Vous êtes sur la page 1sur 68

Hydrogéologie quantitative

Emmanuel Ledoux, Patrick Goblet


Centre de Géosciences
Ecole des Mines de Paris
Hocine Bendjoudi
UMR Sisyphe
emmanuel.ledoux@ensmp.fr
patrick.goblet@ensmp.fr
hocine.bendjoudi@upmc.fr
Support de cours:
http://www.master.sduee.upmc.fr/fr/01_Enseignements/04_Spe_ECH/S_ech/P_hydro/hydr/marsily/
gdm-hydrogeologie.pdf

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Hydrogéologie quantitative

Emmanuel Ledoux
Centre de Géosciences
Ecole des Mines de Paris

emmanuel.ledoux@ensmp.fr
Support de cours:

http://www.master.sduee.upmc.fr/fr/01_Enseignements/04_Spe_ECH/S_ech/P_hydro/hydr/marsily/
gdm-hydrogeologie.pdf

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Hydrogéologie quantitative
Emmanuel Ledoux
Patrick Goblet
Centre de Géosciences
Ecole des Mines de Paris

emmanuel.ledoux@ensmp.fr
patrick.goblet@ensmp.fr
Support de cours:

http://www.master.sduee.upmc.fr/fr/01_Enseignements/04_Spe_ECH/S_ech/P_hydro/hydr/marsily/
gdm-hydrogeologie.pdf

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
R’Satts au travail
dans l’Oued-Rhir

Photo Roger Viollet, début 20ème


siècle

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
L’eau sur la Terre

Le visage de la terre

 71% de surface en eau


(océans)
 10% de la surface des
continents englacée
 de la vapeur d’eau
atmosphérique
(entre 0 et 4% en volume)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Les stocks d’eau

neiges et glaces
HYDROSPHERE eaux souterraines
(<800 m)
1 360 000 000 km3 eaux souterraines
(>800 m)

97,2% rivières, lacs, ...

océans sont stockés


eaux douces dans les océans GEOSPHERE 21%
sont stockés
38 300 000 km3 dans les aquifères

les eaux qui nous préoccupent ne


représentent qu'un faible
pourcentage du stock d'eau, mais
c'est d'elles que nous dépendons !
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le cycle de l’eau: une notion
ancienne, mais…. qui a évolué

500 av JC

50 ap JC 50 av JC

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le cycle de l’eau: les flux qui circulent
évaporation précipitations
577 000 km3/an 577 000 km3/an
évapo-
précipitations transpiration
72 000 précipitations
458 000
119 000
Qsurface écoulement
évaporation
505 000 47 000
Qsouterrain
océans continents

prélèvements anthropiques : 3250 Km3


origine souterraine : 600 à 700 Km3

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le détail du cycle de l’eau
Eagleson, 1979

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Quelques chiffres globaux
• Lame sur la terre ferme: 720 mm
• Evapotranspiration: 410 mm
• Ecoulement: 310 mm

• Lame sur les océans: 1120 mm


• Evaporation: 1250 mm

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Temps de renouvellement moyen
Calottes glaciaires 16 000 ans
Océans 3 100 ans

Eaux Souterraines 300 ans


Lacs 1 à 100 ans

Eau du sol 280 jours


Fleuves et cours d’eau 10 à 20 jours
Eau atmosphérique 10 à 12 jours

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Les eaux souterraines en
1er rang européen pour les réserves
7ème rang européen pour l’utilisation

20% nappes
alluviales
50% nappes
superficielles prélèvements annuels :
30% nappes 7 km3 (230 m3/s)
profondes

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Quels sont le utilisateurs ?
eau souterraine
autres apports

industries 34,5

0,5
agriculture 28,7

19,7 collectivités

54
industrie AEP 60,5
agriculture
26,8
autres
0 25 50 75 100

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Nous dépendons de la ressource
le climat est un facteur dominant
-Moyenne mondiale théorique 720 mm/an
-Manille 2 m/an, Atacama 0 mm en 50 ans

Chili 4%

France 22%

Maroc 37% prélèvement

Espagne 41% reliquat

Israël 88%

Egypte 97%

Arabie Saoudite 164%

EAU 299%

Lybie 404%
663%
Qatar

0 100 200 300 400 500 600 700

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Les conflits d’usage de l’eau
à l’intérieur d’un même pays
La Mer d’Aral

