Vous êtes sur la page 1sur 14

LEAN SIX SIGMA

ET LEUR
APPLICATION

2019 / 2020
I. TABLE DES MATIERES
II. Introduction ................................................................................................................................ 1

III. Méthodologie de Lean six sigma .................................................................................................. 2

IV. Démarche six sigma (DMAIC) ....................................................................................................... 3

1. Les phases du DMAIC ............................................................................................................... 3

A. DEFINE/ DEFINIR ................................................................................................................ 4

B. Mesurer / Measure : transformer la situation pratique en une situation statistique .......... 4

V. Les outils utilisés.......................................................................................................................... 6

1. Diagramme PARETO ................................................................................................................. 6

2. La capabilité d’un processus ..................................................................................................... 7

3. Le plan AMDEC ......................................................................................................................... 8

4. Les 5s ....................................................................................................................................... 9

5. Le diagramme des 5M ............................................................................................................. 9

VI. Les avantages du Six Sigma ........................................................................................................ 10

VII. Conclusion .............................................................................................................................. 11

LIST DES FIGURES


Figure 1 approche six sigma ................................................................................................................ 2
Figure 2 Les démarche de Six sigma .................................................................................................... 4
Figure 3 Diagramme de Pareto (exemple) ........................................................................................... 7
Figure 4 Les indices de capabilite Cp Cpk ............................................................................................. 8
Figure 5 Diagramme ISHIKAWA ......................................................................................................... 10
LEAN SIX SIGMA
I. INTRODUCTION
Qu’est-ce que le Lean

Le Lean est une approche systématique pour réduire ou éliminer les activités qui n'ajoutent pas de
valeur au processus. La méthode Lean garantit une qualité élevée et la satisfaction du client.
Il s'agit d'une approche sans fin de l'élimination des déchets, favorisant ainsi une chaîne continue
d'améliorations.

Historique de Six SEGMA

Les bases de la démarche trouvent leurs origines dans les années 20 avec les travaux de Walter
Shewhart sur les méthodes de contrôle statistique de la qualité dans les fabrications industrielles de
grande série. Crosby, Juran et surtout Deming apportent ensuite une nouvelle dimension scientifique
et mathématique à la production avec l’introduction massive des statistiques dans le monde des
ateliers de production. Ce sont aussi les travaux de Deming qui vont être à l’origine de la démarche
TQM1, une approche de management de la qualité où l’implication du personnel est
prépondérante. Enfin en 1986, Bill Smith introduit le terme de 6 sigma comme réponse à un objectif
de production « sans défaut ».
La philosophie Six Sigma va ensuite se développer et se perfectionner dans les années 90 sous la
houlette de grandes sociétés américaines, avec en tête de proue General Electric.

La méthode vise quant à diminuer la variabilité des processus afin de les fiabiliser, les
rendre stables et prévisibles, s’assurer de la reproductibilité « parfaite » du processus
pour tendre vers le zéro défaut et la satisfaction du client :

« Le Lean Six Sigma est l’alliance des deux concepts qui relient les notions de productivité (le Lean)
et de qualité (le Six Sigma). »

1
Management par la qualité totale : l'effort d'une entreprise visant à obtenir la meilleure qualité possible.

Page 1 sur 14
II. METHODOLOGIE DE LEAN SIX SIGMA

Figure 1 approche six sigma [8]

Dans le domaine des statistiques, la lettre sigma est le symbole utilisé afin de définir l’écart type.
Lorsqu’une entreprise souhaite analyser le taux de produits « viables » par rapport à des produits «
non-viables », elle peut se servir de cet outil en fonction de ses propres critères de tolérance grâce à
un nombre prédéterminé de sigmas, créant ainsi une échelle de tolérance permettant de confirmer si
un service, une pièce ou un produit convient bien aux critères préétablis. Le niveau 6 Sigma est loin
d’être un objectif évident à atteindre. En effet, pour qu’une entreprise atteigne les objectifs du 6
Sigma, il ne faut pas plus de 3,4 défauts pour 1 million de services ou d’articles produits, soit
l’équivalent d’un taux de succès supérieur à 99,99 % ! Pour certaines entreprises, il s’agit donc d’un
chiffre difficilement envisageable, cependant le 6 Sigma leur permet tout de même de viser de
meilleurs résultats et une meilleure efficacité au niveau de leurs processus.

L'objectif de Six Sigma est de rendre un processus efficace avec - 99,99996% sans défaut. Cela signifie
qu'un processus à six sigma produit en 3,4 défauts par million d'opportunités ou moins en
conséquence.

