Vous êtes sur la page 1sur 26

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/329701263

LE RATIONNEMENT DE CREDIT : THEORIE ET PRATIQUES

Article · January 2017

CITATIONS READS

0 1,450

3 authors, including:

Abdelouhab Salahddine Amina Hachimi


Abdelmalek Essaâdi University Abdelmalek Essaâdi University
6 PUBLICATIONS   0 CITATIONS    4 PUBLICATIONS   0 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

SME funding through Islamic Banking View project

workshop IBIMA MADRID SPAIN 2017 View project

All content following this page was uploaded by Amina Hachimi on 16 December 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

LE RATIONNEMENT DE CREDIT : THEORIE ET


PRATIQUES

Par :
M. Abdelouhab SALAHDDINE
Professeur-chercheur à l'ENCG Tanger Université Abdelmalek Essaadi
Mlle. Amina HACHIMI
Doctorante à l’ENCG Tanger Université Abdelmalek Essaadi
M Madjidi A. ZIN
Doctorant à l’ENCG Tanger Université Abdelmalek Essaadi

Résumé
Les PME contribuent d’une manière considérable à la croissance du PIB du Maroc et à
l’enrichissement de son économie. Toutefois, celles-ci affrontent des difficultés relatives aux
besoins financiers dues aux asymétries d’information qui existent dans leurs relations avec
les banques. Ces informations imparfaites sur les projets d’investissement des PME sont à
l’origine du rationnement de crédit pratiqué par les banques.

Cet article présente tout d’abord une revue de la littérature sur le rationnement de
crédit utilisé par les banques à l’encontre des PME supposées comme une clientèle à haut
risque. Il permet ainsi de mettre en lumière les causes, les déterminants et les mécanismes du
rationnement de crédit recensés par les principaux travaux de recherche sur le sujet. Ensuite,
une étude sur le terrain portant sur les chargés d’affaires des banques implantées dans la
région Tanger – Tétouan permettra de déceler les pratiques relatives à cette pratique dans le
financement des PME.

Mots-clés :

PME – Rationnement de crédit – Asymétrie d’information – Relation banque/PME –


Tanger

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 17
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

Introduction
La pratique bancaire dans le financement des PME a connu une évolution remarquable, ces
dernières années, par la mise en place des outils de gestion de risque et d’évaluation de la qualité des
entreprises. Elle a été le sujet de plusieurs travaux et articles scientifiques traitant les facteurs qui
influencent la décision d’octroi du crédit à la PME par la banque, et le phénomène du rationnement du
crédit qui freine l’accès de ces entreprises aux services bancaires.

En effet, le choix de l’analyse du financement des PME n’est point arbitraire, puisqu’elles
constituent le moteur de développement économique et social d’un pays et de la croissance du monde
des affaires. Ce type d’entreprise connaît certaines particularités, qui la distinguent de la grande
entreprise. Celles-ci peuvent être résumées par le principe de la proximité, étudié par Olivier Torres,
dans le cadre de l’organisation de l’entreprise, de sa décomposition fonctionnelle, de sa stratégie, de
son mode de financement et même de sa localisation géographique. Cette proximité, selon lui, est un
facteur de réduction de l’incertitude et un gage de confiance dans une relation d’affaire.

Ces entreprises nécessitent des fonds internes pour leur création et l’évolution de leur activité,
mais lorsque la capacité interne de financement n’est pas suffisante, elles s’adressent aux banques
pour capitaliser ses projets d’investissement. Néanmoins la PME rencontre des problèmes d’accès au
financement bancaire qui, dans la plupart du temps, est justifié par l’opacité de ce type d’entreprise.
En effet le processus de décision d’octroi des prêts aux PME est fortement dépendant de la nature de
l’information collectée qui porte généralement sur l’entreprise, son propriétaire et son environnement.

Se pose alors la question de savoir dans quelles mesures l’asymétrie informationnelle qui
caractérise les relations banques – PME pourrait être à l’origine d’un rationnement du crédit : Est-ce la
seule raison de ce rationnement ? Comment les banques l’exercent ? Et quelles sont les mécanismes
mis en place pour le réduire ? Quelle est la réalité de cette pratique dans le cadre de l’économie
marocaine ? Quelles sont les techniques de rationnement appliquées par les banques
marocaines ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre en présentant en premier
lieu un état de l’art sur le rationnement du crédit et dans le deuxième lieu les résultats d’une étude
exploratoire menée à l’échelle de la région Tanger-Tétouan du Maroc.

I - La théorie du rationnement du crédit

Une des principales théories retenue pour expliquer la structure financière des PME est le
rationnement du crédit. Avant de faire une présentation générale de cette théorie il convient
tout d’abord de définir la notion de rationnement du crédit.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 18
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

« Le rationnement est la limitation de consommation des produits à une personne à


cause de la rareté des ressources (quantité/prix). » Dictionnaire Larousse.

Dans le domaine de la finance, le rationnement est généralement associé au terme


« crédit » et apparaît fortement dans les décisions d’octroi du crédit et de son montant prises
par les banques dans le but de faire face au manque ou imperfectionnement des informations
sur la crédibilité des emprunteurs (Craig et Hardee, 2007). Pour la banque, le rationnement
existe lorsque le taux débiteur est inférieur strictement au taux d’équilibre qui résulte de
l’intersection de la demande et de l’offre du crédit provenant du client.

D’ailleurs, Baltensperger (1978) a défini le rationnement de crédit comme étant une


situation de rejet de demande de financement de projet même si l’emprunteur est prêt à payer
des taux d’intérêt élevés et fournir des garanties importantes.
1.1 – Le rationnement du crédit : une pratique, plusieurs causes
Premièrement, le rationnement de crédit trouvait, jusqu’à une date, une de ses causes
principales dans la fixation des taux d’intérêt source de déséquilibres entre l’offre et la
demande (Cho, 1986). Il se manifeste aujourd’hui dans les directives du comité de Bâle qui
imposent aux banques d’assurer un équilibre entre les réserves numéraires et le risque
encouru. Ces directives cherchent à réduire le risque de crédit par l’application du scoring aux
demandeurs de crédit. Il en résulté un changement du fonctionnement du marché qui se
traduit par le recours au rationnement (Artus, 2002 ; Slijkerman et al., 2004).

Une deuxième cause du rationnement du crédit, sont les périodes de récession


économique ou de crise. Les banques en raison des problèmes de solvabilité perçue limitent
l’accès des emprunteurs au marché du crédit. Elles diminuent leurs encours de crédit en
faisant appel au rationnement (Credit Crunch) et leurs bilans se trouvent dégradés par la
réduction des fonds propres et l’aggravation du risque de défaut (Mishkin, 1999). De même
les emprunteurs voient leur niveau du risque augmenter et affecte leur réputation de
solvabilité. Ils deviennent ainsi prêt à payer plus cher le crédit pour couvrir les coûts y
afférents (Berger, Frame et Miller, 2005).

La troisième cause retenue par la littérature comme facteur explicatif du rationnement


du crédit est l’inflation. Cette variable affecte l’efficacité du système bancaire et diminue en
conséquence les taux de rendement réels des investissements et des crédits bancaires (Boyd,
http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 19
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

Levine et Smith, 2000). Il en résulte une amplification des frictions dans le marché de crédit
et l’aggravation du problème d’asymétrie d’information, ce qui entraîne par voie de
conséquence un rationnement du crédit (Gao et al., 2012).

