volts. Ces régulateurs sont faciles à utiliser. Ils n’ont besoin que de l’ajout de deux résistances
externes.
On les retrouve dans les mêmes boîtiers que les régulateurs fixes: le TO-220 et le TO-3. La Figure 5-
montre l’application standard.

+ U dif f érentielle -

LM317
+ U sortie
R1
1,25V
U entrée 240R
-
(en prov enance Ce
du redressement Cs
et f iltrage) 0,1uF 10uF
céramique R2

Figure 5-3

U sortie = 1,25V x (1 + R2 / R1)


La tension de sortie est ajustée par R2. Lorsque R2 est au minimum (0), la tension de sortie est à son
minimum, c’est-à-dire 1,25 volt. Le choix de R1 (240 vient du fait que ce régulateur exige un
courant minimum de sortie de 5mA pour fonctionner. R1 = 1,25V / 5 ma = 250

La résistance thermique de cette puce est 2,3°C/W pour le boîtier TO-3 (LM317K) et 5°C/W pour le
boîtier TO-220 (LM317T).
La Figure 5- présente la courbe du courant maximum de sortie en fonction de la tension différentielle
(Ue - Us) du régulateur. On peut remarquer que la zone idéale se trouve autour de 10 volts.

OFPPT/DRIF 48
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Courant de sortie maximal (ampères)

1
Tj = 125°C

10 20 30 40
U entrée - U sortie : Tension différentielle entrée-sortie (volts)

Figure 5-4
Le manufacturier propose des améliorations. Le circuit standard (figure 5-5) fonctionne très bien.
Cependant, l’addition d’un condensateur de 10µF améliore le ronflement présent à la sortie. Il faut
cependant ne pas oublier d’inclure une diode de sécurité afin de décharger ce condensateur. La Figure 5-
montre ces améliorations.
+ U dif f érentielle -

LM317
U sortie
R1
U entrée 240R
(en prov enance
du redressement Ce Cs
et f iltrage) 0,1uF 10uF
R2
10uF

Figure 5-5

OFPPT/DRIF 49
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

5.2.3 EXERCICE

Ta = 25°C
R2
Ce
Cs
R1
0,1uF + 10uF
240R
1,25V
U entée = -22V - U sortie = -18V
LM337
1A
+ U dif f érentielle -

Question
Calculer R2
R2 = ?

Solution
IR2 = IR1 = 1,25V / 240 = 5,21mA
UR2 = 18V - 1,25V = 16,75V
R2 = 16,75V / 5,21mA = 3,22k

OFPPT/DRIF 50
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

6 LA FONCTION D’ AMPLIFICATION

6.1 INTRODUCTION
Un amplificateur électronique est conçu pour amplifier un signal électrique. Par exemple pour
amplifier la voix (téléphonie, amplificateur audio), pour amplifier des signaux (traitement des
signaux) ou plutôt pour adapter la transmission de puissance.
Les montages amplificateurs ont besoin d'une alimentation continue la plus stable possible.

6.2 SCHÉMA D’UN AMPLIFICATEUR


On peut admettre qu’un montage amplificateur possède toujours deux bornes d'entrées et deux bornes
de sorties et possède trois caractéristiques principales Ze(impédance d’entrée) , Zs(impédance de sortie)
et Au représentées par le schéma général suivant :

OFPPT/DRIF 51
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

6.3 L'IMPÉDANCE D'ENTRÉE ZE


Elle permet de savoir quelle sera la puissance du signal d'entrée nécessaire au bon fonctionnement du
montage amplificateur.

6.4 L'IMPÉDANCE DE SORTIE ZS


Elle permet de savoir quelle sera l'adaptation nécessaire pour les étages suivants.

6.5 L’AMPLIFICATION (OU GAIN)


C’est le rapport de l’amplitude du signal de sortie sur l’amplitude du signal d’entrée : Au=Vs/Ve
Toute analyse d'un montage amplificateur servira à connaître ces trois caractéristiques pour déterminer
le suivi d'un signal.

