Vous êtes sur la page 1sur 24

Cours : BAEL

(Béton Armé aux Etas Limites)


I. Introduction :
Le béton armé peut être défini comme une structure composite de deux matériaux : béton et acier.
Le béton présente des résistances à la compression assez élevées, de l’ordre de 25 à 40MPa, mais sa résistance à la
traction est faible, de l’ordre de 1/10 de sa résistance en compression.
L’acier présente une très bonne résistance à la traction (et aussi à la compression pour des élancements faibles), de
l’ordre de 500MPa, mais si aucun traitement n’est réalisé, il subit les effets de la corrosion.
Pour pallier à la faible résistance du béton en traction et à sa fragilité, on lui associe des armatures en acier : c’est le
béton armé.

II. Eléments de construction :


b
1) Poteaux :
a
- c’est un élément porteur vertical.
- Les dimensions (a, b et l) sont proportionnelle entre elles.

2) Voile :
- c’est un élément porteur vertical.
l
e

3) Poutre :
- c’est un élément porteur horizontal.
- Les dimensions (a, b et l) sont proportionnelle entre elles.
Porté l Largeur b

Hauteur h
Hauteur h

Section longitudinale
Section transversale
Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

III. Notions d’états Limites:


On appelle état limite, un état particulier au delà duquel l’ouvrage ou un de ses
éléments ne satisfait plus aux conditions pour lesquelles il a été construit.
C’est un état qui satisfait strictement aux conditions (stabilité, la résistance,
déformations non nuisibles) sous l’effet des actions (force, moments, couples)
On distingue :

 Les états limites ultimes (E .L.U) : Ils correspondent à la valeur maximale de la capacité
portante, dont le dépassement équivaut à la ruine de la structure.
 Limite de l’équilibre statique :
(pas de renversement, pas de glissement).
 Limite de la résistance de chacun des matériaux :
(pas de rupture de sections critiques de la structure)
 Limite de la stabilité de forme :
(pas de flambement)

 Les états limites de service (E.L.S) : Ils concernent les conditions de bon
fonctionnement, d’utilisation et de durabilité des ouvrages.
 Limite de compression du béton :
(contrainte de compression bornée par le règlement B.A.E.L).
 Limite de déformation :
(limitation des flèches).
 Limite d’ouverture des fissures :
(pour éviter la corrosion trop rapide des aciers).

IV. Actions – sollicitations - combinaisons:


1. Actions :
On appelle action, les forces et les couples dues aux charges appliquées et aux
déformations imposées à une construction.
On distingue :
a) les actions permanentes :
Elles sont notés G et ont une intensité constante ou très peu variable dans le temps. Elles
comprennent :
- Le poids propre de la structure
- Les actions permanentes : (poids des cloisons, revêtements du sol, poids des machines
etc.….. )
- Les poussées des terres ou les pressions des liquides pour les murs de soutènement ou
les réservoirs.

b) les actions variables :


Elles sont notées Q et ont une intensité qui varie de façon importante dan le temps.
Elles comprennent :
- les charges d’exploitation : charges dues aux poids des utilisateurs ou des matériels
utilisés.
- Les charges climatiques : charges dues au vent et à la neige.
- Les effets dus à la température : efforts dus à la dilatation.

a) Actions accidentelles :
elles se produisent rarement et de façon instantanée.
ISTP Marrakech ------- année 2017-2018
Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Ex : les séismes, les chocs de véhicules ou bateaux.

2. Sollicitations :
Les sollicitations sont calculées à partir des valeurs de calcul des actions, en utilisant les
procédés de la Résistance des Matériaux (RDM).
Les sollicitations sont alors :
 N : effort normal.
 T/V : effort tranchant.
 Mf : moment fléchissant.
 Mt : moment de torsion.
3. Combinaisons d’actions :
 Cas des poteaux :
Dans les cas les plus courants (poteaux de bâtiment), l’unique combinaison d’actions à
considérer est : (ELU)