Pour D.R. Hodgman (1960), la principale cause du recours au rationnement du crédit,


quatrième cause, réside dans le risque de défaut de l’emprunteur. Autrement dit lorsque les
banques ignorent la capacité de remboursement du prêt d’un emprunteur, elles préfèrent ne
pas distribuer de crédit. C’est ce que qualifie les postkeynésiens d’incertitude du futur.

Les néo-keynésiens et dans la même perspective affichent l’asymétrie d’information


comme variable capitale dans l’explication de ce comportement d’exclusion de certains
emprunteurs du marché du crédit (cinquième raison).
1.2 – Le rationnement du crédit et l’asymétrie d’information
Stiglitz et Weiss (1981) reconnaissent deux situations principales sources d’asymétrie
d’information dans la relation banque/PME :

 la sélection adverse (Akerlof, 1970) définit par la difficulté de la banque à distinguer entre
les projets d’investissement présentés à cause du manque d’information sur l’emprunteur et
sur les caractéristiques de son projet.
 l’aléa moral ou l’effet d’incitation, qui est le risque de changement de comportement de
l’emprunteur au moment de la réalisation du projet suite à une fluctuation du taux d’intérêt
(Arrow, 1963).

Dans ces deux situations, le taux d’intérêt n’est plus une référence pour l’équilibre du
marché du crédit. Les banques choisissent plutôt la quantité comme variable d’équilibre et
limitent ainsi l’accès au financement pour certaines catégories d’emprunteurs. Selon Stiglitz
et Weiss, le rationnement de crédit est pratiqué dès que la demande de crédit pour un taux
d’intérêt optimal dépasse l’offre de la banque.

Williamson (1986) de son côté s’est intéressé au post financement des projets, et il a
soulevé le risque que la banque soit victime d’un détournement des profits réalisés par
l’emprunteur. Une autre situation qui pousse les banques à opter pour le rationnement
quantitatif pour pallier aux comportements opportunistes potentiels de certains emprunteurs.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 20
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

1.3 – Les déterminants du rationnement du crédit


Cinq principaux groupes de variables peuvent retenus comme influençant sur la décision de la
part des banques d’exclure certains de leurs clients du crédit (Okurut et al. 2011) :

1.3.1 – Les caractéristiques de l’emprunteur

Parmi les variables les plus citées dans la littérature comme déterminantes du
rationnement du crédit, on retrouve les caractéristiques de l’emprunteur. C’est le cas plus
particulièrement des PME qui présentent des spécificités argument principale de limitation de
leur accès au marché de crédit. Il s’agit essentiellement des :

 caractéristiques démographiques : la taille de l’entreprise est prise en considération dans le


traitement de dossier du crédit, elle est liée négativement à la probabilité du refus d’octroi de
prêt (Levenson et Willard, 2000) ; l’âge de la PME est un indicateur clé de sa capacité de
survie, de la qualité de son management, de l'amélioration de son image positive et sa
réputation (Diamond, 1991 ; Cole, 1998; Beck et al., 2006; Steijvers, 2008 ; Hashi and Toci,
2010) ; le secteur d’activité à travers ses performances intégrales et ses évolutions constitue
un indicateur pesant dans l’évaluation de la situation de toute entreprise appartenant à ce
secteur ( Abo, J., 2007 ; Cole, 1998; Beck et Levine, 2002; Cowling et Mitchell, 2003).

 caractéristiques du système de gestion : le degré de concentration de gestion traduit par le


contrôle de l’entreprise qui est totalement assuré par les propriétaires dirigeants ou
l’actionnaire majoritaire chose qui constitue, selon Bellentante et Levratto (1995), un
facteur considérable d’accroissement des coûts et de probabilité de faillite ; le niveau de
formalisation des systèmes d’information de la PME élément fondamental pour la réduction
des asymétries d’information ; la structure organisationnelle et le degré de spécialisation des
tâches informent sur le bon fonctionnement de l’entreprise et peuvent rassurer les banques
de la bonne gestion de la PME à titre d’exemple les faiblesses en gestion financière des
entrepreneurs impactent la qualité des informations qu'ils fournissent aux banques
(McMahon et al. 1993) ; les caractéristiques de la stratégie adoptée par l’entreprise est
également une donnée importante sur laquelle s’attardent les banquiers dans l’appréciation
d’un dossier de crédit.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 21
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

 caractéristiques patrimoniales et de rentabilité : il s’agit tout d’abord de la valeur des


garanties offertes par l’entreprise qui influence le comportement de rationnement du crédit
pratiqué par la banque (Ghosh et al, 1999) et qui informe sur ce que détient l’entreprise.
Ensuite le degré de profitabilité de l’entreprise, qui informe les banques sur la capacité de
l’entreprise à dégager des bénéfices suffisants pour rembourser les emprunts contractés,
est une variable déterminante dans l’accès des PME au financement (Klapper et al., 2006 ;
McMahon et al., 1993).

 Le profil du dirigeant-propriétaire de la PME a une forte incidence sur l’accès au


financement bancaire. Cavalluzzo et al. (2005) et Han (2008) ont analysé l’influence des
caractéristiques de l’entrepreneur sur les contraintes financières relatives aux PME et ils les
ont associées à la probabilité de refus du prêt. La formation et l’expérience professionnelle
du propriétaire-dirigeant de la PME sont corrélées positivement avec la disponibilité du
crédit puisque l’entrepreneur, disposant d’un niveau de formation élevé, est censé réduire
l’asymétrie d’information entre la banque et son entreprise (Krasniqi, 2010). Bien qu’il
existe d’autres caractéristiques du dirigeant-propriétaire telles que l’âge, la propriété de la
famille, etc., qui agissent sur la décision de la banque.

1.3.2 – Les caractéristiques du préteur

La probabilité du rationnement du crédit peut être aussi associée aux spécificités de la


banque elle-même. Tout d’abord, la structure organisationnelle de la banque joue un rôle
important dans l’accès des PME au crédit (Petersen and Rajan 1994, 1995; Berger and Udell,
1996; 2002; Black and Strahan, 2000). C’est le résultat qui se dégage d’ailleurs de l’étude menée
par Vitols (1995), en Allemagne, en raison de l'importante décentralisation du marché du crédit et
de l'action considérable, au niveau local, des Caisses d'Épargne et des Banques Coopératives.

L'importance du rationnement du crédit dépend en effet de la "proximité" existante entre


la banque et la PME. Des études empiriques montrent que les petites entreprises américaines
ont une grande probabilité d’être rationnées si elles sont situées dans une zone dominée, en
termes de parts de marché, par une banque à succursales multiples (Leeth, Scott et
Dunkelberg, 1987). Riding, Haines, Thomas (1994) et Riding, Swift (1993) aboutissent aux
mêmes conclusions au Canada.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 22
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

De même, la taille des fonds propres de la banque affecte ses mécanismes d’octroi du
crédit (Stein, 2002; Berger et al., 2005). En fait, le niveau des fonds propres déterminé et exigé
par le comité de Bâle impose aux banques deux situations : diminuer leur total bilan ou
augmenter leur capital. Dans le cas où la banque est obligée de procéder à un désendettement, le
rationnement des offres de crédit est utilisé fortement. En effet, Sapienza (2002) a stipulé que
plus la banque est large, plus elle réduit l’offre du crédit aux petits et moyens emprunteurs.

