Vous êtes sur la page 1sur 199

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA


RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

Faculté du Génie de la Construction


Département de Génie Civil

En vue de l’obtention d’un diplôme du Master 2 en Génie Civil


Option : Constructions métalliques

Réalisé par : Promoteur :


CHERFA Rosa Mr : BENYAHI.K
DJAOUDI Lydia

Devant le membre du jury constitué de :


Mr: DAHMANI.L
Mr: BOUDJMIA
Remerciements
Ce modeste travail et le résultat de plusieurs années de travail et
d’étude pour cela nous remercions :

Dieu tout puissant de nous avoir donné cette opportunité et de nous


avoir aidé à arriver jusqu’au bout.

On remercie cordialement nos parents pour leur soutien moral,


matériel et physique pendants nos études.

On adresse nos reconnaissances et nos remerciements à tous les


enseignants qui nous ont guidés le long de notre formation en
particulier :

Notre promoteur Mr BENYAHI Karim pour son suivi et ces


remarques.
Mr DAHMANI Lahlou pour sa disponibilité et ces conseils.
Les membres de jury qui nous feront l’honneur de juger ce travail.

Nos sincères gratitudes vont vers tous ce qui ont participé de près ou
de loin à ce travail.
Dédicaces
Je dédie ce modeste travail à :
Mon très cher père, ma très chère mère.
Mon frère (TAHER)
Mes sœurs (DJIDJI et SARAH)
Mes oncles et tantes
Mes cousins et cousines
Mon binôme et sa famille.
Mes collègues (DJAZIRA, SAADIA, DEHBIA)
Ainsi qu’à toutes les personnes qui me sont chères, que ça soit mes copines, les
étudiants de ma promotion ou d’ailleurs : Ma3a, Hayet, Sabrina, Soraya, Dida,
Cylia, Nadia, Yasmine, Lamia, Mounia, Yacine, Massi, Malek, Houssam.
Et tous les autres.

Lydia
Dédicaces
C’est grâce à Allah, seul, que j’ai pu achever ce travail,
Je le dédie à :
Mes très chers parents pour leur soutien et aide durant toute ma période
d’étude, que dieu les gardes.
Tous mes frères et sœurs et ma belle-sœur
Mes adorables Idris et Maya
Tous amis qui m’ont toujours encouragé : Yacine, Massi, Hossam, Malek,
Samira, Radia, Fazia, Liza, Lamia, Mounia, et a toute la promo de
charpente métallique.
Mon binôme et sa famille
Enfin je remercier tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la
réalisation de ce modeste travail.

Rosa
Sommaire
SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE ......................................................................................... 01


CHAPITRE I : Présentation de l’ouvrage
INTRODUCTION ................................................................................................................... 02
I.1 Situation du projet : ............................................................................................................ 02
I.2 Caractéristiques et données du projet : .............................................................................. 03
I.2.1 Géométrie de l’ouvrage ................................................................................................. 03
I.2.2 Ossature et stabilité de la structure ...................................................................... 03
I.2.3 La toiture ............................................................................................................. 03
I.2.4 Les façades .......................................................................................................... 04
I.2.5 Matériaux utilisés ................................................................................................ 04
a) Acier ............................................................................................................... 04
b) Le béton ........................................................................................................... 05
I.3 Règlements techniques utilisés : ........................................................................................ 05

CHAPITRE II : Etude climatique


INTRODUCTION ................................................................................................................... 06
II.1 ACTION DU VENT ....................................................................................................... 06
II.1.1 Direction du vent ........................................................................................................... 06
II.1.2 Détermination des différents paramètres et coefficients de calcul .................... 07
II.1.3 Détermination de la pression aérodynamique qj .......................................................................... 09
II.1.3.1 Calcul de la pression dynamique qdyn ............................................................................ 09
II.1.3.2 Détermination des coefficients de pression extérieure C pe ................. 11
II.1.3.2.1 Cas de vent perpendiculaire au pignon (sens V1) ................ 11
II.1.3.2.2 Cas de vent perpendiculaire au long pan (sens V2) ............. 15
II.1.3.3 Détermination des coefficients de pression intérieure C pi .................. 19
II.1.3.3.1 Cas de vent perpendiculaire au pignon (sens V1) ................. 20
II.1.3.3.2 Cas de vent perpendiculaire au long pan (sens V2) ...............21
II.2 ACTION D’ENSEMBLE
II.2.1 Cas de vent perpendiculaire au pignon (V1) ................................................................. 26
a) Détermination de la force extérieure Fw,e .................................................................... 26
b) Détermination de la force intérieure Fw,i: .................................................................... 27
c) Détermination de la force de frottement Ffr ................................................................. 28
d) Calcul de la stabilité d’ensemble .................................................................................. 30
II.2.2 Cas de vent perpendiculaire au long pan(V2) : ............................................................. 32
a) Détermination de la force extérieure Fw,e .................................................................... 32
b) Détermination de la force intérieure Fw,i: .................................................................... 33
c) Détermination de la force de frottement Ffr ................................................................. 34
d) Calcul de la stabilité d’ensemble ................................................................................. 35
II.3 ETUDE A LA NEIGE .................................................................................................... 38
II.3.1 Domaine d’application : ..................................................................................... 38
II.3.2 La charge de neige sur le sol .............................................................................. 38
II.3.3 Coefficient de forme de la toiture : .................................................................... 39
II.3.4 Calcul des charges de neige sur la toiture : ........................................................ 39
II.3.4.1 Disposition de charge sans accumulation : ......................................... 39
II.3.4.2 Disposition de charge avec accumulation : ......................................... 40

CHAPITRE III : Pré-dimensionnement des éléments


INTRODUCTION ................................................................................................................... 41
III.1 Etude des pannes .......................................................................................................... 41
III.1.1 Définition : ........................................................................................................ 41
III.1.2 Les données : .................................................................................................... 42
III.1.3 Principe de dimensionnement : ........................................................................ 42
III.1.4 Evaluation des charges et surcharges : ............................................................. 43
III.1.5 Combinaisons des charges les plus défavorables : ........................................... 44
III.1.6 Vérification à l’état limite ultime (ELU) : ........................................................ 44
III.1.7 Vérification à l’état limite de service (ELS) : .................................................. 53
III.2 Etude des liernes de la toiture ..................................................................................... 54
III.2.1 Définition : ........................................................................................................ 54
III.2.2 Dimensionnement des liernes : ......................................................................... 55
III.2.3 Calcul de la section des liernes : ....................................................................... 56
III.3 Etude de l’échantignole ................................................................................................ 56
III.3.1 Définition : ........................................................................................................ 56
III.3.2 Calcul des charges revenant à l’échantignole ................................................... 57
III.3.3 Calcul du moment de renversement : ............................................................... 57
III.3.4 Dimensionnement de l’échantignole : .............................................................. 57
III.3.5 Calcul de l’épaisseur de l’échantignole : .......................................................... 57
III.4 Etude des lisses de bardages ........................................................................................ 58
III.4.1 Définition : ........................................................................................................ 58
III.4.2 Principe de dimensionnement : ........................................................................ 58
III.4.3 Vérification de la lisse de long-pan : ................................................................ 59
III.4.4 Vérification de la lisse de pignon : ................................................................... 64
III.5 Etude des potelets ......................................................................................................... 68
III.5.1 Définition : ........................................................................................................ 68
III.5.2 Les données ...................................................................................................... 68
III.5.3 Calcul des charges et surcharges revenants au potelet le plus chargé : ............ 69
III.5.4 Dimensionnement du potelet : .......................................................................... 69
III.5.5 Vérification de la section à la résistance : ........................................................ 70
III.5.6 Vérification de l’élément aux instabilités : ....................................................... 71
CONCLUSION ....................................................................................................................... 74
CHAPITRE IV : Etude sismique
INTRODUCTION ................................................................................................................... 75
IV.1 Méthode statique équivalente : .................................................................................... 75
IV.1.1 Principe ........................................................................................................................ 75
IV.1.2 Calcul de la force sismique totale (V) : ........................................................................ 76
a) Coefficient d’accélération de zone (A) : ..................................................................... 76
b) Facteur d’amplification dynamique moyen (D) : ........................................................ 76
c) Coefficient de comportement global de la structure (R) : ........................................... 77
d) Facteur de qualité (Q) : ................................................................................................ 77
e) Calcul de poids de la structure (W) : ........................................................................... 78
CONCLUSION ....................................................................................................................... 81

CHAPITRE V : Etude du portique


INTRODUCTION ................................................................................................................... 82
V.1 Caractéristiques du portique étudié : ........................................................................... 82
V.2 Efforts sollicitant le portique : ...................................................................................... 83
V.2.1 Charges permanentes : ....................................................................................... 83
V.2.2 Effet de la neige : ............................................................................................... 83
V.2.3 Effet du vent ..................................................................................................... 83
V.3 Calcul des efforts internes : ........................................................................................... 85
V.3.1 charges verticales vers le bas ............................................................................ 86
V.3.2 Charges verticales vers le haut ......................................................................... 87
V.3.3 Vent horizontal :(dépression) ............................................................................ 88
V.4 Tableaux récapitulatifs : ................................................................................................ 89
V.5 Calcul de l’imperfection géométrique globale :(défaut d’aplomb) ............................ 90
V.5.1 Modélisation avec les imperfections : ............................................................... 91
V.5.2 Calcul des efforts internes additionnels : ........................................................... 92
V.5.3 Combinaisons aux ELU avec prise en compte de Heq : ..................................... 93
V.6 Choix de la méthode d’analyse : ................................................................................... 93
V.7 Pré-dimensionnement de la traverse : .......................................................................... 95
V.7.1 Vérification de la traverse a l’ELS : .................................................................. 96
V.7.2 Vérification de la traverse a l’ELU : ................................................................. 97
V.8 Pré-dimensionnement du poteau : .............................................................................. 106
V.8.1 Vérification de l’élément aux instabilités : ...................................................... 106

CHAPITRE VI : Calcul des contreventements


INTRODUCTION .......................................................................................................................... 111
VI.1 Dispositions des contreventements : .......................................................................... 111
VI.2 Calcul de la poutre au vent en pignon : .................................................................... 111
VI.2.1 Effort du vent sur les pignons : ...................................................................... 112
VI.2.2 Evaluation des efforts horizontaux en tête des potelets : ............................... 112
VI.2.3 Vérification à la résistance ultime de la section nette : .................................. 115
VI.2.4 Vérification des pannes (montants de la poutre au vent) à la résistance : ...... 115
VI.2.5 Vérification des pannes (montants de la poutre au vent) aux instabilités : .... 117
VI.3 Calcul de la palée de stabilité en long pan : .............................................................. 121
VI.3.1 Vérification à la résistance ultime de la section nette : .................................. 122

CHAPITRE VII : Etude des assemblages


INTRODUCTION ................................................................................................................. 123
VII.1 Calcul des assemblages par boulons : ...................................................................... 123
VII.2 Avantages des boulons HR : ..................................................................................... 123
VII.3 Assemblage de rive (Poteau-Traverse) : .................................................................. 124
VII.3.1 La disposition constructive des boulons : ..................................................... 124
VII.3.2 Efforts de calcul : .......................................................................................... 124
VII.3.3 les composants de l’assemblage : ................................................................. 125
VII.3.4 Calcul de la hauteur de la partie comprimée : ............................................... 125
VII.3.5 Calcul du moment résistant :......................................................................... 126
VII.3.6 Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant : .................................... 126
VII.3.7 Vérification à la résistance de l’âme du poteau dans la zone tendue : .......... 127
VII.3.8 Vérification à la résistance de l’âme du poteau dans la zone comprimée : .. 128
VII.3.9 Vérification à la résistance de l’âme du poteau dans la zone cisaillée : ....... 129
VII.4 Assemblage du Faitage (Traverse-Traverse) : ........................................................ 131
VII.4.1 La disposition constructive des boulons : ..................................................... 131
VII.4.2 Efforts de calcul : .......................................................................................... 131
VII.4.3 Vérification à la résistance de l’assemblage : ............................................... 132
VII.4.4 Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant : .................................... 132
VII.5 Calcul des bases des poteaux : .................................................................................. 133
VII.5.1 Définition : .................................................................................................... 133
VII.5.2 Données de base :.......................................................................................... 135
VII.5.3 Résistance du béton à la compression : ......................................................... 135
VII.5.4 Résistance de calcul à l’écrasement du matériau de scellement : ................. 135
VII.5.5 Estimation de l’air de la plaque d’assise : ..................................................... 135
VII.5.6 Les tiges d’encrage : ..................................................................................... 139

CONCLUSION GENERALE ............................................................................................ 145


Références bibliographiques .............................................................................................. 146
ANNEXES ....................................................................................................................... 147
Liste des
figures
LISTE DES FIGURES
CHAPITRE I
Figure I.1 : Vue d’ensemble du projet.

Figure I.2 : Panneau sandwichs.

Figure I.3 : Diagramme contrainte-déformation de l’acier (essai de traction).

CHAPITRE II
Figure II.1 : Les directions principales du vent.

Figure II.2 : Hauteur de référence Ze et le profil correspondant de la pression dynamique.

Figure II.3: La répartition de la pression dynamique de pointe sur la hauteur Ze.

Figure II.4 : Vue en plan des zones de pression sur les parois verticales sens V1.

Figure II.5 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone des parois verticales, sens V1

Figure II.6 : La répartition des zones de pression sur la toiture, sens V1

Figure II.7: Vue en plan des zones de pression sur les parois verticales sens V2.

Figure II.8 : Les valeurs de Cpe correspondant à chaque zone des parois verticales sens V2.

Figure II.9 : La répartition des zones de pression sur la toiture suivant le sens V2

Figure II.10 : coefficient de pression intérieure Cpi des bâtiments sans face dominante,

(Figure 5.14 du RNVA 2013).

Figure II.11 : La répartition de la pression aérodynamique sur les parois verticales, cas de vent dans
le sens V1

Figure II.12 : La répartition de la pression aérodynamique sur la toiture, cas de vent


dans le sens V1

Figure II.13 : La répartition de la pression aérodynamique sur les parois verticales, cas de vent dans
le sens V2

Figure II.14 : : La répartition de la pression aérodynamique sur la toiture, cas de vent dans le sens
V2.

Figure II.15 : stabilité longitudinale.

Figure II.16 : stabilité transversale.


Figure II.17 : Représentation des charges statique de neige sur la toiture et sur le sol.

Figure II.18 : Charges de neige sans redistribution par le vent.

Figure II.19 : Charges de neige.

CHAPITRE III

Figure III. 1 : Disposition de la panne sur la toiture.

Figure III.2: Orientation des charges sur les pannes.

Figure III.3 : Schéma statique des pannes suivant les axes Y et Z.

Figure III. 4 : Schéma statique des charges permanentes G sur les pannes.

Figure III. 5 : Schéma statique des surcharges d’entretien E sur les pannes.

Figure III.6 : Schéma statique des surcharges du vent sur les pannes.

Figure III.7 : Schéma statique des surcharges de la neige sur les pannes.

Figure III.8 : Panne de toiture en flexion.

Figure III.9 : Panne de toiture en flexion sous les différents plans de chargement.

Figure III.10 : Panne de toiture en cisaillement sous les différents plans de chargement.

Figure III.11: Déversement d’une panne de toiture.

Figure III.12 : Vérification de la flèche.

Figure III.13 : Dispositions des liernes.

Figure III.14 : Efforts dans les liernes.

Figure III.15 : Disposition de l’échantignole.

Figure III.16 : Disposition des lisses de bardages.

Figure III.17 : Disposition des lisses et les liernes sur le long-pan.

Figure III.18 : La répartition des charges sur les lisses de long pan.

Figure III.19 : Semelle comprimée soutenue sur toute sa longueur.

Figure III.20 : Efforts dans les liernes de long-pan.

Figure III.21 : Disposition des lisses et des liernes sur le pignon.

Figure III.22 : efforts dans les liernes de pignon.

Figure III.23 : Représentation des charges et surcharges sur le potelet.


CHAPITRE V
Figure V.1 : Vue du portique en 3D.

Figure V.2 : La répartition des charges du vent sur le portique le plus sollicité en kg/ml (dépression).

Figure V.3 : Efforts internes.

Figure V.4 : Représentation des efforts internes, cas des charges verticales vers le bas.

Figure V.5 : Représentation des efforts internes, cas des charges verticales vers le haut.

Figure V.6 : Représentation des efforts internes, cas de vent horizontal (dépression).

Figure V.7 : Imperfection géométrique.

Figure V.8 : Effort horizontal en tête du poteau.

Figure V.9 : Moments sous la combinaison 1.35G + 1.5N.

Figure V.10 : Moments sous la charge équivalente totale.

Figure V.11 : Efforts appliqués sur chaque extrémité d’une traverse à l’ELU.

Figure V.12 : Efforts appliqués sur chaque extrémité d’une traverse à l’ELU avec prise en compte de

Figure V.13 : Effort tranchant dans le plan de l’âme et la section cisaillée. Heq.

Figure V.14 : Calcul du moment au point quelconque P.

Figure V.15 : Sollicitations sur la traverse, cas de charges ascendantes.

Figure V.16 : Moments en tête et en pied du poteau.

Figure V.17 : Moments aux extrémités du tronçon le plus chargé

CHAPITRE VI
Figure VI.1 : Dispositions des contreventements.

Figure VI.2 : Effort du vent sur les pignons.

Figure VI.3 : Schéma statique de la poutre au vent.

Figure VI.4 : Schéma statique de la poutre au vent (effet de traction).

Figure VI.5 : L’effort Fd dans la diagonale d’extrémité.

Figure VI.6 : Schéma statique de Palée de stabilité en long pan.

Figure VI.7 : Effort de traction dans la diagonale tendue.


CHAPITRE VII

Figure VII.1 : Représentation de l’assemblage poteau-traverse.

Figure VII.2 : détails d’assemblage.

Figure VII.3 : la hauteur de la zone comprimée.

Figure VII.5 : Résistance de l’âme du poteau dans la zone cisaillée.

Figure VII.6 : Représentation de l’assemblage traverse-traverse.

Figure VII.7 : Détails sur l’assemblage de faitage.

Figure VII.8 : Base des poteaux.

Figure VII.9 : pied de poteau articulé.

Figure VII.10 : Pieds de poteaux encastrés.

Figure VII.11 : Détails sur l’assemblage.

Figure VII.12 : Dimensions actuelles de la plaque d’assise.

Figure VII.13 : assemblage de la platine.

Figure VII.14 : types de tiges d’ancrage.

Figure VII.15 : Tige d’ancrage.

Figure VII.16 : Pied de poteau articulé avec 04 boulons d’ancrage.


Liste des
tableaux
LISTE DES TABLEAUX
CHAPITRE II
Tableau II.1 : Paramètres de la catégorie de terrain 0.
Tableau II.2 : Les valeurs du Coefficient d’exposition Ce en fonction de Z.
Tableau II.3 : Les valeurs de pression dynamique de pointe qdyn(ze).
Tableau II.4 : Les surfaces des zones chargées pour les parois verticales (S en m 2).
Tableau II.5 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone des parois verticales, sens V1.
Tableau II.7 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone de toiture, cas de vent dans le sens V1.
Tableau II.8 : Les surfaces des zones chargées pour les parois verticales cas de vent dans le sens V2.
Tableau II.9 : Les valeurs de Cpe correspondant à chaque zone des parois verticales sens V2.
Tableau II.10 : les surfaces des zones chargées pour la toiture, cas de vent dans le sens V2.
Tableau II.11 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone de toiture, vent dans le sens V2.
Tableau II.12 : Valeurs de la pression aérodynamique sur les parois verticales, cas de vent dans
le sens V1.
Tableau II.13 : valeurs de la pression aérodynamique sur la toiture, cas de vent dans le sens V1.
Tableau II.14 : valeurs de la pression aérodynamique sur les parois verticales, cas de vent dans le
sens V2.
Tableau II.15 : valeurs de la pression aérodynamique sur la toiture, cas de vent dans le sens V2.
Tableau II.16: les résultats de calcul de la pression extérieure We, correspondant à chaque zone.
Tableau II.17 : les résultats de calcul de la force extérieure Fwe, correspondant à chaque zone.
Tableau II.18 : Les résultats de calcul de la pression intérieure Wi, correspondant à chaque zone.
Tableau II.19 : les résultats de calcul de la force intérieure Fwi, correspondant à chaque zone.
Tableau II.20 : La force Fw résultante, cas V1.
Tableau II.21: les résultats de calcul de la pression extérieure We, correspondant à chaque zone.
Tableau II.22 : Les résultats de calcul de la force extérieure Fwe, correspondant à chaque zone.
Tableau II.23 : Les résultats de calcul de la pression intérieure Wi, correspondant à chaque zone.
Tableau II.24 : Les résultats de calcul de la force intérieure Fwi, correspondant à chaque zone.
Tableau II.25 : La force Fw résultante, cas V2.

CHAPITRE III

Tableau III.1: Caractéristiques géométriques de l’IPE 160.


Tableau III.2: Caractéristiques géométriques de l’IPE 180.
Tableau III.3: Caractéristiques géométriques de l’IPE 140.
Tableau III.4: Caractéristiques géométriques de l’IPE 120.
Tableau III.5: Caractéristiques géométriques de l’IPE 270.
CHAPITRE IV

Tableau IV.1 : valeurs des pénalités Pq.


Tableau IV.2 : Charges permanentes WGi de toute la structure.

CHAPITRE V

Tableau V.1 : Valeurs de la pression aérodynamique sur les parois verticales et la toiture, cas de vent le plus
défavorable (sens V1).
Tableau V.2 : Réactions d’appuis et moments sous une charge unitaire.
Tableau V.3 : Réactions d’appuis et moments sous les charges actuelles.
Tableau V.4 : Combinaisons a l’ELU pour les réactions d’appuis et les moments.
Tableau V.5 : Efforts en pieds des poteaux aux l’ELU.
Tableau V.6 : Efforts en pieds des poteaux avec Prise en compte des défauts d’aplomb.
Tableau V.7 : Efforts équivalent en tête des poteaux.
Tableau V.8 : Combinaisons à l’ELU pour les réactions d’appuis et les moments avec prise en compte de H eq.
Tableau V.9 : Caractéristiques géométriques de l’IPE 360.

CHAPITRE VI

Tableau VI.1: Coefficients minorateurs 𝛽1 et 𝛽2.


Notations
NOTATIONS
Les principales notations utilisées sont les suivantes :

A Aire de la section brute.


Anet Aire de la section nette.
Aeff Aire de la section efficace.
Av Aire de cisaillement.
H Hauteur de la section transversale.
b Largueur des semelles.
r Rayon du congé de raccordement.
tf Epaisseur des semelles.
tw Epaisseur de l’âme.
Iy, Z Moment d’inertie.
iy, z Rayon de giration de la section.
Iw Facteur de gauchissement.
It Moment d’inertie de torsion.
Wply,z Module plastique de la section.
Wely,z Module élastique de la section.
Weff Module élastique efficace de la section.
Npl Effort normal résistant plastique.
Nu Effort normal ultime de la section nette.
Nnet Effort normal résistant de la section nette.
Mply,z Moment résistant plastique de la section.
Mely,z Moment résistant élastique de la section.
Meff,z Moment résistant de la section efficace.
Mcr Moment critique de déversement.
𝜆y.z Elancement réduit pour le mode de flambement.
𝜆cr Elancement critique d’Euler.
χy.z Coefficient de réduction pour le mode de flambement considéré.
𝛹s Coefficient de scellement relatif à une armature (psi).
τ Contrainte tangente (tau).
τu Contrainte tangente conventionnelle.
τs Contrainte d’adhérence.
ϕ Diamètre d’une armature transversale.
ν Coefficient de poissant (nu).
𝝁𝒔 Moment ultime à L’ELS (mu).
𝝁𝒃 Moment réduit à L’ELU.
𝜶 Facteur d’imperfection pour le flambement.
λLT Elancement réduit pour le déversement.
χLT Coefficient de réduction pour le déversement.
αLT Facteur d’imperfection pour le déversement.
βMy,z Facteur de moment uniforme équivalent pour le flambement.
βM,LT Facteur de moment uniforme équivalent pour le déversement.
fy Résistance limite d’élasticité.
fu Résistance limite de rupture.
Vu Effort tranchant de calcul ultime.
G Action permanente.
Q Action d’exploitation.
e L’excentricité de l’effort normal.
lf Longueur de flambement
Introduction
générale
INTRODUCTION GENERALE

Le domaine de construction est très vaste, il est envisagé en plusieurs


manière de conception et d’exécution, il diffère selon les matériaux constitutifs
et les types des structures, mais le but de ces études reste le même qui est de
concevoir des bâtiments capables de résister aux efforts qui sont lui appliqués, et
aux multiples phénomènes naturels (séisme, vent extrême …etc.).

La structure assure principalement le cheminement des efforts extérieurs


appliqués jusqu’aux fondations. La connaissance de ce cheminement est
essentielle quant à l’étude d’éléments constitutifs de la structure ainsi que de
leurs liaisons.

Pour ces nouvelles techniques de construction, l’acier est le matériau le


plus utilisé et cela pour ses nombreux avantages à savoir : la fiabilité, la capacité
portante, la rapidité d’exécution et ces propriétés mécaniques qui nous
permettent de concevoir des poutres de très grande portée.

Les ossatures et les toitures en charpente métalliques sont généralement


souples et constituées de barres élancées ou d’éléments minces. Ces
caractéristiques spécifiques sont à garder présents à l’esprit lors des études, les
problèmes de flexibilité, voilement, déversement de poutres fléchies et
flambement d’éléments comprimés étant déterminants dans la justification et le
dimensionnement des structures métalliques.

Dans ce contexte, notre choix de projet de fin d’étude de Master s’est


porté sur l’étude d’un ouvrage en ossature métallique. Cet ouvrage est un hangar
métallique, implanté au port de Bejaia.

1
CHAPITRE I:
Présentation de
l’ouvrage
CHAPITRE I Présentation de l’ouvrage

Présentation de l’ouvrage

INTRODUCTION

Notre projet consiste à faire l’étude et la conception de l’ossature d’un hangar en


charpente métallique de forme rectangulaire avec toiture à deux versants, couvrant une surface
de 1200 m2 destiné pour le stockage.

I.1 Situation du projet :


L’ouvrage sera implanté au port de Bejaia qui est classé selon le règlement parasismique
Algérien (RPA99 version 2003) comme zone de moyenne sismicité (IIa). Site meuble (S3).

Figure I.1 : Vue d’ensemble du projet.

2
CHAPITRE I Présentation de l’ouvrage

I.2 Caractéristiques et données du projet :

I.2.1 Géométrie de l’ouvrage :

- Longueur totale = 60.00m.


- Largeur totale = 20.00m.
- Hauteur totale = 09.00m.
- Hauteur des poteaux = 06.00m.
- Hauteur de la toiture = 03.00m
- Pente de la toiture = 16.69°
- L’altitude de l’ouvrage : H = 1m

I.2.2 Ossature et stabilité de la structure :


La structure est constituée de 11 portiques métalliques. Ces portiques assurent la stabilité
transversale de l’ossature. La stabilité longitudinale est assurée par des palées de stabilités.

I.2.3 La toiture :
La toiture est en charpente métallique a deux versants. Elle est constituée de bacs de couverture
reposant sur des pannes en IPE, et de poutre au vent.

La couverture sera réalisée par des panneaux sandwich, ils sont constitués :
- De deux tôles de parement intérieur et extérieur.
- D’une âme en mousse isolante.
- De profils latéraux destinés à protéger l’isolant et réaliser des assemblages aisés.

Les panneaux sandwich nous offrent plusieurs avantages, on citera :


- Le par vapeur.
- L’isolation et l’étanchéité.
- Une bonne capacité portante.
- Un gain de temps appréciable au montage.

Toute fois elles présentent un point faible qui réside dans l’étanchéité des joints.

Figure I.2 : Panneau sandwich.

3
CHAPITRE I Présentation de l’ouvrage

I.2.4 Les façades :


Les façades extérieures sont réalisées avec des panneaux sandwichs fixés aux lisses de
bardages.

I.2.5 Matériaux utilisés :

a) Acier :
L’acier est un matériau constitué essentiellement de fer et un faible taux de carbone, qui sont
extraits de matières premières naturelles tirées du sous – sol (mines de fer et de carbone).
Le carbone n’intervient dans la composition, que pour une très faible part (généralement
inférieur à 1%).

Outre le fer et le Carbone, l’acier peut comporter d’autres éléments qui leur sont associés :
- Soit involontairement : phosphore, soufre…qui sont des impuretés et qui altèrent les
propriétés des aciers.
- Ou bien volontairement : ce sont notamment le silicium, le manganèse, le nickel, le
chrome, le tungstène, le vanadium, etc. qui ont pour propriété d’améliorer les
caractéristiques mécaniques des aciers (résistance à la rupture, dureté, limite d’élasticité,
ductilité, résilience, soudabilité, corrosion…etc).
On parle, dans ces cas, d’acier allié.

1. Propriétés de l’acier :

▪ Résistance : Les nuances d’acier courantes et leurs résistances limites sont données par
le règlement (Eurocode 03). La nuance choisie pour la réalisation de cet ouvrage est de
l’acier S235.

▪ Ductilité : L’acier de construction choisi doit satisfaire les conditions suivantes :


- Le rapport fu/fy>1,2.
- La déformation ultime doit être supérieure à 20 fois la déformation élastique (ɛu ≥ 20
ɛy).
- A la rupture, l’allongement relatif ultime εu doit être supérieur ou égal à 15%.

Figure I.3 : Diagramme contrainte-déformation de l’acier (essai de traction).


4
CHAPITRE I Présentation de l’ouvrage

2. Propriétés mécaniques de l’acier : (§ 3.2.3 CCM97) :

− Module d’élasticité : Ea = 210000 MPa


− Module de cisaillement : G = 8×104 MPa
− Le coefficient de poisson : νa= 0.3
− Masse volumique : ρa= 7850 kg/m
− La résistance à la traction : fu = 360 MPa
− La limite d’élasticité : fy = 235 MPa
− Coefficient de dilatation thermique : α = 12.10-6 /°C
b) Le Béton :
Pour la réalisation des fondations, le béton est un mélange de sable, ciment, gravier et d’eau.
Sa composition diffère selon la résistance voulue. Le béton est un matériau économique qui
résiste bien à la compression.

Dans notre structure, le béton utilisé pour les fondations, il a les caractéristiques suivantes :
− Masse volumique normale :  = 2500 Kg /m3
− La résistance à la compression : fc28= 25 MPa.
− La résistance à la traction : ft28 = 0,06 × fc28 + 0,6 = 2.1 MPa

I.3 Règlements techniques utilisés :

Les règlements techniques utilisés dans cette étude sont :

DTR.BC.2.2 « Charges permanentes et charges d’exploitations ».


DTR.BC.2.44 Règles de conception des Structures en aciers « CCM97 ».
DTR.BC.2.48 Règles Parasismiques ALGERIENNES« RPA99/VERSION 2003 ».
DTR. C.2.47 Règlement Neige et Vent « RNV2013 ».
BAEL91 : Calcul des Structures en béton.
EUROCODE 3 : Calcul des structures métalliques.

5
CHAPITRE II:
Etude
climatique
CHAPITRE II Etude climatique

Etude climatique
INTRODUCTION

Ce chapitre a pour but de déterminer les différentes sollicitations climatiques produites


par les charges du vent et de la neige, agissant sur l’ensemble de l’ouvrage et sur ses
différentes parties, cette étude sera réalisée conformément au Règlement Algérien Neige et
Vent (RNV2013).

