Vous êtes sur la page 1sur 11

Introduction

La topographie est fondée sur un appui géomatique (résumant : la géodésie,


photogrammétrie, cartographie, télédétection…) marquant l’évolution
mathématique de la forme terrestre. Cette dernière s’intéresse aux mêmes
quantités, à un degré affiné sous une touche artistique aboutissant à des figures
plus explicites.

La topographie est aussi une discipline polymodale renfermant sur 4 grandes


familles de problèmes :

Ceux qui consistent à mesurer une construction existante pour en dessiner les
plans et en déterminer les caractéristiques géométriques (surfaces, volumes...).

Ceux qui consistent à repérer sur le sol la position d’une construction future
(bâtiment, route, barrage, pont...).

Ceux qui consistent à déterminer des volumes (volumes de terre à terrasser par
exemple).

Ceux qui consistent à la surveillance des ouvrages pour déterminer ses


déplacements au cours du temps.

Ces 4 familles sont traitées en 2 parties élémentaires :

L’altimétrie : qui concerne la détermination et l’exploitation des altitudes Z des


points (c’est notre cours d’aujourd’hui)

La planimétrie : qui concerne la détermination et l’exploitation des coordonnées


planimétriques (X,Y) des points.

Lexique topographique

1. Altitudes Définition :

Altitude L’altitude, dans le langage commun, exprime l’éloignement d’un objet


par rapport au niveau moyen de la mer. Elle exprime également une réalité
physique, l’eau s’écoulant du point d’altitude le plus élevé vers le point d’altitude
le plus faible.

2. Le nivellement :
le nivellement est Les méthodes de détermination des altitudes ont connu un
grand essor pendant les grandes périodes d’urbanisation et de viabilisation des
espaces habités. L’objectif de ces mesures est de connaître précisément
l’altitude de points, généralement pour assurer les écoulements. Par
conséquent, la surface de référence la plus souvent considérée est le géoïde,
par la connaissance de la verticale du lieu.

On peut distinguer trois types de nivellement :

a) Nivellement direct ou géométrique : consiste à mesurer la


différence d’altitude à partir de visées horizontales. Cette opération
s’effectue à l’aide d’un niveau qui matérialise une ligne de visée
horizontale et d’une règle graduée verticalisée appelée mire.

On distingue trois méthodes de nivellement direct :

i. Nivellement simple : on mesure une altitude à partir d’une altitude


précédente

HB = HA + ∆HAB

Avec: HA: altitude connue.

HB: altitude inconnue.

∆HAB: la dénivelée entre les deux points A et B.

ii. Nivellement composé ou par cheminement : Lorsque les points A


et B sont trop éloignés ou lorsque la dénivelée est supérieure à la
longueur de la mire, on est obligé de faire plusieurs stations;
déterminants ainsi plusieurs points intermédiaires.il y a Cheminement
aller-retour et Cheminement rattaché aux deux extrémités
iii. Nivellement par rayonnement : À partir d'une station, on détermine
les altitudes des différents points par rapport à un repère connu R. Les
observations et les calculs sont présentés sous forme de tableau avec
vérification obligatoire de calculs des altitudes.
b) Nivellement indirect avec un théodolite optico-mécanique :

Sur de très courtes portées, on peut effectuer un nivellement indirect avec un


théodolite optico–mécanique, une chaîne et une mire. La précision obtenue est
médiocre mais peut être suffisante dans certains cas. Il existe deux méthodes de
nivellement indirect:

- Nivellement indirect trigonométrique;

- Nivellement indirect géodésique.

c) Nivellement par GPS :


La détermination des coordonnées d’un point à l’aide du système GPS est
basée sur la mesure du temps de propagation d'une onde électromagnétique
entre le satellite et l'antenne réceptrice. Les coordonnées obtenues peuvent
être cartésiennes (X, Y, Z) ou géographiques associées à une hauteur au-
dessus de l'ellipsoïde « h ».