6.6 GAIN EN DÉCIBEL ET BANDE PASSANTE


On définie le gain en décibel : Gdb=20LogAu
Et la bande passante : l’intervalle de fréquence qui correspond à un gain en décibel compris entre Gdb
max et (Gdb max-3db)

OFPPT/DRIF 52
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

7 LE FONCTIONNEMENT DES AMPLIFICATEURS OPÉRATIONNELS

7.1 INTRODUCTION

L'amplificateur opérationnel est un circuit intégré caractérisé par son haut gain et sa facilité
d'application, l'amplificateur opérationnel est devenu l'un des circuits intégrés les plus répandus. Les
amplificateurs opérationnels sont conçus pour être utilisés avec des composants externes afin de
pourvoir produire les fonctions de transfert désirées.
Ucc+
Entrée non-inv erseuse

U dif f érentielle

Entrée inv erseuse


Ucc-
V+ : Entrée non-inverseuse
V- : Entrée inverseuse
Symbole de l'amplificateur opérationnel

7.2 AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL IDÉAL


L'amplificateur opérationnel, sans circuit externe de contre-réaction de la sortie vers l'entrée inverseuse,
est décrit comme étant en boucle ouverte. En boucle ouverte, les caractéristiques de l'amplificateur
opérationnel idéal sont les suivantes.
Gain différentiel = 
-Impédance d'entrée = 
-L'impédance de sortie = 0
-Bande passante = Hz
Aussi
-Gain en mode commun = 0
-La tension de décalage = 0 Volt
Pour un amplificateur opérationnel idéal on peut poser :

Si V+ > V- la sortie est égale a Ucc+


Si V+ < V- la sortie est égale a Ucc-

Il y a plusieurs types d'amplificateurs opérationnels disponibles, offrant des niveaux de performance


variés, le plus utilisé est le A-741C (ou le 741).

OFPPT/DRIF 53
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

7.3 AMPLIFICATEUR INVERSEUR

7.3.1 CIRCUIT

0V
Usortie
Uentrée

Rin Rf
0V
.

Montage inverseur.

7.3.2 CARACTÉRISTIQUES
GAIN :

-Rf
Av = (montage inverseur)
Rin
Impédance d’entrée :

Z entrée = Rin (montage inverseur)


7.3.3 EXERCICES
Exercice1

Av = ?
U sortie = ?
Z entrée = ? Rin Rf
URin = ? 2V Usortie
10k 30k
URf = ?

Solution
Av = -Rf / Rin = -30k / 10k = -3
U sortie = Av x U entrée = -3 x 2V = -6V
Z entrée = Rin = 10k
URin = 2V
IRin = 2V / 10k = 200A = IRf
URf = 200A x 30k = 6V

OFPPT/DRIF 54
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Exercice2

-1V
UR1 et IR1 = ? + 1V - 100uA + 1V - - 1V +
100uA
UR2 et IR2 = ? Uentrée = 1V
R1, 10k R2, 10k R3, 10k
Potentiel au point A +
R4
2V
=? 0V
-
10k
UR3 et IR3 = ? Usortie = -3V
UR4 et UR4 = ? 200uA

U sortie = ?

7.4 AMPLIFICATEUR NON INVERSEUR

7.4.1 MONTAGE
Uentrée Usortie

Rf

Rin Diviseur
de tension

7.4.2 CARACTÉRISTIQUES
GAIN :

U sortie x Rin (diviseur de tension)


Uentrée=
Rf + Rin

U sortie Rf + Rin
=
U entrée Rin

Rf (gain en tension)
Av = +1
Rin
Impédance d’entrée :

La résistance d'entrée si l’amplificateur opérationnel est idéal est l'infini.