II.1 ACTION DU VENT :

Tout ouvrage en construction métallique doit résister aux différents actions horizontales et
verticales. Parmi les actions horizontales on peut citer le vent.
L'effet du vent sur une construction est assez prépondérant et a une grande influence sur la
stabilité de l’ouvrage. Pour cela, une étude approfondie doit être élaborée pour la
détermination des différentes actions dues au vent et ceci dans toutes les directions possibles.
Le calcul sera mené conformément au Règlement Neige et Vent 2013. Ce document
technique réglementaire (DTR) fournit les procédures et principes généraux pour la
détermination des actions du vent sur l’ensemble d’une construction et sur ses différentes
parties.
Les actions du vent appliquées aux parois dépendent de :
− La direction.
− L’intensité.
− La région.
− Le site d’implantation de la structure et leur environnement.
− La forme géométrique et les ouvertures de la structure.

II.1.1 Direction du vent :


Le calcul doit être effectué séparément pour chacune des directions perpendiculaires aux
différentes parois de la construction.
Notre projet est un hangar à deux versants de forme rectangulaire et symétrique. Il a les
caractéristiques géométriques suivantes :
Les caractéristiques géométriques du hangar :
− La longueur l=60 m.
− La largeur b= 20 m
− La hauteur des parois vertical h= 6 m
− La hauteur totale H= 9 m.
− La hauteur de la toiture h= 3 m
− La pente des deux versants est égale à =16.69° soit 30%.

Les surfaces :
20 × 3
− Surface d’un pignon (20 x 6) +( ) = 150 m2
2
− Surface d’un long-pan (60 x 6) = 360 m2
− Surface d’un versant de la toiture (10.44 x 60) = 626.4 m2

6
CHAPITRE II Etude climatique

Les ouvertures :
− Un portail pour chaque pignon de dimension (5 x 5) m2.
− Deux portes pour chaque long-pan de dimension (4 x 5) m2.

Les deux directions principales du vent :


− (Sens V1) : le vent perpendiculaire au pignon.
− (Sens V2) : le vent perpendiculaire au long-pan.

Figure II.1 : Les directions principales du vent.

7
CHAPITRE II Etude climatique

II.1.2 Détermination des différents paramètres et coefficients de calcul :


a) Effet de la région :
Le projet est situé au port de Bejaïa, et selon le RNV2013 la wilaya de Bejaia est classée en
zone I, et la pression dynamique de référence est donnée comme suit :

qref = 375 N/m2 (Tableau 2.2, chapitre2 RNVA2013)


b) Catégorie du terrain
Notre structure elle est implantée au bord de mer et selon le règlement RNV2013 le terrain est
de catégorie 0 :
Catégorie de terrain 0 (Tableau 2.4, chapitre2 RNV 2013)

Catégorie de terrain KT Z0 (m) Zmin(m)

0 0.156 0.003 1

Tableau II.1 : Paramètres de la catégorie de terrain 0.

KT : facteur de terrain
Z0 : paramètre de rugosité
Zmin : hauteur minimale

c) Coefficient de topographie CT
Dans notre cas, on a un site plat, donc le coefficient de topographie CT est égal à :
CT=1 (§ 2.4.5.2, chapitre2 RNV 2013).

d) Calcul du coefficient dynamique Cd


Le coefficient Cd tient compte des effets de réduction dus à l’imparfaite corrélation des
pressions exercées sur les parois ainsi que des effets d’amplification dus à la partie de
turbulence ayant une fréquence proche de la fréquence fondamentale d’oscillation de la
structure.
Cd est donné en fonction des dimensions de la structure (la hauteur et la largeur), ainsi que du
matériau constituant la structure.
La structure du bâtiment étant une structure métallique, dont la hauteur est inférieure à 15m
(H =9m).

On prend : Cd=1 (§ 3.2, chapitre2 RNV 2013).

On a : Cd < 1,2
Donc : la construction est peu sensible aux excitations dynamiques.

8
CHAPITRE II Etude climatique

II.1.3 Détermination de la pression aérodynamique qj :


D’après le règlement, les pressions qj sont calculées par la formule suivante :

qj= qdyn× [𝐂𝐩𝐞 − 𝐂𝐩𝐢 ]( N/m2 ) (D’après RNVA 2013 Chap 2, Formule 2.6)

qdyn: Pression dynamique du vent (N/m2)


Cpe : Coefficient de pression extérieur.
Cpi : Coefficient de pression intérieur.

II.1.3.1 Calcul de la pression dynamique qdyn :


La pression dynamique qui s’exerce sur un élément de surface j pour une structure permanente
est donnée par la formule suivante :

𝐪𝐝𝐲𝐧 (𝐳𝐣 ) = 𝐪𝐫𝐞𝐟 × 𝐂𝐞 (𝐳𝐣 ) (𝐍/𝐦²) (Chapitre2 RNVA 2013, Formule 2.1)

Ce : coefficient d’exposition au vent.


Zj : hauteur de référence.

Figure II.2 : Hauteur de référence Ze et le profil correspondant de la pression dynamique.

9
CHAPITRE II Etude climatique

a)Hauteur de référence Ze:


✓ Pour les murs au vent des bâtiments à parois verticales, Ze est déterminée comme
indiqué par la figure 2.1 du RNVA 2013.
Comme notre cas la hauteur des parois h=6m, et la largeur b=20m ⟹h ≤ b ;
Ze=h=6m

✓ Pour les toitures, et selon RNVA 2013 (Chap 2 article 2.3.2); Ze est pris égal à la
hauteur maximale des bâtiments ;
Ze=H=9m

b) Coefficient d’exposition Ce
Dans notre cas on a un site plat (CT = 1), et un terrain de catégorie 0.
Alors les valeurs des coefficients d’expositions Ce sont déterminées par une interpolation
linéaire entre les deux valeurs de même signe pour Z=5m et Z=10m tirées du (tableau 2.3,
chapitre2, RNVA2013).

𝒇󠆋(𝒙) − 𝒇󠆋(𝒙𝟎 )
f󠆋(x) = f󠆋(x0) + (x - x0 )………………La f󠆋ormule d’interpolation
𝒙 − 𝒙𝟎

AN:
2,983 − 2.603 0.38
f󠆋(x) = 2.603 + (6 - 5) = 2.603 + ( 1 ) = 2.679
10 − 𝟓 5

2,983 − 2.603 0.38


f󠆋(x) = 2.603 + (9 - 5) = 2.603 + ( 4 ) = 2.907
10 − 𝟓 5

Niveau Z(m) Ce(z)


Parois verticales 6 2.679
Toiture 9 2.907
Tableau II.2 : Les valeurs du Coef󠆋f󠆋icient d’exposition Ce en fonction de Z.

Calcul de la pression dynamique de pointe :

𝐪𝐝𝐲𝐧 (𝐳𝐣 ) = 𝐪𝐫𝐞𝐟 × 𝐂𝐞 (𝐳𝐣 ) (𝐍/𝐦²)

Niveau qréf[N/m2] Ce(z) qdyn (ze)[N/m2]


Parois verticales : (Ze= 6m) 375 2.676 1004.625
Toiture : (Ze= 9m) 375 2.907 1090.125
Tableau II.3 : Les valeurs de pression dynamique de pointe qdyn(ze).

10
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.3: La répartition de la pression dynamique de pointe sur la hauteur Ze.

II.1.3.2 Détermination des coefficients de pression extérieure Cpe :

Les coefficients de pression extérieure Cpe des constructions à base rectangulaire et de leurs
éléments constitutifs individuels dépendent de la dimension de la surface chargée. Ils sont
2
définis pour des surfaces chargées de 1 m et 10 m2 auxquelles correspondant les coefficients de
pression notés respectivement Cpe,1 et Cpe,10
Cpe s’obtient à partir des formules suivantes :

Cpe=Cpe,1 si : S≤1m2
Cpe=Cpe,1+(Cpe,10-Cpe,1) ×log(S) si : 1m2<S<10m2
Cpe=Cpe,10 si : S ≥ 10m2
Où : S (en m2) désigne la surface chargée de la paroi considérée. (Selon RNVA 2013 chap5,
article 5.1.1).

II.1.3.2.1 Cas de vent perpendiculaire au pignon (sens V1) :

a) Calcul de Cpe pour les parois verticales :


D’après la figure 5.1 du RNVA 2013, on divise les parois comme suit :
Pour le sens V1 :
d = 60 m
b = 20 m et e=min [b ; 2h] e = min [20 ; 18] e = 18m
e 4e
h= 9m et d>e = 3.6m , = 14.4m , d-e = 42m
5 5

11
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.4 : Vue en plan des zones de pression sur les parois verticales sens V1.

• Calcul des surfaces pour chaque zone :

Zone A B C D E

Surface 3.6× 6 14.4× 6 42× 6 (20 × 6) + (3 × 10) E=D


(en m2) =21.6 = 86.4 = 252 = 150 = 150
Tableau II.4 : Les surfaces des zones chargées pour les parois verticales (S en m2).

On remarque que toutes les surfaces sont supérieures à 10m2


Donc : Cpe= Cpe,10 pour chaque zone. (Selon RNVA 2013 chap5, article 5.1.1.2).

• Suivant le tableau 5.1 de RNVA 2013 on va déterminer les valeurs de Cpe qui
correspondent à chaque zone.

Zone A B C D E

Cpe -1 -0.8 -0.5 +0.8 -0.3

Tableau II.5 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone des parois verticales, sens
V1.

12
CHAPITRE II Etude climatique

-0.3
0.8

Figure II.5 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone des parois verticales, sens V1.

b) Calcul de Cpe pour la toiture :


La direction du vent est définie par l’angle θ, et dans notre cas :
• Le vent est perpendiculaire au pignon (sensV1) et parallèle aux génératrices donc ;
θ = 90° (Selon RNVA 2013 Chap5, article 5.1.5.1).
• La toiture est à deux versants avec une pente de 30% ce qui nous donne un angle de
α=16.69° (comme la figure 5.4 du RNVA2013).
Pour θ=90°, on va définir les différentes zones de pression F, G, H et I qui sont représentées sur
la figure suivante :
d = 60 m
b = 20 m et e = min [b ; 2h] e = min [20 ; 18] e = 18m
e e e
h= 9m et = 4.5m , = 1.8m , =9m
4 10 2

13
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.6 : La répartition des zones de pression sur la toiture, sens V1.

• Calcul des surfaces pour chaque zone :

Zone F G H I
Surface 1.8 × 4.5 5.5 × 1.8 7.2 × 10 51 × 10
(en m2) =8.1 = 9.9 = 72 = 510
Tableau II.6 : les surfaces des zones chargées pour la toiture (S en m2).

On remarque que :
• Les surfaces des zones de pression F et G de la toiture sont entre 1m2 et 10m2
(1m2<S<10m2) donc : Cpe=Cpe,1 + (Cpe,10 - Cpe,1) × log10(S) pour chaque zone.
• Et les surfaces des zones de pression H et I sont supérieures à 10m2 (S ≥ 10m2).
Donc : Cpe= Cpe,10 pour chaque zone.
• Les valeurs des coefficients d’expositions Cpe sont déterminées par une interpolation
linéaire entre les deux valeurs de même signe pour 𝛼=15° et 𝛼=30° tirées du tableau
(tableau 5.4, chapitre2, RNVA2013).
𝒇󠆋(𝒙) − 𝒇󠆋(𝒙𝟎 )
f󠆋(x) = f󠆋(x0) + (x - x0 )………………La formule d’interpolation
𝒙 − 𝒙𝟎

14
CHAPITRE II Etude climatique

AN :

Zone F : S = 8.1 m2 (1m2<S<10m2)


−1.5 + 2 0.5
Cpe,1 = -2 + (16.69 - 15) = -2 + ( 1.69 ) = -1.943
30 − 𝟏𝟓 15
−1.1 + 1.3 0.2
Cpe,10 = -1.3 + (16.69 - 15)= -1.3 + ( 1.69 )= -1.277
30 − 1𝟓 15

Cpe=Cpe,1 + (Cpe,10 - Cpe,1) × log10(S)=-1.943+ (-1.277 + 1.943) × log10 (8.1) = -1.337


⟹Cpe =-1.337.

Zone H : S = 72 m2 S ≥ 10m2).
(

−0.8 + 0.6 −0.2


Cpe = Cpe,10 = -0.6 + (16.69 - 15)= -0.6 + ( 1.69 )= -0.622
30 − 1𝟓 15

⟹Cpe =-0.622.

La même procédure pour calculer les coefficients d’autres zones, les résultats sont donnés
comme suit :

Zone F G H I

Cpe -1.337 -1.314 -0.622 -0.5


Tableau II.7 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone de toiture, cas de vent dans
le sens V1.

II.1.3.2.2 Cas de vent perpendiculaire au long pan (sens V2):


a) Calcul de Cpe pour les parois verticales :
D’après la figure 5.1 de RNVA 2013, on divise les parois comme suit :

Pour le sens V2 :
d = 20 m
b = 60 m et e = min [b ; 2h] e = min [60 ; 18] e = 18 m
e 4e
h= 9m et d>e = 3.6 m , = 14.4 m , d-e=2m
5 5

15
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.7: Vue en plan des zones de pression sur les parois verticales sens V2.

• Calcul des surfaces pour chaque zone :

Zone A B C D E
Surface 3.6× 6 14.4× 6 2× 6 60 × 6 E=D
(en m2) = 21.6 =86.4 = 12 = 360 = 360
Tableau II.8 : Les surfaces des zones chargées pour les parois verticales cas de vent dans le
sens V2.

On remarque, que toutes les surfaces sont supérieures à 10m2,

Donc Cpe= Cpe,10 pour chaque zone.

Suivant le tableau 5.1 du RNVA 2013, on va déterminer les valeurs de Cpe correspondant :

Zone A B C D E

Cpe -1 -0.8 -0.5 +0.8 -0.3

Tableau II.9 : Les valeurs de Cpe correspondant à chaque zone des parois verticales sens V2.

16
CHAPITRE II Etude climatique

-0.8
-0.5

-0.5
-0.8

Figure II.8 : Les valeurs de Cpe correspondant à chaque zone des parois verticales sens
V2.

b) Calcul de Cpe pour la toiture :


La direction du vent est définie par l’angle θ, et dans notre cas :
• Le vent est perpendiculaire au long-pan le (sens V2) et perpendiculaire aussi aux
génératrices donc :
θ = 0° (Selon RNVA 2013 Chap5, article 5.1.5.1).
• La toiture est à deux versants avec une pente de 30% ce qui nous donne un angle de α=
16.69°(figure 5.4 de RNVA2013).
− Pour θ=0°, on va définir les différentes zones de pression F, G, H, I et J qui sont
représentées sur la figure suivante :
Avec :
d = 20 m
b = 60 m et e = min [b ; 2h] e = min [60 ; 18] e = 18m
e e e
h= 9m et = 4.5m , = 1.8m , =9m
4 10 2

17
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.9 : La répartition des zones de pression sur la toiture suivant le sens V2.

• Calcul des surfaces et des coefficients Cpe qui correspondent à chaque zone :
Zone F G H J I
Surface 4.5 × 1.8 51 × 1.8 8.2 × 60 1.8 × 60 8.2 × 60
(en m2) = 8.1 = 91.8 = 492 = 108 =492
Tableau II.10 : les surfaces des zones chargées pour la toiture, cas de vent dans le sens V2.

On remarque que :
• La surface de zone de pression F de la toiture, elle est entre1m2 et 10m2
(1m2<S<10m2) donc : Cpe=Cpe,1 + (Cpe,10 - Cpe,1) × log10(S).
• Et les surfaces des zones de pression G, H, I et J sont supérieures à 10m2 (S ≥ 10m2).
Donc Cpe= Cpe,10 pour chaque zone.

18
CHAPITRE II Etude climatique

Les valeurs des coefficients d’expositions Cpe sont déterminées par une interpolation linéaire
entre les deux valeurs de même signe pour 𝛼=15° et 𝛼=30° tirées du (tableau 5.4, chapitre2,
RNVA2013) (θ = 0°).

𝒇󠆋(𝒙) − 𝒇󠆋(𝒙𝟎 )
f󠆋(x) = f󠆋(x0) + (x - x0 )………………La f󠆋ormule d’interpolation
𝒙 − 𝒙𝟎

AN :
Zone F: S = 8.1 m2 (1m2<S<10m2)
−0.5 + 0.9 0.4
Cpe,10 = -0.9 + (16.69 - 15)= -0.9 + ( 1.69 )= -0.854
30 − 1𝟓 15
−1.5 + 2 0.5
Cpe,1 = -2 + (16.69 - 15) = -2 + ( 1.69 ) = -1.943
30 − 𝟏𝟓 15

Cpe=-1.943+ (-0.854 + 1.943) × log10 (8.1) = -0.953

+0.7 − 0.2 0.5


Cpe,+ = +0.2 + (16.69 - 15) = +0.2 + ( 1.69 ) = 0.256
30 − 𝟏𝟓 15

Zone G: S = 91.8 m2 (
S ≥ 10m2).
−0.5 + 0.8 +0.3
Cpe = Cpe,10 = -0.8 + (16.69 - 15)= -0.8 + ( 1.69 )= -0.766
30 − 1𝟓 15
+0.7− 0.2 +0.5
Cpe,+ = +0.2 + (16.69 - 15)= +0.2 + ( 1.69 )= +0.256
30 − 1𝟓 15

La même procédure pour calculer les coefficients d’autres zones, les résultats sont donnés
comme suit :
Zone F G H I J
+0.256 +0.256 +0.222
Cpe -0.953 -0.766 -0.288 -0.4 -0.943
Tableau II.11 : Les valeurs de Cpe qui correspondent à chaque zone de toiture, vent dans le
sens V2.

II.1.3.3 Détermination des coefficients de pression intérieure Cpi :


Pour les bâtiments sans face dominante, le coefficient de pression intérieure Cpi est déterminer
à partir de la figure 5.14 du RNVA 2013. Avec : (h) la hauteur du bâtiment, (d) sa profondeur
et µp l’indice de perméabilité donné par :
𝜮 𝒅𝒆𝒔 𝒔𝒖𝒓𝒇󠆋𝒂𝒄𝒆𝒔 𝒅𝒆𝒔 𝒐𝒖𝒗𝒆𝒓𝒕𝒖𝒓𝒆𝒔 où Cpe ≤0
µp =
𝜮 𝒅𝒆𝒔 𝒔𝒖𝒓𝒇󠆋𝒂𝒄𝒆𝒔 𝒅𝒆 𝒕𝒐𝒖𝒕𝒆𝒔 𝒍𝒆𝒔 𝒐𝒖𝒗𝒆𝒓𝒕𝒖𝒓𝒆𝒔

19
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.10 : coefficient de pression intérieure Cpi des bâtiments sans face dominante,
(Figure 5.14 du RNVA 2013).

Notre hangar possede :


1 portail pour chaque pignon de dimension (5 × 5)m2
2 portes pour chaque long pan de dimension (4 × 5)m2

II.1.3.3.1 Cas de vent perpendiculaire au pignon (sens V1).

𝚺 𝐝𝐞𝐬 𝐬𝐮𝐫𝐟𝐚𝐜𝐞𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐫𝐞𝐬 𝐨𝐮̀ 𝐂𝐩𝐞 ≤ 𝟎


µ𝐩 =
𝚺 𝐝𝐞𝐬 𝐬𝐮𝐫𝐟𝐚𝐜𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐭𝐨𝐮𝐭𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐫𝐞𝐬

4(4 × 5) + 1(5 × 5) 105


µp = = = 0.80
2(5 × 5) + 4(4 × 5) 130

ℎ 9 ℎ
Le rapport = = 0.15⟹ ≤ 0.25
𝑑 60 𝑑
On utilise les valeurs de Cpi correspondant à (h/d ≤ 0.25) de la figure 5.14 de RNVA 2013

Donc Cpi = - 0.2

20
CHAPITRE II Etude climatique

II.1.3.3.2 Cas de vent perpendiculaire au long pan (sens V2).

Σ des surfaces des ouvertures où Cpe ≤ 0


µp =
Σ des surfaces de toutes les ouvertures

2(4 × 5) + 2(5 × 5) 90
µ𝑝 = = = 0.7
2(5 × 5) + 4(4 × 5) 130

ℎ 9 ℎ
Le rapport = = 0.45 ⟹ 0.25 ≤ ≤1
𝑑 20 𝑑

Le rapport est compris entre (h/d=0.25) et (h/d=1), on utilise l’interpolation linéaire pour
𝑑
déterminer les valeurs de Cpi selon la Note de figure 5.14 de RNVA2013.

Cpi est compris entre -0.08 et -0.175


−0.175 + 0.08
Cpi= -0.08 + (0.7 - 0.25)
1 − 0.25

Donc Cpi = - 0.1

Calcul de la pression aérodynamique


D’après le règlement RNVA2013, les pressions qj sont calculées par la formule suivante :

qj= qdyn× [𝐂𝐩𝐞 − 𝐂𝐩𝐢 ] ( N/m2 ) (RNVA2013 Chap 2, formule 2.6)

Vent perpendiculaire au pignon (sens V1) :

a) Parois verticales

ZONE qdyn (zj) Cpe Cpi Cpe - Cpi qj[N/m2]

A 1004.625 -1 -0.2 -0.8 -803.700

B 1004.625 -0.8 -0.2 -0.6 -602.775

C 1004.625 -0.5 -0.2 -0.3 -301.387

D 1004.625 +0.8 -0.2 +1.0 +1004.625

E 1004.625 -0.3 -0.2 -0.1 -100.462


Tableau II.12 : Valeurs de la pression aérodynamique sur les parois
verticales, cas de vent dans le sens V1.

21
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.11 : La répartition de la pression aérodynamique sur les parois verticales, cas de
vent dans le sens V1.

b) Toiture :

ZONE qdyn (ze) Cpe Cpi Cpe- Cpi qj[N/m2]

F 1090.125 -1.337 -0.2 -1.137 -1239.472

G 1090.125 -1.314 -0.2 -1.114 -1214.399

H 1090.125 -0.662 -0.2 -0.422 -460.032

I 1090.125 -0.500 -0.2 -0.300 -327.037


Tableau II.13 : valeurs de la pression aérodynamique sur la toiture, cas de
vent dans le sens V1.

22
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.12 : La répartition de la pression aérodynamique sur la


toiture, cas de vent dans le sens V1.

Vent perpendiculaire au long-pan (sens V2) :

a) Parois verticales

ZONE qdyn (zj) Cpe Cpi Cpe - Cpi qj[N/m2]

A 1004.625 -1 -0.1 -0.9 -904.162

B 1004.625 -0.8 -0.1 -0.7 -703.237

C 1004.625 -0.5 -0.1 -0.4 -401.850

D 1004.625 +0.8 -0.1 +0.9 +904.162

E 1004.625 -0.3 -0.1 -0.2 -200.925


Tableau II.14 : valeurs de la pression aérodynamique sur les parois
verticales, cas de vent dans le sens V2.

23
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.13 : La répartition de la pression aérodynamique sur les parois verticales, cas de
vent dans le sens V2.

b) Toiture :

ZONE qdyn (ze) Cpe Cpi Cpe - Cpi qj[N/m2]


F 1090.125 -0.953 -0.1 -0.853 -929.876

1090.125 +0.256 -0.1 +0.356 +388.084

G 1090.125 -0.766 -0.1 -0.666 -726.023


1090.125 +0.256 -0.1 +0.356 +388.084
H 1090.125 -0.288 -0.1 -0.188 -204.943
1090.125 +0.222 -0.1 +0.322 +351.020
I 1090.125 -0.400 -0.1 -0.300 -327.037
J 1090.125 -0.943 -0.1 -0.843 -918.975
Tableau II.15 : valeurs de la pression aérodynamique sur la toiture,
cas de vent dans le sens V2.

24
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.14 : : La répartition de la pression aérodynamique sur la toiture, cas de vent dans
le sens V2.

25
CHAPITRE II Etude climatique

II.2 ACTION D’ENSEMBLE :


La force exercée par le vent Fw agissant sur une construction ou un élément de
construction peut être déterminée par la sommation vectorielle des forces Fw,e ,Fw,i et Ffr
respectivement données par :
- Forces extérieures : Fw,e = Cd × ∑ We ×Aréf
- Forces intérieures : Fw,i = ∑ Wi ×Aréf
- Force de frottement : Ffr = Cfr× qq(Ze) ×Afr
Où :

• We est la pression extérieure exercée sur la surface élémentaire de la


hauteur Ze donnée par l’expression :

We = qp (ze) × Cpe

• Wi est la pression intérieure exercée sur la surface élémentaire de la


hauteur Zi donnée par l’expression :

Wi = qp (zi) × Cpi

Aréf : est l’aire de référence de la surface élémentaire.


Cfr : est le coefficient de frottement.
Afr : est l’aire de la surface extérieure parallèle au vent.
Ze ; Zi respectivement les hauteurs de référence des pressions extérieures et intérieures ;
(Selon le RNVA 2013, Chapitre 2, Article 2.6.2).

II.2.1 Cas de vent perpendiculaire au pignon (V1):


a) Détermination de la force extérieure Fw,e:
Fw,e = Cd × ∑ We ×Aref Avec Cd =1 et We = qp (ze) × Cpe

− Calcul de la pression extérieure We:

qp (ze) 2
ZONE Cpe We [KN/m ]
[N/m2]

D 1004.625 +0.8 +0.803


E 1004.625 -0.3 -0.301
F 1090.125 -1.377 -1.457
G 1090.125 -1.314 -0.432
H 1090.125 -0.622 -0.678
I 1090.125 -0.500 -0.545

Tableau II.16: les résultats de calcul de la pression extérieure We, correspondant à chaque
zone.

26
CHAPITRE II Etude climatique

− Calcul de la force extérieure Fw,e:

Composantes Composantes
We 2
Element ZONE Cd Aréf [m ] horizontales verticales de
[KN/m2]
de Fw,e[ [KN] Fw,e [KN]
Parois .V D 1 +0.803 150.00 +120.45 0

Parois .V E 1 -0.301 150.00 -45.15 0

Toiture F 1 -1.457 8.10 0 -11.80

Toiture G 1 -0.432 9.90 0 -14.17

Toiture H 1 -0.678 72.00 0 -48.81

Toiture I 1 -0.545 510.00 0 -277.95

Fw,e [KN]
(résultante) +75.30 -352.73

Tableau II.17 : les résultats de calcul de la force extérieure Fwe, correspondant à chaque
zone.

b) Détermination de la force intérieure Fw,i:


Fw,i =∑ Wi × Aréf Avec Wi = qp (zi) × Cpi

− Calcul de la pression intérieure Wi:

qp (ze) 2
ZONE Cpi Wi [KN/m ]
[N/m2]

D 1004.625 -0.2 -0.200


E 1004.625 -0.2 -0.200
F 1090.125 -0.2 -0.218
G 1090.125 -0.2 -0.218
H 1090.125 -0.2 -0.218
I 1090.125 -0.2 -0.218

Tableau II.18 : Les résultats de calcul de la pression intérieure


Wi, correspondant à chaque zone.

27
CHAPITRE II Etude climatique

− Calcul de force intérieure Fw,i:

Aréf Composantes Composantes


Elément ZONE Wi [KN/m2] horizontales de verticales de
[m2]
Fw,i [ [KN] Fw,i [KN]
Parois .V D -0.200 150.00 -30.00 0

Parois .V E -0.200 150.00 -30.00 0

Toiture F -0.218 8.10 0 -1.765

Toiture G -0.218 9.90 0 -2.158

Toiture H -0.218 72.00 0 -15.69

Toiture I -0.218 510.00 0 -111.18


Fw,i
(résultante)
-60.00 -130.793
[KN]
Tableau II.19 : les résultats de calcul de la force intérieure Fwi,
correspondant à chaque zone.

c) Détermination de la force de frottement Ffr:


Les effets de frottement du vent sur la surface peuvent être négligés. Lorsque l’aire totale de
toutes les surfaces parallèles au vent (ou faiblement inclinées par rapport à la direction du
vent) est inférieure ou égale à 4 fois l’aire totales de toutes les surfaces extérieure
perpendiculaires au vent (au vent et sous le vent). (Selon RNVA 2013, Chapitre 2, Article
2.6.3).

Dans ce cas la direction du vent elle est perpendiculaire au pignon :


Calcul des surfaces parallèles au vent :
• La surface des deux parois verticales (long pan) :
Sparoi = [(6 × 60) × 2] = 720 m2.
• La toiture qui est faiblement inclinée par rapport de la direction du vent :
𝟑
Stoit = [( 𝐬𝐢𝐧 𝟏𝟔.𝟔𝟗 ) × 2 × 60] = (10.44 × 2 × 60) = 1252.8 m2.

 Total des surfaces parallèles au vent :


S = 720+1252.8 = 1972.8 m2.

28
CHAPITRE II Etude climatique

Calcul des surfaces perpendiculaires au vent (et sous le vent) :


• La surface des deux pignons :
Spignons= [(6 × 20) + (3 × 10)]× 2 = 300 m2.
− Vérification de la condition (article 2.6.3 RNVA2013) :
L’aire totale des surfaces parallèles au vent ≤ 4 × l’aire totale des surf󠆋aces perpendiculaires
au vent

S= 1972.8 m2>4×300 m2= 1200 m2 CONDITION NON VERIFIEE


⟹ Donc on ne doit pas négliger l’effet de frottement, cas de vent perpendiculaire au pignon.

− Calcul de la force de frottement


Ffr = Cfr × qp(ze) × Afr
Cfr : coefficient de frottement donné par le tableau 2.8 chapitre 2 de RNVA 2013
Dans notre cas :
Nous avons une couverture en toiture dont les ondulations sont perpendiculaires à la direction
du vent et un bardage de parois verticales dont les ondulations sont aussi perpendiculaires à la
direction du vent.

Donc : Cfr(toiture) = Cfr(parois verticales) = 0.04 ;


Pour la toiture : Ze=9m ⟹ qp(9m) = 1090.125 N/m2 ;
3
Afr = [( ) ×2×60] =1252.8 m2 ;
𝑠𝑖𝑛16.69

Ffr(toiture) = 0.04 ×1252.8×1090.125 = 54628 N =54.628 KN


⟹Ffr(toiture ) = 54.628 KN.

Pour les parois verticales : Ze=12m ⟹ qp(12m) =1004.625 N/m2 ;


Afr = 60× 6 × 2= 720m2 ;
Ffr(parois verticales) = 0.04 ×1004.625 × 720 = 28.933 KN
⟹Ffr(parois verticales) = 28.933 KN.

La force de frottement totale :


Ffr = Ffr(toiture) + Ffr(parois verticales) = 54.628 + 28.933
⟹Ffr= 83.561 KN.

29
CHAPITRE II Etude climatique

d) Calcul de la stabilité d’ensemble


Stabilité longitudinale (petite face au vent) :
Les valeurs des forces intérieures, extérieures et celles du frottement
correspondant à la direction du vent V1 et les résultantes horizontales et
verticales qui s’exercent sur la construction sont données dans le tableau ci-
dessous :

Action Action verticale


horizontale [KN] [KN]

Fw,e 75.30 0
Fw,e 0 -352.73
Fw,i -60 0
Fw,i 0 -130.793
Ffr 83.561 0

Résultante Fw,H 98.86 0


Résultante Fw,V 0 -483.523
Tableau II.20 : La force Fw résultante, cas V1.

Figure II.15 : stabilité longitudinale.

