Vous êtes sur la page 1sur 66

LA NOMENCLATURES

DES COMPTES COMPTABLES


SELON LE NSCFA

LA NOMENCLATURES DES COMPTES COMPTABLES SELON LE NSCFA


SOMMAIRE
CLASSE 1 COMPTES DE CAPITAUX
CLASSE 2 COMPTES D’IMMOBILISATIONS
CLASSE 3 COMPTES DE STOCKS ET ENCOURS
CLASSE 4 COMPTES DE TIERS
CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS
CLASSE 6 COMPTES DE CHARGES
CLASSE 7 COMPTES DE PRODUITS

1
La nomenclature des comptes comptables selon le NSCFA.
1)- PRINCIPES DU PLAN DE COMPTES
Chaque entité établit au moins un plan de comptes adapté à sa structure, son activité,
et ses besoins en information de gestion.
Le compte est la plus petite unité retenue pour le classement et l’enregistrement des
mouvements comptables.
Les comptes sont regroupés en catégories homogènes appelées classe.
Il existe deux catégories de classe de comptes :
- des classes de comptes de situation
- des classes de comptes de gestion.
Chaque classe est subdivisée en comptes qui sont identifiés par des numéros à deux
chiffres ou plus, dans le cadre d’une codification décimale.

2) - CADRE COMPTABLE OBLIGATOIRE


Un résumé du plan de comptes présentant pour chaque classe la liste des comptes à deux
chiffres constitue le cadre comptable dont l’application est obligatoire pour toutes les
entités quelle que soit leur activité et quelle que soit leur taille sauf dispositions
spécifiques les concernant.
A l’intérieur de ce cadre, les entités ont la possibilité d’ouvrir toutes les subdivisions
nécessaires pour répondre à leurs besoins.
Une nomenclature de comptes à trois chiffres ou plus est également proposée.
Les opérations relatives au bilan sont réparties en cinq classes de comptes qualifiées de
comptes de bilan.

Le cadre comptable de ces comptes de bilan est le suivant :


La nomenclature des comptes comptables à trois (03) chiffres selon le NSCFA.
Classe 1 Comptes de capitaux
10 Capital, réserves et assimilées
11 Report à nouveau
12 Résultat de l’exercice
13 Produits et charges différés Ŕ hors cycle d’exploitation
14 Disponible
15 Provisions pour charges Ŕ passifs non courants
16 Emprunts et dettes assimilés
17 Dettes rattachées à des participations
18 Comptes de liaison des établissements et sociétés en participation
19 (disponible)

2
COMPTE 10 : CAPITAL,
RESERVES ET ASSIMILES
Subdivision du compte 10

101 Fonds de dotation


104 Ecart d’évaluation
105 Ecart de réévaluation
106 Réserves

101 Fonds de dotation


Le sous compte 101 « Fonds d’exploitation» enregistre à son crédit :
-la valeur des apports de l’entrepreneur au début ou en cours d’activité ;
-A la clôture de l’exercice, le solde éventuellement créditeur du compte 108 « compte de
l’exploitant ».
Il enregistre à son débit :
-A la clôture de l’exercice, le solde débiteur du compte 108 « compte de l’exploitant ».
Les transactions effectuées au cours de l’exercice entre l’entité et l’exploitant (retraits
personnels, paiements pour compte, résultat de l’exercice n-1…) ainsi, le cas
échéant, que la rémunération
« normale » de l’exploitant attachée à son travail, sont enregistrées dans le compte 108 «
Compte de l’exploitant ».
A la clôture de l’exercice, pour l’établissement des états financiers, le solde de ce
compte est viré au compte « Fonds d’exploitation ».

Comptes à l’usage des sociétés


Dans les sociétés privées, le capital émis représente la valeur nominale des actions ou des
parts sociales. Dans les sociétés publiques, le capital émis représente la contrepartie des
apports en nature ou en espèces effectués par l’Etat ou les collectivités publiques et dont
le remboursement n’est pas prévu par une convention.
Le sous compte « Capital social » enregistre à son crédit le montant du capital figurant
dans l’acte de société. Il retrace l’évolution de ce montant au cours de la vie de la
société suivant les décisions des organes compétents.

Le capital émis est crédité lors d’une augmentation de capital :


-du montant des apports en espèces ou en nature effectués par les associés (sous déduction
des primes liées au capital social, celles-ci étant enregistrées au crédit d’une subdivision
distincte « Primes liées au capital social» : primes d’émission, de fusion, d’apport, de
conversion d’obligations en actions…,
-du montant des réserves incorporées au capital par décision des actionnaires ou associés.
Il est débité des réductions de capital, quelle qu’en soit la cause (absorption des pertes,
remboursement aux associés, …).
En cas d’appel fractionné du capital social, la quote-part non appelée est inscrite au
crédit du compte

3
101 « Capital émis » par le débit du compte 109 « Capital souscrit non appelé ».
Le compte 109 « Capital souscrit non appelé » est crédité par le débit du compte 456
« Associés, opérations sur le capital » lors de l’appel de capital.
Le solde débiteur du compte « Capital souscrit non appelé » représente la créance de la
société sur les associés.
Les réserves sont inscrites au crédit du compte 106 « Réserves légale, statutaire,
ordinaire, réglementée » ». Ce sont, en principe, des bénéfices affectés durablement à
l’entité jusqu’à décision contraire des organes compétents.
Le compte 106 est débité des incorporations au capital, des distributions aux associés, des
prélèvements pour l’amortissement des pertes,…
L’établissement étant une personnalité morale, son capital constitue un gage pour ses
créanciers, ce qui implique l’intangibilité du capital social.
C’est en vertu de cette intangibilité que la constitution du capital ainsi que son
augmentation ou sa réduction doivent être entourées de mesures de publicité.
Ce compte enregistre à son crédit le montant de la dotation de l’Etat du capital par le
débit d’un compte de trésorerie ou d’un compte d’immobilisations, en cas d’apport en
nature.
Il est débité des réductions de capital, quelle qu’en soit la cause (absorption des pertes,
remboursement à l’Etat…)

103 Primes liées au capital sociale


Compte 103 " Primes liées au capital social " enregistre les primes d'émission, de
fusion, d'apport, de conversion d'obligations en actions. A la souscription, la société
émettrice de bons de souscription d'actions (BSA) enregistre la contrepartie de la
valeur des bons au compte 103. Cette affectation est maintenue en cas de péremption
des bons. Le compte 103 enregistre également le montant du droit d'entrée dans les
sociétés coopératives.

104 Ecart d’évaluation


Le compte 104 « Ecart d’évaluation » enregistre le solde des profits et pertes non
enregistrés en résultat et résultant de l’évaluation à leur juste valeur de certains
éléments du bilan, conformément à la réglementation.

105. Ecart de réévaluation


Ce compte enregistre les plus values de réévaluation constatées sur les immobilisations
faisant l’objet d’une réévaluation dans les conditions réglementaires
Il est crédité du montant de la plus value de réévaluation par le débit du compte
d’immobilisation intéressé

Il est débité du montant de la réévaluation précédemment constatée par le débit du


compte d’immobilisation intéressé.
Si la perte de valeur est supérieure à l’écart de réévaluation précédemment constaté la
différence est portée au débit du compte de charge et, le cas échéant, du compte de
charge 681.

106. Réserves
Définition générale :

4
Les réserves représentent des bénéfices laissés durablement par les associés à la
disposition de l’Entité jusqu’à décision contraire des organes compétents.
Ces réserves destinées à augmenter les capacités d’autofinancement de l’entité sont
constituées en application de dispositions légales, réglementaires, statutaires, ou de
décisions du conseil d’administration.

Subdivision :
Le compte 106 « Réserves » est subdivisé en plusieurs sous comptes qui sont :
1061 Réserves légales
1064 Réserves ordinaires
1065 Réserves réglementées

1061. Les réserves légales


Les sociétés par actions et les SARL doivent effectuer sur le bénéfice de l’exercice,
diminué des pertes antérieures, un prélèvement et en porter le montant à un compte de
réserve intitulé «Réserves légales », en application de la législation et des règes
régissant les entreprises. La constitution des réserves légales est obligatoire.
Le prélèvement est égal à 5% du montant des bénéfices annuels.
Il cesse d’être obligatoire lorsque la réserve atteint 10% du fonds social (Code de
commerce Art 721)
Les réserves légales peuvent être incorporées au capital social de l’Entreprise sur les
instructions de la tutelle et les organes de l’Etat.
Le compte 1061 est crédité du montant affecté à la réserve lors de la répartition des
bénéfices par le débit du compte 120 « Résultat de l’exercice bénéficiaire »
Il est débité du montant incorporé au capital social par le crédit du compte 101
« Capital social ».

1064. Réserves réglementées


Les réserves réglementées représentent les réserves constituées en application des
dispositions de la législation fiscale. Les réserves qui entrent dans le champ
d’application de ces dispositions sont :
- Compte 10641 : Les plus values de cession à réinvestir
- Compte 10642 : Bénéfice taxé à taux réduit

10641. Plus values de cession à réinvestir


La plus value est égale à la différence entre le prix de cession de l’immobilisation cédée
et sa valeur résiduelle dans le cas bien entendu où la valeur de cession est supérieure à
la valeur comptable nette.
Cette plus value n’est pas soumise à l’imposition si l’entreprise prend l’engagement de
la réinvestir dans un délai de 3 ans.
Le compte 10641 « Plus values de cession à réinvestir » est crédité en fin d’exercice du
montant de la plus value affectée aux réserves réglementées par le débit du compte 120
« Résultat de l’exercice bénéficiaire ».

10642 Bénéfice taxé à taux réduit


En vue d’encourager les entreprises à réinvestir leurs bénéfices, la législation fiscale
prévoit en leur faveur, l’octroi d’abattements sur le taux d’imposition I.B.S, à la partie
des bénéfices affectés aux investissements.
5
Il est à noter que la constatation comptable de la réserve doit être effectuée avant la
détermination du bénéfice à répartir : Bénéfice à répartir = résultat brut – impôts –
Réserve

1063. Réserves ordinaires ou facultatives


Ce compte est destiné à recevoir les réserves constituées librement par l’Entreprise.
Ces réserves peuvent être affectées :
- à l’apurement des pertes ;
- à une distribution aux actionnaires sur décision de l’Assemblée générale ordinaire ;
- à une augmentation du capital ;
- à un rachat d’actions ou de parts sociales.
Le compte 1064 est crédité au moment de la répartition du bénéfice, du montant
affecté à la réserve facultative par le débit du compte 120 « Résultat de l’exercice
bénéficiaire ».
Il est débité du montant affecté, selon le cas, à l’apurement des pertes, à la distribution
aux actionnaires ou à l’augmentation du capital par le crédit du compte 10 ou du
compte 119 « Report à nouveau déficitaire »

107 Ecart d’équivalence


Le compte 107 " Ecart d’équivalence " enregistre l’écart constaté lorsque la valeur
globale
Des titres évalués par équivalence est supérieure à leur prix d’acquisition.
Enregistre l’écart constaté lorsque la valeur globale des titres évalués par équivalence
est
Supérieure à leur prix d’acquisition.
En effet dans le cadre de l’établissement de comptes
Consolidés, les participations dans les entreprises associées sont comptabilisées selon la
Méthode de mise en équivalence. Cette méthode conduit à substituer à la valeur
comptable
Des titres.
EVALUATION
L’écart dégagé lors de ce retraitement est enregistré dans le compte 107 « Ecart
D’équivalence » pour la part correspondant aux capitaux propres, et en résultat
consolidé
Pour la part correspondant au résultat.
L’écart d’équivalence est donc calculé par différence
Entre la valeur globale des titres évalués par équivalence et le coût d’acquisition des
titres (si
La valeur globale des titres évalués par équivalence est supérieure à leur prix
d’acquisition).
Si la valeur globale des titres évalués par équivalence est égale ou inférieure à leur prix
D’acquisition, le compte 107 « Ecart d’équivalence » n’apparaîtra pas au bilan.
En effet dans le cadre de l’établissement de comptes consolidés, les participations dans
les entreprises associées sont comptabilisées selon la méthode de mise en équivalence.
Cette méthode conduit à substituer à la valeur comptable des titres (qui correspond
normalement au prix d’acquisition de ces titres) la part que ces titres représentent dans les
capitaux propres et le résultat de l’entité associée.

6
L’écart dégagé lors de ce retraitement est enregistré en réserves consolidés (compte
107 Ecart d’équivalence) pour la part correspondant aux capitaux propres, et en résultat
consolidé pour la part

108 Compte de l’exploitant


Ce Compte est un compte à l’usage de l’exploitant individuel.

109 Capital souscrit non appelé


Le compte 109 " Actionnaires : capital souscrit - non appelé " est débité en
contrepartie de la subdivision du compte 101 intitulée " Capital souscrit - non
appelé ".
Le compte 109 « Capital souscrit non appelé » est débité en contrepartie du compte 101 «
Capital émis » lors de la souscription. Il est crédité au fur et à mesure des appels de fonds
par le débit du compte 456 « Associés, opérations sur le capital ».

Comptes à l’usage des entités autres que les sociétés et l’exploitant individuel
Le compte 101 « Fonds de dotation » enregistre le fonds de dotation de l’Etat, des
collectivités publiques ou d’autres organes assimilés.
Comptes à l’usage de toutes les entités
Le compte 104 « Ecart d’évaluation » enregistre le solde des profits et pertes non
enregistrés en résultat
et résultant de l’évaluation à leur juste valeur de certains éléments du bilan,
conformément à la réglementation.

11.REPORT A NOUVEAU
Subdivision du compte

110 Report à nouveau créditeur


119 Report à nouveau débiteur

Le Report à nouveau est constitué de la qu’ôte part des résultats réalisés par l’entité
non encore affectée. Enregistre la partie bénéficiaire (en compte 110) ou déficitaire
(compte 119) du résultat non encore affectée.
Concernant la partie bénéficiaire, c’est un bénéfice dont l’affectation est renvoyée par
l’assemblée générale ordinaire statuant sur les comptes de l’exercice à une autre
assemblée générale ordinaire.
Concernant la partie déficitaire, ce sont les pertes constatées à la clôture d’exercices
antérieurs qui n’ont pas été imputées sur des réserves ni résorbées par une réduction
du capital social et qui n’ont pas été déduites du bénéfice de l’exercice suivant ou
ajoutées au déficit dudit exercice. Le compte 11 est un compte de regroupement et non
d’imputation. Il est constitué des comptes suivants :

110 Report à nouveau créditeur


119 Report à nouveau débiteur

Report à nouveau créditeur


Le report à nouveau créditeur est évalué par décision de l’organe compétent. Il sera
soldé en tout ou partie par décision de l’organe compétente, soit :
7
- par ajout aux réserves
- par incorporation au capital social
- par distribution aux actionnaires

Le report à nouveau débiteur est égal aux pertes qui n’ont pas encore été imputées.
Il sera soldé en tout ou partie par décision de l’organe compétente, soit :
- par imputation sur les réserves
- par une réduction du capital social
- par imputation sur le bénéfice futur

Le compte 115 « Ajustement résultant de changement de méthodes comptables »


Enregistre les ajustement résultant de la première application du passage au système
comptable financier (Instruction n°2 du 29/10/2009) (Voir en annexe l’Instruction n°2)

12. RESULTAT DE L’EXERCICE


Subdivision du compte
120 « Résultat de l’exercice bénéficiaire ».
129 « Résultat de l’exercice déficitaire ».

Le compte 12 enregistre pour solde les comptes de charges et les comptes de produits
de l’exercice.
Si le montant des produits est supérieur à celui des charges, les solde est positif et
représente un bénéficie (excédent) ; ce solde est porté au crédit du sous compte 120
« Résultat de l’exercice bénéficiaire ».
Dans le cas contraire, le solde est négatif et représente une perte ; ce solde est porté au
débit du sous compte 129 « Résultat de l’exercice déficitaire ».

Le compte 12 est soldé selon la décision d’affectation du résultat prise par l’organe
compétent.
Le résultat ou la partie du résultat (bénéficiaire ou déficitaire) dont l’affectation a été
renvoyée par l’organe compétent à une décision d’affectation définitive ultérieure
s’enregistre au compte 11 « Report à nouveau »

13 PRODUITS ET CHARGES DIFFERES – HORS CYCLE D’EXPLOITATION


Subdivision du compte
131 Subventions d’équipement
132 Autres subventions d’investissements
133 Impôts différés actif
134 Impôts différés passif
138 Autres produits et charges différés

131 Subventions d’équipement


Ce compte est destiné à retracer les subventions d’investissements reçus par la société
de la part d’organismes de l’Etat ou des collectivités publiques ou tout autre
organisme.
Ce compte est subdivisé comme suit :
Compte 1310 : Subventions d’équipement reçues
Compte 1319 : Subventions inscrites à compte de résultat
8
1310. Subventions d’équipement reçues
Le compte 1310 est crédité du montant de la subvention reçue par le débit du compte
intéressé de la classe 2 lorsque la subvention est accordée par dévolution gratuite d’une
immobilisation, ou du compte financier si la subvention est accordée en numéraire.
Il est débité pour le montant intégral de la subvention, lorsque celle-ci aura été
totalement incorporée au compte de résultat 754 « Quotes-parts de subventions
d’investissement virées au résultat de l’exercice », par le crédit du compte 1319
« Subventions inscrites à compte de résultat».

1319. Subventions d’investissements inscrites à compte de résultat


Le compte 1319 est débité annuellement, à la clôture de l’exercice :
- soit du montant correspondant à l’annuité d’amortissement des immobilisations
amortissables acquises ou créées au moyen de la subvention ;
- soit d’une somme calculée en fonction du nombre d’années pendant lesquelles les
investissements non amortissables acquis ou créés au moyen de la subvention, sont
inaliénables aux termes du contrat ou, à défaut de clause d’inaliénabilité dans le
contrat, d’une somme égale au 1/10 du montant de la subvention ;
Par le crédit du compte 754 ‘Quotes-parts de subventions d’investissement virées au
résultat de l’exercice »
Il est crédité pour solde lorsque le montant porté au débit est égal à celui figurant au
crédit du compte 1310 (ce montant doit être égal à celui de la subvention reçue) par le
débit du compte 1310 « subventions d’équipement reçues ».
Nota : Compte tenu de la difficulté de suivre les annuités des biens acquis au moyen de
subventions, nous recommandons d’amortir la subvention sur dix ans en tenant
compte de la date de sa réception.