NOV. 2003

Développement intensif de l’Irrigation (Coton) dans les vallées du Syr-Daria et Amou-Daria

Surface de la mer réduite en 30 ans de 50% (64000 km² - 30000 km² actuellement)
Baisse du niveau de 22 m – La côte a reculé de plus de 80 km
Apport par les fleuves: 60 km3 en 1950, 10 km3 en 1975, 2 km3 1986

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Les conflits d’usage de l’eau
entre pays
- Aquifère Albien (Algérie, Tunisie, Libye)
- Tigre Euphrate (Turquie, Syrie, Iraq)
- Nil (Soudan, Ethiopie, Egypte)
Ethiopie produit 60% du débit du fleuve (Nil Bleu)
mais ne l’exploite pas en raison du refus total de
Le Nil l’Egypte

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Comment fonctionnent les eaux
souterraines
Zone non saturée
Infiltration

Forage

Hydrogéologie

Surface
piézométrique

Exutoire Zone saturée

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
• Un aquifère stocke
• Transporte
• Epure
et il faut
• le gérer
• le protéger

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Théorie des écoulements
en milieu poreux
• Objectifs
– Décrire les mécanismes physiques régissant
l’écoulement des fluides (eau/huile/gaz)
– Quantifier les mécanismes
– Construire des outils de simulation

• MODELES
• Prévision, gestion

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Problèmes

• L’hydrogéologue travaille avec un milieu naturel

– Complexe (hétérogène, 3D)

– Difficile à reconnaître (techniques géophysiques, coûts)

Rigueur mathématique # approximation de la


connaissance

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Applications

• Ecoulement des fluides dans les roches:


ressources en eau, exhaure,…
• Transport des substances en solution: pollution,
stockage souterrain, déchets,…
• Transport de chaleur: géothermie, stockage de
chaleur,…
• Agronomie: relation sol, eau, plante, irrigation,…
• Ecoulements polyphasiques: migration des
hydrocarbures, pollution immiscible,…

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Méthodologie

• Des concepts: connaissance du milieu physique


– Milieu poreux
– Milieu fissuré
• Des lois: expériences
– Laboratoire
– Terrain
• Des équations
• Des méthodes numériques
• Des moyens informatiques

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Un concept: le milieu poreux

• Échelle microscopique
– Hétérogénéité plein/vide (grain/pore)

– Généralisation: milieu finement divisé (fissuré)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le milieu poreux

• Echelle macroscopique

– Echantillon
– Volume Elémentaire Représentatif (VER, REV)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le milieu poreux

• Echelle mégascopique
– Le réservoir aquifère (pétrolier, gazier)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
D’autres modèles possibles

• Le milieu fissuré : granite de Chalk River (Canada)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le modèle “penny-shape”

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Volume Elémentaire représentatif
SUFFISAMMENT GRAND pour permettre l’émergence
de propriétés moyennes intégrant les fluctuations
dues à la variabilité microscopique
Exemple: porosité
Vvides/Vtotal
VER
1
r

0
r

SUFFISAMMENT PETIT pour que les variations spatiales


de la propriété puissent être approchées par l’analyse infinitésimale

Z EFFET D’ÉCHELLE !
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Caractérisation du milieu poreux
2 aspects fondamentaux

• Géométrie
– Porosités
– Saturations

• Géométrie + relations fluide/solide


– Perméabilité
– Capillarité

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Notion de porosité
1) NOTION GÉOMÉTRIQUE

VER: Volume total V


Vs: Volume solide
Vp: Volume des pores

Vp
Porosité totale =
V
Vp connectés
Porosité utile =
V
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Notion de porosité
2) NOTION DYNAMIQUE monophasique eau

particule argileuse V eau mobile


gaz) Porosité efficace =
-- V
-- Porosité efficace ( ou cinématique):
force • Notion floue
0,5 µ d’attraction
• Non directement mesurable
• Effet d’échelle
eau peu mobile
eau « liée » CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Notion de porosité
3) NOTION DYNAMIQUE système diphasique (eau + gaz)

grains gaz eau


Drainage

Sol presque saturé


Phase eau continue
Phase gaz discontinue

Sol à la saturation d’équilibre


Phases gaz et eau continues

Sol faiblement saturé


Phase eau discontinue
Imbibition
Phase gaz continue
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Notion de saturation
SATURATION EN EAU