30
CHAPITRE II Etude climatique

Calcul du moment de renversement


h d
Mr = (Fw,H × ) + (Fw,V × )
2 2
9 60
Mr = [98.86 × 2] + [483.523 × ]
2

M r = 14950.56 KN.m
Calcul du moment stabilisant (avec un poids propre du hangar estimé) :
𝑑
Ms = w × 2
Avec :
w : poids total de la surface du hangar (w = 0.5 KN/m2).
w = 0.5 × Ssol
w = 0.5 × 60 × 20
w = 600 KN
60
Ms = 600 × 2
Ms = 18000 KN.m
Ms = 18000 KN.m > M r = 14950.56 KN.m………..la stabilité longitudinale est vérifiée

Calcul du moment stabilisant (avec le poids propre calculé du hangar) :


𝑑
Ms = w × 2
Avec :
w : poids total de la surface du hangar (w = 1743.84 KN du CHAPITRE 04).
60
Ms = 1743.84 × 2
Ms = 52315.2 KN.m

Ms = 52315.2 KN.m > M r = 14950.56 KN.m………..la stabilité longitudinale est vérifiée

31
CHAPITRE II Etude climatique

II.2.2 Cas de vent perpendiculaire au long pan (V2) :

a) Détermination de la force extérieure Fw,e:


Fw,e = Cd × ∑ We ×Aréf avec Cd=1 et We = qp (ze) ×Cpe

− Calcul de la pression extérieure We:

2
ZONE qp (ze)[N/m2] Cpe We [KN/m ]

D 1004.625 +0.8 +0.803


E 1004.625 -0.3 -0.301

F 1090.125 -0.953 -1.038


1090.125 +0.256 +0.279

G 1090.125 -0.766 -0.835


1090.125 +0.256 +0.279

H 1090.125 -0.288 -0.313


1090.125 +0.222 +0.242
I 1090.125 -0.4 -0.436
J 1090.125 -0.943 -1.027
Tableau II.21: les résultats de calcul de la pression extérieure We, correspondant à chaque
zone.

32
CHAPITRE II Etude climatique

− Calcul de la force extérieure Fw,e:

Composantes Composantes
We 2
Element ZONE Cd Aréf [m ] horizontales de verticales de
[KN/m2] Fw,e[ [KN] Fw,e [KN]
Parois .V D 1 +0.803 360.00 +289.08 0

Parois .V E 1 -0.301 360.00 -108.36 0


-1.038 8.10 0 -8.407
Toiture F 1
+0.279 8.10 0 +2.259
-0.835 91.80 0 -76.653
Toiture G 1
+0.279 91.80 0 +25.612
-0.313 492.00 0 -153.996
Toiture H 1
+0.242 492.00 0 +119.064

Toiture I 1 -0.436 492.00 0 -214.512

Toiture J 1 -1.027 108.00 0 -110.916


-564.484
Fw,e [KN]
(résultante) +180.72
-178.493
Tableau II.22 : Les résultats de calcul de la force extérieure Fwe, correspondant à chaque
zone.

b) Détermination de la force intérieure Fw,i:


Fw,i=∑ Wi × Aréf Avec Wi= qp (zi) ×Cpi

− Calcul de la pression intérieure Wi:

qp (ze) 2
ZONE 2 Cpi Wi [KN/m ]
[N/m ]
D 1004.625 -0.1 -0.100
E 1004.625 -0.1 -0.100
F 1090.125 -0.1 -0.109
G 1090.125 -0.1 -0.109
H 1090.125 -0.1 -0.109
I 1090.125 -0.1 -0.109
Tableau II.23 : Les résultats de calcul de la pression intérieure
Wi, correspondant à chaque zone.

33
CHAPITRE II Etude climatique

− Calcul de force intérieure Fw,i:

Composantes Composantes
Elément ZONE Wi [KN/m2] Aréf [m2] horizontales de verticales de
Fw,i [ [KN] Fw,i [KN]
Parois .V D -0.100 360.00 -36.00 0

Parois .V E -0.100 360.00 -36.00 0

Toiture F -0.109 8.10 0 -0.882

Toiture G -0.109 91.80 0 -10.006

Toiture H -0.109 492.00 0 -53.628

Toiture I -0.109 492.00 0 -53.628

Toiture j -0.109 108.00 0 -11.772

Fw,i [KN] -72.00


(résultante) -129.916

Tableau II.24 : Les résultats de calcul de la force intérieure Fwi,


correspondant à chaque zone.

c) Détermination de la force de frottement Ffr:


Les effets de frottement du vent sur la surface peuvent être négligés. Lorsque l’aire totale de
toutes les surfaces parallèles au vent (ou faiblement inclinées par rapport à la direction du
vent) est inférieure ou égale à 4 fois l’aire totales de toutes les surfaces extérieure
perpendiculaires au vent (au vent et sous le vent). (Selon RNVA 2013, Chapitre 2, Article
2.6.3).

Dans ce cas la direction du vent elle est perpendiculaire au long-pan :


Calcul des surfaces parallèles au vent :
• La surface des deux pignons :
PPignons = [(20 × 6) + (10 × 3)] × 𝟐 = 300 m2.
• La toiture qui est faiblement inclinée par rapport à la direction du vent :
𝟑
Stoit = [( 𝐬𝐢𝐧 𝟏𝟔.𝟔𝟗) × 2 × 60] = (10.44 × 2 × 60) = 1252.8 m2.

 Total des surfaces parallèles au vent :


S = 300 + 1252.8 = 1552.8 m2.

34
CHAPITRE II Etude climatique

Calcul des surfaces perpendiculaires au vent (et sous le vent) :


• La surface des deux parois verticales (long pan) :
Sparois verticales = [(60 × 6)] × 2 = 720 m2.

− Vérification de la condition (article 2.6.3 RNVA2013) :


L’aire totale des surfaces parallèles au vent ≤ 4×l’aire totale des surf󠆋aces perpendiculaires
au vent

S= 1552.8 m2< 4×720 m2= 2880 m2 CONDITION VERIFIEE


⟹ Donc, on doit négliger l’effet de frottement, cas de vent perpendiculaire au long-pan.

d) Calcul de la stabilité d’ensemble


Stabilité transversal (grande face au vent) :
Les valeurs des forces intérieures, extérieures et celles du frottement
correspondant à la direction du vent V2 et les résultantes horizontales et
verticales qui s’exercent sur la construction sont données dans le tableau ci-
dessous :

Action Action verticale


horizontale [KN] [KN]

Fw,e 180.72 0
-564.484
Fw,e 0
-178.493

Fw,i -72 0
Fw,i 0 -129.916
Ffr 0 0

Résultante Fw,H 108.72 0

-308.409
Résultante Fw,V 0
-694.4

Tableau II.25 : La force Fw résultante, cas V2.

35
CHAPITRE II Etude climatique

Figure II.16 : stabilité transversale.

Calcul du moment de renversement


h d
Mr = (Fw,H × ) + (Fw,V × )
2 2
9 20
Mr = [108.72 × 2] + [694.4 × ]
2

M r = 7433.24 KN.m

Calcul du moment stabilisant (avec un poids propre du hangar estimé) :


𝑑
Ms = w × 2
Avec :
w : poids total de la surface du hangar (w = 0.5 KN/m2).
w = 0.5 × Ssol
w = 0.5 × 60 × 20
w = 600 KN
20
Ms = 600 × 2
Ms = 6000 KN.m
Ms = 6000 KN.m < M r = 7433.24 KN.m……la stabilité transversale n’est pas vérifiée

36
CHAPITRE II Etude climatique

Calcul du moment stabilisant (avec le poids propre calculé du hangar dans le chapitre 04) :
𝑑
Ms = w × 2
Avec :
w : poids total de la surface du hangar (w = 1743.84 KN du CHAPITRE 04).
20
Ms = 1743.84 × 2
Ms = 17438.4 KN.m

Ms = 17438.4 KN.m > M r = 7433.24 KN.m………..la stabilité transversale est vérifiée

37
CHAPITRE II Etude climatique

II.3 ETUDE A LA NEIGE :

Le but principal de cette étude est de définir les valeurs représentatives de la charge
statique de la neige sur toute la surface située au-dessus du sol et soumise à l’accumulation de
la neige notamment sur la toiture.

II.3.1 Domaine d’application :


Le présent règlement s’applique à l’ensemble des constructions en Algérie situées à une
altitude inférieure ou égale à 2000 m. (Selon RNVA 2013 partie I, Article 2.2)

Figure II.17 : Représentation des charges statique de neige sur la toiture et sur le sol.

II.3.2 La charge de neige sur le sol


La charge de neige sur le sol est fonction de la localisation géographique et de l’altitude du
lieu considéré.
Dans notre cas :
• Le projet est implanté au port de Bejaïa qui est classée en zone A selon la
classification de (L’annexe 1 RNVA2013).
• L’altitude du projet est d’environ 1 m.
• Donc : Sk est donnée par la formule suivante :
𝟎.𝟎𝟕𝐇+𝟏𝟓
Sk = [kN/m2] (RNVA2013. Partie I.4)
𝟏𝟎𝟎

• H : altitude du site par rapport au niveau de la mer : H = 1m

0.07×1+15
A.N : Sk = = 0.15 kN/m2
100
Donc : Sk = 0.15 kN/m2

38
CHAPITRE II Etude climatique

II.3.3 Coefficient de forme de la toiture :

− Il est en fonction de la forme de la toiture.


− Dans notre cas le hangar a une toiture a deux versants avec une pente α = 16.69° ;
− D’où 0 ≤ α = 16.69° ≤ 30°
On adopte pour le coefficient μ1 = 0.8. (Selon le tableau 2, RNVA2013 partie I.6.2.2).

II.3.4 Calcul des charges de neige sur la toiture :

La charge caractéristique de neige S par unité de surface en projection horizontale de toiture


soumise à l’accumulation de la neige s’obtient par la formule suivante :
S = μ.SK [kN/m2]
A.N : S = 0.8 × 0.15 = 0.12 kN/ m2.
Donc : S = 0.12 kN/ m2.

II.3.4.1 Disposition de charge sans accumulation :

On a deux versants symétriques :


0° ≤ 1=2==16.69° ≤ 30°; μ = 0,8
 S = 0.8 × 0.15 = 0.12 kN/m 2
Par projection horizontale.
 S = 0.12 cos 16.69 = 0.11 kN/m2 Suivant rampant.

• Et la figure suivante nous montre la distribution de la charge de neige par projection


horizontale, et suivant rampant :

Figure II.18 : Charges de neige sans redistribution par le vent.

39
CHAPITRE II Etude climatique

II.3.4.2 Disposition de charge avec accumulation :

On a deux versants symétriques :


0° ≤ 1=2==16.69° ≤ 30° ; μ =0,8
 S = 0.8 × 0.15 = 0.12 kN/m2
 0.5 × S = 0.5 ×0.12= 0.06 kN/m2

Figure II.19 : Charges de neige.

40
CHAPITRE III
Pré-
dimensionnement
des éléments.
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Pré-dimensionnement des éléments.

INTRODUCTION
Dans ce chapitre, on va traiter le calcul des éléments résistants (les pannes, les
potelets, les lisses de bardage) qui constituent le hangar et qui seront soumis aux différents
chargements. Ce calcul nous fournira les profilés pouvant assurer à la fois la résistance et la
stabilité de la structure. Pour mener à bien nos calculs, Les formules de vérification utilisées
sont tirées de l’Eurocode 03 et de l’ouvrage de (Mr DAHMANI).

III.1 Etude des pannes :


III.1.1 Définition :
Les pannes sont des poutres destinées à transmettre les charges et surcharges
s’appliquant sur la couverture à la traverse ou bien à la ferme. En outre, elles peuvent agir
comme éléments comprimées en tant que partie du système de contreventement et participent
à la stabilisation vis-à-vis du déversement de la traverse. Elles sont disposées parallèlement à
la ligne de faitage et réalisées soit en profilés formés à chaud en (I), ou bien en (U), soit en
profilés formés à froid en (Z), (U), (Σ) ou en treillis pour les portées supérieures à 6m. Les
pannes sont posées sur les traverses ou fermes et fixées par boulonnage, à l’aide
d’échantignoles, la figure ci-dessous nous montre la disposition de la panne sur la toiture :

Figure III. 1 : Disposition de la panne sur la toiture.

41
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.1.2 Les données :


• Espacement entre chaque panne e = 1.6m
• Chaque panne repose sur 2 appuis de distance L=6m.
• On dispose de 7 lignes de pannes sur chaque versant de toiture.
• La pente de chaque versant est α = 16.69°
• Poids propre de la couverture (panneaux sandwichs) ……………………..12kg/m2
• Poids propre d’accessoires de pose………………………………………...5 kg/m2
• Poids propre de la panne (estimé)…………………………………………..12kg/ml
• Les pannes sont en acier S235.
• fy =235 N/mm2 (la limite d’élasticité de l’acier)

III.1.3 Principe de dimensionnement :

Les pannes fonctionnent en flexion déviée car elles sont posées inclinées d’un angle α,
qui est égale à la pente des versants de la toiture.
Elles sont en effet soumises à :
• Une charge verticale : le poids propre de la panne et de la couverture appliqué a son
centre de gravité suivant la verticale, cette charge est décomposée en une composante
f parallèle à l’âme de la panne et une autre composante t parallèle aux semelles.
• Une charge oblique : due au vent parallèle à l’âme de la panne.

Les pannes sont dimensionnées par le calcul pour satisfaire simultanément :


• Aux conditions de résistance (ELU : flexion + cisaillement) ;
• Aux conditions de déversement (ELU : déversement) ;
• Aux conditions de la flèche (ELS).


Figure III.2: Orientation des charges sur les pannes.

42
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Figure III.3 : Schéma statique des pannes suivant les axes Y et Z.

III.1.4 Evaluation des charges et surcharges :

a) Les charges permanentes (G) :


Elles comprennent le poids propre de la couverture et
accessoires de pose, ainsi que le poids propre des pannes
estimé.
G = (PCouverture+PAccesoires) × e+ PPanne
G = (12 + 5) × 1.6 + 12
G = 39.2 kg/ml Figure III. 4 : Schéma statique des
charges permanentes G sur les pannes.
G = 39.2 kg/ml

b) Surcharges d’entretien (E) :


D’après les Eurocodes EN 1991-1-1 et 1-3, pour les
couvertures dont la pente est inférieure à 30° on prend
comme charge minimale 60kg/m2 de la surface de la
couverture.
E = 60 daN/m2
E = 60 × 1.6 Figure III. 5 : Schéma statique des
E = 96 daN/ml surcharges d’entretien E sur les pannes.

c) Surcharges du vent (V) :

La panne la plus sollicitée est celle exposée au vent


(zone F : vent de soulèvement )

V = -123.94 daN/m2..................(chapitre II, tableau II.13).


V = -123.94 × 1.6
V= -198.3 daN/ml.
Figure III.6 : Schéma statique des
surcharges du vent sur les pannes.

43
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

d) Surcharges de la neige (N) :


La surcharge de neige est en fonction de site d’implantation
de la construction (région, altitude) et de la forme de toiture.

N = 12 daN/m2................(chapitre II.3 étude de la neige). ).


N = 12 × 1.53………… (1.6 × cos = 1.53m)
N = 18.36 daN/ml

Figure III.7 : Schéma statique des


surcharges de la neige sur les pannes.

III.1.5 Combinaisons des charges les plus défavorables :


a) Action vers le bas G = 39.2 daN/ml.
Qsd,1 = 1.35G + 1.5E= 52.92 + 144= 196.92 daN/ml. E = 96 daN/ml.
Qsd,2 = 1.35G + 1.5N = 52.92 + 27.54 = 80.46daN/ml. V= -198.3 daN/ml.
N = 18.36 daN/ml.

b) Action vers le haut


Qz, sd = G ×cos(α) - 1.5V= 39.2 ×cos(16.69) - 297.45 = - 259.90 daN/ml.
Qy,sd= G× sin(α) = 39.2 × sin(16.69) = +11.25 daN/ml.
On retient la combinaison la plus défavorable pour les calculs :
Qsd = max (Qsd,1 ;Qsd,2 ;Qz,sd ; Qy, sd ) Qsd = -259.90 daN/ml

III.1.6 Vérification à l’état limite ultime (ELU) :


Pour commencer, nous allons étudier le cas d’un profilé IPE160, puisque les efforts appliqués
sont très importants.
Données concernant ce profilé :
Moment Moment
D’inertie de D’inertie de
Dimensions Caractéristiques de calcul torsion gauchissement
Profilé h b tw tf r d Wpl,y Wpl,z Avz Avy Iz It Iw
IPE 160 mm mm mm mm mm mm cm 3
cm3
cm 2
cm 2
cm 4
cm 4
cm6
160 82 5 7.4 9 127.2 123.9 26.1 9.66 10.44 68.3 3.6 3.96x103

Tableau III.1: Caractéristiques géométriques de l’IPE 160.

44
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Classe de la section :
− Classe de la semelle :
C b⁄ 235 235
2
= ≤ 10 Ԑ Avec :Ԑ = √ f =√235=1
tf tf y

b⁄ 41
2
= 7.4 = 5.54 ≤ 10 ⟹ semelle est de classse 01.
tf

− Classe de l’âme :

d h−(2tf+2r) 235 235


= ≤ 72 Ԑ Avec : Ԑ = √ =√ 235 = 1
tw tw fy

d 127.2
= = 25.44 < 72 ⟹ l’âme est de classse 01.
tw 5

Donc la section et de classe 1

a) Vérification de la section à la résistance :


Dans la condition de résistance à l’ELU, il faut faire les vérifications suivantes :
a.1) vérification à la flexion :
Les pannes travaillent à la flexion déviée. Pour ce cas de flexion travaillant suivant les
deux axes «Y-Y et Z-Z », l’Eurocode 3 « Art.5.4.5.4 » recommande l’utilisation de la même
méthode exposée dans l’article 5.4.8 pour la flexion composée.

Figure III.8 : Panne de toiture en flexion.

45
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Figure III.9 : Panne de toiture en flexion sous les différents plans de chargement.

La panne travail en flexion déviée ce qui nous amène à vérifier la formule (5-35) de
l’Eurocode 03 (Page 163), pour cette vérification on utilise la condition suivante pour les
sections de classes 1 et 2 :
𝜶 𝜷
𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝑴𝒛,𝒔𝒅
[𝑴 ] + [𝑴 ] ≤ 1
𝒑𝒍𝒚,𝑹𝒅 𝒑𝒍𝒛,𝑹𝒅

1
My,sd : Moment fléchissant de calcul autour de l’axe y-y causé par la charge Qz,sd .
Mz,sd : Moment fléchissant de calcul autour de l’axe z-z causé par la charge Qy,sd.
Mply,Rd : Moment fléchissant de résistance plastique suivant l’axe y-y.
Mplz,Rd : Moment fléchissant de résistance plastique suivant l’axe z-z.
𝐐𝐲,𝐬𝐝: Charge appliquée dans le plan perpendiculaire à l’âme
𝐐𝐳,𝐬𝐝 : Charge appliquée dans le plan de l’âme.
Wpl,y: Module de résistance plastique de la section suivant l’axe y-y.
Wpl,z: Module de résistance plastique de la section suivant l’axe z-z.

46
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Pour les sections en Iet H : α = 2 et 𝛽 = 5n ≥ 1 n = Nsd /Npl,Rd


Dans notre cas l’effort normal N = 0 donc 𝛽 = 1
Qsd = -259.90daN/ml …………(combinaison de charge maximale)

Qz, sd= Qsd× cos(α) = -259.9× cos(16.69) = -248.95daN/ml.


Qy,sd=Qsd× sin(α) = -259.9×sin(16.69) = -74.64daN/ml.
𝑙 2 6 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 74.64 × ( ) 671.76
2 2
Mz, sd= = = =83.97 daN.ml
8 8 8
𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝑙 2 248.95 × 62 8962.2
My, sd= = = =1120.275 daN.ml
8 8 8

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 26.1 × 2350 61335


Mpl,z, Rd = = = = 55759 daN.cm = 557.59 daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 123.9 × 2350 291165
Mpl,y, Rd = = = = 264695 daN.cm = 2646.95 daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

1120.275 2 83.97 1
[ ] +[ ] = 0.179 + 0.150 = 0.329≤1 ..............................condition vérifiée
2646.95 557.59

a.2) Vérification au cisaillement :


La vérification est donnée par les formules suivantes (Eurocode 03, p158):

Vz,sd≤ Vplz.rd et Vy,sd ≤ Vply.rd

Figure III.10 : Panne de toiture en cisaillement sous les différents plans de chargement.

47
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

La vérification au cisaillement est donnée par les formules suivantes (Eurocode 03, p158):

𝐴 × (𝑓𝑦 /√3)
Vz.sd ≤ Vplz.Rd Vz.sd=𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝑙 et Vplz.Rd= 𝑣𝑧
2 𝛾𝑀0

𝐴𝑣𝑦 × ( 𝑓𝑦 /√3)
Vy.sd ≤ Vply.Rd Vy.sd =0.625𝑄𝑦,𝑠𝑑 .(l/2) et Vply.Rd=
𝛾𝑀0

Vy.sd : Effort tranchant dans le plan des semelles.


Vz.sd : Effort tranchant dans le plan de l’âme.
Vply.Rd : Résistance plastique de la section à l’effort tranchant.
Vplz.Rd : Résistance plastique de la section à l’effort tranchant.
𝐀 𝐯𝐳 𝒆𝒕 𝐀 𝐯𝐲 : Aire de cisaillement (profilé IPE160) en cm2
𝛄𝐌𝟎 : facteur de résistance en section (γM0 = 1.1)
𝐟𝐲 : limite d’élasticité d’acier (𝑓𝑦 = 2350 dan/cm2)

Vz.sd=248.95 × 6 = 1493.7 = 746.85 daN


2 2
Vy.sd =0.625 × 74.64 (6/2) = 139.95 daN

Vplz.Rd= 9.66 × 2350 /√3=13121.96 = 11929.05 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vply.Rd= 10.44 × 2350 /√3=14181.5 = 12892.27 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vz.sd = 746.85 daN ≤Vplz.Rd = 11929.05 daN ......................................condition vérifiée

Vy.sd = 139.95 daN ≤ Vply.Rd = 12892.27 daN ......................................condition vérifiée

b) Vérification au déversement :
Déversement = flambement latéral + rotation de la section transversale
La semelle supérieure qui est comprimée sous l’action des charges descendantes est
susceptible de déverser. Vu qu’elle est fixée à la toiture, il n’y a donc pas de risque de
déversement contrairement a la semelle inferieure qui est comprimée sous l’action du vent de
soulèvement et qui est quant à elle susceptible de déverser du moment qu’elle est libre tout au
long de sa portée.

Figure III.11: Déversement d’une panne de toiture.


48
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

L’Eurocode 3 donne la formule suivante pour la vérification du déversement d’un élément


comprimé et fléchi :
𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝑴𝒛,𝒔𝒅
[𝑴 ] + [𝑴 ] ≤ 1.0
𝒃,𝑹𝒅 𝒑𝒍𝒛,𝑹𝒅

𝑄𝑧,𝑠𝑑 = - 259.90 daN/ml

𝑄𝑦,𝑠𝑑 = 11.25 daN/ml


𝑙 2 6 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 11.25 × ( ) 101.25
2 2
Mz, sd = = = =12.65 daN.ml
8 8 8
𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿2 259.90 × 62 1169.55
My, sd= = = =1169.55 daN.ml
8 8 8

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 26.1 × 2350 61335


Mpl,z, Rd = = = = 55759daN.cm = 557.59daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 123.9 × 2350 291165
Mpl,y, Rd = = = = 264695daN.cm = 2646.95daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

Mb, Rd = χLT×Mply.Rd

Mb, Rd:Le moment résistant de déversement- χLT: c’est le coefficient de réduction pour le
déversement, qui en fonction de l’élancement réduite 𝜆LTet coefficient d’imperfection αLT. La
valeurest donnée à partir du tableau des coefficients de flambement (EC3 partie 1-1).-αLT
=0.21 pour les profilés laminés.

𝛽𝑤 × 𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 𝜋2 × 𝐸 ×𝐼𝑧 𝐼𝑤 𝐿2 × 𝐺 × 𝐼𝑡
 LT =√ et Mcr = C1×
𝐿2
.√
𝐼𝑧
×
𝜋2 × 𝐸 × 𝐼𝑧
𝑀𝑐𝑟

𝛃𝐰 =1 pour les sections transversales de classe 1 ou 2


𝐌𝐜𝐫 : représente le moment critique élastique de déversement.
Avec :
C1= 1.132..............Facteur sans dimension qui dépend du le nature diagramme des moments.
E = 2.1 × 104KN/cm2………………………le module d‘élasticité longitudinale de l’acier
𝑰𝒛 = 68.30 cm4....................................................................Moment d’inertie autour de l’axe Z.
𝑰𝒘 =3.39 × 103 cm6............................................................................Facteur de gauchissement.
G = 8 × 103 KN/cm2…………………………….le module d’élasticité transversale de l’acier
𝑰𝒕 = 3.6 cm2....................................................................................Moment d’inertie de torsion.
L2 = (600)2 cm2.......................................................................longueur de flambement latérale.

49
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

AN:

𝜋2 × 2.1 × 104 × 68.30 3.39 × 103 (600)2 × 8 × 103 × 3.6


Mcr = 1.132 × .√ +
(600)2 68.30 𝜋2 × 2.1 × 104 × 68.30

Mcr= 1232.48KN.cm

1 × 123.9× 23.5
 LT =√ = 1.53
1232.48

section laminée :αLT = 0.21


ℎ 16 Coubre de flambement a χLT = 0.3601
= = 1.95< 2
𝑏 8.2

Mb, Rd = 0.3601 ×2646.95 = 953.16 daN.m


1169.55 12.65
[ ]+[ ] = 1.22 + 0.022 =1.24> 1.0………………….condition non vérifiée
953.16 557.59

Conclusion:
Il y a risque d’instabilité au déversement, et pour résoudre ce problème, on peut choisir un
profilé plus important par exemple un IPE 180.

Données concernant ce profilé :

Momen
t Moment
D’inerti D’inertie de
Dimensions Caractéristiques de calcul e de gauchissement
torsion

Profilé h b tw tf r d Wpl,y Wpl,z Avz Avy Iz It Iw


IPE180 mm mm mm mm mm mm cm3 cm3 cm2 cm2 cm4 cm4 cm6

180 91 5.3 8 9 146 166.4 34.6 11.25 12.65 100.9 4.79 7.43x103

Tableau III.2: Caractéristiques géométriques de l’IPE 180.

Classe de la section :
− Classe de la semelle :
C b⁄ 235 235
2
= ≤ 10 Ԑ Avec : Ԑ = √ f =√235=1
tf tf y

b⁄ 45.5
2
= = 5.68 ≤ 10 ⟹ semelle est de classse 01.
tf 8

50
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

− Classe de l’âme :

d h−(2tf+2r) 235 235


= ≤ 72 Ԑ Avec : ϵ = √ =√235=
tw tw fy

d 146
= = 27.54 < 72 ⟹ l’âme est de classse 01.
tw 5.3

Donc la section et de classe 1

a) Vérification à la résistance en section :


a.1) vérification à la flexion :
Pour cette vérification on utilise la condition suivante pour les sections de classe 1 et 2

𝜶 𝜷
𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝑴𝒛,𝒔𝒅
[𝑴 ] + [𝑴 ] ≤ 1
𝒑𝒍𝒚,𝑹𝒅 𝒑𝒍𝒛,𝑹𝒅

Le profilé IPE180 il est de classe 1 donc : α = 1 et𝛽 =1


Qsd = -259.90daN/ml
Qz, sd= Qsd× cos(α) = -259.9 × cos(16.69) = -248.95 daN/ml.
Qy,sd= Qsd× sin(α) = -259.9 × sin(16.69) = -74.64 daN/ml.
𝑙 2 6 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 74.64 × ( ) 671.76
2 2
Mz, sd= = = =83.97 daN.ml
8 8 8
𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝑙 2 248.95 × 62 8962.2
My, sd= = = =1120.27 daN.ml
8 8 8
𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 34.6 × 2350 81310
Mpl,z, Rd = = = = 73918.18d aN.cm = 739.18 daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 166.4 × 2350 391040
Mpl,y, Rd = = = =355490.9 daN.cm = 3554.9 daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

1120.275 2 83.97 1
[ ] +[ ] = 0.099 + 0.110 =0.21≤ 1.............................. condition vérifiée
3554.9 739.18

a.2 vérification au cisaillement :


La vérification au cisaillement est donnée par les formules suivantes :

𝐴 × 𝑓𝑦 /√3
Vz.sd ≤ Vplz.Rd Vz.sd=𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿 et Vplz.Rd= 𝑣𝑧
2 𝛾𝑀0

𝐴𝑣𝑦 × 𝑓𝑦 /√3
Vy.sd ≤ Vply.Rd Vy.sd =0.625𝑄𝑦,𝑠𝑑 .(l/2) et Vply.Rd=
𝛾𝑀0

Vz.sd=248.95 × 6 = 1493.7 = 746.85 daN


2 2

Vy.sd =0.625 × 74.64 (6/2) = 139.95 daN

Vplz.Rd= 11.25 × 2350 /√3=15281.79 = 13892.53 daN


𝛾𝑀0 1.1
51
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Vply.Rd= 12.65 × 2350 /√3=17183.52 = 15621.38 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vz.sd = 746.85 daN ≤Vplz.Rd = 13892.53 daN ......................................condition vérifiée

Vy.sd = 139.95 daN ≤ Vply.Rd = 15621.38 daN ......................................condition vérifiée

b) Vérification au déversement :
L’Euro-code 3 donne la formule suivante pour la vérification du déversement d’un élément
comprimé et fléchi :
𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝑴𝒛,𝒔𝒅
[𝑴 ] + [𝑴 ] ≤ 1.0
𝒃,𝑹𝒅 𝒑𝒍𝒛,𝑹𝒅

𝑄𝑧,𝑠𝑑 = - 259.90 daN/ml

𝑄𝑦,𝑠𝑑 = 11.25 daN/ml


𝑙 2 6 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 11.25 × ( ) 101.25
2 2
Mz, sd = = = =12.65 daN.ml
8 8 8
𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿2 259.90 × 62 1169.55
My, sd= = = =1169.55 daN.ml
8 8 8

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 34.6 × 2350 81310


Mpl,z, Rd = = = = 73918.18daN.cm = 739.17daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 166.4 × 2350 391040
Mpl,y, Rd = = = = 355490daN.cm = 3554.9daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

Mb, Rd = χLT× Mply.Rd

𝛽𝑤 × 𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 𝜋2 × 𝐸 ×𝐼𝑧 𝐼𝑤 𝐿2 × 𝐺 × 𝐼𝑡
 LT =√ Mcr = C1×
𝐿2
.√
𝐼𝑧
×
𝜋2 × 𝐸 × 𝐼𝑧
𝑀𝑐𝑟

Avec :

C1= 1.132
E = 2.1 × 104 KN/cm2
𝐼𝑧 = 100.9 cm4
𝐼𝑤 =7.43 × 103 cm6
G = 8 × 103 KN/cm2
𝐼𝑡 = 4.79 cm2
L2 = (600)2 cm2

52
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

AN:

𝜋2 × 2.1 × 104 × 100.9 7.43 × 103 (600)2 × 8 × 103 × 4.79


Mcr = 1.132 × .√ +
(600)2 100.9 𝜋2 × 2.1 × 104 × 100.9

Mcr= 1780.09KN.cm

1 × 166.4× 23.5
 LT = √ = 1.48 ;αLT : 0.21 pour les profils laminés.
1780.09

D’après letableau des coefficients de flambement (EC3 partie 1-1). χLT= 0.3810

Mb, Rd = 03810×3554.9= 1354.41 daN.m


1169.55 12.65
[ ]+[ ] = 0.86 + 0.01 =0.87≤ 1.0 ……........…………….condition vérifiée
1354.41 739.17

Le profilé laminé choisit (IPE 180) est donc vérifié à l’état limite ultime

III.1.7 Vérification à l’état limite de service (ELS) :

− Vérification de la flèche :
Le calcul de la flèche se fait par la combinaison de charges et surcharges de services (non
pondérés).
Qsd,1 = G + N = 39.2 + 18.36 =57.56 daN/ml
Qsd,2= G -V= 39.2 – 198.3 = -159.1daN/ml
Qsd = max (Qsd,1;Qsd,2)=-159.1daN/ml

Qz, sd = Qsd× cos(α) = -159.1× cos(16.69) = -152.39daN/ml.