132. Autres subventions d’investissements


Les autres subventions d’investissement correspondent à des subventions dont
bénéficie l’entité pour financer ses activités à long terme : implantation à l’étranger,
prospection d’un nouveau marché…
Le compte 132 est débité annuellement, à la clôture de l’exercice, d’une somme calculée
en fonction du nombre d’années prévu dans la convention de financement ou à défaut
de cette disposition dans le contrat, d’une somme égale au 1/10 du montant de la
subvention.
Sous réserve de cette particularité, les règles de fonctionnement sont identiques à celles
du compte 131.
Impôts différés

Les comptes « Impôts différés » sont destinés à recevoir le montant calculé d’impôt
différé. Ils enregistrent les impositions différées actives et passives déterminées à
chaque clôture d'exercice sur la base de la réglementation fiscale en vigueur à la date
de clôture, sans calcul d'actualisation, et résultant :
- d'un décalage temporaire entre la constatation d'un produit ou d'une charge en
comptabilité et sa prise en compte dans la base fiscale,
- de déficits fiscaux ou de crédits d'impôts reportables dans la mesure où leur
imputation sur des bénéfices fiscaux ou des impôts futurs est probable,
Les impôts différés correspondant à chaque catégorie de différence temporelle ou à
chaque catégorie de pertes fiscales ou de crédits d'impôt non utilisés sont enregistrés
distinctement.
9
133. Impôts différés actif
Le compte 133 est débité par le crédit du compte 692 « Impositions différées actif »
pour les montants d’impôts sur les résultats recouvrables au cours d’exercices futurs
(cas d’une charge comptabilisée dans l’exercice et dont la déductibilité sur le plan fiscal
se fera au cours d’exercices futurs).
A chaque fin d’exercice, les impôts différés actifs sont réajustés en contrepartie des
mêmes comptes.

Compte 134 « Impôts différés passif »


Le compte 134 est crédité par le débit du compte 693 « Impositions différées passif » ou
d’un compte de capitaux propres, selon le cas, pour les montants d’impôts payables au
cours d’exercices futurs (cas d’un produit comptabilisé mais imposable sur les
exercices futurs).
A chaque fin d’exercice, les impôts différés passifs sont réajustés en contrepartie des
mêmes comptes.

Compte 138 : Autres produits et charges différés


En effet, on ne retrouve dans les autres produits et charges différés que les subventions
d’équipement/investissement et les impôts différés actif/passif.
Les autres produits et charges différés seront enregistrés dans les comptes de charges à
payer (compte 408, 428, 438, 448 et 468), de produits à recevoir
(Compte 418), de charges constatées d’avances (compte 486) et de produits

15. PROVISIONS POUR CHARGES – PASSIFS NON COURANTS


Dispositions générales
Lors de la constitution d’une provision pour charges, le compte 15 de provisions est
crédité par le débit d’un compte de dotations d’exploitation ou d’un compte de
dotations financières.
Lors de la survenance de la charge, la provision antérieurement constituée est soldée
par imputation directe des coûts correspondant à la charge.
L’excédent éventuel du montant de la provision fait l’objet d’une annulation par le
crédit du sous compte intéresser du compte 78 « Reprises sur pertes de valeur et
provisions »
Le compte de provision est réajusté, en tout état de cause, à la fin de chaque exercice
par :
- le débit des comptes de dotations correspondants, lorsque le montant de la provision
est augmenté ;
- le crédit du sous compte intéresser du compte 78 « Reprises sur pertes de valeur et
provisions » (produit), de même niveau que celui utilisé pour la dotation, lorsque le
montant de la provision est diminué ou annulé (provision devenue, en tout ou partie,
sans objet).

153. Provisions pour pensions et obligations similaires


Le compte 153 « Provisions pour pensions et obligations similaires » enregistre le
montant des engagements de l’entité en matière de pension, de compléments de
retraite, d’indemnités et d’allocations en raison du départ à la retraite ou d’avantages
similaires des membres de son personnel.

10
La comptabilisation de ces régimes de pension, retraites ou assimilés à prestations
définies implique pour l’entité d’utiliser des techniques actuarielles pour estimer de
façon fiable le montant des avantages accumulés par les membres du personnel en
contrepartie des services rendus pendant l’exercice et les exercices antérieurs.
Cependant des estimations ou moyennes et des calculs simplifiés peuvent fournir une
approximation fiable de ces engagements à faire figurer au passif.

155 Provisions pour impôts


La provision pour impôt est destinée à couvrir la charge probable d’impôt rattachable
à l’exercice mais dont le règlement est différé dans le temps.

158 Autres provisions pour charges – passifs non courants


1581 Provisions pour litiges
Définition
Les provisions pour litiges sont destinées à couvrir les risques pécuniaires encourues
par l’entreprise par suite de litiges dans lesquels elle est impliquée. Exemple ;
responsabilité civile de l’entreprise mise en jeu pour dommages causés à autrui
Le montant comptabilisé en provision pour charges en fin d’exercice correspond à la
meilleure estimation des dépenses à supporter jusqu’à l’extinction de l’obligation
concernée. Les provisions font l’objet d’une nouvelle estimation à la clôture de chaque
exercice.
Une provision pour charges ne peut être utilisée que pour les dépenses pour lesquelles
elle a été comptabilisée à l’origine.

Comptabilisation
Les provisions pour risques sont constatées en fin d’exercice. Le compte 151 est crédité
du montant de ces provisions par le débit du compte 6815 « Dotations aux provisions
pour risques et charges».

16 EMPRUNTS ET DETTES ASSIMILEES


Définition générale
Les emprunts sont des dettes financières à moyen et long terme destinées à couvrir,
concurremment avec les capitaux propres, les besoins de financement durable de
l’entreprise.

164 Emprunts auprès des établissements de crédit


Les emprunts représentent les moyens de financement obtenus par l’Etablissement
auprès d’une banque et assortis d’un contrat ou convention précisant le montant et les
modalités de remboursement de l’emprunt.
Les emprunts sont classés en fonction du degré d’exigibilité :
- Les emprunts à court terme (1 an)
- Les emprunts à moyen terme (1 à 7 ans)
- Les emprunts à long terme (plus de 7 ans)
A la fin de l’exercice, le montant de la dette à long terme qui devient exigible dans un
délai compris entre 1 an et 7 ans doit être viré au compte d’emprunt à moyen terme.
De même, le montant de la dette à moyen terme qui devient exigible à un an ou moins
est transféré au compte d’emprunt à court terme.

11
Lors de la constatation initiale de l’emprunt
A la réception de l’emprunt :
- le compte de trésorerie est débité du montant effectivement encaissé, déduction
faite des frais d’émission et autres charges supportées. En contrepartie :
- le compte 164 « Emprunts auprès des établissements de crédit » est crédité du
montant de l’emprunt reçu
- le compte 627 est débité du montant des frais bancaires

Lors du remboursement de l’emprunt


L’emprunt est amorti conformément au plan d’amortissement établi.
A l’échéance :
- Le compte le compte 164 « Emprunts auprès des établissements de crédit » est
débité du montant de la partie du principal arrivant à échéance par le crédit d’un
compte de trésorerie
- le compte 661100 « Intérêts des emprunts et dettes » est débité du montant des
intérêts.

A la clôture des comptes


A la clôture de l’exercice, le montant des intérêts courus, non échus relatifs aux
emprunts auprès des établissements de crédit est crédité au compte 168840 « Intérêts
courus sur emprunts auprès des établissements de crédit» par le débit du compte de
charge 661100 « Intérêts des emprunts et dettes »
A l’échéance, le compte 168840 « Intérêts courus sur emprunts auprès des
établissements de crédit» est soldé par le crédit d’un compte de trésorerie.

Compte 165 Dépôts et cautionnements reçus


Les dépôts et cautionnements reçus représentent des sommes reçues de tiers à titre de
garantie et remboursables lors de la réalisation par ces tiers d’une condition
suspensive.
Le compte 165 est crédité du montant du cautionnement reçu par le débit d’un compte
de trésorerie.
Il est débité pour solde lors de la restitution du cautionnement (réalisation par la partie
versante de la condition qui a motivé le dépôt de ce cautionnement), par le crédit d’un
compte de trésorerie.

Compte 161 : Titres participatifs


Enregistre les fonds propres reçus à travers des titres participatifs. Ces titres sont
généralement remboursés à la liquidation de la société ou après un délai de plusieurs
années si la société le décide. La rémunération de ces titres comprend une partie fixe et
une partie variable.
La partie variable est calculée par référence à des éléments relatifs à l’activité ou aux
résultats de la société et tirés des comptes annuels approuvés.
Les titres participatifs sont évalués en fonction du nombre de titres que la société émet
et le prix d’émission de chaque titre.
La rémunération des titres participatifs est une charge et non une affectation de
résultat. Cette charge sera enregistrée dans le compte 661 « charges d’intérêts ». Son
fonctionnement est expliqué au niveau de l’analyse du compte 661 « charges d’intérêts
»
12
Compte 162 : Emprunts obligataires convertibles
Enregistre les obligations émises qui peuvent être convertibles en actions. Les
obligations sont des titres négociables qui, dans une même émission, confèrent les
mêmes droits de créances pour une même valeur nominale. Le remboursement des
obligations est très rare.
En effet, les porteurs qui souscrivent à ce genre d’emprunt les choisissent afin de
convertir leurs obligations en actions de la société. C’est pour cela qu’aucune prime de
remboursement ne sera comptabilisée.
L’évaluation des emprunts obligataires se fait par multiplication du nombre
D’obligations émises par la valeur d’émission de ces obligations.

Compte 163 : Autres Emprunts obligataires


Enregistre les obligations émises.
Les obligations sont des titres négociables qui, dans une même émission, confèrent les
mêmes droits de créances pour une même valeur nominale.
La valeur nominale est appelée aussi « le pair ».
Le prix d’émission des obligations et/ou le prix de remboursement sont souvent
différents de la valeur nominale.
La différence entre le prix d’émission et la valeur nominale est appelée « prime
d’émission » de l’obligation.
Cette différence peut être positive si les obligations sont émises à un prix supérieur au
pair et négative dans le cas contraire.
La différence entre le prix de remboursement et la valeur nominale est appelée « prime
de remboursement ».
Dans la pratique, la prime d’émission est ajoutée à la prime de remboursement
Et l’ensemble sera enregistré dans le compte « Primes de remboursement ».
Le remboursement des obligations s’effectue le plus souvent en une seule fois à
échéance convenue.
Mais la société peut procéder également à un remboursement annuel.
L’évaluation des emprunts obligataires se fait par multiplication du nombre
d’obligations émis es par la va leur de remboursement de ces obligations. La différence
entre le prix d’émission et le prix de remboursement devra être comptabilisée comme
une prime de remboursement.

Compte 164 : Emprunts auprès des établissements de crédit


Enregistre les emprunts souscrits auprès des établissements de crédit. Les emprunts
sont comptabilisés initialement en tant que passifs financiers de l’entreprise à la juste
valeur de la contrepartie reçue après déduction des frais.
C’est la méthode du TIE (taux d’intérêt effectif) qui est employée. Le coût des
emprunts doit correspondre au montant de la dette après déduction des coûts
accessoires encourus lors de leur mise en place.
De ce fait, lors de l’enregistrement initial, si l’emprunt comporte des frais d’émission
ou d’autres charges, il faudra calculer le taux d’intérêt effectif de cet emprunt.
Ce taux reflétera le taux d’intérêt réel de cet emprunt.
Le taux d’intérêt effectif est le taux qui actualise le flux attendu des sorties de
trésorerie futures jusqu’à l’échéance (le remboursement à payer à l’établissement
financier), à la valeur comptable nette actuelle du passif financier. Il correspond au
taux de rendement interne du passif financier concerné.
Une fois le TIE déterminé, la société devra recalculer un tableau de remboursement
13
D’emprunt en tenant compte du taux d’intérêt effectif et non du taux d’intérêt
bancaire.
C’est-à-dire qu’il faudra recalculer pour chaque mensualité payée la répartition entre
le remboursement de capital et les intérêts payés en fonction du taux d’intérêt effectif
calculé.
La méthode du taux d’intérêt effectif est donc une méthode de calcul de
l’amortissement du passif financier. Après acquisition, les emprunts sont évalués au
coût amorti. Le coût amorti d’un passif financier est le montant auquel le passif
financier a été évalué lors de sa comptabilisation initiale diminué des remboursements
en principal.

Compte 165 : Dépôts et cautionnements reçus


Enregistre les dépôts et cautionnements reçus.
Un dépôt est, dans la majorité des cas, une somme d’argent confié à la garde
De l’entreprise qui s’engage à la remettre à leur propriétaire au moment où celui-ci la
réclamera. Un cautionnement représente des fonds reçus pour garantir l’exécution
d’un contrat ou d’une obligation, et dont leur propriétaire ne peut disposer jusqu’à
La réalisation d’une condition déterminée. Un cautionnement représente des fonds
reçus pour garantir l’exécution d’un contrat ou d’une obligation, et dont leur
propriétaire ne peut disposer jusqu’à la réalisation d’une condition déterminée.
- Comptes 1650 – Cautionnements reçus en dinars
- Comptes 1651 – Cautionnements reçus en devises
Les dépôts et cautionnements sont évalués pour la somme d’argent reçue.
La société recevant ces dépôts et cautionnements devra les restituer à la fin du
Contrat ou lorsque la clause contractuelle sera respectée. Ces dépôts et cautionnements
reçus sont donc considérés comme des dettes.

Compte 167 : Dette sur contrat de location-financement


Enregistre la dette en contrepartie de la disposition d’un actif pris en contrat
De location financement.
La location-financement est un contrat de location ayant pour effet de transférer au
preneur la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété d’un actif
avec ou sans transfert de propriété en fin de contrat.
La dette sur contrat de location-financement est évaluée pour le même montant que le
coût d’entrée du bien pris en location financement.
La reconnaissance de la dette au passif figurera pour le même montant que la
l’inscription du bien à l’actif.
La dette attachée au bien en location-financement figure donc au passif du preneur
pour le montant le plus faible entre la juste valeur du bien loué et la valeur actualisée
des paiements minimaux prévus au contrat (ces paiements minimaux incluant la valeur
actualisée de rachat en fin de bail, si à la conclusion du contrat il existe une certitude
raisonnable que l’option d’achat sera levée).
La valeur actualisée est déterminée au taux implicite du contrat ou à défaut, au taux
d’intérêt d’endettement marginal du preneur.
Lors du paiement des redevances prévues au contrat, le montant de la redevance est
décomposé en deux parties :
Une partie comme remboursement en principal de la dette (compte 167)
Et l’autre partie comme intérêts (compte 661).
14
Compte 168 : Autres emprunts et dettes assimilés
Enregistre tous les emprunts autres que les emprunts obligataires (convertibles
Ou non) et les emprunts auprès des établissements de crédit.
Comptes 1680 – Autres emprunts en dinars
Comptes 1681 – Autres emprunts en devises
Comptes 1688 – Intérêts courus sur emprunts
Les emprunts sont comptabilisés initialement en tant que passifs financiers de
l’entreprise à la juste valeur de la contrepartie reçue après déduction des frais.
C’est la méthode du TIE (taux d’intérêt effectif) qui est employée.
Le coût des emprunts doit correspondre au montant de la dette après déduction des
coûts accessoires encourus lors de leur mise en place.
De ce fait, lors de l’enregistrement initial, si l’emprunt comporte des frais d’émission
ou d’autres charges, il faudra calculer le taux d’intérêt effectif de cet emprunt.
Ce taux reflétera le taux d’intérêt réel de cet emprunt.
Le taux d’intérêt effectif est le taux qui actualise le flux attendu des sorties de
trésorerie futures jusqu’à l’échéance (le remboursement à payer à l’établissement
financier), à la valeur comptable nette actuelle du passif financier.
Il correspond au taux de rendement interne du passif financier concerné. Une fois le
TIE déterminé, la société devra recalculer un tableau de remboursement d’emprunt en
tenant compte du taux d’intérêt effectif et non du taux d’intérêt bancaire.
C’est-à-dire qu’il faudra recalculer pour chaque mensualité payée la répartition entre
le remboursement de capital et les intérêts payés en fonction du taux d’intérêt effectif
calculé. La méthode du taux d’intérêt effectif est donc une méthode de calcul de
l’amortissement du passif financier.
Après acquisition, les emprunts sont évalués au coût amorti.
Le coût amorti d’un passif financier est le montant auquel le passif financier a été
évalué lors de sa comptabilisation initiale diminué des remboursements en principal.

Compte 169 : Primes de remboursement des obligations


Enregistre les primes de remboursements des obligations lors de l’émission d’un
Emprunt obligataire. La prime de remboursement est la différence entre le prix
d’émission versé par les souscripteurs et le prix de remboursement des obligations aux
souscripteurs
Si l’émission s’est faite au pair (prix d’émission = valeur nominale), la prime de
remboursement est la différence entre le prix de remboursement des obligations aux
souscripteurs et la valeur nominale.
La prime de remboursement est évaluée comme indiqué dans la définition ci-dessus.
A la clôture de l’exercice, la société doit passer en charge une partie de la
Prime de remboursement chaque année. L’amortissement de ces primes de
remboursement se fait obligatoirement soit sur la durée de l’emprunt soit en fonction
des intérêts courus.

17 DETTES RATACHEES A DES PARTICIPATIONS


Dispositions générales
Les dettes rattachées à des participations représentent les dettes que la société doit
payer aux sociétés dont elle détient une participation.
Ces dettes sont considérées comme moyen ou long terme. En effet, si ces dettes font
référence à des opérations temporaires, elles sont
Enregistrées dans le compte 45 « Groupe et associés ».
15
Le compte 17 est subdivisé de la manière suivante :
- 171 Dettes rattachées à des participations groupes
- 172 Dettes rattachées à des participations hors groupes
- 173 Dettes rattachées à des sociétés en participations
- 178 Autres dettes rattachés à des participations

Compte 171 : Dettes rattachées à des participations groupes


Enregistre le montant des fonds mis directement ou indirectement à disposition
De l’entreprise par les sociétés du groupe.
Le montant des dettes est évalué au montant reçu par l’entreprise.

Compte 172 : Dettes rattachées à des participations hors groupes


Enregistre le montant des fonds mis directement ou indirectement à disposition
De l’entreprise par les sociétés hors groupe. Le montant des dettes est évalué au
montant reçu par l’entreprise.

Compte 173 : Dettes rattachées à des sociétés en participations


Enregistre le montant des fonds mis directement ou indirectement à disposition
De l’entreprise par des sociétés en participation.
Le montant de ces dettes s’évalue au montant réel que l’entreprise a reçu de la société
en participation.

Compte 178 : Autres dettes rattachées à des participations


Enregistre toutes les autres dettes rattachées à des participations qui ne sont
Pas enregistrées dans les comptes 171, 172 et 173.
Le montant des dettes s’évalue au montant reçu.

18 – COMPTES DE LIAISON DES ETABLISSEMENTS ET SOCIETES EN


PARTICIPATION
Dispositions générales
Le compte 18 est à la disposition des entités pour recevoir, en cours d’exercice, les
opérations effectuées entre établissements et avec des sociétés en participation. Il est
obligatoirement soldé à la clôture de l’exercice.
Le principe de ce compte est que les mouvements économiques entre les différentes
unités d’une entreprise, qu’ils soient financiers, de services ou de produits et biens, ne
doivent pas avoir pour effet de fausser, en hausse ou en baisse, les valeurs qui
constituent le patrimoine de l’entreprise lors de leur regroupement.
Il est donc nécessaire de pouvoir identifier ces mouvements afin de permettre
Leur élimination au moment du regroupement ou « Cumul ».
C’est le but recherché par la constatation de ces mouvements par les comptes 18 qui
jouent le rôle de comptes de dettes et créances et les comptes 89 qui jouent le rôle de
comptes de gestion charges et produits.