Page 2 sur 14
Table 1 Taux de défaillance a diffèrent niveaux de sigma [1]

III. DEMARCHE SIX SIGMA (DMAIC)


Le DMAIC est la méthode de résolution de problème qui permet de réaliser les objectifs du Lean Six
Sigma .
Il s’agit d’une méthode d’investigation expérimentale, analytique et scientifique exécutée en mode
projet. [2]

1. Les phases du DMAIC


DMAIC est un acronyme qui signifie définir, mesurer, analyser, améliorer et contrôler. Il représente
les cinq phases qui composent le processus, y compris les outils à utiliser pour terminer les phases
illustrées

Page 3 sur 14
Figure 2 Les démarche de Six sigma

A. DEFINE/ DEFINIR
Cette phase consiste à définir le projet, son étendue, ses gains opérationnels et financiers souhaités,
l’équipe projet, le planning. Ces informations constituent la charte projet validée par le sponsor, le
responsable du processus et le contrôleur de gestion. La VOC (Voice of Customer) permet de définir
et de quantifier les attentes des clients : on appellera ces valeurs les « Yi », données de sortie du
processus à améliorer (spécifications produits, délais de réalisation du processus, d’un service, TRS,
fiabilité etc.). Le SIPOC (Supplier, Input, Processus, Output, Customer), permet de délimiter le
processus. Dans cette phase les données de sortie appelées les « Yi » sont définies et objectivées. Les
« Xi », paramètres dits influents du processus sont identifiés par un brainstorming avec les
opérateurs qui réalisent un logigramme détaillé du processus.

B. MESURER / MEASURE : TRANSFORMER LA SITUATION PRATIQUE EN UNE


SITUATION STATISTIQUE
Cette phase consiste à réaliser les mesures en simultané des « Yi » et des « Xi » dits influents du
processus. Les définitions opérationnelles et les capabilités des processus de mesure ont été
réalisées avant les campagnes de mesure avec des méthodes de type R&R, CMC ou Kappa. La fin de
la phase M consiste à calculer les capabilités du processus et à vérifier la loi de distribution des
données (Normale, Binomiale, etc.) [2]

Page 4 sur 14
C. ANALYSER / ANALYSE : DEFINIR DES SOLUTIONS STATISTIQUES
Cette phase consiste à valider par l’analyse des données les facteurs influents du processus (« Xi »)
en partant des dires des « experts » de la phase D. Les outils utilisés sont plus ou moins sophistiqués
et comprennent des analyses statistiques réalisées par des logiciels tel que Mini tab 2: corrélations,
tests d’hypothèses, etc. Il ne faut pas réduire le projet à une analyse statistique de haut niveau. La
confirmation des causes par les « experts » reste cruciale. Cette analyse sera facilitée par l’utilisation
de ces logiciels et la vulgarisation par des formateurs qualifiés. Les principaux outils utilisés non
statistiques sont les 5M, 5P3 etc.

D. AMELIORER / IMPROVE : PASSER DES SOLUTIONS STATISTIQUES A DES


SOLUTIONS PRATIQUES
Cette phase consiste à générer puis à sélectionner des solutions pour améliorer et maîtriser les Xi les
plus influents. Les outils de créativité incluant des matrices de sélection multicritères ainsi que des
outils d’analyse de risques tels que l’AMDEC sont fréquemment utilisés par les acteurs du processus.
Dans certains cas des outils statistiques comme les plans d’expériences peuvent être utilisés. Dans
cette phase I des « pilotes » sont souvent réalisés pour valider le nouveau processus ou les
modifications envisagées. La mise à jour de la documentation du processus et la formation du
personnel sont des éléments essentiels de cette phase pour assurer une reproductibilité des bonnes
pratiques et pérenniser les acquis. [3]

E. CONTROL :
Cette phase permet de s’assurer que les innovations et les améliorations sont implantées
correctement. Il est important de s’assurer qu’un système de suivi soit en mis en place afin de
toujours être au fait de l’évolution des nouvelles méthodes et d’effectuer des corrections si
nécessaires. Les données obtenues au cours de la seconde phase de « Mesure » peuvent
également servir afin de comparer les nouveaux résultats obtenus et ainsi déterminer
si les solutions implémentées sont réellement efficaces. De plus, trop souvent, de
nouvelles méthodes sont implémentées mais quelques semaines ou quelques mois
plus tard, on observe un retour à la situation initiale par manque de suivi et de
contrôle

2
Software de plan d’expérience (DOE).
3
Method de 5 pour quoi.

Page 5 sur 14
IV. LES OUTILS UTILISES
Pour réussir à améliorer la qualité et à inscrire durablement son entreprise dans une réelle
dynamique d'amélioration continue, ne peut pas être le fruit du hasard. Cela passe par :

• L’utilisation de méthodes et outils de la qualité adaptés à la situation et à l'objectif recherché,


• La mobilisation des hommes et des femmes de l'entreprise.

