Vous êtes sur la page 1sur 3

1

U niversité Dji``a`i Liabès de S idi-B e`-Abbès. 1ère Année L.M.D.


F acu`té des S ciences de `'I ngénieur. S ciences & T echniques
Math1 (Algèbre): T .D. N o 1 C hapitres N o 1, 2 et 3.
_
E léments de Logique,
E léments de la T héorie des E nsembles
S tructure de G roupe

Exercice 1 Soient P et Q deux propositions logiques.


Donner les tables de vérités des propositions suivantes: P ∧ Q, P ∨ Q, P ∧ Q, P ∨ Q,
P ∧ Q, P ∨ Q. .
Vérier les relation De Morgan:
 P ∧ Q ⇐⇒ P ∨ Q
 P ∨ Q ⇐⇒ P ∧ Q,

Exercice 2 Soient P et Q deux propositions logiques. On dénit l'implication de Q par P , la


proposition logique (P =⇒ Q) qui est fausse si : P est vraie et Q est fausse. On dit que P
implique Q.
Comparez les propositions logiques (P =⇒ Q) et Q ∨ P , en donnant leurs tables de vérités.
Déduire que (P ⇒ Q) ⇐⇒ (Q ⇒ P ) et P ⇒ Q ⇐⇒ P ∧ Q.
Etant
 donnée R une troisième
 proposition logique, montrer que:
a: (P ⇒ Q) ∧ (Q ⇒ R) ⇒ (P ⇒ R)
 
b : (P ∨ Q =⇒ P ∨ R) ∧ (P ∧ Q =⇒ P ∧ R) ⇐⇒ (Q =⇒ R).

Exercice 3 Donner la négation des propositions suivantes:

[∀x,P ] [∃x,P ] [∀x,∃y,P ] [∃x,∀y,P ] [∀x,P ∨ Q]

[∀x,∃y,(P ⇒ Q)] [∀x,∀y,(P ⇒ Q)] [∃x,∀y,(P ⇒ Q)].


Donner la contraposée des trois dernières propositions.
Montrer sur un exemple que les propositions logiques [∀x,∃y,P ] et [∃y,∀x,P ] ne sont pas
logiquement équivalentes.

Exercice 4 On donne: A = {0,1,2}, B = ∅, C = {0,{0}}, déterminer:


 
P(A) P P P(B) P(P(C)) P(A) ∩ P(B).

Exercice 5 Soit E un ensemble, A et B deux sous-ensembles de E, montrer que

A ⊂ B ⇐⇒ {E B ⊂ {E A, {E A ∪ B = {E A ∩ {E B, {E A ∩ B = {E A ∪ {E B.
2

Exercice 6 Soit f une application de E dans F, A et B deux sous-ensembles de E , M et N


deux sous-ensembles de F , montrer que:
1. M ⊂ N ⇒ f −1 (M ) ⊂ f −1 (N ) 10 . A ⊂ B ⇒ f (A) ⊂ f (B)
2. f −1 (M ∩ N ) = f −1 (M ) ∩ f −1 (N ) 20 . f (A ∩ B) ⊂ f (A) ∩ f (B)
−1 −1 −1
3. f (M ∪ N ) = f (M ) ∪ f (N ) 30 . f (A ∪ B) = f (A) ∪ f (B)
4. A ⊂ f −1 (f (A)) 40 . f (f −1 (M )) ⊂ M
5. f −1 ({F M ) = {E f −1 (M ) 50 . f ({E A) et {F f (A) sont incomparables.
Montrer que:

f : surjective ⇐⇒ f (f −1 (M )) = M pour tout M dans F.


f : injective ⇐⇒ f −1 (f (A)) = A pour tout A dans E.

Exercice 7 Soit f une application de E dans F, on donne A et B deux sous-ensembles de


E . Montrer que f (A ∩ B) = f (A) ∩ f (B) si et seulement si f est injective.
Montrer que si f est bijective alors, f ({E A) = {F f (A).

Exercice 8 f ayant pour ensemble de départ A et g ayant pour ensemble de départ B ,


déterminer les conditions nécessaires et susantes vériées par A, B, f (A) et g(B) pour que
les applications f ◦ g et g ◦ f existent simultanément.

