Vous êtes sur la page 1sur 54

Construction :

Introduction :
- Niveau stratégique : Architecture
- Niveau tactique : Construction (CCC) coordination, communication, contrôle
- Niveau opérationnel : Réalisation

6 étapes dans la construction d’un bâtiment :

1) Maitre d’ouvrage
2) Architecte
3) Maîtres d’œuvre (architecte, ingénieur)
4) Exécutants (entrepreneurs)
5) Usagers (habitants)
6) Démolisseurs

Les principaux systèmes :

1 : Système fonctionnel (couloir, organisation des espaces)


2 : Système structural (tenir le bâtiment)
3 : Système d’enveloppes (limite entre l’espace extérieur et intérieur)
4 : Système d’équipements (canalisations d’eau, câbles informatiques)

Paramètres de la composition :
Valeurs
Exigences
Moyens
Contraintes
Moyens

CE :
La directive «Produits de Construction» vise à assurer la libre circulation de l’ensemble des
produits de construction dans l’Union.

Un abrasif :
Un abrasif est une matière extrêmement dure, qui use d'autres matériaux plus tendres que cette
matière. On emploie par exemple des grains abrasifs recouvrant une feuille sous le nom de papier
de verre.

Subdivision des éléments de construction :

Ensemble
Sous ensemble
Composant
Matériau
Matière

Famille des matériaux :


Familles des matériaux :

Pierre : Inaltérable
Terre cuite : Légèreté
Verre : Transparence

Métaux : Résistance mécanique


Bois : légèreté + résistance mécanique

Mortier de ciment : Applicable à l’état pâteux


Plâtre : Applicable à l’état pâteux
Matières plastique : Polyvalence
Air : Isolant

Phases d’élaborations :
(Il faut faire refroidir une dalle) IFFRUD

Intention
Formulation
Formalisation
Réalisation
Utilisation
Disparition

Terminologies et codes :
Rebut :
Ce qu’il y a de mauvais, ce qu’on jette

Epaufrure :
Défaut de surface dû à un choc ou à des intempéries sur le parement ou l’arête d’un élément de
béton durci ou d’un bloc de pierre, dans une construction.

Chanfrein :
Angle cassé / abbatu

PVC : chlorure de polyvinyle


PC : polycarbonate
PMMA : polymétachrylate de méthyle
PS : polystyrène
PE : polyéthylène
PP : polypropylène
AR : arrêté royale (MB : moniteur belge)
AM arrêté ministériel
RGPT : règlement général pour la protection du travail
RGIE : règlement général des installations électriques
CC : code civil
NBN : normes belges (franceNF, anglaiseBS, hollandaiseNEN, allemandDIN)
EN : normes européennes
ISO : normes internationales
BENOR : « ce matériaux correspond aux normes »
NIT : Norme d’information technique
CSTC : centre scientifique et technique de la construction
NT : note technique
SI : système international de mesure

Convention graphique :
(EFGH)

Extérieur Fenêtre (façade) à Gauche ou en Haut.

Notion de tolérance décroissante en fonction du matériau :


(Ma brique en béton de bois c’est de l’acier)

Moellons
Briques
Béton
Bois
Acier

Echelle granulométrie :

1 : Fines
2 : Sable
3 : Gravillons
4 : Gravier

Echelle des matériaux pierreux :

1 : Béton/Terre
2 : Moellon
3 : Brique
4 : Bloc perforé
5 : Bloc creux
6 : Pierre de taille
7 : Eléments architectonique

Gabions :

Gravier, pierre retenu par une cage métallique

Mortier :
Mortier :

Mortier maigre : pauvre en liant


Mortier riche : riche en liant

Le mortier fait de chaux à une bonne résistance à l’usure


Qualités du mortier :
- Temps de prise
- Qualité d’adhérence
- Résistance à l’écrasement
- Résistance à l’usure
- Imperméabilité
- Ouvrabilité
- Elasticité

Rôles du mortier :
- Etanchéité
- Répartition des charges
- Adhérence

Les liants (Colle, Mortier colle, Mortier, Micro béton, Béton)

- Plâtre :
Imputrescible, lourd, économique, instable, isolant thermique et ignifuge
Le fer s’oxyde dans le plâtre.
Facteurs influençant la prise du plâtre :
-Grosseur des grains
-Quantité d’eau
-Propreté de l’eau
-Température de prise.
-Les adjuvants (produits ajoutés à l’eau pour retarder ou accélérer la prise).
- Argile :
- Chaux :
Cuite à 1000 degrés
Chaux aérienne ; fait prise dans l’air
Moins résistante que le ciment
- Ciment :
Clinker
Laitier de haut fourneau
Cendres pouzzolaniques
HSR : haute résistance aux sulfates
LA : peu d’alcalin
LH : ciment à faible chaleur d’hydratation
Le ciment est gris car le clinker se fait broyer par des billes métalliques donc oxyde de fer dans le
ciment.