En outre, la proximité physique de la banque par rapport aux PME joue un rôle essentiel
dans l’accès de ces entreprises au financement bancaire. Ce propos a été argumenté par le fait
que cette proximité accroît la disponibilité des informations liées à l’environnement de
l’entreprise et diminue les coûts de transfert d’information utile à la banque dans les phases
du « monitoring » et « screening ». En effet, les PME ont plus de chance d’accéder aux
emprunts offerts par les banques proches d'eux géographiquement et caractérisées par leur
petite dimension (Saunders et Allen, 2002). Ainsi les banques exigent des conditions de prêt
rigides davantage pour les emprunteurs loin d’eux. La distance de la PME du centre de prise
de décision de la banque est également cruciale dans le processus de prêt.

1.3.3 – Les caractéristiques de la relation emprunteur-préteur


La force de la relation entre la banque et la PME induit la génération de l’information privée
qui réduit l’asymétrie d’information, et par conséquent, favorise la décision d’octroi du crédit en
faveur de la PME. Cette relation est caractérisée par plusieurs facteurs qui interviennent dans le
processus d’évaluation et dans le comportement du rationnement du crédit de la banque.

Dans ce cadre, la durée de la relation entre la banque et la PME a été reconnue dans les
modèles théoriques traitant de la question du choix de financement (Petersen et Rajan, 1994;
Von Thadden, 1995). Elle abaisse les coûts de l'emprunt et la probabilité d'exigence des
garanties par la banque (Berger and Udell, 1995). Elle permet également de réduire l'asymétrie
d'information entre la banque et la PME et ainsi la probabilité du rationnement du crédit. Par
contre, Cole et al. (1998) constatent que la durée de la relation n’est pas aussi importante que la
relation « intense » elle-même, puisque celle-ci augmente la probabilité d’obtenir un crédit
supplémentaire et avoir une réponse favorable pour la demande du prêt de la part de la banque.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 23
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

En outre, les relations bancaires multiples d’une entreprise affectent son accès au crédit.
D’un côté, cette multibancarité diminue le risque de pénurie des liquidités de la banque et
évite d’abandonner les projets d’investissement par les entreprises (Detragiache et al., 2000).
D’un autre côté, le recours des PME à une seule banque réduit leur pouvoir de négociation et
augmente celui de la banque (Bris and Welch, 2005), facilite l’accès au financement de la
PME et rend les projets d’investissement à financer rentable (Gobbi et Sette, 2014). Dans ce
sens, la décision de la banque sur l’octroi du crédit à une PME est influencée par le nombre
des relations bancaires nouées par l’entreprise.

En dernier lieu, l’historique d’endettement bancaire représente également un signal


fiable de solvabilité de l’emprunteur, et l’investissement de la banque dans la récupération
des informations sur l’entreprise joue un rôle primordial dans la décision du rationnement du
crédit prise par la banque (Steijvers et Voordeckers, 2009).

1.3.4 – Les caractéristiques du projet financé


Par ailleurs, les spécificités du projet d’investissement présenté par la PME peuvent
également influencer la décision d’octroi du crédit. En effet, la banque évalue le projet sur la base
des critères financiers, à savoir, la valeur actuelle nette, le taux de rendement interne et l’indice de
profitabilité qui permettent d’analyser la rentabilité et le coût-utilité du projet. Elle distingue aussi
entre les différents projets des PME mis en avant par leur nature (création, extension,
exploitation…), par leur secteur d’activité et par leur degré d’innovation. Ce dernier point a été le
sujet des études récentes sur le rationnement du crédit, qui ont montré que la probabilité du refus
de financement est plus intense pour les projets innovants (Freel, 2007; Piga et Atzeni, 2007).

1.3.5 – Les caractéristiques du prêt


De même, les caractéristiques du prêt influencent la décision de la banque. En fait, les
banques en concurrence fixent un taux d’intérêt, sur la base du taux directeur précisé par la banque
centrale, comme étant un dispositif de « screening » pour distinguer les « bons » emprunteurs des
« mauvais » emprunteurs et permettant de gérer le volume des crédits à octroyer par la banque. Une
augmentation du taux d’intérêt par la banque peut effectivement conduire à une baisse du bénéfice
attendu de celle-ci en raison de l'effet de sélection adverse et l’aléa moral (Becchetti et al, 2009).

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 24
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

Dans ce sens, le montant du crédit est considéré comme étant un des déterminants du
rationnement du crédit, où deux visions se confrontent, l’une postule que la taille du crédit est
liée positivement avec son rationnement (Evans et Jonanovic ,1989), l’autre réclame la
relation négative entre le montant du prêt et le coût de l’emprunt (Schreft et Villamil 1992).

En outre, la maturité du crédit peut également influencer le comportement du


rationnement du crédit des banques, elle leur permet de déterminer les pertes en cas de
défaillance de l’emprunteur (Lapar and Graham, 1988). Plus la période du prêt est longue,
plus le prêt nécessite un suivi et un contrôle accru et le risque de son recouvrement est plus
élevé, d'où la probabilité du rationnement du crédit. Par contre, le prêt à court terme est moins
rationné car il réduit le problème de l’asymétrie d’information (Berger et Udell, 1992).

1.4 – Les solutions au rationnement du crédit :


La littérature sur le rationnement du crédit énumère un certain nombre de moyens utilisés par
les banques et les PME pour pallier à l’exclusion éventuelle de ces dernières du crédit en s’attaquant
aux éléments pouvant atténuer ce phénomène.

1.4.1 - L’information comptable et financière


Les informations comptables et financières sont souvent présentées comme variable
déterminante dans l’évaluation du risque de crédit des entreprises. Elles occupent en
conséquence une place primordiale dans les analyses effectuées par les chargés d’affaires et
les utilisent pour appuyer leurs décisions d’octroi du crédit.

Elles suscitent souvent des interrogations quant à leur insuffisance et à leur imperfection
et parfois par rapport à leur complexité. Ce qui occasionne des problèmes d’asymétrie
d’information (Sharpe, 1990) dans la relation entre la PME et la banque source de sélection
adverse (Stiglitz et Weiss, 1981) et/ou d’aléa moral (Darrough et Stoughton, 1986 ; Chan et
Thakor, 1987), ce qui rend difficile l’appréciation du risque de la part des prêteurs.

1.4.2 - Les clauses restrictives


Un des moyens les plus utilisés par les banques pour contrôler le comportement des PME
après l’obtention d’un emprunt est l’insertion de clauses restrictives dans le contrat de prêt.
Celles-ci peuvent portées soit sur des restrictions quant aux choix des dirigeants dans la
réalisation de leur politique de production et d'investissement réduisant ainsi les opportunités

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 25
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

des PME de changer de projet ; soit sur des conditions particulières relatives à la politique des
dividendes évitant de procéder à des retraits par les dirigeants de montants excessifs de
capitaux ; soit encore sur les choix du dirigeant en matière de politique financière en imposant
un taux d'endettement maximal à ne pas dépasser ; soit enfin sur des spécifications de la nature
des informations que le dirigeant doit fournir au banquier. Toutes ces clauses permettent à la
banque de réduire le risque apparent et l’asymétrie d’information qui caractérisent la relation
banque – PME et donc limite le rationnement du crédit de ces dernières.