1,35G+1,50Q

 Cas des fondations, planchers et poutres

E.L.U E.L.S
1,35G+1,50Q G+Q

V. Matériaux :
1) Le béton :
a. Résistance caractéristique du béton à la compression :
Le béton est défini, au point de vue mécanique, par sa résistance à la compression à 28j.
Cette résistance caractéristique du béton est mesurée par compression sur des cylindres de
200cm² de section : 16cm de diamètre et 32cm de hauteur. (Schéma)
- Rj : charge en newton (N) juste avant celle provoquant la première fissuration
appliquée sur l’éprouvette au jour j.
- A : c’est l’aire de la section transversale de l’éprouvette. Ri
- σ j : contrainte normale de compression au jour j (σ j = Rj/A)
A partir d’une courbe contrainte-déformation d’un essai de compression
(Figure), on peut tirer :
- la contrainte maximale σmax =entre 20 et 40MPa,
- la déformation maximale à la rupture = 2 ‰ = 2 10-3 .
En pratique, comme le nombre d’essais réalisés ne permet pas un traitement
statistique suffisant, on adopte la relation simplifiée suivante :
fcj = σ j /1.15
où σ j est la valeur moyenne des résistances obtenues sur l’ensemble des essais réalisés ; et 1.15 est un
coefficient de sécurité. On utilise le plus souvent la valeur à 28 jours de maturité : fc28.

σ(MPa)
30

20

10

ε‰
1 2

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

b. Résistance caractéristique du béton à la traction :


La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours, notée ftj , est
conventionnellement définie par la relation :

ftj = 0.6 + 0.06 fcj


Dans laquelle ftj et fcj sont exprimés en MPa (ou N/mm²). Cette formule est valable
pour les valeurs de fcj 60 MPa.

c. Modules de déformation longitudinale:


On distingue les module de Young instantané Eij et différé Evj . Le module instantané
est utilisé pour les calculs sous chargement instantané de durée inférieure à 24
heures. Pour des chargements de longue durée (cas courant), on utilisera le module
différé, il dépend de la résistance caractéristique à la compression du béton :

Evj = 3 700fcj 1/3 si fc28 <= 60MPa (A.2.1,2)

2) L’acier :
a. Module d’élasticité longitudinale :
L’acier est défini, au point de vue mécanique, par sa limite d’élasticité et son module
d’élasticité longitudinal « Es » (module d’Young). En effet, lorsqu’on exerce un effort de
traction F sur l’éprouvette on produit dans la partie centrale un champ de contraintes de
traction simple, considérée comme uniforme.
La contrainte sera donc σ = F/S.
On mesure l’allongement ∆l/l0 = ε
En reportant les résultats de l’essai sur un graphique, L0
On obtient la courbe suivante :
 Tant que σ reste inférieure à la limite d’élasticité « σ e », on reste dans le
domaine élastique : σ = K.ε, soit K = cte= Es (module d’Young). Il est
estimé à Es=200 000MPa.
 Pour σ > σ r : sans augmenter σ l’éprouvette continue à s’allonger.

σ(MPa)
σr

σe
rupture
Zone Zone
élastique plastique
ε

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

VI. L’adhérence acier-béton


Comme nous venons de le voir, le comportement de l’acier est tr`es bien connu et celui du béton est bien connu. Le
béton armé étant une structure composite - béton et acier - il est nécessaire de bien connaitre aussi le comportement de
l’interface entre les deux matériaux. L’objectif de l’´etude est :
- de bien connaitre les différents paramètres qui influencent le comportement de l’interface (fc28 , HA, rond lisse, ?),
- de justifier une des hypothèses importantes des calculs en béton armé, `a savoir qu’il n’y a pas de glissement des
barres d’acier.
1. Aspect expérimental
L’adhérence de l’acier et du béton peut être mesurée sur un essai d’arrachement. Ces essais permettent de mettre en
évidence l’influence :
- de la longueur ancrée,
- du type d’acier (HA et rond lisse),
- de la qualité du béton,
- et de déterminer la valeur de la contrainte d’adhérence en fonction des conditions de l’essai.

La longueur d’ancrage sera donc la longueur nécessaire pour équilibrer l’effort axial exercé sur la barre.
2. Approche théorique
L’action du béton sur la barre peut-être remplacée par une contrainte normale et une contrainte tangentielle
(adhérence). Si par ailleurs on suppose que cette contrainte d’adhérence τs est constante le long de la barre, on obtient
la modélisation présentée sur la Figure. S’il n’y a pas de glissement, l’équilibre selon x conduit `a l’équation :
Fext = τs u lAB,
où u est le périmètre utile de la barre et lAB la longueur de l’ancrage.