Le sable :

Empêchement du retrait
Améliore la résistance
Moins cher que le ciment
Diminue la fluidité du mortier
Perméabilité à l’air
Tuteur à la cristallisation du ciment

Sable rugueux : meilleur résistance, le sable accroche mieux


Sable rond : plus facile à manipuler
Eau :

Si trop d’eau de gâchage :


Plus de porosité
Plus de retrait
Plus de temps de durcissement

Béton :

- Précontraint
- Armé
- Non armé

Qualités du béton :

- Pas de forme
- Prise dans l’eau
- Etanchéité
- Bonne résistance

Agrégats de béton :

- Graviers
- Briquaillons
- Argex
- Fibre végétale
- Air (béton cellulaire)

Addition du mortier de béton :

Fine matière minérale comme…


La farine de quartz
La Pouzzolane

Adjuvants du béton :

Modification du temps de prise : augmentation, diminution du temps de prise


Amélioration de la mise en oevre
Amélioration de l’imperméabilité
Divers : polymère, antigels, pigments

1 : Prise (réaction chimique temporaire)


2 : Durcissement (28jour, période de sèche indéterminée)

Hydraulicité : capacité d’un liant à faire prise dans l’eau

Invention du mètre lors de la révolution française (1789)


La différence entre une coupe et un section…
La section regarde à l’intérieur de ce qui est coupé.

Cause d’effondrement d’un mur :

Renversement – stabilité
Ecrasement – résistance
Désagrégation – durabilité
Dislocation – cohésion (adhérence, imbrication, armature, assemblage)

Epaisseur d’un mur de clôture : e = H/m (8, 10, 12)


Epaisseur d’un mur porteur : 14 ou 19 cm

Informations à prescrire dans le cahier des charges :

ABCD

A : résistance
B : exposition
C : consistance
D : diamètre du plus gros granulat

Béton armé :

Le béton, non armé, ne résiste pas bien à la compression.


L’armature peut être en bois ou en acier.
Mieux vaut utiliser un acier étant légèrement rouillé afin d’optimiser l’adhérence au béton

Etape du béton armé :

1 : Coffrage
2 : Ferraillage
3 : Bétonnage
4 : Décoffrage
5 : Traitement

Torchis : argile, paille sable


Brique d’adobe : torchis en bloc séché au soleil

Panneau baquélisé : coffrage réutilisable avec face interne lisse

Voile : mur de béton

Tube plongeur : permet d’homogénéiser le coulage du béton

Pervibration : création de vibration dans le béton afin d’enlever les bulles d’air

Epaufrure : usure, cassure des arrêtes

* Plus le décoffrage se fait tard, plus le béton est foncé

Traitements ultérieurs du béton :

Peinture
Enduit
Par évidemment

Traitement esthétique du béton

Béton lavé : prossage, enlèvement de la couche de sable + ciment pour laisser le gravier apparent
Béton sablé : projection de quartz
Béton grésé : disque abrasif (ressemblance avec le marbre)
Béton bouchardé : marteau en acier + pointe abrasive qui tape sur le béton
Béton piqué, ciselé Etc…
Béton décalaminé à la flamme : éclatement de la surface de béton (ressemblance au granite)

Béton précontraint :

Contraindre la poutre avant sa mise en oevre

Post-tensionning : tension dans le câble d’acier après le coulage du béton (dans un tube)

Pré-tensionning : tension de l’armature après le coulage

La maçonnerie
Maçonnerie Agglomérée :

Poutre en béton armaturer :

Déroulement de la mise en œuvre du béton :

Coffrage
Ferraillage
Bétonnage :
Le tassement du béton doit s’effectuer directement après sa mise en place, pour un parfait
enrobage des armatures, il peut être effectué par différents moyens :
- Damage ou pilonnage
- Secousse
- Centrifugation
- Vibration
- Pervibration

Reprise de bétonnage :
Béton léger :

Bétons caverneux
Bétons semi caverneux
Bétons pleins
Bétons de structure

Béton à performance spécifiée selon la NBN :

A : Classe de résistance
B : Classe d’exposition
C : Classe de consistance
D : Classe du Calibre maximum du plus gros granulat

Armature des bétons agglomérés :


Poutre FLEXSTRESS :

La maçonnerie stratifiée :

Mur de moellons : >30cm


La pierre ne doit pas présentée d’angle aigu.

Calpiner : dimensionnement des briques afin qu’elle puissent s’assembler


Appareiller : assemblage de briques

Asselet : repartir la charge d’une poutre de manière uniforme sur un mur

Pierre de taille :

- Précision de l’appareillage
- 2-3mm de joint
- Taille indirect

Moellon :

- Pierre naturelle taillée à la truelle (imprécis)


- Taille direct

Banc : lit de carrière définissant la largeur d’une strate influençant sur l’appareillage de la façade.

Calcin : couche de poussière sur le dessous de la corniche, pouvant faire éclater la pierre à cause
de la pression de l’eau qui tente de s’évaporer.