1.4.3 - Les garanties


L'introduction des garanties dans le contrat de prêt permet aux banques de procéder à une
discrimination parmi les emprunteurs en distinguant les bons des mauvais. Pour Besanko et Thakor
(1987), l'apport de garanties limite en effet les risques d'aléa moral. Les garanties augmentent les
chances de lancer des projets moins risqués sous peine de les perdre (Williamson, 1983). Il en
découle plus de disponibilité de crédit pour les PME présentant des garanties crédibles aux yeux des
banquiers.

Les garanties servent pour le recouvrement des crédits en cas de défaut de


remboursement de l’emprunteur et la réduction de l’asymétrie d’information entre la PME et
la banque (Chan et Kanatas, 1985). D’après certaines études empiriques, les garanties
réduisent les problèmes de l’aléa moral et de la sélection adverse (Chakraborty and Hu, 2006;
Brick and Palia, 2007).

Parmi les travaux étudiant l’hypothèse de rationnement de crédit, Cosh et Hughes


(1994) proposent de retenir l’importance des garanties requises pour repérer la surexposition
des PME au rationnement du crédit. L’exigence de garanties des banques dans l’accès de ces
entreprises au crédit a été notée dès 1979, sur le cas anglais, par le comité Wilson et
réaffirmée par Middleton et alii (1994). Ce même constat a été souligné, pour le cas français,
anglais et allemand, par le CNC (1991) et, pour les cas anglais et américain, par Bannock et
Morgan (1988). Tous ces résultats vont dans le sens d’une surexposition des PME au
rationnement du crédit.

1.4.4 - Les relations de clientèle


Les relations de clientèle qu’entretient la banque avec ses clients, en mettant à sa
disposition une base de données internes sur l'entreprise cliente, lui permettent de limiter les

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 26
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

asymétries d'information ex-ante et ex-post mais aussi de réduire le coût de recherche


d’information. Elles améliorent la qualité de portefeuille de la banque en éliminant peu à peu
les entreprises risquées (Diamond, 1989).

Elles permettent également aux PME de développer une bonne réputation qui peut leur
assurer un accès facile au crédit et dans de meilleures conditions (Diamond, 1989). Cette réputation
est source de confiance. La PME se trouverait alors persuader de transgresser ses engagements sous
peine de perdre la confiance qu’il a pu construire au fil du temps (Rivaud-Danset, 1996).

Empiriquement, les études réalisées d’une part par Petersen et Rajan (1994) et, d'autre
part, par Berger et Udell (1998) sur des échantillons de P.M.E. américaines confirment
l'impact de la relation de crédit sur respectivement la disponibilité et le coût du crédit.

Selon Petersen et Rajan (1994) l'impact des relations de clientèle sur l'importance du
rationnement dépend du nombre de banques avec qui les P.M.E. sont en relation. La
mutibancarité influence négativement la disponibilité du crédit aux P.M.E. Le financement
exclusif des P.M.E permet en effet la réduction des coûts de transaction et des asymétries
d'information qui caractérisent la relation banque-entreprise (Doberanzke, 1993).

Alexandre et Buisson-Stéphan (2014) ont réalisé une étude qui vise à mesurer le rationnement
du crédit des PME françaises sur la période 2000-2008. Ils ont conclu que le rationnement du crédit
a été renforcé pendant la crise de 2008, et les PME sont les plus affectées par le rationnement de
crédit bancaire, en particulier, celles qui disposent de moins de garanties, dégagent moins de cash-
flow et croissent plus rapidement que les autres. Cette étude a montré que les banques ont privilégié
les PME affiliées aux grands groupes au détriment de celles qui sont indépendantes.

II - Le rationnement du crédit et les pratiques bancaires : cas de la région Tanger – Tétouan


En vue de voir la réalité du rationnement du crédit dans le cadre de l’économie marocaine,
nous avons mené une enquête auprès des banques implantées dans la région Tanger – Tétouan.
Nous nous sommes adressés à 33 chargés d’affaires relevant des différentes banques marocaines
de cette région. Des interviews, sur la base d’un guide d’entretien, ont été menées au niveau de
chaque chargé d’affaires. Les résultats qui ressortent de l’analyse des données collectées
permettent d’apporter des éclaircissements sur la pratique du rationnement du crédit à l’échelle
des banques marocaines.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 27
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

2.1 - Le manque d’information et le risque apparent : principales causes du rationnement


Les résultats de l’enquête révèlent que la perception du risque ou le manque
d’information sont deux raisons qui suffisent à conduire les banquiers à rationner leur offre de
crédit aux entreprises, notamment si ces dernières ne sont pas clientes. En effet la grande
partie des chargés d’affaires (82%) déclare que leurs banques préfèrent ne pas distribuer de
crédit si elles ne disposent pas de toute l’information sur la PME à financer.

Et lorsqu’une entreprise paraît risquée, 88 % des chargés d’affaires interviewés confirment


que leurs banques préfèrent ne pas distribuer de crédit. Lorsque l’entreprise entretient des relations
avec la banque, les chargés de clientèle tentent plutôt de compenser le risque pressenti en
privilégiant, respectivement pour 18% et 27 % d’entre eux, l’augmentation des taux d’intérêt, ou
l’exigence de garanties supplémentaires. La détection du risque sur une entreprise conduit le
banquier au rationnement quantitatif de manière systématique face à des entreprises non clientes.

Comparé au manque d’information, la perception du risque apparaît comme un


déterminant essentiel des comportements de rationnement des banques à l’égard des PME,
puisque, à en croire les chargés d’affaires, ils déploient beaucoup de moyens pour combler le
manque d’information en utilisant différents canaux (banquiers, fournisseurs, clients...etc).

2.2 – Les facteurs influençant sur le rationnement du crédit

2.2.1 - La taille et le rationnement du crédit


Nous avons demandé aux chargés d’affaires de comparer l’évolution des conditions de crédits
aux PME et aux grandes entreprises. Alors que les grandes entreprises n’ont pas vu leurs conditions
de financement s’assouplir, car 73% des répondants affirment que leurs critères n’ont pratiquement
pas changé ; 52% des chargés d’affaires affirment par contre, que les conditions de crédits des PME
se sont assouplis quelque peu ; mais cette tendance doit être prise avec précaution puisque, pour
39% des répondants, les conditions de crédits aux PME sont restés presque les mêmes, voir durcies
selon 9% des chargés d’affaires. Mais cela ne suffit pas à conclure à un rationnement systématique
des PME sur le marché de crédits. Les déclarations de l’un des banquiers apportent des
éclaircissements édifiants :

[…la décision de financer une PME ou une grande entreprise n’est pas une question
de taille, on peut avoir une grande entreprise qui a une situation financière fragile, un

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 28
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

mauvais management et une mauvaise réputation, ce n est pas la taille qui donne la qualité
de l’affaire…].