Qy,sd= Qsd× sin(α) = -159.1× sin(16.69) = -45.69daN/ml

Figure III.12 : Vérification de la flèche.

53
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

− Condition de verification:
Avec :
fz≤ fadm E = 2.1 × 106 daN/cm2
fy≤ fadm Iy = 1317 cm4
Iz = 100.9 cm4
Flèche verticale suivant (Z-Z) sur deux appuis : l = 600 cm
𝑙 600
fadm= = =3 cm
200 200
5 𝑄𝑧,𝑠𝑑 . 𝑙 4 5 1.523 . 6004
fz= × = × =0.929 ≤ fadm=3 cm…………………OK
384 𝐸 . 𝐼𝑦 384 2.1 × 106 . 1317

Flèche latérale suivant (Y-Y) sur trois appuis :


𝑙⁄
2 300
fadm = = =1.5 cm
200 200

2.5 𝑄𝑦,𝑠𝑑 . (𝑙⁄2)4 2.5 0.456 . 3004


fy = × = × =0.11 ≤ fadm =1.5 cm..……………OK
384 𝐸 . 𝐼𝑧 384 2.1 × 106 . 100.9

Conclusion :
Après avoir fait les vérifications à la résistance et à la flèche, on constate qu’on doit utiliser le
profil IPE 180 comme des pannes isostatiques avec lierne.

III.2 Etude des liernes de la toiture :


III.2.1 Définition :
Les liernes sont des tirants passant au milieu des pannes, travaillent en traction. Ce
sont généralement des barres en fer rond, des cornières ou des tubes.
Les liernes des pannes ont les fonctions suivantes :
− En phase de montage du bâtiment, assurer la rectitude des pannes avant mise en place
de la couverture.
− En phase d’exploitation du bâtiment, apporter aux pannes un maintien latéral.

Figure III.13 : Dispositions des liernes.

54
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.2.2 Dimensionnement des liernes : (d’après le livre de M. Dahmani)


La Réaction R au niveau du lierne :
𝑙
R = 1.25Qy,sd × 2 = 1.25 (74.64) ×3 = 279.9 daN
Avec :Qy,sd= Qsd× sin(α) = 74.64 daN/ml.

Effort de traction dans le tronçon de la lierne L1 provenant de la panne sablière :


𝑅 279.9
T1 = = = 139.95 daN
2 2

Effort dans les tronçons L2,L3,L4,L5.


Tn = R + Tn - 1
T2 = R + T1 = 279.9 + 139.95 = 419.85 daN
T3 = R + T2 = 279.9 + 419.85 = 699.75 daN
T4 = R + T3 = 279.9 + 699.75 = 979.65 daN
T5 = R + T4 = 279.9 + 979.65 =1259.55daN

Effort dans les diagonales L6


2T6×sin(θ) = T5
1.6
T6 = 1338.52 daN Avec : θ = arctg = 28.07°
3

Figure III.14 : Efforts dans les liernes.

55
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.2.3 Calcul de la section des liernes :


Le tronçon le plus sollicité est L6 :
T6 = Nsd = 1338.52 daN
Les liernes travaillent en traction Nsd≤Npl, Rd
A × fy
Npl, Rd =
γM0
𝑁𝑠𝑑 × 𝛾𝑀0 1338.52 × 1.1
A≥ = = 0.626 A ≥ 0.626 cm2
𝑓𝑦 2350

𝜋 × 𝜙2
A= ≥ 0.626 cm2
4

4 × 0.626
ϕ=√ = 0.892 cm ≈ 1cm ϕ = 10 mm
𝜋

Pour raison sécuritaire et pratique, on opte pour une barre ronde de diamètre ϕ= 10 mm

III.3 Etude de l’échantignole :


III.3.1 Définition :
L’échantignole est un dispositif de fixation qui permet de fixer les pannes sur les
fermes ou les traverses de portiques. Elle s'oppose aux charges tangentielles dues aux poids
des charges permanentes et de la neige. Elle s'oppose aussi à l'action de soulèvement due au
vent. Elles sont fixées soit par boulonnage soit par soudage.

Figure III.15 : Disposition de l’échantignole.

56
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.3.2 Calcul des charges revenant à l’échantignole : (D’après le livre de M. Dahmani)


Effort de soulèvement :
Qz, sd= G × cos(α) - 1.5V = - 259.90 daN/ml.
Effort suivant rampant :
Qy,sd= 1.35G × sin(α) = +15.18 daN/ml.
L’excentrement « t » est limité par la condition suivante :
2 (b/2) ≤ t ≤ 3 (b/2)
Pour un IPE 180 : b = 9.1cm
9.1 ≤ t ≤ 13.65 on adopte e = 11cm
Echantignole de rive :
𝑙
Rz= Qz, sd× 2= 259.90× 3 = 779.7 daN
𝑙
Ry= Qy, sd× 2= 15.18 × 3 = 45.54daN

Echantignole intermédiaire :
Rz = 2 Rz = 1559.4 daN
Ry = 2 Ry = 91.08 daN
III.3.3 Calcul du moment de renversement :
h
MR = Rz×t +Ry× 2 = 1559.4× 11 + 91.08 × 9 = 17973.12 daN.cm = 1.79 KN.m

III.3.4 Dimensionnement de l’échantignole :


Dans la construction métallique, généralement les échantignoles sont des éléments
formés à froid. La classe de la section est au moins une classe3. Selon l’Eurocode 03 la
section transversale travaillant en flexion simple doit satisfaire la formule suivante :

Msd≤Mel,Rd
MR = Msd...........................................................(le moment sollicitant)
𝑾𝒆𝒍 × 𝒇𝒚
Mel,Rd= ........................................ (le moment de résistance élastique de la section)
𝜸𝑴𝟎

III.3.5 Calcul de l’épaisseur de l’échantignole :

𝑊𝑒𝑙 × 𝑓𝑦
Mel,Rd=
𝛾𝑀0

MR × 𝛾𝑀0 17973.12 × 1.1


Wel = = = 8.41 cm2
𝑓𝑦 2350

𝑏 . 𝑒2
Wel ≥ (Pour une section rectangulaire)
6

57
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

La largeur de l’échantignole est prise en fonction de la largeur de la semelle du portique sur


laquelle va être soudée l’échantignole
 Traverse IPE 360
 b = 170 mm.

6 × 𝑤𝑒𝑙 6 × 8.41
e=√ =√ = 1.72 cm
𝑏 17

e ≈ 1.80 cm

III.4 Etude des lisses de bardages :


III.4.1 Définition :
Les lisses sont des poutrelles qui ont pour fonction de supporter les couvertures de
façades (bardages) et les charges s’appliquent sur ces bardages (pression ou dépression du
vent). Elles sont disposées horizontalement à l’entre-axes courants, portant sur les poteaux de
portiques ou potelets intermédiaires. Elles sont réalisées soit en profilés laminés (IPE, UAP)
ou en éléments formés par des tôles pliées.

6m

Figure III.16 : Disposition des lisses de bardages.

III.4.2 Principe de dimensionnement :

Les lisses sont soumises à : la flexion autour de Z + flexion autour de Y.


De ce fait, elles fonctionnent en flexion déviée (bi-axiale).
Pour dimensionner, on tiendra compte de la valeur la plus défavorable de la pression de vent
exercée sur le long-pan et celle sur le pignon.

58
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Comme dans le cas des pannes, les lisses aussi sont dimensionnées et calculées pour satisfaire
simultanément aux :
• Condition de résistance (ELU : flexion + cisaillement) ;
• Condition de la stabilité (ELU : déversement) ;
• Condition de flèche (ELS).

III.4.3 Vérification de la lisse de long-pan :

III.4.3.1 Les données


• Les lisses sont simplement appuyées sur deux poteaux de portée L =6m.
• L’entre axe des lisses e= 2m
• Nombre des lisses pour chaque paroi (n=3)
• Poids propre de la couverture (panneaux sandwichs) ……………………......12kg/m2
• Poids propre d’isolants .........................................................................................5kg/m2
• Poids propre d’accessoires de pose…………………………………………… 5kg/m2
• Poids propre de la lisse estimé (IPE140) …………………………………. 12.9kg/ml

Figure III.17 : Disposition des lisses et les liernes sur le long-pan

III.4.3.2 Evaluation des charges et surcharges :


a) Charges permanentes : (perpendiculaire à l’âme)
G = (PCouverture+ Pisolants + PAccesoires) × e+ Plisse
G = (12 + 5 + 5) × 2 + 12.9
G = 56.9 kg/ml
G = 56.9 daN/ml

a) Surcharges climatiques du vent : (suivant le plan de l’âme)


V = +904.162 N/m2= 90.41 daN/m2 .....................................................(tableau II.14 chapitre 2)
V = 90.41 × 2
V =180.82 daN/ml (pression)

59
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.4.3.3 Combinaison de charges les plus défavorables :

1.35G + 1.5V

Qy,sd = 1.35 G = 1.35(56.9) Qz,sd = 1.5 V = 1.5(180.82)

Qy,sd = 76.81 daN/ml Qz,sd = 271.23 daN/ml

Figure III.18 : La répartition des charges sur les lisses de long pan.

III.4.3.4 Vérification à l’état limite ultime (ELU) :

Par tâtonnement on choisit l’IPE 140


Données concernant ce profilé :

Dimensions Caractéristiques de calcul


Profilé h b tw tf r d Wpl,y Wpl,z Avz Avy Iz
IPE140
(mm) (mm) (mm) (mm) (mm) (mm) (cm3) (cm3) (cm2) (cm2) (cm4)
140 73 4.7 6.9 7 112.2 88.34 19.25 7.64 8.76 44.92

Tableau III.3: Caractéristiques géométriques de l’IPE 140.

Classe de la section :
− Classe de la semelle :
C b⁄ 235 235
2
= ≤ 10 Ԑ Avec : Ԑ = √ f =√235= 1
tf tf y

b⁄ 36.5
2
= = 5.28 ≤ 10 ⟹ semelle est de classse 01.
tf 6.9

− Classe de l’âme :
d h−(2tf+2r) 235 235
= ≤ 72 Ԑ Avec : ϵ = √ =√ 235 = 1
tw tw fy

d 112.2
= = 23.87 < 72 ⟹ l’âme est de classse 01.
tw 4.7

Donc la section est de classe 1


60
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

a) Vérification à la résistance en section :


Dans la condition de résistance à l’ELU, il faut faire les vérifications suivantes :
a.1) vérification à la flexion :
Pour cette vérification on utilise la condition suivante pour les sections de classes 1 et 2
𝜶 𝜷
𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝑴𝒛,𝒔𝒅
[𝑴 ] + [𝑴 ] ≤ 1
𝒑𝒍𝒚,𝑹𝒅 𝒑𝒍𝒛,𝑹𝒅

Dans notre cas : La section en I donc α = 2 et l’effort normal Nsd = 0 donc : 𝛽 = 1


𝑙 2 6 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 76.81 × ( ) 691.29
2 2
Mz, sd= = = = 86.41 daN.m
8 8 8

𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝑙 2 271.23 × 62 9764.28


My, sd= = = =1220.53 daN.m
8 8 8

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 19.25 × 2350 45237.5


Mpl,z, Rd = = = =41125daN.cm = 411.25daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 88.34 × 2350 207599
Mpl,y, Rd = = = = 188726daN.cm = 1887.26daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

1220.53 2 86.41 1
[ ] +[ ] = 0.41 + 0.21 = 0.62 ≤ 1 ..............................condition vérifiée
1887.26 411.25

a.2) Vérification au cisaillement :


La vérification au cisaillement est donnée par les formules suivantes :

𝐴 × 𝑓𝑦 /√3
Vz.sd≤ Vplz.Rd Vz.sd=𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿etVplz.Rd= 𝑣𝑧
2 𝛾𝑀0

𝐴𝑣𝑦 × 𝑓𝑦 /√3
Vy.sd≤ Vply.Rd Vy.sd =0.625𝑄𝑦,𝑠𝑑 .(l/2) et Vply.Rd=
𝛾𝑀0

Vz.sd=271.23 × 6 = 1627.38 =813.69 daN


2 2
Vy.sd =0.625 × 76.81 (6/2) = 144.02 daN

Vplz.Rd= 7.64 × 2350 /√3=10365.74 = 9423.40 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vply.Rd= 8.76 × 2350 /√3=11899.42 = 10817.65 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vz.sd = 813.69 daN ≤ Vplz.Rd = 9423.40 daN .......................................condition vérifiée

Vy.sd = 144.02 daN ≤ Vply.Rd = 10817.65 daN ......................................condition vérifiée

61
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

c) Vérification au déversement :
Il n’y a pas le risque de déversement de la lisse du moment que la semelle comprimée est
soutenue latéralement sur toute sa longueur (cas de vent de pression).

Figure III.19 : Semelle comprimée soutenue sur toute sa longueur.


III.4.3.5 Vérification à l’état limite de service (ELS) :
Vérification de la flèche :
Le calcul de la flèche se fait par la combinaison de charge et surcharge de service (non
pondérées).
Q=G+V
− Condition de verification:
Avec :
fz≤ fadm E = 2.1 × 106 daN/cm2
fy ≤ fadm Iy= 541.2 cm4
Iz = 44.92 cm4
Flèche verticale suivant (Z-Z) sur deux appuis : L = 600 cm
𝑙 600
fadm= = =3 cm
200 200
5 𝑉 . 𝑙4 5 180.82 × 10−2 . 6004
fz= × = × = 2.68≤fadm=3cm……………………..OK
384 𝐸 . 𝐼𝑦 384 2.1 × 106 . 541.2

Flèche latérale suivant (Y-Y) sur trois appuis :


𝑙⁄
2 300
fadm= = =1.5 cm
200 200

2.05 𝐺 . (𝑙⁄2)4 2.05 56.9 × 10−2 . 3004


fy= × = × =0.26≤fadm=1.5cm..……………OK
384 𝐸 . 𝐼𝑧 384 2.1 × 106 . 44.92

Conclusion :
La lisse de long pan en IPE 140 est vérifiée à la sécurité.

62
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.4.3.6 Calculs des liernes de long-pan :


III.4.3.6.1Calcul de l’effort de traction dans le lierne le plus sollicité :
La Réaction R au niveau du lierne :
𝑙
R = 1.25(1.35G)× 2 = 1.25 (1.35 ×56.9) ×3 = 288.05 daN

Effort de traction dans le tronçon de lierne L1 provenant de la panne sablière :

𝑅 288.05
T1 = = = 144.02 daN
2 2

Effort de traction dans le tronçon L2.


Tn= R + Tn - 1
T2= R + T1 = 288.05 + 144.02 = 432.07 daN
Effort dans les diagonales L3

2T3×sin(θ) = T2
𝑇2 432.07
T3 = =
2𝑆𝑖𝑛𝜃 2𝑆𝑖𝑛33.69
2
T3= 389.46 daN Avec : θ =arc tg = 33.69° T2
3

III.4.3.6.2 Calcul de la section des liernes :


Le tronçon le plus sollicité est L2 :
T2 = Nsd= 432.07 daN (tension)
Les liernes travaillent en traction Nsd≤Npl, Rd Figure III.20 : Efforts dans les
liernes de long-pan .
A × fy
Npl, Rd = γM0
𝑁𝑠𝑑 × 𝛾𝑀0 432.07 × 1.1
A≥ = =0.202 A ≥ 0.202 cm2
𝑓𝑦 2350

𝜋 × 𝜙2
A= ≥ 0.202 cm2
4

4 × 0.202
ϕ=√ = 0.504 cm ≈ 1cm ϕ = 10 mm
𝜋

Pour des raisons sécuritaires et pratiques, on opte pour une barre ronde de diamètre ϕ= 10 m

63
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.4.4 Vérification de la lisse de pignon : On choisit l’IPE 120


III.4.4.1 Les données
• L’entre axe des lisses e= 2m
• Nombre des lisses (n=3)
• Poids propre de la couverture (panneaux sandwichs) ……………………......12kg/m2
• Poids propre d’isolants .........................................................................................5kg/m2
• Poids propre d’accessoires de pose…………………………………………… 5kg/m2
• Poids propre de la lisse estimé (IPE 120) …………………………………. 10.4kg/ml

Figure III.21 : Disposition des lisses et des liernes sur le pignon.

III.4.4.2 Evaluation des charges et surcharges :

a) Charges permanentes :
G = (PCouverture+ Pisolants + PAccesoires) × e+ Plisse
G = (12 + 5 + 5) × 2 + 10.4
G = 54.4 kg/ml
G = 54.4 daN/ml

b) Surcharges climatiques du vent :


La lisse de pignon est soumise à un vent de pression de : V = +1004.625 N/m2 (tableau 12
chapitre II).
V = 100.46 daN/m2 ...............(pression).
V = 100.46 × 2
V = 200.92 daN/ml

64
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.4.4.3 Vérification à l’état limite ultime :


Données concernant ce profilé :

Dimensions Caractéristiques de calcul


h b tw tf r d Wpl,y Wpl,z Avz Avy Iz
3 3 2 2
Profilé (mm) (mm) (mm) (mm) (mm) (mm) (cm ) (cm ) (cm ) (cm ) (cm4)
IPE120
120 64 4.4 6.3 7 107.4 60.7 13.6 6.3 6.9 27.65

Tableau III.4: Caractéristiques géométriques de l’IPE 120.

Classe de la section :
− Classe de la semelle :
C b⁄ 235 235
2
= ≤ 10 Ԑ Avec : Ԑ = √ f =√235= 1
tf tf y

b⁄ 32
2
tf
= 6.3 = 5.08 ≤ 10 ⟹ semelle de classse 01.

− Classe de l’âme :
d h−(2tf+2r) 235 235
= ≤ 72 Ԑ Avec : ϵ = √ =√ 235 = 1
tw tw fy

d 107.4
= = 24.4 < 72 ⟹ l’âme de classse 01.
tw 4.4

Donc la section est de classe 1

a) Vérification à la résistance en section :


Dans la condition de résistance à l’ELU, il faut faire les vérifications suivantes :
a.1) vérification à la flexion :
Pour cette vérification on utilise la condition suivante pour les sections de classes 1 et 2
𝜶 𝜷
𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝑴𝒛,𝒔𝒅
[𝑴 ] + [𝑴 ] ≤ 1
𝒑𝒍𝒚,𝑹𝒅 𝒑𝒍𝒛,𝑹𝒅

Dans notre cas : La section en I donc α = 2 et l’effort normal Nsd = 0 donc : 𝛽 = 1


Qy,sd = 1.35 G = 1.35(54.4) = 73.44 daN/ml
Qz,sd = 1.5 V = 1.5(200.92) = 301.38 daN/ml
𝑙 2 5 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 73.44 × ( ) 459
2 2
Mz, sd= = = = 57.37 daN.m
8 8 8
𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝑙 2 301.38 × 52 7534.5
My, sd= = = =941.81 daN.m
8 8 8

65
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 13.6 × 2350 31960


Mpl,z, Rd = = = =29054.5daN.cm = 290.54daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 60.7 × 2350 142645
Mpl,y, Rd = = = = 129677.2daN.cm = 1296.8daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

941.81 2 57.37 1
[ ] +[ ] = 0.527 + 0.197 = 0.72 ≤ 1 ..............................condition vérifiée
1296.8 290.54

a.2) Vérification au cisaillement :


La vérification au cisaillement est donnée par les formules suivantes :

𝐴 × 𝑓𝑦 /√3
Vz.sd ≤ Vplz.Rd Vz.sd = 𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿 et Vplz.Rd= 𝑣𝑧
2 𝛾𝑀0

𝐴𝑣𝑦 × 𝑓𝑦 /√3
Vy.sd ≤ Vply.Rd Vy.sd =0.625𝑄𝑦,𝑠𝑑 .(l/2) etVply.Rd=
𝛾𝑀0

Vz.sd=301.38 × 5 = 1506.9=753.5 daN


2 2
Vy.sd =0.625 × 73.44 (5/2) = 114.75 daN

Vplz.Rd= 6.3 × 2350 /√3=8557.8 = 7771 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vply.Rd= 6.9 × 2350 /√3=9372.83 = 8520.75 daN


𝛾𝑀0 1.1

Vz.sd = 753.5 daN ≤ Vplz.Rd = 7771 daN .............................................condition vérifiée

Vy.sd = 114.75 daN ≤ Vply.Rd = 8520.75 daN .......................................condition vérifiée

b) Vérification au déversement :
La stabilité des lisses concerne aussi la vérification au déversement. Dans notre cas la lisse de
pignon est soumise à un vent de pression c’est-à-dire la semelle extérieure est comprimée
sous l’action du vent et vu quelle est soutenu latéralement sur toute sa longueur, il n’y a pas
donc le risque de déversement.
III.4.4.4 Vérification à l’état limite de service (ELS) :
Vérification de la flèche :
Le calcul de la flèche se fait par la combinaison de charge et surcharge de service (non
pondérées). Q = G + V
Avec :
− Condition de vérification: E = 2.1 × 106 daN/cm2
fz≤ fadm Iy = 317.8cm4
Iz = 27.65cm4
fy ≤ fadm L = 500 cm

66
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Flèche verticale suivant (Z-Z) sur deux appuis :


𝑙 500
fadm= = =2.5 cm
200 200
5 𝑉 . 𝑙4 5 200.92 × 10−2 . 5004
fz= × = × = 2.45≤fadm=2.5cm……………..OK
384 𝐸 . 𝐼𝑦 384 2.1 × 106 . 317.8

Flèche latérale suivant (Y-Y) sur trois appuis :


𝑙⁄
2 250
fadm= = =1.25 cm
200 200

2.05 𝐺 . (𝑙⁄2)4 2.05 54.4 × 10−2 . 2504


fy= × = × =0.193≤fadm=1.25cm..…………OK
384 𝐸 . 𝐼𝑧 384 2.1 × 106 . 27.65

Conclusion :
La lisse de pignon en IPE 120 est vérifiée à la sécurité.

III.4.4.5 Calcul des liernes de pignon :


III.4.4.5.1 Calcul de l’effort de traction dans le lierne le plus sollicité :
La Réaction R au niveau du lierne :
𝑙
R = 1.25(1.35G)× 2 = 1.25 (1.35 ×54.4) ×2.5 = 229.5 daN

Effort de traction dans le tronçon de la lierne L1


𝑅 229.5
T1 = 2 = = 114.75 daN
2

Effort de traction dans le tronçon L2.


Tn = R + Tn - 1
T2= R + T1 = 229.5 + 114.75 = 344.25 daN

Effort dans les diagonales L3


2T3×sin(θ) = T2
𝑇2 344.25
T3 = =
2𝑆𝑖𝑛𝜃 2𝑆𝑖𝑛38.65

T2 = 275.62 daN
Figure III.22 : efforts dans
2 les liernes de pignon.
Avec : θ = arc tg = 38.65°
2.5

67
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.4.4.5.2 Calcul de la section des liernes :


Le tronçon le plus sollicité est L2 :
T2 = Nsd = 344.25 daN
Les liernes travaillent en traction Nsd ≤ Npl, Rd
A × fy
Npl, Rd = γM0
𝑁𝑠𝑑 × 𝛾𝑀0 344.25 × 1.1 𝜋 × 𝜙2
A≥ = = 0.161 A ≥ 0.161 cm2etA = ≥ 0.161 cm2
𝑓𝑦 2350 4

4 × 0.161
ϕ=√ = 0.51 cm ≈ 1cm ϕ= 10 mm
𝜋

Pour des raisons sécuritaires et pratiques, on opte pour une barre ronde de diamètre ϕ= 10
mm.

III.5 Etude des potelets :


III.5.1 Définition :
Les potelets sont des éléments en profilé laminé, qui ont pour rôle de transmettre les
différents efforts horizontaux à la poutre au vent et les efforts verticaux vers le sol. Sous
l’action du vent, le potelet travaille à la flexion composée. En effet, la flexion est provoquée
par les efforts dus au vent transmis par les bardages et les lisses. Cette flexion peut aussi bien
se produire soit vers l’intérieur de la construction sous l’effet des surpressions, soit vers
l’extérieur de la construction sous l’effet des dépressions. Quant à la compression, celle-ci est
due à son poids propre, au poids du bardage et à celui des lisses qui lui sont attachées.

Par conséquent le potelet risque de :


- Subir une flèche importante sous les pressions due au vent
- Flamber lorsqu’il est très élancé
- Déverser sous les dépressions dus au vent

III.5.2 Les données


• La hauteur de potelet le plus chargé L =9m.
• La longueur de la lisse L =5m
• L’entre axe des potelets e= 5m
• Nombre de lisses supportées par le potelet (n=3)
• Poids propre de bardage............................................………………………......12kg/m2
• Poids propre d’isolants .........................................................................................5kg/m2
• Poids propre d’accessoires de pose…………………………………………… 5kg/m2
• Poids propre de la lisse (IPE120) ………………...........……………………. 10.4kg/ml

68
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

III.5.3 Calcul des charges et surcharges revenants au potelet le plus chargé (potelet du
milieu)
a) Charges permanents G :
G = (Plisse × Llisse ×Nlisse) + (Pbardage+Plisolants+ Paccesoire) × Stributaire
G = (10.4× 5× 3) + (12 + 5 + 5) × ( 5 × 9)
G = 1146 Kg
G = 1146 daN
b) Surcharges climatiques V
V = 100.46 daN/m2…….......…(tableau 12 chapitre II)
V = 100.46 × 5
V = 502.3 daN/ml

Figure III.23 :
Représentation des charges et
surcharges sur le potelet.

III.5.4 Dimensionnement du potelet :


− Sous la condition de la flèche :
La vérification de la flèche se fait sous les charges non pondérées : V = 502.3 daN/ml
5 𝑉 . 𝑙4 𝑙 900
fy= × ≤ fadm= ;fadm= =450cm
384 𝐸 . 𝐼𝑧 200 200
l = 9m: longueur du potelet le plus chargé
3 1000 502.3× 10−2 . 9003
1000 𝑉. 𝑙
Iy≥ 384 × 𝐸 = × = 4540.88 cm4
384 2.1 × 106
On choisit la section du profilé dans les tableaux ayant au moins la valeur de Iy supérieure ou
égale à la valeur trouvée.
− Ce qui correspond à un profilé IPE 270 (Iy = 5790 cm4)

Données concernant ce profilé :

Dimensions Caractéristiques de calcul


G h b tw tf d A Wpl,y Wpl,z iz iy Iz Iy
Profilé Kg/m mm mm mm mm mm cm2 cm3 cm3 cm cm cm4 cm4
IPE270
36.1 270 135 6.6 10.2 219.6 45.9 484 96.95 3.02 11.23 419.9 5790

Tableau III.5: Caractéristiques géométriques de l’IPE 270.

69
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Calcul de la charge permanent G (avec IPE270) :

G = 1146 + (Pprofilé×Lprofilé)=1146 + (36.1 × 9)


G = 1470.9 daN

III.5.5 Vérification de la section à la résistance :

a) Incidence de l’effort tranchant :

Si : VSd≤0.5Vpl,Rd . Il n’y a pas d’interaction entre le moment fléchissant et l’effort tranchant

Qz,Sd = 1.5V = 1.5 × 502.3 = 753.45 daN/ml


𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿 753.45 × 9 6781.05
Vz.sd = = = =3390.52 daN
2 2 2
Avz = 22.14 cm2
22.14 × 2350 /√3 30074.56
Vplz.Rd = = = 27340.51 daN .
𝛾𝑀0 1.1
VSd = 3390.52 ≤0.5Vpl,Rd =13670.25 ..........................................................vérfiée

La condition est vérifiée donc il n’y a pas d’interaction entre le moment fléchissant et l’effort
tranchant

b) Incidence de l’effort normal :

Si : NSd≤ Min (0.25 Npl,Rd ; 0.5AW.fy /𝜸M0 ). Il n’y a pas d’interaction entre le moment résistant
et l’effort normal.

Nsd = 1.35 G = 1.35×1470.9 = 1985.715 daN


𝐴 × 𝑓𝑦 45.9 × 2350 107865
Npl, Rd = = = = 98059.09 daN
𝛾𝑀0 1.1 1.1

0.25Npl, Rd = 24514.77 daN


AW = (A – 2b .tf)= 45.9 -2 × 13.5 × 1.02 = 18.36cm2
0.5AW.fy/𝛾M0 = 0.5× 18.36 ×2350/1.1 = 19611.81 daN
NSd=1985.715 ≤ Min (0.25 Npl,Rd=24514.77 ;0.5AW.fy/𝛾M0 =19611.81)
NSd=1985.715 daN ≤ 0.5AW .fy/𝛾M0 =19611.81 daN……………………………………vérifiée.
La condition est vérifiée donc il n’y a pas d’interaction entre le moment résistant et l’effort
normal.

70
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

c) Vérification à la flexion :
My,Sd≤Mcy,Rd
Mcy,Sd : c’est le moment résistant qui dépend de la classe de la section.
Classe de la section :
− Classe de la semelle (semelle comprimée) :
(b− tw −2r)⁄
C 2 235 235
= ≤ 10 ԐAvec : Ԑ = √ f =√235= 1
tf tf y

(b− tw −2r)⁄ (135− 6.6 −30)⁄


2 2
= = 4.82 ≤ 10 ⟹ semelle est de classe 01
tf 10.2

− Classe de l’âme (flexion composée):


1 𝑑+ 𝑑𝑐 𝑁𝑠𝑑 1985.715
α = 𝑑( )≤1 et dc =𝑡 = = 1.28 cm
2 𝑤 × 𝑓𝑦 1551
1 219.6 + 12.8
α = 219.6 ( ) = 0.52 ≤ 1
2
d 396 Ԑ 235 235
≤ (13 α −1) Avec : Ԑ = √ =√ 235 = 1
tw fy

d 219.6 396 Ԑ 396


= = 33.27 ≤ (13 α −1)
= 5.76 = 68.75 ⟹ l’âme est de classe 01
tw 6.6

Donc la section est de classe 1


𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 484 × 2350 1137400
Mcy,Rd= Mpl,y, Rd = = = = 1034000daN.cm = 10340daN.m
𝛾𝑀0 1.1 1.1

Qz,Sd = 1.5V = 1.5 × 502.3 = 753.45 daN/ml


𝑄𝑧,𝑠𝑑 × 𝐿2 753.45 × 92 61029.45
My, sd= = = =7628.68 daN.m
8 8 8

My,Sd = 7628.68 daN.m≤Mcy,Rd= 10340daN.m …………………………….condition vérifiée.