OFPPT/DRIF 55
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

7.4.3 EXERCICES
Exercice1
Av = ?
Uentrée = 2V
U sortie = ? Usortie
URin = ? R1
(Zin)
10k
URf = ?
Trouvez URin à l'aide Rf , 10k
du diviseur de tension.
Rin, 2k

Solution
Av = (Rf / Rin) + 1 = (10k / 2k) +1 = 6
U sortie = Av x U entrée = 6 x 2V = 12V
URin = U entrée = 2V
URf = U sortie - URin = 12V - 2V = 10V
URin = 12V x 2k / (10k + 2k) = 2V
Exercice2
Av = ?
Uent rée = 2V
U sortie = ? Usortie
R1
Z entrée = ?
20k
Solution
Av = (50k / 20k) + 1 = 3.5 Rf , 50k

Rin, 20k
U sortie = 3.5 x 2V = 7V
Z entrée = R1 = 20k

7.5 AMPLIFICATEUR SUIVEUR

7.5.1 MONTAGE
Uentrée
Usortie

Le suiveur de tension a un gain unitaire. La valeur de la tension à la sortie est exactement la même que
celle de l'entrée. Le montage suiveur a une très grande impédance d'entrée qui est égale à la résistance
intrinsèque de l'amplificateur opérationnel.

OFPPT/DRIF 56
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

7.5.2 UTILISATION
Le rôle de ce circuit est de servir d'interface entre une source de signal et la charge. Son impédance
d'entrée est grande et son impédance de sortie, faible.

7.6 AMPLIFICATEUR DE DIFFÉRENCE (SOUSTRACTEUR)

7.6.1 MONTAGE
R2
Si R1 = R1' = R2 = R2'
Usortie = V2 - V1
R1
U1
R1' Usortie
U2

R2'

Dans un amplificateur de différence, les tensions U1 et U2 sont appliquées simultanément aux entrées
inverseuses et non-inverseuses de l'amplificateur opérationnel. Si toutes les résistances sont identiques,
U sortie = U2 - U1.
Si R1 = R1' et que R2 = R2', alors...

U sortie = ( V2 - V1 ) x R2
R1
7.6.2 EXERCICE
Question 100uA
R1 R2
Uout = ?, UA = ?, UB = ? 3V
+ 1V - + 1V -
UR1 = ?, IR1 = ? B
2V
UR2 = ?, IR2 = ?
R3 A
0V 1V
U sortie = ? (Kirchhoff) 4V
+ 2V -
2V + R1 = R2 = R3 = R4 = 10k
2V R4
-

Solution
Uout = 4V - 3V = 1V
UA = 4V x 10k / (10k + 10k) = 2V
UB = UA = 2V
UR1 = 3V - 2V = 1V
IR1 = 1V / 10k = 100A
IR2 = IR1 = 100A
UR2 = 100A x 10k = 1V

OFPPT/DRIF 57
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Uout = 2V - 1V = 1V

7.7 AMPLIFICATEUR MÉLANGEUR

7.7.1 MONTAGE
R1 Rf
U1
R2
U2
R3
U3 Usortie

Si plusieurs d'entrée sont branchées à un montage inverseur comme à la Error! Reference source not
found., le résultat est un amplificateur qui fait la somme des signaux présents dans les différentes
entrées.
Le courant circulant dans Rf se trouve à être la somme de IR1, IR2 et IR3 (Loi de Kirchhoff en courant).
Le courant IRf crée ainsi URf, qui est U sortie.

