Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Pierre et Marie Curie LM367

Licence de Mathématiques L3 2011-2012

TD 11 : Résidus et théorème de Rouché

Théorème de Rouché
Exercice 1.
a) Montrer que la fonction f (z) = z 5 + 5z 3 + z − 2 a trois de ses zéros dans le disque
D(0, 1), et tous ses zéros dans le disque D(0, 3).
b) Soit P ∈ C[X] tel que P (z) = z n + an−1 z n−1 + · · · + a0 . Montrer qu’il existe c dans
le cercle unité tel que |P (c)| ≥ 1.

Solution de l’exercice 1. (a) Pour la première assertion appliquer le Théorème de Rouché


sur le C(0, 1), avec f et g(z) = 5z 3 . Pour la deuxième assertion appliquer le Théorème de
Rouché sur le C(0, 3), avec f et h(z) = z 5 . (b) Raisonner par contradiction, en appliquant
le Théorème de Rouché sur le C(0, 1), avec f (z) = an−1 z n−1 + · · · + a0 et g(z) = −z n .
Alors |f (z) − g(z)| = |P (z)| < 1 = |g(z)|, et donc le polynôme f de degré n − 1 a n racines
dans D(0, 1) ⇒ contradiction.

Exercice 2.
a) Calculer min|z|=1 |ze−z |.
b) En utilisant le Théorème de Rouché et (a), montrer que, pour tout w ∈ D(0, 1/e), il
existe une et une seule solution z de l’équation ze−z = w dans le disque D(0, 1). On
la note h(w).
c) Pour w ∈ D(0, 1/e) calculer l’intégrale

z(1 − z)e−z
Z
1
dz .
2iπ ∂D(0,1) ze−z − w

d) En déduire que pour w ∈ D(0, 1/e),



X nn−1
h(w) = wn .
n!
n=1

Solution de l’exercice 2. Voir la Figure 1.

Intégrales et résidus
Exercice 3. Calculer Z +∞
x(x + 1)
dx .
−∞ (x2 + 1)2

1
Solution de l’exercice 3. Procedure générale de l’exo 6.5.2 du poly. Ici le seul résidu de
P z(z+1)
Q (z) = (z 2 +1)2 dans le demi plan {Im(z) > 0} est i. Il s’agit d’un pôle d’ordre 2, donc
h i0
P P (z)
, i) = 1!1 (z − i)2 Q(z) (i) = − 4i . L’intégrale vaut donc 2iπ − 4i = π2 .

Res( Q

Exercice 4. Soit a > 0. En appliquant la formule des résidus sur le bord d’un demi disque
bien choisi, de rayon tendant vers l’infini, calculer :
Z ∞ iax
e
2
dx .
−∞ 1 + x
Que faire pour a < 0 ?
(les probabilistes viennent de calculer la fonction caractéristique d’une loi de Cauchy)
Solution de l’exercice 4. Si R > 1, on considère le chemin CR = [−R, R]∪(∂D(0, R) ∩ {Im(z) > 0})
eiaz
parcouru dans le sens direct. La fonction f qui a z associe 1+z 2 est méromorphe, des pôles
simple i et −i. En utilisant le Lemme 6.4.9, on a

e−a −ea
Rés(f, i) = et Rés(f, −i) = .
2i 2i
Le formule des résidus donne alors que

e−a −ea
Z
f (z) dz = ×1+
CR 2i 2i
car i est le seul pôle inclus dans le contour et donc

∞ R
eiax eiax
Z Z
dx = lim dx
−∞ 1 + x2 R→+∞ −R 1 + x2
Z Z !
= lim f (z) dz − f (z) dz
R→+∞ CR ∂D(0,R)∩{Im(z)>0}

e−a
Z
= − lim f (z) dz .
2i R→+∞ ∂D(0,R)∩{Im(z)>0}

Pour z ∈ ∂D(0, R) ∩ {Im(z) > 0}, on a :

e−aIm(z) 1
|f (z)| ≤ 2
≤ 2
R −1 R −1
la dernière inégalité étant vraie car a > 0. Donc, en utilisant le Lemme 3.2.7, la dernière
intégrale peut être majorée par
Z

f (z) dz ≤ πR × kf k|z|=R ,Im(z)>0


∂D(0,R)∩{Im(z)>0}
πR
≤ = oR→∞ (1) .
R2 − 1
D’où,

eiax e−a
Z
2
dx = .
−∞ 1 + x 2i
Pour a < 0 on intègre sur le demi-disque situé sous l’axe réel (on pourra alors majorer
a
|f (z)| de la même façon), et on obtient e2i pour la valeur de l’intégrale (cette fois-ci −i est
le seul pôle dans le contour).

2
Le “Pacman”
Exercice 5.
a) Montrer que pour tout α ∈]0, 1[ (réel), la fonction
1
gα (z) =
z α (1+ z)

définit une fonction méromorphe sur

C\ {z ∈ C : Im(z) = 0 et Ré(z) ≥ 0}

(on pensera à bien définir la fonction puissance)


b) Quel(s) sont le(s) pôle(s) de gα ? Calculer les résidus associés.
c) Soient , R vérifiant 0 <  < 1 < R, notons K,R le compact délimité√ par le demi-
+ −
cercle C = {|z| = , Ré(z) ≤ 0}, les deux segments I,R = [i, i + R2 − 2 ], I,R =
√ iθ
[−i, −i +  2 2
R −  ] et l’arc
√  de cercle Γ,R = {Re ; θ ∈R [−π, π] , |θ| ≥ θ,R } où
2 2
θ,R = arctan / R −  . Tracer ce contour. Que vaut ∂K,R gα (z)dz ?
R R
d) Que vaut lim→0 C gα (z)dz ? Que vaut, à R fixé, lim→0 Γ,R gα (z)dz ?
e) Donner les limites à t fixé, lorsque  tend vers 0 de (t + i)α et de (t − i)α (on fera
attention à l’argument) En déduire, à l’aide du théorème de convergence dominée,
que pour tout R > 1
Z Z R
dt
lim gα (z)dz =
→0 I +
,R 0 tα (1 + t)
Z Z R
dt
lim gα (z)dz = e−2iπα
→0 I −
,R 0 tα (1+ t)

f) Conclure que Z ∞
dt π
=
0 tα (1+ t) sin(πα)

3
Figure 1 – Solution de l’exercice .