La variable taille ne semble pas avoir un effet significatif sur la stratégie de sélection
des banques

2.2.2 - Le secteur d’activité et le rationnement du crédit


La comparaison des réponses confirme la préférence des banquiers au secteur du
commerce et de la distribution (79%), suivis de l’agroalimentaire (36%), de l’industrie de
transformation (21%) et des transports (18%). La préférence pour le secteur de commerce
peut être liée au fait que ce dernier bénéficie en général des autres formes de crédit, surtout les
crédits fournisseurs ; ce qui peut constituer une gage pour les banquiers mais aussi et surtout
aux rendements importants et immédiats réalisés dans le cadre de ce secteur.

Les secteurs du Bâtiments et de l’immobilier, de textile et de l’habillement de même


que l’artisanat et le travail de cuir ne semble avoir la faveur des banquiers actuellement avec
respectivement 64%, 61% et 52% d’avis défavorables auprès des chargés d’affaires.

Toutefois cette situation est nuancée par les propos d’une chargée de clientèle :

[…Rationnement sectoriel ? Pas de standard, réponse au cas par cas. Prenez le cas de la
promotion immobilière, toutes les banques la finançaient les yeux fermés il ya encore
quelque temps, mais aujourd’hui la crise est là, donc on est un peu prudent. En effet,
puisque rien n’est éternel, la préférence sectorielle n’a pas de sens, ce qui n’est pas porteur
aujourd’hui peut le devenir demain, ce qui compte c’est d’abord la santé financière et les
perspectives d’évolution de l’affaire. Par exemple, on peut avoir une entreprise qui a une
structure financière équilibrée, mais opère dans un secteur en crise, alors à cause de la
conjoncture, on préfère ne pas accorder de crédit. Mais toutes les entreprises, quelque soit
leur secteur d’activité sont normalement les bienvenues chez nous…, mais en fonction de la
conjoncture dans un secteur, nous pouvons revoir notre politique de crédit].

Une entreprise peut donc être rationnée si elle opère dans un secteur qui présente très
peu de visibilité future pour les banquiers.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 29
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

2.3 – Les mécanismes mis en place pour réduire le rationnement du crédit


L’exigence de garanties supplémentaires et une augmentation du taux d’intérêt sont citées
respectivement dans 55% et 12% des cas, suivie de l’introduction de clauses restrictives (21%)
comme moyens utilisés pour réduire les asymétries d’information qui caractérisent les relations
banque - PME. Les banquiers ont toutefois développé suffisamment de méthodes et investissement
dans l’acquisition d’informations sur l’activité et la situation des entreprises qu’ils financent pour
limiter le risque d’information incomplète.

2.3.1 - L’information comptable et financière et le rationnement du crédit


Les documents comptables ont été cités par 100% des chargés d’affaires comme le premier
élément qui compte dans un dossier de crédit. Comme nous dit un des chargés d’affaires :

[...nous regardons d’abord les fondamentaux de l’analyse financière tels : le fonds


de roulement, le besoin de fonds de roulement, la trésorerie nette….après nous procédons
à une analyse économique et commerciale…]

L’analyse financière des documents comptables fournis à la banque par la PME est la
technique d’appréciation des risques la plus répandue. Mais, les chargés d’affaires affirment
également ne faire confiance qu’au bilan fiscal qui est le plus correct à leurs yeux. L’un des
chargés d’affaire déclare à cet effet :

[…il nous arrive souvent de voir des chiffres différents dans les colonnes des bilans
de deux années consécutives, ces chiffres étant supposés être identiques, c’est pourquoi
nous demandons le bilan fiscal…]

Bien que ces comportements opportunistes des dirigeants soient fréquents, les chargés
d’affaires tirent des enseignements importants des documents comptables les plus fiables.
L’étude de la structure financière en est un exemple. Le rôle de signal joué par la structure
financière de l’entreprise dans la décision d’octroi de crédit apparaît clairement dans les
réponses données par les chargés de clientèle interviewés.

Si les chargés d’affaires affirment à 100% que la structure financière est importante
dans leurs décisions, son interprétation par contre montre quelques disparités. Ainsi pour 67%
des répondants la structure financière « est le reflet de la solidité de l'entreprise et de ses
capacités à se développer » et 58% d’entre eux pensent que la structure financière « est
http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 30
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

révélatrice du choix du chef d'entreprise, de ses stratégies patrimoniales et de


développement ». Pour d’autres, la structure financière « reflète l’équilibre financier et
renseigne sur le taux d’endettement » ou encore « elle permet d’appréhender le degré de
solvabilité de l’entreprise ». Dans leur majorité, les chargés de clientèle semblent détecter le
signal que la structure financière est supposée leur envoyer.

Le rôle de l’endettement comme signal de la firme apparaît de façon explicite dans les
opinions des chargés d’affaires. Ainsi, à la question « Quel est le degré d'importance du taux
d'endettement pour vous dans l'octroi de crédit à une PME? », les chargés d’affaires affirment
à 72% que le taux d’endettement est un élément important dans leur décision, alors que pour
21% d’entre eux, cette variable est très importante.

2.3.2 - La demande de garanties et le rationnement du crédit


A la question « La prise de garantie est- elle systématique ? », les résultats de l’enquête
révèlent que l’usage de garanties est systématique dans 85% des cas. L’un des chargés d’affaires
reconnaît ce caractère systématique de l’exigence de garanties pour l’octroi de crédits :

[… les prêteurs doivent savoir qu’ils ont une double casquette, ils sont à la fois
déposants et prêteurs ; les garanties constituent pour nous, la seule manière de les
satisfaire en tant que prêteurs et de sécuriser leurs dépôts en tant que déposants, mais ils
ne comprennent pas cela et nous accusent de demander trop de garanties…]

Rien toutefois ne nous permettrait de conclure à partir de ces résultats à une demande
excessive de garanties.

2.3.3 – La concentration du capital et le rationnement du crédit


La structure de propriété de l’entreprise est également un élément déterminant de la relation
de financement, comme le montre l’importance pour le banquier de la nature des fonds propres de la
PME. Ainsi 3 chargés d’affaires sur 10 considèrent que la structure de propriété est très importante
et près de 7 chargés d’affaires sur 10 la jugent importantes dans leurs décisions.

L’importance de la structure de propriété pour les chargés d’affaires se justifie selon eux
par le fait que, cela constitue pour les uns « une garantie pour notre banque », et pour
d’autres « elle reflète la garantie potentielle sur laquelle la banque peut compter ». Le

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 31
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

patrimoine personnel du (ou des) dirigeant (s) est l’élément le plus important auquel les
chargés d’affaires accordent de l’importance.

Plus important encore, aux yeux des chargés d’affaires le caractère familial du capital,
synonyme en partie de l’implication du dirigent dans l’investissement de l’entreprise. Erigé
comme faiblesse des entreprises marocaines par les chercheurs universitaires, les chargés de
clientèles interviewés semblent voir le caractère familial des PME d’une autre manière. Ainsi un
peu plus de la moitié (52%) des répondants jugent favorablement le caractère familial du capital.

Pour 12% des chargés d’affaires, un capital détenu totalement par le dirigeant (ou le
dirigeant et sa famille) constitue pour eux, dans l'octroi de crédit, un élément très favorable
comme le justifie avec nuance l’un d’entre eux :

[…le caractère familial revêt un avantage important. Il nous assure la stabilité de


l’affaire, l’homogénéité des équipes dirigeantes, la garantie de ne pas avoir à gérer des conflits,
mais une fois encore c’est au cas par cas, il n’y a pas de standards à ce sujet, tout dépend de la
mentalité des dirigeants, du management…dans certains cas c’est très défavorable]

2.3.4 – Les clauses contractuelles et le rationnement du crédit


Les contrats de financement sont assortis de clauses restrictives qui constituent un des moyens
essentiels d’accroître la probabilité de remboursement du crédit. Ainsi, 82% des répondants
affirment inclure toujours des clauses restrictives dans les contrats de crédits.