Pour chaque situation, il existe un ou plusieurs outils de la qualité facilitant l'atteinte des objectifs car
ils apportent des méthodologies éprouvées, et permettent de "canaliser" les efforts de tous afin
d'éviter toute dispersion contre-productive. Cela est d'autant plus

Important qu'il faut souvent travailler ensemble car tous les processus et activités de l'entreprise
sont interdépendants.

1. Diagramme PARETO
Pareto était un économiste italien du 17ème siècle qui avait remarqué que 80% des sommes payées
au titre des impôts étaient données par 20% des contribuables. Cette proportion de relation entre
causes et effets se rencontre fréquemment dans de nombreuses autres observations. Le diagramme
de Pareto est un outil qualité d'analyse, d'aide à la décision, mais aussi de communication. Il permet
de mettre en évidence la loi des « 80/20 », c'est-à-dire que 20% des causes provoquent 80% des
effets, et donc qu'une grande partie du problème peut être résolue en traitant un nombre limité de
causes. Le diagramme de Pareto permet de déterminer les priorités d'actions [4]

Page 6 sur 14
Figure 3 Diagramme de Pare to (exemple )

2. La capabilité d’un processus


La capacité du processus est définie comme une mesure statistique de la variabilité inhérente au
processus d'une caractéristique donnée. Vous pouvez utiliser une étude de capacité de processus
pour évaluer la capacité d'un processus à répondre aux spécifications.

Au cours d'une initiative d'amélioration de la qualité, comme Six Sigma, une estimation de la capacité
est généralement obtenue au début et à la fin de l'étude pour refléter le niveau d'amélioration qui
s'est produit.

Plusieurs estimations de capacité sont largement utilisées, notamment:

 La capacité potentielle (C p) et la capacité réelle pendant la production (C pk) sont des estimations
de capacité de processus. C p et C pk montrent à quel point un processus est capable de respecter
ses limites de spécification, utilisé avec des données continues. Ce sont des outils précieux pour
évaluer la capacité initiale et continue des pièces et des processus.

"Sigma" est une estimation de capacité généralement utilisée avec des données d’attribut 4 .

4
C’est-à-dire avec des taux de défauts

Page 7 sur 14
De telles estimations de capacité reflètent essentiellement le taux de non-conformité d'un processus
en exprimant cette performance sous la forme d'un nombre unique. Cela implique généralement de
calculer un certain rapport entre les limites de spécification et la propagation du processus.

Figure 4 Les indices de capabilités Cp Cpk

3. Le plan AMDEC5
Une méthode d’analyse prévisionnelle de la fiabilité qui permet de recenser les modes de
défaillances potentielles dont les conséquences affectent le bon fonctionnement du moyen de
production, de l’équipement ou du processus étudié, puis d’estimer les risques liés à l’apparition de
ces défaillances, afin d’engager les actions correctives ou préventives à apporter lors de la
conception, de la réalisation ou de l’exploitation du moyen de production, du produit ou du
processus. Il s’agit d’une technique d’analyse exhaustive et rigoureuse de travail en groupe. L’AMDEC
peut s’appliquer à tous les systèmes risquant de ne pas tenir les objectifs de
fiabilité, maintenabilité, qualité du produit fabriqué et/ou de sécurité.

On différencie plusieurs types d’AMDEC :

• L’AMDEC PRODUIT : Elle sert à assurer la fiabilité d’un produit en améliorant sa conception.

5
Analyse des Modes de Défaillance

Page 8 sur 14
• L’AMDEC PROCESSUS : Assure la qualité d’un produit en améliorant les opérations de production de
celui-ci.
• L’AMDEC MOYEN DE PRODUCTION : Elle assure la disponibilité et la sécurité d’un moyen de
production en améliorant sa maintenance. [5]

4. Les 5s
5S est défini comme une méthodologie qui aboutit à un lieu de travail propre, épuré, sûr et bien
organisé pour réduire les déchets et optimiser la productivité. Il est conçu pour aider à créer un
environnement de travail de qualité, à la fois physiquement et mentalement. La condition 5S d'une
zone de travail est critique pour les employés et est la base des premières impressions des
clients. L'outil de qualité 5S est dérivé de cinq termes japonais commençant par la lettre « S » utilisée
pour créer un lieu de travail adapté au contrôle visuel et à la production allégée.

