Vous êtes sur la page 1sur 6

Université publique du sud-est à Jacmel

(UPSEJ)

Faculté des sciences de l’éducation

(FSE)

Cours : Planification de l’éducation

Groupe : Administration Scolaire

Sujet : L’éducation est – elle innée ou acquise ?

Réalisé par : Marie Guerline ALADIN

Soumis au professeur : FRANCIQUE Roger

JUIN-2019
PLAN

A-Rôle et but de l’éducation

B - Les sortes d’éducation

a) L’éducation par la nature

b) L’éducation aux hommes

c) L’éducation aux choses

Page | 1
Le mot « éducation » est directement issu du latin éducatio du verbe ducere qui signifie
conduire, guider. En particulier dans le domaine de valeurs. Et selon Rousseau, l’éducation
est l’art d’élever des hommes. Qui dit éducation ne dit pas nécessairement institution
éducative. La famille, tout d’abord, sous des formes diverses, du moins son segment : mère,
enfant, mais souvent plus largement est presque toujours le lieu de la première éducation :
apprentissage des savoirs faire élémentaires dont certains sont innés chez l’animal mais
acquis chez l’homme, forme donnée aux rapports perceptifs et actifs avec les objets et les
êtres les plus proche, intégration progressive de coutumes et d’interdits. Même à ce niveau,
on sait combien sont divers les rôles respectifs du père, de la mère et d’autre membres de la
parenté (M. Mead) et comment se comporter avec le tout petit enfant et peuvent varier de la
grande douceur à l’agressivité en passant par la quasi- indifférence (R. Benedict) avait mis
au point une guide détaillé d’étude de cette première éducation qui n’a pas donné lieu
finalement. Maintenant, parlons de inné et acquis. Inné est un caractère biologique déterminé
dès la naissance de l’individu, Mais cela n’implique pas ce caractère soit observable dès la
naissance. Par exemple la pilosité, c’est un caractère inné qui n’apparait véritablement qu’à la
puberté chez l’être humain. En général un caractère inné est contrôlé par un ou plusieurs
gènes mais il peut aussi être lié à des facteurs liés à l’environnement biophysique et
biochimique rencontré par le fœtus pendant la grossesse. Et une chose est dit acquise s’il est
le résultat des facteurs liés à l’environnement qu’a rencontré un individu au cours de son
développement. Les comportements acquis sont ainsi le résultat de l’expérience de
l’environnement familial ect.

Du point de vue psychologique le mot acquis sous entend la notion d’apprentissage dans la
formation des caractères développés. En effet, on pourrait se demander : L’éducation est elle
innée ou acquise ? Afin de répondre à cette question, je tenterais dan ce travail de signaler

Le rôle et but de l’éducation, l’éducation par la nature, l’éducation aux hommes, l’éducation
aux choses.

Page | 2
A- Le rôle et le but de l’éducation
Pour Jean Jacques Rousseau, le rôle de l’éducation est de faire grandir, de faire
façonner, de développer. C’est ainsi qu’il compare le développement des plantes avec
le développement des hommes. C’est en jardinant, en cultivant, que les plantes se
développent ; de même c’est en éduquant qu’un homme se développe. L’éducation
non seulement celui de faire grandir l’homme, mais aussi de lier les hommes entre
eux, dépendant les uns des autres depuis l’enfance. On façonne les plantes par la
culture, et les hommes par l’éducation .Les hommes naissent faibles, ils ont besoin de
force ; ils naissent dépourvus de tout, ils ont besoin d’assistance ; ils naissent
stupides, ils ont besoin de jugement. Tout ce que nous n’avons pas à notre naissance
et dont nous avons besoin étant grands, nous est donné par l’éducation. (Jean-Jacques
Rousseau)1.Le but de l’éducation est que l’enfant devient un homme bon, un homme
qui fait du bien pour les autres. Le but ultime de l’éducation est que l’enfant devient
un homme bon. Suivant Kant, « Le but de l’éducation est de développer dans chaque
individu tout la perfection dont il est susceptible ».perfection c’est le développement
de toutes les facultés humaines.

B -Les Sortes d’éducation

Selon Rousseau, il existe trois sortes d’éducation, que nous maitrisons par divers degrés :

a) L’éducation grâce à la nature


Le développement interne de nos facultés et de nos organes est l’éducation de la
nature ; (aucune maitrise) c’est une éducation qui ne dépend point de nous. C’est
donc l’éducation qui fixe la direction qui trace le chemin que les deux autres
éducations doivent poursuivre.

b) L’éducation grâce aux hommes


Nous avons une très grande maitrise de cette éducation, on apprend de l’homme
même, apprendre à utiliser notre corps et nos facultés intellectuelles.

1
Emile ou de l’Education-Livre Premier

Page | 3
C) L’éducation grâce aux choses
C’est notre propre expérience en fonction de notre environnement, maitrise partielle
c’est l’acquis de notre expérience sur les objets qui nous affectent.

Chacun de nous est formé par trois sortes de maitres. Il ne doit pas y avoir de
contradiction entres ces trois. L’homme doit orienter les éducations dont il n’a pas la
maitrise qui est l’éducation de la nature. Celle, est la seule dont nous soyons
vraiment le maitre c’est l’éducation grâce aux hommes car c’est celle qui peut diriger
entièrement les discours et les actions de tous ceux qui nous entourent.
C’est donc en partie au hasard et à la chance que l’homme aura une bonne éducation,
qui est ici le véritable sens du mot « bonheur : » employé par rousseau. .Il faut du
bonheur pour l’atteindre.

En conclusion, l’acquis est la somme de ce qui est arrivée et que nous conservons.
L’acquis est produit par l’éducation, la culture, contrairement à l’inné qui est une
disposition du fait de naissance. L’inné est immédiat alors que l’acquis nécessite du
temps, comme l’éducation, apprentissage et l’écoute. De ce fait comme dit Rousseau
dans Emile ou de l’éducation livre premier « Tout ce que nous n’avons pas à notre
naissance et que nous avons besoin étant grands est donné par l’éducation. »Et pour
éduqué on a besoin du temps, tout ce qui est acquis a besoin du temps donc on peut
dire que l’éducation est acquise et non pas innée parce que on ne nait pas éduqué on
l’apprend en développant. L’innée n’est pas modifiable alors que l’acquis est variable
concernant son contenu et les modalités de son acquisition.
De ce fait on pose cette question : Peut-on former un être sans le déformer ?

Page | 4
Bibliographie

Jean-Jacques Rousseau, Emile ou De l’Education-Livre Premier 1762, paris.

Page | 5