Vous êtes sur la page 1sur 4

L’OCDE pose les derniers jalons

pour achever la fin du secret bancaire

Dix ans après le communiqué du G20 de Londres, en avril 2009, qui annonçait la fin du secret bancaire,

quelque 70 ministres des Finances se sont réunis mardi à l’OCDE pour mesurer l’ampleur des progrès

accomplis. « Dix ans plus tard, nous pouvons dire que le secret bancaire est terminé, ou presque terminé

», s’est félicité Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE. L’organisation, à l’origine du forum mondial

sur la transparence fiscale, a montré – chiffres à l’appui – les résultats obtenus via l’augmentation des

échanges entre juridictions.

Sur les 125 pays examinés par le forum, 70 étaient considérés comme pratiquant le secret bancaire en

2008. Il n’en reste plus que trois aujourd’hui (Guatemala, Kazakhstan et Trinité-et-Tobago). Il en résulte

une baisse de 25 % des avoirs offshore détenus par des nonrésidents. Ceci a permis aux administrations

fiscales du monde entier de collecter 102 milliards d’impôts supplémentaires. La France, à elle seule, a

récupéré 9,4 milliards d’euros grâce à son service de traitement des déclarations rectificatives (STDR). «

Il n’y a plus d’endroit où se cacher », a avancé Angel Gurria. Si l’on remonte dix ans en arrière, c’est avant

tout la crise financière qui a catalysé ce changement, poussant les pays développés à aligner leurs

intérêts face à la crise budgétaire à laquelle ils étaient confrontés. L’intervention des Etats-Unis, avec sa

loi Fatca qui obligeait les établissements financiers à transmettre leurs informations sur leurs clients

imposables aux Etats-Unis, a été déterminante.


Le ministre des Finances Ridha Chalghoum a
signé un accord multilatéral sur l’échange de
déclarations fiscales entre la Tunisie et d’autres
pays. Et ce, en marge du Forum mondial sur la
transparence et l’échange de renseignements à
des fins fiscales, organisé à Paris par l’OCDE.
En effet, cet accord multilatéral sur les déclarations fiscales permet l’échange
automatique de données fiscales de sociétés multinationales entre pays de
l’OCDE. Et ce, afin de limiter l’évasion fiscale et de renforcer les ressources
propres du pays.

Par ailleurs, cet accord s’inscrit dans le cadre de la participation de la Tunisie à


l’échange de données à des fins fiscales. Et il s’inscrit, également, dans le cadre
de plusieurs accords conclus dans ce domaine. L’objectif consiste dans la lutte
contre la fraude fiscale. Ainsi que le renforcement de la position de la Tunisie en
tant que site encourageant de l’investissement.

Une délégation de Moody’s reçue


à l’UTIC L'Economiste Maghrébin

-
Samir Majoul, président de l’UTICA, a
27 novembre 2019

reçu, le 26 novembre, une délégation


de l’agence de notation Moody’s composée de
Mme Elisa Parisi-Capone et Mme Marie Diron.
En effet, les représentants de l’Utica et de l’agence de notation ont abordé des
questions relatives à l’environnement des affaires et aux réformes à
entreprendre par la Tunisie.

La réunion s’est déroulée en présence de Aref Belkhiria, membre du bureau


exécutif de l’UTICA et Jamel Ksibi, président de la Fédération nationale du
bâtiment. Elle a été l’occasion de mettre l’accent sur la situation politique et
sociale en Tunisie. Et en particulier, sur la note souveraine de la Tunisie.

Les représentants de l’UTICA ont présenté notamment le point de vue du


secteur privé sur les priorités économiques du pays. Ainsi que sur les relations
entre les partenaires sociaux.

Au final, ils ont mis l’accent sur l’importance du secteur privé dans l’économie
nationale. Les deux parties ont exposé les grandes lignes du manifeste de
l’UTICA pour la relance économique pour la période 2020/2025.

Il est à rappeler que le ministre, qui préside une délégation tunisienne à ce


Forum, a présenté les réalisations de la Tunisie. Et ce, depuis son adhésion au
forum mondial en 2014. Notamment en matière de coopération multilatérale
dans l’échange des données et de lutte contre l’évasion fiscale.

Forum mondial sur la transparence et l’échange de


renseignements à des fins fiscales
Créé par les pays du G20 en 2009, le forum mondial de l’OCDE a pour mission
de garantir la transparence fiscale internationale. Il compte plus de 150
membres dont la Tunisie. Les normes de transparence fiscale sont mises en
œuvre.
Ce 10ème anniversaire du Forum est une opportunité à saisir pour mettre en
lumière les succès réalisés par les pays membres. Notamment pour lutter contre
le contournement des règles par les fraudeurs fiscaux. Ainsi que pour montrer le
fonctionnement d’une coopération multilatérale réussie.