S e = V eau / V pores utiles

SATURATION EN GAZ
S g = V gaz / V pores utiles

Se + Sg = 1

Drainage Saturation irréductible en eau


Imbibition Saturation irréductible en gaz

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Un aquifère stocke: la roche est poreuse
Vvides
définition = n, ε, ω, φ
Vtotal

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Exemples d’espace poral
1 mm 10 cm
sables, arènes galets, moraines

échelles et
genèse
variables

karsts granite fracturé


CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Valeur de la porosité

Réseau cristallin
CS : 0,46 bien trié n~30 %

CC : 0,32
CFC : 0,26

mal trié n~15 %

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Perméabilité

• Aptitude du milieu poreux à laisser s’écouler les


fluides
– Propriété macroscopique liée à la porosité
– Non déductible de la porosité
– Accessible à l’expérience (Darcy)
• Ecoulement monophasique
– Perméabilité intrinsèque
• Ecoulement polyphasique
– Perméabilités relatives

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Loi de Darcy 1856

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Loi de Darcy
Niveau constant

0,100

h 0,090

Niveau constant
0,080

Débit écoulé (cm3/s)


0,070

Q 0,060
Graviers + Sable

0,050
15.2 cm
échantillon

0,040

l A
0,030
5 7 9 11 13 15 17 19
A=18 cm²
A*h/l (cm²)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Loi de Darcy

∆h
∆h Q = KS
L
L

K Perméabilité de Darcy

[L] [T-1]
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le piézomètre mesure la charge
z

p, z

p - p atm
p = ρg (h − z ) + patm h= +z
ρg
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Le piézomètre mesure la charge
z h

p, z

p _ p atm
p = ρg (h − z ) + patm h= +z
ρg
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Loi de Darcy: généralisation 3D

∆H

ØS

Q=K.S.∆H/L
K = Perméabilité de Darcy
V = -K grad(h)
∆H/L=Gradient hydraulique CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Notion de charge hydraulique
équation de Bernouilli
(1738)
fluides
incompressibles énergie
libre travail travail
isotherme des forces des forces
par unité de gravité de pression
de volume
énergie
cinétique
~[L] CHARGE

La charge est mesurée par le niveau piézométrique


pour un fluide incompressible

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Valeur de la perméabilité
K ~ [L].[T]-1

m/s

10-14

K dépend des propriétés du milieu


CENTRE de GEOSCIENCES
des propriétés du fluide Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Loi de Darcy: généralisation aux fluides à
densité et viscosité variables
r k
V = − (grad p + ρ g grad z )
µ
k : perméabilité intrinsèque [L2] Darcy
µ : viscosité dynamique
ρ: masse volumique
V = -K grad(h)
1 Darcy ~ 10-5 m/s (eau)
K = kρg/µ
COUPLAGE DENSITAIRE ρ =ρ (C, p,θ) µ =µ (C,θ)
CONVECTION NATURELLE, THERMO-HALINE
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Loi de Darcy en écoulement diphasique
Perméabilité relative

Perméabilité Perméabilité
Perméabilité au gaz kg
à l’eau ke

0
100 %

r
Vgaz =− kkg (grad pg +ρg ggrad z)
µg ke , kg
µe µg mobilités
r
Veau µ (grad pe +ρe ggrad z)
= − kk e
CENTRE de GEOSCIENCES
ECOLE DES MINES
e Emmanuel Ledoux
DE PARIS
Anisotropie de la perméabilité

⇓ ⇓ ⇓
Q1 # Q2 # Q3

Conséquence du Modèle macroscopique qui intègre les hétérogénéités microscopiques

• K (ou k) est un tenseur symétrique (3 X 3)


 k xx k xy k xz 
k =  k yx k yy k yz 
 k zx k zy k zz 
• Axes principaux souvent liés aux couches:
Perméabilités “strate” (KH ) et “antistrate” (KV)
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Relation porosité/perméabilité
1. Calcul de K (ou k) possible sur milieu théorique
simple
Exemples: fissure plane d’épaisseur e k = e2 / 12
tube circulaire de rayon r k = r2 / 8