V1 + V2 + V3
Vout = -Rf ( )
R1 R2 R3

7.7.2 EXERCICE
R1, 10k 100uA Rf , 10k
1V
+ 1V - 0V + 6V -
200uA
R2, 10k
2V
+ 2V - 600uA Usortie = -6V
300uA
R3, 10k
3V
+ 3V -

Question
IR1 = ?, IR2 = ?, IR3 = ?
IRf et URf = ?
Uout = ?
Solution
IR1 = 1V / 10k = 100A
IR2 = 2V / 10k = 200A
IR3 = 3V / 10k = 300A
IRf = 100µA + 200µA + 300µA = 600µA
URf = 600A x 10k = 6V

OFPPT/DRIF 58
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

U sortie = 0V - 6V = -6V

7.7.3 LE CIRCUIT INTÉGRÉ 741

Il y a plusieurs types d'amplificateurs opérationnels disponibles, offrant des niveaux de performance


variés. Le plus utilisé est le 741. Comme beaucoup d’amplificateurs opérationnels, il est une petite puce
électronique insérée dans un boîtier appelé mini-DIP (Dual In Line package) ayant l’allure de la figure
suivante. Il n’est pas cher et il est facile d’usage.

OFPPT/DRIF 59
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

8 LE FONCTIONNEMENT D ’ AMPLIFICATEURS À BASE DES TRANSISTORS

8.1 TRANSISTOR BIPOLAIRE

8.1.1 STRUCTURE ET SYMBOLE


Un transistor bipolaire est formé de la juxtaposition de trois blocs de semi-conducteurs. Le dopage
déterminera le type de transistor de même que la fonction de chacun des blocs.
Les noms donnés aux différents blocs sont: l'émetteur :E, la base :B et le collecteur :C.
Deux configurations sont possibles : la structure NPN et la structure PNP

C
C
C
N
B B = B
P =

N
E E
E

C
C
C
P
B = B = B
N

P
E E
E

8.1.2 RÔLE
Le rôle d’un transistor varie suivant son régime d’utilisation :

En régime linéaire : Le transistor est utilisé comme une source de courant contrôlée. Le courant qui
traverse le collecteur est le courant contrôlé, le courant de base est le courant contrôleur. Dans ce
fonctionnement IC=β x IB. (β s’appelle gain en courant)

Exemple d’utilisation : Amplificateur de courant pour amplificateur de tension.

Un amplificateur opérationnel typique ne peut d'ordinaire fournir plus de 20mA. Ce qui est bien au-
dessous du courant de 1 ampère qui est nécessaire dans ce cas-ci. Le transistor vient donc pour lui
fournir les muscles qui lui manquent. .

OFPPT/DRIF 60
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

En régime de commutation : Le transistor est équivalent à un interrupteur commandé par un courant


qui fonctionne en ouvert ou fermé.

Si IB > ICsat/ β : le transistor est dit saturé. VCE=0,2V IC= ICsatutation= I charge

Si IB =0 : le transistor est dit bloqué. IC= 0 et VCE = tension d’alimentation (polarisation)

8.1.3 COURBE DE CARACTÉRISTIQUES

Soit le montage suivant :

Le transistor est de type NPN

Tracé de IC en fonction de VCE

OFPPT/DRIF 61
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Dans ce cas le transistor a un gain β =100 avec β = ic/ib

β est parfois noté hFE dans les spécifications des transistors

D’après ce graphique on constate que pour ib donné ic reste constant quelque soit les valeurs de Vce,
dans la limite de la tension de claquage : le transistor se comporte comme un générateur de courant

La maille 1 donne l’équation de la droite statique Ic=(Vc-Vce)/Rc

Saturation

Le transistor est saturé lorsque Ic reste constant avec IB qui augmente au delà de IBsat

VCE=VCEsat

Blocage

Le transistor est bloqué lorsque Ic est nul alors que Vc est supérieure à zéro, ce qui revient à dire que le
transistor se comporte comme un circuit ouvert

Le transistor se trouve dans cette configuration quand IB=0

IC = 0A

IB = 0A +
UCE = UCC UCC
-

OFPPT/DRIF 62
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

8.1.4 EXERCICE

Trouver: ICT1, IET1, IBT2, ICT2, IET2, IT, IT / IBT1 et est-ce que IBT1 + IT = IET2?
20uA
IT
T1
T2
 = 100  = 75