Patin : salissures
Pilier : petits éléments, ponctuels et autoportant
Colonne : maçonnerie en pierre de taille, monolyte ou en béton autoportant dans les deux cas
Poteau : pas autoportant

Stéréotomie : l'art de la découpe et de l'assemblage des pièces en taille de pierre

Mur de moellon :

Assise : Epaisseur de mur :


Types d’imbrication :
Les arcs :

Arc légendé :
Le bois :

Défauts du bois :
Section du bois :
Plancher :
Plancher :
Plafond :

Plancher floor kit :


Plancher en béton armé :

Plancher pré dalle :

1. Armature
2. Treillis soudé
3. Barres complémentaires
4. Pré dalle
5. Armature transversale
6. Béton de remplissage
Plancher pré dalle avec polystyrène :

Plancher Stalton :

- Poutrain en terre cuite + béton précontraint


- Entrevous en terre cuite

Plancher à Poutrain et entrevous :

1. Treillis, acier de répartition


2. Chapeaux
3. Chaînage
4. Fils dépassant à liaisonner dans le béton de ceinture
A. Pose des poutrelles
B. Pose des entrevous
C. Mise en place de l’étai
D. Ferraillage
E. Béton de remplissage

Poutrain et entrevous :

Plancher flottant :
Murs Extérieurs :
De soutènement (soutient les terres)
De clôture
Mur intérieur : cloison et mur porteur
Mur de façade

Géotextiles : empêcher l’infiltration de terre entre les gravillons

Mur porteur : largeur d’une brique

DPC : membrane d’étanchéité

Appui, seuil en pierre bleue ravalée :


Détails constructifs lié à l’étanchéité :

Isolation :
Détails constructifs au droit des solins rampants :

1. Maçonnerie sous-jacente de 29cm, en raccord avec le mur pignon comprenant des armatures
assurant la liaison entre partie intérieur et extérieur.

2. Cornière métallique fixée à la partie porteuse du mur

3. Continuité des zones de coupure thermique de la toiture et du pignon, assuré par un isolant
capable de reprendre les charges du parement du pignon.

4. Membranes en escalier, en dessous d’un solin oblique et au dessus de noquets


Détails constructifs au niveau de la jonction entre la toiture et le mur :
Mur isolant rigide :
Mur de moellon isolé :

Mur à la hollandaise :

1. Maçonnage du mur intérieur


2. Placement des panneaux isolants
3. Maçonnage du mur extérieur
4. Pose des châssis
5. Rejointoyage du mur extérieur + nettoyage du fond de la coulisse
Evolution finale des linteaux :
Linteau en acier :

Mur creux isolé, détails des linteaux :


Isolation aux piédroits :

Détails constructifs au pied du mur :


Détails constructifs d’une maison bien isolée :
Isolation aux pieds du mur :
Les charpentes :
Chevrons : pièces de bois équarries soutenues par des pannes, et qui supportent des liteaux,
lambourdes ou voliges.

Volige : planche de bois rectangulaire, et de faible épaisseur qui, fixée à côté d'autres sur les
chevrons, est destinée à réaliser un plancher continu

Les agresseurs du bois :

- Mérule : champignon du bois


- Insecte xylophage (capricorne, vaillette)
- Coléoptères
- Termites

Types de bois :

- Epicéa : charpente, bonne résistance


- Pin : charpente
- Chêne : charpente lourde, très bonne résistance
- Mélèze : résistance excellente
- Teck : très résistant aux intempéries
- OSB : résidus de placage et contre-placage

Toit à pignon :

Toi en pavillon :
Toit à la mansarde :

Toit à double bâtière :

Toi à aile :

Toit à bâtière :
Toit à double bâtière :

Toit en pavillon :
Assemblage :

Les fondations :
Joints :
D’assemblage
De retrait
De mouvement
Dilatation (bâtiment)
Dilatation (revêtement)

Longrine :
Poutre rectangulaire horizontale en béton armé ou précontraint qui assure la liaison transversale
entre les poteaux au niveau des fondations et qui sert à répartir les charges (des murs supportés)
ou à les reporter vers des appuis.

Produit d’interface permettant de faire l’articulation entre la structure et la superstructure


Fondation superficielle :
Qui ne descend pas en dessous du pied de gel

Le poteau peut-être en :
- béton
- bois
- acier
Parois en contact avec la terre :
Etanchéité au bas de mur :
Dalle sur vide ventilé :

Dalle en terre plein :


Etanchéité réalisée à partir d’une émulsion bitumineuse :

Drainage :

favoriser artificiellement l'évacuation de l'eau sous les bâtiments.

Tranchée périphérique afin d’optimiser le drainage :


Drainage du mur contre terre :

Cuvelage :

protection des constructions situées en sous-sol contre les pressions hydrostatiques horizontales
(terrains fluides, gorgés d'eau ou fortement humides).

Martin Chavée Bac1 Architecture

Vous aimerez peut-être aussi