Vous êtes sur la page 1sur 28

Ministère de l’Enseignement Supérieur

Et de la Recherche Scientifique
****
Université Libre de Tunis

Département Génie Chimique


Rapport de Stage d’ouvrier

Etude et Analyse de la peinture à eau et en phase


solvant

Elaboré par : Temimi Mohamed Hedi


Réalisé au sein de SOTUNOL

Soutenu le ../ ../2019

Encadrant professionnel : Mr Fenina Ghazi

Année Universitaire : 2019-2020

1
REMERCIMENT

Je tiens à présenter mes vifs remerciements et ma profonde gratitude à SOTUNOL, de


m’avoir accueillie dans son organisme.

J’exprime mes sincères remerciements également à M.Ghazi et M.Lotfi Hamrouni qui m’ont
prêté main forte afin d’accomplir mon premier stage dans les bonnes conditions.

Je ne peux passer sous silence les efforts fournis par tout individu travaillant au sein de
SOTUNOL pour leur contribution durant la période de mon stage, de leur encadrement et de
leur précieuse information et conseil.

Je tiens aussi à remercier tous ceux qui ont participé de près ou de loin au bon déroulement de
mon stage.

Trouvez dans ce modeste travail toute ma gratitude et mon respect, et merci à vous tous.

En outre, je remercie l’Université Libre de Tunis, direction et professeurs, de l’effort précieux


qu’ils fournissent afin de nous offrir une formation complète et bonne.

2
Table des matières
Chapitre1 : Introduction à la société

I. Introduction ..................................................................................................................................... 6
II. Historique et présentation ................................................................................................................ 6
III. Fiche signalétique de la société ....................................................................................................... 7
IV. Gamme de produits ......................................................................................................................... 8
V. Développement ................................................................................................................................ 8
VI. Organigramme ................................................................................................................................. 9
VII. Conclusion ..................................................................................................................................... 10
Chapitre2: Généralité et partie expérimentale
I. Généralité sur la peinture............................................................................................................... 12
1. Définition................................................................................................................................... 12
2. Les constituants de peinture ...................................................................................................... 12
a. Le liant :................................................................................................................................. 12
b. Les pigments : ....................................................................................................................... 13
c. Les charges : .......................................................................................................................... 14
d. Les agents épaississants :....................................................................................................... 15
e. Les agents de coalescence et les Co solvants : ...................................................................... 15
f. Les agents de neutralisation : ................................................................................................ 16
g. Les additifs : .......................................................................................................................... 16
II. Partie expérimentale ...................................................................................................................... 18
1. Procédé de fabrication des peintures à l’eau ............................................................................. 18
III. Laboratoire d’analyse .................................................................................................................... 19
a. Mesure de la température : .................................................................................................... 19
b. Mesure du pH ........................................................................................................................ 20
c. Mesure de la viscosité ........................................................................................................... 20
d. Test de densité ....................................................................................................................... 22
e. Test de couleur ...................................................................................................................... 22
f. Test de finesse de broyage ..................................................................................................... 23
IV. Matériels utilisés au labo : ............................................................................................................. 24
V. Conclusion ..................................................................................................................................... 27

3
Introduction Générale

La peinture est un art aux variantes multiples qui a toujours existé. Tous types de supports ont
été utilisés au cours du temps. D'abord la roche, la pierre, puis le bois, la toile, le papier... Puis
des peintures ont recouvert des murs, des sols, des tissus. La peinture est composée d'un pigment
auquel sont ajoutés un liant, un diluant et éventuellement d'autres éléments. Ces trois derniers
spécifient la qualité et l’utilisation de notre peinture. Il existe la gouache, l'aquarelle, les feutres
aquarellables, l'acrylique, la peinture à l'huile, l'encre colorée ect.

Il est bien entendu que le stage est désormais une étape essentielle de notre parcours de
formation, puisqu’il nous permet de mettre en applications nos connaissances théoriques. De
ce fait j’ai eu le privilège de passer mon premier stage à SOTUNOL. Un stage auquel j’ai
découvert le monde du travail et de l’entreprise, favorisé une meilleure éducation à l’orientation
et valorisé mes acquis scolaires.

Dans ce rapport, je vais vous présentez deux grande parties, la premiére va être une présentation
de la société SOTUNOL, et dans la seconde partie il y’aura une généralité sur la peinture et
ensuite je vais vous décrire ma mission aison que les différentes tâches effectuer durant ce stage.