3. Ancrage rectiligne ls
On définit la longueur de scellement droit ls comme la longueur `à mettre en œuvre pour avoir un bon ancrage droit. Le
bon ancrage étant un ancrage pour lequel le glissement a lieu au moment où le comportement de la barre entre dans le
domaine plastique, on a : Fext = As fe au moment où la barre commence à glisser. En notant que lAB = ls, u = π Ø et
As = π ز /4, on obtient :
ls = Ø fe / 4 τs

Dans la pratique les calculs d’ancrage sont réalisés `a l’ELU et la valeur de la contrainte d’adhérence est donnée de
façon forfaitaire (A.6.1,21) par : τsu = 0,6ψ²sftj ,
Où le coefficient de scellement ψs vaut 1 pour des ronds lisses et 1,5 pour des aciers HA. On retiendra que la longueur
de scellement droit ls dépend du type d’acier (via fe et ψs) et de la qualité du béton (via ftj ).
Le BAEL propose d’adopter les valeurs forfaitaires suivantes (A.6.1,22) :
40Ø pour un HA feE400
ls ={
50Ø pour un HA feE500 ou rond lisse
Exemple : fc28 = 25 , 30 , 35MPa ; trouver ls/Ø

4. Ancrage courbe
Par manque de place, comme aux appuis de rives par exemple, on est obligé d’avoir recourt `à des ancrages courbes
afin de diminuer la longueur d’encombrement de l’ancrage.
La longueur ls est souvent trop importante par rapport à ce que l'on dispose pour cela, dans ce cas on utilise les
ancrages courbes.
Un ancrage courbe est compos´e de deux parties droites AB et CD de longueurs
¹ et ¸, respectivement, et d’une partie courbe BC de rayon de courbure
R et d’angle µ

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Les cadres, épingles et étriers : Pour les cadres, étriers et épingles, les rayons
de courbures r sont :
r > 2 Ø pour un rond lisse de diamètre Ø
r > 3 Ø pour un HA de diamètre Ø
La Figure 13 permet de calculer les longueurs développées des cadres, étriers et épingles en acier `a haute
adhérence, définis `a partir de leurs cotes d’encombrement a et b.

B- Connaître le règlement et les méthodes de calculs


du béton armé

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

CARACTERISTIQUES MECANIQUES
DES BETONS ET ACIERS

I. Les bétons :
a) Résistance caractéristique à la compression à j jours :

Dans les cas courants, le béton est défini au point de vue mécanique par sa résistance à la
compression à 28 jours d’âge. (fc 28)
Cette résistance est mesurée sur des cylindres droits de révolution de 200 cm² de section
( =16 cm) et ayant une hauteur double de leur diamètre (h =32cm)
Ex : fc28 = 30 MPa
16

32
Eprouvette cylindrique en
béton

b) Résistance caractéristique à la traction à j jours :

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours est déduite de celle à la compression par
la relation :

ftj = 0.6 + 0.06 fcj

Ex : fc28 = 30 MPa (ftj et fcj exprimées en MPa)


ft28 = 0.6 + 0.06 (30) = 2.4 Mpa

II. Les aciers :

Contrairement au béton, l’acier travaille mieux à la traction qu’à la compression.


Les aciers utilisés en armatures de béton armé sont désignés par :
 Leur forme (barre lisse, barre haute adhérence)
 Leur nuance (doux, mi-dur, dur) correspondant au pourcentage de carbone contenu dans
l’acier entre 0.2 et 0.5 de carbone.
 Leur limite élastique exprimée en MPa (symbole E )
Ex : Fe E235
Fe : acier (et non fer )
E : limite élastique ( fe )
235 : 235 MPa

On distingue :
 Ronds lisses de nuances :
Fe E215 limite élastique fe = 215 MPa
Fe E235 limite élastique fe = 235 MPa
 Les barres à haute adhérence, de nuances :

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Fe E400 limite élastique fe = 400 MPa


Fe E500 limite élastique fe = 500 MPa
 Treillis soudés : formés par assemblage des barres de fils lisses ou à haute adhérence.