III.5.6 Vérification de l’élément aux instabilités :


La vérification aux instabilités est donnée par les formules suivantes :
a) Flexion composée avec risque de flambement :
𝑵𝑺𝒅 𝒌𝒚 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅
+ ≤ 1
𝝌𝒎𝒊𝒏 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅

b) Flexion composée avec risque de déversement :


𝑵𝑺𝒅 𝒌𝑳𝑻 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅
+ ≤ 1
𝝌𝒛 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝝌𝑳𝑻 × 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅

➢ Calcul des coefficients de réduction pour le flambement𝝌𝒚 et𝝌𝒛


𝝌𝒎𝒊𝒏 = min (𝝌𝒚 ;𝝌𝒛 )

71
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

Flambement par rapport à l’axe fort yy (dans Flambement par rapport à l’axe faible
le plan du portique) : zz (hors du plan du portique) :
➢ Longueur de flambement : ➢ Longueur de flambement :
ly=L = 9 m. lz=L = 2 m(entraxe des lisses).
➢ Calcul de l’élancement : ➢ Calcul de l’élancement :
𝑙𝑦 900 𝑙𝑧 200
𝜆y=
𝑖𝑦
= 11.23 =80.14 𝜆z=
𝑖𝑧
= 3.02 =66.22

➢ Calcul d’élancement réduit : ➢ Calcul d’élancement réduit :


0.5 0.5 0.5 0.5
𝐸 2.1 × 104 𝐸 2.1 × 104
𝜆 1 = 𝜋 [𝑓 ] = 𝜋 [ ] =93.9 𝜆 1 = 𝜋 [𝑓 ] = 𝜋 [ 2350
] =93.9
𝑦 2350 𝑦

𝜆𝑦 0.5 𝜆𝑧 0.5
y= [ 𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 ( section 1 ,2 et 3) z= [𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 ( section 1,2 et3)
𝜆1 𝜆1

𝜆𝑦 80.14 𝜆𝑧 66.22
y= = = 0.85 z=
𝜆1
=
93.9
= 0.70
𝜆1 93.9

➢ Choix de la courbe de flambement : ➢ Choix de la courbe de flambement :

Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1
nous donne le choix de la courbe de nous donne le choix de la courbe de
flambement en fonction du type de la section flambement en fonction du type de la section
𝒉 𝟐𝟕𝟎 𝒉 𝟐𝟕𝟎
= = 2>1.2 et tf = 10.2 mm <40 mm = = 2>1.2 et tf = 10.2 mm <40 mm
𝒃 𝟏𝟑𝟓 𝒃 𝟏𝟑𝟓

suivant y-y : courbe a α = 0.21 Suivant z-z : courbe b α = 0.34

➢ Facteur de réduction ➢ Facteur de réduction


𝝌𝒚 = 0.7659 (tableau du coefficient de 𝝌𝒛 = 0.7837 (tableau du coefficient de
flambement𝝌de la courbe a) flambement𝝌de la courbe b)

𝜒𝑚𝑖𝑛 = min (0.7659 ; 0.7837)


𝝌𝒎𝒊𝒏 = 0.7659

72
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

➢ Calcul de l’élancement réduit vis-à-vis du déversement LT :


𝜆𝐿𝑇 0.5
LT= [ 𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 (section1,2 et 3) et 𝜆1 =93.9
𝜆1

𝜆LT : élancement de l’élément vis-à-vis du déversement pour les profilés laminés I et H.


𝑙𝑧 200
𝑖𝑧 3.02 66.22
𝜆LT = 2 0.25
= 0.25 = = 58.14
1 200⁄3.02 2 1.139
1 𝑙 ⁄𝑖
(𝐶1 )0.5 [1+ ( 𝑧 𝑧) ] (1.132)0.5 [1+ ( ⁄ ) ]
20 ℎ⁄𝑡𝑓 20 27 1.02

𝜆𝐿𝑇 58.14
LT=
𝜆1
= 93.9
= 0.61 > 04 il y’a risque de déversement

courbea α = 0.21
𝝌𝑳𝑻 = 0.8862 < 1 ......................(Tableau du coefficient de flambement 𝝌de la courbe a)
➢ Calcul des coefficients k :
𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑊𝑒𝑙,𝑧 484 × 428.9
𝜇𝑦 = 𝑦 × (2𝛽𝑀𝑦 - 4) + ( ) = 0.85 × 2((1.3)- 4)+ ( )
𝑊𝑒𝑙,𝑦 428.9
𝜇𝑦 = -1.19 + 0.128

𝜇𝑦 = -1.06 ≤ 0.9
𝜇𝑦 × 𝑁𝑒𝑑 −1.06 × 1985.71 2104.85
ky= 1 - 𝜒 =1- = 1+ = 1.02 < 1.5
𝑦 × 𝐴 × 𝑓𝑦 0.7659 × 45.9 × 2350 83002.11

− 𝛽𝑀𝑦 : facteur de moment uniforme équivalent pour le flambement.


− Poutre simplement appuyée avec une charge uniformément répartie : 𝛽𝑀𝑦 = 1.3

𝜇𝐿𝑇 = 0.15 z.𝛽𝑀𝐿𝑇 – 0.15 = 0.15 × 0.70 × 1.3 – 0.15 = - 0.013< 1.5
𝜇𝐿𝑇 × 𝑁𝑒𝑑 −0.013 × 1985.71 25.81
kLT= 1 - 𝜒 =1- = 1+ =1
𝐿𝑇 × 𝐴 × 𝑓𝑦 0.7837 × 45.9 × 2350 84533.8

− 𝛽𝑀𝐿𝑇 Est un facteur de moment uniforme équivalent pour le déversement


− Poutre simplement appuyée avec une charge uniformément répartie : 𝛽𝑀𝐿𝑇 = 1.3
Vérification au flambement :
𝑁𝑆𝑑 = 1985.715 daN
𝑵𝑺𝒅 𝒌𝒚 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝟏𝟗𝟖𝟓.𝟕𝟏𝟓 𝟏.𝟎𝟐 × 𝟕𝟔𝟐𝟖.𝟔𝟖 𝜒𝑚𝑖𝑛 =0.7659
+ =𝟎.𝟕𝟔𝟓𝟗 +
𝝌𝒎𝒊𝒏 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅 × 𝟗𝟖𝟎𝟓𝟗.𝟎𝟗 𝟏𝟎𝟑𝟒𝟎 𝑁𝑝𝑙;𝑅𝑑 =98059.09 daN
𝑘𝑦 =1.02
0.02 + 0.75 = 0.77 < 1 .......................condition vérifiée
𝑀𝑦,𝑠𝑑 =7628.68 daN.m
Vérification au déversement : 𝑀𝑝𝑙,𝑦,𝑅𝑑 =10340 daN.m
𝑵𝑺𝒅 𝒌𝑳𝑻 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅 𝟏𝟗𝟖𝟓.𝟕𝟏𝟓 𝟏 × 𝟕𝟔𝟐𝟖.𝟔𝟖 𝜒𝑧 = 0.7837
+ =𝟎.𝟕𝟖𝟑𝟕 + 𝑘𝐿𝑇 =1
𝝌𝒛 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝝌𝑳𝑻 × 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅 × 𝟗𝟖𝟎𝟓𝟗.𝟎𝟗 𝟎.𝟖𝟖𝟔𝟐 × 𝟏𝟎𝟑𝟒𝟎
𝜒𝐿𝑇 = 0.8862
0.025 + 0.832 = 0.85 < 1 .......................condition vérifiée
Conclusion :
L’IPE 270 convient comme potelet.

73
CHAPITRE III Pré-dimensionnement des éléments.

CONCLUSION
L’étude que nous avons effectuée nous a permis de déterminer le type des profilés des
éléments secondaires qui sont capables de résister à leurs poids propres et à tous les efforts
extrêmes de vent.
Les profilés retenus après vérification pour différents éléments secondaires sont :

Les pannes : IPE 180

L’échantignole : épaisseur de e = 1.80 cm.

Les liernes de la toiture : barre ronde de diamètre ϕ= 10 mm

Les lisses du long-pan : IPE 140

Les liernes du long-pan : barre ronde de diamètre ϕ= 10 mm

Les lisses du pignon : IPE 120

Les liernes du pignon : barre ronde de diamètre ϕ= 10 mm

Les potelets : IPE 270

74
CHAPITRE IV
Etude
sismique
CHAPITRE IV Etude sismique

Etude sismique

INTRODUCTION
Le séisme est un phénomène naturel qui affecte la surface de la terre. Produit des dégâts
destructifs au niveau des constructions et par conséquent les vies humaines. Et donc notre but
est de remédier à ce phénomène par la conception adéquate de l’ouvrage de façon à ce qu’il
résiste et présente un degré de protection acceptable aux vies humains et aux biens matériels.
Pour cela l'application de règles parasismiques actuelles "RPA99 version 2003"
concerne le calcul des charges sismiques et les dispositions constructives sont obligatoires
pour toutes les constructions abritant des personnes, situées dans toutes les zones sismiques
sauf pour la zone 0 (sismicité négligeable).
C'est en général l'ingénieur du bureau d'étude qui est chargé d'appliquer ces règles et de
dimensionner les éléments en béton armé, aciers, bois ou bien mixtes.
D’après le RPA la détermination de la réponse d’une structure et son dimensionnement
peuvent se faire par trois méthodes de calcul :
• Méthode statique équivalente.
• Méthode d’analyse spectrale.
• Méthode d’analyse dynamique par accélérographe.

IV.1 Méthode statique équivalente :


IV.1.1 Principe
Pour notre étude nous avons opté pour la méthode statique équivalente ; Le choix de
cette méthode est particulièrement dicté par la simplicité de l’ouvrage (sensiblement
60
symétrique), sa hauteur limité (H=9m<65m) et sa régularité en plan (20 = 3 < 4)et en
élévation.
D’une manière générale notre structure satisfait l’intégralité des conditions énumérées
dans l’article (4.1.2) du RPA 99 version 2003. Le principe de cette méthode est le
remplacement des forces réelles dynamique qui se développe dans la construction par un
système de forces statiques fictives d’ont les effets sont considérer équivalent à ceux de
l’action sismique.

• Caractéristiques du hangar étudié :


- Wilaya d’implantation : Bejaia.
- Zone IIa : sismicité moyenne.
- Groupe d’usage 2 : Ouvrages courants ou d’importance moyenne (bâtiments
industriels).
- Catégorie du site : Site 3 (sol meuble).

75
CHAPITRE IV Etude sismique

IV.1.2 Calcul de la force sismique totale :(art 4.2.3 RPA99/03)

La force sismique totale V appliquée à la base de la structure, doit être calculée


successivement dans deux directions horizontales et orthogonales selon la formule :

𝑨.𝑫.𝑸
V= ×W (formule (4.1))
𝑹

a) Coefficient d’accélération de zone (A) :

Donné par un tableau (4.1 du RPA99/03), le coefficient d’accélération A est tiré en fonction
de la zone sismique et le groupe d’usage du bâtiment.

Dans notre cas :


 Zone IIa
A=0.15
 Groupe d’usage 2

b) Facteur d’amplification dynamique moyen (D) :


Il est en fonction de la catégorie de site, facteur de correction d’amortissement (η) et de la
période fondamentale de la structure (T).

2,5  0  T T2
D = 2,5  (T2 / T) 2/3 T2  T  3s formule (4.2)
2,5  (T2 / 3) 2/3.(3/ T) 5/3 T  3s.

Calcul du facteur de correction d’amortissement η:


𝟕
η = √(𝟐+ )  0.7 formule (4.3)

- Le pourcentage d’amortissement critique :


(%) : le pourcentage d’amortissement critique, il est en fonction du matériau constitutif, de
type de structure et de l’importance des remplissages.
Dans notre cas :
Nous avons un portique en acier avec remplissage léger.
 D’après le tableau (4.2)  = 4%

𝟕 𝟕
D’où : η = √(𝟐+ ) = √(𝟐+𝟒) = 1.08  0.7

76
CHAPITRE IV Etude sismique

Estimation de la période fondamentale de la structure T :

La valeur de la période fondamentale (T) de la structure peut être estimée à partir de


formules empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou numériques.
La formule empirique à utiliser selon les cas est la suivante :
T= Ct . hn3/4 (4.6)
• hn : La hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier
niveau (N).hn = 9m.
• Ct : coefficient en fonction de système de contreventement et du type de remplissage.
Donné par le tableau (4.6).
On a : Portiques autostables en acier sans remplissage en maçonnerie :
Ct =0.085
 Donc : T = 0.085. (9) 3/4

 T = 0.44 s

Calcul duT2 :
T2 est la période caractéristique, associée à la catégorie du site, donnée par le tableau 4.7.
On a un sol de catégorie de 3 (S3)
 T2 = 0.5 s
- Sens longitudinal : 0 < T = 0.44 s < T2 donc : Dx= 2.5  = 2.5 × 1.08 = 2.7.
- Sens transversal : 0 < T = 0.44 s < T2 donc : Dy = 2.5  = 2.5 × 1.08 = 2.7.
Dx=Dy donc on va faire un seul calcul pour V, mais dans les deux directions (sens
longitudinal et sens transversal).

c) Coefficient de comportement global de la structure (R) :(tableau 4.3 du


RPA99/03)

Pour le sens longitudinal (sens X) la structure est contreventée par portiques autostables
ductiles
 R=6
Pour le sens transversal (sens Y) la structure est contreventée par palées triangulées en X
 R=4

d) Facteur de qualité (Q) :


Le facteur de qualité de la structure il est en fonction de :
- La redondance et la géométrie des éléments.
- La régularité en plan et en élévation
- La qualité du contrôle de la construction
La valeur de Q est déterminée par la formule :
Q = 1+  Pq (formule (4.4))

77
CHAPITRE IV Etude sismique

Pq : est la pénalité à retenir selon le critère de qualité q " satisfait ou non".


Sa valeur est donnée par le tableau 4.4 (RPA99/Version2003).
- Le tableau suivant donne les valeurs de pénalité Pq

Pq
Critère q

1. Conditions minimales sur les files de contreventement 0.05 Non observé


2. Redondance en plan 0.05 Non observé
3. Régularité en plan 0 Observé
4. Régularité en élévation 0 Observé
5. Contrôle de la qualité des matériaux 0 Observé
6. Contrôle de la qualité de l’exécution 0 Observé
 Pq 0.1
Tableau IV.1 : valeurs des pénalités Pq.
On aura :
 Q = 1+  Pq = Q = 1+ 0.05 + 0.05 + 0 + 0 + 0 + 0
 Q=1.10

e) Calcul de poids de la structure (W) :

W = WGi +  WQi (Formule (4.5))


W : poids total de la structure.
WGi : poids du aux charges permanentes
WQi : charges d’exploitation.
−  : Coefficient de pondération en fonction de la nature et de la durée de la
charge d’exploitation.

− Valeurs du coefficient de pondération 


 = 0.5 (Entrepôts, hangars) (Tableau 4.5)

78
CHAPITRE IV Etude sismique

1) Calcul des charges permanente W Gi de tous les élément qui constituent notre
hangar :

La longueur
Poids Nombre de de La charge
Élément IPE utilisé propre chaque l’élément
élément W (kN)
(Kg/m)
(m)
Panne IPE 180 18.8 14 60 157.92

Lisse du long IPE 140 12.9 6 60 46.44


pan
Lisse du IPE 120 10.4 6 20 12.48
pignon
Poteau IPE 360 57.1 22 6 75.37

Traverse IPE 360 57.1 22 10.44 131.14

Potelet du IPE 270 36.1 2 9 6.49


milieu
Potelet IPE 270 36.1 4 7.49 10.81

Barre rond
Liernes 0.620 621.6 3.85
ϕ= 10 mm
Palé de L70×70×5 5.37 67.84 3.64
stabilité
Poutre au L70×70×5 5.37 127.2 6.83
vent
Poids Surfaces La charge
Élément propre Nombre W (kN)
(m2)
(Kg/m)
Couverture Panneau
du versant de 17 2 626.4 212.97
toiture (12+5)

Couverture Panneau
22 2 360 158.4
du long pan (17+5)
Couverture Panneau
22 2 150 66
du pignon (17+5)
 WGi 892.34

Tableau IV.2 : Charges permanentes WGi de toute la structure.

79
CHAPITRE IV Etude sismique

2) Calcul des charges permanente W Qi de tous les élément qui constituent notre
hangar :
WQi = (Pneige+ Pvent) ×Stoiture
WQi = (0.12 + 1.239) × 1252.8
WQi = 1703 KN.
 W = WGi +  WQi
 W = 892.34 + 0.5 × 1703
 W = 1743.84 KN.
Détermination de la force sismique totale :
𝑨. 𝑫 . 𝑸 0.1 × 2.7 × 1.1
Vx = ×W = 6
× 1743.84
𝑹

Vx = 86.32 kN
𝑨. 𝑫 . 𝑸 0.1 × 2.7 × 1.1
Vy = ×W = 4
× 1743.84
𝑹

Vy = 129.48 kN
Distribution de la résultante des forces sismique selon la hauteur :
(𝑉 − 𝐹𝑡 ) × 𝑊ℎ
𝐹𝑖 =
𝑊ℎ
𝐹𝑖 : force horizontale appliquée au niveau i
𝐹𝑡 : la force concentrée au sommet de la structure (𝑭𝒕 = 𝟎 𝒄𝒂𝒓 𝑻 = 𝟎. 𝟒𝟒 < 𝟎. 𝟕.
𝑊 : poids total de la structure (1743.84 KN).
V : la force sismique totale
h : la hauteur de chaque niveau

Sens longitudinal sens X : Sens transversal sens Y :

𝐹𝑡𝑥 = 0 𝐹𝑡𝑦 = 0

𝐹𝑖𝑥 = (𝑉𝑥 − 𝐹𝑡𝑥 ) 𝐹𝑖𝑦 = (𝑉𝑦 − 𝐹𝑡𝑦 )

 𝐹𝑖𝑥 = 𝑉𝑥  𝐹𝑖𝑦 = 𝑉𝑦
 𝐹𝑖𝑥 = 86.32 𝐾𝑁  𝐹𝑖𝑦 = 129.48 𝐾𝑁

Les sollicitations dues au vent plus défavorable (sens V1 pignon)


V = 123.94 daN/m2 (chapitre 02)
V = 123.94 × Stoiture
V = 123.94 × 1252.8

80
CHAPITRE IV Etude sismique

V = 155272 daN = 1552.72 kN


 V > Vx
 V > Vy

CONCLUSION
Les sollicitations dues au vent sont plus importantes que celles dues au séisme, ainsi nous
retiendrons uniquement l’action du vent pour le dimensionnement des portiques et du
contreventement de l’ouvrage.

81
CHAPITRE V
Etude
du portique
CHAPITRE V Etude du portique

Etude du portique

INTRODUCTION
Les portiques, qui constituent l’ossature principale des bâtiments, sont composée de
traverses (Ou fermes), qui supportent les pannes, et de poteaux, qui supportent les traverses.
Leur conception varie en fonction :
- De leur portée : on utilise les profils lamines à sections constantes pour des petites portées
(Jusqu’à 40 m), des PRS a sections variables pour des longues portées (entre 40 et 80 m), et
des portiques a treillis pour les très longues portées (par exemple : hangars aéronautiques
entre 80 et 140 m).
- Du schéma statique de la structure en général et du portique en particulier. Ce schéma
statique dépend aussi de la nature du sol, de l'existence ou non de ponts roulants, de la nature
des équipements utilises (machines vibrantes ou non, etc.…)
- Du procèdes technologique utilisé par le constructeur.
V.1 Caractéristiques du portique étudié :
Le portique de notre projet présente les dimensions suivantes :
- La hauteur des poteaux : h = 6m
- La hauteur de faitage : H = 9m
- La portée entre les poteaux : b = 20m
- La longueur des traverses : s = 10.44m
- L’entraxe des portiques : L = 6m

Figure V.1 : Vue du portique en 3D.


82
CHAPITRE V Etude du portique

V.2 Efforts sollicitant le portique :


Pour les bâtiments à un seul niveau, les principales charges, outre le poids de la structure, sont
la neige et le vent, bien que dans certains cas l’effort sismique est envisageable.

V.2.1 Charges permanentes :


• Poids propre de la couverture (panneaux sandwichs) …………………..12 kg/m2
• Poids propre d’accessoires de pose…………………………………….....5 kg/m2
• Poids propre de la panne (IPE 180) … ..………………..18.8 kg/ml=11.75 kg/m2
• Traverse (estimée)……………………………………………………….12 kg/m2
Poids total :
G = PCouverture + PAccesoires+ PPanne + PTtraverse
G = 12 + 5 + 11.75 + 12
G = 40.75 kg/m2
Entraxe des portiques est de : L = 6m
G = 40.75 × 6
G = 244.5 kg/ml
V.2.2 Effet de la neige :(voir CH.2)
N = 12 kg/m2 (par projection horizontale)
N = 12 × 6
N = 72 Kg/ml
V.2.3 Effet du vent : (voir CH.2)
- Vent avant-arrière (le plus défavorable)
2
- qj[kg/ml] = qj[kg/m ] ×entraxe

Tableau V.1 : Valeurs de la pression aérodynamique sur les parois verticales et la


toiture, cas de vent le plus défavorable (sens V1).

83
CHAPITRE V Etude du portique

• Représentation du portique intermédiaire :


Le portique intermédiaire est le plus chargé vis-à-vis de la charge du vent car la surface
tributaire du portique intermédiaire est le double de celle du portique de rive.
Pour simplifier les calculs, on transforme la charge du vent sur la toiture en une charge
équivalente uniformément réparti.
 (+) pression ; action du vent vers la paroi
 (-) dépression ; action du vent hors de la paroi

Figure V.2 : La répartition des charges du vent sur le portique le plus sollicité en kg/ml
(dépression).

Remarque :
Etant donné que les actions du vent sur les deux versants sont identiques, on retiendra
directement la charge agissant sur la zone H comme charge équivalente sur les deux versants
de toiture.
Charge équivalente du vent : W = 276.00 kg/ml

84
CHAPITRE V Etude du portique

V.3 Calcul des efforts internes :


Le calcul des efforts internes de notre portique, se fera avec la méthode des forces et
déplacements de la RDM.

Figure V.3 : Efforts internes.

On assume I2 ≈I1

𝑟𝑎𝑖𝑑𝑒𝑢𝑟−𝑟𝑎𝑚𝑝𝑎𝑛𝑡 𝐼 ℎ ℎ 6
• k= 𝑟𝑎𝑖𝑑𝑒𝑢𝑟−𝑏𝑒𝑞𝑢𝑖𝑙𝑙𝑒
= 𝐼2 𝑠 = 𝑠 = 10.44 = 0.574
1

𝑓 3
• 𝜑= = =0.5
ℎ 6

• Δ = 𝐾 + 3 + 3𝜑 + 𝜑 2 = 0.574 + 3 + (3 × 0.5) + (0.5)2 = 5,324

85
CHAPITRE V Etude du portique

V.3.1 charges verticales vers le bas : (charges permanentes et surcharge de neige)


- Calcul sous la charge unitaire : q = 1.0 kg/ml

Figure V.4 : Représentation des efforts internes, cas des charges verticales vers le bas.

8+5𝜑 8+(5 × 0.5)


𝛽= = =0.493
4Δ 4 × 5.324

𝛾 = 1 − 𝛽(1 + 𝜑) = 1 − 0.493(1 + 0.5) = 0.2605

- On trouve les efforts internes suivants

𝑞 . 𝑙2 1 × (202 )
𝐻𝐴 = −𝐻𝐸 = 𝛽 = 0.493 × = 4.10 𝑘𝑔
8ℎ 8 × 6
𝑞𝑙 1 × 20
𝑉𝐴 = 𝑉𝐸 = = = 10 𝑘𝑔
2 2
𝑞 . 𝑙2 1 × (202 )
𝑀𝐵 = 𝑀𝐷 = −𝛽 = −0.493 × = −24.65 𝑘𝑔. 𝑚
8 8
𝑞 . 𝑙2 1 × (202 )
𝑀𝐶 = 𝛾 = 0.2605 × = 13.025 𝑘𝑔. 𝑚
8 8

86
CHAPITRE V Etude du portique

V.3.2 Charges verticales vers le haut : (vent de soulèvement)

- Calcul sous la charge unitaire : q = 1.0 kg/ml

Figure V.5 : Représentation des efforts internes, cas des charges verticales vers le haut.

- On trouve les efforts internes suivants :

𝑞 . 𝑙2 1 × (202 )
−𝐻𝐴 = 𝐻𝐸 = 𝛽 = 0.493 × = 4.10 𝑘𝑔
8ℎ 8 × 6

𝑞𝑙 1 × 20
𝑉𝐴 = 𝑉𝐸 = = = 10 𝑘𝑔
2 2

𝑞 . 𝑙2 1 × (202 )
𝑀𝐵 = 𝑀𝐷 = +𝛽 = +0.493 × = +24.65 𝑘𝑔. 𝑚
8 8
𝑞 . 𝑙2 1 × (202 )
𝑀𝐶 = −𝛾 = −0.2605 × = −13.025 𝑘𝑔. 𝑚
8 8

87
CHAPITRE V Etude du portique

V.3.3 Vent horizontal :(dépression)

- Calcul sous la charge unitaire : q = 1.0 kg/ml

Figure V.6 : Représentation des efforts internes, cas de vent horizontal (dépression).

5𝑘 + 12 + 6𝜑 (5 × 0.574) + 12 + (6 × 0.5)
𝛿= = = 0.419
8Δ 8 × 5.324

𝛽 = (1 − 𝛿) = (1 − 0,419) = 0,580

1 1
𝛾 = 𝛿(1 + 𝜑) − = 0.419 (1 + 0.5) − = 0.128
2 2

𝑞 .ℎ 1 × 6
𝐻𝐴 = 𝛿 = 0.419 × = 1.257 𝑘𝑔
2 2

𝐻𝐸 = 𝑞ℎ − 𝐻𝐸 = (1 × 6) − 1.257 = 4.743 𝑘𝑔

𝑞. ℎ2 1 × 62
𝑉𝐸 = −𝑉𝐴 = − =− = −0.90 𝑘𝑔
2𝑙 2 × 20

88
CHAPITRE V Etude du portique

𝑞 . ℎ2 1 × (62 )
𝑀𝐷 = −𝛽 = −0.58 × = −10.44 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
2 2

𝑞 . ℎ2 1 × (62 )
𝑀𝐵 = 𝛿 = 0.419 × = 7.54 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
2 2

𝑞 . ℎ2 1 × (62 )
𝑀𝐶 = 𝛾 = 0.1285 × = 2.31 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
2 2

V.4 Tableaux récapitulatifs :


a) Efforts internes sous la charge unitaire

Réactions d’appuis (kg) Moments (kg.m)


q
Actions HA HE VA VE MB MC MD
(kg/ml)
G 1 +4.10 -4.10 +10 +10 -24.65 +13.025 -24.65

N 1 +4.10 -4.10 +10 +10 -24.65 +13.025 -24.65

V1(horizontale) 1 -1.257 -4.743 -0.9 +0.9 +7.542 +2.313 -10.44

V2(soulèvement) 1 -4.10 +4.10 -10 -10 +24.65 -13.025 +24.65


Tableau V.2 : Réactions d’appuis et moments sous une charge unitaire.

b) Efforts internes sous les charges actuelles

Réactions d’appuis (kg) Moments (kg.m)


q
Actions HA HE VA VE MB MC MD
kg/ml
G 244.5 +1002.45 -1002.45 +2445 +2445 -6029.92 +3184.61 -6029.92

N 72 +295.20 -295.20 +720 +720 -1774.8 +937.8 -1774.8


V1
361.62 -454.55 -1715.16 -325.45 +325.45 +2727.33 +836.42 -3775.31
(Horizontale)
V2
276.00 -1131.6 +1131.6 -2760 -2760 +6803.4 -3594.9 +6803.4
(Soulèvement)
V3 =V1 + V2 -1586.15 -583.56 -3085.45 -2434.55 +9530.73 -2758.48 +3028.09

Tableau V.3 : Réactions d’appuis et moments sous les charges actuelles.

89
CHAPITRE V Etude du portique

c) Combinaisons a l’ELU

Réactions d’appuis (kg) Moments (kg.m)

Combinaisons HA HE VA VE MB MC MD

1.35G+1.5N +1796.10 -1796.10 +4380.75 +4380.75 -10798.54 +5705.92 -10798.54

1.35G+1.35N+1.35V3 -345.36 +1008.11 +215.09 +1093.82 +2068.96 +1981.79 -6710.61

G+1.5V3 -1376.95 -1877.98 -2183.5 -1207.14 +8270.31 -953.30 -1484.78


Tableau V.4 : Combinaisons a l’ELU pour les réactions d’appuis et les moments.

V.5 Calcul de l’imperfection géométrique globale :(défaut d’aplomb)


Elles sont prises en compte lorsque la somme des efforts horizontaux est inférieure à
15% de la somme des efforts verticaux. Elles peuvent être remplacées par un système de
forces équivalentes calculées pour chaque poteau.
Nous avons :

𝐻𝑒𝑞 = 𝜙𝑁𝑠𝑑

𝜙 = 𝜙0 . 𝛼ℎ . 𝛼𝑚

𝜙0 = 1⁄200

𝛼ℎ = 2⁄√ℎ

𝛼𝑚 = √0,5[1 + (1⁄𝑚)]

Figure V.7 : Imperfection géométrique.

Avec :

- 𝐻𝑒𝑞 : Effort horizontal équivalent appliqué en tête de chaque poteau.


- 𝑁𝑠𝑑 : Effort normal de compression dans le poteau.
- 𝜙 : Défaut initial d’aplomb.
- 𝜙0 : Valeur de base.
- 𝛼ℎ : Coefficient de réduction qui tient compte de la hauteur h applicable au poteau.
- 𝛼𝑚 : Coefficient de réduction qui tient compte du nombre de poteaux dans une rangée.

90
CHAPITRE V Etude du portique

On trouve :

- ℎ = 9𝑚 : hauteur de la structure.
- 𝑚 = 2 : nombre de poteaux dans une file.
- 𝛼𝑚 = √0,5[1 + (1⁄2)] = 0.866
- 𝛼ℎ = 2⁄√9 = 0.666
- 𝜙0 = 1⁄200 = 0.005
- 𝜙 = 0.005 × 0.666 × 0.866 = 0.0028

V.5.1 Modélisation avec les imperfections :


a) Efforts en pieds de poteaux aux ELU

Combinaisons Poteau 1 Poteau 2 Somme


ELU HA VA HE VE H (kN) V(kN)

Comb 1 +17.96 +43.80 -17.96 +43.80 00.00 +87.6

Comb 2 -3.45 +2.15 +10.08 +10.93 +6.63 +13.08

Comb 3 -13.76 -21.83 -18.77 -12.07 -32.53 -33.9


Tableau V.5 : Efforts en pieds des poteaux aux l’ELU.

- Les défauts d’aplomb ne sont pas à considérer si : |𝐻| ≥ 0,15 |𝑉|

Combinaisons
0.15 V |H| ≥ 0.15 |V|
ELU

Comb 1 +13.14 NON

Comb 2 +1.96 OUI

Comb 3 -5.08 OUI

Tableau V.6 : Efforts en pieds des poteaux avec Prise en compte des défauts
d’aplomb.

Remarque :

Les défauts d’aplomb ne sont pas à considérer pour les combinaisons 02 et 03


car la condition |𝐻| ≥ 0,15 |𝑉| est vérifiée.

91
CHAPITRE V Etude du portique

b) Efforts équivalents en tête des poteaux

Poteau 1 Poteau 2
Combinaison Heq = 𝜙Nsd Heq = 𝜙Nsd
Nsd (kN) Nsd (kN)
(kN) (kN)

Comb 1
43.80 0.12 43.80 0.12
1.35G+1.5N

Tableau V.7 : Efforts équivalent en tête des poteaux.

V.5.2 Calcul des efforts internes additionnels :


a) Effort horizontal en tête du poteau

Figure V.8 : Effort horizontal en tête du poteau.