4
Chapitre1 : Présentation de la société SOTUNOL

5
Présentation de la société SOTUNOL

I. Introduction
Ce chapitre est consacré à la présentation de l’entreprise au sein de laquelle j’ai effectué mon
stage, en l’occurrence SOTUNOL. Après une présentation générale, je vais élaborer les
différents produits et services de l’entreprise, sa ligne de production puis son organigramme
interne et enfin terminer par une conclusion.

II. Historique et présentation


SOTUNOL, société tunisienne d’Oléagineux occupe une place de choix au sein du Groupe
Hamrouni, c’est la maison mère à partir de laquelle le groupe a développé ses activités vers des
secteurs économiques diversifiés.

Créer en 1948, acquise en 1965 par Mr.Abdelkader Hamrouni, SOTUNOL est aujourd’hui une
entreprise florissante, continuellement à la pointe des innovations en matière de peinture
industrielle et de bâtiment.

SOTUNOL, forte de sa grande et longue expérience dans le domaine de la peinture, s’est forgée
une réputation et une image de marque qui lui a permis de se positionner parmi les leaders sur
ce marché pourtant fort concurrentiel.

Le choix fait en s’engageant dans une démarche qualité depuis 1997 s’est concrétisée en 1999
par une certification du système qualité selon L’ISO 9002 et puis par reconduction du certificat
selon l’ISO 9001 version 2000.

Ce choix dénote de l’importance que tout le monde accordent à SOTUNOL, à l’essence même
de cette démarche qui repose essentiellement sur la recherche permanente de la satisfaction des
clients et l’instauration d’une dynamique d’amélioration contenue.

6
III. Fiche signalétique de la société

Nom de la société : SOTUNOL

Adresse de l’usine : Route de Sousse Km 6 mégrine, TUNISIE

Date de création : 1948

Mise en production : 1965

Statut légal : SARL

Principale activité manufacturière : Conception, Développement, Fabrication et


Commercialisation des produits des peintures et vernis pour le bâtiment et l’industrie

La capacité de production annuelle : 12 000 tonnes

Exportation vers : Tunisie, Libye, Turquie, Emirats Arabes Unis, Albanie, Liban, Palestine,
Syrie et Ghana

Siege social : L’usine s’étend sur 10 000 m2 dont 9000 m2 couvert

Effectifs :

 20 Cadres + 20 administratifs
 50 ouvriers + 5 chauffeurs
 30 occasionnels

Activités commercial : Sur le territoire tunisien, avec environ 2000 clients généralement des
grossistes et vendeurs détaillants.

Les produits fabriqués :

 Peinture en dispersion aqueuse


 Peinture laques bâtiment
 Vernis bois
 Peintures industrielles
 Peinture pour signalisation routière

7
IV. Gamme de produits
SOTUNOL offre un large éventail de produits de qualité, variés et adaptés aux besoins de ses
clients. Parmi les dizaines de marques figurant au catalogue de la société, nous pouvons citer
des produits phares tels que :

 L’huile de lin
 La peinture laquée : SOTUMAIL ET SOTUMAT
 La peinture à l’eau : SUPERLATEX ET PLASTEX
 La peinture à l’huile : HIRONDELLE
 Les vernis
 Les siccatifs

Produire une gamme aussi variée (des dizaines de marques) demande des efforts constants et
une grande capacité d’adaptation à l’évolution d’un marché concurrentiel.

SOTUNOL emploie 70 personnes à plein temps et 40 à temps partiel, chez les uns comme chez
les autres, la motivation est une valeur partagée.

V. Développement
Avec une production de 1000 tonnes par mois, SOTUNOL peut satisfaire les commandes les
plus urgentes dans les plus brefs délais.

SOTUNOL commercialise ses produits sur l’ensemble des territoires national, son réseau de
distribution est composé de plus de 1500 partenaires. Ces résultats sont certes réconfortants,
mais ils constituent autant de stimulants pour une entreprise ambitieuse résolue dans sa marche
vers le progrès.

A Sotunol, nous envisageons l’avenir avec beaucoup d’optimisme, puisque nous consacrons
depuis 1996 une part grandissante de notre production au marché de l’exportation.

8
VI. Organigramme

Direction
général

Direction Direction Direction Direction Direction de Direction des


production ressources
financière commercial technique logistique
humaines

Laboratoire et
Méthodes qualité

Stock

Maintenance

Ensachage

Service Service paie Service social Service


recrutement et gestion management
et formation administrativ de la qualité
e

9
VII. Conclusion
Au cours de ce premier chapitre, j’ai présenté l’entreprise d’une manière générale, ses produits
en se focalisant sur les services de SOTUNOL, ses différents clients, son objectif, sa
composition interne et sa ligne de production.