Le compte 18 est subdivisé de la manière suivante :


- 181 Comptes de liaison entres établissements
- 182 Factures à repartir
- 188 Comptes de liaison entre sociétés en participations

16
CLASSE 2 :
COMPTES D’IMMOBILISATIONS
Subdivision de la classe 2
Compte 20 Immobilisations incorporelles
Compte 21 Immobilisations corporelles
Compte 23 Immobilisations en cours
Compte 26 Participations et créances rattachées à des participations
Compte 27 Autres immobilisations financières
Compte 28 Amortissements des immobilisations
Compte 29 Pertes de valeur sur immobilisations

20. Immobilisations incorporelles


Définition générale
Une immobilisation incorporelle est un actif identifiable immatériel et non monétaire, utilisé
par l’Etablissement dans le cadre de ses activités ordinaires.
Le compte 20 « Immobilisations incorporelles » est subdivisé en cinq sous comptes ci-après
203 Frais de développement immobilisa blés
204 Logiciels informatiques et assimilés
205 Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques
207 Ecart d’acquisition
208 Autres immobilisations incorporelles

203 Frais de développement immobilisa blés


Les frais de développement ne peuvent être immobilisés que si les conditions suivantes sont
remplies :
- les frais se rapportent à des projets ayant de sérieuses chances de rentabilité ;
- l’entreprise à l’intention et la capacité technique et financière d’achever le projet lié à ces
frais de développement et de l’utiliser ou de le vendre ;
- les frais peuvent être évalués de façon fiable.
Le compte 203 est débité du montant des frais de développement par le crédit du compte
731 « Production immobilisée d’actifs incorporels »
Le montant des frais inclut toutes les dépenses engagées pour le développement de l’actif
incorporel dont il s’agit.
Cependant, les dépenses qui ont été déjà comptabilisées en charges par l’entreprise dans ses
états financiers annuels antérieurs ne peuvent pas être incorporées dans le montant de ces
frais.

204 Logiciels informatiques et assimilés


Le compte 204 « Logiciels informatiques et assimilés » est débité :
- du coût d’acquisition de la licence se rapportant à l’utilisation de logiciels
- ou du coût de production des logiciels,
Par le crédit d’un compte de tiers ou d’un compte de trésorerie ou du compte 731
« Production immobilisée d’actifs incorporels »

17
205 Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques.
Enregistre les concessions, brevets, licences et marques acquises dans le but de
Disposer d’un droit pendant la durée du contrat (exemple : concession d’utilisation de
marques, licence d’exploitation de procédés, etc.).

208 Autres immobilisations incorporelles


Ce compte est destiné à enregistrer le coût d’acquisition des immobilisations incorporelles
autres que celles enregistrées aux comptes 203 à 205.
Les règles de fonctionnement de ce compte sont identiques à celles des comptes 204 & 205

21 Immobilisations corporelles
Définition générale
Une immobilisation corporelle est un actif corporel détenu par l’Etablissement pour la
production, la fourniture de services, la location ou l’utilisation à des fins administratives et
dont la durée d’utilisation est censée se prolonger au-delà de la durée d’un exercice.
Le compte 21 « Immobilisations corporelles » est subdivisé en quatre sous comptes ci-après
211 Terrains
212 Agencements et aménagements de terrain
213 Constructions
215 Installations techniques, matériel et outillage industriels
218 Autres immobilisations corporelles

Modalités de comptabilisation des immobilisations corporelles


A. A l’entrée dans le patrimoine
Les comptes d’immobilisations corporelles cités ci-dessus sont débités à la date d’entrée des
actifs sous le contrôle de l’Etablissement selon le cas :
- du coût d’acquisition
- du coût de production, pour les immobilisations crées par l’entreprise pour elle-même
- de la valeur d’apport, en cas d’apport en nature
Par le crédit :
- du compte 40 « fournisseurs »
- du compte 73 « Production immobilisée »
- d’un sous compte du compte 10 « Capital » ou du compte 456 « Associés Ŕ opérations sur
le capital »

B. Evaluation à l’arrêté des comptes - Valeur d’inventaire


L’Etablissement apprécie à chaque date de clôture s’il existe un quelconque indice montrant
qu’un actif a pu perdre de la valeur.
S’il existe un tel indice, l’Etablissement estime la valeur recouvrable de l’actif.
Si tel est le cas, un test de dépréciation doit être effectué ; la valeur nette comptable de l’actif
est comparée à sa valeur recouvrable (actuelle)
La valeur recouvrable d’un actif est évaluée à la valeur la plus élevée entre son prix de vente
net et sa valeur d’utilité.
- Le prix de vente net d’un actif est le montant qui peut être obtenu de la vente d’un actif
lors d’une transaction dans des conditions de concurrence normale entre des parties bien
informées et consentantes, diminué des coûts de sortie.

18
- La valeur d’utilité d’un actif est la valeur actualisée de l’estimation des flux de trésorerie
futurs attendus de l’utilisation continue de l’actif et de sa cession à la fin de sa durée
d’utilité.
Dans les cas où il n’est pas possible de déterminer le prix de vente net d’un actif, sa valeur
recouvrable sera considérée comme égale à sa valeur d’utilité.
Dans les cas où un actif ne génère pas directement de flux de trésorerie, sa valeur
recouvrable est déterminée pour l’unité génératrice de trésorerie à laquelle il appartient.
Une unité génératrice de trésorerie (UGT) est le plus petit groupe identifiable d’actifs qui
génère des entrées de trésorerie largement indépendantes des entrées de trésorerie générées
par d’autres actifs ou groupes d’actifs.
Des estimations, des moyennes et des calculs simplifiés peuvent fournir une approximation
raisonnable des calculs détaillés nécessaires pour déterminer la valeur d’utilité ou le prix de
vente net d’un actif tel que défini ci-dessus.
Les plus values constatées entre la valeur recouvrable (actuelle) d’un actif et sa valeur nette
comptable ne sont pas comptabilisées.
En revanche, les pertes de valeur sont comptabilisées dans les conditions exposées ci-
dessous.

B/1. Modalités de comptabilisation de la perte de valeur


Lorsque la valeur recouvrable d’un actif est inférieure à sa valeur comptable nette
d’amortissement, cette dernière doit être ramenée à sa valeur recouvrable.
Le montant de l’excédent de la valeur comptable sur la valeur recouvrable constitue une
perte de valeur.qui est constatée en comptabilité par la diminution dudit actif et par la
comptabilisation d’une charge.
Le compte 681620 « Dotations pour pertes de valeur des Immobilisations corporelles » est
débité du montant de la perte de valeur par le crédit de la subdivision intéressée du compte
21

B.2. Disparition ou diminution de pertes de valeur constatées au cours d’exercices


Antérieurs
Si à l’arrêté des comptes, l’Etablissement constate qu’’il existe un indice montrant qu’une
perte de valeur comptabilisée pour un actif au cours d’exercices antérieurs n’existe plus ou a
diminué, elle estime la nouvelle valeur recouvrable de l’actif.
Si la valeur recouvrable de cet actif redevient supérieure à sa valeur comptable, la valeur
comptable de l’actif est alors augmentée à hauteur de sa valeur recouvrable et la perte de
valeur constatée au cours d’exercices antérieurs est reprise en produit dans le compte de
résultat.

NOTA,
La nouvelle valeur comptable ne doit, toutefois, pas dépasser la valeur comptable nette
d’amortissements qui aurait été déterminée si aucune perte de valeur n’avait été
comptabilisée pour cet actif au cours des exercices antérieurs.

B/3. Réévaluation des immobilisations


Fondement réglementaire
Art 121-20 à 121-27 de l’arrêté du 26 7 08 portant application du décret exécutif N° 08-156
du 26/08/2008 portant application des dispositions de la Loi 07-11 du 27/11/2007 portant
système comptable financier.

19
B/31. Modalités de réévaluation
Une entité est autorisée à comptabiliser sur la base de leur montant réévalué les
immobilisations corporelles appartenant à une ou plusieurs catégories d’immobilisations
qu’elle aura préalablement définies.
Exemples d’’immobilisations à réévaluer : terrains, constructions, équipements et
installations de production de valeur significative.
L’immobilisation concernée, est alors comptabilisée à son montant réévalué, c'est-à-dire à sa
juste valeur à la date de réévaluation, diminué du cumul des amortissements ultérieurs et du
cumul des pertes de valeur ultérieures.
La juste valeur des terrains et constructions est habituellement leur valeur de marché. Cette
valeur est déterminée sur la base d’une estimation effectuée par des évaluateurs
professionnels qualifiés.
La juste valeur des installations de production est également leur valeur de marché.
En l’absence d’indications sur leur valeur de marché (installation spécialisée), elles sont
évaluées à leur coût de remplacement net d’amortissement.
Après réévaluation, les montants amortissables sont déterminés sur la base des montants
réévalués.

B/ 32. Dispositions comptables


Lorsqu’une immobilisation corporelle est réévaluée (par référence à la valeur du marché par
exemple) le cumul des amortissements à la date de réévaluation est ajusté
proportionnellement à la valeur brute comptable de l’actif, de sorte que la valeur comptable
de cet actif à l’issue de la réévaluation soit égale au montant réévalué.

B/321. Cas où la réévaluation entraine une augmentation de la valeur comptable de


L’actif
Lorsque la valeur comptable d’un actif augmente à la suite d’une réévaluation,
l’augmentation est créditée directement en capitaux propres au compte 105 « Ecart de
réévaluation ».
Toutefois une réévaluation positive est comptabilisée en produit dans la mesure où elle
compense une réévaluation négative du même actif, antérieurement comptabilisée en charge.

B/322. Cas où la réévaluation fait apparaître une perte de valeur


Lorsque, au contraire, la réévaluation d’un actif fait apparaître une perte de valeur
(réévaluation négative), cette perte de valeur est imputée en priorité sur l’écart de
réévaluation antérieurement comptabilisé au compte 105 « Ecart de réévaluation » au titre de
ce même actif. Le solde éventuel (écart de réévaluation net négatif) est constaté en charge.

Cession de l’actif
La subdivision concernée du compte 21 est créditée du montant de la valeur brute de l’actif
et la subdivision concernée du compte 28 est débitée du montant cumulé des
amortissements.
Le profit ou la perte déterminé par différence entre le produit de sortie net et la valeur
comptable de l’actif, est comptabilisé en produits ou en charges dans les comptes 652
« Moins values sur sorties d’actifs immobilisés » ou 752 « Plus values sur sorties d’actifs
immobilisés ».

22 IMMOBILISATIONS EN CONCESSION
Définition générale
20
La concession de service public est définie comme un contrat par lequel une personne
publique (concédant) confie à une personne physique ou à une personne morale
(concessionnaire) l’exécution d’un service public, à ses risques et périls, pour une durée
déterminée et généralement longue, et moyennant le droit de percevoir des redevances sur
les usagers du service public.
Les règles comptables en matière de concession de service public sont applicables aux
contrats apparentés à la concession tels que les contrats d’affermage.
Les opérations relatives à la concession sont enregistrées dans la comptabilité
Du concessionnaire ; cependant elles sont généralement dissociées des autres
Opérations du concessionnaire en fonction des clauses de la convention ainsi
Que des besoins de gestion et d’information.
L’utilisation de sous comptes spécifiques au niveau des comptes de bilan comme au niveau
des comptes de résultat permet le plus souvent cette dissociation.
Les immobilisations corporelles mises en concession par le concédant ou par le
Concessionnaire sont inscrites en compte 22, et sont éventuellement ventilées
Dans les mêmes conditions que celles inscrites aux comptes 21.

Le compte 22 est un compte de regroupement et non d’imputation. Il regroupe


Les subdivisions suivantes :
- 221 Terrains en concession
- 222 Agencements et aménagements de terrains en concession
- 223 Constructions en concession
- 225 Installations techniques en concession
- 228 Autres immobilisations corporelles en concession
- 229 Droits du concédant

23. Immobilisations en cours


Les comptes d’immobilisations en cours ont pour objet de faire apparaitre la valeur des
immobilisations non encore achevés à la fin de chaque exercice, ainsi que les avances et
acomptes versés par l’entreprise à des tiers en vue de l’acquisition d’immobilisations
Ces comptes sont soldés dès que l’immobilisation est mise en service par le reclassement de
l’immobilisation dans la subdivision du compte 21.correspondant à la nature de cette
immobilisation.
Aucun amortissement n’est pratiqué sur des immobilisations en cours, mais une perte de
valeur est constatée, si compte tenu des changements d’estimation survenus au cours des
travaux, la valeur recouvrable de l’immobilisation devient inférieure à la valeur comptable.
Règles de fonctionnement
Immobilisations dont la réalisation est confiée à des tiers
Les Immobilisations dont la réalisation est confiée à des tiers et qui ne sont pas achevées à la
fin de l’exercice :
- sont inscrites au débit du compte concerné des immobilisations en cours, sur la base des
factures ou des situations de travaux fournies par ces tiers
- par le crédit du compte de tiers concerné de la classe 4
Immobilisations créées par les moyens propres de l’entreprise
Les Immobilisations créées par les moyens propres de l’entreprise et qui ne sont pas
achevées à la fin de l’exercice :

21
- sont inscrites au débit du compte concerné des immobilisations en cours, pour le coût de
production des éléments en cours (après enregistrement des charges générées par la création
de l’immobilisation dans les comptes de charges correspondants de la classe 6)
- par le crédit du compte 73 « Production d’immobilisation »

Avances et acomptes versés sur commande d’immobilisation


Les avances et acomptes versés à des tiers sur commande d’immobilisation sont portées au
débit de la subdivision correspondante du compte 238 « Avances et acomptes versés sur
commande d’immobilisation », par le crédit du compte 404 « Fournisseurs
d’immobilisations »
L’entreprise peut également comptabiliser en cours d’exercice ces avances et acomptes dans
le compte 4091 « Fournisseurs débiteurs Ŕ avances et acomptes versés sur commandes », à
condition, en fin d’exercice, de virer ces avances et acomptes en compte 238 « Avances et
acomptes versés sur commande d’immobilisation » afin qu’ils apparaissent au bilan sous la
rubrique « immobilisations »

27 AUTRES IMMOBILISATIONS FINANCIERES.


Définitions
Les Autres Immobilisations financières comprennent :
- Compte 271,
Les titres, autres que les titres de participation et que les titres immobilisés de l’activité de
portefeuille, que l’entité n’a pas l’intention ou la possibilité de revendre à bref délai ; il peut
s’agir de titres dont la détention durable est subie plus que voulue.

- Compte 272,
Les titres représentatifs de droit de créance tels que les parts de fonds commun de placement
que l’entité a l’intention de conserver durablement.

- Compte 273,
Les titres immobilisés de l’activité de portefeuille ; l’activité de portefeuille consiste pour
une entité à investir tout ou partie de ses actifs dans un portefeuille de titres pour en retirer, à
plus ou moins longue échéance, une rentabilité satisfaisante ; cette activité s’exerce sans
intervention dans la gestion des entités dont les titres sont détenus.

- Compte 274
Les prêts, qui correspondent à des fonds versés à des tiers en vertu de dispositions
contractuelles par lesquelles l’entité s’engage à transmettre à des personnes physiques ou
morale l’usage de moyens de paiement pendant un certain temps. Les créances
correspondant aux locations à recevoir dans le cadre de contrat de location-financement sont
assimilées à des prêts.

- Compte 275
Les dépôts et cautionnements qui constituent des créances également assimilables à des
prêts.
- Compte 276
Les autres créances immobilisées, qui ne peuvent pas être classées dans les catégories
précédentes,

22
Comptabilisation
Comptabilisation des titres à leur ’entrée dans l’actif de l’entreprise
Les comptes 271 à 276 sont débités du montant des actifs financiers évalués au coût
d’acquisition qui est la juste valeur de la contrepartie donnée pour acquérir l’actif, par le
crédit d’un compte de trésorerie

Réévaluation à chaque arrêté des comptes


Après leur comptabilisation initiale, tous les actifs financiers doivent être réévalués à la juste
valeur, à l’exception des trois catégories d’actifs suivants qui doivent être comptabilisés à
leur coût amorti :
- les prêts et créances émis par l’entité qui ne sont pas détenus à des fins de transaction,
- les autres placements à échéance fixée que l’entité a l’intention et la capacité de détenir
jusqu’à leur échéance,
- et tout actif financier qui n’a pas de prix coté sur un marché actif et dont la juste valeur ne
peut être évaluée de manière fiable.
A la clôture de l’exercice, les intérêts courus non échus sont inscrits au crédit des
subdivisions du compte 2768 « Intérêts courus » appropriées aux comptes par nature.

Les remboursements en capital


Les remboursements en capital de l’ensemble de ces dettes ou créances sont enregistrés au
crédit de chacun des comptes visés, en contrepartie des comptes financiers.

- Compte 279
Le compte 279 « Versements restant à effectuer sur titres immobilisés non libérés» est
destinée à enregistrer la partie non encore libérée des autres titres immobilisés acquis par
l’entreprise.
Ce compte est crédité du montant des versements restant à effectuer sur titres de
participation non libérés par le débit de la subdivision intéressée du compte 27.

28. AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS


Définition et modalités de calcul des amortissements
Les amortissements représentent la constatation de la consommation des avantages
économiques attendus d’un actif corporel ou incorporel.
Il s’obtient en répartissant la valeur amortissable sur la durée d’utilité du bien selon le mode
d’amortissement retenu par l’entreprise (linéaire, progressif ou dégressif).
Lorsque le mode d’amortissement retenu est linéaire, chaque fin d’année, l’amortissement
est calculé par la division de la valeur amortissable du bien par le nombre d’années estimé
de la durée d’utilisation de ce bien.
On obtient ainsi des annuités d’égal montant
La valeur amortissable d’un actif est sa valeur brute, c'est-à-dire sa valeur d’entrée dans le
patrimoine, sous déduction de la sa valeur résiduelle si celle-ci peut être déterminée de façon
fiable.
La valeur résiduelle représente le prix que l’entreprise obtiendrait de la cession de l’actif sur
le marché, à la fin de son utilisation. Cette valeur est déterminée à l’entrée du bien dans
l’actif de l’entreprise.
Le point de départ de l’amortissement d’un actif est la date à laquelle commence la
consommation des avantages économiques liés à cet actif. Cette date correspond
généralement à la mise en service de l’actif

23
Lorsque la mise en service du bien a lieu en cours d’année, le premier amortissement est
calculé en fonction du nombre de mois d’utilisation, à compter du premier jour du mois de
mise en service ou du mois suivant, selon que la date de mise en service est située dans la
première ou deuxième quinzaine
Les frais de recherche et développement (compte 2803) doivent être amortis dans un délai
maximum de cinq ans.
Les amortissements doivent être pratiqués chaque année, même en l’absence de bénéfice.
Toutefois, s’agissant des logiciels, leur amortissement doit commencer à compter de la date
d’acquisition.
Lorsqu’après l’entrée de l’actif dans le patrimoine, la base amortissable est modifiée en
hausse ou en baisse (en cas de réévaluation ou de dépréciation de l’actif par exemple), c’est
sur la base de cette nouvelle valeur que seront calculés les amortissements.