𝑃 = 2 × 0.12 = 0.24 𝐾𝑁

1 𝜑(3 + 2𝜑) 1 0.5. (3 + 2 × 0.5)


𝛽 = [1 + ] = [1 + ] = 0.5939
2 2Δ 2 2 × 5.324
1 𝜑(3 + 2𝜑) 1 0.5(3 + 2 × 0.5)
𝛿 = [1 − ] = [1 − ] = 0.4060
2 2Δ 2 2 × 5.324
𝜑 (1 + 𝜑)(3 + 2𝜑) 0.5 (1 + 0.5)(3 + 2 × 0.5)
𝛾= [1 − ]= [1 − ] = 0.1091
2 2Δ 2 2 × 5.324

92
CHAPITRE V Etude du portique

𝑃 𝜑(3 + 2𝜑) 0.24 0.5(3 + 2 × 0.5)


𝐻𝐴 = [1 + ]= [1 + ] = 0.14 𝐾𝑁
2 2Δ 2 2 × 5.324

𝐻𝐸 = 𝑃 − 𝐻𝐴 = 0.24 − 0.14 = 0.10𝐾𝑁

𝑃ℎ 0.24 × 6
𝑉𝐴 = −𝑉𝐸 = − =− = −0.072 𝐾𝑁
𝑙 20

𝑀𝐵 = 𝛽𝑃ℎ = 0.5939 × 0.24 × 6 = 0.85 𝑘𝑁. 𝑚

𝑀𝐷 = −𝛿𝑃ℎ = −0.4060 × 0.24 × 6 = −0.58 𝑘𝑁. 𝑚

𝑀𝐶 = −𝛾𝑃ℎ = −0.1091 × 0.24 × 6 = −0.15 𝑘𝑁. 𝑚.

V.5.3 Combinaisons aux ELU avec prise en compte de Heq :

Réactions d’appuis (kN) Moments (kN.m)


Combinaisons HA HE VA VE MB MC MD
1.35G+1.5N +17.96 -17.96 +43.80 +43.80 -107.98 +57.05 -107.98

P -0.14 -0.1 -0.072 +0.072 +0.85 -0.15 -0.58

1.35G+1.5N+P +17.82 -18.06 +43.728 +43.872 -107.13 +56.9 -108.56


1.35G+1.35N+1.35V3 -3.45 +10.08 +2.15 +10.93 +20.68 +19.81 -67.10
G+1.5V3 -13.76 -18.77 -21.83 -12.07 +82.70 -9.53 -14.84
Tableau V.8 : Combinaisons à l’ELU pour les réactions d’appuis et les moments avec
prise en compte de Heq.

V.6 Choix de la méthode d’analyse :


Le choix de la méthode d’analyse est conditionné par la valeur du coefficient
d’éloignement critique 𝛼𝑐𝑟

• Si 𝛼𝑐𝑟 ≥ 10 Structure rigide : analyse élastique au 1er ordre.

• Si 𝛼𝑐𝑟 < 10 Structure souple : analyse élastique avec prise en compte des effets du

2ème ordre.

• Si 𝛼𝑐𝑟 ≥ 15 Structure rigide : analyse plastique.

93
CHAPITRE V Etude du portique

V.6.1 Détermination du facteur d’éloignement critique 𝛼𝑐𝑟 :


L’importance des effets du second ordre sur une ossature est mesuré par sa
déformabilité latérale à travers le coefficient d’amplification critique 𝛼𝑐𝑟 ; Dans le cas de
portique a faible pente, ce dernier peut être calculé avec la formule approchée suivante pour la
combinaison d’action considérée.

Avec :

1 𝑉𝑆𝑑 𝑁𝑆𝑑.𝑡 𝑁𝑆𝑑.𝑝


= = [ + (4 + 3.3𝑅) ( )]
𝑐𝑟 𝑉𝑐𝑟 𝑁𝑐𝑟.𝑡 𝑁𝑐𝑟.𝑝

𝑁𝑆𝑑.𝑝 : effort axial de compression dans le poteau


𝑁𝑐𝑟.𝑝 : effort critique d’Euler dans le poteau
𝑁𝑆𝑑.𝑡 : effort axial de compression dans la traverse
𝑁𝑐𝑟.𝑡 : effort critique d’Euler dans la traverse
I : le moment d’inertie de l’IPE 360 suivant l’axe yy (estimé)
𝐼1 𝑆 𝑠 10.44
𝑅= = = = 1.74
𝐼2 ℎ ℎ 6

𝜋 2 𝐸𝐼 𝜋 2 × 2.1 × 104 × 16270


𝑁𝑐𝑟.𝑝 = = = 9364.54 𝐾𝑁
ℎ2 6002
𝜋 2 𝐸𝐼 𝜋 2 × 2.1 × 104 × 16270
𝑁𝑐𝑟.𝑡 = = = 3089.92.54 𝐾𝑁
𝑠2 10442
Sous la combinaison 1.35G + 1.5N :

𝑁𝑆𝑑.𝑡 = 43.80𝑠𝑖𝑛16.69 + 17.96𝑐𝑜𝑠16.69 = 29.78 𝐾𝑁


𝑁𝑆𝑑.𝑝 = 43.80 𝐾𝑁
1 𝑉𝑆𝑑 29.78 43.80
= = [ + (4 + 3.3 × 1.74) ( )] = 0.041 < 0.1
𝑐𝑟 𝑉𝑐𝑟 3089.92 9364.54

 Structure rigide
 On opte pour la méthode élastique au 1er ordre.

94
CHAPITRE V Etude du portique

V.7 Pré-dimensionnement de la traverse :


a) Moments sous la combinaison : 1.35G + 1.5N

Figure V.9 : Moments sous la combinaison 1.35G + 1.5N.

b) Moments sous la charge équivalente totale Heq

Figure V.10 : Moments sous la charge équivalente totale.

c) Moments maximaux sollicitant la traverse


• Action vers le bas : (charges de gravités)
Sous la combinaison : 1.35G + 1.5N + P
- Aux appuis : MD = -107.98 – 0.58 = -108.56 KN.m
- Au faitage : MC = 57.05 – 0.15 = +56.9KN.m
95
CHAPITRE V Etude du portique

• Action vers le haut : (vent de soulèvement)


Sous la combinaison : G + 1.5V3
- Aux appuis : MB = +82.70 KN.m
- Au faitage : MC = -9.53 KN.m

d) Calcul préliminaire

𝑊𝑝𝑙𝑦 . 𝑓𝑦 𝑀𝑦.𝑠𝑑 . 𝛾𝑀0


𝑀𝑦.𝑠𝑑 ≤ 𝑀𝑝𝑙𝑦.𝑅𝑑 = → 𝑊𝑝𝑙𝑦 ≥
𝛾𝑀0 𝑓𝑦

108.56 × 1,1 × 102


𝑊𝑝𝑙𝑦 ≥ = 508.153 𝑐𝑚3
23.5

Soit un IPE 360 → 𝑊𝑝𝑙𝑦 = 1019 𝑐𝑚3

Remarque :
Les profilés choisis sont surestimés pour tenir compte des effets de flambement, de
déversement et de la flèche.

V.7.1 Vérification de la traverse a l’ELS :


V.7.1.1 Vérification de la flèche :
- Le calcul de la flèche est réalisé au faîtage de la traverse, en C, sous l’action combinée
non pondérée de : G + N
- La flèche maximale au faîtage est donnée par la formule suivante :
1 𝑙
𝑦𝑚𝑎𝑥 = (5𝑞𝑙 4 − 48𝑀𝐵 . 𝑙 2 ) ≤ 𝛿𝑚𝑎𝑥 =
384 𝐸 𝐼𝑦 200

𝑞 = 𝐺 + 𝑁 = 2.445 + 0.72 = 3.165 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙


𝐸 = 2.1 × 104 𝑘𝑁⁄𝑐𝑚2
𝐼𝑦 = 16270 𝑐𝑚4
𝑙 = 20𝑚
𝑀𝐵 = 78.01 𝑘𝑁. 𝑚 (Sous la combinaison G + N)

1
𝑦𝑚𝑎𝑥 = (5 × 3.165 × 10−2 × (2000)4 − 48 × 78.01 × 102 × (2000)2 )
384 × 2.1 × 104 × 16270

𝑦𝑚𝑎𝑥 = 7.88
𝑙 2000
𝛿𝑚𝑎𝑥 = = = 10
200 200
𝑙
Donc : 𝑦max = 7.88 < 200 = 10………………………………………condition vérifiée

96
CHAPITRE V Etude du portique

V.7.2 Vérification de la traverse a l’ELU :


• Bilan des efforts :( sous la combinaison 1.35G + 1.5N + P)
𝑀𝑦.𝑠𝑑 = 108.56 𝑘𝑁. 𝑚

𝑁𝑠𝑑 = 43.87 sin 16.69 + 18.07 cos 16.69 = 29.90 𝑘𝑁

𝑉𝑧.𝑠𝑑 = 43.87 cos 16.69 − 18.07 sin 16.69 = 36.83 𝑘𝑁

Figure V.11 : Efforts appliqués sur chaque extrémité d’une traverse à l’ELU.

• Données concernant l’IPE 360 :

Dimensions Caractéristiques de calcul

Profilé Avz
h b tw tf A Wpl,y Wpl,z Wel,y Wel,z Iy Iz iy iz
cm2
IPE mm mm mm mm cm2 cm3 cm3 cm3 cm3 cm4 cm4 cm cm

360 360 170 8 12.7 72.7 35.14 1019 191.1 903.16 122.8 16270 1043 14.95 3.79

Tableau V.9 : Caractéristiques géométriques de l’IPE 360.

• Classe de la section :
− Classe de la semelle (semelle comprimée) :
C b⁄ 235 235
2
= ≤ 10 Ԑ Avec : Ԑ = √ f =√235= 1
tf tf y

b⁄ 170⁄
2 2
= = 6.69 < 10 ⟹ semelle est de classe 01
tf 12.7

− Classe de l’âme (flexion composée) :


1 𝑑+ 𝑑𝑐 𝑁𝑠𝑑 29.9
α = 𝑑( )≤1 et dc =𝑡 = 0.8×23.5 = 1.59 cm
2 𝑤 × 𝑓𝑦
1 29.86 + 1.59
α = 29.86 ( ) = 0.52> 0.5
2
d 396 Ԑ 235 235
≤ (13 α −1) Avec : Ԑ = √ =√ 235 = 1
tw fy

97
CHAPITRE V Etude du portique

d 298.6 396 Ԑ 396


= = 37.32 ≤ (13 α −1)
= (13×0.52−1) = 68.75 ⟹ l’âme est de classe 01
tw 8

Donc la section est de classe 1

Figure V.12 : Efforts appliqués sur chaque extrémité d’une traverse à l’ELU avec
prise en compte de Heq.
V.7.2.1 Vérification de la section à la résistance :
Dans la condition de résistance à l’ELU, il faut faire les vérifications suivantes :
a) Incidence de l’effort tranchant :

Si : Vz.sd≤0.5Vpl,Rd . Il n’y a pas d’interaction entre le moment fléchissant et l’effort


tranchant

Vz.sd =36.83 𝐾𝑁
Avz = 35.14 cm2
𝐴 (𝑓 ⁄√3) 35.14 × (23.50 /√3)
Vplz.Rd = 𝑣𝑧 𝑦 = = 433.42 kN.
𝛾𝑀0 1.1
Vz.sd = 36.83 <0.5Vpl,Rd = 216.71 kN ...........................condition vérifiée

La condition est vérifiée donc il n’y a pas d’interaction entre le moment


fléchissant et l’effort tranchant

Figure V.13 : Effort


tranchant dans le plan de
l’âme et la section
cisaillée.

98
CHAPITRE V Etude du portique

b) Incidence de l’effort normal :

Si : NSd ≤ Min (0.25 Npl,Rd ; 0.5AW.fy /𝜸M0 ). Il n’y a pas d’interaction entre le moment
résistant et l’effort normal.

Nsd = 29.90 KN
𝐴 × 𝑓𝑦 72.7 × 23.50
Npl, Rd = = = 1553.13 KN
𝛾𝑀0 1.1

0.25Npl, Rd = 0.25× 1553.13 = 388.28 KN


AW = (A – 2b .tf) = 72.7 -2 × 17 × 1.27 = 29.52 cm2
0.5AW.fy/𝛾M0 = 0.5× 29.52 ×23.50/1.1 = 315.32 KN
NSd = 29.90 KN < Min (0.25 Npl,Rd = 388.28 ; 0.5AW.fy/𝛾M0 = 315.32)
NSd = 29.90 KN < 0.5AW.fy/𝛾M0 = 315.32 KN …………………………………condition vérifiée.
La condition est vérifiée, donc il n’y a pas d’interaction entre le moment résistant et l’effort
normal.

c) Vérification de la section à la résistance :

On doit vérifier que : 𝑀𝑦.𝑠𝑑 ≤ 𝑀𝑐.𝑅𝑑

Section de classe 1 : 𝑀𝑐.𝑅𝑑 = 𝑀𝑝𝑙 𝑅𝑑

𝑊𝑃𝑙𝑦 × 𝑓𝑦 (1019)×(23.50)
𝑀𝑐.𝑅𝑑 = 𝑀𝑝𝑙 𝑅𝑑 = = = 21769.5 𝑘𝑁. 𝑐𝑚
𝛾𝑀0 1,1

𝑀𝑦 .𝑠𝑑 = 108.56 𝑘𝑁. 𝑚 = 10856 𝑘𝑁. 𝑐𝑚

𝑀𝑦 .𝑠𝑑 = 10856 𝑘𝑁. 𝑐𝑚 < 𝑀𝑐.𝑅𝑑 = 21769.5 𝑘𝑁. 𝑐𝑚 … … … … … … … … . . 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒 .

V.7.2.2 Vérification de l’élément aux instabilités :

La vérification aux instabilités est donnée par les formules suivantes :


a) Flexion composée avec risque de flambement :
𝑵𝑺𝒅 𝒌𝒚 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅
+ ≤ 1
𝝌𝒎𝒊𝒏 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅

b) Flexion composée avec risque de déversement :


𝑵𝑺𝒅 𝒌𝑳𝑻 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅
+ ≤ 1
𝝌𝒛 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝝌𝑳𝑻 × 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅

99
CHAPITRE V Etude du portique

ACTION VERS LE BAS :


a) Vérification vis-à-vis du flambement :
• Calcul des coefficients de réduction pour le flambement 𝛘𝐲 𝐞𝐭 𝛘𝐳:

Flambement par rapport à l’axe fort yy (dans Flambement par rapport à l’axe faible
le plan du portique) : zz (hors du plan du portique) :
➢ Longueur de flambement : ➢ Longueur de flambement :
1000 500
ly=cos16.69 = 1044 cm (longueur de la lz=cos16.69 = 522 cm (maintien par les
traverse). pannes reliées à la poutre au vent).
➢ Calcul de l’élancement : ➢ Calcul de l’élancement :
ly 1044 lz 522
𝜆y= = =69.83 𝜆z= = =137.73
iy 14.94 iz 3.79

➢ Calcul d’élancement réduit : ➢ Calcul d’élancement réduit :


0.5 0.5 0.5 0.5
E 2.1 × 104 E 2.1 × 104
𝜆 1 = π [f ] = π[ ] =93.9 𝜆 1 = π [f ] = π[ ] =93.9
y 2350 y 2350

λy 0.5 λz 0.5
y= [βA ] ;βA = 1 ( section 1 ,2 et 3) z= [βA ] ;βA = 1 ( section 1,2 et 3)
λ1 λ1

λy 69.83 λz 137.73
y= = = 0.74 z= = = 1.46
λ1 93.9 λ1 93.9

➢ Choix de la courbe de flambement : ➢ Choix de la courbe de flambement :

Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1
nous donne le choix de la courbe de nous donne le choix de la courbe de
flambement en fonction du type de la section flambement en fonction du type de la section
𝐡 𝟑𝟔𝟎 𝐡 𝟑𝟔𝟎
= 𝟏𝟕𝟎 = 2. 𝟏𝟏 >1.2ettf = 12.7mm <40 mm = 𝟏𝟕𝟎= 2. 𝟏𝟏 >1.2ettf = 12.7 mm<40 mm
𝐛 𝐛

Suivant y-y : courbe a α = 0.21 Suivant z-z : courbe b α = 0.34

➢ Facteur de réduction ➢ Facteur de réduction


𝛘𝐲 = 0.8282 (tableau du coefficient de 𝛘𝐳 = 0.3574 (tableau du coefficient de
flambement𝛘 de la courbe a) flambement𝛘 de la courbe b)

𝜒𝑚𝑖𝑛 = min (0.8282 ; 0.3574)


𝝌𝒎𝒊𝒏 = 0.3574
• Calcul du coefficient ky :

Formules tirées de l’article (5-5-4) de l’Eurocode 03 :

𝝁𝒚 . 𝑵𝒔𝒅
𝒌𝒚 = 𝟏 − ≤ 𝟏. 𝟓
𝝌𝒚 . 𝑨. 𝒇𝒚

100
CHAPITRE V Etude du portique

𝑾𝒑𝒍𝒚 − 𝑾𝒆𝒍𝒚
Avec : 𝝁𝒚 = ̅̅̅
𝝀𝒚 (𝟐𝜷𝑴𝒚 − 𝟒) + ≤ 𝟎. 𝟗
𝑾𝒆𝒍𝒚

Où : 𝛽𝑀𝑦 , Facteur de moment uniforme équivalent (Figure 5-5-3 Eurocode 03).


𝑀
• 𝛽𝑀𝑦 = 𝛽𝑀𝜑 + Δ𝑀𝑄 (𝛽𝑀𝑄 − 𝛽𝑀𝜑 )
• 𝛽𝑀𝜑 = 1.8 − 0.7𝜑
𝑀 56.9
• 𝜑 = 𝑀𝑎 = − 108.56 = −0.524
𝑏

• 𝛽𝑀𝜑 = 1.8 − [0.7(−0.524)] = 2.166


𝑞.𝑙2 4.38 𝑥 102
• 𝑀𝑄 = = = 54.75 𝑘𝑁. 𝑚
8 8

• Δ𝑀 = 108.56 + 56.9 = 165.46 𝑘𝑁. 𝑚


• 𝛽𝑀𝑄 = 1,3 Cas de charge uniformément répartie.
54.75
• 𝛽𝑀𝑦 = 2.166 + 165.46 (1.3 − 2.166) = 1.88
1019− 903.6
• 𝜇𝑦 = 0.74([2 × 1.88] − 4) + = −0.05 < 0.9
903.6
−0,05 × 29.9
On aura donc : 𝑘𝑦 = 1 − = 1.00
0,8282 ×72.7×23,5

 𝒌𝒚 = 𝟏

• Vérification au flambement :

𝑁𝑠𝑑 𝐾𝑦 . 𝑀𝑦.𝑠𝑑 29.9 1 × 108.56


+ = + = 0.55 < 1 … … … 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝜒𝑚𝑖𝑛 . 𝑁𝑝𝑙.𝑅𝑑 𝑀𝑝𝑙𝑦.𝑅𝑑 0.3574 × 1553.13 217.69

b) Vérification vis-à-vis du déversement :

Déversement = Flambement latéral de la partie comprimée +Rotation de la section


transversale.

• Semelle supérieure :
La semelle supérieure qui est comprimée sous l’action des charges verticales descendantes
est susceptible de déverser entre les points de maintiens latéraux.
Les formules de vérification de l’élément aux instabilités sont les suivantes :

• Calcul du coefficient de réduction pour le déversement𝝌𝑳𝑻 :


- Calcul de l’élancement réduit vis-à-vis du déversement LT :
𝜆𝐿𝑇 0.5
LT= [ 𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 (section 1 , 2 et 3)
𝜆1
101
CHAPITRE V Etude du portique

• Calcul d’élancement réduit :


0.5 0.5
E 2.1 × 104
𝜆 1 = π [f ] = π[ ] =93.9
y 2350

𝐿⁄𝑖𝑧
𝜆𝐿𝑇 =
2 0,25
1 𝐿 ⁄𝑖𝑧
𝐶10,5 [1 + ( ) ]
20 ℎ⁄𝑡𝑓

𝐶1 = 1.88 − 1.4𝜓 + 0.52𝜓2 ≤ 2.7

𝑀𝑎
𝜓= −1≤𝜓 ≤1
𝑀𝑏

[𝑀𝑎 < 𝑀𝑏 ] : Moments aux extrémités du tronçon

𝑀𝑏 = −108.56 𝑘𝑁. 𝑚

- Calcul du moment au point quelconque P :

Figure V.14 : Calcul du moment au point quelconque P.

𝑥2
• 𝑀𝑝 = (43.87𝑥) − (108.56) − [(18.07)(0.287𝑥)] − (4.38 2 )
• 𝑀𝑝 = −2.19𝑥 2 + 38.68𝑥 − 108.56
• 𝑀𝑎 = 𝑀𝑝 (𝑥 = 5.22𝑚) = [−2.19 × 5.222 ] + [38.68 × 6.09] − 108.56
• 𝑀𝑎 = 𝑀𝑝 = 33.67 KN.m
𝑀 33.67
• 𝜓 = 𝑀𝑎 = − 108.98 = −0,31
𝑏

• 𝐶1 = 1.88 − 1.4(−0.31) + 0.52(−0.31)2 = 2.36 < 2.7

➢ 𝑙 = 5.22 𝑚: longueur de flambement latérale.


➢ 𝑖𝑧 = 3.79 𝑐𝑚
➢ ℎ = 36 𝑐𝑚
➢ 𝑡𝑓 = 1.27𝑐𝑚
102
CHAPITRE V Etude du portique

522⁄3.79
𝜆𝐿𝑇 = 0,25 = 73.77
1 522⁄3.79 2
2.360,5 [1 + ( ) ]
20 36⁄1.27

73.77
̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = 93.9 = 0.78 > 0.4 → 𝑖𝑙 𝑦 𝑎 𝑢𝑛 𝑟𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 .

Axe de flambement Y-Y :

𝛼𝐿𝑇 : facteur d’imperfection pour le déversement


𝛼𝐿𝑇 = 0.21 : pour les sections laminées
𝛼𝐿𝑇 = 0.49 : pour les sections soudées
Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 nous donne le choix de la courbe de flambement
en fonction du type de la section

𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑎𝑚𝑖𝑛é𝑒: 𝛼𝐿𝑇 = 0.21


{ ℎ 36 ⟹ 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑒 𝑑𝑒 𝑓𝑙𝑎𝑚𝑏𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑎
= = 2.11 ≥ 1.2
𝑏 17

𝝌𝑳𝑻 = 0.8069 (tableau du coefficient de flambement𝛘 de la courbe a)

• Calcul du coefficient 𝒌𝑳𝑻 :

Formules tirées de l’article (5-5-4) de l’Eurocode 03 :

𝝁𝑳𝑻 . 𝑵𝒔𝒅
𝒌𝑳𝑻 = 𝟏 − ≤ 𝟏. 𝟓
𝝌𝒁 . 𝑨𝒇𝒚

Avec : 𝝁𝑳𝑻 = 𝟎, 𝟏𝟓 ̅̅̅̅̅


𝝀𝒁 . 𝜷𝑴𝑳𝑻 − 𝟎. 𝟏𝟓 ≤ 𝟎. 𝟗

• 𝛽𝑀𝐿𝑇 = 1.8 − 0.7𝜓 = 1.8 − 0.7 × (−0.31) = 2.017

• 𝜇𝐿𝑇 = 0.15 × 1.46 × 2.017 − 0.15 = 0.29


0.29 × 29.90
• 𝑘𝐿𝑇 = 1 − = 0.985 < 1.5 ⟹ 𝑘𝐿𝑇 = 0.99
0.3574 × 72.7 × 23.50

• Vérification au déversement :

𝑁𝑠𝑑 𝐾𝐿𝑇 .𝑀𝑦.𝑠𝑑 29.9 0.99 × 108.56


+ = 0.3574 × 1553.13 + 0.8069 × 217.69 = 0.66 < 1…………vérifiée
𝜒𝑧 .𝑁𝑝𝑙.𝑅𝑑 𝜒𝐿𝑇 .𝑀𝑝𝑙𝑦.𝑅𝑑

103
CHAPITRE V Etude du portique

ACTION VERS LE HAUT :


• Bilan des efforts : (sous la combinaison G + 1.5V3)
𝑀𝑦.𝑠𝑑 = 82.70 𝑘𝑁. 𝑚

𝑁𝑠𝑑 = −21.83 sin 16.69 − 13.76 cos 16.69 = −19.44 𝑘𝑁

𝑉𝑧.𝑠𝑑 = −21.83 cos 16.69 + 13.76 sin 16.69 = −16.95 𝑘𝑁

Figure V.15 : Sollicitations sur la traverse, cas de charges ascendantes.

a) Vérification au déversement :
• Semelle inférieure :
La semelle inférieure qui est comprimée sous l’action du vent de soulèvement est
susceptible de déverser du moment qu’elle est libre sur toute sa longueur. L’effort Nsd est un
effort de traction sous l’action du vent de soulèvement. Le déversement est plus contraint
quand l’effort de traction est négligeable.
La formule de vérification au déversement devient :

𝑴𝒚.𝒔𝒅
≤𝟏
𝝌𝑳𝑻 . 𝑴𝒑𝒍𝒚.𝑹𝒅

Calcul du coefficient de réduction pour le déversement 𝝌𝑳𝑻 :

L’élancement réduit sera ̅̅̅̅


𝜆𝐿𝑇 sera déterminé par la formule suivante :

𝜆
̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = 𝜆𝐿𝑇 .(√𝛽𝑤 )Avec 𝛽𝑤 = 1 𝑐𝑎𝑟 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 01.
1

104
CHAPITRE V Etude du portique

Où :

235
𝜆1 = 93.9𝜀 Et 𝜀 = √ 𝑓
𝑦

𝐿 ⁄𝑖𝑧
𝜆𝐿𝑇 = 2 0,25
Avec 𝑖𝑧 = 3.79𝑐𝑚 ; ℎ = 36𝑐𝑚 ; 𝑡𝑓 = 1.27𝑐𝑚.
1 𝐿⁄𝑖
𝐶10,5 [1+ ( 𝑧 ) ]
20 ℎ⁄𝑡𝑓

Avec :𝐶1 = 1.88 − 1.4𝜓 + 0.52𝜓 2 ≤ 2.7

𝑀𝑎
𝜓= −1≤𝜓 ≤1
𝑀𝑏

[𝑀𝑎 < 𝑀𝑏 ] : Moments aux extrémités du tronçon

𝑀𝑎 = −9.53 𝑘𝑁 < 𝑀𝑏 = 82.70 𝑘𝑁

𝑀𝑎 −9.53
𝜓= = = −0.115
𝑀𝑏 82.70

⟹ 𝐶1 = 1.88 − 1.4(−0.115) + 0.52(−0.115)2 = 2.04

522⁄3.79
𝜆𝐿𝑇 = 0,25 = 79.35
1 522⁄3.79 2
2.040,5 [1 + ( ) ]
20 36⁄12.7

79.35
̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = = 0.84 > 0.4 → 𝑖𝑙 𝑦 𝑎 𝑢𝑛 𝑟𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡
93.9

Axe de flambement Y-Y :

𝛼𝐿𝑇 : facteur d’imperfection pour le déversement


𝛼𝐿𝑇 = 0.21 : pour les sections laminées
𝛼𝐿𝑇 = 0.49 : pour les sections soudées
Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 nous donne le choix de la courbe de flambement
en fonction du type de la section

𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑎𝑚𝑖𝑛é𝑒: 𝛼𝐿𝑇 = 0.21


{ ℎ 36 ⟹ 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑒 𝑑𝑒 𝑓𝑙𝑎𝑚𝑏𝑒𝑚𝑒𝑏𝑒𝑛𝑡 𝑎
= = 2.11 ≥ 1.2
𝑏 17

 𝝌𝑳𝑻 = 0.7721 (tableau du coefficient de flambement𝛘 de la courbe a)

105
CHAPITRE V Etude du portique

• Vérification au déversement :

𝑴𝒚.𝒔𝒅 82.70
≤𝟏= = 0.49 < 1 … … … … … . . . 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝝌𝑳𝑻 . 𝑴𝒑𝒍𝒚.𝑹𝒅 0.7721 × 217.69

Conclusion :
L’élément est vérifié au flambement et au déversement dans le cas de charges
ascendantes et descendantes, on conclut que le profilé laminé choisi (l’IPE 360) est vérifié
aux états limites ultimes et de services donc vérifié a la sécurité et convient comme Traverse
du portique.

V.8 Pré-dimensionnement du poteau :


• Bilan des efforts :(sous la combinaison 1.35G + 1.5N + P)
𝑀𝑦.𝑠𝑑 = −108.56 𝑘𝑁. 𝑚

𝑁𝑠𝑑 = +43.87 𝑘𝑁

𝑉𝑧.𝑠𝑑 = −18.06 𝑘𝑁

V.8.1 Vérification de l’élément aux instabilités :

La vérification aux instabilités est donnée par les formules suivantes :


c) Flexion composée avec risque de flambement :
𝑵𝑺𝒅 𝒌𝒚 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅
+ ≤ 1
𝝌𝒎𝒊𝒏 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅

d) Flexion composée avec risque de déversement :


𝑵𝑺𝒅 𝒌𝑳𝑻 × 𝑴𝒚,𝒔𝒅
+ ≤ 1
𝝌𝒛 × 𝑵𝒑𝒍;𝑹𝒅 𝝌𝑳𝑻 × 𝑴𝒑𝒍,𝒚,𝑹𝒅

106
CHAPITRE V Etude du portique

a) Vérification vis-à-vis du flambement :


• Calcul des coefficients de réduction pour le flambement 𝛘𝐲 𝐞𝐭 𝛘𝐳:

Flambement par rapport à l’axe fort yy (dans Flambement par rapport à l’axe faible
le plan du portique) : zz (hors du plan du portique) :
➢ Longueur de flambement : ➢ Longueur de flambement :
ly = 600 cm lz = 200 cm (entraxe des lisses).
➢ Calcul de l’élancement : ➢ Calcul de l’élancement :
ly 600 lz 200
𝜆y= = = 40.2 𝜆z= = = 52.7
iy 14.94 iz 3.79

➢ Calcul d’élancement réduit : ➢ Calcul d’élancement réduit :


0.5 0.5 0.5 0.5
E 2.1 × 104 E 2.1 × 104
𝜆 1 = π [f ] = π[ ] =93.9 𝜆 1 = π [f ] = π[ ] =93.9
y 2350 y 2350

λy 0.5 λz 0.5
y= [βA ] ;βA = 1 ( section 1 ,2 et 3) z= [βA ] ;βA = 1 ( section 1,2 et 3)
λ1 λ1

λy 40.2 λz 52.7
y= = = 0.428 z= = = 0.561
λ1 93.9 λ1 93.9

➢ Choix de la courbe de flambement : ➢ Choix de la courbe de flambement :


Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1
nous donne le choix de la courbe de nous donne le choix de la courbe de
flambement en fonction du type de la section flambement en fonction du type de la section
𝐡 𝟑𝟔𝟎 𝐡 𝟑𝟔𝟎
= 𝟏𝟕𝟎 = 2. 𝟏𝟏 >1.2 et tf = 12.7mm <40 mm = 𝟏𝟕𝟎= 2. 𝟏𝟏 >1.2 et tf = 12.7 mm<40 mm
𝐛 𝐛

Suivant y-y : courbe a α = 0.21 Suivant z-z : courbe b α = 0.34


➢ Facteur de réduction ➢ Facteur de réduction
𝛘𝐲 = 0.9474 (tableau du coefficient de 𝛘𝐳 = 0.8566 (tableau du coefficient de
flambement𝛘 de la courbe a) flambement𝛘 de la courbe b)

𝜒𝑚𝑖𝑛 = min (0.9474 ; 0.8566)


𝝌𝒎𝒊𝒏 = 0.8566

• Calcul du coefficient 𝒌𝒚 :

Formules tirées de l’article (5-5-4) de l’Eurocode 03 :

107
CHAPITRE V Etude du portique

𝜇𝑦 . 𝑁𝑠𝑑
𝑘𝑦 = 1 − ≤ 1.5
𝜒𝑦 . 𝐴𝑓𝑦

𝑊𝑝𝑙𝑦 − 𝑊𝑒𝑙𝑦
Avec : 𝜇𝑦 = ̅̅̅
𝜆𝑦 (2𝛽𝑀𝑦 − 4) + ≤ 0.9
𝑊𝑒𝑙𝑦

Calcul du facteur de moment uniforme équivalent 𝛽𝑀𝑦 :


Cas de moment d’extrémité

Ou : 𝛽𝑀𝑦 = 1,8 − 0,7𝜑 : Facteur de moment uniforme équivalent (Figure 5-5-3 Eurocode 03)

Le facteur 𝛽𝑀𝑦 doit être calculé en considérant le


𝑀𝑏
diagramme des moments fléchissant sur la
longueur du tronçon entre points de maintien
de flambement dans le plan considéré.
Dans notre cas le tronçon de barre pour le calcul 𝛽𝑀𝑧 Tronçon étudié pour le
flambement autour de
ne peut être le même que 𝛽𝑀𝑦 . l’axe Y-Y

𝑀𝑎 0
𝜑= = =0
𝑀𝑏 108.56
𝛽𝑀𝑦 = 𝛽𝑀𝜑 = 1,8 𝑀𝑎
1019 − 903.6
𝜇𝑦 = 0.428([2 × 1.8] − 4) + = −0.043
903.6 Figure V.16 : Moments en

−0.043 × 43.87 tête et en pied du poteau.