10
Chapitre 2 : Généralités sur la peinture et partie expérimentale

11
Généralités sur la peinture et partie expérimentale

I. Généralité sur la peinture


1. Définition
Une peinture (ou un vernis) est une préparation fluide (liquide, pâteuse ou pulvérulente) qui
peut s’étaler en couche mince sur toutes sortes de matériaux (appelés subjectiles) pour former,
après séchage (durcissement), un revêtement mince (film ou feuil) adhérant et résistant, jouant
un rôle protecteur et/ou décoratif.
Les peintures en phase solvant contiennent des solvants organiques pour la mise en solution (ou
en dispersion) des liants qui les constituent.
Les peintures en phase aqueuse (peinture à l’eau) contiennent un mélange d’eau et de solvants
(entre 60% et 80% d’eau dans cette partie liquide) :
 Si le liant (ou résine) est en émulsion dans ce mélange, il s’agit d’une peinture
hydrodiluable (dite également peinture en émulsion).
 Si le liant est en solution dans ce mélange, il s’agit d’une peinture hydrosoluble
2. Les constituants de peinture
Les constituants communs à tous les types de peinture sont : les liants, les solvants ou co-
solvants, les pigments, les charges et les additifs.
A ceux-ci s’ajoutent, pour les peintures en phase aqueuse : les agents de coalescence
(hydrodiluables), les agents de neutralisation (hydrodiluables et hydrosolubles), les agents de
conservation en pot (hydrodiluables).

a. Le liant :
Dénommé également résine, il est le constituant principal de la peinture, quel que soit son
type. Il assure le lien entre tous les composants, ainsi que l’adhérence de la peinture au
subjectile. De lui dépendent les modes de séchage et de formation du film de peinture, ainsi
que les caractéristiques physiques et chimiques de la peinture.
C’est une macromolécule d’origine naturelle (huiles siccatives, gommes, résine naturelles…)
ou synthétique (dérivés de caoutchouc, de la cellulose, produits vinyliques, acryliques…)

12
b. Les pigments :

Ils sont responsables de l’opacité et de la couleur de la peinture. De plus, ils améliorent


certaines propriétés physiques telles que la dureté du film, son imperméabilité ou sa
résistance à la corrosion.
Ce sont des solides pulvérulents, de granulométrie très fine (généralement < 1 m), minéraux
ou organiques, insolubles dans le milieu de dispersion.
i. Pigments minéraux
Oxyde de titane (TiO2)
Blanc Lithopone (BaSO4, ZnS)
Oxyde de zinc (ZnO)
Bleu outremer (silicate Al et Na polysulfure)
Bleu Ferrocyanure ferrique (FeNH4Fe(CN) 8)
(ou Bleu de Prusse)

Oxyde de chrome (Cr2O3)


Vert Oxyde de chrome hydraté (CrO(OH))
Vert de chrome (jaune de chrome + ferrocyanure ferrique)

Jaune
Jaune de cadmium (CdS + ZnS)
Jaune de chrome (xPbCrO4 + yPbSO4)
Jaune de zinc (4ZnO, 4CrO3, K2O, 3H2O)
Oxyde de fer (FeO(OH))

Orangé de chrome (xPbCrO4, yPbO)


Orangé Orangé de molybdène (xPbCrO4, yPbMoO4, zPbO)

Rouge de cadmium (CdS, CdSe)


Rouge Rouge de molybdène (PbCrO4, PbMoO4, PbO)
Oxyde de fer (Fe2O3)

Brun Oxyde de fer (Fe2O3)

Noire Oxyde de fer (Fe3O4)

Tableau 1 : les différents types des Pigments minéraux

13
ii. Pigments organiques :
Il existe plusieurs centaines de formules chimiques différentes pour les pigments organiques
(regroupés sous plusieurs milliers de marques commerciales). Les composés les plus utilisés en
peinture sont :

 Les dérivés de phtalocyanine (formule brute C32H18N8) : bleu et vert.