Structure du compte 28
Les comptes d’amortissement sont regroupés dans le compte 28 où ils suivent la même
classification que les immobilisations auxquelles ils se rapportent. Leur numéro est celui de
l’immobilisation amortie auquel on a ajouté un 8 entre le premier et le deuxième chiffre à
partir de la gauche.
Exemple :
- Matériel de transport : compte 2180
- Amortissement du matériel de transport : compte 28180

Règles de fonctionnement des comptes d’amortissement


A la clôture de l’exercice, les sous comptes intéressés du compte 28 sont :
- Crédités du montant de la dotation de l’exercice par le débit du compte de dotation
correspondant (6811 pour les immobilisations incorporelles et corporelles, 6861 pour les
éléments financiers)
- Débités, en cas de cession, de disparition indemnisée ou non ou de mise au rebut de
l’immobilisation, du montant cumulé des amortissements pratiqués, par le crédit du compte
d’immobilisation correspondant.

29 PERTES DE VALEUR SUR IMMOBILISATIONS


Définition générale
Une perte de valeur représente un amoindrissement de la valeur d’un élément d’actif
résultant de causes dont les effets ne sont pas irréversibles.
Règles de fonctionnement
Lors de la constatation de la dépréciation, la subdivision concernée du compte 29 est
créditée du montant de la dépréciation par le débit du compte 681610 « Dotations pour
pertes de valeur des Immobilisations incorporelles » pour les Immobilisations incorporelles,
681620 « Dotations pour pertes de valeur des Immobilisations corporelles » pour les
immobilisations corporelles, 6866 pour les immobilisations financières ou 6876 pour les
dépréciations exceptionnelles.
A la clôture de chaque exercice, les dépréciations précédemment constatées sont
éventuellement réajustées :
- soit par la constatation d’une dotation complémentaire (débit du compte de dotation
concerné) si la perte de valeur est augmentée

24
- soit par le crédit de la subdivision correspondante du compte 78 (symétrique à celui utilisé
pour la dotation) en cas de réduction ou annulation de la perte de valeur antérieurement
constatée (perte de valeur devenue partiellement ou totalement sans objet)
C’est le montant net de l’immobilisation, déduction faite des amortissements et des pertes de
valeur, qui figure au bilan.
Lors de la cession de l’immobilisation, la perte de valeur antérieurement constatée est
enregistrée en diminution de la valeur de l’immobilisation afin de déterminer la plus ou
moins value à constater dans le compte de résultat.

25
CLASSE 3 :
COMPTES DE STOCKS ET
ENCOURS
Subdivision de la classe 3
Compte 30 Stocks de marchandises
Compte 31 Matières premières et fournitures
Compte 32 Autres approvisionnements
Compte 33 Encours de production de biens
Compte 34 Encours de production de services
Compte 35 Stocks de produits
Compte 36 Stocks provenant d’immobilisations
Compte 37 Stocks à l’extérieur
Compte 38 Achats stockés
Compte 39 Pertes de valeur sur stocks et encours

1. Définition générale des stocks


Un stock est un actif détenu pour être vendu en l’état dans le cours normal de l’activité ou
destiné à être consommé soit dans le processus de production sous forme de matières
premières soit dans le processus de prestations de service sous forme de matières et
fournitures

2. Contenu des comptes


Compte 30 «Stocks de marchandises »
Il enregistre le montant des marchandises achetées en vue d’être revendues en l’état

Compte 31 « Matières premières et fournitures »


Il enregistre le montant des matières premières et des fournitures achetées pour être
transformées et entrant dans la composition des produits fabriqués.

Compte 32 « Autres approvisionnements »


Il enregistre le montant des substances :
- qui concourent à la fabrication sans entrer dans la composition des produits fabriqués
- qui sont consommées dans le cadre de l’exploitation (matières et fournitures)

Compte 34 « Encours de production de services »


Il enregistre le montant des services en cours en formation au travers d’un processus de
prestations de services.

Compte 35 : Stocks de produits

26
Enregistre les stocks de produits intermédiaires, les produits finis et les produits résiduels ou
matières de récupération.
Les produits intermédiaires sont les produits qui ont atteint un stade d’achèvement non
définitif et qui sont destinés à rentrer dans une nouvelle phase du cycle de production.
Les produits finis sont les produits qui ont atteint un stade d’achèvement
Définitif dans le cycle de production. Ils sont créés par l’entreprise et destinés à être vendus
ou fournis. Les produits résiduels sont les produits constitués par les déchets et rebuts de
Fabrication. Ce sont les résidus de toutes natures, produits finis ou intermédiaires, impropres
à une utilisation ou à un écoulement normal.
Le compte 35 « Stocks de produits » n’est pas un compte d’imputation mais un compte de
regroupement.
Il se subdivise en sous-comptes :
- 351 Produits intermédiaires
- 355 Produits finis
- 358 Déchets et rebuts

Compte 36 « Stocks provenant d’immobilisations »


Il enregistre la valeur des éléments démontés ou récupérés des immobilisations corporelles.
Compte 37 « Stocks à l’extérieur »
Il enregistre la valeur des stocks contrôlés par l’entreprise mais non détenus physiquement
par cette entreprise à la clôture de l’exercice :
Exemple : stocks en dépôt chez un tiers, stocks en cours de route

3. Comptabilisation des stocks


Comptes 31 à 36
Le suivi en comptabilité des stocks peut être effectué, soit selon la méthode de l’inventaire
intermittent, soit selon la méthode de l’inventaire permanent.
Le choix de la méthode relève d’une décision de gestion.

1°. Comptabilisation dans le cadre de l’inventaire intermittent


a). Enregistrement des achats de marchandises et approvisionnement
Le compte 38 « Achats stockés » est débité du montant des achats et des frais accessoires
d’achat par le crédit d’un compte de fournisseurs ou d’un compte de trésorerie si l’achat est
effectué cash.
Le compte 38 est subdivisé selon le même schéma que le compte 60 « Achats consommés »
ainsi que les autres comptes de stocks : 380 « Achats de marchandises stockées », 381
« Achats de matières premières et de fournitures stockées », 382 « Autres
approvisionnements stockés »

b) A la clôture de l’exercice
1° Procéder à l’annulation des stocks existant en début de période :
Les comptes 30 « Marchandises » 31 « Matières premières et fournitures » et 32 « Autres
approvisionnements » sont crédités du montant du stock initial par le débit des subdivisions
6030 « Variation des stocks des marchandises », 6031 « Variation des stocks des matières
premières (et fournitures) » et 6032 « Variation des stocks des autres approvisionnements »

2° Après avoir procédé au recensement et à l’évaluation des stocks existants à la


clôture
27
(Inventaire physique des stocks) :
- Solder les subdivisions du compte 38 Achats stockés » par le débit des subdivisions
correspondantes du compte 60 « Achats consommés » (600 « marchandises vendues », 601
« Matières premières consommées » et 602 « Autres approvisionnements consommés »)
- Les comptes de stocks 30 « Marchandises », 31 « Matières premières et fournitures » et 32
« Autres approvisionnements » sont débités du montant du stock final issu de l’inventaire
physique, par le crédit des subdivisions 6030 « Variation des stocks des marchandises »,
6031 « Variation des stocks des matières premières (et fournitures) » et 6032 « Variation des
stocks des autres approvisionnements ».
Ainsi, les soldes des subdivisions 6030, 6031 et 6032 expriment les variations intervenues
dans la valeur des stocks de marchandises, de matières premières et autres
approvisionnements

2°. Comptabilisation dans le cadre de l’inventaire permanent


a). Enregistrement des achats marchandises et approvisionnement
Le compte 38 « Achats stockés » est débité du montant des achats et des frais accessoires
d’achat par le crédit d’un compte de fournisseurs ou d’un compte de trésorerie si l’achat est
effectué cash.
Le compte 38 est subdivisé selon le même schéma que le compte 60 « Achats consommés »
ainsi que les autres comptes de stocks : 380 « Achats de marchandises stockées », 381
« Achats de matières premières et de fournitures stockées », 382 « Autres
approvisionnements stockés »

b) A l’entrée des stocks en magasin


Les comptes 30 « Stocks de marchandises », 31 « Stocks de matières premières et
fournitures » et 32 « Autres approvisionnements » :
- sont débités de la valeur des entrées en magasins par le crédit des subdivisions
correspondantes du compte 38 « Achats » (380 « Achats de marchandises stockées », 381
« Achats de matières premières et de fournitures stockées », 382 « Autres
approvisionnements stockés »
- sont crédités de la valeur des sorties par le débit des subdivisions correspondantes du
compte 60 « Achats consommés » (600 « marchandises vendues », 601 « Matières
premières consommées » et 602 « Autres approvisionnements consommés »)

c). A la clôture de l’exercice


Après avoir été analysés, les écarts qui ressortent entre l’inventaire physique extra
comptable et l’inventaire comptable permanent sont enregistrés dans les comptes 30,31 & 32
de façon à ajuster les soldes de l’inventaire comptable avec l’inventaire physique. En
contrepartie ;

Ecarts négatifs
Le compte de stocks concerné (30,31 ou 32) est débité de la valeur de l’écart par le crédit :
- de la subdivision concernée du compte 72 si l’écart constaté est justifiés et considéré
comme normal
- du compte 757 « Produits exceptionnels sur opérations de gestion » pour les autres écarts

Ecarts négatifs
Le compte de stocks concerné (30,31 ou 32) est crédité de la valeur de l’écart par le débit :

28
- du compte 603 « Variations de stocks » si l’écart constaté est justifié et considéré comme
normal
- du compte 657 « Charges exceptionnelles de gestion courante » pour les autres écarts

Compte 37 « Stocks à l’extérieur »


Le compte 37 est débité du coût d’acquisition des stocks appartenant à l’’entreprise mais
non détenus physiquement par cette entreprise (stocks en dépôt chez un tiers ou en voie
d’acheminement) jusqu’à la réception dans les magasins de cette entreprise.
En fin de période, si ce compte n’est pas soldé, un inventaire physique valorisé de ces stocks
est établi par l’entreprise.

Compte 39 « Pertes de valeur sur stocks et en cours »


La subdivision correspondant à l’élément de stock concerné est crédité du montant de la
perte de valeur par le débit du compte de dotation 681730 « Dotations aux provisions pour
pertes de valeur des stocks »

29
CLASSE 4 :
COMPTES DE TIERS
Subdivision de la classe 4
Compte 40 Fournisseurs et comptes rattachés
Compte 41 Clients et comptes rattachés
Compte 42 Personnel et comptes rattachés
Compte 43 Organismes sociaux et comptes rattachés
Compte 44 Etat, collectivités publiques, organismes internationaux et comptes rattachés
Compte 46 Débiteurs divers et créditeurs divers
Compte 47 Comptes transitoires d’attente
Compte 48 Charges ou produits constatés d’avance et provisions
Compte 49 Pertes de valeur sur comptes de tiers

40 FOURNISSEURS ET COMPTES RATTACHES


Le compte 40 enregistre le montant des dettes et des avances de fonds liées à l’acquisition
de biens ou de services.

Subdivision du compte 40
401 Fournisseurs de stocks et services
403 Fournisseurs de stocks et services effets à payer
404 Fournisseurs d’immobilisations
405 Fournisseurs d’immobilisations, effets à payer
408 Fournisseurs, factures non parvenues
409 Fournisseurs débiteurs, avances et acomptes versés, rabais, ristournes, remises à
Obtenir, autres créances

Compte 401 Fournisseurs de stocks et services


Le compte 401 est crédité du montant TTC des factures d’achats de matières et fournitures
ou de prestations de services par le débit :
- du compte 38 pour les achats stockés,
- des comptes concernés de la classe 6 pour les achats non stockés ou les services (montant
hors taxes récupérables),
- du compte 445660 « TVA déductible sur autres biens et services » pour le montant des
taxes récupérables.

Il est débité par le crédit:


- d’un compte de trésorerie, lors du règlement du fournisseur,
- du compte 403 « Fournisseurs, effets à payer » lors de l’acceptation d’une lettre de change
ou de la remise d’un billet à ordre

Compte 403 Fournisseurs de stocks et services, effets à payer


Ce compte est :

30
- crédité du montant TTC des factures d’achats de stocks ou de services lors de l’acception
d’une lettre de change ou de la remise d’un billet à ordre ;
- débité pour solde par le crédit d’un compte de trésorerie lors du règlement de l’effet.

404 Fournisseurs d’immobilisations


Le compte 401 est crédité du montant TTC des factures d’achats d’immobilisations par le
débit :
- pour le montant HT, du compte d’immobilisation concerné,
- du compte 445620 « TVA déductible sur immobilisations» pour le montant des taxes
récupérables.

Il est débité par le crédit:


- d’un compte de trésorerie, lors du règlement du fournisseur,
- du compte 405 « Fournisseurs d’immobilisations, effets à payer» lors de l’acceptation
d’une lettre de change ou de la remise d’un billet à ordre

405 Fournisseurs d’immobilisations, effets à payer


Ce compte est :
- crédité du montant TTC des factures d’achats d’immobilisations lors de l’acception d’une
lettre de change ou de la remise d’un billet à ordre ;
- débité pour solde par le crédit d’un compte de trésorerie lors du règlement de l’effet.

408 Fournisseurs, factures non parvenues


Ce compte est crédité à la clôture de l’exercice du montant, TVA comprise, des factures
imputables à la période close mais non encore parvenues, dont le montant est suffisamment
connu et évaluable, par le débit du compte de charges concerné et des subdivisions
concernées du compte 44 (taxes récupérables)
A l’ouverture de l’exercice suivant, l’opération est extourne

409 Fournisseurs débiteurs, avances et acomptes versés, rabais, ristournes, remises


À obtenir, autres créances

4091 Avances et acomptes versés sur commande


Le compte 4091 « Avances et acomptes versés » est débité lors du payement par l’entreprise
du montant des avances sur commande par le crédit d’un compte de fournisseurs ou de
trésorerie.
Les avances et acomptes versés sur commandes d’immobilisations peuvent figurer au débit
de ce compte en cours d’exercice.
Mais à la clôture de l’exercice, elles doivent être virées aux subdivisions du compte 238
d’immobilisations en cours.

4097 Fournisseurs débiteurs


Afin de respecter la règle de non compensation des éléments actifs avec les éléments passifs
dans les comptes annuels, les soldes débiteurs des comptes fournisseurs d’exploitation et
d’immobilisation autres que 4091,4096 & 4098, doivent être virés, à la clôture de l’exercice,
au compte 40971 ou 40974
A l’ouverture de l’exercice suivant, cette écriture sera contre-passée

31
4098 Rabais, ristournes, remises à obtenir, autres créances
A la clôture de l’exercice, le compte 4098 est débité du montant, TVA comprise, des avoirs
imputables à la période close mais non encore parvenus, dont le montant est suffisamment
certain et évaluable, par le crédit des comptes fournisseurs 401 ou 404.
A l’ouverture de l’exercice suivant, cette écriture sera contre-passée

41 CLIENTS ET COMPTES RATTACHES


Le compte 41 enregistre essentiellement les créances relatives à la vente de biens ou de
services liés au cycle d’exploitation de l’entreprise et accessoirement les créances résultant
de la cession d’immobilisation.

Subdivision du compte 41
411 Clients
413 Clients, effets à recevoir
416 Clients douteux
417 Créances sur travaux ou prestations en cours
418 Clients - produits non encore facturés
419 Clients créditeurs Ŕ avances reçues, RRR à accorder et autres avoirs à établir

Compte 411 Clients


Le compte 411 est débité du montant TVA comprise, des factures de vente de biens ou de
prestations par le crédit :
- de la subdivision concernée du compte 70
- de la subdivision concernée du compte 4456 « TVA déductible »

Il est crédité :
- par le débit d’un compte de trésorerie lors du règlement reçu du client
- de l’une des subdivisions du compte 70 pour le montant de la facture d’avoir établie par
l’entreprise lors du retour de marchandises par le client
- du compte 413 « Clients, effets à recevoir » lors de l’acceptation par le client d’une lettre
de change ou de la réception d’un billet à ordre

Compte 413 « Clients, effets à recevoir »


Le compte 413 est débité du montant de l’effet au moment de l’entrée de cet effet dans le
portefeuille de l’entreprise par le crédit du compte 411 « Clients ».
Il est crédité à la date d’échéance par le débit :
- d’un compte de trésorerie ;
- du compte 6275 « Frais sur effets »
- du compte 6612 « Intérêts bancaires, et sur opérations de financement », (en cas
d’escompte)

Compte 416 clients douteux


Ce compte est débité par le crédit du compte 411 « clients » du montant total (taxes
comprises) des créances que l’entreprise détient sur le client dont la solvabilité apparaît
douteuse ou avec lequel l’entreprise est en litige.

Compte 418 Clients - produits non encore facturés


32
Le compte 418 est débité à la clôture de l’exercice du montant, taxes comprises, des
créances imputables à la période close et pour lesquelles les pièces justificatives n’ont pas
encore été établies par le crédit de la subdivision concernée du compte 70 et du compte 4456
« TVA déductible »
A l’ouverture de l’exercice suivant, ces écritures sont contre-passées

Compte 419 Clients créditeurs – avances reçues, RRR à accorder et autres avoirs à
Établir
Compte 4191 « Avances et acomptes reçus sur commandes »
Ce compte est débité, lors de l’établissement de la facture, du montant des avances sur les
commandes à livrer, les travaux à exécuter ou les services à rendre, par le crédit du compte
411 des clients.
Il est crédité du montant des avances et acomptes reçus des clients par le débit d’un compte
de trésorerie

Compte 4196 Consignations à rembourser


Le compte 4196 est crédité du montant des sommes facturées par l’entreprise à ses clients au
titre des consignations d’emballage ou de matériel, par le débit du compte 411 « clients »
Il est débité pour solde par le crédit :
- du compte concerné de la classe 7 au cas où l’emballage est conservé par le client (cession
d’immobilisation ou d’approvisionnement selon le mode de comptabilisation retenu pour les
emballages)
- du compte 4456 « TVA déductible
- du compte client 411 en cas de restitution de l’emballage

Compte 4197 Clients créditeurs – autres avoirs à établir


Afin de respecter la règle de non compensation des éléments actifs avec les éléments passifs
dans les comptes annuels, les soldes créditeurs des comptes clients autres que 4191, 4192 &
4196 doivent être virés, à la clôture de l’exercice, au compte 4197
A l’ouverture de l’exercice suivant, cette écriture sera contre-passée

42 PERSONNEL ET COMPTES RATTACHES


Subdivision du compte 42
421 Personnel - rémunérations dues
422 Fonds des œuvres sociales
423 Participation des salariés au résultat
425 Personnel, avances et acomptes accordés
426 Personnel, dépôts reçus
427 Personnel, oppositions sur salaires
428 Personnel, charges à payer, produits à recevoir

421. Rémunérations dues


Ce compte est destiné à recevoir le montant net des sommes à payer au personnel au titre des
rémunérations périodiques (montant des appointements diminué de toutes les retenues à la
charge du personnel).
Le compte 421 est crédité du montant net des salaires à payer par le débit du compte de
charges 631 « Rémunérations du personnel ».