Les aciers sont livrés en barres de 12 m et 15 m dans les diamètres dits nominaux
suivants :
6 – 8 – 10 – 12 – 14 – 16 – 20 – 25 – 32 – 40 – 50 ( en mm )

Aciers en barres :
Types d’aciers ( Es = 200 000 MPa )
Doux et lisses, symbole A haute adhérence, symbole HA
caractéristiques ( NF A 35- 015 ) ( NF A 35 – 016 )

Dénomination fe E215 fe E235 fe E400 fe E 500


Limite élastique en MPa fe = 215 fe = 235 fe = 400 fe = 500
Résistance à la rupture R en MPa R 330 R  410 R 480 R  550
Diamètres courants en mm 6 – 8 – 10 – 12 6– 8– 10– 12– 14– 16– 20– 25– 32– 40

Treillis soudés :
Types de treillis (NF A 35-022)
A haute adhérence, symbole
caractéristiques Lisses, symbole T.S.L T.S.H.A

Limite élastique en MPa fe = 500 fe = 500


(tous diamètres) (tous diamètres)
Résistance à la rupture R en MPa R = 550 R = 550
Diamètres courants en mm 3. 5 mm à 9 mm - 3.5 à 12 mm avec un pas de 0. 5 mm
avec un pas de 0. 5 mm - 14 à 16 mm sur commande

-Caractères mécaniques :
 Le caractère mécanique qui sert de base aux justifications dans le cadre des états limites, est la limite
d’élasticité (fe ) .
 Le module d’élasticité longitudinale
ISTP Marrakech ------- année 2017-2018
Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Es = 200 000 MPa.


 Diagramme déformations – contraintes.

s

fe A B

- 10 ‰ - fe /Es  Allongement s
Raccourcissement fe /Es 10 ‰

-fe

 Cas de traction :
 Droite OA (domaine élastique)
 s = fe /Es
 AB d’ordonnée s = fe (domaine plastique)
 B correspond à un allongement
 s = 10 ‰
 Cas de la compression :
Diag symétrique à celui de la traction par rapport à l’origine O.

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

DEFORMATIONS ET CONTRAINTES
DE CALCUL

I. Etat limite de résistance :

1) Hypothèse de calcul :

 Hypothèse de Navier Bernoulli : les sections planes, normales à la fibre moyenne


avant déformation restent planes après déformation.
 Non-glissement relatif entre armatures et béton en raison de l’association béton-acier
par adhérence mutuelle.
 Le béton tendu est négligé dans les calculs.
 Le raccourcissement du béton est limité 3.5‰ en flexion simple et à 2‰ en
compression simple.
 L’allongement unitaire de l’acier est limité à 10‰.

2) Diagrammes déformations - contraintes du béton :


Pour le béton, le règlement considère pour l’état limite ultime le
diagramme de calcul appelé diagramme« parabole-rectangle» et, dans
certain cas, par mesure de simplification, un diag rectangulaire.

Contraintes de calcul du béton :

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

 Pour les sections dont la largeur est constante ou croissante vers la fibre la plus comprimée
(ex : section rectangulaire ou en T)

0.85 f c 28
f bc 
 . b

fbc : contrainte de calcul .


fc28 : résistance caractéristique à 28 jours
b : coefficient de sécurité
b = 1.5 en général
b = 1.15 dans le cas de combinaisons accidentelles
 : Coefficient d’application d’actions.

 Durée d’application
1 >24h
0.9 1durée  24h
0.85 si durée < 1h

 Pour les sections dont la largeur est décroissante vers la fibre la plus comprimée
( ex : section circulaire )
Zone comprimée
décroissante vers la fibre
0.8 f c 28
fbc = la plus comprimée
 . b

Tableau des contraintes de calcul :

 Les contraintes de calcul du béton sont données ci-dessous en fonction des résistances
caractéristiques du béton à 28 jours d’âge (ex : section rectangulaire ou en T ).