 Les dérivés azoïques (benzidine, toluidine, dinitraniline). Leurs couleurs varient du
jaune au rouge.
 Les pigments de cuves (dérivés d’anthraquinone, de pérylène ou de thioindigo). ils
peuvent être jaunes, orangés, rouges, violet, bleus ou marrons.
 Les pigments de quinacridone : violet, rouge.
 Les pigments de dioxazine : violet, rouge.
 Le noir de carbone.
iii. Pigments à effet :
 Il existe des pigments à effet, combinaison d’éléments minéraux et organiques
permettant de réaliser des peintures particulières, notamment dans l’industrie
automobile. Les composés les plus utilisés en peinture sont :
 Les pigments d’aluminium (granulométrie de 10 à 30 m, livrés sous forme de pâtes)
destinés à la réalisation de peintures métallisées.
 Les nacres (granulométrie 10 à 40 m) :
 micas enrobés de couches minérales, par exemple dioxyde de titane pour
les nacres « interférentielles » ou oxyde de fer pour les tons or, cuivre,
bronze et rouges
 micas enrobés de couches organiques, bleu ou vert de phtalocyanine.

c. Les charges :
Leur rôle est d’abaisser le prix de revient de la peinture. Elles peuvent également modifier
certaines caractéristiques mécaniques, chimiques ou rhéologiques.

Ce sont des solides pulvérulents, de granulométrie en général supérieure à celle des pigments
(>1 m), exclusivement d’origine minérale, de couleur blanche, insolubles dans le milieu de
dispersion et ne présentant peu ou pas de pouvoir opacifiant.

14
Les principales classes de charges, utilisées par tous les types de peinture, sont les suivantes :

Barytine (dénommée à tort baryte) (BaSO4, naturel)


Blanc fixe (BaSO 4, blanc fixe)
Sulfates

Carbonate de calcium (CaCO 3)


Carbonates Dolomie (CaCO 3, MgCO3)

Silices (quartz, diatomées) (SiO 2)


Oxydes
Kaolin (Al 2O3, 2SiO2, H2O)
Talc (3MgO, 4SiO 2, H2O)
Mica (Al2O3, 3SiO2, nH2O)
Silicates
Silicate de calcium (CaO, SiO 2)

Tableau 2 : les différents types des charges

d. Les agents épaississants :


Ils facilitent la dispersion des pigments (l’épaississement qu’ils induisent améliore l’efficacité
mécanique de la dispersion) et augmentent la stabilité au stockage des peintures. Ils influent
également sur les propriétés d’application.

Les principaux agents épaississants sont :

 Les éthers de cellulosiques,


 Les polyacrylates,
 Les polyuréthannes,
 Les gels de silice.

e. Les agents de coalescence et les Co solvants :


Les mêmes produits jouent les deux rôles, suivant qu’ils sont ajoutés aux peintures en phase
aqueuse hydrodiluables ou hydrosolubles respectivement.

Dans le cas des peintures hydrodiluables, l’addition d’agents de coalescence a pour but
d’abaisser la température de formation du film.

Leur dose d’utilisation, variable selon la quantité des peintures est de l’ordre de 3 % du poids
total de peinture.

15
Ce sont principalement des hydrocarbures ou des dérivés de glycols.

Dans le cas des peintures hydrosolubles, les Co solvants sont utilisés pour :

 Facilité la stabilisation du liant dans l’eau ;


 Abaisser la tension superficielle de la peinture lors de son application ;
 Exercer un effet réducteur de viscosité plus rapide que celui de l’eau ;
 Adapter la peinture à l’application envisagée (forte tension de vapeur pour les produits
à séchage à l’air, faible tension de vapeur pour les produits à séchage au four) ;
 Donner une bonne formation du film (nécessité d’utiliser des Co solvants à point
d’ébullition assez élevé pour éviter le durcissement du film avant l’évaporation de
l’eau).

f. Les agents de neutralisation :


Il s’agit principalement d’amines qui servent à :

 Assurer la solubilité dans l’eau des liants hydrosolubles ;


 Améliorer la stabilité des peintures hydrodiluables.
Leur taux d’incorporation dépend de leur nature (notion de basicité), de leur masse moléculaire,
de leur volatilité, de leur paramètre de solubilité et de la nature du liant de la peinture.

g. Les additifs :
Egalement appelés adjuvants, les additifs confèrent diverses propriétés à la peinture liquide et
au film. Ils sont introduits en faible quantité : moins de 1 % du poids total de la peinture.