Figure 8-3
Solution:
ICT1 = ß x IBT1 = 100 x 20µA = 2mA
IET1 = IBT1 + ICT1 = 2mA + 20µA = 2.02mA
IBT2 = IET1 = 2.02mA
ICT2 = IBT2 x ß = 2.02mA x 75 = 151.5mA
IET2 = IBT2 + ICT2 = 2.02mA + 151.5mA = 153.52mA
IT = ICT1 + ICT2 = 2mA +151.5mA = 153.5mA
IT/IBT1 = 153.5mA / 20µA = 7675
20µA + 153.5mA = 153.52mA !!! (Noeud de courant OK)

8.2 LA POLARISATION D'UN TRANSISTOR

8.2.1 PRINCIPE
Afin de pouvoir traiter un signal alternatif, c'est à dire de faire varier un courant, il est nécessaire que le
transistor soit préalablement polarisé convenablement. Il faut donc qu'un courant (CC) soit déjà présent
dans celui-ci et qu'il ne soit ni saturé ni bloqué. En fait, l'idéal est qu'il soit dans l'état intermédiaire, au
milieu de la droite de charge statique
En considérant l'exemple de la figure 8-2-1 on y trouve en continu une tension UCEQ de 7,5V. Le circuit
représente uniquement le circuit CC de polarisation.

Ucc = 15V
RC
10k
ICQ
+
UCEQ
-
RE
1k

figure 8-2-1

OFPPT/DRIF 63
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Les deux extrêmes mentionnés précédemment sont calculés comme suit:


IC saturation = Ucc / (RC + RE) = 15V / (10k + 1k) = 1,36mA
C'est le courant maximum possible dans le transistor. Le transistor est considéré comme étant un court-
circuit entre son collecteur et son émetteur.
UCE blocage = Ucc = 15V (IC=0)
C'est la tension maximum possible aux bornes du transistor. Le transistor est un circuit ouvert et toute la
tension d'alimentation (Ucc) se retrouve à ses bornes.
La situation intermédiaire désirée, ou idéale, se trouve donc à être en plein centre:
UCEQ = Ucc / 2 et ICQ = ICsat / 2. Dans ce cas-ci:
UCEQ = Ucc / 2 = 7,5V
ICQ = ICsat / 2 = 1,36mA / 2 = 682µA.

8.2.2 CIRCUITS DE POLARISATION

Polarisation d'un transistor par courant de base


Ucc = 15V
RB RC
2M 10k
+ +
Entrée Sortie
C1 C2

ß = 100
VBE = 0,7V

Figure 8-1

Dans le circuit de la figure 8-1 on remarque l'absence d'une résistance d'émetteur. Tout est contrôlé par
le courant de base. Il faut premièrement trouver IB et le reste des calculs est assez simple.
IB = URB / RB = (15V - 0,7V) / 2M = 7,15µA
ICQ = ß x IB = 100 x 7,15µA = 715µA
URC = 715µA x 10k -= 7,15V
UC = UCEQ = 15V - 7,15 = 7,85V
Tout ceci est vrai, mais à la condition que ß vaille bien 100...

On augmente la stabilité en faisant l'ajout d'une résistance à l'émetteur comme à la figure 8-2

OFPPT/DRIF 64
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Ucc = 15V
RB RC
2,2M 10k

Entrée + +
Sortie
C1 C2

ß = 100
VBE = 0,7V
RE
1k

Figure 8-2
Examiner la boucle de Kirchhoff suivante.
Ucc = URE + UBE + URB
Ucc = IE x RE + UBE + IB x RB
Ucc = IE x RE + UBE + IE / (ß+1) x RB
IE = (Ucc - UBE) / (RE + RB / (ß+1))

Le courant d'émetteur vaut donc:


IE = (15V - 0,7V) / (1k + 2,2M / (100 + 1)) = 628µA
Ensuite:
IC = 628µA x 100 / (100 + 1) = 621µA
UE = 628µA x 1k = 628mV
UC = 15V - 621µA x 10k = 8,79V
UCEQ = 8,79V - 628mV = 8,16V
UB = 628mV + 0,7V = 1,33V
La tension de collecteur par rapport au commun est alors:
UC = 15V - 682µA x 10k = 8,2V
ICsat = 15V / (10k + 1k) = 1,36mA
UCEcoup = Ucc = 15V

Polarisation en H
Ucc = 15V
R1 RC
100k 10k
Entrée Sortie

R2 RE
10k 1k

Figure 8-3

OFPPT/DRIF 65
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

La polarisation en H contient un diviseur de tension à la base permettant de contrôler la polarisation à


l'aide d'une tension plutôt que d'un courant.
En faisant la transformation du circuit de polarisation vu de la base du transistor en son équivalent de
Thévenin, on obtient le circuit de la Figure 8-4.
Uth = Ubb = 15V x 10k / (100k + 10k) = 1,36V
Rth = Rbb = 100k // 10k = 9,09k

Ucc = 15V
RC
10k

Rbb

ß = 100
9,09k
Ubb
1,36V RE
1k

Figure 8-4

Examiner la boucle en tension suivante:


Ubb = URE + UBE + URbb
Ubb = IE x RE + UBE + IB x Rbb
Ubb = IE x RE + UBE + IE / (ß+1) x Rbb

IE = (Ubb - UBE) / (RE + Rbb / (ß+1))

Le terme Rbb / (ß+1) est petit comparé à RE; il peut même être négligé. Ceci revient à dire qu'on suppose
qu'aucun courant ne circule dans Rbb, ou si on veut, que le courant de base est négligé ou nul. On
affirme alors que la tension de base vaut Ubb.
À titre d'exemple, à partir du circuit de la Figure 8-4, voici un calcul précis de toutes les tensions et de
tous les courants, sans négliger, et ensuite un autre calcul en supposant un courant de base nul.

Calcul précis
(ß = 100):
IE = (1,36V - 0,7V) / (1k + 9,09k / (100+1)) = 605µA
ICQ = 605µA x 100 / (100 + 1) = 600µA

OFPPT/DRIF 66
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

UE = 605µA x 1k = 605mV
UC = 15V - 600µA x 10k = 9V
UCEQ = 9V - 605mV = 8,4V
UB = 605mV + 0,7V = 1,31V

Calcul approximatif:
UB = 1,36V
UE = 1,36V - 0,7V = 660mV
IE = ICQ = 660mV / 1k = 660µA
UC = 15V - 660µA x 10k = 8,4V
UCEQ = 8,4V - 660mV = 7,74V
Par l'approche approximative on est en mesure d'estimer rapidement les tensions et les courants
qu'on devrait normalement retrouver dans un circuit.

Voici les principaux boîtiers des transistors.

OFPPT/DRIF 67
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

8.3 MODÈLES ÉQUIVALENTS EN RÉGIME DYNAMIQUE (ALTERNATIF)


L'étude en régime dynamique consiste à analyser le fonctionnement d'un transistor polarisé
lorsqu'on applique de petites variations à l'une des grandeurs électriques.

En régime dynamique la valeur de chaque signal dans le circuit (tension ou courant) est la
superposition d’une composante continue (imposée par la source de polarisation) et d’une composante
variable (due à la source alternative appliquée).

13,2V
8,2V
Ucc = 15V
3,2V
0,5V R1 RC
0V 100k 10k
5V
-0,5V +
0V
Entrée C1 C2 Sortie
1µF 0,1µF -5V

1,18V
R2 RE
10k
0,68V
1,88V 1k
0,18V
1,38V
0,88V

L’étude se fait en deux étapes :

Étude en régime statique : le circuit est soumis à la source de polarisation seule. Ceci permet de choisir
le point du repos adéquat pour le fonctionnement du circuit.