2. Milieu poreux quelconque, formule empirique


Exemples: formule de Kozeny-Carman pour un grès

ε 3

k=
5S (1 − ε )
2 2

S : surface spécifique (surface exposée au fluide par unité de


volume de milieu solide)
ε: porosité CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Capillarité
MOUILLABILITÉ
FLUIDE NON MOUILLANT

ANGLE DE
θ FLUIDE MOUILLANT RACCORDEMENT θ

SOLIDE

P C = PNM − PM
PRESSION CAPILLAIRE
Pc = g ∆z (ρm-ρnm)
θ ∆z 2σ cos θ
PC =
r
σ tension superficielle
θ angle de raccordement
r rayon du capillaire

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Ascension capillaire
FLUIDE MOUILLANT
h

FLUIDE NON MOUILLANT


r

h
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Pression capillaire macroscopique
La distribution des r dans les pores définit une Pc moyenne

PC

SG
0
100 %

Pression d’entrée en fluide non-mouillant

Pc EST FONCTION DE LA SATURATION


CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Relation pression capillaire/saturation
drainage

P NM – P M

RAYON DES
MÉNISQUES

SATURATION EN EAU
SATURATION EN GAZ

INVASION DES PORES LES PLUS GROS


CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Relation pression capillaire/saturation
imbibition

P NM – P M

RAYONS DES
MÉNISQUES

SATURATION EN EAU
SATURATION EN GAZ

INVASION DES PORES LES PLUS FINS


CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Hystérésis de la pression capillaire
IMBIBITION : LE FLUIDE MOUILLANT REMPLACE
LE FLUIDE NON MOUILLANT
DRAINAGE : LE FLUIDE NON MOUILLANT REMPLACE
LE FLUIDE MOUILLANT

Saturation irréductible en eau


PC

1 er DRAINAGE
Saturation irréductible en gaz
e
2 DRAINAGE

IMBIBITION

0 SM 100

HYSTÉRÉSYS LIÉE À L’ANGLE DE RACCORDEMENT


ET À L’HISTOIRE DU DÉPLACEMENT
CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Hystérésis de la perméabilité relative

1
ère er
k rg (1 imbibition) k re (1 drainage)
K rg , k re

ère
k re (1 imbibition)
0,5

er
k rg (1 drainage)

0 S ire Saturation en eau 1-S irg 100

Eau Gaz
irréductible piégé

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Conséquences de la capillarité
piège capillaire

P 2, R 2
P 1, R1

APPLICATION: étanchéité des couvertures


CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Piège capillaire

Piégeage
de l’hexachlorobutadiène

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Conséquence de la capillarité
barrière capillaire

Capac ité c apillaire


Sable grossier Sable fin

Sable fin
Sable grossier

Suc c ion

Infiltration

Sable fin

Sable grossier

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Conséquences de la capillarité
instabilités
FRONT STABLE
Eau Pétrole
peu visqueux
(Van Meurs, 1957)

INSTABILITÉ CAPILLAIRE
Pétrole

Eau sucrée
(Lenormand & Zarcone, 1985)
Pour mémoire
INSTABILITÉ VISQUEUSE
Eau Pétrole
visqueux
(Van Meurs, 1957)

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
Exemple d’un stockage de gaz en nappe

Gaz

Eau CENTRE de GEOSCIENCES


Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
L’échelle mégascopique:
le réservoir aquifère

100%

Saturation
Zone non saturée

Frange capillaire

Aquifère

Substratum

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
L’écoulement en nappe

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
les systèmes aquifères
carte piézométrique

80

le relevé du niveau d'eau des


lig puits et forages qui touchent
70 ne une nappe permet de tracer
de une carte altimétrique du
gradie

co sommet de la nappe, cette


60 carte est appelée carte
u
piézométrique
ra
n

nt
t 40 m

50
les cartes piézomètriques
/40 km

permettent de déterminer la
direction d'écoulement de la
40 nappe (perpendiculairement
aux courbes) et de calculer le
=

gradient hydraulique de la
0,1%

nappe
30 10 km

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS
La suite au prochain numéro

CENTRE de GEOSCIENCES
Emmanuel Ledoux ECOLE DES MINES
DE PARIS