 Les agents anti peaux sont ajoutés aux peintures séchant par oxydation à l’air :
méthyléthylcétoxime, cyclohexanoxime….
 Les agents antisédimentation évitent la déposition des pigments : polyphosphate de
sodium, silice…
 Les agents dispersants facilitent la dispersion des charges et pigments : phosphates
organiques, polyphosphate de sodium…

 Les agents d’étalement facilitent le mouillage du support : éthers et esters de glycol,


huiles silicones…
 Les agents de conservation (uniquement pour les peintures hydrodiluables) permettent
le stockage ; ils préviennent les attaques bactériennes ou fongiques de la peinture en pot

16
ou du film sec. Il s’agit principalement de biocide tels que : les composés organo-
stanniques…
 Les agents antimousses ont pour rôle d’éviter la formation de mousse lors de la
fabrication, du conditionnement et de l’utilisation des peintures en phase aqueuse.
 Les agents antioxydants protègent le film contre son oxydation : mercaptans et
disulfures organiques.

17
II. Partie expérimentale
1. Procédé de fabrication des peintures à l’eau

a) Blanc :

Eau Dispersion :
Dosage : Conditionnement
Rallonge :
Machine de
Liant Cuve de Machine de
Cuve de finition remplissage
fabrication fabrication
Additifs

Charges Pigment

Figure 1 : procédé de fabrication des peintures blanc à l’eau

b) Teinte :

Eau
Dosage : Mise à la teinte : Conditionnement :
Liant
Cuve de fabrication Machine de fabrication Machine de remplissage

Additifs
Bases Pates pigmentaires
blanche /transparente

Figure 2: procédé de fabrication des peintures teinté à l’eau

Avant le conditionnement et en fonction des domaines d’emplois et du niveau de qualité, les


produits subissent un grand nombre de contrôle d’acceptation différents.

La « dispersion » est une opération qui consiste à fragmenter aussi finement que possible les
agglomérats de particules solides « pigments et matières de charge », de manière à obtenir une
opération régulière. La dispersion est l’étape la plus difficile et la plus couteuse de fabrication
d’une peinture

On peut utiliser des « agitateurs rapides » ou, à la rigueur, des disperseurs à vitesses lente. Cette
technique prévaut à fortiori pour les pigments nacrés. On peut cependant les incorporer sous
forte agitation dans le médium à pigment (solution de liant ou vernis teinté).

18
Après dispersion, la pâte obtenue a presque toujours une composition différente de celle du
produits fini, car disperser des pigments dans l’ensemble de tous les constituants de la peinture
(formule complète) serait une opération totalement inefficace

Il faut donc ajouter à la pâte les autres substances, prévues dans la formule : c’est l’opération
de l’ajout de complément, parfois appelée tout simplement « dilution ».Un stade important de
cette opération est « l’allongement »qui consiste à introduire dans la pâte le solde de liant prévus
dans la formule

La mise au type, ou « correction »sert à ajuster les propriétés de la peinture dans le laboratoire,
entre autres, la viscosité, mais surtout l’exactitude de la nuance, que l’on appelle « mise à la
teinte ».

III. Laboratoire d’analyse


Pour s’assurer de la qualité du produit, on doit effectuer un contrôle au laboratoire d’un
échantillon du produit qu’on a obtenu, pour cela les tests de qualités suivants sont
obligatoire suivant la nature de l’échantillon de peinture (à base d’eau, résine ou graphite)

 Mesure de la température
 Mesure du pH
 Mesure de la viscosité
 Mesure de la densité
 Test de couleur
 Test de finesse de broyage

Sachant que tous les valeurs obtenues lors de la mesure doivent être presque égale aux valeurs
des tableaux d’instructions de travails, ce dernier contient les valeurs de chacune des paramètres
à mesurer pour s’assurer de la conformité.

a. Mesure de la température :
Généralement, lorsque on reçoit l’échantillon sa température est égale à 38°C ou plus, or tous
les paramètres doivent être mesurer à une température contrôlée ( entre 20 et 25°C) , donc on
doit refroidir l’échantillon dans le congélateur pour quelques minutes, ensuite on le fait sortir
et il faut bien homogénéiser l’échantillon avant la mesure, ce test est indispensable pour tous
les échantillons.

19
b. Mesure du pH
Le potentiel d’hydrogène consiste à déterminer la concentration en cation H+ dans une solution
aqueuse, selon la norme NT 0.1.0.2 (1993) : la mesure de PH s’effectue à l’aide d’un PH mètre
ou à l’aide d’un papier PH, ce test est effectuer pour la peinture à base d’eau, on doit bien
homogénéiser l’échantillon, et généralement la valeur du pH doit être entre 8 et 9.

c. Mesure de la viscosité
La viscosité est la propriété d’un fluide qui tend à empêcher son écoulement lorsqu’il est soumis
à l’application d’une force, elle est déterminée par la capacité d’entrainement qui possède une
couche en mouvement sur les autres couches adjacentes.