Les résultats de l’enquête montrent que, face à la clientèle P.M.E., les banques font
appel à des clauses très diversifiés. Ces dernières portent sur l’obligation pour la firme de
fournir des informations sur sa politique financière. On remarque ainsi que l’exigence d’un
engagement à maintenir stables les principaux ratios de l’orthodoxie financière vient en tête
des préoccupations des chargés d’affaires avec 82% d’opinions favorables ; le blocage du
compte courant d’associés arrive en deuxième position avec 79% des cas. D’autres clauses
cités dans 3% des cas portent sur l’engagement de ne pas distribuer de dividendes,
l’augmentation de capital ou encore le changement des caractéristiques de crédits.

A retenir également à ce niveau que 88 % des répondants affirment exiger à leurs clients
de ne pas dépasser un taux d’endettement maximum qu’ils auraient fixé au préalable. Les

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 32
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

maxima fixés par les chargés de clientèles se présentent comme suit : 2/3 du financement
permanent, 50 % et 25% du chiffre d’affaires.

Même si la prise de garanties est quasi systématique, les chargés d’affaires affirment que
cela dépend de la nature et du montant du crédit et enfin de la qualité de la structure financière.
Les garanties les plus utilisées sont les actifs de l’entreprise et les garanties personnelles et les
cautions des associées. Ainsi, le nantissement sur machines et équipements sont cités dans 73%
des cas et le nantissement sur le fonds de commerce est cité dans 91% des cas. Près de 80% des
chargés d’affaires ont mentionné l’usage de la caution des associés et 70% ont cité l’usage de
garanties personnelles. Les fonds de garanties sont également utilisés par les entreprises qui
possèdent peu de suretés réelles ou personnelles, 21 % des répondants affirment exiger ce type de
garantie. Il arrive souvent qu’une combinaison des garanties soit envisagée en fonction des cas.

Quant à la question « Lorsqu'un crédit objectif est accordé, les entreprises essayent –
elles de changer de projet ? », les banquiers interviewés répondent pour 88% d’entre eux que
cela arrive rarement. Si les entreprises changent rarement de projet, il n’en demeure pas moins
qu’ils ne déclarent pas à leurs banquiers les vrais résultats de leur activité. En effet pour 70%
des chargés d’affaires les entreprises changent souvent de résultats et pire encore, 21% d’entre
eux pensent que cela arrive très souvent. Dès que cela arrive, les banquiers affirment qu’ils
exigent les bilans fiscaux, lesquels contiendraient les vrais chiffres et le vrai résultat.

Le risque d’aléa moral n’est apparemment combattu de cette manière par les banquiers
car ils risquent de subir de coûts d’agence en faisant confiance au contrôleur fiscal à s’assurer
de l’exactitude des chiffres déclarés par les dirigeants.

Lorsque les banquiers octroient des crédits ils procèdent systématiquement au contrôle
de la destination des fonds par différents moyens. A la question « Comment contrôlez-vous la
destination des fonds accordés à l'entreprise ? », les chargés de clientèle répondent à 76%
qu’ils paient directement les fournisseurs, tandis que 64% des répondants affirment qu’ils
débloquent le compte sur présentation de factures du bien acheté. Le contrôle des banquiers
s’effectue encore sous d’autres formes :
 Contrôle des mouvements sur le compte
 Vérification des états de synthèse lors du renouvellement du crédit

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 33
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

 Vérification des chèques payés


 Déblocage en tranches

En dehors du suivi des mouvements de compte et l’étude des états financiers, les
banquiers organisent des rencontres régulières avec les dirigeants de l’entreprise (12% des
cas). Ainsi plus de la moitié des chargés d’affaires affirment rencontrer jusqu’à 10 fois par an
le directeur général ou le directeur financier de l’entreprise. Ils précisent toute fois que les
rencontres dépendent de la nature de l’engagement. Quant il s’agit par exemple d’un projet
immobilier, la fréquence des rencontres passent de 1 à 2 fois par mois.

Ces rencontres périodiques permettent au chargé de clientèle de se constituer une base


d’informations privées sur l’entreprise. Ce monitoring des banquiers caractérise ainsi une
gestion au jour le jour du portefeuille clients et, à ce titre, peut être appréhendé comme un
monitoring ongoing. Ce monitoring permet de réaliser une revue annuelle de toutes les
entreprises clientes avec une étude complète sur tous les aspects du marché, l’analyse
financière pour mieux répondre aux demandes de renouvellement de crédit. Les contrôles
apparaissent ainsi comme le moyen incontournable pour les banquiers de détecter les signes
précoces de défaillance de la PME.

2.3.5 – Les relations de clientèle et le rationnement du crédit


Comme nous l’avons vu plus haut, dès la signature du contrat de financement, un suivi
régulier de l’entreprise est mis en place par les chargés d’affaires. Outre le contrôle de la destination
des fonds, les chargés d’affaires collectent de l’information grâce à des éléments de suivi interne
liés, par exemple, au fonctionnement du compte de l’entreprise ou grâce à un suivi externe par la
collecte d’information privées sur l’entreprise auprès d’autres institutions.

Ainsi à la question « Lorsque vous avez une relation de crédits avec une entreprise,
quels autres partenaires de l'entreprise rencontrez-vous pour avoir plus d'informations sur
cette dernière? », la réponse des chargés d’affaires (graphique ci-dessous) nous révèle l’effort
d’investissement en information déployé par les banquiers.

Les chargés d’affaires utilisent divers canaux pour collecter des informations sur leurs
clients. En effet 91% d’entre eux ont cité les autres banques comme pourvoyeuses
d’information, viennent ensuite les fournisseurs (82%), les entreprises concurrentes (61%) et

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 34
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

les clients (39%). Ils se procurent également les rapports d’audits sur les entreprises. Ce
contrôle apparaît particulièrement efficace puisqu’il limite la capacité des dirigeants à
masquer leur résultat pour renégocier les conditions de leur endettement.

A la question de savoir si les PME désirent s’engager à long terme avec les banques, les
chargés d’affaires interrogés ne sont pas unanimes ; comme le précise un directeur d’agence :
« Relation de long terme ou transactions isolées, en fait ; consciemment ou inconsciemment,
les dirigeants veulent s’engager à long terme dès le début de la relation, mais tout dépendra
de l’évolution des pratiques, de la pérennité de l’affaire et de la santé financière ». Un autre
chargé d’affaires apporte plus de précision : « … les PME préfèrent une relation de court
terme qui durent entre 3 et 4 ans voire entre 5 et 6 ans, mais ce n’est pas forcément la totalité,
c’est la tendance générale ».

Même si les chargés d’affaires affirment à plus de 90% des cas qu’une nouvelle
entreprise obtiendrait plus difficilement de crédit qu’une entreprise anciennement établie, ils
affirment que la durée de la relation n’a pas un impact systématique sur les conditions de
financement (d’obtenir plus facilement de crédit encore moins de le payer moins cher),
comme en témoigne un chargé d’affaires :

[…Cela dépend du mouvement du compte créditeur, de la qualité de la relation et du


sérieux du dirigeant… l’ancienneté n’est pas déterminante dans l’octroi de crédits… Ça
dépend de plusieurs critères.]