Étude en régime dynamique : on s’intéresse aux composantes variables seules ( les composantes
continues sont supposées absentes).

En régime dynamique, le transistor peut être considéré comme le quadripôle suivant :

Ce quadripôle peut être représenté en utilisant les paramètres hybrides. Les variations des courants et des
tensions sont liées par les équations ci-dessous.

OFPPT/DRIF 68
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Vbe= h11 ib+ h12 vce

Ic= h21 ib+ h22 vce

Donc, le schéma équivalent d’un transistor en régime dynamique est:

Pour de faibles valeurs de ic , h22 ≈ 0 .on peut donc simplifier le schéma équivalent :

Donc i c = h21 ib . Sachant que IC =  IB donc h21 =  avec une bonne approximation.

L'une des applications du transistor est l'amplification. Cette amplification est réalisée au tour d'un point
de repos Q (IC et VCE, calculé en régime statique ou continue). Les signaux amplifiés sont les signaux
alternatifs. Nous avons en présence ici des signaux alternatifs et des signaux continus. On utilise le
théorème de superposition pour faire le calcul.

OFPPT/DRIF 69
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Les condensateurs CL sont des condensateurs de couplage ou de liaison, alors que le condensateur
CE est un condensateur de découplage.
On fait généralement l'hypothèse selon laquelle ces condensateurs sont équivalents à des courts-circuits
en alternatif et à des circuits ouverts en continu.

8.3.1 MONTAGE EMETTEUR COMMUN

En remplaçant les condensateurs par des courts-circuits et le transistor par un quadripôle

équivalent on obtient le schéma en régime dynamique suivant :

En négligeant les paramètres h12 et h22 , le schéma devient :

En charge, on a : vs = vce = - (RC // Rch) i c

⇒ i c =- vce / (RC // Rch)

OFPPT/DRIF 70
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Paramètres d’un amplificateur

N'importe quel type amplificateur peut être représenté par ce diagramme. Il contient des données
importantes. L'impédance d'entrée (Z entrée) est la charge que cet amplificateur va représenter pour la
source de signal ou l'étage amplificateur précédant. L'impédance de sortie (Z sortie) représente la
résistance interne équivalente (Rth) présente à la sortie. Ces deux impédances, Z entrée et Z sortie,
influencent la performance générale de l'amplificateur lorsque plusieurs étages de ce type sont reliés
ensemble.

Z sortie
Entrée
Sortie
Z entrée AV x Uentrée

Impédance d’entrée: Ze=Ve/ie donc Ze=R1//R2//h11

Impédance de sortie : Zs=Vs/is donc Zs=Rc//Rch

Gain en tension : Av=Vs/Ve VS= -(Rc//Rch) ic

Et comme ic=h21xib donc VS=- (Rc//Rch) h21xib

Ve=h11xib donc AV=-(Rc//Rch) h21/h11

8.3.2 BASE COMMUNE

OFPPT/DRIF 71
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Schéma équivalent en dynamique :

Ou bien en négligeant les paramètres h12 et h22 , le schéma devient :

8.3.3 COLLECTEUR COMMUN

Schéma équivalent en dynamique :

OFPPT/DRIF 72
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Ou bien En négligeant les paramètres h12 et h22 , le schéma devient :

RB = R1 // R2

8.4 RÉPONSE EN FRÉQUENCE


Suivant les fréquences des signaux amplifiés , On distingue les amplificateurs basse fréquence qui amplifient
des signaux de fréquences inferieures à 20 Khz (amplificateurs audio) et les amplificateurs haute fréquence HF
ainsi que les amplificateurs large bande .

La réponse en fréquence d’un amplificateur détermine la variation de son gain en décibel :Gdb en fonction de
la fréquence du signal amplifié :

Gdb=20log(Vs/Ve)

On définie la fréquence de coupure comme étant la fréquence correspondante a un gain égale a Gmax/2 ou
bien (Gmaxdb-3db).