La viscosité est mesurée pour la peinture à base d’eau et la peinture en phase solvant.

Pour la peinture à eau et laqué, on réalise cette mesure avec le BROOKFIELD, chaque type a
son rotor de mesure spécifique.

Pour la peinture en phase solvant, on utilise une coupe B4 dans lequel on remplit la coupe avec
l’échantillon et on mesure le temps que cette cuve à pris pour se vider.

NB : la valeur de la viscosité doit être comparée par rapport aux tableaux dans le cahier
d’instruction de travail.

20
Voici quelques exemples de valeurs de la viscosité suivant les normes :

Désignation Viscosité BROOKFIELD


ROTOR VITESSE (+/-) 15% Valeur cps
Teinte à 3 4 50 12500
huile rouge
Teinte à 3 4 67 16750
huile
marron
Superlatex 4 4 24 12000
bleu
Superlatex 4 4 35 17500
noir
Super 7 4 50 600.000
enduit
Teinte à eau 3 10 80 4000
noir
Teinte à eau 3 10 60 4250
Vert
Tableau d’instruction BrookField

Désignation Viscosité CF4 « s »


Hirondelle Bleu Foncée 2’00
Smalto Noir 2 ‘30
Gazelle antirouille 2 ‘30
Minum de plomb 2 ‘20
Tableau d’instruction Viscosité CF4

21
d. Test de densité
Comme celui de la température, ce test est aussi indispensable pour tous les échantillons, pour
cela on utilise un pycnomètre métallique et une balance de densité.

Tout d’abord il faut tarer la balance, pour cela on pose le pycnomètre vide sur la balance et on
appuie sur le bouton de tarage, ensuite on remplit le pycnomètre avec notre échantillon et on
effectue la mesure.

Les valeurs de densités doivent être ensuite comparées avec les valeurs du tableau, voici
quelques valeurs :

Désignation Dg/cm3 (+/- 0,05)


Hirondelle bleu clair 1,44
Smalto gris moyen 1 ,05
Acrylatex 1,60
Plastex 1,63
Teinte à huile vert 1,09
Tableau d’instruction Densité

e. Test de couleur

Pour ce test, on utilise un applicateur et une contraste, on aurait besoin d’un ancien échantillon
approuvé qu’on va comparer avec notre nouveau échantillon, pour cela on verse sur la même
contraste un peu des deux échantillons et on effectue l’application avec l’applicateur
(l’application doit être effectuer lentement et avec finesse), puis on réalise le séchage et on fait
la comparaison des deux couleurs à l’œil.
Voici un exemple du résultat qu’on obtient après application :

22
Test de couleur : Résultats

f. Test de finesse de broyage

Pour ce test on aurait besoin d’une jauge de broyage, cet instrument de précision est utilisé pour
déterminer la taille des particules et la finesse de broyage de nombreux matériaux, généralement
ce test est effectuer sur de la peinture en phase solvant.

23
IV. Matériels utilisés au labo :

Voici tous les matériels utilisés pour effectuer les tests, ces matériaux sont tous étalonnés.

BROOKFIELD

24
Jauge de broyage Tamiseur de laboratoire

Densimètre Pycnomètre

25
Coupe B4 pH mètre

26
Séchoir à main Applicateur spirale et contrastes

Spatules Malaxeur

V. Conclusion

Ce stage m’a permis de développer et d’approfondir mes connaissances, de découvrir en proche


le monde de travail et aussi de me familiariser avec cet environnement.

Je peux ajouter aussi que ce stage m’a permis le réel contact avec la vie professionnelle et m’a
facilité les tâches suivantes :

 l’adaptation à la vie active de la direction ;


 la participation aux différentes activités ;
 Le développement de mes connaissances professionnelles.

J’ai appris qu’un bon stagiaire doit être autonome, ayant la force de proposition et la force de
travail, ainsi, j’ai pu enrichir mes compétences et mes connaissances de façon pratique plutôt

27
que théorique au-delà d’enrichir mes connaissances, ce stage m’a permis d’évaluer l’importance
des relations humaines entre les employés.

J’ai été par conséquent satisfait de mon stage au sein de SOTUNOL et j’espère y avoir laissé
une bonne impression de mon passage auprès des responsables qui m’ont encadré tout au long
de mon stage.

28