Résistances caractéristiques Contraintes


du béton De calcul
En compression En traction En compression
ISTP Marrakech ------- année 2017-2018
Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

fc 28 (MPa ) ft 28 (MPa ) fbc (MPa )avec  = 1


16 1.56 9.07
18 1.68 10.20
20 1.80 11.33
22 1.92 12.47
25 2.10 14.17
27 2.22 15.30
30 2.40 17.00
35 2.70 19.83
40 3.00 22.67
45 3.3 25.50
50 3.6 28.33
55 3.9 31.17
60 4.2 34.00

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

3) Diagramme déformations - contraintes de l’acier :

Le diagramme de calcul se déduit du diagramme conventionnel par une affinité parallèle à la droite de
Hooke et de rapport 1/s. Tous ces diagrammes ont la même pente à l’origine.
Es = 200 000 MPa

Contrainte de calcul : fsu = fe /s s : coefficient de sécurité

Coefficient de sécurité s de l’acier en fonction des combinaisons

Coefficient Combinaisons Combinaisons


de sécurité fondamentales accidentelles
s 1.15 1.00

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

II. Etat limite de service :

1) Hypothèse de calcul :

Sous l’effet des sollicitations :


 Hypothèse de Navier Bernoulli : les sections planes, normales à la fibre moyenne
avant déformation restent planes après déformation.
 Pas de glissement relatif entre le béton et l’acier.
 Le béton tendu est négligé dans les calculs.
 Les contraintes sont proportionnelles aux déformations
 Le rapport « n » du module d’élasticité longitudinale de l’acier à celui du béton,
appelé : « coefficient d’équivalence » a pour valeur :

Es
n = = 15
Eb

2) Etat limite de compression du béton à l’ E.L.S :

La contrainte de compression du béton bc est limitée à :

bc = 0.6 fcj

Résistance caracté –
ristique fc28 (MPa) 18 20 22 25 27 30 35 40 45 50 55 60

Contrainte limite
bc (MPa) 10.8 12 13.2 15 16.2 18 21 24 27 30 33 36

3) Etat limite d’ouverture des fissures :


On est amené en outre à effectuer une vérification des contraintes de traction de l’acier dans
le but de limiter l’ouverture des fissures, les risques de corrosion et la déformation de la pièce.
On distinguera ainsi trois catégories d’ouvrages :

 Les ouvrages où la fissuration est peu nuisible ou (peu préjudiciable) ce qui peut
correspondre aux locaux clos et couverts non soumis à des condensations.
 Les ouvrages où la fissuration est préjudiciable lorsque les éléments en cause sont
exposés aux intempéries, à des condensations ou peuvent être alternativement noyés et
émergés en eau douce.

 Les ouvrages où la fissuration est très préjudiciable lorsque les éléments en cause
sont exposés à un milieu agressif (eau de mer, atmosphère marine) ou lorsque les
éléments doivent assurer une étanchéité.

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

C- Savoir faire l’étude de béton armé des


différentes structures

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Module : 14 CONNAISSANCE DE LA MECANIQUE


APPLIQUEE (B.A.E.L)

GUIDE DES TRAVAUX PRATIQUES

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

I. TP 1 : intitulé du TP Dimensionnement et ferraillage des poteaux


I.1. Objectif(s) visé(s) :
- Déterminer la section extérieure des poteaux
- Déterminer la section des aciers longitudinaux et transversaux des poteaux
- Représenter la section avec armatures transversalement et longitudinalement.

I.2. Durée du TP:


2 heures

I.3. Description du TP :

Un poteau fait partie de l’ossature d’un bâtiment à étages multiples pour lequel la
distance entre planchers est 2.90 m .
Ce poteau de section rectangulaire supporte des Charges permanentes
G= 45 tf et des Charges d’exploitation Q= 25 tf

 Béton…………………………………………… ...fc28=22 Mpa


 Acier ………………………………………………FeE400
 Enrobage des armatures ……………………… …c=3 cm
 Plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours
Supposant que l’élancement du poteau est voisin de  = 35

On demande de :
1. Déterminer les dimensions de la section du poteau.
2. Trouver le ferraillage complet du poteau.
3. Représenter la section transversale du poteau.

I.4. Déroulement du TP
En classe

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

II. TP 2 : intitulé du TP : Ferraillage des poutres à l’état limite ultime


et à l’état limite de service
II.1. Objectif(s) visé(s) :

- Déterminer la section des armatures principales des poutres à l’E.L.U


- Déterminer la section des armatures principales des poutres à l’E.L.S
- Déterminer et répartir les armatures transversales.
- Représenter la section avec armatures transversalement et longitudinalement.