33
Il est débité du montant des règlements faits au personnel par le crédit d’un compte de
trésorerie.

422. Fonds des œuvres sociales


Le compte 422 « Fonds des Œuvres Sociales » est crédité des sommes dues aux œuvres
sociales de l’entreprise par le débit du compte de charges sociales 637.
Il est débité du montant des versements effectués à ces œuvres sociales par le crédit d’un
compte de trésorerie.

423 Participation des salariés au résultat


Lorsque les comptes de l’entreprise ont été approuvés par l’assemblée générale des
actionnaires, la dette envers les salariés au titre de la participation aux résultats est créditée
au compte 423 par le débit du compte 428.4 « Dettes provisionnées pour participation des
salariés aux résultats ».
Il est débité lors du règlement de ces primes aux salariés par le crédit d’un compte de
trésorerie.

425 Personnel, avances et acomptes accordés


Le compte 425 « Personnel Ŕ avances et acomptes accordés » est débité du montant des
avances et acomptes versés au personnel par le crédit d’un compte de trésorerie.
Il est crédité pour solde lors de la retenue de l’avance ou de l’acompte sur le salaire par le
débit du compte de charges 631 Rémunérations du personnel

426 Personnel, dépôts reçus


Ce compte est crédité du montant des sommes confiées en dépôt à l’entreprise par des
membres de son personnel par le débit d’un compte de trésorerie.
Ce compte est débité lors du remboursement au personnel des sommes ainsi déposées.

427 Personnel, oppositions sur salaires


Le compte 427 « Personnel Ŕ oppositions » est crédité du montant des sommes faisant
l’objet d’oppositions obtenues par des tiers à l’encontre de membres du personnel de
l’entreprise, par le débit du compte 631 « personnel, rémunérations dues ».
Il est débité du montant desdites sommes, lors de leur versement aux tiers bénéficiaires de
l’opposition, par le crédit d’un compte de trésorerie.

428 Personnel, charges à payer, produits à recevoir


Le compte 428 « Personnel Ŕ charges à payer et produits à recevoir » est mouvementé à la
clôture de l’exercice pour permettre l’enregistrement des charges et des produits rattachables
à l’exercice clos.

Compte 428.2 « Dettes provisionnées pour congés à payer »


Ce compte est crédité à la clôture de l’exercice du montant brut des droits acquis par le
personnel au titre des congés à payer, par le débit du compte de charges de personnel 631.2
« Congés payés ».
A l’ouverture de l’exercice suivant, l’écriture est contrepassée.

Compte 428.4 « Dettes provisionnées pour participation des salariés aux résultats »

34
A la clôture de l’exercice au titre duquel les droits des salariés sont nés, le compte 428.4 est
crédité du montant brut des droits acquis par le personnel au titre de la participation aux
résultats,
Il est débité, lorsque les comptes de l’entreprise ont été approuvés par l’assemblée générale
des actionnaires, par le crédit du compte 423 « Participation des salariés aux résultats ».

43. ORGANISMES SOCIAUX ET COMPTES RATTACHES


Subdivision du compte 43

431 Sécurité sociale


432 Autres organismes sociaux
438 Organismes sociaux, charges à payer et produits à recevoir

431. Sécurité sociale


Le compte 431 « Sécurité sociale » est crédité :
- du montant des sommes dues par l’entreprise aux organismes sociaux au titre des
cotisations patronales d’assurances sociales, d’allocations familiales, d’accidents du travail,
de retraites du personnel, par le débit du compte de charge 635;
- du montant des sommes à régler à la caisse de sécurité sociale au titre des cotisations
salariales (part ouvrière) pour le compte du personnel par le débit des comptes de charges
631 « rémunérations du personnel » & 638 « Autres charges de personnel »
Il est débité des règlements effectués à ces organismes par le crédit d’un compte de
trésorerie.

432 Autres organismes sociaux


Le compte 432 « Autres organismes sociaux » est crédité du montant des sommes à régler
aux organismes susvisés pour le compte du personnel (participation au financement des
œuvres sociales) par le débit du compte de charges 637 « Autres charges sociales »
Il est débité du montant des versements effectués à ces œuvres sociales par le crédit d’un
compte de trésorerie

438. Organismes sociaux, charges à payer et produits à recevoir


Le compte 438 « Organismes sociauxŔ charges à payer et produits à recevoir » est
mouvementé à la clôture de l’exercice pour permettre l’enregistrement des charges et des
produits rattachables à l’exercice clos

438.2 Charges sociales sur congés à payer


Ce compte est crédité à la clôture de l’exercice du montant brut des droits acquis par les
organismes sociaux au titre des charges sociales sur congés à payer, par le débit du compte
de charges de personnel 635 « Cotisations aux organismes sociaux ».
A l’ouverture de l’exercice suivant, l’écriture est contrepassée.

438.7 Produits à recevoir


Dans l’hypothèse où, conformément aux dispositions de certaines conventions collectives ou
contrats de travail individuels, l’entreprise a réglé à ses employés tout ou partie de leur
rémunération en cas de maladie ou d’accident du travail ou de maternité,

35
Le compte 438.7 est débité du montant des prestations que l’entreprise a ainsi avancées pour
le compte de la caisse de la sécurité sociale par le crédit du compte 631 « Rémunérations du
personnel ».
L’entreprise étant, dans cette situation, subrogée dans les droits des salariés vis-à-vis de la
caisse de sécurité sociale, le compte 438.7 est solde lors du remboursement par ladite caisse
du montant des prestations avancées par l’entreprise pour son compte.

44. ETAT, COLLECTIVITES PUBLIQUES, ORGANISMES INTERNATIONAUX


ET COMPTES RATTACHES
Les opérations à inscrire au compte 44 « Etat, collectivités publiques, organismes
internationaux et comptes rattachés » sont celles qui sont faites avec des entités considérées
en tant que puissance publique.
En conséquence, les ventes et les achats conclus avec ces entités à des conditions courantes
et normales doivent être inscrites au compte 40 « Fournisseurs et comptes rattachés » et 41
« Clients et comptes rattachés » au même titre que les opérations faites avec les autres
fournisseurs et les autres clients.

Subdivision du compte 44
441 Etat et autres collectivités publiques, subventions à recevoir,
442 Etat, impôts et taxes recouvrables sur des tiers
443 Opérations particulières avec l’Etat et autres organismes publics
444 Etat, impôt sur les résultats,
445 Etat, taxes sur le chiffre d’affaires,
447 Autres impôts, taxes et versements assimilés,
448 Etat - charges à payer et produits à recevoir (hors impôts).

441. Etat et autres collectivités publiques, subventions à recevoir


Le compte 441 « Etat et autres collectivités publiques Ŕ subventions à recevoir » est débité
en fin d’exercice des subventions acquises mais non encore encaissées par le crédit du
compte de produits 74 (subventions d’exploitation)
Ce compte est soldé en contrepartie d’un compte de trésorerie lors de la perception des
montants concernés.
Les subventions publiques sont normalement comptabilisées en produits sur l’exercice
auquel se rattachent les coûts qu’elles sont censées compenser.
Cependant ce rattachement n’autorise pas la comptabilisation en subventions à recevoir de
subventions non encore acquises, c’est à dire qui ne correspond pas à une obligation pour la
partie versante, ou pour lesquelles l’entité ne répond pas encore aux conditions d’octroi à la
clôture de l’exercice.

444. Etat, impôt sur les résultats,


Le compte 444 « Etat, impôt sur les bénéfices » est crédité du montant de l’impôt sur les
bénéfices exigible en contrepartie du compte 695.
Il est débité du montant des règlements effectués, en contrepartie d’un compte de trésorerie.

445. Etat, taxes sur le chiffre d’affaires,


Principe
Le compte 445 « Etat – taxes sur le chiffre d’affaires » reçoit :

36
- d’une part, au sous compte 445100 « TVA collectée » le montant de la TVA collectée
pour le compte de l’Etat (lors de l’enregistrement des ventes effectuées et des livraisons
effectuées à soi-même),
- d’autre part, au sous compte 445620 « TVA déductible sur immobilisations » ou 445660
« TVA déductible sur autres biens et services », selon le cas, le montant de la TVA à
récupérer selon les dispositions légales (lors de l’enregistrement des achats).
Au moment de leur exigibilité, les subdivisions « TVA collectée » et « TVA déductible »

sont soldées :
- soit en contrepartie de la subdivision du compte 445500 « TVA à décaisser » ; s’il en
résulte un solde créditeur ;
- soit en contrepartie de la subdivision du compte 445670 « Crédit de TVA à reporter » s’il
en résulte un solde débiteur à récupérer ultérieurement (par imputation sur la TVA à payer
ou par demande de remboursement effectif)

Règles de fonctionnement
Compte 445100 « TVA collectée »

Ce compte enregistre le montant de la taxe sur la valeur ajoutée appliquée sur le chiffre
d’affaires (ventes et prestations de services) pour le compte du Trésor public.
La TVA résulte de la facturation.
La législation en vigueur prévoit 2 taux :
- 7% taux réduit,
- 17% taux normal.
Les produits et prestations concernés par chacun des taux cités ci-dessus sont définis par le
code des taxes sur le chiffre d’affaires et les lois de finances.

Constatation de la TVA collectée


Le compte 445.1 « TVA collectée » est crédité du montant de la TVA sur le chiffre
d’affaires réalisé, par le débit du compte 411« Clients » dans le cas général (marchandise ou
prestation livrée et facturée)

Compte 445.6 TVA déductible


Ce compte enregistre le montant total de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) versée à des
fournisseurs lors d’une opération d’achat d’immobilisations, de stocks, ou de services.
La TVA ne représente pas une charge pour l’entreprise.
Elle constitue en revanche une créance sur l’Etat.
Elle est déductible du montant total de la TVA collectée (TVA sur ventes) lors de
l’établissement de la déclaration de TVA (G 50) chaque mois.

Le compte 445.6 est subdivisé en sous comptes :


445.620 TVA sur immobilisations
445.660 TVA sur autres biens et services
445.670 Crédit de TVA à reporter

Les modalités de fonctionnement du compte 445.6 sont exposées ci-après :


a) Constatation de la TVA déductible
Opérations sur achat d’immobilisations
37
Le montant de l’achat est débité :
- du compte 445.620« TVA « déductible sur i immobilisations » pour le montant de la TVA
- du compte intéressé de la classe 2 pour le montant HT de l’achat.
Par le crédit du compte 404100 « Fournisseurs d’immobilisations», ou d’un compte de
trésorerie pour le montant TTC de l’achat.

Opérations sur achat de stocks


Le montant de l’achat est débité :
- du compte 38 « Achats » pour le montant HT de l’achat.
- du compte 445.660 « TVA sur autres biens et services » pour le montant de la TVA à
récupérer
Par le crédit du compte 401300 « Fournisseurs Ŕ Achats de stocks » pour le montant de la
TVA ou d’un compte de trésorerie pour le montant TTC de l’achat.

Opérations sur achat de services


Le montant de l’achat Il est débité :
- du compte 445.660 « TVA sur autres biens et services » pour le montant de la TVA
- du compte de charges concerné pour le montant HT de la prestation de service
Par le crédit du compte 401600 « Fournisseurs Ŕ Achats de services »
Pour le montant TTC de la prestation de service ou d’un compte de disponibilités.

Subdivisions 445.5 TVA à décaisser et 445.67 Crédit de TVA à reporter


Au moment de leur exigibilité, les subdivisions 445.100 « TVA collectée » et 445.6 « TVA
déductible » sont soldées :
- soit en contrepartie de la subdivision du compte 445.500 « TVA à décaisser» ; s’il en
résulte un solde créditeur ;
- soit en contrepartie de la subdivision du compte 445.670 « Crédit de TVA à reporter » s’il
en résulte un solde débiteur à récupérer ultérieurement (par imputation sur la TVA à
décaisser ou par demande de remboursement effectif)

445.8 « TVA à régulariser »


La subdivision 445.8 « TVA à régulariser » est destinée à recevoir le montant de TVA
déductible sur les charges à payer inscrites aux comptes de tiers concernés, et le montant de
la TVA collectée sur les produits à recevoir inscrits aux comptes de tiers concernés.
Cette subdivision fait l’objet d’un virement aux subdivisions «TVA collectée » et « TVA
déductible » lors de leur fait générateur fiscal, compte tenu des ajustements nécessaires
enregistrés aux comptes intéressés.
Ce compte peut aussi être contre-passé à l’ouverture de l’exercice qui suit.

447. Autres impôts, taxes et versements assimilés


Le compte 447 « Autres impôts, taxes et versements assimilés » est crédité du montant des
impôts et taxes versés par l’entreprise, autres que ceux imputés aux comptes 442, 444 & 445
(exemple la taxe sur l’activité professionnelle TAP), par le débit des comptes de charges
intéressés.
Il est débité du montant des règlements effectués à l’administration fiscale par le crédit d’un
compte de trésorerie.

448. Etat, charges à payer et produits à recevoir (hors impôts)


38
Le compte 448 « Etat, charges à payer et produits à recevoir (hors impôts) » est mouvementé
à la clôture de l’exercice pour permettre l’enregistrement des charges et des produits
rattachables à l’exercice clos.
Exemple :
Charges fiscales liées aux congés à payer et aux primes d’intéressement à accorder au
personnel
Ce compte est crédité à la clôture de l’exercice du montant des charges fiscales liées aux
congés à payer, ou aux primes d’intéressement par le débit du compte de charges 64».
Lors du règlement effectif, le compte 448 est débité pour solde par le crédit des subdivisions
concernées du compte 44
Les opérations enregistrées dans ce compte peuvent aussi être contrepassées à l’ouverture
de l’exercice suivant

45. GROUPE ET ASSOCIES


Le compte 451 " Groupe " enregistre à sont débit le montant des fonds avancés directement
Ou indirectement de façon temporaire par l'entité aux sociétés du groupe, et à son crédit le
Montant des fonds mis directement ou indirectement à disposition de l'entité par les sociétés
Du groupe.
Le compte 455 " Associés - Comptes courants " enregistre à son crédit le montant des
Fonds mis ou laissés temporairement à la disposition de l'entité par les associés.
Le compte 456 " Associés - Opérations sur le capital " est subdivisé afin d'enregistrer
Distinctement les opérations relatives à la création de l'entité ou à la modification de son

Capital :
Le compte 4561 " Associés - Comptes d'apport en société "
Est débité du montant de la promesse d'apport faite en espèce ou en nature, par les associés
par le crédit des subdivisions concernées du compte 101 " Capital " ; il est crédité par le
débit des comptes retraçant les apports ;

Le compte 4562 " Apporteurs - Capital appelé, non versé "


Est débité par le crédit du compte 109 " Actionnaires : Capital souscrit - non appelé " lors
des appels successifs du capital ; il est crédité lors de la réalisation de l'apport par le débit du
ou des comptes d'actifs concernés ;

le compte 4563 " Associés - Versements reçus sur augmentation de capital "
Reçoit à son crédit la contrepartie des versements effectués par les associés à la suite de la
décision d'augmentation du capital ; il est débité à la clôture de la période de réalisation de
l'opération soit par le crédit des subdivisions concernées des comptes 101 " Capital " et
104 " Primes liées au capital ", lorsque l'augmentation devient effective, soit par le crédit
d'un compte d'associé, lorsque la modification du capital est annulée pour défaut de
réalisation du quantum ;

Le compte 4564 " Associés - Versements anticipés "


Reçoit à son crédit le montant des apports que certains associés mettent à la disposition de
l'entité préalablement aux appels de capital ; il s'apure au fur et à mesure de ces appels ;

Le compte 4566 " Actionnaires défaillants "

39
Est utilisé afin de régulariser la situation des actionnaires qui ne se sont pas acquittés de
leurs obligations lors d'un appel de capital ;

Le compte 4567 " Associés - Capital à rembourser "


Est crédité des sommes dues aux associés à la suite de la décision d'amortissement d'une
fraction du capital.

Le compte 457 " Associés - Dividendes à payer "


Est crédité du montant des dividendes
Dont la distribution a été décidée par les organes compétents, par le débit :
Du compte 12 " Résultat de l'exercice " ;
Du compte 11 " Report à nouveau " ;
Du compte 106 " Réserves " pour les réserves dont la distribution ne fait pas l'objet d'une
interdiction.
Le compte 458 " Associés - Opérations faites en commun et en G.I.E. "
Enregistre les opérations faites par l'intermédiaire d'une société en participation ou d'un
G.I.E.
Selon les Modalités suivantes:
SOCIETES EN PARTICIPATION
Le compte 458 enregistre les mises de fonds entre coparticipants.
Le gérant, propriétaire des biens acquis ou créés dans le cadre d'une société en
Participation, enregistre au débit du compte 458 la part des autres coparticipants par
Le crédit du compte 173 " Dettes rattachées à des sociétés en participation ".
Les Coparticipants non gérants enregistrent leur part dans ces biens au débit du compte
268 " Créances rattachées à des sociétés en participation " par le crédit du compte
458. La constatation de la consommation des biens immobilisés par suite des
Opérations d'exploitation faites en société en participation se traduit au niveau des
Comptes 173 et 268 par une réduction d'un même montant des obligations et des
Droits respectifs du gérant et des non gérants :
- le compte 173 est alors débité par le crédit du compte 458 dans la comptabilité du gérant,
- le compte 268 est crédité par le débit du compte 458 dans la comptabilité des non gérants.
Lorsque la comptabilité de la société en participation est exclusivement tenue par un
Gérant, la quote-part des résultats revenant aux autres coparticipants est enregistrée
Dans la comptabilité du gérant au débit du compte 655 " Quote-part du résultat sur
opérations faites en commun " par le crédit du compte 458, s'il s'agit d'un bénéfice ou
Au crédit du compte 755 " Quote-part du résultat sur opérations faites en commun "
Par le débit du compte 458, s'il s'agit d'une perte.
Symétriquement, la quote-part de résultat revenant à chaque coparticipant non
Gérant est enregistrée dans leur comptabilité aux comptes 755 ou 655 par le débit ou
Le crédit du compte 458.

46. DEBITEURS DIVERS ET CREDITEURS DIVERS


Subdivisions du compte 46
462. Créances sur cessions d’immobilisations
464. Dettes sur acquisitions de valeurs mobilières de placement et instruments financiers
dérivés
465. Créances sur cessions de valeurs mobilières de placement et d’instruments financiers
dérivés

40
467. Autres comptes débiteurs ou créditeurs
468. Divers Ŕ charges à payer et produits à recevoir
462. Créances sur cessions d’immobilisations
Lors de la cession le compte 462. « Créances sur cessions d’immobilisations » est débité du
prix de la cession
Simultanément, les comptes d’immobilisation et d’amortissements concernés sont soldés.
L’écart entre le prix de cession de l’immobilisation et la valeur nette comptable de
l’immobilisation cédée est comptabilisé :
- au débit du compte 652 « Moins values sur sortie d’actifs immobilisés non financiers » si
cet écart est négatif ;
- au crédit du compte 752 « Plus values sur sortie d’actifs immobilisés non financiers » si cet
écart est positif

464. Dettes sur acquisitions de valeurs mobilières de placement et instruments


financiers dérivés
Le compte 464. « Dettes sur acquisitions de valeurs mobilières de placement et instruments
financiers dérivés » est crédité du montant des dettes relatives à l’acquisition de valeurs
mobilières de placement par le débit du compte 50 « Valeurs mobilières de placement ».
Ce compte est débité pour solde lors du règlement effectif des valeurs mobilières par le
crédit d’un compte de trésorerie.