L'outil de qualité 5S est dérivé de cinq termes japonais commençant par la lettre "S" utilisée pour
créer un lieu de travail adapté au contrôle visuel et à la production allégée. Les piliers de 5S sont
simples à apprendre et importants à mettre en œuvre:

• Seiri: pour séparer les outils, pièces et instructions nécessaires des matériaux inutiles et supprimer
ceux qui ne sont pas nécessaires.
• Seiton: Pour organiser et identifier soigneusement les pièces et les outils pour en faciliter l'utilisation.
• Seiso: pour mener une campagne de nettoyage.
• Seiketsu: Pour effectuer quotidiennement le seiri, le seiton et le seiso afin de maintenir un lieu de
travail en parfait état.
• Shitsuke: Pour prendre l'habitude de toujours suivre les quatre premiers S. [6]

5. Le diagramme des 5M 6

Méthode permettant de présenter d'une façon claire toutes les causes qui produisent (ou peuvent
produire) un effet donné en les classant en différentes familles.

Le nom « 5M » vient de l'initiale de chaque nom de famille utilisée : Main-d'œuvre, Matière,


Méthode, Milieu, Matériel. Cette méthode permet d'aboutir à une vision commune et non
hiérarchisée des causes génératrices de l'effet observé.

6
Diagramme de causes/effets ou d'Hishikawa

Page 9 sur 14
Figure 5 Diagramme ISHIKAWA

V. LES AVANTAGES DU SIX SIGMA


La méthode Lean Six Sigma permet la réalisation de gains financiers mais surtout de gains
immatériels comme l’amélioration de l’implication et la motivation des employés, l’image de
marque, la fidélisation du client, la confiance des actionnaires.

Chaque jour, les entreprises sont confrontées à l’augmentation des coûts et de la concurrence. Le
Lean Six Sigma vous aide à surmonter ces problèmes et à améliorer la performance de votre
entreprise de plusieurs façons :

En terme de performance pour votre entreprise :

• Hausse du bénéfice : Le Lean Six Sigma permet la rationalisation de vos processus, vous produisez
des produits de qualité sans augmenter les coûts, les ressources ou le temps.
• Réduction des coûts : L’amélioration de vos processus permet de réduire vos dépenses en éliminant
les tâches qui ne produisent pas de valeur ajoutée et en traitant les différents problèmes.
• Amélioration de l’efficacité et du rendement : Le Lean Six Sigma permet à vos équipes d’être plus
efficaces en délivrant un produit satisfaisant du premier coup.
• Sentiment d’appartenance et de responsabilité : intégrer le Lean Six Sigma au sein de votre équipe
leur permettra de développer un sentiment de confiance et d’appartenance et votre équipe sera plus
motivée par ses nouvelles responsabilités. [7]

Page 10 sur 14
VI. CONCLUSION
Six Sigma est donc une méthode qualité qui a fait ses preuves. A l’origine tournée vers
l’industrie, cette méthode est si flexible qu'on peut l'utiliser pour gérer n'importe quel projet. La
démarche DMAIC est l'outil adapté à l’amélioration et convient parfaitement pour optimiser tous les
procès afin de satisfaire le client. D'autres méthodes existent comme LEAN et TQM et peuvent être
utilisés en complément de Six Sigma.

Page 11 sur 14
INDEX

« 80/20 », 5 Le SIPOC, 4
3,4 défauts pour 1 million, 2 Lean, 1
C p, 6 Seiketsu, 8
C pk, 6 Seiri, 8
DMAIC, 3 Seiso, 8
L’AMDEC, 7 Seiton, 8
La VOC, 3 Shitsuke, 8

BIBLIOGRAPHIE

[1] Motorola , Inc aux USA, "http://www-igm.univ-mlv.fr/~dr/XPOSE2002/6sigma," [Online].

[2] WIKIPEDIA, «WIKIPEDIA.ORG,» [En ligne].

[3] XL GROUPE , «mailto:contact@xl-groupe.com,» [En ligne].

[4] l. s. s. france, «https://leansixsigmafrance.com,» [En ligne].

[5] axess-qualite , france, «www.axess-qualite.fr,» [En ligne].

[6] J. CICERO, 2014.

[7] Ouati.com, «http://www.ouati.com/les_cinqs.html,» [En ligne].

[8] Kostango , «https://kostango.com,» 2019. [En ligne].

[9] l. s. s. afrance, «https://leansixsigmafrance.com/blog/quest-ce-que-le-six-sigma-definition-


chapitre-5-0-le-six-sigma/,» [En ligne]. Available: https://leansixsigmafrance.com/blog/quest-ce-
que-le-six-sigma-definition-chapitre-5-0-le-six-sigma/.

Page 12 sur 14