A la question, « Favorisez-vous les anciens clients au détriment des nouveaux ? », les


réponses des chargés d’affaires se présentent comme suit :

Seulement 41% des personnes interviewées pensent qu’il faut discriminer les
entreprises en fonction de l’ancienneté de la relation de crédit, alors que près de 1 chargé
d’affaires sur 2 déclarent réserver souvent un traitement particulier aux anciens clients pour
l’octroi de prêt.

Par contre lorsqu’on leur pose la question, « Procédez-vous à une révision des
conditions à chaque renouvellement de crédit par les PME? », la réponse des chargé d’affaires
ne dégage pas une tendance à donner plus d’accès au crédit à leur clientèle par rapport à la

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 35
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

durée de la relation. En effet, seulement 6% d’entre eux affirment qu’ils révisent très souvent
les conditions de crédits à chaque renouvellement.

A la question, « Lorsque votre banque est la banque principale d'une PME,


bénéficierait-elle de crédits supplémentaires en cas de difficultés financières ? », 46% des
répondants affirment que cela arrive très souvent et pour 49% des cas, cela arrive souvent.

De plus, à la question, « Un client est en difficulté financière (voire proche de la


faillite), votre banque étant sa banque principale ; quel serait votre avis s'il demande un crédit
supplémentaire », 76% d’entre eux ont une opinion favorable et 6% sont très favorables.

Il se dégage de ces résultats, que le statut de banque principale est positivement lié à un
meilleur accès au crédit. Ainsi, les chargés d’affaires qui sont favorables justifient la position de
leur banque : « Oui, si cela peut aider la PME à améliorer sa situation, nous l’accompagnons ».

D’autres par contre, qui préfèrent « stabiliser », préfèrent conseiller à leur client de voir
ailleurs, comme le déclare un des chargés d’affaires :

[….En cas de difficulté, on peut refuser un crédit, tout en l’incitant à voir avec une
autre banque, cela permet de partager les risques…ou encore, nous lui conseillons de
procéder à une augmentation de capital »

Les PME n’ayant qu’un seul partenaire bancaire seraient dans ce cas pénalisées. Ce
n’est apparemment pas le cas dans la pratique des PME, il semble qu’elles font jouer la
concurrence entre les banques comme l’affirme l’un des répondants :

«…d’ailleurs la multibancarité est courante, les entreprises commencent d’abord avec une
première banque, la relation dure 2 à 3 ans, à cause peut être d’un incident avec un chargé
d’affaire, l’entreprise change de banque, ainsi un deuxième partenaire...et ainsi de suite... »

A ce stade, le statut de banque principale n’est pas systématiquement associé à une


meilleure disponibilité.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 36
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

Conclusion
La problématique de financement des PME est issue généralement de l’asymétrie
informationnelle présente dans la relation banque/PME et de la pusillanimité des banques vis-à-vis
du risque. A partir de ce qui précède, il est clair que la banque met en place le rationnement de crédit
sur la base de plusieurs caractéristiques qu’elles soient liées à la PME elle-même, à la banque, au
projet objet de financement, au prêt proposé par l’institution financière voire la relation
banque/PME.

Par ailleurs, le rationnement de crédit est la conséquence de multitude de variables, à


savoir, l’inflation, les directives de Bâle, les périodes de crise, l’insuffisance des fonds
propres de la banque et l’asymétrie d’information (variables endogènes et exogènes).

Le risque apparent, la faiblesse des informations, le secteur d’activité se dégagent


comme des causes principales du rationnement du crédit. Les banques recourent à un certain
nombre de mécanismes pour réduire l’asymétrie d’information qui caractérise les relations
banque – PME et permettent par conséquent à ces dernières plus de disponibilité de crédit.
Nous en retenons l’investissement dans la collecte de l’information, les garanties et les
clauses contractuelles.

Les relations de long terme ou de clientèle constituent à leur tour, et pour les banques
ainsi que pour les PME, un moyen efficace pour mieux se connaître et diminuer les
inquiétudes de part et d’autre. Elles représentent un canal important de remontée de
l’information et de transparence. Elles assurent plus de financements aux PME.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 37
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

Références
 Abo, J., (2007) "Industry classification and the capital structure of Ghanaian SMEs", Studies
in Economics and Finance, Vol. 24 Iss: 3, p. 207 - 219

 Akerlof G. (1970), « The Market for Lemons: Quantitative Uncertainty and the Market
Mechanism», Quarterly of Journal Economics, August, p. 488-500.

 Alexandre, H., Buisson-Stéphan, H. (2014), « L’impact de la crise de 2008 sur le


rationnement du crédit des PME françaises », Revue internationale PME, 27(2), p : 95-113.

 ARROW K.[1963],« Uncertainity and welfare economies of medical care », American


Economie Review, n° 53, p. 941-973.

 Artus P. (2002) , « Comment réagir à un rationnement du crédit bancaire ? », Revue


économique, 53, N° 1, p. 63-82.

 Baltensperger E., (1978), « Credit Rationing: Issues and Questions », Journal of Money,
Credit and Banking, vol. 10, issue 2, p. 170-83.

 Beck, T, Demirgüç-Kunt, A. Laeven, L. et Maksimovic, V. (2006), « The determinants of


financing obstacles », Journal of International Money and Finance 25(6) p. 932–952.

 Belletante B. et Levratto N. (1995), « Finance et PME : quels champs pour quels enjeux »,
Revue Internationale PME , vol. 8, n° 3-4, p. 5-42.

 Berger A. et Udell G.F., (1992), « Some evidence on the empirical significance of credit
rationing », Journal of Political Economy 100 (5), p. 1047–1077.

 Berger, A. N., and G. F. Udell, (2002), «Small Business Credit Availability and Relationship
Lending: The Importance of Bank Organizational Structure», Economic Journal 112, p. 32-
53

 Berger A., Frame W. S et Miller N. H., (2005), « credit scoring and the availability, price,
and risk of small business credit », Journal of Money, Credit, and Banking – 37, Number 2,
March, p. 191-222.

 Black, S.E. Strahan P.E, (2002) «Entrepreneurship and bank credit availability», J. Finance
57 p. 2807–2833.

 Boyd J., Levine, R., Smith, B. (2000), « The impact of inflation on financial market
performance » , Journal of Monetary Economics, 47 p. 221-248.

 Cavalluzzo, K., Wolken, J. 2005. «Small business loan turndowns, personal wealth, and
discrimination. » Journal of Business 78, p. 2153–277.

 Cho, Y.-J. (1986). « Inefficiencies from Financial Liberalization in the Absence of WellFunctioning
Equity Markets », Journal of Money, Banking and Credit. Vol.18, n°2, p. 191-199

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 38
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

 Cieply S., Le Pape N., (2006), « La théorie du rationnement du crédit a-t-elle négligé Anne
Robert Jacques Turgot ?. », Cahiers d'économie Politique / Papers in Political Economy 1/
(n° 50) , p. 103-121

 Cowling, M; Mitchell P. (2003), « Is the small firms loan guarantee scheme hazardous for banks or
helpful to small business? », Small Business Economics 21 p. 63-71.