465. « Créances sur cessions de valeurs mobilières de placement et d’instruments


financiers dérivés »
Lors de la cession de valeurs mobilières de placement :
Si la cession est génératrice d’un profit (prix de cession supérieur au prix d’acquisition)
- Le compte 465 « Créances sur cession de valeurs mobilières de placement et d’instruments
financiers dérivés » est débité du prix de la cession par le crédit du compte 767 « Profits nets
sur cessions de valeurs mobilières de placement »
- Simultanément, le compte 50 « Valeurs mobilières de placement » est crédité par le débit
du compte 767.
Si la cession est génératrice d’une perte (prix de cession inférieur au prix d’acquisition)
- Le compte 465 « Créances sur cession de valeurs mobilières de placement et d’instruments
financiers dérivés » est débité du prix de la cession par le crédit du compte 667 « Pertes
nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement » ;
- Simultanément, le compte 50 « Valeurs mobilières de placement » est crédité par le débit
du compte 667

Compte 468 « Divers – charges à payer et produits à recevoir »


468.6 Charges à payer
Cette subdivision est créditée du montant de la charge à payer par le débit des comptes de
charges concernés
Elle est débitée pour solde lors du règlement effectif de la charge par le crédit d’un compte
de trésorerie.

468.7 Produits à recevoir


Cette subdivision est débitée du montant du produit à recevoir par le crédit des comptes de
produits concernés.

41
Elle est créditée pour solde, lors de l’encaissement de la créance par le débit d’un compte de
trésorerie.
Exemple :
Indemnités à recevoir de la part d’une compagnie d’assurance consécutivement à des
sinistres, litiges

47 ; COMPTES TRANSITOIRES OU D’ATTENTE


Comptes 471 à 475
Ces comptes sont destinés à recevoir provisoirement le montant des opérations qui, au
moment de leur enregistrement, ne peuvent être imputées de façon certaine à un compte
déterminé ou qui exigent une information complémentaire.
Ces comptes ne doivent être utilisés qu’à titre exceptionnel. Toute opération enregistrée dans
ces comptes devra donner lieu à des recherches visant à identifier la nature exacte et
permettre l’imputation au compte définitif intéressé, dans les plus brefs délais possibles.

48. CHARGES OU PRODUITS CONSTATES D’AVANCE ET PROVISIONS


Subdivision du compte 48
481. Provisions - Passifs courants
486. Charges constatées d’avance
487. Produits constatés d’avance

481. Provisions - Passifs courants


A la clôture des comptes de la période, les passifs dont le montant est incertain et dont
l’échéance se situe probablement dans les douze mois font l’objet d’un enregistrement
comptable au crédit du compte 481 « Provisions Ŕ passifs courants » par le débit du compte
de charges 681 « Dotations aux amortissements, provisions et pertes de valeur Ŕ charges
d’exploitation ».
Lorsque la charge qui a fait l’objet d’une provision se réalise, les coûts correspondants sont
directement imputés sur le montant de la provision (débit du compte 481 « Provisions Ŕ
passifs courants » par le crédit d’un compte financier ou d’un compte de tiers).
Si le montant de la charge est différent de celui de la provision constituée, le compte 481 est
soldé :
- par le crédit du compte de produit 78 « Reprises sur pertes de valeur et provisions » dans le
cas où la provision est supérieure à la charge,
- par le débit du compte de charge correspondant dans le cas où la provision est insuffisante.

Si la provision s’avère sans objet, elle est reprise par le crédit d’un compte de produit 78
« Reprises sur provisions et sur pertes de valeur ».

486. Charges constatées d’avance


Il s’agit de charges constatées au cours de l’exercice mais qui correspondent à des achats de
biens ou de services dont la fourniture ou la prestation doit intervenir ultérieurement
Le compte 486 « Charges constatées d’avance » est débité en fin d’exercice, par le crédit des
comptes de charges intéressés.
Il est crédité pour solde à l’ouverture de l’exercice suivant par le débit de ces mêmes
comptes de charges.

487. Produits constatés d’avance


42
Le compte 487 « Produits constatés d’avance » est crédité en fin d’exercice, par le débit des
comptes de produit intéressés.
Il est débité pour solde à l’ouverture de l’exercice suivant par le crédit de ces mêmes
comptes de produits

49. PERTES DE VALEUR SUR COMPTE DE TIERS


Définition générale
Une dépréciation est la constatation comptable d’un amoindrissement de la valeur d’un
élément d’actif résultant de causes dont les effets ne sont pas irréversibles.

Subdivision du compte 49.


491 Pertes de valeur sur comptes de clients
495 Pertes de valeur sur compte du groupe et sur associés
496. Pertes de valeur sur comptes de débiteurs divers
498 Pertes de valeur sur autres comptes de tiers

491 Pertes de valeur sur comptes de clients


Lors de l’inventaire, il est indispensable d’identifier les créances irrécouvrables et les
créances douteuses et d’apprécier le risque de non recouvrement
Cette analyse s’effectue sur la base :
- de la balance âgée nominative des clients. La date d’antériorité des créances en solde est
une précieuse indication pour l’appréciation du risque ; Cette date doit se situer dans les
limites des délais de payement normalement accordés au client.
Au-delà de ces délais, les chances de recouvrement s’amenuisent. S’agissant des créances
très anciennes, il y a des risques certains que ces créances demeurent impayées.
- de renseignements recueillis auprès du service commercial et qui font état de l’existence
d’un litige ou d’éléments défavorables sur la situation financière du client.

Fonctionnement du compte
A la clôture de l’exercice, le compte 491 « Pertes de valeur sur comptes de clients » est
crédité du montant de la perte de valeur par le débit du compte 6817 « Dotations aux
provisions pour pertes de valeur des actifs courants »

Complément de dépréciation
Si au cours des exercices ultérieurs une nouvelle dépréciation est constatée, celle-ci est
également portée au crédit du compte 491 par le débit du compte de dotation aux provisions
pour pertes de valeur 681740 « Dotations pour pertes de valeur des créances »

Reprise de dépréciation
Lorsque la dépréciation est devenue sans objet (créance remboursée par exemple) ou se
révèle exagérée, ou lorsque se réalise le risque de non recouvrement couvert par la
provision, le compte 491 est débité par le crédit du compte 785140 « Reprises sur perte de
valeur Ŕ créances »

Créance irrécouvrable
Lorsque la créance s’avère irrécouvrable, la perte de valeur est imputée sur le montant de la
créance et le solde éventuel est comptabilisé au compte 654 « Pertes sur créances
irrécouvrables ».

43
496. Pertes de valeur sur comptes du groupe et sur associés
Enregistre les pertes de valeur relatives aux comptes courants du groupe et sur associés.
Une perte de valeur doit être constatée dès qu’apparaît une perte probable (exemple : filiale
en difficulté à laquelle l’entreprise mère a consenti des avances qui ne seront probablement
pas remboursées).
La perte de valeur est constatée dès qu’une perte probable apparaît. Son montant doit être
limité à la perte probable. Elle correspond à la fraction de la créance que l’on ne pense pas
recouvrir. Si la créance s’avère irrécouvrable, la perte de valeur est imputée sur le
Montant de la créance et le solde éventuel est comptabilisé au compte 654
« Pertes sur créances irrécouvrables ».

496. Pertes de valeur sur comptes de débiteurs divers


A la clôture de l’exercice, le compte 496 « Pertes de valeur sur comptes de débiteurs
divers» est crédité du montant de la perte de valeur par le débit du compte 687600
« Dotations aux provisions pour pertes de valeur exceptionnelles »

44
CLASSE 5
COMPTES FINANCIERS
Subdivision de la classe 5
50 Valeurs mobilières de placement
51 Banque, établissements financiers et assimilés
52 Instruments financiers dérivés
53 Caisse
54 Régies d’avances et accréditifs
58 Virements internes
59 Pertes de valeur sur actifs financiers courant

50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT


Définition des valeurs mobilières de placement
Les valeurs mobilières de placement sont des titres acquis par l’entreprise en vue de réaliser
un gain en capital à brève échéance. Ces titres s’opposent aux valeurs mobilières
immobilisées qui, elles, sont des titres acquis par l’entreprise avec l’intention de les
conserver durablement.

Subdivision du compte 50
501 Parts dans les entreprises liées
502 Actions propres
503 Actions
504 Autres titres conférant un droit de propriété
505 Obligations et bons émis par la société et rachetés par elle
506 Obligations
507 Bons du trésor et bons de caisse à court terme
508 Autres valeurs mobilières de placement et autres créances assimilées
509 Virements restant à effectuer sur valeurs mobilières de placement non libérées

Modalités de comptabilisation
A leur entrée dans le patrimoine
Cas général
Les subdivisions du compte 50 sont débitées de la valeur d’acquisition des valeurs
mobilières de placement par le crédit des comptes de tiers ou de trésorerie concernés.

Cas particuliers
1. Titres de placement dont la valeur nominale n’est que partiellement libérée
Dans le cas particulier des titres de placement dont la valeur nominale n’est que
partiellement libérée, ces comptes sont débités de la valeur totale de ces titres .La partie non
appelée est inscrite au crédit du compte 509 « Versements à effectuer sur valeurs mobilières

45
de placement non libérées »,ce compte étant ensuite soldé au fur et à mesure des montants
appelés versés, en contrepartie des comptes de trésorerie.

2. Obligations avec prime de remboursement


Dans le cas de titres dont la valeur de remboursement est supérieure à la valeur de
souscription (obligations à prime de remboursement), le compte est débité pour la valeur de
souscription. La prime de remboursement ne sera comptabilisée que lors du remboursement.
Evaluation à l’arrêté des comptes - Valeur d’inventaire
Pour les titres de placement immédiatement négociables qui sont évalués à la valeur de
marché à la date d’arrêté des comptes, la différence entre cette valeur et la valeur des titres
figurant en comptabilité est enregistrée :
- au débit du compte 50 en contrepartie d’un compte 765 « Ecart d’évaluation sur actifs
financiers Ŕ Plus-values» s’il s’agit d’une plus-value ;
- au crédit du compte 50 en contrepartie du compte 665 « Ecart d’évaluation sur actifs
financiers Ŕ Moins values», s’il s’agit d’une moins-value.

Intérêts courus
A la clôture de l’exercice, les intérêts courus non échus sur les valeurs mobilières de
placement sont portés au débit du compte 518700 « Intérêts courus à recevoir » Ce compte
est soldé à l’échéance.

Cession de titres de placement


En cas de cession des titres de placement, le solde du compte 50 (valeur brute d’entrée
corrigée des plus ou moins values latentes au débit, et prix de cession au crédit, est viré :
- en contrepartie du débit d’un compte de charges financières 667 « Pertes nettes sur
cessions d’actifs financiers», s’il s’agit d’une moins-value de cession
- en contrepartie du crédit d’un compte de produits financiers 767 « Profits nets sur cessions
d’actifs financiers», s’il s’agit d’une plus-value de cession.

51 BANQUE, ETABLISSEMENTS FINANCIERS ET ASSIMILES


Subdivision du compte 51
511 Valeurs à l’encaissement
512 Banques
514 Chèques postaux
515 Comptes auprès des comptables du Trésor
516 Sociétés de bourse
517 Autres organismes financiers
518 Intérêts courus
519 Concours bancaires courants

511 Valeurs à l’encaissement


Le compte 511 est débité du montant :
- des coupons échus à encaisser,
- des chèques à encaisser
- des effets remis à l’encaissement
- des effets remis à l’escompte,

Par le crédit des comptes intéressés.


46
Le compte 511 est crédité pour solde à la réception de l’avis de crédit bancaire par le débit
des comptes de trésorerie concernés.

Compte 512 Banques


L’entreprise ouvre au sein du compte 512 autant de subdivisions qu’elle possède de comptes
bancaires.
Aucune compensation n’est permise entre les comptes à solde débiteur et les comptes à
solde créditeur.
Les comptes à solde créditeur doivent être, pour la présentation du bilan, regroupés avec les
concours bancaires courants.
Le compte 512 est débité du montant des fonds reçus, par le crédit de la subdivision
concernée du compte 511.
Il est crédité du montant des fonds décaissés par le débit du compte de charges ou de tiers
concerné.

514 « Chèques postaux », 515 « Comptes auprès des comptables du Trésor » et


517 « Autres organismes financiers »
Les modalités de fonctionnement de ces comptes sont identiques à celles du compte 512
Banques

518 Intérêts courus


Le compte 518 « Intérêts courus » reçoit à son crédit, à la clôture de l’exercice, le montant
des intérêts courus, non échus », par le débit du compte de charges concerné. Il est débité
pour solde à l’échéance de payement des intérêts par le crédit d’un compte de tiers ou de
trésorerie

519 Concours bancaires courants


Ce compte enregistre à son crédit le montant des concours financiers courants accordés par
la banque à l’entreprise. Ces concours représentent généralement :
- des crédits sur escompte d’effets,
- des avances pour satisfaire des besoins de trésorerie liées à l’exploitation courante
Ce compte est débité pour solde lors du remboursement de la dette par le crédit d’un
compte de trésorerie.

52 INSTRUMENTS FINANCIERS DERIVES


Les comptes de la classe 52 enregistrent les instruments financiers dérivés.
Ce sont des instruments financiers tels que les options, les contrats à terme (degré à gré) et
les swaps de taux d’intérêts et de devises qui engendrent des droits et des obligations qui ont
pour effet de transférer entre les parties à l’instrument un ou plusieurs des risques inhérents à
un instrument financier primaire sous-jacent. Les instruments dérivés ne donnent pas lieu à
un transfert de l’instrument financier primaire sous-jacent au moment de la prise d’effet du
contrat, et il n’y a pas nécessairement transfert à l’échéance du contrat. Les instruments
financiers dérivés sont enregistrés à leur coût d’acquisition.

En cours d’exercice
Les variations de valeur des contrats négociés sur les marchés organisés, constatées par la
liquidation quotidienne des marges débitrices et créditrices, sont portées au compte de
résultat en charges ou produits financiers.

47
Toutefois, par exception à ce principe, les variations de valeur de ces contrats ou options
constatées sur ces marchés et effectuées à titre de couverture sont enregistrées dans le
compte 52 et rapportées au compte de résultat, pendant la durée de vie de l’élément couvert,
de manière symétrique au mode de comptabilisation des produits et charges sur cet élément

53 CAISSE
Le compte caisse est débité du montant des espèces encaissées par l’entreprise.
Il est crédité du montant des espèces décaissées. Son solde est toujours débiteur ou nul.

Inventaire de la caisse
Les espèces doivent faire l’objet de rapprochements fréquents avec la comptabilité. La
position de la caisse doit être justifiée par un état des existants certifié par le caissier. Cet
état donnant le détail de l’encaisse par nature de billets ou de pièces, doit être conservé dans
les archives

54. REGIES ET ACCREDITIFS.


Définition
Ce compte enregistre les écritures relatives :
- aux fonds gérés par les régisseurs et les comptables subordonnés
- aux accréditifs ouverts dans les banques au nom d’un tiers ou d’un agent de l’entreprise

Modalités de fonctionnement
Le compte 54 est subdivisé en : 541 « Régies d’avances » et 542 « Accréditifs ».
Le compte 541 est débité du montant des fonds remis aux régisseurs par le crédit d’un
compte de trésorerie.

Il est crédité :
- du montant des dépenses effectuées pour le compte de l’entité par le débit d’un compte de
tiers ou de charges ;
- du montant des reversements de fonds avancés, par le débit d’un compte de trésorerie.
Le compte 542 enregistre à son débit le montant des accréditifs ouverts par l’entreprise dans
les banques au nom d’un tiers ou d’un agent de l’entité.
Il est soldé à la réalisation de l’accréditif.

58 VIREMENTS INTERNES
Le compte 58 « Virements internes » est un compte de passage utilisé pour la
comptabilisation d’opérations au terme desquelles il se trouve soldé.
Ce compte est notamment destiné à permettre la centralisation, sans risque de double
emploi :
- des virements de fonds d’un compte de trésorerie (caisse ou banque) à un autre compte de
trésorerie (banque ou caisse) ;
- et, plus généralement, de toute opération devant faire l’objet d’un enregistrement dans
plusieurs journaux auxiliaires.

59 PERTES DE VALEUR SUR ACTIFS FINANCIERS COURANT


Définition

48
Une dépréciation est la constatation comptable d’un amoindrissement de la valeur d’un
élément d’actif résultant de causes dont les effets ne sont pas irréversibles.
La nature et le fonctionnement du compte 59 sont comparables à ceux du compte 49 : ce
sont des comptes de correction de valeur, qui permettent de ramener la valeur comptable
d’un actif à sa valeur recouvrable. La valeur recouvrable est en général la juste valeur.
Les actifs financiers courants qui ne peuvent être évalués à leur juste valeur, doivent être
soumis à un test de dépréciation afin de constater une éventuelle perte de valeur.

Ces actifs correspondent :


- aux créances auprès des banques, des établissements financiers et assimilés,
- aux régies d’avances et accréditifs

Modalités de comptabilisation de la perte de valeur


Constatation de la perte de valeur
Lors de leur constatation, les pertes de valeur enregistrées dans des comptes financiers sont
créditées au compte 59 « Pertes de valeur sur actifs financiers ».
En contrepartie, le compte 686 « Dotations aux amortissements, provisions et pertes de
valeur sur éléments financiers » est débité.

Réajustement des provisions


Le compte de provision relatif à chaque compte financier est réajusté à la fin de chaque
exercice par :
- le débit du compte de dotations, lorsque le montant de la provision est augmenté ;
- le crédit du compte de reprise financière 7866 « Reprises sur dépréciation des éléments
financiers », lorsque le montant de la provision est diminué ou annulé (provision devenue,
en tout ou partie, sans objet).
Lorsque la perte devient définitive, la perte de valeur constituée est imputée au crédit du
compte financier correspondant à concurrence de la perte enregistrée. Le solde éventuel du
compte financier est annulé par le débit du compte 668 « Autres charges financières ».

Les opérations relatives au compte de résultat (présentation par nature de charges)


sont réparties en deux classes de comptes qualifiées de comptes de gestion.
Le cadre comptable de ces comptes de gestion par nature est le suivant :

49
CLASSE 6
COMPTES DE CHARGES
Périmètre de la classe 6
La classe 6 regroupe les comptes destinés à enregistrer dans l’exercice les charges par
nature, y compris celles concernant les exercices antérieurs.

Définition des charges


Les charges représentent des sommes ou valeurs versées ou à verser par une
entreprise :
- soit en contrepartie de marchandises, approvisionnements, travaux et services consommés
par cette entreprise ;
- soit en vertu d’une obligation légale.