Exemple de réponse en fréquence d’un amplificateur large bande :

OFPPT/DRIF 73
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

8.5 TABLEAU COMPARATIF


Montage Emetteur Montage collecteur Montage base
Commun commun commune
Déphasage 180° O° 0°
Gain en tension Grand Environ 1 Grand
Gain en courant Grand Grand Environ 1
Gain en puissance Très grand Moyen Grand
Impédance d’entrée moyenne grande petite
Impédance de sortie Grande petite Très grande
Utilisation Amplificateur Amplificateur de Amplification HF
universel courant
Oscillateur
Adaptation
d’impédance

OFPPT/DRIF 74
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

9 EXEMPLES DE FICHES TECHNIQUES

9.1 DIODES

OFPPT/DRIF 75
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

9.1 PONT DE GRAETZ

OFPPT/DRIF 76
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

9.2 RÉGULATEURS 78XX

OFPPT/DRIF 77
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

9.3 AMPLIFICATEUR 741

OFPPT/DRIF 78
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

9.4 TRANSISTORS 2N2222

OFPPT/DRIF 79
Résumé de Théorie et S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

S2. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES


TRAVAUX PRATIQUES

OFPPT/DRIF 80
Résumé de Théorie et S7. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

1. TP1

Matériel nécessaire:
 1 résistance 100, 2W
 1 condensateur 470µF, 63V
 1 régulateur 7812 (TO 220)
 4 diodes 1N4004 .
 1 Transformateur 15V
 1 cordon d’alimentation 220V
 Ajouter un condensateur à la sortie

D4 D1
es
15V i o
220V 4 x 1N4004 7812
50 Hz
+ c Rc
D2 D3 C1 100
470µF

Figure TP :1

Déroulement du TP
1. Quel est le brochage d’un régulateur de type 78XX?

i = U entrée
c = référence (Commun)
78xx o = U sortie

2. Repérer l’anode et la cathode de votre diode :

3. Réalisez le circuit de la Figure TP :1 et relever les mesures nécessaires pour compléter


le Tableau ci dessous:
OFPPT/DRIF 81
Résumé de Théorie et S7. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

Mesures Résultats Appareil utilisé


es eff
es crête
PIV de D1
Vdiff
U max aux bornes de Rc
URc moyen

4. Répondez aux questions suivantes.


Que se passe-t-il lorsqu’on remplace C1 par une valeur de 10µF?

Que se passe-t-il lorsque D1 est retirée du circuit?

.
Est-ce que la tension différentielle du régulateur dans le circuit est dans la région idéale?
_____________________________________________________________________
______________________________________________________________________

OFPPT/DRIF 82
Résumé de Théorie et S7. 1 CIRCUITS ELECTRONIQUES ANALOGIQUES
Guide de travaux pratique

2. TP2

Matériel nécessaire:
 Résistances : 20K,10K,1K…..
 CI 741
 Bloc d’alimentation symétrique
 Générateur de fonction.

+18V
U entrée

µA741 U sortie
R1
20k
-18V
R2 R3

1k 10k
Uf

1. Quel est la configuration de l’amplificateur opérationnel dans le circuit ?

2. Prenez les mesures nécessaires afin de compléter le tableau de mesures ci-dessous et


relevez les formes d’ondes Uentrée et Usortie présentes lors du test #1.

Tableau

Test U entrée U sortie Uf Av


#1 0,5 V c-à-c (sinus),
1kHz
#2 0,5 V C.C.
#3 -0,5 V C.C.

3. Transformez ensuite le circuit afin d’obtenir un gain de 4 en modifiant R3.


R3 = ___________
4. Quelle est l’impédance d’entrée du montage de la figure d’avant?

OFPPT/DRIF 83