𝑘𝑦 = 1 − = 1.001 < 1.5
0.9474 × 72.7 × 23.5

• Vérification au flambement :

𝑁𝑠𝑑 𝐾𝑦 . 𝑀𝑦.𝑠𝑑 43,87 1.001 × 108.56


+ = + = 0.53 < 1 … … … 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝜒𝑚𝑖𝑛 . 𝑁𝑝𝑙.𝑅𝑑 𝑀𝑝𝑙𝑦.𝑅𝑑 0.8566 × 1553.13 217.69

b) Vérification vis-à-vis du déversement :


• Calcul du coefficient de réduction pour le déversement 𝝌𝑳𝑻 :

- Calcul de l’élancement réduit vis-à-vis du déversement LT :


𝜆𝐿𝑇 0.5
LT= [ 𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 (section 1 , 2 et 3)
𝜆1

108
CHAPITRE V Etude du portique

• Calcul d’élancement réduit :


0.5 0.5
E 2.1 × 104
𝜆 1 = π [f ] = π[ ] =93.9
y 2350

𝐿⁄𝑖𝑧
𝜆𝐿𝑇 =
2 0,25
1 𝐿 ⁄𝑖𝑧
𝐶10,5 [1 + ( ) ]
20 ℎ⁄𝑡𝑓

𝐶1 = 1.88 − 1.4𝜓 + 0.52𝜓2 ≤ 2.7

𝑀𝑎
𝜓= 𝑒𝑡 −1≤𝜓 ≤1
𝑀𝑏

[𝑀𝑎 < 𝑀𝑏 ]

𝑀𝑏 = −108.56 𝑘𝑁. 𝑚

108.56 × 4
• 𝑀𝑎 = 𝑀𝑦.𝑠𝑑 (ℎ = 4𝑚) = = 72.37 𝐾𝑁. 𝑚
6
𝑀 72.37
• 𝜓 = 𝑀𝑎 = 108.56 = 0,66
𝑏

• 𝐶1 = 1.88 − 1.4(0.66) + 0.52(0.66)2 = 1.182 < 2.7

➢ 𝑙 = 200 𝑐𝑚
Figure V.17 : Moments aux
➢ 𝑖𝑧 = 3.79 𝑐𝑚
extrémités du tronçon le plus
➢ ℎ = 36 𝑐𝑚
chargé.
➢ 𝑡𝑓 = 1.27𝑐𝑚

200⁄3.79
𝜆𝐿𝑇 = 0,25 = 46.57
1 200⁄3.79 2
1.1820,5 [1 + ( ) ]
20 36⁄1.27

46.57
̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = 93,9 = 0.49 > 0.4 → 𝑖𝑙 𝑦 𝑎 𝑝𝑎𝑠 𝑢𝑛 𝑟𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 .

Axe de flambement Y-Y :

𝛼𝐿𝑇 : facteur d’imperfection pour le déversement


𝛼𝐿𝑇 = 0.21 : pour les sections laminées
𝛼𝐿𝑇 = 0.49 : pour les sections soudées
Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 nous donne le choix de la courbe de flambement
en fonction du type de la section

109
CHAPITRE V Etude du portique

𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑎𝑚𝑖𝑛é𝑒: 𝛼𝐿𝑇 = 0.21


{ ℎ 36 ⟹ 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑒 𝑑𝑒 𝑓𝑙𝑎𝑚𝑏𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑎
= = 2.11 ≥ 1.2
𝑏 17

Coefficient de réduction pour le déversement𝜒𝐿𝑇

𝝌𝑳𝑻 = 0.9273 (tableau du coefficient de flambement𝛘 de la courbe a)

• Calcul du coefficient 𝒌𝑳𝑻 :

Formules tirées de l’article (5-5-4) de l’Eurocode 03 :

𝝁𝑳𝑻 . 𝑵𝒔𝒅
𝒌𝑳𝑻 = 𝟏 − ≤ 𝟏. 𝟓
𝝌𝒁 . 𝑨. 𝒇𝒚

Avec : 𝝁𝑳𝑻 = 𝟎, 𝟏𝟓 ̅̅̅̅̅


𝝀𝒁 . 𝜷𝑴𝑳𝑻 − 𝟎, 𝟏𝟓 ≤ 𝟎. 𝟗

• 𝛽𝑀𝐿𝑇 = 𝛽𝑀𝜑 = 1.8 − 0.7𝜓 = 1.8 − 0.7 × (0.66) = 1.33

• 𝜇𝐿𝑇 = 0.15 × 0.561 × 1.33 − 0.15 = −0.038


−0.038 × 43.87
• 𝑘𝐿𝑇 = 1 − = 1.00 < 1.5 ⟹ 𝑘𝐿𝑇 = 1.00
0.8566 × 72.7 × 23.50

• Vérification au déversement :

𝑁𝑠𝑑 𝐾𝐿𝑇 .𝑀𝑦.𝑠𝑑 43.87 1 × 108.56


+ = 0.8566 × 1553.13 + 0.9273 × 217.69 = 0.57 < 1…………vérifiée
𝜒𝑧 .𝑁𝑝𝑙.𝑅𝑑 𝜒𝐿𝑇 .𝑀𝑝𝑙𝑦.𝑅𝑑

CONCLUSION

L’élément est vérifié au flambement et au déversement, on conclut que le profilé


laminé choisi (l’IPE 360) est adéquat et convient comme poteau du portique.

110
CHAPITRE VI
Calcul des
contreventements
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Calcul des contreventements


INTRODUCTION

Les contreventements sont des pièces qui ont pour objet d’assurer la stabilité de
l’ossature en s’opposant à l’action des forces horizontales telles que le vent, séismes, chocs,
… Ils sont alors conçus pour acheminer les charges horizontales jusqu’aux fondations.
VI.1 Dispositions des contreventements :
Nos contreventements sont disposés suivant les versants de la toiture dans les 2 travées
de rives, dans le but de reprendre les efforts longitudinaux dues au vent, vu que le portique
principal joue le rôle du contreventement transversal. Ils sont composés principalement d’une
poutre au vent qui reçois les efforts du vent et les transmet vers les palées de stabilité qui joue
le rôle des appuis de cette poutre à treillis et les transmettent vers le sol de fondation.

Poutre
au vent

Palée de
stabilité

Figure VI.1 : Dispositions des contreventements.

VI.2 Calcul de la poutre au vent en pignon :


Cette poutre sera calculée comme une poutre treillis reposant sur deux appuis (palées
de stabilité). Elle sera soumise à des forces horizontales.

111
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

VI.2.1Effort du vent sur les pignons :


La transmission des efforts sur le pignon passe successivement du bardage aux lisses, puis aux
potelets, puis à la traverse du portique de rive. Ce dernier n’étant pas rigide transversalement,
il est nécessaire de le stabiliser en construisant un dispositif, tant dans le plan de la toiture
(poutre au vent) que dans le plan vertical (palée de stabilité).

Figure VI.2 : Effort du vent sur les pignons.

VI.2.2- Evaluation des efforts horizontaux en tête des potelets :

Figure VI.3 : Schéma statique de la poutre au vent.

112
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Comme on l’a vu dans l’étude au vent (chapitre2) :

− La valeur de Ce est donnée ci-dessous

− Le coefficient de réduction :
𝛴 Cr = CeD+ CeE= 0.8 + 0.3 = 1.1

− La pression dynamique qh :
qh = qref × Cex = 37.5 ×2.907 = 109.01 daN/m2 avec : Cex = 2.907

− La pression du vent :
V = ph = Cd ×qh × 𝛴 Cr = 1 × 109.01×1.1 = 119.91 daN/m2 avec : Cd = 1

− On a aussi une force de frottement (cas de vent perpendiculaire au pignon) :


Ffr = 5462.70 daN. (chapitre 02)

− Les hauteurs h :
h1 = 6.00m ; h2 = 7.49m ; h3 = 9.00m.

a) Les efforts appliqués sur la poutre au vent sont :

 h b  F fr  6 20  5462.70
F1 = V  1   + = 119.91    + = 1582.15daN
 2 8 8  2 8  8
 h b F  7.49 20  5462.70
F2 = V  2   + fr = 119.91  + = 3610.98daN
 2 4 4  2 4  4
 h b F  9 20  5462.70
F3 = V  3   + fr = 119.91   + = 4063.65daN
 2 4 4  2 4  4

b) Effort de traction dans les diagonales :


On ne fait travailler que les diagonales tendues et on considère que les diagonales
comprimées ne reprennent aucun effort, car du fait de leurs grands élancements, elles tendent
à flamber sous de faibles efforts. Suivant le sens du vent (paroi D ou paroi E), c’est l’une ou
l’autre des diagonales qui est tendue.
Le contreventement du versant est une poutre à treillis supposée horizontale.

113
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Figure VI.4 : Schéma statique de la poutre au vent (effet de traction).

Par la méthode des coupures


On établit que l’effort Fd dans les diagonales d’extrémité (les plus sollicitées) est donné
comme suit :

Fd . cosθ + F1 = R

Avec :

R=
F i2(F1 + F2 ) + F3 2(1582.15 + 3610.98) + 4063.65
= =
2 2 2
R = 7224.95daN

5 5
tan  =  Arctg  = = 39.80
6 6

R − F1 7224.95 − 1582.15
D’où : Fd = = = 7344.68daN
cos  cos 39.80
Nsd = 1.5× Fd = 11017.02 daN
Nsd = 110.17 KN

Figure VI.5 : L’effort Fd dans


la diagonale d’extrémité.
c) Section de la diagonale :
Calcul de la section brute A
𝐴 . 𝑓𝑦
Nsd ≤Npl,Rd=
𝛾𝑀0

114
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Nsd.M 0 110.17  1.1


A = = 5.15cm 2
fy 23.5

On opte pour une cornière isolée de L70×70×5 d’une section A =6.84cm2 avec un boulon de
12 mm et trous de 13 mm.
− Section nette :
Anette = 6.84 − 0.5 ×1.3 = 6.19cm2

VI.2.3 Vérification à la résistance ultime de la section nette :


Cas de cornières assemblées par une seule aile, pour une attache avec deux boulons ou plus

 . Anet. fu
Nu,Rd=
m 2

Où 𝛽est le coefficient minorateur donné dans le tableau1 en fonction de l’entraxe P1 des trous.

Tableau VI.1: Coefficients minorateurs 𝛽1 et 𝛽2.


Exemple :
Attache de 3 boulons et plus : p =100mm ; e = 25mm
P1 =100mm >5.0d0 = 5 ×13 = 65mm avec : d0=13mm : diamètre des trous
Donc : 𝛽 = 𝛽3 = 0.7
 . Anet. fu 0.7  6.19  3600
Nu,Rd = = = 12779.04 daN
m 2 1.25
Nu,Rd = 124.79 KN

Nsd = 110.17 KN < Nu ,Rd = 124.79 KN …….……………..………………………………….ok

Conclusion
Une cornière isolée de L70×70×5 avec boulon de 12 mm et trous de 13 mm convient pour les
barres de contreventement de la poutre au vent.

VI.2.4 Vérification des pannes (montants de la poutre au vent) à la résistance :

Les montants de la poutre au vent sont des pannes qui travaillent à la flexion déviée sous
l’action des charges verticales, et en outre à la compression sous (F), on doit donc vérifier la
panne à la flexion déviée composée.

115
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Les formules de vérification sont les suivantes :

a) Flexion composée déviée (bi axiale) :


Vérification de la section à la résistance :
 
 My , sd   MZ , sd 
  +  1
 MNy, Rd   MNZ , sd 
Avec :α = 2 et 𝛽 = 5n ≥ 1

n = Nsd /Npl,Rd

𝐴 . 𝑓𝑦 23.9 × 2350
Npl,Rd = = = 51059.09 daN
𝛾𝑀0 1.1

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑓𝑦 34.6 × 23,5


Mpl,z, Rd = = = 739.18 daN.m
𝛾𝑀0 1.1

𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦 166.4 × 23,5


Mpl,y, Rd = = = 3554.9 daN.m
𝛾𝑀0 1.1

• Charges et surcharges revenant à la panne intermédiaire :


Flexion déviée : (calcul des pannes chapitre 3)

G =39.2 daN /ml


N =18.36daN /ml

Compression : (calcul des contreventements)


V = F2=3610.98 daN

Combinaison de charge :
1.35G + 1.35N +1.35V
Qsd= 1.35G + 1.35N
Nsd= 1.35V
Qsd = 1.35G + 1.35N = 52.92 + 24.78 = 77.70 daN/ml.

Qz, sd = Qsd×cos(α) = 77.70 ×cos(16.69) = 74.42 daN/ml.


𝑄𝑧,𝑠𝑑 × (𝑙)2 74.42 × (6)2
My, sd= = = 334.89 daN.m
8 8

Qy, sd = Qsd×sin(α) = 77.70 ×sin(16.69) = 22.31 daN/ml.


𝑙 2 6 2
𝑄𝑦,𝑠𝑑 × ( ) 22.31 × ( )
2 2
Mz, sd= = =25.09 daN.m
8 8

Nsd= 1.35V = 1.35 (3610.98) = 4874.82 daN

n = Nsd /Npl,Rd = 4874.82/51059.09 = 0.095 donc 𝛽 = 5n = 0.47

116
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

b) Vérification s’il y a présence de l’effort normal

Si : NSd ≤ Min (0.25 Npl,Rd ; 0.5AW .fy /𝜸M0 ). Il n’y a pas d’interaction entre le moment
résistant et l’effort normal.

Nsd = 4874.82 daN

0.25 Npl, Rd = 0.25 × 51059.09 = 12764.77 daN

AW = (A – 2b .tf)= 23.9 -2×9.1×0.8 = 9.34 cm2

0.5AW .fy /𝛾M0 = 0.5× 9.34×2350/1.1 = 9976.81 daN

Min (0.25 Npl,Rd =12764.77 ; 0.5AW .fy /𝛾M0= 9976.81daN)

NSd =4874.82daN ≤ 0.5AW .fy /𝛾M0 =9976.81 daN……………………………………vérifiée.

 La condition est vérifiée donc il n’y a pas d’interaction entre le moment résistant et
l’effort normal.

Pas de réduction des moments de résistance plastique :


MNy, Rd = Mpl,y, Rd
MNz, Rd = Mpl,z, Rd

La formule de vérification est la suivante :


 
 My , sd   MZ , sd 
  +  1
 Mply, Rd   Mplz, sd 
2 0.47
 334.89   25.09 
  +  = 0.0088 + 0.182 = 0.19  1 .....................................condition vérifiée
 3554.9   739.17 

VI.2.5 Vérification des pannes (montants de la poutre au vent) aux instabilités :

Déversement = Flambement latéral + Rotation de la section transversale.

Semelle supérieure :
La semelle supérieure qui est comprimée sous l’action des charges verticales descendantes est
susceptible de déverser. Vu qu’elle est fixée à la toiture, il n’y a donc pas risque de
déversement.

Semelle inférieure :
La semelle inférieure qui est comprimée sous l’action du vent de soulèvement est susceptible
de déverser du moment qu’elle est libre tout au long de sa portée.

117
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Combinaison à l’ELU :
G – 1.5V
Qz, sd = G×cos(α) – 1.5V
Qz, sd = 1.35G×sin(α)
Nsd = 1.5V’
Avec :
G = 39.2 daN /ml : Charge permanente
V = -198.3 daN /ml : Vent de soulèvement (chapitre 2 : calcul des pannes)
V ' = F2 = 3610.98 daN : Effort de compression du vent revenant à la panne intermédiaire
(montant de la poutre au vent).

Les formules de vérification aux instabilités sont les suivantes :

a) Flexion déviée composée avec risque de flambement

 NSd   Ky.My , sd   KZ .MZ .sd 


  +  +  1
  min .NPL .Rd   Mpl, Rd   Mplz, Rd 

b) Flexion déviée composée avec risque de déversement

 NSd   KLT .My , sd   KZ .MZ , sd 


  +   +   1
 z.Npl, Rd   LT .Mply, Rd   Mplz, Rd 

Avec :
Mpl,z, Rd = 739.18 daN.m
Mpl,y, Rd = 3554. 9 daN.m
Charge de flexion : (chapitre 2 calcul des pannes : vérification au déversement)

𝑄𝑧,𝑠𝑑 = - 259.90 daN/ml My, sd =1169.55 daN.ml


𝑄𝑦,𝑠𝑑 = 11.25 daN/ml Mz, sd =12.65 daN.ml

Charge de compression : (calcul des contreventements)

Nsd =1.5V’= 5416.47daN

118
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Flambement par rapport à l’axe fort yy (dans Flambement par rapport à l’axe faible
le plan du portique) : zz (hors du plan du portique) :
➢ Longueur de flambement : ➢ Longueur de flambement :
ly=L = 600cm. lz=L =300cm.
➢ Calcul de l’élancement : ➢ Calcul de l’élancement :
𝑙𝑦 600 𝑙𝑧 300
𝜆y=
𝑖𝑦
= 7.42 =80.86 𝜆z=
𝑖𝑧
= 2.05 =146.34

➢ Calcul d’élancement réduit : ➢ Calcul d’élancement réduit :


0.5 0.5 0.5 0.5
𝐸 2.1 × 104 𝐸 2.1 × 104
𝜆 1 = 𝜋 [𝑓 ] = 𝜋 [ ] =93.9 𝜆 1 = 𝜋 [𝑓 ] = 𝜋 [ 2350
] =93.9
𝑦 2350 𝑦

𝜆𝑦 0.5 𝜆𝑧 0.5
y= [ 𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 ( section 1 ,2 et 3) z= [𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 ( section 1,2 et3)
𝜆1 𝜆1

𝜆𝑦 80.86 𝜆𝑧 146.34
y= = = 0.86 z=
𝜆1
=
93.9
= 1.55
𝜆1 93.9

➢ Choix de la courbe de flambement : ➢ Choix de la courbe de flambement :

Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1 Le tableau 5.5.3 de l’Eurocode 3, partie 1-1
nous donne le choix de la courbe de nous donne le choix de la courbe de
flambement en fonction du type de la section flambement en fonction du type de la section
𝒉 𝟏𝟖𝟎 𝒉 𝟏𝟖𝟎
= = 1.97>1.2 et tf = 8 mm <40 mm = = 1.97>1.2 et tf = 8 mm <40 mm
𝒃 91 𝒃 𝟗𝟏

suivant y-y : courbe a α = 0.21 Suivant z-z : courbe b α = 0.34

➢ Facteur de réduction ➢ Facteur de réduction


𝝌𝒚 = 0.7597 (tableau du coefficient de 𝝌𝒛 = 0.3245 (tableau du coefficient de
flambement𝝌de la courbe a) flambement𝝌de la courbe b)

𝜒𝑚𝑖𝑛 = min (0.7597 ; 0.3245)𝝌𝒎𝒊𝒏 = 0.3245

➢ Calcul de l’élancement réduit vis-à-vis du déversement LT :


𝜆𝐿𝑇 0.5
LT= [ 𝛽𝐴 ] ;𝛽𝐴 = 1 (section1,2 et 3) et 𝜆1 =93.9
𝜆1

𝜆LT : élancement de l’élément vis-à-vis du déversement pour les profilés laminés I et H.


𝑙𝑧 300
𝑖𝑧 2.05 146.34
𝜆LT = 2 0.25
= 0.25 = =103.78
1 300⁄2.05 2 1.41
1 𝑙 ⁄𝑖
(𝐶1 )0.5 [1+ ( 𝑧 𝑧) ] (1.132)0.5 [1+ ( ) ]
20 ℎ⁄𝑡𝑓 20 180⁄8

𝜆𝐿𝑇 103.78
LT=
𝜆1
= 93.9
= 1.10> 04 il y’a risque de déversement

119
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Courbea α = 0.21𝝌𝑳𝑻 = 0.5960< 1 ......................(Tableau du coefficient de flambement


𝝌de la courbe a).

➢ Calcul du coefficients ky :
• 𝛽𝑀𝑦 : facteur de moment uniforme équivalent pour le flambement.
• Poutre simplement appuyée avec une charge uniformément répartie : 𝛽𝑀𝑦 = 1.3

𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑊𝑒𝑙,𝑦 166.4 − 146.3


𝜇𝑦 = 𝑦 × (2𝛽𝑀𝑦 - 4)+( ) = 0.86 × ( 2(1.3)- 4)+( )
𝑊𝑒𝑙,𝑦 146.3
𝜇𝑦 = -1.204 + 0.137

𝜇𝑦 = -1.067≤ 0.9
𝜇𝑦 × 𝑁𝑠𝑑 −1.067 × 5416.47 5779.37
ky= 1 - 𝜒 × 𝐴 × 𝑓𝑦
=1-
0.7597 × 23.9 × 2350
= 1+
42668.55
= 1.135< 1.5
𝑦

➢ Calcul du coefficients kLT :


• 𝛽𝑀𝐿𝑇 Est un facteur de moment uniforme équivalent pour le déversement
• Poutre simplement appuyée avec une charge uniformément répartie : 𝛽𝑀𝐿𝑇 = 1.3

𝜇𝐿𝑇 = 0.15 z.𝛽𝑀𝐿𝑇 – 0.15 = 0.15 × 1.55× 1.3 – 0.15 = 0.152< 1.5
𝜇𝐿𝑇 × 𝑁𝑒𝑑 0.152 × 5416.47 823.30
kLT= 1 - 𝜒 × 𝐴 × 𝑓𝑦
=1-
0.3245 × 23.9 × 2350
= 1-
18225.54
= 0.95
𝐿𝑇

➢ Calcul du coefficients kz :
• Poutre simplement appuyée avec une charge uniformément répartie : 𝛽𝑀𝑧 = 1.3

𝑊𝑝𝑙,𝑧 × 𝑊𝑒𝑙,𝑧 34.6 − 22.16


𝜇𝑧 = 𝑧 × (2𝛽𝑀𝑧 - 4)+( ) = 1.55 × (2(1.3)- 4)+( )
𝑊𝑒𝑙,𝑧 22.16
𝜇𝑧 = -2.17 + 0.561
𝜇𝑧 = -1.609 ≤ 0.9
𝜇𝑧 × 𝑁𝑠𝑑 −1.609 × 5416.47 8715.1
Kz= 1 - =1- = 1+ = 1.47< 1.5
𝜒𝑧 × 𝐴 × 𝑓𝑦 0.3245 × 23.9 × 2350 18225.54

120
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Vérification au flambement :
Nsd =5416.47daN
 NSd   Ky.My , sd   KZ .MZ .sd  Npl,Rd = 51059.09 daN
  +  +  1
  min .NPL .Rd   Mpl, Rd   Mplz, Rd 
Mz, sd =12.65 daN.ml
 5416.47   1.135  1169.55   1.47  12.65  My, sd=1169.55 daN.ml
 + + =
 0.3245  51059.09   3554.9   739.18 
Mpl,z, Rd = 739.18daN.m
0.32 + 0.371 + 0.025 = 0.72< 1 .........................................OK Mpl,y, Rd = 3554. 9daN.m
Vérification au déversement : 𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.3245

 NSd   KLT .My , sd   KZ .MZ , sd  ky=1.135


  +   +   1
 z.Npl, Rd   LT .Mply, Rd   Mplz, Rd 
kLT=0.95
 5416.47   1.135   1.47  12.65 
 + + =
 0.3245  51059.09   0.5960  3554.9   739.18  Kz=1.47
0.326 + 0.524 + 0.025 = 0.87 < 1.........................................OK
Conclusion
Le profilé choisi IPE 180 est adéquat comme panne de toiture.

VI.3 Calcul de la palée de stabilité en long pan :

Les palées de stabilité doivent reprendre les efforts du vent sur pignons transmis par le
contreventement des versants (poutre au vent). On ne fait travailler que les diagonales
tendues, comme dans le cas de la poutre au vent.

Figure VI.6 : Schéma statique de Palée de stabilité en long pan.

121
CHAPITRE VI Calcul des contreventements

Par la méthode des coupures :


a) Effort de traction dans la diagonale tendue :

N.cos 𝛽= R - F1
Avec :

R = 7224.95daN
6 6
tan  =  Arctg  = = 45
6 6
R − F1 7224,95 − 1582.15
D’où : N = = 7981.32daN
cos  cos 45

N = 7981.32 daN
Figure VI.7 : Effort de traction
b) Section de la diagonale : dans la diagonale tendue.
Calcul de la section brute A

Nsd = 1.5 × N
Nsd = 1.5 × 7981.32
Nsd = 11972 daN = 119.72 KN
𝐴 . 𝑓𝑦
Nsd ≤Npl,Rd =
𝛾𝑀0

Nsd.M 0 119.72  1.1


A = = 5.6cm 2
fy 23.5

Pour des raisons pratiques on opte pour une cornière isolée de 70×70×5 avec un
boulon de 12 mm et trous de 13 mm.

Soit L70×70×5 ( A =6.84cm2)


Section nette : Anette = 6.84 − 0.5 ×1.3 = 6.19cm2

VI.3.1 Vérification à la résistance ultime de la section nette :

Cas de cornières assemblées par une seule aile, pour une attache avec deux boulons ou plus

 . Anet. fu
Nu,Rd=
m1

Nu,Rd = 124.79 KN
Nsd = 119.72 KN < Nu ;Rd = 124.79 KN …………………..…………………………………. ok

CONCLUSION
Une cornière isolée de L70×70×5 avec boulon de 12 mm et trous de 13 mm convient pour les
barres de contreventement de la Palée de stabilité.

122
CHAPITRE VII
Etude des
assemblages
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Etude des assemblages

INTRODUCTION
Un assemblage est un dispositif qui permet de réunir et de solidariser plusieurs pièces
entre elles, en assurant la transmission et la répartition des diverses sollicitations entre les
pièces, sans générer des sollicitations parasites notamment de torsions.
La conception et le calcul des assemblages revêtent en construction métallique , une
importance équivalente à celle du dimensionnement des pièces pour la sécurité finale de la
construction ,les ossatures ne présentent généralement pas de redondances importantes et les
assemblages constituent donc le point de passage obligé pour les sollicitations régnant dans
les différents composants structurels, en cas de défaillance d’un assemblage , c’est bien le
fonctionnement global de la structure qui est en cause .
Il existe plusieurs modes d’assemblages fondamentales utilisés dans la construction
métallique, dont les principaux modes sont :
- Le rivetage
- Le boulonnage
- Le soudage
- Le collage

VII.1 Calcul des assemblages par boulons :


Il faut noter que parmi les plusieurs avantages de la construction métallique est que la
majorité des éléments sont assemblés par boulonnage. Ainsi cet avantage permet d’usiner
presque tous les éléments d’une structure dans l’atelier avant de les transporter sur site et de
les assembler. Dans ce chapitre on va faire le calcul des connections boulonnés HR.
Il existe deux types de boulons :
- Les boulons ordinaires : non précontraints, ce type d’assemblage, de moins en moins utilisé
aujourd’hui, est pratiquement réservé aux constructions provisoires, donc démontables, ou
aux constructions sommaires et secondaires.
- Les boulons HR : pressente le même aspect qu’un boulon ordinaire, un boulon HR (Haute
Resistance) est constitué d’acier à haute limite élastique et comporte une rondelle incorporée à
la tête. Donc le coefficient de frottement (𝜇𝜇) entre les éléments d’une connexion joue un rôle
prépondérant.

VII.2 Avantages des boulons HR :


• Déformation très réduite par rapport aux autres types d’assemblages boulonnes
(grande raideur)
• Capacité à supporter des charges alternées
• Meilleur comportement en fatigue
• Le boulon HR peut travailler en pression diamétrale s’il perd sa précontrainte.

123
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.3 Assemblage de rive (Poteau-Traverse) :


- L’assemblage poteau – traverse est réalisé à l’aide d’une platine boulonnée à la traverse et
au poteau.
- L’assemblage est sollicité par un moment fléchissant, effort tranchant et un effort normal.

Figure VII.1 : Représentation de l’assemblage poteau-travers.

VII.3.1 La disposition constructive des boulons :


On opte pour un assemblage constitué de 12 boulons HR 10.9 de diamètre de 20 mm,
La platine a une épaisseur de 20 mm.
Le coefficient de frottement 𝜇 = 0.3 (Surface nettoyée par brossage métallique ou à la
flamme avec enlèvement de toutes les plaques de rouilles non adhérentes).

VII.3.2 Efforts de calcul :


La vérification de l’assemblage à la résistance se fera sous l’effet des sollicitations suivantes
(chapitre V) :
 La combinaison la plus défavorable ELU (1.35G+1.5N+P).

Msd = -108.56 kN.m


Vsd = -18.06 kN
Nsd = 43.87 kN

124
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.3.3 les composants de l’assemblage :


 Poteau en IPE 360.
 Poutre IPE 360.
 Jarret IPE 360.
 Platine 730 × 270 × 20

Figure VII.2 : détails d’assemblage.

VII.3.4 Calcul de la hauteur de la partie comprimée :


𝒃𝒃
𝒙 = 𝒕𝒇𝒃 √
𝒕𝒘𝒃
Pouter IPE 360:
tfb= 12.7 mm ; twb= 8 mm ; bb = 170 mm

170
𝑥 = 12.7√ = 58.5 𝑚𝑚
8
Avec :

d1 = 628.65 mm,
d2 = 518.65 mm,
d3 = 408.65 mm,
d4 = 298.65 mm,
d5 = 188.65 mm.

Figure VII.3 : la hauteur de la zone comprimée.