Les charges comprennent également, pour la détermination du résultat de l’exercice :


- les dotations aux amortissements et aux provisions ;
- la valeur d’entrée, diminuée des amortissements, des éléments d’actifs cédés, détruits ou
disparus.
Les charges sont enregistrées hors taxes récupérables.
Classement des charges
On distingue :
- Les charges liées à l’exploitation normale et courante de l’entreprise. Ces charges sont
enregistrées dans les comptes 60 à 65.
- Les charges liées à la gestion financière de l’entreprise, enregistrées dans le compte 66
- Les charges relatives à des opérations exceptionnelles, enregistrées dans le compte 67.
Le compte 68 destiné à recevoir les dotations aux amortissements, aux provisions et aux
pertes de valeurs est structuré selon la classification ci-dessus. Il comporte en effet, des
subdivisions distinguant les charges d’exploitation, financières et exceptionnelles.

Subdivision de la classe 6
60 Achats consommés
61 Services extérieurs
62 Autres services extérieurs
63 Charges de personnel
64 Impôts, taxes et versements assimilés
65 Autres charges opérationnelles
66 Charges financières
67 Eléments extraordinaires (Charges)
68 Dotations aux amortissements, provisions et pertes de valeur
69 Impôts sur les résultats et assimilés

Compte 60 Achats consommés


Définition

50
Les comptes de la classe 60 sont des comptes de charges destinés à enregistrer les
acquisitions de biens et de services qui interviennent dans le cycle d’exploitation de
l’entreprise pour être :
- soit vendus en l’état (consommés par des tiers) ou au terme d’un processus de production
en cours ou à venir
- soit consommés lors du processus de production
Les achats sont inscrits au débit des comptes 60 au coût d’acquisition, les frais accessoires
d’achat (transports, commissions, assurances, …) venant se rajouter au prix d’achat, net de
rabais, remises et ristournes obtenus

Le compte 60 « Achats consommés » est un compte de regroupement et non


d’imputation.
Il regroupe les subdivisions suivantes :
- 600 Marchandises consommées
- 601 Matières premières consommées
- 602 Autres approvisionnements
- 604 Achat d’études et prestations de services
- 605 Achat de matériels, équipements et travaux
- 607 Achats non stockés de matières et fournitures
- 608 Frais accessoires d’achats
- 609 Rabais, remises, ristournes obtenus sur achats
A l’instar des stocks, ces comptes sont structurés selon une nomenclature propre à chaque
entreprise. A noter que ces comptes sont symétriques aux comptes 30, 31 & 32
Les modalités de fonctionnement de ces comptes diffèrent selon que l’entreprise a adopté,
pour le suivi comptable des stocks, la méthode de l’inventaire intermittent ou la méthode de
l’inventaire permanent.
Pour le fonctionnement de ces comptes, il convient donc de se référer aux comptes de stocks
(classe 3).

Compte 600. Marchandises consommées


Enregistre (par son débit) la valeur de sortie des stocks de marchandises au moment de la
cession à un tiers. Il est débité en principe par le crédit du compte de stock 30 «
Marchandises ».
Les marchandises sont constituées par l’ensemble des objets, matières, produits ou
fournitures acquis par l’entreprise et destinés à être revendus en l’état dans le cadre de
l’exploitation courante.
En d’autres termes, les marchandises sont destinées à être cédées à des tiers,
Et consommées par eux, sans transformation par l’entreprise.

Ce compte ne concerne pas :


- la constatation de l’achat de marchandises qui se réalise par le débit du compte d’achats
380 « Marchandises stockées » et le crédit d’un compte de tiers (fournisseur)
- l’entrée en stock qui est constatée par le débit du compte de stock 30 « Marchandises » et
le crédit du compte 380 « Marchandises stockées »
- la consommation de marchandises acquises initialement pour être revendues en l’état et
qui, au final, sont consommées pour les besoins de sa production ou de son fonctionnement.

La consommation est alors inscrite :


51
- au compte 601 « Matières premières consommées » si les marchandises entrent dans la
composition des produits traités ou fabriqués par l’entreprise
- au compte 602 « Autres approvisionnements » si les marchandises sont utilisées pour les
besoins de fonctionnement ou de la production sans entrer dans la composition des produits
fabriqués , la consommation des matières premières dans le cadre de la production de
l’entreprise qui est inscrite au compte 601 « Matières premières consommées »
- la consommation des autres approvisionnements : articles n’entrant pas dans la
composition des produits fabriqués, emballages non récupérables, articles à caractère social,
articles de fonctionnement ou articles utilisés dans le cadre de la réparation et l’entretien de
l’activité de forage qui est inscrite au compte 602 « Autres approvisionnements »
- la valeur de sortie de stocks des produits réalisés par l’entreprise : produits finis, produits
intermédiaires et encours qui se constatent par le débit du compte 72 « Production stockée »
- les achats non stockables et non stockés par l’entreprise qui sont inscrits au compte 607 «
Achats non stockés de matières et fournitures »

Cas particuliers
Constatation exceptionnelle en compte 600 des sorties autres que des marchandises
Le compte 600 est utilisé pour constater le prélèvement sur le stock de marchandises
revendues à un tiers.
Mais, dans les cas exceptionnels de revente de produits achetés initialement pour les besoins
de production ou de fonctionnement de l’entreprise, la sortie de ceux-ci est constatée par le
débit du compte 600, et non par un compte 601ou 602.

Le compte 600 est alors débité par le crédit :


- soit du compte de stock 31 « Matières premières et fournitures », s’il s’agit de matières et
fournitures ou d’articles consommables car ces éléments ont été comptabilisés initialement
au débit de ce compte
- soit du compte de stock 32 « Autres approvisionnements », s’il s’agit d’autres
approvisionnements car ces éléments ont été comptabilisés initialement au débit de ce
compte
Sorties de marchandises non revendues en l’état
Il s’agit de marchandises acquises initialement pour être revendues en l’état et
Qui sont, au final, consommées pour les besoins de sa production ou de son fonctionnement.
La sortie de ces marchandises est alors constatée, selon la nature de leur utilisation dans
l’entreprise, par le débit du compte 601 « Matières premières consommées » ou du compte
602 « Autres approvisionnements ».

Compte 603. Variation de stocks


Ce compte est destiné à l’enregistrement des variations de stocks d’approvisionnements et
de marchandises.
Les variations de la production sont, pour leur part, inscrites au compte 713 « Variation de
stocks (en-cours de production, produits)

Fonctionnement du compte
Ce compte est mouvementé lorsque le suivi comptable des stocks est effectué selon la
méthode de l’inventaire intermittent
Les subdivisions du compte 603 sont débitées, à la clôture de l’exercice, de la valeur du
stock initial et crédités de la valeur du stock final.

52
En conséquence, le solde de ces subdivisions représente la variation globale de la valeur du
stock entre le début et la fin de l’exercice.
Se référer aux modalités comptables des comptes de stocks

Comptes 604 « Achats d'études et de prestations de services »


Le compte 604 « Achats d'études et de prestations de services » est débité du montant HT
de l’achat par le
- crédit, en toutes taxes comprises, du compte 4016 « Fournisseurs de services »
- débit du compte 445660 TVA déductible sur autres biens et services

605 « Achats de matériels, équipements et travaux »


Ce compte enregistre les achats d’équipements et de travaux directement incorporés aux
ouvrages, travaux ou produits fabriqués par l’entité.

Compte 607 Achats non stockés de matières et fournitures


Sont enregistrés à ce compte les achats non stockables (eau, énergie, …) ou non stockés par
l’entité, tels que ceux afférents à des fournitures qui ne passent pas par un magasin,
A la clôture de l’exercice les éléments non consommés sont inscrits en tant que charges
constatées d'avance au débit du compte 48

Compte 609. Rabais, remises, ristournes obtenus sur achats


Ce compte enregistre à son crédit les rabais, remises et ristournes sur achats obtenus des
fournisseurs et dont le montant, non déduit des factures d’achat, n’est connu que
postérieurement à la comptabilisation de ces factures.

61. SERVICES EXTERIEURS


Subdivision du compte 61
611. Sous - traitante générale
613. Locations
612 Charges locatives et charges de copropriété
615 Entretien, réparations et maintenance
616 Primes d’assurances
617 Etudes et recherches
618 Documentation et divers
619 Rabais, remises, ristournes obtenus sur services extérieurs

611. Sous - traitante générale


Ce compte reçoit à son débit le montant des charges au titre des prestations réalisées par des
sous-traitants extérieurs, selon un cahier des charges pré établi, par le crédit d’un compte de
tiers ou d’un compte de trésorerie.
Toutefois, la sous traitante incorporée directement aux ouvrages, travaux et produits
fabriqués par l’entreprise n’est pas enregistrée dans ce compte. Elle est imputée aux comptes
604 ou 605.

613. Locations
Le compte 613 est débité du montant du bail payé à un tiers pour la location d’un local ou
d’un immeuble par le crédit d’un compte de tiers ou d’un compte de trésorerie.

53
614 Charges locatives et charges de copropriété
En plus des frais de location, la quittance de loyer peut comporter d’autres charges dites
« locatives ». Ces charges qui regroupent tous les frais accessoires dont l’entreprise est
redevable à l’égard du propriétaire en vertu de dispositions légales ou contractuelles, sont
enregistrées au compte 614 « Charges locatives et charges de copropriété ».
Les règles de fonctionnement sont identiques à celles du compte 613.

615 Entretien et réparations et maintenance


Ce compte enregistre toutes les dépenses liées à la maintenance, l’entretien et la réparation
des biens et des immobilisations utilisés par l’entreprise.
Les dépenses ultérieures relatives à des immobilisations corporelles ou incorporelles déjà
comptabilisées en immobilisation sont comptabilisées en charge de l’exercice au cours
duquel elles sont encourues si elles ne font que restaurer le niveau de performance de l’actif.
Sont considérées comme entretiens, les dépenses engagées pour préserver les biens et les
équipements de l’entreprise de l’usure et des détériorations dues à leur utilisation.
Sont considérés comme réparations, les dépenses engagées pour la mise en état de
fonctionnement des équipements, les adjonctions ou améliorations qui n’affectent pas
considérablement la valeur ou la durée de vie du bien réparé.
Le compte 615 est débité du montant de la charge par le crédit d’un compte de tiers ou d’un
compte de trésorerie.

616 Primes d’assurances


Ce compte enregistre le montant des primes et des polices d’assurances payées par
l’entreprise pour prémunir ses biens et son patrimoine contre les risques liés aux incendies,
vols et accidents divers.
Les primes d’assurances acquittées à l’occasion du transport de marchandises, matières et
fournitures sont enregistrées au compte 38 « Achats ».
Le compte 616 est débité du montant des primes d’assurance payées par le crédit d’un
compte de tiers ou d’un compte de trésorerie.

617 Etudes et recherches


Sont enregistrés dans ce compte les frais engagés par l’entreprise pour son propre compte
dans le domaine de la recherche et développement, n’entrant pas dans le cadre de fais de
développement immobilisa blés.

618 Documentation et divers


Ce compte enregistre les dépenses engagées pour les abonnements à des journaux et revues
ayant un caractère technique, administratif ou social, à des sites internet payants ainsi que
pour les achats d’ouvrages.

619 Rabais, remises, ristournes obtenus sur services extérieurs


Le fonctionnement de ce compte est identique à celui du compte 609 auquel il convient de
se référer.

62. AUTRES SERVICES EXTERIEURS


Subdivision du compte 62
621 Personnel extérieur à l’entreprise
622 Rémunérations d’intermédiaires et honoraires

54
623 Publicité, publications, relations publiques
624 Transport de biens et transport collectif du personnel
625 Déplacements, missions et réceptions
626 Frais postaux et de télécommunications
627 Services bancaires et assimilés
628 Cotisations et divers
629 Rabais, remises, ristournes obtenus sur autres services extérieurs

621 Personnel extérieur à l’entreprise


Sont enregistrées dans ce compte les charges relatives au personnel :
- mis à la disposition de l’entreprise par une société d’intérim
- ou détaché ou prêté à l’entreprise par une autre entreprise du groupe.
Le compte 621 « Personnel extérieur à l’entreprise » est débité du montant des charges de
personnel par le crédit du compte de tiers concerné ou d’un compte de trésorerie.

622 Rémunérations d’intermédiaires et honoraires


Ce compte est destiné à enregistrer les rémunérations versées à des tiers en règlement d’un
service rendu :
- Commissions versées aux transitaires, sociétés d’expertise, courtiers
- Honoraires versés à des personnes exerçant une profession libérale : avocat, conseil
juridique ou fiscal, commissaire aux comptes, experts comptables, architecte, médecins, etc.
- Frais d’actes et de contentieux : frais de justice payés par l’entreprise suite à des litiges ou
des procès.
Le compte 622 « Rémunérations d’intermédiaires et honoraires » est débité du montant des
rémunérations versées par le crédit du compte de tiers concerné ou d’un compte de
trésorerie.

623 Publicité, publications, relations publiques


Sont enregistrés dans ce compte :
- les frais de publicité engagés par l’entreprise dans le but d’informer sa clientèle ou de
promouvoir ses produits par voie d’annonces dans les journaux, la radio ou la télévision,
d’insertions publicitaires, de catalogues et imprimés ;
- les dépenses supportées à l’occasion de salons, foires ou expositions ;
- Les dépenses engagées pour l’achat de cadeaux à offrir à la clientèle dans l’intérêt du
développement de l’entreprise ;
- les dépenses exposées dans le cadre d’actions de parrainage, de manifestations à caractère
philanthropique, éducatif, social dans l’objectif de promouvoir l’image de marque de
l’entreprise.
Le compte 625 « Publicité, publications, relations publiques » est débité du montant des
charges versées par le crédit du compte de tiers concerné ou d’un compte de trésorerie.

624 Transport de biens et transport collectif du personnel


Ce compte enregistre tous les frais de transport de biens (sur achats & sur ventes) ou
transports de personnel assurés par des tiers et supportés par l’entreprise,
Toutefois, les frais de transport sur achats payés à des tiers sont enregistrés dans le compte
38 «Achats » lorsque ces charges peuvent être directement affectées à une catégorie de
marchandise ou d’approvisionnement

55
625 Déplacements, missions et réceptions
Ce compte enregistre les frais engagés par l’entreprise pour le transport et l’hébergement de
son personnel à l’occasion de déplacements pour les besoins du service.
Entrent également dans cette rubrique, les frais engagés sur place lorsque l’entreprise reçoit
des tiers.

626 Frais postaux et de télécommunications


Sont enregistrées dans ce compte, les dépenses engagées pour le règlement des factures de
téléphone ou de télex, les frais d’envoi des télégrammes et les frais d’affranchissement du
courrier postal.

627 Services bancaires et assimilés


Ce compte enregistre les agios facturés par les établissements bancaires, les frais sur titres
(achat, vente), les commissions et frais sur émission d’emprunts, les frais sur effets ainsi que
les frais de location de coffres
La subdivision concernée du compte 627 est débitée du montant des frais par le crédit du
compte de tiers concerné ou d’un compte de trésorerie.

629 Rabais, remises, ristournes obtenus sur autres services extérieurs


Le fonctionnement de ce compte est identique à celui du compte 609 auquel il convient de
se référer.

63. CHARGES DE PERSONNEL


Les charges de personnel regroupent l’ensemble des charges afférentes :
- d’une part à la rémunération du personnel de l’entreprise ; la rémunération du personnel
doit faire ressortir distinctement les salaires, les rémunérations d’heures supplémentaires, les
indemnités, les primes permanentes ou occasionnelles, et la rémunération allouée au titre
des congés payés
- d’autre part, les cotisations sociales et de retraite.

Les charges de personnel sont subdivisées comme suit :


Subdivision du compte 63
631 Rémunération du personnel
634 Rémunérations de l'exploitant individuel
635 Cotisations aux organismes sociaux
637 Autres charges sociales
638 Autres charges de personnel
631 Rémunération du personnel

Ce compte enregistre les charges supportées par l’entreprise au titre des rémunérations
versées à son personnel de toutes catégories.
Ces rémunérations représentent le montant brut des salaires de base, les heures
supplémentaires, et les congés payés.
Les différentes rubriques du compte 631 sont débitées du montant des rémunérations
correspondantes, sur la base de la comptabilité de la paye de la période, par le crédit du :
- du compte 421 « Rémunérations dues », du montant de la rémunération nette à payer au
personnel ;
- du compte 447, du montant de l’impôt sur le revenu global retenu ;

56
- du compte 431 « Sécurité sociale », du montant des cotisations ouvrières retenues au profit
de la caisse sociale.
- du compte 427, du montant des oppositions notifiées à l’entreprise à l’encontre de son
personnel
- du compte 425, du montant des retenues au titre des avances et acomptes versés au
personnel

635 Cotisations aux organismes sociaux


Ce compte enregistre les sommes payées par l’employeur au profit des organismes sociaux
en vue de permettre aux salariés de bénéficier de soins et aides diverses ainsi que d’une
pension au terme de leur activité professionnelle.
Le pourcentage global des cotisations sociales à la charge de l’employeur représente 26% du
salaire coti sable.
Le compte 635 est débité du montant des charges patronales par le crédit du compte 431
«Sécurité sociale».

637 Autres charges sociales


Ce compte enregistre le montant des contributions à caractère social faites par l’entreprise à
titre de participation à l’amélioration des œuvres sociales.
Le compte 637 est débité du montant de la contribution aux activités sociales par le crédit
du compte 432 «Autres organismes sociaux».

638 Autres charges de personnel


Ce compte enregistre, notamment, le montant :
- des primes (IEP, PRI, PRC..) et des diverses indemnités allouées au personnel : indemnité
forfaitaire de service permanent, indemnité pour travail posté, indemnité de nuisance, de
transport, de panier, indemnité allouée pour dédommager un préjudice telle que l’indemnité
de licenciement, etc.
- des prestations directes : indemnité pour salaire unique, frais de formation.
Les différentes rubriques du compte 638 sont débitées du montant des indemnités et
prestations directes correspondantes, sur la base de la comptabilité de la paye de la période,
par le crédit du :
- du compte 421 « Rémunération nette » du montant de la rémunération nette à payer au
personnel,
- du compte 447 IRG » du montant de l’impôt sur le revenu global retenu,
- du compte 431 « Sécurité sociale » du montant des cotisations ouvrières retenues au profit
de la caisse sociale.

64. IMPOTS, TAXES ET VERSEMENTS ASSIMILES


Ce compte enregistre tous les impôts et taxes à la charge directe ou indirecte de
l’entreprise, à l’exception :
- de l’impôt sur les bénéfices qui est prélevé sur les résultats à porter au débit du compte 695
« Impôts sur les bénéfices basés sur le résultat des activités ordinaires»,
- des droits de douane concernant les achats de marchandises, matières et fournitures, réglés
lors de l’achat, qui sont directement portés au compte 38 « Achats ».
Dans le but d’obtenir une ventilation par nature de charge, ce compte est subdivisé en
plusieurs sous comptes qui sont :

57
Subdivision du compte 64
641 Impôts, taxes et versements assimilés sur rémunérations
642 Impôts et taxes non récupérables sur chiffre d’affaires
645 Autres impôts et taxes (hors impôts sur les résultats)

642 Impôts et taxes non récupérables sur chiffre d’affaires


La TAP applicable à l’entreprise est celle prévue par les dispositions de l’article 217 du code
des impôts directs et taxes assimilées. La TAP est versée mensuellement. Le montant de
chaque versement est calculé sur la fraction du chiffre d’affaires mensuel avec application
du taux de 2%. Elle est payée à la caisse du receveur des contributions diverses du lieu du
siège de l’entreprise ou à la caisse de la Direction générale des grandes entreprises, si
l’entreprise relève de ce service fiscal, avant le 20 de chaque mois.
Le sous compte 6421 est débité du montant de la TAP à payer par le crédit du sous compte
4474 « TAP à verser ».