II.2. Durée du TP :3 H

II.3. Description du TP :

Soit à déterminer les armatures longitudinales et transversales d’une poutre à section rectangulaire (voir figure),
sollicitée par un moment ultime Mu = 545 KN.m et un effort tranchant Vu = 330 KN
On donne :
 Béton........................................fc28=22 Mpa
 Acier longitudinal....................FeE400 type1
 Acier transversal......................FeE235
 Fissuration peu nuisible
 Sans reprise de bétonnage
 La portée de la poutre est 6,60 m
 Enrobages inférieur et supérieur = 5 cm

l = fe
Es s
3.5
l = 65
3.5  1000  l
65
l = 0.8 l ( 1 – 0.4 l )
30

Faîtes la répartition des armatures transversales et représenter la poutre avec sa coupe transversale tout
en respectant les dispositions constructives.

N.B : Annexes autorisés

II.4. Déroulement du TP : En classe

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

TP 3 : intitulé du TP : Dimensionnement et ferraillage des semelles de


fondation
III.1. Objectif(s) visé(s) :
- Déterminer les dimensions extérieures des semelles de fondation
- Déterminer la section des armatures longitudinales et transversales des semelles à l’E.L.U et à
l’E.L.S
- Représenter la section avec armatures transversalement et longitudinalement.

III.2. Durée du TP: 3H

III.3. Description du TP :

On considère une semelle de fondation d’un pilier rectangulaire b=25cm,a=20cm supportant


une charge centrée de compression dans l’hypothèse d’une répartition uniforme des contraintes.
1. Déterminer les dimensions en plan et en élévation de la semelle.
(A : largeur, B:longueur, h:hauteur totale, d:hauteur utile)
2. Calculer les armatures des deux nappes de la semelle.
On donne :
 Charges permanentes ………………………G=0.55 Méga newton
 Charges d’exploitation…………………… Q=0.24 Méga newton

Caractéristiques des matériaux :


 Béton……..fc28=22 Mpa
 Acier …… FeE500

Caractéristique du sol :
Contrainte admise sur le sol ……sol= 0.7 MPa

III.4. Déroulement du TP : En classe

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018


Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Évaluation de fin de module :

Exercice I

Un poteau fait partie de l’ossature d’un bâtiment à étages multiples pour lequel la
distance entre planchers est 2.85 m .
Ce poteau de section rectangulaire supporte des Charges permanentes
G= 42 tf et des Charges d’exploitation Q= 20 tf

 Béton…………………………………………… ...fc28=22 Mpa


 Acier ………………………………………………FeE400
 Enrobage des armatures ……………………… …c=3 cm
 Plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours
Supposant que l’élancement du poteau est voisin de  = 29

On demande de :
1. Déterminer les dimensions de la section du poteau.
2. Trouver le ferraillage complet du poteau.
3. Représenter la section transversale du poteau.

Exercice II
On considère une semelle de fondation continue sous un mur d’épaisseur b=20cm..
En supposant que la charge de compression est centrée et que les contraintes sont réparties
uniformément sous la semelle.

1. Déterminer les dimensions en plan et en élévation de la semelle.


(A=1.00m longueur, B:largeur, h:hauteur totale, d:hauteur utile)
2. Calculer les armatures des deux nappes de la semelle.
3. Illustrer vos calculs par les dessins de ferraillage de la semelle, respecter les dispositions
constructives.

On donne :

-Charges permanentes ………………………G=0.30 Méga newton


-Charges d’exploitation…………………… Q=0.05 Méga newton
-Caractéristiques des matériaux :
o Béton……..fc28=25 Mpa
o Acier …… FeE400
-Caractéristique du sol :
Contrainte admissible ……sol= 0.75 MPa

Liste des références bibliographiques.


ISTP Marrakech ------- année 2017-2018
Cours BAEL ----- 1ère année TC----- ISTP Marrakech

Ouvrage Auteur Edition


Initiation au Béton armé : Jean Marie Bouchart , Edition Eyrolle
règles BAEL 83 GillesCibois
Géorge de Haro
Calcul des ouvrages en Béton Pierre Charron Edition Eyrolle
Armé suivant les règles du
BAEL 83
Théorie et applications
Exercices de béton amé selon Pierre Charron Edition Eyrolle
les règles B.A.E.L 83

ISTP Marrakech ------- année 2017-2018

Vous aimerez peut-être aussi