125
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.3.5 Calcul du moment résistant :


𝑁
MRd = 𝑑1 (𝑑1 2 + 𝑑2 2 + 𝑑3 2 + … . )
1

𝑁1 ∑ 𝑑𝑖 2 𝑀𝑟𝑑 × 𝑑1
𝑀𝑟𝑑 = → 𝑁1 =
𝑑1 ∑ 𝑑𝑖 2
N1 : Effort max de traction du boulon le plus éloigné du centre de rotation.
di : Distance des boulons par rapport au centre de rotation.
• Le moment résistant effectif de l’assemblage :
𝑁1 ∑ 𝑑𝑖 2 𝑛𝐹𝑝 ∑ 𝑑𝑖 2
MRd= =
𝑑1 𝑑1

 n : Nombre de boulons dans une rangée horizontale.

a) L’effort de calcul de précontrainte autorisé dans les boulons vaut :


𝐹𝑝 = 0.7 × 𝑓𝑢𝑏 × 𝐴𝑠
- Boulons de diamètre 20 mm :
 As = 245 mm²,
 fub = 1000 N/mm²
 Fp = 0.7×1000×10-3×245 = 171.5kN pour un boulon
b) Vérification à la résistance de l’assemblage :
Il faut vérifier si : 𝑴𝒔𝒅 ≤ 𝑴𝒓𝒅
2
∑ 𝑑𝑖 = (188.652 + 298.652 + 408.652 + 518.652 + 628.652 ) = 955974.11 𝑚𝑚2

𝑛𝐹𝑝 ∑ 𝑑𝑖 2 2×171.5×955974.11×10−3
MRd= = = 521.59 𝑘𝑁
𝑑1 628.65

𝑀𝑠𝑑 = 108.56 𝑘𝑁. 𝑚 < 𝑀𝑟𝑑 = 521.59 𝑘𝑁. 𝑚……………………condition vérifiée.

VII.3.6 Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant :


𝑉𝑠𝑑 18.06
Par boulon : = = 1.505 𝑘𝑁
𝑛 12

Il faut vérifier que :


𝑽𝒔𝒅 𝑭𝒑
≤ 𝑽𝒓𝒅 = 𝑲𝒔 × 𝒎 × 𝝁 ×
𝒏 𝜸𝑴𝟐
Ks = 1.0 : trou normal (Eurocode 3 P6.5.8.1)
m = 1.0 : un plan de frottement
𝜇 = 0.3 : Coefficient de frottement (Eurocode 3 P6.5.8.3)
Fp : Précontrainte de calcul (Eurocode 3 P6.5.8.2)

126
CHAPITRE VII Etude des assemblages

171.5
𝑉𝑟𝑑 = 0.3 × = 41.16 𝑘𝑁
1.25
𝑉𝑠𝑑
= 1.505 𝑘𝑁 < 𝑉𝑟𝑑 = 41.16 𝑘𝑁……………………………………condition vérifiée.
𝑛

VII.3.7 Vérification à la résistance de l’âme du poteau dans la zone tendue :

Figure VII.4: Résistance de l’âme du poteau dans la zone tendue.

Il faut vérifier que :


𝑭𝒗 ≤ 𝑭𝒕.𝒓𝒅
a) Résistance à la traction :
𝑓𝑦
Avec : 𝐹𝑡.𝑟𝑑 = 𝑡𝑤𝑐 × 𝑏𝑒𝑓𝑓 × 𝛾
𝑀0

𝐹𝑡.𝑟𝑑 : résistance de l’âme du poteau à la traction


twc : épaisseur de l’âme du poteau
beff : entreaxe des boulons (p=110 mm)
23.5
𝐹𝑡.𝑟𝑑 = 0.8 × 11 × = 188 𝑘𝑁
1.1

b) Efforts de cisaillement vaut :


𝑀𝑠𝑑 108.56
𝐹𝑣 = = = 312.58 𝑘𝑁
ℎ × 𝑡𝑓 0.36 − 0.0127

 𝐹𝑣 = 312? 58 𝑘𝑁 > 𝐹𝑡.𝑟𝑑 = 188 𝑘𝑁


 D’où nécessité de raidisseurs (raidisseur d’épaisseur 14 mm).

127
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.3.8 Vérification à la résistance de l’âme du poteau dans la zone comprimée :


Il faut vérifier que :
𝑵𝒔𝒅 ≤ 𝑭𝒄.𝒓𝒅
a) Calcul de 𝐹𝑐.𝑟𝑑 :
𝐾𝑐 × 𝜌 × 𝑏𝑒𝑓𝑓 × 𝑡𝑤𝑐 × 𝑓𝑦
𝐹𝑐.𝑟𝑑 =
𝑏𝑒𝑓𝑓 2
𝛾𝑀1 √(1 + 1.3 ( ) )

𝑏𝑒𝑓𝑓 = 𝑡𝑓𝑏 + 2𝑎𝑝√2 + 5(𝑡𝑓𝑐 + 𝑟𝑐 ) + 2𝑡𝑝


Lorsque : 𝜎𝑐.𝑠𝑑 ≤ 0.7𝑓𝑦 → 𝐾𝑐 = 1.0
𝜎𝑐.𝑠𝑑
Lorsque :𝜎𝑐.𝑠𝑑 > 0.7𝑓𝑦 → 𝐾𝑐 = 1.7 − 𝑓𝑦

𝑉𝑠𝑑 𝑀𝑠𝑑 ×𝑍𝑚𝑎𝑥 18.06 108.56×102 ×1.8


Donc : 𝜎𝑐.𝑠𝑑 = + = + = 1.44 𝐾𝑁/𝑐𝑚2
𝐴 𝐼𝑦 72.7 16270

Et : 0.7𝑓𝑦 = 0.7 × 23.5 = 16.45 𝐾𝑁/𝑐𝑚2


Alors : 𝜎𝑐.𝑠𝑑 = 1.44 𝐾𝑁/𝑐𝑚2 < 0.7𝑓𝑦 = 16.45 𝐾𝑁/𝑐𝑚2
 𝑲𝒄 = 𝟏. 𝟎
• tp = 20 mm : épaisseur de la platine d’extrémité
• beff = 12.7 + 2 × 5√2 + 5(12.7+18) + 2 × 20 = 220.34 mm
• tfb : épaisseur de la semelle de la poutre
• tfc : épaisseur de la semelle du poteau
• tp : épaisseur de la platine d’extrémité
• rc : rayon de raccordement âme/semelle du poteau
• αp : épaisseur de la gorge de la soudure (estimée à 5.0 mm)
Si ƛBP ≤ 0.72 → 𝜌 = 1.0
Si ƛBP > 0.72 → 𝜌 = (ƛBP – 0.2) / ƛBP²
𝑏𝑒𝑓𝑓 × 𝑑𝑤𝑐 × 𝑓𝑦
ƛBP = 0.932√ : élancement réduit de la partie efficace de l’âme
𝐸 × 𝑡𝑤𝑐 2

22.034 × 29.86× 23.5


ƛBP = 0.932√ = 0.999 > 0.72
2.1 ×104 ×0.82

 𝜌 = (ƛBP – 0.2)/ ƛBP² = (0.999-0.2)/0.999² = 0.79

1 × 0.79 × 22.034 × 0.8 × 23.5


On aura donc : 𝐹𝑐.𝑟𝑑 = 2
22.034
1.1√(1+1.3( ) )
36

 𝐹𝑐.𝑟𝑑 = 243.96 𝐾𝑁

128
CHAPITRE VII Etude des assemblages

b) Calcul de 𝑁𝑠𝑑 :
On a : 𝑁𝑠𝑑 = ∑ 𝑁𝑖
𝑀𝑠𝑑 × 𝑑𝑖
𝑁𝑖 = 𝑒𝑡 𝑀𝑠𝑑 = 108.56 𝑘𝑁. 𝑚
∑ 𝑑𝑖 ²
108.56 × 628.65 × 10−3
𝑁1 = = 71.38 𝑘𝑁
955974.11 × 10−6
108.56 × 518.65 × 10−3
𝑁2 = = 58.89 𝑘𝑁
955974.11 × 10−6
108.56 × 408.65 × 10−3
𝑁3 = = 46.40 𝑘𝑁
955974.11 × 10−6
108.56 × 298.65 × 10−3
𝑁4 = = 33.91 𝑘𝑁
955974.11 × 10−6
108.56 × 188.65 × 10−3
𝑁5 = = 21.42 𝑘𝑁
955974.11 × 10−6
𝑁𝑠𝑑 = ∑ 𝑁𝑖 = 232 𝐾𝑁

 𝑁𝑠𝑑 = 232 𝑘𝑁 < 𝐹𝑐.𝑟𝑑 = 243.96 𝐾𝑁………………………………...condition vérifiée


Remarque :
La résistance de l’âme du poteau en compression est considérable en comparaison avec
l’effort agissant, donc il n’y a pas nécessité d’utiliser les raidisseurs.

VII.3.9 Vérification à la résistance de l’âme du poteau dans la zone cisaillée :

Figure VII.5 : Résistance de l’âme du poteau dans la zone cisaillée.

129
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Il faut vérifier que :


𝑭𝒗 ≤ 𝑽𝒓𝒅
a) Calcul de 𝑉𝑟𝑑
𝑡𝑤 0.8
𝑉𝑟𝑑 = 0.58 × 𝑓𝑦 × ℎ × = 0.58 × 23.5 × 36 × = 357 𝑘𝑁
𝛾𝑀0 1.1
b) Calcul de l’effort de cisaillement 𝐹𝑣 :
𝑀𝑠𝑑 108.56
𝐹𝑣 = = = 312.58 𝑘𝑁
ℎ − 𝑡𝑓 0.36 − 0.0127
 𝐹𝑣 = 312.58 𝑘𝑁 < 𝑉𝑟𝑑 = 357 𝑘𝑁………………………………….condition vérifiée

130
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.4 Assemblage du Faitage (Traverse-Traverse) :


L’assemblage traverse – traverse est réalisé par l’intermédiaire d’une platine
boulonnée. Si la portée du portique ne dépasse pas certaines limites pour le transport (environ
16 m), L’assemblage du faitage peut être réalisé en usine, hors chantier, permettant ainsi des
économies.

Figure VII.6 : Représentation de l’assemblage traverse-traverse.

VII.4.1 La disposition constructive des boulons :


On opte pour un assemblage constitué de 12 boulons HR 10.9 de diamètre de 20 mm,
La platine a une épaisseur de 20 mm.
Le coefficient de frottement 𝜇 = 0.3 (Surface nettoyée par brossage métallique ou à la
flamme avec enlèvement de toutes les plaques de rouilles non adhérentes).

VII.4.2 Efforts de calcul :

Figure VII.7 : Détails sur l’assemblage de faitage.


La vérification de l’assemblage à la résistance se fera sous l’effet des sollicitations suivantes
(chapitre V) :
 La combinaison la plus défavorable ELU (1.35G+1.5N+P).

131
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Msd = 56.90 kN.m


Vsd = 36.83 kN
Nsd = 29.90 kN

VII.4.3 Vérification à la résistance de l’assemblage :


Il faut vérifier que :
Msd ≤ Mrd
• Le moment résistant effectif de l’assemblage :
𝑁1 ∑ 𝑑𝑖 2 𝑛𝐹𝑝 ∑ 𝑑𝑖 2
MRd= =
𝑑1 𝑑1

a) L’effort de calcul de précontrainte autorisé dans les boulons vaut :


𝐹𝑝 = 0.7 × 𝑓𝑢𝑏 × 𝐴𝑠
- Boulons de diamètre 20 mm :
 As = 245 mm²,
 fub = 1000 N/mm²
 Fp = 0.7×1000×10-3×245 = 171.5kN pour un boulon
b) Vérification à la résistance de l’assemblage :
Il faut vérifier si : 𝑴𝒔𝒅 ≤ 𝑴𝒓𝒅
2
∑ 𝑑𝑖 = (188.652 + 298.652 + 408.652 + 518.652 + 628.652 ) = 955974.11 𝑚𝑚2

𝑛𝐹𝑝 ∑ 𝑑𝑖 2 2×171.5×955974.11×10−3
MRd= = = 521.59 𝑘𝑁
𝑑1 628.65

𝑀𝑠𝑑 = 56.9 𝑘𝑁. 𝑚 < 𝑀𝑟𝑑 = 521.59 𝑘𝑁. 𝑚………………………..……condition vérifiée

VII.4.4 Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant :


Il faut que :
𝑽𝒔𝒅
≤ Vrd
𝒏
𝑽𝒔𝒅 36.83
Par boulon : =
= 3.06
𝑛 12
𝐹𝑝
𝑉𝑟𝑑 = 𝐾𝑠 × 𝑚 × 𝜇 ×
𝛾𝑀2
171.5
𝑉𝑟𝑑 = 1 × 1 × 0.3 × = 41.16 𝑘𝑁
1.25
𝑉𝑠𝑑
= 3.06 𝑘𝑁 < 𝑉𝑟𝑑 = 41.16 𝑘𝑁……………………………………condition vérifiée.
𝑛

132
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.5 Calcul des bases des poteaux :


VII.5.1 Définition :

La base du poteau a le rôle de transmettre au massif de la fondation, les efforts


développés dans le poteau. Elle est constituée d’une platine en acier soudée à la base du
poteau par un cordon de soudure appliqué sur le contour de la section du profilé constituant le
poteau. Son épaisseur ne peut pas excéder de beaucoup l’épaisseur de l’âme et des semelles
du poteau, elle peut être renforcée par des raidisseurs.

Figure VII.8 : Base des poteaux.

L’assemblage de base du poteau est généralement conçu comme une articulation afin
de réduire les dimensions des fondations ; il est possible d’utiliser des pieds de poteau
encastré, si le sol présente des caractéristiques fiables.

Figure VII.9 : pied de poteau articulé

133
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Figure VII.10 : Pieds de poteaux encastrés

Dans notre structure on a les poteaux en IPE 360. Donc on va faire le calcul de
dimensionnement de la plaque d’assise sous l’action des charges suivantes :

− Charge axiale de compression Nsd =43.87 KN


− Effort tranchant Vz.sd = 18.06 KN
− Effort de soulèvement Nsd=21.83 KN
− Effort tranchant correspondant : Vz.sd=13.76 KN

Figure VII.11 : Détails sur l’assemblage

134
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.5.2 Données de base :

− Plaque d’assise en acier de nuance S235 : fy =235 N/mm²


− Fondation en béton de classe 25/30 : fck =25N/mm²
− Coefficients partiels de sécurité : Acier : 𝛾mo=1.1 ; 𝛾m2=1.25
Béton : 𝛾c=1.15

VII.5.3 Résistance du béton à la compression :

fcd = αcc × fck / 𝛾𝑐 fck = 25 N/mm²

La valeur de αcc est de données dans l’annexe nationale. Sa valeur recommandée est de :
αcc=1.0

La résistance de calcul du béton devient :


fcd =1 ×25 / 1.5 fcd =16.7 N/mm²

VII.5.4 Résistance de calcul à l’écrasement du matériau de scellement :

La valeur de coefficient du matériau de scellement est : 𝛽 j = 2/3

Les dimensions de la fondation étant inconnues, prendre (Ac1/Ac0)0.5 = 𝛼 = 1.5

La résistance de calcul à l’écrasement du matériau de scellement :

fjd = α × 𝛽j ×fcd = 16.7 N/mm²

VII.5.5 Estimation de l’air de la plaque d’assise :

Une estimation de l’air requise de la plaque d’assise est donnée par la plus grande des deux
valeurs suivantes :

1 𝑁 1 43870 2
Ac0=ℎ ( 𝑓 𝑠𝑑 ) ² = 360 ( ) = 112.69 mm²
𝑐 × 𝑏𝑓𝑐 𝑐𝑑 × 170 16.7

𝑁 43870
Ac0 =𝑓 𝑠𝑑 = = 2626.94 mm2, qui est le plus grand
𝑐𝑑 16.7

135
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.5.5.1 Choix du type de la plaque d’assise :

Comme estimation pour : Ac0 = 2626.69 mm² < 0.95 × 360 × 170 = 58140 mm²
Ac0 = 2626.69 mm² < 58140 mm²........................ Une plaque projection courte est satisfaisante

Les dimensions en plans adéquates pour la plaque d’assise à la projection courte sont choisies
comme suit :

bp = 200 mm > bfc+2tfc =170+(2 ×12.7) = 195.4 mm


hp = 390 mm >h c+2tfc =360+(2 ×12.7) = 385.4 mm

Ce qui donne Ac0 = 200 × 390 = 78000 mm² > 2626.94 mm²

VII.5.5.2 Vérification de la résistance de calcul de la plaque d’assise

Calcul de la largeur d’appuis additionnelle c :

− 𝐵 − √𝐵 2 − 4𝑎𝑐
𝐶=
2𝑎
Où : A = +2

B = −(bfc – tw + hc); B = - (170 – 8 + 360) = −522 mm


0.5 𝑁
C= 𝑓 𝑠𝑑 − (2bfc.tfc + 4t2fc +0.5.hc.twc − tfc.twc)
𝑗𝑑

0.5 × 43870
C= −(2×170×12.7 + 4 × 12.72 + 0.5× 360 ×8 − 12.7 ×8)
16.7

C = 1313.47 – (4318 + 645.16 +1440 – 101.6)

C = −4988.09 mm2

La largeur additionnelle est de :

522−√(−522)2 −4 ×2(−4988.09)
𝐶= Donc : C = − 9.22 mm
2 ×2

Vu que l’effort de compression Nsd est faible ce qui nous donne la valeur négative de la
largeur additionnelle

136
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Pour le calcul de la largeur additionnelle C dans le cas où l’effort de compression sollicitant le


poteau est faible, on procède de la manière suivante :

Calcul de la largeur d’appuis additionnelle C :

En posant : t=15 mm comme épaisseur de la plaque d’assise.


𝑓𝑦𝑝 235
C = t (3 × )0.5 = 15(3 )0.5 = 31 mm
𝑓𝑗𝑑 × 𝛾𝑀0 ×16.7 × 1.1

C = 31mm < (hc − 2tfc)/2 =(360 −2 ×12.7)/2 = 167.3 mm

C = 31mm < 167.3 mm…………………. Il n’y a pas de recouvrement des aires en


compression pour les tronçons des deux semelles

Figure VII.12 : Dimensions de la plaque d’assise.

Remarque : Dans le cas d’assemblages articulés, le débord de la plaque d’assise est


généralement pris égale à 15 mm.

Donc 𝛽c =15 mm < C = 31mm → la plaque d’assise est de projection courte.

137
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Calcul de la section efficace Aeff :

La plaque d’assise est de projection courte.

Aeff =2(bfc +2𝛽c)(C +𝛽c + tfc)+(hc −2C −2tfc)(2C + tfc)

Aeff =2(170+2 ×15)(31+15+12.7)+(360 −2 ×31 − 2 × 12.7)(2 × 31 + 8)

Aeff = 42562 mm²

Figure VII.13 : assemblage de la platine.

Calcul de la résistance à l’effort axial Nsd :

Nsd ≤ 𝑵R d Avec : NRd = Aeff × fjd

NRd =42562 × 16.7 ×10-3 = 710.84 KN

NSd =43.87 KN ≤ 𝑁rd =710.84 KN ……….......................................................................OK

VII.5.5.3 Calcul de la résistance de la plaque d’assise au moment fléchissant :

Calcul du moment résistant MRd :

𝑡 2 × 𝑓𝑦 152 × 235 × 10−3


MRd = 6 = ; MRd =8.01 KN.mm
× 𝛾𝑀0 6 × 1.1

138
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Calcul du moment de la flexion Msd :


(𝐶 2 / 2) 𝑁𝑆𝑑 (312 / 2) ×43.87
Msd = = ; Msd = 0.49 KN.mm
𝐴𝑒𝑓𝑓 42562

Msd = 0.49 > MRd = 8.01......................................................................................................OK

VII.5.5.4 Vérification de la résistance au cisaillement du scellement de la plaque


d’assise :

Vsd ≤ Fv.Rd

Avec :

Fv.Rd = Ff.Rd = Cf.d × Nsd = 0.2 × 43.87 Fv.Rd = 8.77 KN

Nsd : est l’effort de calcul de compression du poteau.


Cfd : coefficient de frottement entre la plaque d’assise et couche de scellement. Une valeur de
0.2 et spécifiée pour le mortier de calage de ciment et de sable

Vsd = 18.06 N > Fvrd = 8.77 KN................................................................................non vérifiée.

Remarque : La résistance au cisaillement du scellement de la plaque d’assise n’est pas


vérifiée, les tiges d’encrage vont donc reprendre l’effort de cisaillement qu’il faut vérifier en
conséquence.
VII.5.6 Les tiges d’ancrage :
Les tiges d’ancrage doivent être mises en place afin de résister aux effets des actions de
calcul, on doit les dimensionner de sorte à supporter convenablement l’effort de traction ainsi
que les forces de soulèvement et les moments de flexion.

Figure VII.14 : types de tiges d’ancrage.

139
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.5.6.1 Résistance des tiges d’ancrages au cisaillement :

L’EN 1993-1-8 §6.2.2 donne la formule suivante pour la résistance au cisaillement

Fv.Rd= Ff.Rd + 𝒏b × Fvb.Rd

Ff.Rd : résistance de calcul par frottement en présence d’un effort axial de compression Nsd
dans le poteau.

Ff.Rd= 0.2 × Nsd

Fvb.Rd : résistance de calcul d’une tige d’ancrage au cisaillement.


𝜶𝒄𝒃 × 𝒇𝒖𝒃 × 𝑨𝒔
Fvbrd =
𝜸𝑴𝟐

αcb = 0.44 – 0.0003.fyb et 235 ≤ fyb ≤ 640 N /mm²

nb : nombre de tiges situées dans l’assemblage.

On constate que cette règle permet d’ajouter la résistance de calcul au cisaillement des
tiges d’encrage à celle par frottement cette dernière résistance n’existant que pour un effort
axial de compression dans le poteau.

On vérifie que la condition suivante est satisfaite :

Vsd ≤ Fv.Rd

Pour deux tiges M20 en classe 4.6 :

As = 245 mm² fub = 400 N/mm²; fyb=240 N/mm²

Ff.Rd = 0.2 Nsd = 0.2 × 43.87 = 8.77 KN

(0.44 × 0.0003 × 240) × 400 × 245


Fvb.Rd = ×10-3 = 29 KN
1.25

Fv.Rd = 8.77 +2 × 29 = 66.77KN

Vsd = 18.06KN < Fv.Rd = 66.77 KN ……… ……………………………………………... OK

Pour plus de sécurité il est de pratique courante de prévoir des bèches de cisaillement
pour soulager les tiges d’ancrages dans le cas grands efforts de cisaillement comme le séisme.

On choisit une bèche ayant des dimensions satisfaisant les conditions suivantes :

− Profondeur efficace : 60 mm ≤ Leff (bêche) ≤ 1.5hbêche


− Hauteur de la bêche : hbêche ≤ 0.4 hc
− Elancement maximal des ailes : bbeche / bbeche ≤ 20

140
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Les dimensions d’un profile IPE 100 S235 respectent les deux premières conditions.

− Une bèche en IPE 100 en acier S235 est retenue.


− La profondeur totale : d0 =100 mm
− La longueur efficace : Leff =100 - 30=70 mm
− L’épaisseur de scellement est de 30 mm.

VII.5.6.2 Résistance des tiges d’ancrages à l’effort de soulèvement :

Dans le cas où l’effort Nsd en pied de poteau est un effort de soulèvement, les tiges
d’ancrages doivent transmettre cet effort ainsi que l’effort tranchant concomitant entier Vsd à
la fondation.

D’après les résultats du chapitre 5 (calcul de portique) :

Combinaison G + 1.5V3

Nsd = VA = 21.83 KN ↑

Vsd = HA= 13.76 KN →

VII.5.6.3 Vérification de la tige d’ancrages à la résistance :

En se plaçant en sécurité, on vérifie pour une tige d’ancrages que la condition suivante est
satisfaite :
𝑁𝑠𝑑 /𝑛𝑏 𝑁𝑠𝑑 /𝑛𝑏
+ ≤1
𝐹𝑣𝑏.𝑅𝑑 𝑁𝑡.𝑅𝑑 𝑁𝑠𝑑 = 21.83 KN

Avec : 𝑛𝑏 = 2
0.9 × 𝑓𝑢𝑏 ×𝐴𝑠 0.9 × 400 × 245 𝐹𝑣𝑏.𝑅𝑑 = 29 KN
Nt,rd= = = 70.6 KN
𝛾𝑀2 1.25
Nt,rd = 70.6 KN
𝑁𝑠𝑑 /𝑛𝑏 𝑁𝑠𝑑 /𝑛𝑏 21.83 /2 21.83 /2
+ = + =
𝐹𝑣𝑏.𝑅𝑑 𝑁𝑡.𝑅𝑑 29 70.6

0.37 + 0.15 = 0.52 ≤ 1………………………………………………………………………OK

− Pour deux tiges M20 en classe 4.6 :

As = 245 mm² fub = 400 N/mm²; fyb =240 N/mm² ; d=20 mm

141
CHAPITRE VII Etude des assemblages

VII.5.6.4 Vérification de la tige d’ancrage à l’adhérence :

− Pour un boulon d’ancrages :


Nsd /2 ≤ Fanc,Rd

− La résistance d’ancrages en traction


d’une tiges d’ancrages est :

Fanc,Rd = 𝝅. 𝒅. 𝒇bd .(l1 + 6.4r + 3.5l2)

Les valeurs courantes sont données comme suit :

r= 3d = 3 × 20 =60 mm

l1 = 20d = 20× 20=400 mm

l2 = 2d = 2 × 20 =40 mm

Figure VII.15 : Tige d’ancrage

La largeur totale de la tige :

l b = l1 + 6.4r + 3.5l2 = 400 + 6.4 × 60 + 3.5 × 40 = 924 mm

En utilisant la formule suivante donnée dans le guide de L’EUROCODE de CTICM (1)

La longueur totale de la tige requise est :

fub : résistance ultime du boulon d’ancrage


𝒇𝒖𝒃
lb,rqd = 0.144 d fbd : constante d’adhérence de calcul
𝒇𝒃𝒅
d : diamètre du boulon d’ancrage

Calcul de la contrainte d’adhérence fbd :

Classe de béton C25/30

fck =25N/mm² : résistance à la compression du béton

𝛾c =1.15 : coefficient partiel de sécurité

0.36√𝑓𝑐𝑘 0.36 √25


fbd = = =1.2 N / mm²
𝛾𝑐 1.5

lb.rqd = 0.144 × 20 × 400/1.2 = 960 N/mm²

142
CHAPITRE VII Etude des assemblages

La résistance d’ancrage en traction d’une tige d’ancrage est :

fanc.Rd = π ×20 + 960 × 1.2 = 72382 N

NSd /2 = 21.83/2 = 10.91 KN ≤ fanc.Rd=72.382 KN ……………......………………………..vérifiée

La longueur d’ancrage de référence requise est :


𝑵𝒔𝒅
lb.rqd =
𝝅 .𝒅 .𝒇𝒃𝒅

Où :

𝜋. 𝑑2
Nsd = A σsd = × σsd :effort de soulèvement par tige d’ancrage
4

π × 𝑑2 × 𝜎𝑠𝑑 d × 𝜎𝑠𝑑 𝑙𝑏.𝑟𝑞𝑑 𝜎𝑠𝑑


lb.rqd = = ; =
4 ×𝜋 ×𝑑 × 𝑓𝑏𝑑 4 × 𝑓𝑏𝑑 𝑑 4 × 𝑓𝑏𝑑

On suppose que la tige permet d’être ancrée suffisamment pour développer la résistance en
traction de la section de la tige
𝑁𝑠𝑑 𝑁𝑡.𝑅𝑑 (0.9 × 𝑓𝑢𝑏 × 𝐴𝑠 )/𝛾𝑀2
σsd = => max σsd = =
𝐴 𝐴 𝐴

En prenant :
A : la section brute de la tige
A / As ≈ 0.8 =>
As : section résistante

max σsd = 0.576 fub


max 𝜎𝑠𝑑 0.576 𝑓𝑢𝑏
lb.rqd = =
4 .𝑓𝑏𝑑 4 .𝑓𝑏𝑑

𝑓𝑢𝑏
lb.rqd = 0.144d
𝑓𝑏𝑑

Remarque :

Bien que normalement le pied soit de type articulé .il est préférable de prévoir quatre boulons
d’ancrage pour des raisons de sécurité car ils empêchent les poteaux de se renverser en phase
provisoire de montage.

143
CHAPITRE VII Etude des assemblages

Figure VII.16 : Pied de poteau articulé avec 04 boulons d’ancrage.

144
Conclusion
générale
CONCLUSION GENERALE

Ce projet de fin d’étude est une phase très importante dans le cycle de
formation de l’ingénieur, ce modeste travail nous a permis de mettre en pratique
les connaissances théoriques acquises durant plusieurs années, et grâce à ce travail
nous avons appris à appliquer les différents nouveaux règlements, tels que le :
(EUROCODE 03, RNV99/2013, RPA99/2003).

Au cours de cette étude nous sommes parvenues à un certain nombre de


conclusions dont les plus importantes sont :

− Dans les structures métalliques les actions du vent sont souvent les plus
défavorables néanmoins, l’étude sismique n’est pas négligeable.
− Les calculs ont permis de déterminer les sections des profilés permettant de
garantir la sécurité et la stabilité de l’ouvrage compte tenu des charges qui
s’appliquées au cours de sa vie.
− La vérification des ossatures vis-à-vis des instabilités est une étape
nécessaire pour un dimensionnement adéquat.
− La bonne conception des assemblages est essentielle pour la stabilité des
structures métalliques.
− La disposition de contreventement joue un rôle très important dans le
comportement global de la structure.
− Vu sa bonne rigidité et son poids léger, l’acier nous offre la possibilité de
concevoir des éléments de grandes portées.

Ce qui nous reste à dire à la fin de ce mémoire c’est que, ce travail fait
référence à l’état de nos connaissances autant que jeune ingénieur dans le domaine
de la construction métallique.

145
Références
bibliographiques
Références bibliographiques

✓ Le Règlement Algérien Neige et Vent version 2013 (pour l’étude


climatique).

✓ Eurocode 03, les normes Européennes de conception, dimensionnement et


et de justification des structures de bâtiment et de génie civil.

✓ Calcul des Eléments de construction Métallique selon l’Eurocode 03, livre


de Mr : DAHMANI Lahlou (professeur au Département de génie civil a
l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou) pour l’étude de pré-
dimensionnement des éléments, portique, contreventement et les
assemblages)

✓ Règlement parasismique Algérien RPA99/version 2003 (pour l’étude


sismique)

146
ANNEXES
ANNEXES
ANNEXE 1 :

147
ANNEXE 2 :

148
ANNEXE 3 :

149
ANNEXE 4 :

150
ANNEXE 5 :

151
ANNEXE 6 : tableaux des profilés

152
153
154
155
ANNEXE 7 : dimensions des barres rondes

156
ANNEXE 8 :

157
ANNEXE 9 :

158
ANNEXE 10 :

159
ANNEXE 11 : étude des assemblages

160
ANNEXE 12 : Caractéristiques de la cornière 70 × 70 × 5

161
ANNEXE 13 :

162
163
LES PLANS
ELEVATION PIGNON
ECH: 1/100 DETAIL 1 DETAIL 2
DETAIL 3

DETAIL 4

DETAIL 1
DU TOÎT
DETAIL 2
ASSEMBLAGE FAÎTAGE
ELEVATION PIGNON
ECH: 1/100

DETAIL 3
FIXATION DE LA PANNE ET ECHONTIGNOLE

DETAIL 4
ASSEMBLAGE DE RIVE
VUE EN PLAN OSSATURE
ECH: 1/100

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11

A
ELEVATION LONG PAN FILES -A- ET -B-
ECH: 1/100
DETAIL 5
ASSEMBLAGE DE TYPE ARTICULE DANS UN PORTIQUE

DETAIL 5

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 12