645 Autres impôts et taxes (hors impôts sur les résultats)


Ce compte est destiné à recevoir toutes les taxes autres que celles enregistrées aux comptes
641, 642 et 69,

Notamment :
- les droits d’enregistrement
- la taxe foncière
- la taxe unique sur les véhicules automobiles
- les droits de douane

Sous compte 6454 Droits d’enregistrement


Cette subdivision enregistre les frais d’enregistrement des différents actes de la société. Il
reçoit aussi les droits de timbre sur les factures réglées en espèces par la clientèle.

Ce compte comporte deux rubriques :


- 64541 Droits d’enregistrement sur actes et marchés,
- 64642 Droits de timbre.
Le sous compte 6454 est débité du montant des droits payés par le crédit du compte de tiers
4474 « Droits d’enregistrement à verser »

6457. Droit de douane


Ce compte enregistre les droits de douane dus sur les opérations d’exportation ou
d’importation autres que celles concernant les achats d’immobilisations ou de stocks.
Le sous compte 6457 est débité du montant des droits de douane payés par le crédit du
compte de « fournisseurs ».concerné.

Les autres subdivisions du compte 645


Elles sont débitées du montant des droits, impôts et taxes dus par le crédit du compte de
dette « fournisseurs » concerné.

65. AUTRES CHARGES OPERATIONNELLES


Subdivision du compte 65
652 Moins values sur sortie d'actifs immobilisés non financiers

58
653 Jetons de présence
654 Pertes sur créances irrécouvrables
656 Amendes et pénalités, subventions accordés, dons et libéralités
657 Charges exceptionnelles de gestion courante
658 Autres charges de gestion courante

652 Moins values sur sortie d'actifs immobilisés non financiers


Le compte 652 « Moins values sur sortie d'actifs immobilisés non financiers » est débité du
montant de la perte provenant de la mise hors service ou de la sortie d’une immobilisation
corporelle
Cette perte est déterminée par différence entre le produit de sortie net et la valeur comptable
de l’actif

653 Jetons de présence


L’assemblée générale alloue aux administrateurs en rémunération de leurs activités, une
somme à titre de jetons de présence. Cette somme est portée aux charges d’exploitation.
Le compte 653 « jetons de présence » est débité du montant des jetons de présence payés
par le crédit du compte de dette approprié ou par un compte de trésorerie

654 Pertes sur créances irrécouvrables


Ce compte est destiné à recevoir l’ensemble des créances constatées et qui sont jugées
irrécouvrables, pour diverses raisons : faillite du client, escroquerie, liquidation, etc.
Le compte 654 est débité du montant de la créance par le crédit du compte 411 « clients »
intéressé.

656 Amendes et pénalités, subventions accordés, dons et libéralités


Le compte 656 « Amendes et pénalités, subventions accordés, dons et libéralités »
enregistre le montant des charges relatives aux pénalités sur marché, aux amendes fiscales
ou pénales, aux dons et libéralités accordées.
Il est débité du montant des charges par le crédit d’un compte de tiers ou d’un compte de
trésorerie.

66. CHARGES FINANCIERES


Le compte 66 enregistre les charges financières de l’exercice, à l’exclusion des services
bancaires qui sont inscrits au débit du compte 627

Subdivision du compte 66
661 Charges d’intérêts
665 Ecart d’évaluation sur actifs financiers - Moins-values
666 Pertes de change
667 Pertes nettes sur cessions d’actifs financiers
668 Autres charges financières

661 Charges d’intérêts


Le compte 661 « Charges d’intérêts » enregistre les charges relatives aux intérêts des
emprunts et dettes assimilées, de l’exercice, y compris les intérêts courus à la clôture de
l’exercice, mais non encore échus ;
Ce compte est débité du montant des charges d’intérêts rattachées à l’exercice par le crédit

59
- d’un compte de tiers ou d’un compte de trésorerie
- de la subdivision « intérêts courus du compte de dette intéressé (.1688 ou 1788 ou 5088)

665 Ecart d’évaluation sur actifs financiers - Moins-values


Le compte 665 « Ecart d’évaluation sur instruments financiers - Moins-values » est débité
en contrepartie des comptes d’actifs ou passifs financiers concernés lors de l’évaluation de
ces actifs ou passifs financiers à leur juste valeur, lorsque cette évaluation fait apparaître une
moins value qui doit être comptabilisée en résultat de la période.
NOTA
Ce compte ne concerne donc pas les éléments financiers qui doivent être évalués à leur
valeur amortie ou pour lesquels l’écart entre la juste valeur et la valeur comptable doit être
imputé directement en capitaux propres.

666 Pertes de change


Sont portées à ce compte les pertes de change supportées par l’entreprise au cours de
l’exercice.
Ces pertes de change résultent de la différence existant entre la valeur comptabilisée à
l’origine et le montant payé ou encaissé lors du règlement.
Le compte 666 est débité du montant de la perte de change par le compte de tiers intéressé.

667 Pertes nettes sur cessions d’actifs financiers


Le compte 667 « Pertes nettes sur cessions d’actifs financiers » enregistre le montant des
charges nettes résultant de cessions d’actifs financiers, lorsque la cession des titres est
génératrice d’une perte (prix de cession inférieur au prix d’acquisition)
Ce compte est
- débité de la valeur brute des titres cédés par le crédit de la subdivision concernée du
compte 50 « valeurs mobilières de placement »
- crédité du prix de cession de ces titres par le débit d’un compte de trésorerie

67. ELEMENTS EXTRAORDINAIRES- CHARGES


Le compte 67 « Eléments extraordinaires - charges » n’est utilisé que dans des circonstances
exceptionnelles pour l’enregistrement d’opérations extraordinaires. C’est le cas par exemple
des charges consécutives :
- à des expropriations
- à des catastrophes naturelles imprévisibles.
L’existence de ce compte se justifie du fait que la nature et le montant de chaque élément
extraordinaire doivent être indiqués séparément au niveau des états financiers. »
Le compte 67 est débité du montant des charges par le crédit d’un compte de tiers ou d’un
compte de trésorerie.

68 DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS, PROVISIONS ET PERTES DE


VALEUR
Subdivision du compte 68
681. Dotations aux amortissements, aux provisions et pertes de valeur Ŕcharges
D’exploitation
686. Dotations aux amortissements, aux provisions et pertes de valeur Ŕcharges
Financières
687. Dotations aux amortissements, aux provisions et pertes de valeur Ŕ charges

60
Exceptionnelles
Le compte 68 est structuré de façon à distinguer les charges d’exploitation (compte 681),
les charges financières et les charges exceptionnelles. Cette classification répond aux
besoins de présentation du compte de résultat

Fonctionnement du compte 68
Les subdivisions de chacun des trois comptes sont débitées
Du montant de la dotation aux amortissements par le crédit :
- de la subdivision concernée des comptes 280 pour les immobilisations incorporelles &
281 pour les immobilisations corporelles
- du compte 169 pour les primes de remboursement des emprunts obligataires
Du montant de la dotation aux provisions par le crédit du compte de provisions intéressé :
compte 15 « Provisions pour charges - passifs non courants »
Du montant de la dotation pour perte de valeur par le crédit :
- des subdivisions intéressées du compte 29 pour les immobilisations
- des subdivisions intéressées du compte 39 pour les stocks et encours
- des subdivisions intéressées du compte 49 pour les créances
- des subdivisions intéressées du compte 59 pour les actifs financiers courants

69. IMPOTS SUR LES RESULTATS ET ASSIMILES


Le compte 69 enregistre à son débit le montant dû au titre des bénéfices imposables et
devant normalement rester à la charge de la société : impôts calculés sur le montant des
bénéfices, impôts forfaitaires, supplément d’impôts liés aux distributions.
Ce compte enregistre également la charge relative à la participation (légale ou contractuelle)
des salariés aux résultats de l’entité.

Subdivision du compte 69
691 Participation des salariés
692 Imposition différée actif
693 Imposition différée passif
695 Impôts sur les bénéfices basés sur le résultat des activités ordinaires
698 Autres impôts sur les résultats

691 Participation des salariés


La participation légale ou contractuelle des salariés est un élément qui entre dans la
détermination du résultat de l’exercice au titre duquel les salariés ont effectivement travaillé.
A la clôture de l’exercice, le compte 691 « Participation des salariés » est débité du montant
de la participation des salariés par le crédit du compte 428 « Personnel-charges à payer et
produits à recevoir « subdivision 428.4 « Dettes provisionnées pour participation des
salariés aux résultats »

692 Imposition différée actif


Le compte 692 « Impositions différées actif » est débité des montants d’impôts sur les
résultats recouvrables au cours d’exercices futurs (cas d’une charge comptabilisée dans
l’exercice et dont la déductibilité sur le plan fiscal se fera au cours d’exercices futurs), par le
crédit du compte 133 « Impôts différés actif »
A chaque fin d’exercice, les impôts différés actifs sont réajustés en contrepartie des mêmes
comptes.

61
693 Imposition différée passif
Le compte 693 « Impositions différées passif » est débité des montants d’impôts payables au
cours d’exercices futurs (cas d’un produit comptabilisé mais imposable sur les exercices
futurs), par le crédit du compte 134 « Compte 134 « Impôts différés passif »
A chaque fin d’exercice, les impôts différés passifs sont réajustés en contrepartie des mêmes
comptes.

695 Impôts sur les bénéfices basés sur le résultat des activités ordinaires
Le compte 695 enregistre à son débit le montant de l’impôt dû par l’entreprise au titre des
bénéfices imposables par le crédit du compte 444 « Etat Ŕ impôt sur les résultats »
A la clôture de l’exercice, le compte 695 « Impôts sur les bénéfices basés sur le résultat des
activités ordinaires » est débité du montant dû au titre de l’impôt sur les bénéfices
imposables par le crédit du compte 444.
L’impôt sur les résultats afférent à un exercice donné est normalement payé en quatre
acomptes trimestriels provisionnels suivis d’une liquidation définitive. Lors du versement de
chaque acompte provisionnel, le sous compte 444 «Etat Ŕ impôt sur les résultats » est
débité du montant de l’acompte par le crédit d’un compte de trésorerie.

62
CLASSE 7 -
COMPTES DE PRODUITS
La classe 7 regroupe les comptes destinés à enregistrer, dans l’exercice, les produits par
nature, y compris les produits concernant les exercices antérieurs.

Classement des comptes


Les produits comptabilisés sont classés selon qu’ils sont liés :
- à l’exploitation normale et courante de l’entreprise : comptes 70 à 75
- à sa gestion financière : compte 76
- à des opérations exceptionnelles : compte 77
Le compte 78 destiné à recevoir les reprises sur amortissements, provisions et dépréciations,
est « également structuré selon cette classification :
Reprises d’exploitation, reprises financières et reprises exceptionnelles

70. VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICE ET PRODUITS DIVERS


Subdivision du compte 70
700 Ventes de marchandises
701 Ventes de produits finis
702 Ventes de produits intermédiaires
703 Ventes de produits résiduels
704 Vente de travaux
705 Vente d'études
706 Autres prestations de services
708 Produits des activités annexes
709 Rabais, remises et ristournes accordés

700. Vente de marchandises


Le compte 700 enregistre le prix de vente des marchandises ou des matières et fournitures
revendues en l’état, c'est-à-dire sans subir de transformation.
Le compte 700 est crédité, au moment de la réalisation de l’opération, du prix de vente
facturé hors taxes collectées, déduction faite des rabais, ristournes ou remises, par le débit du
compte 471 « Clients ».

706 Autres prestations de services


Le compte 706 « Autres prestations de services » enregistre les prestations.
La subdivision intéressée du compte 706 est créditée, au moment de la réalisation de
l’opération, du montant, hors taxes, de la prestation fournie, déduction faite des rabais,
ristournes ou remises éventuelles, par le débit du compte 411 « clients »

708 Produits des activités annexes

63
Les produits des activités annexes comprennent les produits des services exploités dans
l’intérêt du personnel (restaurant, transport, logement…), des locations diverses, des mises à
disposition de personnel, des frais de port ou autres frais accessoires refacturés, des bonis
sur reprises d’emballage consignés, des cessions d’approvisionnement.
Les subdivisions du compte 708 « Produits des activités annexes » sont créditées du montant
de la prestation facturée par le débit d’un compte de tiers ou d’un compte de trésorerie.

709 Rabais, remises et ristournes accordés


Le compte 709 « Rabais, remises et ristournes accordés » est débité du montant des rabais,
remises et ristournes accordés à la clientèle hors factures ou qui ne sont pas rattachables à
une vente donnée.

73 PRODUCTION IMMOBILISEE
Ce compte est destiné à enregistrer les éléments d’actif incorporels et corporels réalisés par
l’entreprise par ses propres moyens et destinés à être utilisés pour ses besoins propres. Ces
éléments sont inscrits à l’actif non courant.
Le compte 73 « Production immobilisée » est crédité du montant, au coût de production, des
immobilisations en cours de réalisation ou des immobilisations complètement réalisées par
le débit du compte intéressé de la classe 2 « Immobilisations ».
Remarque
Les charges ayant servi à la création de ces éléments d’actif ont été préalablement
enregistrées dans les comptes par nature

74 SUBVENTIONS D'EXPLOITATION
741 Subvention d'équilibre
Ce compte est crédité du montant des subventions d’équilibre obtenues par l’entreprise par
le débit du compte de tiers ou de trésorerie intéressé.
748 Autres subventions d'exploitation
Ce compte est crédité du montant des subventions d’exploitation obtenues par l’entité par le
débit du compte de tiers ou de trésorerie intéressé.

75 AUTRES PRODUITS OPERATIONNELS


Subdivisions du compte 75:
752 « Plus values dégagées lors d'une cession d’actifs immobilisés non financiers
754 Quote-part des subventions d’investissement virée au résultat de l’exercice,
756 Rentrées sur créances amorties.
757 Produits exceptionnels sur opération de gestion
758 Autres produits de gestion courante

752 Plus values sur sorties d’actifs immobilisés, non financiers


En cas de cession d’un actif immobilisé non financier, la subdivision concernée du compte
21 est créditée du montant de la valeur brute de l’actif et la subdivision concernée du
compte 28 est débitée du montant cumulé des amortissements

Le montant net de la plus value réalisée (profit), déterminé par différence entre le produit de
sortie net et la valeur comptable de l’actif, est comptabilisé en produits au compte 752
« Plus values sur sorties d’actifs immobilisés, non financiers »

64
756 Rentrées sur créances amorties.
Ce compte enregistre le montant des sommes récupérées sur des créances annulées par suite
de constitution de provision au cours des exercices antérieurs.
Le compte 756 est crédité du montant de la somme recouvrée par le débit d’un compte de
tiers ou d’un compte de trésorerie

76 PRODUITS FINANCIERS
Le compte 76 est destiné à enregistrer les produits liés à la gestion financière de l’entreprise.

Subdivision du compte 76
762 Revenus des actifs financiers
765 Ecart d’évaluation sur actifs financiers Ŕ Plus-values
766 Gains de change
767 Profits nets sur cessions d’actifs financiers
768 Autres produits financiers
762 Revenus des actifs financiers

La subdivision concernée de ce compte est créditée du produit de l’actif financier par le


débit d’un compte de tiers ou d’un compte de trésorerie

765 Ecart d’évaluation sur actifs financiers – Plus-values


A la clôture des comptes, les actifs et passifs financiers doivent être évalués à leur juste
valeur. Lorsque cette évaluation fait apparaître une plus-value qui doit être comptabilisée en
résultat de la période, le compte 765 « Ecart d’évaluation sur éléments financiers Ŕ Plus-
values » est crédité du montant de la plus-value en contrepartie des comptes d’actifs ou
passifs financiers concernés.

NOTA
Ce compte ne concerne donc pas les instruments financiers qui doivent être évalués à leur
valeur amortie ou pour lesquels l’écart entre la juste valeur et la valeur comptable doit être
imputé directement en capitaux propres.

766 Gains de change


Ce compte est destiné à enregistrer les gain de change réalisés par l’entreprise au cours de
l’exercice et résultant de la différence entre la valeur d’origine comptabilisée ( créances et
dettes libellées en devises) et le montant décaissé ou encaissé au cours de l’exercice de
règlement.

Le compte 766 « Gans de change » est crédité du montant du gain enregistré. En


contrepartie, le compte de trésorerie est débité du montant encaissé et le compte de créance
ou de dette est soldé.

767 Profits nets sur cessions d’actifs financiers


Le compte 767 « Profits nets sur cessions d’actifs financiers » enregistre les produits nets
résultant des cessions des actifs financiers et où cette cession est génératrice d’un profit.
Ce compte :
- est débité de la valeur brute des actifs financiers cédés
- est crédité du prix de cession des actifs financiers cédés

65
77. PRODUITS EXCEPTIONNELS
Le compte 77 « Eléments extraordinaires - produits » n’est utilisé que dans des
circonstances exceptionnelles pour l’enregistrement d’évènements extraordinaires non liés à
l’activité de l’entité. L’existence de ce compte se justifie du fait que la nature et le montant
de chaque élément extraordinaire doivent être indiqués séparément au niveau des états
financiers.

78 REPRISES SUR PERTES DE VALEUR ET PROVISIONS


Subdivision du compte 78
781 Reprises d’exploitation sur perte de valeur et provisions Ŕ actifs non courants
785 Reprises d’exploitation sur perte de valeur et provisions Ŕ actifs courants
786 Reprises financières sur perte de valeur et provisions

Fonctionnement des comptes


Lorsque la provision ou la perte de valeur antérieurement constatée s’avère sans objet. :
La subdivision 7811 « Reprises d’exploitation sur perte de valeur des immobilisations
incorporelles et corporelles » est créditée du montant de la perte de valeur reprise par le
débit du compte 6816 « Dotations pour pertes de valeur des immobilisations incorporelles et
corporelles»
La subdivision 7812 « Reprises d’exploitation sur provisions Ŕ actifs non courants » est
créditée du montant de la provision reprise par le débit du compte 6815 « Dotations aux
provisions pour risques et charges »
La subdivision 7865 « Reprises sur provisions financières » est créditée du montant de la
provision reprise par le débit du compte 6865 « Dotations aux provisions pour risques et
charges financiers »
La subdivision 7866 « Reprises sur dépréciation des éléments financiers » est créditée du
montant de la perte de valeur reprise par le débit du compte 68662 « Dotations pour perte
de valeur - immobilisations financières »

Les classes 0, 8 et 9 non utilisées au niveau du cadre comptable sont utilisées librement
par les entités pour le suivi de leur comptabilité de gestion, de leurs engagements
financiers hors bilan, ou d’éventuelles opérations particulières qui n’auraient pas leur place
dans les comptes des classes 1 à 7.
Un suivi permanent des engagements financiers hors bilan constitue une obligation ; la
situation de ces engagements en fin de période figure dans l’annexe des états financiers

66