Exercice 9 Soit deux applications; f : E −→ F et g : F −→ G, montrer que:


Si f et g sont injectives, alors g ◦ f est injective.
Si f et g sont surjectives, alors g ◦ f est surjective.
Si f et g sont bijectives, alors g ◦ f est bijective; et on a : (g ◦ f )−1 = f −1 ◦ g −1 .

Exercice 10 Soit deux applications; f : E −→ F et g : F −→ G, montrer que:


Si g ◦ f est injective, alors f est injective.
Si g ◦ f est surjective, alors g est surjective.
Si g ◦ f est bijective, alors f est injective, et g est surjective.

Exercice 11 Soit deux applications; f : E −→ F et g : F −→ E, que peut-on en conclure si


f ◦ g et g ◦ f sont bijectives?

Exercice 12 Soit f une application de E dans E telle que f ◦ f est l'identité; montrer
qu'alors f est bijective.

Exercice 13 f étant une application de E dans E démontrer l'équivalence suivante:


(f bijective et f = f −1 ) ⇐⇒ (f ◦ f = IdE ); f est dite involutive .
Parmi les applications suivantes chercher celles qui sont involutives:
1o −−E = IR f (x) = ax + b .
ax + b
2o E = IR − {a/c, − d/c} f (x) = et c 6= 0.
cx + d

Exercice 14 Soit deux applications; f : E −→ F et g : F −→ G, montrer que:


a) si g ◦ f est injective et f surjective alors g est injective.
b) si g ◦ f est surjective et g injective alors f est surjective.
3

Exercice 15 Montrer que les applications suivantes sont bijectives et donner leurs applica-
tions réciproques.
f : IR\{−2} −→ IR\{2} g : IR\{−3/2} −→ IR\{3/2}
2x + 12 3x − 2
x −→ x −→
x+2 2x + 3
Exercice 16 Soient T une loi associative sur un ensemble E , a un élément de E ; quels que
soient x ∈ E, y ∈ E , on pose x✰y = xTaTy ; montrer que la loi ✰ est associative.
Exercice 17 Montrer que dans IR∗ , l'opération ◦ dénie par x◦y = x|y| est interne, associative,
possède un élément neutre à droite et tout élément possède un symétrique à gauche, mais que
(IR∗ ,◦) n'est pas un groupe.
Exercice 18 Montrer que dans IR+ , l' opération ? dénie par x ? y = |x − y| est interne,
commutative, possède un élément neutre et tout élément possède un unique symétrique, mais
que (IR+ ,?) n'est pas un groupe.
Exercice 19 Trouver tous les groupes à un seul élément, à deux éléments, à trois éléments.
Exercice 20 Dans E =] − 1,1[ on dénit la loi (?) par:
a+b
∀a,b ∈ E a?b=
1 + ab
Montrer que (E,?). est un groupe abélien.
Exercice 21 Dans IR − {2}, on dénit la loi interne (?) par:

∀a,b ∈ IR a ? b = 2a + 2b − ab − 2

Montrer que (IR − {2},?) est un groupe abélien.


Exercice 22 Soit G un groupe noté multiplicativement et tel que

∀a ∈ G , ∀b ∈ G , (ab)2 = a2 b2 ,

Montrer que ce groupe est abélien.


Exercice 23 n ∈ IN, montrer que (nZ,+) est un sous-groupe de (Z,+). (Ce sont les seuls
sous-groupes de (Z,+)). Soit G un groupe, montrer que toute intersection de sous-groupes de
G est un sous groupe de G. Montrer que la réunion de deux sous-groupes n'est pas en général
un sous-groupe.( utiliser des sous-groupes de: G = (Z,+) ).
Soit m,n deux entiers naturels donnés, identier le sous-groupe nZ∩mZ. Dans quel cas nZ∪mZ
est un sous groupe de (Z,+)?
Reconnaître parmi les sous-ensembles suivants, les sous-groupes et les expliciter:
20Z ∩ 45Z 3Z ∪ 12Z 15Z ∪ 10Z 8Z ∪ 4Z 15Z ∩ 21Z ∩ 27Z 7Z ∩ 11Z ∩ 13Z.
Exercice 24 Soit G un groupe, montrer que l'application x 7−→ x2 de G dans G est un homo-
morphisme si et seulement si G est commutatif.