d) D’autres techniques :

Les autres techniques de nivellement pourront peut-être paraître marginales,


mais elles méritent cependant d’être citées. La première est le nivellement
barométrique, qui exploite la chute de pression atmosphérique avec
l’augmentation de l’altitude. Ce principe est utilisé dans la majorité des
altimètres de sport, appareils qui doivent être recalés régulièrement pour leur
assurer une efficacité maximale. Une seconde est constituée par les méthodes
de nivellement hydrostatique. Il permet, par le principe des vases
communicants, de réaliser un nivellement de haute précision, en permanence
opérationnel sur un ouvrage.

e) Contrôle des mesures :

Pour assurer un contrôle des observations et des calculs, il faut avoir une
fermeture dite: "fermeture linéaire" (Fl). La différence entre l'altitude mesurée
du point B (pratique) et l'altitude vraie de B (théorique) est appelée "écart de
fermeture" ou "fermeture linéaire".

Appareillage
1. Le niveau automatique :
Le niveau : Instrument muni d’une lunette dont l’axe de
visé peut être amené en position horizontal grâce aux vis
calantes.

 Les composantes d’un niveau :

Viseur

Support de l’appareil Mise au point de la mire

Cercle horizontale Vis de protection

1. MIRE DE NIVELLEMENT ORDINAIRE


MIRE DE NIVELLEMENT généralement en bois ou métal
(pliante), de 3 ou 4 mètres, munie d'un TALON DE MIRE.
On effectue une LECTURE ESTIMÉE au millimètre, au
moyen du TRAIT NIVELEUR du niveau.il y a une partie a
lecture visuelle et une partie automatique.

Mire code barre


 La lecture d’une mire
Les lectures sont faites en visant une règle graduée de 4 mètre appelée mire
de nivellement gradué en centimètres. Elle doit être tenue verticalement à
l’aide de la nivelle sphérique solidaire à la mire.

Le réticule d’un niveau est généralement constitué de quatre fils :


- le fil stadimétrique supérieur (s´), qui donne une lecture m1 sur la mire;

- le fil stadimétrique inférieur (s), qui donne la lecture m2 sur la mire;


- le fil niveleur (n), qui donne la lecture m sur la mire;
- le fil vertical (v), qui permet le pointé de la mire ou d’un objet.

La lecture sur chaque fil est estimée visuellement au millimètre près. Les fils
stadimétriques permettent d’obtenir une valeur approchée de la portée.
Pour chaque lecture, il est judicieux de lire les trois fils horizontaux de
manière à éviter les fautes de lecture : on vérifie en effet, directement sur le
terrain, que : m = (m1+m2)/2

Mise en station
La mise en station d’un niveau consiste à rendre horizontal l’axe optique de
l’instrument pour y arriver on opère selon l’ordre suivant :

A. Installer le trépied (plateau le plus


horizontal possible)

B. Fixer l’appareil sur trépied


C. Centrer la nivelle sphérique
D. Régler l’oculaire de l’objectif

Nivellement par cheminement


1. Mode opératoire
2. Résultats

station point LAR LAV


FSH FN FSB FSH FN FSB
S1 1 10530 10490 10450
S2 2 1405 1375 1325 1340 1315 1290
S3 3 1451 1450 1449 1240 1220 1180
S4 4 1480 1380 1290 1550 1450 1350
S4 5 605 525 445 605 525 445
S5 6 1100 1000 900

dénivelé altitude distance


0 500 0
-175 325 130,7
-155 170 121,98
0 170 143,1
-855 -685 50,9
475 -210 100

altitude
2000
0 altitude
0 100 200 300 400 500 600
-2000

3. Contrôle de lecture

FN=(FSH+FSB)/2

Contrôle LAR Contrôle LAV


10490
1365 1315
1450 1210
1385 1450
525 525
1000

Ce contrôle a était fait de manière systématique au cours de la manipulation


4. Mesure de distance

La distance horizontale entre le niveau et la mire :D =(FSH-FSB)/10 (m)

distance
5
6
20
16
20

Nivellement par rayonnement


1. Mode opératoire
Le nivellement par rayonnement se fait à partir d'une seule station. On
détermine les altitudes de différents points intermédiaires par rapport à un
repère connu (point A).on mesurant l’angle entre les stations qu’on a mesuré
leurs altitudes