 Cole, R. A. (1998). « The importance of relationships to the availability of credit ». Journal of


Banking & Finance, 22(6), p. 959-977.

 Cordier, J., & Sicsic, P, (1998). « Endettement des entreprises et banques: peut-on parler
d'un rationnement du crédit? ». Revue d'économie financière, (46), p.163-174.

 Craig. S.G, and Hardee. P., (2007). « The impact of bank consolidation on small business
credit availability », Journal of Banking and Finance. 31, p. 1237-1263.

 Diamond (1989), "Reputation acquisition in debt markets", Journal of political economy, août.

 Diamond D. (1991), « Monitoring and Reputation : the Choice Bet ween Bank Loans and
Directly Placed Debt », Journal of Political Economy , vol. 99, p. 689 - 722.

 Eber N.,(2001), « Les relations bancaires de long terme. Une revue de la littérature», Revue
d'économie politique 2 (Vol. 111) , p. 195-246

 Gelinas, R., Halley, A., Jacob, R. et Drolet, J., « les caractéristiques et les spécificités de la
pme : favorables ou défavorables au juste-a-temps? », revue internationale p.m.e. : économie
et gestion de la petite et moyenne entreprise, vol. 9, n° 2, 1996, p. 81- 101.

 Ghosh, P. and D. Ray (1999). “Information and Repeated Interaction: Application to


Informal Credit Markets.” Mimeograph, Department of Economics, Texas A&M University.

 Golitin, V., (2007), « Le financement des PME et la réforme de Bâle II », Bulletin de la


Banque de France, Vol.165, p. 105.

 Haines, G., Riding, A.L., Thomas, R., (1994) « The Bank-Small Business Relationship: A
Recursive Model », Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 18 (4), , p. 5 - 24.
Hashi, I. et Toçi, V.Z. (2010) « Financing constraints, credit rationing and financing
obstacles: Evidence from firm-level data in South-Eastern Europe ». Economic and Business
Review 12(1): 29–60.

 Hodgman D. R. (1960), « Credit risk and Credit Rationing », Quarterly Journal of


Economics, 74 (2), p. 258-278.

 Joseph A. (1998), « Le rationnement du crédit dans les pays en développement, le cas du


Cameroun et de Madagascar » , Thèse de doctorat, Université de Paris I La Sorbonne.

 Klapper, L, Laeven, L, R. Rajan (2006), "Entry Regulation as a Barrier to entrepreneurship",


Journal of Financial Economics, 82, p. 591-629.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 39
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

 Krasniqi, B. (2010), “Are small firms really credit-constrained? Empirical evidence from
Kosova”, International Entrepreneurship and Management Journal , Vol. 6 No. 4, p. 459-79.

 Leeth. J D, Scott. J A, Dunkelberg. W C, (1987), “Branch Banking, market concentration, and


the competition for small firms business”, Proceedings of conference on bank structure and
competition, Federal Reserve Bank of Chicago, May.

 Levenson, A. R. and Willard K. L., (2000). « Do firms get the financing they want? Measuring
credit rationing experienced by small businesses in the US. », Small Business Economics
14(2) p. 83-94.

 Lobez F., (1988), « le rationnement du crédit : une synthèse », finance, 9, 2.

 McMahon, R. G. P., Holmes S., Hutchinson P. J., Forsaith D. M. (1993). «Small enterprise
financial management. Theory & Practice. » Sydney Fort Worth London Orlando Toronto,
Harcourt Brace.

 Mishkin, Frederic S. (1999), "Global Financial Instability: Framework, Events, Issues."


Journal of Economic Perspectives, 13(4), p: 3-20.

 Nakamura Jean-louis, (1999), « la relation banque – pme », revue d'économie financière, no.
54, p. 39-58.

 Okurut, F. N., Olalekan, Y., & Mangadi, K., (2011), «Credit rationing and sme development
in Botswana: implications for economic diversification», Botswana Journal of Economics,
8(12), p. 62-85.

 Omri, A., & Bellouma, M., (2008), « L'impact de la qualité de la Relation Banque-Entreprise
sur la prime de risque exigée des entreprises tunisiennes », La Revue des Sciences de Gestion,
(1), p. 95-102.

 Paranque. B et Cieply S (1998), « le rationnement des petites entreprises sur le marche du


crédit : mythe ou réalité ? », Banques et marchés, 33 p. 5-17.

 Petersen, M. A., Rajan R. G., (1994), «The Benefits of Lending Relationships: Evidence from
Small Business Data, » Journal of Finance 49, p. 3-37.

 Petersen, M. A., Rajan R. G., (1995), «The Effect of Credit Market Competition on Firm-
Creditor Relationships, » Quarterly Journal of Economics 110, p. 407-443.

 Psillaki M. (1995) « Rationnement du crédit aux PME : une tentative de mise en relation »,
Revue internationale PME, vol. 8, n. 3-4, Presses Universitaires du Québec

 Refait-Alexandre C., (2003), « La multibancarité des entreprises. Choix du nombre de banques


et choix du nombre de banques principales», Revue économique 3 (Vol. 54), p. 649-661

 Riding, A et Swift.C (1990), « Women Business Owners and Terms of Credit: Some Empirical
Findings of the Canadian Experience », Journal of Business Venturing , vol. 5.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 40
Revue Marocaine de Gestion et d’Economie, Vol 3, N°7, Juillet - Décembre 2016

 Rivaud-Danset, D. (1996), «Les contrats de crédit dans une relation de long terme De la main
invisible à la poignée de main », Revue économique, p. 937-962.

 Sapienza, P., 2002, «The Effects of Banking Mergers on Loan Contracts», Journal of Finance
57, p.329-67

 Saunders, A., Allen L., (2002) « Credit Risk Measurement: New Approaches to Value at Risk
and Other Paradigms», New York: John Wiley and Sons

 Schreft S L. et Villamil A P., (1992), « Credit rationing by loan size in commercial loan
markets», Economic Review, Federal Reserve Bank of Richmond, May, p. 3-8.

 Slijkerman J F., Smant D J.C. et De Vries Cr G., (2004), « Credit Rationing Effects of Credit
Value-at-Risk », Tinbergen Institute Discussion Paper Erasmus University Rotterdam and
Tinbergen Institute March 12.

 Steijvers, T., & Voordeckers, W., (2009), “Collateral and credit rationing: a review of recent
empirical studies as a guide for future research”, Journal of Economic Surveys, 23(5), p. 924-
946.

 Stein, J., 2002, «Information Production and Capital Allocation: Decentralized Versus
Hierarchical» Firms,Journal of Finance 57, p.1891-921.

 Stiglitz J.et Weiss. J. (1981): « Credit rationing in markets with imperfect information» ,
american economic review, vol. 71, p. 393-410.

 Torres, O., (1997), « pour une approche contingente de la spécificité de la pme », revue
internationale PME : économie et gestion de la petite et moyenne entreprise, vol. 10, n° 2, p. 9-
43.

 Williamson S.D. (1986), « Costly monitoring, financial intermediation and equilibrium credit
rationing », journal of monetary economics, vol 18, n° 4, p.158-179.

http://revues.imist.ma/?journal=RMGE
ISSN: 2028-4713 41

View publication stats