A titre de contrôle, on peut vérifier les altitudes des points importants en les
prenant de 2 stations différentes ou on peut revenir à notre point initial en
utilisant un nivellement ferme.
2. Résultats

la position des points


P7 P0

P1
P6

P2

P5

P3
P4

 Tableaux des résultats

point Nivellement(m) distance (m) angle en °


P0 1,1529 6,031 0
P1 1,0054 10,306 37,5
P2 1,1145 10,374 81
P3 1,2556 8,15 142
P4 1,3887 7,401 187
P5 1,2661 5,716 257
P6 1,2694 8,446 315
P7 1,1498 6,102 360

On a le point P0 et le point P7 sont les même pour le contrôle des résultats :


∆H 0-7 =1,1529-1,1498=3.1 cm

∆D 0-7 =6,102-6,031=7.1 cm

Nivellement par cheminement ferme


1. Mode opératoire

Afin de déterminer les altitudes des points demandées, nous avons utilisé la
technique de nivellement direct car on avait à faire à un terrain plat. Pour cela,
pour les points Pi nous avons effectué les mesures des dénivelées par
cheminement en partant d’un point de référence donné R0 (Z = connue) puis
en revenant au même point

Pour le nivellement par cheminement, la mire est placée à la mi-distance


entre 2 points et on procède à une lecture avant de l’un des points et une
lecture arrière de l’autre point.

C’est la même chose pour le nivellement par cheminement seulement on


revient à la même point de départ pour le contrôle des résultats effectuer

 Schéma des stations

2. Résultats

station point LAR D LAV D


FN FN
S1 1 1,3953 8,161
S2 2 1,5128 6,797 1,1529 5,992
S3 3 1,14376 5,35 1,014 6,444
S4 4 1,3645 9,329 1,2993 5,602
S5 5 1,0046 8,48 1,5402 8,731
S6 6 1,1279 8,847 1,4102 5,764
7 1,3931 12,994

D’après le tableau précédant on a :

point dénivelées altitude


1 0,2424 5
2 0,4988 5,2424
3 -0,15554 5,7412
4 -0,1757 5,58566
5 -0,4056 5,40996
6 -0,2652 5,00436

La différence d’altitude entre P1 et P6 est de 4.36 mm

Les erreurs
1. Incertitude de mesure
Une mesure est toujours affectée par une certaine erreur.
On distingue :
• Les erreurs systématiques
• Les erreurs accidentelles
• Les fautes
2. Les erreurs systématiques
l’erreur d’étalonnage de la mire;
le défaut de verticalité de la mire :bulle déréglée;
l’erreur d’inclinaison de l’axeoptique : axeoptique non perpendiculaire à
l’axe principal;
le défaut de fonctionnement du compensateur.

3. Les erreurs accidentelles


l’erreur de parallaxe qui est une mauvaise mise au point de la lunette;
un mauvais calage de la bulle;
l’erreur de lecture sur la mire due à l’estimation du millimètre;
un mauvais choix d’un point intermédiaire : point non stable;

Conclusion
L'ensemble des données recueillis durant le tp permettent de déterminer les
altitudes de l'ensemble des points du cheminement. Il est donc possible de
dessiner le profil de ce chemin et déterminer les différentes altitudes .aussi il
ne faut pas oublier le contrôle qu’il faut faire pour s’assurer des résultats
obtenue .en résumant dans ce TP on a opté a des différentes types de
nivellement : nivellement par cheminement et nivellement par cheminement
fermer et nivellement par rayonnement.